Le CEFRIO est le Centre Facilitant la Recherche et l’Innovation dans les Organisations à l’aide des technologies de l’info...
VOTRE PORTE D’ENTRÉE                                                                        ArchitectesAUX SERVICES       ...
Table des matières                                                                                                        ...
Faits saillants                          Les médias sociaux au Québec                          Loin d’être une simple affa...
Utilisateurs de médias sociauxUne grande majorité d’internautes utilise les médias sociauxEn 2012, près de 8 internautes s...
Usages des médias sociaux               Sur les médias              Usages des médias sociaux             sociaux, environ...
Les réseaux sociaux, une activité régulièreLa plupart de ces activités sont fréquemment réalisées : au moins une fois par ...
Interaction et influence dans les médias sociaux           En 2012, 1 internaute                  Deux fois plus d’interna...
L’influence des autres internautes avant un achatDeux tiers des internautes (67,4  consultent des avis ou recommandations ...
Les différents profils d’utilisateurs de médias sociaux                                                                   ...
Popularité de différents médias sociauxFacebook et YouTube en têteSans grande surprise, le site le plus populaire parmi ce...
À chaque site son profil d’utilisateur                                              Il est intéressant de constater que si...
Les utilisateurs de Facebook, Linkedin, Twitter, Youtube, Google+ et Foursquare                                           ...
Défis et enjeux                                        Le Web est maintenant social, comme le montre le taux, en croissanc...
VOTRE PORTE D’ENTRÉE                                                                        ArchitectesAUX SERVICES       ...
Le CEFRIO est le Centre Facilitant la Recherche et l’Innovation dans les Organisations à l’aide des technologies de l’info...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Ne tendances#1 reseaux sociaux(lr)

413

Published on

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
413
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Ne tendances#1 reseaux sociaux(lr)

  1. 1. Le CEFRIO est le Centre Facilitant la Recherche et l’Innovation dans les Organisations à l’aide des technologies de l’informationet de la communication (TIC). Il regroupe plus de 150 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que74 chercheurs associés et invités. Sa mission  contribuer à faire du Québec une société numérique grâce à l’usage des :technologies comme levier de l’innovation sociale et organisationnelle. Le CEFRIO, en tant que centre de liaison et de transfert,réalise en partenariat des projets de recherche-expérimentation, d’enquêtes et de veille stratégique sur l’appropriation desTIC à l’échelle québécoise et canadienne. Ces projets touchent l’ensemble des secteurs de l’économie, tant privés que public.Les activités du CEFRIO sont financées à près de 67 % par ses propres projets et à 33 % par le ministère du Développementéconomique, de l’Innovation et de l’Exportation, son principal partenaire financier. Principal partenaire financier du CEFRIO Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec le CEFRIO. Bureau de Québec Bureau de Montréal 888, rue Saint-Jean 550, rue Sherbrooke Ouest Bureau 575 Tour Ouest, bureau 471 Québec (Québec) Montréal (Québec) G1R 5H6 Canada H3A 1B9 Canada Tél. : 418 523-3746 Tél. : 514 840-1245 Courriel : info@cefrio.qc.ca • Site Web : www.cefrio.qc.caLes thèmes des prochains numéros de NETendances 2012 Les médias sociaux1. 2. 3. Les médias sociaux Le divertissement en ligne Internet comme source d’information ancrés dans les habitudes4. 5. 6. La mobilité Le gouvernement en ligne Le commerce électronique et les services bancaires en ligne des Québécois7. L’informatisation du Québec8. Les diverses générations d’internautes Volume 3 - Numéro 1 Merci à nos partenaires ! Une réalisation du Avec la collaboration de
  2. 2. VOTRE PORTE D’ENTRÉE ArchitectesAUX SERVICES WebGOUVERNEMENTAUX du www.gouv.qc.ca Service québécois de changement d’adresse Créer son entreprise stratégie | ergonomie | marketing | référencement | analytics | social Mon dossier citoyen Certificat de naissance Urgence Québec Devenir parent S’installer au Québec Que faire en cas de décès ? Programmes et services pour les aînés Personnes handicapées Perdre son autonomie Vivre en logement PSQ -061(2012-09) adviso.ca/architectes
  3. 3. Table des matières Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des QuébécoisFaits saillants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 L’enquête NETendances 2012 a été réalisée par le CEFRIO, enUtilisateurs de médias sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 collabo­ ation avec Léger Marketing, rUne grande majorité d’internautes utilise les médias sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 et a été financée par Adviso, leSaturation chez les jeunes, progression chez les plus âgés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Mouvement des caisses Desjardins, Services Québec et TELUS.Usages des médias sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6Les 18-44 ans sont plus actifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 COLLABORATIONLes réseaux sociaux, une activité régulière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 ÉQUIPE PROJET Josée Beaudoin Vice-présidente Innovation etInteraction et influence dans les médias sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Transfert, CEFRIODeux fois plus d’internautes suivent des organismes sur les médias sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Supervision du projetPour quelles raisons suivre un organisme sur les médias sociaux ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Claire BourgetL’influence des autres internautes avant un achat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Directrice recherche et marketing, CEFRIOQui consulte le plus les avis sur Internet ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Coordination du projetLes différents profils d’utilisateurs de médias sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Marianne Lorthiois Chargée de projet, CEFRIOPopularité de différents médias sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Analyse des données et rédactionFacebook et YouTube en tête. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Raphaël DanjouÀ chaque site son profil d’utilisateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Chargé de veille, CEFRIOLes utilisateurs de Facebook, LinkedIn, Twitter, YouTube, Google+ et Foursquare . . . . . . . . . . . 13 AVIS D’EXPERTS Thoma Daneau Spécialiste médias sociaux, AdvisoDéfis et enjeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 ÉQUIPE D’ÉDITION Annie Lavoie Conseillère en communication, CEFRIO Coordination de l’édition Bla bla rédaction Révision linguistique MÉTHODOLOGIE Brigitte Ayotte, Ayograph Pour réaliser le volet « médias sociaux » de l’enquête NETendances 2012, nous avons fait appel à deux Graphisme collectes de données (janvier et mars 2012) au cours desquelles nous avons interrogé au téléphone environ 1 000 adultes québécois, lors d’un sondage téléphonique Omnibus de Léger Marketing. Les Merci à l’équipe de Léger Marketing résultats ont été pondérés selon le sexe, l’âge, la région et la langue des répondants afin d’assurer pour sa collaboration à la collecte et au traitement des données ainsi la représentativité de l’ensemble des adultes québécois. La marge d’erreur est de ± 3,1 % pour la qu’à l’équipe d’Adviso pour ses avis base des adultes québécois, de ± 3,4 % pour la base des internautes et de ± 4,2 % pour la base des d’expert. internautes utilisant un média social, 19 fois sur 20. Dépôt légal : 2012 Bibliothèque et Archives nationales Pour le sondage, les 16 régions administratives du Québec ont été regroupées en cinq grandes du Québec régions : la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal (Montréal, Laval, Lanaudière Bibliothèque et Archives Canada [ RMR ], Laurentides [ RMR ] et Montérégie [ RMR ]) ; la RMR de Québec (Québec [ RMR ] et Chaudière- ISSN (version imprimée) 1923-6565 Appalaches [  ])  l’Est-du-Québec (Bas-Saint-Laurent, Saguenay–Lac-Saint-Jean, Côte-Nord et RMR  ; ISSN (PDF) 1923-6573 Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine) ; le Centre-du-Québec (Mauricie, Estrie, Centre-du-Québec, Québec La version PDF de ce numéro sur les médias sociaux peut être téléchargée [ hors RMR  et Chaudière-Appalaches [  ], hors RMR  ; et l’Ouest-du-Québec (Outaouais, Abitibi- ])  dans la section « Publications » du site Témiscamingue, Lanaudière [ hors RMR ], Laurentides [ hors RMR ] et Montérégie [ hors RMR ]). Web du CEFRIO : www.cefrio.qc.ca. L’information contenue aux présentes ne peut être utilisée ou reproduite à moins NOTES EXPLICATIVES d’une autorisation écrite du CEFRIO. • Adultes québécois : l’ensemble des répondants de 18 ans et plus, qu’ils utilisent ou non Internet. • Internautes québécois : personnes de 18 ans et plus qui utilisent Internet. Photos de la couverture : • nternautes québécois ayant effectué au moins une activité sur les médias sociaux : personnes de I iStockphoto.com/© nyul et Ryan Balderas 18 ans et plus qui utilisent Internet et qui ont indiqué réaliser sur les médias sociaux au moins l’une des activités nommées, et ce, au moins une fois par mois. Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois 3
  4. 4. Faits saillants Les médias sociaux au Québec Loin d’être une simple affaire de jeunes Les données NETendances 2012 révèlent que la grande majorité des internautes (78,1  soit 64,2  des %, % adultes) du Québec utilise les médias sociaux, et ce, de manière régulière. C’est chez les internautes les plus âgés que l’on observe la plus forte progression par rapport à l’année dernière. Cependant, les plus jeunes restent les plus actifs sur les médias sociaux. En 2011, 94,4 % des internautes de 18 à 34 ans utilisaient les médias sociaux, comparativement à 91,0 % en 2012. La stagnation du nombre d’utili- sateurs au sein de ce groupe d’âge peut être le reflet d’une certaine saturation du marché et cacher une hausse sous-jacente, celle du nombre de plateformes utilisées. Un ensemble très hétérogène D’ailleurs, les sites de réseaux sociaux privilégiés varient selon le profil. On peut difficilement parler des médias sociaux en général, tant ceux-ci sont diversifiés et répondent à des besoins différents. Par exemple, Facebook est particulièrement populaire auprès des jeunes adultes (18-34 ans), de même que YouTube, tandis que LinkedIn et Google+ attirent un public plus âgé (25-54 ans). Facebook est utilisé par 59,6 % des internautes, qui y passent en moyenne 6 h par semaine. Les adeptes de Google+ sont tout aussi actifs (5,6 h) mais moins nombreux (22,6 % des internautes, ce qui reste un taux honorable pour un acteur relativement récent). Par ailleurs, 10,1 % des internautes utilisent Twitter, et ce, 5 h par semaine en moyenne. Communautés, fans et leaders d’opinion Les réseaux sociaux disponibles sont multiples et les internautes en choisissent un ou plusieurs, formant ainsi des communautés extrêmement intéressantes pour les entreprises et les organisations, d’autant plus que la moitié des internautes (48,4  utilisent ces plateformes pour suivre un organisme, par l’intermédiaire de %) pages Facebook, de groupes LinkedIn, de comptes Twitter, etc. Ce taux a doublé en l’espace d’à peine un an (il était de 22,9 % en 2011). Mieux encore, avant d’effectuer un achat, les deux tiers des internautes (67,4 %) se fient à leurs pairs ou à des sources extérieures sur les médias sociaux. Sur Internet, plus que jamais, le processus de consommation est actif et réfléchi, ce qui amène les entreprises et organisations à réévaluer leur stratégie de présence en ligne.4 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois
  5. 5. Utilisateurs de médias sociauxUne grande majorité d’internautes utilise les médias sociauxEn 2012, près de 8 internautes sur 10 (ou 78,1 %, ce qui correspond à 64,2 % des adultes québécois)utilisent les médias sociaux. Ils étaient 73,3 % en 2011. Utilisateurs de médias sociaux, enOn compte significativement plus d’adeptes parmi les internautes pourcentage des internautes et des adultes,de 18 à 44 ans (88,7 %). Ceux ayant des enfants à la maison 2011-2012(85,4 %), ceux détenant un diplôme universitaire (83,1 %), lesprofessionnels (87,1 %) et les étudiants (92,2 %) sont également 78 %significativement plus nombreux à utiliser les médias sociaux. Internautes 73 % Selon eMarketer, le Canada était en 2011 le premier utili­ 64 % sateur mondial de réseaux sociaux (en taux de pénétration Adultes comme en durée d’utilisation active, et ce, pour tous les 59 % sous-groupes d’âge). Le pays passerait au deuxième rang en 2012, tout juste derrière les États-Unis. Le réseau le plus 2012 2011 populaire, Facebook, atteindrait 17,1 millions d’utilisateurs au Canada en 2014. 1 Base : nternautes (n = 824 en 2012 et 806 en 2011) et i adultes (n = 1001 en 2012 et 1000 en 2011)Saturation chez les jeunes, progression chez les plus âgés 8 internautesPar rapport à l’année dernière, on observe une stagnation de l’utilisation des médias sociaux chez les plus québécois sur 10,jeunes (en 2011, 94,4 % des internautes de 18 à 34 ans utilisaient les médias sociaux ; ils sont 91,0 % en soit 2 adultes sur 3,2012), et à l’augmentation de l’utilisation à partir de 35 ans, notamment chez les aînés. Il est logique d’arriver utilisent les médiasà une certaine saturation chez les jeunes, où le taux dépassait déjà les 90 % l’année dernière, et à une forme sociaux.de rattrapage chez les sous-groupesd’âge où la marge de progression Utilisateurs de médias sociaux selon l’âge, 2011-2012était bien plus élevée. 98 % 91 %* 91 % 92 % 85 % 76 % 2012 2011 76 % 69 %Rappelons cependant que si les 59 % 55 % 53 %médias sociaux prennent une place 39 %de plus en plus importante dans lecercle privé, leur usage reste marginal 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plusau travail : en 2011, seulement 4,4 %des adultes les citaient parmi leurs Base : internautes (n = 824 en 2012 et n = 806 en 2011)principaux outils de communication *  ompte-tenu de la marge d’erreur pour le groupe des 18 à 24 ans, on ne peut pas conclure à une baisse entre 2011 et 2012, C car la différence n’est pas statistiquement significative.dans un contexte professionnel. 2 Avis d’experts De plus en plus de parents ou de grands-parents sont présents sur les réseaux sociaux, au désarroi de leurs enfants, qui peuvent se sentir surveillés (aux États-Unis, 60 % des parents espionneraient le profil de leur enfant sur Facebook 4). Les jeunes internautes commencent à s’apercevoir que la gestion de leur vie privée sur les médias sociaux n’est pas aussi simple qu’ils se l’imaginaient. Selon une étude de Pew  5 , une partie des adolescents migrerait ainsi vers Twitter, qui permet un certain anonymat et une plus grande liberté que des réseaux comme Facebook. Thoma Daneau, spécialiste médias sociaux, Adviso1 R och COURCY, Agence QMI, « Les Canadiens : fous des réseaux sociaux », Canoe.ca, [ En ligne ], 28 mars 2012. [ http://cefr.io/5m ] (Consulté le 31 août 2012)2 C OMSCORE, « The State of Social Medi », comScore.com, [ En ligne ], 24 février 2012. [ http://cefr.io/5n ] (Consulté le 31 août 2012)3 C EFRIO, NETendances, volume 2, numéro 8 : L’informatisation du Québec en 2011, p. 10 [ http://cefr.io/4b ].4 A VG, « An AVG Digital Diaries guide for parents - putting yourself in your childrens’ shoes », Scribd.com, [ En ligne ], 24 avril 2012, [ http://cefr.io/5o ] (Consulté le 31 août 2012)5 M artha IRVINE, « Teens migrating to Twitter — sometimes for privacy », NBC News, [ En ligne ], 30 janvier 2012, [ http://cefr.io/5p ] (Consulté le 31 août 2012) Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois 5
  6. 6. Usages des médias sociaux Sur les médias Usages des médias sociaux sociaux, environ Sur les médias sociaux, l’activité la plus populaire est la consultation de contenu, pratiquée par 69,3 % 2 internautes sur 3 des internautes, suivie de près par le maintien d’un profil d’utilisateur actif (63,8 % des internautes). consultent du contenu Viennent ensuite, presque à égalité, le relais ou le partage de contenu (54,1 %) et l’interaction avec ou maintiennent un d’autres utilisateurs (52,8 %). Enfin, 32,2 % des internautes créent du contenu dans les médias sociaux. profil actif, 1 sur 2 interagit avec d’autres utilisateurs ou relaie du Usages des médias sociaux en 2012 contenu, et 1 sur 3 crée 69 % 64 % du contenu. 54 % 53 % 32 % Consulter du Maintenir un profil Relayer ou partager Interagir avec Créer du contenu contenu dans les d’utilisateur actif du contenu dans d’autres utilisateurs dans les médias sociaux (1) sur un ou des les médias sociaux (3) de médias sociaux (4) médias sociaux (5) réseaux sociaux (2) Base : internautes (n = 824 en 2012) 6 Parmi les internautes, Les 18-44 ans sont plus actifs 2 hommes sur 5 Les internautes de 18 à 44 ans, ceux ayant des enfants à la maison et les étudiants sont proportionnellement créent du contenu sur plus nombreux à effectuer la quasi-totalité de ces activités. Par ailleurs, les internautes détenant un les médias sociaux, diplôme universitaire (78,4 %) et les professionnels (81,6 %) sont significativement plus nombreux à se comparativement servir des médias sociaux pour consulter du contenu. De plus, les hommes (39,2 %) créent davantage à 1 femme sur 4. de contenu que les femmes (25,2 %). On note enfin que le revenu et la région n’ont presque aucune incidence sur ces différentes activités. Usages des médias sociaux, selon l’âge 91 % 91 % 85 % 76 % 59 % 53 % 88 % 87 % 83 % 82 % 86 % 78 % 77 % 78 % Parmi les 18-34 ans, 77 % 74 % 63 % 59 % 1 internaute sur 2 51 % 59 % 57 % crée du contenu dans 50 % 40 % 49 % 35 % 40 % les médias sociaux. 39 % 40 % 30 % 31 % 22 % 29 % 23 % 20 % 14 % 11 % 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Consulter du contenu sur les médias sociaux Maintenir un profil dutilisateur actif sur un ou des réseaux sociaux Relayer ou partager du contenu sur les médias sociaux Interagir avec dautres utilisateurs de médias sociaux Créer du contenu sur les médias sociaux Base : internautes (n = 824) Total utilisateurs de médias sociaux (1) 6 Ex. : lire des blogues ou des gazouillis (tweets), des forums, des avis de consommateurs, écouter de la baladodiffusion (podcasts), regarder des vidéos de type YouTube, regarder des profils d’entreprises ou d’organisations sur des réseaux sociaux. (2) Ex. : Facebook, LinkedIn, Foursquare, Google+. (3) Ex. : partager un article, une vidéo, une photo, un gazouillis (tweet). (4) Ex. : partager ses opinions avec d’autres, publier des mises à jour sur Twitter, répondre à un fil de discussion sur un forum ou un blogue, contribuer à un wiki. (5) Ex. : publier un blogue, un wiki ou déposer (uploader) de la vidéo ou de la musique.6 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois
  7. 7. Les réseaux sociaux, une activité régulièreLa plupart de ces activités sont fréquemment réalisées : au moins une fois par semaine, 55,6 % desinternautes consultent du contenu, 44,4 % maintiennent un profil, 39,1 % interagissent avec d’autresutilisateurs et 34,2 % relaient ou partagent du contenu. Seule la création de contenu compte autantd’utilisateurs réguliers (16,4 %) qu’occasionnels (15,8 %). Fréquence des activités dans les médias sociaux 31 % 36 % 46 % 47 % 69 % 64 % 68 % 4% 8% 8% 54 % 53 % 1 internaute sur 3 11 % 9% 6% 23 % 8% consulte du contenu 11 % 32 % 18 % 18 % dans les médias 9% 33 % 22 % 7% sociaux tous les jours. 27 % 21 % 11 % 12 % 6% Consulter du Maintenir un profil Relayer ou partager Interagir avec d’autres Créer du contenu contenu sur les d’utilisateur actif du contenu sur utilisateurs de sur les médias sociaux médias sociaux sur un ou les médias sociaux médias sociaux des réseaux sociaux Au moins une fois par jour Au moins une fois par semaine, mais moins d’une fois par jour Au moins une fois par mois, mais moins d’une fois par semaine Moins d’une fois par mois Jamais Total internautes faisant cette activité dans les médias sociaux Base : internautes (n = 824) Avec les médias sociaux, les entreprises ont potentiellement accès à une véritable mine d’information. Les utilisateurs créent eux- mêmes du contenu reflétant leurs opinions, leurs préférences, leur profil. Mais encore faut-il pouvoir dégager des modèles, des tendances de ce flux continu de données, ce que se proposent de faire de nombreuses solutions d’exploration de données (data mining). Ces logiciels, complexes, n’ont toutefois pas le marketing pour seule application, certains étant utilisés pour localiser les criminels, par exemple. 7 Avis d’experts Les entreprises ont avantage à surveiller de près ce qui se partage à leur sujet sur les médias sociaux, et à y être actives : qu’elles y soient présentes ou non, on y parle d’elles. Des outils de mesure et de veille permettent aux marques d’offrir un service à la clientèle sur les médias sociaux. Selon une étude américaine 8, 29 % des internautes américains auraient utilisé Facebook et 8 % Twitter pour communiquer avec une marque ou lui donner leur avis. Des compagnies québécoises comme TELUS ont été jusqu’à créer un compte Twitter à l’usage du service à la clientèle. 9 Thoma Daneau, spécialiste médias sociaux, Adviso 61 % des entreprises américaines suivent ce qu’il se dit à leur sujet sur les réseaux sociaux. 107 C hris BOORMAN, « Why data mining is the next frontier for social media marketing », Mashable.com, [ En ligne ], 25 février 2011, [ http://cefr.io/5q]  (Consulté le 31 août 2012)8 Martiz Research, « Consumer Preferences Study: Understanding the voice of the consumer », 7 juin 2012.9 https://twitter.com/telussupport10 James RITCHIE, « Most US companies listen to customers on social network sites », Bizjournals.com, [ En ligne ], 20 juin 2012, [ http://cefr.io/5r ] (Consulté le 31 août 2012) Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois 7
  8. 8. Interaction et influence dans les médias sociaux En 2012, 1 internaute Deux fois plus d’internautes suivent des organismes sur 2 suit une sur les médias sociaux entreprise ou une En l’espace d’un an, la proportion d’internautes utilisant les médias sociaux pour suivre une organisation 11 organisation sur a doublé, passant de 22,9 % en 2011 à 48,4 % en 2012 12. les médias sociaux, un taux deux fois Les 25-34 ans sont significativement plus nombreux à utiliser les médias sociaux pour cet usage supérieur à celui (72,3 % des internautes), ainsi que les professionnels (59,7 %) et les internautes détenant un diplôme de 2011. universitaire (55,3 %). Suivez-vous une marque, une entreprise, Aux États-Unis, d’après un projet de recherche mené un organisme ou un ministère sur les médias sociaux ? conjoin­­ tement par Shop.org, comScore et The Partnering Group, près de 2 adultes sur 5 suivent des détaillants sur Oui un ou plusieurs sites de réseaux sociaux. La meilleure 23 % Oui Non Non 48 % plateforme pour cet usage ? Il ne s’agit pas de Facebook, 77 % 52 % mais du plus récent Pinterest, où les usagers suivent en moyenne 9,3 détaillants. Celui-ci est talonné par Twitter (8,5 détaillants suivis en moyenne) et ensuite seulement 2011 2012 par Facebook (6,9). 13 Base : nternautes (n = 824 en 2012 et n = 806 en 2011) i Pour quelles raisons suivre un organisme sur les médias sociaux ? La présence sur les médias sociaux est cruciale pour une organisation, qu’il s’agisse d’une marque en quête de popularité, d’une entreprise cherchant à fidéliser sa clientèle, d’un ministère souhaitant apporter un meilleur service à ses citoyens ou de tout organisme voulant créer un nouveau lien avec son client. De leur côté, les individus aussi y trouvent leur compte, pour différentes raisons, principalement pour se divertir (57,7 % de ceux qui suivent une organisation), parce que l’information diffusée rejoint leurs intérêts (55,8 %), pour être au courant des nouveautés (54,3 %) ou pour trouver des réponses à leurs questions (53,6 %). Avis d’experts Pour quelle(s) raison(s) suivez-vous une marque, une Pour la plupart des usagers, les médias entreprise, un organisme ou un ministère sur sociaux ne sont plus un phénomène les médias sociaux ? nouveau. Les internautes attendent donc Pour vous divertir 58 % des entreprises davan­age qu’une simple t 42 % page ou un coupon-rabais sur Facebook. Parce que l’information diffusée rejoint vos intérêts 56 % nc Ces dernières doivent investir beaucoup 54 % Pour être au courant des nouveautés 61 % plus dans leur stratégie de contenu de 54 % média social. Le défi est double  attirer une : Pour trouver des réponses à vos questions 54 % communauté, mais surtout la garder en vie. Pour trouver des aubaines / profiter des promotions 34 % 45 % C’est pourquoi des compa­ nies telles que g 32 % Parce que vous supportez la cause Red Bull investissent de plus en plus dans du nc Pour interagir avec une communauté 29 % contenu vidéo afin d’alimenter leur présence ayant les mêmes intérêts que vous 33 % dans les médias sociaux. Parce que vous êtes déjà client 29 % nc Thoma Daneau, spécialiste médias sociaux, 7% Pour être ambassadeur de la marque Adviso nc nc Pour converser avec l’entreprise ou la marque 27 % Pour d’autres raisons 14 % 20 % 2012 2011 Base : utilisateurs de médias sociaux suivant une marque, une entreprise, un organisme ou un ministère sur les médias sociaux (n = 400 en 2012 et 185 en 2011) 11 Marque, entreprise, ministère ou autre organisme. La question a été légèrement modifiée entre 2011 et 2012 / Question posée en 2012 : « Au cours de la dernière année, quelles ont été les raisons pour lesquelles vous 12 avez suivi une marque, une entreprise ou un organisme ou encore un ministère gouvernemental sur les médias sociaux (p. exemple Facebook, Twitter, Google +, LinkedIn, etc.) ? » / Question posée en 2011 : « Vous est-il déjà arrivé de suivre une marque, une entreprise, un organisme ou un ministère sur les médias sociaux ? Si oui : Pour quelles raisons suivez-vous une marque, une entreprise, un organisme ou un ministère sur les médias sociaux ? » NATIONAL RETAIL FEDERATION, « Survey Finds Consumers Using Pinterest to Engage With Retailers More Than Facebook, Twitter », Nrf.com, [ En ligne ], 31 mai 2012, 13 [ http://cefr.io/5s ] (Consulté le 31 août 2011)8 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois
  9. 9. L’influence des autres internautes avant un achatDeux tiers des internautes (67,4  consultent des avis ou recommandations sur Internet avant de procéder à un achat, qu’il soit %)en ligne ou hors ligne. Les trois quarts d’entre eux (soit 51,9  des internautes) se renseignent notamment auprès de personnes %qu’ils connaissent (amis, famille ou connaissances). Ainsi, sur Internet, si les avis émanant de notre cercle de connaissances comptentdavantage, ceux d’autres internautes inconnus sont loin d’être ignorés. Parmi les internautes, 35,8 % écoutent les experts tiers, 30,1 % lesavis de consommateurs, 19,0 % les membres d’une communauté et 14,4 % des blogueurs. Quand vous magasinez pour un produit ou un service, vous arrive-t-il de considérer les avis ou recommandations sur Internet en provenance de ... ? 67 % 52 % 48 % 43 % 36 % 30 % 2 internautes sur 3 19 % 14 % 15 % consultent d’autres internautes avant Total OUI Total OUI Famille Connaissances Experts Autres Membres Blogueurs Autres d’effectuer un achat. (amis, ou amis (ex. sur tiers consommateurs d’une famille ou proches Facebook) (ex. Protégez- (ex. Google communauté connaissances) (ex. sur Vous) Places) sur Internet Facebook) ou d’un réseau social Base : internautes (n = 824) « Les amis de mes amis sont mes amis. » Sur les réseaux sociaux, cela s’applique aussi aux marques. On observe un effet « ricochet » de l’audience d’une page ou d’un compte d’entreprise. Par exemple, aux États-Unis, près d’1 internaute sur 5 (18 %) est susceptible d’acheter une marque que l’un de ses amis suit sur les réseaux sociaux, d’après eMarketer. Au Canada, ce taux est de 13 % 14. Et d’après un test réalisé par comScore pour ASOS, les fans d’ASOS ont 3,6 fois plus de propension à visiter le site Web d’ASOS, ce qui semble logique, mais surtout, les amis de ces fans ont 2,7 fois plus de propension à visiter le site eux aussi 15. Autrement dit, la publicité ou les stratégies de réseaux sociaux peuvent s’avérer encore plus rentables que prévu, et attirer efficacement de nouveaux clients.Qui consulte le plus les avis sur Internet ?Les hommes (70,8 %) sont significativement plus nombreux que les femmes (63,9 %) à consulter des avis ou recommandations surInternet, de même que les internautes de 18 à 34 ans (77,9 %, comparativement à 40,1 % chez les 65 ans et plus), ceux dont le revenufamilial annuel est supérieur à 80 000 $ (81,3 %), ceux détenant un diplôme universitaire (75,2 %) ainsi que les étudiants (85,1 %). Internautes considérant les avis ou recommandations sur Internet 81 % 72 % 81 % 76 % 75 % 75 % 64 % 60 % 70 % 63 % 59 % 57 % 44 % 40 % 18 à 25 à 35 à 45 à 55 à 65 ans Moins de 20 000 $ à 40 000 $ à 60 000 $ à Plus de Primaire ou Collégial Universitaire 24 ans 34 ans 44 ans 54 ans 64 ans et plus 20 000 $/an 39 999 $/an 59 999 $/an 79 999 $/an 80 000 $/an secondaire Base : internautes (n = 824) Qui sont les influenceurs ? Pour s’y retrouver parmi le flot d’informations disponibles sur le Web, les internautes suivent des pages ou des personnalités sur les médias sociaux, mais ils ne suivent pas n’importe qui. Sur Internet aussi, il existe des leaders d’opinion, comme CNN ou le New York Times en matière d’actualité 16. L’influence sur le Web peut même constituer un critère d’embauche : d’après le site WIRED, Sam Fiorella, fort de 15 ans d’expérience en consulting auprès de marques comme AOL, Ford ou Kraft, s’est vu refuser un poste car son score sur le site Klout – qui mesure l’influence des individus en ligne sur une échelle de 1 à 100 – n’était que de 34. La personne qui a eu le poste avait un score de 67. 1714 E MARKETER, « The ripple effect of following a brand on social media », eMarketer.com, [ En ligne ], 10 juillet 2012, [ http://cefr.io/5t ] (Consulté le 31 août 2012)15 C OMSCORE, « comScore et Facebook publient une étude sur l’exposition et l’efficacité de la publicité gratuite et payante (’Earned and Paid media’) », comScore.com, [ En ligne ], 18 juillet 2012, [ http://cefr.io/5u ] (Consulté le 31 août 2012)16 M arion AUVRAY, « Médias sociaux : les personnalités définitivement considérées comme le cachet “crédibilité” », Atelier.net, [ En ligne ], 4 mai 2012, [ http://cefr.io/5v ] (Consulté le 31 août 2012)17 TY KIISEL, « It’s Not What You Know, It’s Who You Know? », Forbes.com, [ En ligne ], 2 mai 2012, [ http://cefr.io/5w ] (Consulté le 31 août 2012) Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois 9
  10. 10. Les différents profils d’utilisateurs de médias sociaux Relais ou Interaction Consultation Maintien d’un Création de Suivi d’une Utilisateurs partage de avec d’autres de contenu profil actif contenu organisation contenu usagers Total 78,1 % 69,3 % 63,8 % 54,1 % 52,8 % 32,2 % 48,4  % Sexe Homme 78,4 % 71,5 % 64,0 % 53,8 % 53,9 % 39,2 % 49,0 % Femme 77,8 % 67,0 % 63,5 % 54,3 % 51,7 % 25,2 % 47,9 % Âge 18-24 ans 90,5 % 87,8 % 86,7 % 86,4 % 77,2 % 49,6 % 48,1 % 25-34 ans 91,3 % 82,4 % 83,3 % 76,8 % 77,5 % 49,1 % 72,3 % 35-44 ans 85,0 % 78,4 % 73,6 % 58,8 % 59,4 % 39,0 % 48,9 % 45-54 ans 75,9 % 62,9 % 56,9 % 40,3 % 39,6 % 23,1 % 45,4 % 55-64 ans 58,9 % 51,2 % 35,4 % 30,6 % 28,9 % 11,1 % 32,1 % 65 ans et plus 53,4 % 39,8 % 30,2 % 20,1 % 22,4 % 13,6 % 27,2 % Région Montréal (RMR) 77,0 % 69,1 % 61,4 % 55,4 % 55,1 % 37,3 % 48,2 % Québec (RMR) 76,2 % 70,2 % 61,9 % 49,5 % 52,0 % 27,1 % 43,5 % Est-du-Québec 80,1 % 70,6 % 68,0 % 55,4 % 50,7 % 33,8 % 49,4 % Centre-du-Québec 80,3 % 74,3 % 68,0 % 52,6 % 54,7 % 25,9 % 57,7 % Ouest-du-Québec 79,4 % 64,7 % 66,1 % 53,3 % 46,3 % 24,8 % 44,2 % Composition du ménage Avec enfant(s) à domicile 85,4 % 78,1 % 71,8 % 59,6 % 61,4 % 38,0 % 53,8 % Sans enfant à domicile 73,1 % 63,0 % 58,0 % 50,4 % 46,8 % 28,4 % 44,8 % Revenu familial annuel Moins de 20 000 $ 76,3 % 60,8 % 75,9 % 65,0 % 52,5 % 44,2 % 56,7 % Entre 20 000 $ et 39 999 $ 74,8 % 59,2 % 60,8 % 50,3 % 46,9 % 32,4 % 43,0 % Entre 40 000 $ et 59 999 $ 84,8 % 76,6 % 68,9 % 63,5 % 62,9 % 37,4 % 59,8 % Entre 60 000 $ et 79 999 $ 83,5 % 78,8 % 66,9 % 56,8 % 54,3 % 38,5 % 50,8 % 80 000 $ et plus 83,9 % 76,2 % 67,7 % 60,6 % 59,4 % 31,3 % 53,1 % Occupation Services, bureau, vente 79,4 % 73,1 % 69,4 % 54,9 % 56,4 % 35,3 % 51,5 % Travailleur manuel 67,6 % 61,2 % 55,9 % 41,8 % 45,7 % 23,8 % 38,4 % Professionnel 87,1 % 81,6 % 69,8 % 57,8 % 58,9 % 34,0 % 59,7 % Au foyer 81,8 % 73,6 % 69,0 % 66,0 % 58,8 % 47,0 % 48,5 % Étudiant 92,2 % 79,4 % 84,5 % 80,8 % 72,7 % 44,3 % 54,3 % Retraité 57,0 % 43,3 % 34,0 % 26,2 % 25,8 % 14,2 % 29,7 % Sans emploi 65,1 % 42,6 % 57,8 % 57,8 % 49,9 % 36,2 % 33,7 % Scolarité Secondaire ou moins 72,9 % 58,8 % 59,0 % 50,3 % 49,1 % 29,3 % 42,0 % Collégial 78,0 % 69,9 % 66,8 % 55,9 % 52,2 % 31,0 % 46,6 % Universitaire 83,1 % 78,4 % 65,7 % 55,9 % 57,5 % 36,4 % 55,3 % Base : internautes (n = 824) En caractères gras, bleu foncé : résultats significativement supérieurs, dans un intervalle de confiance de 95 %. En caractères italiques bleus : résultats significativement inférieurs, dans un intervalle de confiance de 95 %.10 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois
  11. 11. Popularité de différents médias sociauxFacebook et YouTube en têteSans grande surprise, le site le plus populaire parmi ceux sondés est Facebook, autant sur le plan du taux d’utilisateurs (59,6 % desinternautes) que de la durée d’utilisation active (6 h en moyenne par semaine). Google+ compte 2,5 fois moins d’utilisateurs (22,6 %des internautes) que son grand rival Facebook, mais ses adeptes y passent tout autant de temps (5,6 h). Même chose pour Twitter, plusmarginal encore que Google+ en matière d’usagers (10,1 %), mais dont les utilisateurs sont assidus (5 h).De son côté, YouTube affiche autant d’utilisateurs que Facebook (57,2  des internautes), mais une plus faible durée d’utilisation %(3,3 h en moyenne). On peut cependant souligner qu’une bonne partie du trafic YouTube se fait à partir d’autres sites Web, et donc queles internautes sous-estiment peut-être le temps passé à regarder des vidéos hébergées sur YouTube.LinkedIn a autant d’adeptes que Twitter (9,6 %), mais ceux-ci y passent moins de temps (2,4 h). Foursquare, quant à lui, ne séduit que1 % des internautes québécois, qui y passent en moyenne 2,2 h par semaine. Utilisation de différents médias sociaux 70 % En moyenne, les utilisateurs de Facebook, de Google+ 60 % Facebook YouTube 60 % et de Twitter passent 57 % 3,3h 6h entre 5 et 6 h par Utilisateurs de chaque média social (en % des internautes) semaine sur chacun 50 % de ces sites. 40 % 30 % Google+ 23 % 20 % 5,6h 1 adulte québécois sur 2 utilise Facebook, 10 % Linkedin Twitter 10 % 10 % 1 sur 5 Google+ Foursquare 2,4h Autres 5h et 1 sur 10 Twitter. 1% 9% 2,2h 4,3h 0% 0 1 2 3 4 5 6 7 Durée moyenne hebdomadaire (en heures passées par les utilisateurs de chaque média social) Base : internautes (n = 824)Facebook compte donc, au Québec, 49,1 % d’utilisateurs parmi les adultes, YouTube en compte 47,0 %,Google+ 18,6 %, Twitter 8,3 %, LinkedIn 7,9 % et Foursquare, 0,8 %. Après son lancement, il aura fallu moins d’un mois à Google+ pour atteindre 25 millions de visiteurs uniques, là où MySpace avait eu besoin de deux ans, et Facebook et Twitter d’environ trois ans. Google+ a vraisemblablement bénéficié d’un marché mûr pour les réseaux sociaux et d’une visibilité immédiate. MySpace, Facebook et Twitter avaient déjà ouvert la voie. À l’heure actuelle, il n’y a que sept marchés où Facebook n’est pas le réseau social dominant : le Brésil, la Pologne, la Chine, la Russie, le Japon, la Corée du Sud et le Vietnam. 1818 M ike SHAW, « The State of Social Media », comScore.com, [ En ligne ], 24 février 2012, [ http://cefr.io/5n ] (Consulté le 31 août 2012) Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois 11
  12. 12. À chaque site son profil d’utilisateur Il est intéressant de constater que si les plus jeunes dominent l’utilisation des médias sociaux, ils ne sont pas en tête pour tous les sites. Ainsi, les internautes de 18 à 24 ans sont significativement plus nombreux à être présents sur Facebook (90,5 %), YouTube (87,8 %) et Twitter (20,3 %), mais ce ne sont pas les plus grands adeptes de LinkedIn, dominé par les internautes de 25 à 54 ans (13,3 %), ni de Foursquare, privilégié par les 25-34 ans (3,1 %). Utilisateurs de différents médias sociaux selon lâge 91 % 88 % 78 % Facebook, YouTube et 76 % Twitter sont privilégiés 66 % par les plus jeunes (18-24 ans), Google+ 64 % 49 % et LinkedIn par des internautes plus âgés 46 % 37 % (25-54 ans). 29 % 31 % 24 % 26 % 33 % 18 % 18 % 21 % 20 % 15 % 14 % 13 % 14 % 15 % 15 % 13 % 12 % 12 % 6% 3% 6% 4% 3% 5% 3% 1% 2% 3% 1% 0% 0% 1% 0% 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et plus Facebook YouTube Twitter Google+ Autres LinkedIn Foursquare Base : internautes (n = 824) Facebook et YouTube sont des médias sociaux très « jeunes », dont l’utilisation décroît clairement avec l’âge (les 18-34 ans les utilisent significativement plus), et attirent aussi les personnes ayant des enfants à la maison et les étudiants. Facebook est également prisé par les personnes au foyer, qui y passent significativement plus de temps (16,4 h par semaine en moyenne). YouTube est préféré par les hommes (65,4 %) et les non-francophones (71,8 %). En revanche, Google+ et LinkedIn attirent un public plus adulte (25-54 ans), et de nombreux non-francophones. LinkedIn est aussi significativement plus utilisé par les hommes (11,9  les résidents de la RMR de Montréal (14,0  et les internautes de revenus %), %) supérieurs (15,4 % au sein de ceux dont le revenu familial annuel se situe entre 60,000 et 79,000 $/an, et 13,5 % de ceux dont le revenu est supérieur à 80,000 $). L’utilisation de Twitter diminue autour de 45 ans. C’est aussi, comme la plupart des autres médias sociaux étudiés, un site privilégié par les étudiants (17,6 %), les diplômés universitaires (13,0 %), les professionnels (15,2 %) et les non-francophones (20,1 %). Il est difficile de dégager une tendance pour Foursquare, qui semble avoir séduit davantage les jeunes adultes (3,1 % des 25-34 ans)   et les personnes de revenus moyens (3,7 % des internautes dont le revenu familial annuel se situe entre 40,000 et 59,000 $). Les réseaux sociaux ouvrent de nouvelles voies à la segmentation marketing. En effet, ce que les marques ciblent à présent, à l’aide de ces plateformes, ce sont des communautés, des regroupements d’individus partageant des centres d’intérêt, voire un mode de vie. Un bon exemple d’entreprise qui a compris ce phénomène est Ford, qui a organisé un concours photo sur Instagram pour le lancement de sa nouvelle Fiesta 19. L’opération a été un succès, et Ford est loin d’être la seule entreprise à percevoir les possibilités de la communauté Instagram. La jeune entreprise Internet a d’ailleurs été rachetée par Facebook pour pas moins d’un milliard de dollars ; une manière d’acheter la concurrence, sans doute, mais aussi un véritable investissement. 20 19 D an KLAMM, « How Ford used Instagram to promote the Fiesta’s high-tech features », Mashable.com, [ En ligne ], 2 février 2012, [ http://cefr.io/5x ] (Consulté le 31 août 2012) 20 S arah KESSLER, « Instagram: from zero to $1 billion in 17 months », Mashable.com, [ En ligne ], 10 avril 2012, [ http://cefr.io/5y ] (Consulté le 31 août 2012)12 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois
  13. 13. Les utilisateurs de Facebook, Linkedin, Twitter, Youtube, Google+ et Foursquare Facebook LinkedIn Twitter YouTube Google+ Foursquare Total 59,6 % 9,6 % 10,1 % 57,2 % 22,6 % 1,0 % Sexe Homme 57,8 % 11,9 % 13,4 % 65,4 % 20,2 % 1,6 % Femme 61,4 % 7,2 % 6,7 % 48,9 % 25,0 % 0,4 % Âge 18-24 ans 90,5 % 2,7 % 20,3 % 87,8 % 14,6 % 0,0 % 25-34 ans 77,9 % 12,9 % 18,1 % 75,9 % 29,0 % 3,1 % 35-44 ans 66,0 % 13,9 % 12,1 % 63,5 % 24,3 % 0,9 % 45-54 ans 49,1 % 13,2 % 3,0 % 45,6 % 26,3 % 0,5 % 55-64 ans 33,4 % 5,7 % 2,2 % 36,9 % 17,9 % 0,6 % 65 ans et plus 31,0 % 0,3 % 4,6 % 20,6 % 15,0 % 0,0 % Langue Français 58,6 % 7,3 % 7,5 % 53,4 % 20,1 % 1,1 % Anglais 63,8 % 18,6 % 20,1 % 71,8 % 32,6 % 0,8 % Région Montréal (RMR) 60,4 % 14,0 % 13,1 % 59,3 % 23,3 % 0,8 % Québec (RMR) 56,3 % 7,9 % 7,5 % 54,0 % 17,5 % 0,0 % Est-du-Québec 54,9 % 0,0 % 4,4 % 60,7 % 14,2 % 1,3 % Centre-du-Québec 64,3 % 5,4 % 6,0 % 55,5 % 29,6 % 0,0 % Ouest-du-Québec 58,2 % 6,3 % 9,0 % 52,4 % 22,6 % 2,8 % Composition du ménage Avec enfant(s) à domicile 64,7 % 11,9 % 8,9 % 63,8 % 24,5 % 0,7 % Sans enfant à domicile 55,9 % 8,1 % 11,1 % 52,3 % 21,6 % 1,3 % Revenu familial annuel Moins de 20 000 $ 72,8 % 4,2 % 11,3 % 60,4 % 35,0 % 0,0 % Entre 20 000 $ et 39 999 $ 61,7 % 5,6 % 6,5 % 54,4 % 23,1 % 0,9 % Entre 40 000 $ et 59 999 $ 66,7 % 5,9 % 9,4 % 60,6 % 22,7 % 3,7 % Entre 60 000 $ et 79 999 $ 60,8 % 15,4 % 16,4 % 66,5 % 28,5 % 0,0 % 80 000 $ et plus 56,4 % 13,5 % 13,5 % 56,4 % 21,6 % 0,7 % Occupation Services, bureau, vente 62,5 % 11,5 % 8,6 % 59,4 % 24,3 % 0,9 % Travailleur manuel 51,8 % 3,7 % 4,9 % 49,5 % 21,1 % 2,2 % Professionnel 58,8 % 19,2 % 15,2 % 62,3 % 27,2 % 1,7 % Au foyer 67,5 % 5,7 % 5,4 % 61,5 % 22,5 % 2,5 % Étudiant 88,7 % 2,3 % 17,6 % 85,4 % 25,1 % 0,0 % Retraité 33,8 % 2,8 % 2,9 % 26,8 % 13,3 % 0,0 % Sans emploi 56,4 % 4,1 % 24,9 % 42,6 % 19,4 % 0,0 % Scolarité Secondaire ou moins 58,8 % 1,2 % 6,7 % 50,5 % 25,3 % 0,9 % Collégial 60,5 % 8,4 % 10,2 % 55,1 % 22,3 % 0,4 % Universitaire 60,4 % 17,8 % 13,0 % 65,1 % 21,1 % 1,7 %Base : internautes (n = 824)En caractères gras, bleu foncé : résultats significativement supérieurs, dans un intervalle de confiance de 95 %.En caractères italiques bleus : résultats significativement inférieurs, dans un intervalle de confiance de 95 %. Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois 13
  14. 14. Défis et enjeux Le Web est maintenant social, comme le montre le taux, en croissance, d’utilisateurs de médias sociaux au Québec. Ou comme le montre l’actualité politique, sociale et économique, qui fait référence, de façon récurrente, aux réseaux sociaux  nouvelles ou images re-tweetées des : milliers de fois, personnalités aux millions de fans ou d’abonnés, effet viral, communautés internationales et mobilisation express. Et comme le montre encore la multitude de boutons de partage (share) qui accompagne les articles, mais aussi les publicités ou les sites ministériels ; le gouvernement américain donne ainsi le choix entre pas moins de… 316 plateformes (image ci-contre). Une étude comScore considère que, sur Internet, 1 minute sur 5 est passée sur les réseaux sociaux, et même que 1 minute sur 7 est passée sur Facebook. Les internautes sont exposés aux médias sociaux parfois sans même s’en apercevoir. L’enquête NETendances révèle que 8 internautes sur 10 sont relativement proactifs sur ces sites, mais il est fort probable que le reste des répondants ait un jour consulté une page Wikipédia ou des avis d’autres consommateurs sur Amazon ou Google Places, ou encore lu un blogue relayé par un journal en ligne. Ceux-là ont aussi fait l’expérience du Web 2.0. À l’heure où l’on étudie les voies d’avenir du Web 3.0, force est de constater que toutes les entreprises et organisations n’ont pas encore intégré le 2.0 dans leurs stratégies, ou n’y ont pas suffisamment investi. Les histoires de réussites sont nombreuses, mais les bonnes pratiques encore opaques, qu’il s’agisse de l’art de faire vivre une communauté en ligne ou du traitement de données non structurées. Pourtant, si les adultes les plus âgés ne sont pas encore tous convaincus, ils sont de plus en plus nombreux sur ces sites, et les jeunes de la génération C, quant à eux, pourraient difficilement se passer des réseaux sociaux : aux États-Unis, les 15-24 ans passent en moyenne 67 minutes par semaine à écrire des courriels, 265 minutes à faire du clavardage… et 483 minutes sur les réseaux sociaux. Le Web est donc social, mais aussi mobile. Le monde de l’instantanéité et de l’échange que constituent les médias sociaux est parfaitement alimenté par les technologies mobiles, appareils et applications, comme le souligne Gartner dans ses analyses des grandes tendances numériques. Les médias sociaux seraient même la principale raison pour laquelle les individus achètent un téléphone intelligent plutôt qu’un cellulaire de base. Au Québec comme dans le monde, les médias sociaux ont donc amené un bouleversement de l’industrie technologique, mais aussi des pratiques de gestion des organisations et du marketing en général. 21 M ike SHAW, « The State of Social Media », comScore.com, [ En ligne ], 24 février 2012, [ http://cefr.io/5n ] (Consulté le 31 août 2012) 22 Idem 23 T he Nexus of Forces: Social, Mobile, Cloud and Information. Gartner, 14 juin 2012.14 Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois
  15. 15. VOTRE PORTE D’ENTRÉE ArchitectesAUX SERVICES WebGOUVERNEMENTAUX du www.gouv.qc.ca Service québécois de changement d’adresse Créer son entreprise stratégie | ergonomie | marketing | référencement | analytics | social Mon dossier citoyen Certificat de naissance Urgence Québec Devenir parent S’installer au Québec Que faire en cas de décès ? Programmes et services pour les aînés Personnes handicapées Perdre son autonomie Vivre en logement PSQ -061(2012-09) adviso.ca/architectes
  16. 16. Le CEFRIO est le Centre Facilitant la Recherche et l’Innovation dans les Organisations à l’aide des technologies de l’informationet de la communication (TIC). Il regroupe plus de 150 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que74 chercheurs associés et invités. Sa mission  contribuer à faire du Québec une société numérique grâce à l’usage des :technologies comme levier de l’innovation sociale et organisationnelle. Le CEFRIO, en tant que centre de liaison et de transfert,réalise en partenariat des projets de recherche-expérimentation, d’enquêtes et de veille stratégique sur l’appropriation desTIC à l’échelle québécoise et canadienne. Ces projets touchent l’ensemble des secteurs de l’économie, tant privés que public.Les activités du CEFRIO sont financées à près de 67 % par ses propres projets et à 33 % par le ministère du Développementéconomique, de l’Innovation et de l’Exportation, son principal partenaire financier. Principal partenaire financier du CEFRIO Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec le CEFRIO. Bureau de Québec Bureau de Montréal 888, rue Saint-Jean 550, rue Sherbrooke Ouest Bureau 575 Tour Ouest, bureau 471 Québec (Québec) Montréal (Québec) G1R 5H6 Canada H3A 1B9 Canada Tél. : 418 523-3746 Tél. : 514 840-1245 Courriel : info@cefrio.qc.ca • Site Web : www.cefrio.qc.caLes thèmes des prochains numéros de NETendances 2012 Les médias sociaux1. 2. 3. Les médias sociaux Le divertissement en ligne Internet comme source d’information ancrés dans les habitudes4. 5. 6. La mobilité Le gouvernement en ligne Le commerce électronique et les services bancaires en ligne des Québécois7. L’informatisation du Québec Volume 3 - Numéro 1 Merci à nos partenaires ! Une réalisation du Avec la collaboration de
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×