Your SlideShare is downloading. ×
Actulligence Consulting - Polen - Conférence E-Reputation - Décembre 2009
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Actulligence Consulting - Polen - Conférence E-Reputation - Décembre 2009

3,856
views

Published on

Conférence sur l'e-reputation et les outils de veille image réalisée à la demande de PoLEN, Pôle Lozérien de l'Economie Numérique par Frédéric Martinet - Actulligence Consulting

Conférence sur l'e-reputation et les outils de veille image réalisée à la demande de PoLEN, Pôle Lozérien de l'Economie Numérique par Frédéric Martinet - Actulligence Consulting

Published in: Technology, Business

0 Comments
16 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,856
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
16
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Veille image et e-reputation
    La comprendre, la surveiller, l’influencer
    Page 1
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 2. Comment définir l’e-reputation
    Page 2
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 3. Réputation : définition
    La réputation a un double sens
    On parle de renommée, de célébrité
    Acceptation en générale plutôt connotée positivement
    Sauf si l’on parle de mauvaise réputation ou que l’on fait de l’ironie
    C’est également l’idée commune que l’on se fait de quelqu’un
    C’est le sens commun, la voie de la majorité, ce qui se dégage
    La réputation c’est ce que les autres pensent de vous à travers ce que les autres disent de vous mais également de ce que vous dites de vous-même
    Elle se construit donc à travers :
    Les médias traditionnels : presse télévisée, radio, presse en ligne, affichage,…
    Le hors média : PLV, mécénat, sponsoring, relations publiques, mailings,…
    Le bouche à oreille
    L’inconscient collectif, les préjugés attachés à votre activité, votre nationalité
    Page 3
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 4. E-reputation, quelques mots clés
    What the fuckis Social Media ?
    2009 - Nielsen
    Page 4
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 5. L’E-reputation : définition
    C’est la transposition du concept de réputation dans l’Univers numérique
    Ce que les gens perçoivent de vous à travers les opinions, mes messages vous concernant et diffusés sur des supports numériques (principalement sur Internet)
    Elle est une des composantes de la réputation globale d’une entreprise
    Elle est complexe à appréhender car :
    Tout le monde peut parler de vous, de votre marque, de vos produits sur Internet
    Internet est un médias composés de milliards de sites webs, forums, blogs plus ou moins accessibles, plus ou moins visibles, plus ou moins indépendants
    Il n’y a pas à ce jour d’indicateur d’e-reputation
    On parle aussi de « web reputation », de « cyber reputation », de « digital reputation », de « réputation numérique »
    Pour les individus on parlera également de « personalbranding »
    Page 5
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 6. Pourquoi l’e-reputation ?
    Changement de paysage médiatique
    Les médias traditionnels sont en perte constante de vitesse, de notoriété et de confiance
    Les médias passent d’un fonctionnement 1 vers n à un fonctionnement n à n
    Internet n’es plus contrôlé par les entreprises et les médias : tout le monde peut publier et tout le monde peut participer
    Internet est de plus en plus considéré comme une source d’information majeure
    Exemple : Wikipédia cannibalise l’image des entreprises du CAC 40
    En avril 2008, 39 entreprises du CAC 40 voient l’article de Wikipedia les concernant arriver sur la première page de résultats de Google et 29 biographies des dirigeants du CAC 40 arrivent en 1ère position
    L’information est de plus en plus difficilement contrôlable : elle se diffuse et se rediffuse à coût quasi nul et quasiment en temps réel
    Sur Internet l’information est permanente
    Page 6
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 7. Pourquoi l’e-reputation ?
    Changement des mentalités
    Les « citoyens » / « consommateurs » sont de plus en plus des « digital natives »
    Ils maîtrisent les technologies de l’information et de la communication
    Ils ont l’habitude de s’exprimer
    Ils achètent / dépensent sur Internet et se renseignent sur Internet
    Avec le même média on consomme de la marque et l’on se renseigne sur cette marque
    Après quelques tâtonnements les entreprises sont prêtes à investir le Web 2.
    « Selon l’étude Wave 4 du cabinet d’Universal Mc Cann de 2009, lorsqu’un blogueur s’exprime sur son blog c’est dans 31,7 % des cas pour exprimer une opinion sur une entreprise, une marque, un produit. »
    Page 7
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 8. Les 5 forces de l’influence
    Source : www.ahtgroup.com
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
    Page 8
  • 9. Pourquoi se préoccuper de son e-reputation ?
    Parce que si vous ne vous en occupez pas vos détracteurs s’en occuperont
    Il ne faut pas laisser des espaces de communication inoccupés
    Des cas d’écoles nombreux montrent les dégâts qui peuvent être causés si l’on ne s’occupe pas de sa réputation en ligne
    Dell Hell par exemple
    Ou si l’on s’en occupe mal
    www.desirsdavenir.com
    Parce que la communication en ligne a autant d’importance maintenant que la communication hors ligne
    Parce que le retour sur investissement peut être très important
    Page 9
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 10. L’e-reputation pour les entreprises
    Une notion complexe et multiforme comme résultante médiatique et d’opinion
    Elle découle de l’image que donne l’entreprise, le Groupe
    Mais également de l’image de ses produits
    De l’image que les salariés donne d’elle
    Ex : www.notetonentreprise.com
    De l’image que les médias donne d’elle
    A travers la publicité
    A travers les articles
    De l’image résultant des médias sociaux
    Par exemple avis de consommateurs
    De par les multiples vecteurs de sa réputation, le nombre des parties participant à sa création une e-reputation est difficilement maîtrisable
    Page 10
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 11. L’E-reputation pour les individus : le personal branding
    Tout individu (ou presque) dispose aujourd’hui d’une e-reputation
    Elle est parfois subie
    On parle de vous
    Vous laissez des traces sans faire attention
    En participant à des forums, en laissant des commentaires sur des blogs, en publiant votre CV
    Elle peut aussi être assumée, maîtrisée
    On parle alors de personal branding
    On conçoit son image comme un produit à marketer
    C’est un produit valorisable
    Pour vous
    Pour votre entreprise
    On est souvent assumé à faire un choix entre vie professionnelle et vie personnelle
    Mais attention !!! Les compartiments ne sont pas étanches
    Page 11
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 12. Les critères de l’E-reputation
    Il n’existe pas aujourd’hui de critère unique, international de l’e-reputation
    En général, chaque projet, chaque société, chaque produit, va nécessiter la construction d’un indicateur synthétique ou d’un tableau de bord sur mesure
    Le critère de l’e-reputation se heurte aux difficultés de la surveillance exhaustive du web
    Il se heurte également à la diversité des entités s’exprimant
    L’e-reputation n’étant qu’une des composantes de la réputation globale elle est difficilement évaluable par sondage
    On pourra utiliser des indicateurs préexistants :
    Positionnement sur les moteurs de recherche
    Nombre d’amis / de connexions sur les réseaux sociaux
    Statistiques de visite de son site web
    Nombre de lectures des vidéos de buzz marketing mis en place

    Page 12
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 13. Vers un critère d’e-reputation unique ?
    Razorfish a tenté la formalisation d’un indice d’e-reputation unique : le SIM Score
    Le Social Influence Marketing Score
    Net Sentiment = (Positive + Neutral Conversations – Negative Conversations) / Total Conversation
    Sim Score = Net Sentiment for the Brand / Net Sentiment for the Industry
    L’unité de base du calcul : la conversation
    Il est difficile d’en automatiser le calcul
    Il faut collecter toutes les conversations
    Il faut déterminer leur tonalité
    Difficile sur médias traditionnels
    Très difficile sur les médias sociaux
    Problème : il ne tient pas compte de la visibilité des conversations
    Page 13
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 14. Source : www.mediassociaux.com
    Page 14
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 15. Critères d’e-reputation : les moteurs de recherche
    Aujourd’hui encore la première chose que font les internautes pour se renseigner sur une entreprise c’est taper son nom dans Google
    Le positionnement sur les moteurs de recherche reste donc une composante essentielle de votre e-reputation par sa forte visibilité
    La première position de Google est un enjeu fort pour une entreprise
    Ce critère est historiquement utilisé par les sociétés de référencement pour mesurer l’impact de leurs actions
    Il peut être pondéré par les parts de marché des différents moteurs de recherche en fonction de la zone géographique sur laquelle on veut calculer l’e-reputation
    Il se définit par rapport à un site et à un mot clé
    Outil :
    SeeURank : http://www.yooda.com/
    Et tout prestataire SEO
    Ou à la main…
    Page 15
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 16. Critères d’E-reputation : Le page rank
    Un indice synthétique calculé par Google pour chacune des pages qu’il indexe
    Indice compris entre 1 et 10
    Correspond grossièrement aux nombre des liens entrants sur une page pondérés par la notoriété de la page liant
    Un indice décroissant sur un schéma logarithmique
    Il faut peu de liens pour passer de 1 à 2, beaucoup pour passer de 9 à 10
    Il ne tient pas compte du fait que les liens entrants parlent en bien ou en mal
    C’est plus un indice de visibilité que d’e-reputation
    Il comporte certaines limites
    Ex : http://aixtal.blogspot.com/2008/10/blogs-trop-de-liens-tue-le-lien.html
    Page 16
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 17. Critère d’E-reputation : Les statistiques de son site web
    Un bon critère d’E-reputation : combien de personnes viennent vous voir?
    Critère relativement facile à obtenir pour les sites qui vous appartiennent
    Beaucoup plus difficile pour les sites extérieurs
    Avantage : une mesure cohérente et homogène commence à se dessiner
    Le nombre de visiteurs uniques
    Plusieurs technologies
    Analyse des logs serveurs type webtrends
    Technologie de marqueurs type e-stat, xiti, et … Google Analytics
    Page 17
    Page 17
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 18. Critères d’e-reputation : en fonction des medias
    Chaque média a son propre critère
    Problématique générale
    Une note données sur un site de vidéo est-il assimilable à une conversation ?
    Comment synthétiser des notes, des avis exprimés, des critères quantitatifs…?
    Sur You Tube : Le nombre de vues et le nombre de commentaires
    Sur Facebook : le nombre de fans
    Sur Twitter : le nombre de « followers » ou de retweet
    Chaque média a son propre média de visibilité, d’e-reputation
    Page 18
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 19. Du mass marketing au marketing conversationnel
    « Prenez le sens du courant quand il augmente, car demain l’eau stagnera dans la rivière de la consommation »
    Les formats publicitaires sur les médias sociaux sont différents de ceux sur les mass medias
    Doivent valoriser les relations et les conversations autour d’un produit, d’une marque, d’un nom
    Lancer des conversations
    Partager ses convictions ou ses impressions
    Ecouter les retours d’expérience d’une communauté
    http://
    Auteur : Scholz & Friends - www.youtube.com/watch?v=ciSrNc1v17M
    Page 19
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 20. Les lieux où se définissent l’e-reputation
    Page 20
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 21. La visibilité sur Google
    Google représente plus de 50% voire 80 % des parts de marché des moteurs de recherche dans de nombreux pays.
    Cf Google Search Global MarketShare
    http://www.zorgloob.com/2009/03/les-parts-de-marche-de-google-dans-le.asp
    https://spreadsheets.google.com/ccc?key=pLaE9tsVLp_0y1FKWBCKGBA
    Etre en première page : un enjeu d’image et commercial essentiel
    Etre dans les premières positions
    le résultat en 1ère position est cliqué en moyenne 3,5 fois plus que le 2ème !
    le résultat en 1ère position est cliqué en moyenne 14 fois plus que le 10ème
    Source : http://www.webrankinfo.com/actualites/200608-repartition-des-clics.htm
    Page 21
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 22. Les adwords
    Adwords : programme d’achat de mots clés sur les pages de résultats de recherche de Google
    Système d’enchères au mot clé en fonction des organismes présents
    Paiement en fonction du nombre de clics
    https://www.google.com/accounts/ServiceLoginAuth?service=adwords
    De nombreux internautes ne savent encore pas encore faire la différence
    Page 22
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 23. Les Adsense
    Programme d’affiliation
    Permet à n’importe quel blogueur, site web d’intégrer des annonces publicitaires Google sur son site
    Les publicités sont contextualisées par rapport au contenu
    Peuvent s’intégrer dans des flux RSS
    Page 23
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 24. Les Forums
    Un espace de discussion et de conversation qui ne faiblit pas depuis 2000
    Tous les contributeurs d’un forum peuvent participer
    La modération est fréquente
    Organisés en Thèmes / Sous-thèmes / Sujets ou fils de discussions (threads) / Participation ou réponses ou messages
    Le premier forum français est Doctissimo qui compte 98.185.241 posts et 1.456.507 utilisateurs
    Les forums restent un espace privilégié d’expression communautaires et d’échanges, de trucs et astuces.
    Secteurs privilégiés :
    Jeux vidéos
    Santé
    Informatique / électronique
    Mode
    Exemple : www.flyertalk.com
    Les forums qui marchent sur www.big-boards.com
    Page 24
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 25. Les réseaux sociaux
    But : permettent la construction de communautés publiques ou privées en ligne, de personnes partageant des centres d’intérêt ou ayant des affinités ou se connaissant déjà dans la vraie vie.
    Sont utilisés à des fins professionnelles ou personnelles
    Leur utilisation a connu une très forte croissance ces 3 dernières années
    Leaders :
    Facebook
    MySpace,
    Skyrock
    Twitter
    LinkedIn
    De plus en plus utilisés par les entreprises
    Page 25
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 26. LinkedIn
    Réseau social professionnel majoritairement anglophone
    www.linkedin.com
    Permet de diffuser son CV, de se faire recommander
    Pour les entreprise permet de diffuser le profil de son entreprise, d’animer un Hub pour se faire connaître, pour débattre
    Utile pour :
    Faciliter le recrutement
    Echanger des bonnes pratiques / méthodes
    Diffuser ses communiqués de presse
    LinkedIn est un réseau principalement utiliser pour les relations interpersonnelles
    Les organisations y sont souvent « parce qu’il faut y être »
    Les participations sont courantes mais les échanges peu nombreux à l’intérieur des groupes
    Page 26
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 27. Viadeo ex Viaduc
    Réseau social professionnel francophone
    Copié quasiment à l’identique de LinkedIn
    Les groupes s’appellent des Hubs
    Page 27
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 28. Le micro-blogging
    Micro-blogging : permet de publier de courts messages de 140 caractères maximum
    Ex : Twitter
    Par défaut tout message publié par un utilisateur est public (public timeline)
    On peut s’abonner à des auteurs pour recevoir les messages qu’ils publient en « FriendsTimeline »
    On peut adresser un message public à un utilisateur en particulier en utilisant la syntaxe @nom_utilisateur
    On peut écrire un message privé en utilisant la syntaxe : d nom_utilisateur
    On peut tagger un tweet en utilisant la syntaxe #mot_clé
    Ex de Tweet : @Mael le dernier OS de #microsoft est vraiment meilleur que #vista
    On rediffuse un tweet avec la mention RT
    Twitter doit plus être vu comme un protocole : la plupart des échanges sur Twitter se font à partir de logiciels clients tiers ben plus fonctionnels que Twitter
    Exemples de clients : HootSuite / Seesmic Desktop / Yoono Desktop / Mixero / Twhirl
    Services connexes :
    Raccourcisseur d’URL
    Sites de publications de photos / vidéos
    Page 28
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 29. Twitter et les marques
    Twitter est un redoutable outil de marketing viral ou de buzz négatif
    Il repose même sur la notion de réseau à travers sa fonction de Retweet
    Il est un outil de l’instantanéité : Un message viral va se rediffuser extrêmement vite
    On constate toutefois certains freins au marketing viral
    Il existe là aussi la notion de communautés. Les personnes suivent des personnes qui les intéressent. Ces communautés peuvent être relativement étanches les unes entre les autres si les utilisateurs ne diversifient pas leurs followers.
    Il y a certaines « heures » privilégiées. Des pics d’activité. Afin d’optimiser la rediffusion d’un message il vaut mieux se caler sur ces heures de pointe.
    Bien qu’en pleine croissance, ce réseau social a encore une population de « geeks », technophiles, de « vingtenaires ». Toutes les communautés ne sont pas représentées de façon encore plus flagrante que sur Internet en général.
    Les marques sont de plus en plus présentes sur Internet et certaines l’utilisent même pour :
    Leur CRM
    Un canal de vente
    Page 29
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 30. Les raccourcisseurs d’URL
    Etant donné le nombre de caractère limités de chaque tweet il est impossible de copier une url complète
    Des services permettent de raccourcir une URL en établissant une correspondance entre URL longue et URL courte (URL Shortener)
    On peut alors intégrer l’URL courte dans son tweet
    Quelques services :
    http://bit.ly
    http://snurl.com
    http://tinyurl.com
    http://twurl.nl
    La plupart de ces services intègrent des comptes clients permettant de tracer les URL que l’on a raccourci
    Ces services ne sont pas intégrés dans Twitter.com
    Les clients permettent de raccourcir directement les URL
    Page 30
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 31. Les services de publication multimédias
    Twitter ne permet de publier que du texte.
    Pour publier des photos ou des vidéos il faut les publier sur un service tiers
    Ces services se sont développés avec l’essor de Twitter
    Vous uploadez un fichier multimédia et le service vous fournit une url courte pour y accéder
    On a ainsi eux systèmes connexes mais indépendants.
    Le texte décrivant le contenu mutlimédia est sur Twitter
    Le contenu en lui-même est accessible sur un site tiers
    La communication se fait d’un sens vers l’autres : souvent impossible de remonter du contenu multimédia au Tweet
    Vous pouvez disposer d’un compte utilisateur vous permettant de retrouver vos contenus publiés sur un service
    Page 31
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 32. Twitter et sa constellation
    http://www.briansolis.com/2009/05/gazing-into-twitterverse/
    Page 32
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 33. Services de partage de vidéos
    Permettent de publier des vidéos, de les envoyer, de les noter, de les commenter
    Véritable essor de ces services qui pourtant à ce jour sont peu ou pas rentables leurs propriétaires
    Leader incontesté : YouTube racheté par Google qui à eux deux représentent plus de 60 % des vidéos visionnées sur des services de partage de vidéos en ligne.
    Certaines vidéos promotionnelles vue plusieurs milliers de fois
    Possibilité de s’abonner aux vidéos postées par certains utilisateurs
    Intègre des outils de partage puissants :
    Scripts pour republication dans d’autres plateformes de blogs
    Envoi par email
    Republication automatique
    Partage automatique dont sur Twitter et Facebook
    Page 33
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 34. Interface YouTube
    Titre
    Utilisateur
    Nombre d’avis
    Nombre de visionnage
    Page 34
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 35. Statistiques Vidéos YouTube
    Timeline des événements (embeded, linking, recommandations)
    Page 35
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 36. Facebook
    Le plus important des réseaux sociaux
    Un réseau social complet
    Statuts
    Partage de vidéos
    Partage de photos
    Messagerie interne
    Des centaines d’applications tierces intégrées via des API
    277 millions d’utilisateurs inscrits soit l’équivalent de la population du 5ème pays
    Des taux de croissance forts
    Facebook est en train d’atteindre une taille critique
    Beaucoup de monde attire plus de monde (principe de base des réseaux sociaux)
    Facebook est chronophage donc difficle d’être sur 2 réseaux sociaux
    Page 36
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 37. Population globale de Facebook
    Source : www.checkfacebook.com – Septembre 2009
    Page 37
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 38. Pourcentage de la population sur #FB
    Source : www.checkfacebook.com – Septembre 2009
    Page 38
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 39. Pays comportant en %age le plus d’inscrits
    Source : www.checkfacebook.com – Septembre 2009
    Page 39
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 40. Pays en plus forte croissance d’utilisateurs FB
    Source : www.checkfacebook.com – Septembre 2009
    Page 40
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 41. Hors Internet
    Il existe de nombreux clippers spécialisés en veille presse écrite et / ou audio-vidéo
    Par exemple en France
    Argus de la presse
    Pressed
    TNS

    Mais également dans de nombreux autres pays
    Prestations :
    Alertes sur mots clés
    Envoi par email de l’article numérisé
    Envoi de la retranscription du passage radio ou télé
    Parfois les articles sont envoyés format papiers
    De plus en plus de prestataires proposent une plateforme d’accès à ses résultats
    Page 41
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 42. Les règles et les outils de l’e-reputation
    Page 42
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 43. La netiquette
    Règles de comportement éditées en 1995 par le Internet Engineering Task Force pour donner des règles de conduite sur le comportement à adopter sur Internet
    Pas mise à jour depuis et n’intégrant pas les problématiques spécifiques liées aux forums, blogs, wikis, etc
    Accessible en français à http://www.sri.ucl.ac.be/SRI/rfc1855.fr.html
    «  Ce que vous ne feriez pas lors d’une conversation réelle face à votre correspondant, ne prenez pas l’Internet comme bouclier pour le faire. »
    De la bonne utilisation des champs CC et BCC
    Respectez des règles de politesse élémentaires
    Intégrez une signature
    La mystification et la falsification ne sont pas admis
    Ne rentrez pas dans des débats stériles (trolls)
    Respectez la ponctuation et les majuscules minuscules
    Ecrire en majuscule est considéré comme crier
    Page 43
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 44. Animer un blog d’entreprise
    Un blog doit respecter certaines « contraintes » rédactionnelles
    Le ton doit être plus décontracté
    C’est une personne qui s’exprime, une personne de l’entreprise mais une personne…ou plusieurs personnes
    On ne fait pas que vendre des produits ou en faire la promotion sur un blog. Et si on le fait on ne le fait pas sur tous les produits.
    On ne tombe pas dans un discours « corporate » policé sans tomber dans la familiarité ou la vulgarité
    En tout état de cause un blogueur d’entreprise ne devrait pas être modéré a priori mais l’e
    Faites savoir que vous avez un blog … Le web est vaste, la concurrence acharné
    Trouvez une ligne éditoriale, un créneau de publication
    La fréquence des mises à jour reste un point important
    Créez de l’interactivité : appel à témoignages, concours, …
    Rédigez des articles de fond, apportez de la valeur ajoutée à la blogosphère, à vos lecteur
    Ayez des titres si possible explicites et utilisez des mots clés relatifs à votre activité, vos produits
    Page 44
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 45. Quelques exemples de blogs d’entreprises
    Qui marchent
    Matelsom : http://blog.matelsom.com/
    SQLI Agency http://www.sqliagency.com/blogs/emarketinggarden/
    Groupe Reflect http://www.groupereflect.net/blog/
    De quoi je me M.E.L http://www.michel-edouard-leclerc.com/wordpress/accueil
    OtterGroup http://www.ottergroup.com/?cat=1
    Direct2Dell http://en.community.dell.com/blogs/direct2dell/
    Qui marchent pas…voire pire
    Le blog de ma peau de Vichy : http://www.journaldemapeau.fr/blog/index.php [RIP]
    One2One Dell http://one2one.dell.com/ [RIP]
    Page 45
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 46. Les pages Facebook (1)
    Page 46
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 47. Les pages Facebook (2)
    Espace dédié plutôt aux entreprises
    Permet d’interagir avec ses « fans »
    Poster des actualités
    Poster des photos
    Gérer des discussions (sorte de forums)
    Permettre à vos utilisateurs d’écrire des reviews
    Rattachée à une catégorie
    Dispose d’un système de promotion / de publicité
    Quand une personne devient fan, l’info est rediffusée chez ses amis
    Possibilité d’acheter des campagnes publicitaires
    Des outils statistiques et de profiling
    Page 47
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 48. Les groupes Facebook
    Fonctionnalités beaucoup plus limitées que des pages
    Interactivité :
    Poster des liens
    Poster des messages sur un mur public
    Engager des discussions
    Parfois le titre seul du groupe est lui-même conçu comme un outil de pression / d’influence
    Ils sont majoritairement utilisés pas les individus / communautés / associations / groupes de pression
    Les entreprises essaient d’endiguer le flux avec de faux groupes Facebook
    Page 48
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 49. Exemple de groupes Facebook
    Page 49
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 50. Twitter
    Les règles de Twitter
    Un compte Twitter = une personne, comme les blogs… Assez peu de Twitter d’entreprises fonctionnent
    Retweeter l’information intéressante
    Produire quelques informations intéressantes sur son blog ou même en Tweet
    Saupoudrer d’une dose de réflexion légères, d’anecdotes du quotidien
    Toujours citer ses sources et si possible revenir à la source
    Ne pas hésiter à animer par des jeux
    Récompenser vos followers « milestones » : 500, 1000, 1500, …
    Participer au Follow Friday c’est-à-dire donner le nom de comptes Twitter que vous lisez régulièrement, qui vous inspirent
    Couplez, ou pas avec d’autres outils de type Facebook
    Attention à ne pas vous rater quand vous écriver en privé à quelqu’un!!!
    Pour une entreprise / organisation on peut envisager de traiter des problèmes clients sur Twitter, de vendre, et … trouver de nouvelles idées
    Page 50
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 51. Les problématiques juridiques liées à l’e-reputation
    Flogs ou Fake Blogs
    Faux blogs entant de paraître impartiaux
    Souvent crise importante si partialité dissimulée découverte
    Ex : « WalmartingAcrossAmerica », un blog lancé en 2006 par Edelman tentant de faire croire qu’il était animé par deux fans
    Splogs ou Spam Blogs
    Blogs exploitant le nom de grandes marques, de personnalités, pour générer du trafic
    Durée de vie très courte
    Redirigent vers des sites « payants »
    Cybersquatting
    Cybergripping
    Association nom d emarque + terme péjoratif
    Et bien évidemment :
    Contrefaçon
    Diffamation

    Page 51
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 52. Comment surveiller son e-reputation
    Page 52
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 53. Utiliser Google
    Sur le Web
    Effectuer régulièrement des requêtes sur les noms de votre entreprise / organisation / marques produits avec les filtres temporels de 365 jours à 1 jour selon l’activité
    Eventuellement en cas de buzz et d ’activité très intense utiliser Google Caffeine : http://www2.sandbox.google.com/ et restreindre encore plus la période avec la variable as_qdr=initialenombre avec initiales = y, m, w, d, h, s et ensuite le nombre d’années, mois, semaines, jours, heures, secondes
    Les résultats de la requête s’actualisent automatiquement
    Uiliser bien évidemment :
    Google alerts correctement paramétré sur :
    Blogs, Webs, Actualités
    Par email ou plutôt par RSS
    Ne pas oublier les groupes
    Les Vidéos Google sont visiblement comprises dans les alertes (« tous les groupes »)
    Page 53
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 54. Google et spécificités dans les blogs
    Utiliser la fonction trier par date
    Profiter du RSS qui peut être facilement généré
    Utiliser la recherche avancé
    Pour rechercher à l’intérieur d’un blog
    Pour rechercher par date de publication
    Pour rechercher un auteur en particulier
    Compléter avec d’autres moteurs de recherche de blogs dont
    Technorati : qui génère du RSS
    Blogpulse en requête avancée et en comparaison de tendances volumétrique
    Social Mention | www.socialmention.com
    Page 54
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 55. Dans les forums
    Avec Google
    Utiliser les requêtes avancées
    sfr| « société française de radiophonie » alinurl: forum phpbbsmf
    En identifiant directement les forums spécialisés et en les mettant en surveillance
    En utilisant des outils spécialisés
    Big-Boards : annuaire de forum
    Omgili | Le plus efficace et le plus francophone | www.omgili.com
    BoardTracker.com | moteur de recherche de forum mais anglophone | en panne
    Boardreader.com | http://boardreader.com/s/sfr.html
    La plupart de ces outils proposent des flux RSS pour récupérer les posts ou titres et urls de Threads
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 56. Surveiller Twitter
    En premier lieu sur SearchTwitter, moteur racheté courant 2009 par Twitter
    Search.twitter.com / http://search.twitter.com/search?q=sfr
    Permet la recherche avancée y compris sur la tonalité  /  moyennement efficace
    Permet la recherche géolocalisée
    D’aures applicatifs de recherche Twitter
    TweetTabs | Recherche en temps réel en colonnes | http://tweettabs.com/
    Twazzup | Moteur de recherche Twitter intégrant la notion de pertinence | www.twazzup.com
    Tweefind.com | avec pertinence également relative à l’influence entre autre des auteurs
    Avec Google et sa recherche avancée + temps réel
    Site:twitter.com +keywords et surveiller en temps réel
    Très moyen pour l’instant | n’indexe qu’une partie infime des tweets
    Page 56
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 57. Facebook, un vrai défi pour les veilleurs
    Il est difficile d’automatiser la veille sur Facebook via un logiciel de veille :
    Login / password
    Identifiants de sessions
    Cookies
    Tout ce qu’un individu sur sa page n’est accessible que s’il a laissé un accès libre à son mur ou si vous faîtes partie de ses amis
    L’automatisation de la surveillance de Pages ou de Groupes demeure complexe également
    Le meilleur moyen à ce jour : Google
    Site:www.facebook.com +keyword +restriction temporelle (dernières 24 h)
    Mais cela ne permet pas de surveiller une page spécifique, juste l’apparition du mot clé
    Toutes les mentions implicites au nom de l’organisation ne sont pas identifiables ainsi
    Les autres moyens :
    A la main
    Développer sa propre application basée sur les API Facebook
    Page 57
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 58. Surveiller YouTube
    Surveiller une requête en RSS
    Taper la requête
    S’abonner au flux RXX
    Ex : http://gdata.youtube.com/feeds/base/videos?q=sfr&client=ytapi-youtube-search&alt=rss&v=2
    S’abonner à des vidéos « en lien avec »
    Identifier une vidéo
    http://www.youtube.com/watch?v=LxBpDaRUyow
    S’abonner au flux RSS pour recevoir les dernières vidéos « ressemblant »
    http://gdata.youtube.com/feeds/base/videos/LxBpDaRUyow/related?client=ytapi-youtube-watch&v=2
    Identifier un utilisateur et s’abonner à ses vidéos
    EX : Petahttp://gdata.youtube.com/feeds/base/users/officialpeta/uploads?alt=rss&v=2&orderby=published&client=ytapi-youtube-profile
    Page 58
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 59. Surveiller les photos et images sur Flickr
    Quasiment impossible de surveiller l’apparition de formes ou de photos spécifiques sur Internet
    Aujourd’hui des outils plus à l’état de prototypes que de réel outils opérationnels et la plupart sur des périmètres restreints
    Toutefois un moteur de recherche qui commence à faire ses preuves
    TinEye
    On peut par contre surveiller l’apparition de mots autour de photos
    Via Google Images qui intègre également certains critères de différenciation de forme (sait reconnaitre si la photo comporte un visage)
    Via Flickr : dans le titre, dans la définition et dans les mots clés (tags)
    Créer un flux RSS sur Flickr
    Très simple pour un utilisateur car proposé par l’ergonomie
    http://api.flickr.com/services/feeds/photos_public.gne?id=id_utilisateur&format=rss_200
    Plus compliqué par mot clé car il faut aller chercher dans les API
    http://api.flickr.com/services/feeds/photos_public.gne?tags=keyword&lang=fr-fr&format=rss_200
    Aller plus loin avec les API
    http://www.actulligence.com/actualit-s-360.html
    Page 59
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 60. Quelques outils percutants de surveillance
    Back Type: surveillance des commentaires sur les médias sociaux en temps réel | Interface graphique conviviale | Paramétrage des alertes de en quelques clics | nécessité de créer un compte
    SamePoint: Recherche d’information sur les blogs et réseaux sociaux | Simple d’utilisation | Tonalité automatique des résultats | Recherche par type de sources (blogs, forums, wkis, bookmarks,…)
    Social Mention: Surveille blogs et microbloging et de bookmarking | Première analyse de tonalité
    Keotag: Recherche par mot clé et par source | Génère un OPML (liste de flux RSS de toutes les sources | Donne le code à implanter (embed) dans une page pour générer un tableau automatique
    Mais aussi :
    WikiAlarm
    YackTrack
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 61. Les agrégateurs de réseaux sociaux comme FriendFeed
    Permettent de publier et également de surveiller, donc, plusieurs flux d’informations publiés par une personne:
    Status Facebook
    Tweets
    Flux RSS
    Pas de limitation de caractères mais seuls les premiers caractères transitent
    Problème principal : Friendfeed est à la fois un agrégateur et un système de microblogging
    Difficile d’identifier d’où vient la publication
    Friendfeed comporte quand même moins d’utilisateurs que Twitter
    Avantage principal : permet de surveiller les publications de ses contacts sur plusieurs supports
    Page 61
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 62. StepRep
    Plateforme gratuite d’e-reputation
    Plutôt orientée pour le personalbranding
    Vous choisissez un ou des noms (pseudos)
    Vous déterminez des mots clés, des sociétés
    Au quotidien, StepRep va creuser le Web et particulièrement le Web 2 pour extraire toute citation en essayant d’écarter ce qui ne concerne pas votre nom à partir des précisions données
    Vous catégorisez l’information en positif / négatif / neutre
    Tous l’information capitalisée est accessible sur StepRep
    Avantages : gratuit, complet
    Inconvénient : un peu laborieux, information difficilement organisable, récupère vraiment toutes mentions
    Page 62
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 63. StepRep Screenshot
    Page 63
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 64. Identifier les leaders d’opinion
    Un leader d’opinion sur une thématique sera :
    Visible | Fonction de compte des Backlinks et de mesure de la notoriété personnelle
    Links:URL_du_Blog
    Outils spécifique : EgoSurf / Mii
    Régulièrement cité sur :
    Internet
    Sur les réseaux sociaux | Nombre d’amis
    Sur les outils de micro-blogging | nombre de followers | score Twitter
    On parle en général de leaders d’opinion par thématique mais certains ont une telle audience et notoriété qu’ils sont leaders d’opinion tout court
    Il existe de nombreux classements
    Wikio
    Technorati

    Pour cartographie et identifier les leaders :
    Constellations (Exalead)
    Wikiopole
    Page 64
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 65. Wikiopole / Loisirs
    Screenshot des solutions RTGI / Linkfluence
    Page 65
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet
  • 66. Et maintenant ?!
    A vos questions !
    Frédéric Martinet
    Consultant Intelligence Economique, Veillestratégique et Veille image
    Actulligence Consulting
    +33 (0) 6 19 05 41 37
    Frederic.martinet@actulligence.com
    www.actulligence.com
    Page 66
    Page 66
    Page 66
    Polen - Lozère Développement - e-Reputation - Décembre 2009 - © F. Martinet