• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Lettre économique Japon, Coree, Australie et Nouvelle-Zélande n°39 (septembre 2012)
 

Lettre économique Japon, Coree, Australie et Nouvelle-Zélande n°39 (septembre 2012)

on

  • 566 views

Lettre économique Japon, Coree, Australie et Nouvelle-Zélande n°39 (septembre 2012) ...

Lettre économique Japon, Coree, Australie et Nouvelle-Zélande n°39 (septembre 2012)

Retrouvez la a Section Australie des Conseillers du Commerce Extérieur de la France sur :
http://australie.cnccef.org/

Statistics

Views

Total Views
566
Views on SlideShare
503
Embed Views
63

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 63

http://www.cnccef.org 45
http://australie.cnccef.org 18

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Lettre économique Japon, Coree, Australie et Nouvelle-Zélande n°39 (septembre 2012) Lettre économique Japon, Coree, Australie et Nouvelle-Zélande n°39 (septembre 2012) Document Transcript

    • Lettre économique Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande n°39© DG Trésor 14 septembre 2012Sommaire1) Japon : victoire politique pour le Premier ministre, l’adoption de la loi sur la réforme conjointe de la fiscalité et du système de protection sociale au Japon ne suffira pas à maîtriser durablement le déficit public ............. 4 La réforme votée le 10 août 2012 au Parlement permettra à l’Etat japonais de bénéficier à terme de recettes supplémentaires de l’ordre de 13 500 Mds de yens par an (2,9 points de PIB). La mesure phare est le doublement en deux temps de la taxe sur la consommation : de 5 à 8% en 2014 et de 8 à 10% en 2015. Environ 80% des recettes budgétaires supplémentaires seront affectés à la consolidation des dépenses sociales (en constante augmentation en raison du vieillissement démographique), tandis que les 20% restants seront alloués à des dépenses nouvelles exclusivement dans le champ social (politique familiale, soins liés à la « dépendance », retraite et inégalités). Cette réforme, qui vise à consolider les finances publiques de l’Etat, ne devrait pas suffire à elle seule à atteindre l’objectif gouvernemental de réduction de moitié du déficit primaire entre 2010 et 2015.2) Japon : enjeux économiques pour le Japon d’un futur accord tripartite avec la Chine et la Corée .................... 8 Lors du sommet tripartite organisé en mai 2012 à Pékin, les chefs d’Etat chinois, coréen et japonais ont convenu de lancer d’ici fin 2012 les négociations en vue d’un accord tripartite de libre-échange, évoqué depuis plus de dix ans. Alors que la Chine et la Corée n’ont pas montré à ce stade d’intérêt pour le Partenariat transpacifique (TPP) contrairement au Japon, l’accord tripartite permet de bâtir une solidarité régionale parallèle, de développer des relais de croissance chez les deux principaux partenaires économiques asiatiques du Japon et de conforter son positionnement en amont de la chaîne de valeur en Asie de l’Est. Le Japon bénéficierait notamment de l’élimination des lignes tarifaires et du renforcement de la protection des investissements dans le secteur manufacturier (transport, électronique, équipements de production, biens intermédiaires). Mais des doutes persistent sur la AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 1/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 capacité du Japon à éliminer ses barrières tarifaires et non-tarifaires, en particulier dans le secteur agricole, et à obtenir de la Chine une meilleure protection des investissements.3) Corée : situation macroéconomique et financière – septembre 2012 .............................................................. 12 La reprise du premier trimestre 2012 aura été de courte durée puisque la Corée affiche au second trimestre une croissance du PIB de seulement 0,3%, contre 0,9% précédemment. La détérioration de la conjoncture économique mondiale se traduit par un recul des exportations, principal moteur économique coréen, tandis que la consommation privée, qui tire toujours la croissance du PIB au deuxième trimestre, ne bénéficie cependant plus de l’effet d’entrainement des dépenses publiques, en fort recul par rapport au premier trimestre. L’impact de la crise financière mondiale sur la Corée continue de varier au rythme des négociations sur la crise de la dette européenne et de la publication des résultats de l’économie américaine. Dans ce contexte fragile, le pilotage de l’économie reste prudent, tourné vers le soutien aux exportations et à la consommation des ménages. Les mesures sectorielles prises, représentant près de 1% du PIB, sont largement critiquées pour leur impact limité et leur motivation électoraliste. En matière de politique monétaire, la banque centrale dispose de marges de manœuvre limitées, tandis que les anticipations du retour de l’inflation et les incertitudes sur la conjoncture mondiale l’incitent à la modération dans l’assouplissement de sa politique monétaire.4) Corée : lutte contre l’inflation, volatilité des cours mondiaux agricoles et réactions coréennes ..................... 16 L’inflation coréenne a ralenti à son plus bas niveau en août 2012, à 1,2% en glissement annuel, en dessous de la cible de la banque centrale de 3% (+/-1%). La lutte contre l’inflation a mobilisé tous les efforts du gouvernement, tandis que le pouvoir d’achat occupe le débat politique. Le ralentissement de l’activité économique mondiale en 2012 et la baisse des importations coréennes, et de manière moins quantifiable les mesures gouvernementales de blocage des prix, ont contribué à la détente des prix sur le marché domestique. La baisse de 25 pb du taux directeur en juillet 2012 à 3% marque le changement de priorité de la banque centrale. Elle s’attache désormais à détendre les conditions monétaires pour soutenir la croissance, alors que les exportations coréennes ont ralenti durant l’été, et que la consommation des ménages s’affaiblit, et doit également tenir compte des anticipations d’inflation élevées pour 2013.5) Australie : marché carbone – clés de lecture de l’accord euro-australien établissant le principe d’une connexion entre les marchés européen et australien ......................................................................................... 20 Le dispositif dont sont convenus la Commission et le gouvernement australien pour connecter en deux temps le marché carbone australien au marché européen reçoit un accueil réservé, voire critique. Les assujettis engrangent l’abandon du prix plancher mais s’inquiètent des effets de long terme de l’introduction d’un plafond des unités internationales qu’ils auront le droit d’acheter. La conclusion d’un accord définitif au plus tard en 2015, pour une entrée en vigueur en 2018, est jalonnée d’étapes difficiles, compte tenu du contexte politique et des paramètres sur lesquels les Parties doivent se mettre d’accord. L’opposition ne désarme pas dans son intention d’abroger la taxe carbone et trouve dans cet accord de nouveaux motifs d’honorer cette promesse. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 2/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/20126) Nouvelle-Zélande : le gouvernement accepte des compromis sur son projet de loi sur la zone économique exclusive .............................................................................................................................................................. 22 Le gouvernement a proposé plusieurs amendements à son « Projet de Loi sur la Zone Economique Exclusive et le Plateau Continental (Aspects Environnementaux) » (EEZ and Continental Shelf (Environmental Effects) Bill). Il reconnaît ainsi la primauté du principe de développement durable sur celui de développement purement économique.7) Fidji : situation économique et financière au premier semestre 2012 ............................................................. 24 Les autorités fidjiennes viennent d’annoncer que les prévisions de croissance pour l’année 2012 avaient été revues à la hausse, à 2,7%. La bonne tenue de certains secteurs de l’économie (mines, sylviculture, manufacture) contribue à l’optimisme du gouvernement fidjien. L’économie fidjienne reste toutefois vulnérable en raison notamment du niveau élevé de l’endettement public. La poursuite des réformes structurelles pour améliorer le climat des affaires est donc indispensable.8) Japon, Corée, Australie et Nouvelle-Zélande : indicateurs économiques ........................................................ 27 AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 3/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Japon : victoire politique pour le Premier ministre, l’adoption de la loi sur la réforme conjointe de la fiscalité et du système de protec- tion sociale ne suffira pas à maîtriser durablement le déficit public La réforme votée le 10 août 2012 au Parlement permettra à l’Etat japonais de bénéficier à terme de recettes supplémentaires de l’ordre de 13 500 Mds de yens par an (2,9 points de PIB). La mesure phare est le doublement en deux temps de la taxe sur la consommation1 : de 5 à 8% en 2014 et de 8 à 10% en 2015. Environ 80% des recettes budgétaires supplémentaires seront affectés à la consolidation des dépenses sociales (en constante augmentation en raison du vieillissement démographique), tandis que les 20% restants seront alloués à des dépenses nouvelles exclusivement dans le champ social (politique familiale, soins liés à la « dépendance », retraite et inégalités). Cette réforme, qui vise à consolider les finances publiques de l’Etat, ne devrait pas suffire à elle seule à atteindre l’objectif gouvernemental de réduction de moitié du déficit primaire entre 2010 et 2015. 1. Des recettes supplémentaires nécessaires au financement des dépenses publiques 1.1. La réforme de la fiscalité rapporterait à terme 2,9 points de PIB de recettes supplémentaires par an à l’Etat (gouvernement central et collectivités locales). La nouvelle enveloppe sera attribuée à hauteur de 4/5ème au budget de l’Etat central, dont les recettes fiscales totales passeront ainsi de 9 à 11 points de PIB ; les recettes totales de la taxe sur la consommation affectées au budget central augmenteront de 2 à 4 points de PIB, ce qui en fera la principale source de recettes fiscales devant l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés (respectivement 3 et 2 points de PIB). A titre indicatif, le budget de l’Etat central (hors rembourse- ment de la dette et paiement des intérêts) est de l’ordre de 15 points de PIB. Le reliquat sera alloué aux collectivités locales, car la loi de 1989 relative à la taxe sur la consommation prévoit qu’un cinquième des recettes de la taxe leur soit reversé. 1.2. Le doublement de la taxe sur la consommation est la mesure phare et rapporterait 2¾ points de PIB. La première hausse du taux, de 5 à 8%, est prévue en avril 2014, et la seconde, de 8 à 10%, en octobre 20152. La loi prévoit que les recettes supplémentaires issues de la hausse de la taxe sur la consommation ne soient affectées qu’au financement des dépenses sociales (retraite, santé, dépendance, famille…). La taxe sur la consommation n’a pas été modifiée depuis 1997, quand le taux a été augmenté de 3 à 5% afin de financer l’introduction de l’assurance dépendance pour personnes âgées (effective depuis 2000). La loi laisse également la porte ouverte à des mesures complémentaires – à l’étude – pour réduire l’impact du doublement de la taxe sur la consommation (réductions d’impôt ou redistribution en faveur des ménages à bas revenu, subventions à l’achat d’un logement ou d’un véhicule...). 1.3. D’autres mesures sont prévues, dont l’impact est cependant moindre sur le niveau des recettes :1 La taxe sur la consommation japonaise est assise sur la valeur ajoutée et est identique, sinon de nom, à la TVA.2 Le texte de loi fait référence au cadrage macroéconomique du programme de croissance du gouvernement (croissance du PIB de 2% enréel sur 2011-2020 et de 3% en nominal) et laisse au gouvernement en place à la veille de laugmentation effective de la taxe sur laconsommation le soin de confirmer son opportunité selon la conjoncture économique. Une telle disposition existait déjà lors desaugmentations précédentes et ne devrait pas remettre en cause le calendrier prévu. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 4/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Etablissement d’une tranche de revenu imposable à 45%. Le taux d’imposition maximum s’élève aujourd’huià 40% pour des revenus imposables de plus de 18 millions de yens par an (180 000 €). Une nouvelle trancheserait établie à 45% à partir de 2015 pour les revenus supérieurs à 50 millions de yens (500 000 €). Hausse des droits de succession. La réforme prévoit notamment à partir de 2015 une réduction del’abattement fiscal (actuellement de 50 millions de yens et 10 millions supplémentaires par héritier, il passeraità 30 millions et 6 millions supplémentaires par héritier) et un relèvement du taux maximum de 50 à 55%.2. Ces recettes budgétaires seront affectées exclusivement au financement des dépen- ses sociales de l’Etat2.1. Environ 80% des recettes budgétaires supplémentaires (2,3 points de PIB) seront affectés à la consolida-tion des dépenses de protection sociale existantes. Financer les dépenses sociales croissantes en faveur des personnes âgées. La réforme prévoit d’allouer1,5 point de PIB au financement de ces dépenses (soins de santé et de dépendance pour les personnes âgées àla fois du ressort de l’Etat central et des collectivités locales…). Financer le régime de base des retraites. Depuis 2009, la part de l’Etat central dans le financement durégime de base (premier tiers du système des retraites) a été augmentée de 33 à 50%, sans que legouvernement central n’ait pu financer de manière pérenne le coût de cette augmentation estimée à 0,6 pointde PIB par an.2.2. Les 20% restants, soit 0,6 point de PIB, seront alloués à des dépenses sociales nouvelles. Renforcer la politique familiale. Pour un coût de 0,15 point de PIB, le gouvernement visera notamment àdévelopper les infrastructures d’accueil pour la petite enfance afin de réduire les listes d’attente. Legouvernement espère que cela impactera positivement le taux de fécondité, actuellement de 1,39 enfant parfemme. Depuis son arrivée au pouvoir en 2009, le gouvernement démocrate a privilégié la hausse desallocations familiales, même si celle-ci a dû être révisée à plusieurs reprises en raison de ressourcesinsuffisantes ou de concessions accordées à l’opposition, majoritaire à la Chambre haute. Une unification desécoles maternelles et garderies est aussi à l’étude. Développer les soins de dépendance. Une enveloppe nette de 0,15 point de PIB (0,30 point de dépenses et0,15 point d’économies) sera allouée notamment afin de quasiment doubler les emplois spécialisés dans lessoins de dépendance. Parmi les économies envisagées, le gouvernement prévoit de réduire la durée moyenned’hospitalisation, estimée à 19 jours, soit le niveau le plus haut dans l’OCDE (15 en Corée, 10 en Allemagne ou6 en France). Améliorer le système des retraites. Pour un coût de 0,13 point de PIB, le gouvernement envisage à partir de2015 de réduire de 25 à 10 années la période de cotisation nécessaire afin d’être éligible à la pension de base(170 000 bénéficiaires supplémentaires). S’agissant du deuxième tiers des retraites, l’intégration des régimesdes fonctionnaires et des enseignants du secteur privé au régime salarié est à l’étude pour 2015. Réduire les inégalités. Avec une enveloppe nette de 0,11 point de PIB (0,21 point de dépenses et 0,10 pointde recettes supplémentaires non fiscales), le gouvernement prévoit notamment une réduction des cotisationsau titre de l’assurance santé en faveur des ménages à bas revenu. Les recettes seront perçues vial’élargissement en 2016 du régime salarié de l’assurance santé à davantage de travailleurs à temps partiel(250 000 cotisants supplémentaires). AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 5/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/20123. Un impact insuffisant pour consolider durablement les déficits publics3.1. La réforme contribue à la consolidation des finances publiques, mais elle est insuffisante pour atteindrel’objectif gouvernemental de réduction de moitié du déficit primaire d’ici 2015. Le gouvernement entendréduire le déficit primaire de l’Etat (gouvernements central et locaux) de 6,4 points de PIB en 2010 à 3,2 pointsde PIB d’ici 2015, pour un retour à l’équilibre programmé à 2020. Cela suppose, toutes choses égales parailleurs, de mettre en œuvre des mesures budgétaires rapportant 3,2 points de PIB d’ici 2015. Mais la réformene devrait contribuer qu’à réduire le déficit primaire de 2,3 points, un total de 0,6 point étant alloué à desdépenses nouvelles. De nouvelles mesures seront donc nécessaires si le gouvernement veut remplir sesobjectifs de finances publiques.3.2. Le FMI préconise un ajustement budgétaire à terme de 10 points de PIB afin de stabiliser puis de réduirele ratio de l’endettement public net. C’est quatre fois plus que l’ajustement décidé à ce stade par legouvernement (2,3 points de PIB). La mesure clé selon le FMI serait une hausse de la taxe sur la consommationde 5 à 15% voire à 18%, ce qui contribuerait à dégager entre 5 et 6,5 points de PIB de recettes fiscalessupplémentaires. Des mesures complémentaires de l’ordre de 3,5 à 5 points de PIB devront être introduitesafin d’accroître les recettes fiscales et réduire les dépenses budgétaires (sociales ou autres). *1. La priorité donnée par le gouvernement japonais au doublement de la taxe sur la consommation répond àune nécessité économique, dans le contexte miroir de la crise des dettes souveraines : l’endettement public brutdu Japon est de 230% du PIB et l’endettement public net de 127% du PIB selon le FMI.2. C’est aussi un enjeu politique puisque le premier ministre M. Noda y joue son avenir. La réforme a été votéeavec le soutien des principaux partis de l’opposition, majoritaires à la Chambre haute. L’opposition a obtenu encontrepartie l’abandon de certaines mesures, comme l’introduction d’une retraite minimale, et l’engagementdu Premier ministre à tenir des élections législatives anticipées « dans un proche avenir ».3. Alors que les effets positifs des dépenses liées à la reconstruction sont appelés à s’estomper, le principal défidu Japon sera de maintenir dès 2014 un rythme de croissance soutenu pour continuer sa consolidationbudgétaire et arriver à atteindre un excédent primaire en 2020. Pour se faire, le FMI préconise d’ailleurs unajustement budgétaire total de 10 points de PIB, principalement via le triplement de la taxe sur laconsommation, de 5 à 15%. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 6/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012Annexe : liste des principales mesures de la réforme conjointe de la fiscalité et du sys-tème de protection sociale Montant en Date de mise Principales mesures Commentaires pt de PIB en œuvre Financement / réforme de la fiscalité 2,9  Taxe sur la consommation 2 3/4 2014-2015  Hausses de 5 à 8%, puis de 8 à 10%.  Impôt sur le revenu - 2015  Etablissement d’une tranche à 45%.  Droits de succession - 2015  Réduction de labattement fiscal et relèvement du taux maximum à 55%. Dépenses 2,9 Consolidation des dépenses existantes 2,3  Dépenses pour les pers. Âgées 1/ 1,5 -  Santé, dépendance…  Régime de base des retraites 2/ 0,6 2014  Financement de la hausse de la part de lEtat dans le financement du régime.  Autres 0,2 - - Dépenses nouvelles 0,6  Politique familiale 0,15 -  Infrastructures daccueil.  Soins de dépendance 0,15 -  Hausse de 1,7 à 3 millions demplois, réduction de la durée dhospitalisation.  Système des retraites 3/ 0,13 2015  Assouplissement des conditions er déligibilité au régime de base (1 tiers), ème unification des régimes du 2 tiers.  Inégalités 0,11 2016  Réduction des cotisations santé pour les bas-revenus, élargissement du régime salarié santé et retraite à plus demployés "non-réguliers" Pour mémoire : Cadre macroéconomique Déficit primaire de 6,4% du PIB en 2010 à 3,2% en 2015 et équilibre pour 2020 Croissance du PIB nominal 3% par an en moyenne sur 2011-2020 Croissance du PIB réel 2% par an en moyenne sur 2011-2020 Croissance du PIB réel (estimations du gouvernement) FY2012 (avril à mars) 2,2% Déflateur du PIB -0,3% FY2013 (avril à mars) 1,7% Déflateur du PIB 0,2% Endettement public (FMI) brut 230% du PIB net 127% du PIB Sources : Cabinet Secretariat, Cabinet Office, SER de Tokyo, FMI. 1/ Le Ministère des finances estime que la dérive mécanique – liée au vieillissement de la population – des dépenses de protection sociale est d’au moins 0,2 point de PIB par an jusqu’en 2025 s’agissant du budget de l’Etat central. 2/ Depuis 2009, laugmentation de la part de l’Etat central dans le financement du régime de base (premier tiers du système des retraites) a été augmentée de 33 à 50%. Cette augmentation a été principalement financée par des opérations de capital (ponction dans les comptes spéciaux…). 3/ Lunification des régimes du deuxième tiers des retraites se traduirait par un taux de cotisation unique. Le gouvernement estime toutefois que la mesure aura au final un impact nul sur les finances publiques : même si les taux de cotisation des régimes des fonctionnaires et des enseignants du secteur privé sont aujourd’hui inférieurs au taux du régime salarié, il était prévu que ceux-ci augmentent à terme jusqu’à 19,8%, contre 18,3% pour le régime salarié. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 7/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Japon : enjeux économiques pour le Japon d’un futur accord tri- partite avec la Chine et la Corée Lors du sommet tripartite organisé en mai 2012 à Pékin, les chefs d’Etat chinois, coréen et japonais ont convenu de lancer d’ici fin 2012 les négociations en vue d’un accord tripartite de libre-échange, évoqué depuis plus de dix ans. Alors que la Chine et la Corée n’ont pas montré à ce stade d’intérêt pour le Partenariat transpacifique (TPP) contrairement au Japon, l’accord tripartite permet de bâtir une solidarité régionale parallèle, de développer des relais de croissance chez les deux principaux partenaires économiques asiatiques du Japon et de conforter son positionnement en amont de la chaîne de valeur en Asie de l’Est. Le Japon bénéficierait notamment de l’élimination des lignes tarifaires et du renforcement de la protection des investissements dans le secteur manufacturier (transport, électronique, équipements de production, biens intermédiaires). Mais des doutes persistent sur la capacité du Japon à éliminer ses barrières tarifaires et non-tarifaires, en particulier dans le secteur agricole, et à obtenir de la Chine une meilleure protection des investissements. 1. Via l’accord tripartite, le Japon entend développer ses relais de croissance à l’étran- ger et s’insérer avantageusement en Asie de l’Est 1.1. L’accord tripartite est potentiellement le principal relai de croissance du Japon à l’étranger.  La relation économique du Japon avec la Chine et la Corée pourrait être plus forte. Sur le plan commercial, la part des échanges à l’intérieur du bloc Chine-Corée-Japon par rapport au total de leurs échanges mondiaux a progressé, de 12% en 1996 à 24% en 2011. Mais ce ratio demeure inférieur à la part du commerce intra-UE (64%) ou intra-ALENA (zone de libre-échange nord-américaine ; 40%). L’institut de recherche coréen Hyundai estime que l’accord tripartite contribuerait à accroître ce ratio à 60% d’ici 2020. S’agissant des investissements croisés, l’étude conjointe de décembre 20113 souligne les stocks peu élevés d’IDE japonais entrants mais aussi sortants4, malgré la proximité géographique du Japon avec la Chine ou la Corée.  L’accord tripartite permettrait la création de la principale zone de libre-échange en Asie, et son impact sur le PIB japonais serait supérieur à celui du TPP. Le futur accord tripartite paraît certes moins ambitieux que le TPP en termes d’élimination des lignes tarifaires : l’étude conjointe recommande la prise en compte lors des négociations des secteurs sensibles de chaque pays – agroalimentaire notamment dans le cas du Japon –, alors qu’il n’y aura pas de secteur exclu a priori s’agissant du TPP. Mais il devrait traiter une vingtaine de domaines comme dans le cas du TPP : règles d’origine, règlements des différends, services, investissement, normes SPS, propriété intellectuelle, marchés publics… En outre, le bloc Chine-Corée-Japon constituerait la principale zone de libre-échange en Asie, soit 21% du PIB mondial (derrière l’ALENA – 26% – et l’Union européenne – 25%) et 1/6ème du commerce mondial. L’impact de l’accord tripartite sur le PIB japonais (+¾ point de PIB à l’horizon de3 Lien Internet vers l’étude conjointe : http://www.mofa.go.jp/mofaj/press/release/24/3/pdfs/0330_10_01.pdf.4 Il existe un déséquilibre relativement important entre le niveau annuel des exportations japonaises et le stock d’IDE sortant selon ladestination. Vers la Chine, le niveau des exportations japonaises annuelles est 2 fois supérieur au stock d’IDE japonais sortants. Vers laCorée, le ratio s’établit à 3,8. Or, le ratio moyen est de l’ordre 0,9 s’agissant des exportations totales japonaises sur le stock total d’IDEsortant (1,1 pour l’ASEAN ; 0,5 pour les Etats-Unis, l’Union Européenne ou la France). AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 8/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 dix ans) serait également supérieur à celui du TPP (+½ point de PIB5), du fait essentiellement de la présence de la Chine. A titre indicatif, l’impact d’un éventuel accord de partenariat économique avec l’UE serait de +¼ point de PIB6. 1.2. L’insertion du Japon en Asie de l’Est ne remet pas en cause le maintien et le développement des activités à forte valeur ajoutée sur le territoire national 7. Le Japon laisse progressivement l’assemblage des produits à moins forte valeur ajoutée à d’autres pays comme la Chine, mais il crée des situations de quasi monopoles mondiaux sur des composants stratégiques à plus forte valeur ajoutée. Cette politique correspond aussi à une stratégie de protection de la propriété intellectuelle vis-à-vis des pays voisins, partenaires mais également concurrents. 2. L’industrie manufacturière sera la principale cible du Japon au cours des futures négociations, mais des concessions seront sans doute attendues dans le secteur protégé de l’agroalimentaire 2.1. L’ouverture du secteur manufacturier développerait les débouchés du Japon et renforcerait son positionnement en amont de la chaîne de valeur en Asie.  Elimination des lignes tarifaires. S’agissant des produits non-agroalimentaires, les tarifs moyens en Chine et en Corée sont relativement élevés, respectivement de l’ordre de 8,7% et 6,6% contre 2,5% au Japon. La Chine et la Corée se montreront toutefois prudentes sur la demande japonaise de baisse des tarifs notamment dans les secteurs sensibles clairement identifiés dans l’étude conjointe (automobile, machines, électronique, acier…), car elles sont soucieuses de ne pas accroître la concurrence japonaise au détriment de leurs entreprises locales, et parce que rien ne garantit la suppression des barrières non-tarifaires dans le secteur manufacturier japonais (automobile…).  Assouplissement des règles d’origine. Du fait du positionnement en amont du Japon dans la chaîne de valeur est-asiatique, la Chine notamment est déjà une base de production privilégiée pour les produits de marques japonaises vendus sur le marché local et les marchés tiers, ou réexportés vers le Japon (électroménager, audiovisuel, téléphonie mobile…). L’étude conjointe recommande l’adoption d’un système de règles d’origine simple à l’utilisation afin de réduire le coût des échanges au sein du bloc Chine-Corée- Japon, ce qui contribuerait à développer le commerce intra-zone et à accroître la compétitivité des trois pays à l’international. La Corée, qui est également une base d’exportation intéressante pour le Japon, pourrait gagner en intérêt auprès des investisseurs japonais en cas d’accord tripartite.  Renforcement de la protection des investissements. La signature d’un accord trilatéral de protection des investissements en mai 2012, qui conditionnait pour le Japon la poursuite des discussions en vue d’un accord5 L’impact estimé de l’accord tripartite sur les PIB chinois et coréen est respectivement de 2,3 et 4,5 points de PIB (source : RIETI, centrede recherche du Ministère japonais de l’économie, du commerce extérieur et de l’industrie – METI).6 Source : RIETI.7 Le Japon reste l’une des économies les plus industrialisées des pays du G7 : selon les données des Nations Unies, la part du secteurmanufacturier (hors construction et secteur minier) dans l’économie japonaise est de 19% en 2010, contre 21% en Allemagne, 17% enItalie, 13% aux Etats-Unis, 12% en France et 11% au Canada et au Royaume-Uni. Le Japon fait aussi partie des pays qui ont connu ladésindustrialisation la moins marquée depuis 1980 : le secteur manufacturier a perdu 8 points, de 27 à 19% (contre -7 points pour leCanada), tandis que les autres pays du G7 ont connu des baisses comprises entre 9 points (Etats-Unis, Allemagne) et 14 points (Royaume-Uni). La France a connu un recul de 11 points. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 9/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 tripartite de libre-échange, devrait contribuer à améliorer les degrés de protection et de libéralisation des investissements dans chaque pays, en particulier en Chine8. Ce point risque d’être difficile pour la Chine. 2.2. Le secteur agricole japonais n’est traditionnellement pas favorable à l’ouverture du Japon, et craint le potentiel agricole de la Chine, déjà le 2ème fournisseur du Japon dans ce secteur.  Droits de douane élevés. Le Japon, principal importateur net de produits agroalimentaires au monde, impose des droits de douanes de 17% en moyenne dans ce secteur. La Chine, qui a des intérêts offensifs en matière agricole, applique des droits de douanes légèrement moins élevés, à 16%, tandis que la Corée applique des tarifs de l’ordre de 49% en moyenne et pourrait donc trouver un terrain d’entente avec le Japon sur les produits sensibles (riz, fruits, légumes) dans le cadre de l’accord tripartite.  Sécurité alimentaire. Le Japon redoute un recul du taux d’autosuffisance alimentaire (de 40% aujourd’hui, un des plus bas niveaux parmi les pays développés), ainsi qu’une arrivée de produits agricoles chinois ne répondant pas aux normes japonaises.  Le lobby agricole est opposé à l’ouverture du marché japonais. La JA Zenchu (Central Union of Agricultural Cooperatives) craint qu’une ouverture du marché japonais n’affecte la production domestique agricole. * 1. Les discussions sur l’accord tripartite, relancées suite à l’annonce fin 2011 du souhait du Japon de rejoindre les négociations du TPP, répondent à la volonté du Japon de ne pas s’isoler de la Chine – partenaire et base de production incontournables en Asie –, et de manière générale de l’Asie de l’Est, hub mondial pour de nombreux produits industriels. L’ouverture des négociations est attendue au plus tôt d’ici la fin de l’année. 2. La Corée est vue de Tokyo comme le pays le plus réticent à l’accord, même si cela n’a pas toujours été le cas. La Corée craint une détérioration de son déficit commercial avec le Japon (elle doute des avantages d’un accord avec le Japon sur le plan strictement tarifaire, et ne croit pas au démantèlement des barrières non-tarifaires japonaises) et pourrait ainsi privilégier dans un premier temps un accord bilatéral avec la Chine, ce qui donnerait à la Corée un avantage comparatif par rapport au Japon pour ses produits sur le marché chinois. Les négociations entre la Chine et la Corée ont débuté en mai 2012 et l’objectif est de les conclure d’ici deux ans, tandis que les négociations entre la Corée et le Japon, débutées en 2003, ont été interrompues en 2004. Les différends territoriaux et tensions politiques historiques entre le Japon et la Corée mais aussi avec la Chine ne sont pas de nature à faciliter les discussions.8 Pour le Japon, il s’agit de bénéficier au moins du même niveau de protection que les investissements coréens en Chine, l’accord sur lesinvestissements entre le Japon et la Chine, entré en vigueur en 1989, ne visant que la « promotion réciproque » des investissements etmanquant de protection pour les investisseurs japonais. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 10/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012Annexes Tableau nº1 : la Chine et la Corée sont déjà des partenaires commerciaux essentiels du Japon (structure des échanges commerciaux du Japon avec la Chine et la Corée en 2011) Exportations Importations Solde commercial Total Chine Corée Total Chine Corée Total Chine Corée Mds $ Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Mds $ Mds $TOTAL 824 162 100 66 100 856 184 100 40 100 -33 -22 26 Agroalimentaire 5 0 0 0 1 82 10 6 2 6 -77 -10 -2 Mat. 1 ères, énergie 17 2 2 2 3 315 3 2 9 22 -298 0 -7 Chimie 62 14 9 12 18 67 12 7 3 7 -4 2 9 Biens intermédiaires 156 33 21 22 33 103 24 13 11 27 52 10 11 Habillement, etc 10 4 2 0 1 54 39 21 1 2 -43 -35 0 Machines 171 39 24 13 20 64 31 17 4 9 107 8 9 Electrique/électronique 130 33 21 8 12 93 44 24 8 20 37 -11 0 Transport 179 16 10 2 3 22 4 2 1 2 157 12 1 Automobile 149 16 10 2 2 18 3 2 1 1 131 12 1 Autres 94 20 12 7 10 57 18 10 2 5 37 1 5Sources : GTA, douanes japonaises, SER de Tokyo. Tableau nº2 : la Corée est un concurrent commercial redouté par le Japon du fait dune structure similaire des exportations (structure des échanges commerciaux avec le monde du Japon, de la Corée et de la Chine en 2011) Exportations Importations Solde commercial Japon Corée Chine Japon Corée Chine Japon Corée Chine Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Part % Mds $ Mds $ Mds $TOTAL 824 100 555 100 1899 100 856 100 524 100 1743 100 -33 31 155 Agroalimentaire 5 1 7 1 59 3 82 10 26 5 77 4 -77 -19 -18 ères Mat. 1 , énergie 17 2 54 10 36 2 315 37 196 37 432 25 -298 -142 -396 Chimie 62 8 36 6 97 5 67 8 40 8 118 7 -4 -4 -21 Biens intermédiaires 156 19 100 18 302 16 103 12 88 17 277 16 52 13 26 Habillement, etc 10 1 17 3 323 17 54 6 18 3 49 3 -43 0 274 Machines 171 21 60 11 354 19 64 7 49 9 199 11 107 10 154 Electrique/électronique 130 16 119 21 446 23 93 11 70 13 351 20 37 49 95 Transport 179 22 123 22 109 6 22 3 16 3 83 5 157 107 26 Automobile 149 18 67 12 50 3 18 2 9 2 65 4 131 58 -16 Autres 94 11 40 7 173 9 57 7 22 4 157 9 37 18 15Pour mémoire : % du PIB 14 50 26 15 47 24 -0,6 2,8 2,1Sources : GTA, douanes japonaises, coréennes et chinoises, SER de Tokyo. Graphique : part du commerce intra régional s’agissant du bloc Chine-Corée-Japon (%, sources : douanes japonaises et coréennes, SER de Tokyo) 26 24 22 20 18 16 14 12 10 1998 2009 1996 1997 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2010 2011 AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 11/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012Corée : situation macroéconomique et financière – septembre 2012La reprise du premier trimestre 2012 aura été de courte durée puisque la Corée affiche au second trimestre unecroissance du PIB de seulement 0,3%, contre 0,9% précédemment. La détérioration de la conjonctureéconomique mondiale se traduit par un recul des exportations (-0,6% par rapport au trimestre précédent),principal moteur économique coréen, tendance négative confirmée par les derniers chiffres publiés par leministère de l’industrie avec une baisse de 6,2% en glissement annuel en août. La faiblesse de la demandeexterne provoque le ralentissement de l’appareil industriel coréen, visible à plusieurs niveaux – recul parrapport au trimestre précédent des importations (-1,7%), de la production manufacturière (-0,2%) et desinvestissements (-2,9%) –, qui reflète les anticipations négatives des industriels coréens.Le ralentissement de la croissance et des importations permet à la Corée d’enregistrer une accalmie dansl’évolution de l’inflation, en ralentissement continue au deuxième trimestre et sous la barre des 2% englissement mensuel en juillet et août, mais le gouvernement se prépare au retour des pressions inflationnistesdans les mois à venir, en raison notamment de l’envolée des cours mondiaux des matières premières agricoles.La consommation privée, qui tire la croissance du PIB au second trimestre, ne bénéficie cependant plus del’effet d’entrainement des dépenses publiques, en fort recul après un début d’année très dynamique. Contraintepar le resserrement des finances publiques, la consommation domestique reste également fragilisée par lepoids de l’endettement des ménages qui progresse toujours et par les anticipations d’une augmentation desprix, notamment des produits alimentaires.Enfin, l’impact de la crise financière mondiale sur la Corée varie au rythme des négociations sur la crise de ladette européenne et de la publication des résultats de l’économie américaine. Après un regain d’inquiétude surla zone euro en mai et juin, les déclarations en faveur d’un engagement fort de la BCE sur la forme et lapossibilité d’un QE 3 ont déclenché un enthousiasme modéré sur les marchés financiers coréens.Dans ce contexte fragile, le pilotage de l’économie reste prudent, même si l’orientation générale est tournéevers le soutien aux exportations et à la consommation des ménages. Il n’y aura pas de relance budgétaire,compte tenu des efforts déjà consentis depuis le début d’année et du contexte électoral, mais des mesuressectorielles mobilisant des fonds de réserve et des réductions fiscales, dans l’immobilier et la construction et enfaveur de la consommation des ménages. L’ensemble de ces mesures, dont la validité de certaines est limitée àl’année 2012, représente tout de même en septembre 2012 près de 1% du PIB (environ 14 Mds USD). Malgrél’importance du montant cumulé de ces mesures, elles sont largement critiquées pour leur impact limité et leurmotivation électoraliste.En matière de politique monétaire, la banque centrale dispose de marges de manœuvre limitées. Elle a abaisséson taux directeur de 25 pb en juillet pour soutenir l’appareil exportateur, rompant avec une annéed’immobilisme, mais les anticipations du retour de l’inflation et les incertitudes sur la conjoncture mondialel’incitent à la modération dans l’assouplissement de sa politique monétaire.1. Le PIB enregistre une croissance en détérioration par rapport au premier trimestre 2012, et les résultats économiques de cet été confirment cette tendance négative1.1. Le PIB au deuxième trimestre 2012 a enregistré une progression de seulement 0,3% contre 0,9% aupremier trimestre 2012. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 12/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 En glissement annuel, la performance de l’économie au second trimestre 2012 (+2,3%), est à son plus basniveau depuis le troisième trimestre 2009. Ces mauvaises performances sont liées au prolongement de la criseen Europe et aux Etats-Unis, et au ralentissement des économies des pays émergents et en particulier de laChine. Dans ce contexte, les prévisions de croissance de la Corée en 2012 ont été révisées à la baisse : en maipar l’OCDE à 3,3%, en juin par le FMI à 3,25% et en juillet par le Banque centrale coréenne (BoK) à 3%. Cette nouvelle prévision de la BoK est inférieure à celle du ministère des finances faite en juin à 3,3% et trèsau-delà des prévisions de la majorité des banques d’investissements, ramenées à 2%. Après une croissance de2,7% au premier semestre (par rapport au premier semestre de l’année précédente), la BoK table désormaissur un taux de croissance de 3,2% au second semestre, prévision qui semble très optimiste dans le contexteactuel. Après de forts investissements au premier trimestre 2012 (+10,3% par rapport au trimestre précédent) liésà une acquisition dans le secteur des semi-conducteurs, les investissements dans les capacités de productionsont en baisse (-6,4%) au second trimestre, l’effet de base étant renforcé par des surcapacités dans denombreux secteurs dans un contexte de réduction d’activité et de baisse des exportations. Les secteurs lesplus touchés sont ceux des équipements industriels pour les semi-conducteurs et des équipements decommunication. La production industrielle enregistre une baisse de 0,1% par rapport au trimestre précédent, avec desbaisses particulièrement sensibles dans les secteurs des produits électriques/électroniques, des produits dupétrole, du charbon et de la chimie. Le secteur des services se maintient à +0,5%, grâce notamment à l’activitétouristique de la période estivale. L’évolution du secteur de la construction est toujours négative à -2,7%, avecune baisse des mises en chantier. Le marché immobilier reste déprimé, malgré les efforts de la profession pourréduire le stock d’appartements non vendus et ceux du gouvernement pour réduire le prélèvement fiscal sur lesecteur. Le taux de chômage moyen au second trimestre 2012 atteint 2,9%, contre 3,5% au premier trimestre 2012et 3,1% au second semestre 2011. Cette situation plutôt favorable de l’emploi masque néanmoins une fortebaisse du nombre d’emplois dans le secteur industriel et la croissance continue de l’emploi dans le secteur desservices. En juillet, la tendance à la réduction du chômage se poursuit avec un taux de 3,1%. La consommation domestique, qui constituait le facteur le plus dynamique de la croissance au premiertrimestre, s’est essoufflée au second. La forte hausse des dépenses publiques au premier trimestre (+3,4% parrapport au trimestre précédent), avec des mesures de soutien budgétaire, a été de courte durée, tout commeson effet d’entrainement sur la consommation privée. Les dépenses publiques évoluent négativement ausecond trimestre à -0,3% par rapport au trimestre précédent. La consommation privée est restée positive à +0,4% par rapport au trimestre précédent, avec des achats debiens durables (automobile) et semi-durables (habillement), mais la hausse est inférieure à celle du premiertrimestre (+1%). L’indice de confiance des ménages est orienté à la baisse, tout comme leurs anticipationsd’achat.1.2. Face à la détérioration plus rapide que prévu des résultats économiques, le gouvernement a opté pourun ensemble de mesures de soutien à la croissance : baisse du taux directeur de 25 pb en juillet et mesuresde stimulus annoncées le 28 juin puis à nouveau le 10 septembre, évaluées à près de 1% du PIB. Ces mesures ciblent la consommation domestique et le marché immobilier. Elles se présentent sous desformes variées : réductions fiscales, allocation de nouveaux crédits via l’utilisation de fonds spéciaux pour les AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 13/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012infrastructures et les entreprises publiques et les PME, rachats d’obligations de financement de projets dans lesecteur de la construction (1,7 Md USD) et émissions garanties par l’Etat de Primary Collateralized BondObligations (P-CBO) pour 2,6 Mds USD. Le gouvernement s’attend à une contraction de ses recettes fiscales de2 Mds USD et à une détérioration de son équilibre budgétaire en 2012 de 0,11% suite aux dépenses fiscalesannoncées. Mais il mise également sur un gain de croissance de 0,06% en 2012 et 0,1% en 2013. Ce soutien économique est limité par l’objectif réaffirmé de retour à l’équilibre budgétaire en 2013, quimotive en partie le refus d’un budget supplémentaire. Les motivations de ce plan sont largementélectoralistes: de nombreuses mesures telles que les réductions sur les taxes à la consommation pour le grosélectroménager ou les véhicules automobiles ciblent les classes moyennes, et ne seront appliquées qu’en2012, alors que les élections présidentielles auront lieu le 19 décembre. De nombreux analystes se montrentsceptiques sur la portée de ces mesures et anticipent une nouvelle utilisation de l’instrument monétaire.2. Les exportations, principal moteur de la croissance, sont de plus en plus fragilisées par la dégradation de la conjoncture internationale2.1. Les exportations coréennes enregistrent une progression très faible de 0,7% seulement au premiersemestre par rapport au premier semestre de l’année précédente, tandis que les importations sont en haussede 2,5%. La détérioration de la situation est intervenue au second trimestre avec un basculement desexportations (-0,6% par rapport au trimestre précédent) et des importations (-1,9%). Cette tendance négativese poursuit en juillet et août, au cours desquels les résultats du commerce extérieur affichent des évolutionsnégatives en glissement mensuel ou annuel, tandis que l’excédent commercial se réduit à 2 Mds USD en août.2.2. Le déclin des exportations est évident vis-à-vis des principaux partenaires de la Corée, déclin que nepeuvent compenser les effets encore limités des accords de libre-échange avec les Etats-Unis et l’Unioneuropéenne. Les exportations coréennes vers l’Union européenne ont enregistré une baisse de 16% aupremier semestre par rapport au premier semestre de l’année précédente, et le recul se poursuit en août avec-14%. Vers les Etats-Unis, les exportations coréennes sont en augmentation de 10%, mais leur forte croissancedu début de l’année (+47% en février et +28% en mars) a été suivie par un déclin en mai (-8%) et juin (-0,3%),une tendance confirmée par les résultats en août avec -26%. Les exportations vers la Chine sont également enbaisse au premier semestre de 1,2%, et affichent un recul de 13% en août.2.3. Les exportations coréennes ont maintenu leur progression vers le Japon, l’Asie du Sud-est et le Moyen-Orient au premier semestre, mais seules celles vers le Moyen-Orient sont encore en croissance en août englissement annuel.2.4. Par secteur : au premier semestre, les secteurs en recul par rapport au premier semestre de l’annéeprécédente sont la construction navale (-20%), les appareils de communication sans fil (-32%) et les semi-conducteurs (-2%), tandis que les exportations automobiles (+15%), de produits pétroliers (+11%), d’acier(+6%) et de machines (+10%) progressent. L’ensemble de ces secteurs sont en baisse en août, à l’exception desécrans LCD et du textile. Les exportations devraient rester atones au 2ème semestre, alors que les stocksaccumulés en 2011 doivent toujours être écoulés.2.5. Les termes de l’échange se détériorent pour la Corée, le prix de ses importations (matières premières eténergie) augmentant plus rapidement que la valeur de ses exportations (baisse des prix pour les semi- AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 14/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012conducteurs et les produits électroniques). En base 100-2005, l’indice des termes de l’échange est passé de 80au premier trimestre 2011 à 75 au deuxième trimestre 2012, ce qui induit une dégradation de la compétitivitérelative des produits coréens, que la conjoncture internationale dégradée ne permet pas de compenser pardes hausses de prix.3. Les marchés financiers coréens restent très dépendants de l’évolution de la situa- tion de la zone euro, mais la priorité de la politique monétaire est désormais le soutien à la croissance plutôt que la stabilité financière3.1. La Banque centrale a surpris les observateurs et les opérateurs de marché en abaissant son tauxdirecteur de 25 pb à 3%, à l’issue de la réunion mensuelle du Comité de politique monétaire du 12 juillet.L’inquiétude sur les perspectives de croissance des exportations et de la consommation domestique marqueun changement dans l’attitude de la Banque centrale vers une politique de soutien plus active à la croissance,alors qu’elle avait fait de la lutte contre l’inflation sa première priorité jusqu’alors.3.2. Cette évolution a été rendue possible par un retour de l’indice des prix dans la cible d’inflation de labanque centrale de 3% (+/-1%). Le retour à des taux d’intérêts réels positifs a permis à la Banque centrale deretrouver une flexibilité relative de son taux directeur. Alors que l’inflation avait dépassé la barre des 4% aucours de l’été 2011 puis fin 2011, l’indice des prix à la consommation est en baisse régulière depuis plusieursmois, atteignant 2,2% en juin par rapport au mois précédent et même 1,2 % en août, son niveau le plus basdepuis douze ans. Les raisons de cette détente sont multiples : la détente des cours mondiaux des matièrespremières en est une, et la politique de blocage des prix à la consommation (produits de base, tarifs publics)pour soutenir la consommation des ménages a également joué. Mais c’est surtout le ralentissement del’activité économique et le ralentissement des importations qui ont contribué à la baisse mécanique del’inflation.3.3. Ce changement d’attitude de la Banque centrale devrait permettre d’alléger la charge de la dette pourles ménages et les entreprises de près de 1,7 Md USD. Il va néanmoins à l’encontre des efforts fournis depuisplusieurs mois pour réduire l’endettement croissant des agents coréens, actuellement à 155% du revenudisponible. Enfin, la détérioration des indicateurs économiques cet été pousse les opérateurs marchés àanticiper une nouvelle baisse du taux directeur de l’ordre de 25 pb en septembre.3.4. Au second trimestre 2012, le won s’est échangé en moyenne à 1 150 KRW / USD, soit une dépréciationde 1,8%, par rapport à la moyenne du premier trimestre 2012. Cette dégradation est directement liée auregain d’inquiétudes sur l’avenir de la zone euro en mai et juin. L’abaissement du taux directeur à 3% pourraitcontribuer à affaiblir encore le KRW, notamment si les exportations coréennes ne retrouvent pas leurdynamisme. Pour les même raisons, le KOSPI est en baisse tendancielle au deuxième trimestre, repassant sousla barre des 2 000 points. Les conditions d’accès au financement en devises étrangères se sont améliorées enjuillet 2012, en partie en raison des annonces de la FED en faveur d’actions prochaines et de la BCEs’engageant à préserver l’euro.3.5. Indicateurs financiers : La prime des CDS est passée de 150 pb en janvier à 121 en avril et s’établit à 117 pb en juillet. Fin août,après l’annonce de la révision à la hausse de la notation souveraine de la Corée par l’agence Moody’s, la primede CDS est descendue à 102 pb. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 15/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Le spread court-terme, en hausse en mai et juin, est en recul de 10,8 pb en juillet à 14,8 pb, tout comme lespread à 5 ans à 204 pb. Le spread 1 an est en hausse en juillet de 13 pb par rapport à juin, à 106 pb, unehausse expliquée par le FSS par la baisse des émissions d’obligations par des banques publiques ayant debonnes notations crédit. Les banques coréennes ont mené depuis septembre 2011 une importante campagne de sécurisation deleurs financements longs en devises, comme le démontre un taux de roll-over élevé de 151% sur la périodeallant de janvier à juillet 2012. *1. La Corée est toujours aussi dépendante de l’évolution des marchés financiers internationaux, notammentpour son financement externe. Mais l’orientation de la politique macroéconomique a clairement changé depuisla fin de 2011, passant d’un objectif de stabilisation des marchés financiers à une mobilisation sur le soutienaux exportations, principal moteur de la croissance coréenne.2. Les récentes révisions à la hausse de la notation souveraine de la Corée par Fitch et Moody’s semblentquelque peu inattendues au regard de la dégradation rapide de la conjoncture économique coréenne. Lesprévisions actuelles de croissance pour le second semestre et pour l’année 2012 devront probablement êtrerevues à la baisse dans les semaines à venir, sauf amélioration sensible de la conjoncture économique mondialeCorée : lutte contre l’inflation, volatilité des cours mondiaux agri-coles et réactions coréennesL’inflation coréenne a ralenti à son plus bas niveau en août 2012, à 1,2% en glissement annuel, en dessous de lacible de la banque centrale de 3% (+/-1%), alors qu’elle avait atteint 4,7% en 2011 avec un pic à 5% à l’été. Lalutte contre l’inflation a mobilisé tous les efforts du gouvernement, tandis que le pouvoir d’achat occupe ledébat politique.Le gouvernement avait adopté en 2011 une série de mesures microéconomiques (blocage des tarifs des servicespublics, ouverture de larges contingents d’importations à tarif nul, pressions sur les industriels) pour limiter lapression inflationniste, dont une grande partie est liée à l’évolution des cours mondiaux (énergie, matièrespremières industrielles et agricoles). Mais la banque centrale avait stoppé la remontée progressive de son tauxdirecteur à l’été 2011 – qui était l’instrument le plus dissuasif contre l’inflation importée – pour ne pas affaiblirl’appareil exportateur et préserver le pouvoir d’achat des ménages coréens surendettés.Le ralentissement de l’activité économique mondiale en 2012 et la baisse des importations coréennes ontcontribué à la détente des prix sur le marché domestique ; les mesures gouvernementales de blocage des prix àla consommation ont également pesé sur l’évolution des prix mais dans des proportions difficiles à évaluer. Labaisse de 25 pb du taux directeur en juillet 2012 à 3%, qui pourrait être suivie d’une baisse équivalente enseptembre, marque le changement de priorité de la banque centrale qui s’attache désormais à détendre lesconditions monétaires pour soutenir la croissance, alors que les exportations coréennes ont ralenti durant l’étéet que la consommation des ménages s’affaiblit.Les anticipations d’inflation restent cependant élevées pour 2013, et le dispositif de contrôle des prix qui reposeavant tout sur l’interventionnisme des pouvoirs publics est contesté et fragilisé à la veille des électionsprésidentielles. Le blocage des tarifs publics paraît difficilement soutenable pour les entreprises publiques, et lespressions et contrôles sur les opérateurs privés paraissent plus symboliques que réellement efficaces. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 16/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/20121. Les mesures de lutte contre l’inflation et de surveillance des prix mises en place en 2008 et relancées en 2011 se sont poursuivies jusqu’en 20121.1. La Corée est le 5ème importateur mondial de céréales (toutes importées hormis le riz pour lequel la Coréeest autosuffisante à 15%). Son taux de dépendance alimentaire est de 75%, et la Corée a importé 25 Mds USD de produitsagroalimentaires en 2011 (+34% ; 4,7% de ses importations totales). La Corée est un des pays les plus exposésà la volatilité des prix des matières premières internationales. Les cours du maïs américain ont augmentéd’environ 60% depuis mi-juin et la Corée s’attend à être impactée avec un décalage de 3 à 6 mois. Le KoreaExchange estime que le prix de la farine de blé augmenterait de 27% début 2013 par rapport à juin 2012. L’ouverture de contingents d’importation de céréales à droit nul, ces produits étant fortement taxés entarif NPF, est l’un des outils mis en œuvre pour tenter d’alléger la pression sur les prix alimentairesdomestiques. Un total de 49 produits bénéficient de contingents à droit zéro ou réduits depuis le 1er juillet2012 (109 en 2011), parmi lesquels 1,35 Mt de blé et 1,3 Mt de maïs. Un contingent de 13,5 Mbbl de pétrolebrut est également ouvert, et les droits de douane sont annulés (3%) pour le GPL ainsi que ceux sur denombreux métaux ou composants pour l’industrie (réduits ou supprimés). En outre, la Corée tente de réduire sa dépendance alimentaire via une politique d’investissements àl’étranger dans des terres agricoles ainsi qu’avec la création d’une société de courtage de céréales ennovembre 2011, l’objectif étant de couvrir jusqu’à 30% des besoins en céréales du pays d’ici 2020. Enfin, unbudget de 1,8 M USD a été alloué par le gouvernement à la mise en place en janvier 2012 d’un systèmed’alerte sur les cours des céréales développé avec l’USDA.1.2. Par ailleurs, la Corée a recours depuis 2008 à des mesures microéconomiques de surveillance des prix àla consommation. Ces dispositifs ont été relancés en 2011 et prolongés en 2012 pour contenir les pressions inflationnistesdont une large part est liée aux importations. Le gouvernement a imposé en 2011 un gel sur les tarifs desservices publics (transports et électricité) et imposé une politique de prix encadrés aux industriels (produits dela boulangerie, produits laitiers, abonnements téléphoniques…). Cette politique a été relayée par la presse en 2011 et 2012, dénonçant les pratiques oligopolistiques desgrands conglomérats, les réseaux de distribution trop longs et les marges des intermédiaires, ou encorereprochant la non-répercussion des préférences tarifaires des accords de libre-échange sur les produitsimportés, s’en prenant notamment aux produits de luxe, aux voitures, aux cosmétiques, à l’électroménager etaux vins et spiritueux. La politique affichée contre les prix élevés s’est souvent traduite dans la presse depuis ledébut de l’année par des attaques contre les produits étrangers et les marges pratiquées par les sociétésétrangères. Dans ce contexte, la Korea Fair Trade Commission (KFTC) a réalisé de nombreux audits visant à identifierdes pratiques d’entente ou de cartel et a publié des rapports sur les prix comparés des produits locaux etimportés (cosmétiques, voitures de luxe...). La KFTC a lancé le 21 août une enquête auprès des industriels del’agroalimentaire (produits laitiers, soupes instantanées, conserves de thon, boissons, produits à base de riz etdes céréales) afin de vérifier une éventuelle alliance sur les prix.1.3. Dans le domaine alimentaire, sujet politiquement sensible, les deux typhons successifs qui ont touché laCorée à l’été 2012 sont un facteur conjoncturel de hausse des prix, les régions les plus touchées étant les AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 17/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012régions agricoles ; les festivités de Chuseok (fête des moissons) fin septembre entrainent également chaqueannée des tensions sur les prix. Dans ce cadre, les prix des fruits et légumes, produits centraux dans laconsommation coréenne, ont augmenté en août de 4,4% par rapport à juillet, marquant la plus forteprogression toutes catégories confondues, le total des produits agro-alimentaires progressant de 1,8% parrapport à juillet. Sur une base annuelle, les prix de l’alimentation sont cependant les seuls à avoir diminué parrapport à 2011 (-1,7%) : -2,9% pour les fruits et légumes, -2,2% pour les produits carnés (en lien avecl’ouverture des contingents à droit zéro et la hausse des importations) et -0,6% pour les produits de la mer.2. Le thème de la volatilité des matières premières agricoles au cœur des préoccupa- tions du gouvernement coréen2.1. La Corée avait soutenu les positions de la Présidence Française du G20 sur une meilleure régulation desmarchés mondiaux des matières premières et des produits agricoles, visant à améliorer leur fonctionnement,à les rendre plus transparents et à limiter la financiarisation des transactions mondiales. Mais elle s’étaittoujours montrée très prudente sur la mise en place d’une taxation des transactions portant sur les dérivés(contrats à termes et contrats d’options), par crainte de se trouver isolée dans cette voie. Le Ministère des finances a pourtant introduit, le 18 juillet, un projet d’amendement à la loi « SecuritiesTransaction Tax Act » visant la mise en place d’une taxe de 0,001% sur les transactions portant sur les contratsà terme et de 0,01% sur les transactions portant sur les contrats d’options, deux instruments de couverture durisque de prix dans les transactions sur les matières premières. Ces dispositions auraient pour effet de réduirele volume des dérivés échangés mais n’entrerait en vigueur qu’en 2016. Le Ministère des finances a présenté le projet comme une mesure d’ordre technique, visant à rapprocher lataxation des produits dérivés de celles des autres produits financiers, dans un souci d’équité et d’harmonisa-tion fiscale, alors que les transactions d’actions et de titres obligataires sont aujourd’hui taxées entre 0,3 et0,5%. Il n’en demeure pas moins qu’il met en place une taxation des transactions sur des produits decouverture utilisés essentiellement dans les contrats de vente à terme des matières premières et des produitsagricoles. En outre, le président coréen a adressé le 23 août dernier un courrier à ses homologues du G20 proposantcinq axes de travail pour lutter contre la hausse des cours mondiaux des céréales et la spéculation : - Faire plus d’effort afin d’augmenter la productivité et la capacité de production des produits agricoles d’une façon soutenable ; - Amender les politiques actuelles de chaque pays sur les biocarburants afin de diminuer leur impact sur les marchés des céréales ; - Alléger les dispositifs limitant les volumes de céréales exportées et supprimer les restrictions sur les exportations de céréales dans le cadre de l’aide humanitaire ; - Réviser les conditions de transparence des marchés financiers pour les matières premières et surtout accélérer l’établissement des mesures contre les spéculations ; - Organiser des réunions d’urgences telles que celle du RRF (Rapid Response Forum).2.2. Enfin, le 9 septembre, le Ministre des finances est intervenu par voie de communiqué de presse sur lethème de la volatilité des prix des céréales Il attribue le phénomène aux changements des modes de consommation alimentaire dans les paysémergents, au renforcement de l’utilisation des bio-carburants et à la spéculation sur les marchés de dérivés. Il AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 18/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012a marqué l’intention du gouvernement de maintenir des contingents d’importation à droit réduit sur lescéréales ainsi que d’augmenter la production locale de blé. Il a annoncé également le renforcement de l’aide au développement coréenne dans le secteur del’agriculture afin de sécuriser les approvisionnements de la Corée. Le ministère a souligné le souhait de laCorée de renforcer la coopération internationale sur ce sujet, via le G20, l’APEC et l’ONU, afin de stabiliser lemarché des céréales et d’arrêter des mesures pour contrôler le marché des dérivés. Le Ministre a enfin indiquéque la Corée demanderait aux Etats-Unis de modifier sa politique de biocarburants. *Dans un contexte électoral qui amplifie le débat sur l’évolution du pouvoir d’achat, les pouvoirs publicsmaintiennent la pression sur le contrôle des prix, alors même que la détente constatée dans l’évolution del’inflation aurait pu conduire à un certain relâchement des mesures prises en 2011. Toutefois, les anticipationsde reprise de l’augmentation des prix, liées à la dégradation de la situation des marchés mondiaux, notammentagricoles, les contraignent à maintenir un dispositif de contrôle rigoureux mais critiqué pour son opacité et sonefficacité relative. La taxation annoncée des transactions sur les produits dérivés des contrats d’approvisionne-ment en matières premières marque un tournant dans l’approche du problème par les autorités coréennes quireconnaissent implicitement la grande dépendance de la Corée à l’égard des marchés mondiaux. Elle romptégalement avec la très grande prudence avec laquelle la Corée traitait jusqu’alors la question sensible de lataxation des transactions financières, et, même si elle s’en défend, place la Corée parmi les pays ayant mis enplace un dispositif visant à limiter la spéculation sur les échanges de matières premières, agricoles notamment.Australie : marché carbone – clés de lecture de l’accord euro-australien établissant le principe d’une connexion entre les mar-chés européen et australienLe dispositif dont sont convenus la Commission et le gouvernement australien pour connecter en deux temps lemarché carbone australien au marché européen reçoit un accueil réservé, voire critique. Les assujettisengrangent l’abandon du prix plancher mais s’inquiètent des effets de long terme de l’introduction d’unplafond des unités internationales qu’ils auront le droit d’acheter. La conclusion d’un accord définitif au plustard en 2015, pour une entrée en vigueur en 2018, est jalonnée d’étapes difficiles, compte tenu du contextepolitique et des paramètres sur lesquels les Parties doivent se mettre d’accord. L’opposition ne désarme pasdans son intention d’abroger la taxe carbone et trouve dans cet accord de nouveaux motifs d’honorer cettepromesse. *Le 28 août, la Commission européenne et le ministre australien pour le changement climatique, l’efficacitéénergétique, l’industrie et l’innovation, M. Greg Combet, ont annoncé leur intention de conclure un accord deconnexion des marchés australien et européen des droits d’émissions de gaz à effet de serre qui prendraiteffet au 1er juillet 2018. Un accord intérimaire couvrant la période 2015-2018 est déjà acté.1. Le dispositif agréé est le suivant AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 19/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Dans un premier temps, une connexion à sens unique est établie (one way linking). Les entreprisesaustraliennes assujetties à la taxe carbone sont autorisées à acheter des quotas sur le marché européen,sachant que ceux-ci ne seront reconnus comme outils de conformité sur le marché australien qu’à compter du1er juillet 2015, date à laquelle le marché prend progressivement le relais du prix fixe qui sera de 25,4 AUD en2015. Cet accord intérimaire doit être encore finalisé, au plus tard mi-2013, pour permettre son entrée envigueur au 1er juillet 2015. Il ne s’appliquera pas au-delà du 1er juillet 2018. A cette date, un nouvel accord, définitif, prendra le relais. Il établira une connexion à double sens, lesentreprises européennes étant à leur tour autorisées à utiliser les quotas australiens comme outils deconformité sur le marché européen. La Commission devra obtenir un mandat de négociation de cet accord définitif, mandat que legouvernement australien a déjà. Les discussions devront aboutir mi-2015 pour permettre une entrée envigueur de l’accord définitif au 1er juillet 2018. Les paramètres de l’accord définitif sont esquissés dans le communiqué présentant cet accord : - le montant et le pourcentage des unités de réduction certifiée d’émissions (CERs), des unités de réduction d’émissions (ERUs) et des unités d’absorption (RMUs) qui pourront être compris dans la limite autorisée des 50% d’unités internationales que peuvent acquérir les entités assujetties ; - les effets des programmes d’incitation à la réduction des gaz à effet de serre dans l’agriculture ; - les conséquences des programmes de soutien à la compétitivité des industries européennes et australiennes, en particulier celles exposées au risque de « fuites de carbone » du fait de la mise aux enchères progressive des quotas ; - l’établissement de mécanismes de surveillance comparables en Europe et en Australie. Enfin et surtout, afin de faciliter la transition vers un marché totalement intégré et permettre la conclusionde cet accord intérimaire, la Partie australienne a accepté : - de renoncer au prix plancher de 15 AUD la tonne carbone, qui prenait effet au 1er juillet 2015, pour trois ans jusqu’en 2018, date de la libéralisation totale du marché carbone australien ; - de limiter à 12,5% le pourcentage des CERs, ERUs et RMUs sur le total des 50% d’unités internationales que les entités assujetties sont autorisées à acheter.2. La conclusion d’un accord définitif est jalonnée d’étapes dont certaines difficiles à franchir La modification de certains des paramètres de la taxe carbone sera faite par voie législative, ce qui donneraau schéma révisé une plus grande sécurité juridique. Il faudra donc réunir une majorité au Parlement. LesVerts acceptent l’abandon du prix plancher en contrepartie des bénéfices escomptés d’une « trajectoire delong terme » et les Indépendants semblent également ralliés au projet. Le début de la négociation de l’accord définitif n’est pas encadré par des délais précis et pourrait donccommencer dès que la Commission en aura reçu le mandat, mais la conclusion et la ratification d’un accorddéfinitif avant les prochaines élections de 2013 paraissent aujourd’hui hors de portée. Or, en cas de AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 20/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012changement de majorité aux prochaines élections, l’opposition libérale, si elle était élue, pourrait suspendreles négociations de l’accord définitif ou ne pas conclure à la date à laquelle elles doivent théoriquementaboutir, mi-2015, sachant que l’accord intérimaire ne court pas au-delà du 1er juillet 2018. Certains des paramètres de la négociation sont délicats, en particulier ceux qui touchent aux programmesde compensations dans l’agriculture, compte tenu de l’attachement de la Partie australienne à la CarbonFarming Initiative qui alloue des crédits gratuits aux agriculteurs australiens faisant des efforts de stockageet/ou de réduction des gaz à effet de serre. En revanche, il y aurait une assez grande communauté de vuesentre Bruxelles et Canberra sur les programmes de soutien à la compétitivité des entreprises.3. Cette annonce a reçu un accueil mitigé, voire très critique de l’opposition, malgré les efforts du gouvernement pour convaincre les assujettis des effets bénéfiques attendus de la connexion Les assujetties sont satisfaits de l’abandon du prix plancher, un premier pas conforme à leurs demandesmais s’inquiètent de l’introduction du plafonnement de l’accès aux unités les plus économiques (12,5% des50% d’unités internationales). Ils spéculent sur le prix de la tonne carbone sur le marché européen en 2015afin de calculer s’ils ont intérêt, ou non, à acheter dès maintenant dans l’hypothèse où celui-ci augmenterait. Les groupes environnementalistes s’inquiètent des effets de l’abandon du prix plancher sur les objectifs deréduction des gaz à effet de serre (-5% par rapport à 2000 d’ici 2020) et sur les projets de développementd’énergie durable. De fait, l’incitation économique sera moindre si la tonne carbone européenne restedurablement dans une fourchette basse. Les centrales au charbon dont la rentabilité avait déjà augmenté cesderniers mois compte tenu de la baisse des prix du charbon thermique, sont encore moins encouragées àfermer rapidement. Le ministre de l’Energie et du Tourisme, M. Martin Ferguson, a d’ailleurs annoncé le5 septembre que les négociations pour la fermeture des centrales au charbon les plus polluantes étaientrompues, les cinq entreprises concernées réclamant des compensations supérieures aux 2 Mds AUD budgétésà cet effet. Néanmoins, ces centrales toucheront jusqu’à 5,5 Mds AUD sur cinq ans, dont 4,5 Mds de permisgratuits. Trois critiques, enfin, sont récurrentes et largement reprises par l’opposition et les principales organisationspatronales : - Pourquoi ne pas avoir abandonné tout de suite le prix fixe de la tonne carbone, qui pénaliserait les industries australiennes par rapport à leurs concurrentes ? - Comment le gouvernement pourra-t-il tenir son objectif de consolidation du surplus budgétaire, sachant que les hypothèses sur lesquelles les prochains exercices ont été bâtis tombent du fait de l’abandon du prix plancher de 15 AUD en 2015 ? Si la tonne carbone oscille à cette date entre 10 et 12 AUD, ce serait un manque à gagner entre 3,5 et 5 Mds AUD pour le Trésor, d’autant que le gouvernement exclut catégoriquement de revenir sur les mesures de soutien aux ménages pour compenser le coût de l’augmentation du prix de l’électricité. - Pourquoi le gouvernement a-t-il « cédé à l’Union européenne » la définition de sa politique carbone puisque c’est le marché européen qui décidera, in fine, du prix de la tonne carbone en Australie ? Ce marché sera influencé par des décisions européennes (notamment celle de repousser ou non l’émission de nouveaux quotas), sur lesquelles l’Australie n’aura pas son mot à dire, même si elle AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 21/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 sera étroitement tenue informée selon le Commissaire au changement climatique. Par ailleurs, la forte volatilité du marché carbone européen, dans un environnement économique dégradé, n’offrirait pas aux entreprises australiennes les éléments de prévisibilité dont elles ont besoin. Enfin, certains estiment que l’achat par des entreprises australiennes de crédits européens, en d’autant plus grande quantité qu’elles n’honoreraient pas leurs objectifs de réduction (comme les centrales au charbon), équivaut à une forme de financement par les entreprises australiennes de la réduction de leurs émissions par les industries européennes. *1. L’intérêt que présente ce schéma sur le long terme, entre autres la possibilité pour les assujettis de seconnecter à un marché plus « profond » et plus liquide, la plus grande confiance qu’ils peuvent avoir dans lemarché européen (par comparaison aux crédits Kyoto) ainsi que la constitution du début d’un marché global,échappe assez largement aujourd’hui aux commentateurs.2. En principe, cet accord rend plus difficile un détricotage de la taxe carbone dans le futur. Pourtant, l’élémentde sécurisation pour les entreprises qu’offre la connexion au marché européen à partir de 2015, pourraitfragiliser la taxe. En effet, si elle était abrogée, la question de l’indemnisation des entreprises qui auraientacheté entre temps des unités ne se posent plus dans les mêmes termes puisque celles-ci pourront s’en défaire,jusqu’en 2018, sur le marché européen. Cette garantie devrait néanmoins inciter les assujettis à aller paranticipation sur le marché européen, compte tenu des prix actuels.Nouvelle-Zélande : le gouvernement accepte des compromis surson projet de loi sur la zone économique exclusiveLe gouvernement a proposé plusieurs amendements à son « Projet de Loi sur la Zone Economique Exclusive etle Plateau Continental (Aspects Environnementaux) » (EEZ and Continental Shelf (Environmental Effects) Bill). Ilreconnaît ainsi la primauté du principe de développement durable sur celui de développement purementéconomique.1. Ce projet de loi vise à clarifier les conditions dans lesquelles l’exploitation de la zone économique exclusive (ZEE) – exploitation gazière et pétrolière en haute mer notamment – peut être autoriséeLe principal amendement propose de modifier l’objectif de la loi, pour y introduire le principe de « gestiondurable » tel qu’il apparaît dans la loi sur les Ressources Naturelles (Resource Management Act – RMA),principale pièce de la législation environnementale sur le territoire néo-zélandais. Il est par ailleurs prévud’augmenter l’amende maximale pour les entreprises ne respectant pas le système des permis d’exploitationen mer, de 600 000 NZD à 10 millions NZD.Ces modifications viennent en réponse aux commentaires de la Commissaire Parlementaire surl’Environnement, qui avait dénoncé peu avant le projet de loi comme « trop faible » sur le plan de laprotection de l’environnement. Au mois de juillet 2012, les principales organisations de défense del’environnement, à l’exception de Greenpeace New Zealand qui s’oppose à toute activité minière ou pétrolière AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 22/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012dans la ZEE, avaient également publié ensemble une lettre ouverte au gouvernement à ce sujet, estimant que« l’objectif tel qu’il est exprimé conduira sans aucun doute à une dégradation de l’environnement marin ». Leprojet de loi était en effet rédigé en termes « d’équilibre » entre intérêts économiques et environnementaux,plutôt qu’en termes de normes environnementales minimales prévalant sur toute activité économique.Conformément aux demandes des entreprises d’exploration gazière et pétrolière, le gouvernement prévoitégalement de limiter légalement à six mois la période de traitement des demandes de permis en mer.2. Ces propositions d’amendements ont été saluées par le Parti travaillisteLe Parti travailliste d’opposition estime qu’il s’agit d’ « un pas dans la bonne direction », ce qui pourraitégalement renforcer la stabilité de ce texte. Le gouvernement aurait pu faire voter le projet de loi initial avecune majorité d’une seule voix, grâce au soutien des partis Act et United Futures, mais l’opposition des autrespartis aurait probablement abouti à une nouvelle loi lors de l’arrivée d’un gouvernement d’orientationdifférente. *1. L’exploitation de la ZEE est une partie-clé du programme de croissance du gouvernement de Parti national,et les compromis acceptés sur ce texte ne sont pas anodin. Ils pourraient également laisser présager d’unmaintien du RMA tel qu’il existe actuellement : au moment où le gouvernement introduit dans le projet de loisur la ZEE la notion de « gestion durable des ressources », figurant dans le RMA depuis une vingtaine d’années,son comité de conseil technique recommande de modifier ce texte d’une manière équivalant à supprimer lesminima environnementaux pour les remplacer par le principe « d’équilibre » entre impacts économiques etenvironnementaux.2. Dans le même temps, le Parti national tente malgré tout de poursuivre son programme de développement del’exploitation des ressources du sous-sol. Il souhaite ainsi accélérer le processus de délivrance des permisd’exploitation minière, en étendant la procédure simplifiée d’octroi de permis existant pour les projets« d’importance nationale » à tout projet « d’importance régionale ». Ces derniers seraient alors directementexaminés par un comité nommé par le gouvernement, au lieu de la procédure habituelle auprès des autoritéslocales et de la Cour Environnementale. Les possibilités de recours en justice contre les permis délivrés seraientégalement limitées, afin d’éviter les fréquents recours rendant le processus long et coûteux pour lescompagnies concernées. Un tel amendement de la loi modifierait là encore en profondeur les principes de basedu RMA.Fidji : situation économique et financière au premier semestre 2012Les autorités fidjiennes viennent d’annoncer que les prévisions de croissance pour l’année 2012 avaient étérevues à la hausse, à 2,7%. La bonne tenue de certains secteurs de l’économie (mines, sylviculture,manufacture) contribue à l’optimisme du gouvernement fidjien. L’économie fidjienne reste toutefois vulnérableen raison notamment du niveau élevé de l’endettement public. La poursuite des réformes structurelles pouraméliorer le climat des affaires est donc indispensable. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 23/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 1. Des résultats plutôt encourageants à court terme 1.1. Le gouvernement de Fidji a révisé à la hausse ses perspectives de croissance à 2,7% pour l’année 2012 (contre 2,3% dans le projet de budget 2012).  En dépit du fort impact des inondations du début de l’année 2012 sur l’activité agricole, le gouvernement estime que l’activité restera soutenue grâce aux résultats de l’industrie manufacturière, de la sylviculture et de l’industrie minière. La production d’or a augmenté de 13,9% sur une base annuelle (mai 2011-mai 2012). Le gouvernement prévoit également une augmentation de 3,5% du nombre des touristes et compte sur les travaux de reconstruction pour soutenir l’activité.  Même si elle reste élevée, l’inflation est mieux maîtrisée. Elle est désormais de 4,5% (juin), contre 5,6% en mars et 10,3% en juin 2011. Ce sont les produits alimentaires qui continuent de soutenir le niveau des prix en raison des mauvaises récoltes consécutives aux inondations du début de l’année. Toutefois, grâce à la baisse du cours des matières premières et à la modération des salaires, la banque centrale de Fidji prévoit que l’inflation devrait être ramenée à 3,5% à la fin de l’année.  Il n’y a pas de problème de liquidité. La masse monétaire en circulation s’est accrue en rythme annuel de 8,8% en mai et 8,2% en juin. En parallèle, le crédit intérieur net a augmenté en base annuelle moins vite, de 4,2% en mai et 5,9% en juin.  Enfin, même si le déficit de la balance courante reste important, les projections tablent là encore sur un resserrement du déficit, à hauteur de 9% du PIB en 2012 contre 10,3% en 2011. 1.2. Les investisseurs ont tiré les conséquences de cette combinaison favorable. Investment Fiji, l’agence gouvernementale créée en 1980 pour promouvoir les investissements, a ainsi reçu 51 projets d’investisse- ments pour un montant total de 121M USD les quatre premiers mois de 2012 (contre 42 projets sur la même période en 2011). Le gouvernement anticipe une augmentation de 7,5% du nombre de projets d’investisse- ment pour l’année 2012, soit 206 projets qui totaliseraient 400 M USD9. Le gouvernement commence la mise en place de mesures fiscales ciblées pour attirer davantage d’investissements dans les secteurs de l’hôtellerie, de l’audiovisuel, de l’agriculture, de l’industrie manufacturière et des nouvelles technologies de l’information et des télécommunications. 2. Mais des réformes structurelles sont attendues sur le moyen-terme 2.1. Comme toutes les économies insulaires, Fidji est très vulnérable à l’évolution de la conjoncture internationale qui pèse sur l’activité touristique et l’évolution du cours des matières premières. Par ailleurs, le haut niveau d’endettement public n’offre pas les marges de manœuvre souhaitables pour soutenir les projets d’investissements publics que le gouvernement voudrait financer. C’est pourquoi les prévisions de croissance des autorités fidjiennes paraissent volontaristes comparées à celles des organismes financiers. Ainsi, la Banque Asiatique de Développement table plutôt sur une croissance de 1,3% pour 2012 et 1,7% pour 2013. La banque australienne ANZ fait elle l’hypothèse d’une croissance de 2,2% en 2012 et 2% en 2013. 2.2. Le gouvernement fidjien prévoit un déficit budgétaire de 1,9% du PIB en 2012 au lieu de 3,5% en 2011. Il fonde ses estimations sur des prévisions optimistes de rentrées fiscales, notamment les recettes de TVA dont il9 Pour mémoire, le montant des IDE était de 373,5 M USD en 2010. AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 24/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012anticipe une hausse suite à une réforme de la fiscalité prévoyant un abaissement du prélèvement à la sourcede l’impôt sur le revenu. Les économistes prévoient quant à eux une stabilisation du déficit budgétaire, autourde 3,5%. L’endettement public devrait donc rester conséquent, autour de 52% du PIB. Déjà, lors de lapréparation de la consultation de l’article IV en janvier, les services du FMI avaient indiqué qu’ils jugeaienthasardeuse la trajectoire des finances publiques du gouvernement fidjien. La combinaison des mesures fiscalesenvisagées (une diminution de 28 à 20% de l’impôt sur les entreprises, une augmentation de l’imposition desplus hauts revenus, une augmentation de la taxe sur le chiffre d’affaires des hôtels, des taxes sur le tabac etl’alcool, les télécommunications, les cartes de crédit et les assurances) peut affecter le revenu de base. Parailleurs, les autorités n’avaient pas l’intention de mettre fin à une politique discrétionnaire d’exonération desdroits de douane qui pèse sur les rentrées fiscales.2.3. Seule la mise en œuvre de réformes structurelles conditionne, à terme, le redressement pérenne del’économie fidjienne. La réforme du Fiji national Provident Fund (FNPF), le principal fonds de pension Fidjien,est à cet égard positive. Le nouveau dispositif législatif entré en vigueur en mars devrait favoriser lasoutenabilité de long terme du fonds. Un nouveau taux de cotisation a été adopté et la banque centrale deFidji autorise désormais les investissements off-shore, permettant au Fonds de diversifier son portefeuille.2.4. D’autres réformes seront indispensables pour améliorer l’environnement des affaires, alors que Fidji aglissé de la 72ème place à 77ème place entre 2011 et 2012 selon le classement de la Banque mondiale. Jadis paysle mieux classé des îles du Pacifique, la République de Fidji est désormais devancée par Tonga et talonnée parSamoa. Il lui faudra notamment agir sur les coûts d’entrée sur son marché et les coûts de production quirestent trop pénalisants.Annexes AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 25/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Principales données économiques Principaux partenaires commerciauxCopyright : Rédacteurs en chef :Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisa-tion expresse des Services économiques. Florence Jeanblanc-Risler Chef du service économique régional de TokyoContact : tokyo@dgtresor.gouv.fr / seoul@dgtresor.gouv.fr Ambassade de France au Japoncanberra@dgtresor.gouv.fr / wellington@dgtresor.gouv.fr Benoît GauthierClause de non-responsabilité : Chef du service économique de SéoulLes Services économiques s’efforcent de diffuser des Ambassade de France en Coréeinformations exactes et à jour, et corrigeront, dans la Agnès Espagnemesure du possible, les erreurs qui leur seront signa- Chef du service économique de Canberralées. Toutefois, ils ne peuvent en aucun cas être tenus Ambassade de France en Australieresponsables de l’utilisation et de l’interprétation del’information contenue dans cette lettre. Alain Frossard Conseiller économique à WellingtonDate de parution : 14 septembre 2012 Ambassade de France en Nouvelle-Zélande AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 26/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Japon : indicateurs économiques PIB : +0,2% en g.t. (2T2012) Exportations : -1,1% en g.m. (juillet) 3 (Valeur, CVS, 000 Mds de yens) 8 2 Source : douanes japonaises. 7 1 6 0 5 2T 3T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T -1 4 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 -2 3 2 -3 1 -4 0 -5 Source : Cabinet Office. -1 Demande extérieure (pt) Demande int. publique (pt) 05 06 07 08 09 10 11 12 Demande int. privée (pt) Croissance du PIB (%) Solde Exportations Importations Production : -1,2% en g.m. (juillet) Inflation core : -0,3% en g.a. ; Chômage : 4,3% (juillet) (Indice, base 100 = 2005) (Inflation hors produits frais, %) (Taux de chômage, %)150 3,0 6,0140130 2,0 5,5120 1,0 5,0110100 0,0 4,5 90 05 06 07 08 09 10 11 12 80 -1,0 4,0 70 -2,0 3,5 Sources : MHLW, MIC. 60 50 -3,0 3,0 40 Source : METI. 05 06 07 08 09 10 11 12 Total Automobile Electronique Inflation hors produits frais Taux de chômage Change Indice boursier Nikkei 70 20 000 80 18 000 90 JPY/USD Appréciation du yen 100 16 000 110 14 000 120 130 12 000 JPY/EUR 140 150 10 000 160 8 000 170 180 6 000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 27/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Corée : indicateurs économiques PIB : +0,3% en g.t. (2T2012) Exportations : -3,6% en g.m (juillet) 55 (Valeur, non CVS, Mds USD) 8 45 6 4 35 2 0 25 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 -2 2009 2010 2011 2012 15 -4 Source : douanes coréennes. -6 5 Importations Exportations Stock FBCF 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Consommation publique Consommation privée -5 PIB Balance Exportations Importations Production : -1,6% en g.m. (juillet) Inflation : +1,2% (août) ; Chômage : 3,1% (juillet) (Indice, base 100 = 2005) 8 IPC (% y.o.y.) 5,0 240 Source : Banque de Corée. 7 Taux de chômage (% cvs) 220 4,5 200 6 4,0 180 5 160 3,5 4 140 3,0 3 120 2 2,5 100 2008 2009 2010 2011 2012 80 1 2,0 2008/01 2008/06 2008/11 2009/04 2009/09 2010/02 2010/07 2010/12 2011/05 2011/10 2012/03 60 Total Electronique Automobile Change Indice boursier Kospi 600 2 200 800 WON/100JPY 2 000 WON/USD1 000 1 8001 200 1 6001 400 1 4001 600 1 2001 800 WON/EUR2 000 1 0002 200 800 2008/01/02 2008/08/11 2009/03/18 2009/10/19 2010/05/25 2010/12/27 2011/08/03 2012/03/09 2007/01/02 2007/05/28 2007/10/24 2008/03/21 2008/08/18 2009/01/12 2009/06/05 2009/10/26 2010/03/22 2010/08/12 2011/01/05 2011/06/02 2011/10/27 2012/03/21 2012/08/14 AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 28/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Australie : indicateurs économiques PIB : +0,6% en g.t. (2T2012) Exportations : -3,3% en g.m. (juillet) (Croissance, %) (Valeur, CVS, Mds AUD) 2,0 25 Source : ABS. 1,5 20 1,0 15 0,5 10 0,0 5 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 0-0,5 05 06 07 08 09 10 11 12 -5-1,0 05 06 07 08 09 10 11 12-1,5 Source : ABS. Solde Exportations Importations Production : +0,8% en g.t. (1T2012) Inflation : +1,2% en g.a. ; Chômage : 5,1% (2T) (Croissance, %, CVS) (Inflation, %) (Taux de chômage, %) 4 5,0 6,0 Source : OCDE. Sources : ABS, OCDE. 3 4,0 5,5 2 1 3,0 5,0 0 1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T 2,0 4,5 -1 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 -2 1,0 4,0 3T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T 3T 4T 1T 2T -3 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 -4 Inflation Taux de chômage Change Indice boursier S&P/ASX 50 0,9 7 000 1,0 Appréciation du dollar australien 6 500 1,1 AUD/USD 1,2 6 000 1,3 1,4 5 500 1,5 5 000 1,6 1,7 4 500 1,8 1,9 AUD/EUR 4 000 2,0 3 500 2,1 2,2 3 000 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 29/30
    • L E TTR E E CO N OM IQ U E J AP O N, CO R EE, AU S TR AL I E ET N O U V EL LE -Z E L AN D E N °39 ©DG TRESOR-14/09/2012 Nouvelle-Zélande : indicateurs économiques PIB : +0,3% en g.t. (4T2011) Exportations : -0,4% en g.m. (juillet) (Croissance, %) (Valeur, CVS, Mds NZD) 2,0 5 Source : Statistics NZ. 1,5 4 1,0 3 0,5 2 0,0 1 1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T-0,5 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 0-1,0 -1 05 06 07 08 09 10 11 12-1,5 Source : Statistics NZ. Solde Exportations Importations Production : +1,6% en g.t. (1T2012) Inflation : +1,0% en g.a. ; Chômage : 6,8% (2T) (Croissance, %, CVS) (Inflation, %) (Taux de chômage, %) 4 6 8 Source : OCDE. Sources : Statistics NZ. 2 5 7 0 4 6 1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 3 5 -2 2 4 -4 1 3 -6 1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 -8 Inflation Taux de chômage Change Indice boursier NZX 50 1,1 4 500 Appréciation du dollar néo-zélandais 1,2 NZD/USD 4 250 1,3 1,4 4 000 1,5 1,6 3 750 1,7 3 500 1,8 1,9 3 250 2,0 2,1 3 000 2,2 2 750 2,3 NZD/EUR 2,4 2 500 2,5 2,6 2 250 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 AMBASSADES DE FRANCE AU JAPON, EN COREE, EN AUSTRALIE ET EN NOUVELLE-ZELANDE SERVICES ECONOMIQUES DE TOKYO, DE SEOUL, DE CANBERRA ET DE WELLINGTON PAGE 30/30