Hds mag 15
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
Uploaded on

Edition du conseil général des hauts de seine...

Edition du conseil général des hauts de seine
Janvier - février 2011

- Bonne année 2011 avec les Pompiers de l'extreme

-Dossier transports

More in: News & Politics
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
3,810
On Slideshare
3,809
From Embeds
1
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 1

http://www.slideshare.net 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. le magazine du conseil général www.hauts-de-seine.net SOLIDARITÉ page 10 Le Département va soutenir l’économie sociale et solidaire. AVEC LES Bonne POMPIERS DE année 2011 L’EXTRÊMETRANSPORTS page 60Eole, Réseau de transport du GrandParis, Arc Express, les propositionsdu conseil général. À Issy, reportage auprès du groupeARTISANAT page 26 spécialisé desÀ Asnières, l’atelier des commandesspéciales du maroquinier Louis Vuitton Pompiers de Parisnous ouvre ses portes. pour les interventions en milieu périlleuxCHORUS 2011 dans la capitale etDécouvrez en avant-première la petite couronne.toute la programmation du festivalorganisé par le conseil général Page 20.du 12 au 26 mars prochains dansnotre supplément HDS.plus.
  • 2. sommaire éditoactualité Malgré un contexte difficile,10 Le conseil général approuve quatre mesures en faveur de l’économie sociale et solidaire. bonne année 2011 à tous a crise mondiale dont les effets se font encore ressentir, a vu L certains modèles économiques remis en cause et a favorisé l’émergence de réflexions autour de solutions alternatives.Un groupe de travail constitué de conseillers généraux de notre collectivité et de toutes sensibilités politiques s’est réuni à l’initiative de Jean Sarkozy afin d’étudier la manière dont le Département pouvait se montrer force de proposition en matière d’Économie sociale et solidaire.Appelée dans les pays anglo-saxons « Tiers secteur », l’Économie sociale et solidaire se situe dans un champ qui ne relève ni totalement du secteur marchand traditionnel ni du secteur public. Elle repose sur des principes et des règles CG92/OLIVIER RAVOIRE qui lui sont propres, comme la libre adhésion, une gestion participative, une utilité collective ou sociale et une mixité des financements entre ressources privées et publiques. Jemagazine crois profondément que son interac- 20 DOLMAIRESauvetages tion avec l’économie de marché peut transformer la société. L’assemblée Patrick Devedjian,de haut vol le 10 novembre dernier, CG92/JEAN-LUC départementale a approuvé, le 17 lors d’un colloque sur décembre, une série de mesures l’économie sociale et solidaireD’Issy à la tour Eiffel, rencontre avecles pompiers hors norme du Grep. concrètes dans ce domaine dont organisé par l’association Initiatives. l’inscription des clauses sociales dans les marchés publics du Département. Vous en trouverez le détail dans ce numéro.Je voudrais vous présenter également mes vœux pourculture l’année 2011, en espérant que cette année sera meilleure que celle que33 Cités Danse nous venons de vivre. Parce nous savons que le contexte économique et Variations, social reste difficile, le conseil général continuera d’être présent auprès de le rendez-vous ceux qui souffrent le plus des difficultés de la crise économique et sociale. CG92/OLIVIER RAVOIRE hip-hop À cet effet, nous continuerons d’avoir le souci d’une gestion rigoureuse afin d’offrir plus de solidarité à ceux qui ont besoin de notre soutien. L’école de Rouen à Rueil. Patrick Devedjian Bonne année à tous. Président du conseil généralconseil général51 HDS.mag Révision Philippe Barthelet Impression Sur la Seine les bateaux 2/16 boulevard Soufflot Maury 45330 Malesherbes nettoyeurs 92015 Nanterre cedex A collaboré à ce numéro Distribution Mediapost Tél. : 01.41.37.11.60. Didier Lamare Le débat démocratique Fax : 01.41.37.11.65. Routage Cifea DMK Courriel : hdsmag@cg92.fr HDSGuide et partenariats Diffusion Sylvie Dispans (01.41.37.11.60.) Annie Poirier (comdiffusion@cg92.fr, Directeur de la publication Photo / Responsable Jean-Philippe 01.41.37.10.88)hdsguide Arts et Spectacles Marie-Célie Guillaume DGA communication et culture Xavier Tracou Ancel (01.41.37.11.61.) Iconographie Véronique Aufrand, Céline Follin ISSN : 1966-666769 COUVERTURE : CG92/OLIVIER RAVOIRE Théâtre Photographes CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE Rédacteur en chef Jean-Luc Dolmaire, José Justo, Expos Rafaël Mathieu (01.41.37.11.58.) Willy Labre, Olivier Ravoire. Musique/Danse Rédaction Sophie Jamet (01.41.37.13.58.), Conception graphique Jeunesse Reine Paris (01.76.68.83.76.), et mise en page Virginie Rapin (01.76.68.82.21.), Studio Baylaucq DR Alix Saint-Martin (01.41.37.11.60.), Tél. : 01.44.90.80.40. Émilie Vast (01.41.37.11.56.) Courriel : studio@baylaucq.fr www.hauts-de-seine.net HDS.mag est imprimé sur du papier éco-certifié issu de forêts gérées durablement
  • 3. croqué par4| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 4. 1 actualité Insertion par l’activité économique : les employés de l’association Halage interviennent le long des voies à Rueil-Malmaison avec le soutien du conseil général. 10 Page Cap sur l’économieCG92/OLIVIER RAVOIRE solidaire L’assemblée départementale L’axe historique comme 6 vous ne l’avez jamais vu a approuvé le 17 décembre dernier la création d’un conseil départemental de l’économie La ligne 4 a rejoint 11 Montrouge sociale et solidaire ainsi que des mesures concrètes pour aller plus loin dans ce domaine ni Le parc des Chanteraines 13 fermé pour dératisation vraiment marchand, ni vraiment public : des clauses sociales dans les marchés publics, le soutien au Zapping 16 micro-crédit et un budget de six millions d’euros pour développer des projets dans les Hauts-de-Seine. janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 5
  • 5. VOIE ROYALE VERS LA DÉFENSEC’est peut-être la plus limpide illustration de l’idée de « GrandParis ». Dans tous les acceptions du terme. En prenant de lahauteur à la demande de l’Epadesa, l’établissement aménageurde La Défense et de son prolongement jusqu’à la Seine, lephotographe américain Alex McLean dévoile « l’axe historique »qui court du Louvre jusqu’à la Grande Arche et structure l’Ouestparisien. Tracée par Le Nôtre au XVIIe siècle, cette voie rectiligne,les alpinistes parleraient de « directissime », est ici plus évidenteque jamais vue de l’hélicoptère. Photo : Epadesa/Alex MacLean
  • 6. NANTERRE DANS L’AXEC’est l’envers de la photo précédente. Alex McLean captecette fois l’histoire en cours : le prolongement de laperspective de Le Nôtre jusqu’à la Seine. En un clin d’œil,le cliché révèle une aventure urbaine de plus de quatre centsans qui se poursuit aujourd’hui à Nanterre à une dizaine dekilomètres de son point de départ : la colonnade du Louvre.Après la ville « faite », la ville émergente « objectivement »saisie par le photographe comme un travail en cours. Alorsque le projet Seine-Arche se poursuit, le périmètre regorgede projets : Arena du Racing Métro 92, arrivée du RER Éole, etc.Photo : Epadesa/Alex MacLean
  • 7. actualité 1 Développement économiqueLe conseil général s’engage pourl’économie sociale et solidaireDes clauses socialesseront incluses dans 10 %des marchés publicset six millions d’eurosseront mobilisés sur troisans pour financer lesprojets d’entreprisesdu « Tiers Secteur ».Un « conseil Pour Patrick Devedjian, CG92/OLIVIER RAVOIREdépartemental de l’économie sociale et solidaire est complémentaire de l’actionl’économie solidaire » se du conseil général dansréunira dès le 17 janvier. le domaine de l’insertion. ppelée dans les millions d’euros sur trois ans. Le associatif. « Ces projets seront sélec- 6 000 000 € A pays anglo-saxons Département pourrait lancer dès tionnés par un jury qui comprendra « Tiers secteur », 2011 des appels à projets destinés à des membres de la majorité et de l’op- l’Économie so- favoriser le développement de l’Éco- position », a précisé Jean Sakozy. sur trois ans vont permettre ciale et solidaire nomie sociale et solidaire et à rap- de financer des projetsse situe dans un champ qui ne re- procher le besoin du Département Micro-crédits et revitalisation d’entreprises et d’associa-lève ni totalement du secteur mar- des initiatives portées par le tissu S’agissant de l’aide aux petits en- tions du tiers secteur.chand traditionnel ni du secteur trepreneurs, le conseil général vapublic ou para-public. Un groupe également soutenir des initiativesde travail constitué de conseillers « Aller encore de crédits coopératifs et de micro- sujettit les entreprises de 1 000 sa-généraux de toute sensibilité poli- plus loin » crédits. L’objectif serait de déve- lariés et plus à une « obligation detique s’est réuni à six reprises au lopper ce type d’interventions dans revitalisation » lorsqu’elles procè-cours de l’année 2010 afin d’étu- Le Département s’est les Hauts-de-Seine. Ce projet s’ins- dent à des licenciements collectifsdier la manière dont le conseil gé- engagé, dès 2003, dans le crirait dans le droit fil du système affectant, par leur ampleur, l’équi-néral pouvait intervenir davantage cadre de son Agenda 21 à développé par Muhammad Yunus, libre économique local. Il s’agitdans ce domaine. Le rapport pré- travailler sur l’égalité des prix Nobel de la paix initiateur de la concrètement d’une contribution fi-senté à l’assemblée départemen- chances avec des microfinance, dont le principal opé- nancière minimale égale à deux Smictale le 17 décembre dernier par Jean applications très concrètes : rateur en France est l’Association mensuels brut par emploi supprimé.Sarkozy décline quatre nouvelles aide à l’insertion par pour le droit à l’initiative écono- Ces fonds sont ensuite utilisés pouractions dont la plus marquante est l’activité économique, etc. mique présidée par Maria Nowak. créer ou renforcer des initiatives éco-l’objectif de clauses sociales dans Bien que ce domaine soit L’intervention du conseil général nomiques locales. Les Hauts-de-Seine10 % des marchés publics du Dé- situé en dehors des prendrait ainsi la forme d’une bo- seraient ainsi le premier Départe-partement. « C’est une démarche compétences obligatoires nification d’intérêts et/ou d’une ment français à assurer le pilotageconcrète et volontariste, sans coût sup- d’un Département, l’objectif dotation aux associations parte- et le suivi de ces conventions. Pourplémentaire pour le Département, qui du conseil général est naires de micro-crédits.Le conseil superviser et évaluer ces initiatives,va ainsi conforter son implication désormais, comme l’a général souhaite également signer un conseil départemental de l’ESSdans le domaine de l’insertion », a souligné Patrick Devedjian avec l’État une convention cadre va être créé qui aura vocation à éva-souligné Patrick Devedjian.Le le 17 décembre dernier, relative aux conventions de revita- luer mais aussi à faire des propo-conseil général a également ap- « d’aller encore plus loin ». lisation. En effet, la loi de cohé- sitions nouvelles. Iprouvé un effort budgétaire de six sion sociale du 18 janvier 2005 as- R.M.10| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 8. échos Grand ParisLa troisième voiedes architectes © ATELIER CHRISTIAN DE PORTZAMPARCLes dix équipes d’architectes duGrand Paris ont présenté mi-novembreleur projet de réseau de transports pourl’Île-de-France. orte de synthèse futuriste et uto- liards d’euros. Objectifs : développer les in- lignes devront être « autant que possible à l’air S pique des deux projets concurrents - celui de l’État et celui de la Régionet du Stif -, ils prévoient vingt-quatre lignes de terconnexions également avec les routes et autoroutes, s’appuyer sur les structures exis- tantes et desservir tous les territoires de la libre ». Ainsi, ils ont imaginé une ligne qui relierait Versailles, La Défense, Nanterre, Roissy et surplomberait l’A86. Itransports pour un coût de vingt-cinq mil- petite et de la grande couronne. Les nouvelles À découvrir sur www.ateliergrandparis.com Métro Transports en communLa ligne 4 a RER E, fin de la première étaperejoint Montrouge La concertation sur le prolongement d’Éole à l’ouestLe percement solennel de la liaison entre la ligne de est maintenant terminée. Le bilan des réunionsmétro et la nouvelle station a eu lieu le 25 publiques doit être publié d’ici la mi-février.novembre. Fin des travaux en 2011. a concertation sur le pro- leur décision de poursuivre ou non L longement du RER E à l’ouest s’est achevée le 19 décembre. Un compte rendu le projet. Le prolongement d’Éole facilitera les déplacements quoti- diens en transports collectifs et des- du débat public et un bilan doi- servira des territoires appelés à se vent maintenant être publiés par développer, comme Seine Aval, La les commissions particulière et na- Défense et Nanterre. Si les deux tionale du débat public. Dans les maîtres d’ouvrage décident de réa- trois mois qui suivront la publica- liser le projet, la mise en service CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE tion, les deux maîtres d’ouvrage, pourrait se faire en 2020. I R.P. Réseau ferré de France (RFF) et le Syndicat des transports d’Île-de- Lire aussi notre article sur les propositions France (Stif), devront faire part de du conseil général en page 60 L es murs ont tremblé dans la future station « Mairie de Mont- rouge » le 25 novembre. Un marteau-piqueur géant a démoli 5,5 la paroi qui séparait encore le tunnel de la station de métro C’est la longueur, en kilomètres,sous les yeux des ministres Nathalie Kosciusko-Morizet et Thierry Ma- de la seconde partie du Duplex,riani, du vice-président du conseil général chargé des transports, Hervé le tunnel de l’A86, qui ouvrira leMarseille et du P-DG de la RATP Pierre Mongin. Après avoir franchi 9 janvier entre Vaucresson etle périphérique en février, le tunnel, long de 700 m, a rejoint le chan- Versailles. Cette portion complètetier de la nouvelle station et son tunnel d’arrière-gare, assurant ainsi la la première, ouverte en juin 2009, CG92/OLIVIER RAVOIREcontinuité d’1,5 km d’ouvrages souterrains. Une étape symbolique entre Rueil-Malmaison et Vaucres-dans ces travaux de prolongement de la ligne 4 lancés au printemps son. L’A 86, le superpériphérique2008 et pour lesquels le conseil général a investi 24 M€. Seule la sta- de la petite couronne esttion reste en chantier jusqu’à fin 2011. I R.P. désormais bouclé. janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 11
  • 9. actualité 1 Grand Paris231 Voies sur bergesC’est la hauteur des élus souhaitent uneen mètres dela tour First qui concertation régionalesera livrée en Ils demandent au maire de Paris d’organiser unefévrier à LaDéfense sur concertation à l’échelle de la métropole.l’emplacement Les voies sur berges sont jet d’une concertation à l’échellede l’anciennetour Axa. Aprèsmoins de quatre « des axes structurants d’in- térêt régional. Ils concer- nent la région Île-de-France dans son régionale. Or la ville de Paris a élaboré son projet sans tenir compte des Franciliens. La décision duans de travaux, ensemble et pas seulement Paris intra- maire de Paris de fermer les voiescet immeuble muros », ont dénoncé le 25 novem- sur berges à la circulation est ainside grande bre dans un communiqué commun en totale contradiction avec sahauteur, le Patrick Devedjian, Jean-François volonté affichée de faire de Parispremier du plan Lamour, député de Paris, Valérie le centre d’une métropole dépassantde renouveau Pécresse, ministre de l’Enseignement les barrières du périphérique »,du quartier supérieur et de la Recherche et soulignent-ils. conseillère régionale, Chantal Lors de la séance publique dud’affaires, sera Jouanno, ministre des Sports et 17 décembre, l’assemblée départe-le plus haut conseillère régionale, Alain mentale s’est également pronon-de France. Schmitz, président du conseil cée contre le projet parisien et a général des Yvelines, et d’autres réclamé « l’ouverture d’une réelle élus franciliens. « À ce titre, toute concertation, reposant sur un vrai © EPADESA modification des conditions de dossier, et organisée à la vraie échelle, circulation sur ces axes doit faire l’ob- métropolitaine, de ce projet ». I ClichyPremiers élèves pour l’école de la deuxième chanceCette structure réservée aux jeunes de 18 à 25 ans, sansdiplôme ni qualification, accueillera ses premiers stagiairesen février. a première école de la onze communes, la Chambre de L deuxième chance du dé- partement va ouvrir sesportes en ce début d’année à Cli- commerce et d’industrie et des en- treprises ont également adhéré. Parmi ces dernières : L’Oréal, Axa,chy, dans des locaux prêtés par la Bouygues ou encore La Poste. «Lesville. « L’objectif est d’accueillir des jeunes suivront des cours pour ac-jeunes en situation d’échec qui sont quérir les connaissances de base etsortis du système scolaire, n’ont au- passeront l’autre moitié du temps encune qualification et ne sont pas in- entreprise et ce pendant huit mois,sérés dans un milieu professionnel », précise Isabelle Caullery. Ils de-explique Isabelle Caullery, vront être motivés et avoir envie de © PHOVOIRconseillère générale. Le Départe- s’en sortir. » Les élèves auront lement est, en effet, partenaire de statut de stagiaire et seront rému-ce projet. Il participera à hauteur nérés entre 300 et 600 euros parde 10 % au budget prévisionnel mois. Entre cent et cent vingt pour- souligne la conseillère générale. une dans le centre et une dans le sudde l’école estimé à 1,1 million d’eu- raient en bénéficier cette année. Deux autres écoles de la deuxième du département. » I Émilie Vastros pour 2011. L’État, la Région, « Il s’agit d’une première ouverture, chance pourraient ouvrir assez vite, www.fondatione2c.org12| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 10. échos Parcs DépartementauxCampagne de dératisationaux ChanterainesDu 10 au 14 janvier,le parc des Chanteraines,à Villeneuve-La-Garenne/Gennevilliers, sera ferméau public. Le conseilgénéral et l’Inra procèdentà une campagne dedératisation. Un numérode téléphone est mis àla disposition du public : CG92/WILLY LABRE01 41 21 88 00. epuis quelques mois, les déchets alimentaires laissés par les tions, souvent efficaces, ne se sont soutien en terme de personnel et D agents du parc des Chanteraines à Ville-neuve-la-Garenne et Gennevilliers visiteurs, aucune hypothèse ne suf- fit à expliquer cette explosion dé- mographique. Le conseil général a pas révélées suffisantes. Le Dé- partement a donc fait appel à l’Inra, institut scientifique de recherche de moyens financiers. Il procédera à une étude épidémiologique en partenariat avec huit équipes deont constaté une présence très éle- commencé par prendre lui-même agronomique. Ce dernier a res- chercheurs. L’objectif de la cam-vée de rongeurs, plusieurs cen- différentes mesures : amélioration pecté la volonté du Département pagne n’est pas d’éradiquer les ratstaines, voire milliers de rats sur- de la collecte des déchets avec la de ne pas utiliser la lutte chimique mais de réduire la population à unmulots ou rats d’égout, les « rats mise en place de conteneurs sécu- et proposé un système de piégeage seuil tolérable. Selon les premierscommuns » de laboratoire ou de risés, traitement des massifs pou- qui couvrira tout le territoire du résultats, elle pourrait être renou-compagnie. Travaux aux abords du vant servir de refuge aux animaux parc. En plus de son expertise velée la semaine suivante. Iparc, comme ceux du tramway T1, et installation de pièges. Ces solu- scientifique, l’Inra apportera son Émilie Vast Questions à...Michel Pascal «L’hiver augmente l’efficacité du piégeage»DIRECTEUR DE RECHERCHE À L’INRALa présence de rats avez proposée ? Nous allons identifier les zones une période de restrictionreprésente-t-elle un danger ? Le conseil général ne susceptibles d’héberger des rats alimentaire pour l’espèce.Jusqu’à maintenant, aucun cas souhaitant pas avoir recours et les portes d’entrée De plus, en janvier, on peuthumain d’infestation par le biais à la lutte chimique et la lutte par lesquelles ils arrivent dans le considérer que l’hiver a déjà faitde rats n’a été signalé. Étant biologique étant interdite, parc pour prévenir les une partie du travail etdonné le nombre de rats et le j’ai donc proposé une méthode éventuelles prochaines que les individus faibles ou âgésnombre de visiteurs, s’il y avait que nous avons mise explosions démographiques. ont déjà disparu. Au printemps,eu le moindre problème, on le à l’épreuve sur une le nombre de rescapés desaurait déjà. cinquantaine d’îles. Elle a permis Pourquoi procéder au l’opération sera donc faible, ce la suppression de piégeage en janvier ? qui réduira la probabilité de voirQuel est le principe de 95 à 100 % de la population Pour augmenter l’efficacité la population se reconstituerla méthode que vous en une dizaine de jours. du piégeage, il faut choisir rapidement par reproduction. I janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 13
  • 11. CG92/OLIVIER RAVOIRE Réservez vos places dès maintenant pour le choc contre Toulouse. RugbyLe Racing au Stade de FranceLe samedi 26 mars, le Racing Métro 92 recevra le Stade Toulousain dans l’enceinte du Stade de France. ne première pour les meilleur au cumul des points du octobre, à l’aller, chez eux dans la Berbizier pourraient avoir soif de U Ciel et Blanc. Jamais de son histoire, le Ra- cing Métro 92 n’avait match aller et du match retour remportera le Trophée de Cou- bertin. Les deux équipes ont dé- ville rose, ils se sont imposés 28 à 23. Mais les hommes de Pierre revanche. D’autant qu’ils ont bien commencé la saison. À mi-par- cours, début décembre, après leurjoué au Stade de France. Samedi26 mars, il foulera pour la pre- cidé de créer ce dernier afin de perpétuer les valeurs du rugby et 20 victoire face à leurs voisins du Stade Français (15 à 13), les Ciel etmière fois la pelouse de Saint-De- en hommage au baron Pierre de C’est le nombre de places Blanc occupaient la troisième placenis. Ce sera face au Stade Tou- Coubertin, arbitre de la première à gagner sur le site du classement avec trente-neuflousain pour le compte de la 22e finale du défi interclubs de rugby www.hauts-de-seine.net points, juste derrière Montpellierjournée du Top 14. À l’issue de la organisée en 1892. Ce défi est de- pour chaque match à do- (41 points) et, sur la premièrerencontre, le club qui sera le venu par la suite le Championnat micile du Racing Métro 92 marche, Toulouse (43 points). I de France.Les Toulousains ont, au stade Yves-du-Manoir Émilie Vast pour l’instant, l’avantage. Début à Colombes. www.racing-metro92.com Le calendrier du Racing en Top 14 Vallée rive gauche Week-end des 7-8-9 janvier : Racing/Toulon Le projet déclaré d’utilité publique Week-end des 26-27 janvier : Clermont/Racing DERNIÈRE MINUTE. Le 20 décembre, le préfet des Hauts-de-Seine a déclaré l’utilité publique du projet du conseil général d’aménagement des berges et de la RD 7 à Week-end des 11-12 févier : Racing/Castres Sèvres, Issy et Meudon. Week-end des 18-19 e 25 juin dernier, le conseil général avait février : La Rochelle/Racing L délibéré en prononçant l’intérêt géné- ral du projet Vallée Rive Gauche et trans- © ILEX-PAYSAGES Week-end des 4-5 mars : mis mi-septembre au préfet les dispo- Bourgoin/Racing sitions prises pour lever la réserve concernant les aménagements cyclables émise par la commission Week-end des 11-12 mars : denquête en mai dernier. « Ce projet est enfin déclaré habitants en prenant en compte les enjeux environne- Biarritz/Racing d’utilité publique, onze ans après la première proposi- mentaux, sociaux et économiques du Val de Seine.» Les tion du conseil général, a commenté Patrick Deved- travaux doivent débuter dans quelques mois. I jian. Il témoigne de notre volonté de rendre la Seine aux Plus d’infos sur www.vallee-rive-gauche.fr14| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 12. échos AntonyLa médiathèque Arthur-Rimbaud inaugurée a médiathèque Arthur-Rimbaud a été inaugurée par Patrick De- L vedjian le 27 novembre. Sa réalisation s’inscrit dans le cadre de l’opération de renouvellement urbain du quartier du Noyer-Doré mise en œuvre par la ville d’Antony avec le soutien du conseilgénéral et a bénéficié des dispositifs Anru et Pacte Hauts-de-Seine.D’une superficie de 710 m2, la médiathèque dispose d’une offre cultu-relle très diversifiée, qui s’adresse à tous. Ce lieu de rencontres etd’échanges s’articule autour de six ensembles majeurs : l’espace de prêt CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE(livres, BD, CD et DVD), l’espace presse et multimédia, l’espace en-fants, la salle polyvalente, les deux espaces de lecture et la salle de travail.Le conseil général a financé ce projet à hauteur de 19 %, soit plus de La nouvelle médiathèque du Noyer-Doré a bénéficié des dispositifs de la politique de la360 000 €, sur les 1,9 M€ investis pour sa réalisation. I ville, Anru et Pacte Hauts-de-Seine.2 place des Baconnets à Antony. Tél. : 01 40 96 68 38. La TNT cest quoi ? Quand ? Les dates du passage au tout-numérique Cest la Télévision Numérique Terrestre. Les images et D Déj Déjà passé au 201 2011 tou tout-numérique les sons analogiques classiques sont numérisés, Depuis le (ent (entre octobre 2009 09 cest-à-dire transformés en fichiers informatiques. 24 novembre et novembre 2010) Le passage au tout-numérique 2011 Nord-Pas Cest le remplacement de la diffusion hertzienne analogique des chaînes reçues par l’antenne râteau (TF1, France 2, France 3, Canal Plus, France 5/ Arte et M6) 8 mars t de Haute Normandie 1er 2 fév. de Calais 1er février par une diffusion hertzienne entièrement numérique. Arrêfusion f Il sera finalisé en France en novembre 2011. la dilogique ana Avantages • Meilleure qualité de son et dimage Les chaînes locales dans le 92 • Offre gratuite élargie : jusquà 19 chaînes TNT + chaînes locales Limousin 10 • Services interactifs Rhône 29 mars mai 14 juin Alpes • Possibilité de stocker les 20 sept. Auvergne programmes Aquitaine 29 mars Midi- Côte Dans les Hauts-de-Seine En HD Pyrénées d’Azur 8 nov. Taux de couverture 99,9% 24 mai Languedoc- Roussillon Provence Corse 85,2% des foyers sont équipés dau moins un poste de télévision numérique 29 nov. Alpes 24 mai 5 juillet des foyers reçoivent la télévision 39,6% numérique par voie hertzienne (via leur antenne râteau) Les aides Pour recevoir la TNT, il faut être Des aides sont réservées aux Une aide à léquipement de Une aide à lantenne* de 120 € équipé dune antenne râteau foyers qui reçoivent la télévision 25 € maximum (pour maximum (pour ladaptation adaptée, dune parabole satellite, à laide dune antenne râteau (ou lachat dun adaptateur TNT, ou le remplacement dune antenne du câble, dune ligne téléphonique intérieure) analogique pour quils dune télévision TNT intégrée, râteau non adaptée) ADSL ou de la fibre optique. aient accès au numérique. labonnement au Il existe deux types daides câble/satellite/ADSL) *accordée sous financières : conditions de ressources janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 15
  • 13. actualité 1 Un tour d’horizon des communes... CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE ClichyDR Le tunnelier du chantier du Siaap à Clichy-la-Garenne a été baptisé Nanterre Marie le 22 novembre. L’engin va creuser un tunnel de 410 mètres à dix mètres de profondeur entre l’usine de retraitement des eaux et le Après trois mois de concertation publique, le projet d’Arena 92 passe collecteur d’eaux usées à l’angle des quais de Seine et du boulevard à la vitesse supérieure. Le futur stade du club de rugby des Hauts-de- du Général-Leclerc. Cette future galerie permettra de prétraiter les Seine, le Racing Métro, doit voir le jour en 2014 sur le site de l’actuel eaux en provenance de Seine-Saint-Denis et de l’Est parisien. I stade des Bouvets. Quatre architectes ont été retenus pour construire cette enceinte multimodale, avec toit amovible, pouvant accueillir jusqu’à 40 000 personnes en version concert. Le lauréat devrait être désigné ce mois-ci. En mars et avril sera ensuite organisée l’enquête publique en vue de la révision simplifiée Boulogne-Billancourt du plan local d’urbanisme. I www.debat-arena-nanterre.fr et www.racing-metro92.com Bois-Colombes Après un peu plus d’un an de travaux, depuis fin novembre, le nouveau commissariat de Bois-Colombes construit au 75 rue Adolphe-Guyot a ouvert ses portes. Sa surface est de 1 337 m². Le financement de ce nouvel équipement public a été assuré conjointement par la ville qui a cédé le terrain, le conseil général, la Région et lÉtat. Le commissariat est ouvert 24h/24. I Tél. : 01 56 83 75 30. Meudon Deux nouvelles crèches ont été inaugurées en décembre. La première, « Les Soleils de Rivoli » est une crèche privée de 35 places. Elle accueille des enfants de deux mois et demi jusqu’à quatre ans. CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE La seconde, parentale cette fois, s’appelle « Les Petis As ». Elle peut accueillir dix-sept enfants (contre dix avant son déménagement) de trois mois à trois ans et demi. Le conseil général verse une aide financière au fonctionnement de tous les Le projet d’aménagement de l’île Seguin prévoit la révision simplifiée du établissements d’accueil petite Plan Local d’Urbanisme. Après une première période de concertation enfance associatifs, privés à préalable, une exposition est organisée en janvier et février en mairie et but lucratif et gérés par une au pavillon d’information de l’opération Ile Seguin-Rives de Seine. commune ou un établissement Objectif : présenter des propositions pour le nouveau règlement. En public. Elle varie entre 0,77 € février aura ensuite lieu l’enquête publique avec désignation d’un CG92/OLIVIER RAVOIRE et 2 € de l’heure et par enfant commissaire-enquêteur chargé de recueillir l’avis du public. Une fois la selon les situations. Les Hauts- concertation achevée, la révision du PLU sera approuvée par un vote du de-Seine comptent 24 000 conseil municipal. Il pourrait intervenir au printemps. I places en crèche. I Rens. www.ileseguin-rivesdeseine.fr16| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 14. zapping Antony Issy La commune lance le projet Bientôt la fin des galères d’aménagement Antonypole, de stationnement. La ville soit 60 ha dédiés aux expérimente depuis fin innovations compris entre novembre une application l’A6, l’A10 et la N20. Objectif : iPhone qui permet de localiser créer un pôle d’excellence en un clic les places disponibles CG92/WILLY LABRE environnementale et urbaine dans le centre-ville. Pour cela, et développer l’attractivité tout un réseau de capteurs ColombesDans le cadre du réaménagement du économique existante par la production, à terme, de plus de 350 000 m2. Dans cette intelligents a été déployé. Le test qui a débuté sur une centaine de places sera DR parc Pierre-Lagravère, le conseil zone, un parc d’entreprises étendu à trois cents en mars général a entrepris la restructuration concentre déjà plusieurs et à plusieurs milliers d’ici Eco-Trail des abords du pont de Colombes leaders mondiaux de la filière fin 2011. I depuis fin novembre et pour une Biotech/Santé. Cette année, de Paris- durée de treize mois. En revanche, la sont prévus le lancement restructuration des abords du pont de de la Zac, le déploiement de Île-de-France Bezons est terminée. Ce secteur va la fibre optique et l’appel La 4e édition de cette course ainsi être réouvert au public, ainsi que à candidature d’aménageurs. nature en milieu urbain verra le passage en encorbellement sous le Le démarrage des opérations sa 4e édition organisée les 26 et pont de Bezons. Les travaux ont construction est programmé 27 mars. Au programme, le plusieurs objectifs : la création d’une pour 2013. I 80 km, le 50 km, le 18 km et les esplanade engazonnée pour les www.ville-antony.fr cinq «Randos» au départ des festivités occasionnelles, lintégration CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE Yvelines, des Hauts-de-Seine, paysagère du puits du Siaap, la liaison des berges de la promenade bleue depuis le parc vers la ville en Courbevoie de la Seine-Saint-Denis, du Val- de-Marne et de Paris. Le 18 km est un trail en binôme non rétablissant le chemin des pêcheurs et Courbevoie est la première chronométré. Observatoire de laménagement des accès du parc vers ville de France à s’être Meudon, château de Versailles, les installations sportives de la ville.I www.promenades92.fr équipée d’une benne de collecte d’ordures ménagères La Défense jardin des Tuileries, basilique Saint-Denis, hippodromes, 100 % électrique. Mise en La chambre de commerce et domaine national de Saint- service dès le début du mois d’industrie de Paris, en Cloud, chaque parcours offrira de janvier, elle va permettre partenariat avec Defacto et son lot de découvertes. Les d’atteindre le niveau zéro en l’Epadesa, l’établissement 1 800 participants à l’épreuve matière d’émission de public de gestion du quartier reine, le 80 km, monterontCG92/JEAN-LUC DOLMAIRE polluants, mais également de d’affaires et celui chargé de même jusqu’au 1er étage de la diminuer considérablement la l’aménagement de La Défense- Tour Eiffel. Au total, 6300 pollution sonore et Seine Arche, ont lancé un personnes sont attendues. Les Clamart d’améliorer les conditions de travail des opérateurs. nouveau site internet : www.connecting-paris.com. Ils inscriptions sont ouvertes. Une partie des droits d’inscription Le SAVS-maison relais qui a ouvert ses Les anciennes bennes seront proposent aux entreprises qui sera reversé à l’Office national portes en novembre 2009 a été remplacées au fur et à mesure souhaitent s’implanter de les des forêts pour un projet inauguré le 26 novembre. Il accueille entre 2011 et 2012. I accompagner dans toutes les environnemental et aux actuellement trente locataires. étapes de leur projet avec un associations Trans-Forme qui L’objectif : aider des personnes en moteur de recherche des offres promeut lactivité physique des situation de grande précarité et de de bureaux en temps réel, des personnes transplantées ou handicap mental ou physique à aides pour les démarches dialysées et Le Rire médecin qui retrouver une autonomie. Le conseil administratives, les envoie des clowns dans les général participe à ce projet en recrutements et même la hôpitaux pour aider les finançant le service d’aide à la vie recherche d’un logement ou enfants. I sociale à hauteur de 800 000 € par an. I d’une école pour les salariés. I www.traildeparis.com DR janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 17
  • 15. 2 magazine 26 L’atelier de PageCG92/JEAN-LUC DOLMAIRE Louis Vuitton Malles rigides, sacs en cuirs exotiques ou pour les défilés, À la une 20 Avec les Pompiers de Paris les plus belles pièces de la maison Vuitton sont confectionnées à Asnières et ce depuis 1859. 30 Entretien Hervé This C’est aussi là que le département « commandes spéciales » imagine des objets uniques répondant aux exigences de clients privilégiés. Il est dirigé par Patrick-Louis Vuitton, représentant de la cinquième génération et lui-même artisan. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 19
  • 16. magazine 2InterventionsGaleries souterraines, immeubles de grande hauteur, chantiers :les hommes du Grep, le groupe de recherche et d’explorationprofonde des Pompiers de Paris basé à Issy, interviennent surtoutes les opérations en milieu périlleux. Reportage.20| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 17. CG92/OLIVIER RAVOIRE à la unepérilleuses ne épaisse fumée en urgence, ont été rassemblés sur ment du métro 4 dans le 14e arron- et trois du Samu. Eux étaient au U blanche s’échappe d’un chantier souter- rain. Balayée par des rafales de vent, elle envahit la rue le trottoir d’en face. Un responsable fait l’appel. Il semblerait que deux d’entre eux soient toujours à l’inté- rieur du tunnel. Une voiture de po- dissement, non loin de la Porte d’Orléans. Aucun incendie vingt mètres sous terre, seulement des fumigènes pour le simuler. Les courant. Tout comme les hommes du Grep, appelés en renfort. « Ce type d’exercices permet de manœuvrer sur un terrain que l’on ne connaît pas, et le square. Incommodés, les pié- lice s’arrête pour demander ce qui deux ouvriers manquants jouent le où l’on n’a fait aucune reconnaissance, tons traversent rapidement. Dans se passe. Il s’agit en réalité d’un rôle des victimes. Quelques minutes explique l’adjudant Franck Louvet. les talkies-walkies, on parle d’un dé- exercice, à la mise en scène très cré- plus tard, arrivent deux camions de C’est aussi l’occasion d’échanger avec part de feu. Les ouvriers, évacués dible, sur le chantier de prolonge- pompiers de la caserne de Plaisance nos collègues des autres casernes, cer- ® janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 21
  • 18. magazine 2 Les Pompiers de Paris ont 200 ans ® tains n’ayant jamais eu à travailler Les secours à personnes : avec nous. » Le Grep - pour groupe de recherche et d’exploration pro- 8 interventions sur 10 Répartition des interventions en 2009 fonde - est intégré au centre de se- cours d’Issy-les-Moulineaux. Ce der- Secours nier rassemble cinquante-quatre à victimes et accidents 77 centres Plus de pompiers qui couvrent les villes de circulation 80,6 % de secours 460 000 d’Issy et de Vanves pour les inter- dont 21 sorties/an, 2,8% dans les soit 1 sortie ventions courantes. Mais chaque Fausses Hauts-de-Seine toutes les alertes 68 secondes... jour, à tour de rôle, sept d’entre eux 3,8% constituent ce que l’on appelle le Incendies 12,8% Grimp : groupe d’intervention en Risques techno- milieu périlleux. Il est amené à se logiques et urbains (eau, gaz, électricité, déplacer, pour les opérations déli- pollution…) cates, dans tout le secteur de la Bri- gade des Sapeurs-Pompiers de Pa- : CG92/OLIVIER RAVOIRE ris dont il fait partie, c’est-à-dire la capitale et les trois départements de la petite couronne : Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne. « Chaque année, nous effectuons en- PHOTOS viron cinq mille interventions dont un peu moins de deux cents sont des in- terventions Grep, détaille l’adjudant et par exemple, aidés d’un treuil élec- chef de centre Franck Louvet. La trique, assurés à leur camion, ils * Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, plupart du temps, le Grep est appelé vont hisser sur une vingtaine de Seine-et-Marne pour des manœuvres de brancardage mètres et remonter à la surface, par Plus de 8 000 hommes et femmes : pour plus de 6 millions dans les immeubles où les cages d’es- l’étroit puits d’accès, une victime al- c est le plus grand corps dhabitants calier sont trop étroites. » Dans le cas longée dans une civière. « C’est aussi de sapeurs-pompiers en Europe (Paris et petite couronne*) de l’exercice du chantier du métro nous qui sommes appelés s’il faut aller22| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 19. Exercice organisé sur le chantier de prolongement du métro 4 à Paris près de la Porte d’Orléans. « Nous effectuons environ deux cents interventions Grep par an. » prendre les activités des hommes ils nécessitent une formation spé- heures, tous les samedis matins en rouge (la couleur de leur com- ciale. Il faut notamment s’habi- le Grep est de sortie pour un exer- binaison et leur casque, seuls les tuer à respirer un air chaud et vi- cice. Exemple de site : la cascade neuf sous-officiers ont des casques cié. « Cela demande des qualités du bois de Boulogne, l’usine de blancs) : un plan des catacombes physiques mais aussi morales », sou- traitement des déchets Isséane à de Paris et l’agrandissement d’une ligne Franck Louvet. En plus d’un Issy, les sous-sols de Rungis et, photo où l’on voit Alain Robert, le entraînement quotidien de deux une fois par mois, la tour Eiffel. « Spiderman » français, agrippé Représentée sur les vêtements et au dos d’un des pompiers. C’était les camions avec un pompier et à La Défense il y a quelques an- nées : le grimpeur, tétanisé, 35 M€ un hélicoptère, « elle est un peu notre symbole », sourit le chef dechercher un conducteur de grue qui a n’avait pu atteindre le sommet de C’est le montant de la par- centre. Ce samedi-là, le scénariofait un malaise dans sa cabine. », l’immeuble. Autre qualification, ticipation du conseil général est le suivant. Un peintre a fait uncomplète un des sapeurs. les ARICF, appareils respiratoires des Hauts-de-Seine aux malaise juste en dessous du pre- isolants à circuit fermé. Le Grep dépenses de fonctionnement mier étage de la tour. PremièreAlpinisme et spéléo les utilise pour les reconnais- et d’investissement de la difficulté : accéder à la victime.Dans le hall de la caserne, deux sances longues, leur autonomie Brigade des Sapeurs-Pompiers Équipés de baudriers, mousque-indices permettent de mieux com- étant de deux à trois heures. Mais de Paris pour l’année 2010. tons et autres cordes, les hommes ® janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 23
  • 20. Séance d’entraînement mensuelle à la tour Eiffel. Cette fois, sous le premier étage.® en rouge évoluent habilement au Grep signifiait groupe de re- milieu des poutrelles et des croi- cherche, d’exploration et de plon- sillons de la dame de fer. À cause gée. Puis les deux qualifications des filets de sécurité, impossible ont été dissociées. Autre raison de de faire remonter sur la passerelle l’implantation dans les Hauts-de- la « barquette » où la victime a été Seine : la proximité de l’héliport. sanglée. Elle va donc être descen- « Nous nous déplaçons de plus en due directement une quarantaine plus avec les hélicoptères de la Sécu- de mètres plus bas où les touristes rité civile, souligne un des pom- sont déjà nombreux malgré la piers. Disons que si l’on coupe notre pluie. La manœuvre dure plus secteur en deux, du nord au sud, longtemps que prévu « Exercice pour toutes les interventions à l’est difficile, garde facile », relativise-t- de cette ligne, il est plus simple d’y membres. On rêve de terminer notre « La tour Eiffel, c’est un peu notre symbole. carrière ici. » Pourtant les candidats se font de plus en plus rares. « Cinq Chaque année, nous y intervenons une ans dans une caserne « normale » c’est déjà de l’ancienneté, explique le chef demi-douzaine de fois. » de centre. Or, en arrivant ici, vous êtes de nouveau une jeune recrue avec toutes les tâches que cela implique. on. « Nous intervenons une demi- aller en hélico. »Pour intégrer le tulants suivent ensuite un stage Beaucoup n’ont pas envie de passer douzaine de fois par an à la tour Eif- Grep, les candidats doivent déjà de quinze jours « C’est physique- par là. Et puis, il y a aussi le stage qui fel, explique l’adjudant. La plupart être sapeurs-pompiers de Paris et ment et mentalement très dur, re- est très difficile. » Deux par an sont : CG92/OLIVIER RAVOIRE du temps pour des suicides ou, dans avoir au minimum cinq et au connaît Franck Louvet. On les pousse organisés, regroupant à chaque ses- le meilleur des cas, des tentatives. » maximum douze ans d’expérience vraiment à bout. » Il n’y a pas de sion une douzaine de personnes. Le Grep, fondé en 1972, a toujours en caserne. Le premier test de pré- quota. Seuls ceux qui ont les capa- Le dernier, en novembre, a dû être été basé à Issy-les-Moulineaux. À sélection dure trente-six heures : cités requises seront admis. « Réus- annulé faute de candidats. I l’époque, Issy était aussi le QG des une journée pour les tests et une sir à intégrer le Grep c’est un aboutis- Émilie Vast PHOTOS sapeurs-pompiers plongeurs et demi pour les entretiens. Les pos- sement pour nous, sourit l’un de ses Photos Olivier Ravoire 24| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 21. magazine 2Atelier Vuitton,la malle aux trésorsDepuis plus d’un siècle et demi, c’est à Asnières que sont confectionnéesles plus belles pièces des collections Louis Vuitton. Celles qui ont faitet font encore l’histoire et la renommée du maroquinier. Reportage. 26| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 22. reportage ne odeur particulière U règne dans chaque pièce. Dans la pre- mière, celle de la sciure. La visite suit les différentes étapes de fabrication et commence tout naturellement par l’atelier d’ébénisterie. On y travaille le hêtre, le bois d’okoumé et le peuplier, ma- tière première traditionnelle des malles Louis Vuitton. Ce dernier, layetier-emballeur (ouvrier chargé de fabriquer des emballages en bois et d’y empaqueter les affaires des clients notamment avant un voyage), fonde sa Maison en 1854. Anticipant la révolution des trans- ports, il se lance dans la confec- tion de malles plates plus facile- ment empilables que ses ancêtres à couvercles bombés. En 1859, lorsque Louis Vuitton décide de transférer son site de production hors de Paris, il choisit Asnières pour sa situation géographique. La ville, pas encore rendue célèbre par les impressionnistes, est déjà des- servie par la ligne de chemin de fer qui mène à la gare Saint-Lazare au cœur de la capitale et est située le long des bords de Seine – le bois de peuplier arrive ainsi directement par péniche. L’atelier d’Asnières restera la seule unité de production de l’entreprise pendant plus d’un siècle, de 1859 à 1977. Aujourd’hui, la marque compte quatorze ateliers et va prochainement en ouvrir un quinzième dans la Drôme. Mais celui d’Asnières reste à part. Y sont produits tous les bagages rigidesUtilisation du verre et de l’entreprise, les commandes spé- CG92/JEAN-LUC DOLMAIREdu métal, l’architecture ciales, les sacs en édition limitéede l’atelier s’inspire destinés aux défilés et tous ceux endu style initié par Victor cuir exotique.Derrière des rayon-Baltard et Gustave Eiffel nages impressionnants de piècesà la fin du XIXe siècle. détachées, une employée trie jus- ® janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 27
  • 23. ® tement des peaux de crocodile, d’al- je suis affecté actuellement, je suis le l’artisan qui s’en charge. On passe ligator qui « à la différence des pre- seul à l’occuper. Je fais de la formation le fil deux fois dans le même trou, ce mières n’ont pas de petits points », à la culture générale du cuir et à la qui donne une couture renforcée » ; des peaux de galuchat, « le cuir de coupe. J’ai déjà formé sept coupeurs. » la lozine, cette fibre qui recouvre raie qui sert pour la petite maroqui- Direction le premier étage et les les arêtes de chaque bagage rigide, nerie », python, lézard… « La légis- postes de coupe justement. Deux fixée par de petits clous : « Il en lation est très stricte, explique-t-elle. techniques : à la main ou au laser. faut parfois jusqu’à mille pour une Chaque peau est suivie d’un certifi- Christine C. est à Asnières depuis seule malle », souligne un artisan cat, de l’animal jusqu’au point de 1983. Elle examine attentivement sans lâcher son marteau. vente final de l’article. Un Japonais le sac dont elle va devoir découper qui a acheté un sac en cuir exotique à chaque élément à l’aide d’emporte- Serrures à sept gorges Paris devra fournir ce certificat pour pièces. « Pour réaliser tout un sac En bout de chaîne, une employée passer la douane. » avec un cuir du même grain, en ayant vérifie tous ses détails. Elle porte le moins de chute possible, c’est un vé- aussi une attention particulière aux Main ou laser ritable puzzle », concède-t-elle. Tous serrures. « Elles ont toutes un nu- À l’autre bout du rez-de- les détails qui ont fait la renom- méro unique. Un client qui a déjà : CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE chaussée, au poste de contrôle qua- mée de Louis Vuitton sont là : le une malle peut nous le donner et tous lité des cuirs « classiques », on célèbre Monogram LV créé en ses bagages s’ouvriront avec une seule trouve Carlos F. Les cent soixante- 1896 et qui nécessite un aligne- clé. Avant nos serrures avaient six dix artisans de l’atelier peuvent, ment parfait ; le point de sellier gorges. Mais nous sommes arrivés au s’ils le souhaitent, faire broder, sur qui donne ses coutures jaunes re- bout du nombre de combinaisons pos- leur blouse ou leur tablier beige, connaissables. « On se sert d’un seul sibles. Nous sommes donc passés à PHOTOS leur prénom, l’initiale de leur nom fil mais de deux aiguilles, explique sept. » Plus loin, un artisan as- de famille et leur date d’arrivée. Sur la blouse de Carlos, il est écrit « depuis 1985 ». Agneau, che- Le musée du voyage vreau, veau, grain, souplesse, creux, rides, le peaussier est intarissable. En 1878, Louis Vuitton fait construire deux ge. Le lieu reste privé, réservé au person- Depuis vingt-cinq ans, à la re- maisons dans le jardin qui entoure l’atelier nel et aux invités. Y sont présentées les cherche du moindre défaut, il d’Asnières pour y vivre avec son épouse. À grandes créations de Louis Vuitton qui ont passe ses mains expertes sur ce qui sa mort en 1892, son fils Georges Vuitton suivi l’évolution des transports tout au deviendra peut-être un sac à main. s’y installe et fait, quelques années plus long des XIXe et XXe siècles. La collection « Travailler ici, ce n’est pas différent tard, décorer les pièces de réception dans privée de Gaston-Louis Vuitton y est aussi d’ailleurs, sourit-il. Je m’y suis habi- le style Art Nouveau, un choix audacieux exposée. Au cours de sa vie, le petit-fils du tué. Ce qui me plaît, c’est d’avoir évo- pour l’époque. La maison a été conservée fondateur a collecté quelque deux cents lué. Je suis arrivé avec un CAP de par toutes les générations de descendants. articles et objets de voyage, dont certains chausseur. J’ai commencé à la coupe, À l’étage a été installé un musée du voya- datent de la fin du XIVe siècle. pendant treize ans. Le poste auquel 28| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 24. Cent soixante-dix artisans travaillent à l’atelier, certains depuis près de trente ans. De nombreux corps de métier sont représentés : ébéniste, peaucier, couturière, coupeur…semble un objet un peu particu- ciales : le « sur-commande » qui vanity case pour Sharon Stone. équipe soulève la coupe, ce qui signi-lier. « C’est pour le tatoueur person- permet de personnaliser un article Parmi les plus incongrues : un fiait qu’on avait rempli notre mis-nel de notre directeur artistique Marc de la collection permanente en porte-biberon, un étui pour une sion. » On pourrait croire, au vuJacobs, Scott Campbell, pour qu’il changeant la matière, la doublure, paire de skis ou une canne à de cette énumération, qu’il n’y apuisse ranger et transporter tous ses la couleur… et le « sur-mesure » pêche, un secrétaire pour mille ci- pas de limite. Pourtant il y en ainstruments ». Il s’agit d’une des qui permet de réaliser des pièces gares, une malle à narguilé… C’est une. Fidèle à son premier métierquatre cent cinquante « com- uniques selon les besoins du aussi le département « com- de malletier et à son image demandes spéciales » que reçoit client. Parmi les commandes les mandes spéciales » qui a réalisé marque, Louis Vuitton refuse dechaque année l’atelier. Le départe- plus célèbres : une malle-lit pour l’écrin du trophée de la coupe de fabriquer des objets de décora-ment qui leur est dédié est dirigé l’explorateur Pierre Savorgnan de monde de football l’an dernier. tion.Chaque malle, même la pluspar Patrick-Louis Vuitton, repré- Brazza, un teacase pour le maha- « J’ai eu beaucoup de plaisir à tra- grande, doit pouvoir être trans-sentant de la cinquième généra- radjah de Baroda, un secrétaire vailler sur ce projet, se souvient un portée par deux personnes aution et lui-même artisan. Il existe pour le chef d’orchestre et com- artisan. Quel que soit le gagnant, maximum. I Émilie Vastdeux types de commandes spé- positeur Leopold Stokowski et un tout ce que je voulais, c’est qu’une Photos : Jean-Luc Dolmaire janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 29
  • 25. magazine 2Il faut tout construire :les odeurs,les saveurs,la consistanceChimiste Inra à AgroParisTech, Hervé This est« le » spécialiste de la gastronomie moléculaire.Il intervient dans le cadre de la manifestation« La Science se livre » le 3 février à labibliothèque Landowski à Boulogne-Billancourt.HDS Qu’est-ce que la arrive à une fraction qui soit pure. tionner tous ces dictons reçus de : CG92/JEAN-LUC DOLMAIREgastronomie moléculaire ? Avant il fallait trois jours pour nos ancêtres - que j’appelle main-HT : C’est une branche de la gas- étudier un mélange comme le tenant précisions culinaires –tronomie à laquelle on applique bouillon de carottes. La RMN per- pour les tester.les méthodes de physique et chi- met de faire apparaître un spectremie. Prenez un soufflé. Il gonfle. qui nous dit tout de suite quelle HDS Et la cuisine molécu-C’est un phénomène. En labora- est la molécule présente dans laire, qu’est-ce que c’est ? PHOTOStoire, nous cherchons à com- l’échantillon analysé. HT : La création de la gastrono-prendre pourquoi il gonfle. On ne mie moléculaire a coïncidé aveccherche pas à faire des soufflés. La HDS D’où est venue l’idée une envie de rénover la pratique l’exemple du bœuf-carottes. Legastronomie moléculaire consiste d’utiliser la cuisine comme culinaire. L’idée : utiliser de nou- bœuf est une matière faite de dif-à étudier scientifiquement les phé- terrain d’étude ? veaux ustensiles, de nouveaux férents composés : protéines,nomènes qui surviennent lors des HT : Quand j’étais étudiant, j’uti- ingrédients et de nouvelles mé- eau… En peinture, cela corres-transformations culinaires. lisais mes verreries de laboratoire thodes. Aujourd’hui encore, on pondrait à une couleur qui n’est pour cuisiner dans ma chambre utilise des fouets pour battre des pas élémentaire, comme le vio-HDS Pouvez-vous donner de bonne. Le 16 mars 1980, je fai- blancs en neige. Cet objet n’a let. Les carottes, c’est un mélangeun exemple concret de sais un soufflé au roquefort avec pourtant pas été conçu techno- d’autres composés : carotène, cel-ce que vous faites au une recette qui m’indiquait logiquement pour cette opéra- lulose, eau… En peinture, celalaboratoire ? d’ajouter les jaunes d’œufs « deux tion. Avec la cuisine moléculaire, pourrait être du marron. En mé-HT : En 2003, j’ai eu l’idée d’uti- par deux ». Pour moi, cela faisait on utilise des siphons pour faire langeant le violet et le marron,liser un appareil de résonance partie de ces dictons idiots, des mousses, des ampoules à dé- vous obtiendrez un mélange plusmagnétique nucléaire (RMN) comme « les femmes qui ont canter pour clarifier les bouillons compliqué, mais vous n’aurez ja-pour analyser un morceau de ca- leurs règles font tourner les et de l’azote liquide pour faire mais de couleur élémentaire. In-rotte. Il s’agit du même type d’ap- mayonnaises ». Je mets donc les des glaces. C’est de la cuisine versement, si vous mélangez despareil que ceux qui font des IRM jaunes tous ensemble et le soufflé modernisée. couleurs élémentaires, vousdans les hôpitaux. En chimie est raté. Je recommence, mais en pourrez avoir toutes les combi-quand on analyse quelque chose mettant les jaunes un par un et HDS Avez-vous un autre naisons. La cuisine note à notede compliqué, on le divise en le soufflé est meilleur. Le lende- chantier en tête ? permet un grand enrichissementdeux fractions qu’on divise en main, j’ai étudié le « deux par HT : Depuis 1994, je prépare la du spectre des possibilités, doncdeux fractions jusqu’à ce qu’on deux » et j’ai décidé de collec- cuisine note à note. Prenons des saveurs inédites.30| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 26. entretien HT : Ce qui est dangereux, c’est l’usage qu’on en fait. C’est une nou- 1988 Lancement officiel velle pratique, il faut donc ap- d’une nouvelle prendre à utiliser les nouveaux ou- discipline scientifique, tils. Il faut savoir, par exemple, la gastronomie qu’une thermos fermée avec de moléculaire. l’azote liquide, ça explose. Mais un cuisinier traditionnel qui allume le 1992 Premier colloque gaz et attend une heure pour ap- international sur la procher l’allumette, eh bien, il fait gastronomie sauter sa maison. moléculaire en Sicile. HDS Dans le langage courant, 2001 Création des chimique, cela veut dire mauvais pour la santé… Ateliers expérimentaux HT : Un composé ne devient chi- du goût dans les écoles. mique que lorsqu’il est étudié par un chimiste. Le public pense aux 2010 Publie Cours de composés de synthèse par opposi- gastronomie moléculaire tion aux composés extraits d’ingré- N°2, les précisions dients naturels. De l’eau que j’ai culinaires (Quae/Belin). synthétisée avec de l’oxygène et de l’hydrogène sera plus pure que l’eau de pluie. Il n’y a pas de com- posés chimiques, il y a des compo- sés de synthèse. On peut faire de la vanilline à partir du bois. Dans les produits que vous voyez au su- permarché, il y a de l’eau, du cara- mel et de la vanilline. Cette vanil- line est de synthèse, et alors ? C’est la même molécule que celle qui est dans la vanille. HDS Vous avez mis au point des ateliers expérimentaux du goût pour les enfants. Quel est leur objectif ?HDS Quels sont les avan- HT : J’ai été chargé par l’Éducationtages de cette cuisine nationale d’introduire ces ateliersen matière de nutrition ? expérimentaux dans les écoles et ilHT : Dans les ingrédients classiques HDS Pouvez-vous me don- HDS La gastronomie molé- y a déjà des millions d’enfants quicomme le basilic ou l’estragon, il y ner un exemple d’applica- culaire a-t-elle permis de ont participé. C’est une action es-a des molécules toxiques. Avec la cui- tion en cuisine de vos pointer certains dangers sentielle d’économie domestique.sine note à note, vous n’êtes pas forcé découvertes ? dans les pratiques de Dans ces ateliers, des enfants de sixde les utiliser. Vous pouvez aussi HT : Sur le site de Pierre Ga- cuisine classique ? ans apprennent à faire un mètreajouter des nutriments. Des com- gnaire [chef cuisinier], je mets une HT : Sur une viande cuite au bar- cube de blanc en neige avec unposés extraordinaires peuvent être invention par mois. Cela montre becue, il y a deux mille fois plus de blanc d’œuf. Ce sont des enfantsséparés par des procédés simples au public que la science est effi- benzopyrènes – une molécule très qui n’utiliseront pas dix œufs pourcomme l’osmose inverse. Mettez du cace ! Par exemple, j’avais parié cancérogène – que dans le saumon faire un soufflé… Ijus de raisin dans une carafe qui filtre avec un grand pâtissier qu’il était fumé qui contient la dose maximale Propos recueillisl’eau et vous obtiendrez une poudre possible de faire une mousse au autorisée. Avant de nous préoccu- par Reine Pariscomposée de polyphénols qu’on peut chocolat sans œufs. Ça a marché, per des micronutriments et des vi- Photos : Jean-Luc Dolmaireutiliser en cuisine. Avec la cuisine c’est ce que j’ai appelé le chocolat tamines, commençons par voir lenote à note, il faut apprendre à faire chantilly. Avec cette recette, vous gros. Le gros, c’est que tout l’été,les saveurs, les odeurs, la consistance, avez une texture beaucoup plus toute la France fait des barbecues. Consultezle chaud, le froid... Tout est à intéressante et en plus, vous pou- le programme deconstruire et c’est merveilleux pour vez ajouter au chocolat le goût que HDS Et la cuisine moléculaire, « La Science se livre » surles gourmands ! vous voulez. est-elle dangereuse? www.vallee-culture.fr janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 31
  • 27. 3 culture Pierre Dumont, Rouen, la rue de lEpicerie 1910, huile sur toile, 81 x 65 cm Impressionnant 38Page Rouen Du 21 janvier au 18 avril, près Reportage34 Cités danse variations de cent tableaux des peintres impressionnistes de l’École de Rouen sont exposés à l’Atelier Prix Chateaubriand41 André Vauchez, l’entretien Grognard, à Rueil-Malmaison. Delattre, Lebourg, Delaunay, pour ne citer qu’eux, offrent Panorama46 divers points de vue de la ville, du fleuve et de la campagne Zapping48 environnante. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 33
  • 28. culture 3 Suresnes danse avec les étoilesUn rendez-vous à ne pasmanquer lors de cette 19eédition du festival Suresnes citésdanse. Jérémie Bélingard, étoilede l’Opéra de Paris, dirige pourla première fois des danseurs : CG92/OLIVIER RAVOIREhip-hop. Récit d’une créationdepuis les coulisses. PHOTOS34| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 29. reportageLors de la première audition,Jérémie Bélingard a testé la capacitédes candidats à danser ensemble Retrouvez la vidéo « « Cité danseet à reproduire les enchaînements variation » pour Jérémie Bélingard » surqu’il avait imaginés. www.hds-video.net, chaîne « Culture et Patrimoine». orps qui tombent et se nouvelle créativité. Créé en 1996, qui sautent et plongent, puissants dition à en choisir cinq parmi les C rattrapent, têtes qui roulent, bras qui se tendent et mains quis’ouvrent. Dans « l’antichambre » Cités danse variations ne fait que consacrer le concept de rencontre artistique qui est au cœur du festi- val depuis sa création. Dès la comme des panthères. Il y a les in- trovertis, plus crispés, mélanco- liques pantins articulés. Passent les danseurs fous, les poètes, les robots. 120 inscrits. Johanna, Guillaume, Lara, Fred et Virgile sont les heu- reux élus. Avant de monter sur les planches du théâtre Jean-Vilar, ilsde la salle Aéroplane du théâtre deuxième édition en 1994, le Mille personnages prennent forme ont vingt-cinq jours de répétitionJean-Vilar, des dizaines de jeunes théâtre Jean-Vilar commande une en quelques mouvements. Les per- devant eux et beaucoup à inventer.s’échauffent en attendant de ren- pièce à François Duroure, choré- sonnalités se dégagent. « Dès cettecontrer Jérémie Bélingard. Le dan- graphe formé chez Merce Cunnin- première audition, une trentaine de La quête de Vénusseur étoile de l’Opéra de Paris fait gham. Le Savoir-Vivre est l’occasion danseurs m’ont plu. J’ai vu des vir- « Bye Bye Vénus est un ballet sur lepasser une audition pour sa créa- d’engager trois hip-hoppeurs quasi tuoses ! », raconte l’enthousiaste désir, la sensualité, l’amour physique,tion programmée au festival de hip- inconnus à l’époque : Mourad Mer- chorégraphe de 35 ans qui, « guidé raconte Jérémie Bélingard. On parlehop Suresnes cités danse. Il est, avec zouki, Kader Attou et Franck II par son instinct », est finalement par- beaucoup de la fin du monde en 2012.la chorégraphe coréenne Misook Louise. Les frontières se brisent, venu au terme d’une deuxième au- Je ne suis pas un chevalier de l’Apo- ®Seo, l’un des deux invités du dispo- l’heure est à l’ouverture.sitif Cités danse variations. Sa mis-sion : concevoir une pièce pour des Auditions en free style Cités danse connexionsdanseurs hip-hop au croisement de Sur les t-shirts colorés des candi-leur savoir-faire et de sa technique. dats, pas d’étiquette, pas de numéro Le pôle de professionnalisation des danseurs hip-hop duUn métissage des genres qui doit – Jérémie Bélingard « n’aime pas théâtre de Suresnes qui est soutenu par le conseil généralpermettre à chacun de trouver une quand c’est formel ». D’abord, le cho- depuis sa création à hauteur de 200 000 € par an, présente régraphe veut évaluer leur capacité quatre pièces dont trois créations. À découvrir dans le à danser ensemble. Il montre programme #1 de Cités danse connexions : Obstacle de28 quelques pas à reproduire et passe de l’un à l’autre en bondissant. Puis, Sébastien Lefrançois et Le Cénacle des voleurs de Joakim Lorca les 20, 22 et 23 janvier. Le programme #2 présenteC’est le nombre de représen- c’est le moment du free style. Les Des Branchés de Céline Lefèvre et la création du collectiftations programmées au amplis donnent du son à Fink, « If 4e souffle les 27, 29 et 30 janvier.festival Suresnes cités danse. I had a million ». Il y a les acrobates, janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 35
  • 30. culture 3® calypse, mais je m’intéresse à l’étoile de Sur les 120 danseurs inscrits à Vénus dont une prophétie annonce la l’audition de Cités danse variations, cinq ont été choisis disparition cette année-là. Cela va-t-il pour interpréter Bye Bye Vénus. nous amener à perdre l’amour ? Com- ment se réveille-t-on quand on n’a plus qu’un jour à aimer ? Il y a une ur- gence devant cet ultimatum. À partir de pas de la chorégraphie qu’ils ne l’interprétation ». Petit à petit, Jé- ce chaos, je vais travailler sur des im- maîtrisent pas encore. Guidé par rémie Bélingard voit la pièce se provisations. » Dans le studio de ré- Jérémie Bélingard, Guillaume, le créer. Il a décidé de faire appel à pétition, la petite troupe apprend des chercheur en science cognitive, ap- une scénographe, Constance Guis- enchaînements et donne libre cours prend à donner une conférence sur set. Sur le plateau, il imagine des à son imagination afin d’en produire la mémoire en gestes et sans pa- tiges et des boules lumineuses qui de nouveaux. Pour « créer », ils se role. Tout un poème. Cette expé- symboliseront les astres. Pour ce « nourrissent » les uns des autres. rience est un vrai défi pour ce dan- voyage entre ciel et terre, à la fois « La première fois que j’ai dansé avec seur autodidacte, le seul de l’équipe terriens dans leurs étreintes affa- Johanna, on aurait dit qu’on était à ne pas être passé par une école de mées et indiscutablement aériens une seule personne », raconte Lara, danse. « Je ne suis pas un breaker, je dans leurs déplacements, les dan- encore éblouie par cette fusion. Et n’ai pas de force dans les bras ! », s’ex- seurs doivent réussir l’équation voilà la jeune Portugaise de 25 ans, clame-t-il après deux heures inten- impossible. Et peut-être ainsi, nous spécialisée dans le locking (type de sives passées à répéter les mêmes l’espérons, contredire la prophé- danse rattaché au hip-hop), qui, mouvements : glisser sur le sol, se tie et sauver Vénus. I avec l’aide de Virgile, défie les relever d’un bond et tout recom- Reine Paris règles de la pesanteur. mencer. Sauvage, animal et non- photos Olivier Ravoire CG92/OLIVIER RAVOIRE chalant dans son duo avec Johanna, Bye Bye Vénus de Jérémie Bélingard et Entre ciel et terre Fred résume ainsi le travail qu’il Contrastes de Misook Seo sont à découvrir les De leur côté, Johanna et Fred vi- fournit : « Cette création, ce n’est pas 8, 9, 11, 12, 13, 15 et 16 janvier dans la salle sionnent sur ordinateur quelques seulement de la danse, c’est aussi de Aéroplane du théâtre Jean-Vilar. 36| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 31. hip-hop Une aura in 2ta0ons vi ti s par le théâtr offerte nes Jean-Vila e r internationale es de Sur ce numéro dans ). age 79 (voir p Quatre continents sont à l’affiche de l’édition 2011 de Suresnes cités danse. Du 7 au 30 janvier 2011. u total, ce sont 15 phie, ils racontent d’où ils A chorégraphes et 83 danseurs qui participent au festival, fort, cette année, de viennent et montrent l’am- biance des rues, entre fête, chaos et fureur de vivre. On perd plusieurs dizaines de sept créations. Une nouvelle degrés avec l’Odyssée d’ démonstration de la vitalité de Abdennour Belalit et de la manifestation. « Suresnes est Martine Jaussen de la à l’origine d’un mouvement cul- Cie Alexandra N’Possee qui turel unanimement reconnu, qui ont organisé ce spectacle a une aura internationale », dans le cadre de l’année : CG92/OLIVIER RAVOIRE souligne le maire Christian France-Russie 2010. Cette Dupuy, vice-président du pièce, interprétée par sept conseil général chargé de la danseurs de la Cie russe Gust culture. Quand le festival est Life, retrace le voyage initia- créé en 1993 à l’initiative du tique d’une poignée PHOTOS directeur du théâtre, Olivier d’hommes piégés par le froid Meyer, avec le soutien de la à bord d’un vaisseau. Tou- mairie et du conseil général, jours sous ces latitudes, Na l’enjeu est de donner aux Grani de Mickaël Le Mer deLe danseur étoile danses urbaines un endroit la C ie S’Poart est né d’unea choisi de s’appuyer où se produire sur scène. rencontre avec des danseurssur les improvisations « En France, un tel lieu n’existait vu un théâtre archi-plein et un public russes dans une ville de l’Oural,de ses danseurs pour pas. Lors de la première édition, j’ai enthousiaste, debout, qui scandait, Ekaterinbourg. Dans ces régionsconcevoir sa pièce. hurlait, applaudissait. Il y avait une polaires, les émotions ne sont que vraie euphorie, c’était formidable ! », plus brûlantes. D’autres habitués se souvient l’élu. de Suresnes cités danse sont at- tendus. Blanca Li, avec sa nouvelle Des favelas aux production Electro kif, donne un montagnes de l’Oural jeu de jambes à la tektonik. Abou Pour cette nouvelle édition, l’am- Lagraa a conçu Nya pour dix dan- biance ne sera pas moins chaude seurs de la cellule contemporaine ainsi que le laisse présager la du Ballet national algérien. Storm, Companhia Urbana de Dança qui le virtuose allemand du break ouvre le festival le 7 janvier. Elle dance, revient avec un solo auto- propose trois pièces chorégra- biographique, 28 ans, 28 minutes. phiées par Sonia Destri : Suite Dans ce tour du monde de la Funk, Chapa Quente et ID : Enti- danse, bien d’autres spectacles en- dades, saluée par le New York core s’imposent comme des Times cet automne lors du passage étapes mémorables. I R.P. de la compagnie à la Grosse Pomme. Les neuf danseurs brési- Du 7 au 30 janvier au théâtre Jean-Vilar. liens sont autodidactes et, pour 16 place Stalingrad, Suresnes. certains, issus des favelas de Rio Réservations au 01 46 97 98 10 de Janeiro. Dans cette chorégra- et sur www.suresnes-cites-danse.com janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 37
  • 32. L’École D eux générations de peintres rouennais ont arpenté la ville ancienne, son port, la vallée de la Seine, sur les pas série « La Cathédrale de Rouen », vingt-huit versions distinctes réa- lisées avec une lumière variable, fonction des différentes heures du jour, des saisons, des conditionsde Rouen, de Gauguin, Monet, Pissarro, Sis- ley. Vouant leur pratique à la pein- ture dite « de paysage », genre re- mis à l’honneur au milieu du climatiques. Pissaro suivra la même démarche pour produire nombre de tableaux de « la véné- rable vieille ville », de l’activité flu-l’impressionnisme XIXème siècle par Corot, ceux de Barbizon et en 1870 par les im- pressionnistes, les jeunes Rouen- viale et portuaire. L’influence de Monetau fil de Seine nais travaillent comme leurs aî- nés, en plein air, « sur le motif ». Depuis la terre normande, cette À Rouen, Delattre, Lemaître, Fre- chon, mais aussi Lebourg ou An- grand s’essaient à poser la cou- première génération suit attenti- leur en laissant la touche visible,À Rueil-Malmaison, l’Atelier Grognard expose vement la révolution picturale que à suggérer le motif plus qu‘à le mènent les chefs de file du mou- préciser, à saisir les jeux de lu-une centaine de tableaux des peintres vement impressionniste à Paris et mière…, à fixer l’indéfinissable :impressionnistes qui ont formé L’École de Rouen. vénère Monet. Ce dernier s’ins- une atmosphère, une « impres- talle en partie à Rouen, entre 1892 sion ». Ces pratiques, qui parais-Du 21 janvier au 18 avril. et 1894, pour peindre sa célèbre sent à l’époque relever de l’es- ®38| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 33. exposition Joseph Delattre, Rouen depuis la côte de Bonsecours. 1900, Ci-dessous de haut en bas : Charles Frechon, huile sur toile, 38 x 55 cm. Été à Quévreville-la-Milon. 1900-1905, huile sur toile, 60 x 73 cm. Albert Lebourg, Pré aux Loups, Rouen. 1900-1905, huile sur toile, 54 x 81 cm« Penser avecles yeux »La démarche subjective deMonet consistant à étudierles variations de la lumièresur le motif, à privilégierl’impression plus que la réalité,a « fait école » en marquantprofondément de sonempreinte les peintres rouen-nais. Dans ce sillage, deuxgénérations d’artistes ontchoisi de travailler selon leprojet et les moyens de l’im-pressionnisme. Ils ont éclaircileur palette, banni le noir etla terre de Sienne et avec dessensibilités différentes ontsaisi l’atmosphère lumineuseet colorée qui se dégageaitde leur pays. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 39
  • 34. culture 3 Henri Vignet, Rouen depuis les toits de la cathédrale. Marcel Delaunay, Rouen, la rue de lÉpicerie. Collection Larock-Granoff, 1912, huile sur toile, 51 x 81 cm. 1914, huile sur toile, 61 x 38 cm® quisse sommaire et non de l’œuvre à part entière, rompent « L’exposition de Rueil-Malmaison conforte avec les règles du métier pictu- ral. Palette lumineuse et touche la place des peintres rouennais et leur rôle étirée avec Delattre, couleurs fluides pour Lebourg, vivacité du bleu et lumière éclatante dans dans l’ancrage du mouvement impressionniste les toiles de Frechon…, montrent comment ces peintres se déga- au tournant du XXème siècle ». gent de la tradition académique. plans rapprochés sur les scènes tour de 1905, avec leurs magni- souvent méconnu, dans l’an- Explorations picturales portuaires et la vieille ville, à fiques accents fauves à l’égal de crage du mouvement au XXème L’exposition présente successi- l’ombre de la cathédrale, dans Derain ou Matisse, en sont les siècle. I vement la Seine avec le port de les rues célèbres, les faubourgs… témoins. Certains artistes pour- Alix Saint-Martin Rouen et « le Pré aux Loups », la un Rouen caché et secret. La se- suivent fidèlement l’esprit ini- ville aux cents clochers et « la conde génération avec les tial de l’impressionnisme, tels « Les peintres impressionnistes et post-impres- rue de l’Épicerie », la campagne peintres Pinchon, Dumont, Guil- Thieulin, Guilbert, Delattre… Se- sionnistes de l’École de Rouen », du 21 janvier environnante. Les tableaux of- bert, Hénocque… s’ouvre aux lon des modulations différentes, au 18 avril, Atelier Grognard à Rueil-Mal- frent des points de vue peints de- nouvelles explorations picturales. les peintres de l’École de Rouen maison, 6 av. du Château de Malmaison puis les collines du pays rouen- Le néo-impressionnisme lumi- se sont largement inscrits dans 92500. Tous les jours de 13h30 à 19h, fer- nais, autant de visions neux et poétique de Bradberry, la tradition impressionniste : meture mardi. Tarif : 5€ (gratuit - de 12 ans, panoramiques splendides sur la dans le sillon de Seurat, ou les l’exposition de l’Atelier Gro- étudiants). Tél. : 01.41.39.06.96. cité et le fleuve, ainsi que des toiles magistrales de Pinchon au- gnard conforte ainsi leur rôle, www.mairie-rueilmalmaison.fr 40| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 35. éditionAndré Vauchez, surles traces du saint d’AssiseL’historien médiéviste a reçu le 17 novembre le 24e prix Chateaubriand pour son livre, François d’Assiseentre histoire et mémoire. CG92/OLIVIER RAVOIRE DR Retrouvez la vidéo « Rencontre avec André Vauchez » sur Un prix www.hds-video.net, chaîne « Culture et Patrimoine». prestigieux Cette récompense dis- François d’Assise a fait l’ob- çois d’Assise. Ce personnage m’a parce que la conversion se fait du tingue chaque année, de- jet de multiples biographies. frappé parce qu’il est resté célèbre jour au lendemain alors que Fran- puis sa création en 1987, Quelle est la particularité de jusqu’à aujourd’hui. Et puis, dans le çois d’Assise cherche sa voie pen- une œuvre de recherche votre approche ? cadre de mon travail à l’École fran- dant trois ans, jusqu’au moment historique ou d’histoire lit- Nombre de ces ouvrages ont été çaise de Rome (Ndr : André Vau- où il rencontre les lépreux. C’est téraire portant sur la pé- écrits par des religieux dans un but chez a dirigé cette institution de re- alors qu’il se sent transformé et riode contemporaine de d’édification et de spiritualité. Moi, cherche de 1995 à 2003), j’ai passé qu’il décide de vivre comme les l’écrivain romantique ou re- j’ai voulu faire une approche d’his- de nombreuses années en Italie. pauvres. C’est sa première expé- levant de ses domaines torien. Ces trente dernières années, Là-bas, François d’Assise est rience religieuse décisive. d’intérêt (il est l’auteur du beaucoup de progrès ont été faits comme Jeanne d’Arc chez nous. Génie du christianisme). en Italie dans la compréhension Tout le monde le connaît. Pourquoi François d’Assise Doté par le conseil général des textes franciscains. Ces re- fascine-t-il encore, huit de 15 000 €, le prix est re- cherches ont permis de les dater et Qui était François d’Assise ? siècles après sa mort ? mis traditionnellement à la d’étudier les rapports entre les C’est un laïc. Il vient d’un milieu Pour les uns, François d’Assise est Maison de Chateaubriand à sources qui nous parlent de Fran- bourgeois puisqu’il est le fils d’un un héros de la pauvreté. Pour Châtenay-Malabry. Le jury - çois d’Assise et qui étaient souvent marchand drapier. Au début de sa d’autres, c’est dans le domaine éco- auquel participe notam- discordantes. Il m’a semblé utile vie, il a tout un programme d’as- logique qu’il sert d’exemple, parce ment Jean d’Ormesson - est de faire une mise au point qui in- cension sociale. Il veut devenir che- qu’il a été le premier à ne pas présidé par Marc Fumaroli, tègre ces nouvelles données. valier, briller sur les champs de ba- mettre de rupture entre le monde de l’Académie française. taille, peut-être faire un beau animal et le monde humain. Un Nouveauté 2010, le prix est Comment avez-vous eu mariage. Tout cela s’arrête parce autre courant s’inspire de François désormais matérialisé par l’idée du sujet ? qu’il se sent appelé à autre chose. en tant qu’homme de paix. I un buste en bronze de C’est le livre d’une vie. En faisant Propos recueillis Chateaubriand réalisé par ma thèse de doctorat sur la sainteté Peut-on parler d’une par Reine Paris l’artiste Nacera Kainou. au Moyen Âge entre le XIIe et le conversion ? André Vauchez, François d’Assise entre his- XVe siècle, je suis tombé sur Fran- Je préfère le mot retournement toire et mémoire, Fayard, 28 €, 548 p. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 41
  • 36. À Sèvres, une maison abstraite sillonner la colline, épurée, fluide. Et quand on évoque liberté par rapport au moderneElle a reçu leprix grand À là, juste au-dessus du centre-ville, on se dit quil y a des lieux qui ont tout pour mériter une ar- les matières, ce sont le verre, lacier, le bois. « Et pas forcément le béton au sol ou sur les murs. Je navais pas envie dune maison à la comme on lentend. Contraintes créatives Choisis pour leur « patte », commepublic des chitecture exceptionnelle. On est à mode, pliée aux diktats de lépoque. on sarrête devant une toile parce la fois en zone urbaine – les pre- Plutôt dune maison qui pourrait que la touche vous séduit, les ar-Architectures miers commerçants sont à deux pas – et ailleurs, là où il ferait bon traverser le temps… » Le premier chitectes Colboc, Franzen et Asso- se poser. Calme, verdure, sentescontemporaines discrètes : il y a ici quelque chose Tout est parti des dà la fois théâtral et réservé où ilde la Métropole ne serait pas séant de faire de lar- règlementations imposées par chitecture banale. Traverser leparisienne. temps, voilà lune des motivations qui ont poussé la maîtresse des les lieux pour s’inscrire avecVisite sur le lieux et son mari à se lancer dans laventure de la maison darchi- naturel dans le paysage. tecte : « Javais en tête une maisoncoteau de Sèvres où je passais mes vacances, une mai- goût leur était venu dune maison ciés sont les plus jeunes de la short son darchitecte comme on dit, très métallique préfabriquée, qui au- list. Première piste : deux cubesdune maison à moderne et tellement agréable. Je rait pu tout aussi bien appartenir verticaux reliés par une passerelle, voulais retrouver quelque chose aux années cinquante du siècle sorte de mur dressé en façade. Maisvous couper le comme ça, des lignes, une forme, précédent quà celles à venir du très vite, ensemble, ils choisissent beaucoup de lumière ». Comme nôtre – une maison comme celles laudace en levant le rideau poursouffle. quoi la nostalgie nest pas seule- ment affaire de vieilles poutres… de Jean Prouvé à Meudon. La chose na pas été possible, mais il souvrir sur la rue. « On est tout près du centre, on a pris le parti dêtre dans Les mots qui reviennent ? Sobre, en est resté une certaine idée de la ville plutôt que de senfermer côté42| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 37. architecture Art abstrait Quel que soit langle du regard, la maison sinscrit avec naturel dans le paysage, les volumes répondant aux volumes. Pas si audacieuse que ça alors ? À moins que, au contraire, elle soit très audacieuse pour ou- vrir autant déchappées belles… Les matières des trois niveaux – béton végétalisé au rez-de-chaussée, mé- tal au rez-de-jardin, bois à létage – se patinent avec élégance, les cou- : CG92/OLIVIER RAVOIRE leurs du ciel et des arbres se reflè- tent sur le bardage noir autour des vitres, limpression déquilibre neL’idée était de construire tient pas seulement à la hardiesseune maison qui pourrait des porte-à-faux… Aux mots que PHOTOS«traverser le temps». lon cherchait pour définir cette maison, il faudrait rajouter « abs-jardin. Cétait sans doute le choix le du projet. Les retraits obligatoires sur contrainte créative... Ce qui nétait trait ». Comme peuvent lêtre unemoins évident à faire, mais une fois rue et la mitoyenneté avec le petit ga- pas gagné parce que le chantier lui- peinture ou une musique. Avecdécidé, le reste a coulé de source ». barit de la maison adjacente ren- même fut plutôt... difficile ! Sentes leurs hauts visages altiers aux yeuxLes contraintes fonctionnelles daient impossible lexistence dun étroites, rues tortueuses, pente : grands ouverts, les grosses meu-étaient simples. On a parlé de flui- grand séjour carré. En plus, le coteau laccessibilité nest pas le point fort lières du coteau racontent leurs his-dité, de vitrages, de lumière ; on regarde le nord. On a donc imaginé de du quartier. « Il a tout fallu faire à la toires dun autre siècle. Ici, dans cepourrait rajouter : pas de couloir faire tourner le volume séjour de 90 main, et ce nest pas une image. Im- jeu de volumes qui tournent la dif-et trois chambres pour les ados. degrés, pour échapper à la mitoyen- possible dévacuer les terrassements ficulté, ne reste qu’à inventer la viePour ce qui est en revanche des neté et ouvrir sur louest et le sud côté autrement que par de petits camions qui va avec. Ce qui est une bellecontraintes physiques et légales, ce jardin, sans pour autant se fermer en dun mètre cube, autant dire que ça ambition darchitecte. Ifut une autre paire de manches. façade. Cela a également permis de sest fait à la brouette... Un chantier Didier Lamare« Tout est parti des réglementations créer toutes ces petites terrasses proté- très sec, par la force des choses, avec Photos Olivier Ravoireimposées par les lieux, précise Ar- gées par le surplomb du dernier ni- très peu de béton coulé et beaucoup En savoir plus : www.prixpubli-naud Sachet, architecte associé chef veau ». Bref, du bon usage de la de procédés industriels. » carchi.com et www.cfa-arch.com janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 43
  • 38. culture 3 Patrick Pécherot44| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 39. livre IL EST LAUTEUR LE PLUS HAUT-DE-SEINE DE CE QUON APPELLE LE POLAR NOIR. EN FÉVRIER SORT «LHOMME À LA CARABINE», AUTOUR DE LA BANDE À BONNOT. atinée dhiver sur les pavés du Jai toujours été attiré viande, quelques moules à kouglof. M vieux Puteaux, il fait un froid de guillotine. Patrick Pécherot – haute silhouette noire, la cin- quantaine, pas vraiment le genre à vous ta- par les déambulations Lhomme à la carabine, donc cest le der- nier venu dans la bande : André Soudy, il na pas vingt ans. Pendant le hold-up de Chantilly, il tient la foule en respect, doù per sur le ventre mais lhumour pince-sans- un peu mélancoliques son surnom : « Mais il doit sans doute tirer en rire une fois le regard allumé derrière les lair parce que personne ne meurt devant la lunettes rondes – est venu en voisin. Né à sur le passé. Cest ce qui banque… La légende dailleurs veut quil Courbevoie où il demeure, il a passé sa jeu- manque de se tirer une balle dans le pied et nesse ici : « Mon grand-père avait une mi- quil sévanouisse dans la De Dion-Bouton, une nuscule entreprise de peinture, avec deux ou- ma emballé quand jai lu voiture sortie des usines à deux pas dici. Mais vriers. À sa mort, avant la guerre, sa veuve a pour la postérité judiciaire, il restera lhomme à repris son boulot de repasseuse. Grandeur et Léo Malet. Cest pour ça la carabine, le premier à être arrêté. Il avait misère de la famille... » Le nez en lair, on cir- très brièvement habité Puteaux. Je lai choisi cule dans les vieilles rues dun quartier qui que jadore Modiano. parce que cétait le plus fragile de la bande. Issu se transforme, exactement là où, dans les dune famille ruinée, Soudy devient garçon ombres militantes, errait le narrateur de son dépicerie à douze ans. Il monte à Paris, en- deuxième roman, Terminus Nuit. Ici, une Des écrivains qui chaîne les épiceries, se fait virer de droite et de superbe école blanche et verte dont larbre gauche parce quil a mauvais esprit, prend sa surgi de derrière le muret évoque un temple marchent le nez dans un carte au syndicat, fréquente les anarchistes, fait japonais ; là, une élégante maison 1830 – des petits larcins... Il en arrive même à dévali- cest le voisin, fidèle au poste depuis cin- ser une coopérative ouvrière ! Ses histoires quante ans, qui nous refile le tuyau. Et brouillard dont le damour finissent mal et il est « tubard » jus- lhomme à la carabine ? Rien à voir avec le quà la moëlle… Lesprit très titi parigot, mais la Far West et la winchester sciée de Steve parfum est poisse incarnée ! Il se met dans la bande à Bon- McQueen. Plutôt avec un autre noir et blanc, not dans la dernière ligne droite, quand ils ont celui des fumées dusine et du papier des incomparable. déjà toute la police aux fesses. » Bref, le mau- journaux anarchistes, la violence dune autre vais genre, celui à se trouver au mauvais en- époque. Et le sang. « Depuis l’adolescence, je droit au mauvais moment. Mais pourquoi me suis intéressé à la bande à Bonnot. Pas seu- à ce moment-là, quand tout part déjà en lement ce qui arrive à la fin, les agressions, le vrille ? Voilà lun des nombreux sujets du procès, mais lépaisseur des personnages, leur livre, lune de ces réponses quon ne trouve trajet. Ils ont expérimenté des choses quon re- pas dans les archives, peut-être seulement trouve telles quelles dans les années soixante- derrière les mots de lécrivain et qui en ex- dix : la contre-culture, la vie plus ou moins pliquent la construction originale : la voix de communautaire, les préoccupations écologistes. Soudy, des morceaux de scénario, des arrêts Et puis, quand on est jeune, on a toujours un sur images. Et puis les « feuilles volantes », peu le romantisme du bandit. Certains dailleurs extraits de textes dauteurs et dacteurs qui avaient une dimension touchante et dautres évoquent la bande à Bonnot. « Rien dinventé, au contraire… Parce que bon, le crime de que du vrai ! Henri Calet, Aragon, Colette, Ar- Thiais, deux vieux massacrés au marteau, letty, Gabin, Musidora, Brassens, Boris Vian… javais quand même du mal... » Bascule du Lensemble est censé faire un portrait patchwork DR décor : bistrot à lancienne, lun des secrets LHomme à la carabine, 2011, éditions Gal- dun personnage qui a gardé son mystère. Parce les mieux gardés de Puteaux, nappes rouges limard. Rencontre autour du livre avec lau- que ce nest pas un roman à suspense, on se douteCG92/OLIVIER RAVOIRE et blanches, vieilles réclames et menus dau- teur le 5 février à la librairie LAmandier, 9 bien de comment ça va finir… » I trefois sur les murs, un antique hachoir à boulevard Richard-Wallace à Puteaux. Didier Lamare janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 45
  • 40. culture 3 Quintessence du motif © AYAKO TAKAÏSHI À Châtillon, Ayako Takaïshi dévoile ses « Confidences photographiques », autant de vues noir et blanc qui révèlent l’esprit du motif. es « replis cachés le clair et l’obscur, le net et le ouvertures, sinon closes, fer- qui cherche la juste mesure L de la nature » af- fleurent dans les photographies de Takaïshi dont l’esthétique, aussi flou, pour en faire des sujets à part entière à l’instar de la lu- mière en peinture. À l’affirma- tion du vivant (personnage, ani- mant le champ visuel. Intério- rité et méditation guident l’ob- jectif de Takaïshi qui délivre la densité de l’espace ouvert ou pour dire le mystère de la vie. I Alix Saint-Martin « Confidences photographiques », Ayako Takaïshi, du 12 janvier exigeante qu’une exquise poli- mal) répond ici l’objet, vie huis clos, paysage champêtre, au 13 février. Maison des Arts, tesse, maquille solitude et mé- silencieuse. À la promesse d’es- urbain ou scène de vie quoti- 11 rue de Bagneux à Châtillon. lancolie. Le style de cet artiste poir, branches bourgeonnantes dienne. Longueur de temps, mi- Tél. : 01.40.84.97.11. japonais est souverainement ba- au premier plan, le photographe nutie, délicatesse de la vision… http://maisondesarts.ville- lancé, harmonieux, confrontant oppose la dureté d’un mur sans appartiennent à ce style d’image chatillon.fr Reporters militaires Antony, l’exposition tions de l’ECPAD, photothèque et À « Guerre et Vie, Ruines et Légèreté : les reporters militaires » délivre en 63 clichés (dont 45 autochromes), vidéothèque du ministère de la Dé- fense qui assume la sauvegarde et la conservation du patrimoine au- diovisuel et photographique des ar- d’admirables portraits qui subli- mées. I A.St-M. ment la ténacité psychologique des « Guerre et Vie, Ruines et Légèreté : les troupes et de la population civile du- reporters militaires », du 15 février au rant les deux guerres mondiales, sur 30 avril. Maison des Arts d’Antony, 20 © ECPAD le front Est de la France. Ces pho- rue Velpeau. Tél. :01.40.96.31.50. tographies proviennent des collec- maisondesarts@ville-antony.fr46| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 41. panoramaL’univers Tempode la rue hip-hop Malakoff, Julien Be-À Saint-Cloud, Jef Aérosol faitun carton… dans le cadre de À neyton expose des portraits à l’acrylique dans une veine hyperréaliste. Àla manifestation annuelle du travers Sabina ou Alberto, lemusée des Avelines, « Un jeune artiste brosse le quotidien des villes. Les portraits sont ci-artiste - Un univers ». nématographiques, le trait est incisif et détaillé, frontal et re- ef Aérosol est un artiste ur- vendicatif, « excédant la réalité ». J bain français de la pre- mière génération qui tra- vaille le « pochoir derue » et fait le choix du support-car- En arrêt sur image, ces person- nages incarnent paradoxale- ment le rythme de la vie contemporaine. I A.St-M.ton pour ses portraits qu’il déploie « À la régulière », Julien Beneyton,dans l’espace du musée, animé par du 15 janvier au 24 mars. Maisondes performances. À travers cette per- des Arts de Malakoff, 105 av. du 12-sonnalité originale, les visiteurs dé- Février-1934. Tél.: 01.47.35.96.94.couvrent une foule de regards, d’atti- maisondesarts.mlk@wanadoo.frtudes, mis en relation avec d’autresarts (musique, peinture, littérature,cinéma…). Les personnages anonymesse pressent et se mélangent commedans une « Tour de Babel » dont lesymbole même se dresse, sur cinqmètres de haut, dans la magnifiqueRotonde du musée… I A.St-M.« Jef Aérosol », du 27 janvier au 10 avril,musée des Avelines, © JEF AÉROSOL60 rue Gounod à Saint-Cloud.www.musee-saintcloud.fr Sculptures miniatures Montrouge, l’édition 2011 de Mi- À niartextil présente 54 œuvres et 7 installations sur le thème : « Un jour de bonheur ». De tous les continents, les créations colorées et originales se plient aux contraintes qui ont fait le succès de la mani- festation : une base textile pour un volume 20cm x 20cm. De ce concept jaillissent d’au- © ANTRA AUGUSTINOVICA dacieuses associations. Un concentré de jubi- © JULEIN BENEYTON lation. I A.St-M. Miniartextil, du 5 au 25 février, Salons de l’hôtel de ville de Montrouge, entrée gratuite, tous les jours de 10h à 19h. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 47
  • 42. culture 3 Notre sélection arts, culture, loisirs, découvertes CG92/OLIVIER RAVOIRE Roussillon 71 Pierre-François Roussillon a été nommé à la direction de la scène na- © DOMINIQUE LAUGÉ tionale de Malakoff. Il a succédé le 13 décembre à Pierre Ascaride, directeur du Théâtre 71 depuis 1984, qui avait relevé le défi de faire exister aux portes de Paris cette scène nationale ne comptant à Alpin son arrivée qu’une trentaine d’abonnés. Le projet de Pierre-François Roussillon mé- À la Bibliothèque Marmottan, l’exposition « Le graveur et le photographe » confronte, à 130 ans de nage une place de choix au théâtre, mais distance, deux approches d’un même paysage alpin vu par le peintre Johan Jacob Meyer et le pho- foisonne aussi de propositions musicales. tographe Dominique Laugé. Une mise en perspective d’un tableau de Turpin de Crissé, face à vingt Ce caractère pluridisciplinaire devrait per- photographies de Dominique Laugé, complète cette approche de l’évolution du paysage. I mettre d’élargir et de diversifier les publics. I « Le graveur et le photographe. Deux visions confrontées du paysage alpin », du 2 février au 30 juin, Lire notre interview de Pierre-François Bibliothèque Marmottan, 7 place Denfert-Rochereau à Boulogne. Tél. : 01 55 18 57 61. Roussillon sur www.vallee-culture.fr Coupon Corps Tout ce qu’il faut savoir sur le ticket de métro se trouve dans le livre de Gré- Du 18 janvier au 13 goire Thonnat paru aux éditions Télémaque. En le feuilletant, on apprend mars, le peintre et en vrac que plus de 600 millions de coupons sont vendus par an, que le mé- dessinateur boulon- tier de poinçonneur a disparu avec l’arrivée du ticket à bande magné- nais Xavier Devaud tique, que Valéry Giscard d’Es- expose une ving- taing a pris le métro quand il taine d’œuvres dans était ministre des Finances, la grande nef de l’Es- que le réseau compte pace Landowski. Le 297 stations, dont 21 dans le corps humain est au © XAVIER DEVAUD « 92 », ou encore que la centre de l’œuvre. Le ligne 1 est la plus fréquen- trait virtuose fait la tée avec 160 millions de part belle à l’impro- voyageurs chaque année. visation et conduit L’ouvrage est une mine des dessins intimes et puissants jusqu’aux grands formats peints qui d’informations, doté d’une disent en couleur l’enchevêtrement des corps nus, leur vulnérabilité, DR maquette originale et très leur détresse… Trois performances en duo avec un musicien sont an- bien illustré, ce qui accentue son caractère ludique. I noncées les 6 et 23 février. I Petite histoire du ticket de métro parisien de Grégoire Thonnat, 176 pages, Entrée libre. Tél. : 01 55 18 53 76. D’autres renseignements 19,90 €, éditions Télémaque. sur www.boulognebillancourt.com48| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 43. zappingVitraux ClichésLes Archives départementales organisent une exposition japonais : © GILLES VANNET/ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES HAUTS-DE-SEINEjusqu’en mai sur les peintres verriers Brière à Levallois. Pendantplus d’un siècle, cette dynastie a embelli par le vitrail édificespublics et demeures privées. C’est dans l’atelier de Levallois que l’appliles coupoles du Printemps à Paris ont été conçues ainsi que lesvitraux de l’église Saint-Maximin à Metz. À la suite de la ferme-ture de l’atelier en 2005, la famille Brière a confié ses archivesau Département. C’est ainsi qu’un exceptionnel ensemblegraphique de dessin de vitraux peut aujourd’hui être montré.Dans la continuité de l’exposition, un ouvrage de 255 pages,très illustré, a été réalisé et est vendu au prix de 32 €. IArchives départementales, 137 avenue Joliot-Curie à Nanterre.Horaires : lundi de 13 h à 17 h, du mardi au jeudi de 9 h à 17 het le vendredi de 9 h à 13 h. CG92/OLIVIER RAVOIREComposition EspionnageLa Ville de Boulogne-Billancourt Au centre culturel de Garches se donnentorganise un concours internatio- Les 39 Marches de John Buchan et Alfred © PHILIPPE LOTnal de composition d’œuvres ins- Hitchcock le 20 janvier. La pièce de Le musée Albert-Kahn à Bou-trumentales à destination pédago- théâtre, mise en scène par Éric Metayer, logne-Billancourt propose pour lagique dans le cadre de la Quin- a reçu les Molière de la pièce comique première fois une applicationzaine de Création pédagogique du et de l’adaptateur. Cette intrigue policière raconte l’histoire Smartphone (iPhone et Androïd)Conservatoire à rayonnement ré- d’un espion échevelé qui est injustement soupçonné du meurtre dédiée à sa nouvelle exposition,gional qui aura lieu au centre d’une jeune femme soi-disant agent secret. Dans cette chasse « Clichés japonais », qui est pré-Georges-Gorse du 28 mars au 9 à l’homme, l’espion devient le gibier… Une comédie décalée sentée jusqu’au 28 août 2011.avril 2011. Ce concours est ouvert et pleine d’humour. I Réservations au 01 47 41 39 32. Téléchargeable gratuitement,aux compositeurs de toutes natio- Renseignements sur www.ville-garches.fr cette application permet denalités, âgés de moins de 35 ans découvrir l’exposition à travers une visite guidée et des vidéosau 1er janvier 2011. Les partitionset les autres documents doivent Mémory #5 recrute inédites. Quatre rubriques sontparvenir au plus tard le 31 janvier proposées. « Pour découvrir » Le conseil général et la compagnie Philippe Ménard, en partenariat2011. À l’issue du concours, trois donne un aperçu de l’exposition avec le théâtre de Châtillon et le théâtre de Vanves, organisentprix seront décernés par la ville avec une mise en lumière de neuf des ateliers hebdomadaires de mars à mai 2011 en vue de créer(2 500 €) l’ARIAM Île-de-France autochromes exposées au musée. un spectacle de danse présenté sur scène en mai 2011, Memory #5.(2000 €) et la Sacem (1 500 €). Le « Visite guidée » propose une L’objectif : réaliser un projet collectif et intergénérationnel.règlement et le bulletin d’inscrip- visite de 45 minutes environ. Aucune pratique corporelle ou théâtrale n’est requise. Ition sont téléchargeables sur « Albert-Kahn, musée et jardins » Pour plus d’information, contacter Véronique Noblet au 01 47 29 30 10.www.boulognebillancourt.com, permet de mieux connaître lerubrique culture. I musée et l’attachement particu- Progressif lier d’Albert-Kahn pour le Japon. « Informations pratiques » délivre © CAROLE MARTIN/VILLE DE BOULOGNE-BILLANCOURT Quy a-t-il de commun entre Ligeti et Adams dun côté, et de lautre tous les renseignements utiles. Yes, Genesis, King Crimson ? LEnsemble orchestral contemporain, L’exposition est le fruit des pointure de la musique classique contemporaine. Avec deux Bosc voyages au Japon des opérateurs aux manettes, René à la direction et Jérôme en complice vidéaste, d’Albert Kahn lors de périodes il nous offre à la Maison de la Musique de Nanterre (dimanche charnières correspondant à trois 30 janvier à 16 h 30), un crossover particulièrement inventif. règnes impériaux, les ères Meiji, Qui aura le mérite supplémentaire daccorder ses lettres de Taishô et Shôwa. I noblesse à un genre, le rock progressif, dont il faut bien D’autres informations avouer quil navait plus très bonne presse. I sur www.vallee-culture.fr D’autres renseignements sur www.eoc.fr et sur www.albert-kahn janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 49
  • 44. conseil général Transports, 60 la contributionCG92/JEAN-LUC DOLMAIRE Page du Département Éole, Arc Express, Réseau de Transports du Nettoyage fluvial 52 sur Seine Grand Paris, le conseil général a pris part aux débats actuels au cours de sa séance du 17 décembre. Le Département souhaite Salades-bar pour 56 les collèges que le choix des tracés se fasse rapide- ment pour que les projets puissent avan- cer, notamment le prolongement du RER E Le dispositif Femmes 58 victimes de violences à l’ouest. Rien que pour ce dernier, l’enga- gement du conseil général est de 160 M€. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 51
  • 45. environnement Sur la Seine la ronde des bateaux nettoyeurs Le conseil général assure la collecte des déchets sur la Seine et les berges au moyen de deux embarcations originales, le Bélénos et le Sequana.Les capitaines du Bélénoset du Sequana s’apprêtent àintervenir sur les berges deGennevilliers pour ramasserun arbre tombé à proximitéde l’usine Panzani. : CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE PHOTOS S ous le pont de Levallois, le commune. Les soixante-six kilo- soleil n’est pas encore levé. mètres de berges alto-séquanaises Les bateaux endormis tan- sont ainsi nettoyés trimestre après guent mollement le long trimestre. « Nous sortons tous les jours de la berge. Un bruit de de la semaine, explique le capitaine moteur se fait entendre. Il est 7h30, du Bélénos, Claude Coquard. La les équipages du Bélénos et du Se- quantité de déchets varie en fonction quana lèvent les amarres. Ces deux des périodes de crue. » Un tapis rou- bateaux ont une mission : ramas- lant avale au ras de l’eau les ordures ser les déchets flottants sur la Seine qui flottent et les recrache dans une et les berges basses selon un plan- grande benne amovible. Les déchets ning d’intervention commune par plastique parviennent jusqu’au ® janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 53
  • 46. conseil général Verbatim François Kosciusko-Morizet VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL CHARGÉ CG92/OLIVIER RAVOIRE DE L’URBANISME ET DE L’ASSAINISSEMENT « Le nettoyage des déchets flottants ne fait pas partie des compétences confiées par la loi aux conseils généraux. Toutefois le conseil général des Hauts-de- Seine a décidé d’assurer la collecte de ces déchets car le ramas- sage des flottants s’inscrit dans la politique de l’eau du Départe- ment, en application du schéma d’aménagement et de gestion durables de la Seine et de ses berges, adopté par l’assemblée départementale le 24 février 2006. Le nettoyage des déchets flottants est réalisé quotidiennement par deux bateaux, le Sequana et le Bélénos. Au-delà du simple ramassage de déchets, ces bateaux constituent une véritable action de communication vers le public et les habitants des bateaux-logements sur la vigilance portée par le Département à la Seine, patrimoine commun et marquant des Hauts-de-Seine. » Les deux bateaux nettoient les 66 km de berges alto-séquanaises. En moyenne, 250 t de déchets plaisante le capitaine du Bélénos, 250 tonnes avec de fortes variations par an sont ainsi collectées. tout en reconnaissant son utilité. liées aux aléas climatiques (orages, chute des feuilles...). Cette action est 250 tonnes de déchets collectés particulièrement stratégique en cas La Seine, plus propre qu’il y a de pollution ou de crue car de nom- quelques années ? Depuis onze ans breux endroits sur les berges ne qu’il travaille sur ce bateau, Claude sont alors accessibles que par la Coquard a vu une évolution : « Il y Seine. En outre, le prestataire a a une amélioration due à l’aménage- lobligation de trier les déchets va- ment des berges. Quand celles-ci étaient lorisables. « Il s’agit uniquement des sauvages, les gens avaient l’habitude déchets verts qu’on ramasse sur les d’y vider leurs poubelles plutôt que d’al- berges. On ne peut pas trier ceux qui ler à la déchetterie. » En ce 1er dé- viennent de l’eau car ils sont trop mé- cembre, l’équipage doit intervenir langés », précise le capitaine du Bé- « Cette prestation est stratégique en cas de pollution et de crue car certains endroits sur les berges ne sont accessibles que par la Seine. » : CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE à Gennevilliers pour ramasser un lénos. Des équipes d’éco-canton- arbre tombé à proximité de l’usine niers viennent ponctuellement Panzani. Le nettoyage des déchets seconder depuis la terre ferme les PHOTOS flottants ne fait pas partie de la com- équipages du Bélénos et du Se- pétence des conseils généraux, mais quana. Les bateaux interviennent® fleuve par le ruissellement, lors des Pour charger des déchets au volume le Département des Hauts-de-Seine aussi en soutien daction de fau- orages, et quand les égouts débor- plus important, les deux embarca- assure cette collecte sur son terri- chage ou délagage dans les parcs dent. Les équipages du Bélénos et tions disposent d’une grue et d’un toire depuis 1980. Il fait appel à un départementaux en bord de fleuve. du Sequana doivent aussi nettoyer grappin. Beaucoup plus petit que le prestataire, EMCC, qui lui a racheté Collectés dans une benne, les dé- les « laisses » des crues sur les Bélénos, le Sequana n’a pas de tapis les deux bateaux en 2007, et alloue chets verts sont ensuite valorisés sur berges : il s’agit des plastiques et roulant, mais il peut s’aventurer en à cette activité un budget de une plateforme de compostage. I autres détritus qui restent accrochés eaux peu profondes et circuler entre 550 000 € par an. La moyenne an- Reine Paris aux arbustes quand l’eau redescend. les péniches. « Je l’appelle l’annexe », nuelle des déchets collectés est de Photos : Jean-Luc Dolmaire 54| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 47. santé VerbatimMédecins territoriaux Yves CG92/PIERRE-JEAN GRUJARD Ménelle conseil général recrute VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL CHARGÉLe conseil général lance une campagne de recrutement de médecins DU PERSONNELterritoriaux. Leur mission : faire de la prévention dans les centres de PMI et les « Le Département des Hauts-écoles maternelles. de-Seine recrute de manière récurrente sur l’ensemble du territoire des médecins généralistes, pédiatres, gynécologues-obstétriciens ou pédopsychiatres. Directement rattachés à un médecin-chef, ils font partie intégrante de l’équipe pluri- disciplinaire du centre de PMI (puéricultrices, auxiliaires de puériculture, sages-femmes, psychologues, secrétaires) au sein de laquelle le travail en mode projet est largement privilégié. Rejoindre le conseil général permet ainsi d’accéder à des parcours professionnels intéressants et de bénéficier aussi de la politique sociale applicable à l’ensemble des agents.» CG92/OLIVIER RAVOIRE tuel ou titulaire. Il peut devenir responsable de secteur. Son travail consiste alors à coordonner lesL es médecins territoriaux peut prescrire un traitement médical les parents, le médecin de terrain équipes et à mettre en place des sont chargés de la préven- quand l’enfant est malade ou orienter est particulièrement bien placé projets autour de l’éducation de la tion pour les enfants de 0 à celui-ci vers un confrère », explique pour repérer les familles fragiles santé et de la parentalité. Il est 6 ans. Ils interviennent le docteur Élisabeth Hausherr, mé- et les enfants en difficulté. Si les aussi chargé de contrôler lespour le suivi et l’accompagnement decin responsable du secteur ouest problèmes sont d’ordre socio-éco- crèches, les garderies et les jardinsdes femmes enceintes et dans les du département. nomique, il peut lui arriver d’ap- d’enfants et il est responsable descentres d’éducation et de planifi- peler une assistante sociale ou agréments des assistantes mater-cation familiale. Leur travail s’or- Entourer les parents l’établissement scolaire, en tenant nelles. « Le choix de la médecine enganise autour de plusieurs grands En ce qui concerne la « parenta- informés les parents. En re- PMI permet de concilier son métieraxes tels que la santé, le suivi de lité », le médecin participe à l’ac- vanche, quand les situations sont avec une vie de famille. Il y a unela grossesse, le soutien de la « pa- compagnement des familles avant plus compliquées et relèvent de grande qualité de travail : on évoluerentalité », la protection de l’en- et après de l’arrivée de l’enfant - la protection de l’enfance, le mé- au sein d’une équipe, on n’est jamaisfance, la contraception, etc. En ma- jusqu’à ses six ans -, et aide les decin organise des réunions avec seul en consultation, on n’a pas detière de santé par exemple, ils font jeunes dans la construction de son équipe et ses partenaires garde, on est salarié et protégé pardes consultations médicales dans leur vie affective. « Dans une PMI, (Aide sociale à l’enfance) pour un statut. Les médecins peuvent exer-les centres de PMI ainsi que des on travaille en équipe, avec une in- trouver des solutions. cer leurs obligations de formationbilans de santé dans les écoles ma- firmière puéricultrice, une auxiliaire continue (FMC) et toutes les six se-ternelles. « Chez l’enfant, le médecin de puériculture, un psychologue, une Évolution de carrière maines, un groupe de médecins duen PMI surveille la croissance, l’ali- sage-femme et une éducatrice de La carrière d’un médecin territo- conseil général organise une demi-mentation, le sommeil du bébé et il jeunes enfants. On peut prendre le rial peut évoluer au sein du conseil journée de formation. » I R.P.lui fait ses vaccins, mais il n’a pas temps d’accompagner les familles. » général. Salarié, le médecin terri- Pour postuler, plus de renseignementspour mission de soigner. Toutefois, il En raison de cette proximité avec torial peut être vacataire, contrac- sur www.hauts-de-seine.net janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 55
  • 48. conseil généralLes cantines passentAssortiment,assaisonnement,quantité,les collégiensapprécientd’avoir le choix.Depuis la rentrée, le conseil général propose aux demi-pensionnaires de plusieurs établissements decomposer eux-mêmes leurs entrées grâce à des « salades-bar ». Reportage au collège Louis-Blériot à Levallois.A ujourd’hui, pour manger chou, carottes, tomates, salade. mée. » « C’est mieux qu’à la cantine clarent manger moins de deux fruits équilibré, le chef recom- « Chaque midi, nous leur proposons au primaire, compare Brice, élève ou légumes par jour (dont 13 % dé- mande les tomates aux un panachage avec le salades-bar et en sixième. C’est bon et il y a plus de clarent n’en manger aucun) et 62 % olives, suivies du bœuf des hors-d’œuvre dressés, explique Da- choses. Moi ce que je préfère ce sont pensent ne pas manger assez debourguignon avec son gratin dau- mien Aubé, coordinateur du mar- les radis et les betteraves. Sinon, je fruits et légumes chaque jour. Suitephinois et pour finir, en dessert, le ché de restauration pour Sodexo. mange de la salade presque tous les à ces résultats, le conseil général,flan nappé de caramel. Une propo- Avant, les élèves boudaient les entrées. midis. »Au printemps dernier, le en accord avec la commission dé-sition parmi d’autres. Rien que Depuis qu’ils ont le choix du produit et conseil général a mené une enquête partementale des menus, a décidépour les entrées, les élèves ont l’em- de la quantité, la consommation de de satisfaction auprès des demi- d’élargir le choix des desserts et desbarras du choix : « salades du pom- crudités a augmenté de près de 30 % ». pensionnaires de neuf établisse- plats principaux avec, chaque midi,mier » avec pommes de terre et « C’est mieux qu’avant, confirme ments. 61 % y estiment que les re- un plat à base de poisson et unpommes, « salade nordique » avec Philippe, élève en cinquième. On pas proposés sont équilibrés, 57 % autre à base de viande. Avant, lesconcombre, carottes, fromage blanc peut faire ses propres salades. Mais ce apprécient la variété des plats et 53 % collégiens avaient le choix entreet aneth ou encore des crudités à midi, j’en ai pris une toute faite parce celle des entrées. Malgré cela, 56 % deux poissons ou deux viandes.assortir et assaisonner soi-même : que la dernière fois, je l’avais bien ai- des 1 888 élèves ayant répondu dé- Pour les entrées, des « salades-bar »56| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 49. collèges Verbatimau vert Retrouvez la vidéo « « Salades-bars » au collège Isabelle Balkany CG92/OLIVIER RAVOIRE Louis-Blériot à Levallois-Perret » sur www.hds-video.net, chaîne « Education et Formation ». VICE-PRÉSIDENT CHARGÉ DES AFFAIRES SCOLAIRES « Les collégiens sont d’autant plus favorables à ce concept qu’ils sont à un âge où ils réclament une autonomie et une liberté de choix. Compte tenu du succès remporté par les salades-bar mis en place à la mi-septembre sur quelques sites, la décision a été prise de les étendre dès le mois d’octobre dans les collèges relevant des deux marchés départementaux de la restau- ration. Cela se fait progressi- vement en tenant compte de la topographie des restau- rants scolaires, sachant qu’il faut prévoir un espace de : CG92/JOSÉ JUSTO circulation pour permettre aux collégiens de se servir sans entraver le flux. » PHOTOS 13 C’est le nombre de collèges qui bénéficient d’un « salades- bar » : François-Furet et Descartes à Antony, Louis-Blériot à Levallois, Paul-Bert à Malakoff, Haut-Mesnil à Montrouge, Saint-Exupéry à Vanves, Évariste-Galois à Bourg-la-Reine, Van-Gogh à Clichy, Mermoz à Bois-Colombes, Dunant et Paparemborde à Colombes, République à Nanterre et Champs-Philippe à La Garenne-Colombes. ont été expérimentés une semaine rassant son plateau. Les ramequins en juin puis pérennisés à la rentrée où sont servies les entrées revien- dans six établissements. À ce jour, nent vides en cuisine. Un bon treize collèges en bénéficient. « Cela signe. « C’est très difficile de faire participe à l’éducation des enfants, af- manger les collégiens, reconnaît Da- firme Sébastien Lorant-Raze, prin- mien Aubé. Ils veulent à la fois être cipal du collège Louis-Blériot. Cela rassurés en mangeant des aliments développe leur autonomie et leur per- qu’ils connaissent et avoir l’impression met de progresser dans la gestion de de manger quelque chose de moderne. leur temps de la demi-pension. » « S’il Rien que pour la salade, nous en avons y a des aliments qu’on n’aime pas ou testé plusieurs sortes avant de trouver qu’on ne peut pas manger parce qu’on celle qui avait le plus de succès… La est allergique, on n’en prend pas. Ça « iceberg », celle que l’on trouve dans évite de gâcher », précise Chloé, en les hamburgers. » I sixième à Levallois, tout en débar- Émilie Vast janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 57
  • 50. 58| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 51. conseil général société Retrouvez la vidéo « Un colloque Sur le chemin de pour prévenir les violences faites aux femmes » sur www.hds-video.net, chaîne « Social ». la reconstructionCentre d’accueil et d’hébergement à Gennevilliers, l’association L’Escale aide, depuis près de vingt ans, lesfemmes victimes de violences, en particulier conjugales. Un soutien qui s’intègre dans le dispositifdépartemental Femmes victimes de violence 92.U ne porte sans sonnette, ni téléphonique qui fonctionne du verte en 2003, avec l’appui du plaque. Juste un judas. lundi au vendredi de 9h30 à 18h, la conseil général. Y sont accueillis les Verbatim Par discrétion, et par sé- moitié du temps dans le cadre du femmes et leurs enfants. En effet, curité, L’Escale se fait dis- dispositif Femmes Victimes de Vio- 89 % des femmes qui se tournent Christiancrète dans l’immeuble où elle s’est lences 92 (voir encadré). Elle dis- vers L’Escale sont victimes de vio- Dupuy CG92/WILLY LABRE VICE-PRÉSIDENTinstallée l’an dernier à Gennevilliers. pose aussi de quarante-huit places lences conjugales. 58 % d’entre elles CHARGÉ DESL’association a dû déménager faute d’hébergement : huit dans un ser- ont entre 25 et 39 ans. La majorité a POLITIQUES DEde place. « Il y a beaucoup plus de vice d’urgence, quinze dans un au moins un enfant et vit encore à SOLIDARITÉ ETfemmes qui osent parler, souligne centre d’hébergement et de réin- son domicile avec son conjoint. DE LA CULTUREFrançoise Brié, directrice depuis sertion sociale et vingt-cinq dans Orientée par la psychologue qui suit2004. Grâce notamment aux cam- une maison communautaire ou- sa fille à la PMI de son quartier, Ma- « Toutes les formes de discri-pagnes de communication qui font dame F. arrive un matin à L’Escale, minations sont à combattre,connaître les numéros d’écoute, elles avec sa fille dans une poussette et qu’elles soient fondées sur lesont de plus en plus nombreuses à Femmes Victimes quelques affaires. Elle ne sait pas sexe, la nationalité, l’âge, les’adresser aux associations. » Créée de Violences 92 où elle dormira le soir même mais handicap, la religion… Mais laen 1992, L’Escale organise des per- est bien décidée à ce que ce départ discrimination à l’égard des Créé fin 2000, le dispositifmanences avec ou sans rendez-vous soit le bon. Elle sera hébergée un femmes lorsqu’elle se mani- départemental FVV 92et des accueils individuels ou col- mois à l’hôtel, puis au centre. Une feste de façon quotidienne et s’adresse majoritairementlectifs. « Nous ne cessons de rappeler solution qui lui permettra de qu’elle se traduit par des aux femmes domiciliées ouque la violence conjugale est un phé- prendre « un nouveau départ ». Plus violences physiques ou travaillant dans les Hauts-nomène sociétal qui touche beaucoup de cent femmes et cent enfants ont morales est l’une des plus de-Seine. Coordonné parde femmes et un délit condamnable. ainsi pu être hébergés en 2009. insupportables. Notre com- quatre associations alto-Mais le plus important c’est d’écouter la Psychologues, assistantes sociales, séquanaises : l’Adavip 92 bat doit donc êtrefemme, croire en sa parole et lui laisser chargés d’accueil, écoutantes, dix- (association d’aide aux implacable : par la répressionle temps de la réflexion », explique la neuf personnes sont salariées au victimes d’infractions sévère des actes de violencedirectrice. Lorsque Madame H. se sein de l’association. L’une d’entre pénales), l’Afed 92 ( accueil et par une prévention activeprésente à L’Escale, elle a quitté le elles est chargée du service de réin- aux femmes en difficulté), fondée sur l’éducation dès ledomicile conjugal depuis quelques sertion par l’emploi, « un service où le centre Flora-Tristan et plus jeune âge. Nous nousmois et réside à l’hôtel. Père violent, l’on travaille beaucoup sur l’estime de L’Escale, il est composé de devons d’aider les femmes àagressions sexuelles de la part d’un soi », explique Françoise Brié. Jeune quatre services : des refuser l’inacceptable ».membre de la famille, mariage ar- femme d’une vingtaine d’années, permanencesrangé, mari violent, « entendre la pa- mère de deux enfants, Madame E. quotidiennes, un grouperole des autres femmes lui a permis de arrive à L’Escale pour obtenir no- cent cinquante femmes ont été sui- de paroles et des accueilsprendre conscience que ce qu’elle res- tamment un soutien professionnel : vies par L’Escale en 2009 et près de collectifs, un servicesentait faisait partie des conséquences recherche de formation, rédaction 1 500 entretiens menés. L’associa- spécialisé dans« normales » des violences répétées. d’un CV et d’une lettre de motiva- tion intervient aussi dans les éta- l’accompagnement versCela a aussi favorisé la reconnaissance tion, simulation d’entretien. « Mme blissements scolaires, auprès des l’emploi et, enfin, unde son statut de victime. »L’associa- E. n’arrivait pas à se mettre en avant et fonctionnaires de police, des per- service d’écoutetion a également un service d’écoute à parler de ses qualités. Nous avons sonnels de santé… « À chaque fois téléphonique anonyme, le travaillé sur sa présentation, son par- qu’une femme nous sollicite, nous mo- 01 47 91 48 44, ouvert la cours professionnel, les questions qui bilisons de nombreux professionnels1 819 semaine de 9h30 à 17h30. En dehors de ces horaires, pourraient la mettre mal à l’aise. Elle a commencé à retrouver confiance en pour l’aider dans toutes ses démarches : services sociaux, police, justice, aide so-C’est le nombre d’appels reçus on renvoie vers le numéro elle, a entamé une formation à dis- ciale à l’enfance… Nous créons un ré-en 2009 par le service d’écoute national, le 3919. tance puis obtenu un emploi d’hôtesse seau autour d’une situation, à chaquedu dispositif FVV 92. d’accueil. » Au total, plus de trois fois inédite. » I Émilie Vast janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 59
  • 52. conseil généralÉole, Grand Paris, Arc Expressce que veut le conseil généralL’assemblée départementale a apporté Le conseil général rappelle l’urgence du prolongementsa contribution, lors de la séance du du tramway T1 de Gennevilliers à Rueil en passant par17 décembre, aux différents débats publics Colombes et Nanterre et de la création du tramwayportant sur le prolongement du RER E et les Croix-de-Berny-Clamart à prolonger ensuite vers Issy.projets de réseaux de transports Arc Expresset celui du Grand Paris.« À l’heure actuelle et avec les Ce dernier souhaite la réalisation infrastructures existantes, d’un « axe structurant permettant près de 40 % de la popula- de renforcer les relations internes et tion et 28 % des emplois contribuant à rompre la limite arti-alto-séquanais ne sont pas desservis ficielle Nord-Sud ». Le projet retenupar les transports en commun du ré- devra assurer un maillage efficace,seau lourd », a souligné Patrick De- permettre une décharge impor-vedjian en introduction. D’où l’im- tante du RER A et des lignes deportance pour le département des métro 1 et 13 et privilégier les tra-débats actuels. Inégalité d’accès, cés souterrains. Pour le territoire CG92/JEAN-LUC DOLMAIREsaturation de certaines lignes, « au nord, « la préférence du Départe- Tram Croix deregard de cette situation devenue cri- ment va au RTGP dans son tracé Berny – Clamart :tique, le Département a décidé de mo- sud de référence (Grésillons-RER, Les le Départementbiliser des moyens importants ». Agnettes, Bécon-les-Bruyères) ». À86 M€ rien qu’en 2010 dont près La Défense, le conseil général de- veut la maîtrisede 64 pour les tramways. C’est mande que « soit étudiée la variante le Département confirme l’intérêt d’une d’ouvrageaussi pour cela que l’assemblée dé- permettant une liaison continue station à Saint-Cloud, une aux abords Le conseil généralpartementale a décidé de se pro- Saint-Denis – La Défense (via Gam- du pont de Sèvres avec accès piéton souhaite que le Syndicatnoncer sur les différents débats betta et La Folie ) – Saint-Cloud – direct à l’île Seguin et une station à des Transports d’Île-publics actuels. Issy – Arcueil pour la boucle inté- Issy. » Enfin, pour le sud, le conseil de-France lui donne la rieur (rouge) ainsi que la faisabilité général affirme que « le tracé Châ- maîtrise d’ouvrage desÉole, la priorité d’une exploitation partagée avec la tillon-Montrouge – Petit-Bagneux – aménagements urbainsConcernant le prolongement boucle extérieure (verte), sur le tron- Arcueil-Cachan est préférable ». et de voirie. Hervéd’Éole, c’est-à-dire du RER à çon compris entre Gambetta et La « L’intérêt d’une liaison efficace par Marseille, vice-présidentl’ouest, le conseil général s’est pro- Folie, cette dernière constituant une transports en commun entre le sud du du conseil général ennoncé en faveur de la réalisation gare de convergence ». département et le plateau de Saclay charge des transports,de deux gares, une à La Défense, est une évidence », a rappelé Patrick est à l’origine de ce vœude préférence sous le Cnit, et une Desservir le mont Valérien Devedjian. Le Département de- approuvé par l’assembléedans le secteur de Nanterre-La Fo- Pour le secteur centre, l’assemblée mande donc que le projet de rocade départementale lors delie. Le Département souhaiterait départementale imagine une va- en métro automatique du Grand la séance publique duque les travaux démarrent au plus riante de la boucle extérieure vers Paris soit complété par une liaison 17 décembre. Ce futurvite pour une mise en service en le sud qui « partirait de la station à haut niveau de service en direc- tram, liaison de 6,5 km2017. Concernant Arc Express et Rueil, passerait par une station sur tion de Saclay depuis le sud du entre le Trans Val-de-le réseau de transports du Grand le plateau du mont Valérien et serait « 92 ». Le projet « Grand Paris » Marne et le T6 sera financéParis (RTGP), la fusion de ses deux en correspondance avec le boucle in- comporterait en outre une station par le Département àprojets en un seul est jugée indis- terne (rouge) à Saint-Cloud pour re- supplémentaire à AntonyPôle. I hauteur de 70 %.pensable pour le conseil général. joindre ensuite Versailles. Par ailleurs, Émilie Vast60| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 53. grands projets Boucle extérieure D Boucle intérieure R RE Ligne bleue T8 T8 Prolongement du RER E à l’Ouest Métro prolongé 13 ord eN RER ll ge ntie V Villeneuv euve la-Garenne la-Gar Tan T5 C Gennevilliers T1 13 RE 13 T8 R Gresillons RER A RE RE T2 Colombes B Bo Bois- Les Agnettes St-Denis Pleyel Colombe ombes ombbes Asnières- sur-Seine C Clichy RER B La Garenne- l la-Garenne Colombes Bécon les Bruyères Nanterre La Folie Courbevoie bevo bevoi A 3 4 12 RER E Lev Levallois- SAINT-GERMAIN- RER Gambetta P Perret EN-LAYE Rueil T2 1 A NANTERRE NTE N Neuilly- Puteaux s sur-Seine Grande Arche Haussmann St-Lazare Rueil- 3 M Malmaison E Suresnes uresn s Suresnes Centre Porte Maillot T1 PARIS MARLY-LE-ROI Rueil Suresnes Saint- Cloud St Cloud V Vaucresson Garches 10 RER A 10 Boulogne- T3 Billancourt 8 ROCQUENCOURT T2 9 Marnes- la-Coquette ett Pont de Sèvres Issy RER V Ville- d’Avray ’ vra ra Sèvres 12 4 RE 12 Vanves T3 RD Malakoff Issy-les Moulineaux Issy-les-Moulineaux ssy-les-M y RE Montrouge ou Châtillon RC Meudon 13 Ch Chaville e Montrouge T6 Châtillon VERSAILLES L T6 Clamart 4 RER C Arcueil Cachan C Petit BagneuxRER C Versailles Chantiers Bagneux Fontenay- ay- aux-Roses se T7 VÉLIZY- VILLACOUBLAY Institut Le Plessis- essis Bourg- Gustave Roussy Robinson binson B Sceaux la-Reine Châtenay- BUC Malabry Tram C roix de JOUY-EN-JOSAS Clamart Berny - Guyancourt M.I.N. Porte de Thiais RER C Antony RE VERRIÈRES- lay RC LE-BUISSON Sa c 92 - SACLAY TC Sud AntonyPole Orly Saclay Sud Massy T7 TCSP Mas syB RER B 1 km janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 61
  • 54. conseil généralPLAN FROI D 51 850 €Neige : dispositions préventives c’est la subvention exception- nelle débloquée par le conseilLes équipes du conseil général effectuent la nuit des salages préventifs sur les général pour aider le collègeroutes départementales quand cela savère nécessaire. Marguerite-Duras à Co- lombes. Son gymnase a brûlé accidentellement juste avant la rentrée, et cette aide finan- cière contribuera au rempla- cement de matériel EPS, à la location de gymnases et de la piscine ainsi qu’aux frais de transports vers les installa- tions sportives. INFORMATION La Lettre Bleue sur votre CG92/OLIVIER RAVOIRE mobile... D estinée aux partenairesL es équipes de la voirie procèdent depuis le 26 no- RD 986 à Châtenay-Malabry. Au total, près de 200 km du conseil vembre à un salage préventif dans plusieurs com- de routes départementales peuvent être traitées grâce à général, La Lettre munes du département et continueront à le faire cet équipement. Si la préfecture de zone de Défense Bleue offre une in-quand les tournées de surveillance du réseau et la mé- de Paris active à nouveau le niveau maximal du Plan formation privilé-téo indiqueront que cela est nécessaire. Le conseil gé- Neige et Verglas d’Île-de-France, 70 km de routes dé- giée sur l’actionnéral dispose de huit camions équipés de saleuses et partementales seront salées en priorité. Pour consul- de l’assembléed’une lame chasse-neige, de trois engins de charge- ter la liste des routes concernées, rendez-vous sur départementale.ment, de trois dépôts de sel et d’une centrale à sau- www.hauts-de-seine.net. Le reste du réseau est traité On y retrouvemure. Une station météo routière est implantée sur la par les communes sur leur territoire respectif. I R.P. notamment le détail des rap- ports votés parCOOPÉRATION I NTERNATIONALE les conseillers généraux. Le nu- méro 24 est aujourd’hui dispo-Jeunes solidaires sur Facebook nible directement sur votre smart- phone. I L e dispositif « Initiatives Jeunes Solidaires » lancé en 2008 par le conseil général Téléchargez en direction des jeunes âgés de l’application © EPASA/PIXIUM «Mobiltag», 18 à 30 ans souhaitant mener photographiez une action de solidarité interna- avec votre tionale a maintenant sa « fan- téléphone page » sur Facebook. Plusieurs mobile et consultez le dernier vidéos y sont postées qui mon- numéro de La Lettre Bleue. trent les différents projets déjà réalisés. Pour ceux qui souhai- teraient participer à l’édition 2011, le dossier de candidature 40 000 € est téléchargeable sur www.hauts-de-seine.net, ru- soit le montant de la subven- brique « Institution », puis tion du conseil général aux « Coopération internationale ». Restos du Cœur pour 2010. © SOS SAHEL Les inscriptions sont ouvertes Elle était de 30 000 euros en jusqu’au 25 mars 2011. I 2009.62| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 55. échos Questions à... Alain-Bernard «Une politique volontariste pour CG92/OLIVIER RAVOIRE Boulanger le logement social» PREMIER VICE-PRÉSIDENT CHARGÉ DE L’HABITAT, DU LOGEMENT ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE. L’État a délégué au conseil ces aides de lÉtat sont gérées département des Hauts-de- ce versement complémentaire général des Hauts-de-Seine par les services du conseil Seine est un département de 10,8 millions € répond à cette les aides à la pierre, quest-ce général. dynamique qui gagne volonté. Ainsi, 5,6 millions € que cela signifie ? plusieurs milliers dhabitants seront consacrés à la On appelle « aides à la pierre » À quoi va servir la dotation chaque année et qui est en construction de logements les aides de lÉtat en faveur de supplémentaire de l’État quelque sorte victime de son sociaux supplémentaires et la construction, de l’acquisition, obtenue le mois dernier ? succès avec un marché 5,2 millions € au financement de la réhabilitation, de la En 2010, lÉtat nous avait immobilier constamment à la de deux structures démolition de logements délégué 27 millions € daides à hausse. Nous avons toujours dhébergement situées locatifs sociaux, de la la pierre. Après négociation, considéré quil était donc au nord et au sud du rénovation de lhabitat privé et nous avons obtenu un second nécessaire d’intervenir de département. I de la création de places versement de 10,8 millions € manière volontariste pour dhébergement. Dans les portant laide totale à hauteur répondre aux différents Propos recueillis Hauts-de-Seine, depuis 2007, de 37,8 millions €. En effet, le besoins de nos concitoyens et par Reine Paris COLLÈGES Une semaine, deux inaugurations L’ancien collège Henri-Dunant de Colombes, reconstruit par le conseil général, a été rebaptisé Marguerite-Duras, tandis qu’à Boulogne-Billancourt,DR Jacqueline-Auriol était inauguré. E n l’espace d’une semaine, sa fumée le projet d’accueillir un CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE deux nouveaux collèges ont ERS, mais un concours va être Démonstration au tableau numérique lors de été inaugurés à la fin du lancé pour construire un nouveau l’inauguration du nouveau collège Jacqueline-Auriol, mois de novembre. Situé à l’ouest gymnase. » Ayant une capacité à Boulogne, en présence du ministre de l’Éducation de Colombes, le collège Margue- d’accueil de 600 élèves, Jacque- nationale, Luc Chatel. rite-Duras peut accueillir 500 line-Auriol a été construit avenue élèves. Entièrement reconstruit Édouard-Vaillant pour remplacer dans le respect des normes de Haute Qualité Environnentale (HQE) par le conseil général qui l’ancien collège de la rue du Vieux-Pont qui datait de 1974. Le nouvel établissement a également femme, a rappelé Patrick Devedjian. Et peu de femmes ont porté leur nom aussi haut que Jacqueline Au- 30,8 M€ a investi 28,9 M€, l’établissement été conçu dans le respect des riol. » Prévue la même semaine, C’est l’investissement du a été inauguré le 22 novembre normes HQE. Le conseil général l’inauguration de Jean-Perrin à conseil général pour le par Patrick Devedjian : « C’est qui a dépensé 30,8 M€ pour sa Nanterre à elle été reportée à la collège Jacqueline-Auriol une vraie mission de faire en sorte construction était fortement re- suite de l’opposition d’une partie à Boulogne. Le collège que les nouveaux établissements présenté lors de l’inauguration le de la communauté scolaire à la Marguerite-Duras soient livrés en temps et en heure. 25 novembre où s’est aussi rendu création d’un établissement de de Colombes a lui coûté Bien des vicissitudes ont reculé Luc Chatel, ministre de l’Éduca- réinsertion scolaire dans l’en- 28,9 M€. Les deux l’inauguration de celui-ci et l’in- tion nationale. « Peu d’établisse- ceinte du collège. I établissements respectent cendie du gymnase a emporté dans ments scolaires portent le nom d’une Reine Paris les normes HQE. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 63
  • 56. conseil général HAN DICAP Pam 92, nouveaux tarifs CG92/JEAN-LUC DOLMAIRE L es tarifs du réseau Pam 92 tances kilométriques « à vol d’oi- (service spécialisé pour le seau » et non plus sur des zones. transport des personnes han- Les nouveaux tarifs décidés par le dicapées) changent à compter du Stif sont les suivants : 6,60 € pour 1er janvier 2011. C’est la consé- une course inférieure ou égale à PATRIMOI N E quence de la décision du conseil 15 km ; 9,90 € pour une course du Syndicat des transports d’Île- de-France (Stif) de réviser la struc- supérieure à 15 km et inférieure ou égale à 30 km ; 16,50 € pour Musées départementaux, ture tarifaire des services Pam d’Île-de-France afin de mettre en une course supérieure à 30 km et inférieure ou égale à 50 km et 33 € des pass libre accès 2,50 € (TR : 1 €), la visite guidée N place des tarifs uniques à l’éche- pour une course supérieure à ouveauté 2011 : un pass est lon régional, basés sur des dis- 50 km. I vendu dans chaque site au 4,50 € (TR : 3 €) et les expositions prix de 20 €. Ces trois pass temporaires 3 € (TR : 1,50 €). À la donnent libre accès pendant un an maison de Chateaubriand et au mu- HABITAT au musée où ils ont été achetés et sée de l’Île-de-France, l’entrée coûte offrent un accès à tarif réduit dans 3 € (TR : 1,50 €), la visite guidée 4,5 € Prêt logement 92, les deux autres musées départe- mentaux. Par ailleurs la grille tari- (TR :3 €), la visite libre des exposi- tions temporaires 4 € (TR : 2,50 €) et le plafond fiscal faire des trois sites a changé. À Al- bert-Kahn, l’entrée simple coûte la visite guidée des expositions tem- poraires 5 € (TR : 3,50 €). I revu à la hausse D e nouveaux barèmes sont entrés en vigueur le COLLÈGES 1er janvier pour le prêt départemental à 0 % créé par le conseil général. Désormais, le re- venu fiscal de référence d’une personne seule ne Cantines : menus en ligne devra pas dépasser 34 480 € contre 34 324 € en B on à savoir : il est possible de consulter le menus des cantines deDR 2010. Afin de consulter le tableau de plafonds de ressources et de faire une vingt-cinq collèges du département sur www.hauts-de-seine.net, simulation pour connaître le montant autorisé de votre prêt, rendez-vous sur rubrique « Éducation/Jeunesse ». I le site www.hauts-de-seine.net, rubrique « Cadre de vie ». En trois étapes et un clic, vous serez fixé. D’autres renseignements au 0820 16 92 92. Autre nouveauté : la Banque Postale a rejoint la liste des établissements DÉPLACEMENTS de crédits partenaires du PL 92. I Où trouver l’essence PETITE EN FANCE la moins chère ? Bébé dom 92, le coup de pouce L ’allocation mise en place par le conseil général permet aux parents denfants âgés de moins de 3 ans, gardés hors de crèche, de bénéficier d’un soutien financier. « Bébé Dom 92 » s’élève à 100 € par famille et par mois CG92/OLIVIER RAVOIRE dans la tranche des revenus com- pris entre 22 146 € et 80 000 € et à 200 € par mois pour les familles © COMSTOCK/GETTY IMAGES dont les revenus sont inférieurs à 22 146 €. D’autres renseigne- S ur www.hauts-de-seine.net, il d’accueil, un onglet « Prix du car- ments au 0800 92 92 92 ou sur est possible de connaître les burant » indique au jour le jour les www.hauts-de-seine.net, ru- stations services les moins endroits où faire son plein au brique « Solidarité ». I chères du département. Sur la page meilleur prix. I 64| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 57. voirie Les travaux en cours sur la voirie départementale BOIS-COLOMBES 2 km Avenue de l’Europe (RD11), la circulation est restreinte au carrefour avec la rue de Chevreul en raison de l’aménagement d’un rond-point. A1 5COLOMBES –LA GARENNE-COLOMBES 6Les travaux du T2 se poursuivent A8à Colombes, avec une emprisede travaux située en centrede chaussée. D D D90www.t2ladefensebezons.frLes travaux de réfection de 9 9 9l’éclairage public du stadeYves-du-Manoir se poursuiventjusqu’à janvier 2011. A14 D186 BOULOGNE-BILLANCOURT – SAINT-CLOUD N1 Pont de Saint-Cloud, RD907, les 3 D91 3 travaux d’aménagement pour la D7 réalisation d’un itinéraire cyclable et d’une traversée piétonne protégéeSAINT-CLOUD par des feux tricolores sur le pont seRD985. Réaménagement d’uncarrefour entre le boulevard PARIS terminent en février. Ils entraînent des restrictions de circulation et dede la République et lavenue vitesse.Maréchal-Foch. VANVES D907 A13 RD50. Aménagement dun bus en site propre et pose dun nouveau 10 revêtement rue Antoine-Fratacci, D9 entre la rue Ernest-Laval, le 5 D98 boulevard du Lycée et le carrefour de lInsurrection. CHÂTILLON N11 RD68. Réalisation d’un passage piéton et d’un tapis rue Pierre-Bros- 8CLAMART solette entre la rue Jeanne-dArc etRD68-RD130. Réaménagement d’un la RD906.carrefour au niveau des rue 06Paul-Vaillant-Couturier, Victor-Hugo, D9Pierre-et-Marie-Curie et Jean-Bapti- D920se-Clément entraînant égalementdes modifications de circulation.Pendant les travaux, la circulation N186 BAGNEUXsur la RD906 sera maintenue et RD77a. Réaménagement d’unorganisée avec au moins une file A86dans chaque sens. L’accès des carrefour avenue Gabriel-Péri, entreriverains et des véhicules de secours la rue Froide et la rue Ravera. Dessera assuré et le cheminement des restrictions de circulation et depiétons sera protégé. Toutes les stationnement sont mises en place.informations et les plans détaillés Toujours sur la RD77a, aménage-sur www.tramway-chatillon- ment de stationnements avenueviroflay.fr Gabriel-Péri, entre l’avenue Ravera et la rue Étienne-Dolet. FONTENAY-AUX-ROSES – LE PLESSIS-ROBINSON CHÂTILLON Retrouvez la carte complète des travaux en cours sur RD75. Aménagement dun RD68a. Création d’un plateau carrefour à feux rues Charles-de- traversant entre la rue Blanchard et www.hauts- de-seine.net/travaux le carrefour Pierrettes. Gaulle et Pierre-Brossolette. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 65
  • 58. conseil généralGROUPE COMMUN ISTE ET CITOYEN GROUPE PARTI SOCIALISTE, EUROPE ÉCOLOGIE, LES VERTS2011 : pour une année 2011, lannée du changementde changements ! pour un département plus juste Catherine Margaté Pascal Buchet Présidente du Groupe communiste Maire et conseiller généralCG92/OLIVIER RAVOIRE CG92/OLIVIER RAVOIRE et citoyen de Fontenay-aux-Roses www.groupe-communiste92.org www.PS92.comD P urant l’année 2010, le SEM Coopération, la vérité sur our 2011, nous, socia- Pendant que le Gouvernement mécontentement des le réseau Très Haut Débit, d’être listes, appelons de nos offre des cadeaux fiscaux aux Français s’est exprimé à l’initiative d’importants débats vœux, avec force et res- plus riches, trouvez-vous nor-face à l’extrême gravité de la sur le Grand Paris – la Défense, ponsabilité, à un changement mal qu’il transfère aux Départe-situation et au démantèlement l’action sociale, le logement, la profond de politique du conseil ments des compétences sansde l’organisation de la société jeunesse, la culture. général afin de rendre notre apporter les moyensfrançaise. département plus juste et plus nécessaires ? Ainsi, dans les Le besoin d’inverser les choix et solidaire. Hauts-de-Seine par exemple,Dans ce contexte, les élus com- d’un autre avenir pour les plus de 35.000 foyers extrême-munistes et citoyens ont été Hauts-de-Seine est posé : celui Alors que nos concitoyens sont ment modestes sont concernésprésents et actifs pour contri- d’un département, s’enrichis- durement frappés par la crise par le RSA mais il manque 30buer aux ripostes indispen- sant de l’avis de tous, assurant économique et les choix injustes millions deuros non compen-sables et construire avec les une meilleure qualité de vie, du gouvernement, pourquoi sés par lÉtat et donc prélevéscitoyens des propositions alter- une bonne formation, un travail notre Département ne donne-t-il sur vos impôts locaux.natives soumises au débat et à pour chacun, un toit de qualité toujours pas la priorité à la soli-la confrontation. pour tous… darité (crèches, logements, Malgré la complaisance de insertion, aides pour les per- l’UMP, nous, socialistes, avonsLes Hauts-de-Seine, avec un En 2011, avec les associations, sonnes âgées ou handicapées) donc demandé d’engager unebudget de plus de 2 milliards les citoyens, les jeunes, les sala- préférant contenir sa part bud- action en justice pour une justed’euros, est le Département, riés qui sont tenus à l’écart de gétaire d’action sociale bien en compensation de lÉtat.après Paris, le plus riche de toute décision de la majorité dessous de la moyenne natio-France. Pourtant, il n’est pas départementale, le groupe com- nale (56,8 contre 67,3% pour C’est donc soucieux de lintérêtépargné par les maux dont muniste et citoyen s’attellera à Paris) ? Cette situation est dau- général que nous voulons chan-souffre notre société. La fracture relever des défis majeurs : tant plus inacceptable quil est ger de politique dans notresociale est bien réelle. • la lutte contre les inégalités et un des plus riches de France ! département.Les inégalités s’accentuent. l’exclusion,Les attentes sociales sont pres- • la démocratie participative, Trouvez vous acceptable aussi Au nom de tous vos élus socia-santes. La majorité de droite • la réorientation des moyens que l’UMP engloutisse plus listes, nous vous souhaitons uneUMP du conseil général, pré- financiers très importants du d’un demi-milliard d’euros de très bonne année 2011, pleinesidé par P. Devedjian, intervient Département pour répondre vos impôts locaux pour financer despoirs pour un Départementen relais actif, voire en ampli- aux besoins de la vie quoti- la «fac privée Pasqua/Sarkozy», plus juste et solidaire ! Gfiant la politique gouvernemen- dienne des Alto-Séquanais. dénoncée par la chambre régio-tale au travers de ses choix éli- nale des comptes, alors quetistes et ruineux. Avec vous, les conseillers géné- l’université publique, Paris raux communistes et citoyens Ouest Nanterre - La DéfenseLes élus communistes et poursuivront leurs actions pour manque cruellement de moyenscitoyens se sont opposés aux un département résistant à la loi et despace pour ses étudiants ?orientations de la majorité de l’argent et des privilèges, Est-il admissible que l’aménage-départementale, en promouvant pour un département de solida- ment de La Défense soit imposéd’autres choix. rité et de développement aux habitants et à leurs élus qui durable. plus est pour en faire un templeLeurs actions ont permis la de la finance au détriment dudiminution de la subvention de Nous vous souhaitons une très développement économique dela fac Pasqua, l’abandon de la bonne année 2011. G nos communes ?66| HDS. mag |n°15 - janvier-février 2011
  • 59. le débat démocratiqueGROUPE MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE (UMP, NOUVEAU CENTRE ET APPARENTÉS)Économie sociale et solidaire : En 2011, sortir ensembleune priorité de développement de la crise Jean Sarkozy Denis LargheroCG92/OLIVIER RAVOIRE CG92/OLIVIER RAVOIRE président du groupe Majorité Conseiller général départementale. d’Issy-les-Moulineaux Ouest Conseiller général de Neuilly-Sud. www.majorité-92.comÀ A linitiative conjointe Tout dabord, le Département u moment où s’ouvre cette Fidèles à notre histoire et à nos délus de la majorité s’engage à réserver 10% de la nouvelle année, c’est avec convictions, nous avons immédia- départementale et de commande publique annuelle beaucoup de plaisir que je tement engagé un plan de relancelopposition, un groupe de tra- aux structures de lESS. Pour peux m’adresser directement à départemental pour permettre auxvail consacré à lÉconomie qui comprend ce que représente vous, pour vous souhaiter – en Hauts-de-Seine de sortir plus rapi-Sociale et Solidaire sest réuni à le montant total de la com- mon nom propre et en celui des dement de cette crise.de nombreuses reprises pour mande publique dans notre élus centristes du conseil généralrecevoir des acteurs de ce sec- département, il sagit là dun des Hauts-de-Seine – mes Avec plus de 200 projets locauxteur en plein développement et effort sans précédent.Mais nous meilleurs vœux de réussite, de dans des domaines aussi variésidentifier des pistes de réflexion allons plus avant encore, en bonheur et de santé pour 2011. que la solidarité, la politique de laet de travail afin que le conseil débloquant une enveloppe de ville, léducation, le cadre de vie, ougénéral puisse jouer pleine- six millions deuros sur une Cette année 2011 devrait être celle encore les déplacements, nousment son rôle daccélérateur et période de trois ans, destinés à de la confirmation de la sortie avons confirmé – une fois de plus -de facilitateur. soutenir des projets des acteurs d’une crise économique et finan- que le volontarisme et les choix de lESS visant à la réinsertion cière sans précédent, et qui a mis à innovants primaient sur la peur etEn effet, en période de difficul- professionnelle. mal nos projets et nos équilibres le repli sur soi.tés économiques, lESS repré- sociaux.sente un "amortisseur de crise", Enfin, un conseil départemental Ce n’est donc pas un hasard si lesparce que ce secteur ne relève ni de lESS sera créé, composé Cependant, force est de constater premiers signes de reprise sur lede léconomie de marché tradi- délus mais aussi de personnali- que les Hauts-de-Seine ont mieux marché de l’emploi se confirmenttionnelle, ni du secteur public. tés indépendantes incontes- résisté que quiconque dans cette avec un taux de chômage en dimi-Elle est un outil formidable de tables et dacteurs de lESS qui tourmente. Ils le doivent – à mon nution de 7,7% à 7,4% au secondréinsertion professionnelle, aura vocation à évaluer la poli- sens – à la qualité de nos poli- semestre (pour un niveau nationalparce que ses structures ne sont tique départemental menée, à tiques de développement écono- de 9,3%) et un retour de ladune part pas dictées par des vérifier que les fonds investis mique et de solidarité qui ont su confiance chez nos acteurs écono-logiques de rentabilité, et parce ont pour destination la réinser- tisser dans ce département -pour- miques.que dautre part, elles permet- tion professionnelle. tant encore jeune- des liens trèstent de remettre sur le marché forts entre les habitants, le monde En 2011, nous serons toujours àde lemploi des personnes qui Chaque euro dépensé doit faire socio-économique et les institu- vos cotés, pour vous aider à sur-en sont exclues et qui ne man- œuvre utile pour permettre à tions publiques. monter les difficultés, mais égale-quent pourtant ni de talent, ni ceux qui sont aux portes du ment et surtout, pour vous per-de savoir-faire, ni dénergie. Or marché de lemploi de linté- Ils le doivent aussi aux mesures ini- mettre de continuer à mener àen matière de solidarité efficace, grer. Cest lune de nos priorités tiées par notre Majorité Départe- bien vos projets personnels etde réinsertion professionnelle, en 2011. mentale. Dès les premiers jours, familiaux.on touche bien là au cœur des nous avons mobilisé les servicesmissions du conseil général. Bonne et heureuse année départementaux pour soutenir le Nous continuerons aussi - comme à toutes et à tous. G secteur économique notamment tout au long de ces années- à tra-Cest la raison pour laquelle nos PME-PMI très engagées à l’in- vailler chaque jour pour rendre lesnous avons voté en séance ternational. Nous avons également Hauts-de-Seine toujours pluspublique le 17 décembre der- fait voter en mars 2009, « un bud- attractifs, solidaires et durables etnier, une délibération qui pré- get de combat contre la crise », lui- faire en sorte que chacun puisse yvoit un effort sans précédent en même confirmé en 2010, avec pour trouver un cadre de vie propice àfaveur de lESS, au travers de priorité l’affermissement des solida- son épanouissement. Gtrois mesures principales. rités et la lutte contre le chômage. janvier-février 2011 - n°15| HDS. mag | 67
  • 60. conseil général Handicap : les actions du conseil général La prise en compte du handicap est un enjeu social essentiel pour lequel la collectivité a engagé un budget de 124,54 millions deuros en 2010. Les logements privés Depuis 2004, 372 000 euros La prestation de compensation de subvention ont permis du handicap (PCH) daménager 206 appartements. Aide financière pour les besoins Depuis 2009, 495 000 euros liés à la perte dautonomie. de subvention du département Elle est inscrite dans un plan via lAnah (Agence nationale personnalisé défini par la MDPH. de lhabitat) ont contribué à adapter 221 logements. La charte département handicap Lhébergement : Outil de travail adopté en 2003, En 2009, 2 151 handicapés pour favoriser les équilibres ont été accueillis en structures sociaux et promouvoir spécialisées grâce à une subvention légalité des chances. de 83,6 millions deuros L’aide à domicile (création détablissements, En 2009, 4 006 handicapés régulation des tarifs…) ont été pris en charge pour les aider à se maintenir à leur domicile pour un coût de 40,36 millions deuros. Les logements sociaux En 7 ans, 2,2 millions deuros alloués aux bailleurs sociaux pour des travaux dadaptation danciens ou nouveaux logements. 2 400 logements ont été rendus accessibles. La maison départementale des personnes handicapées L’éducation (MDPH) Le conseil général intervient dans Garantir le libre choix de son trois domaines : laménagement mode de vie (conseils personnalisés, de la salle de classe et dune salle insertion professionnelle, de soin, le financement du matériel continuité des soins infirmiers) pédagogique adapté et la parti- Adresse : 2 rue Rigault à Nanterre. cipation à la rémunération dun tel : 01 41 91 92 50 auxiliaire de vie scolaire (AVS). 42 Ulis ont déjà ouvert leurs portes. Les transports PAM 92 (Pour Aider à la Mobilité) L’emploi est mis en place par le conseil régional, Le conseil général compte la Région Île-de-France et le STIF. 374 salariés handicapés soit La différence entre le coût réel du 6,04% de leffectif permanent. trajet et la participation de lusager Cest lune des premières est financée par les 3 partenaires. collectivités à remplir 8 340 déplacements entre février les obligations légales. et septembre 2010. Les déplacements Aménagement des carrefours : abaissements des trottoirs, ajouts La petite enfance de bandes podotactiles, feux Favoriser linsertion dès leur plus tricolores équipés de dispositifs jeune âge (crèche subventionnée, sonores, mise en place de jardins denfants adaptés…). cheminements sécurisés. Le service de Protection maternelle et infantile (PMI) est à la disposition des parents pour les conseiller.68| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 61. s! www.vallee-culture.fr 79 n ge o 70 pa ti Théâtre ta hdsguide 73 vi Arts de la rue/Cirque ir Vo in o. Expos/Conférences 73 ér ce 0 um 75 n Musique/Danse 74 de ns da Jeunesse 77 + Le guide sorties des Hauts-de-Seine Festival Artdanthé, adolescent rebelle À treize ans, ArtDanThé, le festival de danse du théâtre de Vanves, entre dans lâge des teenagers. Turbulent, créatif, voyageur, cela va de soi, mais autant dire, avec son directeur José Alfarroba, que « cest pour un festival le début de la force de lâge ». Lénergie, len- thousiasme sont toujours là, mais il y a quelque chose de plus : une exploration des frontières de la danse, un appétit politique et social pour le siècle tel quil est, une façon de bousculer les genres et de fu- sionner dans un même mouvement « la violence, lhumour et la beauté ». Pendant deux mois, une quarantaine de compagnies, dont onze sont en résidence au théâtre de Vanves, nous proposent un voyage extraordinaire au centre de la danse contemporaine. Dix- sept excursions inédites, un circuit spécial Québec et une virée avec le Theater De NWE Vorst de Tilburg aux Pays-Bas. Cela commence Le festival ArtDanThé a tout simplement par la Révolution, une pièce pour douze danseuses treize ans et cette envie, dOlivier Dubois, donnée lors de la soirée douverture du vendredi adolescente en diable, 21 janvier. Et cela enchaîne très vite dès le lundi suivant. Rendez- daller voir ailleurs si vous sur www.artdanthe.fr pour feuilleter latlas en détail… I le monde est aussi riche et divers que le Festival Artdanthé, Théâtre de Vanves, du 21 janvier au 26© O. ROCHE vent nous le dit. mars (Renseignements et réservations : 01 41 33 92 91). Musiques actuelles Cirque Laffiche du Réseau Léger comme une… Plume ! Träce – tag original avec tréma Et plein de couleurs aussi... sur le a et c souligné – est un Celles – vives, joyeuses, écla- dispositif de formation et de boussées – que lon trouve diffusion de jeunes groupes du partout mouchetées dans cet département. Proposé par le Atelier du peintre. La palette Réseau 92, qui fédère une ving- est tenue par Bernard Kudlak taine de lieux dédiés aux mu- et sa compagnie du Cirque siques actuelles, Träce a son Plume, sur une partition origi- festival. Il joue la carte du bi- nale de Robert Miny. Acro- nôme : une tête daffiche avec, bates, jongleurs, clowns, mu- en première partie, lun des siciens, ils sont treize sur le groupes sélectionnés pour la plateau, pas vraiment sages, saison. Des jeunes émergents qui pendant deux heures bous- DR comme on dit, qui feront pas culent les Ménines et débar- mal décume autour de leurs (encore jeunes) aînés sur les scènes des huit bouillent la Vénus au miroir. villes à laffiche du 14 janvier au 5 février : Chaville, Clamart, Colombes, Attention, Vélasquez y a ta- Gennevilliers, Rueil, Nanterre, Issy, Saint-Cloud. I ché son tablier… I Festival Träce, du 14 janvier au 5 février LAtelier du peintre. Rueil, (programme détaillé : www.reseau92.com). DR TAM, du 24 au 27 février. janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 69
  • 62. g u i d e théâtre 20h30 La Ballade de Simone • Ven- International dredi 11 mars 20h30 Jachète ou la Deux Shakespeare Gémeaux décadence dune société de consommation BOIS-COLOMBES SALLE AMITIÉ-LOISIRSVendredi 14 janvier 20h30 Le Horla de Guy de Maupassant BOULOGNE-BILLANCOURT THÉÂTRE DE LOUEST PARISIEN Du jeudi 13 au mercredi 26 janvier 20h30 - Di- manche à 16h30 3 Folles journées ou la trilogie de Beaumarchais • Du ven- Denis Podalydès dredi 28 au dimanche 30 janvier 20h30 - Di- est comme déchiré manche à 16h30 Les Couteaux dans le entre les attributs dos • Du vendredi 04 au dimanche 06 fé- du roi divin vrier 20h30 - Dimanche à 16h30 Le Récit © CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE et les oripeaux de de la servante Zerline • Du mercredi 09 lhomme ordinaire, au vendredi 11 février 20h30 Salomé culbuté entre gro- • Du vendredi 04 au dimanche 06 mars tesque et émotion, 20h30 - Dimanche à 16h30 Il est plus fa- farce et chagrin. cile davoir du ventre que du cœur... et vice versa • Du mercredi 09 au dimanche Voici sur la scène nationale des Gémeaux de roi qui ne lest plus et le demeure pourtant, 13 mars 20h30 - Dimanche à 16h30 Voya- Sceaux lun des plus beaux mois comme un bouquet fané quon laisse dans le geurs immobiles shakespeariens qui soit : deux piliers de la vase croupi et quil faudra bien jeter. Ensuite et culture européenne, soutenus par deux mises pour deux semaines, retour à Sceaux, après CHAVILLE en scène qui choisissent leur camp – au risque le Macbeth de la saison dernière, du débranler certains. Dernières places disponibles shakespearien Declan Donnellan himself, pour LATRIUM Mercredi 02 février 20h45 Vers à réserver durgence : il ny en aura pas pour une nouvelle création de La Tempête. Il vient toi terre promise •Jeudi 10 février 20h45 tout le monde. Dabord, la première en Île-de- cette fois avec sa troupe de comédiens russes Les Nouvelles Brèves de comptoir France du Richard II créé cet été au festival du festival Tchekhov de Moscou, retrouver dAvignon par Jean-Baptiste Sastre. Une mise « le monde du temps de Shakespeare, un CHÂTENAY-MALABRY en scène « dune gravité quasi enfantine et monde merveilleux et dramatique, qui sauvage » qui nexplore pas forcément le montrera toute la puissance de lhomme, mais THÉÂTRE LA PISCINE Lundi 24 janvier politique mais joue de lAngleterre médiévale aussi toute sa misère ». Seulement du temps 20h30 Les Femmes savantes • Jeudi comme dun « pays imaginaire, fantasmé, un de Shakespeare ? I 03 février 20h30 Sale août • Du samedi jardin rêvé comme un paradis perdu ». Flottant Sceaux, Les Gémeaux. Richard II, du 6 au 16 05 au dimanche 06 février 20h30 - Di- dans ce monde flou peuplé de morts, Denis janvier. La Tempête, du 26 janvier au 13 février manche à 17h LIllusion comique Podalydès est tout au bout de la fragilité dun (en russe surtitré). • Jeudi 10 février 20h La Duchesse de Malfi • Vendredi 04 mars 20h Le Cou- ANTONY laimais • Lundi 07 février 20h30 Li- 13 mars 20h30 - Dimanche à 15h30 ronnement de Poppée berté, égalité, hilarité • Jeudi 10 février Dom JuanTHÉÂTRE FIRMIN-GÉMIER Mardi 01 20h30 Boire, fumer et conduire vite CLAMARTmars 20h30 Nicomède • Mercredi 02 • Jeudi 03 mars 20h30 Désiré • Mardi BAGNEUXmars 20h30 Suréna • Du mardi 08 au 08 mars 20h30 Élisabeth Buffet THÉÂTRE JEAN-ARP Du jeudi 13 au sa-dimanche 20 mars Vols en piqué dans THÉÂTRE VICTOR-HUGO Jeudi 13 medi 15 janvier (Presque) Tout sur Sha-la salle STUDIO - THÉÂTRE DASNIÈRES Mardi janvier 20h30 Caligula • Vendredi kespeare • Du mardi 18 au samedi 29 18, jeudi 20 et vendredi 28 janvier - Mardi 21 janvier 20h30 Le Rapport Mail- janvier Le Misanthrope • Vendredi 11 fé- ASNIÈRES-SUR-SEINE 01 et jeudi 03 février 20h30 LÎle des es- hot • Vendredi 28 janvier 20h30 vrier 20h30 Jungles • Samedi 05 mars claves • Mercredi 19, vendredi 21, mardi Comment lui dire adieu • Di- 20h30 Tout est normal, mon cœurTHÉÂTRE ARMANDE-BÉJART Jeudi 25 et jeudi 27 janvier - Mercredi 02 et ven- manche 30 janvier 17h La Barbe scintille• Du mercredi 09 mars au di-20 janvier 20h30 Échauffements cli- dredi 4 février 20h30 Les Acteurs de bleue • Vendredi 04 février 20h30 manche 13 mars Famous Puppet Deathmatiques • Jeudi 03 février 20h30 Je bonne foi • Du mardi 08 au dimanche La Dernière Leçon • Mardi 08 mars Scenes70| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 63. théâtre expos musique danse jeunesse § Les spectacles à ne pas manquer CONTEMPORAIN CONTEMPORAIN Caligula Le Musée de la mer dAlbert Camus. Mise en scène Arthur Nauzyciel. Mise en scène par Stéphane Olivié-Bis- La première pièce de Marie Darrieus- son, « la chronique dune mort annoncée secq, traduite et jouée par les acteurs du et réclamée par un homme qui na jamais Théâtre national dIslande. Pleine de renoncé à lenfant quil était » Avec fantômes, de froid et dhistoires de son Bruno Putzulu. et de dottir. Bagneux, Victor-Hugo, 13 janvier. Théâtre de Gennevilliers, du 4 au 11 février. © BRIGITTE ENGUÉRAND HUMOUR (Presque) Tout sur HUMOUR Shakespeare Les Nouvelles Mise en scène Magali Léris. Les Nouvelles Brèves de comptoir Une fausse conférence mais une vraie Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio. passion, pas mal de loufoquerie et beau- Adaptée par Jean-Michel Ribes, les coup de complicité dans ce spectacle dragores, cloue les chauves-souris, les sque- Il faut les voir, ces NoNo, faire régner le perles de culture populaire ramassées orchestré par Magali Léris, artiste en lettes font cliquer leurs os. Tout se délite désordre en couches-culottes format sur le zinc, servies bien frappées par résidence, et joué par Sandy Boizart et parce que tout est faux ou trop exagéré- poire ! Réjouissant. huit comédiens qui le sont tout autant. le directeur du théâtre, Farid Bentaïeb. ment vrai et vivant, charnel. » Antony, Espace Cirque, du 21 janvier Chaville. Atrium, 10 février. Rueil, Clamart, Jean-Arp, du 13 au 15 janvier. Malakoff, Théâtre 71, du 19 janvier au au 13 février. TAM, 9 mars. 5 février. SYNTHÈSE CONTEMPORAIN CRÉATION Trois Folles Journées ou CRÉATION Une raclette Roméo et Juliette la trilogie de Beaumarchais En attendant Godot par les chiens de Navarre. Mise en scène Ned Grujic Mise en scène Sophie Lecarpentier. de Samuel Beckett. Passés par le festival TJCC de Genne- Neuf comédiens, deux musiciens, Un défi : adapter et monter ensemble Nouvelle production dun des monu- villiers, les chiens de Navarre sont en pour cette création par la compagnie des versions condensées des trois pièces ments du siècle dernier, par la compa- résidence au théâtre de Vanves. Cette des Tréteaux de la pleine lune. Et rien de Beaumarchais (Le Barbier de Séville, gnie Plakka Théâtre, mise en scène par fois, autour dune table, avec des de plus contemporain que ce Sha- Le Mariage de Figaro et La Mère cou- Jean-Marie Russo. La nature humaine chaises, huit personnes mangent une kespeare dans les Balkans en pleine pable) comme une façon de montrer le vue par Beckett, qui en rajoutait une raclette... Qui sont aussi huit acteurs, guerre civile. temps qui passe, lécriture qui évolue, couche : « Rien n’est plus drôle que le mais... jouent-ils vraiment ? Courbevoie, Carpeaux, du 1er au 5 mars. les personnages qui vieillissent. malheur... C’est la chose la plus comique Théâtre de Vanves, du 11 au 13 janvier. Boulogne, TOP, du 13 au 26 janvier. au monde. » CONTEMPORAIN Sèvres Espace Loisirs, 21 janvier. CONTEMPORAIN Les Bonnes ÉLISABÉTHAIN Je laimais de Jean Genet. La Duchesse de Malfi TEMPS FORT daprès Anna Gavalda. Pour célébrer le centenaire de lauteur, de John Webster. Les NoNo font leur cirque Un best-seller, une adaptation et une Véronique Costa met en scène ce conte Contemporain très turbulent de Sha- Le théâtre NoNo de Marion Coutris et mise en scène de Patrice Leconte, et damour et de haine à sa façon, avec kespeare, Webster ne recule devant rien. Serge Noyelle, qui vient en voisin de deux acteurs au sommet, Irène Jacob et beaucoup de légèreté et de lumière au- Anne-Laure Liégeois, qui le met en Châtillon. Pure féérie et total kitsch, un Gérard Darmon : un succès, forcément. tour des ombres. scène, non plus : « On déterre les man- drôle de cirque farci à la poésie... Ah ! Asnières, Armande-Béjart, 3 février. Clichy, Rutebeuf, 4 mars. CLICHY Tatouage • Jeudi 10 février 20h30 Le et Juliette • Vendredi 11 mars 21h Marches • Dimanche 23 janvier 15h Recours aux forêts • Mardi 01 mars Quest-il arrivé à Bette Davis et Joan Rafistol • Mardi 08 février 20h30 LeTHÉÂTRE RUTEBEUF Mardi 18 jan- 20h30 Harper Regan • Mardi 08 mars Crawford ? Mec de la tombe dà côté • Mardi 08vier 20h30 Grand Corps Malade 20h30 Les Grognards de la Répu- mars 20h30 Molière malgré lui• Samedi 22 janvier 20h30 Claudia blique • Du jeudi 10 au vendredi 11 FONTENAY-AUX-ROSES• Jeudi 27 janvier 20h30 Haute Sur- mars 20h30 Les Femmes savantes GENNEVILLIERSveillance • Dimanche 30 janvier 16h THÉÂTRE DES SOURCES Du mardi 01Yves Duteil • Vendredi 04 mars COURBEVOIE au mercredi 02 février 20h30 - Mercredi THÉÂTRE DE GENNEVILLIERS Du jeudi20h30 Les Bonnes à 19h30 La Dernière Leçon • Mardi 13 au samedi 29 janvier LAvenir seu- ESPACE CARPEAUX Jeudi 13 janvier 08 février 19h30 Stéréoptik lement • Du vendredi 04 au vendredi COLOMBES 20h45 Thé à la menthe ou tes citron 11 février Le Musée de la mer • Du • Jeudi 20 janvier 20h45 Jamel Deb- MÉDIATHÈQUE Samedi 05 mars jeudi 03 au samedi 19 mars LIndes-LE HUBLOT Du mercredi 12 au samedi 15 bouze • Vendredi 21 janvier 21h Pa- 20h30 Voyageurs immobiles tructible Madame Richard Wagnerjanvier Antigone •Du lundi 07 au vendredi trick Cottet-Moine • Du mardi 01 au11 février 20h30 Les Interrompus mercredi 02 février 20h45 Candide GARCHES MALAKOFF • Jeudi 10 février 20h45 Antoine deLAVANT-SEINE Mardi 01 février 20h30 Caunes "Un mec sympa" • Du mardi CENTRE CULTUREL SIDNEY-BECHET THÉÂTRE 71 Du mardi 11 au vendrediLes Chaises • Samedi 05 février 20h30 01 au samedi 05 mars 20h45 Roméo Jeudi 20 janvier 20h30 Les 39 14 janvier 20h30 Striptease • Du janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 71
  • 64. g u i d e théâtre Éternel Le retour dUlysse aux Amandiers Ithaque, cest le pays dUlysse, quil a quitté vingt ans plus tôt pour aller faire la guerre à Troie parce que bien obligé et quil reconquiert après les errances de lOdyssée. Ulysse, cest Charles Berling, le plus humain des hommes, qui naspire finalement quau bonheur. Et Homère revu par Botho Strauss, lun des auteurs allemands les plus acérés sur la question du théâtre, ne nous est finalement pas si étranger. « Quand il réussit, écrit Botho Strauss à propos du théâtre, quand il utilise les comédiens pour ramener le plus lointain à une inconcevable proximité, le théâtre acquiert une beauté déconcertante, et le présent gagne des instants qui le complètent dune manière insoupçonnée. » Ithaque est livrée aux imposteurs, aux faux prétendants, aux champions de limage comme à une nuée de criquets répandus sur la récolte quils dilapident. De cette société – cest le texte même de Botho Strauss – « régie par le sport, la frime et la débauche », la mise en scène de Jean-Louis Martinelli fait un gouffre qui résonne daujourdhui, où rien na vraiment changé. On sen doutait un peu mais cest vaguement inquiétant. I Ithaque. Nanterre-Amandiers, du 7 janvier au 12 février. DRmercredi 19 au samedi 05 février La • Vendredi 04 mars 20h30 Les 39 dredi 11 février 20h45 Le Mec de la de campagne • Jeudi 03 février 20h30Duchesse de Malfi • Du mardi 01 Marches tombe dà côté • Mardi 01 mars 20h45 La Précaution inutile • Jeudi 10 févrierau dimanche 20 mars La Panne Perthus • Du samedi 05 au dimanche 06 20h30 Thé à la menthe ou tes citron? PUTEAUX mars 20h45 - Dimanche à 16h Les 39 NANTERRE Marches • Mardi 08 mars 20h45 Vol au SCEAUX PALAIS DE LA CULTURE Vendredi 14 dessus dun nid de coucou •Mercredi 09THÉÂTRE DES AMANDIERS Du ven- janvier 20h45 Quest-ce quon attend? mars 20h45 Les Nouvelles Brèves de LES GÉMEAUXDu jeudi 06 au dimanche 16dredi 07 au samedi 12 février 20h30 - • Samedi 05 février 20h45 La Patience comptoir • Lundi 24 janvier 20h45 Mi- janvier Richard II • Du mercredi 26 janvierDimanche 15h30 Ithaque • Du ven- des buffles • Vendredi 11 mars 20h45 chèle Bernier "Et pas une ride!" • Jeudi au dimanche 13 février 20h45 La Tempêtedredi 14 janvier au samedi 12 février Au Bonheur des poules 10 mars 20h45 Éric Antoine "Réalité ou21h - Dimanche à 16h La Niaque illusion" • Jeudi 13 janvier 20h45 Je SURESNES RUEIL-MALMAISON veux voir Mioussov • Vendredi 14 janvier NEUILLY-SUR-SEINE - Mercredi 02 et jeudi 03 mars 20h45 Thé THÉÂTRE DE SURESNES JEAN-VILAR THÉÂTRE ANDRÉ-MALRAUX Du mardi à la menthe ou tes citron? • Mardi 18 Vendredi 04 février 21h • Dimanche 06THÉÂTRE LE VILLAGE Samedi 15 jan- 11 au mercredi 12 janvier 20h45 Jamel janvier 20h45 Vers toi terre promise février 17h LOrage et le Cerf-Volantvier 20h30 Le Préjugé vaincu Debbouze • Jeudi 13 janvier 20h45 Je • Du jeudi 10 au vendredi 11 février 21h• Jeudi 20 janvier 20h30 Premier veux voir Mioussov ! • Vendredi 14 jan- SAINT-CLOUD Tatouages • Vendredi 04 mars 21h AsAmour vier 20h45 Thé à la Menthe ou tes ci- you like it (Comme il vous plaira) tron? • Du jeudi 27 au samedi 29 janvier LES TROIS PIERROTS Jeudi 13 janvierTHÉÂTRE DE NEUILLY Mardi 18 jan- 20h45 Raoul / James Thierrée • Jeudi 20h30 Tempête! • Jeudi 20 janvier Invitations HDS.mag pages 79vier 20h30 Les Couteaux dans le 03 février 20h45 Effroyables Jardins 20h30 LÉcrivain public • Mardi 25 jan-dos • Mardi 01 février 20h30 Tout •Du mardi 08 au mercredi 09 février 20h45 vier 20h30 Dormez, je le veux! • Di- Adresses page 78est normal, mon cœur scintille Maison de poupée • Du jeudi 10 au ven- manche 30 janvier 15h Journal dun curé72| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 65. théâtre guide expos SÈVRES BAGNEUX tion "Confidences photographiques" NANTERRE dAyako TakaishiSÈVRES ESPACE LOISIRS Vendredi MAISON DES ARTS DE BAGNEUX ARCHIVES DÉPARTEMENTALES Jus-21 janvier 21h En attendant Godot Jusquau vendredi 14 janvier Expo- COURBEVOIE quau mardi 31 mai Exposition "Les• Mercredi 02 février 21h Thé à la sition "Juste une étincelle" (art ci- maîtres verriers à lhonneur"menthe ou tes citron? • Mercredi nétique...) ESPACE CARPEAUX Jusquau jeudi 1009 février 21h Isabelle de R • Jeudi février De 14h à 19h Exposition "Grade RUEIL-MALMAISON03 mars 21h À mon âge, je me BOIS-COLOMBES Zéro" (photographies)cache encore pour fumer • Di- ATELIER GROGNARD Du vendredi 21manche 06 mars 14h30 20 000 GALERIE CHARLEMAGNE Du samedi ISSY-LES-MOULINEAUX janvier au lundi 18 avril Expositionlieues sous les mers • Jeudi 10 15 au dimanche 30 janvier Exposition "Lécole de Rouen"mars 21h Tribunal 21 "Julian Tauland" MUSÉE DE LA CARTE À JOUER Jus- quau dimanche 13 mars Exposition SAINT-CLOUD VANVES BOULOGNE-BILLANCOURT "Raymond Peynet" MUSÉE DES AVELINES Du jeudi 27THÉÂTRE DE VANVES Du mardi 11 MUSÉE DES ANNÉES 30 Jusquau di- LE CUBLE Jusquau samedi 29 janvier janvier au samedi 30 avril Expositionau jeudi 13 janvier 20h30 Chiens de manche 20 février Exposition "Léro- Exposition art vidéo "Jveux grandir" "Jef Aérosol"Navarre : Une Raclette • Du lundi tisme de Marcel Gromaire - Des nus24 au mardi 25 janvier 21h Borges vs en quête didéal" MALAKOFF VILLENEUVE-LA-GARENNEGoya • Du vendredi 04 au samedi 05février 21h Robert Plankett • Du MUSÉE DÉPARTEMENTAL ALBERT- MAISONS DES ARTS DE MALAKOFF CENTRE CULTUREL MAX-JUCLIER Dujeudi 17 au vendredi 18 février 19h30 KAHN Jusquau dimanche 28 août Ex- Du samedi 15 janvier au jeudi 24 mars jeudi 20 janvier au mercredi 16 févrierSandrine position "Clichés japonais" Exposition "À la régulière" De 10h à 18h Nathalie Tacheau VILLE-DAVRAY CHÂTILLON MONTROUGE Invitations HDS.mag pages 79THÉÂTRE DU COLOMBIER Du jeudi MAISON DES ARTS Du mercredi 12 LA FABRIQUE Du samedi 05 février au Adresses page 7813 au dimanche 23 janvier 20h45 - Di- janvier au dimanche 13 février Exposi- vendredi 25 février Miniartexilmanche à 17h Délicate Balance PeintureI Arts de la Bourg-la-Reine, salon d’hiver rue/Cirque Le Salon de l’Île-de-France accueille, pour sa 43ème édition, ANTONY un prestigieux invité d’honneur, Victor Koulbak (1946), peintre français d’origine russe, entouré d’une centaineESPACE CIRQUE DANTONY Du ven- d’artistes. Huile, gouache, aquarelle, crayon.., Victordredi 21 janvier au dimanche 13 février Koulbak est connu pour avoir réintroduit dans l’artLes NoNo font leur cirque contemporain l’esprit et les techniques des maîtres de la Renaissance, le style également. Victor Koulbak dessine à BAGNEUX la pointe d’argent et a fabriqué un temps ses propres pinceaux et ses papiers… Si le dessin s’apparente à laTHÉÂTRE VICTOR-HUGO Dimanche Renaissance, paradoxalement ses sujets sont06 mars 17h Ficelle dencre contemporains. En 1975, l’artiste a quitté l’URSS et s’est installé en France jusqu’en 2000. Aujourd’hui ses œuvres CHAVILLE sont exposées dans de nombreuses villes comme Londres, Tokyo ou New York. Ses dessins de grande qualité et uneLATRIUM Samedi 15 janvier 20h45 palette discrète en peinture, dégagent une impression deWarren Zavatta vie. Aucun artifice pour séduire l’œil mais une invitation à © VICTOR KOULBAK méditer. La beauté de ses portraits n’est pas courante, le RUEIL-MALMAISON raffinement de son travail le situe au-delà de l’art contemporain… comme l’a souligné un galeriste : « KoulbakTHÉÂTRE ANDRÉ-MALRAUX Du n’est pas un peintre moderne, il sait dessiner » ! Ijeudi 24 au dimanche 27 février 20h30 Du 30 janvier au 13 février, Salon de l’Île-de-France, Les Colonnes, 51 bd Maréchal-Joffre à Bourg-la-Reine.- Dimanche à 16h Cirque plume : Entrée libre tous les jours de 14h00 à 19h, mercredi et samedi de 10h à 12h. Tél. 01.46.61.36.41.LAtelier du peintre janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 73
  • 66. guide musique danse ANTONY Jazz vier 20h30 Grand Corps Malade • Jeudi 10 février 20h30 Guillaume FarleyTHÉÂTRE FIRMIN-GÉMIER Du mer-credi 09 février au jeudi 10 février 20h30 Rencontre spirituelle COLOMBESDElle à Lui LAVANT-SEINE Vendredi 14 janvier ASNIÈRES-SUR-SEINE 20h30 Ferran Savall • Dimanche 06 fé- vrier 15h30 Cabaret Brecht • Mardi 08THÉÂTRE ARMANDE-BÉJART Jeudi 13 février 20h30 Didon et Enéejanvier 20h30 La Belle au bois dormant• Vendredi 28 janvier 20h30 Hommage COURBEVOIEà Django Reinhardt • Vendredi 11 mars20h30 Le Ballet national de Mexico ESPACE CARPEAUX Jeudi 27 janvier 20h45 Ensemble Orchestral des Hauts- BAGNEUX de-SeineTHÉÂTRE VICTOR-HUGO Samedi 15 jan- GARCHESvier 20h30 Surnatural Orchestra • Sa-medi 22 janvier 20h30 Trio Joubran CENTRE CULTUREL SIDNEY-BECHET• Du samedi 05 février au dimanche 06 Dimanche 30 janvier 17h Orchestre Confévrier 20h30 - Dimanche à 17h Ves- Fuocotiges/Vestiges • Mardi 08 mars 22hLes Dmoiselles GENNEVILLIERSMAISON DE LA MUSIQUE ET DE LA THÉÂTRE DE GENNEVILLIERS Du ven-DANSE DE BAGNEUX Mardi 18 janvier dredi 04 février au jeudi 10 février Momo20h30 Raphaël Imbert "Back Coltrane" On a rarement en- tendu réussite• Mercredi 19 janvier 20h30 Gustavo LEVALLOIS-PERRET aussi miraculeuse,Beytelmann • Samedi 29 janvier 20h30 ni dans le swingSawadu • Mardi 01 février 20h30 Awa Take Bach de SALLE RAVEL Mardi 11 janvier 19h30Ly trio • Mardi 08 février 20h30 Didier Jacques Loussier, Auditions des classes du Conserva-Malherbe ni dans les guirlandes un toire • Jeudi 13 janvier 20h30 Concert © SOLÈNE PERSON peu froides des Officium du Pôle Musiques Actuelles : Cédric CHAVILLE de Jan Garbarek. Oheix et les RikkitsLATRIUM Vendredi 28 janvier 20h45 NANTERRECarte blanche à Marcel Azzola • Sa- Un concert Bach-Coltrane... À première (courte) vue, ça vous a desmedi 05 mars 20h45 O positif • Ven- airs de dossier litigieux genre conflit de voisinage, ou de rencontre MAISON DE LA MUSIQUE Du vendredidredi 11 mars 20h45 Mikhaïl Rudy surréaliste dun parapluie et dune machine à coudre sur une table de 14 janvier au vendredi 11 février Thierry dissection... Lécrit contre limprovisé, Bach le maître en paix avec Balasse - Compagnie Inouie • Vendredi CHÂTENAY-MALABRY Dieu et les hommes face à Coltrane qui brûlait sa vie en invectives 14 janvier 20h30 Grand Corps Malade furieuses, le sobre contre le prolixe. Mais ce serait mal écouter lun et • Samedi 15 janvier 20h30 Éric-MariaTHÉÂTRE LA PISCINE Du mardi 11 jan- lautre, qui avaient vu linvisible, ne cessaient de le dire et sétaient Couturier • Du mercredi 19 janvier auvier au jeudi 20 janvier Une semaine dan- peut-être même aperçus tout en haut de la montagne quils ont jeudi 20 janvier 20h30 Igor Stravinsky -sée • Dimanche 30 janvier 17h Requiem chacun gravi à leur manière. En plongeant avec le saxophoniste TM+ - Arcal • Samedi 22 janvier 20h30de Gabriel Fauré Raphaël Imbert à la jonction des deux univers, tout devient lumineux, Buika • Dimanche 23 janvier 16h30 Ash- indispensable : une question de spiritualité. Rien détonnant dailleurs kan Kamangari • Mardi 25 janvier CLAMART de la part dun musicien qui est à la fois virtuose (il y en a beaucoup), 20h30 Les Siècles - François-Xavier chercheur (pas mal également) et trouveur (cest beaucoup plus rare). Roth • Jeudi 27 janvier 20h30 AntoineTHÉÂTRE JEAN-ARP Dimanche 16 jan- Bref, comme on dit, une épée ! Bach et le jazz, Coltrane et le Hervé • Dimanche 30 janvier 16h30 En-vier 17h La Edad de Oro • Dimanche contrepoint. On a même parfois limpression de découvrir un semble Orchestral Contemporain -06 février 16h Carmen troisième monde, quon aimerait défricher avec eux. Onirisme, René Bosc • Samedi 05 février 20h30 ferveur, grâce… tout a été dit depuis que Raphaël Imbert sest emparé CLICHY des deux monstres. Oserait-on ajouter que cest avant tout une sacré Invitations HDS.mag pages 79 bonne musique ! ITHÉÂTRE RUTEBEUF Vendredi 14 jan- Bagneux, Maison de la Musique et de la Danse, 18 janvier. Adresses page 78vier 20h30 Ferran Savall • Mardi 18 jan-74| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 67. théâtre expos musique danse jeunesse § Les concerts à ne pas manquer Ballet de Biarritz - Thierry Malandrain • Dimanche 06 février 16h30 Café Az-CATALAN (bariolé) en est un des frissons. et cest, avec son groupe, le batteur le mari • Jeudi 10 février 20h30 Wagner,Ferran Savall Neuilly, Le Village, 25 janvier. plus discret et le plus généreux qui Hindemith, Ibert, Harsanyi • SamediLa guitare, il en joue baroque dans lor- soit : toujours au service de la mu- 05 mars 20h30 TM+ • Mardi 08 marschestre de ses parents ; sa voix dange et JEUNESSE sique. 20h30 Mourad Merzouki • Du jeudi 10ses compositions aériennes, il les ré- Momo Sceaux, Les Gémeaux, 1er mars.serve aux concerts en petit comité : le mars au vendredi 11 mars 20h30 Vincent Retour de la musique de Pascal Du-fils de Jordi Savall et Monserrat Figue- sapin sur le plateau du théâtre de Gen- OPÉRA Dupont - Cie Jy pense souventras chante une Catalogne aux horizons nevilliers. Dans une atmosphère plu- Le Couronnementculturels multiples. tôt originale puisquil sagit dun spec- de Poppée NEUILLY-SUR-SEINEClichy, Rutebeuf, 14 janvier. tacle musical pour enfants (à partir Direction Jérôme Corréas. de cinq ans), le public le plus exigeant Monteverdi, la cour de Néron, la fo- THÉÂTRE LE VILLAGE Mardi 25 janvierOPÉRA qui soit. lie, les intrigues de Poppée la courti-LHistoire du soldat Théâtre de Gennevilliers, du 4 au 10 sane, les trahisons, Sénèque quon 20h30 A Filetta, Bracanà • Vendredi 28dIgor Stravinsky. février. envoie sempoisonner… Ce pourrait janvier 20h30 Xavier de Maistre • JeudiLa fameuse histoire du soldat violoniste être le chaos et cest, mis en scène par 10 février 20h30 Violoncelle virtuosequi avait beaucoup marché, signée Ra- OPÉRA Christophe Rauck, épuré, atemporel,muz et Stravinsky, dans une toute nou- Didon et Énée superbe.velle mise en scène de Jean-Christophe SALON DE LHÔTEL DE VILLE Dimanche Direction Jean-Marie Puissant. Châtenay, La Piscine, 4 mars.Saïs. Avec, paraît-il, le chef Laurent Cu- 06 février 17h Edwige Morgenniot en Diable qui gagne à la fin...Nanterre, Maison de la musique, 19 et THÉÂTRE DE NEUILLY Mercredi 09 mars20 janvier. 21h So in love, André ManoukianDANSENya PUTEAUXpar le Ballet national algérien.Dans cadre dun Suresnes cités danse PALAIS DE LA CULTURE Vendredi 212011 (www.suresnescitesdanse.com) janvier 20h45 La Mégère à peu près ap-expressément sous-titré « le goût desautres », celui par exemple de retrouver privoiséeAbou Lagraa en chorégraphe des dix RUEIL-MALMAISONdanseurs de la cellule contemporainedu Ballet national algérien. THÉÂTRE ANDRÉ-MALRAUX Di-Suresnes, Jean-Vilar, du 21 au 23 janvier. manche 16 janvier 16h30 La Belle auWORLD bois dormant • Vendredi 04 marsTrio Joubran 20h45 Liberté - Égalité - Hilarité • DuTrois joueurs doud, ce luth oriental vendredi 21 janvier au mardi 25 janviertoujours vivant, un percussionniste, des 21h Ensemble Contraste "Songs"histoires sans paroles si ce nest par- • Vendredi 04 février 20h45 Les 100fois celles du poète palestinien Mah-moud Darwich : on pourrait croire la Violons tziganes de Budapest • Ven-musique des trois frères palestiniens dredi 04 et samedi 05 février 21h Ca-austère, elle est un incendie. mille Poul © E. BARTOLLUCCI-ARCALBagneux, Victor-Hugo, 22 janvier.PERSE SAINT-CLOUDAshkan KamangariTrès médiatisé depuis la bande origi- LES TROIS PIERROTS Samedi 05 fé-nale du Home de Yann-Arthus Ber- vrier 20h30 Festival Träce • Dimanchetrand, le très jeune – vingt-six ans – et La mer et lhistoire balaient le destin CLASSIQUE 06 mars 17h 8 èmes Rencontres detrès impressionnant maître de la mu- de ce couple qui ne pourra jamais Mikhaïl Rudy Saint-Cloud • Jeudi 10 mars 20h30 Ju-sique classique vocale iranienne vient lêtre. La violence veloutée de Purcell, Spectacle exceptionnel plutôt quenous offrir des siècles de tradition. Rare. nior Ballet la scénographie fantastique de Denis simple concert : le pianiste nous pro-Nanterre, Maison de la musique, 23 Chabroullet, lEnsemble instrumen- pose, grâce aux magies multimédia,janvier. tal baroque... Remember me... de revivre le spectacle "dart total" ima- SCEAUX Colombes, Avant-Seine, 8 février. giné par Kandinsky en 1928 autourCORSE des Tableaux LES GÉMEAUX Vendredi 14 et samediA Filetta JAZZ dune exposi- 15 janvier 21h30 Mario Canonge TrioLensemble polyphonique A Filetta Manu Katché tion de Mous-(la fougère) est né il y a plus de trente Il a battu pour les plus grands du rock sorgski.ans en Balagne. On a dit de leur mu- (Sting, Peter Gabriel…) et du jazz (Al Chaville. Invitations HDS.mag pages 79sique quelle sadresse autant à la peau Di Meola, Jan Garbarek…), son style Atrium, 11quà loreille. Leur spectacle Bracanà aux contretemps élastiques est unique, mars. DR Adresses page 78 janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 75
  • 68. guide musique danse Contemporain Gennevilliers Symphonie L’orchestre philar- monique de Radio- France interprète les œuvres de trois compositeurs, Alexandre Mossolov, Bernard Cavanna et Steve Reich. © J.-F. LECLERC Lorchestre philharmonique de Radio- « machiniste » que celui dHonegger pour minimalistes américains, avec son City France, parmi ce qui se fait de mieux en la sa locomotive Pacific 231. Bernard Life de 1995. Vingt-cinq minutes pour matière, vient chez nous, sous la direction Cavanna en homme du terroir – il est le orchestre et samples quon conseille de François-Xavier Roth, célébrer la Ville. directeur de lÉcole nationale de musique absolument à tout mélomane soi-disant Avec un grand V, moderne, haute, dense, de la ville – avec sa Gennevilliers rétif au contemporain : entre sirènes de son siècle industriel et ses avenirs Symphonie de 2003, sous-titrée dun clin police, portières des taxis jaunes et urbains. Trois compositeurs au dœil : « cinq pièces pour orchestre prises harangues des vendeurs à la sauvette, on programme. Alexandre Mossolov et ses dans les bons morceaux », quelque chose a rarement aussi fort entendu lémotion Fonderies dacier, mises en chauffe en de bien cambré entre lempathie et violente dune balade à gratte-ciel ouvert 1927 avec le soutien de toute la Russie lhumour, la force brutale et le raffinement dans les rues de New York. I soviétique, animées du même esprit du détail. Et Steve Reich, le « père » des Gennevilliers, salle des fêtes, 22 janvier.• Vendredi 04 et samedi 05 février 21h30 au dimanche 16 janvier 21h - Dimanche à "Le blues côté piano" février 20h45 La Belle au bois dormantMoutin Réunion Quartet • Mardi 01 17h Compagnie Alexandra NPosseemars 20h45 Manu Katché • Du vendredi "Odyssée" et Compagnie SPoart "Na SÈVRES CHÂTEAU DE VILLE-DAVRAY Di-04 au dimanche 06 mars 20h45 - Dimanche Grani" • Mardi 18 et mercredi 19 janvier manche 16 janvier 17h Musiciens dIle-à 17h Agwa • Du mercredi 09 au samedi 21h Blanca Li • Du vendredi 21 au di- SÈVRES ESPACE LOISIRS Jeudi 13 jan- de-France • Dimanche 30 janvier 17h12 mars 20h45 Les Folies françoises manche 23 janvier 21h - Dimanche à 17h vier 21h Les Yeux dla tête • Vendredi 28 Judy Chin • Dimanche 06 mars 17h Ballet national algérien • Du jeudi 20 janvier 21h Carrington Brown Terry Lynn SURESNES au dimanche 23 janvier Cités danse connexions • Du jeudi 27 au dimanche VANVES VILLENEUVE-LA-GARENNETHÉÂTRE DE SURESNES JEAN-VILAR 30 janvier Cités danse connexions • DuDu vendredi 07 au dimanche 30 janvier Su- vendredi 28 au dimanche 30 janvier 21h - Di- THÉÂTRE DE VANVES Dimanche 23 jan- ESPACE 89 Du samedi 15 au mardi 18resnes cités danse (19ème édition) • Du manche à 17h Rencontres hip hop • Di- vier 17h Orchestre symphonique du janvier 20h30 Humanité artificiellevendredi 07 au dimanche 09 janvier 21h - manche 06 mars 17h Jacques Higelin Campus dOrsayDimanche à 17h Companhia Urbana de • Samedi 12 et dimanche 13 mars 21h - Invitations HDS.mag pages 79Dança • Samedi 08 et dimanche 16 janvier Dimanche à 17h École de danse de VILLE-DAVRAY21h - Samedi à 18h30 - Dimanche à 15h Ci- lOpéra national de Paris • Mardi 08 Adresses page 78tés danse variations • Du vendredi 14 mars 21h Leçons de jazz : Antoine Hervé THÉÂTRE DU COLOMBIER Samedi 0576| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 69. guide jeunesse ANTONY ClownsTHÉÂTRE FIRMIN-GÉMIER Vendredi28 janvier 20h La Poupée dans la Madame Françoise à lécolepoche ASNIÈRES-SUR-SEINETHÉÂTRE ARMANDE-BÉJART Mer-credi 26 janvier 15h30 Super casca-deur BAGNEUXTHÉÂTRE VICTOR-HUGO Mercredi 26et jeudi 27 janvier 10h30 et 14h30Planches et strapontins • Mercredi02 mars 10h30 et 14h30 Eby et la pe-tite au bois dormant Alpha-bête est un drôle de spectacle à CHAVILLE voir en famille à partir de cinq ans,LATRIUM Mercredi 26 janvier 15h Éric pour partagernest pas beau • Dimanche 06 février « lunique bonheur davaler en pleine15h La Reine des couleurs classe un grand bol © ALAIN CHAMBARETAUD de rire dans une le- CLICHY çon de choses. »THÉÂTRE RUTEBEUF Mardi 01 février10h et 14h Alice Ils nauraient pu mieux choisir leur nom de brunes, hirsutes ou pensives pour dispenser ses COLOMBES troupe : Les Nouveaux Nez ! Montés ronds et leçons décriture, de géographie, de sciences. rouges sur les tréteaux en 1990, avec la Avec, on sen doute, la docte sagesse dun clownLAVANT-SEINE Du mercredi 26 au ven- complicité de leur metteur en scène, André Riot- muni de toutes ses dents et dun beau nez rouge,dredi 28 janvier La Barbe bleue • Jeudi Sarcey, professeur ès clowneries au Centre qui sen va retrouver le chemin de lécole pour03 mars 20h30 Voyageurs immobiles national des arts du cirque de Châlons-en- renouer avec les émotions denfance. Champagne. Ils, cette fois, ce serait plutôt elle, Spectaculaire mise en scène de ce fameux COURBEVOIE puisque cest une première, Madame Françoise plaisir dapprendre dont on sait que sans lui rien – alias Roseline Guinet – entre seule dans ne va plus, Alpha-bête est loin de lêtre... IESPACE CARPEAUX Mardi 18 janvier larène, devant ses chères petites têtes blondes, Courbevoie, Espace Carpeaux, 18 janvier.20h Alpha-bête (spectacle de clowns)• Samedi 12 février 16h Le Voyage du MALAKOFF mars 16h30 La Barbe bleue SÈVRESptit Zygo THÉÂTRE 71 Mercredi 09 février 19h30 NEUILLY-SUR-SEINE SÈVRES ESPACE LOISIRS FONTENAY-AUX-ROSES Erwan et les oiseaux Dimanche 16 janvier 14h30 La Pe- THÉÂTRE LE VILLAGE Vendredi 04 fé- tite JujuTHÉÂTRE DES SOURCES Du lundi 24 MONTROUGE vrier 14h30 Un mec sympaau samedi 29 janvier Festival «Planète VANVESen tête» LA DISTILLERIE Mercredis 12, 19, 26 PUTEAUX et 30 janvier - Mercredis 2, 9 et 16 février THÉÂTRE DE VANVES Mardi 18 LEVALLOIS-PERRET 15h Le Tour du monde • Mercredis 23 PALAIS DE LA CULTURE Mercredi 02 janvier 20h30 Braquage février - Mercredi 02 et 09 mars 15h Le février 15h Zik BoumSALLE NALDINI Samedi 15 janvier 11h Secret du dragon VILLE-DAVRAYQuoi de nouveau sous le soleil? RUEIL-MALMAISON NANTERRE THÉÂTRE DU COLOMBIERMÉDIATHÈQUE GABRIEL-PÉRI Samedi THÉÂTRE ANDRÉ-MALRAUX Di- Mercredi 09 février 15h Merlin15 janvier 10h Gratte-moi Ldo MAISON DE LA MUSIQUE Samedi 05 manche 06 février 16h Peter Pan lEnchanteur janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 77
  • 70. guide adresses ANTONY BOURG-LA-REINE MUSEE ROYBET FOULD MEUDON ATELIER GROGNARD 178 bd Saint-Denis 6 avenue du Chäteau de MalmaisonMAISON DES ARTS L’AGOREINE 01.43.33.30.73 MUSÉE D’ART ET D’HISTOIRE DE CHATEAU DE MALMAISONParc Bourdeau, 20 rue Velpeau 63 bis Boulevard Joffre MEUDON avenue du Château de Malmaison01.40.96.31.50 01.46.63.76.96 FONTENAY-AUX-ROSES 11 rue des Pierres 01.41.29.05.55THÉÂTRE FIRMIN-GÉMIER T.A.C CENTRE D’ART ET DE CULTUREPlace Firmin-Gémier 4 rue Marie-Laure THÉÂTRE DES SOURCES 15 bd des Nations-Unies SAINT-CLOUD01.41.87.20.84 01.42.42.01.83 8 avenue J.-et-M.-Dolivet 01.49.66.68.90www.theatrefirmingemier-lapiscine.fr 01.41.13.40.80 www.ville-meudon.fr DOMAINE NATIONAL DEESPACE CIRQUE D’ANTONY SAINT-CLOUD CHÂTENAY-MALABRY 01.47.71.38.20rue Georges-Suant GARCHES MONTROUGEAUDITORIUM PAUL-ARMA ÉCOLE CENTRALE LES TROIS PIERROTS140 avenue de la Division-Leclerc 2 avenue Sully-Prudhomme CENTRE CULTUREL SIDNEY- THÉÂTRE DE MONTROUGE 6, rue du Mont-ValérienAUDITORIUM SAINTE-MARIE 01.46.83.70.10 BECHET 2 place Émile-Cresp 01.46.02.74.44 -2 rue de l’Abbaye LE PEDILUVE 86 Grande-Rue 01.46.12.75.70 www.3pierrots.frCHAPELLE SAINTE-MARIE 254 avenue de la Division-Leclerc 01.47.41.39.32 LA DISTILLERIE MUSÉE DES AVELINESPlace de l’Église 01.41.87.20.84 27 rue Maurice-Arnoux 60 rue Gounot 01.42.53.23.24 www.musee-saint-cloud.frÉGLISE SAINT-SATURNIN www.theatrefirmingemier-lapiscine.fr GENNEVILLIERSPlace de l’Église THÉÂTRE LA PISCINE 254 avenue de la Division-Leclerc THÉÂTRE DE GENNEVILLIERS NANTERRE SCEAUX ASNIÈRES 01.41.87.20.84 41 avenue des Grésillons THÉÂTRE DES AMANDIERS LES GÉMEAUX www.theatrefirmingemier 01.41.32.26.26 7 avenue Pablo-Picasso 49 avenue Georges-ClemenceauTHÉÂTRE ARMANDE-BÉJART -lapiscine.fr www.theatre2gennevilliers.com 01.46.61.36.67 - www.lesgemeaux.com 01.46.14.70.0016 place de l’Hôtel-de-ville GALERIE ÉDOUARD-MANET CAUE92 www.nanterre-amandiers.com01.47.33.69.36 CHÂTILLON 3 place Jean-Grandel 9 rue du Docteur-Berger MAISON DANIEL-FÉRYLE STUDIO-THÉÂTRE D’ASNIÈRES 01.40.85.67.40 10/14 bd Jules-Mansart 01.41.87.04.403 rue Edmond-Fantin THÉÂTRE À CHÂTILLON www.ville-gennevilliers.fr 01.41.37.60.90 - www.nanterre.fr MJC DE SCEAUX01.47.90.95.33 3 rue Sadi-Carnot MAISON DE LA MUSIQUE 01.43.50.05.96 - www.mjc-sceaux.com 01.55.48.06.90 ISSY-LES-MOULINEAUX 8 rue des Anciennes-Mairies MUSÉE D’ILE DE FRANCE BAGNEUX MAISON DES ARTS 01.41.37.94.21 - www.nanterre.fr 01.41.87.29.50 11 rue de Bagneux ESPACE ICARE GALERIE VILLA DES TOURELLES www.chateau-sceaux.frTHÉÂTRE VICTOR-HUGO 01.40.84.97.11 31 boulevard Gambetta 9 rue des Anciennes-Mairies14 avenue Victor-Hugo 01.40.93.44.50 www.nanterre.fr SÈVRES01.46.63.10.54. - www.bagneux92.fr CHAVILLE www.espace-icare.com THÉÂTRE DES ÉGRÉGORESESPACE LÉO-FERRÉ PACI Arènes de Nanterre SÈVRES ESPACE LOISIRS6 rue Charles-Michels L’ATRIUM 25 avenue Victor-Cresson 220 avenue de la République 47 Grande-Rue01.46.63.10.54 3 parvis Robert-Schuman 01.46.45.60.90 - www.paci.com 01.40.44.87.69 01.41.14.32.34 - www.sel-sevres.orgCENTRE SOCIO-CULTUREL 01.47.09.70.70 LE CUBE www.theatre-des-égregores.com MUSÉE NATIONAL DE LA CÉRAMIQUEJACQUES-PRÉVERT www.ville-chaville.fr 20 cours Saint-Vincent Place de la Manufacture12 place Claude-Dubussy 01.58.88.30.00 NEUILLY-SUR-SEINE 01.41.14.04.22THÉÂTRE ÉPHÉMÈRE DE POCHE CLAMART www.lesiteducube.com16 rue des Tertres MUSÉE DE LA CARTE À JOUER THÉÂTRE DE NEUILLY SURESNES01.46.63.10.54 JEAN-ARP 16 rue Auguste-Gervais 167 avenue Charles-de-GaulleSALLE JEAN-RENOIR 22 rue Paul-Vaillant-Couturier 01.41.23.80.60 www.issy.com/musee 01.55.62.60. 35 JEAN-VILAR7 villa des Aubépines 01.41.90.17.02 www.neuillysurseine.fr 16 place Stalingrad01.41.19.83.00 www.theatrearp.com LA DÉFENSE THÉÂTRE LE VILLAGE 01.46.97.98.10MAISON DES ARTS 4 rue de Chézy 01.55.62.60.35 www.theatre-suresnes.fr15 avenue Albert-Petit ESPACE RAYMOND-MORETTI www.neuillysurseine.fr SALLE DES FÊTES CLICHY-LA-GARENNE01.46.54.64.39 2 esplanade du Général-de-Gaulle - La SALON DE L’HÔTEL DE VILLE 01.42.04.72.47 THÉÂTRE RUTEBEUF Défense 1 96 avenue Achille-Peretti 16/18 allées Léon-Gambetta 01.41.45.01.82 01.55.62.60.35 VANVES 01.47.15.98.50 www.ladefense.fr www.neuillysurseine.fr BOULOGNE-BILLANCOURT THÉÂTRE DE VANVES GALERIE KUNSTBUREAUMUSÉE DÉPARTEMENTAL 47 bis rue Madeleine-Michelis 12 rue Sadi-Carnot LE PLESSIS-ROBINSON 01.41.33.92.91 - www.ville-vanves.frALBERT-KAHN 01.47.22.05.63 www.kunstbu- COLOMBES reau.com14 rue du Port THÉÂTRE DU COTEAU01.55.19.28.00 - www.hauts-de-seine.net L’AVANT-SEINE 10 rue Louis-Pergaud AROATHÉÂTRE DE L’OUEST PARISIEN 88 rue Saint-Denis 01.46.30.45.29 38 bd d’Inkerman VAUCRESSON1 place Bernard-Palissy 01.56.05.00.76 01.74.63.00.72 www.aroa.fr LA MONTGOLFIÈRE01.46.03.60.44 - www.top-bb.fr www.lavant-seine.com LEVALLOIS-PERRET PUTEAUX rue Jean-Salmon-LegagneurTHÉÂTRE DE LA CLARTÉ MJC THÉÂTRE DE COLOMBES 01.47.93.53.4074 avenue du Général-Leclerc 96-98 rue Saint-Denis SALLE RAVEL 33 rue Gabriel-Péri PALAIS DE LA CULTURE01.46.05.18.40 01.56.83.81.81 - mjctheatre.com 01.41.05.50.00 19/21 rue Chantecoq VILLE D’AVRAYwww.theatredelaclarte.com LE HUBLOT 01.46.25.07.15CARRÉ BELLE-FEUILLE 87 rue Félix-Faure L’ESCALE MAISON POUR TOUS - MAISON DES billeterie@mairie-puteaux.fr60 rue de la Belle-Feuille 01.47.60.10.33 25 rue de la Gare ASSOCIATIONS THÉÂTRE DES HAUTS-DE-SEINE01.55.18.54.00 THÉÂTRE DU PEUPLIER NOIR 01.47.32.24.42 5 rue Henri-Martin Place Charles-de-Gaullewww.boulognebillancourt.com Cité des musiciens - 3 avenue Saint-Saëns SALLE NALDINI 01.46.25.07.15 01.41.15.25.25CENTRE GEORGES-GORSE 01.47.75.94.90 55 rue Paul-Vaillant-Couturier www.ths.puteaux.fr CHÂTEAU22 rue de la Belle-Feuille www.chez.com/theatrepeupliernoir SALLE BERLIOZ VIEILLE EGLISE 10 rue de MarnesMUSÉE PAUL-BELMONDO 33 rue Gabriel-Péri 01.41.05.50.00 Quai de Dion-Bouton 01.47.50.12.2114 rue de l’Abreuvoir COURBEVOIE billeterie@mairie-puteaux.fr THÉÂTRE DU COLOMBIER01.55.18.69.01 Place Charles-de-Gaullewww.museepaulbelmondo.fr ESPACE CARPEAUX MALAKOFF 01.41.15.25.25 15 boulevard Aristide-Briand RUEIL-MALMAISON 01.47.68.51.50 THÉÂTRE 71 VILLENEUVE-LA-GARENNE BOIS-COLOMBES www.sortiracourbevoie.com 3 place du 11-Novembre THÉÂTRE ANDRÉ-MALRAUX CENTRE CULTUREL 01.55.48.91.00 - www.theatre71.com Place des Arts ESPACE 89GALERIE EN RÉ 14 square de l’Hôtel-de-ville MAISON DES ARTS 01.47.32.24.42 www.tam.fr 157 bd Gallieni10 place de la République 01.49.97.90.22 105 avenue du 12-Février-1934 SALON RICHELIEU 01.47.98.11.1001.42.42.42.52 www.sortiracourbevoie.com 01.47.35.96.94 13 bd Foch www.culturevilleneuve92.fr78| HDS. m a g | n°15 - janvier-février 2011
  • 71. guide invitationsPlus de 750 invitationsÉcrire à HDS.mag - Invitations / Sylvie Dispans G 2-16 Bd Soufflot G 92015 Nanterre CedexPour recevoir une invitation, indiquez-nous, sur carte postale sans enveloppe uniquement, le spectaclechoisi. N’oubliez pas d’inscrire vos nom, prénom, adresse et numéro de téléphone. Vous pouvezaussi nous transmettre votre adresse e-mail. Les gagnants, dans la limite des quantités disponibles,2 places par foyer maximum, recevront une contremarque par courrier. Vendredi 4 mars 20h30 ASNIÈRES-SUR-SEINE PUTEAUX SURESNES Il est plus facile davoir du ventreThéâtre Armande-Béjart que du cœur... et vice versa Palais de la Culture Théâtre de Suresnes Jean-VilarThéâtre 20 invitations Théâtre ThéâtreJeudi 20 janvier 20h30 Musée départemental Samedi 05 février 20h45 Vendredi 04 février 21hÉchauffements climatiques Albert-Kahn La Patience des buffles Casteljaloux50 invitations Exposition/Conférence 4 invitations 10 invitationsJeudi 03 février 20h30 Jusquau dimanche 28 août Vendredi 11 mars 20h45 Dimanche 06 février 17hJe laimais Exposition "Clichés japonais" Au Bonheur des poules LOrage et le Cerf-Volant10 invitations 100 invitations 4 invitations 10 invitationsJeudi 03 mars 20h30 Musique/Danse Jeudi 10 février 21hDésiré CHAVILLE Vendredi 21 janvier 20h45 Tatouages20 invitations La Mégère à peu près apprivoisée 10 invitations LAtriumMardi 08 mars 20h30 4 invitations Vendredi 04 mars 21h ThéâtreÉlisabeth Buffet Jeunesse As you like it (Comme il vous Mercredi 02 février 20h4510 invitations Mercredi 02 février 15h plaira) Vers toi terre promiseMusique/Danse Zik Boum 4 invitations 12 invitationsVendredi 28 janvier 20h30 4 invitations Musique/Danse Musique/DanseHommage à Django Reinhardt Mercredi 19 janvier 21h Vendredi 28 janvier 20h4510 invitations Carte blanche à Marcel Azzola SAINT-CLOUD Bianca LiVendredi 11 mars 20h30 10 invitations 12 invitations Les Trois PierrotsLe Ballet national de Mexico Vendredi 21 janvier 21h Samedi 05 mars 20h4510 invitations Théâtre Ballet national algérien O positif Jeudi 13 janvier 20h30Jeunesse 10 invitations 12 invitations Tempête!Mercredi 26 janvier 15h30 Samedi 22 janvier 18h30 JeunesseSuper-cascadeur 2 invitations Cités danse connexions Mercredi 26 janvier 15h20 invitations Jeudi 20 janvier 20h30 10 invitations Éric nest pas beau LÉcrivain public Dimanche 30 janvier 15h 12 invitations 8 invitations Cités danse connexions ANTONY Dimanche 06 février 15h Mardi 25 janvier 20h30 10 invitations La Reine des couleurs Dormez, je le veux!Espace Cirque dAntony 12 invitationsCirque ou Arts de la rue 8 invitations Dimanche 30 janvier 15h VANVESLes mardis 01 et 08 février 20h CLAMART Journal dun curé de campagneLes NoNo font leur cirque Théâtre de Vanves 8 invitations12 invitations par Théâtre Jean-Arp Théâtre Jeudi 03 février 20h30représentation Théâtre Du 21 janvier au 26 mars La Précaution inutile Du mardi 18 janvier au samedi 29 4 invitations Festival Ardanthé BOULOGNE-BILLANCOURT janvier 4 invitations par Le Misanthrope Musique/Danse représentationThéâtre de lOuest Parisien 10 invitations pour les mardis Samedi 05 février 20h30 Du mardi 11 janvier au jeudi 13Théâtre 18 et 25 janvier à 20h30 et Festival Träce janvier 20h30Vendredi 21 janvier 20h30 pour les jeudis 20 et 27 10 invitations Chiens de Navarre : Une Raclette3 Folles journées ou la trilogie janvier à 19h30 Dimanche 06 mars 17h 10 invitationsde Beaumarchais Du mercredi 9 au dimanche 13 mars 8èmes Rencontres de Saint-Cloud Musique/Danse20 invitations Famous Puppet Death Scenes 4 invitations Dimanche 23 janvier 17hJeudi 10 février 20h30 (marionnettes) Jeudi 10 mars 20h30 Orchestre symphonique duSalomé 10 invitations pour le jeudi 10 Junior Ballet Campus dOrsay20 invitations mars à 19h30 6 invitations 10 invitations janvier-février 2011 - n°15| HDS. m a g | 79