• Save
100 jours n°1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

100 jours n°1

on

  • 1,810 views

« 100 jours, Regard sur les Affaires publiques » constitue bien plus qu’un outil d’information sur l'ensemble des initiatives gouvernementales - projets et propositions de lois, concertations ...

« 100 jours, Regard sur les Affaires publiques » constitue bien plus qu’un outil d’information sur l'ensemble des initiatives gouvernementales - projets et propositions de lois, concertations publiques ou négociations internationales.

Statistics

Views

Total Views
1,810
Views on SlideShare
1,810
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

100 jours n°1 100 jours n°1 Presentation Transcript

  • v 1
  • INTRODUCTIONLe 4 avril, le candidat François Hollande annonçait le programme de ses 100 premiers jours, une fois élu Président.Cette responsabilité à présent acquise, comment le futur gouvernement va-t-il mettre en œuvre son programme ?A quel rythme et avec quelle intensité ?Quel sera l’impact pour les entreprises ou institutions ?Comment anticiper, gérer ou influer sur la mise en œuvre des décisions gouvernementales proposées ?Comment rendre plus efficaces vos relations avec les nouvelles équipes ministérielles ?Pour répondre à ces interrogations, vous apporter des éléments de décryptage sur le nouvel éco-système politique en place, et vous aider à prévoir les potentiels impacts sur vos activités, le pole Influenced’Euro RSCG C&O et ses experts en Affaires publiques se mobilisent à travers « 100 jours, Regard sur les Affaires publiques ».Véritable instrument d’une stratégie d’Influence, « 100 jours, Regard sur les Affaires publiques » constitue bien plus qu’un outil d’information sur lensemble des initiatives gouvernementales, projets etpropositions de lois, concertations publiques ou négociations internationales. Il délivrera, tout au long des trois prochains mois des données et des conseils qui vous permettront davoir un temps davanceet de vous sensibiliser aux initiatives touchant votre secteur dactivité :- Une présentation du Président François Hollande et de son entourage.- Une matrice sectorielle, régulièrement mise à jour, reprenant le calendrier des « 100 jours » annoncé par le candidat dans laquelle les initiatives déterminantes pourront êtres mises en évidence etanticipées.- Le nouvel organigramme du gouvernement, des cabinets élyséens et du Premier Ministre, ainsi que les biographies des directeurs de cabinet et des conseillers clés, accompagné d’une analyse sur lesministères « qui comptent » pour les différents secteurs d’activité et les règles d’approche à mettre en œuvre.- Un outil complet de sensibilisation au changement à la tête des "grands organismes" recensant les évolutions de périmètre des grandes administrations centrales, établissements publics et agencesdEtat.- Une analyse des systèmes d’influence à mettre en place selon les différents scénarios issus des élections législatives.…Bref, « 100 jours, Regard sur les Affaires publiques » souhaite vous accompagner dans cette période intense d’actions politiques.Le pole Influence et ses experts Affaires publiques ont le plaisir de vous inviter à découvrir ce premier numéro de cette série ; ils restent bien entendu à votre entière disposition pour répondre à toutes vosinterrogations en matière d’Affaires publiques.Bonne lecture ! Benoit Viala Michel Bettan Directeur général adjoint Vice-Président Havas Affaires publiques Euro RSCG C&O Partner Euro RSCG C&O 2
  • A la rencontre de François Hollande : son parcours, son entourage…François Hollande à l’Elysée : une arrivée vraiment inattendue ?Rassembleur, homme de dialogue et de consensus mais aussi stratège politique, tels sont les traits de caractère qui peuvent décrire François Hollande. Unretour sur ses origines et son parcours politique permettent de mieux cerner le candidat qui est devenu le septième président de la République, le 6 maidernier.Une enfance bourgeoise et tranquille, une jeunesse républicaineFrançois Hollande est né à Rouen, le 12 août 1954, dans une famille bourgeoise. Il est le fils cadet de Georges Hollande et de Nicole Frédérique Tribert. Ilpasse son enfance à Bois-Guillaume, ville résidentielle près de Rouen. En 1968, ses parents déménagent à Neuilly-sur-Seine et il étudie alors au LycéePasteur.Si son père, médecin ORL, est un conservateur qui vote à droite (il a notamment été deux fois candidat sur une liste pour l’Algérie Française), sa mère estassistante sociale, catholique de gauche. Très proche d’elle, François Hollande hérite de ses valeurs sociales et de la volonté de se mettre au service del’intérêt général.Il se lance ensuite dans de brillantes études supérieures : Sciences Po Paris, HEC, ENA (promotion Voltaire 1978-80). Il conserve de ce parcoursméritocratique des amitiés solides qui lui permettent d’amorcer une carrière politique de haut niveau. Jean-Pierre Jouyet et Michel Sapin sont par exempleissus de la promotion Voltaire.C’est à l’ENA qu’il fait la connaissance de Ségolène Royal avec qui il forme une union libre. Ils ont quatre enfants. Leur séparation est annoncée au soir dusecond tour des élections législatives de 2007. François Hollande officialise en 2010 sa relation avec la journaliste Valérie Trierweiler.Son engagement à gauche commence à l’IEP de Paris au sein duquel il est Président de la section UNEF en 1974. A HEC Paris, il préside le comité desoutien à la candidature de François Mitterrand. Il adhère au Parti Socialiste en 1979.Un parcours politique sous le signe de la détermination1974-1997 – François Hollande, fils de la Mitterrandie et du DelorismeEn mai 1981, soutenu par Jacques Attali et Jacques Delors, François Hollande entre à l’Elysée comme chargé de mission pour les questions économiques oùse révèlent ses qualités d’analyste. Perdant face à Jacques Chirac en Corrèze lors des législatives de 1981, il devient directeur de cabinet de Max Gallo en1983, puis de Roland Dumas l’année suivante, tous deux porte-parole du gouvernement de Pierre Mauroy.Dès cette période il s’engage au plan local, à l’échelle nationale et en Europe. En 1984 par exemple, il devient conseiller municipal d’Ussel en Corrèze etseconde Julien Dray à SOS Racisme. 3
  • En 1988, après la réélection de François Mitterrand, François Hollande est élu député de la 1ère circonscription de Corrèze, avec près de 53 % des suffragesexprimés. A l’Assemblée Nationale, il devient Secrétaire de la Commission des Finances et du Plan et rapporteur du budget de la Défense. Il accède auconseil municipal de Tulle en 1989 en tant qu’adjoint au maire, signe d’un engagement local fort.Au Parti Socialiste il lance, avec ceux qui refusent les divisions du parti comme Jean-Yves Le Drian, Jean-Pierre Mignard ou Jean-Michel Gaillard, les« transcourants », rebaptisés ultérieurement « Démocratie 2000 ». Homme de dialogue et de consensus, François Hollande est animé par la volonté derassembler dès les années 90.En 1993, il perd son mandat de député, battu par Raymond-Max Aubert (RPR). Pour expliquer sa défaite, il reconnaît avoir délaissé des électeurs pour sesactivités nationales. La même année, il prend la présidence du Club « Témoin » de Jacques Delors, qu’il quitte en 1997. Parallèlement, il devient en 1994secrétaire national du Parti Socialiste en charge des questions économiques.En 1995, lorsque Jacques Delors renonce à se présenter à l’élection présidentielle, François Hollande se rapproche de Lionel Jospin qui fait de lui un desporte-parole de sa campagne présidentielle.C’est en 1995, après la défaite à l’élection présidentielle de la gauche, qu’il est nommé porte-parole du Parti Socialiste. Puis en 1997 il reconquiert son siègede député de Corrèze.1997-2008 : le passage à vide, onze années à la tête du PS face aux divisions internesLe 27 novembre 1997, François Hollande succède à Lionel Jospin au poste de Premier secrétaire du Parti Socialiste, élu face à Jean-Luc Mélenchon. De1998 à 2001, il est Vice-Président du Conseil régional du Limousin.En 1999, il mène la liste PS/PRG/MDC aux élections européennes, qui arrive en tête avec 21,95 % des suffrages. Elu député, il démissionne six mois plustard, souhaitant se consacrer pleinement à son mandat de député de Corrèze. En mars 2001, il est élu maire de Tulle avec 53 % des suffrages exprimés, ildémissionne alors de son poste de vice-président du Conseil régional.Le 21 avril 2002, après l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de l’élection présidentielle, François Hollande reste aux commandes d’un Parti Socialisteen difficulté et mène la campagne des élections législatives. Malgré la défaite de la gauche, il conserve son siège de député et est réélu la même année à latête du PS.En mars 2004, aux élections régionales et cantonales, le Parti Socialiste remporte 24 régions sur 26 et les deux tiers des cantons renouvelables à un momentoù la popularité du Gouvernement de Jean-Pierre Raffarin est au plus bas dans l’opinion publique. En juin suivant, le PS obtient sous sa direction, 28,9% desvoix aux élections européennes.En 2005, après avoir organisé un référendum interne au PS, François Hollande prend position pour le « oui » à la Constitution Européenne, dans la droiteligne deloriste, et s’oppose à Laurent Fabius. Il sort affaibli du référendum du 29 mai 2005 lorsque les Français et les sympathisants de gauche rejettent laConstitution européenne. Aux prises avec des conflits internes, il parvient à maintenir l’unité du Parti Socialiste. 4
  • Le 24 novembre 2005, lors du congrès du Mans, il est réélu Premier Secrétaire du PS sur une motion soutenue entre autres par Martine Aubry, Jack Lang,Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal, Julien Dray et Bertrand Delanoë. Après plus d’un an de divisions, François Hollande parvient à obtenir lasynthèse des courants du parti. Ses détracteurs le taxent de « synthèse molle », mais François Hollande reste le leader du PS.En juillet 2006, il rassemble à nouveau et fait approuver le programme officiel du PS en vue des élections présidentielles de 2007. Arbitre de la primaireinterne, devant la montée des intentions de vote pour Ségolène Royal, il renonce à se présenter. Cette dernière remporte la primaire face à DominiqueStrauss-Kahn et Laurent Fabius, mais perd finalement l’élection présidentielle.Le 17 juin 2007, François Hollande est réélu député de Corrèze avec 60 % des voix, un résultat qui renforce sa légitimité locale. Aux électionscantonales de mars 2008, il remporte un canton et devient Président du Conseil général de Corrèze. En novembre 2008, il décide de ne pas se représenter àla tête du PS, et cède la place à Martine Aubry.La construction d’une légitimité présidentielleDe 2008 à 2009, François Hollande retrouve l’anonymat des élus locaux. Sans responsabilité nationale d’envergure, les journalistes nationaux nes’intéressent plus à l’ancien secrétaire du Parti Socialiste. A l’été 2009, encouragé par son cercle de proches réunis au sein de l’association « Répondre àGauche », François Hollande commence l’ascension élyséenne. Il repart sur le terrain, en Corrèze, mais aussi sur l’ensemble du territoire français. Ilconcerte, rassemble, élabore une stratégie électorale et un programme pour la France qui place la réforme fiscale et l’éducation au cœur de son projet.La Conquête du pouvoir : des 3 % aux 51,6 %Le 31 mars 2011, il se déclare officiellement candidat aux primaires socialistes. Le 27 avril, il lance sa campagne lors d’un meeting à Clichy-La-Garenne, àl’endroit même où François Mitterrand s’était exprimé peu avant sa victoire du 10 mai 1981. Là encore, l’héritage mitterrandien est assumé.Au mois de mai 2011, l’affaire du Sofitel sort Dominique Strauss-Kahn de la course à l’investiture. De challenger, François Hollande passe au statut de favoride la primaire socialiste. Il décide alors d’inviter les strauss-kahniens à le rejoindre afin de s’entourer d’un réseau supplémentaire. Pierre Moscovici estd’ailleurs le premier à le suivre. Initialement crédité de 3% d’intentions de vote, sa cote remonte rapidement.Le 16 octobre 2011, il remporte la primaire devant Martine Aubry avec 56,57 % des voix, et devient le candidat socialiste à l’élection présidentielle. Aprèsavoir appelé au rassemblement pendant toute la campagne et malgré les attaques répétitives de ses adversaires à son encontre lors des primaires, le partis’aligne derrière le candidat à la différence de 2007.Studieux et solitaire, François Hollande se prépare alors à la grande confrontation annoncée contre Nicolas Sarkozy. Il se lance sur les routes de France à laconquête des voix et étudie ses dossiers avec attention. Enfin, l’homme se durcit, faisant passer les considérations stratégiques devant les sensibilitéspersonnelles, quitte à blesser certains amis au passage. La stratégie fonctionne, le 6 mai 2012, François Hollande est élu Président de la République, enrecueillant 51, 6 % des suffrages exprimés. 5
  • François Hollande, un homme de réseau qui sait cultiver ses amitiés ! • Ses plus proches, dans la vie comme en politiqueJean-Pierre Jouyet :Diplômé de la promotion Voltaire, Président de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et son « ami de 30 ans », il a été Ministre des Affaires européennes pendant un an et demi au sein duGouvernement Fillon mais ne s’est pas pour autant éloigné de François Hollande.Michel Sapin :Député-maire d’Argenton-sur-Creuse, ancien ministre de l’Economie et des Finances (1992-1993), et ami de longue date de François Hollande, il a été chargé du programme économique de lacampagne.Jean-Pierre Mignard :Avocat pénaliste de profession, il est un ami de longue date de François Hollande et de Ségolène Royal. Il a fondé avec le premier deux clubs deloristes dans les années 1980 et 1990 et aprésidé l’association Désirs d’avenir après la campagne de 2007 avec la seconde. Il se présente aux élections législatives à Marseille.Dominique Villemot :Issu lui aussi de la promotion Voltaire, il est un ami de longue date de François Hollande. Avocat de profession, il a rédige des notes sur la fiscalité pour François Hollande tout au long de lacampagne et organisé plusieurs réunions d’experts. • Ses fidèles compagnons politiquesStéphane Le Foll :Il a été le directeur de cabinet de François Hollande rue de Solférino. Vice-président de la communauté urbaine du Mans, il est député européen depuis 2004. Il a créé le club « Répondre àgauche » suite au congrès de Reims en 2008 et a été le directeur de campagne de François Hollande durant les primaires. Responsable de l’organisation durant les présidentielles, il a étéchargé des meetings et des déplacements. C’est aussi un spécialiste des questions d’agriculture et des affaires européennes.Faouzi Lamdaoui :Il a été Secrétaire national du PS à la diversité sous François Hollande et est devenu son Chef de cabinet pendant la campagne présidentielle.Kader Arif :Il siège au Parlement européen depuis 2004. Proche de Lionel Jospin et de Bertrand Delanoë, il a rejoint François Hollande dans sa course à l’Elysée. Il suivait de près les dossiers africainspour le candidat Hollande durant la campagne.André Vallini :Fidèle depuis plus de vingt ans à François Hollande, il est Président du Conseil général de l’Isère et a été le Secrétaire national chargé de la Justice lorsque François Hollande dirigeait le PS (iln’avait pas voulu le rester sous Martine Aubry). Il est aussi l’ancien Président de la Commission d’enquête sur l’affaire d’Outreau et souhaite depuis longtemps accéder au poste de Garde desSceaux.Bruno Leroux :Député de Seine-Saint-Denis, spécialiste des questions de sécurité, il a longtemps poussé à la structuration d’un « courant Hollande » au sein du PS, lorsque ce dernier était encore Secrétairegénéral. Il souhaiterait prendre la tête du groupe socialiste de l’Assemblée. 6
  • Olivier Faure :Juriste de formation, il a travaillé pendant sept ans en tant que directeur adjoint du cabinet de François Hollande rue de Solférino. Il est aussi l’ancien collaborateur de Martine Aubry au ministèredu Travail. Depuis 2007, il est Secrétaire général du Groupe PS à l’Assemblée nationale auprès de Jean-Marc Ayrault et il se présente aux législatives de juin pour la Seine-et-Marne.Bernard Poignant :Maire de Quimper depuis 2008, il est un des fins connaisseurs du Parti Socialiste et a l’oreille de François Hollande. • Les femmes et les hommes de l’ombreJean-Jacques Augier : ancien de l’ENA et de la promotion Voltaire comme François Hollande, il a notamment été inspecteur des Finances et le patron des taxis G7. Il a été chargé dufinancement de la campagne et conseille aussi François Hollande sur la création d’entreprise.André Martinez :Ancien d’HEC, il a aussi été dirigeant dAccor. Il a fait partie des équipes qui ont suivi François Hollande depuis 2008 et a conseillé le candidat sur les relations avec les entreprises. Il pourraitdevenir conseiller à l’Elysée.Jean-Marie Cambacérès :Ancien élu socialiste passé dans le privé, Jean-Marie Cambacérès sest imposé auprès de François Hollande en fédérant autour de lui des personnalités issues de la société civile. Son objectif :"construire la légende", selon son propre terme, autour de celui quil a rencontré à lENA. Il a ainsi fondé en juin 2010 « Démocratie 2012 », un réseau qui réunit notamment ses ancienscamarades énarques issus de la célèbre promotion Voltaire.Bernard Cottin :Il connaît François Hollande depuis Sciences-Po et a fait son service militaire et l’ENA avec lui. Il mène une carrière dans le privé : il est notamment l’ex-PDG de Numéricable, et est le Vice-Président de l’association de financement de la campagne. Il conseille aussi François Hollande sur Internet.Jean-Marc Janaillac :Ancien camarade de la promotion Voltaire et d’HEC, il est le Président de RATP Développement.Eric Ghebali :Ex-dirigeant de SOS racisme, il a mis au service de François Hollande son réseau dans le monde de la culture.Isabelle Sima :Elle organise tous les déplacements de François Hollande. Corrézienne, elle le connaît depuis trente ans.Frédéric Monteil :Fidèle ami de François Hollande, il est aussi son assistant personnel. 7
  • Les hommes du Président : une volonté de s’entourer de pôles d’experts !Les généralistesPierre-René Lemas :Il est aussi issu de la promotion Voltaire à l’ENA. Ancien des cabinets de Pierre Joxe et Gaston Defferre, il a fait carrière comme Préfet de région en Corse et en Lorraine. C’est FrançoisHollande qui a suggéré son nom à Jean-Pierre Bel pour qu’il en fasse son Directeur de cabinet à la présidence du Sénat. Si Lemas a décliné le poste de secrétaire général de la campagne deFrançois Hollande, il pourrait être nommé Secrétaire général de l’Elysée.Laurent Olléon :Conseiller d’Etat, il fut chargé de mission en Corrèze en 1990, puis responsable de la branche jeunesse des clubs Témoin. Il a travaillé sur la préparation de François Hollande au débat del’entre-deux-tours durant la campagne de 2012 et est l’époux de Fleur Pellerin.Aquilino Morelle :En lice aussi pour un poste ministériel, la « plume » de François Hollande pourrait en fait rejoindre l’Elysée. Inspecteur général des Affaires sociales – il a notamment été Rapporteur dansl’affaire du Mediator -, ancienne « plume » de Lionel Jospin entre 1997 et 2002, ancien directeur de campagne d’Arnaud Montebourg durant la primaire du PS, il s’est imposé comme l’un desrouages essentiels de la campagne.Dans les domaines de la défense, de l’intérieur et de la justiceIntérieurBernard Boucault :Il dirige l’ENA depuis août 2007 et a été directeur de cabinet du ministre de l’intérieur socialiste Daniel Vaillant (2000-2002).Patrice Bergougnoux :Il est l’un des rares spécialistes de la police au sein de la gauche. Il est Préfet et a participé à la mise en place de la police de proximité.DéfenseLouis Gautier :Il est l’ancien conseiller pour la Défense de Lionel Jospin à Matignon. Fondateur du pôle de réflexion Orion au sein de la fondation Jean-Jaurès, il est doté d’un solide réseau chez les militaireset les industriels.JusticeChristian Vigouroux :Conseiller d’Etat et proche de Pierre Joxe, il a dirigé un groupe d’experts de la Justice pour François Hollande lors de sa campagne.William Bourdon :Avocat pénaliste, il a été le responsable du pôle Droits de l’Homme et libertés publiques durant la campagne.Jean-Paul Jean :Ancien conseiller de Michel Vauzelle et d’Elisabeth Guigou, il est l’un des meilleurs experts sur la Justice et a été la « plume » de nombreux courriers signés par François Hollande.Michel Debacq :Avocat général à Versailles, il est l’ancien conseiller d’Elisabeth Guigou à la Chancellerie et patron de la section antiterroriste du parquet de Paris. Il a participé aux groupes de réflexion ducandidat et pourrait être nommé au ministère de la justice. 8
  • SocialChristophe Chantepy :Il est lui aussi conseiller d’Etat et a joué un rôle important dans la campagne de Ségolène Royal en 2007. Durant la campagne de François Hollande, il a participé activement au programmeauprès de Michel Sapin.Xavier Lacoste :Actuellement directeur général d’Alixio, société présidée par Raymond Soubie qui fut conseiller de Nicolas Sarkozy, il est cité comme possible conseiller social.Michel Yahiel :Aujourd’hui Délégué général de l’Association des régions de France et énarque, il a été très actif durant la campagne. Il pourrait être nommé comme conseiller social à l’Elysée.Jacky Bontems :Salarié du bâtiment, devenu n°2 de la CFDT, il a rejoint François Hollande dès 2009 après avoir quitté ses fonctions syndicales. Il est notamment l’homme des contacts secrets avec lesorganisations patronales (CGPME, UIMM, Medef) et a aussi organisé une rencontre entre Jean-Marc Ayrault et Laurence Parisot en toute discrétion le 18 avril 2012.Economie et FinanceEmmanuel Macron :Jeune inspecteur des finances, il a été membre de la commission sur la croissance de Jacques Attali. Il est associé-gérant à la banque Rothschild, a centralisé le travail des expertséconomiques durant la campagne et est toujours un conseiller proche de François Hollande.Karine Berger :Directrice des études économiques et membre du comité de direction dEuler Hermes SFAC, elle a aussi été chargée des questions économiques, puis des questions de régulation bancaire ducandidat socialiste et envoyée spéciale auprès du directeur de la Bundesbank pour exprimer la position du candidat sur le traité budgétaire européen. Elle est candidate aux législatives dans lesHautes-Alpes, et devrait rejoindre la Commission des finances en cas de victoire.Gilbert Cette :Il est économiste et spécialiste des questions salariales et de l’emploi.Cyril Benoît :Normalien et banquier d’affaires, il est l’ancienne « plume » de Laurent Fabius et un proche de Dominique Villemot.Sandrine Duchêne :Spécialiste en macroéconomie, elle est aussi chef du département de la conjoncture à l’INSEE.Cécile Ha Minh Tu :Spécialiste des questions industriellesLes économistes de la campagnePhilippe Aghion :Spécialiste innovation et croissance, professeur à Harvard et à l’Ecole d’Economie de Paris. 9
  • Daniel Cohen :Spécialiste de la dette souveraine et professeur à l’Ecole Normale Supérieure, Vice-président de l’Ecole d’Economie de Paris, conseiller à la Banque Lazard et éditorialiste au Monde. Il estégalement Président du Conseil d’orientation scientifique de la Fondation Jean-Jaurès.Elie Cohen :Spécialiste des régulations économiques et financières et directeur de recherche au CNRS.Jean Pisany-Ferry :Directeur du cercle de réflexion Bruegel, membre du Cercle des économistes, ancien conseiller économique de Dominique Strauss-Kahn et de Christian Sautter au ministère de lÉconomie, desFinances et de lIndustrie, et ancien expert pour la Commission Européenne et le FMI.Romain Rancière :Professeur associé à l’école d’économie de Paris.Thomas Philippon :Professeur d’économie à l’université de New-York et à l’école d’économie de Paris, spécialiste d’économie financière.Dans la société civile :IndustrielsPierre Blayau :Patron de Géodis, proche de François Hollande.Louis Gallois :Ancien grand patron français, proche de Chevènement, fondateur du think tank « La Fabrique de l’Industrie ». Il a rencontré François Hollande à l’automne et pourrait se voir confier unCommissariat général à l’industrie.Anne Lauvergeon :Ancienne patronne d’Areva, elle a conseillé le candidat Hollande sur les questions énergétiques.Christophe de Margerie :Patron de Total, proche de Jean-Pierre Jouyet, il a signé un manifeste dans le Nouvel Observateur « Taxez-nous ! » l’été dernier.Jean-Louis Beffa :Il est un industriel (Saint-Gobain) avec qui François Hollande a établit de nombreux contacts depuis un an.Jean-Cyril Spinetta :Président du Conseil d’administration d’Air France, François Hollande et Jean-Cyil Spinetta se connaissent depuis 30 ans et s’apprécient mutuellement.MédiasJournalistes, réalisateurs, producteurs de télévision proches de François Hollande :Claude Sérillon, René Bonnell, Bruno Masure, Valérie Lecasble, Fabienne Servan-Schreiber, Olivier Poivre d’Arvor, Michel et Patrick Rotman, Alexandre Drubigny, Serge Moati, Rachel Kahn. 10
  • CultureBenjamin Stora :Historien et spécialiste de l’Algérie, professeur à l’université Paris XIII. Ses recherches portent sur l’histoire du Maghreb contemporain, l’Algérie coloniale et l’immigration en France.Jean-Michel Ribes :Patron du théâtre du Rond-Point et ami de toujours de François Hollande, il est aussi acteur, dramaturge, metteur en scène de théâtre, réalisateur et scénariste.David Kessler :Conseiller dEtat, directeur des Inrockuptibles et du Huffington Post, il siège au sein de nombreux conseils dadministrations.Pierre LescureDirecteur artistique du théâtre Marigny, homme de télévision et de médias, il siège dans de nombreux conseils dadministration.Jérôme Clément :Ancien patron d’Arte, il siège dans de nombreux conseils dadministration dentreprises à caractère culturel (Théâtre du Châtelet, Musée dOrsay).Didier Fusiller :Directeur de la Maison des Arts et de la Culture de Créteil. Proche de Martine Aubry, il a organisé de nombreux festivals et évènements à grande échelle en France, notamment « Lille 2004 ». 11
  • Nouveaux décideurs de la République : les derniers pronostics en bref !Il y aura quinze grands pôles ministériels et autant de femmes que dhommes dans le premier Gouvernement formé sous François Hollande. Pour chaque ministère, vous trouverez ci-dessousune liste de noms fréquemment cités.GOUVERNEMENTPremier ministre : - « Le grand favori » : Jean-Marc AYRAULT, professeur d’allemand, 62 ans  Député-maire de Nantes  Président du Groupe socialiste (1997-2007), puis du Groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche de lAssemblée nationale (juin 2007) → son profil est suffisamment polyvalent pour qu’il puisse prétendre aussi bien à l’Intérieur et à la Décentralisation qu’à la Justice ou au Quai d’Orsay. - Martine AUBRY, conseillère d’Etat, 61 ans  Première secrétaire du Parti Socialiste  Maire de Lille  Ex-n°2 du Gouvernement Jospin  Battue par François Hollande à la primaire PS → Si elle n’a pas Matignon, elle pourrait récupérer un « super ministère » de la Culture et de la Jeunesse, voire de l’Education. - Manuel VALLS, conseiller en communication, 49 ans  Député-maire d’Evry (Essonne)  Battu par François Hollande à la primaire PS  Directeur de la communication du candidat Hollande → S’il n’est pas Premier ministre, il pourrait être nommé à l’Intérieur à la place de François Rebsamen.… et toujours pressentis : Michel Sapin et Pierre Moscovici !Porte-parole du gouvernement : - Najat VALLAUD-BELKACEM, porte-parole 12
  • Ministre de l’Intérieur - Manuel VALLS - François REBSAMEN, 60 ans, Sous-préfet hors cadre  Sénateur-maire de Dijon (Côte d’Or)  Président du groupe socialiste au Sénat (depuis 2011 )  Responsable du pôle sécurité du candidat Hollande → Il se voyait au Ministère de l’Intérieur mais le poste est très convoité, notamment par Manuel Valls. De plus son intervention sur la requalification des poursuites pour les fumeurs de cannabis a été peu appréciée par François Hollande.Ministre de la Justice - Bertrand DELANOË, 61 ans, conseiller en communication  Maire de Paris → Le Maire de Paris, qui ne se représentera pas en 2014, pourrait être tenté par une première expérience de ministre. Le Quai d’Orsay et la Culture sont évoqués. - Arnaud MONTEBOURG, 49 ans, avocat  Député  Président du Conseil général de Saône-et-Loire → Il pourrait récupérer la Justice, les Collectivités locales avec le dossier phare de la nouvelle étape de décentralisation ou l’Industrie. - Jean-Marc AYRAULT - André VALLINI, 55 ans, avocat  Sénateur de l’Isère  Président du Conseil général de l’Isère  Chargé de la Justice dans l’équipe du candidat Hollande → Proche de François Hollande depuis 20 ans, il a été président de la Commission d’enquête sur l’Affaire Outreau et souhaite depuis longtemps accéder au poste de Garde des Sceaux 13
  • Ministre de la Défense - Jean-Yves LE DRIAN, 64 ans, Inspecteur général de l’Education nationale en retraite  Président de la région Bretagne  Ancien Secrétaire dÉtat à la Mer auprès du Ministre de lÉquipement, du Logement, des Transports et de lEspace, Paul Quilès (mai 1991-avril 1992)  Responsable des questions de Défense du candidat Hollande → Il fait partie des premiers à avoir cru en François Hollande : il a été le cofondateur en 1985, avec notamment Jacques Delors et François Hollande, du Club « Démocratie 2000 », devenu « Témoin » en 1992, et participant en 2009 au Club « Répondre à gauche ».Ministre des Affaires étrangères - Laurent FABIUS, 65 ans, Maître des requêtes au Conseil d’État retraité  Député de la Seine-Maritime  Ancien Premier ministre sous François Mitterrand  Responsable de missions à l’étranger pour le candidat Hollande → Il a été l’un des piliers de la campagne de François Hollande après avoir été l’un de ses adversaires les plus critiques. En charge de la préparation de la première année du quinquennat, il est pressenti pour le Quai d’Orsay. - Pierre MOSCOVICI, 54 ans, conseiller maître à la Cour des comptes  Député du Doubs  Ancien Ministre délégué chargé des Affaires européennes  Directeur de campagne du candidat Hollande → Longtemps proche de DSK, il a rejoint François Hollande dès juin dernier pour devenir son directeur de campagne. Un temps évoqué comme éventuel Premier ministre, il est désormais pressenti pour le quai d’Orsay. - Jean-Marc AYRAULT 14
  • Ministre de l’Economie et des Finances - Michel SAPIN, 60 ans, conseiller de tribunal administratif  Député-maire dArgenton-sur-Creuse (Indre)  Ancien Ministre de l’Economie et des Finances  Chargé du projet présidentiel pour le Candidat Hollande → Ami de longue date de François Hollande, il est ancien ministre de lEconomie du Gouvernement Bérégovoy. - Pierre MOSCOVICIMinistre du Budget - Nicole BRICQ, 64 ans, cadre de direction  Sénatrice de Seine-et-Marne  Rapporteur général du Budget au Sénat → Ex-strauss-kahnienne, elle a rejoint François Hollande dès juin 2009. Spécialiste des finances publiques elle pourrait obtenir ce poste. - Jérôme CAHUZAC, 59, chirurgien  Député-maire de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne)  Président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale  Chargé du Budget, des finances et de la fiscalité pour le candidat Hollande → Il était l’homme des comptes publics au sein de l’équipe.Ministre ou secrétaire d’Etat à l’Industrie – Réindustrialisation - Arnaud MONTEBOURG - Alain ROUSSET, 63 ans, cadre supérieur du secteur privé  Député de la Gironde  Président du Conseil régional d’Aquitaine → « Hollandais » enthousiaste, il pourrait être nommé à la tête d’un ministère de la Réindustrialisation. 15
  • Ministre de la Culture et de la Communication - Aurélie FILIPPETTI - Martine AUBRYSecrétaire d’Etat à l’économie numérique - Fleur PELLERIN, haute fonctionnaire spécialiste du Numérique  Chargée des questions numériques dans l’équipe du candidat HollandeMinistre des Affaires sociales et de l’Emploi - Marisol TOURAINE, 53 ans, conseillère d’Etat  Députée de l’Indre-et-Loire  Chargé du social, des personnes âgées et du handicap pour le candidat Hollande → Elle s’est imposée comme la personne la plus compétente sur les sujets de Protection sociale et pourrait hériter du ministère des Affaires SocialesMinistre de l’Education - Vincent PEILLON, 51 ans, Professeur de Philosophie  Député européen  Chargé de l’Education, de la Jeunesse, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour le candidat Hollande → Responsable du pôle éducation, la priorité de François Hollande. Multipliant les consultations et les déplacements, cet agrégé de philosophie a méthodiquement construit sa légitimité auprès des acteurs de l’éducation et du nouveau Président.Ministre ou secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur : - Aurélie FILIPPETTI, 38 ans, Professeur de Lettres et écrivain  Députée de la Moselle  Chargée de la culture, de l’audiovisuel et des médias du candidat Hollande 16
  • Ministre ou Secrétaire d’Etat à la Recherche - Michel DESTOT, 65 ans, ingénieur en génie atomique  Député-maire de Grenoble (Isère)  Membre du Conseil des élus du candidat Hollande → Spécialiste des questions énergétiques, ayant tissé des liens entre le candidat Hollande et le monde de l’entreprise, il pourrait se voir confier la Recherche.Ministre de la Jeunesse - Najat VALLAUD-BELKACEM, 34 ans  Adjointe au Maire de Lyon  Porte-parole de Ségolène Royal en 2007  Porte-parole du candidat Hollande → Elle pourrait hériter du ministère de la Jeunesse ou de l’Egalité des chances ou encore du poste de Porte-parole du Gouvernement.Ministre de l’Agriculture - Stéphane LE FOLL, 52 ans, Professeur d’économie  Député européen  Ancien directeur de cabinet de François Hollande alors Premier secrétaire du Parti Socialiste  Responsable de l’organisation de la campagne du candidat Hollande → Fidèle parmi les fidèles, l’élu sarthois pourrait hériter du ministère de l’Agriculture.Ministre de l’Egalité territoriale/Décentralisation [nouveau ministère comprenant politique de la ville, DATAR, etc.] - Arnaud MONTEBOURG 17
  • Ministre de l’Environnement - Cécile DUFLOT, 37 ans, urbaniste  Conseillère régionale d’Ile-de-France  Secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts - Philippe MARTIN, 58 ans, Préfet  Député et président du Conseil général du Gers  Secrétaire national du PS chargé de l’EnvironnementMinistre des Transports et de l’Energie - Bruno Leroux, 47 ans, consultant en gestion et management  Député de Seine-Saint-Denis → Il peut également prétendre à la présidence du groupe PS à l’Assemblée nationale - Jean-Vincent PLACE, 44 ans, directeur de centre de formation  Sénateur EELV de l’Essonne  Président du Groupe écologiste au Sénat  Vice-Président du Conseil régional d’Ile-de-France, chargé du Transport et des Mobilités → Pressenti au Gouvernement au titre de l’Alliance avec EELVMinistre des Sports - Valérie FOURNEYRON, 52 ans, médecin du sport  Députée-maire de Rouen  Chargée des questions Sport du candidat Hollande 18
  • Ministre de la Santé - Catherine LEMORTON, 50 ans, pharmacienne  Députée de Haute-Garonne  Spécialiste des questions de Santé du candidat HollandeMinistère ou Secrétariat d’Etat à l’Egalité femmes-hommes - Najat VALLAUD-BELKACEMMinistre du Logement - Thierry REPENTIN, 49 ans, cadre  Sénateur de la Savoie  Chargé de l’habitat et de la politique de la Ville du candidat Hollande - Najat VALLAUD-BELKACEM 19
  • PALAIS DE L’ELYSEEDirecteur de cabinet de l’Élysée - Nacer MEDDAHLe Secrétaire général de la campagne de François Hollande est un préfet qui a été en poste en Seine-Saint-Denis et en Franche-Comté. Il devrait lui aussi rejoindre l’Élysée, peut-être au postede Directeur de cabinetSecrétaire général de l’Élysée - Jean-Pierre JOUYETAprès s’être un temps éloigné de son vieil ami François Hollande pour cause d’appartenance au Gouvernement Fillon, le patron de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a rejoint le premiercercle des proches. Il pourrait être à François Hollande ce que Xavier Musca est à Nicolas Sarkozy, soit Secrétaire général de l’Élysée, soit “sherpa” à dominante économique et financière.Conseillers présidentiels - Cabinet du Président : - Sherpa : Emmanuel MACRON - Nacer MEDDAH - Faouzy LAMDAOUI - Aquilino MORELLE Retrouvez dans le prochain numéro tous les décryptages sur la nouvelle équipe gouvernementale. D’ici là pour toute information n’hésitez pas à contacter l’équipe Affaires publiques d’Euro RSCG C&O (votre référent client ou Céline Stierlé : 01.58.47.97.57 / celine.stierle@eurorscg.fr). 20