Le CEFRIO est le centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’inf...
Architectes   Web                                                       dustratégie | ergonomie | marketing | référencemen...
Table des matières                                                                                                        ...
Faits saillants                               Connexion : la croissance continue d’Internet au Québec                     ...
Internet poursuit sa progression au QuébecEn 2011, ce ne sont plus que 17,9  des adultes québécois qui ne se connectent ja...
Les régions sont-elles vraiment moins connectées ?                               Trois facteurs servent à expliquer l’esse...
Stabilité dans le branchement à domicile                                                                      Le taux de d...
Combien d’heures les Québécois passent-ils sur Internet ?                                          En 2011, les internaute...
Profil des internautes                                                                                                    ...
Communiquer                                              La téléphonie en tête des moyens de communication                ...
Communiquer avec ses proches :cellulaire et réseaux sociaux progressentDans le cadre personnel, l’outil de communication l...
Au travail, le cellulaire gagne du terrain chez les 18-34 ans, mais les réseaux     sociaux stagnent     Dans le cadre pro...
Se divertirÉquipement de loisir : la télévision haute définition progresse,surtout chez les plus jeunes                   ...
Taux de possession des équipements selon le profil                                                                        ...
NETendances - L'informatisation du Québec en 2011
NETendances - L'informatisation du Québec en 2011
NETendances - L'informatisation du Québec en 2011
NETendances - L'informatisation du Québec en 2011
NETendances - L'informatisation du Québec en 2011
NETendances - L'informatisation du Québec en 2011
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

NETendances - L'informatisation du Québec en 2011

1,381 views
1,267 views

Published on

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,381
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
141
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

NETendances - L'informatisation du Québec en 2011

  1. 1. Le CEFRIO est le centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’informationet de la communication (TIC). Il regroupe plus de 150 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que74 chercheurs associés et invités. Sa mission  contribuer à faire du Québec une société numérique, grâce à l’usage des :technologies comme levier de l’innovation sociale et organisationnelle. Le CEFRIO, en tant que centre de liaison et de transfert,réalise, en partenariat, des projets de recherche-expérimentation, d’enquêtes et de veille stratégique sur l’appropriation desTIC à l’échelle québécoise et canadienne. Ces projets touchent l’ensemble des secteurs de l’économie, tant privé que public.Les activités du CEFRIO sont financées à près de 64 % par ses propres projets et à 36 % par le ministère du Développementéconomique, de l’Innovation et de l’Exportation, son principal partenaire financier. Principal partenaire financier du CEFRIO Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec le CEFRIO. Bureau de Québec Bureau de Montréal 888, rue Saint-Jean 550, rue Sherbrooke Ouest Bureau 575 Tour Ouest, bureau 471 Québec (Québec) Montréal (Québec) G1R 5H6 Canada H3A 1B9 Canada Tél. : 418 523-3746 Tél. : 514 840-1245 Courriel : info@cefrio.qc.ca • Site Web : www.cefrio.qc.caLes thèmes des numéros de NETendances 20111. Les médias sociaux L’informatisation2. Le divertissement en ligne3. La mobilité4. Internet comme source d’information du Québec en 20115. Le gouvernement en ligne6. Le commerce électronique et les services bancaires en ligne7. Les diverses générations d’internautes8. L’informatisation du Québec Volume 2 - Numéro 8 Merci à nos partenaires ! Une réalisation du Avec la collaboration de
  2. 2. Architectes Web dustratégie | ergonomie | marketing | référencement | analytics | social adviso.ca/architectes
  3. 3. Table des matières L’informatisation du Québec en 2011FAITS SAILLANTS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 L’enquête NETendances 2011 a été réalisée par le CEFRIO, en collaboration avec LégerINTERNET POURSUIT SA PROGRESSION AU QUÉBEC . . . . . . . . . . . . . . . 5 Marketing, et financée par Adviso,Quels sont les facteurs qui influencent l’utilisation d’Internet ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 le Mouvement des caissesLes régions sont-elles vraiment moins connectées ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Desjardins, Services QuébecStabilité dans le branchement à domicile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 et TELUS.La haute vitesse, définitivement installée dans les foyers québécois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 COLLABORATIONCombien d’heures les Québécois passent-ils sur Internet ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 ÉQUIPE DU PROJETÉquipement : priorité à la mobilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Josée BeaudoinProfil des internautes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Vice-présidente, Innovation et Transfert, CEFRIO – Montréal Supervision du projetCOMMUNIQUER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10La téléphonie en tête des moyens de communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Claire Bourget Directrice de la recherche marketing,Communiquer avec ses proches : cellulaire et réseaux sociaux progressent. . . . . . . . . . . . . . . . . 11 CEFRIOAu travail, le cellulaire gagne du terrain chez les 18-34 ans, mais les réseaux sociaux stagnent. . 12 Coordination du projet Marianne Lorthiois Chargée de projet, CEFRIOSE DIVERTIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Analyse des données et rédactionÉquipement de loisir : la télévision haute définition progresse, surtout chez les plus jeunes. . . . 13 Raphaël DanjouTaux de possession des équipements selon le profil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Directeur de la veille stratégique, CEFRIONAVIGUER EN TOUTE SÉCURITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 AVIS D’EXPERTSDes usagers prudents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Marie Nicollet Stratège Web, AdvisoFraude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Thoma DaneauLieux des transactions sécurisées sur Internet et perceptions de sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Spécialiste médias sociaux, AdvisoRenseignements personnels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Jean-Frédéric Bergeron Poudrier Stratège Web, AdvisoDÉFIS ET ENJEUX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 ÉQUIPE D’ÉDITION Annie Lavoie Conseillère en communication Coordination de l’édition Tony Bureau Révision linguistique Brigitte Ayotte, Ayograph Graphisme MÉTHODOLOGIE Merci à l’équipe de Léger Marketing Pour réaliser le fascicule sur l’informatisation de l’enquête NETendances 2011, nous avons fait appel à plusieurs pour sa collaboration à la collecte collectes de données en 2011 (mai, juin, juillet, août et octobre) au cours desquelles nous avons interrogé et au traitement des données ainsi au téléphone environ 1 000 adultes québécois, lors d’un sondage omnibus de Léger Marketing. Les résultats qu’à l’équipe d’Adviso pour ses avis ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région et de la langue des répondants, afin d’assurer la d’experts. représentativité de l’ensemble des adultes québécois. La marge d’erreur, selon la proportion estimée, se situe Dépôt légal : 2012 à ± 0,89 % pour la base des adultes pour la question du taux d’utilisation d’Internet, à ± 3,1 % pour la base des Bibliothèque et Archives nationales adultes pour les autres questions et atteint un maximum de ± 3,56 % pour la base des internautes, 19 fois sur 20. du Québec Aux fins du sondage, 16 régions administratives du Québec ont été regroupées en 5 grandes régions : Bibliothèque et Archives Canada la RMR de Montréal (Montréal, Laval, Lanaudière [ RMR ], les Laurentides [ RMR ] et la Montérégie [ RMR ]) ; ISSN 1923-6565 (imprimée) la RMR de Québec (Québec [ RMR ] et la Chaudière-Appalaches [ RMR ]) ; l’Est du Québec (le Bas-Saint-Laurent, ISSN 1923-6573 (PDF) le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine) ; le Centre du Québec (la Mauricie, l’Estrie, le Centre-du-Québec, Québec [ hors RMR ] et la Chaudière-Appalaches [ hors RMR ]) ; et l’Ouest La version PDF de ce numéro sur du Québec (l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue, Lanaudière [ hors RMR ], les Laurentides [ hors RMR ] et la les générations d’internautes peut Montérégie [ hors RMR ]). être téléchargée dans la section « Publications » du site Web du CEFRIO : www.cefrio.qc.ca. NOTES EXPLICATIVES L’information contenue aux présentes ne • Adultes québécois : ensemble des répondants de 18 ans et plus, qu’ils utilisent Internet ou non. peut être utilisée ou reproduite à moins d’une autorisation écrite du CEFRIO. • Internautes québécois (et internautes occasionnels) : personnes de 18 ans et plus qui utilisent Internet. Photos de la couverture : • Internautes réguliers : personnes de 18 ans et plus qui ont utilisé Internet au moins une fois au cours de la iStockphoto.com/©René Mansi semaine qui précédait le sondage. iStockphoto.com/©kizilkayaphotos • Données comparatives des années antérieures (2009 et 2010) : les collectes de données ont été réalisées auprès d’échantillons d’au moins 1000 adultes québécois. Les résultats ont été pondérés en fonction du sexe, de l’âge, de la région et de la langue des personnes sondées afin d’assurer la représentativité de l’ensemble des adultes québécois. L’informatisation du Québec en 2011 3
  4. 4. Faits saillants Connexion : la croissance continue d’Internet au Québec Les données de NETendances 2011 révèlent que 82,1  des adultes québécois sont des utilisateurs % d’Internet, et 77,0 % sont même des internautes réguliers. Internet poursuit donc sa progression, bien que celle-ci soit moins marquée qu’au début des années 2000. Le taux d’utilisation d’Internet baisse significativement à mesure que l’âge des répondants avance, et augmente avec leur revenu et leur niveau de scolarité. Par ailleurs, les téléphones intelligents et ordinateurs portables progressent (respectivement +12 et +16 points de pourcentage depuis 2009) aux dépens des cellulaires de base et des ordinateurs de table : la mobilité ne fait pas que progresser, elle se perfectionne, et la part des téléphones intelligents dans l’ensemble du marché du cellulaire grandit. Communication : le cellulaire s’impose, les réseaux sociaux peinent à dépasser le cercle privé Bien que le téléphone fixe soit encore l’outil de communication principal, au travail comme à la maison, il est de plus en plus délaissé par les jeunes, qui lui préfèrent le cellulaire, les SMS et les réseaux sociaux. Ces derniers figurent en 4e position des modes de communication dans un cadre personnel, utilisés par 39,3 % des internautes, soit une hausse de 10 points de pourcentage par rapport à 2010, mais constituent l’outil le moins utilisé dans un cadre professionnel ou scolaire (4,4 %). Les outils plus traditionnels tels que le courriel et le clavardage, quant à eux, stagnent. Divertissement : la télévision haute définition devient la norme En matière de divertissement, de nouveau, les nouvelles générations d’outils remplacent les anciennes, avec la progression de la télévision haute définition (en hausse de 11 points de pourcentage par rapport à 2010, et même de 27 points chez les 18 à 34 ans) au détriment de la télévision standard (qui a perdu 10 points de pourcentage en un an). Sécurité : des internautes prudents Enfin, en matière de sécurité, on ne note pas de réel changement par rapport aux années précédentes. Un internaute sur 4 (24,5 %) fait des transactions sécurisées hors de chez lui et 1 sur 10 (9,0 %) sur un appareil mobile. Seulement 3,3 % des propriétaires d’ordinateur disent ne pas protéger leur machine à l’aide d’outils comme les pare-feu ou les antivirus. De plus, 62,9 % des internautes affirment ne jamais divulguer de renseignements personnels en ligne.4 L’informatisation du Québec en 2011
  5. 5. Internet poursuit sa progression au QuébecEn 2011, ce ne sont plus que 17,9  des adultes québécois qui ne se connectent jamais à Internet. % Au Québec, 82 %Le Québec compte donc 82,1 % d’utilisateurs d’Internet, et 77,0 % d’utilisateurs réguliers (au moins une des adultes utilisentconnexion au cours des 7 derniers jours). Internet.Quels sont les facteurs qui influencent l’utilisation d’Internet ?La proportion d’internautes dans la population varie signifi­a­i­ ctvement selon l’âge, le revenu et la scolarité. Taux d’utilisateurs réguliers d’Internet selon le sexe et l’âgeOn observe aussi des différences significatives des taux de con­ 94 % 97 % 91 % 94 % 91 % 91 %nexion selon le sexe et la région, qui reflètent l’influence du trio 82 % 82 % 71 % 69 %âge/scolarité/revenu. C’est ce que souligne le professeur Stéphane 48 %Gauvin, chercheur associé du CEFRIO et professeur titulaire à 35 %l’Université Laval (voir page 6).En effet, les femmes ont des revenus inférieurs à ceux des 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54 ans 55-64 ans 65 ans et plushommes et, au Québec, les femmes de 55 ans et plus sont moins Hommes Femmesscolarisées que les hommes (celles de moins de 55 ans le sont Base : adultes québécois (n=12 000)en revanche plus) . Ce constat explique le graphique ci-contre 1et démontre que la différence de connexion est à nuancer : lesfemmes de 18 à 34 ans sont significativement plus connectées que les hommes du même âge (94,9 %, comparativement à 91,9 %),celles de 35 à 54 ans le sont autant (86,3 %, comparativement à 86,1 %), mais celles de 55 ans et plus le sont significativement moins(50,4 %, comparativement à 59,6 %), un écart essentiellement dû aux femmes de 65 ans et plus.La situation géographique est elle aussi à analyser en tenant compte des profils sociodémographiques combinés de chacune(voir page 6). Utilisateurs réguliers Utilisateurs réguliers Utilisateurs réguliers d’Internet selon l’âge d’Internet selon le revenu d’Internet selon le niveau familial annuel de scolarité 95 % 95 % 92 % 91 % 92 % 92 % 86 % 82 % 83 % 70 % 68 % 63 % 51 % 41 % 19 % 18 à 25 à 35 à 45 à 55 à 65 ans Moins de 20 000 $ à 40 000 $ à 60 000 $ à Plus de Primaire Secondaire Collégial Universitaire 24 ans 34 ans 44 ans 54 ans 64 ans et plus 20 000 $/an 39 999 $/an 59 999 $/an 79 999 $/an 80 000 $/anBase : adultes québécois (n=12 000) Utilisateurs réguliers d’Internet, 2000-2011 77 % 71 % 72 % 73 % 75 % Un tiers (35 %) de la population mondiale utilise Internet 64 % 66 % 52 % 55 % 59 % en 2011 2. Le taux du Québec (82,1 %) est assez similaire 40 % 49 % à ceux du Canada (81,6 %) et des États-Unis (78,3 %) 3. La Chine, avec 37 % de ses citoyens utilisant Internet, représente presque le quart des internautes du monde. 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Dans l’ensemble, les internautes sont jeunes : 45 % des personnes connectées dans le monde ont moins de 25 ans 4. QUESTION : Vous, personnellement, depuis les sept derniers jours, avez-vous utilisé Internet au moins une fois ? (Si non :) Mais vous arrive-t-il d’utiliser Internet ? Base : adultes québécois (n=12 000 par année)1 Q UÉBEC. CONSEIL DU STATUT DE LA FEMME, Portrait statistique – Égalité femmes/hommes – Où en sommes-nous au Québec ?, Québec, CSF, [ en ligne ], 21 juin 2010, 91 p. [ http://www.csf.gouv.qc.ca/modules/fichierspublications/fichier-37-1217.pdf ] (Consulté le 12 avril 2012).2 U NION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, The World in 2011 – ICT Facts and Figures, Genève, UIT, [ en ligne ], 2011. [ http://www.itu.int/ITU-D/ict/facts/2011/material/ICTFactsFigures2011.pdf ] (Consulté le 12 avril 2012).3 « Internet Users in North America », Internet World Stats, [ en ligne ], 31 mars 2011. [ http://www.internetworldstats.com/stats14.htm ] (Consulté le 12 avril 2012).4 U NION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, The World in 2011 – ICT Facts and Figures, Genève, UIT, [ en ligne ], 2011. [ http://www.itu.int/ITU-D/ict/facts/2011/material/ICTFactsFigures2011.pdf ] (Consulté le 12 avril 2012). L’informatisation du Québec en 2011 5
  6. 6. Les régions sont-elles vraiment moins connectées ? Trois facteurs servent à expliquer l’essentiel des différences d’utilisation d’Internet  l’âge, la scolarité : et le revenu. L’analyse de près de 30 000 observations, recueillies en 2010, montre que ni le sexe du répondant, ni la langue parlée au domicile n’ont d’effet mesurable. La question du lieu de résidence joue un rôle relativement mineur. Ainsi, une personne de 75 ans ou plus dont le revenu familial annuel est de moins de 15 000 $ et qui a terminé ses études au niveau primaire affiche une probabilité de moins de 6 % de répondre qu’il est un utilisateur d’Internet. À l’autre extrême, un adulte de la tranche des 18-24 ans qui détient une maîtrise et dont le revenu familial annuel dépasse les 100 000 $ a une probabilité de 99,69 % d’utiliser Internet. Ces probabilités varient à peine que l’on parle d’un homme ou d’une femme, d’un anglophone ou d’un francophone, d’un résident de la ville ou de la campagne. Les différences d’utilisation homme/femme font état d’un écart appréciable, soit 85 % pour les hommes par rapport à 80 % pour les femmes. Si cet écart est bien réel, son interprétation change considérablement lorsque l’on comprend qu’il disparaît, voire s’inverse, au sein de groupes comparables sur le plan de l’âge, de la scolarité et du revenu. En clair, les différences d’utilisation homme/femme reflètent plutôt des écarts de revenu et de scolarité. Les différences «  régionales  sont plus complexes à décrire. Les régions sont des constructions aux » frontières arbitraires, où de multiples réalités coexistent. Tout comme il est inapproprié de dire que les hommes sont plus branchés que les femmes sans prendre les autres facteurs en considération, il est délicat de croire que le taux d’utilisation d’Internet en région métropolitaine est plus élevé que celui de régions éloignées. Par exemple, la région de la Côte-Nord est l’une des moins branchées au Québec (70 %, par rapport à 82 % en 2010 pour l’ensemble du Québec), pourtant le taux d’utilisation dans la municipalité de Ferland, voisine de Sept-Îles, dépasse les 90 %, un des taux les plus élevés au Québec, que l’on retrouve à Lac-Beauport et à Saint-Nicolas, en banlieue de Québec, à Bromont, en Montérégie, à Aylmer, dans l’Outaouais, et quelque part entre Pointe-Claire et Baie-d’Urfé, le secteur le plus branché de l’île de Montréal… Il y a toutefois bel et bien un effet lié au lieu de résidence. Notre analyse de 30  000  observations géocodées montre que si l’on tient compte des différences d’âge, de scolarité et de revenu, les répondants vivant dans un lieu isolé sont moins branchés que ceux des grandes agglomérations. Mais attention : on parle d’une différence moyenne de 4 %. À titre d’exemples, Saint-Jérôme, Drummondville, Magog, Shawinigan, Victoriaville, Gaspé ou Bagotville sont moins branchées que le suggère leur profil démographique. Sherbrooke, Bromont, Rimouski, Rivière-du-Loup, Rouyn-Noranda, La Sarre et Amos le sont plus. Boisville est plus branchée que Cap-aux-Meules (Îles-de-la-Madeleine). Retenons que la plupart des Québécois non branchés vivent à Montréal. Ce sont des personnes relativement âgées, peu scolarisées et peu fortunées. Retenons de plus qu’un jeune qui vit à Radisson est vraisemblablement un « accro » de Facebook. Afin de mieux visualiser le phénomène, vous pouvez vous rendre à l’adresse suivante : http://cefr.io/connexionnetendances Stéphane Gauvin, professeur titulaire à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval (département de marketing) et chercheur associé au CEFRIO.6 L’informatisation du Québec en 2011
  7. 7. Stabilité dans le branchement à domicile Le taux de domiciles branchés Domiciles branchés à Internet à Internet est relativement sta­ 75 % 73 % 75 % 76 % ble depuis plusieurs années, 72 % 65 % 67 % et s’établit en 2011 à 76,1 %. 56 % La moyenne dans les pays développés pour la même année 76 % des foyers est de 71,4 % 5. Les Québécois de québécois sont 18 à 44 ans sont significativement branchés à Internet. plus nombreux à être branchés Parmi eux, 92 % le sont 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 à Internet à la maison (91,2 %), à haute vitesse. tandis que ceux de 55 à 64 ans Base : adultes québécois (n=1 000) (69,4 %) et ceux de 65 ans et plus (40,8 %) le sont significativementmoins. On retrouve également des différences significatives selon le revenu et le niveau de scolarité.La haute vitesse, définitivement installéedans les foyers québécoisLa quasi-totalité des foyers branchés le sont à haute vitesse (91,6 %, soit 69,7 % des adultes). Uneminorité de foyers est donc encore branchée à vitesse basse (2,2 % des foyers branchés, soit 1,7 % desadultes) ou intermédiaire (6,3 % des foyers branchés, soit 4,8 % des adultes). Proportion de chaque type d’accès Internet parmi les foyers branchés à Internet 2% 4% 3% 3% 2% 14 % 6% 32 % 24 % 17 % 8% 3% 13 % 10 % 5% 4% 15 % 7% 11 % 36 % 31 % 34 % 22 % 24 % 37 % 27 % 32 % 47 % 45 % 45 % 50 % 49 % 50 % 37 % 39 % 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Haute vitesse portable (terminal intelligent ou smarthub qu’on branche dans une prise électrique) Basse vitesse, connexion téléphonique Vitesse intermédiaire Haute vitesse sans fil (satellite, clé Internet sans fil, Wi-Fi, WiMAX, etc.) Haute vitesse par modem téléphonique (ADSL) Haute vitesse par câble Base : foyers branchés à Internet (n=760) Avis d’experts Domotique : la connectivité au service de votre foyer Les systèmes d’automatisation permettent de contrôler à distance, entre autres, les systèmes d’éclairage, de chauffage et de divertissement. Bien qu’elle soit actuellement plutôt dispendieuse, l’introduction de cette technologie dans les foyers québécois a des chances d’être facilitée par l’adoption croissante des tablettes et des téléphones intelligents. Par exemple, Logitech, fabricant de télécommandes universelles, propose désormais de contrôler son cinéma maison grâce à une seule application mobile (mais nécessitant tout de même l’achat d’un module externe). La connectivité accrue des consommateurs permettra également d’effectuer plusieurs actions, même si l’utilisateur se trouve à quelques milliers de kilomètres de sa résidence. Jean-Frédéric Bergeron Poudrier, Stratège Web, Adviso5 U NION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, « Key Global Telecom Indicators for the World Telecommunication Service Sector », UIT, [ en ligne ], 16 novembre 2011. [ http://www.itu.int/ITU-D/ict/statistics/at_glance/KeyTelecom.html ] (Consulté le 12 avril 2012). L’informatisation du Québec en 2011 7
  8. 8. Combien d’heures les Québécois passent-ils sur Internet ? En 2011, les internautes québécois ont passé en moyenne 8,3 h par semaine sur Internet à leur domicile, 6,5 h sur leur lieu de travail ou d’études, et 1,5 h sur leur cellulaire. Les plus jeunes sont les plus connectés, mais ce sont aussi ceux qui passent le plus de temps sur Internet, à l’inverse des 55 ans et plus. Le nombre d’heures passées sur Internet augmente aussi avec le niveau de scolarité. En revanche, l’intensité de l’utilisation d’Internet sur cellulaire ne varie presque pas d’un groupe sociodémographique à l’autre. Nombre moyen d’heures passées sur Internet par semaine 3,8 1,4 1,1 Téléphones intelligents 1,5 1,3 1,2 2,0 et ordinateurs 8,4 0.3 1,0 1,2 9,2 portables poursuivent 6,5 8,8 5,3 7,8 5,8 4,9 0,7 2,7 leur hausse : ils ont 8,3 10,6 8,0 8,2 8,1 7,1 8,1 7,2 8,0 9,2 respectivement progressé de Total 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54 ans 55-64 ans 65 ans Primaire / Collégial Universitaire 12 et de 16 points de et plus Secondaire pourcentage entre À la maison Sur le lieu de travail / d’études Sur un téléphone mobile 2009 et 2011. Base : internautes québécois (n=811) Équipement : priorité à la mobilité Les ordinateurs fixes ont fortement régressé entre 2009 et 2010 et n’ont pas progressé depuis, tandis que les ordinateurs portables ont poursuivi leur augmentation. Ainsi, les adultes québécois possèdent aujourd’hui en moyenne autant d’ordinateurs fixes (57,9 %) que de portables (56,0 %). Par ailleurs, le téléphone cellulaire de base a subi une baisse de 7 points de pourcentage par rapport à 2010, pour retrouver un taux similaire à celui de 2009, s’établissant à 56,5 % des adultes qui en possèdent au moins un. De leur côté, les téléphones intelligents ont progressé de 8 points de pourcentage, Blackberry, iPhone et appareils munis d’un système d’exploitation Android en tête. C’est ainsi maintenant 1 adulte sur 4 (25,4 %) qui en a au moins un. L’heure est donc non seulement à la mobilité, mais aussi au perfectionnement des appareils. Les adultes les plus jeunes, les plus diplômés et situés dans les tranches de revenu supérieures sont ceux qui possèdent le plus d’équipements. Équipements fixes et mobiles Dans le monde, on recense 5,9 milliards d’utilisateurs du cellulaire, soit un possédés par les adultes taux de pénétration de 87 % (79 % dans les pays en développement) 6. Au québécois, 2009-2011 Canada, en décembre 2011, les téléphones intelligents représentaient 45 % du marché du cellulaire, par rapport à 33 % quelques mois seulement 58 % auparavant, en mars 2011. Au Québec, la part des téléphones intelligents Ordinateur 57 % de table 71 % par rapport à l’ensemble des cellulaires est inférieure à la moyenne (36 %), mais leur croissance sur cette période a été la plus élevée (+16 points de 56 % Ordinateur pourcentage) 7. Partout dans le monde, les téléphones intelligents deviennent portable 50 % 40 % plus abordables, notamment grâce au système d’exploitation Android et à l’augmentation de la concurrence 8. Téléphone 57 % cellulaire 64 % de base 55 % 25 % D’après Gartner, les ordinateurs fixes sont progressivement remplacés par une Téléphone 17 % intelligent gamme plus large d’appareils incluant les téléphones intelligents, les tablettes 13 % et d’autres services comme le cloud (services infonuagiques), permettant une plus grande flexibilité et une meilleure productivité des utilisateurs. Dès 2014, 2011 2010 2009 ce serait ainsi le cloud qui deviendrait l’outil central 9. Base : adultes québécois (n=1 000) 6 U NION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, The World in 2011 – ICT Facts and Figures, Genève, UIT, [ en ligne ], 2011. [ http://www.itu.int/ITU-D/ict/facts/2011/material/ICTFactsFigures2011.pdf ] (Consulté le 12 avril 2012). 7 012 Canada Digital Future in Focus, comScore, 1er mars 2012. 2 [ http://www.comscore.com/Press_Events/Presentations_Whitepapers/2012/2012_Canada_Digital_Future_in_Focus ] (Consulté le 12 avril 2012). 8 «  China to Become the Largest Market for Smartphones in 2012 with Brazil and India Forecast to Join the Top 5 Country-Level Markets by 2016, According to IDC », IDC, [ en ligne ], 15 mars 2012. [ http://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=prUS23381112 ] (Consulté le 12 avril 2012). 9 «  Gartner Says the Personal Cloud Will Replace the Personal Computer as the Center of Users’ Digital Lives by 2014 », Gartner, [ en ligne ], 12 mars 2012. [ http://www.gartner.com/it/page.jsp?id=1947315 ] (Consulté le 12 avril 2012).8 L’informatisation du Québec en 2011
  9. 9. Profil des internautes Heures passées sur Internet par semaine Internautes Domicile réguliers Sur le lieu Internautes branché à Sur un (7 derniers À la maison de travail/ Internet cellulaire jours) d’études Adultes Adultes Adultes Base Internautes (n=811) (n=12 000) (n=12 000) (n=1 000) Total 82,1 % 77,0 % 76,1 % 8,3 6,5 1,5 Sexe Homme 84,4 % 79,0 % 79,8 % 7,9 6,3 2,1 Femme 79,9 % 75,1 % 72,6 % 8,7 6,6 1 Âge 18-24 ans 96,5 % 95,0 % 91,8 % 10,6 8,4 3,8 25-34 ans 95,7 % 92,2 % 92,9 % 8 8,8 1,1 35-44 ans 94,6 % 91,0 % 89,1 % 8,2 5,3 1,2 45-54 ans 87,6 % 82,1 % 80,5 % 8,1 7,8 1,3 55-64 ans 76,6 % 70,1 % 69,4 % 7,1 4,9 0,3 65 ans et plus 49,2 % 40,6 % 40,8 % 8,1 0,7 1 Région RMR de Montréal 86,1 % 81,6 % 80,7 % 8,9 8,1 1,1 RMR de Québec 86,9 % 82,9 % 84,1 % 9,3 6,5 1,8 Est du Québec 75,8 % 69,0 % 56,2 % 7,9 5 0,8 Centre du Québec 77,4 % 71,8 % 72,6 % 7,9 5,3 0,4 Ouest du Québec 76,7 % 70,6 % 73,2 % 6,4 3,2 3,5 Revenu familial annuel Moins de 20 000 $ 59,2 % 50,5 % 55,0 % 8,3 4,9 0,8 20 000-39 000 $ 75,8 % 68,4 % 61,0 % 10,1 4,5 1,6 40 000-59 000 $ 87,4 % 82,5 % 79,7 % 8,7 5 2,9 60 000-79 000 $ 95,0 % 92,0 % 92,1 % 7,4 8 0,9 80 000 $ et plus 97,3 % 94,8 % 97,3 % 7,7 8,4 1,3 Occupation Employé (services, bureau, vente) 91,6 % 87,8 % 85,9 % 6,8 8,1 1,6 Travailleur manuel 83,5 % 74,5 % 76,2 % 7,7 2,1 0,5 Professionnel 96,9 % 94,4 % 92,1 % 7,4 9,5 2,3 Au foyer 77,2 % 72,4 % 74,7 % 10,3 1,8 0,9 Étudiant 98,0 % 96,6 % 95,0 % 13,1 10,1 1,7 Retraité 56,6 % 49,2 % 47,3 % 7,6 0,2 0,6 Sans emploi 80,4 % 72,3 % 71,5 % 10,9 5 1,3 Scolarité Primaire 28,5 % 19,4 % 14,5 % 7,2 2,7 1,2 Secondaire 70,7 % 62,9 % 63,2 % Collégial 90,6 % 86,3 % 85,8 % 8 5,8 2 Universitaire 94,9 % 92,3 % 90,3 % 9,2 9,2 1,4En caractères gras gris : résultats significativement supérieurs, dans un intervalle de confiance de 95 % et plus.En caractères italiques bleu-gris : résultats significativement inférieurs, dans un intervalle de confiance de 95 % et plus. L’informatisation du Québec en 2011 9
  10. 10. Communiquer La téléphonie en tête des moyens de communication Le premier outil utilisé pour communiquer en 2011 reste le téléphone fixe, dont 86,8 % des internautes québécois se servent avec la famille ou les amis, et 55,2 % au travail. Il est suivi du courriel (64,8 % des internautes pour un usage personnel et 44,7 % pour un usage professionnel) et des appels sur téléphone portable (59,2 % à la maison et 32,7 % au travail). Les messages sur les réseaux sociaux sont quant à eux très utilisés à des fins personnelles (39,3 % des Si les réseaux sociaux internautes), mais très peu dans un contexte professionnel (4,4  y compris parmi les travailleurs %), sont utilisés par (5,2 %). Des écarts importants selon l’usage personnel ou professionnel sont également observés pour 1 internaute sur 3 les SMS, le clavardage et la téléphonie avec vidéo sur Internet. pour communiquer avec la famille ou les Le téléphone portable, dans un contexte personnel, est l’outil privilégié des 18-24 ans, seule catégorie amis, seulement 4 % d’âge à s’en servir plus que du téléphone fixe (77,9 % d’entre eux passent des appels sur téléphone des internautes disent mobile et 69,2 % envoient des SMS, mais seulement 65,7 % utilisent le téléphone fixe). les utiliser dans un contexte professionnel. Usages professionnels et personnels des technologies de la communication 87 % 65 % 59 % 55 % 45 % 39 % 33 % 34 % 28 % 22 % 10 % 5% 4% 4% 5% 2% Téléphone fixe Téléphone SMS Courriel Clavardage Messages sur Téléphonie Téléphonie ou résidentiel portable les réseaux gratuite gratuite sociaux sur Internet sur Internet en utilisant en utilisant une solution une solution Usage personnel vidéo (p. ex. audio Skype) seulement (p. ex. Usage professionnel Google Voice, téléphonie IP) Base : internautes québécois (n=823) Avis d’experts Le cellulaire est en voie de remplacer Les tablettes au travail : de nouveaux usages à forte valeur ajoutée le téléphone fixe La mobilité et les tablettes ne sont plus réservées à un usage personnel, loin de là. Des pour effectuer des secteurs comme celui de la santé ou de l’éducation comprennent bien la valeur ajoutée de appels. D’après une ces appareils intelligents, et les initiatives se multiplient au Canada. On peut citer en ce sens étude réalisée en le succès du projet-pilote mené à L’Hôpital d’Ottawa, qui a équipé son personnel médical de 2 000 iPad connectés à Internet sans fil sur plus de 18 hectares. Cela implique évidemment Grande-Bretagne, des changements dans les méthodes de travail (création d’applications spécialisées pour le tiers des adultes l’accès en temps réel aux résultats d’examens, aux radiographies, etc.). Il s’agit donc d’un et la moitié des nouveau marché pour les fournisseurs de tablettes, dont Apple, qui se positionne une fois 18-34 ans n’utilisent encore en chef de file. jamais le téléphone Marie Nicollet, Stratège Web, Adviso résidentiel. 10 10 S ean POULTER, « Still Using a Landline ? How Old-fashioned as Half of People Under 30 Admit to Never Using Home Phone », Daily Mail, [ en ligne ], 11 octobre 2011. [ http://www.dailymail.co.uk/news/article-2047625/Half-people-30-admit-using-home-phone.html ] (Consulté le 13 avril 2012).10 L’informatisation du Québec en 2011
  11. 11. Communiquer avec ses proches :cellulaire et réseaux sociaux progressentDans le cadre personnel, l’outil de communication le plus utilisé par les internautes québécois est letéléphone fixe (86,8  suivi du courriel (64,8  du cellulaire (59,2  des messages sur les réseaux %), %), %),sociaux (39,3 %), des SMS (34,4 %), du clavardage (27,9 %) et enfin de la téléphonie gratuite sur Internet(26,9 %).Entre 2010 et 2011, l’utilisation du téléphone portable pour communiquer avec sa famille et ses amis aaugmenté de 12 points de pourcentage, celle du SMS de 13 points et celle des messages sur les réseauxsociaux de 10 points. En revanche, celle du téléphone fixe, du courriel et du clavardage est restée stable.Ces augmentations sont essentiellement le fait des plus jeunes. Au sein des 18-24 ans, le nombre d’internautescommuniquant par cellulaire a doublé : l’utilisation du téléphone portable est passée de 39,9 % à 77,9 %et celle des SMS de 33,9 % à 69,2 %. Les messages sur les réseaux sociaux ont par ailleurs progressé de11 points de pourcentage au sein de cette population (de 44,0 % à 54,8 %). Les 25-34 ans utilisent un peumoins le cellulaire, mais leur utilisation de cet appareil a quand même augmenté de manière significative,passant de 42,1  à 57,3  pour les appels et de 18,5  à 42,5  pour les SMS. C’est aussi le groupe % % % %d’âge où la plus forte progression en matière de réseaux sociaux a été enregistrée  ils étaient 39,6  à : %communiquer de cette manière dans le cadre personnel en 2010, et 54,9 % en 2011, soit autant que les18-24 ans, et bien plus que les 35 ans et plus. Outils de communication ayant significativement progressé entre 2010 et 2011 (usage personnel) 59 % Téléphone portable Les internautes 47 % Québécois de 18 à 34 ans utilisent significativement plus 34 % le cellulaire (appels SMS et SMS) et les réseaux 21 % sociaux que ceux des tranches d’âge 39 % supérieures pour Messages sur les communiquer avec réseaux sociaux 29 % leurs proches. 2011 2010 Base : internautes québécois (n=823) Les adolescents américains ne jurent plus que par le cellulaire, d’après Pew Internet American Life Project. Sur une base quotidienne, les 12-17 ans sont 63 % à envoyer des SMS, 39 % à passer des appels avec leur téléphone mobile, 35 % à socialiser en face à face en dehors de l’école, 29 % à échanger des messages sur les réseaux sociaux, 22 % à clavarder, 19 % à passer des appels depuis un téléphone fixe et 6 % à écrire des courriels. Le courriel et le clavardage sont en déclin par rapport à 2006. Par ailleurs, 8 % des 12-13 ans et 31 % des 14-17 ans possèdent même un téléphone intelligent. 1111 S ean POULTER, « Still Using a Landline ? How Old-fashioned as Half of People Under 30 Admit to Never Using Home Phone », Daily Mail, [ en ligne ], 11 octobre 2011. [ http://www.dailymail.co.uk/news/article-2047625/Half-people-30-admit-using-home-phone.html ] (Consulté le 13 avril 2012). L’informatisation du Québec en 2011 11
  12. 12. Au travail, le cellulaire gagne du terrain chez les 18-34 ans, mais les réseaux sociaux stagnent Dans le cadre professionnel, l’outil de communication le plus utilisé par les internautes québécois est encore le téléphone fixe (55,2 %), suivi du courriel (44,7 %), du cellulaire (32,7 %), des SMS (9,7 %), de la téléphonie gratuite sur Internet (5,9 %), du clavardage (5,2 %) et enfin des messages sur les réseaux sociaux (4,4 %). Il est intéressant de constater que les Comparaison de l’utilisation du téléphone cellulaire pour outils les plus récents (téléphonie sur communiquer dans les cadres professionnel et personnel Internet, clavardage, réseaux sociaux) selon l’âge, 2010-2011 occupent une place encore minoritaire 78 % par rapport aux outils traditionnels que sont le téléphone et le courriel. Il faut souligner qu’au sein des 57 % 57 % 57 % PME de 5 à 499 employés, d’après 55 % 54 % 53 % l’enquête NetPME 2011 du CEFRIO, le 45 % 42 % 46 % 51 % Web 2.0 n’est utilisé que par 10,0 % 49 % 39 % 44 % des entreprises québécoises pour 40 % 41 % 38 % communiquer à l’interne avec leurs 33 % 25 % employés, ce qui est significativement 27 % inférieur au reste du Canada (15,5 %). 21 % 21 % Si le même retard s’observe pour 17 % 5% l’ensemble des entreprises, on com­ prend mieux l’écart considérable 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54 ans 55-64 ans 65 ans et plus entre les utilisations personnelle et professionnelle des réseaux sociaux. Ces Usage professionnel en 2011 Usage professionnel en 2010 derniers constituent pourtant l’une des Usage personnel en 2011 Usage personnel en 2010 préoccupations majeures des nouveaux travailleurs, d’après une étude réalisée Base : internautes québécois (n=823) par Cisco en 2011 12. On observe beaucoup moins de change­ ments en un an en ce qui concerne la communication dans un contexte professionnel. Si l’on regarde la moyenne des internautes, il n’y a même aucune variation par rapport à 2010. En revanche, les 18-34 ans sont significativement plus nombreux qu’avant à utiliser le téléphone portable pour le travail : ils étaient 23,7 % en 2010 et 37,9 % en 2011, soit une augmentation de 14 points de pourcentage en un an. Avis d’experts Les réseaux sociaux d’entreprise : miser sur la collaboration professionnelle 2.0 La communication interne est un facteur clé de la productivité d’une entreprise. Internet et les médias sociaux ont amené de nouvelles manières de communiquer, plaçant l’interaction multidirectionnelle au cœur des échanges, et permettant à tous de se joindre à la conversation et de la faire évoluer au gré des interactions. Un réseau social d’entreprise s’apparente à un intranet, mais il permet plus d’efficience, mettant l’accent sur l’intelligence collective, la gestion des connaissances et le capital social d’une entreprise. Cette nouvelle approche structurante pour les entreprises agrège les informations de façon verticale, c’est-à-dire, dans un même lieu d’échange (CRM, messagerie, wikis, blogues, etc.). L’enjeu est d’autant plus important pour les grandes organisations, qui doivent gérer la communication de centaines ou de milliers d’employés. Marie Nicollet, Stratège Web, Adviso Aux États-Unis, d’après une enquête de Pew Internet American Life Project, 54 % des adolescents de 12 à 17 ans n’utilisent jamais le courriel 13. Par ailleurs, d’après une étude de comScore, 31 % des jeunes de cette tranche d’âge ont réduit leur utilisation du courriel au cours de la dernière année, au profit des réseaux sociaux (en tête desquels se trouvent Facebook, avec 423 minutes par mois en moyenne, Tumblr, avec 151 minutes, Pinterest, avec 80 minutes, et Twitter, avec 25 minutes). Cela annonce-t-il la fin du courriel au profit de l’instantané et du social ? Il est probablement trop tôt pour se prononcer, d’autant que les données de NETendances ne semblent pas traduire une tendance aussi forte pour le Québec et que, dans le cadre professionnel, le courriel reste un incontournable. 12 C hris TAYLOR, « End the Office ? Students Want Right to Work From Home », Mashable, [ en ligne ], 8 novembre 2011. [ http://mashable.com/2011/11/08/work-from-home-2/ ] (Consulté le 13 avril 2012). 13 A manda LENHART, « Teens, Smartphones Texting », Pew Internet American Life Project, [ en ligne ], 19 mars 2012. [ http://www.pewinternet.org/Reports/2012/Teens-and-smartphones.aspx ] (Consulté le 13 avril 2012).12 L’informatisation du Québec en 2011
  13. 13. Se divertirÉquipement de loisir : la télévision haute définition progresse,surtout chez les plus jeunes La quasi-totalité des adultes québécois Équipement de divertissement possèdent au moins une télévision, Console de jeux vidéo 42 % comme l’année précédente. Cependant, (p. ex. : Wii, PlayStation, Xbox, etc.) 43 % par rapport à 2010, on note un perfec­ Appareil photo numérique 74 % 72 % tionnement des appareils possédés  la : Caméra vidéo numérique 32 % télévision standard baisse de 10 points 30 % Enregistreur numérique 24 % de pourcentage tandis que la télévision personnel (PVR) 17 % haute définition progresse de 11 points Lecteur DVD 83 % 84 % et l’enregistreur numérique personnel Lecteur BluRay (haute définition) 21 % (PVR) de 7 points. Par ailleurs, un adulte 18 % 25 % sur 4 (25,2 %) dispose d’une installation Installation de cinéma maison Non demandé en 2010 de cinéma maison. TOTAL AU MOINS UNE TÉLÉVISION 96 % 97 % Les autres appareils de divertissement 71 % a) Télévision standard 81 % (console de jeux, appareil photo et b) Télévision haute définition 54 % camé­a numériques, lecteurs DVD et r 43 % 2011 2010 BluRay) restent stables. Base : adultes québécois (n=1 000)Comme en  2010, les plus jeunes sont significativement mieux équipés en appareils de divertissement, bien que la télévision soitégalement répartie entre les différents groupes d’âge. Notons que cet écart s’est accru en une année. En particulier, si la télévisionstandard a baissé de façon similaire dans tous les groupes d’âge, la télévision haute définition a augmenté de 27 points de pourcentagechez les 18-34 ans et de 10 points chez les 35-54 ans, mais n’a pas progressé au sein des 55 ans et plus. Avis d’experts Équipement de divertissement selon l’âge en 2011 La guerre des modules 96 % 93 % multifonctionnalités 91 % 86 % À l’instar des téléphones mobiles, 90 % 88 % 83 % les modules de divertissement 80 % 87 % de salon remplissent désormais 72 % 80 % 73 % 72 % plus d’une fonction. Microsoft 74 % 68 % a récemment dévoilé que 66 % 60 % 68 % plus de la moitié du temps de 66 % 66 % 64 % connexion à son service en 58 % 59 % ligne Xbox Live était consacré 56 % 46 % à la consommation de contenu 44 % 49 % de divertissement médiatique 39 % 40 % 34 % 34 % 40 % (films, émissions de télévision, 33 % 33 % 32 % 32 % musique). La compétition de­ 28 % 27 % 25 % vien­­ de plus en plus féroce dra 30 % 22 % 29 % 27 % 27 % 24 % 22 % lorsque les consommateurs 15 % auront à choisir la plateforme 19 % 18 % 16 % 14 % multifonctionnelle qui trônera 8% au milieu de leur salon. Avec 8% 2% les Apple TV, Boxee, Roku, 45-54 ans 55-64 ans Playstation 3 et la connectivité 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 65 ans et plus accrue des nouveaux téléviseurs Appareil photo numérique Lecteur DVD Console de jeux vidéo Télévision standard et lecteurs Blu-Ray, ce n’est pas le choix qui manque ! Télévision haute définition Caméra vidéo numérique Enregistreur numérique personnel Jean-Frédéric Lecteur BluRay Installation de cinéma maison Bergeron Poudrier, Stratège Web, Adviso Base : adultes québécois (n=1 000) L’informatisation du Québec en 2011 13
  14. 14. Taux de possession des équipements selon le profil Téléphone Télévision Ordinateur Ordinateur Téléphone Tablette Télévision cellulaire haute de table portable intelligent numérique standard de base définition Total 57,9 % 56,0 % 56,5 % 25,4 % 5,2 % 71,0 % 53,9 % Sexe Homme 59,5 % 58,6 % 56,8 % 28,4 % 5,1 % 66,5 % 56,2 % Femme 56,3 % 53,5 % 56,2 % 22,6 % 5,3 % 75,4 % 51,6 % Âge 18-24 ans 80,9 % 79,0 % 57,3 % 46,6 % 5,8 % 72,2 % 65,7 % 25-34 ans 57,3 % 73,5 % 62,5 % 32,4 % 5,4 % 65,8 % 68,3 % 35-44 ans 63,6 % 72,7 % 66,8 % 36,5 % 9,1 % 80,4 % 58,6 % 45-54 ans 63,2 % 55,2 % 60,6 % 25,8 % 4,9 % 68,2 % 56,1 % 55-64 ans 54,1 % 41,7 % 56,4 % 17,7 % 4,2 % 66,4 % 48,8 % 65 ans et plus 37,6 % 24,9 % 38,2 % 2,3 % 2,5 % 73,6 % 32,0 % Région RMR de Montréal 62,0 % 60,6 % 60,4 % 29,3 % 6,4 % 73,7 % 58,0 % RMR de Québec 62,8 % 53,1 % 61,5 % 22,2 % 8,5 % 78,1 % 52,6 % Est du Québec 37,7 % 51,0 % 53,5 % 26,5 % 5,7 % 66,7 % 46,4 % Centre du Québec 53,2 % 52,6 % 47,2 % 21,9 % 2,1 % 64,1 % 48,0 % Ouest du Québec 58,9 % 51,1 % 53,5 % 19,6 % 2,7 % 68,4 % 52,7 % Revenu familial annuel Moins de 20 000 $ 42,6 % 32,1 % 43,2 % 17,3 % 0,8 % 74,4 % 34,5 % 20 000-39 000 $ 45,4 % 44,7 % 38,8 % 22,1 % 3,3 % 70,5 % 43,9 % 40 000-59 000 $ 61,8 % 51,0 % 70,2 % 21,9 % 2,8 % 73,9 % 54,6 % 60 000-79 000 $ 70,3 % 60,3 % 60,7 % 23,4 % 3,0 % 69,2 % 58,7 % 80 000 $ et plus 71,6 % 81,3 % 69,8 % 43,3 % 14,4 % 68,0 % 71,6 % Occupation Employé (services, bureau, vente) 66,2 % 63,9 % 66,9 % 34,0 % 4,7 % 67,7 % 59,5 % Travailleur manuel 59,7 % 45,8 % 60,1 % 24,6 % 3,7 % 65,3 % 52,2 % Professionnel 69,6 % 68,6 % 65,0 % 37,0 % 10,3 % 70,3 % 63,9 % Au foyer 61,0 % 60,1 % 61,9 % 32,0 % 2,1 % 87,7 % 51,9 % Étudiant 72,3 % 91,4 % 53,5 % 41,5 % 3,7 % 76,6 % 61,4 % Retraité 40,0 % 28,2 % 43,7 % 5,9 % 2,5 % 71,0 % 39,4 % Sans emploi 24,3 % 49,0 % 42,5 % 10,8 % 2,9 % 62,5 % 52,4 % Scolarité Primaire/secondaire 42,4 % 36,3 % 52,7 % 22,6 % 2,4 % 74,4 % 45,6 % Collégial 67,4 % 59,5 % 56,6 % 29,4 % 4,1 % 65,8 % 61,6 % Universitaire 66,8 % 75,2 % 61,6 % 26,9 % 8,4 % 71,6 % 57,3 % Base : adultes québécois (n=1 000) En caractères gras gris : résultats significativement supérieurs, dans un intervalle de confiance de 95 % et plus. En caractères italiques bleu-gris : résultats significativement inférieurs, dans un intervalle de confiance de 95 % et plus.14 L’informatisation du Québec en 2011

×