Cinéma et           médiatisation           interculturelle           en classe inversée et en EADBruno Marchal, enseignan...
Objectif Utiliser la médiation et l’interculturalité du capital cinématographique pour susciter une pratique linguistique ...
Bénéfices pour l’enseignant• Diversifier les approches• Créer, stocker et partager des ressources (contenus,  médias)• Tra...
Bénéfices pour l’apprenant• Observer, apprécier, critiquer, porter un jugement• Décoder des images, des sons, des situatio...
Du plus simple au plus complexeType                 Outil               Mode et modèle      Résultat obtenu               ...
Espace forumhttp://cinematic.les-forums.com/forum/1/cinematic/SUR UN FORUM DEDISCUSSION                                   ...
Discussions et débat d’idées                               7
Cours en lignehttp://ajarnbruno.wordpress.com/fr465/%E2%80%95-notion-despace-filmique-et-desthetique-filmique/LE CONCEPT D...
En amont cours et ressources1. Familiarisation du cours   avec ou non du contenu   interactif2. Rattrapage et rythme   ada...
Plateforme coopérativehttp://cinematice.collaborizeclassroom.com/LE TRAVAIL DE GROUPEEN DISTANCIEL                        ...
Coopération par plateforme                             11
Élaboration d’un scénario           Viméo =>                            12
Plateforme de réseau socialhttps://www.facebook.com/CinemaTICEhttp://www.edmodo.com/cinematiceESPACES DE PARTAGE ETÉCHANGE...
Réseau social dédié ou non     facebook         edmodo                               14
Plateforme EAD/FOAD => e-FLE http://www.e-fle.com/horizon.phpUN MODULE DEFORMATION À DISTANCE                             ...
Critères de sélection1. Sujet : en fonction de l’âge, des centres d’intérêt, des   activités professionnelles…2. Lien entr...
composantes d’un film etmédiatisation                17
système narratif-représentatif du  film de fiction                    18
Procédure             Classement des         Classement des            documents scripto-        documents                ...
Séquence 2 – CO –Compréhension de                       Doc scénariol’oralDURÉE : 3 heures d’apprentissage.ORGANISATION : ...
Séquence 3 – CE –Compréhension des                      Doc scénarioécritsDURÉE : 4 heures d’apprentissage.ORGANISATION : ...
Résultats• Construction d’activités qui conviennent aux plus  récentes pédagogies collaboratives et technologiques,  y com...
Questions de Droits1. « Tout projet dutilisation dœuvre(s) impliquant une   reproduction de lœuvre, une intégration dans u...
Bibliographie autour du cinéma•   « Essais sur la signification au cinéma » réédition des tomes I (1968) et II (1972), Chr...
… autour des TICE et médias•   « Médias et Sociétés » Francis Balle, 4e éd. Domat politique, Montchrestien•   « Le design ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

3e Congres Chennai FIPF/CAP

364

Published on

Cinéma et médiatisation interculturelle en classe inversée et en EAD
RÉSUMÉ : Le cinéma particulièrement riche en représentations visuelles et sonores invite naturellement au concept de classe enrichie et constitue un outil de médiatisation adéquat pour un travail sur l’analyse de l’image et l’interculturel. Il est aussi un des médias les plus appréciés d’un public jeune, comme de tous les publics en Asie. Au Japon par exemple, les Français Alain Delon et Jean Réno suscite l’engouement depuis longtemps et le cinéma français bénéficie lui-même d’une image positive grâce aux récentes distinctions des films « La Môme » (Golden Globe, César puis Oscar de la Meilleure actrice 2008), « Entre les murs » (Palme d’or 2008) et « The Artist » récompensé au festival de Cannes, à la British Film Academy et aux Oscars d’Hollywood.
Cette communication propose donc d’utiliser la médiation et l’interculturalité de ce capital pour susciter une pratique linguistique en salle de classe mais aussi sur plateforme d’apprentissage à distance, dans un module destiné à comprendre des structures narratives au travers du scénario ; des structures communicatives par l’implication des dialogues et des personnages tout en offrant des points de passage vers la littérature, l’histoire et la géographie ou encore les arts.
En atelier, nous montrerons qu’à partir d’un classement des informations cinématographiques collectées (documents scripto-iconiques et audiovisuels) d’une analyse sémantique (informations linguistiques ou métalinguistiques apportées par ces ressources) et enfin d’une analyse hiérarchique (ressources les plus riches en informations utilisables ; ressources tombant dans le domaine public ; choix d’extractions des images ou des sons ou hyperliens), on peut construire des activités qui conviennent aux plus récentes pédagogies collaboratives et technologiques, y compris au concept de « classe inversée » ou Flipped Classroom.

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
364
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Dans le mot “interculturel”, on entend à la fois passage d’une culture – celle de l’apprenant (langue source) – verscelle de l’enseignant (langue cible) maisaussi les différents passages de la cinématographieversdifférents arts ou cultures [exemple RFI => http://www.rfi.fr/cours_de_francais/le_talisman_brise/le_site?lang=fr]LA MÉDIATIONDès les années 1920, Vygotsky donne une place centrale à la médiation dans son approche psychologique des processus mentaux. La médiation par le langage (un des principaux outils socioculturels) change fondamentalement les opérations de pensée qui s’appellent raisonnement et déduction, attention et mémorisation. Pour Vygotsky, les connaissances se construisent par l’interaction avec l’environnement social, culturel et historique. Cette dimension permet de comprendre comment les médias et les moyens de communication modernes contribuent à structurer la pensée des nouvelles générations.Avec les travaux de Lev Vytgotski puis plus tard Jérôme Bruner et ReuvenFeuerstein dans les années 1950 à 1970, est apparu le fait qu’un véritable apprentissage nécessite une médiation humaine pour que l’apprenant puisse appréhender et organiser l’information d’une façon toujours mieux adaptée. Ainsi, la médiation est une interaction relationnelle qui s’inscrit dans un environnement prenant en compte un sujet apprenant, un objet, une tâche, un médiateur (un adulte, un expert ou un pair), une situation d’apprentissage. Lamédiation est l’action d’un tiers pour aider une personne à mieux fonctionner sur le plan intellectuel. Au schéma de base de l’apprentissage proposé par Piaget :Stimulus ->> Organisme ->> RéponseFeuerstein ajoute cet élément de médiation :Stimulus ->> Médiation humaine ->> Organisme ->> RéponseSi la médiation favorise l’acquisition des connaissances, elle permet surtout au sujet d’apprendre à apprendre ; elle constitue une intervention structurante pour l’apprenant.LA MÉDIATISATIONLa médiatisation, elle, (Mediation of Learning) est une médiation par un outil cognitif externe technologique, en l’occurrence un outil informatique ou un environnement informatisé. La technologie ne permet pas un apprentissage direct et médiat, ce qui signifie qu’un apprenant n’apprend pas des ordinateurs, livres, vidéos ou autres dispositifs mais cette technologie doit servir à faciliter le processus de construction du savoir. Sharon J. Derry décrit en 1990 les outils cognitifs comme des dispositifs mentaux et informatiques qui étendent le processus de pensée de leurs utilisateurs. Pour David H. Jonassen, les outils cognitifs sont des ressources intelligentes avec lesquelles l’apprenant collabore de manière cognitive dans la construction de ses connaissances. Par conséquent, plutôt que de développer pour l’apprentissage du matériel informatique et multimédia surpuissant, il vaut mieux développer des outils qui facilitent le processus de la réflexion. Certains auteurs ont analysé l’histoire de la formation à distance à partir de l’évolution des médias et des différentes technologies sur lesquelles elle s’est construite. Nipper (1989), par exemple, a proposé trois grandes étapes, trois repères chronologiques :L’imprimé qui marque le début de la formation à distance et constitue la base des cours par correspondance. L’imprimé est le principal vecteur d’enseignement et de tutorat.Historiquement, certains médias comme la radio ont été utilisés pour la diffusion d’information et de matériaux pédagogiques mais à titre complémentaire et de façon non systématique.Dès les années 60, s’ouvre l’ère du multimédia caractérisée par un usage de différents médias (imprimé, radio, télévision, vidéo) complémentaires et coordonnés en vue d’un objectif pédagogique commun.Dans les années 80, avec la naissance de la micro-informatique puis de la télématique, commence l’époque contemporaine, celle d’Internet, des hypermédias et du multimédia multi-utilisateur.
  • On a toujours reproché aux cours en ligne leur aridité en termes de recours aux technologies de l'information et de la communication. Surtout ceux qui sont délivrés dans l'enseignement supérieur et qui brillent souvent par une austérité démotivante.Il est clair qu'une formation faisant appel dans son scénario à des activités permettant de manipuler diverses applications n'aura pas le même impact qu'un fichier .pdf ou .doc déposé sur une plate-forme de formation que l'étudiant ira télécharger.
  • Quelles compétences avoir du côté de l’apprenant ?Exercer son esprit critiquesavoir reconnaître les différents types de messages, les supports, les sources, le public cible…savoir distinguer les fonctions des images (description, narration, explication...)savoir sélectionner, hiérarchiser des informations...Savoir lire des messages et des documentssavoir identifier le type de document et sa sourcesavoir décrire ce qui a été vu et entenducomprendre un lexique utilisérepérer les différentes composantes et savoir retrouver l’enchaînement des idées ou de l’actionSavoir produire des énoncés adéquats (écrits et oraux)savoir exprimer des sentiments, inspirés par ce qui a été vu et entendu dans le document vidéo.Savoir résumer les faits qui ont été vus dans le documentSavoir interpréter et se justifier à l’oral, comme à l’écritSavoir argumenter, à l’oral comme à l’écritSavoir aussi synthétiser sa pensée à l’écrit comme à l’oral
  • L’idée de la classe inversée est venue d’une idée simple de professeurs de sciences d’une école secondaire aux Etats-Unis : poster des vidéos de cours magistraux sur le Net, afin que les élèves absents puissent les visionner et rattraper ainsi leur retard. Le temps de la classe est ainsi inversé : avant, on consacrait le temps en classe pour la théorie et les devoirs à la maison ; aujourd’hui, les étudiants visionnent les vidéos ou écoutent des cours à la maison. Le temps de classe est alors consacré au travail d’équipe, aux discussions et aux activités d’apprentissage actives. Le temps gagné par l’appropriation des notions de cours en amont ne sert pas à faire des devoirs en classe, mais à corriger ce qui a été mal compris.On peut tirer alors des concepts que l’on peut alors approfondir par collaboration ou coopération électronique sur une plateforme techno-pédagogique.
  • Plusieurschangementimportantsontétéapportés par les concepteurs de FB. D’abord, l’idée du groupe de travail qui est né vers le moisd’octobre 2009. Puis la possibilité de corrigersesproprescommentaires. Et enfin la “frisechronologique” ou Timeline, permettant de remonterdans les posts et commentaires.Edmodo
  • Source : mémo RFI
  • Système narratif-représentatif du film de fiction (d’après Metz, Gaudreault, Jost, Chion)Espace diégétique : (Narratologie) Qui relève de la diégèse, c’est-à-dire qui fait partie de l’action ou qui est liée aux événements dans une œuvre de fiction. EX. Dans cette scène du film, la musique est un son diégétique car elle peut être entendue par les personnages.La diégétique est ce qui se rapporte ou appartient à l’histoire, donc qui appartient strictement à l’univers fictif — (G. Gourdeau, Analyse du discours narratif, Magnard, 1993)Intradiégétique (dans la narration) ≠ extradiégétique (Qui est extérieur à la diégèse, c’est-à-dire qui ne fait pas partie de l’action ou qui n'est pas lié aux événements dans une œuvre de fiction.Dans cette scène du film, la musique est un son extradiégétique car elle ne peut pas être entendue par les personnages ; c'est une musique d'ambiance pour le spectateur.[Un son acousmatique - que l'on entend sans voir la cause dont il provient - est ressenti comme lieu secret, énigmatique, où le savoir se cache]
  • Logiciel de téléchargement : downloadvideohelper ; realplayerMise en ligne : soundcloud ; Youtube, viméoLogiciel de captures écran, image + vidéo : Skitch (+ Evernote), Jing (version gratuite de Camasia)Classement des informations collectées : ressources du cinéma (sites intitutionnels ou pages personnelles sur Internet ; ouvrages de référence ; images filmiques disponibles (support DVD, extraits de films sur des diffuseurs tels que YouTube, Dailymotion).Analyse sémantique : informations apportées par ces ressources (linguistiques ou méta-linguistiques).Analyse hiérarchique : ressources les plus riches en informations utilisables (importance de réduire le nombre de films dont il faudra faire la demande d’utilisation ; ressources tombant dans le domaine public ; choix d’extractions des images ou lien sur la vidéo de type permalink …)http://cinematice.org/fr465/%E2%80%95-notion-despace-filmique-et-desthetique-filmique/
  • ExemplessurCinematice :http://cinematice.com/2009/11/10/entretien-dembauche/http://cinematice.com/2009/12/28/un-auteur-une-oeuvre-un-film/ (Stupeur et tremblements)https://soundcloud.com/bruno-marchal/bande-son-situation-initiale#play
  • Problèmes soulevés par les droits d’auteur1/ En terme de principe : tout projet d'utilisation d'œuvre(s) impliquant une reproduction de l'œuvre, une intégration dans une autre œuvre et une diffusion en dehors du cercle privé, doit faire l'objet d'une recherche des ayants-doits et des propriétaires et faire l'objet de demande préalable d'autorisation, de négociation et de contrats écrits.2/ Le ministère de l’Enseignement supérieur a négocié des œuvres audiovisuelles (et cinématographiques) pour une exploitation pédagogogiques dans les établissements français. Français, francophones.L'INA n'est par ailleurs pas opposé à des partenariats à vocation pédagogique.Tout dépend bien sur du projet, du périmètre futur d'exploitation de la production (pays, médias, durée, modalité de diffusion auprès du public, contexte payant ou gratuit, types et particularités des œuvres pressenties, etc.)
  • 3e Congres Chennai FIPF/CAP

    1. 1. Cinéma et médiatisation interculturelle en classe inversée et en EADBruno Marchal, enseignant-chercheurUniversité Thammasat – BKK, Thaïlande
    2. 2. Objectif Utiliser la médiation et l’interculturalité du capital cinématographique pour susciter une pratique linguistique en salle de classe mais aussi sur plateforme d’apprentissage à distance tout en offrant des points de passage vers la littérature, l’histoire et la géographie ou encore les arts dont le cinéma national de l’apprenant. 2
    3. 3. Bénéfices pour l’enseignant• Diversifier les approches• Créer, stocker et partager des ressources (contenus, médias)• Transformer le format de contenus/médias• Intégrer des ressources de formation extérieures (libres et gratuites)• Permettre la co-édition, outiller lintelligence collective, la collaboration• Outiller, scénariser des activités pédagogiques 3
    4. 4. Bénéfices pour l’apprenant• Observer, apprécier, critiquer, porter un jugement• Décoder des images, des sons, des situations culturelles• Développer l’imagination, anticiper, formuler des hypothèses• Reformuler, résumer, synthétiser• Distinguer les parties narratives, explicatives et descriptives d’une histoire• Faire des choix esthétiques 4
    5. 5. Du plus simple au plus complexeType Outil Mode et modèle Résultat obtenu pédagogiqueUn débat Forum de Coopératif par Remue-méninges discussion cognition sociale et synthèse d’idéesUn cours “Flipped Site Internet et Transmissif Visionnage accruClassroom” en réservoir vidéo béhaviorisme, de séquences.classe inversée cognitivisme Compréhension des éléments filmiquesUn travail de Plateforme Collaboratif et Synopsis etgroupe d’échanges constructivisme scénario de vidéoUn rapport/dossier Réseau social Collaboratif et Partage de socio- connaissances – constructivisme dépôt de documentsUn cours en ligne Plateforme Synchrone et Un apprentissage d’apprentissage à asynchrone – tous en distanciel en distance dédiée modèles auto-apprentissage ou tutoré 5
    6. 6. Espace forumhttp://cinematic.les-forums.com/forum/1/cinematic/SUR UN FORUM DEDISCUSSION 6
    7. 7. Discussions et débat d’idées 7
    8. 8. Cours en lignehttp://ajarnbruno.wordpress.com/fr465/%E2%80%95-notion-despace-filmique-et-desthetique-filmique/LE CONCEPT DE CLASSEINVERSÉE 8
    9. 9. En amont cours et ressources1. Familiarisation du cours avec ou non du contenu interactif2. Rattrapage et rythme adapté à chacun3. Plus d’activités et de projets de groupes4. Aide personnalisée5. Motivation 9
    10. 10. Plateforme coopérativehttp://cinematice.collaborizeclassroom.com/LE TRAVAIL DE GROUPEEN DISTANCIEL 10
    11. 11. Coopération par plateforme 11
    12. 12. Élaboration d’un scénario Viméo => 12
    13. 13. Plateforme de réseau socialhttps://www.facebook.com/CinemaTICEhttp://www.edmodo.com/cinematiceESPACES DE PARTAGE ETÉCHANGES EN RÉSEAU 13
    14. 14. Réseau social dédié ou non facebook edmodo 14
    15. 15. Plateforme EAD/FOAD => e-FLE http://www.e-fle.com/horizon.phpUN MODULE DEFORMATION À DISTANCE 15
    16. 16. Critères de sélection1. Sujet : en fonction de l’âge, des centres d’intérêt, des activités professionnelles…2. Lien entre le document et le programme : thématiques, contenus linguistiques…3. Accessibilité : pré-requis socio-culturels et linguistiques4. Durée : 20 minutes maximum5. Unité de sens de l’extrait : un début, une fin ; cohérence6. Facilitation : accès au sens par les images et/ou le son7. Compréhension : niveau de langue, accents, débit8. Qualité technique : son, voix, images 16
    17. 17. composantes d’un film etmédiatisation 17
    18. 18. système narratif-représentatif du film de fiction 18
    19. 19. Procédure Classement des Classement des documents scripto- documents iconiques audiovisuels Analyse sémantique Analyse hiérarchique •informations •ressources les plus riches linguistiques ou en informations métalinguistiques utilisables ; ressources apportées par ces tombant dans le ressources domaine public ; choix d’extractions 19
    20. 20. Séquence 2 – CO –Compréhension de Doc scénariol’oralDURÉE : 3 heures d’apprentissage.ORGANISATION : 3 activitésdivisées en 2 exercices chacune. Lepremier exercice de chaque activitéest lié à un document sonore ; ildoit vérifier la compréhension oraleselon la structure du D.E.L.F.Chaque document sonore est undocument authentique tiré desactualités radiophoniqueshistoriques du festival de Cannes.Le second exercice est un exercicede remédiation destiné à enrichirles connaissances culturelles del’apprenant. 20
    21. 21. Séquence 3 – CE –Compréhension des Doc scénarioécritsDURÉE : 4 heures d’apprentissage.ORGANISATION : deux activitésliées à la compréhension écritepour chaque premier exercice del’activité. La seconde activités’articule autour d’un texte de typeexplicatif alors que le premier estde type narratif. Il permet àl’apprenant de distinguer deuxgenres très différents d’écrit. Demême que pour la premièreséquence de compréhension orale,le second exercice de la premièreactivité est une remédiation vers laréappropriation d’une structure ; ils’agit de la structure de lanarration. Pour le second exercicede la seconde activité, il s’agitd’une remédiation liée au thème del’exercice précédent – les trucagesau cinéma. 21
    22. 22. Résultats• Construction d’activités qui conviennent aux plus récentes pédagogies collaboratives et technologiques, y compris au concept de « classe inversée » ou Flipped Classroom.• Étude de l’image et de la représentation visuelle et sonore – compréhension de la sémantique et de la syntaxe de l’image : éducation aux médias• Mobilisation de toutes les compétences : comprendre, parler, écrire, lire et interagir• Interculturalité et passage vers les cinémas nationaux 22
    23. 23. Questions de Droits1. « Tout projet dutilisation dœuvre(s) impliquant une reproduction de lœuvre, une intégration dans une autre œuvre et une diffusion en dehors du cercle privé, doit faire lobjet dune recherche des ayants- doits et des propriétaires et faire lobjet de demande préalable dautorisation, de négociation et de contrats écrits. »2. Le ministère de l’Enseignement supérieur a négocié des œuvres audiovisuelles (et cinématographiques) pour une exploitation pédagogique dans les établissements français et francophones. 23
    24. 24. Bibliographie autour du cinéma• « Essais sur la signification au cinéma » réédition des tomes I (1968) et II (1972), Christian Metz – édition Klincksieck 2003• « Dictionnaire théorique et critique du cinéma » de Jacques Aumont et Michel Marie – édition Larousse 2001• « 200 mots-clés de la théorie du cinéma » André Gardies et Jean Bessalel, 7e Art, Éditions du Cerf 1992• « Dictionnaire théorique et critique du cinéma » de Jacques Aumont et Michel Marie – édition Larousse 2001• « 200 mots-clés de la théorie du cinéma » André Gardies et Jean Bessalel, 7e Art, Éditions du Cerf 1992• « Atlas du cinéma », André Z. Labarrère, Encyclopédies d’auhourd’hui, Ed. La Pochothèque 2002• « Les Théories du cinéma aujourdhui » réuni par Jacques Kermabon pour la revue CinemAction no 47, décembre 1988, Éditions Cerf-Colet• « Le langage cinématographique » Marcel Martin, Éd. Le Cerf ; 5e Édition 1992• « Cinéma et prodction de sens » Roger Ofdin,Ed Armand Colin, Collection : Cinéma et audiovisuel, 1997 24
    25. 25. … autour des TICE et médias• « Médias et Sociétés » Francis Balle, 4e éd. Domat politique, Montchrestien• « Le design de nos existences à l’époque de l’innovation ascendante » Entretiens du nouveau monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler – édition Mille et une nuits Centre Pompidou 2000• « Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : quelle place pour les TIC dans l’éducation ? » LEBRUN, M. - Bruxelles : De Boeck, 2002, 216 p. (coll. Perspectives en éducation et formation)• « Psychologie des apprentissages et multimédia » LEGROS D., CRINON J. - Paris : Colin, 2003, 228 p. (coll. U)• « Éducation et nouvelles technologies : théories et pratiques » PERRIAULT, J. Paris : Nathan, 2002, 128 p. (Coll. Éducation 128)• « Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues » POTHIER, M. –Paris : Ophrys, 2003. (coll. Autoformation et enseignement multimédia)• « Pédagogie de laudiovisuel et du multimédia » BOURRON Y., CHAPUIS J.P., RUBY J.L., Paris, Éditions dOrganisation, 1995, 192 p. (coll. Fiches EO/FP)• « Logique du récit » Claude Brémond, Éd. Seuil 1973• Guide du projet tutoré => http://sup.ups-tlse.fr/projettutore/sommaire.php 25

    ×