Trucs et astuces  - cadre logique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Trucs et astuces - cadre logique

on

  • 10,026 views

Petit guide pour aider à créer un cadre logique, après les arbres de problèmes et arbres d'objectifs, pièce fondamentale dans la planification et présentation de projets suivant la méthodologie ...

Petit guide pour aider à créer un cadre logique, après les arbres de problèmes et arbres d'objectifs, pièce fondamentale dans la planification et présentation de projets suivant la méthodologie "Project cycle management - Gestion du cycle de projets"

Micro-formation donnée dans le cadre de l'incubateur Essaim, de la Chambre de l'économie sociale et solidaire, APRÈS-GE.

Statistics

Views

Total Views
10,026
Views on SlideShare
9,922
Embed Views
104

Actions

Likes
2
Downloads
319
Comments
1

4 Embeds 104

http://projetx.eerv.ch 89
http://projetkhi.eerv.ch 9
http://www.newsblur.com 4
http://www.slashdocs.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • C'est bien, mais, il faut ajouter la chaîne des résultats dans le cadre logique
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Trucs et astuces  - cadre logique Trucs et astuces - cadre logique Document Transcript

  • Trucs et astuces – cadre logique1. Introduction Le cadre logique est un des éléments fondamentaux en gestion de projets qui se destinent à créer des solutions dans des contextes sociaux et environnementaux. C’est un outil de présentation des résultats d’analyse qui fait partie d’une chaîne de réflexion et définition de projets, suite logique de l’arbre des problèmes, l’arbre des objectifs et de la sélection du ou des projets. C’est en premier lieu un outil de vérification de la cohérence entre les différents niveaux d’objectifs et les hypo- thèses ou contraintes de l’environnement externe. De plus c’est un excellent outil de communication lors de la préparation des documents qui seront présentés aux diverses parties prenantes, dont les potentiels bailleurs de fonds des projets. Son origine remonte aux années soixante, lorsque la Banque mondiale avait proposé une forme de présentation des demandes de fonds qui lui étaient soumises dans le but de financer des pro- jets de coopération internationale. Ces outils ont été intégrés dans une méthodologie « Gestion du cycle de projet » utilisée jusqu’à aujourd’hui par de nombreuses organisations d’entraide. Ce do- cument a été construit en s’appuyant sur un guide1 déployé par l’Office de coopération EuropAid, de la Commission européenne.2. Définition Lanalyse des parties prenantes dans le contexte de la situation existante, lanalyse des problèmes et leur hiérarchisation en cause et conséquences, la fixation de la hiérarchie des objectifs, le choix dune stratégie et la détermination de possibles projets font partie de l’approche par le cadre lo- gique – ACL. Il faut distinguer lACL, qui est un processus analytique, de la matrice du cadre lo- gique – MCL. La matrice du cadre logique – MCL constitue le produit de la méthode, présenté sous la forme d’un tableau matriciel de 4 par 4, tout en nécessitant également lanalyse des objectifs de la stra- tégie et des risques potentiels. La matrice du cadre logique compte quatre colonnes et quatre lignes, qui résument les éléments clés suivants:  La hiérarchie des objectifs du projet – actions, résultats, objectifs spécifiques et impacts globaux ; (description du projet ou logique dintervention) ;  les facteurs clés externes influençant la réussite du projet (hypothèses) ; et  la méthode de suivi et d’évaluation du projet (indicateurs et sources de vérification). Le cadre logique sert également de base à la détermination de la liste des activités (échéancier), des besoins en ressources (humaines et matérielles) et des coûts (budget financier). La prochaine figure illustre une matrice du cadre logique. Il existe quelques petites variantes, qui se manifestent par les cases optionnelles.1 Méthodes de l’aide, Lignes directrices, Gestion du Cycle de projets – PCM Guidelines de 2004Document : Trucs et astuces - cadre logique.docx 1
  • Description du projet Indicateurs Sources de vérification Hypothèses Objectifs globaux : contribu- Comment les objectifs glo- Quelle information va être tion du projet aux impacts baux vont être mesurés et collectée, comment, où, d’une politique plus large calculés (quantité, qualité, quand et par qui, pour cons- Case pas utilisée (social, politique ou pro- délai…). truire les indicateurs des gramme public). OG ? Objectif(s) spécifique(s) : Comment les objectifs spéci- Quelle information va être Si l’objectif spécifique est impacts ou avantages directs fiques vont être mesurés et collectée, comment, où, atteint, quelles hypothèses crées pour le(s) public(s) calculés (quantité, qualité, quand et par qui, pour cons- (externes) doivent être con- cible(s). délai…). truire les indicateurs des firmées pour atteindre les OS ? OG? Résultats immédiats : pro- Comment les résultats vont Quelle information va être Si les résultats sont obtenus, duits et services (livrables être mesurés et calculés collectée, comment, où, quelles hypothèses (externes) tangibles) générés par le (quantité, qualité, délai…). quand et par qui, pour cons- doivent être confirmées pour projet. truire les indicateurs des atteindre les objectifs spéci- résultats ? fiques? Activités : ensemble des Si les activités ont été effec- tâches ou « paquets de tra- Optionnel : Optionnel : tuées, quelles hypothèses vail » à réaliser pour obtenir les principaux éléments de les principaux éléments du (externes) doivent être con- les résultats du projet. ressources. budget. firmées pour obtenir les résultats? Optionnel : Si le projet est défini et ac- cepté, quelles hypothèses (externes) doivent être con- firmées pour pouvoir démar- rer les activités?3. Construction du cadre logique 3.1 Séquence générale de construction La construction de la matrice du cadre logique n’est pas un processus purement séquentiel et linéaire, mais plutôt un pro- cessus de va-et-vient progressif. Avant dajouter de nouveaux éléments à la matrice, les informations collectées et générées auparavant doivent être étudiées et, si nécessaire, révisées. Cependant, il existe une logique initiale de séquence, qui commence par la description du projet, avec ses objectifs et activités. Cette séquence initiale correspond à ce qui s’appelle la logique verticale. Ensuite sont travaillées les hypothèses, en remontant et en corrélation avec les objectifs, ce qui s’appelle aussi la logique horizontale. Il est à noter que la première hypothèse (numéro 5) est optionnelle. En troisième place, viennent les indicateurs et leurs sources de vérification et finalement, mais aussi optionnels, quelques éléments de ressources et du budget peuvent venir compléter le ta- bleau (numéros 15 et 16). 3.2 Description du projet et des objectifs : logique verticale La première colonne « Description du projet » est fondamentalement une mise en évidence du travail antérieur de définition de l’arbre des objectifs, sur lequel on aura appliqué un choix stratégi- que et pour lesquels on aura choisi un ou plusieurs projets. La construction des cases 1 à 3 est, de fait, une transposition adaptée de régions figurant dans l’arbre des objectifs :Document : Trucs et astuces - cadre logique.docx 2
  •  L’objectif central et/ou éventuelle- ment ses « voi- sins » sont trans- posés dans la for- mulation des objec- tifs spécifiques ;  La région des con- séquences, située au dessus de l’objectif central fournit les subsides pour la construction des objectifs globaux du projet ;  La proche région en dessous de l’objectif central, alliée au choix du(es) projet(s) est la source de définition des résultats à obtenir. Finalement, les principales activités figurant dans la case numéro 4 sont choisies dans la liste d’activités permettant de réaliser les prestations, aussi appelés « livrables », du ou des projets2. On accompagne volontiers le cadre logique d’un échéancier sous la forme d’un diagramme de Gantt. La vérification de la pertinence de la logique peut se faire à l’aide des questions suivantes :  Si les ressources sont suffisantes, les activités peuvent-elles être réalisées ?  Si les activités sont exécutées, les résultats peu- vent-ils être obtenus ?  Si les résultats sont obtenus, l’objectif spécifique peut-il être atteint ?  Si l’objectif spécifique est atteint, contribuera-t-il aux objectifs globaux ? 3.3 Les hypothèses : 2ème élément de la logique verticale Les hypothèses sont les éléments externes susceptibles de conditionnel la réussite dun projet, et échappent au contrôle direct des gestionnaires du projet. Elles sont la réponse à la question: «Quels facteurs externes peuvent avoir une incidence sur la mise en œuvre du projet et la durabilité à long terme de ses bénéfices, mais échappent au contrôle des gestion- naires du projet ?» La logique est la suivante :  Si les activités sont menées à bien et si les hypothèses se vérifient à ce niveau, les résultats seront obtenus ;  Si les résultats sont obtenus et les hypothèses vérifiées à ce niveau, l’(es) objectif(s) spécifique(s) du projet se- ra(ont) atteints ;  Si l’(es)objectif(s) spécifique(s) a(ont) été atteint(s) et que les hypothèses se sont vérifiées à ce niveau, la contribution à la réalisation des objectifs globaux aura été menée à bien par le projet. Une réflexion initiale et optionnelle et correspond à la réflexion suivante :2 La construction de la liste des activités et leur transformation en échéancier est abordée dans un autre do-cument de trucs et astuces.Document : Trucs et astuces - cadre logique.docx 3
  • Si les ressources et finances sont allouées pour les activités du projet et que les hypothèses se sont vérifiées à ce niveau (case numéro 5), alors les activités peuvent commencer et être exécu- tées. 3.4 Indicateurs et sources de vérification : la logique horizontale Pour chaque niveau de résultats (immédiats, objectifs spécifiques et objectifs globaux), il est impé- ratif de pouvoir les évaluer, afin de vérifier du déroulement à la pertinence du projet. Pour cela, il faut avoir des indicateurs, que l’on puisse mesurer à partir de sources de vérifications. Ils doivent répondre à la question : « Comment savoir si ce qui a été pensé et planifié a réellement été at- teint… comment vérifier et démontrer la réussite du projet ? ». Les indicateurs doivent être indépendants les uns des autres, chacun se rapportant à un seul ob- jectif de la logique dintervention, c’est-à-dire soit aux objectifs globaux, soit à un objectif spéci- fique du projet ou à un résultat. « Par exemple, les indicateurs au niveau dun résultat ne doivent pas être le résumé de ce qui a été dit au niveau de lactivité, mais doit décrire la conséquence me- surable de la mise en œuvre de lactivité. » On dit que les indicateurs doivent être objectivement vérifiables ; cela signifie qu’ils doivent pouvoir se mesurer de façon objective, à un coût acceptable et fournir des informations stables et cohé- rentes. On parle aussi d’indicateurs SMART (Spécifique, Mesurable, de coût Acceptable, Répon- dant aux attentes et limités dans le Temps). La correspondance entre le cadre logique et les catégories d’indicateurs est la suivante : 3.5 Annexes du cadre logique Le cadre logique est normalement complété par les suivants documents annexes:  Liste des livrable (qui permettent d’obtenir les résultats) ;  Liste des blocs/paquets de travail ;  Liste des activités ;  Echéancier des activités dans le temps – diagramme de Gantt ;  Liste des ressources (humaines, matérielles et prestations externes) ;  Budget financier du projet ;  Autres jugés nécessaires.Document : Trucs et astuces - cadre logique.docx 4
  • 4. Exemple L’exemple ci-dessous représente le cadre logique créé à partir d’un arbre d’analyse d’une situation problématique concernant des groupes de femmes africaines œuvrant dans des conditions diffi- ciles et précaires de production de beurre de karité. Indicateurs objective- Sources de vérifica- Logique d’intervention ment Hypothèses tion vérifiables Objectifs globaux : Niveau de gain des fa- Sondages  Les familles gagnent milles Registre des chefs de mieux Indice de satisfaction des villages  Leur qualité de vie familles en termes de Registre des écoles est améliorée qualité de vie  L’exode diminue Population des villages  Les enfants reçoi- Registre des écoles vent l’éducation de base Objectif spécifique : Evolution du chiffre Accompagnement de Pas d’évènement ex-  La production est d’affaires plan financier terne incitant à l’exode augmentée et de Taux d’autofinancement Chiffres des ventes rural meilleure qualité Evolution des résultats Contrôle de la qualité d’analyses de laboratoire par les laboratoires Résultats : Quantités récoltées Sondages Climat favorable  La cueillette est Degré d’apprentissage Formations données Pas d’entraves con- moins difficile Comparaison des installa- par les pairs currentielles  Les femmes sont tions Comptabilité formées Photos et plan  Les locaux de pro- duction sont équipés Activités : Matériel technique  Voir le diagramme fourni sans problèmes de Gantt en an- Pas d’entraves admi- 3 nexe . nistratives locales Le financement et les fonds de roulement sont accordés3 Ne figure pas dans cet exemple. Pour un exemple de diagramme de Gantt, voir le document « Trucs et as-tuces - créer un échéancier avec GanttProject »Document : Trucs et astuces - cadre logique.docx 5