• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
INNOV'A 2011
 

INNOV'A 2011

on

  • 3,408 views

La Chambre d’agriculture de Dordogne vous offre pour 2011, le deuxième numéro de la revue technique INNOV’A. Réduction des coûts, performances des élevages, techniques agronomiques, ...

La Chambre d’agriculture de Dordogne vous offre pour 2011, le deuxième numéro de la revue technique INNOV’A. Réduction des coûts, performances des élevages, techniques agronomiques, protection des cultures, internet au service de l’exploitation, de quoi puiser des solutions et de nouvelles idées pour votre exploitation en 2011.

Statistics

Views

Total Views
3,408
Views on SlideShare
3,408
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
14
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    INNOV'A 2011 INNOV'A 2011 Document Transcript

    • Des solutions pour demain 4 Gestion et économie Comment réduire vos charges. Les opportunités pour diversifier vos revenus. Performance des 14 élevages Technologie et technique pour gagner en performance sur votre élevage. Gain de temps et 20 précision Tour d’horizon des outils Internet pour gérer votre exploitation. Pratiques agronomiques 26 Agriculture bio et pratiques alternatives : quelles techniques pour protéger ses sols et réussir ses grandes cultures. Protection des cultures 34 Anticiper et observer, les solutions raison- nées pour protéger vignes et vergers. 1 Revue technique annuelle de la Chambre dagriculture de Dordogne 2011
    • Trouver des réponses à vos questions ? Un conseiller vous rencontre gratuitement sur votre exploitation pour faire le point et y voir plus clair. Les conseillers de la Chambre d’agriculture vous accompagnent en toute objectivité sur les solutions les plus adaptées. Contactez l’antenne près de chez vous Isle-Dronne-Double (Ribérac) : 05 53 92 47 50 Bergeracois (Monbazillac) : 05 53 63 56 50 Périgord Central (Douville) : 05 53 80 89 38 Périgord Limousin ( Thiviers) : 05 53 55 05 09 Périgord Noir (Sarlat) : 05 53 28 60 80Chaque année, votre Chambre d’agriculture va à la rencontre deplus de 2000 agriculteurs pour le développement de leur entreprise. 2
    • éditorialde Jean-Pierre Raynaud,président de la Chambre d’agriculture de Dordogne SommaireSelon les déclarations mi novembre de Dacian Cio-los (commissaire européen), le budget de la PAC sera Gestion et économie 4maintenu. Nous continuerons donc à recevoir des soutiens Comment réduire vos charges.européens pour nos exploitations mais sans doute pas à Les opportunités pour diversifier vos revenusla même hauteur qu’aujourd’hui puisqu’il faudra partager • Faites des économie en conduisantà budget constant avec les autres pays entrés plus récem- votre tracteur 4. • Connaître vos coûts de production en élevage 7.ment dans l’Union européenne. • Comment bien vendre vos bois ? 10.Par ailleurs, il semble que les pratiques qui s’appuieront • Le photovoltaïque : est-ce encore rentable ? 12.sur plus d’agronomie et de préservation des écosystèmesseront privilégiées financièrement. Performances des élevages 14Dans ce contexte, nous devrons augmenter notre revenu en Technologie et technique pour gagner enbaissant nos charges via de nouvelles pratiques qui pour- performance sur votre élevageront aussi faire l’objet d’aides financières européennes. • Surveillance des vêlages par SMS 14.L’objectif de ce deuxième numéro d’Innov’A est de vous • Valoriser les lisiers en élevage palmipèdes 16.permettre de voir tout ce qui peut être fait en la matière • Obtenir un maïs gavage de qualité 18.et ce en complément de ce qui a déjà été traité dans lepremier numéro. Gain de temps et précision 20Il s’agit d’articles de synthèse rédigés par nos conseillers Tour d’horizon des outils internet pour gérer votrespécialisées dans chacun des domaines traités. exploitationPour plus de précision et pour vous permettre d’appliquer • Gérer votre exploitation grâce à Internet 21.ces solutions à votre exploitation, rien ne vaut un conseil • Agrométéo en ligne et en temps réel 24.personnalisé. Je vous invite à prendre contact avec lesconseillers si un ou plusieurs sujets vous intéressent plus Pratiques agronomiques 26particulièrement. Agriculture bio et pratiques alternatives : quelles tech-Notre objectif 2011 : informer, conseiller et former encore niques pour protéger ses sols et réussir ses grandesplus d’agriculteurs pour un revenu agricole en hausse. cultures ?Bonne lecture et n’hésitez pas à nous faire part de vos • Grandes cultures en agriculture biologique 26.suggestions pour le prochain numéro. • Couverts végétaux : un outil agronomique performant 28. • Gestion des adventices : la lutte agronomique 31. Ont participé à la rédaction technique : J. Allègre, O. Dejean, M. Bajard, A. Peyrat, Protection des cultures 34 F. Wieczorek, L. Aymard, R. Raynaud, E. Cazenave, J.-P. Dubois, F. Labrousse, J. Michau N. Fedou, J. Tournade, F. Hirissou, F. Ballouhey, L. Colombier, D. Méry, A.Frayssinous. Anticiper et observer les solutions raisonnées pour protéger ses vignes et ses vergers Responsable de la publication : Philippe Gondonneau et Michel Campagnaud. • Optidose : un outil d’aide à la décision Coordination technique et rédactionnelle : Marie-Cécile Millet. Mise en page et graphisme : Maryse Gounaud. en viticulture 34. Impression : imprimerie FANLAC - Coulounieix-Chamiers. • Le cynips : un ravageur aux portes des Photos : Chambre d’agriculture Dordogne (sauf mention spéciale). châtaigneraies du sud-ouest 36. Reproduction interdite sans l’accord préalable de la Chambre d’agriculture Dordogne. 3
    • Faites des économies en conduisant votre tracteurGestion et économie ● EN CHIFFRES 1 à 3 l/h Gain de carburant grâce à une conduite adaptée 30 à 35 % Partie carburant dans le coût horaire d’un tracteur Tracteur en cours de contrôle Alors que les prix agricoles chutent, celui du gazole augmente. Il représente jusqu’à 50% du prix de revient du tracteur. Pour réaliser de réelles économies de carburant, des solutions existent: entretien du moteur, réglages et choix de son matériel, adaptation de sa conduite et choix des itinéraires culturaux. C onnaître les perfor- injection. La puissance maximale est heure, dépend de la charge sur le mances de son moteur· développée par le moteur, souvent à moteur et du régime de rotation. La puissance (W ou cv, un régime plus faible que le nominal · La consommation spécifique est la 1cv = 0,736 kW) : il convient sur les moteurs de nouvelle génération. consommation "ramenée" à la puis- de distinguer puissance nominale · Le couple traduit la force du volant sance. Elle permet de comparer les et puissance maximale pour réali- moteur et sa capacité à supporter moteurs. A un même régime, plus ser des comparaisons d’engins. La un effort. Plus la valeur de couple est elle est basse plus le rendement du puissance nominale est disponible élevée plus le moteur supportera la moteur est bon ; elle s’exprime en au régime nominal, c’est à dire au charge. g/kW/h, aujourd’hui situé entre régime de coupure de la pompe à · La consommation horaire, en litre/ 220 et 260 selon les moteurs. 4
    • Passer son tracteur au banc de mesure de consommation em- d’essai pour connaître ses barquée sur tracteur, Top Machine performances Aquitaine mesure la consomma- Le banc d’essai permet d’établir tion au travail (l/ha). Un système "un bilan de santé du moteur" GPS calcule le titrage par hec- pour éventuellement envisager de tare et les rendements de chantier. l’entretien, voire des réparations Les données sont envoyées par pour anticiper des baisses de wifi sur un ordinateur. Le dernier performances et les premiers essai réalisé montre un gain de Gestion et économie ● EN CHIFFRES gaspillages. Les essais montrent 8 l/ha sur des travaux de décom- qu’un moteur sur trois est mal réglé. pactage, rien qu’en jouant sur le Les problèmes les plus fréquents sont régime moteur et la pression des la surpuissance, ou à l’inverse, le pneus, tout en gardant le même ren- 1 moteur sur 3 manque de puissance. Pour les dement de chantier. tracteurs de plus de 1500 h, on est mal réglé observe des problèmes de tarage Quelques préconisations des injecteurs, réglage soupapes, Travaux à prise de force 1 tracteur sur 3 calage pompe et régulateur. Ils nécessitent un maintien du régime de rotation à 540 ou 1000 trs/mn. est mal utilisé D’autre part, chaque tracteur est Si l’outil utilisé ne demande pas unique. Même dans une série iden- beaucoup de puissance, le régime tique, il se façonne en fonction de de prise de force économique est son utilisation, de son rodage, du suffisant, si le tracteur en est équipé gazole utilisé, du réglage d’origine. (et ceci d’autant plus sur les tracteurs Aussi, le bilan de santé de votre nouvelles générations). tracteur sera lui aussi unique. Travaux lourds de tractions Les courbes montrées sur le rapport Il convient de trouver le régime de permettent d’analyser les perfor- rotation du moteur le plus faible tout mances du moteur et d’en adapter en permettant de réaliser le travail la conduite par rapport aux résultats à la vitesse voulue. Il ne faut pas en vue d’économiser du carburant. hésiter à travailler à 1600 trs/mn A certains régimes, le moteur peut car cette vitesse permet d’obtenir les avoir de meilleurs rendements de meilleurs rendements et les boîtes à combustion qu’à d’autres. Autrement passage sous charges compensent dit, il peut développer autant de en cas de passages difficiles. puissance avec moins de carburant. Les déplacements La Fédération des CUMA de Dor- Les économies les plus importantes dogne avec l’association Top Ma- sont réalisées grâce aux boîtes de chine Aquitaine propose de tester vitesse permettant de rouler aux vi- les performances de vos tracteurs à tesses maxi et à des régimes faibles : l’aide de leur banc d’essai mobile boîte économique, transmission à géré électroniquement. Il mesure variation continue... puissance, couple, consommation, pression, débit d’huile de pompe hydraulique et analyse les gaz d’échappement. Vous pouvez aussi faire tester des ensileuses et autres automoteurs.Appareil de contrôle embarqué Par ailleurs, grâce à une console 5
    • 900 tracteurs passés au banc par Top Machine Aquitaine en 2010 • Des tracteurs de 50 à 370 cv • Plus d’1 tracteur sur 2 possède des débits deGestion et économie ● carburant trop important. • 40 % sont surpuissants • 20 % ont une mauvaise combustion : mauvaise valorisation du carburant • 1 tracteur sur 2 pourrait économiser facilement 10 à 20% en adaptant la conduite. 30 minutes sont nécessaires pour assurer un test complet. Témoignage de Denis FORTUNEL, agriculteur à Mouzens, président de la CUMA Agro Energie 2000, et adhérent au "groupe tracteur" créé en 2006. « Aujourd’hui, on ne maîtrise pas le prix de vente de nos produits, et le coût de mise en culture coûte de plus en plus cher… Notre seule marge d’action, c’est de réduire nos charges, notamment les charges de mécani- sation et dans un premier temps le poste gazole. Avec l’aide du technicien de la fédération des CUMA, nous avons acheté un tracteur dont le principe moteur transmission nous permet de faire de réelles économies d’autant plus que ce tracteur est destiné à mi temps au transport. Par la suite, j’ai tenu à faire passer ce tracteur au banc d’essai après 6 mois d’utilisation pour vérifier ses paramètres usine et ses réglages avant la fin de la garan- tie. Le bilan établi par la FD Cuma 24 et Top Machine Aquitaine annonçait un tracteur surpuissant de 12 cv. En litre/heure, il nous paraissait beaucoup consommer mais ramené à la puissance qu’il sortait, il avait un très bon rendement. Ce n’est qu’à 1550 trs/mn (régime prise de force économique) que nous nous sommes aperçus que ce tracteur développait seulement 9cv Contact de moins qu’ à 2100 trs mn (régime prise de force normal) et autant qu’à 2200 tr/mn, mais pour 4 l/h de moins à pleine charge… Contrairement à ce Votre conseiller machinisme agricole qu’on pouvait penser, en réalisant tous les round-ballage et herse rotative Jérôme ALLÈGRE en PDF eco, on économise sur ces activités environ 700 litres de gazole, Tél. 05 53 45 47 74 soit environ 400 euros/an (350 heures de tracteur) en moins sur le prix de jerome.allegre@dordogne.chambagri.fr revient du tracteur…» Toute l’actualité agricole sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Machinisme et bâtiment» 6
    • Connaître vos coûts de production en élevage Gestion et économie ● EN CHIFFRES 285 €/1000 l Prix de revient du lait moyen en 2009 avant rémunération de la main-d’oeuvre éleveursLa maîtrise du coût de production a toujours été cruciale pour la viabilité des exploitations. Ainsi,l’Institut de l’Élevage a mis au point une méthode pour calculer le coût de production en filièrebovin lait puis, récemment, pour les filières viande. Cette méthode a été construite dans le cadredes réseaux de fermes de références, dans le respect de l’approche préconisée par un réseauinternational regroupant 50 pays : l’IFCN (International Farm Comparison Network).E n Dordogne, cette méthode a Les éléments clefs de la opérationnelles et structurelles affec- été tout d’abord utilisée à titre méthode tables à l’atelier laitier), amortis- expérimental dans les fermes de • La production laitière, l’élevage des sements (prise en compte du coûtréférences. Elle a ensuite été éprou- génisses, la production de fourrages des bâtiments et matériels), chargesvée auprès de 70 élevages, pour et de céréales intra-consommées défi- supplétives (reflet du coût deslesquels les coûts de productions ont nissent les contours de l’atelier laitier. capitaux, des terres en propriété etété calculés par la Chambre d’agri- • Les charges sont regroupées en 3 de la main d’œuvre des éleveurs).culture et CER France Dordogne. niveaux : charges courantes (charges Les charges supplétives permettent 7
    • de rendre comparable des systèmes différents (locataire/propriétaire, salarié/non salarié). N’apparaissant pas dans la comptabilité, elles sont évaluées sur la base d’un coût d’opportunité. • La ventilation des charges, notam- ment de structure, repose sur des clés de répartition entre ateliers établiesGestion et économie ● sur les bases de données technico- économiques des Réseaux d’élevage. • Les produits et les charges sont Taux de renouvellement et âge au vêlage des génisses ont une incidence sur le coût de production exprimés en €/1000 litres de lait commercialisés. • Les résultats obtenus permettent d’évaluer un coût de production avant rémunération de la main-d’œuvre Coût de production moyen de l’atelier lait. 70 élevages de Dordogne – 2009 non salariée et d’apprécier ensuite la En €/1000 litres de lait vendu rémunération de cette main-d’œuvre Coût total « atelier » (CTA) 496 € permise par les produits. Charges courantes (CC) 313 € • Une approche "trésorerie" vient Approvisionnement des animaux 81 compléter l’approche "comptable" en Approvisionnement des surfaces 44 < Coût de production des céréales intra- remplaçant les amortissements par le consommées pris en compte ici Frais délevage 45 capital remboursé. dont frais véto 14 Mécanisation hors amort. 56 Le coût total "atelier" intègre les dont travaux par tiers 22 charges courantes opérationnelles et dont carburants et lubrifiants 14 de structure, les amortissements et les Bâtiments hors amort. 19 Frais généraux 68 charges supplétives. Ces dernières dont fermages (frais réels) 19 représentent le coût forfaitaire de dont frais financiers 11 la rémunération du capital et du Amortissements (Am) 76 € foncier en propriété et, surtout, Matériel 53 Bâtiments et installations 23 le coût de la main d’œuvre des < Coût dutilisation des facteurs de production éleveurs sur la base de 1,5 SMIC Charges supplétives (CS) 107 € mis à la disposition de lexploitation par unité de main d’œuvre affectée Rémunération terres en propriété 1 < Base = coût moyen de fermage au lait. La prise en compte d’un coût Rémunération capitaux propres 6 < Taux retenu pour 2009 = 1,5 % forfaitaire de la main d’œuvre non Rémunération forfaitaire du travail 99 < Sur la base de 1,5 SMIC Brut / UMO lait non salariée salariée ne préjuge pas du niveau MSA exploitants [pour info] 14 de rémunération réelle des éleveurs. Ce coût total "atelier" n’est pas direc- Produits « atelier » 390 € Lait vendu 286 < Equivalent au prix moyen du lait tement comparable au prix du lait Produit viande de latelier laitier (PV) 39 < Vaches de réforme et veaux puisque, au-delà de la production Produit aides PAC couplées et découplées (PA) 65 < Aides couplées et découplées proratisées de lait, l’activité liée à ce coût a per- par atelier mis de générer un produit viande L’approche "comptable" (réformes et nourrissons) et un produit Prix de revient du lait "comptable" avant rémunération de la main d’œuvre éleveur (CC + Am – PV – PA) 285 € constitué par les aides de la PAC. L’approche "trésorerie" Le critère comparable au prix du lait Capital remboursé "lait" (CR) 48 Prix de revient du lait "trésorerie" avant rémunération de la est le prix de revient du lait. 257 € main d’œuvre éleveur (CC + CR – PV – PA ) Deux approches pour calculer ce cri- Source : Chambre d’Agriculture – CER France – Sept 2010 8
    • tère avant rémunération de la main outil supplémentaire à la disposition d’œuvre éleveur et des capitaux : des éleveurs. Attention cependant à • L’approche comptable : l’interprétation : les exploitations où Charges courantes + amortissements les coûts de production sont les plus – produit viande – produit aides. faibles ne sont pas obligatoirement les • L’approche trésorerie : exploitations qui s’en sortent le mieux. Charges courantes + capital rem- La performance économique est liée boursé – produit viande – produit au produit dégagé par l’atelier. EN CHIFFRES aides. De plus, l’analyse de ces coûts de Gestion et économie ● Cette deuxième approche, mise en production ne peut être dissociée 125 œuvre de préférence en conseil du cycle de vie de l’exploitation. individuel pour mesurer la capacité La notion de productivité du travail de résistance ou d’investissement est également à prendre en compte. €/1000 l à court terme de l’exploitation, ne En outre, le revenu des exploitations tient pas compte des besoins liés résulte bien des performances de tous Écart de coût entre à la part d’autofinancement des les ateliers présents sur l’exploitation investissements. et de leurs interactions. le ¼ inférieur et le L’écart entre le quart des élevages au coût de production hors charges La marge brute reste un critère tout ¼ supérieur supplétives le plus bas, et le quart à fait pertinent notamment lorsqu’il supérieur, est de 125 €. s’agit de choisir d’arrêter une Cette nouvelle approche du coût de production, la quasi totalité des production permet d’harmoniser les charges de structures n’étant souvent méthodes de calcul et le vocabulaire. pas impactée par le changement de production. Coût de production et per- formance : ne pas confondre Les notions de coût de production et de prix de revient constituent unLa mécanisation représente le 2ème poste de charge des élevages laitiers Contact Votre conseiller bovin lait Olivier DEJEAN Tél. 05 53 45 47 53 olivier.dejean@dordogne.chambagri.fr Toute l’actualité agricole sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Productions animales» 9
    • Comment bien vendre vos bois ?Gestion et économie ● EN CHIFFRES Prix de revient au m3 1à 400 € La récolte des bois est l’aboutissement de nombreuses années d’investissement. Réussir votre vente, c’est d’abord réussir votre coupe. Pour mettre toutes les chances de votre côté, anticipa- tion et préparation sont indispensables afin d’estimer si la coupe est nécessaire et rentable. L ’exploitation d’une forêt se produit Les différents modes de vente La vente à l’unité de produit en moyenne tous les 60 ans, 30 La vente en bloc sur pied. Elle est souvent utilisée pour la vente ans pour le châtaignier, 50 ans Ce type de vente, très courant d’éclaircie ou de résineux. Les arbres pour le pin maritime et 100 ans pour les feuillus, est réservé pour sont vendus sur pied en fonction de pour le chêne. Aussi, la coupe d’un les arbres de futaie. L’acheteur vous leur qualité. Quant aux volumes, ils bois s’effectue après mûre réflexion fait alors une proposition globale sont contrôlés lors d’une réception et avec le plus grand soin. d’achat pour le lot d’arbres. Le paie- contradictoire, bord de route, entre Dans la plupart des cas, le vendeur ment est très rapide et vous pouvez le vendeur et l’acheteur. Ce type de est peu renseigné sur le commerce facilement comparer plusieurs offres vente demande un investissement en du bois. Il doit alors s’engager dans d’acheteurs. Par contre, il n’y a pas temps de la part du propriétaire, no- une démarche d’information afin d’évaluation précise du volume et tamment pour la surveillance du tri d’obtenir les meilleures conditions de la qualité de vos bois. des bois et la réception du chantier. d’exploitations et de vente. 10
    • Les 5 clefs pourréussir votre coupe• Demandez-vous si lesarbres sont à leur âged’exploitabilité.• Limitez votre parcelle et La vente bord de route - Les délais d’exploitation ;n’hésitez pas à matérialiser Le propriétaire tire une plus-value - Le prix HT du ou des produits objetles contours avec un outil de supplémentaire en assurant lui- de la vente ;marquage. même l’exploitation et le débardage - Les conditions de paiement ;• Vérifiez si vous êtes en de ses bois. La coupe est triée par - Les engagements de l’acheteur enrègle avec la réglementation qualité, parfaitement quantifiée puis cas d’éventuels dégâts ;des coupes. vendue en bord de route. Attention, - La signature des contractants.• Anticipez et préparez la renseignez-vous sur les dimensionssortie de vos bois. et les qualités des bois recherchés, Cuber et estimer les arbres est une Gestion et économie ●• Renseignez-vous sur les le bord de route se déprécie rapi- opération importante lors de ladébouchés des bois et les dement. vente d’une coupe.cours. Attention aux unités de mesure Elles peuvent varier en fonction des L’estimation des bois exploitations et des exploitants fores- La valeur d’un arbre est avant tout tiers. Le mètre cube est utilisé pour estimée selon son volume. Cepen- le bois d’œuvre exploité en grume. dant, pour un même volume, la Le stère est employé pour le bois valeur d’un peuplement peut varier empilé ; il correspond à un encom- de façon importante, en fonction de brement de 1m3. Enfin, la tonne fait différents critères : présence de tares le plus souvent référence au bois visibles ou non, parcelle difficilement d’industrie (papeterie). exploitable... Pour éviter des diver- gences d’intérêts entre le vendeur et Le contrat de vente l’acheteur, une estimation peut être La vente doit toujours faire réalisée par une personne habilitée. l’objet d’un contrat, c’est-à-dire Cela permet d’aborder plus sereine- un document liant le vendeur et ment votre vente de bois. l’acheteur. Il récapitule les droits et les obligations de chacune des Votre conseiller forestier peut ainsi deux parties. Il doit mentionner les vous aider pour établir un diagnos- éléments suivants : tic, définir le type de coupe, délimi- - Les noms, coordonnées et qualité ter le secteur à exploiter, obtenir les des signataires ; autorisations, désigner les arbres à - L’objet de la vente : localisation, abattre, estimer le volume et les qua- référence cadastrale, nature de la lités, rédiger l’affiche du lot, établir coupe, essence… le plan de coupe, etc. - Les conditions d’exploitation ; Contact Vos conseillers forestiers Matthieu BAJARD (Thiviers) Tél. 05 53 55 05 09 matthieu.bajard@dordogne.chambagri.fr Adrien PEYRAT (Coulounieix-Chamiers) Tél. 05 53 35 88 32 adrien.peyrat@dordogne.chambagri.fr Toute l’actualité agricole sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Productions végétales - Irrigation» 11
    • Le photovoltaïque : est-ce encore rentable ?Gestion et économie ● EN CHIFFRES 5 600 déjà posés m² 10 400 en cours d’installation Pan de toiture entièrement recouvert de panneaux photovoltaïques sur bâtiment agricole Grâce à des groupements d’achat, 71 particuliers et agriculteurs ont bénéficié d’une analyse plus pointue des offres du marché et d’un prix attractif pour le matériel. Cela leur a permis d’augmenter la rentabilité de leur projet. Et demain, quelle rentabilité et quel accompagnement ? D epuis 2008, quatre groupe- prix, de conditions de mise en œuvre État des lieux des réalisations ments d’achat ont été organi- et obtenir une baisse de tarification 34 particuliers et 37 agriculteurs sés par la Chambre d’agricul- en fonction du nombre de m² installé. (dont une CUMA) accompagnés ture de Dordogne. •Disposer d’un regard objectif sur par la Chambre d’agriculture de Dor- Le principe du groupement d’achat : les différentes offres commerciales. dogne, ont investi dans la démarche •Réaliser une consultation commer- Cela permet de connaître les élé- de production d’une énergie durable. ciale auprès d’un maximum d’entre- ments nécessaires à la bonne com- Aujourd’hui, 5600 m² sont posés prises fournissant des panneaux préhension d’une offre. et en fonctionnement. D’ici début photovoltaïques afin d’identifier les 2011, 10 400 m² suivront pour une critères de qualité, de garanties, de puissance totale de 2221 kW. 12
    • Ces nouveaux tarifs ont tout d’abord Ces installations produiront chaque entraîné une baisse de la rentabilité année l’équivalent de la consomma- des projets. En effet, dans le même tion électrique de 770 familles de 4 temps, les coûts des installations personnes (3000 kWh de consom- n’ont pas connu de baisse. D’autre mation électrique hors chauffage). part, l’État a décidé de mettre en place un système de régulation des Les nouveaux tarifs de sep- tarifs de rachat, plus réactif au dé- tembre 2010 changent-ils la veloppement de la filière. D’autres Gestion et économie ● donne pour le monde agricole ? baisses sont donc à prévoir en fonc- Début septembre, le tarif de rachat tion des réalisations. de l’électricité photovoltaïque a été réduit de 12%. D’un point de vue rentabilité Ainsi, pour les projets sur bâtiments Dans le cadre des groupements agricoles, ils sont de : d’achat suivis par la Chambre > 44 c€/kWh pour les bâtiments d’agriculture, la moitié des porteurs Projet sur maison d’habitation agricoles clos sur les quatre côtés de projets avait un temps de retour et ayant plus de deux ans (ancien sur investissement compris entre 11 tarif: 50 c€ ) et > 37 c€/kWh pour et 13 ans. Aujourd’hui, la rentabi- les bâtiments agricoles neufs ou non lité d’un projet photovoltaïque se fermés sur les quatre côtés (ancien retrouve aux niveaux de début d’an- tarif : 42 c€ ). née 2009, à savoir un temps de retour sur investissement compris entre 12 et 15 ans. On est loin des 10-12 ans que nous avions en fin d’année 2009. Pour autant, avec des panneaux ayant une durée de vie supérieure Jusqu’au 31 août 2010 Depuis le 1er Tarifs en centime d’euro par kWh (arrêté du 12 janv. 2010) sept. 2010 à 25 ans et un contrat de rachat de 20 ans, le solaire photovoltaïque Résidentiel < 3kW 58 58 reste une opportunité de dévelop- Résidentiel > 3kW 58 51 pement économique en Dordogne. Intégré au bâti Enseignement et santé 58 51 Autres 50 44 Intégration Tout bâtiment 42 37 simplifiée Nord de la France 37,68 33,12 Centrale Sud de la france 31,4 27,6 au sol DOM 40 35,2 Contact Votre conseillerUn nouvel accompagnement individualisé Florent WIECZOREKLe groupement d’achat n’offrant pas une réactivité suffisante, de plus en Tél. 05 53 63 56 50plus nécessaire avec des changements de tarifs pluriannuels, la Chambre florent.wieczorek@dordogne.chambagri.frdagriculture propose désormais un conseil individuel photovoltaïque.Mis en place fin 2010, il permet de répondre aux questions que vous vous Plus d’infos surposez sur votre projet photovoltaïque. www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Territoire et environne-Pour en savoir plus, contactez-nous. ment» - Énergies renouvelables 13
    • Surveillance des vêlagesPerformance des élevages ● par SMS EN CHIFFRES Alerte SMS 48 h avant le vêlage Un laboratoire a développé des sondes vaginales qui communiquent des informations sur un téléphone portable, via une base GSM, afin de prévenir de l’imminence des vêlages. Cette sonde doit être positionnée dans l’animal au moins 10 jours avant la date de vêlage prévue. La température de l’animal peut ainsi être consultée régulièrement et son analyse déclenche une alerte 48 heures avant vêlage. Une nouvelle alerte est envoyée lors de la rupture de la poche des eaux où il y a expulsion de la sonde. L es conditions de réussite pâturage peu donc être limitée. Les Les informations permettant d’évaluer La base de réception des lieux habituels de présence (domicile, la date du terme (date de fécondation températures doit être située travail…) doivent également être ou échographie) seront, elles aussi, dans une zone couverte par un situés dans une zone couverte. fort utiles. opérateur téléphonique. Elle capte Pour mettre en place les sondes les températures des sondes dans un vaginales, les équipements de rayon de 200 m. Son utilisation au contention sont nécessaires. 14
    • Les limites AVIS DE L’ÉLEVEUR Le coût de l’investissement reste Pour être efficace cet outil demande élevé (de 3 à 4 000 €) et un un temps d’apprentissage mais, abonnement SMS de 12 € par après quelques semaines, recevoir Performance des élevages ● mois est nécessaire. ces informations est très sécurisant. Pour des troupeaux en vêlage La connaissance du troupeau peut groupé, cet investissement peut aussi permettre de sélectionner les être partagé entre 2 éleveurs si femelles que l’on souhaite équiper les périodes de vêlages ne se de la sonde. chevauchent pas. Le travail de récupération de la sonde est parfois un peu fastidieux. Les sondes doivent être installées Si elle était de couleur vive cela puis récupérées et nettoyées. serait plus facile. Ce dispositif permet de mieux CONSEIL DU TECHNICIEN Base de réception des données gérer les pointes de travail, les Cet équipement peut répondre à un concurrences entre les périodes de ou plusieurs objectifs : suivi du troupeau et les travaux des - Gagner du temps de surveillance ; champs ou les autres activités. - Eviter la fatigue liée aux nuits entrecoupées ; - Alléger le stress de l’intervention au bon moment ; - Diminuer la mortalité à la naissance des veaux. Le boîtier GSM peut également servir de récepteur pour des colliersTémoignage de Pascal Teulet, agriculteur à Journiac (24) détecteurs de chaleur. Pascal gère un température des animaux sondés troupeau bovin de m’est envoyée tous les jours à midi. 80 vaches blondes Les messages "48 heures avant d’Aquitaine, du vêlage" parviennent en direct pour GAEC du Dognon. les vêlages de la journée, et en dif- L’exploitation com- féré au matin, pour les évènements prend également un de la nuit. Le message de «début deélevage porcin de 600 truies "nais- vêlage» est différé de 45 mn la nuit,seur-engraisseur". mais j’ai prévu d’allonger le différé de 30 mn afin de m’éviter une at-Pour répondre à la problématique tente inutile, il faut d’abord laisserde la surveillance des vêlages et la vache travailler toute seule.du taux de mortalité à la naissance Contacttrop élevé depuis quelques années, Pour moi qui ai des vêlages toutele Gaec décide en 2009 de s’équi- l’année, cet équipement a consi- Votre conseiller bovin viandeper du système VEL’PHONE de la dérablement réduit mon temps de Laurent AYMARDsociété MEDRIA. surveillance et je suis plus serein. Tél. 05 53 45 47 66«Cet appareil me permet d’interve- Afin d’être encore plus efficace dans laurent.aymard@dordogne.chambagri.frnir sur les vêlages au bon moment. mes interventions, j’ai prévu deJe réalise assez régulièrement des remettre en service ma caméra de Plus d’infos suréchographies et je place les sondes surveillance.» www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Productions animales»vaginales entre 1 semaine et 1 moisavant la date du terme. Ensuite, la 15
    • Valoriser les lisiers en élevage palmipèdesPerformance des élevages ● EN CHIFFRES 70% de lisier en moins Automatisation de racleurs intégrés aux parcs de gavage Sur environ 50 litres d’eau consommés par canard et 87 par oie sur une période de gavage, 11 à 27 % correspondent à l’eau utilisée pour le nettoyage de la salle et des abreuvoirs. P eu chargée, cette eau de canards et 23 litres pour les oies, il permet de récupérer directement, nettoyage se retrouve pourtant correspondent effectivement aux sous les cages collectives de stockée dans la même fosse déjections animales. gavage, les fientes des animaux par que les déjections. De plus, les un système de tapis roulant ou de installations de stockage sont Un procédé innovant racleurs surélevés mécanisés. aujourd’hui dimensionnées pour La ferme expérimentale de l’oie de assurer la conservation de quantités Coulaures, en partenariat avec le Réduire les nuisances et d’effluents correspondant à environ Lycée agricole de Périgueux, a mis valoriser le lisier 45 litres/canard et 70 litres/oie. au point un procédé innovant. À la Après 3 sessions de gavage d’oies, Cependant, seuls 19 litres pour les fois adapté aux oies et aux canards, le volume de lisier récupéré avec 16
    • Concilier environnement et économie ce procédé a été réduit de près de Les eaux résiduelles liées au 70%. Ce procédé permet, d’une nettoyage pourront bénéficier d’unSalle de gavage du lycée agricole part, une meilleure valorisation du épandage classique, voire, à terme, Performance des élevages ● de Périgueux lisier concentré en le mélangeant en être valorisées par recyclage. Ce sortie de la salle de gavage avec procédé s’inscrit dans une démarche un support ligno-cellulosique en vue d’amélioration de la durabilité. En d’un compostage. D’autre part, il effet, les systèmes de production sans réduit les odeurs et par conséquent effluent liquide et avec un système de les nuisances sociales. traitement sont notés positivement, Le prototype, testé sur les installations à l’inverse des systèmes avec rejets de la Ferme de l’Oie, est aujourd’hui directs dans le milieu et production installé dans une salle de 1000 de lisiers. places de gavage de canards, au Enfin, sur le plan économique, il peut Lycée agricole de Périgueux. présenter un intérêt en simplifiant la Il a été modifié par les équipes réalisation des sols de bâtiments mais du Lycée agricole et équipé d’un aussi en améliorant l’adaptabilité racleur inox surélevé. Son but est de des bâtiments qui peuvent facilement produire du compost après mélange être réaffectés pour d’autres espèces automatisé en bout de bâtiment (pas de caniveaux).Tapis roulant de récupération des fientes et bac pour mesures des fientes avec de la paille et Ce type d’innovation est aujourd’hui réutilisation de l’eau de nettoyage repris par des gaveurs en cages après traitement. collectives de gavage.Système d’entraînement manuel Schéma du tapis roulant de récupération des fientes du tapis roulant Contact Votre conseiller Jean-Pierre DUBOIS Tél. 05 53 35 88 28 jean-pierre.dubois@dordogne.chambagri.fr Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Productions animales» 17
    • Obtenir un maïs gavage de qualitéPerformance des élevages ● EN CHIFFRES Entre 25 et 33 % > teneur en eau du grain optimum pour la récolte La qualité du maïs gavage commence par le choix de la variété, se poursuit à la récolte, au sé- chage puis au stockage. Son taux d’amidon est déterminant dans la performance de gavage. P our atteindre sa maturité le développement des fusarioses, les quantités d’eau utilisées dans la physiologique, le maïs a responsables du développement des préparation du maïs ou de la pâtée besoin d’un certain cumul de mycotoxines. de gavage. température extérieure. La précocité L’avenir… le maïs inerté ? choisie doit permettre de récolter à L’utilisation du maïs humide sur les Un stockage soigné maturité, avant la fin octobre, avec exploitations permet de diminuer La récolte doit être mise immédiatement une teneur en eau du grain de 25 à l’énergie consommée pour le dans un silo étanche à l’air. 33%. Une date de récolte trop tardive séchage et le transport sur le lieu Le stockage doit être raisonné en peut conduire à une dégradation de séchage, le cas échéant. Cette fonction des quantités journalières de la qualité sanitaire en favorisant technique permet aussi de diminuer utilisées par le gaveur. 18
    • Les différents systèmes de utilisé en grain entier, le trempage stockage du maïs humide inerte est fortement • Le big-bag. Avec 800 kg de conseillé pour obtenir les mêmes contenance, il est bien adapté performances en gavage que celles aux petites unités, mais attention à obtenues avec du maïs sec trempé. Performance des élevages ● la conservation lorsque le silo est Le broyage du maïs humide entamé. nécessite une durée supérieure au6 conseils pour réussir • Le silo souple. Sûrement la broyage d’un maïs sec. On constateson maïs gavage technique la plus adaptée aux également une augmentation de la gaveurs. La toile s’abaisse au fur et à quantité consommée en gavage de• Assurer une bonne irrigation mesure du désilage (capacité de 20 3 à 3,5% d’où la nécessité d’avoirpour sécuriser les rendements à 200 tonnes). L’extraction du maïs des animaux bien jabotés.et garantir la teneur en se fait chaque jour en fonction des Le gaveur doit impérativementamidon du grain. besoins du producteur. maîtriser les conditions de stockage.• Préserver la qualité sanitaire • Le silo tour. Il est adapté aux Le maïs ne doit pas être en contactau champ. structures de grande taille (capacité avec l’air, sinon il peut fermenter.• Récolter au bon moment, de 200 à 1200 t) et représente unpuis gérer les résidus de investissement important. De nombreux gaveurs étant intéressésrécolte. par cette méthode, les essais sur ce• Bien régler la moissonneuse Les conditions de réussite mode de conservation se poursuiventbatteuse pour éviter une casse La composition du maïs reste stable au Palmipôle et à la Ferme de l’oie.excessive des grains. au cours de la conservation et les Au niveau des premiers résultats, on• Éviter tout échauffement du contaminations par les mycotoxines constate de bons poids de foie ettas lors du pré-stockage du sont rares. D’autre part, comme le PH de pièces de découpe. Cependant,grain humide. du maïs est élevé, il nécessite l’ajout des tests sont encore en cours pour• Adopter des températures d’un aliment minéral vitaminique vérifier l’innocuité de la technique surde séchage raisonnables (AMV) en cours de gavage. la qualité des produits.pour conserver la qualité Enfin, le maïs peut être utilisé entiertechnologique du grain. ou broyé. Dans le cas où le maïs est Contact Vos conseillers Richard RAYNAUD Tél. 05 53 92 47 50 richard.raynaud@dordogne.chambagri.fr Elisabeth CAZENAVE Tél. 05 53 45 47 68 e.cazenave@elevage24.com Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr Silo souple rubrique «Productions animales» 19
    • Transformation des produits de la ferme Trouvez la formation qu’il vous faut ! • Abattage et découpe • Hygiène et réglementation • Conserves, salaisons et plats cuisinés V E AU NOU Stage "La réglementation en vente directe pour la découpe de bovins, ovins et porcins" Contact : Michèle TOUZAN au 05 53 45 47 50 Pôle Elevage de la Chambre d’agriculture de Dordogne Formations réalisées en partenariat avec le CFPPA et le Lycée agricole de Périgueux. Retrouvez votre catalogue formation sur www.dordogne.chambagri.frVotre dossier PAC en toute tranquilité ! En autonomie ou accompagné, à chacun sa formule 3 possibilités : • Vous réalisez votre déclaration puis nos conseillers la vérifient • Vous vous formez pour télé-déclarer en toute autonomie • Pour vous simplifier la vie, un conseiller réalise avec vous votre télé-déclaration PAC, en cohérence avec la réglementation en vigueur Préparez votre déclaration PAC, tout au long de l’année, avec Mes P@rcelles Mes P@rcelles est un outil de pilotage de votre exploitation via Internet. Contact :Respectez la conditionnalité des aides et la réglementation.Nous vous informons, nous vous accompagnons dans vos Sandra DUFOURenregistrements. au 05 53 35 88 92 20
    • Gérer votre exploitation grâce à Internet Gain de temps et précision ● EN CHIFFRES Accessible 7 j/7 24 h/24 4000 abonnés en FranceEnregistrement des pratiques culturales, prévision de la fertilisation, suivi des troupeaux, éva-luations économiques… des outils fonctionnels et simples sont aujourd’hui à votre dispositionsur le Web pour vous aider à gérer efficacement votre exploitation.F ace à une réglementation de Sécuriser vos données ministère. L’outil "Fertic@" quant à lui, plus en plus complexe, maîtriser L’outil "Mes P@rcelles", logiciel vous permet de gérer la fertilisation, ses pratiques et respecter ses conçu sur mesure par le réseau votre cahier d’épandage et votreengagements environnementaux des chambres d’agriculture pour registre phytosanitaire. Sûr de vosn’est pas chose facile au quotidien. les agriculteurs, vous permet données, vous établissez vous-Imaginez les conseillers de la d’enregistrer toutes vos pratiques au même vos prévisions et les contrôlesChambre d’agriculture dans votre fur et à mesure. Pas de stress lorsque ne sont plus qu’une simple formalité.cour de ferme grâce à Internet ! Il vient le temps de la déclaration Enfin, "Selso Pro", conçu pour lesest rassurant de savoir qu’il existe des PAC, tout est déjà prêt. Vos données éleveurs, permet de piloter sonoutils fiables et pratiques pour faciliter sont enregistrées et directement troupeau au quotidien en simplifiantla gestion de son exploitation. transférables vers l’application du les déclarations et le suivi. 21
    • Impossible de perdre vos données. Grâce au pocket, utilisable avec Fonctionnant via Internet, vos outils Mes P@rcelles ou Selso Pro, vous vous garantissent une sécurité sans pouvez saisir vos données en faille. Vos données sont stockées, temps réel. Plus besoin de recopier, rangées, et accessibles 7j/7, l’appareil vous permet d’enregistrer 24h/24 depuis un ordinateur votre travail dans le tracteur ou connecté. L’accès à votre dossier est dans la stabulation. A votre retour,Gain de temps et précision ● sécurisé par un identifiant et un mot vos données, déjà stockées, n’ont de passe. Vous restez ainsi maître des plus qu’à être transférées, via votre autorisations d’accès à vos données. ordinateur. Simplicité d’utilisation Accompagnement Oubliez la paperasse ! La saisie Tout en maîtrisant votre exploitation électronique assure l’enregistrement de façon autonome, vous bénéficiez de vos données de façon rapide et d’un accompagnement personnalisé. claire, en étant sûr de les retrouver De plus, grâce à la formation, avec facilement. Vous ne saisissez d’autres agriculteurs, vous découvrez qu’une seule fois vos informations et vos applications pas à pas, avec l’application se charge de remplir l’aide d’un conseiller. Nos référents automatiquement votre déclaration restent ensuite à votre écoute grâce PAC, votre plan de fumure, votre à une assistance téléphonique : que cahier d’épandage ou vos fiches de vous souhaitiez un appui technique, traçabilité. un conseil ou une vérification de vos données, nos conseillers vous Pas la peine de racheter et d’installer apportent des réponses claires. une nouvelle version du logiciel, la mise à jour de toutes ces applications Utilisation du Pocket en plein champ se fait automatiquement via Internet . L’application est actualisée très régulièrement, en fonction des évolutions de la réglementation. Témoignage de Camille BRUN, agriculteur à St-Saud-Lacoussière Camille Brun est utilisateur de n’importe où. Il suffit qu’il y ait une tout mon travail sur Mes p@rcelles l’application Mes P@rcelles depuis connexion, un ordinateur et c’est au fur et à mesure, et quand arrive 2 ans. bon. J’ai pris ensuite l’option la déclaration PAC, j’ai juste à faire pocket. Au fur et à mesure de mes basculer le dossier sur Télépac et Qu’est-ce qui vous a incité à travaux, je peux les enregistrer c’est fini. adopter cet outil ? directement. Je les rentre avec ce Au départ, je voulais travailler sur petit appareil puis, quand je rentre Vous avez été contrôlé. Comment cartographie et me tenir en confor- chez moi, je le branche sur mon ça s’est passé ? mité avec tout ce qui est cahier ordinateur. Je fais « synchroniser » Ça s’est très bien passé, il n’y a pas d’épandage, registre phytosani- puis c’est réglé ! eu de souci. Sur toute la surface de taire et prévisionnel d’épandage la ferme, j’ai eu très peu de pro- afin d’être à jour par rapport aux L’outil vous paraît-il simple à blèmes. Seulement une quinzaine contrôles. utiliser ? d’ares sur 176 hectares en tout, à Oui très simple. La cartographie cause d’un petit oubli de ma part. Quels sont, pour vous, les avan- est vraiment bien faite, on voit bien Concernant la PHAE, j’ai eu zéro tages de cet outil ? l’ensemble de l’exploitation. Et problème. Comme l’outil est sur Internet, ça pour tout ce qui est déclaration, il me permet de travailler un peu n’y a pas mieux pour moi. Je fais 22
    • A chacun sa solution Internet L’application Mes P@rcelles caprins) grâce à un lien avec l’ap- plication Selso Pro. Elle est accessible avec une connexion Internet haut débit (confi- Pour vous simplifier les déclarations Gain de temps et précision ● guration recommandée 1 méga). Il d’identification, vous mettez à jour n’y a pas de logiciel à acquérir. Il votre inventaire et commandez lesUn abonnement à la carte ! suffit d’être équipé d’un ordinateur boucles en ligne. La programmation avec une connexion Internet. Cet de vos alertes pour la gestion desMes P@rcelles enregistrement (200 € HT) outil innovant permet : vêlages, des tarissements vous aideEnregistrement des pratiques culturales dans la surveillance des animaux.et gestion cartographique des îlots et des • L’enregistrement de vos pratiques Vous pouvez également consignerassolements culturales. les performances de votre chep- Consignez à partir de votre ordi- tel et assurer la traçabilité de vosMes P@rcelles fertilisation (260 € HT) nateur ou bien de votre pocket pratiques : renseignement de votreMes P@rcelles enregistrement + module PC tous les travaux effectués sur cahier sanitaire, édition du registrefertilisation (plan prévisionnel de fumure) chaque parcelle : semis, travail du des traitements… sol, épandage de fumier… A toutPack valorisation économique (350 € HT) moment, vous disposez de votre ca- Une autre solution InternetModule Mes P@rcelles fertilisation + module hier d’épandage et de votre registre accessible en bas débit :économique Fertic@ phytosanitaire à jour, notammentPack éleveur (450 € HT) en cas de contrôle. Vous disposez Cet outil en ligne vous permet dePack valorisation économique + Selso pro également d’une base de données réaliser très facilement :(tarif adhérent du contrôle de performance) actualisée de tous les produits phy- • votre cahier d’enregistrement des tosanitaires et de leurs conditions pratiques. Enregistrement de la ferti-Option pocket PC d’utilisation. lisation (azote - phosphore - potasse)Supplément de 50 € HT • Le calcul de votre marge brute. et des pratiques phytosanitaires (lien Une option marge brute permet avec le site e-phy : catalogue des de calculer aisément les coûts et produits phytosanitaires et de leurs les gains sur les cultures et prairies. usages). Des messages d’alerte sont Le calcul est possible par parcelle présents notamment en cas de non- culturale, par culture et pour toute respect des engagements PHAE et l’exploitation. Un outil de calcul de des périodes d’épandage des ef- marges semi-directes sera dispo- fluents d’élevage. nible courant 2011. • votre plan prévisionnel de fumure • La réalisation d’un plan de fumure azote, phosphore et potasse sur l’azote, le phosphore et la po- à partir de données fiables et tasse (approche réglementaire). reconnues (approche technique et • La préparation tout au long de réglementaire). l’année de votre déclaration PAC. Vous pouvez dessiner vos îlots, créer des parcelles culturales, renseigner Contact l’assolement. Ainsi vous disposezFertic@ enregistrement (125 € HT) d’une visualisation globale de votre Votre conseillèreModule enregistrement des pratiques exploitation. Ces données, enregis- Florence LABROUSSE trées tout au long de l’année, sont Tél. 05 53 35 88 92Fertic@ fertilisation (176 € HT)Module Fertic@ enregistrement + module directement exploitables pour votre florence.labrousse@dordogne.chambagri.frfertilisation (plan prévisionnel de fumure) déclaration PAC. La gestion et le suivi de Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr votre troupeau (bovins, ovins et sur page d’accueil : «Outils en ligne» 23
    • Agrométéo en ligne et en temps réelGain de temps et précision ● EN CHIFFRES 15 Variables météo disponibles Station météorologique Pour obtenir les données agrométéorologiques de la station la plus proche de chez vous, rien de plus simple. Connectez-vous sur le web, choisissez une des 28 stations météo de Dordogne, la période et les variables météo de votre choix. En un seul clic, vous pouvez également accéder au bilan agrométéo mensuel et hebdomadaire de votre exploitation. L ’agrométéorologie est un outil permet également de diminuer alimente une base de données précieux permettant de raisonner les coûts de production par une accessible, via internet, aux vos interventions quelles que gestion raisonnée des traitements et professionnels de l’agriculture. Grâce soient vos productions. En tenant de l’eau d’irrigation. Il permet enfin à ce maillage départemental, animé compte de la météo, vous pouvez d’éviter des pulvérisations inutiles et par la Chambre d’agriculture, vous en effet augmenter l’efficacité de par conséquent réduire l’impact sur pouvez accéder aux données de la protection des cultures et des l’environnement. votre secteur en temps réel. techniques de fertilisation. Le suivi Le réseau de 28 stations des conditions météorologiques agrométéorologiques automatiques 24
    • Simple et fiable Horaires de température, hygro- Les abonnés disposent d’une adresse métrie, pluviométrie et tensiométrie internet et d’un mot de passe pour sont disponibles sur un tableau se connecter. Le site web dédié récapitulatif. Vous pouvez enfin vous propose les bilans mensuels télécharger ces données sous la forme et hebdomadaires des stations du d’un fichier aisément exploitable avec réseau ainsi que les données en un tableur (ex: Excel). Ce fichier est temps réel. Cliquez indifféremment plus complet que le tableau affiché en sur la station, la période et la ligne : il contient toutes les variables variable de votre choix et visualisez recueillies dans le détail : direction ces données sur des graphiques. du vent, pointes de pluies, d’intensitéAperçu d’une page du site instantanée de rayonnement, durées d’humidité, ETP. Contact Votre conseiller Nicolas FEDOU Tél. 05 53 45 47 79 nicolas.fedou@dordogne.chambagri.fr Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Agrométéo» En 2 jours, jai obtenu mon certiphyto valable pendant 10 ans ! Choisissez votre spécialité : viticulture, arboriculture, maraîchage et fraisiculture, grandes cultures, polyculture élevage Choisissez la formation près de chez vous... ...et contactez votre antenne locale pour vous inscrire Isle-Dronne-Double (Ribérac) : 05 53 92 47 50 Bergeracois (Monbazillac) : 05 53 63 56 50 Périgord Central (Douville) : 05 53 80 89 38 Périgord Limousin ( Thiviers) : 05 53 55 05 09 Périgord Noir (Sarlat) : 05 53 28 60 80 Formation gratuite pour les contributeurs VIVEA, réservée aux chefs dexploitation et aux conjoints collaborateurs. Formation agréée par le Ministère de lalimentation, de lagriculture et de la pêche, réalisée en partenariat avec la MSA, VIVEA, le CFPPA et lUnion européenne. Retrouvez votre catalogue formation sur www.dordogne.chambagri.fr 25
    • Grandes cultures en agriculture biologiquePratiques agronomiques ● EN CHIFFRES 332 à de 979 €/ha de marge sur appro. en 2009 Passage de herse étrille sur soja Un niveau de marges sur approvisionnement élevé, mais attention aux rotations, aux équipements spécifiques et aux passages plus nombreux. E n agriculture biologique, les Les marges sur approvisionnement A titre de repère, les marges sur rendements en cultures de prin- ci-contre ont été établies en concer- approvisionnement en agriculture temps sont proches des rende- tation avec les coopératives AgriBio conventionnelle se situaient pour une ments en conventionnel. Par contre, Union et GRASASA sur la base des même année entre 300 et 500 €/ en céréales, les rendements sont en valorisations 2009. Les rendements ha selon les cultures. La conjoncture moyenne nettement inférieurs car indiqués correspondent aux observa- plus favorable de prix en 2010 de- l’apport d’azote est moindre. Le tions de ces organismes de collecte. vrait diminuer les écarts. tallage est plus faible avec moins La charge de fumure correspond à A noter également : un accident de d’épis au m². Il n’y a pas de protec- un coût de fumure acheté en engrais culture en agriculture biologique peut tion fongique. organique. faire décrocher le résultat de façon 26
    • plus importante quen convention- contrôle des adventices (passages nelle. Ces ordres de grandeur ne herse étrille, binages). peuvent être pris en compte en agri- A titre d’exemple, une exploitation culture biologique que dans le cadre de 130 ha nécessite 1500 heures d’une rotation. de tracteur par an et 15 000 litres Impératifs de la rotation de fuel. Il faut compter 5 passages A titre d’exemple, voici une rotation Pratiques agronomiques ● • Alternance de cultures d’hiver pratiquée en coteaux sans possibi- d’outil sur céréales, 10 à 12 en et de printemps lité d’irrigation : culture de printemps. • Cultures produisant de 1. blé Il faut pouvoir accéder aux équipe- l’azote, d’autres en consommant 2. orge dhiver ou printemps, triticale ments spécifiques pour le contrôle • Une succession de familles 3. tournesol des adventices : herse étrille, bineuse. végétales différentes 4. soja, colza, pois chiche Pour des superficies importantes, on • Des cultures à enracinement 5. blé peut également se poser la question superficiel et à enracinement 6. féverole ou tournesol. d’investir dans un système de guidage profond pour le binage. Ces systèmes, en La lutte conte les adventices se • Alterner les techniques de évolution technique rapide, mettent fait d’abord par la mise en place travail du sol : labour ou non en œuvre diverses technologies : d’une rotation adaptée, puis par le labour n’induisent pas les infrarouge, caméra, RTK (système de recours à des façons culturales plus mêmes adventices. guidage de type GPS par satellite). nombreuses. Le nombre de passages et les temps de travaux sont donc Ils s’adaptent plus ou moins au importants. contexte de l’exploitation selon la topographie et le type de culture. Ces façons culturales supplémen- taires concernent des déchaumages plus nombreux, la pratique de faux semis et enfin, l’utilisation d’outils deMarges sur appros 2009 Triti- Luzerne Tournesol Blé Orge Hiver Seigle Féverole Pois Sorgho Colza Soja Maïs cale déshydratée Rendement moyen 18 28 30 30 30 18 18 50 20 25 60 8t (qx) Prix (€/qtal) 33 28,5 23,5 23,5 26,5 30,5 30,5 22 48,5 50 25 67,5 €/t Produit hors aides* 594 798 705 705 795 549 549 1100 970 1250 1500 540 en €/h Fertilisation en €/h 90 200 155 155 155 0 0 200 302 0 442 68 Semences en €/h 100 143 141 145 126 165 184 90 50 223 245 140 Phyto en €/h 41 41 48 Total appros 231 343 296 300 281 165 184 290 393 271 687 208 Marge sur Appros 363 455 409 405 514 384 365 810 577 979 813 332*Hors DPU et aides couplées 2009 Contact Votre conseiller Jacques TOURNADE Tél. 05 53 63 56 50 jacques.tournade@dordogne.chambagri.fr Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Agriculture biologique» 27
    • Couverts végétaux : un outil agronomique performantPratiques agronomiques ● EN CHIFFRES Jusqu’à 6 t/ha de matière sèche en 3 mois Couvert végétal de radis fourragers, radis chinois et phacélie Les couverts végétaux en interculture sont un outil agronomique efficace pour améliorer la structure et la fertilité des sols, tout en les protégeant de l’érosion. Un ensemble d’essai est en cours chez des agriculteurs du Périgord Noir pour en tester les multiples avantages et proposer des itinéraires de cultures. P rincipales espèces utilisées (radis, navette, vesce, trèfle). destruction facilitée par le gel (- 7 °C) Le mélange de couverts permet Les crucifères (radis fourrager, sauf pour la navette. une occupation optimale du sol radis chinois, moutarde, navette) : La phacélie : coupure parasitaire et des systèmes racinaires complé- levée et couverture rapide du sol, des rotations, système racinaire pivo- mentaires dont la synergie va assurer fixation importante d’azote, système tant et fasciculé structurant le sol, ca- une production maximale de bio- racinaire décompactant pour le radis pacité de fixation d’azote et d’extrac- masse. Il est conseillé de combiner chinois, capacité à concurrencer les tion de potasse des sols. plantes élancées (moutarde, phacé- mauvaises herbes par étouffement, Les légumineuses (féverole, vesce, lie, féverole) et plantes de bouchage 28
    • trèfle d’Alexandrie, trèfle blanc sous •Sous moutarde-phacélie : couvert de maïs) : apport d’azote, 12 unités/haEN CHIFFRES travail des racines et d’enrichissement Mesures effectuées en septembre du sol (mycorhization) pour la culture (0-30 cm), deux mois après le semis. suivante. On observe également une restitu-120 kg tion d’azote par les couverts pour la Pratiques agronomiques ● Fixation et recyclage des culture suivante. En témoignent les éléments minéraux mesures d’azote dans le sol en avrild’azote et Voici les résultats menés sur des (0-30 cm) avant le semis de maïs :200 kg parcelles expérimentales en Périgord •Derrière couvert radis/moutarde/ Noir. Des couverts végétaux phacélie : 69 unités/ha pratiqués en interculture blé/maïs •Derrière couvert moutarde/phacélie :de avec les mélanges radis/moutarde/ 60 unités/hapotasse fixés et phacélie, radis/navette, moutarde/ •Sur parcelle témoin sans couvert: phacélie, indiquent les reliquats 27 unités/harecyclés pour le d’azote suivants : Sur les 30 premiers centimètres, on •Témoin sol nu : 78 unités/ha constate une restitution de 30 à 40sol et les cultures •Sous radis-moutarde-phacélie : unités d’azote au sol disponiblesuivantes 12 unités/ha pour la culture suivante. Fixation des éléments minéraux par les différents mélanges Couverts Rdt % MS Rdt MS/ N P K Ca brut/ha ha Radis/mou- 53 t 10,7 5,6 t 140 24 224 107 tarde/phacélie Radis/navette 40 t 9,1 3,7 t 83 14 167 82 Moutarde/ 35 t 10,6 3,7 t 98 14 165 68 phacélie Sous le couvert végétal, le sol reste propre 29
    • Quels couverts pour quelles Modes et dates de destruction cultures ? Privilégier la destruction mécanique •Entre céréales (blé, triticale, orge) par roulage (rouleau cranté qui ci- et cultures de printemps (maïs, tabac, saille le couvert) durant une période tournesol…) ou entre deux céréales de gel. Cette technique est efficace (coupure de la rotation) : implanta- sur radis, moutarde, phacélie, féve-Pratiques agronomiques ● tion de mélanges radis fourrager/ role, avoine strigosa. Pour les cou- phacélie ou moutarde/phacélie ou verts plus résistants au gel (navette, radis fourrager/moutarde/phacé- vesce) un déchaumage superficiel lie ou encore moutarde/phacélie/ permettra leur destruction en les in- vesce. corporant légèrement (5 à 10 cm) •Entre maïs ensilage/maïs ensilage : pour accélérer leur décomposition. implantation de mélanges radis Les couverts protégeant les sols de fourrager/navette ou radis chinois/ l’impact des pluies d’hiver, il est inté- radis fourrager. ressant de les maintenir en surface pendant ces périodes. La fixation Dates de semis d’azote par les couverts est globa- Derrière une céréale, semer le plus lement achevée en décembre. C’est tôt possible après un déchaumage pourquoi les périodes de destruction superficiel (5 cm) pour profiter de peuvent démarrer en début d’année. l’humidité présente à la récolte. Les Décompaction du sol couverts vont lever rapidement (sur- Les couverts, gélifs pour la plupart, tout les crucifères et la phacélie). sont d’autant plus sensibles au gel L’humidité du sol, maintenue grâce que leur biomasse est importante au déchaumage, permettra de les (forte proportion d’eau). Les cru- alimenter jusqu’aux premières pluies cifères avant maïs (radis, navette, de fin d’été. Les couverts bénéfi- moutarde) devront être détruites et cieront alors de la minéralisation mélangées superficiellement au sol intense du sol pour se développer au moins un mois et demi à 2 mois rapidement. Entre deux maïs en- avant semis. Attention, la navette est silage, les couverts seront implantés une crucifère qui ne gèle pas dans le plus tôt possible pour bénéficier nos conditions climatiques et qui, des températures élevées et de l’en- mal détruite, peut repousser dans la soleillement. culture suivante. Techniques de semis Privilégier le "semis à la volée" : distributeur anti-limace, distributeur d’engrais centrifuge, caisson de se- mis adapté sur un outil de déchau- mage, avec rappuyage au rouleau derrière. Cette technique représente Contact le meilleur compromis, surtout pour les crucifères. Pour les semis avec de Votre conseiller grosses graines (féverole), les enter- François HIRISSOU rer par un passage d’outil à dent Tél. 05 53 28 60 80 derrière semis. francois.hirissou@dordogne.chambagri.fr Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Agronomie et pratiques alternatives» 30
    • Gestion des adventices : la lutte agronomique Pratiques agronomiques ● EN CHIFFRES 2 gaillets/m² = 5% de perte de rendement Levée des adventicesLa multiplicité des cas de résistances aux herbicides, l’émergence de mauvaises herbes,le contexte réglementaire phytosanitaire, nous incitent à envisager des moyens de lutteagronomique afin de maîtriser au mieux les adventices.P our mieux combattre les adven- concurrence de la mauvaise herbe: est la suivante : tices, il faut savoir que chaque compétition sur l’eau, les fertilisants, • Pour brômes et folles avoines, la espèce a son époque de levée la verse, gêne à la récolte… quasi totalité du stock disparaît enpréférentielle et qu’il existe une nuisi- La nuisibilité indirecte est l’impact une année.bilité directe et indirecte des adven- des adventices sur le salissement des • Dans le cas des vulpins, ray grass,tices (voir graphique et tableau page cultures suivantes. gaillets et les graminées estivalessuivante). Le taux annuel de décroissance est (panics, sétaires et digitaires), laLa nuisibilité directe est la perte de également à connaître. La survie des quasi totalité du stock est détruite enrendement sur la culture induite par la semences d’adventices dans le sol 3 à 5 ans. 31
    • •La plupart des adventices dicoty- Les moyens de lutte agrono- lédones produisent des semences mique dont la viabilité est plus élevée (99% La rotation : un équilibre 2/3 de du stock détruit entre 7 et 20 ans). cultures d’hiver et 1/3 de cultures de C’est le cas des chénopodes, rumex printemps. et renouées. L’alternance des cultures hiver et prin-Pratiques agronomiques ● temps permet d’éviter la sélection de la flore adventice et de diversifier les Epoque de levée préférentielle des adventices moyens de lutte. Dans les rotations avec uniquement des cultures de printemps (orge, maïs…), les adventices estivales de type chénopodes, amarantes, mo- relles, panics, sétaires… sont favori- sées. Dans les rotations avec unique- ment des cultures d’hiver (colza, blé, orge), ce sont les adventices à levée automnale type vulpins, ray grass, véroniques, gaillets, pensées et géra- niums qui sont favorisées. Dans une situation de parcelle fortement infestée, la rotation est un des leviers les plus efficaces. L’introduction de cultures pluriannuelles (luzerne…) permet la décroissance du stock total de semences d’adventices. Dans une situation "saine", c’est un moyen de lutte préventif… avant qu’il ne soit trop tard ! Nuisibilité directe et indirecte des adventices Nuisibilité directe Nuisibilité indirecte Nuisibilité indirecte Mauvaises herbes Perte Rdt de 5% Product. semences Durée du stock (pieds/m²) 1ère classe Gaillet 1.8 1 100 10 ans Folle avoine 5.3 500 15 ans 2ème classe Coquelicot 22 50 000 >15 ans Matricaire 22 45 000 - Ray grass 25 1 500 4 ans Vulpin 26 3 000 3 ans Stellaire 26 2 500 env. 80 ans Véronique perse 26 150 - 3ème classe Véronique F. lierre 44 100 10 ans Lamier 44 500 - Myosotis 66 2 000 - Pensée 133 2 500 - Alchémille 133 5 000 - 32
    • L’interculture thode peut résoudre des problèmes Le faux-semis permet de stimuler les ponctuels (bromes, vulpins). levées à l’interculture pour diminuer Exemple : les dates de semis de blé le stock semencier et détruire les trop précoces sont particulièrement adventices déjà levées. Il évite la favorables aux levées de ray grass montée à graine et permet de semer et de vulpin. En suivant le graphique Pratiques agronomiques ● sur un sol propre. Aussi, compte tenu des périodes de levée préférentielles, des périodes de levée préférentielle pour un semis du 15 octobre, 25% Invasion d’ambroisie des adventices, cette technique des vulpins sont levés, contre 50% devient inefficace sur les graines en pour un semis au 1er novembre. dormance (exemple : le vulpin au mois d’août ; cf. graph. ci-contre). Quelques exemples : En conclusion, la combinaison d’un •Pour détruire du géranium, il faut maximum de ces techniques permet viser l’interculture colza/blé pour de mettre toutes les chances de son permettre des opérations de faux- côté pour maîtriser les adventices.Pour en savoir plus semis dès la mi-août.• Formation "innover avec des •Pour détruire des graminées vul-systèmes de cultures économes pins, bromes et ray grass, il faut créeren intrants" des conditions de levées à partir de> 25 janvier et 2 février 2011 fin septembre et décaler le semis de à Ribérac la céréale.> 1er et 8 février 2011 L’efficacité est dépendante des Á retenir à Bergerac conditions climatiques. Le faux-semis est nécessairement superficiel et si Le labour enfouit 5• Formation "mettre en place possible rappuyé. à 10 fois plus dedes couverts végétaux en inter- Quand le réaliser ? Juste après la ré- graines qu’il n’enculture" colte pour le brome et en septembre remonte à la surface.> 20 janvier et 24 mars 2011 pour ray-grass et vulpins. Par ailleurs, l’implan- à Bergerac Le labour est efficace sur les espèces tation d’un couvert à taux annuel de décroissance élevé végétal concurrence (brome, ray grass, gaillet, vulpin). les adventices pour la L’intérêt est plus limité sur les espèces disponibilité en eau, à taux de décroissance annuel plus lumière et nutriments. faible (chénopode, géranium, re- nouées…) La culture Le principe est de décaler la date de semis par rapport à l’optimum de le- Contact vée des adventices les plus nuisibles, pour qu’une grande majorité du stock Vos conseillers soit levé et détruit par faux-semis. Des Richard RAYNAUD essais ont montré une réduction de Tél. 05 53 92 47 50 50 % de stock semencier grâce à un richard.raynaud@dordogne.chambagri.fr retard de semis de 10 jours associé Florent WIECZOREK à un faux-semis. Attention cepen- Tél. 05 53 63 56 50 dant, retarder la date de semis réduit florent.wieczorek@dordogne.chambagri.fr les jours disponibles et peut entraîner une baisse de potentiel. Cette mé- Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Territoire et environnement» 33
    • Optidose : un outil d’aide à la décision en viticultureProtection des cultures ● EN CHIFFRES 35 % de réduction d’usage de fongicides Vue de la parcelle en expérimentation L’évolution des techniques et des pratiques agricoles propose des solutions pour diminuer l’usage des produits phytosanitaires. Les préoccupations sociétales et la pression des consommateurs poussent le législateur à durcir la réglementation : retrait de molécules, conditions d’utilisation… Les doses d’homologations sont la surface réelle de végétation au dans le cadre du projet Optidose. exprimées en unité de produit par moment du traitement. Des essais concluants volume de bouillie (en kg ou l/hl) Le projet Optidose de l’IFV Sur 50 essais réalisés entre 2002 et puis converties en dose par hectare, Depuis 1996, l’Institut Français de 2008 (cf. tableau page suivante), quelle que soit la surface foliaire la Vigne de Bordeaux réalise des la dose annuelle moyenne contre à protéger. Elles sont déterminées essais sur l’adaptation des doses le mildiou correspond à 51 % de la pour être efficaces en conditions de fongicides en fonction de la dose homologuée. Elle est de 48 % favorables aux maladies et pour une surface réelle de végétation, du contre l’oïdium. Dans la pratique, végétation pleinement développée. stade phénologique et de la pression pour les viticulteurs réalisant des Des adaptations des doses de parasitaire. réductions de doses en début et en produits phytosanitaires paraissent La Chambre d’agriculture de fin de campagne (fermeture de jets), donc applicables en fonction de Dordogne participe à ces essais les pourcentages de réduction de 34
    • RécolteIntensité des dégâts de mildiou sur grappeet efficacité des stratégies à véraisons100 Des essais à la mise en pratique, •Le volume de haie foliaire à 90 Destruction la prudence est de mise l’hectare : obtenu à partir de la Efficacité/TNT Ces résultats ont été obtenus dans mesure de la hauteur, de la largeur 80 un cadre expérimental, à l’échelle du feuillage et de l’écartement inter- 70 parcellaire (voire inférieure) et avec rang de la parcelle. 60 une bonne maîtrise de la qualité de • L’appréciation du risque maladie( 50 pulvérisation et de l’évaluation des faible, moyen ou fort) est délicate 40 niveaux de risque. Pour la mise en car elle dépend des conditions 30 œuvre à l’échelle de l’exploitation la climatiques passées et prévues (pluie prudence est de mise. La réduction et température), de la sensibilité de la Protection des cultures ● 20 des marges de sécurité impose parcelle, du cépage. Sur le site, une 10 l’optimisation de paramètres tels que fenêtre peut donner, à titre indicatif,% 0 la qualité de la pulvérisation, le choix le niveau de risque issu du modèle TNT OPTIDOSE REFERENCE (DAVY A. IFV 2010) des matières actives, la réactivité Potentiel Système lorsque ces données TNT : Témoin Non Traité d’intervention… sont disponibles. Le viticulteur peut OPTIDOSE : dose adaptée Calculer les réductions de également s’appuyer sur les bulletins REFERENCE : pratique du viticulteur techniques locaux comme celui du doses en ligne Depuis le début de la campagne Réseau de surveillance sanitaire de la doses sont légèrement moins élevés 2010, l’IFV propose en ligne un Chambre d’agriculture de Dordogne. par rapport aux "pratiques réelles". module de calcul des doses gratuit Les conseillers se tiennent à votre En prenant en compte les essais sur http://www.vignevin-epicure.com/ disposition pour plus d’informations. avec des pressions de maladie index.php/fre/module_optidose/optidose Conditions de réussite de la significatives et pour lesquels la mise en œuvre stratégie du viticulteur assure une La réduction des doses nécessite une bonne protection, l’efficacité de la qualité de pulvérisation maîtrisée protection de la récolte avec des avec une couverture régulière de la doses optimisées est satisfaisante végétation. La réactivité d’intervention (graphique ci-dessus). La réduction est également primordiale. Il peut moyenne de l’usage d’intrant être nécessaire de raccourcir les phytosanitaire atteint alors 35 %, par cadences de renouvellement en cas rapport aux pratiques des viticulteurs, de période pluvieuse associée à une en appliquant les règles de décision forte sensibilité de la vigne. Optidose. Pour l’oïdium les résultats Ce module est le fruit des résultats Voici quelques indications permettant, sont similaires pour des pressions de obtenus et éprouvés dans le cadre dans un premier temps, de tester le maladie plus faibles. du projet Optidose. Il propose aux module et de réduire la prise de risque: viticulteurs des réductions de dose • Ne pas se lancer sur l’ensemble par le calcul du pourcentage de des surfaces de l’exploitation mais la dose homologuée à appliquer sur une ou deux parcelles, Références bibliographiques pour les traitements anti-mildiou et • Utiliser le module uniquement pour DAVY, A. 2010. Comment réduire les doses de anti-oïdium en fonction de plusieurs des stades les moins sensibles fongicides ? Rencontres Viticoles d’Aquitaine ; 44-49 paramètres : (avant la fleur, après la nouaison), DAVY, A et HEINZLE, Y. La réduction maîtrisée des produits phytosanitaires. Progrès Agricole et Viticole, •Le stade phénologique de la parcelle. • Surestimer le niveau de risque. 2009,126, N°19 :435-440 Contact Synthèse de 50 essais de 2002 à 2008 (DAVY A. IFV 2010) Vos conseillers viticoles Nombre de traitements Mildiou Oïdium Tél. 05 53 63 56 50 Mini 2 3 François BALLOUHEY francois.ballouhey@dordogne.chambagri.fr Maxi 13 10 Laurent COLOMBIER Moyenne 8,2 5,9 laurent.colombier@dordogne.chambagri.fr Ecart type 2,5 1,8 Optidose (Moyenne de la dose homologuée appliquée) 51 % 48 % Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr "Pratique viticulteur" (Moyenne de la dose homologuée appliquée) 86 % 87 % rubrique «Productions végétales/ Optidose (Moyenne de la dose "pratique viticulteur") 59 % 55 % irrigation» - Viticulture 35
    • Le cynips : un ravageur aux portes des châtaigneraies du sud-ouestProtection des cultures ● EN CHIFFRES 500 producteurs de châtaignes potentiellement concernés par ce ravageur en Dordogne Galle du châtaignier Pour préserver l’équilibre écologique fragile des châtaigneraies, seule une lutte biologique peut être (Photos : Station Agroscope Changins Suisse) mise en œuvre contre ce nouveau ravageur mais il faut attendre la présence des foyers de l’insecte. Après confirmation de la présence du cynips, l’introduction d’un prédateur d’origine chinoise offre une solution efficace. L e cynips du châtaignier (Dryo- foyers étendus sont repérés dans la pondent aussitôt dans les bourgeons cosmus kuriphilus) est un insecte Drôme, l’Ardèche et le Var. latents et verts situés à l’aisselle des hyménoptère considéré au niveau Les attaques de cynips provoquent feuilles de la pousse de l’année. mondial comme le ravageur le plus une forte diminution de la croissance Chaque femelle, dont la durée de important de cette essence. Ori- des arbres et des pertes considé- vie est d’une dizaine de jours, pond ginaire d’Asie, il est découvert en rables de productions fruitières (50 une centaine d’œufs à raison de 3 Europe au début des années 2000 à 70 %). à 5 œufs par bourgeon. et en France en 2007 (Alpes-Mari- Les œufs éclosent au bout de 30 à times) sur arbres adultes. En 2005, Un mode de reproduction 40 jours et les larves débutent leur le cynips avait été trouvé et éradi- original : la parthénogenèse croissance dans les bourgeons infes- qué sur des jeunes plants dans cette Dès l’émergence des adultes de tés durant l’été et le début de l’au- même zone. En mai 2010, des fin mai à début juillet, les femelles tomne. 36
    • Le développement des jeunes larves Des sensibilités variétales cesse durant la fin de l’année et variables l’hiver. Les larves reprennent leur La création variétale au Japon a croissance au moment du débour- permis de sélectionner des variétés rement des jeunes bourgeons (avril) relativement résistantes à l’insecte. Cynips adulte et induisent la formation de galles En Italie, la plupart des variétés lo- (réaction du bourgeon aux toxines cales de l’espèce Castanea sativa Protection des cultures ● émises par les larves). Après 20 à sont toutes sensibles aux cynips. LesEN CHIFFRES 30 jours de développement dans travaux d’évaluation de la sensibilité les bourgeons, les jeunes larves se des variétés réalisés par l’Université nymphosent et les jeunes adultes de Turin ont permis de constater qu’à nouvellement formés restent de 10 ce jour Bouche de Bétizac était tota-85 000 à 15 jours supplémentaires dans les lement résistante. Par contre, Marsol galles avant d’émerger. Le cynips du et Marigoule restent à classer dans châtaignier est une espèce à repro- les variétés sensibles, Précoce Mi- duction par parthénogenèse thély- goule serait moyennement sensible.hectares de taillis toque : les femelles se reproduisent Le CTIFL et INVENIO ont démarré sans accouplement avec des mâles en 2010 un travail d’évaluation dede châtaigniers et ne donnent naissance qu’à des nouveaux hybrides ; les premiers femelles. résultats sont attendus pour 2012-sous la menace 2013. Une éradication difficile etde cet insecte en des impacts difficilement Une lutte biologique efficace mesurables La piste de la lutte chimique sembleDordogne De part son mode de reproduction très peu adaptée : peu de produits original, la détection du cynips est efficaces, difficultés pour traiter des extrêmement difficile. En effet, dans arbres de grande taille, risque de les 8 à 9 mois qui séparent la ponte détruire les prédateurs naturels. (juin, juillet année n) de l’apparition Ainsi, seule la lutte biologique est des galles (avril, année + 1) les bour- envisageable. geons contaminés conservent un as- Les observations réalisées en Chine pect tout à fait normal. ont mis en évidence un micro-hy- Ainsi, il est tout à fait possible de ménoptère très efficace pour lutter transporter des arbres ou des gref- contre le cynips : Torymus sinen- fons contaminés sans soupçonner la sis. Cet hyperparasite pond ses présence du ravageur dans les bour- œufs dans les larves de cynips en geons en repos végétatif. empêchant le développement com- Par ailleurs, les galles sont relative- plet des larves de cynips. Il freine ment discrètes et peuvent passer ina- considérablement les populations perçues durant plusieurs années dans du ravageur. des secteurs rarement visités. Des travaux d’acclimatation de Les dégâts causés par le cynips va- Torymus en Italie durant la période rient d’une simple perte de vigueur 2002-2005 ont conduit à des pre- (et de production) à la mortalité des miers lâchers en 2005. Les observa- arbres par de très fortes infestations. tions effectuées en 2009 montrent L’ensemble de l’espèce châtaignier près de 10 % de galles parasitées. est concernée (châtaigniers à fruits Le prédateur est bien acclimaté et communs ou hybrides et bois de l’on peut penser qu’une solution châtaignier). A ce jour, aucun autre d’équilibre sera atteinte au bout de agent produisant des galles sur châ- 7 à 8 ans. taignier n’est connu. 37
    • Précautions à prendre• Une surveillance régulièrepour détecter les foyers leplus tôt possible• Signalement de tous lessymptômes suspects à despersonnes compétentes• Ne pas importer de plantsd’origine inconnue• Ne pas acheter de plantsni de greffons en provenancedes zones infestées (s’informerauprès des services de ladirection des végétaux)• Éviter la multiplication dematériel végétal (rameaux,greffons...) sans en connaîtrel’origine Témoignage de Bertrand GUERIN, producteur de châtaignes à Nojals et président de l’Union interprofessionnelle châtaigne Périgord Limousin Midi-Pyrénées « Nous devons nous attendre à l’arrivée du ravageur. D’ailleurs, un arrêté vient de paraître (NDLR : arrêté du 22 novembre 2010 publié au Journal officiel le 1er décembre 2010). Il va également falloir que la profession prenne rapidement position par une information coordonnée et un dispositif d’alerte. Bien entendu seule la lutte biologique est envisageable. Des questions demeurent pour l’instant sans réponse : - Quelles vont être dans un proche avenir les préconisations en terme de variétés pour les nouvelles plantations ? - Comment dans un tel contexte maintenir une dynamique de plantation ? - Qu’en est-il de la disponibilité des plants et comment produire des plants en zone contaminée ? Il est urgent de tester les nouvelles variétés afin d’engager rapidement leur multiplication si elles s’avèrent résistantes au cynips. » Contact Votre conseiller Didier MÉRY Tél. 05 53 35 88 65 didier.mery@dordogne.chambagri.frVue du verger de Bertrand Guérin Plus d’infos sur www.dordogne.chambagri.fr rubrique «Productions végétales/ irrigation» - Arboriculture 38
    • Des compétences à votre service... ... et près de chez vousÉlevageLe pôle agit auprès des filières animales, gère lEDE (identification et état-civil) Les antennes localeset coordonne les programmes bâtiment délevage et mise aux normes.Responsable : Philippe GONDONNEAUSecrétaires : Michèle TOUZAN - Véronique CHASTENET • Périgord LimousinTél. : 05 53 45 47 50 - Fax 05 53 45 47 69 Espace Pierre Beylotelevage@dordogne.chambagri.fr "Sarceix" 24800 THIVIERS Productions végétales et hydraulique agricole Tél. 05 53 55 05 09PrLe pôle porte le programme de développement lié à lensemble des productions végétales Fax 05 53 55 05 10et propose des outils et projets pour la création de ressource et la gestion de lirrigation. Responsable : Patrick GENDREResponsable : Michel CAMPAGNAUD Secrétaire : Martine ROUBINETSecrétaires : Murielle ROUGIER - Nadine LOPEZ antenne.pl@dordogne.chambagri.frTél. : 05 53 45 19 00 - Fax 05 53 45 15 03vegetal.hydraulique@dordogne.chambagri.fr • Isle-Dronne-Double Environnement et territoire Rue du Four prolongée 24600 RIBERACLe pôle participe à laménagement et à la gestion de lespace et aux activités Tél. 05 53 92 47 50liées à lenvironnement (déchets, énergie). Fax 05 53 92 47 53Responsable : Jean-Roland LAVERGNESecrétaire : Ghislaine DEBEVE Responsable : Philippe BROUSSETél. 05 53 45 47 85 - Fax 05 53 45 15 02 Secrétaire :Sandrine NOELenvironnement.territoire@dordogne.chambagri.fr antenne.idd@dordogne.chambagri.fr Tourisme et promotion • Périgord CentralLe pôle contribue à développer le tourisme dans les exploitations agricoles et Maison Jeannettela promotion des produits du Périgord. 24140 DOUVILLEResponsable : Laurent MAGOT Tél. 05 53 80 89 38Secrétaires : Sylvette ROYE - Isabelle JOUHETTE Fax 05 53 81 39 48Tél. 05 53 35 88 90 - Fax 05 53 53 43 13 Responsable : Flore BOYERtourisme.promotion@dordogne.chambagri.fr Secrétaire : Christine DELBOS antenne.pc@dordogne.chambagri.fr Ressources humaines, emploi-formationLe pôle est chargé de lorganisation de la formation des actifs agricoles, du • Bergeracoisdéveloppement de lemploi partagé et de lapprentissage. Domaine de la BrieResponsable : Stéphane VIGNAU 24240 MONBAZILLACSecrétaires : Paulette PUYBONNIEUX - Martine DUFRAISSETél. 05 53 35 88 93 - Fax 05 53 53 43 13 Tél. 05 53 63 56 50ressources.emploi.formation@dordogne.chambagri.fr Fax 05 53 63 56 55 Responsable : Serge FOURLOUBEY Conduite des projets de développement Secrétaire : Dominique CRABANACLe pôle effectue la veille nécessaire pour proposer de nouveaux services, de antenne.b@dordogne.chambagri.frnouvelles méthodes. Il coordonne les actions liées à la PAC.Responsable : Xavier WORBE • Périgord NoirSecrétaires : Sandra DUFOUR - Annie BERDANE 4 rue du CollègeTél. 05 53 35 88 92 - Fax 05 53 53 43 13 24200 SARLATdeveloppement@dordogne.chambagri.fr Tél. 05 53 28 60 80 Fax 05 53 59 23 31 Conseil dentreprise et développement local Responsable : Jean-Marie LAVALLe pôle propose aux exploitants différents outils pour mieux appréhender lavenir de Secrétaire : Fabienne LASSUDRIEleur entreprise. Il simplique dans la vie locale pour développer des projets collectifs. antenne.pn@dordogne.chambagri.frResponsable : Serge FOURLOUBEYSecrétaire : Dominique CRABANACTél. 05 53 63 56 50 - Fax 05 53 63 56 55entreprise@dordogne.chambagri.fr 39
    • Des solutions pour demain L’essentiel en quelques clics sur www.dordogne.chambagri.fr Les chambres d’agriculture changent de logo ! Cette nouvelle signalétique conforte l’engagement des chambres d’agriculture d’accompagner les agricultures et les territoires de demain. Votre chambre d’agriculture déclinera désormais ses supports avec cette nouvelle identité visuelle. devient Adresse physique Boulevard des Saveurs Cré@Vallée Nord COULOUNIEIX-CHAMIERS Adresse postale CS 10250 24060 PÉRIGUEUX CEDEX 9 Tél. 05 53 35 88 88 Fax 05 53 53 43 13 accueil@dordogne.chambagri.fr www.dordogne.chambagri.fr Publication réalisée avec leDocument imprimé par une entreprise Imprim’Vert qui garantit la gestion des déchets dangereux dans soutien financierdes filières agréées et sur du papier issu de forêts gérées durablement - certification PEFC.Par ailleurs, afin d’optimiser la diffusion de ce document, le nombre d’exemplaires “papier” a été limité.Une version électronique est consultable sur www. dordogne.chambagri.fr. 40