Uploaded on

 

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
190
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Mayenne Le pôle News0,80 € Lundi 21 Mars 2011 La terrible crise TunisienneDes révoltes et manifestations dune extrême violence.Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) dissout,Ben Ali se retire. Laffaire Karachi: Un touché coulé politique Brésil : pluies meurtrièresInondations, glissement de terrain, les eaux se sont abattuesaux alentours de Rio de Janeiro la nuit du Mardi 11 Janvier.De nombreux morts et un pays ému. Haïti : les catastrophes continuent Lavenir de la planète sest-il joué à Cancun ? Federer redevient le maîtreLe XV de France peut-il remporter le mondial ? 1
  • 2. Politique international La crise politique en TunisieDepuis le début janvier, on constate de nombreuses révoltes dans toute la Tunisie contre son gouvernement, le peuple enrevient à la violence.Les raisons de la révolte Les manifestations ont commencé lorsque Mohamed Bouazizi, un jeune chômeur diplomé de 26 ans, sestimmolé à Sidi Bouzid le 17 décembre. Cette crise est due à la hausse des prix alimentaires tels que le pain, le lait et lesucre. Elle est aussi due au chômage très important pour les jeunes. En effet, 40% de la population tunisienne a moinsde 25 ans. De plus, le régime tunisien est autoritaire, Ben Ali était au pouvoir depuis 24 ans et interdisait touteopposition à son parti, le RCD. La famille du président et celle de sa femme occupent tous les postes importants etmonopolisent les richesses du pays.La révolte sest propagée grâce à internet et aux sites communautaires comme Facebook et Twitter. Ces nouveauxmédias ont permis au monde entier de connaître la situation en Tunisie sans que le gouvernement tunisien ne puisseétouffer laffaire.Ben Ali prend la poudre descampette Il avait demander un retour au calme le 13 janvier en promettant de ne pas se représenter aux élections, debaisser les prix des denrées alimentaires et une totale liberté de la presse. Mais les manifestations et larmée, qui a refuséde tirer sur la foule, lont obligé à fuir de Tunisie avec sa famille. Ils se sont enfuis le 14 janvier en Arabie Saoudite avec1,5 tonne dor. Il se serait fait aider par les services de sécurité libyens car sa fuite nest pas claire et MouammarKadhafi, le président libyen, dit regretter lissue de cette crise.Des manifestions dune extrême violenceSelon le gouvernement tunisien, le bilan est de 78 morts mais, en fait il est de 117 personnes décédées dont 70 tuées parballes selon le commissaire des Nations unies aux droits de lhomme.Une enquête a été ouverte sur le rôle des forces de sécurité dans les violences pendant la « Révolution de Jasmin ». Eneffet, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles en visant la tête ou la poitrine et frappé des manifestants à coups debâton selon des témoins.Les manifestations se poursuivent sans violences majeures pour demander la départ du nouveau gouvernementtransitoire jugé trop proche du clan Ben Ali.Dissolution du parti de Ben AliSuite à ces nouvelles manifestations, de nombreux membres du Rassemblement constitutionnelle démocratique (RCD),le parti de Ben Ali, ont démissionné. Parmi eux, Zouheir Mdhaffer a quitté le gouvernement ainsi que 4 autres membresdu gouvernement qui protestaient contre la présence des anciens du RCD. Les autres ministres issus du RCD nont pasquitté leur poste au gouvernement mais ils ont démissionné du parti. Le président par intérim Fouad Mebazaa a annoncéune rupture totale avec le passé qui fait suite à la dissolution du comité central du RCD.La Tunisie saura-t-elle conserver une démocratie suite à cette crise ? Les conditions de vie des Tunisiens vont-ellessaméliorer ? La révolte de Tunisie va-t-elle se propager à tout le monde arabe ?Baptiste BROSSARD Julien LANDEAU Clément GAUBARD 2
  • 3. Politique international Wikileaks, révélateur ou terroriste?Un site internet a publié des informations confidentielles à propos de chef détat américain, cela a suffit à mettre lapagaille au sein du gouvernement des Etats-Unis Le 28 Novembre 2010, Julien Assange publie sur son site internet Wikileaks de nombreux télégrammesconfidentiels des ambassades américaines à Washington DC. Dans ces télégrammes, de nombreux chefs détats sontcritiqués ouvertement et leur principaux défauts sont révélés au grand jour... Les réactions ont été extrêmement vives etvirulentes : le monde entier se demande comment ces informations se sont retrouvées en possession de Julien Assange? Un certain militaire américain de grade PFC, Bradley Manning, aurait transmis à Wikileaks différentsdocuments classés confidentiels dévoilant les dessous de la démocratie américaine. Début Juillet, suite à sonarrestation datant du 29 Mai, Bradley Manning a été inculpé de huit chefs dinculpation criminels et de quatre violationsdu règlement militaire. Le républicain, Mike Huckabee, réclame son exécution! Hillary Clinton, la secrétaire détat des États-Unis, essaye tant bien que mal de rattraper les bavures de sonpays en rencontrant les différents chefs détats insultés. Ainsi, elle qualifie le comportement de Julien Assange decriminel et de terroriste. Suite au mandat darrêt international lancé par la Suède à cause daccusations de «viol et dagression sexuelle»,Julien Assange se rend à la police britannique le 7 Décembre 2010. Camille Vannenoge Arnaud Jouen Marie-Kerguelen Sido Laffaire Karachi: Un touché coulé politiqueLes familles des 11 victimes de lattentat de Karachi portent plainte : scandale politique?... Financement dunecampagne politique«Un transfert illégal [...] pour financer une campagne présidentielle.»Après 8 ans doubli, laffaire Karachi, conséquence dun attentat terroriste, remonte à la surface. En effet, les famillesdes 11 victimes de lattentat à Karachi, au Pakistan, ont relancé cette affaire. Cette dernière prend alors une tournuremédiatisée car un certain nombre dhommes politiques français dont Nicolas Sarkozy, Dominique De Villepin, JacquesChirac et Edouard Balladur, sont concernés. Le juge Van Ruymbecke, réputé pour sa carrière très chargée en affaires decorruption, a contribué au relancement de laffaire, une véritable tragédie humaine.Pour comprendre cette affaire, il faut remonter jusquen 1992. A cette époque-là, la France vend des sous-marins auPakistan. Quand Jacques Chirac est réélu président, il décide larrêt des commissions versées aux intermédiaires liés àcette vente. Lattentat à Karachi en 2002 en serait une conséquence directe. Les politiciens navait visiblement pas traitécette affaire avec assez dattention. En 1995, Edouard Balladur, aidé par Nicolas Sarkozy, aurait procédé à un transfertillégal de rétrocommissions pour financer sa campagne présidentielle. Aujourdhui, lElysée refuse toujours de fournirdes documents concernant le financement de la campagne de 1992, ainsi que quelques dossiers classés secret défensepar lEtat, qui permettraient de résoudre cette affaire.Pour conclure, la plainte déposée par les familles des victimes na provoqué quun bref mais scandaleux débat politiquesur cette affaire non résolue. Carbonnel Sandra, Chalumeau Coralie, Peslerbes Marie 3
  • 4. La Planète Lavenir de la planète sest-il joué à Cancun ?Du 29/11 au 10/12, se déroulait à Cancun, au Mexique, la 16ème conférenceinternationale sur le réchauffement climatique. Échec ou réussite ? 11 jours. 11 jours, cest le délai que se sont accordé 194 états pour prendre des décisions sur lavenir de notreenvironnement. Effectivement, les représentants de ces 194 pays ont investi limmense hôtel Moon Palace, afin deprolonger les négociations entamées à Copenhague lannée dernière. A cette époque, ce sommet environnemental avaitnourri beaucoup despoirs pour finalement sachever sur un échec quasi-total. « Compromis » était le mot dordre annoncé par Patricia Espinosa [ministre mexicaine des affaires étrangères]et la costaricaine Christiana Figueres [nouvelle secrétaire exécutive de la CCNUCC (Convention-Cadre des NationsUnis sur les Changements Climatiques)] ; trouver un terrain dentente sur des points épineux malgré le pessimismeambiant.La déforestation, les mécanismes de vérification des émissions de CO2, le transfert de technologie, le processusREDD+ ou encore le Fond vert, la suite du protocole de Kyoto… devaient être les sujets traités mais au final assez peudavancées ont eu lieu. Devant limmobilisme des Etats-Unis et de la Chine, les deux plus gros pollueurs, empêtrés dans la crisefinancière, lespoir était mince. « Les points de blocage sont les mêmes quà Copenhague » comme la observé SylvainAngérand, des Amis de la Terre : « Les USA comme les NPI refusent de porter la responsabilité qui leur est due ». Finalement le sommet de Cancun sest achevé sur une note plus positive que le sommet de Copenhague avecun accord, certes modeste mais bien existant, qui engage les nations à lutter contre les causes humaines du changementclimatique. Les promesses sont les suivantes : limiter la hausse des températures à 2°C avant la fin du siècle par rapportau début de lère industrielle ; lutter contre la déforestation, en partie grâce au programme REDD (Reducing FromDeforestation and forest Degradation). Également le principe du « fond vert » a progressé : à partir de 2020, 100milliards de dollars sont levés chaque année pour aider les pays pauvres à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre,à sadapter aux modifications du climat et à transférer de nouvelles technologies. Déjà lEurope, les USA et le Japon ontpromis 30 milliards entre 2011 et 2012. En conclusion, ce sommet ne fut pas un sommet pour rien, même si le plus gros reste à réaliser, notamment enAfrique du Sud en fin dannée. Charles Marquet, Vianney Rolland et Valentin Rocheteau 4
  • 5. La Planète Pluies meurtrières au brésil Les pluies torrentielles qui ont dévasté la région montagneuse près de Rio ont fait plus de 500 morts, ontrapporté les médias brésiliens qui évoquent « la plus grande catastrophe naturelle du pays » depuis celle deCaraguatatuba en 1967. En effet , les inondations et éboulements de terrains provoqués par les pluies, dans les nuits de mardi 11 à mercredi 12janvier on fait 506 morts. Le responsable du laboratoire dhydrologie de luniversité fédérale de Rio, Paulo Canedo nousa même confié que « dans le nuit de mardi à mercredi, il a plu autant quen un mois » La plupart des personnes qui ont trouvé la mort ont été surprises dans leur sommeil par des torrents de boue qui ont toutemporté sur leur passage (arbres, maisons, voitures …) Mille personnes au moins étaient sans-abris, et des dizaines de ponts et de routes ont été détruites dans la périphérie deTeresopolis a déclaré le Maire. Les résidences secondaires, auberges et hôtels des quartiers aisés ont autant souffert que les habitations précaires desquartiers pauvres occupant illégalement des zones à risques. A Teresopolis, latmosphère était lugubre, des habitants faisant la queue devant les lieux servant de morgues, tentaientde reconnaître leurs proches disparus. En conséquence, le gouvernement a débloqué près de 470 millions de dollars daides pour les sinistrés et 7 tonnes dematériel médical. « Cette catastrophe naturelle a en effet été aggravée par lurbanisation sauvage qui fragilise la nature et qui a favoriséles glissements de terrains », a ajouté Paulo Canedo. Il faut maintenant rester vigilant et remettre en cause la responsabilité de lhomme dans cette tragédie . DomitilleRaimbault, Anne-Astrid Ghezel Haïti : les catastrophes continuent Après lattaque du séisme qui avait ravagé Haïti le 12 janvier 2010, une nouvellecatastrophe sest abattue en septembre de la même année sur les Haïtiens : le choléra.En effet, deux catastrophes se sont succédées en peu de temps en Haïti, particulièrement à Port-Au-Prince, letremblement de terre du 12 janvier 2010 et le choléra, sans doute dû au séisme. Il a provoqué des camps surpeuplés, deseaux contaminées et de multiples inondations. De plus, de nombreux appels à laide internationale ont été lancés dontcelui de Banki-Moon ( NDLR : Secrétaire général des Nations-Unies. ) ou encore celui de lONU pour construire despôles de médecine et recevoir des traitements médicaux.Cependant, lONU na reçu que 19,4 milliards de dollars, ce qui est insuffisant étant donné les dégâts. Actuellement, lesnations-Unies mettent tout en œuvre pour le bien des enfants et orphelins de lîle. Certains orphelinats ont été créés pardes bénévoles du monde entier. En revanche, la population manque de nourriture et de soins Aussi, le gouvernement Haïtien, déjà pauvre et instable, na pu réagir à cette nouvelle catastrophe. Le bilan fait compte de plus de 3700 victimes du choléra, ce qui risque de saggraver malgré laide internationale. Alors, pour aider la population Haïtienne, les femmes, les enfants, faites des dons. 5
  • 6. Sport FEDERER REDEVIENT LE MAÎTREEt de cinq ! En simposant en finale du Masters de Londres contre son « meilleur ennemi », Rafael Nadal, lesuisse a rejoint dans la légende Pete Sampras et Ivan Lendl, seuls tennismen à avoir remporté 5 fois leprestigieux tournoi de fin dannée. Cette année, le Suisse a remporté lOpen dAustralie, cinq masters... et puis cest tout ! Cela paraitdéjà très bien mais comparé à ses splendides saisons précédentes, cest un petit score de rien du tout !Alors oui, Roger Federer est en fin de parcours mais il a affirmé cette semaine (du 21/11 au 28/11) quonpouvait encore compter sur lui. Retour sur une victoire éblouissante. Nadal - Federer : épisode 22 ! Le Suisse et lEspagnol allaient une fois de plus devoir saffronter afin de déterminer le maître decette année. A cet instant, Nadal simposait largement en ayant réalisé le Petit Chelem avec des victoires àRoland-Garros, Wimbledon et Flushing Meadows, il ne lui manquait plus que le Masters à son palmarès. Ilcomptait bien le remporter cette année. Après une victoire pour Federer qui écrasait le serbe, Novak Djokovic, en demie-finale,il rejoignait sonultime rival en finale, la dernière marche, la dernière épreuve qui lui restait à franchir avant de rejoindre PeteSampras et Ivan Lendl dans lhistoire, les seuls joueurs à avoir remporté cinq fois le Masters, prestigieuxtournoi de clôture de lannée. La passe de cinq pour Federer Le public attendait avec impatience le début du match, et il na pas été déçu. En effet dés les deuxpremiers jeu on sentit un match accrocher plein denjeu. Malgré les efforts déployés par Nadal, cétait «Rodgeur » qui dictait le tempo, très aggressif, il dominait son adversaire et nhésitait pas à frapper fort sur lecoup droit de lespagnol. Ce fut donc en toute logique quil fit le break à , dun splendide revers croisé.Quatre points plus tard, le premier set tombait dans lescarcelle du numéro 2 mondial. Nadal, trop passif, avait beaucoup de difficultés à battre un adversaire quil navait dorénavant jamaisbattu en salle. Subissant, il ne semblait jamais pouvoir revenir au score. Ses balles bombées ne gênaientpas assez le Suisse, séduisant par le jeu et dans une forme olympique. Mais ce dernier, rattrapé par lenjeude renter dans lhistoire (après les victoire en 2003, 2004, 2006, 2007), commença à rater des balles facileset à se ramollir dans ses attaques. L Espagnol, sans être « au top », augmenta légèrement son niveau dejeu Nadal recolla à une manche partout. Depuis cet instant, le Majorquin, ayant pris confiance, semble senvoler vers le titre ultime de findannée. Alors, Federer tenta le tout pour le tout et enchaina services-volées sur deuxième balle et retours-volées pour enrayer la belle mécanique espagnole. Et cela fonctionna. Mis sous pression, «Rafa» craqua etcèda son engagement au début du troisième set. Et le Suisse, ne laissa strictement aucune chance aunuméro 1 mondial. Concluant son superbe parcours par un coup droit long de ligne, son cri de joie mêlé derage résonna dans toute lO2 Arena.Résultat final : Federer (SUI) bat Nadal (ESP), 6/3, 3/6, 6/1. 6
  • 7. Sport Le XV de France peut-il remporter le mondial ?Le 25 septembre 2010, le XV de France a joue un match difficile face aux australiens,de mauvais augurepour le prochain mondiale. Jamais deux sans trois, cest lidée quavait le XV de France avant de ressortir du terrain contre leswallabies. Le 25 novembre, les Australiens ont mis une « raclée » au Stade de France. (16-59) cest le scorehonteux quont obtenu difficilement les Bleus lors du match France-Australie. Le sans faute leur a échappé. Lievremont, lentraineur des français a décrété que cétait toujours les mêmes lacunes, par exempleils ont refusé de jouer en rendant le ballon pied. Morgan Parra ne sait plus où il en est. Selon lui la 50èmeminute a été décisive pour les Australiens qui ont imposé leur jeu. Seront-ils prêts pour le 9 septembre 2011, date de début de la Coupe du Monde ?Le pôle News Directeur de publication : – Ghezel Anne-astrid Valentin Citéra – Guerrier Bastien __________________________ – Grimault Hugo – Houdayer Laure Rédacteur en chef : Bastien – Jouen Arnaud Guerrier – Landeau Julien Directeur artistique : Louis Linyer – Lecathelinais Boris Chef des Informations : Baptiste – Linyer Louis Brossard – Marquet Charles Secrétaire de rédaction : Adrien – Peslerbes Mari Perrier – Raimbault Domitille __________________________ Ont participé à ce numéro : – Rocheteau Valentin – Boulangé Géry – Rolland Vianney – Brossard Baptiste – Sido Marie-Kerguelen – Carbonnel Sandra – Tétu François – Chalumeau Coralie – Vannenoge Camille – Citéra Valentin – Fort Antoine – Geissler Eva – Gezhel Anne-astrid – Guerrier Bastien – Grimault Hugo – Houdayer Laure Rédaction : Immaculée Conception, 15 rue Crossardière, 53000 Laval. 7