NETendances (mobilité): Le téléphone intelligent en croissance au Québec

675
-1

Published on

Québec, 13 décembre 2011 - Depuis 2010, le téléphone intelligent a connu une croissance de 50 % et a atteint un taux d’utilisation de 25,4 % chez les adultes québécois. Étant le seul appareil mobile à connaître une augmentation en 2011, le téléphone intelligent est aujourd’hui un outil de choix pour accéder à Internet : environ 700 000 adultes québécois s’y connectent tous les jours. Quant à la tablette numérique, elle demeure un outil privilégié par les adultes québécois dont le revenu annuel familial est plus élevé. L’enquête NETendances 2011 a été réalisée grâce au soutien financier d’Adviso, dont la réflexion a permis l’ajout d’avis d’experts, du Mouvement des caisses Desjardins, de Services Québec et de TELUS, sans oublier la collaboration de Léger Marketing pour la collecte de données.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
675
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
8
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

NETendances (mobilité): Le téléphone intelligent en croissance au Québec

  1. 1. Mobilité :letéléphone intelligenten croissance au QuébecVolume 2 - Numéro 3 Une réalisation du Avec la collaboration de
  2. 2. Notre programme principal, c’est Chez TELUS, nous avons entrepris la mission de vous donner la priorité. Elle a commencé en vous écoutant, afin de vous offrir ce que vous souhaitez . C’est pourquoi vous pouvez maintenant profiter de forfaits flexibles qui s’ajustent automatiquement à votre consommation de données, de tarifs internationaux jusqu’à 60 % plus bas qu’auparavant dans plus de 200 pays et de centres de formation pour découvrir toutes les possibilités de votre appareil. Et ce n’est que le début. Nous allons continuer à vous écouter, parce que VOUS êtes au cœur de TELUS.telusmobilite.com/pourquoitelus
  3. 3. Table des matières Mobilité : le téléphone intelligent enFAITS SAILLANTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 croissance au Québec L’enquête NETendances 2011LA TÉLÉPHONIE MOBILE AU QUÉBEC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 a été réalisée par le CEFRIO, en collaboration avec Léger Marketing,La téléphonie mobile : une question de revenu familial ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 et a été financée par Adviso, leL’âge comme facteur déterminant de l’utilisation de la téléphonie mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Mouvement des caisses Desjardins, Services Québec et TELUS .TÉLÉPHONE CELLULAIRE ET TÉLÉPHONE INTELLIGENT . . . . . . . . . . . .6L’adoption du téléphone intelligent plus marquée chez les jeunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 COLLABORATIONLe cellulaire plus accessible que le téléphone intelligent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 ÉQUIPE ProjEtLe téléphone intelligent pour accéder à Internet mobile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Josée Beaudoin Vice-présidente innovation et transfert,Qui utilise davantage Internet mobile sur son téléphone ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 CEFRIO – MontréalLes intentions d’achat des Québécois de plus en plus dirigées vers le téléphone intelligent . . . . 8 Supervision du projet Claire BourgetLA TABLETTE NUMÉRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 Directrice de la recherche marketing,Le coût des tablettes numériques est-il un frein ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 CEFRIO Coordination du projetL’utilisation d’Internet mobile sur les tablettes numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Mélanie Fontaine Chargée de projet, CEFRIOLE BALADEUR NUMÉRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Analyse des données et rédactionPlus abordable, le baladeur numérique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10L’utilisation d’Internet mobile sur les baladeurs numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Raphaël Danjou Directeur de la veille stratégique, CEFRIOL’ORDINATEUR PORTABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11L’âge et le revenu : des variables notables pour l’ordinateur portable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 avIs d’ExPErts Jean-François RenaudL’utilisation d’Internet mobile sur l’ordinateur portable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Associé, AdvisoPROFIL DES UTILISATEURS D’APPAREILS MOBILES . . . . . . . . . . . . . . . .12 Jean-Sébastien Chouinard Chef d’équipe Stratégie, AdvisoLES ACTIVITÉS RÉALISÉES SUR INTERNET À PARTIR Laurent Jacobs Ergonome Web, AdvisoD’APPAREILS MOBILES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 ÉQUIPE d’ÉdItIoNDÉFIS ET ENJEUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Annie Lavoie Conseillère en communication, CEFRIO Coordination de l’édition Tony Bureau Révision linguistique Brigitte Ayotte, Ayograph Graphisme Merci à l’équipe de Léger Marketing pour sa collaboration à la collecte MÉTHODOLOGIE et au traitement des données ainsi qu’à l’équipe d’Adviso pour ses avis Pour réaliser le volet « Mobilité » de l’enquête NETendances, nous avons interrogé au téléphone d’experts. 1 000 adultes québécois, lors d’un sondage omnibus de Léger Marketing . La collecte de données a été réalisée en octobre 2011 . Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la Dépôt légal : 4e trimestre 2011 région et de la langue des répondants, afin d’assurer la représentativité de l’ensemble des adultes Bibliothèque et Archives nationales québécois . La marge d’erreur, selon la proportion estimée, se situe à ± 3,1 % pour la base des adultes du Québec et à ± 3,5 % pour la base des internautes, 19 fois sur 20 . Bibliothèque et Archives Canada ISSN (version imprimée) 1923-6565 Aux fins du sondage, 16 régions administratives du Québec ont été regroupées en 5 grandes régions : ISSN (PDF) 1923-6573 la RMR de Montréal (Montréal, Laval, Lanaudière [ RMR ], les Laurentides [ RMR ] et la Montérégie La version PDF de ce numéro sur [ RMR ]) ; la RMR de Québec (Québec [ RMR ] et la Chaudière-Appalaches [ RMR ]) ; l’Est du Québec la mobilité peut être téléchargée dans (le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine) ; la section « Publications » du site Web le Centre du Québec (la Mauricie, l’Estrie, le Centre-du-Québec, Québec [ hors RMR ] et la Chaudière- du CEFRIO : www .cefrio .qc .ca . Appalaches [ hors RMR ]) ; et l’Ouest du Québec (l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue, Lanaudière L’information contenue aux présentes ne [ hors RMR ], les Laurentides [ hors RMR ] et la Montérégie [ hors RMR ]) . peut être utilisée ou reproduite à moins d’une autorisation écrite du CEFRIO . NOTES EXPLICATIVES Photos de la couverture : • Adultes québécois : ensemble des répondants de 18 ans et plus, qu’ils utilisent Internet ou non. iStockphoto .com/© Neustockimages • Internautes québécois : personnes de 18 ans et plus qui utilisent Internet. iStockphoto .com/© Janulla • Données comparatives de 2010 : la collecte de données a été réalisée en octobre 2010 auprès de 1 000 adultes et 788 internautes québécois . Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec 3
  4. 4. Faits saillants Depuis 2010, le téléphone intelligent est le seul appareil mobile à connaître une croissance annuelle significative, de l’ordre de 8,5 points de pourcentage (soit une croissance d’environ 50 %), avec un taux d’utilisation de 25,4 % chez les adultes québécois . Quant au téléphone cellulaire (autre qu’un téléphone intelligent), il connaît une baisse à peu près équivalente, de l’ordre de 7,4 points de pourcentage (soit un recul d’environ 12 %), mais demeure malgré tout l’appareil mobile le plus utilisé (56,5 % des adultes québécois), à peu près ex æquo avec l’ordinateur portable (53,5 %) . Du côté des tablettes numériques, malgré tout le battage publicitaire que nous connaissons actuellement, aucune croissance significative n’est observée en 2011, et c’est toujours une minorité de Québécois qui en font usage (5,2 %) . Quant aux adultes québécois qui possèdent un appareil mobile, une large proportion l’utilisent pour accéder à Internet mobile via WiFi, WiMAX, 3G, etc . : 74,1 % pour ceux qui disposent d’une tablette numérique, 72,4 % pour ceux qui sont équipés d’un ordinateur portable et 61,5 % pour ceux qui possèdent un téléphone intelligent . Dans le cas des téléphones cellulaires et des baladeurs numériques (p . ex . l’iPod Touch), la proportion de détenteurs à en faire un tel usage est respectivement de 25,2 % et 27,1 % seulement . Par ailleurs, c’est sur la tablette numérique et sur l’ordinateur portable que l’utilisation quotidienne d’Internet mobile est la plus élevée, avec respectivement 53,8 % et 52,1 % des internautes qui en font un tel usage . Progression du taux d’adultes québécois qui Fréquence d’utilisation d’Internet mobile possèdent un appareil mobile (2010-2011) selon le type d’appareil (2011) 64 % 5% 6% 57 % 16 % 15 % 6% 54 % 50 % 13 % 40 % 34 % 54 % 52 % 43 % 4% 6% 25 % 5% 7% 17 % 16 % 15 % 5% 7% Tablette Ordinateur Téléphone Téléphone Baladeur 2% 1% numérique portable intelligent cellulaire numérique Téléphone Ordinateur Baladeur Téléphone Tablette Autre Utilisation mensuelle Utilisation Utilisation cellulaire portable numérique intelligent numérique appareil mobile ou moins hebdomadaire quotidienne 2011 2010 Base : adultes québécois possédant l’appareil (n=52 pour la tablette numérique ; 535 pour l’ordinateur portable ; 254 pour le téléphone intelligent ; 565 pour le téléphone Base : adultes québécois (n=1000) cellulaire ; et 343 pour le baladeur numérique) L’utilisation des appareils mobiles varie significativement selon l’âge et le revenu des gens . Ainsi, les adultes de 18 à 24 ans sont les plus susceptibles d’avoir un ordinateur portable (71,4 %), un baladeur numérique (58,4 %) ou un téléphone intelligent (46,6 %) . Par contre, pour la tablette numérique, ce sont les adultes dont le revenu familial annuel est de 80 000 $ et plus (14,4 %), et même de 100 000 $ et plus (17,8 %) qui sont nettement plus susceptibles de s’y intéresser, soit environ 3 fois plus que dans l’ensemble de la population . Appareils mobiles possédés par les adultes Appareils mobiles possédés par les adultes québécois selon l’âge (2011) québécois selon le revenu (2011) 91 % 81 % 83 % 77 % 77 % 77 % 76 % 76 % 71 % 69 % 67 % 67 % 68 % 61 % 62 % 73 % 58 % 70 % 64 % 67 % 63 % 60 % 61 % 52 % 52 % 49 % 58 % 57 % 45 % 56 % 47 % 56 % 45 % 42 % 52 % 39 % 44 % 41 % 47 % 35 % 34 % 35 % 43 % 38 % 39 % 37 % 24 % 32 % 24 % 24 % 32 % 18 % 26 % 17 % 22 % 22 % 23 % 10 % 9% 18 % 10 % 10 % 3% 3% 3% 6% 5% 5% 4% 1% 3% 2% Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus Téléphone mobile (au moins un téléphone cellulaire ou intelligent) Téléphone mobile (au moins un téléphone cellulaire ou intelligent) Ordinateur portable Téléphone cellulaire Baladeur numérique Téléphone cellulaire Ordinateur portable Baladeur numérique Téléphone intelligent Tablette numérique Téléphone intelligent Tablette numérique Base : adultes québécois (n=1000) Base : adultes québécois (n=1000)4 Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec
  5. 5. La téléphonie mobile au QuébecAprès avoir connu une hausse de 9 points de pourcentage entre 2009 et 2010, la proportion d’adultesquébécois qui possèdent un téléphone cellulaire (autre qu’un téléphone intelligent) est descendue à56,5 % en 2011, soit un pourcentage comparable à celui qui avait été enregistré en 2009 (54,9 %) .Le téléphone intelligent connaît quant à lui une croissance de 8,5 points de pourcentage entre 2010et 2011 pour atteindre 25,4 %, soit un adulte québécois sur 4 . La téléphonie Plus d’un adulte sur 2 Évolution de la téléphonie mobile au Québec selon le type de téléphone mobile : une question possède un téléphone possédé (2009 à 2011) de revenu familial ? cellulaire, alors que cette proportion est 66 % Les adultes québécois dont le reve- d’un sur 4 pour le Au moins nu familial annuel est supérieur à téléphone intelligent. un téléphone 68 % mobile 80 000 $ sont significativement plus Au total, 65,9 % des 57 % nombreux à posséder un téléphone adultes québécois 57 % mobile, que ce soit un téléphone possèdent au moins un Téléphone cellulaire 64 % cellulaire ou un téléphone intelligent . téléphone mobile. 55 % En effet, 83,3 % des adultes dont le revenu familial annuel est de 80 000 $ 25 % à 99 999 $ et 90,8 % des adultes Téléphone 17 % intelligent dont le revenu familial annuel est 13 % supérieur à 100 000 $ possèdent au 2011 2010 2009 moins un téléphone mobile . Base : adultes québécois (n=1000 en 2009, 2010 et 2011) Cependant, si l’on regarde du côté des adultes dont le revenu familialannuel est de 40 000 à 59 999 $, on constate de 2009 à 2011 une progression tangible du nombred’adultes possédant un téléphone mobile, puisque la proportion passe de 55,1 % en 2009 à 76,8 %en 2011 .L’âge comme facteur déterminant de l’utilisationde la téléphonie mobileL’âge est sans aucun doute un facteur déterminant dans le fait de posséder un téléphone mobile(intelligent ou non) . La courbe de 2011 montre en effet un taux maximal de 80,9 % chez les adultes âgésde 18 à 24 ans et un taux minimal de 39,4 % chez les adultes de 65 ans et plus .La proportion d’adultes de moins de 45 ans est significativement plus élevée que celle de l’ensemble dela population adulte du Québec à posséder un téléphone mobile . Chez les adultes de 18 à 44 ans, 77,7 %possèdent un téléphone mobile . Ce taux chute à 57,1 % au sein de la population adulte de 45 ans et plus . Progression de la téléphonie mobile (au Progression de la téléphonie mobile (au moins un téléphone cellulaire ou intelligent moins un téléphone cellulaire ou intelligent possédé) selon l’âge (2009 à 2011) possédé) selon le revenu (2009 à 2011) 85 % 91 % 88 % 82 % 87 % 81 % 77 % 77 % 75 % 77 % 74 % 83 % 79 % 73 % 74 % 69 % 64 % 65 % 70 % 62 % 60 % 71 % 71 % 68 % 61 % 64 % 51 % 49 % 49 % 55 % 48 % 40 % 47 % 39 % 37 % 31 % 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus 2009 2010 2011 2009 2010 2011 Base : adultes québécois (n=1000 en 2009, 2010 et 2011) Base : adultes québécois (n=1000 en 2009, 2010 et 2011) Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec 5
  6. 6. Téléphone cellulaire et téléphone intelligent L’adoption du téléphone intelligent plus marquée chez les jeunes L’adoption du téléphone intelligent est clairement plus marquée chez les jeunes adultes . Par exemple, Les adultes québécois ils sont près de la moitié des 18 à 24 ans (46,6 %) et plus du tiers des 35 à 44 ans (36,5 %) à posséder dont le revenu familial un téléphone intelligent, alors que ce n’est le cas que de 17,7 % des 55 à 64 ans et de 2,3 % des 65 ans annuel est supérieur et plus . à 100 000 $ sont 2 fois plus susceptibles de posséder un Le cellulaire plus accessible que le téléphone intelligent téléphone intelligent, Alors que le téléphone cellulaire est détenu par une proportion assez élevée des adultes qui ont un comparativement revenu familial annuel de 40 000 $ et plus, entre 60,7 % et 72,9 %, soit deux tiers environ de la population à l’ensemble des adulte, ce n’est pas le cas avec le téléphone intelligent . C’est à partir d’un revenu familial de l’ordre de adultes québécois. 100 000 $ par année que le téléphone intelligent est détenu par une proportion d’adultes québécois significativement plus élevée (52,4 %), soit un taux qui équivaut au double de ce qui est observé dans l’ensemble de la population adulte . Proportion d’adultes québécois qui Proportion d’adultes québécois qui possèdent un téléphone cellulaire ou un possèdent un téléphone cellulaire ou un téléphone intelligent selon l’âge (2011) téléphone intelligent selon le revenu (2011) 73 % 67 % 70 % 63 % 61 % 67 % 56 % 57 % 61 % 47 % 52 % 37 % 38 % 43 % 26 % 32 % 39 % 18 % 23 % 22 % 22 % 32 % 17 % 2% 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus Téléphone intelligent Téléphone cellulaire Téléphone intelligent Téléphone cellulaire Base : adultes québécois (n=1000) Base : adultes québécois (n=1000) Avis d’experts Avec la hausse du nombre de propriétaires d’un téléphone intelligent en 2011, de l’ordre de 8,5 points de pourcentage par rapport à 2010 selon les résultats de NETendances, une augmentation du nombre de connexions mobiles liées à un besoin de géolocalisation bien précis est à prévoir. « Je veux connaître les services les plus proches de moi. » C’est le renouveau du marketing local. Terminé l’annuaire, on fait des recherches à l’aide de son appareil mobile intelligent sur Google, Yelp ou les Pages Jaunes. On indique où l’on est avec Foursquare ou Facebook Places. On veut être retrouvé par ses amis et on veut aussi savoir qui est à proximité. Ainsi, une guerre fait rage entre différents fournisseurs. Le motif ? Être la principale source de renseignements de qualité pour les marchands et ceux qui cherchent de l’information locale. 1 COLLECTIF E-MARKETING DE MULTIPLEMEDIA, « Mobilisons-nous ! », Baromètre multiplemedia, [ En ligne ], 27 octobre 2011 . [ http://barometre .multiple-media .com/?p=453 ] (Consulté le 4 novembre 2011) .6 Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec
  7. 7. Le téléphone intelligent pour accéder à Internet mobileAprès la tablette numérique (74,1 %) et l’ordinateur portable (72,4 %) comme appareils les plusfortement sollicités par les adultes québécois pour accéder à Internet mobile, le téléphone intelligent Environ 700 000 adultesarrive en troisième position, avec 61,5 % des adultes qui utilisent cet appareil pour accéder à l’Internet . québécois accèdentCe n’est le cas que de 25,2 % de ceux qui possèdent un téléphone cellulaire . Par ailleurs, 42,6 % des tous les jours à Internetdétenteurs d’un téléphone intelligent au Québec utilisent Internet tous les jours sur cet appareil, alors mobile au moyenque si l’on regarde du côté du téléphone cellulaire, on constate un usage beaucoup moins intensif, de leur téléphoneavec seulement 15,6 % des détenteurs d’un téléphone cellulaire au Québec qui utilisent Internet mobile intelligent, et un peuquotidiennement sur leur appareil . plus de 550 000 en font autant à partir de leurEn pratique, ce sont donc près de 700 000 adultes québécois qui accèdent tous les jours à Internet mobile téléphone cellulaire.au moyen de leur téléphone intelligent, et presque autant, soit un peu plus de 550 000 adultes québé-cois, font de même sur leur téléphone cellulaire . En Grande-Bretagne, 45 % des internautes ont utilisé leur téléphone mobile pour accéder à Internet Selon un rapport de l’Office for National Statistics 1 publié en Grande-Bretagne en août 2011, 45 % des internautes ont utilisé leur téléphone mobile pour accéder à Internet en 2011 . Il s’agit d’une augmentation de 6 millions de personnes par rapport à 2010 . Quant aux individus de 16 à 24 ans, ils accèdent à Internet par l’intermédiaire de leur téléphone mobile dans une proportion supérieure à l’ensemble (71 %), mais aussi supérieure à ce qu’elle était 12 mois auparavant (44 %) .Qui utilise davantage Internet mobile sur son téléphone ?Certains groupes sont significativement plus susceptibles que d’autres d’accéder à Internet mobileau moyen de leur téléphone mobile . Sur les téléphones cellulaires, les hommes (30,5 %) sont plussusceptibles d’en faire l’usage que les femmes (20,0 %) . C’est aussi le cas des anglophones et desallophones (38,8 %), des adultes de la RMR de Montréal (32,3 %), de ceux qui ont des enfants à lamaison (30,4 %), ainsi que des employés du secteur des services, de bureau et de la vente (34,9 %) . Surles téléphones intelligents, les Québécois de 25 à 34 ans (76,2 %) ainsi que les universitaires (70,4 %)sont proportionnellement plus nombreux à faire usage d’Internet au moyen de cet appareil . Utilisation d’Internet mobile Utilisation d’Internet mobile sur les téléphones intelligents (2011) sur les téléphones cellulaires (2011) 25 % 62 % 43 % 16 % 13 % 5% 4% 6% Accès à Internet Tous les jours Au moins une fois Moins dune fois Accès à Internet Tous les jours Au moins une fois Moins dune fois mobile sur cet appareil par semaine par semaine mobile sur cet appareil par semaine par semaine Base : adultes québécois qui possèdent au moins un téléphone intelligent (n=254) Base : adultes québécois qui possèdent au moins un téléphone cellulaire (n=565) Un nouveau phénomène : la mobilité « sédentaire » Selon un article de multiplemedia 2, qui reprend les résultats d’une étude récente, les achats réalisés à partir d’un appareil intelligent (téléphone ou tablette) seraient de plus en plus « sédentaires », pour reprendre les termes de l’article . En effet, plusieurs de ces achats seraient réalisés à partir du domicile . Selon cet article, Paypal désigne ce phénomène sous l’appellation de « Couch commerce » .1 OFFICE FOR NATIONAL STATISTICS, « Internet Access – Households and Individuals, 2011 », Statistical Bulletin, [ En ligne ], 31 août 2011 . [ http://ons .gov .uk/ons/dcp171778_227158 .pdf ] (Consulté le 4 novembre 2011) .2 COLLECTIF E-MARKETING DE MULTIPLEMEDIA, « Mobilisons-nous ! », Baromètre multiplemedia, [ En ligne ], 27 octobre 2011 . [ http://barometre .multiple-media .com/?p=453 ] (Consulté le 4 novembre 2011) . Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec 7
  8. 8. Les intentions d’achat des Québécois de plus en plus dirigées vers le téléphone intelligent Au cours de la Au cours de la prochaine année, 8,6 % des adultes québécois prévoient faire l’achat d’un téléphone prochaine année, près cellulaire, alors que 10,4 % se tourneront plutôt vers le téléphone intelligent . du quart (23,1 %) des Québécois âgés de Au Québec, certains groupes sont plus susceptibles que d’autres d’acquérir un téléphone intelligent au 18 à 24 ans prévoient cours de la prochaine année . Ainsi, les intentions d’achat sont plus fortes chez les adultes âgés de 18 à faire l’acquisition d’un 24 ans (23,1 %), les professionnels (17,1 %), ceux qui ont un ou des enfants à la maison (16,5 %), les téléphone intelligent. résidants de la RMR de Montréal (14,5 %), et chez les anglophones ou les allophones (20,3 %) . En ce qui a trait aux intentions d’achat de téléphones cellulaires, elles sont plus fortes chez les adultes de 35 à 44 ans (13,9 %), ceux qui ont un revenu familial annuel compris entre 40 000 $ et 59 999 $ (11,1 %), les résidants de la RMR de Montréal (12,1 %), ainsi que chez les anglophones ou les allophones (15,4 %) . Intentions d’achat d’un téléphone mobile Intentions d’achat d’un téléphone mobile au cours de la prochaine année selon l’âge au cours de la prochaine année selon le revenu 14 % 15 % 23 % 17 % 11 % 11 % 10 % 12 % 10 % 14 % 8% 9% 10 % 9% 5% 7% 6% 7% 6% 4% 4% 2% 4% 4% 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus Téléphone intelligent Téléphone cellulaire Téléphone intelligent Téléphone cellulaire Base : adultes québécois (n=1000) Base : adultes québécois (n=1000) Quand on regarde le paysage actuel des types (marques) de téléphones intelligents les plus vendus, on constate que le Blackberry (35,3 %) est nez à nez avec l’iPhone d’Apple (32,2 %) . Quant aux téléphones qui fonctionnent avec le système Android (22,7 %), ils ne sont pas loin derrière . Cela dit, si l’on regarde du côté des intentions d’achat, c’est l’iPhone qui arrive en tête (48,4 %), suivi par le Blackberry (24,6 %) et les téléphones fonctionnant avec Android (16,7 %) . Téléphone intelligent possédés par les Intentions d’achat d’un téléphone adultes québécois selon le type (2011) intelligent chez les adultes québécois selon le type (prochaine année) 10 % 10 % 25 % 35 % 17 % 23 % 32 % 48 % Android iPhone Blackberry Autre téléphone intelligent Android iPhone Blackberry Autre téléphone intelligent / indécis Base : téléphone intelligent possédé par les adultes québécois (n=295) Base : intentions d’achat d’un téléphone intelligent par les adultes québécois (n=126)8 Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec
  9. 9. La tablette numériqueBien qu’on entende beaucoup parler des tablettes numériques, nos résultats indiquent qu’il n’y a niaugmentation, ni diminution significative cette année, par rapport à 2010 : 5,2 % des adultes québécoispossèdent une tablette numérique en 2011, comparativement à 6,5 % en 2010 . Aux États-Unis, la popularité des tablettes n’augmente pas au même rythme que celle des liseuses électroniques Selon un rapport du Pew Internet & American Life Project 3 publié en juin 2011, 8 % des Américains possèdent une tablette numé- rique . Il s’agit d’une augmentation de 3 points de pourcentage par rapport à novembre 2010, ce qui, selon ce rapport, est très peu par rapport à la liseuse électronique, qui est passée de 6 % à 12 % de propriétaires durant la même période .Le coût des tablettes numériques est-il un frein ? Par rapport à l’anAu Québec, les adultes qui possèdent une tablette numérique sont principalement des gens dont le dernier, la popularitérevenu familial annuel est de 80 000 $ et plus (14,4 %), voire de 100 000 $ et plus (17,8 %) . Ils sont des tablettes numéri­plus souvent âgés de 35 à 44 ans (9,1 %), professionnels (10,3 %) ou résidents de la RMR de Québec ques reste relativement(8,5 %), et ce, dans des proportions significativement supérieures à l’ensemble de la population adulte . stable. C’est du côté desÀ la lumière de ces résultats, on peut certainement avancer sans trop se tromper que le coût actuel intentions que l’on peutrelativement élevé des tablettes en limite l’adoption . ressentir la popularité de cet outil : 10 % des adultesQuant aux intentions d’achat pour l’an prochain, elles annoncent une progression de l’usage des tablettes québécois ont l’intentionnumériques . Il semble toutefois que l’intérêt pour ce type d’appareil continue de demeurer plus élevé de s’en procurer unechez les adultes dont le revenu familial dépasse 100 000 $ par année (18,5 %) ainsi que chez les adultes l’an prochain.de 25 à 34 ans (15,9 %) et ceux de 35 à 44 ans (14,7 %) . Avis d’experts Les tablettes numériques, et plus particulièrement l’iPad d’Apple, arrivent à un moment charnière où les utilisateurs entrent petit à petit dans l’ère du « into the cloud », c’est-à-dire l’infonuagique. Déjà, bon nombre d’applications de toutes sortes sont commercialisées afin de répondre à des besoins d’affaires. La solution ERP Workday, ShowMe (en éducation) ou une solution d’analyse et d’affichage de données comme Tableau ont toutes en commun l’adaptation de leur offre à l’iPad. Qui plus est, ces tablettes offrent aux utilisateurs un outil facilement transportable et facile d’utilisation sur le terrain. Munies d’un écran suffisamment large pour être confortable et partageable, et disposant de capacités d’édition plus importantes qu’un téléphone intelligent, elles offrent des possibilités inédites. Progression du taux d’adultes québécois Progression du taux d’adultes québécois qui qui possèdent une tablette numérique possèdent une tablette numérique (2010- (2010-2011) et intentions d’achat selon l’âge 2011) et intentions d’achat selon le revenu 24 % 19 % 18 % 16 % 11 % 13 % 15 % 11 % 11 % 10 % 11 % 9% 9% 10 % 8% 5% 9% 5% 5% 5% 6% 6% 4% 3% 4% 5% 6% 4% 4% 3% 3% 3% 1% 3% 2% 2% 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus Intentions dachat 2011 2010 Intentions dachat 2011 2010 Base : adultes québécois (n=1000) Base : adultes québécois (n=1000)L’utilisation d’Internet mobile sur les tablettes numériquesEnviron les trois quarts des adultes québécois (74,1 %) qui possèdent une tablette numérique seconnectent à Internet par ce moyen, et plus de la moitié le font tous les jours (53,8 %) . On peut doncdire que le fait de posséder une tablette induit une utilisation quotidienne d’Internet par ce moyen .3 Kristen PURCELL, « E-reader Ownership Doubles in Six Months . Adoption rate of e-readers surges ahead of tablet computers », Pew Internet & American Life Project, [ En ligne ], 27 juin 2011 . [ http://pewinternet .org/Reports/2011/E-readers-and-tablets/Report .aspx ] (Consulté le 3 novembre 2011) . Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec 9
  10. 10. Le baladeur numérique Au Québec, en 2011, 34,3 % des adultes québécois possèdent un baladeur numérique, comparativement à 39,7 % en 2010 . La proportion d’adultes québécois qui possèdent ce type d’appareil mobile a donc L’intérêt pour les connu une baisse de 5,4 points de pourcentage au cours de la dernière année . Cette baisse s’explique baladeurs numériques très certainement par la convergence des fonctions du cellulaire et du baladeur numérique, que l’on est en baisse par retrouve maintenant sur le téléphone intelligent . rapport à l’an dernier. Les intentions d’achat chez les adultes Plus abordable, le baladeur numérique ? québécois sont passées Les Québécois qui possèdent un baladeur numérique sont surtout de jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans de 10,1 % en 2010 à (50,6 %), des étudiants (63,0 %) ou des professionnels (46,5 %), ils ont un revenu familial supérieur à 6,2 % en 2011. 80 000 $ par année (51,8 %) et ont des enfants à la maison (49,3 %) . En ce qui a trait aux intentions d’achat, le baladeur numérique semble continuer à davantage intéresser les jeunes, mais la proportion d’adultes qui ont l’intention d’en faire l’acquisition au cours de la prochaine année est passée de 10,1 % en 2010 à 6,2 % en 2011 . Progression du taux d’adultes québécois Progression du taux d’adultes québécois qui qui possèdent un baladeur numérique possèdent un baladeur numérique (2010- (2010-2011) et intentions d’achat selon l’âge 2011) et intentions d’achat selon le revenu 56 % 50 % 52 % 66 % 50 % 57 % 52 % 58 % 55 % 41 % 42 % 40 % 45 % 45 % 35 % 35 % 34 % 25 % 35 % 24 % 18 % 12 % 11 % 23 % 8% 7% 8% 10 % 10 % 6% 5% 9% 2% 4% 2% 1% 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus Intentions d’achat 2011 2010 Intentions d’achat 2011 2010 Base : adultes québécois (n=1000) Base : adultes québécois (n=1000) L’utilisation d’Internet mobile sur les baladeurs numériques Les adultes détenteurs d’un baladeur numérique l’utilisent dans une proportion de 27,1 % pour se connecter à Internet mobile . Plus de la moitié d’entre eux, soit 14,5 % de ceux qui possèdent un baladeur numérique, s’y connectent quotidiennement .10 Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec
  11. 11. L’ordinateur portableBien que l’ordinateur portable fasse partie d’une catégorie un peu à part comparativement aux autresappareils mobiles (téléphones, baladeurs et tablettes numériques, notamment), il n’en demeure pasmoins un outil « mobile » possédé aujourd’hui par plus de la moitié des adultes québécois (53,3 %), dont72,4 % s’en servent pour se connecter à Internet mobile (Wi-Fi, WiMAX, 3G) . Ordinateur portable : prévisions mondiales Selon les données publiées sur le site Web Geek with Laptop 4, 201,2 millions d’ordinateurs portables ont été vendus l’an dernier . La firme International Data Corporation (IDC) prévoit que 332 millions seront vendus en 2014 et que ces ventes atteindront 383,8 millions d’unités en 2015 .L’âge et le revenu : des variables notablespour l’ordinateur portableComme pour la plupart des appareils mobiles vus précédemment, l’âge et le revenu peuvent être corrélésavec la proportion d’adultes qui possèdent un ordinateur portable . On peut donc dire que plus on est 53,5 % des adultesjeune, plus on est susceptible de posséder un ordinateur portable, ce qui est également vrai à mesure québécois possèdentque le revenu familial augmente . Ainsi, les adultes de 18 à 24 ans sont environ 3 fois plus susceptibles un ordinateur portablede posséder un ordinateur portable que ceux de plus de 65 ans, et cette proportion est la même pour en 2011. Parmi eux,les adultes dont le revenu familial annuel est supérieur à 100 000 $ par an, par rapport à ceux dont il est 72,4 % se connectent àinférieur à 20 000 $ par an . Internet mobile (Wi­Fi, WiMAX et 3G) à l’aideLes intentions d’achat sont quant à elles significativement plus fortes chez les adultes de 35 à 44 ans de cet appareil.(24,8 %) ainsi que chez ceux dont le revenu familial annuel se situe entre 20 000 $ et 39 999 $ (19,8 %)ou entre 40 000 $ et 59 999 $ (19,1 %) . Progression du taux d’adultes québécois Progression du taux d’adultes québécois qui qui possèdent un ordinateur portable possèdent un ordinateur portable (2010- (2010-2011) et intentions d’achat selon l’âge 2011) et intentions d’achat selon le revenu 77 % 76 % 71 % 67 % 66 % 67 % 76 % 65 % 60 % 66 % 65 % 64 % 56 % 58 % 52 % 42 % 44 % 50 % 41 % 25 % 36 % 27 % 22 % 24 % 24 % 20 % 19 % 19 % 17 % 12 % 7% 14 % 14 % 5% 8% 6% 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Moins 20 000 $ 40 000 $ 60 000 $ 80 000 $ 100 000 $ de 20 000 $ à 39 999 $ à 59 999 $ à 79 999 $ à 99 999 $ et plus Intentions d’achat 2011 2010 Intentions d’achat 2011 2010 Base : adultes québécois (n=1000) Base : adultes québécois (n=1000)L’utilisation d’Internet mobile sur l’ordinateur portableInternet mobile fait partie du quotidien de nombreux propriétaires d’ordinateurs portables . Plus de52,1 % d’entre eux se connectent tous les jours à Internet mobile (Wi-Fi, WiMAX et 3G), ce qui représenteprès des trois quarts de ceux qui utilisent Internet sur leur ordinateur portable . Ceux qui possèdent unordinateur portable et utilisent Internet font donc généralement une utilisation assez intensive d’Internetsur leur ordinateur portable .4 GEEK WITH LAPTOP, « Laptop Sales to Double by 2015, Desktop Sales up By Only 10%, IDC says », Geek with Laptop, [ En ligne ], 6 juin 2011 . [ http://geekwithlaptop .com/laptop-sales-to-double-by-2015-desktop-sales-up-by-only-10-idc-says ] (Consulté le 4 novembre 2011) . Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec 11
  12. 12. Profil des utilisateurs d’appareils mobiles Téléphone mobile (au moins un Téléphone Téléphone Ordinateur Tablette Baladeur téléphone cellulaire intelligent portable numérique numérique cellulaire ou intelligent) Résultat global 65,9 % 56,5 % 25,4 % 53,5 % 5,2 % 34,3 % Sexe Homme 65,3 % 56,8 % 28,4 % 56,9 % 5,1 % 36,0 % Femme 66,5 % 56,2 % 22,6 % 50,2 % 5,3 % 32,7 % Différentes variables Âge socioéconomiques 18-24 ans 80,9 % 57,3 % 46,6 % 71,4 % 5,8 % 58,4 % ont une influence sur les proportions 25-34 ans 76,7 % 62,5 % 32,4 % 66,8 % 5,4 % 45,4 % de propriétaires 35-44 ans 76,5 % 66,8 % 36,5 % 64,1 % 9,1 % 44,6 % d’appareils mobiles. 45-54 ans 68,7 % 60,6 % 25,8 % 60,4 % 4,9 % 34,8 % C’est particulièrement 55-64 ans 62,0 % 56,4 % 17,7 % 42,1 % 4,2 % 23,8 % le cas de l’âge, du 65 ans et plus 39,4 % 38,2 % 2,3 % 24,0 % 2,5 % 9,5 % revenu, du niveau de scolarité et du fait Scolarité d’avoir ou non des Secondaire ou moins 58,1 % 52,7 % 22,6 % 35,5 % 2,4 % 23,0 % enfants à la maison. Collégial 71,3 % 56,6 % 29,4 % 59,0 % 4,1 % 43,5 % Universitaire 71,7 % 61,6 % 26,9 % 71,7 % 8,4 % 41,5 % Revenu familial annuel Moins de 20 000 $ 48,5 % 43,2 % 17,3 % 23,5 % 0,8 % 9,7 % Entre 20 000 $ et 39 999 $ 46,8 % 38,8 % 22,1 % 43,7 % 3,3 % 41,4 % Entre 40 000 $ et 59 999 $ 76,8 % 70,2 % 21,9 % 56,3 % 2,8 % 34,9 % Entre 60 000 $ et 79 999 $ 68,3 % 60,7 % 23,4 % 57,8 % 3,0 % 34,3 % Entre 80 000 $ et 99 999 $ 83,3 % 72,9 % 31,7 % 75,7 % 9,9 % 51,9 % 100 000 $ et plus 90,8 % 67,4 % 52,4 % 76,3 % 17,8 % 51,7 % Région Montréal (RMR) 70,2 % 60,4 % 29,3 % 61,7 % 6,4 % 34,8 % Québec (RMR) 70,4 % 61,5 % 22,2 % 57,0 % 8,5 % 36,7 % Est-du-Québec 61,7 % 53,5 % 26,5 % 51,0 % 5,7 % 33,0 % Centre-du-Québec 57,8 % 47,2 % 21,9 % 38,8 % 2,1 % 30,6 % Ouest-du-Québec 61,7 % 53,5 % 19,6 % 44,1 % 2,7 % 35,5 % Langue maternelle Français 64,9 % 55,4 % 23,4 % 52,0 % 4,1 % 33,5 % Anglais ou autres 71,2 % 61,3 % 35,6 % 63,1 % 7,9 % 40,1 % Occupation Étudiant 75,6 % 53,5 % 41,5 % 82,9 % 3,7 % 63,0 % Professionnel 79,2 % 65,0 % 37,0 % 69,7 % 10,3 % 46,5 % Col blanc 75,4 % 66,9 % 34,0 % 62,2 % 4,7 % 41,2 % Travailleur manuel 73,0 % 60,1 % 24,6 % 57,9 % 3,7 % 36,2 % Au foyer 71,2 % 61,9 % 32,0 % 38,6 % 2,1 % 19,2 % Sans emploi 42,5 % 42,5 % 10,8 % 30,8 % 2,9 % 24,7 % Retraité 46,0 % 43,7 % 5,9 % 29,2 % 2,5 % 14,9 % Avec ou sans enfant Avec enfant(s) 80,1 % 69,7 % 34,3 % 68,0 % 6,6 % 49,3 % Sans enfant 58,8 % 49,7 % 21,1 % 46,6 % 3,9 % 26,7 % Base : adultes québécois (n=1000) En caractères gras bourgogne : résultats significativement supérieurs, dans un intervalle de confiance de 95 % et plus . En caractères italiques bruns : résultats significativement inférieurs, dans un intervalle de confiance de 95 % et plus .12 Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec
  13. 13. Les activités réalisées sur Internetà partir d’appareils mobilesLorsqu’ils se connectent à Internet mobile (Wi-Fi, WiMAX, 3G), les adultes québécois qui possèdent untéléphone intelligent, une tablette numérique ou un baladeur numérique y réalisent de nombreuses acti-vités . Certains groupes sont significativement plus susceptibles que d’autres de réaliser certaines activités .Le tableau suivant présente ces caractéristiques sociodémographiques . Type d’activité réalisée Taux Profil sur Internet mobile Communiquer par courriel 82,3 % • 55 à 64 ans (96,1 %) • RMR de Montréal (87,3 %) • Professionnels (90,2 %) • Retraités (96,4 %) • Scolarité universitaire (90,2 %) • Revenu familial annuel de plus de 80 000 $ (91,8 %) Utiliser des services pratiques 74,5 % • Scolarité universitaire (83,0 %) • Revenu familial annuel compris entre 40 000 $ et 59 999 $ (93,7 %) Lire les nouvelles / consulter 69,0 % • Hommes (74,7 %) La consultation l’actualité • 55 à 64 ans (87,0 %) des courriels est • Retraités (88,1 %) une activité très • Scolarité universitaire (81,6 %) populaire auprès des • Revenu familial annuel de plus de 80 000 $ (79,0 %) adultes québécois Accéder aux comptes bancaires 67,5 % • Professionnels (77,3 %) • Étudiants (87,2 %) qui possèdent un • Scolarité universitaire (76,9 %) téléphone intelligent, • Revenu familial annuel de plus de 80 000 $ (79,7 %) une tablette numérique Se connecter à un ou plusieurs 66,3 % • 18 à 24 ans (91,2 %) ou un baladeur réseaux sociaux • 25 à 34 ans (78,4 %) numérique, lorsqu’ils • Étudiants (87,2 %) • Revenu familial annuel compris entre 40 000 $ et naviguent sur Internet 59 999 $ (82,2 %) mobile (82,3 %), mais Visionner des vidéos, des webtélés 63,9 % • 25 à 34 ans (77,2 %) c’est encore plus vrai ou écouter des webradios chez ceux qui sont Effectuer des opérations bancaires 63,9 % • 55 à 64 ans (81,8 %) âgés de 55 à 64 ans • Étudiants (79,1 %) (96,1 %). • Retraités (81,7 %) • Scolarité universitaire (71,5 %) • Revenu familial annuel de plus de 80 000 $ (76,1 %) Envoyer des textos (SMS) 61,6 % • RMR de Montréal (67,4 %) • Professionnels (71,3 %) • Revenu familial annuel de plus de 100 000 $ (73,6 %) Télécharger des applications gratuites 61,5 % • 35 à 44 ans (71,6 %) ou payantes Consulter des sites Web 56,6 % • 55 à 64 ans (83,7 %) gouvernementaux • Adultes sans enfant à la maison (61,9 %) • Retraités (82,9 %) • Scolarité universitaire (65,9 %) Effectuer des achats ou des 54,1 % • 55 à 64 ans (72,0 %) paiements en ligne • RMR de Québec (66,6 %) • Retraités (78,3 %) • Scolarité universitaire (62,3 %) • Revenu familial annuel compris entre 80 000 $ et 99 999 $ (75,4 %) Communiquer par clavardage 53,6 % • 18 à 24 ans (72,4 %) ou messagerie instantanée • Étudiants (71,3 %) Jouer à des jeux 44,1 % • Scolarité secondaire ou moins (58,4 %) • Revenu familial annuel compris entre 20 000 $ et 39 999 $ (62,4 %) Comparer le prix d’un produit en 25,1 % • Anglophones et allophones (38,7 %) ligne avec celui affiché en magasin • Avec enfant à la maison (30,8 %) • Revenu familial annuel compris entre 80 000 $ et 99 999 $ (43,6 %)Base : adultes québécois ayant utilisé Internet mobile et qui possèdent un téléphone intelligent, une tablette numérique ou un baladeur numérique (n=349)Les résultats présentés dans la colonne de droite de ce tableau sont significativement supérieurs dans un intervalle de confiance de 95 % et plus . Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec 13
  14. 14. Défis et enjeux La convergence des fonctions de différents appareils au sein d’un seul viendra sans doute considérablement modifier les perspectives de la mobilité . Pourquoi s’encombrer d’un téléphone cellulaire et d’un baladeur numérique, si un téléphone intelligent peut faire les deux ? Les résultats de NETendances tendent à confirmer cette hypothèse, puisque de 2010 à 2011, le téléphone intelligent fait un bond de 8,5 points de pourcentage, alors que le téléphone cellulaire recule de 7 points de pourcentage et le baladeur numérique (p . ex . l’iPod Touch), de 5,4 points de pourcentage . Si l’on se tourne du côté des intentions d’achat, un tiers des adultes québécois ont l’intention d’acheter un appareil mobile ou un ordinateur portable au cours de la prochaine année . Si l’on ne tient compte que de l’intérêt porté aux achats de téléphones intelligents, de tablettes numériques et de baladeurs numériques, la proportion est tout de même de 27,1 % . Difficile de prévoir si ces intentions se concrétiseront . Le coût de ces appareils constitue un frein à l’achat pour certains . Couplée à une gamme de prix variée, une offre diversifiée pourrait dans le futur favoriser une plus grande adoption au sein de la population dans son ensemble . Du côté de l’utilisation d’Internet mobile, il est remarquable de constater à quel point son utilisation est fréquente et quotidienne . Que les utilisateurs accèdent à Internet par l’intermédiaire d’une tablette numérique, d’un téléphone intelligent, d’un téléphone cellulaire ou d’un baladeur numérique, ils sont toujours une majorité – allant jusqu’à près des trois quarts – à maximiser l’utilité de leur appareil en réalisant un usage quotidien d’Internet mobile . Mais au-delà de ces questions, qu’est-ce que la mobilité vient changer ? Les appareils mobiles sont devenus de plus en plus petits, légers et polyvalents . Ils disposent maintenant d’une infinité de fonctionnalités à portée de la main, qui peuvent nous faciliter la vie . Il n’est plus possible de se perdre (géolocalisation), de passer à côté d’une nouvelle (cyberjournaux), d’oublier un paiement bancaire (services bancaires mobiles), de rater un rendez-vous (agenda), de manquer un appel (téléphonie mobile), de ne pas photographier un moment précieux (appareil photo) ou d’omettre de répondre à un courriel . La formule « push » permet même de procéder à cette dernière action en temps réel . Toutes ces fonctions et de nombreuses autres sont maintenant concentrées dans la plupart des appareils mobiles (grâce à un fureteur ou à une application) . L’instantanéité et la spontanéité sont ainsi au rendez-vous .14 Mobilité : le téléphone intelligent en croissance au Québec
  15. 15. Architectes Web dustratégie | ergonomie | marketing | référencement | analytics | social adviso.ca/architectes
  16. 16. Le CEFRIO est le centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’informationet de la communication (TIC). Il regroupe plus de 150 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que60 chercheurs associés et invités. Sa mission : contribuer à faire du Québec une société numérique, grâce à l’usage destechnologies comme levier de l’innovation sociale et organisationnelle. Le CEFRIO, en tant que centre de liaison et de transfert,réalise, en partenariat, des projets de recherche-expérimentation, d’enquêtes et de veille stratégique sur l’appropriation desTIC à l’échelle québécoise et canadienne. Ces projets touchent l’ensemble des secteurs de l’économie, tant privé que public.Les activités du CEFRIO sont financées à près de 64 % par ses propres projets et à 36 % par le ministère du Développementéconomique, de l’Innovation et de l’Exportation, son principal partenaire financier. Principal partenaire financier du CEFRIO Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec le CEFRIO. Bureau de Québec Bureau de Montréal 888, rue Saint-Jean 550, rue Sherbrooke Ouest Bureau 575 Tour Ouest, bureau 471 Québec (Québec) Montréal (Québec) G1R 5H6 Canada H3A 1B9 Canada Tél. : 418 523-3746 Tél. : 514 840-1245 Courriel : info@cefrio.qc.ca • Site Web : www.cefrio.qc.caLes thèmes des prochains numéros de NETendances 20111. Les médias sociaux2. Le divertissement en ligne3. La mobilité4. Internet comme source d’information5. Le gouvernement en ligne6. Le commerce électronique et les services bancaires en ligne7. L’informatisation du Québec8. Les diverses générations d’internautes Merci à nos partenaires !

×