• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Pour la plus grande gloire de dieu
 

Pour la plus grande gloire de dieu

on

  • 1,076 views

Exposé présenté par Sasithorn JEENPRACHA

Exposé présenté par Sasithorn JEENPRACHA

Statistics

Views

Total Views
1,076
Views on SlideShare
1,025
Embed Views
51

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 51

http://cinematice.com 50
http://translate.googleusercontent.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Pour la plus grande gloire de dieu Pour la plus grande gloire de dieu Presentation Transcript

    • «  Pour la plus grande gloire de Dieu »  d’après Morgan Sportès Les relations franco-siamoises au 17e siècle  sous le règne du roi Louis XIV et du roi Naraï Présenté par  JEENPRACHA Sasithorn  5406031061
    • « Pour la plus grande gloire de dieu » • un roman historique écrit par Morgan Sportès •  publié en français en 1993. •  traduit en thaï dans la maison d’édition Matichon par Madame Kannika Chansang, • une histoire tragi-comique de l’expédition des troupes  par Louis XIV à Siam (Royaume d’Ayutthaya) en 1687. • Ce récit montre le double visage des hommes, dans leurs rapports sociaux, culturels et politiques
    •  « Pour la plus grande gloire de Dieu » ou en latin  « Ad maiorem Dei gloriam » est la devise des jésuites, énoncée  par Ignace de Loyola, le fondateur de cet ordre religieux.  C’est un titre ironique car l’auteur veut impliquer que les  jésuites sont les principaux responsables du destin tragique des  Français envoyés au Siam. 
    • Morgan Sportès • né le 12 octobre 1947 en Alger.• après avoir quitté l’Algérie en 1963, il s’est installé à Paris • a fait des études de littérature et d’histoire à la Sorbonne. • a travaillé comme professeur de littérature à l’université Chiang Mai en Thaïlande. • a écrit un roman sur les relations franco-siamoises au 17eme siècle,  intitulé « Pour la plus grande gloire de Dieu ». • est actuellement un écrivain français à plein temps 
    •  La naissance en Algérie  (pays colonisé par la France) l’expérience sur les guerres et les attentats pour la  colonisation.  Depuis la fin du XX siècle, « la guerre de Croisade » des  États-Unis dans les pays arabes  La compréhension de la stratégie cachée sous la politique  diplomatique de Louis XIV. => intention de coloniser le  Siam et les autres pays asiatiques. - But officiel : protéger le roi Naraï  et contrebalancer les  impérialismes anglais et hollandais - en Asie - But secret : conquérir le Siam - et évangéliser le roi et les Siamois. )
    •  Siam, Paris, Éditions du Seuil, 1982. Outremer, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 1989. LAppât, Paris, Éditions du Seuil, 1990. Ombres siamoises, Paris, Éditions Mobius/H. Botev 1995. Tonkinoise…, Paris, Éditions du Seuil, 1995.. Rue du Japon, Paris, Paris, Éditions du Seuil, 1999. Solitudes, Paris, Éditions du Seuil, 2000. LInsensé, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2002. Maos, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2006      (Prix Renaudot des lycéens 2006). Tout, tout de suite, Paris, Fayard, 20117 -Prix Interallié 2011.
    • Kanika Chansang (professeure associée) • licence et maîtrise à l’université Chulalongkorn • doctorat de 3e cycle (littérature française et comparée) de l’université Paris VII en France. • a travaillé à la faculté des Arts à l’université Silpakorn ; aujourd’hui retraitée. Spécialités :• Littérature du XIX et XX siècles.• Études littéraires en Sciences Sociales.• Traduction français-thaï
    •  un travail long et difficile  La grosse difficulté de la traduction :  l’ancienneté de la langue.  un gros travail de recherche sur l’auteur prudence de la traduction : beaucoup de  critiques négatives sur le roi Louis XIV 
    •  De la mort de Louis XIII en 1643, jusqu’en 1715, la France était  dirigée par le roi Louis XIV.  La politique : le développement économique du pays et  l’expansion prospère de catholicisme.  La Compagnie française des Indes orientales (CIO) pour  concurrencer les compagnies anglaise et néerlandaise              ( l’East India Company anglaise (EIC) et Vereenigde Oost- Indische Compagnie (VOC).  Le comptoir de CIO à Pondichéry en 1674 et son 1er navire au  Siam en 1680.   La société des Missions étrangères de Paris (MEP) a le but  d’évangéliser les peuples, fonder les églises et développer les  clergés locaux. 
    •  L’accession au trône  du Naraï ou Naraï le Grand en 1656  Ayutthaya : un lieu commercial important  La politique du roi Narai  influencée par les interférences  étrangères. Constantin Phaulkon, le premier conseiller du roi Naraï.  En 1664, le blocus naval par la compagnie néerlandaise des Indes  orientales pour le monopole de commerce.  Le roi Naraï a transféré la capitale à Lopburi  L’arrivée des troupes français pour contrecarrer l’influence des  Néerlandais et des anglais.  Les missions catholiques à Ayutthaya depuis les dominicains  portugais en 1567 / Les jésuites français en 1662.  
    •  En 1680 : l’envoi d’une mission en France sous la conduite de  Phya Pipatkosa. (Naufrage près de Madagascar) En 1682 : la réception d’une mission commerciale française  dirigée par monseigneur Pallu à Ayutthaya En 1684 : le renvoi d’une mission en France.   En 1685 : la réception de mission,      dirigée par Chevalier de Chaumont     (officiellement pour convertir le roi      Naraï au catholicisme) et la mission     du Shah de Perse pour convertir      le roi a l’islam. 
    •  En 1686 : l’envoi de mission en France dirigée par Kosapan.       (La superbe réception par la France) En 1687 : la réception de mission dirigée par Claude Cébéret du  Boullay et Simon de La Loubère.  En 1688 : la dernière mission dirigée par le père Guy Tachard et  Ok-Khun Chamnan, envoyée en France et au Vatican
    •  Situation initiale : l’arrivée de la troupe de Louis XIV au Siam en 1687 Déclenchement : la faiblesse de roi Naraï, la succession du pouvoir de Petracha et l’exécution de Constantin Phaulkon Situation finale : l’évasion des français du Siam
    •  Simon de La Loubère  Le poète et diplomate français,  envoyé extraordinaire par Louis XIV au Siam.  L’espoir d’être le membre de l’Académie Française.  les costumes de la cour française à l’époque : Perruque,  botte, robe, jube. Son œuvre « Royaume de Siam par Monsieur de La Loubère, envoyé extraordinaire du Roy aupres du Roy de Siam en 1687 et 1688   » reste jusqu’à nos jours la référence  de la culture et les mœurs siamois de 17e siècle. 
    •  Claude Cébéret de Boullay  le diplomate français et un des douze directeurs de la  Compagnie des Indes orientales. le second représentant de cette mission.  Après avoir quitté de Siam, il est allé au comptoir commercial  français à Pondichéry pour le but de commerce. 
    •  Constance Phaulkon ou Oya Witchayen  un aventurier grec - le premier conseiller du roi Naraï du Siam  Mariage avec une femme luso-Japonaise très catholique,   Maria  Guyomar de Pinha ou Marie Guimard. un personnage très controversé dans l’histoire du      Siam. (aucune fonction officielle, mais      il possédait le grand pouvoir.) Sa position et son pouvoir causent la jalousie      et le mécontentement de la part des courtisans. Lors un coup d’Etat guidé par Petracha, Phaulkon a été arrêté et  exécuté le 5 juin à Lopburi. 
    •  Le Père Guy Tachard   le jésuite français envoyé au Siam      officiellement pour la mission religieuse      et l’étude scientifique la première mission en Siam en 1685 avec      Chevalier de Chaumont, François-Timoléon       de Choisy et Claude de Forbin.   La seconde mission : arrivé au Siam en 1687 s’intéressait aux affaires politiques plutôt que sa mission  religieuse.   les conflits avec Simon de La Loubère et Claude Cébébet. 
    •  Le Général Marchal Desfarges  un chef militaire de cette expédition (contrôle les 5 navires  et les troupes de soldats français à Siam.)  Sa mission secrète est de s’installer et conquérir le fort  Bangkok et Mergui, par la force si nécessaire.  La négligence des missions et des fonctions à cause de la  proposition maligne de Phaulkon. Après l’exécution de Phaulkon,      la vie des français au Siam en danger.     Il a donc négocié pour évacuer les troupes      françaises à Pondichéry
    •  Ambassade Kosapan  le frère adoptif du roi Naraï  l’ambassadeur siamois envoyé en France en 1686     pour la mission diplomatique entre le Siam et     la France.  Le retour au Siam avec la seconde ambassade     envoyée par Louis XIV. Il est un homme intelligent de la grande      courtoisie. 
    •  Le sieur Véret  le chef du comptoir français de la Compagnie des Indes à Siam.  La connaissance de la situation et la culture du Siam ainsi que  l’histoire secrète du Phaulkon.  Il s’est marié avec une femme siamoise et avait un enfant. 
    •  Constantin Phaulkon et le père Tachard Le père Tachard a rencontré Phaulkon dès son 1ere mission au  Siam en 1685 et ils maintenaient leur très bonne relation jusquà  son second voyage en 1687.  Dans  l’Oiseau, le père Tachard toujours complimentait et  mentionnait de Phaulkon dans son conversation avec les deux  ambassadeurs. 
    • «   -  Qu’est ce qui vous rend si optimiste soudain ? demanda au jésuite monsieur de Cébéret. Pourquoi êtes-vous si sûr que nous débarquerons sans problème ? - Monsieur Constance y veillera, dit précipitamment le prêtre. J’ai confiance en monsieur Constance. Monsieur Constance est un homme puissant. (…) Monsieur Constance est homme d’honneur, Monsieur Constance est homme de parole, monsieur Constance… » Morgan Sportès, « Pour la plus grande gloire de Dieu », p. 28
    •  Les deux ambassadeurs et le sieur Véret L’ éclaircissements du Siam et Phaulkon parernant le Siam par le  sieur Véret qui vivait au Siam longtemps. - Pourquoi n’y avait-il pas le bon vin au Siam (parce que Phaulkon  en monopolisait l’achat)- les mœurs siamois si différentes de celles de chrétiens. - L’origine de Phaulkon et sa femme
    • « Quoiqu’ils fussent encore bel et bien à bord de l’Oiseau, messieurs de Cébéret et la Loubère avaient l’impression de commencer déjà à « débarquer » , à mettre, du moins, pied, et pour la première fois, sur un sol bien concret, bien solide, après avoir pendant des mois, à Versailles puis tout au long du voyage, pataugé dans les mots, les mots, les mots, des uns et des autres, chacun donnant sa versions arrangée des choses, sans que rien de la chose elle-même transparût.(…) »Morgan Sportès, « Pour la plus grande gloire de Dieu », p. 94
    •  Simon de La Loubère et le père Tachard La Loubère se disputait souvent avec le père Tachard depuis leur  voyage dans l’Oiseau jusquà leur habitation au Siam.  Le traité signé avant le débarquement de la troupe française au  Siam, Le père Tachard et Phaulkon faisaient signer La Loubère le  traité pour donner Mergui et Bangkok aux français mais avec  pleins de conditions. (un piège)
    • « - Vous l’avez signé, Votre excellence, et vous étiez fort contents de le signer. Car vous n’en attendiez pas tant quand vous étiez à bord de l’Oiseau et que vous doutiez si nos troupes débarqueraient jamais ! Maintenant que – grâce à mes efforts zélés- elles sont à terre, et dans Bangkok, vous en voulez plus. Vous demandez la Lune ! Et vous avez l’audace de me faire savoir que vous comptez vous plaindre au roi de Siam en lui adressant directement un mémoire. Perdez-vous la tête ?- Eh bien, donc, dechirez, dechirez ! »Morgan Sportès, « Pour la plus grande gloire de Dieu », p. 226
    •  Simon de La Loubère et Constantin Phaulkon Une semaine après le débarquement au Siam, Simon de La  Loubère a rencontré Monsieur Constance. Il l’a appelé pour la  première fois « Monsieur » au lieu de « Excellence ». Cela cause  une première mauvaise impression chez Phaulkon qui était  blême après avoir entendu ce mot. «  Foutu Dieu, murmurait-il, qui m’a foutu pareils emplumés ! »Morgan Sportès, « Pour la plus grande gloire de Dieu », p. 250
    •  Le père Tachard et Ambassade Kosapan Après la mission diplomatique en France de Kosapan, il est  rentré au Siam par le navire français avec les deux  ambassadeurs siamois et la seconde ambassade de la France. L’inquiétude du père Tachard (si Kosapan précédait le Siam  avant lui, il dirait les maux du français au roi Naraï et la situation  politique deviendrait défavorable.) A l’escale des vaisseaux français à Batavia, le père Tachard a  passé du Gaillard à l’Oiseau qui arriverait au Siam le premier. 
    •  « Si les ambassadeurs siamois nous précèdent dans leur pays et qu’ils y trouvent une situation politique défavorable aux Français, ils diront mille maux de nous, expliqua-t-il. En revanche, si c’est moi qui devance et si je parviens a mettre monsieur Constance dans nos sentiments, ils appuieront, serviles comme ils sont, tout ce que je lui aurai dit » Morgan Sportès, « Pour la plus grande gloire de Dieu », p. 50-51
    •  Le royaume dAyutthaya   un ancien royaume thaï, fondé en 1350 et  disparu en 1767.  Le roi Ramathibodi 1er (Uthong) a fait la  ville d’Ayutthaya le capital de son  royaume sur une île du fleuve Chao  Phraya,.  ouverte aux commerçants étrangers (les  Chinois, les Indiens, les Portugais, les  Hollandais, les Britanniques et les  Français).  souvent en guerre avec la Birmanie. 
    •  Le fort de Bangkok un lieu important dans ce roman.  Les troupes françaises ont besoins de  prendre ce fort  Tous les bateaux qui vont naviguer à  Ayutthaya doit passer par ce fort.  Les soldats français au fort de Bangkok  sont entourés et attaqués par les  siamois. 
    •  L’observatoire à Lopburi Le roi Naraï a fait construire le premier  observatoire dans « Wat San Paolo » à  Lopburi pour les jésuites qui sont  venus au Siam pour la mission  évangéliste et les sciences de  l’astronomie et des mathématiques.
    •  L’avidité  Constantin Phaulkon : Il peut survivre tranquillement avec  bonheur pour toute la vie avec sa femme et ses enfants grâce à  ses biens et ses servants. Cependant, il rêve d’avoir le pouvoir  extrême et d’être le nouveau roi.  C’est pour cela que sa famille  et lui doivent affronter le destin pathétique.  Le Général Desfarges : il tombe dans un piège de Phaulkon et  Père Tachard qui lui proposent les privilèges, les biens et les  filles siamoises. Cependant, Quand la femme de Phaulkon lui  demande l’assistance de protection après l’exécution de son  mari, le General Desfarges ne pense que de son propre  avantage. Il néglige cette demande et décide de renvoyer  la  dame à Petracha
    •  L’auteur s’est basé principalement sur les archives, les mémoires  qu’il a trouvés.  Tous ces documents diplomatiques et religieux ne sont pas  totalement crédibles  L’auteur a commencé à faire la recherche sur Constantin  Phaulkon à la Bibliothèque Nationale. Les archives de jésuites  ont été déjà éditées et censurées par la cour.  Ensuite il a consulté les documents des missions étrangères qui  lui donnaient une autre face de l’histoire.  Picture 5
    •  C’est difficile de voir la frontière nette de la réalité et la fiction dans ce roman l’auteur a écrit ce roman parodique en utilisant les paroles et les conversations de personnages qui ont été enregistrés dans les archives ou les mémoires trouvés.
    •  un seul personnage fictif trouvé dans ce roman, c’est le  narrateur qui est omniprésent et omniscient.  un homme qui a refugié à Amsterdam et écrit ce long mémoire  de son souvenir au Siam.  il commence l’histoire avec le titre comme dans une lettre ou un  agenda «  Amsterdam, 8 juillet 1712 »  et finit par «  Achevé de rédiger en exil : Amsterdam, 8 octobre 1714 ».  Cette technique de récit fait croire aux lecteurs qu’ils sont en  train de lire les mémoires d’un homme qui a passé une période  de sa vie au Siam avant la révolution en 1688. 
    •  Extrait 1 « Devant les questions multipliées du père concernant « la future conversation du roi de Siam », Kosapan, désignant dans le parc de Berny un vaste parterre de fleurs émaillé subtile rhétorique que le Dieu tout-puissant, créateur des cieux et de la terre, aimait au plus haut point la diversité, qu’on en avait pour preuve la multiplicité de ces fleurs aux teintes innombrables : de ces arbres, grands, petits, plus ou moins feuillus ; de ces oiseaux aux chants, aux plumages variés, que ce Dieu avait crée tant de différentes religions parce qu’il avait voulu que les hommes l’adorassent différemment. Ainsi le roi de Siam, avec sa foi, ne l’adorait pas moins-que les chrétiens avec la leur. « Ne dites-vous pas : tous les chemins mènent à Rome » Morgan Sportès, Pour la plus grande gloire de Dieu, p.139
    •  Extrait 2 « Ainsi était constituée la seconde ambassade envoyée à Siam par Louis l’Infâme, Louis le Grand Turc turbanisé, Louis le Bâtard, (…), Louis l’enjésuité, ridicule marionnette manipulée par son âme damnée de confesseur, grand paillard devant l’Eternel, le père de la Chaise, dite percée ; Louis le révocateur de l’Edit de Nantes, Louis le barbare, l’Antéchrist, la Bête de l’Apocalypse qui vola, viola, massacra les protestants, (…) » Morgan Sportès, Pour la plus grande gloire de Dieu, p.17
    •  Points forts La technique et le style du recit l’histoire avec l’humour et la satire.  La crédibilité de contenu      (les étapes analytiques et synthétique de ressources.) le style de théâtre parodique, non pas le style de l’historien.  ( faire imaginer les lecteurs aux scènes et aux situations très  comiques et satiriques.) la connaissance des caractères historiques importants dans  l’histoire et la découvert de siam à travers les yeux des  occidents. 
    •  Point faible Pleins d’anciens mots. (trop difficile pour les Thaïlandais de  comprendre ce roman sans dictionnaire ou la version traduite)
    •  CHANSANG Kanika, « Ruk Sayam Nai Phra Nam Khong Phrachao », Bangkok, Matichon, 2008 LABRUNE G. et TOUTAIN Ph., « L’histoire de France », Nathan,  2002 SPORTÈS Morgan, « Pour la plus grande gloire de dieu », Paris,  Seuil, 1993 VERGÉ Raymond, « Morgan Sportés, La mémoire du Siam »,  article paru dans le Gavroche Thaïlande, 2007
    •  http://www.arts.su.ac.th/depart/depart_french/A_KANIKA.html http://www.sudipan.net/phpBB2/viewtopic.php?p=23588#p23587 http://www.oknation.net/blog/print.php?id=293415 http://www.matichon.co.th/news_detail.php?newsid=1312951881&grpid=&cati = http://kokoyadi.com/2011/08/10/ruksiamwithmorgan/ http://nonlaw.7forum.net/t313-topic http://fr.wikipedia.org/wiki/Narai http://www.ambafrance-th.org/Pour-la-plus-grande-gloire-de-Dieu http://www.morgansportes.net/article.php3?id_article=98 http://www.livres-online.com/Pour-la-plus-grande-gloire-de-Dieu.html
    • Merci de votre attention