Mémoire science société et web2 0

1,024 views
976 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
1,024
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Mémoire science société et web2 0

  1. 1. A  l’attention  de  Mr  Rémi  Barré                                                                                                                                                                septembre  2012  remi.barre@cnam.fr               Web  2.0  :  catalyse  du  rapprochement  entre   Science  et  Société  ?     Réflexions  basées  sur  les  cours  théoriques  du  CNAM  (Science,  Technologie,  Société  et   Services)  et  l’expérience  du  métier  de  «  community  manager  »  à  MyScienceWork.                  Mémoire  réalisé  dans  le  cadre  du  Certificat  de  spécialisation  Science,  dé-­‐mocratie  et  innovation  sociale-­‐  CNAM                         Célya  Gruson-­‐Daniel   celyagd@gmail.com  
  2. 2. Table  des  matières    Introduction  ..........................................................................................................................................................  2  I.   Web  2.0  et  relation  Science-­‐Société  :  évolution  et  caractéristique  .....................................  3   1)   Historique  de  l’évolution  des  rapports  Science-­‐Société  :  du  scientisme  à  la  société  de   la  connaissance  :  passage  obligé  par  une  société  du  risque  .............................................................  3   Scientisme  :  la  Science  toute  puissante….   .......................................................................................  3   Une  profonde  perte  de  confiance  de  la  société    en  la  Science  :  l’apparition  de  la   «  société  du  risque  »…  .............................................................................................................................  3   Vers  un  rééquilibrage  :  l’émergence  d’une  «  société  de  la  connaissance  »  ......................  4   2)   Web  2.0  :  l’ère  d’une  révolution  numérique  ...................................................................................  6  II.   le  Web  2.0  :  catalyse  de  diffusion  des  savoirs  et  d’échange  entre  Science  et  Société   7   1)   Community  manager  à    MyScienceWork  :  un  métier  à  l’interface  entre  Science   Société  ......................................................................................................................................................................  7   2)   MyScienceWork  et  présence  sur  les  réseaux  sociaux  :  création  de  réseaux  hybrides  ..  7   Facebook  :  susciter  l’intérêt  aux  sciences  via  les  pages  fan   ....................................................  8   Twitter  :  facilitateur  de  dialogue  entre  Science  et  société  ......................................................  8   Intérêt  commun,  partage  et  échange  :  éléments  clefs  de  la  création  de  réseaux   hybrides  .....................................................................................................................................................  10   3)   Blogs  de  science  :  pour  aller  plus  loin  dans  les  échanges  et  la  réflexion   ..........................   10  III.   Web  2.0  catalyse  d’actions  communes  entre  Science  et  Société  :  de  la  participation  à  la  coopération  ....................................................................................................................  11   1)   Wikipédia  :  le  partage  démocratique  des  connaissances   .......................................................   11   2)   Les  “citizen  science”:  rencontre  entre  Science  et  Citoyens  .....................................................   12   3)   Des  liens  forts  entre  Science  et  Société  :  de  la  participation  à  la  coopération   ..............   13  Discussion  ...........................................................................................................................................................  14  Bibliographie  :  ...................................................................................................................................................  16  Webographie  :  ...................................................................................................................................................  17  Note   ........................................................................................................................................................................  19                                 1  
  3. 3. Introduction     La  nécessité  de  l’apport  d’un  tiers  secteur  aux  questions  et  enjeux  des  Sciences  et  des   Technologies   apparaît   comme   un   élément   majeur   et   essentiel   aujourd’hui.   Elle   a   fait  naître  de  nombreuses  réflexions  autour  de  la  notion  du  rapport  entre  Science  et  Société.    Aujourd’hui,  de  nombreuses  actions  à  l’échelle  nationale  (forum  territorial  2010)  et  eu-­‐ropéenne  (FP7)  sont  mises  en  place  pour  tenter  de  mieux  comprendre  ses  relations  et  de   les   optimiser.   Depuis   moins   d’une   décennie,   un   autre   changement   radical   est   apparu,  modelant   notre   société,   créant   de   nouvelles   pratiques   et   de   nouveaux   usages.   En   effet,  sans   vraiment   nous   en   rendre   compte   le   web   2.0   a   envahi   les   sphères   privées   et   pu-­‐bliques.  Il  est  à  présent  centré  sur  l’utilisateur  et  ainsi  non  plus  axé  sur  le  contenu  mais  sur   le   partage,   la   collaboration   et   les   échanges   d’information.   Ces   derniers   mots   font  sensiblement  échos  aux  évolutions  souhaitées  dans  les  rapports  entre  Science  et  Société.  De   ce   parallélisme   et   complémentarité,   une   réflexion   émerge   :   En   quoi   le   web   2.0   ac-­‐compagne  t’il  et  facilite  t’il  le  rapprochement  entre  Science  et  Société  ?   Par   les   connaissances   que   j’ai   acquises   depuis   deux   ans   sur   les   notions   de  «  Science   Société  »   via   les   cours   du   CNAM   ainsi   que   par   le   terrain   expérimental   que  m’offre     mon  métier  de  «  community  manager  »  au  sein  d’un  réseau  social  pour  scienti-­‐fiques,   je   souhaiterais   partager   avec   vous   ma   réflexion   sur   l’articulation   qui   s’opère  entre  «  Science-­‐Société  »  et  web  2.0.  Je  commencerai  tout  d’abord  par  une  présentation  générale   de   ces   deux   éléments.   Dans   cette   première   partie,   je   rappellerai   les   notions  clefs  de  l’évolution  des  relations  entre  Science  et  Société.  Je  continuerai  ensuite  par  une  courte  introduction  sur  le  web  2  .0  et  ses  caractéristiques  principales.  Cela  permettra  de  mettre   en   évidence   les   valeurs   communes   partagées   par   ces   deux   entités   ainsi   que   la  façon  dont  le  web  2.0  peut  accompagner  leur  rapprochement  mutuel.  Dans  une  seconde  partie,  je  continuerai  sur  le  rôle  du  web  2.0  comme  catalyseur  de  dif-­‐fusions   des   savoirs   et   déchange.   Pour   cela   je   mappuierai   sur   mes   expériences   de  «  community   manager  »   pour   un   blog   dactualité   scientifique   multidisciplinaire,   MyS-­‐cienceWork.   Je   ciblerai   les   éléments   clefs   du   web   2.0   qui,   selon   moi,   permettent   une  meilleure  diffusion  des  connaissances  et  la  création  d’espace  de  partage,  d’échange  et  de  collaboration   entre   les   différents   acteurs   «  Science   Société  ».   Il   en   émergera   la   notion  dun  «  réseau  hybride.  »    permettant  une  «  mise  en  culture  »  de  la  Science  et  une  motiva-­‐tion  à  agir  en  commun.  Dans  ma  dernière  partie,  jaborderai  le  résultat  de  cette  «  mise  en     2  
  4. 4. culture  »   de   la   Science.   C’est   à   dire   la   création   d’action   commune.   Je   soutiendrai   lidée  que  le  web  2.0  permet  la  catalyse  de  ces  actions  entre  Science  et  Société,  renforçant  les  liens  entre  ces  deux  éléments.       I. Web  2.0  et  relation  Science-­‐Société  :  évolution  et  caractéristique     1) Historique   de   l’évolution   des   rapports   Science-­‐Société   :   du   scientisme   à   la   so-­‐ ciété  de  la  connaissance  :  passage  obligé  par  une  société  du  risque      Scientisme  :  la  Science  toute  puissante….     Le   rapport   entre   Science,   Technologie   et   Société   a   connu   de   profondes   mutations  et   bouleversements   dans   la   seconde   moitié   du   20ème   siècle.   La   fin   du   19ème   siècle   et   le  début  du  20ème  siècle  furent  marqués  par  une  période  de  confiance  presque  aveugle  en  la   Science.   Ce   que   l’on   dénomme   le   scientisme   prônait   que   la   science   et   la   technologie  par  sa  démarche  expérimentale  pouvaient  résoudre  les  problèmes  majeurs  se  posant  à  l’humanité.   «  La   science   porterait   en   elle   toutes   les   solutions   aux   souffrances   de  l’humanité  »   (wikipedia).   La   société   avait   une   confiance   quasi   totale   en   la   science   «  Je  crois  à  lavenir  de  la  Science  :  je  crois  que  la  Science  et  la  Science  seule  résoudra  toutes  les  questions  qui  ont  un  sens  »  Félix  Le  Dantec  (1869-­‐1917)  En  France,  les  années  1945  à  1975  marquent  une  période  où  les  espoirs  reposaient  sur  le   progrès.   C’était   en   effet   une   phase   de   croissance   importante   liée   à   l’état   «  Provi-­‐dence  ».  Les  grandes  institutions  telles  que  le  CNRS,  le  CEA  le  CNES  ont  notamment  été  créées   à   cette   époque.   La   Science   reposait   alors   sur   trois   acteurs   majeurs  :   les   institu-­‐tions  de  recherche  et  sa  communauté  de  chercheurs,  le  gouvernement  apportant  les  fi-­‐nancements  et  les  entreprises  permettant  de  développer  ces  technologies.  En  revanche  la  société  conservait  un  rôle  passif  en  général,  demeurant  en  dehors  de  toutes  les  déci-­‐sions  et  orientations  scientifiques.        Une  profonde  perte  de  confiance  de  la  société    en  la  Science  :  l’apparition  de  la  «  société  du  risque  »…   Mais  à  partir  de  1973,  le  premier  choc  pétrolier  et  le  grand  ralentissement  éco-­‐nomique  fait  apparaître  des  questionnements  et  des  doutes.  Des  contestations  émergent     3  
  5. 5. face   aux   effets   néfastes   que   peuvent   engendrer   la   science   et   la   technologie.   Réchauffe-­‐ment  climatique,  désastre  de  Tchernobyl,  sang  contaminé,  vache  folle…  Ces  catastrophes  et  scandales  de  santé  publique  majeurs  font  comprendre  que  la  science  est  loin  de  pou-­‐voir   régler   tous   les   problèmes,   notamment   ceux   liés   à   la   mondialisation.   De   plus   elle  laisse   apparaitre   ainsi   des   effets   néfastes.     C’est   à   Jürgen   Habermas   de   soulever   «  La  science  est  tellement  triomphante  qu’elle  est  capable  de  détruire  l’humanité  ».  A  cela  se  rajoute   les   premières   contestations   internes   dans   les   organismes   de   recherche   (recru-­‐tement,  carrière,  statut,  ...).  Les  pouvoirs  publics  commencent  alors  à  remettre  en  ques-­‐tion   leurs   actions   «  Ceci   ouvre   donc   un   questionnement   dans   le   gouvernement   et   les  états  penseurs  se  réunissent  et  c’est  à  partir  de  ce  moment  que  le  principe  de  précaution  se  met  en  place  »  selon  Dominique  Pestre  1.  La  société  connaît  également  une  prise  de  conscience  face  aux  enjeux  des  sciences  et  des  technologies.   Elle   revendique   le   droit   de   participer   aux   décisions   et   aux   actions.   «  La  croyance   en   un   progrès   scientifique   bénéfique   et   toujours   contrôlable   sest   érodée,   le  monde   des   Trente   Glorieuses   et   du   mariage   heureux   entre   Science   et   Etat   guidant   le  monde   est   révolu.   «  la   société   civile  »   affirme   de   plus   en   plus   leurs   droits   et   autono-­‐mie  »1.    Vers  un  rééquilibrage  :  l’émergence  d’une  «  société  de  la  connaissance  »   Dans  le  monde  de  la  recherche,  ces  transformations  et  remises  en  question  de  la  science   mais   aussi   son   articulation   avec   la   société   amènent   de   nouvelles   réflexions   de   la  part   de   certains   chercheurs.   Des   sociologues   vont   notamment   livrer   une   analyse   ré-­‐flexive   sur   leur   propre   recherche.   Sheila   Jasonoff2   prône   par   exemple   une   science  humble   consciente   de   ses   limites.   Les   questions   éthiques   rentre   intégralement   en   jeu  afin  de    construire  une  technologie  de  l’humilité.  Pour   ces   chercheurs,   la   science   nécessite   d’être   repensée.   Michael   Gibbons   l’explicite  dans  son  livre    au  titre  évocateur  «  Savoir  et  Société  à  l’ère  de  l’incertitude  »3.  Il  y  décrit  notamment  comment  l’autonomie  traditionnelle  de  la  science  nécessite  de  céder  la  place  à   une   recherche   intégrée   dans   la   société.   Un   autre   écrit   «  La   nouvelle   production   des  savoirs»4  offre  à  Michael  Gibbons  de  redéfinir  les  rapports  entre  Science  et  Société  selon  un  mode  2.0.  Cela  amène  tout  d’abord  un  changement  de  position  du  chercheur  vis-­‐à-­‐vis  de  la  société  :  Le   dialogue   et   l’humilité   deviennent   des   valeurs   essentielles   comme   le   souligne   Domi-­‐   4  
  6. 6. nique  Pestre1  :  «  Ce  premier  geste  présuppose,  seconde  proposition,  dapprendre  à  écou-­‐ter  et  à  dialoguer;  cest-­‐à-­‐dire  réaliser  quil  est  toujours  beaucoup  de  choses  que  nous  ne  savons  pas  (et  que  la  science  ne  sait  pas),  apprendre  à  ne  pas  être  trop  autiste  et  sûrs  de  nous  (un  défaut  bien  commun  chez  les  intellectuels  que  nous  sommes),  et  à  étudier  avec  attention  les  points  aveugles  de  nos  discours  que  lautre  pointe,  souvent  avec  justesse.  »  Selon   Michael   Gibbons,   cette   recherche   contextualisée   permet   de   créer   des   connais-­‐sances  socialement  robustes  qui  peuvent  être  acceptées  par  le  plus  grand  nombre.  Bru-­‐no   Latour   reprend   cette   idée   avec   la   théorie   de   l’acteur-­‐réseau.   Le   chercheur   pour   cons-­‐truire   un   cercle   de   crédibilité   doit   s’appuyer   sur   deux   registres.   Il   doit   à   la   fois   être   con-­‐vaincant  vis-­‐à-­‐vis  de  ses  pairs  mais  aussi  avoir  une  portée  externe  sur  ce  qu’il  produit.  Michel   Callon   étudie   également   l’articulation   entre   Science   et   Société.   Il   définit   ainsi   une  démocratie   technique6   proposant   la   réconciliation   entre   savoir   profane   et   scientifique.  Outre  le  rôle  des  scientifiques  qui  apprennent  aux  grands  publics  «  ignorants  »  (modèle  de  l’instruction  publique)  d’autres  rapports  peuvent  se  former  tels  qu’un  véritable  dia-­‐logue   avec   la   société.   Cet   échange   est   alors   loccasion   d«  élargir   le   cercle   des   acteurs  discutant  des  questions  de  technoscience  ».  Différents  niveaux  se  côtoient  alors,  comme  dans   les   domaines   de   l’environnement   et   de   la   médecine   où   la   coproduction   des   savoirs  est   nécessaire.   Les   profanes   comme   les   associations   de   malades   peuvent   même     avoir  par  exemple  un  rôle  de  leader.   On  voit  donc  l’émergence  de  nouveaux  acteurs.  De  cette  «  société  du  risque  »,  le  souhait  est  de  passer  à  une  «  société  de  la  connaissance  »  à  laquelle  la  diversité  de  cha-­‐cun  apporte  une  richesse  supplémentaire  à  la  construction  du  savoir.  «  Je  propose  que  nous   militions   pour   cette   diversité   radicale,   pour   lentretien   actif   de   cette   biodiversité  des  savoirs  et  des  valeurs  -­‐  parce  que  cette  diversité  est  au  cœur  de  la  vie  démocratique,  et   parce   quelle   est   garante   des   adaptations   futures   et   dune   meilleure   détection   des  problèmes   réels.   »1.   Or   cette   société   de   la   connaissance   peut   se   construire   aujourd’hui  autour  des  Technologies  de  l’Information  et  de  la  Communication  (TICs).  La  révolution  numérique  nous  a  ainsi  donné  accès  à  une  somme  immense  d’informations  ainsi  que  des  outils  pour  mieux  les  échanger  et    partager.  Internet,  et  ce  que  nous  dénommons  le  Web  2.0,  est  un  puissant  vecteur  de  cette  transformation.  Il  met  en  place  de  nouveaux  types  de  rapports  que  nous  allons  aborder  à  présent.       5  
  7. 7. 2) Web  2.0  :  l’ère  d’une  révolution  numérique       Le  Web  2.0,  mot  utilisé  dès  2005,  définit  une  organisation  d’Internet  basée  sur  le  contenu   créé   par   les   utilisateurs   («  user   generated   content  »)   qui   le   modifient   et  l’enrichissent   (par   opposition   à   un   Web   1.0   où   les   données   étaient   statiques).   Selon  Jacques   Robin   7,   la   révolution   numérique   contrairement   aux   autres   révolutions   se   passe  à  une  vitesse  accélérée.  Bernard  Stiegler   8,  parle  d’un  changement  de  civilisation  «  com-­‐parable   à   celle   du   néolithique  ».   De   l’ère   de   l’énergie,   nous   passons   donc   à   l’ère   de  l’information   ou   de   la   technologie   de   la   relation.   Cette   révolution   de   l’information,   selon  Véronique   Kleck9   «  remet   en   cause   des   pouvoirs   établis,   des   métiers,   des   théories   so-­‐ciales   et   économiques.   Dès   lors,   elle   modifie   la   vision   que   nos   sociétés   ont   d’elles-­‐mêmes  ».  En  effet,  la  révolution  Internet  est  perçue  comme  une  évolution  des  rapports  entre  la  société,  ses  représentants  politiques  et  les  médias.    Chacun  sur  la  toile  devient  acteur  peut  partager,  échanger,  commenter,  collaborer.  Tout  repose  sur  cette  intelligence  collective  que  forme  le  Web  2.0,  et  tout  cela  à  une  échelle  globale   et   de   façon   instantanée.   Les   informations   sont   reçues   et   suivies   en   temps   réel   et  ainsi  dépassent  parfois  lefficacité  des  médias  traditionnels,  contournant  même  leur  cen-­‐sure.  Les  élections  présidentielles  de  2012  en  France  l’illustrent  bien.  Via  Twitter,  le  sui-­‐vi  du  scrutin  a  pris  une  toute  autre  tournure  avec  #radiolondres  par  rapport  à  il  y  a  5  ans.  On  a  assisté  à  un  phénomène  d’  «  empowerment  »  c’est-­‐à-­‐dire  une  prise  de  posses-­‐sion  des  informations  par  la  société.  Le  Web  devient  alors  un  grand  forum  où  différents  acteurs  peuvent  communiquer  comme  jamais  auparavant.    Selon  Dominique  Cardon10,  Internet  transforme  la  démocratie  :  «  Internet  ne  permet  pas  seulement   de   communiquer   davantage,   mieux   plus   vite  ;   il   élargit   formidablement  l’espace   public   et   transforme   la   nature   même   de   la   démocratie.  ».   Ces   transformations  permettent   une   complexification   du   régime   démocratique.   Le   domaine   scientifique  n’échappe  pas  à  ces  transformations.  Ces  enjeux  sont  majeurs  et  amènent  à  une  réflexion  depuis   quelques   années   sur   les   modifications   que   le   web   apporte   à   la   Science   et   à   la  communauté  des  chercheurs  et  à  ses  rapports  avec  la  société.   Nous  allons  donc  observer  ce  nouvel  espace  hybride  de  partage  et  d’échanges  avant  de   nous   plonger   dans   ces   actions   communes   qui   peuvent   amener   à   une   coproduction  des  savoirs.         6  
  8. 8. II. le  Web  2.0  :  catalyse  de  diffusion  des  savoirs  et  d’échange  entre  Science  et   Société     1) Community  manager  à    MyScienceWork  :  un  métier  à  l’interface  entre  Science   Société     Depuis   un   an,   le   travail   de   «  community   manager  »   à   MyScienceWork   me   permet  d’observer  les  interactions  possibles  entre  Science  et  Société  via  le  Web  2.0.  En  effet  le  «  community  management  »  est  typiquement  lun  de  ces  nouveaux  métiers  qui  s’est  dé-­‐veloppé   avec   la   révolution   numérique   évoquée   précédemment.   Le   but   de   cette   profes-­‐sion   est   de   diffuser   de   l’information   à   une   communauté   ciblée   via   les   réseaux   sociaux.  Cette  information  est  initialement  sélectionnée  via  un  travail  de  veille  et  de  «  curation  »  (tri,  organisation  et  hiérarchisation  des  données).  En  effet,  la  production  d’informations  quotidiennes  ayant  explosée,  notamment  dans  le  domaine  scientifique,  cela  a  nécessité  l’émergence   dun   tel   métier   afin   de   créer   une   interface   entre   scientifiques,   instituts   de  recherche,    gouvernement  et  grand  public.  Avec  ces  nouveaux  intermédiaires  et  les  for-­‐mats  variés  que  le  Web  2.0  propose,  la  diffusion  des  connaissances,  le  partage,  mais  aus-­‐si  les  échanges  entre  ces  différents  acteurs,  se  retrouvent  grandement  facilités.    Cela  fa-­‐vorise   lémergence   de   réseaux   hybrides   qui   rendent   non-­‐seulement   la   science   plus   ac-­‐cessible,  mais  bâtit  également  une   relation   plus   forte   entre   Science   et   société.  J’illustre  ces  propos  dans  l’article  Science  et  curation  :  nouvelle  pratique  du  web  2.0  :  «  Le  déve-­‐loppement  de  ces  réseaux  hybrides  constitue  certainement  une  brique  élémentaire  à  la  construction   de   l’  «  open   Science  »,   une   piste   d’approche   pour   créer   de   nouveaux   liens  entre  science  et  société  dépassant  les  limites  géographiques  classiques.  ».  Le  travail  de  «  community  manager  »  à  MyScienceWork  va  me  permettre  d’illustrer  ces  propos.       2) MyScienceWork   et   présence   sur   les   réseaux   sociaux  :   création   de   réseaux   hy-­‐ brides     MyScienceWork   est   un   réseau   social   scientifique   professionnel   dédié   à   lOpen   ac-­‐cess.   Cette   plateforme   a   pour   but   de   promouvoir   la   recherche   multidisciplinaire   ainsi  que  la  diffusion  des  publications  scientifiques  en  libre  accès.  Pour  pouvoir  partager  ses  valeurs   et   thématique   clef,     MyScienceWork     a   crée   un   blog   d’actualités   scientifiques     7  
  9. 9. multidisciplinaire.  L’équipe  média,  dont  je  fais  partie,  publie  des  articles  d’actualités,  de  recherche,  de  portraits  au  sein  de  ce  blog.  Des  dossiers  particuliers  sont  approfondis  en  détail   notamment   sur   le   thème   de   l’open   access,   des   nouvelles   pratiques   en   recherche  via  le  Web  2.0,  et  sur  la  problématique  des  femmes  en  milieu  scientifique.  Mon   rôle   est   de   faire   de   la   veille   sur   ces     sujets   puis   de   la   diffuser   sur   différents   réseaux  sociaux   tels   que   Facebook,   Twitter,   Viadeo,   Google   +.   Aujourd’hui   MyScienceWork   se  positionne  comme  un  média  de  diffusion  scientifique  mais  aussi  un  lieu  de  rencontres  et  d’échanges   entre   passionnés   de   science,   chercheurs,   instituts   de   recherche   etc.   Notre  communauté  compte  aujourd’hui  plus  de  10  000  internautes  qui  forment  un  réseau  hy-­‐bride,  dialoguant  et  échangeant  sur  des  thématiques  scientifiques  et  sociétales.     Cette   communauté   s’est   créée   via   différents   réseaux   sociaux   qui   offrent   accès   à  une  diffusion  d’information  sous  des  formats  variés  :  photos,  vidéos,  podcasts,  streaming  de   conférence,   chat   instantané,   etc.   Chaque   internaute   peut   ainsi   trouver   le   format   qui  l’intéresse  et  auquel  il  porte  le  plus  d’attention.      Facebook  :  susciter  l’intérêt  aux  sciences  via  les  pages  fan   Facebook,   réseau   social   généraliste,   par   exemple,   offre   la   possibilité   de   «  poster  »  des  vidéos,  des  photos,  des  liens  visibles  par  ses  «  amis  »  et  vice  versa.  Il  permet  aussi  de  s’inscrire   à   des   pages   de   groupe   ou   de   marque   dont   on   souhaite   être   tenu   informé   de  lactualité.   MyScienceWork   ou   d’autres   instituts   de   recherche   (INSERM,   CNRS)   et   uni-­‐versités  (UPMC)  viennent  à  la  rencontre  d’un  public  très  large  via  ces  pages.  En  effet  ce  réseau  social  généraliste  compte  aujourd’hui  plus  de  955  millions  d’utilisateurs  depuis  sa   création   en   2004.   Sur   la   page   MyScienceWork,   qui   compte   actuellement   plus   de   7000  abonnés,  une  veille  régulière  est  menée  donnant  accès  à  des  actualités  scientifiques  via  des   vidéos,   des   liens   vers   des   articles   ou   encore   des   photos.   En   diffusant   des   informa-­‐tions  sur  une  plateforme  que  le  grand  public  côtoie  tous  les  jours,  chacun  accède  à  ces  nouvelles   qu’il   n’aurait   sûrement   pas   eu   avant   car   il   n’aurait   jamais   pris   l’initiative   de  regarder  spécifiquement  le  site  d’un  institut  de  recherche,  d’un  centre  de  culture  scienti-­‐fique  ou  bien  le  blog  MyScienceWork.    Twitter  :  facilitateur  de  dialogue  entre  Science  et  société   Twitter   est   un   autre   réseau   social   crée   en   2006,   qui   est   devenu   rapidement   un  élément   incontournable   de   la   veille   et   diffusion   d’informations.   Ce   réseau   de   "micro-­‐   8  
  10. 10. blogging"  consiste  à  envoyer  des  messages  de  140  caractères  pouvant  contenir  des  mots  clefs.  Ces  messages  «  tweets  »  sont  diffusés  à  l’ensemble  des  personnes  qui  «  suivent  »  le  compte   d’une   personne.   Avec   ce   système   d’abonnement   «  follow  »,   chacun   peut  «  suivre  »  une  multitude  de  comptes  qui  l’intéressent.  Tous  les  abonnés  de  Twitter  ont  la  possibilité   de   rédiger   une   courte   biographie   pour   présenter   leurs   thématiques   clefs.  Twitter  ainsi  est  un  outil  permettant  à  beaucoup  de  faire  de  la  veille  et  d’avoir  une  in-­‐formation   différente   de   celles   des   médias   traditionnels.   Utilisé   au   départ   par   des   profes-­‐sionnels  ou  personnalités   (journalistes,  acteurs..)  il  s’est  ouvert  à  un  nombre  bien  plus  important  d’acteurs.  Aujourd’hui  Twitter  compte  plus  de  500  millions  d’abonnés  (février  2012).       Le   compte   Twitter   de   MyScienceWork   compte   plus   de   2300   abonnés   et   constitue  un   réseau   d’échange   et   de   réflexion   entre   des   scientifiques,   des   instituts   de   recherche,  des  curieux  de  science,  des  associations.  Sur  cette  plateforme,  ce  sont  de  véritables  dé-­‐bats   et   discussions   qui   sont   abordés.   Twitter   se   prête   aussi   à   un   autre   exercice   qu’on  dénomme   «  livetweet  ».   Il   s’agit   de   suivre   un   événement   et   de   le   faire   partager   sur   Twit-­‐ter.   Les   propos   des   intervenants   sont   ainsi   retranscrits   en   direct,   des   photos   peuvent  être  postées  également  en  même  temps.  Cela  donne  la  possibilité  à  tous  ceux  qui  suivent  ce  livetweet  d’interagir  avec  les  autres  personnes  intéressées  mais  aussi  d’aborder  cer-­‐tains   questionnements   retranscrits   aux   intervenants.   Les   conférences   ainsi   deviennent  davantage   participatives.   Elles   impliquent   le   grand   public   ou   ainsi   que   d’autres   cher-­‐cheurs  s’intéressant  à  la  thématique  concernée,  même  s’ils  sont  absents  physiquement.  Une  véritable  organisation  se  constitue  autour  de  ces  livetweets.  Des  équipes  de  «  twit-­‐tos  »   (les   utilisateurs   de   twitter)     s’organisent   pour   prendre   des   photos   faire   des  comptes   rendus   interactifs   pour   assurer   une     riche   couverture   médiatique   2.0.   MyS-­‐cienceWork   participe   à   de   nombreux   évènements   de   ce   type   dont   les   comptes   rendus  sont   accessibles   sur   le   web   via   le   site   Storify.   Pour   les   instituts   de   recherche,   cela   leur  offre   la   possibilité   de   mieux   connaître   leur   public   et   leur   questionnement.   C’est   le   cas  par   exemple   du   CNES   qui   organise   des   mardis   de   l’espace   tous   les   mois,   la   probléma-­‐tique   étant   de   faire   partager   les   recherches   du   CNES   à   un   public   plus   vaste.   Twitter   per-­‐met  cette  ouverture  et  cette  diffusion  augmentée  et  instantanée.             9  
  11. 11. Intérêt  commun,  partage  et  échange  :  éléments  clefs  de  la  création  de  réseaux  hybrides   Dominique  Cardon10  nomme  ces  nouveaux  espaces  la  «  blogosphère  citoyenne  »  où  «  une   nouvelle   population   de   producteurs   et   de   commentateurs   a   bruyamment   poussé  les  portes  de  l’espace  public.  Ces  réseaux  sociaux  permettent  donc  l’émergence  de  com-­‐munautés  hybrides.  Basés  sur  des  intérêts  communs  et  leur  partage,  ils  forment  déjà  une  première   base   d’un   dialogue   entre   Science   et   Société.   C’est   un   premier   contact   et   une  prise  de  connaissance  des  différents  acteurs  au  sein  de  ce  nouvel  ensemble.  Cette  appar-­‐tenance   à   une   communauté   est   un   facteur   clef   pour   l’implication   du   public.   En   parallèle,  ce  rapprochement  se  fait  aussi  directement  via  des  blogs  de  sciences.       3) Blogs  de  science  :  pour  aller  plus  loin  dans  les  échanges  et  la  réflexion       En   effet   depuis   un   peu   plus   de   5   ans,   une   autre   communication   scientifique   s’est    développée   sur   le   Web   2.0,   sortant   des   médias   traditionnels,   des   revues   scientifiques   ou  autres   journaux   dinstituts   de   recherche.   Ce   sont   les   scientifiques   eux-­‐mêmes   qui   ont  commencé   à   exposer   aux   grands   publics   leurs   points   de   vue,   travaux   et   visions   des  sciences   sur   Internet,   par   la   création   des   blogs   scientifiques.   En   France,   nous   pouvons  citer  le  "Café  des  Sciences"  créé  en  2006.  Cette  plateforme  regroupe  différents  blogs  ré-­‐digés  par  des  chercheurs  pour  la  plupart.    Les  blogs  se  sont  ensuite  aussi  popularisés  et  les   journalistes   scientifiques   ou   autre   acteurs   ont   aussi   adapté   ce   format   sur   lequel   ils  peuvent   s’exprimer   plus   librement   que   sur   les   médias   traditionnels.   «  Leur   écriture   se  place  alors  moins  sous  le  contrôle  de  leur  rédaction  que  sous  la  surveillance  de  leur  pu-­‐blic  »10.  Les  journaux  scientifiques  incluent  même  désormais  une  partie  blog  sur  leur  site  (ex.  Scientific  American,  Nature,  …).  Ces  blogs  sont  renommés  et  ont  un  impact  puissant,  à   la   fois   sur   la   communauté   des   chercheurs   et   sur   le   grand   public.   C’est   le   cas   par  exemple  du  blog  de  Carl  Zimmer  «  the  Loom  »  hébergé  par  Discover  Magasine.  Des  ar-­‐ticles   avaient   ainsi   fait   grand   bruit   à   l’époque   au   sujet   de   supposées   bactéries   vivant  avec  un  ADN  différent,  composé  d’arsenic.  Le  fin  mot  de  l’histoire  a  été  connu  plus  d’un  an  après.  MyScienceWork  a  développé  également  son  blog  pour  pouvoir  transmettre  aux  utilisateurs  de  son  réseau  social  les  valeurs  clefs  que  le  réseau  social  porte.  L’existence  des   blogs   de   sciences   a   un   double   avantage.   Tout   dabord,   ils   permettent   de   faire   con-­‐naître  les  recherches  scientifiques  au  grand  public  avec  un  ton  et  un  avis  différent  par-­‐fois  plus  critique.  Dans  le  cas  des  blogs  de  chercheurs,  qui  s’adressent  sans  intermédiaire     10  
  12. 12. au  public,  cela  donne  une  vision  moins  opaque  de  la  science.  Ensuite,  les  «  blogueurs  »  que  ce  soient  des  chercheurs  ou  des  journalistes  tirent  également  un  avantage  à  écrire  sur   ces   blogs   :   ils   prennent   position   et   se   créent   leur   réputation.   Pour   ce   qui   est   des  chercheurs,   l’écriture   dans   un   blog   est   encore   malheureusement   peu   reconnue   comme  qualité  au  sein  du  parcours  professionnel  d’un  chercheur.  Pour  conclure,  le  web2.0  et  les  réseaux  sociaux  sont  un  formidable  outil  de  mise  en  rela-­‐tion  dans  la  société.  Joël  de  Rosnay11  emploie  le  mot  «  d’une  révolution  de  la  relation  »  plutôt   que   de   l’information.   Ces   contacts   directs   entre   sphères   scientifiques,   grand   pu-­‐blic   et   institutions   mais   aussi   gouvernements   stimulent   la   motivation   et   permettent  d’imaginer  grâce  aux  retours  directs  entre  ses  différents  acteurs  de  nouvelles  voies  pour  des  actions  communes  les  plus  adaptés.     III. Web  2.0  catalyse  d’actions  communes  entre  Science  et  Société  :  de  la  parti-­‐ cipation  à  la  coopération       Le  web  2.0  voit  émerger  de  nouvelles  formes  de  participation.  Sommes-­‐nous  passés  à  l’ère  d’une  démocratie  internet  comme  le  propose  Dominique  Cardon  ?    Les  rapports  et  échanges  entre  les  différents  acteurs  de  la  démocratie  (citoyens,  politiques,  média…)  se  sont   largement   modifiés.   Cela   s’applique   également   dans   les   relations   Science-­‐Société.  Le   Web   2.0   et   les   réseaux   sociaux   ouvrent   à   l’expression   plus   facile   de   chaque   citoyen  mais   aussi   offrent   des   plateformes   adaptées   à   l’émergence   d’action   commune.   La   rapidi-­‐té  de  diffusion  des  informations  et  des  échanges  offre  des  retours  directs  et  instantanés  permettant   d’adapter   rapidement   ces   actions   et   ainsi   faire   évoluer   la   Science   et   la   re-­‐cherche.   Une   des   premières   plateformes   à   avoir   été   créée,   et   représentative   de   ces   co-­‐constructions  de  savoir  est  Wikipédia.     1) Wikipédia  :  le  partage  démocratique  des  connaissances     Wikipédia   qui   a   fêté   en   2011   ses   dix   ans.   (15   janvier   2001)   est   un   des   exemples  majeurs   de   ces   actions   communes   de   partage   de   connaissances   mêlant   ces   différents  acteurs.  «  Cest  un  formidable  outil  démocratique,  inscrit  dans  la  continuité  des  mouve-­‐ments  Open  Source  et  des  logiciels  libres.  »   Wikipédia,  compte  aujourd’hui  plus  de  20  millions  d’articles  rédigés  par  des  cher-­‐   11  
  13. 13. cheurs  mais  aussi  par  des  non-­‐scientifiques.  Chacun  peut  entrer  dans  cette  communauté  de   wikipediens   et   commenter,   corriger   ou   rédiger   des   articles.   Une   organisation   s’est  mise   en   place   afin   que   chaque   article   soit   lu   et   commenté   par   la   communauté   avant  d’être   validé.   La   qualité   des   articles   pourrait   être   remis   en   cause   mais   selon   un   article  publié  dans  la  revue  Nature  en  2005,  il  semblerait  que  Wikipédia  et  lencyclopédie  Bri-­‐tannica   sont   jugées   comparables   pour   ce   qui   concerne   la   qualité   des   articles   scienti-­‐fiques.    Il  faudrait  tout  de  même  mener  une  telle  étude  à  l’heure  actuelle  où  le  nombre  d’utilisateurs  actifs  de  WIkipedia    connait  une  augmentation  importante.    Le   web2.0   permet   à   ces   nouveaux   modes   d’organisation   d’émerger   et   l’avènement   de   ce  que  certains  appellent  l’  «  amatorat  »  dans  la  diffusion  des  savoirs.  .  On  emploie  aussi  le  terme  d’intelligence  collective,  mis  en  avant  par  Tim  O  reilly  dans  sa  définition  du  web  2.0.   D’autres   formes   de   production   commune   de   savoir   entre   Science   et   Société   se   déve-­‐loppent  actuellement  notamment  avec  l’émergence  des  «  citizen  science.  »     2) Les  “citizen  science”:  rencontre  entre  Science  et  Citoyens  .     Aujourd’hui,   cette   rencontre   entre   science   et   citoyens   agissant   ensemble   prend  une  part  de  plus  en  plus  importante.  En  anglais,  on  parle  de  “citizen  science,”  en  français,  ces   actions   prennent   le   nom   de   sciences   citoyennes   ou   sciences   participatives.  L’utilisation   de   ces   différents   termes   encore   non   établis   pour   les   décrire   montre   que  c’est  un  domaine  récent  encore  en  mouvance    et  à  construire.  Les  «  citizen  science  »  re-­‐groupent   un   panel   d’actions   diversifiées   dans   les   thématiques   abordées  mais   aussi   dans  les  niveaux  de  relation  entre  sciences  et  citoyens.  Actions  allant  de  la  participation  à  la  coopération  et  coproduction.    Certains  projets  de  science  citoyenne  ne  se  servent  que  des  citoyens  comme  puissance  de   calcul   /de   traitement   ou   de   recherche   d’informations.   Ces   projets   scientifiques  s’appuient  sur  du  crowdsourcing   c’est-­‐à-­‐dire  que    les  citoyens  vont  aider  à  collecter  des  données.   Ces   «  citizen   science  »   ont   vu   leur   essor   grâce   aux   nouvelles   technologies   ap-­‐portant    les   outils   nécessaires   à   la   collecte   et   à   la   visualisation   des   données   (cartogra-­‐phie,   smartphones)   .Mais   aussi   via   la   «  gamification  ».   La   récolte   d’information   dans   ce  cas  là  se  fait  sous  forme  de  jeu.  En  effet,  cet  aspect  ludique,  parfois    même  addictif  crée  une   motivation   sur   le   long   terme  :   élément   clef   du   succès   de   ces   projets.   Une   des   plus  belles   illustrations   est   le   projet   Foldit,   un   jeu   où   l’on   aide   à   replier   de   façon   correcte   des     12  
  14. 14. protéines.   La   simulation   de   repliement   de   protéine   demande   des   puissances   de   calcul  énormes.   Faire   jouer   des   milliers   de   personnes   permet   de   gagner   un   temps   considé-­‐rable.   De   ce   projet   sont   nées   de   belles   découvertes   et   une   preuve   évidente   de  l’émergence  d’une  intelligence  collective.    Un  niveau  supplémentaire  dans  les  «  citizen  science  »  se  rapprochant  plus  de  la  notion  de   science   citoyenne   en   Français   essaye   de   créer   véritablement   une   coproduction   des  savoirs   entre   citoyens   et   chercheurs.   Par   exemple,   les    extreme   citizen   science,   plus  qu’une  simple  collecte  de  données  sont  une  prise  en  charge  d’une  question  posée  dans  son   ensemble   par   une   communauté.   Des   outils   utilisables   et   compréhensibles   par   un  groupe  de  personnes  intéressées  offrent  la  possibilité  de  résoudre  un  problème  de  A  à  Z  en  l’analysant  et  en  émettant  des  solutions.    Pour  connaître  la  diversité  de  ces  projets  je  vous  invite  à  lire  l’article  «  Citizen  science  :  rencontre   entre   la   science   et   les   citoyens   que   j’ai   rédigé   à   l’issue   d’un   colloque   sur   les  «  citizen  science  »  à  Londres  en  février  2012.  Ces  rapprochements  entre  Science  et  Société  montrent  que  la  société  peut  appendre  et  être   une   aide   majeure   aux   scientifiques.   Mais   en   plus   de   contribuer   à   la   recherche,   les  citoyens   peuvent   aussi   apprendre   aux   scientifiques   et   les   aider   à     avancer   dans   leurs  pratiques   se   rapprochant   de   l’idée   de   coproduction   de   savoir   mis   en   avant   par   Michel  Callon6.     3) Des  liens  forts  entre  Science  et  Société  :  de  la  participation  à  la  coopération       Cette  volonté  de  construire  une  société  de  la  connaissance  où  la  société  a  un  rôle  actif   à   jouer   mais   surtout   souhaite   le   jouer   amène   à   des   transformations   majeures.   Il   est  temps   de   passer   de   la   participation   des   citoyens   à   la   coopération   entre   Science   et   Socié-­‐té.   Cela   nécessite   de   mettre   en   place   de   nouvelles   pratiques   et   usages.   La   société   et  l’  «  empowerment  »  qui  lui  est  donné  via  le  web2.0  apporte  un  «  feedback  »  et  un  rétro-­‐contrôle   positif   dans   le   domaine   de   la   recherche   et   des   sciences.   C’est-­‐à-­‐dire   que   des   ac-­‐tions   communes   mènent   à   la   création   d’autres   actions   s’enrichissant   mutuellement.  Dans  ce  contexte,  on  a  vu  ainsi  émerger  le  mouvement  «  open  science  »  et  notamment  le  mouvement    open  access.     13  
  15. 15. Ils   se     développent   car   ils   sont   influencés   par   le   mouvement   participatif     des   logiciels  libres,   open   source   etc..   Il   ne   faut   pas   oublier   que   le   web   à   la   base   a   été   créé   sous  l’impulsion  de  scientifiques  qui  souhaitaient  collaborer  entre  eux...    Le   mouvement   de   l’open   access  est   né   dans   les   années   1990   d’une   mobilisation   de   la  communauté  savante  (chercheurs,  bibliothèques…)  en  faveur  d’un  accès  libre  et  gratuit  à   l’information   scientifique   de   manière   à   faciliter   la   diffusion   et   le   développement   du  savoir.  Plus  tard  ce  mouvement  s’est  considérablement  amplifié.  Aujourd’hui  il  est  sou-­‐tenu   par   de   grandes   institutions   Wellcome   trust   en   Angleterre   et   fait   partie   des   grandes  directives  de  l’Europe  depuis  le  17  juillet  2012.    Une   raison   évoquée   par   ces   institutions   est   le   droit   pour   tous   les   citoyens   de   pouvoir  avoir   accès   aux   données   auxquelles   ils   contribuent   lorsque   ces   recherches   sont   finan-­‐cées   par   les   pouvoirs   publics.   L’open   access  et   son   utilisation   globale   ouvre   à   de   nom-­‐breuses   problématiques,   et   une   modification   et   changement   de   la   recherche   encore   plus  grande  (échange  entre  les  chercheurs,  lobbies  des  maisons  d’éditions).  Ces  transforma-­‐tions   vont   avoir   lieu   sous   le   regard   de   tous   les   citoyens   qui   aideront   certainement   à    prendre   les   bonnes   décisions.   Bien   sur   beaucoup   de   solutions   restent   à   trouver   pour  l’acceptation  de  l’open  science  et  de  l’open  access,  mais  nous  assistons  bien  à  un  chan-­‐gement    de  paradigme  avec  le  web  2.0.  Le  monde  de  la  recherche  est  encore  assez  froid  et   rigide   mais   ces   actions   en   commun   et   l’envie   de   mettre   en   avant   science   et   société  deviennent   une   problématique   incontournable   pour   les   pouvoirs   publics.   Loin   d’être  une   solution   miracle,   la   question   de   l’open   access,   ses   avantages   et   limites   se   doivent  d’être  débattues  dans  la  sphère  publique.  Il  est  ainsi  intéressant  de  suivre  ces  transfor-­‐mations  et  les  évolutions  qui  vont  émerger.    Discussion   Ce   mémoire     avait   pour   vocation   d’observer   les   évolutions   des   rapports   entre  science   et   société   en   lien   avec   l’émergence   de   cette   révolution   du   Web   2.0.   Loin   d’être  exhaustif   et   basé   sur   mon   expérience   pratique   du   community   management,   ces   ré-­‐flexions  sont  une  porte  d’accès  à  de  nombreuses  thématiques  et  problématiques  qui  en  émergent.  Chaque  partie  se  devrait  d’être  creusée  en  profondeur  pour  améliorer  à  l’ère  du  web2.0  de  meilleurs  échanges  entre  Science  et  Société.  Comment  favoriser  la  motiva-­‐tion   et   créer   dans   de   nouveaux   domaines   la   coproduction   entre   scientifiques   et   ci-­‐toyens  ?  Quelles  sont  les  limites  de  ces  coproductions  ?  Ces  questions  restent  ouvertes…     14  
  16. 16.  Il  est  important  aussi  d’avoir  conscience  des  abus  parfois  qu’apporte  cette  thématique  phare   des   «  relations   science   société  ».   Insufflé   par   ce   mouvement,   les   médias   qui   vulga-­‐risent   la   science   et   veulent   donner   envie   de   la   faire   connaître   renforcent     parfois   une  image  sacralisée  de  la  Science.  On  assiste  de  plus  en  plus  à  une  médiation  de  la  Science  qui  est  alors  considéré  presque  comme  un  objet  marketing.  La  couverture  médiatique  du  boson  de  Higgs  ou  des  neutrinos  en  sont  de  belles  illustrations.  Il  reste  donc  à  trouver  un  équilibre.  Pour  cela,  la  recherche  multidisciplinaire  et  multi  échelle  peut  aider  à  appor-­‐ter   des   solutions.   Un   institut   innovant   comme   l’IIFR   qui   vient     de   se   créer   pourra   appor-­‐ter   des   briques   de   réponses.   Au   cœur   de   ces   problématiques   se   posera   la   question   de  l’éducation   de   chacun   par   la   recherche   mais   aussi   de   la   façon   dont     la   recherche   peut  apprendre  de  l’ensemble  de  la  société.  Des  dispositifs  sont  à  trouver  mais  les  pistes  sont  désormais  tracées.  L’Europe  a  lancé  pour  le  FP7  un  appel  à  propositions  en  lien  avec  la  coopération.  De  nombreux  projets  sont  à  construire  autour  de  la  problématique  science-­‐société  pour  apporter  des  réponses  aux  enjeux  majeurs  de  demain.  En  effet,  nous  devons    nous  sentir  impliqués  car  scientifiques  ou  non  scientifiques  nous  sommes  avant  tout  des  citoyens.                                       15  
  17. 17. Bibliographie  :      1-­‐Dominique  Pestre  -­‐«  Quelles  sciences,  quelles  sociétés,  quels  enjeux  pour  le  21e  siècle?  »-­‐  Sciences  en  société  :  dialogues  et  responsabilité  scientifique,  Cahiers  du  M.U.R.S.,  deuxième  trimestre  2009,  p.  146-­‐155  2-­‐Sheila  Jasanoff  -­‐  States  of  Knowledge:  The  Co-­‐production  of  Science  and  the  Social  Order-­‐  International  Library  of  Sociology  3-­‐  Michael  Gibbons,  Helga  Nowotny,  Peter  Scott-­‐  Repenser  la  science.  Savoir  et  société  à  lère  de  lincertitude    4-­‐  Michael  Gibbons,  Helga  Nowotny,  Peter  Scott  -­‐  The  New  Production  of  Knowledge:  The  Dynamics  of  Science  and  Research  in  Contemporary  Societies-­‐  SAGE    5-­‐Bruno  Latour  -­‐  Changer  de  société.  Refaire  de  la  sociologie  -­‐  Paris,  La  Découverte-­‐«  Armillaire  »,  2005.    6-­‐Michel  Callon,  Pierre  Lascoumes  -­‐  Agir  dans  un  monde  incertain.  Essai  sur  la  dé-­‐mocratie  technique  -­‐  Paris,  Le  Seuil,  «  La  couleur  des  idées  »,  2001.    7-­‐Jacques  Robin  –Change  d’ère-­‐  Paris  le    Seuil      8-­‐  Bernard  Stiegler  -­‐  Ars  Industrialis-­‐-­‐-­‐http://arsindustrialis.org/les-­‐-­‐-­‐pages-­‐-­‐-­‐de-­‐-­‐-­‐bernard-­‐-­‐-­‐stiegler    9-­‐Véronique  Kleck  -­‐  Numérique  &  cie  :  Société  en  réseaux  en  gouvernance  -­‐  édi-­‐tion  Charles  Léopold  Mayer        10-­‐Dominique  Cardon  -­‐    La  démocratie  internet  promesses  et  limites  -­‐  La  république  des  idées-­‐  Seuil      11-­‐Joël  de  Rosnay  -­‐  Surfer  la  vie  ou  sur-­‐vivre  dans  la  société  fluide    -­‐  Les  liens  qui  libèrent                       16  
  18. 18. Webographie  :      Liens  classés  par  ordre  d’apparition  dans  le  mémoire    Introduction  :  Forum  territorial  de  la  culture  scientifique  et  technique  2010-­‐  Infusoir-­‐Mélodie  Faury  :  http://infusoir.hypotheses.org/236    FP7  Europe  :  http://cordis.europa.eu/fp7/sis/    Web  2.0  et  relation  Science-­‐société  :  évolution  et  caractéristique  Scientisme-­‐  Wikipédia  http://fr.wikipedia.org/wiki/Scientisme    Jürgen  Habermas-­‐Wikipédia-­‐http://fr.wikipedia.org/wiki/Jürgen_Habermas    Site  de  Bruno  Latour  :  http://www.bruno-­‐latour.fr/    Ici  Londres/Radio  Londres  :  le  premier  tout  à  l’heure  de  Twitter,  Facebook  et  l’internet  mondial-­‐  Slate  :  http://www.slate.fr/france/53753/ici-­‐londres    le  Web  2.0  :  catalyse  de  diffusion  des  savoirs  et  d’échange  entre  Science  et  Société  Le  Blog  MyScienceWork-­‐  l’équipe  http://blog.mysciencework.com/lequipe    Science  et  curation  :  nouvelle  pratique  du  Web  2.0-­‐Blog  MyScienceWork-­‐Célya  Gruson-­‐Daniel  :  http://blog.mysciencework.com/2012/02/03/science-­‐et-­‐curation-­‐nouvelle-­‐pratique-­‐du-­‐web-­‐2-­‐0.html    Réseau  social  MyScienceWork  :  http://www.mysciencework.com    Facebook  955  millions  d’utilisateurs  à  travers  le  monde  -­‐01net  :  http://www.01net.com/editorial/570855/facebook-­‐955-­‐millions-­‐d-­‐utilisateurs-­‐a-­‐travers-­‐le-­‐monde/    Page  facebook  MyScienceWork  :  https://www.facebook.com/MyScienceWork    Compte  Twitter  MyScienceWork  :  http://twitter.com/MyScienceWork    Storify  MyScienceWork  :  http://storify.com/mysciencework    Les  Mardis  de  l’Espace-­‐CNES  :    http://www.cnes.fr/web/CNES-­‐fr/9593-­‐gp-­‐les-­‐mardis-­‐de-­‐l-­‐espace-­‐votre-­‐nouveau-­‐rendez-­‐vous.php  http://www.cafe-­‐sciences.org/    Blog  Scientific  American  :    http://blogs.scientificamerican.com/    Blog  Nature  :  http://blogs.nature.com/       17  
  19. 19. Blog  Discover  Magazine  :  http://blogs.discovermagazine.com/loom/    Live  Blogging  Arsenic  Life-­‐The  Loom-­‐Carl  Zimmer  :  http://blogs.discovermagazine.com/loom/2012/07/08/live-­‐blogging-­‐arsenic-­‐life/    Web  2.0  catalyse  d’actions  communes  entre  Science  et  Société  :    de  la  participation  à  la  coopération      Wikipédia  le  partage  démocratique-­‐Blog  MyScienceWork-­‐  Laurence  Bianchini  :  http://blog.mysciencework.com/2012/01/18/wikipedia-­‐partage-­‐democratique-­‐pipa-­‐sop.html    Comparing  Wilkipedia  and  Britannica-­‐Nascent  Nature  :  http://blogs.nature.com/nascent/2005/12/comparing_wikipedia_and_britan_1.html      Wikipedia  :  présentation  et  histoire-­‐  Homo  Numericus  :  comprendre  la  révolution  nu-­‐mérique-­‐Sylvain  Firer-­‐Blaess  :  http://homo-­‐numericus.net/article273.html    Qu’est  ce  que  le  Web2.0:  modèles  de  conception  et  d’affaires  pour  la  prochaine  genera-­‐tion  de  logiciels  –Internetactu.net  :  http://www.internetactu.net/2006/04/21/quest-­‐ce-­‐que-­‐le-­‐web-­‐20-­‐modeles-­‐de-­‐conception-­‐et-­‐daffaires-­‐pour-­‐la-­‐prochaine-­‐generation-­‐de-­‐logiciels/    Sciences  citoyennes  participatives  &  co-­‐  La  Science,  la  Cité-­‐  Antoine  blanchard  :  http://www.enroweb.com/blogsciences/index.php?2012/05/11/459-­‐sciences-­‐citoyennes-­‐participatives-­‐co    Citizen  Science  :  rencontre  entre  la  Science  et  les  citoyens  –  Blog  MyScienceWOrk  –  Célya  Gruson-­‐Daniel  :  http://blog.mysciencework.com/2012/03/01/citizen-­‐science-­‐rencontre-­‐entre-­‐la-­‐science-­‐et-­‐les-­‐citoyens.html    Foldit  :  le  jeu  au  secours  des  scientifiques  –  Universcience-­‐http://www.universcience.fr/fr/science-­‐actualites/articleas/wl/1248125236773/fold-­‐it-­‐le-­‐jeu-­‐au-­‐secours-­‐des-­‐scientifiques/    Stephen  Curry  on  open  access  post  Finch-­‐  Blog  MyScienceWork-­‐  Abby  Tabor  :  http://blog.mysciencework.com/en/2012/08/20/stephen-­‐curry-­‐on-­‐open-­‐access-­‐post-­‐finch.html    Programme  FP7  appel  2012  :  http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/12/790    Boson  de  Higgs  :  99,9999%  des  médias  seraient  tombés  dans  le  panneau-­‐  Blog  MyS-­‐cienceWork-­‐  Célya  Gruson-­‐Daniel  et  Laurence  Bianchini  :  http://blog.mysciencework.com/2012/07/06/boson-­‐de-­‐higgs-­‐999999-­‐des-­‐medias-­‐seraient-­‐tombes-­‐dans-­‐le-­‐panneau.html     18  
  20. 20.  Discussion  Nightscience  :  présentation  :  http://www.nightscience.org/#!workshop-­‐2012/vstc3=2012-­‐presentation      Note  CNAM  Conservatoire  national  des  arts  et  métiers  (français)    Félix-­‐Alexandre  Le  Dantec,  (1869-­‐1917),  biologiste,  philosophe  des  sciences,  français.  CEA  Commissariat  à  lénergie  atomique  (français)  CNRS  centre  national  de  la  recherche  scientifique  (français)    CNES  centre  national  détudes  spatiales  Jürgen  Habermas  (1929),  philosophe  allemand  et  théoricien  en  sciences  sociales    Dominique  Pestre  (1950),historien  des  sciences  (français)  Sheila  Jasonoff,  sociologue  américaine  spécialiste  en  sociologie  de  la  connaissance  scientifique    Bruno  Latour,  (1947),  sociologue,  anthropologue  et  philosophe  des  sciences  français  Jacques  Robin  (1919-­‐2007),  médecin  français  et  membre  fondateur  du  groupe  de  re-­‐cherche  inter  et  transdisciplinaire  (GRIT)    Bernard  Stiegler,  (1952)  philosophe  français  Véronique  Kleck,  secrétaire  générale  de  lassociation  VECAM  créée  en1995  pour  pro-­‐mouvoir  les  usages  démocratiques  et  sociaux  de  linternet    Dominique  Cardon,  sociologue  français,  Ecole  des  hautes  études  en  sciences  sociales,  centre  détudes  des  mouvements  sociaux    Michel  Callon  (1945)  sociologue  et  ingénieur  français  IIFR:  Institut  Innovant  de  Formation  par  la  Recherche  Tim  O  Reilly  :  fondateur  dOReilly  Media  une  maison  dédition  spécialisée  dans  linfor-­‐matique,  leader  dans  le  monde  de  linternet  dont  les  ouvrages  sont  considérés  comme  des  références  par  la  communauté  du  world  wide  (Wikipédia)      Source  Wikipédia  essentiellement                 19  

×