• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Maturite phenolique et dates de recolte
 

Maturite phenolique et dates de recolte

on

  • 576 views

MATURITE PHENOLIQUE ET DATES DE RECOLTE :

MATURITE PHENOLIQUE ET DATES DE RECOLTE :
LES APPORTS DE LA METHODE « CASV »

Statistics

Views

Total Views
576
Views on SlideShare
572
Embed Views
4

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

2 Embeds 4

http://www.riccagioia.it 3
http://www.riccagioia.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Maturite phenolique et dates de recolte Maturite phenolique et dates de recolte Document Transcript

    • Extrait de « Les composés phénoliques » Journée Technique (compte-rendu)MATURITE PHENOLIQUE ET DATES DE RECOLTE : LES APPORTS DE LA METHODE « CASV » Auteur : V. Dupuch – Chambre Agriculture Gironde – service vigneContact : 39, rue Michel Montaigne – 33290 Blanquefort – Tél. 05.56.35.00.00. Date de publication : 8 juillet 1998
    • SOMMAIRE1 – TECHNIQUE 3 1.1 – Suivi des stades phénologiques 3 1.1.1 – Le rapport sucres/acidité totale (S/A) 3 1.1.2 – La maturité phénolique et la méthode « CASV » 42 – FONCTIONNEMENT 53 – CE QU’IL FAUT EN RETENIR 74 – PRELEVEMENTS 7 4.1 – Hétérogénéïté d’une récolte 7 4.2 – Prélèvements des baies 8 4.2.1 – Mise en place de souches de référence 8 4.2.2 – Périodicité des prélèvements 8 4.2.3 – Prélèvement par baies entières 8 4.2.4 – Prélèvement par portions de grappes 8 4.3 – Comparaison des méthodes de prélèvement 8 4.4 – Transport et conservation des échantillons 8
    • Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV »1 - TECHNIQUEDepuis très longtemps, la détermination de la date de récolte préoccupe fortement les viticulteurs, carcette période constitue un élément clé dans la réussite d’un millésime. Il suffit de peu de chose poureffacer plusieurs mois d’efforts.Cela fait maintenant quatre ans que le service « Vigne » de la Chambre d’Agriculture de la Girondetravaille à la détermination de la date optimale de récolte. Grâce au soutien du CIVB, nous avons pucréer et fiabiliser une nouvelle méthode de suivi de maturation nommée « CASV ». Cette méthode estbasée sur la qualité du contenu phénolique du raisin et de son degré de maturité. Mais avant de décrireplus précisément le fonctionnement et les applications de la méthode « CASV », il parait intéressantde préciser le cadre ainsi que les limites des méthodes utilisées jusqu’à présent. 1.1. – Suivi des stades phénologiquesIl existe une certaine constance entre le déroulement du cycle végétatif et la maturité au sens large duterme. La floraison et la véraison sont les deux repères importants. En Gironde, les estimationsobtenues à partir d’une trentaine d’années de relevés, donnent : • demi-floraison à maturité = 110 jours • demi-véraison à maturité = 45 joursCette méthode peut sembler séduisante car elle renseigne très tôt, assurant ainsi une meilleureorganisation des vendanges. Cependant, on se heurte à de nombreuses imperfections. Il faut êtreattentif pour suivre et déterminer précisément les stades phénologiques de chacune des parcelles.Ensuite, on peut observer une grande variabilité de durées. Des écarts de cinq jours sont assezrégulièrement observés, de temps en temps dix jours. Des écarts trop importants, quand on souhaiteune production de qualité. Enfin, il existe un comportement variable des cépages. Le Merlot est mûrune dizaine de jours avant le Cabernet-Sauvignon, bien qu’il vère à peu près en même temps. Si leviticulteur n’a pas d’autres solutions, l’utilisation des stades phénologiques peut l’aider s’il nedemande pas une grande précision. 1.1.1 - Le rapport Sucres/Acidité totale (S/A)Fondé sur le phénomène de maturation, augmentation des sucres (g/l.) et diminution de l’acidité totale(gH2SO4/l.), le rapport S/A ou indice de maturité augmente au cours de la maturation. On considèreque des valeurs comprises entre 35 et 50 représentent une excellente qualité de vendange. Des valeurssupérieures correspondent à des millésimes « exceptionnels ». Cet indice est très utilisé. Développédans les années soixante, il a rendu de grands services permettant un lien assez intéressant avec laqualité. Depuis, nous avons pu relativiser son intérêt. Très rapidement, l’expérimentateur a mesurél’influence du cépage (indice plus élevé pour le Cabernet Sauvignon) ainsi que du millésime. Evolution de l’indice de maturité sucres/acidité Merlot Cabernet-Sauvignon 30 août 1976 33 43 6 septembre 1976 41 45 14 septembre 1976 44 50 18 septembre 1976 47 53 21 septembre 1976 48 55 Dans le calcul, l’acidité est comptée ici en acide sulfurique. Source : Emile Peynaud : Connaissance et travail du Vin Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 3
    • Seule l’évolution de ce rapport est un signe de l’évolution de la maturation ; mais l’encadrement estvraiment trop large pour être corrélé avec la qualité des vins. Sa diversité est telle que l’on pourraitrécolter très tôt, trop tôt. Autre élément important, ce rapport est basé sur l’évolution de la pulpe(sucre, acidité) ; or, la qualité des vins rouges est essentiellement liée à celle de sa pellicule(composés phénoliques, arômes...). Seuls de très rares terroirs permettent d’avoir à la fois un rapportS/A maximum et une maturité phénolique optimale.En fait, aucun rapport idéal n’a pu être mis en évidence. En 1995, nous avions des rapports S/Afavorables dés le 8 septembre, avec des valeurs progressant peu ou pas au cours de la maturation.En conclusion, il est possible de dire que le rapport S/A peut rendre service, si le viticulteur estconscient des limites du système. Le fait de prélever des baies est toujours un acte positif, car il obligele viticulteur à parcourir son vignoble et à se poser des questions. En aucun cas, il pourra comparer desparcelles entre elles, mais aura une idée de la vitesse d’évolution de la maturité, à défaut d’avoir uneidée qualitative. Enfin, il pourra optimiser la méthode par une estimation parcelle par parcelle durapport optimum à obtenir. 1.1.2 - La maturité phénolique et la méthode « CASV » Autrefois, le gros problème des dates de récolte était lié au fait que les viticulteurs ramassaientgénéralement trop tôt leur raisin. Celui-ci n’était pas toujours suffisamment mûr. Depuis, de grosprogrès ont été effectués. Les récoltes sont de plus en plus tardives. Si auparavant le rapport S/Asuffisait pour aider le viticulteur à passer d’un raisin immature à un stade de maturité plus avancé,celui-ci est devenu insuffisant pour caractériser la date optimale de récolte à partir de raisinsprésentant un certain niveau de maturation. Actuellement, seul le suivi de la maturité phénolique peutpermettre cette détermination car il n’y a pas de relation directe entre le degré potentiel et la maturitéphénolique. Au cours de la maturation on observe une fuite de calcium pariétal, une accumulation desanthocyanes et des tanins dans la pellicule et une diminution de la teneur en tanins des pépins.Parallèlement à ces phénomènes de concentration, il existe des modifications d’extractibilité. Lestanins de pépins sont de moins en moins libérables ; intéressant, quand on sait qu’ils sont très durs etastringents. Par contre, l’extractibilité des pellicules augmente facilitant l’extraction des anthocyanes et destanins pelliculaires. C’est sur ce phénomène qu’est basée la maturité phénolique que l’on peut définircomme l’aptitude d’un raisin à céder ses composés phénoliques dans la phase liquide lors de lavinification. C’est cette période qui correspond à l’équilibre entre les forces de dégradation des paroiscellulaires et l’amélioration de l’extractibilité qu’il est nécessaire d’appréhender car elle signifiefinesse, complexité et terroir.Parmi les composés phénoliques, les anthocyanes ont été désignées comme indicateur de la maturitéphénolique. Celles-ci, situées dans les vacuoles des cellules de la pellicule, sont facilement libérables.La vacuole peut être représentée comme un sac dont la fragilité de la fermeture est conditionnée par ledegré de maturité. La quantité d’anthocyanes libérable est d’autant plus importante que le raisin estriche et mûr.Les tanins pelliculaires ne sont pas pris en compte car, essentiellement liés à la paroi cellulaire, ilsnécessitent des facteurs d’extraction importants (température, alcool...). De plus, leur dosagespécifique est impossible par la présence de sucre. Les tanins présentent un dosage particulièrementlong, difficilement compatible avec un travail routinier et répétitif. Les anthocyanes ont l’avantage des’extraire facilement, en quantité importante, d’être facilement dosables et surtout d’être corréléesavec les facteurs de la qualité. Cette totale adéquation entre l’évolution des anthocyanes et ladétermination de la date de récolte constitue la base de la méthode « CASV ». On pourrait craindreque cette approche conduise à des vins déséquilibrés notamment vis-à-vis des tanins. Ce phénomène Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 4
    • n’a jusqu’à présent jamais été constaté et semble peu probable. En effet, dans les vins, les tanins sonttrès fortement corrélés avec les anthocyanes La détermination de la maturité phénolique par la méthode « CASV » a permis une meilleureconnaissance de la maturité des cépages Bordelais. Elle a permis des choix de récolte les plus propicesà la qualité des produits, même les années difficiles car la méthode « CASV » a permis d’obtenir lemaximum de ce que l’on aurait pu avoir compte-tenu des conditions climatiques. Un autre résultat important est à porter au crédit de la méthode. Celui-ci est de préciser lecomportement et le potentiel propre de chaque cépage. Il semble que : • Le Merlot possède un bon potentiel, caractérisé par sa richesse en anthocyanes, une maturation présentant une durée optimale de récolte courte. Il faut donc savoir l’attendre, mais pouvoir le récolter rapidement. Nous avons montré aussi que ce cépage est sensible. Passé l’optimum de maturité, on arrive très rapidement au bout de quelques jours à un produit très dégradé. Ce phénomène est plus lent en année sans Botrytis, mais présent cependant. Nous avons alors, un Merlot lourd, plat, neutre sans aucune expression. Ce cépage doit être récolté avec une légère surmaturation. • Le Cabernet Sauvignon est le cépage qui peut posséder le potentiel le plus important, caractérisé par sa richesse équilibrée en anthocyanes et tanins. Il nécessite plus de temps et de chaleur que le Merlot, mais peut être récolté sur une durée plus longue à partir du moment où il est mûr. Si en maturité déficiente, il donne des vins moins agréables que le Merlot, le Cabernet Sauvignon permet, s’il est bien exploité, une extraordinaire richesse et une surmaturité « poussée ». D’ailleurs sa résistance à Botrytis est excellente. Un petit pourcentage de pourriture aura des répercussions plus faibles qu’avec le Merlot. Ce cépage à petit degré potentiel doit être récolté à forte surmaturation. • Le Cabernet Franc est le cépage qui possède souvent le potentiel le plus limité. Il est caractérisé par beaucoup de tanins et peu d’anthocyanes. Il présente un comportement intermédiaire au Merlot et au Cabernet Sauvignon.2 - FONCTIONNEMENT EVOLUTION THEORIQUE DES ANTHOCYANES AU COURS DE LA MATURATION DES RAISINS ROUGES DANS LE BORDELAIS ANTHOCYANES TEMPS 1 2 3 4 5 6 7 Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 5
    • Les anthocyanes augmentent, passent par un maximum puis diminuent. Cette chute correspond auphénomène de surmaturation. On serait enclin à penser qu’il suffirait de récolter au maximumd’accumulation pour obtenir le vin le plus riche. Or ce n’est pas le cas. Qui plus est, ce n’est pastoujours le vin le plus riche qui est le plus complet et qui présente les saveurs les plus équilibrées.Prenons par exemple la même valeur, avant et après le maximum. Si l’on vinifie le raisin au temps 6,on obtient un vin plus coloré, plus riche, plus souple, plus personnalisé et typique d’un terroir qu’autemps 4. Cela veut dire que les composés phénoliques sont plus extractibles. On pourrait alors penserqu’il suffirait de récolter le plus tard possible pour bénéficier d’une extraction maximale. Or, nousavons vu que la période optimale de récolte correspondant à la période durant laquelle les raisinsprésentent non seulement une bonne extractibilité mais aussi du volume, du gras et une expressionaromatique variait en fonction des cépages. A savoir, et c’est important de le rappeler : le Merlot a unepériode optimale de récolte relativement courte. Passé ce stade, des risques sérieux existent d’obtenirun vin peu coloré, vieillardé, manquant de saveur.Le Cabernet Sauvignon, quant à lui, demande une surmaturation beaucoup plus importante et supporteavec moins de désagrément des récoltes trop tardives.Attention, en aucun cas cela signifie qu’il faut réaliser des récoltes précoces. Ceci veut simplementsouligner que bien récolter, c’est récolter au bon moment.Mais en fonction des terroirs et des millésimes, les anthocyanes n’évoluent pas toujours de la mêmefaçon. On peut avoir des courbes très plates ou très anguleuses.Le choix de la meilleure date de récolte se fera par la construction et la lecture d’une courbereprésentant l’évolution des anthocyanes de la parcelle considérée. Le déclenchement de la récolte sefera quelques jours après que l’on ait atteint le maximum et dès que la différence entre la valeurmaximale et la valeur actuelle est suffisamment importante. En général, une vingtaine demilligrammes sont nécessaires ; mais cela varie en fonction de la richesse des millésimes. C’est donccette chute d’anthocyanes qui va conditionner le déclenchement de la récolte. Le comportement descépages est lié à la vitesse de chute des anthocyanes à l’approche de la période optimale. (cf. exemplespratiques).On peut également observer dans certaines situations des augmentations brutales des teneurs enanthocyanes. Ce phénomène est lié à la présence de Botrytis qui dégrade la structure de la pellicule parl’intermédiaire d’un pool enzymatique. Cela se traduit dans un premier temps par une augmentation dupourcentage extrait par rapport à la quantité extractible (passage de 50 à 75 %). En fait, cetteaugmentation correspond à une baisse dans les vins. Dans un second temps, la teneur en anthocyaneschute fortement car les phénomènes de destruction prennent le dessus du processus d’amélioration del’extractibilité.La valeur de l’IPT représentée par la mesure à 280 nm varie peu au cours de la maturation. Le faibleniveau des valeurs est expliqué par le type d’extraction et la localisation des tanins. Les résultatspermettent seulement de comparer le potentiel « tannique » des différentes parcelles ou bien dumillésime.On peut considérer les normes suivantes comme assez représentatives : Merlot Cabernet Sauvignon IPT très élevé > 15 > 22 élevé 12-15 18-22 moyen 10-12 16-18 faible 8-10 14-16 très faible <8 <14 Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 6
    • L’intensité colorante obtenue par cette méthode baisse souvent avec les prélèvements. Ce phénomènen’est pas grave car il est lié aux modifications structurelles du raisin. Etant donné que les moléculesresponsables de la couleur du vin sont différentes de celles responsables de la couleur de l’extrait duraisin, cette valeur n’est qu’une indication du « potentiel colorant ». C’est une aide supplémentaire à lacomparaison du potentiel qualitatif de différentes parcelles.3 – CE QU’IL FAUT EN RETENIRLa méthode « CASV » est un outil performant pour déterminer la date optimale de récolte. Cetteméthode doit être considérée comme un outil d’aide à la décision, et s’inscrit dans un cadre général deréflexion.Il est important de rappeler que la qualité des prélèvements conditionne la validité des résultats. Letransport, ainsi que les traitements des échantillons, ont également un rôle considérable.Si vous envisagez un tel suivi de maturation, n’oubliez pas de prendre contact avec votrelaboratoire d’œnologie suffisamment à l’avance.4 - PRELEVEMENTS 4.1 – Hétérogénéïté d’une récolte (cf. figure ci-après)Une parcelle de vigne est rarement homogène. Le sol, le climat, l’environnement sont des facteursd’hétérogénéité. Mais il ne faut pas oublier, qu’en dehors de la variabilité inter-souche, il existe unevariabilité intra-souche très importante. Un cep de vigne ne présente pas des raisins identiques en touspoints tant en terme de volume de récolte que de niveau de maturation.On peut subdiviser les origines en plusieurs facteurs : • facteurs viticoles : ce sont des variabilités liées à un gradiant de fertilité, à des vigueurs différentes des souches, pente, sol, sous-sol, nappe phréatique... • facteurs physiologiques : ceux-ci peuvent se subdiviser en facteurs constants et variables.Facteurs constants : une baie de raisin n’est pas uniforme en tous points. La pellicule côté soleil estbeaucoup plus colorée que la face à l’ombre. La pulpe de la périphérie de la baie est sucrée et très peuacide, la zone intermédiaire plus sucrée et plus acide ; enfin, la pulpe située près des pépins est quant àelle la moins sucrée et la plus acide.Sur une même grappe, la partie supérieure est légèrement plus sucrée que la partie inférieure avec unpoids de baie supérieur induisant des rapports Marc/Jus différents.La position de la grappe par rapport au végétal a également une influence. Sur un même rameau, lagrappe la plus près du bois de taille est plus riche (gradiant limité) et plus grosse.On a également observé une hétérogéneïté plus importante sur les tailles à lattes qu’en cordons.Le cépage influe également par ses propres caractéristiques.Facteurs variables : Ils sont très dépendants des conditions climatiques du millésime. Une floraisonet une véraison très étalée provoqueront une grande diversité qui facilement observable à l’oeil nu audépart, sera totalement masquée par la suite. Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 7
    • Enfin, le nombre de pépins peut aussi être la cause de variations non négligeables. 4.2 – Prélèvements des baiesLa réalisation d’un contrôle de maturation rigoureux passe par un prélèvement de baies trèsméthodique. Cette étape est prépondérante car elle conditionne la validité des résultats. Il vaut mieuxne pas prélever que mal prélever. 4.2.1 - Mise en place de souches de référence (annexe 1)La fiabilité d’un prélèvement passe aussi par une sélection de souches de référence. Celles-ci servirontà réaliser tous les prélèvements des contrôles de maturation. Il est nécessaire de prélever toujours surles mêmes ceps afin de limiter l’influence de l’hétérogénéïté de la parcelle et du préleveur. On auraainsi une représentation de l’évolution de la maturation. PratiqueParcelle homogène=> Sélectionner 1 ou 2 rangs au hasard=> Vérifier le tirage aléatoire (homogénéité !...)=> Marquer 100 souches (bande de chantier, petites pancartes...)Parcelle hétérogène=> Déterminer les zones différentes et évaluer leur surface respective=> Vérifier le sens de la variabilité par rapport au sens des rangs=> Sélectionner 1, 2 rangs (ou plus) à l’intérieur de chaque zone=> Marquer 100 souches/ha (à adapter en fonction de la surface) 4.2.2 - Périodicité des prélèvementsLes contrôles de maturité doivent débuter environ 15 à 20 jours après la mi-véraison. Lesprélèvements sont réalisés à la cadence de un par semaine, puis de deux à trois à l’approche de larécolte. Ils devront être effectués par les mêmes personnes et à la même période de la journée (ex. :matin, rosée / soirée, chaleur). 4.2.3 - Prélèvement par baies entièresLa méthode consiste à prélever 200 baies sur 100 souches. On choisit 2 baies par souche, à raisond’une baie par face de rang. On alternera les niveaux de prélèvements tant au niveau des baies parrapport à une grappe ; que des grappes par rapport à leur disposition vis à vis de la souche. Cecipermettant de tenir compte des hétérogénéités précédemment citées. 4.2.4 - Prélèvement par portions de grappesLa méthode consiste à prélever 60 à 100 fractions de grappes comportant 4 à 6 baies dans la partiemédiane du bois de taille. Chaque portion est obtenue à partir d’une grappe saisie au hasard dans lazone de prélèvement. Alternativement, l’aile et la pointe de la grappe feront l’objet de la sélection. 4.3 – Comparaison des méthodes de prélèvementActuellement, les deux méthodes précédemment citées sont utilisées. Chacune d’elles propose desavantages et des inconvénients. Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 8
    • Le prélèvement par baies entières est rapide, très reproductible ; peut poser des problèmes d’intégritéde la baie vis à vis du pédicelle mais surtout demande une bonne technicité.Le prélèvement par portions de grappes est d’un accès plus simple mais beaucoup plus long et trèssouvent traumatisant pour le reste de la grappe. Il faudrait presque couper les grappes et extraire lesbaies au laboratoire. L’encombrement d’un tel échantillonnage n’est pas négligeable.Les deux méthodes de prélèvement sont très proches et fortement corrélées. Mais le plus important estde conserver le même système du début à la fin, d’avoir un prélèvement bien réparti dans la parcelle etd’échantillonner chaque fois dans la même zone et durant la même période de la journée. Il ne faut pasoublier que c’est le préleveur qui fait la qualité du prélèvement. 4.4 – Transport et conservation des échantillonsLes prélèvements doivent être référencés correctement. Attention à l’étiquetage. Il doit être lisible,compréhensible et non effaçable.Le transport des échantillons est à réaliser avec beaucoup de précaution. Choisir de préférence desboîtes hermétiques aux poches plastiques car celles-ci sont sensibles au tassement, à l’humidité (pluie,rosée...) et aux phénomènes de condensation. Le récipient (type boîte de congélation) à fond large(éviter empilement et entassement) doit être tapissé de papier absorbant (à changer à chaqueprélèvement ou manipulation d’échantillon).Le stockage des échantillons avant extraction ne peut être que de courte durée (< 24 heures) et àtempérature limitée (T° < ou = à 10°C, maximum tolérable de 15 °C). Si la pluie ou la rosée est tropprésente, il est fortement conseillé de changer le papier absorbant et si possible de sécher les baiesavant stockage. Pratique • Utiliser un marqueur indélibile et du scotch pour identifier les boîtes à prélèvements. Ne pas l’appliquer sur le couvercle (problème de mélange à l’ouverture). • Utiliser une étiquette bois et le crayon à papier pour identifier les poches à prélèvement. • Utiliser une glacière pour conserver les échantillons au cours des prélèvements si la température ambiante est élevée (> 25°C) ou si la durée de ramassage est longue. • Utiliser un sèche-cheveux (petite vitesse, chauffe faible) pour sécher les baies. Attention à ne pas déshydrater ! Il faut simplement éliminer l’humidité. • Utiliser un contenant intermédiaire pour changer le papier absorbant. Cela vous évitera un nouvel étiquetage. Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 9
    • ! Sélectionner des souches de référence en tenant compte de la variabilité de la parcelle. ! Attention à l’hétérogénéïté d’une souche. ! Prélever avec beaucoup d’attention à la même période de la journée.. ! Utiliser toujours le même système de prélèvement. ! Attention au transport et à la conservation des échantillons. Les baies doivent être intactes. Maturité phénolique et dates de récolte : les apports de la méthode « CASV » – page 10