• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Edification de la personnalité et communication interpersonnelle
 

Edification de la personnalité et communication interpersonnelle

on

  • 2,920 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,920
Views on SlideShare
2,798
Embed Views
122

Actions

Likes
0
Downloads
91
Comments
0

1 Embed 122

http://www.scoop.it 122

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Edification de la personnalité et communication interpersonnelle Edification de la personnalité et communication interpersonnelle Presentation Transcript

    • L’édification de la personnalité et la communication Généralités 1mercredi 13 février 2013 1
    • Introduction La réussite, sur le plan individuel, privé ou social, repose sur une réelle maîtrise de soi qu’on ne saurait acquérir sans la bonne connaissance de soi. 2mercredi 13 février 2013 2
    • Plan • La notion d’édification de la personnalité. • Langage et concept de soi • Concept de soi et communication interpersonnelle : la fenêtre de Johary • Approche de quelques théories • La perception des images • Les socio-styles 3mercredi 13 février 2013 3
    • La notion d’édification de la personnalité 4mercredi 13 février 2013 4
    • Définition • L’édification de la personnalité est l’ensemble des éléments acquis qui constituent un individu. • Ce sont donc les facteurs conscients ou inconscients qui structurent l’individu ou le groupe 5mercredi 13 février 2013 5
    • Langage & concept de soi ☞ De 10 à 18 mois : imitation ☞ Entre 3 et 5 ans : jouer des rôles de façon signifiante : développement du langage ☞ Les idées stéréotypes que les enfants entendent et répètent ont une grande importance dans la construction du soi. 6mercredi 13 février 2013 6
    • L’image de soi est révélée par des comportements verbaux. 7mercredi 13 février 2013 7
    • Concept de soi et communication interpersonnelle 8mercredi 13 février 2013 8
    • « Ce n’est pas dans je ne sais quelle retraite que nous nous découvrirons, c’est sur la route, dans la ville, au milieu des foules, chose parmi les choses, homme parmi les hommes» Jean-Paul Sartremercredi 13 février 2013 9
    • Qui sommes-nous? ☞ Le concept de soi s’acquiert par la communication interpersonnelle ☞ L’image de nous même est le résultat de la manière dont nous croyons que notre personne apparaît aux autres 10mercredi 13 février 2013 10
    • La fenêtre de Johari • Petite explication en images 11mercredi 13 février 2013 11
    • Récapitulons 1 12mercredi 13 février 2013 12
    • Récapitulons 2 ‣ Le secteur libre : Connu de soi et des autres, il représente le «soi» public. ‣ Le secteur aveugle : Connu des autres et non de soi : timbre de voix, gestuelle, mauvaise haleine... ‣ Le secteur caché : Connu de soi et inconnu des autres : intimité, sentiments, motivations... ‣ Le secteur inconnu : Inconnu de soi et des autres : l’inconscient. 13mercredi 13 février 2013 13
    • Approche de quelques théories de communication interpersonnelle 14mercredi 13 février 2013 14
    • • Berne , Grindler ou Bander pour les notions de scénario de vie, de carte mentale ou de modèle du monde. • Dans un même ordre d’idée : l’école freudienne. • Le psychologue Henri Gandrez parle de «l’arbre de vie» 15mercredi 13 février 2013 15
    • 16mercredi 13 février 2013 16
    • Les états du Moi selon Berne ou L’analyse transactionnelle ( AT) 17mercredi 13 février 2013 17
    • Postulat Nous fonctionnons suivant les trois états de l’homme, ou trois états du Moi « conscient » qui définissent notre personnalité. 18mercredi 13 février 2013 18
    • ■ Le Parent ☞ pensées, émotions, et comportements dune personne quelle a fait siens par imitation de figures parentales ou éducatives marquantes. ■ LʼAdulte ☞ émotions, pensées et comportements qui sont congruents avec la réalité de lʼici et maintenant. ■ LʼEnfant ☞ pensées, émotions, et comportements qui sont une réminiscence de notre propre enfance. 19mercredi 13 février 2013 19
    • Les 3 états de MOI P PARENT Domaine de lappris A ADULTE Domaine du pensé E ENFANT Domaine du senti 20mercredi 13 février 2013 20
    • Le parent Enregistrement des attitudes, perceptions et comportements appris par l’individu de sources extérieures, tels qui les a perçus de personnes importantes dans sa vie : père, mère, instituteur, patron, tuteur, éducateur… 21mercredi 13 février 2013 21
    • L’adulte 22mercredi 13 février 2013 22
    • L’Adulte Orienté vers la réalité. Collecte, enregistrement et utilisation des informations de toutes les origines : interne (venant des autres états du MOI), externes (venant de l’environnement) Rationnel et objectif : utilisation des informations pour énoncer les faits, penser, analyser et faire synthèse. 23mercredi 13 février 2013 23
    • L’enfant 24mercredi 13 février 2013 24
    • Domaine des sensations et des émotions : besoins, sentiments, sensations et pulsions y sont stockés. 25mercredi 13 février 2013 25
    • Comment ça marche? 26mercredi 13 février 2013 26
    • Chaque fois que vous agissez, pensez ou sentez comme vous avez vu vos parents le faire, vous êtes dans votre PARENT 27mercredi 13 février 2013 27
    • Chaque fois que vous travaillez sur la réalité, que vous rassemblez des faits et que vous les analysez, vous êtes dans votre ADULTE 28mercredi 13 février 2013 28
    • Chaque fois que vous ressentez et agissez comme vous le faisiez quand vous étiez enfant, vous êtes dans votre ENFANT 29mercredi 13 février 2013 29
    • Etats du MOI et comportements 30mercredi 13 février 2013 30
    • Le PARENT : Nourrit, critique, restreint, juge, blâme, encourage, aide. 31mercredi 13 février 2013 31
    • L’ADULTE : Traite de l’information, prend des décisions objectives, organise, pense, puis agit, planifie, résout des problèmes, estime les risques et les probabilités, reste en contact direct avec la réalité. 32mercredi 13 février 2013 32
    • L’ENFANT : Invente, exprime sa curiosité, agit de façon impulsive et égoïste. Aime, imagine, se rebelle, se plaint. 33mercredi 13 février 2013 33
    • Ainsi, à chaque instant nous abordons la réalité avec trois possibilités : 34mercredi 13 février 2013 34
    • ☞ plaquer des modèles : être dans le Parent 35mercredi 13 février 2013 35
    • ☞ reproduire des vécus personnels d’autrefois : être dans l’Enfant 36mercredi 13 février 2013 36
    • ☞ prendre la réalité telle qu’elle est - et non pas telle que nous voudrions qu’elle soit - avec ce que nous sommes et non ce que nous avons été ou ce que nous voudrions être : être dans l’Adulte. 37mercredi 13 février 2013 37
    • Objectif ? 38mercredi 13 février 2013 38
    • Etablir des relations équilibrées où chacun peut apporter et s’enrichir 39mercredi 13 février 2013 39
    • La PNL 40mercredi 13 février 2013 40
    • ■ Programmation : Depuis notre naissance, nous créons et développons inconsciemment des automatismes comportementaux et dans un contexte donné nous reproduisons des comportements répétitifs. ■ Neuro :Notre comportement repose sur une perception et une programmation neuronale. ■ Linguistique :Nous exprimons par la parole et par nos gestes, notre personnalité. 41mercredi 13 février 2013 41
    • La PNL fait partie des approches comportementalistes des rapports humains. Elle vise à améliorer la communication personnelle et interpersonnelle. 42mercredi 13 février 2013 42
    • Théoriciens et fondateurs ‣ Bandler, 1949 - Mathématicien et informaticien formé à la philosophie - Un cerveau pour changer, 1990, InterEditions ‣ Grinder, 1940 - Linguiste et professeur à l’université de Santa-Cruz. ‣ Dilts, 1955 - Assistant de Grindler et Bandler. 43mercredi 13 février 2013 43
    • Postulat ‣ «La carte n’est pas le territoire qu’elle représente» ‣ «Le rapport consiste à rencontrer l’autre dans son modèle du monde» ‣ «Tout comportement est généré par une intention positive» ‣ «Il n’est pas possible de ne pas communiquer» 44mercredi 13 février 2013 44
    • Postulat ‣ « Il n’y a pas d’échec, seulement de l’information en retour» ‣ «Le sens de la communication réside dans la réponse reçue» ‣ «Chaque personne possède en elle les ressources pour réaliser ses propres changements»mercredi 13 février 2013 45
    • Et donc ? • Les différents édifications de personnalité font que chacun d’entre nous croit avoir raison. • Prouver à un tel qu’il a tort relève souvent de l’impossible : L’autre est l’autre et moi je suis moi ! 46mercredi 13 février 2013 46
    • De la perception du monde... 47mercredi 13 février 2013 47
    • Les deux visages 48mercredi 13 février 2013 48
    • Les socio-styles • On appelle socio-style l’édification de personnalité d’un groupes. • Le groupe est composé d’individus qui ont des expériences en commun. • On peut dire que le groupe a une culture et un scénario communs, comme un individu à part entière. 49mercredi 13 février 2013 49
    • 50mercredi 13 février 2013 50
    • Conclusion • Pour apprendre à communiquer il faut accepter de considérer l’autre tel qu’il est, avec son passé, son bagage et son être. • Communiquer, c’est savoir se remettre en question perpétuellement .. et ce n’est pas si simple... 51mercredi 13 février 2013 51
    • La communication interpersonnelle Généralités 52 Image : Guacamole Goalie , Flickr.commercredi 13 février 2013 52
    • Introduction Ce cours a pour objectif de définir les éléments de base de la communication interpersonnelle, de comprendre son processus et de déterminer les obstacles liés à celle-ci. 53mercredi 13 février 2013 53
    • Plan ‣ La communication ‣ Les acteurs de la communication ‣ L’objet de la communication ‣ Les obstacles de la communication ‣ L’écoute ‣ Le retour ou feed-back 54mercredi 13 février 2013 54
    • La communication 55mercredi 13 février 2013 55
    • Définition ‣ échanger des idées ‣ informer et s’informer ‣ manifester un sentiment 56mercredi 13 février 2013 56
    • Formes La communication peut prendre multiples formes : ‣ écrite ‣ orale ‣ audiovisuelle & gestuelle: le para-langage 57mercredi 13 février 2013 57
    • Schéma 58mercredi 13 février 2013 58
    • Les acteurs de la communication 59mercredi 13 février 2013 59
    • Deux acteurs • L’émetteur • Le récepteur Image : communication breakdown, Stefan, Flickr.com 60mercredi 13 février 2013 60
    • L’émetteur L’émetteur est la personne qui est à l’origine du processus, qui en a l’initiative. Il choisit : le codage le plus approprié au moment le plus approprié. 61mercredi 13 février 2013 61
    • Le récepteur ‣ reçoit l’information dans sa globalité ‣ décode l’information immédiatement ‣ répond à cette information selon les étapes suivantes : 62mercredi 13 février 2013 62
    • 63mercredi 13 février 2013 63
    • L’objet de la communication 64mercredi 13 février 2013 64
    • L’objet de la communication comprend : ‣ le message ‣ le contenu ‣ le contenant 65mercredi 13 février 2013 65
    • Le message Il est défini par : ‣ un contenu ou une séquence d’informations. ‣ un contenant ou un canal choisi dans le but d’exprimer au mieux l’idée de l’émetteur. 66mercredi 13 février 2013 66
    • Le contenu L’émetteur doit faire preuve de lisibilité afin de faciliter la réception et la compréhension du message chez le destinataire. 67mercredi 13 février 2013 67
    • Le contenant Le contenu est étroitement lié au contenant : à la manière dont le message est transmis. rrrr! G 68mercredi 13 février 2013 68
    • L’altération La pensée et les mots ou gestes utilisés pour exprimer le message le faire partager sont en état de perpétuelle mouvance. La circulation des idées est soumise à une perte de contenu et à des distorsions. 69mercredi 13 février 2013 69
    • Illustration du phénomène 70mercredi 13 février 2013 70
    • 90% d’érosion 71mercredi 13 février 2013 71
    • Dans cette estimation , il n’est pas tenu compte des oublis, de l’incompréhension et des attitudes de rejet... 72mercredi 13 février 2013 72
    • Les obstacles à la communication 73mercredi 13 février 2013 73
    • Nature Les obstacles à la communication tiennent à la nature humaine : ☛ chacun veut avoir raison et fait de sa vérité une vérité universelle. 74mercredi 13 février 2013 74
    • Or, communiquer c’est : ‣ s’ouvrir à l’autre ‣ l’écouter ‣ le comprendre 75mercredi 13 février 2013 75
    • Recherche de l’harmonie La recherche de l’harmonie entre l’émetteur et le récepteur affecte : ‣ le message ‣ le codage/décodage ‣ le canal 76mercredi 13 février 2013 76
    • Les obstacles liés au message 77mercredi 13 février 2013 77
    • Le contenu ‣ un contenu inadapté à la cible ‣ un contenu compliqué ou trop succinct ‣ un vocabulaire trop ou pas assez technique ‣ un vocabulaire inapproprié ‣ une syntaxe incertaine 78mercredi 13 février 2013 78
    • Le ton ‣ une mauvaise intonation ‣ une articulation défectueuse ‣ un ton péremptoire 79mercredi 13 février 2013 79
    • Le contexte ‣ ambiance et environnement défectueux ‣ les bruits parasites au cours du face à face. ‣ les interférences 80mercredi 13 février 2013 80
    • Obstacles liés à la personne 81mercredi 13 février 2013 81
    • ‣ La préparation insuffisante de l’émetteur ‣ les a priori et les préjugés ‣ la distraction, le retrait sur soi ‣ l’agressivité, le stress, l’angoisse ‣ la crainte du changement ‣ l’appréhension, la timidité et la méfiance 82mercredi 13 février 2013 82
    • Mais surtout, l’écoute... 83mercredi 13 février 2013 83
    • Nous pensons que... ‣ Nos paroles sont comprises et mémorisées instantanément... ‣ Entendre signifie Ecouter 84mercredi 13 février 2013 84
    • Or • Entendre est un processus naturel • Ecouter révèle d’une volonté, c’est un processus cognitif dont nous avons le contrôle 85mercredi 13 février 2013 85
    • Pourquoi alors décidons-nous souvent de bloquer l’écoute ? 86mercredi 13 février 2013 86
    • Parce que... ‣ Nous pensons beaucoup plus vite que nous parlons ‣ Notre cerveau pense à grande vitesse : 800 mots à la minute ‣ Un discours moyen contient 125 mots à la minute 87mercredi 13 février 2013 87
    • Ainsi peut-on distinguer ... 88mercredi 13 février 2013 88
    • L’écoute superficielle ou fortuite‣ Refus d’apprendre ou de comprendre ‣ Ecoute distraitequ’oncours tout 89 en passant à ce d’un va fairemercredi 13 février 2013 89
    • L’écoute attentive ‣ Implication directe à ce qui est dit ‣ Annonce d’une catastrophe, d’un changement d’emploi du temps ... ‣ Ecoute axée sur le contenu = écoute intelligente 90mercredi 13 février 2013 90
    • L’écoute active ou emphatique ‣ Attitude de vie, relation fondamentale dans les relations interpersonnelles ‣ Implique le respect de l’interlocuteur auquel nous accordons notre attention, notre temps, notre énergie. 91mercredi 13 février 2013 91
    • Se mettre à la place de l’autre, se projeter en subodorant ses émotions et ses opinions. 92mercredi 13 février 2013 92
    • La bonne réception 93mercredi 13 février 2013 93
    • Pour vivre Intérieurs pleinement le Faisant EN abstraction moment présent des bruits Extérieurs Ecoutant sans S’abstenant de juger Se taisant tout penser à notre avant d’avoir bien simplement en évitant réponse écouté le «moi aussi, je...» Afin de se concentrer uniquement sur le message et l’écouter à 3 niveaux Verbal para-verbal Non-verbal 94mercredi 13 février 2013 94
    • La compréhension La compréhension 95mercredi 13 février 2013 95
    • Dans ce processus ‣ On sollicite le QI : le quotient intellectuel ‣ On sollicite le QE : le quotient émotionnel 96mercredi 13 février 2013 96
    • Utiliser son QI en ... ‣ faisant des connexions entre les anciennes et nouvelles informations. ‣ précédant la pensée de son interlocuteur. ‣ posant des questions pour mieux comprendre. ‣ reformulant les dires de l’interlocuteur pour contrôler la bonne compréhension. 97mercredi 13 février 2013 97
    • Utiliser son QE en... ‣ en essayant de se mettre à la place de l’interlocuteur. ‣ l’encourageant à exprimer ses idées, ses sentiments, ses opinions. 98mercredi 13 février 2013 98
    • L’évaluation 99mercredi 13 février 2013 99
    • Qu’évalue-t-on? Que juge-t-on? Le contenu général du Les faits qu’il met message après l’avoir en évidence. bien compris. L’intention, avouée ou Les partis pris, les cachée avec laquelle il a stéréotypes, les été exprimé. motivations personnelles ou collectives qui se dégagent. 100mercredi 13 février 2013 100
    • nt me n ? om -t-o C e jug En faisant la différence ENTRE ☛ Les faits ☛ Nos déductions ☛ Les opinions ET ☛ Nos interprétations ☛ La réalité objective ☛ Notre subjectivité 101mercredi 13 février 2013 101
    • La réponse... Fin d’un processus et début d’un autre... 102mercredi 13 février 2013 102
    • La rétroaction 103mercredi 13 février 2013 103
    • Les métamessages ‣ Facilite le processus de rétroaction ‣ Le conditionnel, l’interrogation ou l’impératif ‣ Attaquer un sujet sans aucun préambule induit un sentiment d’inconfort cognitif 104mercredi 13 février 2013 104
    • Le feed-back ‣ Evoquer uniquement les comportements ‣ Utiliser des adverbes ‣ Eviter les adjectifs liés aux défauts 105mercredi 13 février 2013 105
    • Ainsi ... ‣ Ne dites pas : « Mais, voilà ! Tu es trop prudent pour réussir en affaires» ‣ Dites : «Tu n’as pas voulu prendre de risques et tu es passé à côté. Tu as peut- être agi trop prudemment» 106mercredi 13 février 2013 106
    • Ici & maintenant ‣ Se concentrer sur ce qui est actuel et concret ‣ Evite les inférences 107mercredi 13 février 2013 107
    • Décrire plutôt que juger ‣ La description est neutre, objective et concrète. ‣ Elle induit un feed-back positif. 108mercredi 13 février 2013 108
    • Exemple La situation : Marie, 23 ans veut se marier avec un garçon de 18 ans. Sa mère compte l’en dissuader car elle désapprouve sa fille et de surcroît, trouve le fiancé très laid. Marie Le fiancé 109mercredi 13 février 2013 109
    • Que lui dira -t-elle ? 110mercredi 13 février 2013 110
    • 1. «Ce garçon que tu 2. « Pourquoi tu veux te veux épouser n’a pas marier avec ce gamin, fini ses études, il vient c’est un bouseux qui d’un milieux rural, il a n’a rien fait de sa vie. 5 ans de moins que Et puis t’as vu sa toi et en plus il est tête ??» franchement pas très beau» 111mercredi 13 février 2013 111
    • Discuter plutôt que conseiller ‣ La discussion place les deux interlocuteurs sur un plan d’égalité. Chacun apporte sa contribution. ‣ Eviter le YAKA... Aider à s’exprimer, reformuler, échanger. 112mercredi 13 février 2013 112
    • IDCWYT✳ ✳ I Don’t Care What You Think ‣ Evaluer la qualité de feed-back que chacun peut donner ou recevoir. ‣ Pour une communication efficace, ne pas trop parler pour ne pas annuler l’effet suscité. 113mercredi 13 février 2013 113
    • 114mercredi 13 février 2013 114
    • Conclusion ‣ Il y a autant de communications qu’il existe d’êtres humains ‣ autant de problèmes liés à celle-ci qu’il existe de problèmes d’êtres humains. ‣ La seule chose envisageable c’est l’amélioration de celle-ci par la compréhension de ses mécanismes et l’acceptation de l’autre en tant qu’individu différent de soi. 115mercredi 13 février 2013 115