Chaoui projet d'etalissemement   au poste du directeur de l’ecole nationale d’architecture  de rabat   prof. c
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Chaoui projet d'etalissemement au poste du directeur de l’ecole nationale d’architecture de rabat prof. c

  • 989 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
989
On Slideshare
989
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
8
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. C’est dans un souci de transparence et de compétition loyale basée sur lemérite et non sur un quelconque présupposé, que nous tenions de mettre à ladisposition du grand public le compte rendu de notre audition devant lacommission ayant jugé notre projet d’établissement pour le poste du Directeurde l’Ecole Nationale d’Architecture . Nous sommes de ceux qui pensent qu’avecla transparence, la démocratie avance et pour garantir la traçabilité de ladécision publique de la commission ayant auditionné les 10 candidats en lice auposte du directeur de l’ENA et afin lever tout équivoque sur d’éventuels dérives─ opacité, conflits d’intérêts, parti pris, préjugés ─, il est souhaitable que lescandidats retenus par la commission face de même, en faisant connaitre aupublic le contenu de leur projet, ses fondements et ses sources.Candidature au poste du Directeur de l’Ecole Nationale d’Architecture PROJET DE DEVELOPPEMENTObjet : compte rendu de l’audition devant la commissionPrésenté par Mohamed ChaouiArchitecte Ph.D , Professeur de l’Enseignement Supérieur 16 Février 2013Membres de jury :Mohamed El Malti, Professeur : PrésidentRahma Bourquia, professeur : MembreMohamed Belkhadir , Architecte : MembreRachid Ouzanni , Architecte : MembreHassan Slaoui , Plasticien : Membre
  • 2. Lieu : Siège du Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville à Hay Riad,RabatHeure : 18h30Présentation du projetBonjour tout le mondeJe suis honoré d’être entendu par votre Commission, me soumettant à vos suffrages, dans laperspective de l’importante responsabilité que je suis appelé à prendre, au cas où je seraisaccepté de diriger l’Ecole Nationale d’Architecture.Je tiens à préciser en préambule , que, en me présentant devant vous , Il ne sagit pas pourmoi de m’acquitter d’une simple formalité , mais espère engager un débat de fond avec vous,sur le projet que je vous ai présenté pour lecture , car jentends être, un candidat studieux etrespectueux des misions que seront les miennes , en assumant éventuellement la fonction dufuture directeur de l’ENA .Je souhaiterais effectivement dans un premier temps, si vous le permettrez, me présenter àvous personnellement, ce qui me conduira d’abord, à vous dire pourquoi je crois pouvoirrépondre aux exigences de cette très importante responsabilité de la direction de l’ENA, puis jevous dirai ensuite, comment je perçois certains enjeux auxquels mon projet devra répondre.Chaoui Mohamed Ph.D, Architecte et urbaniste, Professeur d’architecture depuis 1987.Directeur de la Recherche et des formations post diplômes depuis 2008Mon parcours professionnel me semble marqué à la fois par une continuité constante dansl’effort d’améliorer la qualité de la formation des architectes marocains et une volonté affirméede professionnaliser l’enseignement de l’architecture en l’inscrivant sur la voie de la rechercheet l’innovation pédagogique.Ces deux points me paraissent importants à soumettre à votre appréciation 1- La continuité s’exprime par le fait que j’ai assumé pleinement ma fonction d’enseignant –chercheur, en assurant des enseignements à la fois théoriques et pratiques sous formes de cours magistraux, en séminaires et en ateliers de la première année à la cinquième. Ce parcours modeste m’a fait prendre conscience des lourdes responsabilités professionnelles et éthiques du métier de l’enseignant-chercheur en architecture et de la nécessité de se remettre constamment en question pour adapter le contenu des enseignements aux besoins d’une formation en constante évolution. Cette prise de conscience explique aussi ma participation active à tous les chantiers d’essai de
  • 3. restructuration du cursus, chaque fois que cette volonté était exprimée par l’administration de l’école. Ce qui m’a conduit, suite à une décision collégiale entre confrère de l’école, d’assurer en 1998, la responsabilité de la direction des études pendant une période de deux ans, allant de mars 1998 à la fin de l’an 2000.Pendant ces deux années, les annales de l’école sont la pour en témoigner, l’école a été unhaut lieu de débat et de réflexion sur la nécessité de reformer les études en architecture.L’organisation du colloque sur la reforme en l’an 2000, colloque dont j’ai assuré lacoordination scientifique et la synthèse des travaux, témoigne de la fécondité des débats et del’élan collectif qui a marquée cette période.Ce cours passage par la direction des études m’a permis de comprendre très vite, maisvraiment très vite, les enjeux et défis auxquelles l’école devait faire face pour éviter toutrisque qui la priverait de toutes velléités de reforme et de changement.Vous me poserez des questions sur ce sujet si vous le souhaitez1 2-Le deuxième point de mon propos, concernant mon parcours professionnelle , a trait à lavolonté de hisser l’enseignement de l’architecture au rang de l’enseignement supérieur et deprofessionnaliser l’enseignement de l’architecture par la mise en place d’une formation à larechercher et par la recherche en créant un cycle doctorale en relation avec la disciplinearchitecturale .Comme le savez, peut être, autant que moi, la recherche scientifique en architecture estdevenue depuis, depuis le début des années 80, un enjeu institutionnel que personne ne peutplus ignorer.Chaque cursus de formation en architecture doit pouvoir en tenir compte. Chaque maquettepédagogique doit pouvoir s’en imprégner. À tel point, qu’un établissement d’enseignementsupérieur en architecture, qui se respecte, ne saurait plus, désormais, faire l’économie d’unepolitique scientifique qui lui est propre et qui tend à garantir les qualités de son offre deformation.Aussi , malgré les limites institutionnelles qui ne permettent pas à l’ENA , de créer un doctorat ,compte tenu de son texte de création de dispenser un enseignement de type universitaire , j’airéussi avec l’aide de l’administration de l’époque et un noyau dure d’enseignant de l’ENA et del’INAU de créer une UFR, en collaboration avec l’institut d’urbanisme de paris 8 et ledépartement de géographie l’université Med V . Une U.F.R transformée en école doctorale àpartir de 2004, qui malheureusement, on peut le regretter, a pris, en cours de route, unetournure plus géographique qu’architecturale.1 L’école, depuis sa création, a toujours été considérée comme un service extérieur du ministère chargé de l’urbanisme, une sorte d’appendicepar la tutelle sans aucune stratégie de développement et de renouvellement du corps enseignant.
  • 4. Pour faire court, et pour ne pas trop vous appesantir avec mon parcours professionnel, on peutdire que ce deuxième volet de ma carrière d’enseignant chercheur est lié à ma carrièreinternationale qui a commencé à prendre de l’ampleur à partir de l’an 2001 correspondant àma responsabilité du pilotage de cette formation de troisième cycle avec mes collèguesprofesseurs français et marocains.Cette carrière internationale m’a conduit à appartenir à des réseaux de laboratoires derecherche internationaux et à participer à plusieurs formations et workshop à l’étranger dontnotamment l’Italie, la France, la suède et les usa.Puis enfin , En dotant l’école d’une direction adjointe chargée des formations post diplômes etde la recherche, j’ai été appelé en 2008 à assurer la responsabilité scientifique de cettedirection, ce qui m’a conduit aussi à régulariser la situation de la formation de spécialisationen patrimoine organisée entre l’ENA et l’ Ecole de Chaillot, en l’accréditant et en en assumantla responsabilité scientifique, à ce jour .Le rapprochement de l’ENA et l’INAU constitue également, un autre axe de développement desactions de cette direction pour créer un pôle de compétence susceptible de mutualiser uncertain nombre d’ activités de formation et de recherche de commun intérêt entre ces deuxinstitutions, proches l’une de l’autre tant physiquement qu’ institutionnellement.Je vous fait l’économie de mes autres parcours intellectuelles, et de militant associatif pour lacause architecturale et urbaine , mon cv les détaillent plus amplement : ( Cf. de hautesdistinctions nationale –Wissam Al arch en 2011- et internationale- chevalier des arts et deslettres par la république Française en 2012- , président et membre de plusieurs associations etorganisations professionnelles - Directeur de la revue de recherche en architecture eturbanisme , membre du Cnoa depuis 2007, Cnasses, Docomomo , Icomos , Touiza solidaritéetc..).En bref, dans toutes les fonctions que j’ai assurées, je me suis montré particulièrement attentifaux remarques et à la curiosité de mes étudiants et collaborateurs, je suis naturellementattaché à l’échange, à la délibération collective, à l’animation d’équipes diverses, à la recherchecommune d’une position juste, en tous cas respectueuse de la diversité des points de vue. J’aitoujours eu conscience qu’il faut travailler en équipe, qu’il est exceptionnel d’avoir raison seulet qu’il n’est de perspective assurée que concertée, discutée, comparée.Cest dire, combien que je suis très attaché à l’indépendance et à l’impartialité. Je suiségalement attaché au pluralisme qui, dans mon esprit, doit heureusement être renforcé par lacollégialité, exigé pour la réussite de tout projet de développement d’une institution comme lanotre.
  • 5. De manière générale, j’ai toujours été persuadé que les problèmes de l’ena étaientdéterminants pour notre avenir collectif et cest donc dans cet état d’esprit que je souhaiteraisvous dire, comment je conçois personnellement le projet de développement de l’ENA etcertains de ses enjeux, dans le respect attentiste de la collégialité que j’aurais, le cas échéant, àanimer.Alors quelles sont à mes yeux les axes stratégiques de ce projet de l’ENA que j’ai soumis à votrelecture ? Il y a en premier lieu, encore et toujours, les principes et les missions qu’il a pourfonction de respecter comme stipulée dans la charte nationale de l’éducation et de la loi 01-00. Il me semble, je l’espère, que Je n’en est négligé aucun.Diapositives Méthode d’élaborationAussi Pour élaborer ce projet qui vous est soumis, je me suis appuyé sur la charte nationaled’éducation et de formation qui énonce les principes fondamentaux du système déducation etde formation marocain et arrête les six espaces suivants pour sa rénovation: 1. Lextension de lenseignement et son ancrage à lenvironnement économique ; 2. lorganisation pédagogique ; 3. lamélioration de la qualité de léducation et de la formation ; 4. les ressources humaines ; 5. la gouvernance ; 6. le partenariat et le financement.La construction de ce projet repose essentiellement sur quatre orientations fondamentales, àsavoir: La rénovation de ses structures pédagogiques et administratives en conformité avec la loi 01-00 et le système LMD qui en découle ; mise à niveau institutionnelle et mise en place d’outils de pilotage et de gouvernances efficaces ; l’accroissement de son intégration dans l’environnement universitaire et socioprofessionnel national et international ; développement d’une stratégie de communication au service du projet globale de l’école fondé sur la sauvegarde de son identité et son rayonnement scientifique, artistique et culturel.Traduit en projet global d’établissement, ces orientations nous ont conduits à élaborer unevision et des engagements fondés sur des énoncés stratégiques qui fondent les grands axes dedéveloppement de notre projet.
  • 6. La méthode d’élaboration de ces grands engagements est fondée sur un diagnostic détaillé del’établissement (i.e., formation, recherche, gouvernance et infrastructure) et de sonenvironnement marqué par des mutations socioprofessionnelles profondes.Pour vous rafraichir la mémoire je vous rappelle les grandes lignes du plan de la première partiede mon projetPREMIERE PARTIE : ETAT DES LIEUXIntroductionA - Contexte socio-économique et professionnel : mutations d’une professionB – Evaluation de la Stratégie de l’Ecole en Matière de Formation et de la Recherche Domaine de la formation Domaine de la recherche Domaine de la formation continue Domaine de la formation spécialisée Domaine de la vie étudiante Domaine de partenariats Domaine des relations internationales Domaine de la gouvernance C- Conclusion et RecommandationsDiagnostic Les points forts Les points faibles Les recommandationsJe résume tous ces points dans un tableau synoptique fondé sur La matrice SWOT ,un acronyme dérivé de l’anglais Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities(opportunités) Threats (menaces). L’équivalents en français FFOR :« Forces, Faiblesses, Opportunités, Risques ».Forces ( Strengths ) Faiblesses ( Weaknesses )
  • 7. 1. Une offre de formation initiale de qualité, 1. Un déficit institutionnel en termes de reconnue par les employeurs de l’administration gouvernance et de positionnement et les milieux professionnels ; stratégique par rapports aux différentes 2. Un ancrage national accru et perçu comme un mutations institutionnelles et atout de développement ; socioprofessionnelles. 3. Un budget complété par la mise en œuvre d’une convention signée avec le ministère de 2. Une stratégie de communication minimaliste l’économie et des finances pour 2011-2016 et fondé sur la prééminence du chef. 4. Des locaux et un centre de documentation de 3. Une stratégie pédagogique trop peu qualité affirmée 5. Une volonté de changement et de réorganisation administrative 4. Incompréhension des fondements de la réforme et de la loi 01.00 5. Un cursus organisé en cycles fortement déséquilibrés, avec un troisième cycle sans identité. 6. Des conflits internes pénalisants, compromettant l’articulation entre la formation initiale, les formations spécialisées et la recherche ; 7. Une inscription territoriale inexploitée et des relations trop faiblement structurées avec le monde universitaire, les collectivités locales et les partenaires étrangers 8. Déséquilibre entre enseignants vacataires et permanent et manque de politique affirmée de renouvellement des enseignants chercheurs de l’école 6. Un corps enseignant démotivé 9. Des étudiants qui ne sont pas encore considérés en tant que véritables acteurs de la vie de l’école ; 10. Un statut d’enseignant - chercheur pénalisant pour les architectes.Opportunités (Opportunities ) Risques (Threats) 1. Ma candidature au poste de la direction de 1. Un mangement qui assimilerait l’école à une l’ENA, jouissant d’une crédibilité nationale et administration classique fondé sur la internationale 2. Application de la réforme LMD pour hisser le prééminence du chef niveau de l’école au rang d’une grande école 2. Incapacité de corriger l’image écornée de nationale et internationale d’architecture l’école et de ne pas relever les défis à faire
  • 8. face au développement de l’école 3. Un noyau dur en enseignant s de qualité et de 3. Affaiblissement du corps enseignant par la renommé internationale non valorisation des compétences et implication effective au fonctionnement de 4. Un projet élaboré en concertation avec le corps l’école d’enseignant chercheurs de l’école. 5. Partenariat inter-établissement et avec 4. Dépendance sur les vacataires à tous les l’université pour créer des Filières d’excellence niveaux de formation et pôles de compétences en matière de 5. La part grandissante des dépenses fixes formation er de recherche (vacations et autres) 6. Partenariat et avec le secteur productif et la profession pour répondre aux besoins de la demande en formation et insertion professionnel des lauréats 7. Excellent partenariat avec les écoles étrangères 8. Sources de financement par la recherche et les Formations spécialisées et continue 9. Appui de principe de la nouvelle tutelle pour sortir l’école de la crise actuelleLes défis à releverLe contexte dans lequel devra évoluer l’école au cours des prochaines années, nous appelle àrelever un certains nombre des défis de taille, entre autres: Défi de mondialisation pour répondre correctement à l’internationalisation des compétences et aux attentes de la société en ce qui concerne la maitrise d’ouvre et la diversité des profils à former l’accompagnant Défi de développer la recherche en répondant aux exigences en matière d’innovation technologique et de développement Défi d’améliorer l’image de l’école, améliorer son attractivité et réconcilier les enseignants chercheurs avec le projet de leur école Défi de générer des fonds supplémentaires afin de renforcer sa contribution au développement et sa compétitivité
  • 9. Elargir les missions de l’école 1. La formation initiale à la maitrise d’œuvre en architecture 2. la recherche architecturale et urbaine et la valorisation de celle-ci ; 3. la formation à la recherche et par la recherche (Master et Doctorat ); 4. les formations spécialisées en architecture et dans les domaines connexes à larchitecture ; 5. la formation continue des professionnels de larchitecture ; 6. la formation des personnels chargés de lenseignement de larchitecture ; 7. la diffusion de la culture architecturale et la sensibilisation du public large à larchitecture ; 8. l’échange des savoirs et des pratiques au sein de la communauté scientifique et culturelle nationales internationale, notamment par le développement des programmes de coopération avec des institutions nationales et étrangères.DEUXIEME PARTIE : PROJET D’ETABLISSEMENT • Enoncés stratégiques du projet pédagogique A - stratégie en matière de formation et recherche B - Gouvernance: Pour une gestion optimale au service de la transparence et de l’efficience C - Infrastructures et Equipement D - Stratégie en matière de communication E - Partenariat F – ConclusionQuelques précisions en préambule au projet de développementLe projet que je vous propose n’a rien de pléthorique. C’est projet équilibré et complet quipeut être, de notre point de vue, mis en œuvre dés ma les premières semaines de ma prise deservice. Il s’inscrit, en effet, comme je vois l’ai expliqué, en introduction, dans la loi 01.00 et lesespaces de rénovation convoqués par la charte nationale d’éducation et de formation.Le système de gouvernance de l’établissement qui en découle impose un système derégulation, du suivi et d’évaluation en respect des textes réglementaires, d’où la mise en placede conseil d’établissement, de diverses commissions de suivi et d’orientation, d’évaluation
  • 10. etc… C’est dans la loi. On y peut rien. Le problème de l’école actuellement se trouve là, enpartie.Les écoles d’architecture traditionnellement ne fonctionnaient pas nécessairement commecela.On a à donc affaire la à une nouvelle génération d’école, une école entendu comme une œuvrecollective, comptable de ses activités à la collectivité.En paraphraser Marcel Mauss, je dirais qu’il s’agit, en effet, d’un phénomène sociocultureltotal et sa raison dêtre, comme établissement denseignement supérieur est de préparer lesétudiants à en comprendre et à en maîtriser tous les aspects.C’est la raison pour laquelle notre projet s’inscrit volontairement dans ce mouvement qui faitde l’école, non seulement un lieu de formation d’excellence au métier de l’architecte, maisaussi un lieu de production et de diffusion des connaissances par la mise en place des structuresde formation et recherche appropriésEnoncés stratégiques du projet pédagogiquesDès son origine, l’ENA elle a fait le choix d’ancrer son enseignement dans des approchespluridisciplinaires, notamment en articulant lenseignement de larchitecture à la créationplastique, aux sciences humaines et sociales ainsi quaux sciences et aux technologies, tout enétant attentifs aux problématiques socio culturelles du milieu et au patrimoine national.Notre projet assume pleinement cet héritage tout en lui donnant son sens actuel face auxmutations contemporaines qui nous obligent à trouver les adaptions nécessaires de laformation de l’architecte marocain confronté à de nouvelles problématiquessocioprofessionnels et enjeux tout à fait nouveaux qui ont radicalement transformé les missionsdes établissements de formation à l’architecture. C’est sur cette base, nous avons élaboré unprojet d’établissement fondé sur un certain nombre de valeurs qui fondent les compétences del’école et son identité.Quelles sont donc à nos yeux ces nouvelles compétences? Nouveaux défis, nouvelles compétences : 1. Renforcement de la formation généraliste par la formation au projet et autour du projet à différentes échelles.
  • 11. • Le projet, entendu ici comme lieu de convergence, de coordination et de hiérarchisation de différents apports artistique, technique et socioculturelle.• La place des arts plastiques, comme celles des autres disciplines technique et en en sciences sociales, doit être réexaminé à l’aune de cet objectif.• Il faut débarrasser la formation des choses inutiles et essayer de retrouver le sens de la formation généraliste devenu de plus en plus exigeante.2. Pour un élargissement du champ de l’architecture et une synthèse des arts de l’espace• Les écoles d’architecture, ont tendance, aujourd’hui, à se réconcilier avec l’histoire de l’architecture moderne boudée depuis la montée en puissance du post modernisme du début des années 70.• Il s’agit d’un pan de l’histoire contemporaine oublié : celui de l’enseignement de l’école allemande du Bauhaus fondée en 1919, suite à l’idée de l’unification de l’art, de l’industrie et de ’artisanat par le chef de file de la "Sécession" Allemande Henri Van de Velde.• Parmi ses principes, lécole de BAUHAUS soutenait que lart et larchitecture devaient savoir sadapter tant aux nécessités quà linfluence du monde moderne, et que la qualité dune création dépendait de lharmonie entre la fonction sociale de l’art et la technique.• L’architecte se définit, dans ce contexte, comme lun des artisans des évolutions sociales.• Loin de l’enseignement du Bauhaus, une conception de larchitecture close sur elle- même; production narcissique de "beaux" objets solipsistes. Mais comment définir cette modernité inachevée, comme dirait Habermas, un philosophe allemand, quil est si commode de stigmatiser mais dont on cerne mal, encore aujourdhui, les contours ? Les compétences visées Donner aux futurs architectes les moyens de trouver les fondements de leur métier par le renforcement de leur compétence première qu’est la conception à toutes les échelles ;( cf. l’enseignement de Louis I KHAN : form and design) ; développer des capacités d’analyse et d’expertise quel que soit le cadre institutionnel de leur intervention ; renforcer leur compétence en ingénierie et en construction ;
  • 12. préparer les architectes à l’exercice de la part sociale, culturelle et politique, du métier dans le respect de son éthique, quel que soit leur mode d’exercice ; préparer les architectes à une diversité de modes d’exercice, sans oublier la recherche scientifique et les partenariats internationaux, dans leur statut et leur rôle de cadre supérieur, porteur de compétence décisionnelle et responsable, quel que soit leur lieu d’exercice.C’est en se fondant sur ce référentiel, comme un socle de valeurs, , que notre projetd’établissement se propose de préparer les étudiants en 1er, 2ème cycles et 3ème cycleVolet formation : mise en œuvre de la réforme 1. Vers une refonte des structures de la formation initiale et sa mise en conformité avec le Cahier des Normes Pédagogiques Nationales (CNPN) 2. Vers la diversification de la formation par la mise place de filières parallèles liées àl’architecture en régime LMD Spécialisation et approfondissement en architecture Doctorat 8 D3 DSA 7 D2 Architecte DENA Stage 6 professionnel TPFE D1 Diplôme valant grade Master Master 5 5ème année MSP 2 Mention recherche 4 4ème année MSP1 Licence Professionnelle 3 3ème année S5 LP3 S6 2 2ème année S3 LP2 S4 1 1ère année S1 LP1 S2 Baccalauréat Accès par concours LP: Licence professionnelle MSP: Masters Recherches et spécialisés Diplôme valant grade Master (MA) DSA: Diplôme de spécialisation DENA: Diplôme d’Architecte de l’Ecole Nationale d’ArchitectureVolet formation spécialisée Promouvoir des diplômes de spécialisation et d’approfondissement en architecture (DSA)Volet formation continue
  • 13. Pour un élargissement de son champ au service de la maitrise d’œuvre et de la maitrise d’ouvrage.Volet recherche Pour une redynamisation de la recherche Création d’un Master à vocation recherche Création d’une Doctorat en architecture Création de deux laboratoires de recherche Adhésion à des réseaux de rechercheLa vie étudiante L’étudiant comme partenaireGouvernance Mise à niveau institutionnelle (instances, normes, règlements, plaquettes etc ) Elaborer avec la tutelle une nouvelle politique des ressources humaines : L’objectif étant l’amélioration la qualité de la formation, ce qui nécessite une prise de position claire sur le profil de l’enseignant de projet. Qui peut enseigner et au moyens de quelles compétences ? Si l’objective qualité est ce qui est ce qui est recherché, il faut donc veiller à valoriser les compétences et engager le processus d’une politique de recrutement. Améliorer L’encadrement administratif : Moderniser les structures pour plus d’efficacité et proximité Améliorer l’encadrement pédagogique en dotant la direction des études des services adéquats et des structures de suivi, de coordination et d’orientationElaborer un organigramme Nous proposons un organigramme relativement ramassé mais qui assure une lisibilité accrue de« qui fait quoi et pour quel objectif ?» • 1. Directeurs adjoints Le directeur adjoint chargé des affaires pédagogiques et estudiantines Le directeur adjoint chargé de la recherche le directeur adjoint chargé de la formation continue, du partenariat et des relations avec l’entreprise
  • 14. 2. Secrétariat général Organigramme Elaborer une charte de pilotage global Aspect humain Aspect financier 1. Avoir des idées simples et claires exprimées en termes d’objectifs à 1. Le budget n’est pas un butin à disputer, mais des deniers publics à atteindre. (management by objectives) gérer à bon escient. Une commission d’évaluation des besoins de l’établissement sera créée pour permettre une répartition équitable des dépenses et recettes 2. Savoir choisir les compétences de l’école pour mener à bien des actions ciblées. 3. Division de travail claire et précise acceptée par consensus . 2. Inciter l’école à la recherche d’autres sources de financement. 4. Instaurer une vraie culture de transparence, de communication, d’information, d’ouverture et de dialogue. 5. Encourager l’émergence de l’esprit d’équipe, de synergie , de 3. Instaurer une politique de transparence des comptes et des résultats : consultation, de consensus et d’adhésion en impliquant au maximum publication en fin de chaque année ‘’d’un bilan’’ de l’école. les instances élues : conseil de l’école et ses différentes commissions, ainsi que les syndicats des enseignants, les syndicats du personnel administratif et les associations des étudiants. 4. Assurer un retour sur investissement. 6. Inverser les rouages de la gestion bureaucratique et archaïque par l’introduction des mécanismes de latéralisation, d’émulation, de mérite, de rendement, d’incitation et de promotion , 7. Imaginer des solutions alternatives rapides face à des situations de 5. Etablir l’ordre des priorités des investissements selon des études blocage ou de crise. approfondies des besoins de l établissement. 8. Evaluer et contrôler les actions engagées 6. Comprimer au maximum les coûts et les dépenses. 9. Fêter ensemble les succès réalisés, méditer ensemble sur les éventuels blocages 7. Chasse aux gaspillages et aux dépenses superflues de tous genresPlan à moyen et long terme : sortir des sentiers battus
  • 15. • Mettre en perspective d’un statut particulier pour le corps des architectes • Eriger l’école en statut d’établissement public (le statut actuel de l’école SEGMA entrave le projet de développement de l’école.)La politique budgétaire et financière • Le budget de fonctionnement de l’ENA provient essentiellement de la subvention de l’Etat à hauteur de 98 % et de ressources propres dans le cadre de contrats de recherches ou de formation continue. • Pour l’année 2011, les subventions de l’état se repartissent come suit : • budget d’investissement =17 643 330.83 • budget de fonctionnement = 24 723 607.69 • Soit un total de 42 357 938.52 • Pour subvenir des besoins des annexes l’école a bénéficié d’une dotation d’un montant 78.500.000 DH répartissant comme suit: Budget Fonctionnement Investissement Ressources Dépenses -Subvention fonctionnement (17 643 330.83, soit environ 42%) -Subvention investissement -Dépenses de fonctionnement (24 723 607.69 soit 46%), soit un total de Soit Ordinaires, répétitives un total de 42 357 938.52 -Dépenses lourdes en vacation et en charges fixes . -Recettes propres (727 0550.00 et - participent à hauteur de 2 % du budget total
  • 16. Tableau des subventions et recettesEvolution des subventions et recettes
  • 17. Graphes des recettes propres et reliquatsBilan : augmenter les ressources propres de l’établissemen • Les ressources de l’ENA ne permettent pas de s’engager sur des projets d’investissement lourds de type extension ou autres, d’où la nécessité d’augmenter les ressources propres de l’établissement de manière à disposer d’un budget permettant de réactualiser les équipements et les infrastructures améliorer la qualité des prévisionsInfrastructures et Equipement 1. Améliorer le site web de l’école; 2. mise en place d’un système intégré des nouvelles technologies d’information et de Communication (NTIC) 3. mise en place d’un intranet, messagerie électronique ; et visioconférence. 4. Eriger le centre de calcul en un « Centre Multimédia » 5. Doter l’école d’une Matériauthèque, d’atelier maquettes et d’espaces d’essais et d’expérimentions etc .. 6. Mise en réseau de la bibliothèque avec des centres équivalents
  • 18. Partenariat Ouverture sur l’environnement national et international Ouverture internationale : Une stratégie fondée sur le principe de projetRésumé du projet Le long de notre projet nous sommes fixés un certain nombre d’objectifs stratégiques visant la sauvegarde de l’identité de l’école, l’élargissement de ses missions, la modernisation de ses structures administratives et pédagogiques, et l’accroissement de son intégration dans l’environnement national et international. La formation initiale gardera sa quintessence de formation à la maitrise d’œuvre, en renforçant la formation généraliste par une forte articulation entre formation théorique et pratique, la création de département, lieu de convergence, de formation, de débat et recherche et enfin une forte imprégnation professionnelle par une politique des stages affirmée qui continue jusquà la 6éme année. La diversification de l’offre pédagogique de l’école devrait passer par la promotion de la formation spécialisée ou professionnalisante à travers un schéma qui permet, une certaine stabilité des programmes, une flexibilité et une facilité dans la création de filières, une souplesse dans l’orientation et parcours des étudiants. Elle passera également par le renforcement de la formation continue et par la promotion de la formation continue diplômante ou qualifiante. Dans le domaine de la recherche scientifique et technique, nous ambitionnons de créer des masters spécialisés à finalité recherche ; créer deux laboratoires de recherche spécialisés et adhérer à des réseaux de recherche thématiques ou des pôles de compétence et ce, au niveau tant national qu’international. Aussi, nous projetons de promouvoir le rôle des étudiants dans ce cadre par l’instauration des prix d’excellence au profit des meilleurs mémoires de fin d’études. En matière d’ouverture sur le monde extérieur, l’école aura à renforcer ses relations de coopération avec ses partenaires nationaux tant publics que privés et à adhérer aux réseaux de recherche avec lesquels elle partage les mêmes préoccupations scientifiques. Le dernier domaine, mais non des moindres, concerne la gouvernance. Les différentes actions prévues, à cet égard, dans ce projet sont destinées à mettre à niveau le cadre institutionnel conformément à la loi n° 01-00 portant organisation de l’enseignement supérieur, notamment à travers la réactivation du conseil de l’école, la mise en place de la commission pédagogique et de recherche et des commissions ad hoc. Elles visent également la mise en place d’un système de pilotage stratégique et opérationnel qui repose sur la maîtrise financière des dépenses , la modernisation de
  • 19. l’administration, ainsi qu’ une nouvelle approche des ressources humaines fondée sur la mise en perspective d’un statut particulier pour les enseignants architectes, à la manière de leurs homologues médecins universitaires. L’idée d’ériger l’école en établissement public doit aussi faire objet d’une concertation visant l’adhésion de tous. Nous considérons que ce présent projet ne peut être considéré, dans sa mouture actuelle, que comme une plate- forme de débat sur les perspectives de développement de l’école pour la période quadriennale 20012-2016. Son enrichissement par les avis de toutes les composantes de l’école et en particulier ceux des enseignants est, à nos yeux, une condition sine qua none de sa viabilité. Nous envisageons, donc, lui consacrer une série de rencontres entre enseignants, cadres techniques et administratifs, et étudiants à l’effet de l’examiner sous toutes ses coutures et d’en élaborer la mouture finale qui sera soumise au Conseil de l’école pour validation lors de sa première réunion, après notre prise de service. C’est dans cet esprit de transparence, de concertation et de communication que nous nous inscrivons pour le pilotage de cette grande école pour laquelle.Conclusion et mot de la finVoila donc ma vision du projet de développement de l’Ecole Nationale d’Architecture, pour lesquatre prochaines années.Tout cela est fondée sur un certain nombre de convictions qui me poussent à croire, avec forceque : - Oui, il est nécessaire de refonder l’école sur de nouvelles bases et de lui donner un cadre stabilisé et apaisé. - Oui, il est nécessaire quautour dun projet partagé, les cadres et les personnels administratifs puissent consacrer leur talent et leur savoir-faire à leur cœur de métier et au sens profond de leur mission. - Oui, il est nécessaire que la tutelle et le corps enseignant soutiennent ce projet dans le dialogue et la transparence.En conclusion très provisoire avant vos questions, je vous dirais à quel point je compte sur lesenseignants, le personnel administratif et la tutelle pour réaliser ce projet. Ce projet que jeprésente bénéfice déjà de l’adhésion du quasi majorité du corps enseignant de l’école. Sanscela, je ne me serais pas présenté devant vous. Je sais que votre commission est une autoritéindépendante mais aussi une autorité souveraine. Au-delà des principes, je compte beaucoupsur l’objectivé de votre jugement.Nous avons tous un grand rendez vous avec l’histoire. On ne plus se permettre de se planter.Aussi ; si vous m’accordez vos suffrages, sachez bien que vous ne serez pas déçu, parce quec’est sur le mérite que vous aurez à baser votre jugement , et non un quelconque
  • 20. présupposé qui risquera de décevoir les attentes de touts les marocains qui veulent quecette école soit enfin refondée collectivement.J’ai exprimé donc un projet, une vision d’avenir, mais aussi un espoir ; un espoir pourréconcilier, enfin, l’école avec le corps enseignant de l’école et le potentiel immense qu’ellerecèle. On ne peu plus s’autoriser de faire autrement et de continuer à ne pas regarderlucidement la réalité des faits et l’avenir de l’école.En tout cas, en ce qui me concerne j’ai fait mon devoir, le reste vous appartient.Que chacun assume ces responsabilités devant une histoire qui est entrain de s’écrire.Professeur Mohamed Chaoui16 FEVRIER 2013