Regime hydrique et mineral de la vigne

818 views
695 views

Published on

REGIME HYDRIQUE ET MINERAL DE LA VIGNE
ELEMENTS DE POTENTIALITE D’UN TERROIR

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
818
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Regime hydrique et mineral de la vigne

  1. 1. Compte renduREGIME HYDRIQUE ET MINERAL DE LA VIGNEELEMENTS DE POTENTIALITE D’UN TERROIR Auteur : Eric Serrano – ITV France Midi-Pyrénées Contact : V’innopôle – BP 22 – 81310 Lisle sur Tarn Date de publication : 2001
  2. 2. SOMMAIRE1 – INTRODUCTION 32 – L’ALIMENTATION HYDRIQUE DE LA VIGNE 33 – L’ALIMENTATION MINERALE DE LA VIGNE 54 – BIBLIOGRAPHIE 6
  3. 3. Régime hydrique et minéral de la vigne Eléments de potentialité d’un terroir1 - INTRODUCTIONLa qualité et la typicité d’un vin provient en grande partie de l’influence du terroir sur le cépage.D’une manière très générale, on peut définir un terroir comme une aire naturelle caractérisée par desaptitudes agricoles spécifiques, dues au climat local et à la nature du sol. Le sol est caractérisé parl’altération de la roche mère appartenant à un étage géologique donné.Dans le domaine viticole, l’importance et l’influence du terroir ont de tous temps été perçues. Jusqu’àprésent, pour évaluer les capacités viticoles d’un terroir, on s’appuyait sur les connaissancesempiriques accumulées au fil du temps par plusieurs générations de viticulteurs. Les avancéesscientifiques permettent depuis quelques années, de mieux comprendre les phénomènes qui lient lavigne à son milieu, et ainsi de caractériser des zones viticoles.Les éléments classiques retenus pour définir un terroir sont : le sous-sol, le sol, le relief et le climat. Trois types de terroir viticole françaisDe ces éléments, on attribue au sol, notamment en France, une part prépondérante dans la définitiond’un milieu viticole de qualité. Traditionnellement, les sols à vocation viticole sont peu fertiles et biendrainés, pour assurer une vendange à rendement modéré et riche en sucres. La vigne est une desplantes les moins exigeantes en éléments fertilisants, et dont les disponibilités en eau doivent êtrelimitées. Ainsi, selon le type de sol sur lequel il est implanté, un cépage donnera un produit de qualitégustative plus ou moins importante. La délimitation des appellations d’origine repose prioritairementsur cette relation en France. L’expression qualitative d’un même cépage varie selon qu’il se trouve surun sol argileux, calcaire, limoneux ou sableux.Très schématiquement, l’observation empirique montre que les vins issus de sols légers (graves,arènes granitiques,....) possèdent des caractéristiques plus aromatiques et atteignent plus rapidementleur optimum que ceux issus de sols plus lourds (argiles). L’exemple type est le cas de la Bourgogneen France, où la meilleure expression des cépages est très fortement liée au type de sol : le gamay surles arènes granitiques du Beaujolais, le chardonnay sur des sols plutôt argileux, et le pinot noir sur dessols évolués à tendance calcaire.Ces connaissances ont été acquises au fil du temps, à force d’observations. Mais, existe-t-il unmarqueur simple qui permet d’identifier le potentiel viticole d’un sol ? Quelles variables naturellesinfluent le plus la qualité du produit final ?Des études scientifiques menées depuis quelques années, permettent de mieux appréhender cesrelations sol, cépage, climat.2 - L’ALIMENTATION HYDRIQUE DE LA VIGNEParmi les facteurs influant sur la qualité d’un sol viticole, il ressort de plusieurs recherches, quefinalement, l’alimentation en eau de la vigne est dans de très nombreux cas le facteur de qualité Régime hydrique et minéral de la vigne – page 3
  4. 4. gustative le plus important. Le régime hydrique d’une plante fait intervenir climat et sol au travers del’évapotranspiration : la vigne absorbe l’eau par les racines et en relâche par les feuilles.A la sortie de l’hiver, il existe une certaine quantité d’eau disponible dans le sol : la réserve utile. Cetteréserve diminue au cours du développement végétatif de la vigne, en raison d’une part del’évaporation mais surtout de la transpiration des feuilles.Globalement, la présence d’eau dans le sol est favorable au potentiel végétatif de la vigne. Si la vigneen dispose suffisamment tout au long du cycle, elle privilégie sa croissance végétative. Laphotosynthèse augmente et la vigne utilise alors son énergie à la production de feuilles et tiges, qui vaprédominer sur les baies de raisin. Un certain déficit hydrique est nécessaire pour faire un vin dequalité. Lorsqu’il se produit, la croissance des rameaux et des baies s’arrête. Les sucres formés par laphotosynthèse sont alors disponibles pour alimenter les baies. Cependant, si ce déficit est tropimportant, le manque d’eau provoque un stress hydrique relatif, qui oblige de façon excessive la vigneà limiter naturellement ses pertes en eau. La plante ferme les stomates de ses feuilles, limitant oustoppant ainsi les échanges gazeux. La production de sucres est alors interrompue au détriment de lamaturation. L’idéal pour une production de qualité, est donc de pouvoir disposer d’un sol qui assure unniveau de déficit hydrique relativement précoce, mais non excessif pour favoriser l’accumulation dessucres.Le sol agit donc comme un régulateur de l’apport en eau de la vigne. Sa structure physique,granulométrique et sa composition en argiles conditionnent ses facultés de rétention de l’eau. On peutainsi distinguer les sols percolants qui filtrent les pluies et les sols hydromorphes que ne peuventévacuer l’eau que par leur inclinaison.Le rôle du sol est donc essentiel en viticulture. Il oriente la production dont il fixe les possibilités àtravers sa capacité à réguler l’alimentation hydrique de la vigne. Les sols de plaine, riches, profonds etfrais, favorisent très largement l’alimentation hydrique de la vigne. Ils vont convenir à une productionabondante de raisins, peu précoces et peu riches en sucres. Ils permettent également l’obtention d’eau-de-vie dont la qualité est souvent proportionnelle au rendement.Si l’on aborde les sols de coteaux, où la réserve hydrique du sol est peu importante, la vigne aura unecroissance plus faible et plus brève. Elle est apte à produire des vins de grande qualité, fins etéquilibrés. Cette aptitude dépend de la perméabilité des sols, de leur aération et de l’enracinement duvégétal. Des mesures de potentiel hydrique de feuilles permettent de visualiser le niveau de stress quepeut enregistrer la plante sur différents types de sols. Le graphique ci-dessous schématise lesdifférences existantes entre un sol de plaine fertile, et un sol de coteaux sec. Si au printemps, peu dedifférences sont enregistrées, en été, les disponibilités en eau des sols de coteaux deviennent faibles, etn’alimentent plus que faiblement la plante. En revanche, les sols de plaine fournissent une eau tropfaiblement retenue. Date 13/6 23/6 3/7 13/7 23/7 2/8 12/8 22/8 1/9 11/9 21/9 0.00 Potentiel hydrique foliaire de base (Mpa) -0.10 -0.20 -0.30 -0.40 -0.50 -0.60 parcelle de plaine -0.70 parcelle de coteaux -0.80 -0.90 Evolution saisonnière du potentiel hydrique de base sur cépage Duras planté sur zone de plaine et de coteaux (2000) Régime hydrique et minéral de la vigne – page 4
  5. 5. Des recherches très poussées dans le Bordelais ont ainsi montré que des sols très différents, commedes alluvions gravelo-sableux et des sols très argileux, donnent des réponses similaires en termed’alimentation hydrique de la vigne.Dans les graves, la présence de cailloux rend le sol très filtrant et donc peu riche en eau, mais lesracines vont chercher l’humidité en profondeur jusqu’à 3 ou 7 mètres. Sur les sols argileux, la quantitéd’eau est importante, mais les argiles très denses retiennent l’eau. Le système racinaire est peudéveloppé et est sur une faible profondeur. Il ne peut donc absorber en surabondance de l’eau.Enfin, sur certains sols à roche mère calcaire (calcaires à astéries de St Emilion), l’alimentation de lavigne se fait par capillarité. L’eau s’engouffre rapidement dans les blocs de calcaire tendres et épais.Les racines absorbent peu de cette eau de passage. En revanche, en cas de sécheresse, elles tirent versle haut les réserves hydriques du calcaire par capillarité. La vigne dispose ainsi d’une alimentationrégulière et peu abondante.3 - L’ALIMENTATION MINERALE DE LA VIGNEL’alimentation minérale de la vigne est le deuxième facteur prépondérant dans la détermination despotentialités viticoles d’un sol. La vigne, pour se développer, a besoin de quinze éléments nutritifs : lesmacro-éléments (azote, calcium, potassium,...) et les oligo-éléments (fer, zinc, bore,....).De nombreux résultats montrent que les besoins de la vigne en éléments minéraux sont très faibles,quel que soit le système de culture adopté. Aussi, la viticulture se différencie-t-elle des autres cultures,notamment des cultures annuelles. Les normes de fertilité son totalement différentes du fait des faiblesbesoins de la vigne, mais également des capacités d’exploration du sol très importantes de ses racines.Tous les éléments minéraux indispensables à la vigne jouent un rôle important dans sondéveloppement : une carence grave de l’un d’entre eux est en mesure de freiner ou stopper lacroissance de la plante. Cependant, parmi ces éléments, l’azote est certainement l’élément primordialpour définir les potentialités viticoles d’un sol.Son effet est considérable sur la vigueur et la capacité de production des souches. Une alimentationexcessive en azote provoque le plus souvent une augmentation de la sensibilité de la vigne auxmaladies cryptogamiques, et à la coulure, ainsi qu’une réduction de la qualité.Associé à une alimentation hydrique non limitante, un niveau d’azote élevé dans le sol conduit à unevigueur exubérante, notamment sous les climats chauds et ensoleillés. En l’absence de fertilisationminérale, l’azote utilisée par la vigne à plusieurs origines, dont la principale est la minéralisation de lamatière organique du sol. Des teneurs de 1.5 à 2 % de matière organique suffisent généralement àl’alimentation azotée de la vigne. Sur des sols bien pourvus en eau, une carence azotée peut êtrefacteur qualitatif en limitant la croissance.Dans la détermination des potentialités viticoles d’un terroir, c’est donc le sol qui exerce la premièreinfluence et qui oriente la production. En plus des conditions hydriques et minérales qu’il détermine,on peut également citer son action sur le microclimat de la vigne, à travers son exposition, sa couleurou l’importance de ses cailloutis, qui vont jouer notamment sur la température au niveau du sol.Certains terroirs sont donc naturellement plus favorables que d’autres à la culture de la vigne. Lesbases qui en définissent les caractéristiques, climat et sol en particulier, doivent absolument êtreconnues par le technicien avant l’établissement d’un vignoble. Faute de quoi, les objectifs deproduction peuvent ne jamais être atteints. Toutefois, l’homme peut jouer un rôle de deux façons àl’égard du terroir : Régime hydrique et minéral de la vigne – page 5
  6. 6. • il peut essayer d’en améliorer certains aspects, en aménageant des terrasses sur les plus fortes pentes, ou en réalisant le drainage des sols afin d’évacuer l’eau excédentaire, et favoriser une alimentation régulière en eau • dans la pratique, il peut surtout s’adapter au terroir à travers les choix des cépages, des porte- greffes et de la conduite de la vigneDe nombreuses études de terroir ont ainsi été menées en France sur des vignobles déjà en place. Au-delà de tenter de mieux comprendre les interactions existantes entre le terroir et la qualité du produitfini, elles ont essentiellement pour but de permettre aux viticulteurs d’adapter son travail au terroir surlequel il se trouve. De nombreuses cartes ont pu être définies, permettant une meilleure gestiontechnique du vignoble : plan de drainage, de fertilisation, choix du porte-greffe et des cépages, modeoptimum d’entretien du sol, etc... ; ou même une meilleure gestion des vinifications en les adaptantaux particularités des terroirs.Au travers de ces résultats, on voit que le terroir oriente à la base la production. Mais, il n’en reste pasmoins qu’ensuite se pose la question d’un « bon ou mauvais » terroir. Une question élémentaire estalors à se poser : quel type de viticulture est recherché ? Est-ce une production maximale de tonnes devendange sans originalité marquée ? Ou est-ce une production originale et fine de quelques variétéschoisies en accord avec le milieu naturel ? Deux viticultures s’opposent. Ainsi, l’intérêt que l’onportera à tel ou tel terroir sera-t-il totalement différent.4 - BIBLIOGRAPHIEF. Champagnol, 1984 – Eléments de physiologie de la vigne et de viticulture généraleP. Huglin, C. Schneider, 1998 – Biologie et écologie de la vigne – Editions Tec & Doc LavoisierJ. Branas, 1946 – Eléments de viticulture générale – MontpellierG. Seguin, 1983 – Influence des terroirs viticoles sur la constitution et la qualité de la vendange –Bulletin OIV, 3-17C. Van Leeuwen, 1991 – Le vignoble de St-Emilion : répartion des sols et fonctionnement hydrique ;incidences sur le comportement de la vigne et la maturation du raisin – Thèse doctorat UniversitéBordeaux IIR. Morlat, 1989 – Le terroir viticole : contribution à l’étude de sa caractérisation et de son influencesur les vins. Applications aux vignobles rouges de la moyenne vallée de la Loire – Thèse d’étatUniversité Bordeaux II Régime hydrique et minéral de la vigne – page 6

×