Feminisation de la profession vétérinaire
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Feminisation de la profession vétérinaire

on

  • 274 views

Les jeunes ont peur du lendemain. Les étudiants vétérinaires sont essentiellement des femmes. Des libéraux stratèges imaginent des montages financiers pour les embaucher et sécuriser leur ...

Les jeunes ont peur du lendemain. Les étudiants vétérinaires sont essentiellement des femmes. Des libéraux stratèges imaginent des montages financiers pour les embaucher et sécuriser leur avenir.
Dans le même temps, les vétérinaires traditionnels râlent à l’idée de voir émerger des cliniques déshumanisées, standardisées qui favorisent l’octroi de bénéfices à de futurs actionnaires. Comment nos jeunes vont-ils manœuvrer dans ce marché en plein bouleversement ? Quid des envies de la génération Y ? Sont-ils si désinvoltes qu’on le dit ?

Statistics

Views

Total Views
274
Views on SlideShare
274
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Feminisation de la profession vétérinaire Document Transcript

  • 1. VIE DE CLINIQ uE emploi AAron AmAt - FotoliA Quel avenir pour nos jeunes femmes Les jeunes ont peur du lendemain. Les étudiants vétérinaires sont essentiellement des femmes. avenir. Par Christelle Fournel 32 vetlife N°56 - octobre 2013
  • 2. oixante-trois pour cent des vétérinaires se sentent menacés par la possibilité donnée à un confrère de posséder plusieurs cliniques (enquête de branche I+C, novembre 2009) et un tiers pratique seul : les libéraux s’affichent comme de farouches indépendants ! Les réseaux de cliniques se multiplient eu égard à la féminisation de la profession, à leur envie de salariat, de vie de famille et à l’impossibilité d’investir suite à la crise économique. C’est l’avis de certains experts en management vétérinaire. Qu’en pensent les principales concernées, nos jeunes vétérinaires femmes, fraîchement moulues de l’école ? Trouver un emploi à pleinTempS, paS Si facile Pour Nina (Alfort 2012), trouver un emploi à temps plein correctement rémunéré fut rude. Sa promotion «  de transition  » a bénéficié de quelques mois de pratique en plus. Heureusement, car les vétérinaires installés cherchent des remplaçants attestant d’une expérience significative. Avec  2 à 3 ans de clinique, Nina a ainsi été reçue dans les cliniques, contrairement aux générations futures qui sortiront avec moins d’expérience pratique et devront aller chercher un diplôme de spécialiste européen pour faciliter leur embauche. Comme par le passé, le parcours gagnant passe par les gardes dans une belle structure, avec l’espoir d’être embauché de jour, par la suite. Mais les places y sont chères et souvent prises d’assaut par certains étudiants privilégiés. À l’exigence des vétérinaires s’ajoute une baisse de l’offre… Les libéraux réduisent leurs frais à cause du contexte économique défavorable. Le travail à temps DoC rABE mEDiA - FotoliA S plein en Île-de-France  : mieux vaut oublier ! Seuls le mercredi et le samedi sont demandés. Quand, fatalement, on arrive à travailler pour deux ou trois cliniques, les employeurs se battent pour les remplacements pendant les vacances –  cette problématique ancienne semble s’amplifier. Alors Nina a trouvé un emploi à temps plein à 1 h 30 de Paris, dans une seule clinique. Elle accepte volontiers cette solution : compte tenu du salaire conventionnel des vétérinaires, elle n’aurait pas les moyens de vivre à Paris. En effet, cadre débutant, elle touche une rémunération de 2 100 € bruts/mois. … et des salaires En comparaison, une étude du cabinet Towers Perrin pour L’Expansion (2010) donne un salaire à l’embauche de 31 500 € bruts annuels minimum (2 625 €/mois) pour les écoles d’ingénieurs, 31 000 € pour les écoles de commerce. Bien entendu, ajouter à cela la part variable, participation et intéressement, habituels dans les grandes entreprises… Même si les jeunes d’HEC Paris ont vu leur rémunération se dégrader de 7 %, à euros constants en douze ans (Conférence des grandes écoles, enquête insertion professionnelle 2012), ils ne font pas partie des plus mal lotis. En outre, plus de 80 % des jeunes issus d’une école de commerce ou d’ingénieur décrochent un emploi (à temps plein !), moins de deux mois après la fin du cursus. Mesdemoiselles, arrêtez de penser qu’en suivant l’un des cursus les plus difficiles qui soient en France, on gagne bien sa vie ! la féminiSaTion de la profeSSion eST-elle liée à la baiSSe Tous secteurs confondus, il existe bien une différence de salaire entre hommes et femmes contre laquelle luttent de plus en plus de femmes… Pour s’en convaincre, il suffit de lire le rapport du cabinet McKinsey (Women Matter 2012 Making the Breakthrough), d’assister à une conférence sur le leadership des femmes en école de commerce ou de faire partie de réseaux comme EPWN (European Professional Women’s Network). Ces actions quasi-féministes reflètent un besoin croissant d’autonomie financière et de reconnaisvetlife N°56 - octobre 2013 33
  • 3. VIE DE CLINIQ uE emploi sance sociétale de la femme dans sa singularité. L’homme représente désormais le cocon familial stabilisateur qui permet à la femme de s’émanciper. Un métier de passion, encore et toujours Alors pourquoi voit-on de plus en plus de femmes dans les écoles vétérinaires ? En posant la question à nos jeunes consœurs, il m’a été répondu que ce métier est un rêve de petite fille et que la force physique n’est plus aussi nécessaire qu’auparavant. La prépa Bio-Véto, riche en biologie, attire plutôt les filles qui font preuve de persévérance pour s’accrocher à ce rêve… Et les lycéens ne posent pas la question des salaires lors de leur orientation. Donc la féminisation ne s’expliquerait pas par la paupérisation de la profession, mais par une volonté d’atteindre son rêve et d’avoir un métier proche du vivant… Alors pourquoi ne pas s’associer ? Si la position de salarié en structure vétérinaire ne semble pas très confortable, pourquoi ne pas s’associer rapidement ? La réponse est simple : l’expérience pratique en sortant de l’école est pauvre, les bas salaires ne leur permettent pas d’apporter des fonds (donc des garanties) suffisants pour décrocher un prêt bancaire. Étonnant, pour une profession qui avait la réputation de ne pas connaître la crise… Autrement dit, plusieurs solutions pour s’installer aujourd’hui : procéder comme hier (on reprend la clinique de Papa), gagner au Loto, épouser un homme riche, ou enfin bifurquer vers un métier plus lucratif avant de revenir à la pratique. Bref, mieux vaut être née sous une bonne étoile… 34 Oui et non, ça dépend des situations et des tempéraments. vetlife N°56 - octobre 2013 uE AyBl norw liA Foto
  • 4. monkEy BusinEss - FotoliA de la profession, mais par une volonté d’atteindre son rêve une généraTion de réSeauTeurS Qui refuSenT de Travailler à la chaîne… On dit que les jeunes s’intéressent plus aux loisirs, aux amis et à la famille, que leur travail compte moins, qu’ils refusent les responsabilités et l’esclavage en entreprise. Tout cela me paraît discutable… ne serait-ce pas le contraire ? Les jeunes veulent travailler, apprendre et se développer. En revanche, la crise, la hausse du chômage, les licenciements récurrents et les nouveaux statuts professionnels (portage salarial, auto-entrepreneur, marketing de réseaux…) font entrevoir de nouvelles façons de gagner sa vie. Les employés n’ont plus de repères. Les jeunes, en perte de confiance, doivent en retrouver. Face à cet environnement instable, ils prennent leur ancrage dans un milieu familial, amical et de loisirs plus épanouissants. Pourtant, conscients de cette nécessité d’adaptation, ils sont devenus agiles. La sécurité de l’emploi importe moins ; ils souhaitent s’épanouir dans une activité professionnelle qui a du sens pour eux et cherchent une reconnaissance pour eux-mêmes plutôt que par leur statut. Les « travailleurs » d’hier deviennent des « volontaires payés » en recherche d’authenticité et de confiance dans les relations. L’entreprise doit incarner les valeurs qu’elle revendique et offrir un environnement de travail en cohérence avec ces valeurs. Nos jeunes vétérinaires n’adhéreront à un réseau de clinique que s’il y a cohérence entre la stratégie, le positionnement, la culture d’entreprise et le paradigme. Volatils, ils diversifieront éventuellement leurs sources de revenu (un salariat sécurisant financièrement un projet entrepreneurial par exemple). D’après les vétérinaires interrogées, les jeunes sortent encore des écoles avec de grosses lacunes en management vétérinaire. C’est pourquoi en s’installant, elles auront besoin d’un accompagnement personnel qualifié ; à l’itinérant en échographie d’hier, s’ajoutera demain le spécialiste en comptabilité analytique vétérinaire. Ainsi, rien ne permet à ce jour d’affirmer que nos jeunes vétérinaires préféreront se salarier dans des réseaux de cliniques plutôt que d’avoir leur propre structure. Ils auront simplement plus de choix ! Si l’occasion leur en est donnée, ils continueront à s’installer par volonté d’indépendance. Les vétérinaires, tout au moins en France, qui sont choisis pour leur esprit bien structuré, ont acquis de multiples compétences et une démarche analytique et synthétique irréprochable. Ils ne manquent pas d’imagination et sont tout à fait capables de se réinventer. Puisque le meilleur arrive lorsqu’on se trouve en dehors de notre zone de confort, faisons donc confiance aux jeunes générations : elles sauront trouver les clés de leur réussite. ;-) I vetlife N°56 - octobre 2013 35