Your SlideShare is downloading. ×
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Rapport ndem e_crittin
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Rapport ndem e_crittin

1,057

Published on

hrpfeifer.blogspot.ch/p/conferences.html

hrpfeifer.blogspot.ch/p/conferences.html

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,057
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8
Actions
Shares
0
Downloads
22
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LA VALORISATION DES EAUX USÉES: PRATIQUES ET REPRÉSENTATIONS RELATIVES À L'EAU, À L'EAU USÉE ET AUX COMBUSTIBLES DE CUISINE DANS UNE COMMUNAUTÉ RURALE SAHÉLIENNE SÉNÉGALAISE Rapport de stage Emilie Crittin Hiver 2013
  • 2. Remerciements Ce rapport de stage représente bien plus qu'un simple compte rendu; ce stage a été à la base d'une formidable aventure humaine qui, je l'espère, se poursuivra dans l'avenir. Je tiens à adresser mes plus chaleureux remerciements à toutes les personnes qui ont rendu ce séjour au Sénégal et le travail qui s'en est ensuivi possibles. Je remercie en premier lieu Seydou Niang, pour son enthousiasme envers mon travail et n'avoir pas hésité à m'accueillir de la meilleure façon chez lui au Sénégal, pour son appui, pour m'avoir accompagnée à Ndem et pour son suivi précieux sur place. Je remercie également Hans-Rudolf Pfeifer pour son éternel enthousiasme et son ouverture, à d'autres disciplines et à d'autres aventures, pour m'avoir accompagnée à Ndem avec Seydou Niang, pour sa disponibilité et pour m'avoir toujours offert un support précieux, des conseils et de nombreux documents. Je le remercie également pour ses analyses d'échantillons prélevés à Ndem qu'il a effectuées directement ou bien mandatées, ainsi que pour la lecture du manuscrit de mon travail de mémoire sur lequel est basé ce rapport et pour les commentaires constructifs qui s'en sont ensuivis. Je remercie Olivier Ferrari pour le temps pris à la lecture très attentive, à deux reprises, de mon manuscrit et pour les nombreux commentaires très intéressants qui m'ont permis d'améliorer mes analyses et de soulever des points importants auxquels je n'avais pas fait assez attention. Merci à toute l'équipe de l'association Ingénieurs du Monde pour m'avoir octroyé une bourse qui m'a permis de réaliser ce séjour et ce travail. Du fond de mon cœur, je remercie Serigne Babacar et Sokhna Aïssa pour leur accueil si chaleureux à Ndem, dans un fort esprit de partage et d'amitié, pour m'avoir immédiatement acceptée parmi leur grande famille et pour avoir tout fait afin de m'aider dans mon travail. Je les remercie également pour leur patience à attendre les résultats de mon travail qui, je l'espère, pourront les aider dans les futurs projets envisagés à Ndem. Je tiens à remercier tous les habitants de Ndem qui m'ont aidée de près ou de loin dans la réalisation de ce travail ainsi que pour leur amitié et pour tout ce que l'on a pu partager ensemble: Berta, Pape Guissé, Daouda, mon frère Alioune, Anne, Malika, Giacomo, Khadim Wade, Madjap, Ndoye, Badou, Al-Assane, Saliou Sene, Yankroba, Fatou Mbacké, Mbossé, Fallou Fall, Khady Tall, Cumba, Farma, Fatou Diack, Moussa Diack, Ndeye Ngom, Insa, Bachir, Lisa, Yangoné Mbow, Mame Samba Mbow, Fallou Mbow, Mame Cheikh Mbow, Sangoné, Jamilla Mbow, Aïcha Sy, Mame Fatou, Zeinab, Amiko, Lamine Mbow, Seikh Ngum, Khadim Badiane, Lamine Mandiang, Lamine Thioune, Baye Lathir, Baye Modou, Mohammed, Moussa Diallo et sa femme Ousne, ainsi que toutes les autres personnes que j'aurais oublié de nommer. Merci à toute la communauté de Ndem, pour son accueil et son exemple d'autosuffisance, de paix et d'amour. J'espère que nos routes se croiseront encore à l'avenir, Inch'Allah. Jam ak kheweul1 à tous. 1 Paix et prospérité en wolof. 2
  • 3. Table des matières Remerciements..................................................................................................................................2 Résumé..............................................................................................................................................5 1. Introduction........................................................................................................................ 7 1.1 Brève présentation du Sénégal et de Ndem...............................................................................7 1.2 Le projet du LATEU...................................................................................................................8 1.3 Objectifs du stage.....................................................................................................................9 1.4 Thématiques, hypothèses et questions générales....................................................................10 1.5 L'eau en général......................................................................................................................12 1.5.1 L'eau, un élément complexe........................................................................................................... 12 1.5.2 L'eau et l'état de l'environnement au Sénégal................................................................................ 13 1.6 L'eau usée, l'assainissement et la réutilisation de l'eau usée..................................................14 1.6.1 Les eaux usées, risques et traitement............................................................................................. 14 1.6.2 L'assainissement au Sénégal.......................................................................................................... 16 1.6.3 La réutilisation des eaux usées....................................................................................................... 17 1.7 Les combustibles de cuisine et le biogaz.................................................................................17 1.7.1 Enjeux généraux relatifs aux combustibles................................................................................... 17 1.7.2 Présentation du biogaz................................................................................................................... 18 2. Cadre et déroulement du travail..................................................................................... 20 2.1 Présentation et contextualisation du village de Ndem............................................................20 2.1.1 Contextualisation religieuse de Ndem........................................................................................... 20 2.1.2 Le projet de développement global de Ndem................................................................................ 21 2.1.3 Le village de Ndem........................................................................................................................ 22 2.1.4 Le daara de Ndem.......................................................................................................................... 24 2.2 Méthodologie et déroulement de l'enquête..............................................................................25 2.2.1 Considérations méthodologiques générales................................................................................... 25 2.2.2 L'observation.................................................................................................................................. 25 2.2.3 Les entretiens et les discussions informelles................................................................................. 26 Visites et entretiens dans les concessions du village......................................................................... 26 Entretiens avec les habitants du daara et les informateurs privilégiés............................................... 27 2.2.4 Visites de diverses structures et recueil d'informations quantitatives ............................................ 28 2.2.5 Limites du travail........................................................................................................................... 29 3. Résultats de l'enquête...................................................................................................... 30 3.1 L'eau, l'eau usée et l'assainissement à Ndem..........................................................................30 3.1.1 Accès à l'eau à Ndem..................................................................................................................... 30 3.1.2 Les représentations de l'eau et les différents types d'eau............................................................... 37 Les représentations générales de l'eau............................................................................................... 37 Les différents types d'eau................................................................................................................... 38 3.1.3 L'eau et l'eau usée dans la vie quotidienne.................................................................................... 41 L'hygiène corporelle et les toilettes................................................................................................... 41 La lessive........................................................................................................................................... 43 La cuisine et la vaisselle.................................................................................................................... 44 L'arrosage et les oiseaux.................................................................................................................... 47 3.1.4 L'eau et l'eau usée dans les différentes structures du village de Ndem.......................................... 49 La case des tout-petits et l'école........................................................................................................ 49 Le dispensaire et la maternité............................................................................................................ 51 Teinture sorr et teinture bogolan........................................................................................................ 52 3.1.5 Perception de la situation de l'eau dans la région.......................................................................... 55 3.1.6 Réutilisations actuelles et représentations de l'eau usée................................................................ 56 3.1.7 Perceptions de la population sur les pertes d'eau........................................................................... 57 3.1.8 Education à l'hygiène et à l'eau...................................................................................................... 60 3.1.9 Synthèse du chapitre...................................................................................................................... 62 3
  • 4. 3.2 Le maraîchage biologique de Ndem........................................................................................66 3.2.1 Historique du maraîchage.............................................................................................................. 66 3.2.2 Situation actuelle au maraîchage................................................................................................... 68 3.2.3 Problèmes d'eau et de ressources humaines................................................................................... 70 3.2.4 Le futur du maraîchage.................................................................................................................. 71 3.2.5 Attentes des villageois par rapport au maraîchage........................................................................ 72 3.3 Les combustibles de cuisine à Ndem.......................................................................................74 3.3.1 Description des combustibles et de leur mode d'approvisionnement............................................ 74 Le bois............................................................................................................................................... 74 Le gaz................................................................................................................................................. 76 Le bioterre.......................................................................................................................................... 76 Le ndef............................................................................................................................................... 77 3.3.2 Utilisation des combustibles au village......................................................................................... 78 Les différentes combinaisons de combustibles.................................................................................. 78 Critères influençant le choix des combustibles................................................................................. 80 Les combustibles préférés.................................................................................................................. 85 3.3.3 Utilisation des combustibles au daara............................................................................................ 86 Cuisine communautaire..................................................................................................................... 86 Petite cuisine...................................................................................................................................... 88 3.3.4 Bilan synthétique du bioterre......................................................................................................... 89 3.3.5 Synthèse du chapitre...................................................................................................................... 91 3.4 Considérations environnementales de la population et gestion des déchets...........................92 3.4.1 Gestion des déchets ....................................................................................................................... 92 Les déchets au daara.......................................................................................................................... 93 Les déchets au village........................................................................................................................ 94 3.4.2 Considérations environnementales et déchets............................................................................... 96 Changement climatique et déforestation........................................................................................... 96 Les déchets en plastique.................................................................................................................... 98 Représentation de l'environnement.................................................................................................... 99 3.5 Conclusion – Une dynamique villageoise évoluant autour de l'eau.....................................100 4. Adoption et mise en place du projet du LATEU......................................................... 102 4.1 Réutilisation des eaux usées à Ndem envisagée par le LATEU............................................102 4.1.1 Avis de la population sur la réutilisation des eaux grises............................................................ 102 4.1.2 Avis de la population sur la réutilisation des eaux vannes pour le biogaz................................... 104 4.1.3 Réutilisation des eaux usées et sensibilisation............................................................................. 107 4.2 Facteurs influençant la mise en place d'un projet à Ndem...................................................108 4.3 Recommandations pour le projet du LATEU.........................................................................110 5. Conclusion...................................................................................................................... 112 Références......................................................................................................................................114 Annexes.........................................................................................................................................118 Annexe 1 – Objectifs et résultats attendus du projet du LATEU............................................................... 118 Annexe 2 – Analyses de sol....................................................................................................................... 120 2.1 Composition générale (« éléments majeurs »)................................................................................ 120 2.2 Eléments traces métalliques............................................................................................................ 121 Annexe 3 – Analyses d'eau........................................................................................................................ 123 3.1 Analyses de l’eau du puits de forage et de la fosse des toilettes de l’école ................................... 123 3.2 Analyse de l'eau de teinture sorr..................................................................................................... 123 Annexe 4 – Check-list pour la mise en place d'un nouveau combustible.................................................. 127 4
  • 5. Résumé Le village de Ndem est situé à 120 km de Dakar, en zone rurale sahélienne. Il est un lieu de développement local exemplaire. La région est soumise à des sécheresses chroniques depuis plusieurs décennies, faisant face à l'avancée du Sahara. Le manque d'eau, les pluies plus rares ainsi que l'épuisement de la fertilité des sols ont provoqué et provoquent encore parmi la population essentiellement agricultrice un exode rural massif dirigé vers les centres urbains. A Ndem, depuis 1985, une dynamique locale et collective s'est installée dans la région à travers l'Association des Villageois de Ndem, devenue maintenant une ONG, pour tenter d'enrayer cet exode rural en luttant contre des conditions de vie difficiles et contre une situation économique, sociale et environnementale en dégradation. Depuis plus de vingt-cinq ans, avec l'appui de partenaires nationaux et internationaux, de nombreuses réalisations dans divers secteurs ont vu le jour à Ndem: centre de métiers artisanaux, forages hydrauliques, dispensaire, maternité, école, maraîchage biologique, combustible alternatif ou encore boulangerie. Des activités génératrices de revenus sont créées dans une éthique de vie collective et de gestion durable des ressources. La spiritualité est également importante à Ndem et contribue à ce développement. Depuis près de trente ans, les conditions de vie des populations de Ndem et de ses environs ont pu sensiblement s'améliorer, mais il reste à faire pour parvenir à une situation optimale. L'objectif de mon stage était d'effectuer une étude socio-anthropologique des pratiques et représentations liés à l'eau, à l'eau usée et aux combustibles de cuisine, afin de documenter un projet du Laboratoire de Traitement des Eaux usées (LATEU) de l'Université de Dakar et de formuler des recommandations à son égard. Ce projet a pour objectif de promouvoir à Ndem la gestion intégrée des ressources en eau par une optimisation de l’utilisation de la ressource afin de minimiser l’impact des changements climatiques sur la santé des populations et sur l’environnement. Concrètement, le projet du LATEU s'organise autour de deux axes principaux: la réutilisation des eaux grises domestiques, traitées dans une petite station d'épuration naturelle, pour l'irrigation maraîchère et le reboisement, ainsi que la réutilisation des eaux vannes, donc du contenu des fosses septiques, pour la fabrication de biogaz et de compost prêt à être utilisé pour les sols peu fertiles de Ndem. Mon travail visait également à connaître l'avis des villageois par rapport à ce projet afin d'adapter ce dernier, dans un esprit de collaboration avec la population locale. Au niveau de l'assainissement, à Ndem ni les eaux grises ni les eaux vannes ne sont traitées, ce qui à terme peut mener à une contamination des eaux de la nappe phréatique. Dans cette région aride où l'eau est rare, les eaux usées, à condition d'être traitées, constituent une ressource en eau à valoriser. Une autre problématique importante dans la région est celle de la déforestation. La région est déjà aride, et des arbres sont coupés afin d'en faire du combustible pour la cuisine, ce qui accentue la pression sur le peu d'arbres restant dans ce milieu. Malgré la mise en place à Ndem du bioterre, combustible alternatif à base de coques d'arachide et d'argile, beaucoup de bois est encore utilisé pour la cuisine. Toute l'organisation et le développement de la communauté sont liés à l'eau. Les représentations de l'eau à Ndem ont trait à son aspect pratique et indispensable, à son caractère sacré de source de vie, à son manque, à son fort lien avec l'agriculture et à sa fonction purificatrice. Une eau pure est une eau dans laquelle aucun élément externe modifiant l'état natural de l'eau n'a été introduit. Les usages domestiques de l'eau vont dépendre à Ndem de plusieurs facteurs, comme l'abondance de l'eau ou la nécessité de restreindre son usage, le coût de l'eau ainsi que les priorités d'utilisation de la ressource. Aujourd'hui, l'utilisation de l'eau du forage est devenue la norme et aller chercher de l'eau au puits relève de la nécessité. La situation actuelle de l'accès à l'eau est difficile, du fait notamment d'une installation non optimale de l'énergie solaire pour faire fonctionner le forage. L'eau est ressentie comme étant en manque, suffisante pour satisfaire les 5
  • 6. besoins de base mais pas assez abondante pour ouvrir d'autres perspectives comme du maraîchage ou du reboisement dans les concessions. Il est ressorti de mon stage que la population est à première vue favorable à l'irrigation par des eaux grises à condition qu'elles soient traitées; les habitants de Ndem souhaitent développer leur maraîchage afin de bénéficier de plus de légumes sur place et pouvoir en vendre. La consommation de légumes irrigués avec des eaux grises traitées ne semble pas poser de problème, les légumes étant de toute manière nettoyés et désinfectés avec un peu d'eau de javel. L'irrigation est l'activité pour laquelle les eaux grises traitées seraient utiles la plus fréquemment citée par la population. Une hiérarchisation des différentes eaux usées existe déjà dans le village: les eaux peu ou pas savonneuses sont parfois utilisées pour arroser arbres et plantes, les eaux ayant servi à laver le riz sont données à boire aux animaux, les eaux trop sales sont déversées dans la cour ou aux alentours, et les eaux vannes ne sont pas réutilisées sauf chez quelques familles qui s'en servent pour fertiliser leur champ. L'eau usée n'est donc pas intégralement représentée comme un déchet et est valorisée dans certains cas. Au niveau de la cuisine, la population jongle entre quatre combustibles: le bois, le gaz, le bioterre et le ndef (bouse de vache). De multiples facteurs influencent le choix, l'utilisation et la combinaison des combustibles de cuisine à Ndem: les moyens financiers à disposition, les habitudes de cuisine, l'usage final du combustible, le matériel de cuisine, les habitudes d'approvisionnement et d'utilisation du combustible, la disponibilité du combustible ainsi qu'un facteur générationnel et temporel. Le choix du combustible de cuisine est un processus de décision actif et complexe à Ndem impliquant une pluralité de facteurs qui interagissent entre eux dans un contexte socio- économique en pleine évolution. Le bioterre, qui cuit très rapidement, est surtout utilisé pour les grandes cérémonies; les villageoises ont tendance à le délaisser pour la cuisine domestique car il modifie trop les habitudes de cuisine. Ce combustible alternatif a été réapproprié par la population pour l'usage pour lequel il s'est montré le plus en adéquation avec ses pratiques et besoins. Le bois est donc généralement utilisé pour les repas de midi et du soir, le gaz pour le petit-déjeuner, le thé et le café, et le ndef est plutôt utilisé en dernier recours. La population s'est montrée a priori ouverte au biogaz provenant des fosses septiques, à condition qu'il soit sûr, sans danger et microbes. Le combustible avec lequel les femmes préfèrent cuisiner est d'ailleurs le gaz. Cette eau vanne impure serait transformée en une autre substance (du gaz); cette substance pourrait perdre son caractère impur lors de sa transformation et être ainsi dissociée symboliquement de son origine impure. Afin de diminuer la consommation du bois de chauffe, l'idée serait donc de promouvoir le bioterre et le biogaz en complémentarité, pour des usages différents (cérémonies, usages domestiques). 6
  • 7. 1. Introduction Le présent rapport est relatif à un stage de terrain de deux mois effectué entre les mois de janvier et mars 2012 dans le village de Ndem au Sénégal. Ce stage a été réalisé dans le cadre d'un mémoire de maîtrise universitaire en enjeux sociaux de l'environnement de la Faculté des Géosciences et de l'Environnement de l'Université de Lausanne. Son objectif général est d'apporter à un projet de valorisation des eaux usées de la documentation et des analyses de nature socio- anthropologique sur les pratiques ainsi que les représentations des habitants de Ndem concernant l'eau, l'eau usée et les combustibles de cuisine. 1.1 Brève présentation du Sénégal et de Ndem Peuplé de près de 13 millions d'habitants, le Sénégal est un petit pays d'Afrique de l'Ouest, situé sur la côte atlantique. Ce pays est reconnu pour sa stabilité politique ainsi que pour sa cohabitation pacifique entre ethnies et religions. L'ethnie wolof est la plus représentée, comprenant environ 40% de la population. Les Wolof sont particulièrement présents dans le centre et le nord du pays ainsi que sur tout le littoral de Dakar, la capitale. Les premiers contacts entre les Français et les Sénégalais lors de la colonisation française à la fin du XIXe siècle ont d'ailleurs eu lieu dans des 7
  • 8. zones wolof, à Dakar et à St-Louis, qui était alors la capitale de l'Afrique occidentale française (Diouf, 1994). Les autres ethnies du Sénégal sont les Pulaar (Peuls, Toucouleurs, Foulbés), qui représentent un quart de la population, puis les Sérères, représentant environ 15% de la population. Viennent encore les Diolas (5%) ainsi que quelques autres ethnies minoritaires dans le pays. Avant la colonisation française, ces ethnies étaient organisées autour de différents royaumes. Le Sénégal a proclamé son indépendance en 1960. L'islam est la religion majoritaire du pays, comptant 90 à 95% de fidèles. Il a été introduit pour la première fois au Sénégal il y a quelques siècles par l'intermédiaire de commerçants arabo-berbères. Le reste de la population est chrétienne (le christianisme ayant été introduit avec la colonisation) ou animiste, essentiellement au sud-est du pays. Le climat du Sénégal diffère du nord au sud du pays, ainsi qu'on peut le voir sur la carte ci- dessus. Au nord, le climat est de type désertique et sahélien, tandis qu'au sud il est plutôt de type tropical. Le village de Ndem est un village wolof situé au centre-ouest du Sénégal, dans la région du Baol, en zone rurale sahélienne subsaharienne. Ce village est soumis à des sécheresses chroniques depuis plusieurs décennies. La région fait face à l'avancée du Sahara, au manque d'eau ainsi qu'à un épuisement de la fertilité des sols, ce qui a provoqué et provoque encore parmi la population essentiellement agricultrice un exode rural massif dirigé majoritairement vers Dakar. En 1985, une dynamique locale et collective s'est installée à travers la création de l'Association des Villageois de Ndem pour tenter d'enrayer cet exode rural en luttant contre des conditions de vie difficiles et contre une situation économique, sociale et environnementale en dégradation. Serigne Babacar Mbow, guide spirituel de Ndem, et Sokhna Aïssa Cissé, son épouse d'origine française, ont été à l'origine de cette dynamique lorsqu'ils sont venus s'installer à Ndem. En 2006, l'association est devenue l'ONG des Villageois de Ndem. Depuis plus de vingt-cinq ans, avec l'appui de partenaires nationaux et internationaux, de nombreuses réalisations dans divers secteurs ont vu le jour à Ndem: centre de métiers artisanaux, accès à l'eau, dispensaire, maternité, école, maraîchage biologique, boulangerie, combustible alternatif, etc. L'idée derrière le grand projet de Ndem est de tendre vers une autosuffisance maximale, sans attendre l'aide du gouvernement, le manque d'appui au niveau local étant flagrant dans la région. Le village de Ndem est devenu un pôle de développement dans la région, où de nombreux projets dans les secteurs précités sont expérimentés et idéalement étendus à d'autres villages que Ndem. Depuis vingt-cinq ans, les conditions de vie des populations de Ndem et de ses environs ont pu sensiblement s'améliorer, mais il reste beaucoup à faire pour parvenir à une situation optimale. 1.2 Le projet du LATEU La question de l'assainissement, pendant de l'accès à l'eau, n'est pas résolue à Ndem. Le système le plus répandu dans le village est une évacuation par latrine avec fosse sans fond imperméable ainsi que quelques fosses septiques avec séparation des eaux de bain qui partent dans le sol à travers un puisard. Le reste des eaux grises2 est déversé dans la cour ou dans les alentours. Ni les eaux grises ni les eaux vannes3 ne sont traitées. De plus, dans cette région aride où l'eau est rare, les eaux usées, à condition d'être traitées, constituent une ressource en eau intéressante à valoriser. Une autre problématique importante dans la région est celle de la déforestation. La région est déjà aride, et des arbres sont coupés afin d'en faire du combustible pour la cuisine, ce qui accentue la pression sur le peu d'arbres restant dans ce milieu. Le bioterre, combustible alternatif à base de coques d'arachides et d'argile, a été mis en place à Ndem, mais beaucoup de bois y est encore utilisé pour la cuisine. 2 Eaux de cuisine, vaisselle, lessive, etc. 3 Eaux des toilettes. 8
  • 9. C'est dans ce contexte que Seydou Niang, hydrobiologiste directeur du Laboratoire de Traitement des Eaux Usées (LATEU) de l'Université de Dakar, a formulé un projet de Traitement et valorisation des eaux usées en zone rurale, semi-aride pour minimiser les impacts du changement climatique dans le village de Ndem. Ce projet a pour objectif de promouvoir à Ndem la gestion intégrée des ressources en eau par une optimisation de l’utilisation de la ressource à travers un programme de traitement et valorisation des eaux usées dans l’agriculture pour minimiser l’impact des changements climatiques sur la santé des populations et sur l’environnement. Concrètement, le projet du LATEU s'organise autour de deux axes principaux4 :  La réutilisation des eaux grises, traitées dans une petite station d'épuration naturelle, pour l'irrigation maraîchère et le reboisement.  La réutilisation des eaux vannes pour la fabrication de biogaz et de compost prêt à être utilisé. D'autres réalisations sont envisagées dans le projet du LATEU: sensibilisation de la population à la gestion intégrée des ressources en eau ainsi qu'à l'assainissement, accession à des ouvrages d'assainissement, système de traitement et de réutilisation pour les eaux usées de l'atelier de teinture artisanale. Ainsi qu'on peut le voir dans les deux axes principaux du projet, il s'agit de manière générale de valoriser ce qui est habituellement considéré comme des déchets, pouvant être d'une grande utilité dans cette région. L'utilisation de l'eau usée traitée permettrait de diminuer la pression sur l'eau potable, ainsi que de diminuer le coût d'achat de l'eau; lorsqu’il n’y a pas assez d’eau, le réflexe est d’en augmenter la quantité en achetant plus d’eau. Or, en plus du déficit hydrique dans cette région aride, le coût de l’eau est très élevé au Sénégal. Il s'agit donc de tendre vers une gestion plus efficace de l'eau déjà présente. L'utilisation du biogaz, autre combustible alternatif à combiner avec le bioterre déjà existant, permettrait de diminuer l'utilisation du bois pour la cuisine, et la mise à disposition d'un compost prêt à l'emploi serait très utile pour la fertilisation des champs ainsi que du maraîchage biologique, les sols de la région étant très pauvres en matières organiques et peu fertiles. 1.3 Objectifs du stage Dans des études et formulations de projets à caractère environnemental, il est important d'intégrer des éléments d'analyse socio-anthropologique. En effet, l'environnement ne se réduit pas à sa dimension physique et constitue un complexe construit socio-culturel. L'eau, en l'occurrence, n'est pas appréhendée, comprise et symboliquement chargée de façon similaire dans toutes les cultures. Par conséquent, il est primordial d'avoir une certaine compréhension des réalités propres au terrain avant d'entreprendre un projet, ce qui n'est pas toujours le cas dans le domaine du développement, d'autant plus si le projet est formulé en Occident et destiné à un « pays du Sud ». Il est encore plus important d'intégrer la population, de travailler avec elle dans un esprit de partage et de mise en commun des savoirs et compétences, afin de construire ensemble un projet réaliste et pertinent pour la population concernée. C'est dans cet esprit que se situe ce stage et le travail en découlant. Mon intervention dans ce projet consiste donc en l'apport d'éléments socio- anthropologiques; les pratiques et représentations sont primordiaux à recenser, comprendre et intégrer dans ce projet. Divers aspects culturels et sociaux de la population de Ndem sont à prendre en compte; une étude plus précise de ces aspects peut permettre une adaptation du projet pour augmenter ses chances de réussite et d'amélioration des conditions de vie des habitants de Ndem et 4 Des extraits du projet présentant celui-ci plus en détails sont disponibles en annexe 1. 9
  • 10. de ses environs. Ce travail se situe dans une perspective de sociologie, d'anthropologie culturelle et sociale et d'ethnologie, et va tendre à souligner l'importance d'une optique pluridisciplinaire: dans le domaine de l'eau, notamment, de multiples types d'expertise sont nécessaires et complémentaires pour une compréhension optimale du problème et la mise en place efficace d'un projet. Trois grands objectifs jalonnent ce travail: 1. Le premier objectif est ethnographique: il s'agit de faire une description des pratiques ainsi que des représentations de la population de Ndem par rapport à l'eau, à l'eau usée, aux combustibles de cuisine ainsi que par rapport à certains déchets. Cette description concernera tant la vie quotidienne familiale que certaines structures de Ndem. Le but est d'avoir une vue d'ensemble de la situation, qui permettra également de documenter le projet du LATEU. 2. Le second objectif est ethnologique: il s'agit d'essayer de comprendre au mieux comment pratiques et représentations s'articulent, comprendre dans quelles logiques et dynamiques socio-culturelles, économiques et géographiques elles s'inscrivent. Il s'agira également de s'intéresser aux différents facteurs pouvant influencer pratiques et représentations ainsi qu'à l'organisation sociale dans laquelle elles s'insèrent. 3. Le troisième objectif est d'appliquer les résultats dégagés par les objectifs 1 et 2 au projet du LATEU. Il s'agira de comprendre comment adapter les réalisations envisagées au contexte local pour faire en sorte qu'elles aient des chances de réussite, dans un esprit de collaboration avec la population. Cette analyse permettra d'émettre des recommandations pour le projet du LATEU. 1.4 Thématiques, hypothèses et questions générales Le cadre d'analyse de ce travail sera de penser le déchet de manière générale comme une ressource valorisable. Cette valorisation sera analysée au travers de la réalité du terrain étudié. Les thématiques, hypothèses et questions générales traversant ce travail sont les suivantes: L'eau en général L'hypothèse de base de ce travail est que l'eau est plurielle, les pratiques et représentations y étant relatives vont varier en fonction de cette compréhension plurielle de l'eau. Une autre hypothèse est que l'organisation de toute la communauté de Ndem dépend fortement de l'eau et de sa situation. Dès lors, l'on cherchera à répondre à différentes questions au long de ce travail:  Quelles sont les pratiques et les représentations liées à l'eau? Par quels facteurs sont-elles influencées?  Quels sont les différents types d'eau et quelle est la relation entre ceux-ci et les pratiques ainsi que les représentations de la population?  Quelle est l'organisation relative à l'eau à Ndem?  Quelle quantité d'eau est utilisée par la population et par les différentes structures de Ndem?  L'eau à Ndem est-elle présente en quantités suffisantes afin de satisfaire les besoins de la population? Quels sont les besoins relatifs à l'eau?  Quelle est la perception de la population par rapport à la quantité d'eau disponible à Ndem? Comment cette perception influence les pratiques et les représentations relatives à l'eau?  Quelles sont à Ndem les définitions et représentations d'une eau propre/pure et d'une eau sale/impure? 10
  • 11. L'eau usée Dans ce travail, signalons au préalable que nous emploierons la catégorie d'« eau usée » de manière large pour désigner toute eau ayant servi au moins une fois pour un usage quel qu'il soit, se situant au-delà des catégories d'eau grise et d'eau vanne. L'hypothèse générale est que l'eau usée sera comprise à Ndem en regard des définitions d'une eau propre/pure et d'une eau sale/impure, ce qui influencera les pratiques et représentations liées à celle-ci. De plus, l'acceptabilité de la réutilisation de l'eau usée passera par ces mêmes définitions. Par rapport à l'eau usée, les questions qui traverseront ce travail sont les suivantes:  Quelles sont les pratiques et représentations relatives à l'eau usée parmi la population de Ndem? Par quels facteurs sont-elles influencées?  Existe-t-il à Ndem différents types d'eau usée? Comment sont-ils définis?  Quelle est l'organisation liée à l'eau usée à Ndem?  Existe-t-il déjà dans ce village une certaine valorisation de l'eau usée?  Dans quelle mesure la valorisation des eaux usées proposée par le projet du LATEU est envisageable dans le contexte de Ndem?  La population est-elle défavorable ou favorable à la valorisation des eaux usées proposée par le projet du LATEU? Si elle est favorable, pour quels usages serait-il important selon elle de réutiliser l'eau usée?  Quelles sont les clés de l'acceptabilité de la réutilisation de l'eau usée à Ndem? Les combustibles de cuisine L'hypothèse générale relative aux combustibles de cuisine est que la population de Ndem va jongler entre différents combustibles de cuisine en fonction de divers facteurs et ne va pas se contenter d'un seul combustible, et que de ce fait la mise en place d'un combustible alternatif devrait s'inscrire dans cette idée de combinaison de combustibles. L'on se posera donc les questions suivantes:  Quels sont les différents combustibles de cuisine utilisés à Ndem?  De quelle façon les différents combustibles de cuisine sont combinés? Sont-ils interchangeables?  Quelles sont les pratiques ainsi que les représentations relatives aux combustibles?  Quels sont les facteurs influençant l'utilisation des combustibles et la façon dont ceux-ci sont combinés?  Quelles sont les caractéristiques des combustibles valorisées en cuisine à Ndem?  Quels sont les besoins relatifs aux combustibles à Ndem? Le biogaz correspondrait-il à ces besoins?  Quelle évaluation peut-on faire du combustible alternatif déjà existant à Ndem?  Quelle serait la meilleure façon de limiter l'usage du bois de chauffe et par conséquent la déforestation à Ndem?  Dans quelle mesure le biogaz pourrait-il être introduit dans ce village? Comment pourrait-on le combiner avec le combustible alternatif déjà existant? Les déchets et l'environnement La compréhension qu'a la population de Ndem de l'environnement et des problèmes relatifs à ce dernier pourrait nous éclairer par rapport à l'analyse de l'eau, de l'eau usée ainsi que des combustibles de cuisine, de même que les pratiques et représentations liées aux déchets. L'on cherchera donc à répondre à certaines questions en rapport avec l'environnement et les déchets, sans toutefois en faire une analyse approfondie: 11
  • 12.  Quels sont les différents types de déchets à Ndem?  Quelle est la gestion des différents déchets? Certains déchets sont-ils valorisés?  Quelle semble être la représentation générale relative à l'environnement à Ndem?  Quels sont les problèmes environnementaux perçus par la population? 1.5 L'eau en général 1.5.1 L'eau, un élément complexe L'eau est hautement symbolique, frappant l'imaginaire humain de diverses manières en fonction du contexte dans lequel celui-ci se situe. La dimension sacrée de l'eau est importante et la plupart des religions, croyances, philosophies et visions du monde ont valorisé l'eau au travers des siècles. Elle « ne saurait être une banale marchandise générant profits et prébendes. C'est un bien commun aux hommes et à tout le vivant. Elle cristallise une charge symbolique exceptionnelle dans toutes les cultures et toutes les religions. » (Bouguerra, 2007: 13) Les représentations de l'eau propres à chaque culture ont toujours marqué les rapports que l'être humain entretient avec son territoire et l'espace l'environnant. L'eau est source de vie ainsi que de développement économique, social, culturel et spirituel (Sarr, 2003). L'eau est également un symbole de fécondité, de fertilité, de pureté, de sagesse, de grâce et de vertu (Pedneault, 1999, cité par Sarr, 2003), associée à la vie de même qu'à la mort; « le puits symbole de la fécondité et d’assouvissement de besoin vital est un haut lieu de bénédiction » (Sarr, 2003: 3). L'eau est aussi un puissant révélateur de l'organisation et de la structure d'une société, ainsi qu'« un ciment puissant de l’organisation et de la cohésion sociale des communautés humaines. C’est pourquoi, lorsque certains veulent détruire des peuples et les faire plier, aujourd’hui encore, ils essayent d'abord d’annihiler leur culture de l’eau et son support matériel » (Bouguerra, 2006: 51). L'eau constitue en grande partie un construit social. Sa symbolique se retrouve dans les pratiques et savoirs traditionnels (Bouguerra, 2006). Son usage n'est pas indépendant d'un rapport à l'autre ainsi que d'un rapport à la nature. Les fonctions de l'eau sont multiples, qu'elles soient d'ordre social, symbolique, religieux, sacré, politique, économique, thérapeutique, pratique dans la vie quotidienne ou encore ludique. Selon Bouguerra (2006), « cet élément est caractérisé par une symbolique ambivalente: il est associé à la vie, et à la mort (pluie bienfaisante, sécheresse, inondations). Il est le Styx que sillonne la lugubre barque de Charon pour les Grecs et le Khawthar délicieux du Paradis des musulmans… L’eau héberge les dieux, les naïades et les elfes mais c’est aussi 'l’aveugle océan' qui engloutit les marins 'dans les nuits noires' pour Victor Hugo » (p. 63). A l'heure où la demande en eau potable croît avec l'augmentation de la population planétaire, la maîtrise et la gestion de l'eau représentent un enjeu mondial de première importance. Privatisation et marchandisation de l’eau constituent bien souvent le modèle privilégié pour gérer l’approvisionnement des populations. Toutefois, cette marchandisation de l'eau occulte ses autres dimensions et la situation en est souvent empirée. Nous le voyons donc, la question de l'eau est complexe, et demande une grande attention dans chaque culture où un projet lié à l'eau est envisagé: « la culture, y compris la religion, exerce manifestement une influence sur la perception des personnes à l'égard d'une ressource telle que l'eau, influence touchant la gestion qu'on lui réserve. Bien que cet aspect ait souvent été négligé par le passé dans les projets de développement, les organismes de développement reconnaissent de plus en plus l'importance de la culture et des valeurs locales dans leurs politiques » (Faruqui, 2003). 12
  • 13. 1.5.2 L'eau et l'état de l'environnement au Sénégal Quelques points relatifs à l'eau et à l'état de l'environnement au Sénégal vont permettre de mieux contextualiser ce travail. Le Sénégal est un pays en grande partie sahélien. De ce fait, selon le Rapport 2005 sur l'état de l'environnement au Sénégal, les problèmes d'eau que le pays connaît sont liés, comme pour les pays de la même zone climatique, à la faiblesse des précipitations, à leur irrégularité inter-annuelle et à la forte évapotranspiration. Les eaux de pluie sont insuffisantes et subissent de fortes variations spatio-temporelles ces dernières années. La dernière période de sécheresse a débuté à la fin des années 1960 et n'a pas cessé depuis (p. 45). Les ressources en eau du pays sont essentiellement fournies par les fleuves Sénégal, Gambie et Casamance, par quelques rivières ainsi que par les nappes superficielles et profondes. Il existe beaucoup d'eaux souterraines au Sénégal, toutefois leur potentiel d'exploitation s'avère limité en raison de pollutions diverses (fluorures, fer, nitrates, etc). La pollution d’origine anthropique des nappes est essentiellement due aux activités agricoles et industrielles (p. 53). Les plus gros problèmes liés à l'accès à l'eau potable ont trait à l'approvisionnement de la région de Dakar (où les nappes sont surpompées à cause de la forte croissance démographique et de l'urbanisation accélérée), au coût de l'eau et des installations hydrauliques, ainsi qu'à la qualité de l'eau. Toujours selon ce Rapport de 2005, l'accès à l'eau en quantité et en qualité constitue depuis l'indépendance du pays en 1960 un défi pour les autorités publiques (p. 50). Les besoins en eau croissent alors que la qualité des eaux diminue progressivement. Une grande part de la population utilise toujours des sources d'eau non protégées. De même, l'accès à l'eau demeure inégalitaire, des disparités (notamment de coût de l'eau) entre les villes et la campagne se font sentir. Au niveau institutionnel, le secteur de l’hydraulique est très fourni en textes d’encadrement. Le code de l’eau, adopté en 1981, constitue une première étape importante dans la réglementation et la juridiction de ce domaine. Il est complété par un arsenal juridique lié au problème de l’eau. Le principe essentiel que l'on peut en dégager est celui de la domanialité publique des eaux: l’eau est une ressource commune. L'une des recommandations du Rapport 2005 sur l'état de l'environnement au Sénégal est de développer une politique de traitement et de réutilisation des eaux usées ainsi que de développer des cadres de concertation sur la gestion intégrée des ressources en eau. Au Sénégal, l'accès à l'eau est donc assez critique, l'insuffisance se faisant ressentir tant dans la quantité que dans la qualité de l'eau. L'on peut ajouter aux constats du Rapport de 2005 que dans la partie occidentale du pays, la plus peuplée, un grand nombre de puits de forage fournissent de l'eau qui est salée, et les points d'eau non salée sont souvent pollués. De plus, le fluor souvent présent en quantités dans ces points d'eau peut poser de graves problèmes de santé au bout d'une dizaine d'années de consommation. Il existe des carences dans les structures empêchant d'arriver à une meilleure gestion et une meilleure collecte des ressources en eau. Ainsi qu'on l'a souligné, de nombreux puits de forage existent, mais ces derniers ne permettent pas de venir à bout des problèmes d'approvisionnement en eau, et il manque à ceux-ci un système de maintenance efficient (Thiam, 2010). L'accès à de l'eau véritablement potable et de bonne qualité est donc plutôt faible dans le pays, surtout en milieu rural. Selon une étude de cas de Ba et Sall (2004) sur les changements d'occupation et d'utilisation du sol et leurs incidences sur la diversité biologique au Sénégal, depuis 1960 beaucoup d'espèces végétales utiles notamment pour la médecine traditionnelle ont disparu du bassin arachidier (dont la région de Diourbel, où se situe mon terrain de stage). De nombreuses variétés traditionnelles d'espèces locales sont menacées de disparition à cause de la sécheresse et de la présence des semences améliorées. C'est notamment le cas de cultivars connus pour leur rusticité - permettant d’économiser de gros efforts d’entretien, leurs valeurs thérapeutiques, économiques et nutritives. Entre 1950 et 1980, la zone sahélienne s'est étendue vers le sud, ce qui explique en partie la raréfaction des ressources végétales. Progressivement dénudés, les sols subissent de plus en plus le 13
  • 14. phénomène de l'érosion de par l'agression du vent et de l'eau durant la saison des pluies. Cette agression appauvrit les sols qui perdent donc de leur fertilité, entraînant une baisse des rendements des cultures (Ba & Sall, 2004). L'épuisement des sols est également dû à une monoculture intensive de l'arachide, et la déforestation à la culture itinérante ainsi qu'au surpâturage dans la région. Ainsi qu'on l'évoquait dans l'introduction, c'est surtout cette dégradation environnementale et climatique qui entraîne un déplacement massif des populations vers les centres urbains du Sénégal. Ba et Sall (2004) rappellent qu'au niveau national, plusieurs aires protégées ont été mises en place, ainsi que des codes régissant l'utilisation des ressources. Il existe notamment au Sénégal un Plan National d'Action pour l'Environnement (PNAE). De plus, le Sénégal adhère à plusieurs conventions internationales, surtout en terme de biodiversité (Ramsar, Rio, etc). Cependant, dans de nombreux cas, l'application de la réglementation fait défaut. 1.6 L'eau usée, l'assainissement et la réutilisation de l'eau usée La question de l'eau usée et de l'assainissement est le pendant de l'accès à l'eau, les deux font partie d'un même cycle. Lorsqu'un projet d'accès à l'eau est envisagé, le volet de l'eau usée et de l'assainissement devrait aussi être inclus dans le projet, ce qui n'est pas toujours le cas. 1.6.1 Les eaux usées, risques et traitement Les eaux usées (domestiques), ainsi qu'on l'a brièvement évoqué, comprennent deux types d'eau: les eaux vannes, issues des toilettes et constituées des matières fécales ainsi que des urines, contenant des matières minérales, de la cellulose, des lipides, des acides gras, des alcools, des glucides, et qui sont riches en germes microbiens; les eaux grises ou eaux ménagères, qui regroupent tous les autres rejets, autrement dit les eaux de cuisine, de bain, de lessive, les graisses, des savons et autres détergents. « De façon générale, les eaux usées domestiques véhiculent à la fois des agents physiques, des agents chimiques (organiques et inorganiques) et des agents biologiques, donc une panoplie de pollutions pouvant causer d’énormes problèmes aussi bien sur l’environnement que sur la santé publique. Les eaux usées domestiques comportent différentes formes de pollution qu’il importe de déterminer pour une évaluation correcte des performances épuratoires de systèmes d’épuration. Cette pollution est globalement répartie en trois catégories: la pollution physique, la pollution chimique (organique et minérale) et la pollution biologique » (Gaye, 2011: 24). L'assainissement consiste en toutes les techniques et méthodes utilisées pour traiter les eaux usées comprenant la collecte, le traitement et l'évacuation des déchets liquides, solides et des excréments. L'assainissement vise à améliorer la situation sanitaire de l'environnement. Les risques liés aux eaux usées sont donc d'abord d'ordre sanitaire: l'eau stagnante est une grande source de maladies, comme la diarrhée, l'hépatite, le choléra, etc. Les eaux stagnantes attirent les insectes, notamment les moustiques, et sont donc aussi une source importante de paludisme et autres maladies transmises par des insectes. Le fait de disposer de latrines ou de toilettes est considéré comme l'assainissement de base, les excréments étant les déchets les plus porteurs de maladies. Les risques relatifs aux eaux usées sont également d'ordre environnemental, ainsi qu'évoqué ci-dessus: l'eau usée, lorsqu'elle n'est pas traitée avant d'être rejetée, peut nuire à l'environnement, surtout au sol et à l'eau potable qui se trouve dans la nappe phréatique, les eaux grises pouvant contenir des produits chimiques et autres substances nocives susceptibles de contaminer la nappe phréatique ainsi que de nuire à la fertilité du sol. Un traitement sommaire des eaux grises peut toutefois se faire grâce à un puisard (puits d'infiltration), une fosse couverte aux parois poreuses qui permet à l'eau de s'infiltrer lentement dans le sol après une filtration sommaire, les parois poreuses permettant de retenir certains éléments présents dans les eaux grises. Mais le puisard ne contient pas toujours des 14
  • 15. éléments filtrants. Les latrines simples, type de latrine le plus répandu, peuvent aussi être une source de risques sanitaires et environnementaux: elles risquent de déborder s'il pleut, d'attirer des mouches, et de polluer la nappe phréatique du fait de sa fosse sans fond (Elain, 2009). Une latrine simple avec fosse sans fond consiste en un trou d'environ un mètre creusé dans le sol, parfois renforcé pour éviter l'effondrement des parois, au-dessus duquel une dalle en béton avec un trou est le plus souvent posée. Le diamètre de la dalle doit couvrir toute la fosse; elle est parfois construite en plusieurs parties pour pouvoir soulever un bord lors de la vidange de la fosse. Néanmoins, le liquide contenu dans la fosse sans fond s'infiltre lentement dans le sol. D'autres types de latrines dont la construction est plus complexe existent, comme la latrine améliorée à fosse ventilée: une ventilation (un tuyau sortant de la fosse) permet d'éviter les mauvaises odeurs. Les fosses septiques sont également pourvues d'une ventilation, ainsi que d'un trop-plein (système permettant la régulation du niveau de liquide par débordement) pour la matière liquide; il s'agit généralement d'une fosse en béton qui reçoit les eaux vannes et permet la décantation des matières solides grâce à un processus de fermentation anaérobie (responsable du biogaz ainsi que nous le verrons par après). La ventilation de la fosse permet une aspiration des gaz produits par la fermentation. Il existe plusieurs techniques de traitement de l'eau usée, pouvant aller des installations complexes adaptées aux villes à des techniques d'assainissement individuel, chez soi. On peut nettoyer l'eau par des méthodes physico-chimiques ou par des méthodes biologiques qui imitent souvent l'épuration et la filtration par des micro-organismes, algues et plantes aquatiques qui se font en milieu naturel. Les eaux usées peuvent donc être rendues à la nature après un traitement simple: nul besoin, surtout pour une petite communauté, d'installer une station d'épuration complexe; le lagunage (ou phytoépuration), par exemple, est issu de l'observation des processus de dégradation de la matière organique dans les zones humides et les étangs. L'un des procédés de lagunage est le lagunage à microphytes, procédé duquel sera vraisemblablement inspiré le traitement de l'eau usée à Ndem, qui permet de traiter efficacement des eaux usées brutes, de réutiliser les eaux traitées pour l'irrigation et dont l'entretien est assez simple. Cette technique consiste en l'écoulement lent de l'eau dans différents bassins successifs placés en escaliers. Chaque bassin sera chargé de la rétention ou de l'élimination des microbes et de certains types d'éléments polluants présents dans l'eau usée. Chaque bassin contient des pierres, micro-organismes ou plantes aquatiques qui doivent être adaptés aux différents types de polluants présents dans les eaux usées. Voici une brève description qu'en fait Elain (2009) qui permettra de saisir l'essentiel du processus:  Prétraitement de l'eau: une grille et un déshuileur sont placés avant le premier bassin, afin de retenir les déchets solides et les graisses.  Dans le premier bassin, l'eau décante et près de la surface des bactéries aérobies dégradent la matière organique en éléments plus facilement assimilables par les plantes (nitrates, phosphates): il s'agit de la minéralisation de la matière organique.  Dans le second bassin, les nutriments apportés par le premier bassin favorisent la formation d'algues: les végétaux vont alors absorber les minéraux.  Dans le troisième bassin, le zooplancton se nourrit du phytoplancton et aide à éliminer les algues, l'azote et le phosphore.  Finalement, il reste des boues d'épuration qui sont à évacuer tous les 5 à 10 ans. 15
  • 16. Le lagunage peut s'illustrer de façon simplifiée comme suit: Source: www.init-environnement.com 1.6.2 L'assainissement au Sénégal Au Sénégal, des efforts en termes d'assainissement sont entrepris, mais ils s'avèrent insuffisants, notamment à cause d'un manque de financements dans ce secteur. Selon la Revue annuelle conjointe 2010 du PEPAM (Programme d'eau potable et d'assainissement du millénaire) de la République du Sénégal, en 2009 le taux global d'accès à l'assainissement était de 45%: 57% en milieu urbain et 26% en milieu rural. Toutefois, le rapport ne mentionne pas si l'assainissement concerne uniquement les eaux vannes, les eaux grises, ou bien les deux. En milieu rural, si plusieurs programmes pour l'installation de latrines et de fosses septiques ont été mis en place, peu de choses ont été faites pour l'évacuation des eaux grises, notamment des eaux de lessive, qui sont très chargées en savon. Dans le pays, des camions peuvent venir vidanger les fosses septiques, mais souvent leur contenu est rejeté n'importe où dans la nature, dans un fleuve ou dans la mer, ce qui provoque de graves problèmes environnementaux et sanitaires. A Dakar, il n'existe qu'une seule station d'épuration à la sortie de la ville (station de Cambérène), qui ne suffit pas à traiter les milliers de m3 d'eau usée générés quotidiennement dans la ville. Le drainage des eaux usées restantes ainsi que des eaux de pluie qui stagnent dans les rues pose beaucoup de problèmes, spécialement dans certains quartiers péri-urbains. L'eau stagne sur les routes et chemins, et au final la majorité des eaux usées de Dakar sont rejetées dans la mer. Le Sénégal n'est de loin pas le seul pays à connaître des problèmes d'assainissement: « de façon générale, on estime que malgré les efforts réalisés, la situation sanitaire d’aujourd’hui est au niveau de celle qui prévalait au démarrage de la DIEPA (Décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement), donc en 1980, avec cependant une meilleure prise de conscience des pouvoirs publics. La situation se dégrade donc progressivement, en raison de la croissance démographique forte et continue, surtout en zone urbaine, le 'péril fécal' est de plus en plus souvent évoqué » (Allély & al., 2002: 60). 16
  • 17. 1.6.3 La réutilisation des eaux usées La réutilisation des eaux usées domestiques traitées présente plusieurs avantages: « d'abord, moins de répercussions environnementales, ensuite, l'accroissement de la production alimentaire et un moindre recours aux engrais artificiels en raison des substances nutritives que contiennent les eaux usées » (Faruqui, 2003: 33). Depuis les années 1980, la réutilisation de l'eau usée s'est beaucoup répandue dans les pays en voie de développement. « Cela s'explique particulièrement par la croissance démographique et l'augmentation de la consommation d'eau par habitant, qui ont conduit à la production de quantités d'eaux usées de plus en plus importantes dans les régions urbaines et rurales des pays en développement » (Al Khateeb, 2003: 119). Néanmoins, la réutilisation des eaux usées en général ne va pas de soi et peut faire face à des réticences culturelles et religieuses, d'autant plus s'il s'agit de les réutiliser pour la production ou l'irrigation d'aliments. Comme le soulève Al Khateeb (2003), il n'est pas toujours aisé de déterminer si la réutilisation des eaux usées sera acceptable dans une société donnée: « les cultures sont rarement homogènes et contiennent souvent une variété de sous-cultures aux orientations divergentes. En outre, les cultures évoluent: valeurs, croyances et coutumes changent et peuvent être amenées à changer. De plus, les méthodes les plus appropriées de collecte de données, surtout celles du domaine de l'anthropologie sociale, ont rarement été utilisées dans ce secteur culturellement délicat » (p. 120). Toutefois, certaines sociétés ont depuis toujours utilisé ces déchets, la manière la plus fréquente étant l'épandage des excréments humains, souvent mélangés avec des excréments d'animaux, sur les champs pour les fertiliser (il est prouvé que l'urine, en particulier, est un excellent fertilisant): « the literature review showed that the use of human urine and faeces for food production internationally, especially in China, is an old and well-known practice. In some countries in Africa the use of human urine and faeces is also accepted. However, in South Africa the handling of human excreta and its use for food production are still very foreign ideas and generally not acceptable. Human excreta are seen as waste products, unhealthy, unhygienic and detrimental to humans » (Duncker & al., 2007: 52-53). Au Sénégal, notamment dans la région péri-urbaine de Dakar, des eaux usées brutes sont utilisées pour irriguer les champs à cause de la salinisation progressive des nappes peu profondes (Ndiaye & al., 2010). 1.7 Les combustibles de cuisine et le biogaz 1.7.1 Enjeux généraux relatifs aux combustibles Dans les pays en voie de développement, la question des combustibles de cuisine pose un certain nombre de problèmes, que les énergies renouvelables peuvent aider à résoudre. Akinbami et al. (2001) résument bien la situation: « biomass fuels (wood, crop residues, dung, etc.) are used daily in about half the world’s households as energy for cooking and/or heating. In the developing countries, these sources are more important because many of these nations don’t have the scarce conventional energy sources such as crude oil, natural gas, and coal. The new and renewable energy resource systems offer attractive prospects because they are pollution free, unlimited, and cheap. They also preserve ecosystems and retard degradation of the environment » (p. 98). En milieu rural africain, durant la saison sèche, les femmes, traditionnellement responsables de la cueillette du bois, font une cueillette régulière d'une petite quantité de bois; pour faire des provisions en vue de l'hivernage ou saison des pluies (pendant cette saison, le bois sera humide et les femmes seront occupées aux champs), les femmes coupent des branches encore vertes puis les ramènent à la maison lorsqu'elles sont sèches (Riss, 1989). Avec l'augmentation de la population, dépendre de la biomasse va devenir de plus en plus difficile pour répondre à ses besoins, et plus dommageable pour l'environnement, avec une déforestation accrue. 17
  • 18. 1.7.2 Présentation du biogaz Le biogaz est une énergie renouvelable obtenue par un procédé de méthanisation qui permet de valoriser tout type de déchet organique, qu'il s'agisse d'eaux usées, de déjections animales, de boues de station d'épuration, de déchets de l'industrie agro-alimentaire, de l'agriculture et de l'élevage, de déchets d'abattoirs, de déchets verts, de restes alimentaires, d'huiles alimentaires, etc. La méthanisation se produit par une chaleur optimale de 40 degrés et en l'absence d'oxygène, par l'action de bactéries anaérobies qui vont décomposer la matière organique morte (végétale ou animale), la transformant en matière minérale (processus dit de fermentation anaérobie). Cette transformation va en 40 à 50 jours provoquer la formation de biogaz, un gaz naturel combustible composé en grande majorité de méthane (jusqu'à 65%), de gaz carbonique (25% à 45%) et de quantités variables d'eau et d'autres composés comme l'oxygène ou l'azote selon la provenance de la matière organique. De même, la quantité de gaz produit et sa qualité vont varier selon la matière organique qui est décomposée. Cette fermentation anaérobie est un processus naturel qu'on peut observer dans les marais, par exemple. L'opération de méthanisation permet de produire de l'énergie plutôt que d'en consommer, tout en valorisant des déchets ainsi qu'en dépolluant l'environnement et en prévenant des nuisances au niveau de la santé publique. De plus, le biogaz élimine les difficultés respiratoires résultant de la fumée provoquée par la cuisine au bois de chauffe ou au charbon. Le biogaz peut servir pour la cuisine, le chauffage, l'éclairage, le réfrigérateur, le générateur électrique, etc. A la fin de la méthanisation reste le digestat, matière fermentée contenant de l'azote; ce digestat peut directement être utilisé comme compost. De plus, la méthanisation permet une désodorisation totale de la matière et détruit les agents pathogènes présents dans la matière organique comme les excréments humains ou animaux. La fabrication du biogaz se fait au travers d'un digesteur, une enceinte confinée permettant à la fermentation anaérobie d'avoir lieu. Il existe de grosses usines de biogaz, mais de plus petits digesteurs peuvent être fabriqués de manière assez simple, le plus simple possible étant un fût en plastique relié à un brûleur à gaz par un tuyau d'arrosage, avec des chambres à air qui permettent de stocker le gaz. On peut aussi construire des digesteurs plus gros, déposés dans une tranchée creusée dans le sol. Voici un schéma simple d'un digesteur à biogaz: Source: www.eplantscience.com 18
  • 19. Pour des pays comme le Sénégal, qui connaît des coupures électriques quotidiennes et où des combustibles bon marché, sûrs et pratiques manquent, le biogaz est une bonne alternative. La Chine et l'Inde ont été des pionniers en matière de développement et d'application des technologies anaérobies, tandis qu'en Afrique, le biogaz existe plutôt dans le sud du continent (Akinbami & al., 2001). « Tout cela représente des volumes et des masses considérables, ce ne sont plus des déchets mais des matières premières quasiment gratuites. La méthanisation de ces fermentescibles produit une énergie propre, renouvelable et disponible sur place, sans être tributaire d’importations » (EDEN, 2006). Le biogaz semble a priori être une technologie idéale pour de nombreux pays. Mwirigi et al. (2009) affirment que le fait de remplacer le bois de chauffe par le biogaz rend la cuisine plus facile, plus propre, plus sûre et plus économique. Mais les choses ne sont pas aussi simples, et l'adoption du biogaz, à Ndem comme ailleurs, ne doit pas être considérée comme acquise d'avance au vu de ses avantages. Jusqu'à aujourd'hui, les programmes chargés de développer et mettre en œuvre de nouveaux types de combustibles dans les pays en voie de développement se sont surtout préoccupés de l'efficacité du combustible et n'ont que très peu pris en compte les facteurs socio-culturels influençant le choix du combustible: il est notamment important de s'intéresser aux besoins des populations concernées, à leurs préférences ainsi qu'à leurs pratiques culinaires (Atanassov, 2010). Des déterminants sociaux, personnels, physiques, économiques et institutionnels sont à l'œuvre dans le processus d'adoption d'un combustible - ou d'une technologie en général (Walekhwa et al., 2009). Au final, c'est la technologie qui devrait s'adapter aux besoins et aux habitudes des populations et non pas au comportement des populations de (trop) changer pour s'adapter à une technologie. Ainsi que le soutient Atanassov (2010), il est plus facile de modifier quelque peu une technologie que de modifier des pratiques culinaires bien ancrées pour satisfaire ce qui est requis par la technologie. Tous ces aspects seront explorés dans ce travail. 19
  • 20. 2. Cadre et déroulement du travail 2.1 Présentation et contextualisation du village de Ndem Le village de Ndem, fondé vers 1870, est situé à 120 kilomètres de Dakar en zone rurale sahélienne, dans la région de Diourbel, département de Bambey. Il s'agit d'un village wolof très singulier dans la région, notamment à cause de son développement spécifique que l'on a déjà brièvement évoqué. Cette partie va permettre une meilleure contextualisation du cadre dans lequel s'est déroulé ce stage. 2.1.1 Contextualisation religieuse de Ndem Ndem est un village mouride. Le mouridisme est la confrérie musulmane principale du pays, regroupant un tiers de la population; les mourides sont fortement impliqués dans la vie économique du Sénégal. Une confrérie religieuse est une voie hiérarchisée qui établit une chaîne mystique entre son fondateur et le Prophète Mohammed par différents intermédiaires; au Sénégal, une confrérie est une voie (tarîqa), une règle de vie, une communauté de vues sur les moyens d'accéder à Dieu (Copans, 1980). L'enseignement du mouridisme, né vers la fin du XIXe siècle au travers de Cheikh Amadou Bamba, homme saint et prédicateur, élève le travail à un niveau sacré. Cet enseignement et les écrits de Cheikh Amadou Bamba se basent sur le soufisme, courant mystique minoritaire de l'islam dans lequel une relation directe avec Dieu est recherchée. Une relation de maître (cheikh, marabout ou guide spirituel) à disciple caractérise le mouridisme. Le cheikh est perçu comme un intermédiaire nécessaire entre le fidèle et Dieu; le disciple se soumet au marabout afin d'entrer en relation avec Dieu et de gagner grâce à son travail son salut dans l'au-delà, et le marabout va aider l’aspirant à progresser dans la voie qui mène vers Dieu (Thiam, 2010). Une relation complémentaire existe entre le marabout et son disciple. Le village de Ndem abrite une importante communauté baye fall. La voie baye fall est une communauté mouride reconnue dans les années 1950 qui a été fondée par un disciple de Cheikh Amadou Bamba, Cheikh Ibrahima Fall. La voie baye fall s'est construite en opposition à certaines règles coraniques: le point essentiel différenciant les Baye Fall des autres mourides est un non- respect des pratiques traditionnelles de l'islam, dû au fait que les Baye Fall vouent intégralement leur vie à leur marabout et à Dieu. Ce sont des mourides saadix (parfaits). Sokhna Aïssa m'a affirmé un jour que « c'est quand même une voie de dépouillement, c'est une voie spirituelle qui malgré les apparences est très exigeante. Parce qu'il n'y a pas les exigences des cinq prières par jour, du pèlerinage, mais il y a des exigences qui sont beaucoup plus difficiles que celles-là ». Bien qu'ils ne respectent pas les prières quotidiennes comme les autres musulmans, pour les Baye Fall la prière est quelque chose de « permanent », elle doit être continuelle et accompagner chacune de leurs actions, notamment par le zikhr, litanies glorifiant le nom de Dieu pouvant être effectuées seul ou en groupe. Dans cette mystique pacifique, humilité et compassion vis-à-vis de tout être sont valorisées; les Baye Fall vont faire passer les autres avant eux-mêmes. Ceux-ci vont s'investir dans la « mystique du travail », le plus court chemin conduisant à la perfection spirituelle selon Cheikh Ibra Fall; le travail fait partie d'un processus de purification, de perfectionnement et de construction de soi (Audrain, 2002). L'action permanente dans laquelle le coeur doit toujours être présent est valorisée chez les Baye Fall. Pour Sokhna Aïssa, « la voie baye fall, c'est non seulement une quête de savoir mais c'est l'application des savoirs ». « Etre Baye Fall, c'est être tout le temps en actes », m'affirmera l'une de mes répondantes. Ces quelques points très synthétiques sur les Baye Fall sont relevés car l'une des caractéristiques importantes du village de Ndem est qu'il abrite un daara baye fall, autrement dit une école spirituelle dans laquelle les disciples (taalibe) de Serigne Babacar, marabout baye fall, vivent leur temps de formation spirituelle (tarbiyya). 20
  • 21. 2.1.2 Le projet de développement global de Ndem En arrivant à Ndem au milieu des années 1980, Serigne Babacar, qui a grandi à Dakar puis a vécu en Europe une dizaine d'années, ainsi que son épouse d'origine française Sokhna Aïssa découvrent les ravages de l'exode rural et la désolation dans le village: sécheresse, peu de travail, etc. Lors de leur établissement à Ndem, village fondé par un aïeul de Serigne Babacar, ce dernier et Sokhna Aïssa sont aidés par les villageois qui leur donnent un terrain dans la brousse en dehors du village. Le couple y construit une petite maison et se fait progressivement accepter; des personnes les rejoignent depuis Dakar, attirées par leur démarche spirituelle. Serigne Babacar, devenu un cheikh baye fall, met en place son daara, attirant de nombreux disciples qui proviennent en majorité de zones urbaines. En arrivant à Ndem, Babacar et Aïssa observent et vivent directement les difficultés quotidiennes d'ordre sanitaire, sociale et économique. Ces difficultés sont surtout vécues par les femmes, la majorité des hommes étant partis à Dakar pour tenter de gagner un peu d'argent. Voulant dès le départ lutter pour l'amélioration des conditions de vie de la population et lutter contre l'exode rural, le couple met sur pied les débuts du projet de développement global de Ndem, grâce à certains fonds cherchés auprès d'ONG actives dans le développement et en essayant de revaloriser des savoirs artisanaux de la région. De cette revalorisation de savoirs artisanaux est progressivement né le centre des arts et métiers de Ndem, composé aujourd'hui d'une douzaine d'ateliers artisanaux valorisant des savoir-faire traditionnels en textile (confection et ameublement), teinture (chimique et naturelle), tissage, filature artisanale du coton, cuir, bois, métal, poterie, vannerie, calebasse, bijoux. Le centre suit les principes du commerce équitable et emploie jusqu'à 360 personnes (femmes et hommes répartis équitablement) de Ndem et des villages des environs, en fonction des commandes. Il s'agit du premier pilier du projet social de Ndem mis en place par Serigne Babacar et Sokhna Aïssa, faisant vivre de nombreuses familles et offrant un soutien financier aux autres actions du projet de Ndem. Ainsi qu'on l'a souligné dans l'introduction, différentes autres structures économiques (économie sociale et solidaire) et sociales ont vu le jour depuis vingt-cinq ans. La dynamique collective que le couple a instaurée à travers l'Association des Villageois de Ndem implique aujourd'hui 4'600 membres provenant d'une quinzaine de villages environnants polarisés par Ndem. L'association devenue ONG (organisée autour de différents pôles: santé, éducation, hydraulique, agriculture, artisanat) a comme mission « d'accompagner les populations dans un processus d'amélioration de leurs conditions de vie, dans toutes ses dimensions » (Memorandum ONG Ndem, 2011). Cette mission s'organise autour de plusieurs axes identifiés comme suit par l'ONG:  L’identification et la création d’activités génératrices de revenus  L’accès des populations locales aux infrastructures socio-sanitaires de base (accès à l’eau, à la santé, à l’éducation, etc)  La gestion durable des ressources naturelles  Une véritable éthique de vie collective, base de toute amélioration  L'accueil dans une relation humaine d'échanges interculturels et spirituels Aujourd'hui, le projet vise également l'autonomie à tous les niveaux (économique, énergétique, alimentaire) ainsi que la pérennisation et l'amélioration des structures mises en place (notamment par la formation des jeunes à différents métiers pour prendre la relève dans les structures). Le grand projet de Ndem a été créé et est géré uniquement localement par les villageois qui en ont toujours été partie prenante, avec l'appui de divers partenaires extérieurs. Actuellement, Ndem dispose d'un grand « réseau de solidarité », ainsi que le nomme l'ONG: divers partenariats et associations de soutien ont été créés en France, Suisse, Belgique, Espagne, Italie, etc. Le projet de Ndem se base sur le principe du « cœur à la racine de l'économie », porteur de valeurs de solidarité, de partage et de démocratie « indispensables à la pérennité des projets et à leur harmonie » (Memorandum ONG Ndem, 2011). 21
  • 22. 2.1.3 Le village de Ndem Le village de Ndem se développe très rapidement, la tendance à l'exode rural ayant été inversée. En 2005, il comptait environ 300 personnes, et aujourd'hui il y a près de 600 personnes qui vivent entre le village et le daara. Environ 500 personnes sont réparties en quelque vingt-cinq grandes concessions familiales. Des fonctionnaires de l'Etat qui ont été affectés à l'école ou au dispensaire vivent également dans le village. Les concessions sont séparées par des saket, clôtures traditionnelles faites de tiges de mil. Un ou plusieurs ménages vivent dans chaque concession, de même que de nombreux animaux qui vont et viennent: moutons, chèvres, poules, canards, ânes, chevaux, quelques chiens et chats. Les concessions sont organisées autour de la place du village, sur laquelle on trouve notamment un magasin général, la caisse d'épargne, la mosquée et l'école coranique. Aux extrémités du village se trouvent l'école, le dispensaire, la maternité, le forage pour l'eau, le centre des métiers, le périmètre maraîcher, le daara ainsi qu'une nouvelle structure d'éco- tourisme. La figure 1 ci-après présente un plan de Ndem. Partout aux alentours du village se situent les champs de mil, d'arachide et de niebe (haricot) qui sont cultivés durant l'hivernage entre juillet et octobre et qui constituent la base de la cuisine rurale sénégalaise. La plupart des familles possèdent des champs. Les activités dominantes dans le village sont l'agriculture et l'élevage, comme dans toute la région du Baol. A côté des activités agricoles de la saison des pluies, de nombreux villageois et villageoises travaillent aux ateliers artisanaux. Certains ont un autre travail; d'autres encore combinent le travail au centre des métiers avec un autre travail leur permettant d'avoir un revenu supplémentaire (lorsqu'il y a peu de commandes aux ateliers, par exemple). Plusieurs femmes vendent des légumes sur la place du village. D'autres femmes vendent du pain, du miel, de l'encens, du beurre de karité, du savon ou des fatayas (beignet traditionnel aux légumes ou au poisson). Beaucoup de femmes ont un petit travail qui leur rapporte un peu d'argent. Les femmes avec qui je me suis entretenue dans une concession étaient par exemple en train de faire des pompons destinés aux ateliers artisanaux, en effilochant des morceaux de tissu afin d'en récupérer les fils. Parmi les hommes, on retrouve des vendeurs de poissons, d'omelettes, des vendeurs occasionnels de bois, un chauffeur du camion du village, un chauffeur du bus-navette qui se rend à Dakar, quelques bergers. Certains artisans travaillent à leur compte, et certains hommes sont tout de même obligés de quitter temporairement leur famille pour aller travailler à Bambey (la petite ville la plus proche de Ndem, à 11 kilomètres), Dakar, voire dans un pays environnant (Gambie, Mali). Ils envoient alors de l'argent à leur famille restée au village. Des artisans de la quinzaine de villages réunis par l'ONG des Villageois de Ndem viennent aussi travailler au centre des métiers, comme on l'a évoqué. Toutefois, la plupart des villages du Baol sont toujours marqués par l'exode rural. Après l'hivernage, lorsque les récoltes sont terminées, dans beaucoup de villages il n'y a pas de travail, les hommes partent en ville pour tenter de travailler. Certaines femmes partent aussi, pour faire des ménages. « Des fois tu vas dans des villages tu ne vois que trois personnes, quatre personnes », me dira un homme de Ndem. Il y a quelques décennies, avant la sécheresse, les habitants du Baol étaient riches grâce à une agriculture prolifique, surtout la culture de l'arachide. Lors de mon séjour, la situation économique n'était pas très bonne à Ndem, où le contexte de crise économique mondiale se fait sentir. Il y avait beaucoup moins de commandes aux ateliers qu'à une certaine période, de ce fait il y avait moins de travail au centre des métiers. Certains artisans m'ont confié ne plus y travailler que rarement à cette période. Durant mon séjour, il y avait du retard dans le paiement des salaires au centre des métiers; les salaires n'étaient pas réguliers. Plusieurs clients avaient aussi des dettes envers le centre. C'est une situation marquante pour l'organisation de la vie à Ndem, ainsi que nous le verrons par la suite. 22
  • 23. Fig. 1: Plan du village de Ndem Les concessions familiales sont organisées autour d'un chef de famille, le plus âgé des hommes. Au sommet de la hiérarchie familiale, c'est à lui que revient le plus important pouvoir décisionnel. L'organisation familiale à Ndem est basée sur une complémentarité dans la division des tâches entre hommes et femmes. Les femmes sont chargées des tâches domestiques, des enfants, de leur éducation et de l'organisation de la maison. L'homme doit subvenir aux besoins de la famille au niveau de la production de nourriture et en ramenant de l'argent, mais à Ndem beaucoup de femmes travaillent également, notamment aux ateliers. Le rôle des femmes au sein de la famille semble évoluer; celles-ci sont toujours en charge des tâches domestiques, mais ont souvent un petit travail à côté de ces tâches. La plupart des familles de Ndem sont polygames; en accord avec les principes de l'islam, un homme a le droit d'avoir jusqu'à quatre épouses, s'il est capable d'assurer la subsistance pour les quatre épouses et pour tous les enfants qui naîtront de ces unions. La présence de plusieurs femmes permet la conciliation entre tâches domestiques et travail, puisque les femmes effectuent ces tâches, notamment la cuisine, à tour de rôle. 23
  • 24. Partie de la récolte de mil d'une famille du village 2.1.4 Le daara de Ndem Ainsi que nous l'avons évoqué brièvement, un daara est une structure éducative religieuse et sociale. Ndem a une particularité importante que l'on rencontre de plus en plus rarement dans la région, comme nous l'avions relevé précédemment: un daara est situé directement à côté du village, plus précisément à l'entrée de celui-ci. Il s'agit du daara baye fall de Serigne Babacar Mbow où vivent pas loin d'une centaine de personnes y demeurant depuis plus ou moins longtemps: des hommes célibataires, quelques femmes célibataires, huit familles y vivant de façon permanente, quelques couples venant de s'unir. Le marabout et sa famille vivent également dans le daara. Cinq ou six Occidentaux y vivent de façon permanente, et sont aussi logés au daara beaucoup d'Occidentaux et de Sénégalais qui sont de passage pour quelques jours, semaines ou mois, essentiellement des partenaires sur les différents projets - ce qui a été mon cas. Tous les couples du daara sont monogames. Plusieurs jeunes hommes au début de la vingtaine sont originaires de Dakar et ont été envoyés au daara de Serigne Babacar lorsqu'ils étaient enfants, pour certains à cause d'une situation familiale et sociale délicate. La composition sociale du daara est hétérogène, comportant outre certains Occidentaux des individus de zones rurales et urbaines. Notons encore qu'à l'entrée du daara se trouve un autre magasin général ainsi que la boulangerie, et que le périmètre maraîcher se situe à côté du daara; ce dernier est placé entre le maraîchage et le reste du village. La vie au daara se déroule de façon communautaire. Les femmes mariées cuisinent à tour de rôle pour toute la communauté, les repas sont pris par tout le monde ensemble sous des mbar (auvent) à côté de la cuisine collective. Tous les repas se prennent dans des bols communs (ce qui est la norme au Sénégal en général). Le soir, les jeunes célibataires partent faire le maajal (l'aumône) dans le village en chantant les zikhr pour obtenir de la nourriture qu'ils partagent ensuite. Il s'agit d'une pratique devant renforcer l'humilité des disciples. Quant au fait de donner l'aumône, c'est une pratique valorisée et récompensée dans l'islam; il s'agit du troisième pilier de l'islam. Pendant ce temps, les familles et les enfants mangent le traditionnel tchere, couscous de mil, à côté de la cuisine. La vie dans le daara s'organise autour du travail, et chaque disciple a des tâches précises à effectuer pour le bon fonctionnement de la communauté. Il peut s'agir du travail quotidien dans le daara même: s'occuper des animaux, des plantes, nettoyer et tamiser le sable, rénover les maisons et autres structures, s'occuper de toutes les tâches domestiques, etc. Beaucoup de disciples 24
  • 25. travaillent aussi dans les ateliers artisanaux. Plusieurs disciples sont aussi impliqués dans le travail logistique pour l'ONG, d'autres encore travaillent à la boulangerie ou au maraîchage. Les autres activités du daara sont du temps d'étude et d'apprentissage, ainsi que des séances de zikhr ou de saam fall (les litanies chantées collectivement sans instrument de musique les accompagnant). De plus, de nombreux jeunes du daara vont à l'école. Divers intervenants viennent faire un exposé parfois, des documentaires sont projetés aux habitants. Serigne Babacar, tout comme Sokhna Aïssa, travaille dans le daara avec ses disciples et a des relations continues et régulières avec eux, ce qui n'est pas forcément la norme dans les daara en général au Sénégal. Il est très attentif à l'égard de ses disciples et n'hésite pas à participer à tout type de travail, constituant un véritable exemple à ce niveau pour ses disciples aux dires de ceux-ci. Notons encore qu'il n'existe pas de séparation formelle entre les habitants du daara et ceux du reste du village. Certains habitants du daara ont de la famille au village, et tous peuvent se côtoyer quotidiennement notamment dans les ateliers artisanaux. De petites « rivalités » peuvent parfois être perceptibles, selon les propos de certains de mes interlocuteurs, mais généralement sans gravité. Dans tous les cas, tous les projets et structures mis en place à Ndem sont destinés à toute la communauté de Ndem et parfois au-delà. 2.2 Méthodologie et déroulement de l'enquête 2.2.1 Considérations méthodologiques générales Durant cette enquête, plusieurs méthodes, essentiellement l'observation et l'entretien, ont été mobilisées afin de recueillir des données. La plupart des données ont été recueillies à l'improviste: il y a rarement eu de rendez-vous pris pour des entretiens, ma participation à diverses activités ou les visites d'infrastructures se sont faites au jour le jour, sans programme précis. Le défi de cette enquête a été de parvenir à recueillir les données et informations souhaitées durant le court temps de séjour sans presser les individus et en respectant leurs habitudes de vie. L'adaptation est le maître mot d'une enquête de terrain, de même que la gestion des imprévus (entretien qui doit cesser avant d'être terminé, fête religieuse, trop chaud pour que les gens veuillent faire un entretien, etc). Vers la fin de mon séjour sur le terrain j'ai présenté à la suggestion de Sokhna Aïssa un exposé sur « Les enjeux de l'eau usée, l'assainissement et les déchets » aux habitants du daara. Cet exposé a été utile tant pour effectuer une première sensibilisation dans le cadre du projet du LATEU que du point de vue méthodologique pour ce travail; en effet, il m'a permis d'avoir encore plusieurs discussions au sujet de l'eau, des déchets et des perspectives de changement dans les comportements, qui ont constitué de nouvelles données pour mon travail. 2.2.2 L'observation Une grande partie des données a été recueillie par observation. Celle-ci doit être aussi rigoureuse que possible, c'est-à-dire qu'il faut noter dans un carnet de terrain dès que possible avec le plus de détails ce qui a été observé et le déroulement de la scène. Il s'agit de décrire et de comprendre sans prendre parti. L'observation a été tant participante que non-participante. Plus finement, on peut dire en suivant Olivier de Sardan (2003) qu'il y a des situations relevant de l'observation, où le chercheur est témoin, et des situations relevant de l'interaction, où le chercheur est co-acteur. L'observation participante a eu lieu durant mon terrain tant de manière circonscrite 25
  • 26. comme lors de ma participation à diverses activités (aide à la cuisine, au maraîchage, etc) que dans la vie de tous les jours. Dans ces cas, la prise de notes a été différée. Dans les cas d'observation non- participante, où j'ai été témoin de certains faits, la prise de note a été immédiate autant que possible. La majeure partie des observations a eu lieu au daara, mais beaucoup d'observations ont aussi pu se faire dans le reste du village. 2.2.3 Les entretiens et les discussions informelles De nombreux entretiens ont été effectués à Ndem. Au départ, il était prévu de faire des entretiens semi-directifs de type compréhensif, autrement dit de disposer d'un guide d'entretien souple avec différentes questions générales, afin que l'informateur parle autour de certaines thématiques spécifiques sans qu'il n'y ait d'ordre préalablement établi. Au vu des réalités du terrain, certains entretiens ont été plus directifs, et d'autres n'ont pas abordé toutes les dimensions du guide d'entretien. Les entretiens effectués concernent deux « groupes » de la population de Ndem: 1. Entretiens dans dix-huit concessions familiales du village de Ndem avec un accompagnant- traducteur wolof-français 2. Entretiens avec huit habitants du daara et les informateurs privilégiés Il s'agit d'entretiens qui ont tous été enregistrés sur dictaphone puis retranscrits intégralement. De nombreuses conversations informelles ont permis de recueillir des informations. Visites et entretiens dans les concessions du village Dans les concessions familiales, l'entretien a eu lieu la plupart du temps avec une personne, mais parfois plusieurs personnes étaient présentes et répondaient aux questions. Le répondant était chargé de répondre par rapport aux habitudes de la concession et de son ou ses ménage(s). Le plus souvent le répondant était une personne haut placée dans la hiérarchie familiale, comme le chef de famille ou la première épouse. Néanmoins, en fonction des personnes présentes au moment où l'on se rendait dans chaque concession, des individus d'âges variés (de 17 à 60 ans) ont pu être interrogés, même si la majorité des répondants avaient autour de 40 ans et plus. Au niveau du genre, une majorité de femmes ont été interrogées. Sur les 18 concessions, 8 entretiens ont été effectués avec une ou plusieurs femmes, 6 entretiens avec au moins une femme et un homme (dont 3 couples, un frère et une sœur), et 4 entretiens uniquement avec un homme. Il était important d'interroger des femmes, qui sont les premières concernées par l'eau et les combustibles de cuisine, mais avoir des avis masculins était aussi important dans la mesure où de nombreuses décisions sont prises par les hommes. La visite d'une concession (notamment de ses installations sanitaires) et l'entretien duraient en moyenne une heure. Le tableau 1 résume les caractéristiques d'âge, de genre et de nombre d'individus vivant dans chaque concession. Concession Entretien Nombre de personnes vivant dans la concession Nombre de ménages 1 Femme 17 ans Env. 5, pas d'enfant 1 2 Femme 45-50 ans 6-7 dont un bébé 1 3 Homme 60 ans 7-8, beaucoup d'enfants 1 4 Femme + homme 50-60 ans 5-6 1 5 Env. 4 femmes mais surtout une, 60 ans 20-25 Plusieurs 6 Couple 35-45 ans 6-7 1 26
  • 27. 7 Homme 45-50 ans Env. 15, beaucoup d'enfants 1 8 Homme 45-50 ans Env. 15 2 9 Homme 40-45 ans Env. 15 Plusieurs 10 Femme 40 ans 15-20, beaucoup d'enfants 2 11 Femme 50-60 ans Env. 15 Plusieurs 12 Femme 35-40 ans 6-7 1 13 Femme 35-40 ans 15-20 ? 14 Couple 35-40 ans + femme 40-45 ans Env. 20 2 15 Femme 50-60, homme 20 ans Env. 15 Plusieurs 16 Sœur + frère env. 20 ans 15-20 Plusieurs 17 Couple 45-55 ans, femme 40 ans Env. 15 ? 18 2 femmes 30-35 ans Env. 40 3 Tableau 1: Les concessions visitées Pour les concessions, le guide général d'entretien comprenait des questions sur les thématiques suivantes, le but étant de connaître les habitudes, représentations et avis des gens:  L'eau en général  L'eau usée  Le maraîchage et la consommation de légumes --> Présentation de la possibilité de réutiliser des eaux usées traitées: avis du répondant  Les combustibles de cuisine --> Présentation de la possibilité de réutiliser le contenu des fosses septiques pour faire du biogaz et du compost: avis du répondant  L'environnement  Les déchets Entretiens avec les habitants du daara et les informateurs privilégiés Ce second « groupe » d'entretiens concerne des entretiens ayant tous été effectués en français, sans accompagnant, avec des personnes côtoyées pour la plupart régulièrement. En dehors de toutes les discussions informelles, huit entretiens plus formels ont eu lieu avec des habitants du daara:  Quatre avec des femmes mariées: à noter que deux de ces entretiens n'ont pas été très poussés car les deux femmes parlaient moyennement bien le français;  Deux avec des hommes mariés;  Deux avec des jeunes hommes célibataires, les Gore Yalla Deux entretiens et plusieurs discussions ont eu lieu avec deux informateurs privilégiés car présents autant au village qu'au daara tout en demeurant quelque peu extérieurs à ceux-ci, ce qui leur permettait d'avoir une vision plus globale de la situation. Deux autres informateurs privilégiés avec lesquels il n'y a jamais eu d'entretien « formel » ont également fourni de nombreuses informations utiles à ce travail. De de ces informateurs privilégiés ont été mes accompagnants dans les concessions villageoises. 27
  • 28. Plusieurs entretiens ont été effectués avec Serigne Babacar et Sokhna Aïssa, deux autres informateurs importants ayant fourni de précieuses informations. Ceux-ci ont une position particulière à Ndem en tant que leaders de l'ONG des Villageois de Ndem et guide spirituel de Ndem dans le cas de Serigne Babacar. Ces informateurs ont donc une influence spécifique sur toute la communauté de Ndem. Les dimensions explorées avec les habitants du daara sont les mêmes que celles abordées avec les villageois. Au niveau des informateurs privilégiés, des thématiques en plus ont également été abordées, notamment le fonctionnement de l'ONG ou la dimension spirituelle de Ndem. Pour conclure, il faut souligner la forte complémentarité entre les entretiens / discussions et les observations, l'observation permettant d'infirmer, confirmer ou compléter ce qui a été dit lors des discussions et entretiens, autrement dit de confronter les dires et les pratiques, d'autant plus lorsque les dires sont recueillis en situation d'entretien, situation pouvant avoir une influence sur le contenu de l'entretien. Cette confrontation a été surtout possible au daara, mais parfois aussi dans le reste du village. 2.2.4 Visites de diverses structures et recueil d'informations quantitatives Une autre méthode de recueil de données a été la visite de différentes infrastructures de Ndem. Parfois ces visites ont été enregistrées puis retranscrites, d'autres fois la visite a été consignée dans le carnet de terrain. Voici les différentes structures qui ont fait l'objet d'une ou de plusieurs visite(s):  Le forage de Ndem (station de pompage d'eau)  L'atelier de teinture chimique sorr  L'atelier de teinture naturelle bogolan  L'atelier de fabrication du bioterre  Le dispensaire et la maternité  La case des tout-petits (maternelle)  L'école  La cuisine communautaire du daara (où j'ai parfois aidé)  Le maraîchage de Ndem (où j'ai fréquemment aidé)  Le maraîchage et le forage de Ngaga Serer, à 3 km de Ndem En plus de ces visites, j'ai aussi eu l'occasion d'assister en observatrice extérieure à un cours d'éducation sanitaire à la case des tout-petits durant lequel un instructeur apprenait aux enfants à reconnaître une eau potable et aussi d'assister à la réunion mensuelle de l'ONG de Ndem. Cette réunion m'a permis de mieux comprendre le fonctionnement de l'ONG, des différents projets et du projet de développement global de Ndem. Finalement, j'ai aussi cherché à recueillir des informations plus quantitatives, notamment des informations chiffrées sur la consommation d'eau des infrastructures et concessions. Les compteurs des robinets sont relevés chaque mois, mais il n'a pas toujours été simple d'obtenir des chiffres clairs. Des informations au niveau du coût de l'eau et des différents combustibles ont également été recherchées. 28
  • 29. 2.2.5 Limites du travail Au terme de ce chapitre, il faut soulever les difficultés principales rencontrées dans cette enquête de terrain:  La durée trop courte du terrain afin de saisir toutes les implications et toute l'organisation autour de l'eau, l'eau usée, les combustibles de cuisine et les déchets. Je souhaitais notamment au départ visiter toutes les concessions familiales de Ndem afin de recenser tous les types d'installation (robinet, toilettes, etc); je n'ai finalement pu en visiter que les trois quarts.  La difficulté de toujours obtenir une information précise lorsque celle-ci est recherchée. De ce fait, il a été difficile de mettre réellement en perspective les comportements observés et les dires des informateurs avec les chiffres sur la consommation de l'eau, notamment. De plus, sur certains points précis, tout au long de l'enquête j'ai reçu des informations contradictoires de la part de différentes personnes. C'est notamment pour ce genre de choses qu'un temps plus long sur le terrain aurait été utile.  Le biais que la traduction peut entraîner, car l'information de première main a été « filtrée » une première fois au travers d'une traduction. De plus, la présence d'un traducteur en tant que personne a pu induire certains biais dans les propos des répondants.  Le fait que j'aie vécu au daara a sur certains points (mais pas tous) induit un recueil d'informations plus important au daara que dans le reste du village. 29
  • 30. 3. Résultats de l'enquête Dans ce chapitre seront restituées les pratiques, les représentations et l'organisation socio- économique autour des différentes thématiques nous intéressant à Ndem: l'eau, l'eau usée, les combustibles de cuisine, mais aussi le maraîchage biologique et le compostage, ainsi que la gestion des déchets. L'on s'attardera également sur les considérations environnementales de la population pour mieux comprendre et analyser la situation. Ce chapitre vise à répondre aux objectifs ethnographique et ethnologique de ce travail, tandis que le chapitre suivant prendra plus de recul par rapport aux données afin d'analyser dans quel contexte le projet du LATEU pourrait être mis en place. 3.1 L'eau, l'eau usée et l'assainissement à Ndem La question de l'eau constitue l'axe central des activités et de l'organisation sociale de Ndem. L'axe hydraulique a d'ailleurs été le premier angle de développement recherché dans le projet de Ndem. Il était primordial de garantir aux populations l'accès à l'eau en quantité et qualité ainsi que l'arrêt du laborieux puisage manuel de l'eau. Le manque d'eau pose des problèmes à la population pour mener à bien les principales activités de la région, l'agriculture et l'élevage. 3.1.1 Accès à l'eau à Ndem Il y a encore quinze ans, les habitants de Ndem allaient chercher l'eau au puits d'eau traditionnel, c'est-à-dire un puits d'une trentaine de mètres de profondeur creusé à la main. Il y a deux puits aux abords du village, l'un d'eux contenant de l'eau un peu salée. Aux dires de plusieurs femmes interrogées (le puisage de l'eau étant un travail traditionnellement féminin) et ayant eu l'occasion de l'expérimenter moi-même, le puisage est un travail demandant de gros efforts physiques, éreintant pour les mains et le dos. Le puisage manuel nécessite trois personnes à la fois pour tirer l'eau. Auparavant, il fallait en général aller au puits matin et soir, et une femme se rappelle qu'il fallait attendre longtemps, parfois une heure pour avoir une bassine d'eau, car tous les villageois attendaient. Sokhna Aïssa considère cette période du puits comme une période de survie en matière hydraulique: l'eau était strictement utilisée pour les besoins vitaux, autrement dit les besoins ménagers et ceux du bétail. 30 Femmes au puits d'un village voisin
  • 31. Le village, le daara et les différentes structures de Ndem sont maintenant alimentés en eau par un puits foré muni d'une pompe électrique et d'un château d'eau, communément appelé « forage ». Il a été construit en 1996 et alimente également les deux villages les plus proches de Ndem, Ndiawe et Mbodiène. 700 personnes environ sont ainsi alimentées en eau. Le forage puise l'eau dans la nappe phréatique à 100 mètres de profondeur; le château d'eau qui l'accompagne a une capacité de 30 m3 et la capacité de la nappe au niveau du débit est de 6 m3 /h. L'objectif de ce forage était de soulager les femmes du puisage manuel mais également de créer des ressources économiques, notamment par la mise en place d'un maraîchage en saison sèche. Le forage allait aussi permettre de répondre aux besoins en eau des structures naissantes de Ndem, comme l'école fréquentée par beaucoup d'enfants de la région. Ce sont essentiellement des taalibe du daara de Ndem qui ont monté les tuyaux pour le forage, ce qui a été un travail long et difficile selon l'un d'eux. « Quand on a eu le forage, eh bien c'était pour toute cette communauté toute cette contrée une grande fête. Parce que c'est une eau douce, qui est très très potable, de bonne qualité. C'était vraiment un événement extraordinaire pour tous. Quand l'eau a surgi de terre, c'était vraiment miraculeux. Et puis voilà donc toute la population était en fête. On se mettait de l'eau sur la tête, sur le cou, tout le monde était content. » (Serigne Babacar) Le forage est géré bénévolement par un comité de gestion de l'eau. Un conducteur du forage est chargé de surveiller plusieurs fois par jour s'il n'y a pas de panne ou de fuite. Le forage a fonctionné pendant ces dernières années grâce à une pompe électrique. Toutefois, les coupures d'électricité étant fréquentes, la pompe a été endommagée et a dû être changée plusieurs fois, ce qui coûte cher. A la fin de l'année 2010, le forage a été en panne pendant huit mois. Durant cette panne, les habitants de Ndem sont retournés au puits et ont été s'alimenter en eau auprès des autres forages des environs. Afin de solutionner ce problème, des panneaux solaires ont été mis en place en 2011 par l'intermédiaire d'une association d'ingénieurs solidaires. Grâce à ces panneaux, la capacité de pompage de l'eau devait être de 40 m3 par jour, mais ce n'était lors de mon séjour jamais le cas. L'installation n'est pas optimale et doit être améliorée. La capacité de stockage des batteries est très faible, il n'y a donc fréquemment plus d'eau qui sort des robinets à partir de 21h ou 22h jusqu'au lendemain matin, voire plus tard dans la journée. De plus, lorsque le soleil est moins fort ou couvert, le débit de l'eau est très lent. Ce lent débit est également causé par une capacité de pompage trop faible dans la nappe: l'installation solaire permet de pomper à environ 2,5 m3 /h alors que la capacité de la nappe est de 6 m3 /h. Le château d'eau, dont la pression permet à l'eau de s'acheminer dans le réseau d'adduction et de sortir aux robinets, ne parvient pas à se remplir, ce qui occasionne ce fréquent faible débit de l'eau. Lors de mon séjour, le maximum d'eau pompée en une journée se situait entre 30 et 35 m3 , voire moins. Les chiffres de tous les compteurs reliés au forage de Ndem relevés pour le mois de janvier 2012 montrent que 866 m3 d'eau ont été utilisés en un mois; assumant qu'il manquait quelques compteurs dans le relevé, l'on arrive en effet à 30 – 35 m3 d'eau sortie quotidiennement du forage, ce qui ne constitue pas une grande quantité d'eau pour 700 personnes et toutes les structures de Ndem. Depuis quinze ans que le forage de Ndem a été réalisé, le village et ses environs se sont beaucoup développés; la plupart des structures socio-économiques de Ndem ont vu le jour ou se sont sensiblement développées après l'arrivée du forage. Mais actuellement, la demande en eau a fortement augmenté alors que l'offre stagne. Un second forage a été réalisé grâce à l'ONG de Ndem à Ngaga Serer, un village situé à trois kilomètres de Ndem. Ce forage au débit trois fois supérieur à celui de Ndem alimente actuellement quatorze villages au sud de Ndem. Mais les villages à l'est et au nord de Ndem ne sont pas encore alimentés. Actuellement, un troisième forage est en cours de construction pour alimenter ceux-ci ainsi que pour améliorer l'alimentation en eau de Ndem et de ses différentes structures. Ce forage sera relié au château d'eau déjà existant et permettra de le remplir. 31
  • 32. 32 Château d'eau du forage Vue sur la structure où est gérée la pompe et sur le toit de laquelle se trouvent les panneaux solaires Pompe alimentée par l'énergie solaire
  • 33. L'eau est acheminée à Ndem et dans les deux autres villages par un réseau d'adduction. A Ndiawe et Mbodiène, il y a un robinet au milieu du village. A Ndem, il y a également un robinet sur la place du village, plusieurs au daara et il y en a également dans certaines concessions du village. Les différentes structures de Ndem sont également équipées d'un robinet: dispensaire, école, boulangerie, boutique du daara, centre des métiers, atelier du bioterre, atelier de teinture, maraîchage ainsi qu'un autre périmètre où poussent des aloe vera et quelques arbres fruitiers. Sur les dix-huit concessions familiales visitées, la moitié possède un robinet. Pour avoir un robinet chez soi, il faut pouvoir payer l'installation et le matériel, dont les tuyaux permettant de se raccorder au réseau. Certaines personnes m'ont dit ne pas avoir de robinet car elles étaient trop loin du tuyau principal: les coûts d'installation sont plus élevés que pour une famille située proche de ce tuyau. Il est projeté de refaire le plus tôt possible tout le réseau d'adduction d'eau qui a été fait il y a quinze ans de façon peu professionnelle: il y a de nombreuses fuites sur le réseau, occasionnant des pertes d'eau, il n'y a aucune vanne d'arrêt en cas de problème au forage et des raccords ont été tirés et installés un peu n'importe comment depuis le tuyau principal. Il n'y a même aucun plan du réseau. Carte des concessions visitées; en bleu, concessions possédant un robinet, en rouge, concessions n'en possédant pas Au robinet de la place du village de Ndem, les familles n'ayant pas de robinet dans leur concession viennent prendre de l'eau - à raison de bassines de 20 litres que les femmes transportent sur leur tête - mais également des familles de villages situés à quelques kilomètres n'ayant pas un bon accès à l'eau. Les habitants d'autres villages venant chercher de l'eau sont de plus en plus nombreux. Selon les conclusions de l'ONG, il y aurait actuellement une répartition inappropriée de l'eau: les habitants des autres villages venant chercher de l'eau à Ndem seraient mieux servis que les habitants de Ndem. La demande est clairement plus forte que l'offre. Il y a des horaires pour venir chercher de l'eau à Ndem, le robinet est ouvert entre 8h et 11h puis 17h et 20h environ. Une femme 33
  • 34. est chargée d'encaisser l'argent au robinet puis de l'amener à la caisse d'épargne et de crédit. Au robinet, une bassine de 20 litres d'eau coûte 15 CFA (ce qui donnerait 750 CFA/m3 ) et un barigot de 200 litres coûte 100 CFA5 (ce qui donnerait 500 CFA/m3 ). Toutefois, plusieurs personnes m'ont dit que pour 100 CFA ils avaient plutôt l'équivalent de huit bassines de 20 litres. Les familles possédant un robinet dans leur concession ainsi que les différentes structures équipées d'un robinet doivent payer une facture d'eau à la fin du mois. Chaque robinet est équipé d'un compteur qui est relevé à la fin du mois et la facture est établie en fonction des chiffres du compteur. Pour ces familles, l'eau coûte 400 CFA/m3 , ce qui est moins cher que l'achat direct de l'eau au robinet du village. Les familles n'ayant pas les moyens d'installer un robinet semblent donc payer l'eau plus chère. Je ne suis pas parvenue à une explication claire sur cette différence. Par contre, l'eau du forage de Ndem est plus chère que l'eau d'autres forages environnants, dont celui de Ngaga Serer. La plupart des répondants des concessions visitées ont souligné ce fait. Selon Sokhna Aïssa, la raison est liée au débit de l'eau: que le débit soit de 20 m3 /h comme à Ngaga Serer ou de 6 m3 /h comme à Ndem, le conducteur du forage doit de toute manière être payé; plus le débit est faible, moins il y a d'eau, plus l'eau sera chère. L'argent de l'eau sert donc à rémunérer le conducteur du forage ainsi qu'à entretenir l'installation. Cet argent a servi à remplacer les pompes qui étaient défectueuses et devrait servir à financer en partie les travaux à faire sur le réseau d'adduction. Notons encore que trois familles n'ayant pas de robinet m'ont dit retourner au puits si besoin lorsqu'il n'y a pas d'eau au robinet du village, mais une famille possédant un robinet m'a aussi affirmé retourner parfois au puits lorsqu'il n'y a pas d'eau à son robinet. Le puits est donc encore utilisé, dans des cas de nécessité. Il n'est pas rare qu'il y ait des problèmes au niveau du paiement de l'eau: certains ne payent pas leur facture, n'arrivent pas à la payer, ou ne la payent qu'en partie. Dans les concessions visitées, la majorité des répondants ont affirmé que l'eau était chère. Un répondant la trouve abordable, et une jeune répondante n'a aucune idée du prix de l'eau. Pour une répondante, l'eau est chère mais elle arrive toujours à tout payer et sa famille a suffisamment d'eau pour leurs besoins élémentaires. Une autre répondante affirme que sa famille ne consomme que le strict nécessaire d'eau et que son prix ne leur permet pas de s'engager dans d'autres perspectives comme faire pousser quelques légumes dans la concession. Dans une autre concession, la famille retourne au puits (où l'eau est gratuite) lorsqu'elle n'arrive vraiment pas à payer l'eau, ajoutant que parfois ils n'arrivent pas à donner à boire aux animaux. Une concession d'une quinzaine de personnes utilise en moyenne 400 litres d'eau par jour (la quantité d'eau varie en fonction de la saison, plus d'eau est utilisée lorsqu'il fait très chaud et beaucoup moins durant l'hivernage), ce qui fait environ 25 litres d'eau par personne par jour. A titre de comparaison, notons que selon le Rapport mondial sur le développement humain du PNUD, en 2006 la consommation d'eau moyenne dans la plupart des pays d'Europe variait entre 200 et 300 litres par personne par jour et allait même jusqu'à 575 litres aux Etats-Unis. La plupart des pays 5 Environ 20 centimes CHF. 34 Plusieurs familles s'approvisionnent en eau sur la place du village
  • 35. africains se situaient en dessous de 50 litres par jour. De plus, notons que l'OMS considère que 20 litres d'eau par personne par jour est le seuil minimal afin de subvenir à ses besoins essentiels. Le tableau 2 ci-dessous exemplifie l'utilisation de l'eau sur un mois (janvier 2012) dans dix- huit concessions avec robinet pour lesquelles des chiffres clairs ont pu être obtenus. Il ne s'agit pas forcément des mêmes concessions qui ont été visitées dans le cadre de ce travail, puisque des concessions ne possédant pas de robinet ont aussi été visitées. L'on peut voir que la totalité d'eau utilisée par ces dix-huit concessions durant ce mois équivaut à 212 m3 , ce qui donne en moyenne 11,8 m3 par concession, et donc environ 393 litres par jour. Concession Quantité d'eau utilisée en janvier 2012 1 22 m3 2 18 m3 3 17 m3 4 16 m3 5 15 m3 6 14 m3 7 14 m3 8 12 m3 9 12 m3 10 10 m3 11 10 m3 12 10 m3 13 10 m3 14 8 m3 15 7 m3 16 7 m3 17 7 m3 18 3 m3 Tableau 2: Quantité d'eau utilisée en janvier 2012 dans 18 concessions 35 Robinet, tuyau et bidons d'eau dans une concession
  • 36. 36 Un robinet de Ndem Des familles de villages voisins viennent chercher de l'eau à Ndem en transportant un bidon de 200 litres sur une charrette Raccordement d'un nouveau robinet au réseau d'adduction d'eau
  • 37. 3.1.2 Les représentations de l'eau et les différents types d'eau Les représentations générales de l'eau Lors des entretiens dans les concessions du village, je demandais en premier aux gens ce qu'était l'eau pour eux, ce qu'elle représentait. Les termes ressortant régulièrement sont que l'eau est fondamentale, essentielle, nécessaire, indispensable, importante, vitale. Pour un homme, elle est « capitale pour la vie », pour une femme, « on a besoin de l'eau dans tout », pour une autre « si on parle de la maison, c'est à cause de l'eau, c'est ce qu'il y a de plus important dans la maison », pour une autre encore « on ne peut pas vivre sans l'eau, tout ce qu'on fait c'est avec de l'eau ». Une femme me dit que l'eau « c'est infini ». Le caractère indispensable de l'eau est donc ce qui est généralement mis en avant en premier lieu par les villageois. Au daara, l'eau est aussi considérée comme un bien très précieux; pour un jeune taalibe, « l'eau c'est la vie », pour une jeune fille, « l'eau est une source sacrée qu'il ne faut pas gaspiller », pour une autre si l'eau n'était pas là, on serait en train de mourir. Pour une femme encore, « L'eau pour moi c'est l'être humain d'abord. L'eau c'est l'être humain. Parce que tu peux pas rien faire sans l'eau. [...] Tu peux pas avoir l'hygiène sans l'eau. Donc c'est pour cela que moi je te dis que l'eau c'est l'être humain. » Au village, après avoir mis en avant le caractère essentiel de l'eau, les répondants faisaient spontanément une petite liste de ce à quoi l'eau sert. Alors que tout le monde met souvent en avant la boisson, les femmes ont tendance à lister des travaux domestiques (lessive, cuisine, vaisselle) et les hommes, en plus des travaux domestiques, soulignent l'élevage et le maraîchage. Toujours dans ces débuts d'entretien, la représentation centrale de l'eau souvent évoquée est qu'il s'agit d'une ressource difficile d'accès. Plusieurs répondants commencent l'entretien en soulignant que « l'eau c'est difficile en ce moment », du fait des problèmes de débit et des coupures aux robinets, ou bien que c'est difficile car ils ne sont pas en mesure d'avoir un robinet dans leur concession. Au-delà de ses aspects pratiques dans la vie quotidienne, le caractère indispensable de l'eau est aussi évoqué de manière plus mystique en relation avec les autres éléments (air, feu, terre). Pour un jeune taalibe de Serigne Babacar, les trois autres éléments se contiennent dans l'eau, élément qui s'est le plus manifesté au niveau de son utilité. Bien que chaque élément ait son importance, l'eau est le support des autres. Pour lui, « parler de l'eau c'est parler de la vie ». Pour un autre homme, l'eau est plus forte que tout, « au-dessus de tout le reste ». Le caractère sacré ou la valeur purificatrice de l'eau est évoquée en second lieu. L'eau est quelque chose de très sacré pour les musulmans, don de Dieu constituant l'élément essentiel de la Création et de l'apparition de la vie. « L'existence c'est l'eau, l'eau vient de Dieu », pour un jeune taalibe de Serigne Babacar. La valeur sacrée de l'eau est évoquée essentiellement au travers des ablutions qui sont effectuées pour retrouver un état de pureté physique et spirituelle. Dans la religion musulmane, l'eau constitue le moyen de purification par excellence. Un homme du daara me dit qu'il faut se laver par exemple trois fois les mains, trois fois le visage, se laver les oreilles: « ce que tu as entendu c'était pas bon, ça tu nettoies parce que ça te purifie ». Un jeune du daara m'explique que l'eau est très importante pour les mourides: pour se purifier, il faut faire les ablutions avant chaque prière et aussi après chaque relation sexuelle. Après être allé aux toilettes, on se nettoie à l'eau avec la main gauche. Un autre jeune m'explique que la purification par l'eau s'appelle sangoucet et l'essentiel à retenir est qu'il faut être propre avant de dire le nom de Dieu, « comme si on va recevoir un invité »; il faut se nettoyer si l'on est sale de l'extérieur ou de l'intérieur – mais il précise qu'on peut chanter le nom de Dieu directement si l'on est sûr de ne pas être sale, ce qui donne à la saleté et à la propreté de soi un aspect subjectif laissé à l'appréciation de chacun. Pour les 37
  • 38. Baye Fall, qui ne prient pas comme les autres mourides, il s'agira d'être propre avant de faire le zikhr. La valeur purificatrice de l'eau est aussi perceptible à travers le fait que tout aliment à Ndem est nettoyé dans l'eau avant d'être cuisiné ou consommé, afin d'être débarrassé des impuretés extérieures qu'il peut contenir. Le caractère sacré de l'eau est également présent au travers de certains rituels. L'eau représente la paix et le calme; une personne plus calme est une personne qui est née dans l'eau. Un homme du daara m'explique que certaines personnes versent un peu d'eau devant leur porte le matin avant de sortir de chez eux; c'est un porte-bonheur, cette eau versée amène aux gens de la paix, ils vont « marcher dans la paix toute la journée ». L'eau est également présente rituellement dès la naissance et à la mort d'une personne, ainsi que Serigne Babacar me l'explique: « Quand un enfant vient au monde, dès la première seconde de sa vie, eh bien il est nettoyé avec de l'eau. Il est lavé, etc etc. Quand quelqu'un aussi quitte ce monde, il doit être enterré, eh bien il est nettoyé avec de l'eau. C'est la dernière chose en ce qui le concerne, qui l'accompagne dans sa tombe. » L'eau à Ndem est également représentée comme indissociable de la terre et de l'agriculture. Plusieurs personnes m'ont indiqué, déplorant la déforestation dans la région ainsi que la sécheresse pénalisant l'agriculture, que les arbres attirent l'eau. L'eau est associée dans ce sens au succès des récoltes et donc à la garantie pour la population d'avoir de quoi se nourrir. Les représentations générales de l'eau à Ndem ont donc trait à son caractère pratique et indispensable, à son aspect sacré de source de vie, à son manque, à sa fonction purificatrice ainsi qu'à sa relation vitale à la terre et à l'agriculture, des aspects que résume cet homme du daara: « L'eau c'est très important de l'économiser, de la garder, de la surveiller. Tout ce qu'on fait on le fait dans l'eau. On cuisine avec l'eau, après avoir fini on va laver avec l'eau. A la naissance il y a l'eau. Après avoir fini pour aller vers Dieu c'est l'eau. » Les différents types d'eau Différentes formes d'eau de Ndem et de ses environs ont été évoquées par les habitants. Cette classification retrouvée dans les propos de la population est basée essentiellement sur des différences au niveau de l'origine de l'eau, de la qualité des différents types d'eau ainsi que de leur utilisation finale. Tout d'abord, il y a l'eau du forage, qui est en général considérée comme une eau de bonne qualité. Quand ils voyagent dans les environs, certains habitants de Ndem ont l'habitude de prendre un petit stock de l'eau du forage avec eux car ils trouvent que l'eau n'est pas bonne ailleurs, par exemple à Touba, la ville sainte; l'eau est fréquemment saumâtre, ce qui n'est pas le cas au forage de Ndem. Cette eau est considérée comme légère par rapport à d'autres eaux qui peuvent rester sur l'estomac, comme celle de Dakar. Pour un homme du daara, « boire l'eau du forage, c'est comme boire l'eau achetée à la boutique »; l'eau de Ndem a souvent été comparée à l'eau en bouteille ou en sachet, l'eau considérée comme étant la plus sécuritaire à boire. Dans une concession, un homme affirme que l'eau du forage est bonne pour boire et ce même pour les animaux, car les animaux refusent de boire l'eau de certains forages. Toutefois, pour les habitants de Ndem, l'eau est bonne pour la boisson, mais pas pour faire la lessive ou se laver, car elle utilise trop de savon. Une femme du village affirme que « l'eau qui a une bonne saveur n'est pas bonne pour le linge, l'eau qui a une moins bonne saveur demande moins de savon pour le linge ». Ceci est dû à la forte teneur en calcaire dans l'eau, que certains habitants soulignent d'ailleurs. Une femme dit que le calcaire 38
  • 39. craquelle la peau lorsqu'on se lave, et deux autres sont préoccupées par l'incidence que le calcaire peut avoir dans le corps car elles voient les résidus de calcaire au fond de leurs seaux et bassines. Le responsable du poste de santé, évoque des doutes sur le fait de boire ce calcaire à long terme. Il serait dans l'idéal mieux selon lui de disposer d'une unité de filtrage. Par contre, à son sens, l'eau de Ndem n'est pas une eau infectée pouvant provoquer des maladies6 . Cette problématique d'une utilisation accrue de savon pour faire la lessive pousse quelques villageois à aller chercher, lorsque c'est possible (notamment lorsqu'ils ont un âne et une charrette à disposition pour le transport), de l'eau d'un autre forage situé à quelques kilomètres, uniquement pour faire la lessive. Ce sont les enfants qui sont chargés d'aller chercher cette eau. Les villageois concernés me disent que cette eau est moins chère, mais moins agréable à boire. Le fait que la lessive est l'une des activités domestiques demandant le plus d'eau et que l'eau de ce forage soit moins chère est aussi une raison qui pousse certains villageois à aller chercher cette eau de temps en temps. De manière générale, l'utilisation de l'eau du forage est aussi valorisée par la population de Ndem sur des critères d'économie de temps et d'énergie, par rapport à l'utilisation de l'eau du puits par exemple. Vient ensuite l'eau du puits creusé. Les villageois qui vont encore en chercher parfois m'ont confié qu'elle est d'aussi bonne qualité que l'eau du forage (le puits où l'eau est un peu salée n'est plus utilisé). Quelques habitants du daara, par contre, ont souligné que l'eau du puits n'était pas une eau sécurisée: sans protection sur le dessus, un jeune m'explique que le vent peut déposer des microbes dans l'eau, occasionnant des risques de diarrhée, maux de ventre voire même de choléra. Pour lui, l'eau de puits est bonne pour tous les usages sauf la boisson; pour boire l'eau du puits, il faut y mettre un peu de javel et attendre avant de boire, contrairement à l'eau du forage qui ne nécessite pas de désinfection à l'eau de javel pour être bue. Les habitants de Ndem ont été sensibilisés à l'utilisation de l'eau de javel pour désinfecter les aliments, éviter les maladies et enrayer les épidémies. Au Sénégal, beaucoup de sensibilisation est faite pour l'utilisation de l'eau de javel et la désinfection en général, et on m'a en effet confié qu'il n'y a plus beaucoup d'épidémies dans la région grâce à cette grosse sensibilisation et au fait d'agir rapidement s'il y a un début d'épidémie. L'utilisation de la javel avant de boire l'eau du puits a été relevée par d'autres personnes au daara. Une jeune fille m'a affirmé qu'à la place de la javel on pouvait aussi faire bouillir cette eau. Le responsable du poste de santé n'oserait pas boire l'eau du puits qui devrait selon lui être décontaminée, « filtrée filtrée et refiltrée ». L'un de mes informateurs privilégiés m'explique, faisant allusion à l'eau du forage, que la population a confiance dans l'eau qu'elle boit parce qu'elle passe par des machines, gage de sécurité. Ce qui n'empêche pas certaines personnes de retourner au puits, mais ainsi que nous l'avons vu, désormais aller chercher l'eau au puits n'est plus la norme et l'habitude mais se fait par nécessité; lors de mon séjour, il y avait de l'eau au puits, mais avec l'avancement de la saison sèche, beaucoup de puits ont tendance à se tarir. Un autre type d'eau est l'eau de pluie. La pluie, qui ne tombe que durant trois mois de l'année, et par intermittences, est grandement louée par les habitants de Ndem. Peu de temps après la première pluie, tout redevient vert: « L'eau de pluie c'est comme, c'est du médicament pour moi. C'est un médicament parce que ça vient direct du ciel. » (femme du daara) « Ici c'est le sahel, c'est le sable, mais dès que les premières gouttes de pluie touchent la terre, on sent déjà des changements importants, c'est une autre atmosphère, et tout devient très vert quelques jours après. Donc l'eau de pluie a une propriété particulière qui lui confère justement son caractère sacré. Et son caractère aussi, absolument, indéfini. [...] Parce que la terre [...] ressuscite quand la pluie la touche. » (Serigne Babacar) 6 Des résultats d'analyse de l'eau du forage sont présentes en annexe 3.1 39
  • 40. Durant l'hivernage, l'eau de pluie est récupérée par les habitants dans leurs barigots et bassines. Les maisons ayant des toits en tôle peuvent récolter plus d'eau, mais une jeune femme habitant dans une telle maison a déploré le fait de ne pas disposer de récipients plus grands pour faire des réserves, car son toit lui donne beaucoup d'eau. Certains voisins viennent même parfois en prendre chez elle. L'eau de pluie est utilisée principalement pour faire la lessive; cette eau est meilleure pour faire la lessive, nécessitant l'utilisation de moins de savon que l'eau du forage. Mais beaucoup de gens l'utilisent aussi pour faire la vaisselle. Dans le village, personne ne m'a dit la boire, et certains la donnent à boire aux animaux, d'autres non. Les pratiques sont également partagées au niveau de l'utilisation de l'eau de pluie pour la cuisine et pour se laver: certaines familles l'utilisent dans ces cas, d'autres non. Ceci semble dû au fait qu'il est dit que l'eau de pluie donne le rhume, ainsi qu'un homme du village me l'a confié. Un homme du daara m'a aussi dit que s'il boit de l'eau de pluie, il est complètement enrhumé. Une jeune taalibe m'a affirmé que tout comme l'eau du puits, il faut assainir l'eau de pluie avec de la javel. Avant l'arrivée du forage, Serigne Babacar et sa famille s'en servaient, en plus de la lessive, pour boire, cuisiner et se laver, du moment qu'elle était contenue dans un réceptacle propre. Elle était alors considérée comme meilleure que l'eau du puits. L'eau de pluie permet généralement à tous les habitants de Ndem de faire des économies d'argent car ils achètent beaucoup moins d'eau du forage. Notons que des projets de récupération de l'eau de pluie à grande échelle sont envisagés pour l'avenir à Ndem. La représentation de l'eau de pluie est donc ambivalente, détenant un caractère sacré et symbolisant la renaissance de la vie, mais n'étant pas forcément naturellement bonne et saine pour tous les usages. Le choix de l'utilisation de l'eau de pluie ne se fait que durant les trois mois d'hivernage, et cette eau sert à remplacer l'eau du forage pour certains usages pour lesquels sa qualité est jugée meilleure, donc essentiellement pour la lessive, ainsi qu'on l'a relevé. Le choix d'utiliser l'eau de pluie pour ces usages est également motivé par la perspective de faire des économies monétaires. L'eau de mer n'est pas à proximité immédiate de Ndem mais c'est une eau qui m'a été évoquée plusieurs fois pour sa fonction thérapeutique et sa capacité de purification plus élevée que celle des autres types d'eau: « Dans certains contextes par exemple quand quelqu'un sort de prison, dans les traditions, on lui conseille d'aller se laver avec l'eau de mer. Et, aussi, il y a des maladies, quand on est bien guéri et qu'on s'est bien soigné, on conseille aussi d'aller se laver avec de l'eau de mer. Pour que la maladie ne revienne plus, par exemple. » (Serigne Babacar) Lors d'un court séjour que j'ai fait à la mer avec quelques personnes du daara, des jeunes taalibe qui sont restés nous ont demandé de rapporter de l'eau de mer dans quelques bidons. Pour l'un de ces jeunes, c'est une eau naturelle, bonne et qui soigne, se laver avec de l'eau de mer « enlève les petites maladies qui sont sur toi ». L'un de mes informateurs privilégiés relativise toutefois la pureté de l'eau salée car c'est une eau qui n'est pas buvable. L'eau de marigot est un autre type d'eau rencontrée dans la région. Un marigot est une petite étendue d'eau similaire à une mare qui, en région sahélienne, retient l'eau pendant la saison des pluies et parfois pendant une partie de la saison sèche. Dans la région, l'eau est retenue surtout du fait de l'argile présente dans le sol. On m'a peu parlé de cette eau, surtout qu'il n'y en a pas dans les environs immédiats de Ndem; les quelques habitants du daara qui l'ont évoquée m'ont parlé d'une eau « sans sécurité », pas propre, plus dangereuse que l'eau de pluie, et dangereuse aussi du fait des sables mouvants occasionnés par l'argile. Des enfants s'y baignent, des gens la boivent ou se lavent avec. L'eau de marigot est perçue comme sale à cause des chevaux et des autres animaux qui s'y rendent et qui y font leurs besoins – c'est en effet une eau à forts risques de bilharziose. 40
  • 41. L'on peut voir que « l'eau » n'est pas une à Ndem, elle est plurielle et sont également pluriels les usages et représentations en fonction du type d'eau rencontrée. Au-delà des eaux différentes en fonction de leur source, l'eau peut aussi être appréhendée par rapport à sa pureté ou son impureté. A Ndem, une eau est considérée comme impure dans le cas où des éléments externes sont adjoints à l'eau, ainsi que le synthétise Serigne Babacar: « L'eau qui n'est pas souillée, c'est ce qui fait la différence, pour les ablutions et tout le reste, il faut que ça soit de l'eau pure. [...] Toutes les eaux sont pures, l'eau qu'on trouve dans le sol, l'eau de source est pure, etc. Elle est dépourvue justement d'éléments extérieurs qui sont donc des entités qui se rajoutent, mais en soi l'eau est pure. Il n'y a pas d'eau qui n'est pas pure, de nature. » Pour conclure sur cette question des représentations de l'eau, signalons encore que la distinction entre les différentes eaux à Ndem n'est pas radicale et se meut en fonction de ce qui est recherché: de l'eau pure pour les ablutions (de nombreux types d'eau seront purs de nature et donc similaires à cet égard), de l'eau pour faire la lessive (l'eau de pluie se distingue des autres types d'eau pour cet usage), de l'eau pour boire, et ainsi de suite. 3.1.3 L'eau et l'eau usée dans la vie quotidienne L'hygiène corporelle et les toilettes Au niveau de l'hygiène corporelle, de plus en plus d'espaces de lavage en béton existent à Ndem; l'eau usée du lavage part alors dans un puisard. Lorsqu'il n'y a pas de tel espace, l'eau usée part directement dans le sable. Des installations rudimentaires sont aussi parfois mises en place derrière les pièces de lavage à l'aide par exemple d'un bidon rouillé ouvert en haut et en bas, enterré et rempli de pierres là où arrive l'eau usée. Les installations doivent parfois être refaites à cause de la sortie des eaux usées qui se bouche à cause du savon, des cheveux et du calcaire. 41 Eaux usées sortant d'une pièce de lavage Installation pour filtrer les eaux usées du lavage venant d'être changée
  • 42. Au daara, il n'y a pratiquement que des toilettes avec quatre murs en béton, toit et fosse septique, adjointes aux espaces de lavage; celles-ci existent aussi dans le village, mais la majorité des concessions sont équipées de latrines avec fosse sans fond, entourées de saket et à ciel ouvert. Une minorité de concessions ne possède aucune installation sanitaire. L'installation de latrines est subventionnée, mais la famille doit contribuer de 10'000 CFA (20 CHF) pour sa mise en place. Il y a quelques années, une association a aidé à la mise en place de latrines dans la région. Les fosses septiques sont grandes et n'ont jamais été vidées. Les fosses sans fond sont petites et doivent parfois être vidées. En général, au village, un trou est creusé quelque part dans la concession et le contenu de la fosse y est enterré. 42 Eaux usées du lavage s'écoulant directement dans le sable Fosse septique derrière une toilette en béton Espace sanitaire double en béton: lavage à gauche, toilette à droite Toilette avec fosse septiqueLatrine avec fosse sans fond
  • 43. Au daara, où les repas sont pris en communauté, plusieurs petites bassines d'eau sont disposées dans le sable vers les plats pour le lavage des mains. Les bassines vont par deux, dans l'une d'elles sont versés du savon liquide de la marque Madar (tous les habitants de Ndem disent « le Madar » pour parler du savon) et un peu d'eau de javel, l'autre bassine, de rinçage, contient uniquement de l'eau de javel. Avant le repas, chacun se lave les mains dans une bassine d'eau savonneuse et se rince dans la seconde. Le repas se mange avec la main droite, et après celui-ci, chacun vient se rincer la main dans une bassine. A la fin, l'eau usée des deux bassines est jetée dans les plantes environnantes, bien souvent les mêmes, qui sont donc plus fréquemment arrosées que d'autres du fait de leur proximité géographique avec les bassines. La lessive La lessive est l'activité domestique qui nécessite le plus d'eau, prenant plusieurs heures, voire toute une journée si le tas de vêtements est très important. Plusieurs grosses bassines d'eau sont nécessaires, en général cinq ou six, mais cela dépend de la femme qui fait la lessive. Généralement, la première bassine est une bassine de prélavage sans savon, pour enlever une partie du sable et de la poussière des vêtements. Puis il y a une bassine de lavage avec un savon en pain et de la poudre à lessive, que la population appelle « l'Omo », et une seconde bassine de lavage uniquement avec l'Omo, pour enlever l'odeur du savon en pain et pour que le linge sente bon. On trouve ensuite une première bassine de rinçage, puis une seconde, voire une troisième parfois, pour les vêtements noirs sur lesquels il reste plus de traces de savon. Une bassine spécifique pour le linge blanc où il y a de l'eau de javel peut être présente, ainsi qu'une bassine avec des pastilles bleues également pour le linge blanc, afin de lui donner de l'éclat. Pour les femmes de Ndem, il est important qu'il y ait beaucoup de mousse dans leurs bassines, garantie de la propreté des vêtements. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'eau de pluie est préférée pour la lessive, car cela « mousse plus vite ». 43 Lavage des mains après le repas Petite lessive dans une concession villageoise
  • 44. Au daara comme dans le reste du village, l'eau usée des bassines contenant saletés, poussière, savon et eau colorée de vêtements ayant déteint est déversée dans le sable au fond de la cour, derrière la concession ou contre les saket (clôtures). Plus rarement, elle est versée dans un tas de matières organiques sèches comme du foin pour faire du compostage. Une jeune fille du daara m'explique que la première eau ne contenant ni savon ni javel est jetée dans les plantes mais pas les autres bassines, car l'Omo tue les plantes. J'ai pu toutefois observer qu'elle versait l'eau de la première bassine dans la seconde, et que toutes les bassines ont été déversées dans le sable le long de la clôture. Avant d'être jetée, l'eau de la dernière bassine sert à rincer et à nettoyer un peu les autres bassines. Selon elle, ce n'est pas très bon de jeter l'eau usée n'importe où dans le sable, mais elle n'a pas le choix. Elle parle d'éventuellement creuser un trou avec quelques pierres pour mettre toutes les eaux usées au même endroit. La cuisine et la vaisselle La cuisine est une activité qui demande de l'eau en permanence. Les observations sur l'utilisation de l'eau en cuisine ont essentiellement été faites à la cuisine communautaire du daara, mais le processus ne diffère pas énormément dans les concessions villageoises, avec cependant des quantités moindres à cuisiner et moins de vaisselle à faire. Au daara, la cuisine et la vaisselle nécessitent environ deux barigots par jour, donc 400 litres d'eau. De l'eau est nécessaire pour nettoyer presque tout ce qui sera cuit et mangé: poisson séché, poisson frais, légumes, tamarin, haricots (comme des fèves), riz, etc. Ce nettoyage est effectué tant au daara que dans les concessions villageoises. Le nettoyage des poissons permet d'enlever les squelettes, les écailles et un maximum d'arêtes. Chaque nouvel aliment à nettoyer nécessite un nouveau bol d'eau, et parfois plusieurs: la salade, par exemple, est nettoyée dans une première eau avec un petit peu d'eau de javel, et dans une deuxième eau pour la rincer; parfois il y a aussi une troisième eau, pour ce qui reste de salade et pour rincer encore un peu la salade qui était dans la deuxième eau. Le nettoyage des légumes à l'eau de javel est scrupuleusement respecté au daara, Sokhna Aïssa insistant beaucoup sur ce point auprès des femmes, et au village la plupart du temps, mais il arrive que les villageois en rupture d'eau de javel n'en rachètent pas tout de suite. Tous les légumes frais, qu'ils proviennent du 44 Les nombreuses bassines nécessaires pour la lessive Eaux usées de lessive versées contre les saket
  • 45. maraîchage biologique de Ndem ou d'ailleurs, sont désinfectés à l'eau de javel, et même certains fruits avant d'être ouverts, comme le melon, dont la pelure ne sera pourtant pas consommée. Le nettoyage des aliments peut être un autre exemple de la représentation de l'eau comme moyen privilégié de purification, qu'il s'agisse d'une purification « physique » ou d'une purification peut-être aussi plus symbolique, l'eau de javel participant de cette purification. Le riz et le mil sont également nettoyés dans l'eau, mais pas avec de la javel. On met de l'eau à plusieurs reprises dans le grand bol de riz, qui est versée au fur et à mesure dans une bassine. Le riz, qui est conservé dans des grands sacs, est lavé car il peut y avoir des petits insectes dedans, ainsi que pour enlever l'amidon. Au niveau de la gestion des eaux usées, la cuisine du daara est munie d'un déversoir pour celles-ci, construit dans le béton; les eaux usées vont donc toujours au même endroit et sont filtrées par des pierres. La plupart des eaux usées de la cuisine y finissent, mais l'organisation autour des eaux usées est plus complexe; des fois, une eau qui n'est pas encore trop sale, qui a servi notamment pour rincer des légumes, est mise de côté et on s'en sert pour rincer quelques bols ou ustensiles après. Mais il y a toujours une nouvelle eau propre de rinçage qui est préparée, qui va devenir pour d'autre vaisselle plus tard une eau de lavage. Cela dépend dépend aussi des femmes qui travaillent à la cuisine. Parfois, toutes les eaux usées de nettoyage des légumes sont mises dans le déversoir, qu'elles contiennent ou non de la javel. D'autres fois, les eaux peu savonneuses ou peu javellisées sont déversées dans les petits arbres aux alentours de la cuisine afin d'éviter que le déversoir ne déborde trop. En général, par contre, la bassine contenant les eaux de lavage du riz, après avoir rincé quelques bols ayant contenu du riz ou du mil, est mise de côté pour donner à boire aux animaux. Parfois ce n'est pas le cas, et l'un de mes informateurs privilégiés vivant au daara m'explique qu'il y a une certaine lassitude de la part des femmes: il est plus facile pour elles de mettre les eaux usées peu sales ou non javellisées dans le déversoir que de les amener aux animaux, auxquels de l'eau fraîche est aussi donnée, ou de les mettre dans les plantes, ce qui est plus loin et requiert donc un peu plus de travail. Certaines femmes vont verser des eaux contenant trop de saletés « dures » sur un tas de matières organiques à l'extérieur de la cuisine, afin de ne pas boucher le déversoir, ce qui arrive parfois, malgré que le maximum de déchets solides soient enlevés avec 45 Oignon et ail passés dans l'eau Lavage du riz
  • 46. une ramassoire sur le dessus du déversoir. Les Gore Yalla doivent parfois s'en charger et venir déboucher. Lorsque le déversoir est bouché, il arrive aussi que toutes les eaux usées soient versées dans les petits arbres; de nouveau, cela dépend aussi des personnes présentes à la cuisine. La vaisselle consiste essentiellement dans le lavage des grands bols ayant contenu le repas, des fourneaux l'ayant fait cuire et des ustensiles pour brasser le riz et le mil durant la cuisson. A la cuisine du daara, deux grandes bassines contenant 10 à 15 litres d'eau sont utilisées, l'une contenant du Madar et de l'eau de javel pour le lavage et l'autre juste un petit peu d'eau de javel, pour le rinçage. Toutes les bassines ayant servi au lavage des mains sont également lavées. Les gros fourneaux étant les plus sales, ils sont lavés en dernier. Parfois les deux eaux de lavage et de rinçage utilisées avant sont mises dans les fourneaux pour les nettoyer, puis une nouvelle eau de rinçage est utilisée. L'eau de rinçage sert encore à rincer les bassines ayant servi pour la vaisselle et à nettoyer le sol de la cuisine avec un linge, une fois que le balai a été passé. Selon qui s'occupe de la vaisselle, l'eau de rinçage encore relativement propre peut être mise de côté pour une utilisation ultérieure, ou bien déversée avec les autres eaux usées. 46 Vaisselle au daara; à droite, le déversoir A gauche, l'eau de riz qui sera donnée aux animaux, à droite l'eau de la vaisselle en cours
  • 47. De la petite vaisselle est aussi effectuée le matin, notamment celle du petit-déjeuner pris par les jeunes et les invités de passage comme moi. Cette vaisselle est faite avec une petite bassine de lavage contenant Madar et javel et une petite bassine de rinçage contenant parfois de la javel, parfois non. Si les deux eaux ne sont pas trop sales, les deux bassines sont laissées de côté et peuvent servir pour laver une ou deux choses durant la journée. Lorsqu'elles sont trop sales, les deux sont en général déversées dans les plantes alentours. Un point intéressant est le fait que bien que plusieurs habitants du daara m'aient dit que les eaux savonneuses n'étaient pas versées dans les plantes mais seulement les eaux de rinçage contenant peu de savon, mes observations montrent que cela arrive tout de même fréquemment en ce qui concerne l'eau de vaisselle, ce qui n'est pas le cas pour l'eau de la lessive, par exemple. Dans les concessions villageoises, où il y a très peu de verdure (notamment car les animaux comme les moutons et les chèvres vont et viennent à l'intérieur des concessions et peuvent la manger, alors qu'au daara ils sont tenus à l'extérieur), les eaux de cuisine et de vaisselle sont clairement distinguées entre deux catégories. L'eau ayant servi à laver le riz et le mil, qui ne contient pas d'eau de javel, est donnée à boire aux animaux, souvent en la mélangeant avec de l'eau propre. Toutes les eaux savonneuses ou javellisées sont versées dans le sable, derrière la maison, dans la cour ou dans le champ à côté dans le cas d'une famille. Dans une seule concession visitée, l'eau savonneuse est toujours versée au même endroit, sur des pierres qui filtrent un peu l'eau usée avant que celle-ci ne s'infiltre dans le sol. L'eau ayant servi à rincer les légumes n'est pas donnée aux animaux car elle contient de l'eau de javel. Comme au daara, elle peut servir à faire un peu de vaisselle avant de rejoindre les autres eaux usées. L'arrosage et les oiseaux Ce point concerne essentiellement le daara, puisque les concessions villageoises possèdent peu de verdure. La verdure est assez nombreuse dans le daara, et tout a été planté par Serigne Babacar, Sokhna Aïssa et les taalibe. La présence de verdure, l'amour des arbres et l'importance du reboisement les a toujours accompagnés; ils ont aussi aidé à planter beaucoup d'arbres dans différents lieux publics du reste du village. Les arbres et arbustes font également office de pare-vent contre L'harmattan, vent chaud, sec et poussiéreux de l'Afrique de l'Ouest. La plupart de la verdure présente est adaptée au climat et ne nécessite pas forcément une quantité d'eau importante. Beaucoup d'aloe vera sont plantés, utiles pour leurs nombreuses vertus médicinales. Au daara, plusieurs plantes sont toutefois arrosées tous les matins, voire deux fois par jour. Cet arrosage n'est pas toujours optimal: « Là par exemple il y a un grand enthousiasme pour l'arrosage mais il y a certainement des plantes qui ne sont pas du tout arrosées et d'autres qui sont arrosées trois fois. D'autres qui sont loin derrière et qui sont en train de mourir de soif parce que c'est plus loin pour aller les arroser, donc tout ce qui est communautaire c'est difficile à organiser. » (Sokhna Aïssa) De plus, certaines plantes qui sont arrosées régulièrement sont aussi celles qui reçoivent de l'eau usée des bassines versées dans les plantes. Tout cet arrosage ne semble toutefois pas utiliser trop d'eau, même s'il semble y avoir en moyenne plus d'eau consommée par personne dans le daara que dans le reste du village; en effet, le relevé du compteur du daara pour un mois, en l'occurrence le mois de janvier 2012, indique que 124 m3 d'eau ont été consommés en un mois dans le daara. Compte tenu du fait que celui-ci est habité par une centaine de personnes, cela nous donne en moyenne 40 litres d'eau par jour par habitant, arrosage compris, contre les 25 litres quotidiens moyens au village. Bien entendu, puisqu'il a été difficile d'obtenir des chiffres nombreux et clairs relevés des compteurs, ces moyennes sont à prendre avec des pincettes, surtout qu'elles ne concernent qu'un mois spécifique. 47
  • 48. Certains habitants du daara ont des réflexes par rapport à de l'eau à garder pour l'arrosage, et il n'y a pas que de l'eau usée qui peut être versée dans les plantes. Par exemple, j'ai pu observer un Gore Yalla verser l'eau tombée dans la petite soucoupe portant les verres à thé dans une plante. Une dernière pratique liée à l'eau concerne les oiseaux. Ceux-ci revêtent une importance particulière à Ndem, remontant au fondateur du village qui avait une relation spéciale avec les oiseaux. Celui-ci en prenait grand soin, et cette tradition s'est perpétuée dans le village. Un Gore Yalla m'a confié que l'oiseau signifiait pour lui la liberté de penser et d'aller où on veut. Un peu partout dans le daara, ou encore au maraîchage, au centre des métiers et aux abords du forage, de petites soucoupes d'eau remplies plus ou moins régulièrement sont déposées pour que les oiseaux puissent s'abreuver. La verdure du daara attire d'ailleurs de nombreux oiseaux et fait de Ndem une petite oasis dans cette région aride. Outre des canards et des poules qui sont élevés et consommés, des oiseaux vivent en captivité dans le daara, comme des paons ou une trentaine de pigeons. Les pigeons ont à leur disposition un petit bassin en béton, qui est rempli une voire plusieurs fois par jour avec l'eau du forage. Dans la maison du jawriñ de Serigne Babacar (son plus ancien disciple et responsable du daara en son absence), plusieurs canards vivent; il y a un robinet, et sous le robinet se trouve un petit bassin en béton où les canards vont se laver et boire de l'eau. Lorsque le robinet est ouvert, une partie de l'eau tombe dans ce bassin et est récupérée de cette façon. 48 Plantes arrosées avec de l'eau usée contenant un peu de savon Remplissage du bassin des pigeons Eau pour les oiseaux au maraîchage
  • 49. 3.1.4 L'eau et l'eau usée dans les différentes structures du village de Ndem Après les pratiques dans la vie quotidienne, il convient d'aborder l'utilisation de l'eau et la gestion de l'eau usée dans les différentes structures de Ndem en utilisant le plus: la case des tout- petits et l'école, le dispensaire et la maternité, les ateliers de teinture chimique et naturelle. Le cas du maraîchage biologique sera abordé ultérieurement. Toutefois, notons déjà que le maraîchage est la structure de Ndem qui utilise quotidiennement et mensuellement le plus d'eau. Cette constatation et le fait que le projet de réutilisation de l'eau usée traitée du LATEU concerne principalement l'irrigation maraîchère impliquent que le maraîchage de Ndem sera abordé dans une partie spécifique. La case des tout-petits et l'école La mise en place d'une scolarisation sur place par l'Association des Villageois de Ndem était un autre moyen de parer à l'exode rural. Dès 1988, grâce à plusieurs partenariats étrangers, l'école de Ndem disposait de six locaux pour six classes d'école primaire, d'une case des tout-petits et d'une bibliothèque. Notons qu'aujourd'hui, après le développement d'un collège à Ndem, un lycée est en train d'être mis en place et d'autres locaux sont construits, comme le centre de formation interprofessionnel devant permettre « aux jeunes de la région d’acquérir un métier local, devenant ainsi les acteurs socioéconomiques de demain, pérennisant les activités de Ndem et de ses environs » (ONG Ndem, 2010). La case des tout-petits est l'école maternelle de Ndem, fréquentée durant l'année scolaire 2011-2012 par 73 enfants de Ndem et des quelques villages les plus proches. Les enfants ont de 3 à 5 ans: la case des tout-petits est divisée en trois sections, la grande, la moyenne et la petite sections. Le responsable actuel de la case a aidé à mettre en place cette école maternelle alors que les enfants de Ndem et des environs étaient envoyés exclusivement à l'école coranique. Aujourd'hui, il y a toujours des enfants qui sont envoyés uniquement à l'école coranique, d'autres uniquement à la case, d'autres encore fréquentent les deux. La matin à la case, les enfants participent à des activités d'éveil: psycho-motricité, éveil à la musique, éveil logico-mathématique, graphique. Il y a aussi de l'instruction civique, sanitaire et environnementale (dans le sens d'environnement immédiat). Le grand nombre d'enfants à la case implique l'utilisation d'une quantité d'eau importante, pour l'hygiène et pour la cuisine. A l'intérieur de la case, on trouve plusieurs toilettes (dont une toilette où l'on peut s'asseoir) reliées à une grande fosse septique, une douche, un grand lavabo avec plusieurs robinets, un petit robinet à côté de la toilette où l'on peut s'asseoir et un autre robinet dans la cuisine. L'eau usée des robinets et de la douche part directement dans un puisard. Après les activités d'éveil, tous les enfants doivent se laver les mains; un seau avec de l'eau de javel est mis à leur disposition. Ils doivent également se laver les mains avant de manger. Tous les matins, les lavabos et les toilettes sont nettoyés avec beaucoup de javel. Un très fort accent est mis sur l'hygiène à la case, où l'eau de javel est omniprésente. De l'eau du forage est aussi utilisée pour arroser quelques plantes et arbustes plantés dans le périmètre de la case; ce sont les enfants qui sont chargés de l'arrosage. Contrairement à l'école, la case n'est pas étatique, les trois éducateurs ne sont donc pas envoyés et rémunérés par l'Etat, bien que ce dernier ait payé pour la rénovation de la case. Ce sont les cotisations que les parents paient pour chaque enfant qui couvrent une partie des salaires des gens travaillant à la case. Cependant, la moitié des parents environ ne payent pas les cotisations. Le directeur de cette école maternelle connaît fréquemment des problèmes de dette avec la case, pour le paiement de l'eau, des produits de nettoyage, de l'électricité et de la nourriture pour le goûter cuisiné sur place. Au niveau de l'eau, actuellement le compteur de la case est cassé; en acheter un 49
  • 50. nouveau coûte 8'000 CFA (environ 16 CHF) et il est difficile de mettre de l'argent pour cela au vu de tout ce qu'il faut déjà payer à la case. Du coup, la case ne reçoit pour le moment plus de facture d'eau. Selon le responsable, l'eau n'a pas été coupée à la case car « c'est la case de tout le monde, les parents y confient leurs enfants, celui qui devrait venir couper l'eau me doit encore de l'argent des cotisations ». A son sens, couper l'eau de la case serait mal perçu car c'est de l'eau pour les enfants et leur hygiène, ce qui est important. Lorsqu'il y avait encore un compteur, les factures d'eau de la case ne dépassaient pas les 2000 CFA/mois, ce qui signifie – mais demanderait à être vérifié - que la quantité d'eau moyenne à la case serait de 5m3 /mois, puisque l'eau coûte 400 CFA/m3 . Cela fait environ 2,2 litres d'eau par jour par enfant. Au vu de l'importance de l'hygiène et du nettoyage à la case, ce chiffre semble un peu sous-estimé. La situation est différente à l'école, qui regroupe des classes primaires et des classes de collège. Face au taux de fréquentation en augmentation de l'école, les bénévoles qui y enseignaient au départ ont été remplacés par des instituteurs affectés par l'Etat, aujourd'hui au nombre de huit. En 2011, plus de 450 élèves de Ndem et des villages environnants fréquentent l'école (350 dans les six classes de primaire, 115 au collège). Pour l'accès à l'eau, il n'y a pas de lavabos comme à l'intérieur de la case mais un seul robinet au milieu de la cour. De ce fait, pour boire, il est fréquent que tous les enfants s'attroupent autour de ce robinet, qui est ouvert durant longtemps, beaucoup d'eau coule donc à côté. J'ai pu observer qu'un seau était parfois posé sous le robinet pour récupérer de l'eau, bien que je n'aie pas pu savoir à quoi elle allait servir; en tout cas pas pour l'arrosage, puisqu'il n'y a aucun arbre dans le périmètre (notons qu'il est projeté par l'ONG de mettre des arbres dans le périmètre de l'école). Les enfants se lavent parfois aussi directement sous le robinet. La cantine scolaire nécessite également beaucoup d'eau. Au niveau des toilettes, il y a dans le périmètre deux espaces avec une fois deux et l'autre fois quatre toilettes en béton avec fosse septique construites ensemble7 . Ainsi qu'on l'a souligné, l'école est étatique: salaires, électricité et eau sont payés par l'Etat, il n'y a que la cantine destinée aux enfants venant de villages lointains qui a toujours été soutenue par l'ONG de Ndem. Le fait que la facture d'eau (qui provient aussi du forage de Ndem) soit payée par l'Etat et non directement par les villageois ou responsables sur place est cause pour certains de mes interlocuteurs d'un plus grand laisser-aller par rapport à l'utilisation de l'eau qu'à la case des tout-petits, où le responsable paye l'eau en partie grâce aux cotisations des parents. De nouveau, il manque de chiffres pour connaître la réelle quantité d'eau utilisée à l'école, mais le relevé du compteur de l'école indique que durant le mois de janvier 2012 25 m3 d'eau ont été utilisés. Sur 465 élèves, cela fait environ 1,8 litres d'eau par enfant par jour, ce qui n'est finalement pas une grosse quantité et moins que la quantité moyenne estimée à la case des tout-petits (2,2 litres), du moins pour ce mois de janvier. 7 Des résultats d'analyse de l'eau de la fosse d'une des toilettes de l'école sont disponibles en annexe 3.1 50 Ecoliers attroupés autour de l'unique robinet de l'école pour boire
  • 51. Le dispensaire et la maternité Le poste de santé de Ndem, construit en 1992 grâce à une association suisse, couvre 33 villages de la région et plus de 9'000 personnes. La structure est pilotée par la communauté, mais une infirmière d'Etat y a été affectée. Deux matrones et un agent de santé communautaire la secondent et la structure est gérée par un comité de santé bénévole. Un réseau large de bénévoles, de relais communautaires et de comités de salubrité effectuent sensibilisation et information dans les 33 villages. Avec le poste de santé, la population bénéficie notamment de programmes de vaccination, d'aide à l'éducation sanitaire, de consultations médicales suivies d'une prescription de traitement ou encore d'une mutuelle de santé. La maternité assure les accouchements, les consultations prénatales ainsi que les consultations du nourrisson. Le périmètre du dispensaire et de la maternité de Ndem est équipé d'installations sanitaires plutôt modernes, ce qui n'est pas étonnant pour une structure médicale. Le périmètre est aussi occupé par une concession où vivent deux familles, celle de l'infirmière du dispensaire et celle du responsable du poste de santé. La concession est équipée d'installations sanitaires modernes: une douche et une toilette où l'on peut s'asseoir, que la mère de l'infirmière nettoie matin et soir avec de l'eau de javel et du Madar. Le dispensaire et la maternité sont chacun équipé d'une toilette; toutes les toilettes sont munies de fosses septiques. Selon le responsable du poste, le dispensaire et la maternité utilisent beaucoup d'eau: pour les naissances, le nettoyage des instruments, les toilettes, l'arrosage des fleurs et des arbres assez nombreux dans le périmètre (fermé par une clôture pour empêcher les animaux d'entrer et de manger la verdure); il y a notamment de plus en plus d'aloe vera, utilisé médicalement. Tous les instruments sont nettoyés avec l'eau de javel et le Madar. Une plus grande quantité d'eau est utilisée lorsqu'il fait chaud. Durant le mois de janvier 2012, 35 m3 d'eau ont été utilisés dans tout le périmètre du dispensaire, l'équivalent de l'eau maximale pompée au forage durant une bonne journée. Les eaux grises du dispensaire et de la maternité, équipés de lavabos, sont chacune acheminées par un tuyau vers un puisard, donc une fosse perdue; il y a plusieurs regards le long des tuyaux, permettant de faciliter l'évacuation de l'eau usée. Les eaux grises de lessive, cuisine et vaisselle de la concession familiale sont versées dans un trou creusé derrière la maison, muni de quelques pierres. Pour la mère de l'infirmière, il s'agit d'une meilleure solution, plus hygiénique, évitant que l'eau ne stagne un peu partout. Toutefois, il arrive que les eaux de la vaisselle soient déversées le soir dans le troène, arbuste très résistant qui supporte n'importe quel type d'eau; le chef du poste m'explique que les autres plantes ne supportent pas le détergent présent dans les eaux usées. Notons brièvement que les maladies les plus fréquentes dans la région sont en premier lieu la diarrhée, surtout en période d'hivernage et chez les enfants, à cause des flaques d'eau stagnante dans lesquelles vont jouer ceux-ci. L'hypertension artérielle est aussi fréquente à cause des sols et eaux de la nappe souvent salés. Une infection respiratoire fait aussi partie des maladies les plus fréquentes. Le paludisme est en diminution, notamment grâce à une distribution de moustiquaires imprégnées de répulsif à moustiques. Toutefois, il y a toujours de gros problèmes de bilharziose dans la région. 51
  • 52. Teinture sorr et teinture bogolan Nous ne nous attarderons pas sur l'entier du centre des métiers présenté auparavant mais uniquement sur les deux ateliers artisanaux nécessitant beaucoup d'eau pour fonctionner, celui de teinture chimique sorr et celui de teinture naturelle bogolan. Le sorr est le tissage traditionnel du coton, travaillé dans d'autres ateliers du centre; l'atelier de teinture chimique de Ndem travaille exclusivement avec le sorr, dans différentes épaisseurs et largeurs de tissu, et ce au moyen d'une palette de cinquante couleurs. Cet atelier est l'atelier phare du centre des métiers de Ndem. La teinture bogolan est une teinture naturelle issue de l'argile que l'on trouve au fond des marigots à sec lors de la saison sèche et des feuilles issues de la brousse du Baol. Une palette de douze teintes naturelles est proposée à l'atelier de Ndem. Une majorité de femmes travaillent aux deux ateliers de teinture. Le processus de teinture chimique se déroule de cette façon: chaque tissu passe dans six ou sept bains en moyenne. Il y a tout d'abord un prétraitement des tissus dans de gros bassins en béton, avec de l'eau, de la poudre à lessive et de la soude, permettant d'enlever les différentes poussières et impuretés subsistant sur le tissu. Puis un second bain se fait dans une bassine contenant jusqu'à 20 litres d'eau, pour enlever l'amidon sur le tissu. Ensuite, dans un peu d'eau chauffée, le produit de teinture est mélangé dans un dosage spécifique avec de la poudre et des cristaux qui permettent de lier le tout. Une fois le mélange prêt, le tissu y est déposé et une personne, portant de gros gants, brasse le tissu dans le mélange. Selon la couleur, la teinture prend plus ou moins rapidement. Ce n'est pas la phase de teinture qui utilise le plus d'eau, puisqu'il n'y a qu'un fond d'eau chaude utilisée dans le mélange. La phase nécessitant le plus d'eau est la suivante, la phase de rinçage du tissu, pour enlever le surplus de teinture. Selon la couleur, plus ou moins de rinçages sont requis. Il y a deux voire trois bassines de rinçage différentes, pouvant toutefois servir à quelques reprises pour des tissus de même couleur. Après utilisation, toute l'eau des bassines est versée dans un puisard. En général, l'eau de teinture est jetée après une grosse teinture, sauf dans le cas de certaines teintes foncées comme la teinte noire utilisée par après pour teindre du fil en gris. L'atelier est équipé de deux puisards, l'un de chaque côté. Lorsque l'un est trop plein, l'eau usée est déversée dans l'autre. Il faut parfois déboucher les puisards. Des cailloux retiennent certains éléments contenus dans l'eau de teinture avant que l'eau ne s'écoule dans le sol en direction de la nappe. J'ai pu toutefois observer lors d'une de mes visites à l'atelier de teinture que l'eau usée était déversée dans le sable à côté du puisard plein plutôt que dans le puisard de l'autre côté de l'atelier. Ce même jour, la dernière eau de rinçage utilisée a été jetée par une femme dans le sable à l'endroit où elle travaillait. Ces pratiques ne permettraient a priori pas de retenir certains éléments contenus dans l'eau comme dans le cas du puisard. Des éléments chimiques contenus dans la teinture pourraient être une source de contamination de la nappe, comme le mettent en avant les résultats d'analyse de l'eau de teinture présentes en annexe 3.2. 52 Prétraitement des tissus
  • 53. Durant le mois de janvier 2012, 20 m3 d'eau ont été utilisés au robinet de l'atelier de teinture chimique. Dans les relevés de l'année 2011 qui ont pu être obtenus concernant l'atelier, le maximum d'eau utilisée à ce robinet était de 30 m3 en un mois. Cependant, 2011 n'a pas été une bonne année, l'atelier de teinture souffrant également du manque de travail et de commandes au centre. Dans les bonnes années, l'atelier pouvait utiliser jusqu'à 60 m3 d'eau par mois. Notons que quelques autres ateliers viennent prendre un peu d'eau à ce robinet, mais c'est de la teinture que résulte l'énorme majorité de l'eau utilisée. Il y a quelques années, un système de recyclage des eaux usées de l'atelier de teinture par des bassins successifs, technique que l'on a évoquée auparavant, a été mis en place; l'eau recyclée servait au tannage des peaux pour l'atelier cuir. Le système n'a pas fonctionné longtemps, à cause d'un sous-dimensionnement de celui-ci, de problèmes au niveau du renouvellement des algues ainsi que d'un manque de suivi selon certains. Le projet du LATEU mais également d'autres partenaires de Ndem envisagent de remettre en place un meilleur système de recyclage des eaux usées de teinture; l'eau recyclée servirait au prétraitement des tissus qui se fait dans les grands bassins, l'une des phases du processus de teinture nécessitant le plus d'eau. 53 Puisard pour l'eau usée Femmes déversant l'eau usée à côté du puisard car celui-ci est trop plein Rinçage du tissu
  • 54. Selon les dires de plusieurs personnes travaillant dans l'atelier de teinture naturelle, il arrive que celui-ci utilise autant d'eau que l'atelier de teinture chimique. De nouveau, cela dépend surtout des commandes, mais aussi de l'épaisseur du tissu: un tissu plus léger demande moins d'eau pour la teinture qu'un tissu tressé, par exemple. Le relevé du compteur du robinet proche de l'atelier (aussi utilisé par d'autres ateliers mais pour de petits usages) indique que 11 m3 d'eau ont été utilisés en janvier 2012; au niveau de la teinture naturelle, il y a également eu peu de commandes à cette période. Un immense baril d'eau permet de stocker l'eau qui est acheminée par un tuyau depuis le robinet. Les tissus à teindre sont disposés dans une bassine avec de l'eau et de la potasse pour enlever les impuretés. Les ingrédients pour la teinture sont disposés dans différents canaris (sortes de calebasses en argile fréquemment utilisées pour stocker l'eau de boisson, notamment). Pour les nuances de gris, par exemple, de l'argile stockée dans de l'eau est disposée dans une bassine dans laquelle de l'eau (plus que pour la teinture chimique) est ajoutée. Pour le gris, l'eau n'a pas besoin d'être chaude, mais pour d'autres elle doit l'être. Le contenu de la bassine est tamisé dans une autre, afin de retenir le reste de boue. La bassine de teinture est prête pour accueillir les quelques tissus à teindre. Selon la nuance plus ou moins foncée de gris souhaitée, le tissu est passé dans la bassine de teinture plus ou moins longtemps. Par après, le tissu est rincé dans deux voire trois bassines selon la couleur avant d'être étendu pour sécher. La bassine de teinture est souvent gardée pour renforcer la couleur dans une autre nuance pour la teinture d'autres tissus. Les bassines de rinçage sont vidées dans un trou dans le sable au fond de l'atelier; les eaux usées de l'atelier y sont toujours déversées. Il était prioritaire de mettre en place des puisards pour la teinture chimique car les résidus de cette dernière peuvent polluer le sol et la nappe, contrairement aux résidus de teinture naturelle. 54 Préparation d'une teinte naturelle Teinture naturelle Déversement des eaux de teinture naturelle
  • 55. 3.1.5 Perception de la situation de l'eau dans la région Le projet du LATEU étant de réutiliser les eaux usées traitées notamment pour soulager la demande en eau potable, il était intéressant de se demander si l'eau est perçue comme étant en abondance ou en manque dans la région par les habitants de Ndem, et de s'interroger sur leur vécu par rapport à cette perception. L'eau est majoritairement perçue à Ndem comme étant en manque, que ce soit de la part d'individus disposant d'un robinet dans leur concession ou de ceux qui n'en ont pas. Une cause déjà évoquée de ceci sont les problèmes actuels dus à l'alimentation du forage par l'énergie solaire, le manque de pression et les coupures d'eau. L'eau est généralement perçue comme étant insuffisante. Certains habitants de Ndem mettent en avant que l'eau manque en ce moment par rapport à certaines périodes, d'autres que « en ce moment c'est difficile mais c'était plus difficile avant ». D'autres remercient Dieu pour l'eau qu'ils ont déjà, tout en considérant qu'elle manque. Dans une concession, un homme me dit que l'eau n'est pas abondante dans la zone et que certains habitants de villages environnants doivent se déplacer dans d'autres villages pour avoir de l'eau. Pour ce même homme, le fait qu'actuellement le robinet donne de l'eau « deux heures par-ci deux heures par-là » dénote un manque d'eau grandissant dans la zone. La rareté de l'eau du fait qu'elle ne soit pas accessible à tout le monde et que des villages n'aient pas accès à celle-ci est soulignée dans une autre concession. Pour plusieurs familles qui n'ont pas de robinet dans la concession, le manque et le grand besoin en eau sont perçus parce qu'ils doivent aller chercher l'eau au centre du village, ce qui est considéré comme une contrainte. Pour une femme du daara qui va chercher l'eau au robinet de la cuisine, l'eau manque et elle aimerait avoir un robinet directement chez elle. Ce manque d'eau est considéré comme une grande contrainte pour beaucoup de choses et plusieurs personnes évoquent le fait que ce manque freine et limite certaines activités. Une femme du village explicite ceci par le fait que l'eau dont ils disposent leur suffit pour boire et pour leurs autres besoins vitaux mais pas pour faire du maraîchage dans la concession ou pour y mettre de la verdure, des fleurs et des petits arbres. Les besoins vitaux sont bien entendu priorisés par rapport à ces besoins plus secondaires; dans les concessions, la rare verdure présente est constituée d'arbres très résistants à la sécheresse. Ainsi que l'explique une femme du village, « on ne peut pas arroser quoi que ce soit dans la maison quand tu as déjà le souci de donner à boire aux animaux et cuisiner ». Dans une concession, des plantes avaient été mises en terre, mais tout est mort durant la panne de huit mois car la famille ne pouvait pas consacrer de l'eau pour leur arrosage. En demandant aux villageois pour qui l'eau manque ce qu'ils feraient si celle-ci était plus abondante, tous évoquent le fait de mettre de la verdure dans leur concession, que ce soit de faire un petit jardin, de planter des fleurs, des plantes, des arbres fruitiers. Toutefois, un autre frein à la plantation de verdure existe (et est évoqué par la population): les moutons et les chèvres qui vont et viennent dans la concession, risquant de tout manger. Plus d'eau ne rendrait pas forcément aisément réalisable les plantations dans la concession. Une femme me dit qu'avec une eau plus abondante, elle ferait de bonnes réserves pour tous les besoins de la maison, et son mari, qui est éleveur, utiliserait cette eau pour entretenir ses bœufs et agrandir son élevage. Une minorité d'habitants rencontrés considère que l'eau est abondante dans la région et qu'elle ne manque pas. Un villageois m'affirme que sa famille et lui ont de la chance de se trouver là où il y a de l'eau. D'autres se situent entre ces deux positions: la situation de l'eau à Ndem est pour eux bonne, ils sont contents d'avoir le forage mais soulignent que l'eau manque pour satisfaire toute la demande. En bref, pour les habitants de Ndem, l'eau est là, mais elle est insuffisante. Ainsi que statue une villageoise, « elle est suffisante, mais pas abondante ». 55
  • 56. 3.1.6 Réutilisations actuelles et représentations de l'eau usée L'eau usée a été abordée jusqu'ici reliée à des activités spécifiques. Il s'agit à présent de l'aborder de manière plus générale à travers les représentations lui étant attachées et les réutilisations de celle-ci existant déjà. Dans ce travail, rappelons que l'on entend par « eau usée » toute eau ayant servi au moins une fois pour un usage quel qu'il soit. Il existe à Ndem une hiérarchisation des eaux usées en fonction de leur degré de saleté, de la nature de cette saleté ou de la présence ou non d'eau de javel dans les eaux. Cette hiérarchisation guide les représentations et les réutilisations actuelles de l'eau usée. Selon Serigne Babacar, l'eau usée serait généralement perçue comme un déchet à Ndem, point que l'on aura l'occasion de relativiser sur la base des données récoltées. Au niveau de l'eau usée vanne plus spécifiquement, notons qu'il s'agit d'une eau qui est impure: « Quand on parle d'eau usée, qui sort des toilettes par exemple, des fosses septiques, pour un musulman c'est une eau qui est impure. Impure. Donc c'est une eau qu'on n'utilise pas du tout. Sauf pour éventuellement arroser les arbres. Par contre tu ne peux pas faire autre chose. A cause du caractère impur. Encore moins des choses qui touchent de près le corps. » (Serigne Babacar) Cette citation de Serigne Babacar rappelle l'importance du corps et de sa propreté, qui confère une pureté spirituelle, en milieu musulman; envisager une réutilisation de l'eau usée, surtout si celle-ci est considérée comme une eau impure, devra tenir compte de ces aspects corporels. Cette citation met aussi en avant que l'eau usée vanne pourrait théoriquement servir à l'arrosage des arbres, pratique que je n'ai toutefois jamais observée durant mon séjour. Par contre, certains de mes interlocuteurs m'ont affirmé que l'eau usée des fosses était parfois réutilisée pour faire du compost. Dans quelques concessions du village, on m'a expliqué que lors de la vidange, le contenu des fosses sans fond était déversé sur les champs de la famille afin de fertiliser le sol. En ce sens, le sol pourrait être compris un moyen de transformer le contenu impur de la vidange des fosses en une matière qui permettra de fertiliser le sol et de ce fait de procurer de la nourriture aux habitants; l'on peut émettre l'hypothèse qu'un contenu impur aurait donc la capacité d'être transformé grâce au sol en une matière qui participe de la satisfaction des besoins élémentaires à la vie de la population. L'on a pu voir que la fonction d'arrosage des arbres existait pour certaines eaux grises au daara. Dans la communauté, une femme me dit les mettre dans les fleurs et les aloe vera, une autre verse ses eaux de rinçage dans les arbres et les eaux savonneuses contre les saket. Une autre encore déverse ses eaux usées dans les fleurs et dans les toilettes, à la place de l'eau propre, et verse dans le sable uniquement les eaux qui sont vraiment trop sales. Pour cette même femme, avant de jeter, « il faut bien regarder quand même où tu mets l'eau ». En effet, une représentation de l'eau usée à Ndem tant au daara que dans le reste du village est qu'elle tue les plantes et le sol si elle contient de l'eau de javel ou du savon. Plusieurs personnes m'ont dit qu'aux endroits dans les champs où de telles eaux sont trop souvent déversées, les cultures n'y poussent pas ou moins bien durant l'hivernage. Finalement, ce qui a surtout été observé dans le village car il n'y a plus beaucoup d'équipement de ce genre au daara, de petites rigoles sont parfois creusées derrière des espaces de lavage dans le sable qui ne sont pas équipés de puisard et sont dirigées vers des petits arbres assez résistants, les rares qui sont présents dans les concessions. 56
  • 57. Plusieurs réutilisations de l'eau usée ont déjà été citées; au vu de celles-ci, on peut formuler l'hypothèse que les eaux usées à Ndem se classent en quatre catégories:  L'eau usée ne contenant ni savon ni eau de javel, comme l'eau de nettoyage du riz et du mil, est réutilisée pour l'abreuvage des animaux et auparavant pour rincer quelque vaisselle.  L'eau usée contenant de l'eau de javel et/ou du savon mais pas en trop grande quantité et qui n'est pas trop sale peut être réutilisée pour arroser des plantes, fleurs ou arbres, ou être mise dans les toilettes; cette catégorie concerne principalement les habitants du daara.  L'eau usée de lavage trop sale ou contenant trop d'eau de javel et/ou de savon est déversée dans le sable contre les saket ou derrière la maison, plus rarement au même endroit sur des pierres.  L'eau usée vanne n'est pas réutilisée sauf dans le cas de quelques familles qui en font du compost. En plus de son degré, la nature de la saleté va également entrer en compte; par exemple, l'eau ne contenant que l'amidon du riz peut être bue par les animaux, mais pas l'eau contenant des saletés provenant de la vaisselle ou des vêtements. Ou encore, l'eau usée de vaisselle peut être utilisée pour arroser des plantes, mais pas l'eau de lessive. Dans tous les cas, l'on peut relativiser la représentation de l'eau usée comme étant un simple déchet au travers de cette forme de hiérarchisation des eaux usées qui démontre une plus grande complexité de la question: chaque type d'eau usée est associée à des représentations différentes quant à sa réutilisation. Certaines eaux usées sont représentées comme un déchet, mais ce n'est pas le cas de toutes. Une hypothèse est de considérer que plus l'accès à l'eau est difficile ou que plus l'eau manque, plus les eaux usées seront perçues comme une ressource. Ceci est illustré par Serigne Babacar, à propos de l'arrivée de sa famille à Ndem: « Les premières années quand il n'y avait pas d'eau quand il n'y avait même pas de forage, on récupérait l'eau de pluie, avec l'eau usagée. Alors on arrosait les arbres. Les plantes, les fleurs. Les bougainvilliers on les arrose depuis très longtemps. Et à l'époque on n'avait pas de forage, quand on les a plantés. [...] Même pour se doucher, se laver, on avait un système pour récupérer l'eau qui sortait de la douche. On la dirigeait vers un arbre. » Il m'explique que cette réutilisation de l'eau usée grise que sa famille ne pratique actuellement plus autant qu'avant provenait d'une nécessité dans le contexte de leur arrivée, contexte qui requérait une plus grande attention à l'eau, avant l'arrivée du forage. 3.1.7 Perceptions de la population sur les pertes d'eau La manière dont l'eau est utilisée est aussi un point important sur lequel s'attarder. J'ai creusé cette thématique par des observations, essentiellement au daara, et en m'intéressant aux perceptions des habitants de tout le village de Ndem par rapport à la quantité d'eau utilisée, aux pertes éventuelles, à la considération de celles-ci en tant que gaspillage ou non, etc. De manière générale, une différence à ce niveau se dessine entre les habitants du daara et ceux du village, bien que certains propos se recoupent. Au village, les habitants ont l'impression que l'eau est correctement utilisée. On me dit que tout le monde est économe, consciencieux avec l'eau et utilise le nécessaire car il y en a peu, il n'y a donc pas de gâchis selon eux. Un autre argument revenant dans quelques concessions est que les gens font attention à l'eau car ils payent celle-ci. Un villageois par contre a l'impression que les gens gaspillent l'eau, en utilisent trop et devraient faire preuve de plus de considération envers celle-ci. Il trouve que les femmes utilisent trop d'eau parfois pour faire la lessive. Cet homme considère qu'il y a surtout du gaspillage avec les enfants, qui se 57
  • 58. lavent trois fois par jour. Le fait que les enfants gaspillent de l'eau a été soulevé dans une autre concession: des fois les enfants jettent de l'eau, et les adultes les grondent. Au daara, le discours diffère de celui du village. La plupart de ses habitants avec qui j'ai abordé le sujet m'ont affirmé qu'il y avait beaucoup d'eau perdue au daara. La principale source de perte d'eau citée, que j'ai d'ailleurs pu observer à plusieurs reprises, est le remplissage du barigot de stockage d'eau avec le tuyau relié au robinet: selon le débit, remplir le barigot de 200 litres peut prendre jusqu'à une demi-heure voire plus. Lorsque le barigot se remplit, on ne reste pas à côté, et il suffit d'oublier que le barigot se remplit, on revient trop tard et le barigot déborde, parfois depuis de longues minutes. La même chose peut arriver lorsqu'une bassine de 20 litres est remplie au robinet, ou un arrosoir. De l'eau est aussi perdue car il y a souvent des fuites dans les tuyaux ou aux robinets. Elles ne sont pas toujours immédiatement réparées; j'ai parfois observé qu'une bassine ou qu'un seau était déposé sous la fuite pour récupérer l'eau, et parfois ce n'était pas le cas. Il y a aussi des pertes d'eau quand on ouvre directement le robinet pour boire ou faire autre chose. Des fois une bassine est posée en dessous du robinet, récupérant l'eau au passage, parfois il n'y a rien. Dans les discours des habitants du daara, il existe une distinction claire entre gaspillage et inattention. Le gaspillage est le plus souvent perçu comme le fait de se laver plusieurs fois par jour, ou de se laver une fois mais avec trop d'eau, et est également perçu comme provenant surtout des enfants qu'il n'est pas toujours facile de surveiller. L'inattention est représentée par exemple par le barigot qui déborde quand on le remplit. L'inattention mène à des pertes d'eau mais n'est pas la même chose que le gaspillage, dans les discours. Pour un jeune disciple, on ne peut pas parler de gaspillage mais uniquement d'inattention car pour lui le manque d'eau dans la région et la récente panne du forage impliquent que la population connaît la valeur de l'eau, alors que le gaspillage est une incompréhension de la valeur de l'eau. Mais pour d'autres habitants du daara, il y a un manque de conscience plus général par rapport à l'eau; plusieurs m'ont dit que le gaspillage de l'eau leur faisait mal. Pour une femme, gaspiller de l'eau, c'est de l'impolitesse. Ce manque de conscience par rapport à l'eau et les pertes d'eau dans le daara aurait deux causes majeures selon les habitants de celui-ci: la facilité de l'accès à l'eau grâce aux robinets et le fait qu'actuellement personne ne paye l'eau au daara, ce qui n'a pas toujours été le cas et changera certainement après certaines restructurations. Des différences de génération seraient également en cause, et ce aussi au-delà du daara. L'eau est considérée comme facile d'accès par rapport à la période où elle n'était accessible que grâce au puits. Plusieurs habitants du daara m'expliquent qu'il est fatigant d'aller chercher l'eau au puits et de ce fait les gens ne vont pas se permettre de gâcher une goutte d'eau, alors qu'avec les robinets, l'eau est proche et facile d'accès, du coup la tendance à la négligence par rapport à l'eau augmente car on ne s'épuise plus pour obtenir cette eau. 58 Tuyau tiré depuis un robinet pour remplir un barigot Bassine sous une fuite d'eau
  • 59. « Les gens ne se rendent pas compte vraiment de la valeur de l'eau. [...] Une fois qu'il y a eu le forage, la facilité en fait. La facilité de l'avoir sous le nez tu vas même arriver à oublier, poser ton seau, le mettre à remplir. Et puis à travers une discussion, à travers des rigolades et autres, t'oublies que ton seau est en train de se remplir, et il déborde et tu vas pas dire que c'est grave. » (jeune du daara) « Ces temps-ci, on a le forage, les robinets partout et [...] c'est pas comme avant donc on peut commencer à gaspiller de l'eau, on s'en fout et c'est comme ça. Nous au daara, tu vois quelqu'un qui prend son tuyau et il s'en va et une fois revenu il voit qu'il y a de l'eau qui coulait et il s'en fout et c'était pas la même chose les années d'avant, parce que c'était trop rare de trouver de l'eau, une fois que tu avais de l'eau il fallait que vraiment tu la gardes quoi. [...] Là on a l'eau en abondance, c'est pour ça. » (jeune fille du daara) L'on peut émettre l'hypothèse qu'en plus d'une valeur propre à l'eau même, l'effort à fournir pour obtenir de l'eau est également valorisé, influençant la façon dont la population de Ndem va utiliser l'eau, avec plus ou moins de négligence. Le fait que la facilité d'accès à quelque chose entraîne de la négligence à son égard m'a été soutenu plusieurs fois sur le terrain: « Les adultes dans certains cas ils gaspillent l'eau parce que c'est plus facile. Ca c'est une réaction humaine, naturelle. L'abondance, ç'a une tendance à encourager une certaine négligence. Parce que tout le monde ne pense plus que c'est une denrée de valeur, [...] on fait un petit geste, l'eau arrive. » (Serigne Babacar) La négligence envers l'eau dans le daara proviendrait également du fait que personne ne la paye actuellement; la négligence serait moindre envers quelque chose que l'on paye, avec son propre argent, argument déjà ressorti dans le village. « Il y a des gens qui se lavent au robinet en se mettant sous le robinet. Parce que tout ça, c'est pas nous qui le payons. C'est aussi à cause de ça. Si j'ai ma propre maison, je vais pas faire comme ça. Parce que c'est moi qui vais payer. Là tu vas économiser. » (jeune du daara) Pour Sokhna Aïssa, le fait de payer l'eau donne plus de valeur à celle-ci. Elle compare d'ailleurs la situation du daara à celle du village à ce niveau: « Dans le cas particulier du daara et du fait qu'on est une communauté, c'est difficile à gérer parce qu'au village il y a soit une borne-fontaine, tu viens et tu payes ta bassine d'eau cash, et tu emmènes ta bassine d'eau chez toi. Ou alors pour les concessions il y a un compteur, la famille paye l'eau à la fin du mois. C'est ça la règle. Mais ici le problème c'est qu'il y a de nombreuses familles, de nombreuses personnes, il y a les invités. On fait planter beaucoup d'arbres, si tu remarques dans les maisons du village il n'y a aucun arbre qui pousse. Parce qu'il y a les moutons, les chèvres. Donc nous on prend beaucoup en compte l'environnement, on plante beaucoup. Et donc c'est un peu difficile, l'équilibre entre favoriser l'arrosage et laisser l'accès à l'eau pour que chacun ait l'eau correspondant aux besoins domestiques et aux besoins d'arrosage, et à la fois éviter le gaspillage. [...] Et voilà en ce moment personne ne paye l'eau dans le daara. Donc forcément quelque chose que tu ne payes pas... » Notons également que sur le robinet du village et sur ceux de certaines concessions un cadenas est posé, pour éviter le gaspillage et surtout l'utilisation du robinet sans payer par un tiers, ce qui n'est pas le cas dans le cadre communautaire du daara. 59
  • 60. Tout comme au village, les enfants constituent selon les habitants du daara une source de perte d'eau. Ceux-ci seraient trop jeunes pour bien se rendre compte de sa valeur. Il est aussi difficile de les surveiller, ce qui rend la gestion de l'eau plus complexe. Dans la communauté, j'ai pu observer plusieurs jeux d'eau des enfants, comme de mouiller abondamment le sable pour faire des pâtés, ou remplir des ballons d'eau pour en faire des bombes. Un homme m'explique que les plus gros gaspillages d'eau surviennent à l'école; mais comme on l'a vu auparavant, ce gaspillage est peut-être surestimé lorsque l'on met en perspective le grand nombre d'enfants présents à l'école avec l'eau consommée quotidiennement par chaque enfant, du moins durant le mois de janvier 2012. Pour une jeune fille, il y a plus de gaspillage au daara que dans le reste du village car il y a plus d'enfants dans tout le daara comparativement aux concessions du village, ce qui rend le contrôle difficile: « Au village il n'y a pas beaucoup de maisons qui ont les robinets. Donc certains ils vont aux bornes-fontaines. Et aux bornes-fontaines il y a chaque jour une personne qui contrôle, elle ne va pas laisser les enfants gaspiller de l'eau. C'est ça, c'est plus contrôlé qu'au daara. » Ceci soulève une question de différences entre les générations selon l'un de mes informateurs privilégiés: que ce soit au village ou au daara, les gens plus âgés savent ce qu'est l'eau et l'économisent car ils ne l'ont pas vue pendant des années et devaient aller au puits, tandis que les enfants et les jeunes garçons et filles sont nés avec l'eau du forage. Il existerait donc certaines différences dans les représentations et le traitement de l'eau entre les générations qui ont connu le puits et les nouvelles générations qui connaissent le forage. Pour conclure, rappelons le point précédent dans lequel ce qui est ressorti le plus fortement est que l'eau manque à Ndem et dans la région, alors que dans ce point-ci une certaine « abondance » de l'eau ressort. L'on peut suggérer que Ndem expérimente une forme d'ambivalence entre une eau qui manque pour répondre à toute la demande mais une eau toutefois considérée comme plus abondante qu'auparavant grâce à l'existence du forage, et une ambivalence entre une certaine conscience de la rareté mais aussi une forme de négligence provenant de la facilité du robinet par rapport au puits. Ambivalence qui serait due à la nouveauté de cette situation (rappelons que le forage n'est là que depuis quinze ans), Ndem étant dans une situation de transition à plusieurs niveaux. Lorsqu'un certain gaspillage de l'eau est souligné, relevons que celui-ci se rapporte à la valeur de l'eau en tant que telle mais que parfois celui-ci se rapporte aussi à la valeur monétaire de l'eau; il peut y avoir gaspillage d'eau, mais également d'argent. La valeur de l'eau semble de même être liée à l'effort à fournir pour l'obtenir. Plus cet effort sera grand (dans le cas du puisage manuel en l'occurrence), plus la valeur de l'eau serait importante, hypothèse qui demanderait à être creusée. Notons également que les discours des habitants du daara plus portés à souligner des pertes d'eau et une certaine négligence envers celle-ci que les discours des habitants du reste du village peuvent découler de l'influence de Serigne Babacar et Sokhna Aïssa, sensibles à cette question. 3.1.8 Education à l'hygiène et à l'eau Ainsi qu'on a pu le voir auparavant, notamment par rapport à la grosse utilisation de l'eau de javel, il y a eu et il y a toujours à Ndem beaucoup de sensibilisation par rapport aux risques infectieux et aux manières de les éviter. La présence du poste de santé aux abords du village n'est pas étrangère à ceci. Depuis qu'il a été mis en place, une amélioration dans la santé des villageois a été remarquée par les employés du poste. La sensibilisation met notamment l'accent sur le fait de ne pas donner de l'eau à boire aux bébés avant six mois. On a précédemment évoqué qu'il existait à la case des tout-petits, où un fort accent est mis sur l'hygiène et l'eau de javel, un volet d'instruction sanitaire. Dans le manuel de l'éducateur, on retrouve différents objectifs liés à l'hygiène, l'assainissement et l'eau, qui sont plus ou moins détaillés selon l'âge de l'enfant. Ces objectifs sont 60
  • 61. notamment de prendre soin de son environnement immédiat, d'appliquer les règles d'utilisation de l'eau et de l'électricité (fermer le robinet après usage, éteindre les lampes après usage), mettre en œuvre les bonnes solutions dans une cour sale (balayer, ratisser, enfouir les ordures), ne pas s'amuser avec les poubelles et se laver les mains après avoir joué dehors, prendre soin de son corps et respecter certaines règles d'hygiène (se laver, se peigner, se brosser les dents, se couper les ongles, utilisation des objets et produits de toilette), reconnaître les caractéristiques d'un aliment souillé ou comestible, etc. Les enfants apprennent également des règles d'hygiène alimentaire, comme l'importance de se laver les mains avant de manger, de laver les fruits et légumes avant de les consommer. Le responsable de la case m'explique que les enfants apprennent le matin à se laver la figure, se laver la bouche, aller saluer son père et lui demander s'il a bien dormi, aller saluer sa mère qui lui donne son petit-déjeuner, se laver les dents et partir à l'école. Les enfants apprennent à se laver trois fois par jour, et le responsable me dit que certains parents se plaignent que leur jeune enfant utilise trop d'eau. On passe par les enfants pour mettre en avant l'importance de la javel et d'autres gestes auprès des parents. Plusieurs enfants fréquentant la case réclameraient à leurs parents de leur acheter une brosse à dent, et rappelleraient à leur mère d'utiliser de l'eau de javel. Les enfants apprennent également à reconnaître les caractéristiques d'une eau potable, leçon à laquelle j'ai eu l'occasion d'assister. Pour synthétiser, une situation familière a été présentée aux enfants sous forme de différents exemples d'eau plus ou moins propre. Les enfants doivent désigner quelle eau est propre, laquelle est sale, et essayer d'expliquer pourquoi. Les enfants doivent intégrer à la fin de la leçon que l'eau potable est « incolore », « inodore » et « sans impuretés ». Une première remarque est que pour des enfants d'environ cinq ans qui, pour la plupart, commencent juste à apprendre le français, des mots comme « incolore » ou « inodore » paraissent complexes. L'éducateur traduit fréquemment en wolof, mais les enfants doivent réciter qu'une eau potable est incolore, inodore et sans impuretés. Il est donc diffusé au travers des enfants que la bonne qualité de l'eau passe par sa clarté et son absence d'impuretés visibles (nous avons pu voir dans ce sens que de l'inquiétude est suscitée dès lors que des particules de calcaire sont visibles dans l'eau). L'on peut se demander si de potentielles impuretés invisibles présentes dans une eau feraient toujours de celle-ci une eau de bonne qualité ou non. 61 Apprentissage des caractéristiques d'une eau potable
  • 62. 3.1.9 Synthèse du chapitre Pour conclure sur ce long exposé de la situation actuelle de l'eau et de l'eau usée à Ndem, plusieurs points importants sont à retenir. Les représentations de l'eau à Ndem sont principalement reliées à la qualité de l'eau, ce qui se traduit par différentes pratiques. Chaque pratique (boire, faire la lessive, etc), bien qu'elle puisse être réalisée avec d'autres types d'eau selon des questions de disponibilité voire d'argent, sera associée avec un voire plusieurs type(s) d'eau dont la qualité est considérée comme la plus adéquate pour la réalisation de cette pratique selon la population. Ces types d'eau sont différenciés par cette dernière selon leur source, mais ne sont cependant pas radicalement distincts les uns des autres, les distinctions sur leurs représentations et leurs fonctions évoluant en fonction de l'activité pour laquelle de l'eau est nécessitée. D'autres représentations de l'eau relevées à Ndem ont trait à son aspect pratique et indispensable, à son caractère sacré de source de vie, à son manque, à son lien important avec l'agriculture et à sa forte fonction purificatrice. Ces constats sont également valables en ce qui concerne l'eau usée, que nous avons comprise dans cette analyse comme étant tout type d'eau ayant servi pour au moins un usage. Les représentations de l'eau usée auront trait principalement au contenu de celle-ci, et diverses pratiques en découleront. Concernant l'eau usée grise et vanne, l'on peut retenir qu'elle n'est pas intégralement représentée comme un déchet mais qu'il existe une hiérarchisation des différentes eaux usées guidée par leur degré de saleté, la nature de la saleté ainsi que par la quantité de savon ou d'eau de javel qu'elles contiennent, chaque catégorie d'eau usée présentant une utilisation potentielle ou une non- utilisation de celle-ci. Les représentations et utilisations de l'eau usée peuvent changer en fonction du contexte encore en pleine évolution de la situation de l'eau à Ndem. Les usages domestiques de l'eau vont dépendre à Ndem de plusieurs facteurs, comme l'abondance de l'eau ou la nécessité de restreindre son usage, le coût de l'eau et les priorités d'utilisation de la ressource. Notamment du fait de la présence et de l'influence du poste de santé, un fort accent est mis sur l'hygiène dans l'utilisation de l'eau à Ndem, transparaissant essentiellement dans l'utilisation importante de l'eau de javel. Une eau propre est une eau sans odeur, transparente et dépourvue d'impuretés visibles. Quant à la pureté de l'eau, elle est comprise à Ndem comme le fait qu'il n'y ait pas d'élément externe introduit dans une eau, quelle qu'elle soit, modifiant son goût, son odeur ou son apparence par rapport à son état naturel. Lorsqu'une eau est modifiée de telle sorte, elle devient impure; toutefois, une eau impure semble pouvoir servir pour certaines activités comme l'arrosage des plantes avec certaines eaux grises. Aujourd'hui à Ndem, l'utilisation de l'eau du forage est devenue la norme et aller chercher de l'eau au puits relève de la nécessité. La situation actuelle de l'accès à l'eau est difficile due à l'installation non optimale de l'énergie solaire pour faire fonctionner le forage. L'eau est ressentie comme étant en manque, suffisante pour satisfaire les besoins de base mais pas assez abondante pour ouvrir d'autres perspectives comme du maraîchage ou du reboisement dans les concessions. Toutefois, ce manque d'eau perçu est accompagné de la perception d'une certaine abondance due au passage du puits au forage; la plus grande facilité de l'accès à l'eau au robinet peut parfois mener à une certaine négligence dans l'utilisation de l'eau. Des aspects monétaires - la valeur de l'eau est aussi liée à sa valeur monétaire - et générationnels semblent aussi jouer un rôle dans cette négligence, qui est par ailleurs perçue de façon plus importante au daara que dans le reste du village. Finalement, l'on peut encore souligner que la dynamique sociale de Ndem est complètement liée à l'eau: son absence est un problème pour la vie quotidienne et pour le fonctionnement des structures du village, ce qui a pu être observé durant la panne de huit mois du forage. De même, sans l'avènement de ce dernier, la mise en place de toutes ces structures n'aurait pas été possible, ou du moins très difficile. 62
  • 63. Le tableau 3 ci-dessous résume l'utilisation de l'eau ainsi que les installations hydrauliques et sanitaires présentes dans les 18 concessions visitées. Robinet Eau utilisée en moyenne par jour Toilette Espace lavage avec puisard Fosse Vidange fosse Nombre de personnes Nombre de ménages 1 Oui 125 l. Toilette Oui Fosse septique ? Env. 5, pas d'enfant 1 2 Oui 300 l. 500 l. avec lessive (4x/mois) Toilette Oui Fosse septique Jamais 6-7 dont un bébé 1 3 Non 200 l. + si linge Trou à l'air libre Non Directe ? 7-8, beaucoup d'enfants 1 4 Oui 200 l. Latrine simple Non, douche va être construite Oui, avec aération, depuis 3 ans. Jamais 5-6 1 5 Oui 800 l. Toilette vient d'être construite Oui, vient d'être construit Fosse septique récente Jamais 20-25 Plusieurs 6 Non 100 l. Non, défécation à l'air libre. Veulent toilette, si argent Non - - 6-7 1 7 Oui 400 l. Toilette récente, avant latrine simple Oui Fosse septique depuis 1 an Jamais Env. 15, beaucoup d'enfants 1 8 Non, si argent 400 l. Latrine simple Non Fosse sans fond Oui, sur les champs Env. 15 2 9 Oui 400 l. Latrine simple Non Fosse sans fond Trous dans la cour Env. 15 Plusieurs 10 Oui 200 l. ? Toilette Oui Fosse septique récente Jamais 15-20, beaucoup d'enfants 2 11 Non 200 l. Latrine simple Non Fosse sans fond Trous dans la cour 6-7 1 12 Non 100 l. Non, défécation à l'air libre ou chez un voisin/famille ? Non - - 6-7 1 13 Oui 300 l. Toilette Oui Fosse septique Jamais 15-20 ? 14 Non 400 l. Latrine simple Non (espace à ciel ouvert dans le sable) Fosse sans fond Trous dans la cour Env. 20 2 63
  • 64. 15 Oui Ne sait pas, s'en sert souvent et peut toujours payer 2 toilettes 2 salles de bains 2 fosses septiques / 2 puisards Jamais Env. 15 Plusieurs 16 Non 400 l. Toilette + latrine simple Oui Fosse septique / Fosse sans fond Jamais / Trous dans la cour 15-20 Plusieurs 17 Non 400 l. Latrine simple ? Fosse sans fond Trous dans la cour Env. 15 ? 18 1 famille sur 3 2000 l. 3 toilettes 3 espaces de lavage 3 fosses septiques Jamais Env. 45 3 Tableau 3: Quantité d'eau utilisée, installations hydrauliques et sanitaires dans chaque concession visitée Le tableau 4 synthétise les quantités d'eau qui ont été utilisées dans divers robinets et structures au cours du mois de janvier 2012, en dehors des robinets des concessions familiales. Sont absentes quelques structures pour lesquelles il n'y avait pas de chiffre clair ainsi que la case des tout-petits, la quantité d'eau utilisée ne pouvant être qu'estimée puisqu'il n'y a plus de compteur dans cette structure. L'importante quantité d'eau du maraîchage que l'on a relevée précédemment va nous permettre de faire la transition avec la partie suivante. Robinet Quantité d'eau utilisée en janvier 2012 Maraîchage biologique 247 m3 Daara 124 m3 Borne place du village Ndem 112 m3 Poste de santé 35 m3 Borne village Ndiawe 30 m3 Ecole 25 m3 Teinture sorr 20 m3 Borne village Mbodiène 11 m3 Boulangerie 11 m3 Atelier Maam Samba (surtout teinture bogolan) 11 m3 Atelier bioterre 5 m3 Marché extérieur (pas encore en fonction) 4 m3 Boutique du daara 1 m3 Tableau 4: Quantité d'eau utilisée en janvier 2012 dans la plupart des structures et robinets 64
  • 65. La figure 2 illustre finalement en pourcentages la quantité d'eau utilisée dans ces mêmes structures, en incluant également la quantité d'eau utilisée dans les dix-huit concessions avec robinet pour lesquelles des chiffres clairs ont été obtenus. Figure 2: Quantité d'eau utilisée en janvier 2012 en pourcentages De nouveau, il ne s'agit que de chiffres concernant un mois qui n'est pas forcément représentatif de l'eau moyenne utilisée dans ces structures, notamment dans les ateliers de teinture qui ont reçu peu de commandes à cette époque, mais l'on peut tout de même voir dans ce graphique que certaines utilisations de l'eau dominent à Ndem. Il s'agit en premier lieu de l'eau utilisée pour irriguer le maraîchage, qui représente 29% de l'eau du forage utilisée sur un mois, donc approximativement le quart de l'eau disponible, compte tenu que certaines structures comme la case des tout-petits ne sont pas considérées dans ce graphique. L'eau utilisée dans les dix-huits concessions avec robinet représente un autre quart de l'eau du forage, tandis que l'eau au daara et celle prise au robinet de la place du village représentent respectivement 15% et 13%. Rappelons que l'eau au daara est utilisée pour les tâches domestiques, mais également pour de l'irrigation. Finalement, si l'on combine l'eau utilisée au daara, dans les concessions avec robinet et l'eau prise au robinet du village, qui est principalement utilisée pour les tâches quotidiennes dans les concessions ne disposant pas d'un robinet ainsi qu'achetée par certains habitants d'autres villages, l'eau à Ndem est principalement utilisée pour des tâches domestiques. En janvier 2012, cette eau a représenté 53% de l'eau du forage, soit la moitié de l'eau du forage environ. Les trois quarts de l'eau du forage sont donc utilisés pour les tâches quotidiennes ainsi que pour l'irrigation. La partie suivante nous permettra d'étudier le maraîchage en profondeur. 65
  • 66. 3.2 Le maraîchage biologique de Ndem 3.2.1 Historique du maraîchage Le projet de maraîchage biologique est né à Ndem en même temps que l'arrivée du premier forage en 1996, puisque l'un des buts de celui-ci était de favoriser la culture maraîchère de contre saison, donc en saison sèche. Le maraîchage de contre saison était fréquent il y a quelques décennies, avant que la sécheresse ne sévisse dans la région. Le maraîchage fait partie du volet d'agro-écologie du projet global de Ndem. « Le maraîchage son objectif c'était vraiment, non seulement un pas en avant vers l'auto-suffisance alimentaire, mais aussi un objectif de création d'emploi, ou disons de création de ressources économiques complémentaires. C'était quelque chose de logique par rapport à une population qui est avant tout agricole. Avant d'être des artisans ou quoi que ce soit d'autre. » (Sokhna Aïssa) En plus de la sécurité alimentaire, il s'agissait de produire des aliments d'une bonne qualité nutritionnelle et d'assurer grâce aux techniques naturelles exemptes de produits chimiques une bonne santé aux producteurs, consommateurs ainsi que la préservation des sols. La plus-value due à la qualité biologique des produits doit permettre aux producteurs, qui sont principalement des femmes, de bénéficier de revenus équitables. Le périmètre maraîcher de Ndem fait un hectare. En 1997, 24 parcelles essentiellement de piment et d'aubergine ont été exploitées sur le périmètre. Chaque famille du village avait une parcelle au maraîchage, gardait une partie de sa production et vendait l'autre partie. Chaque parcelle possédait un petit bassin, et l'arrosage s'effectuait avec des arrosoirs. Cette première expérience de maraîchage biologique n'a pas été très concluante car l'irrigation avec les arrosoirs prenait beaucoup de temps, et il n'y avait pas un rapport économique viable entre le coût de l'eau et l'utilisation des arrosoirs: trop d'eau était utilisée, ce qui n'était pas financièrement soutenable. De plus, les villageois travaillaient au maraîchage en complément de leur activité artisanale au centre des métiers, ce qui leur donnait trop de travail. Le projet de maraîchage a été laissé en suspens le temps de trouver une solution viable par rapport à l'eau. C'est en 2006, avec une ONG belge, que le projet de maraîchage biologique avec irrigation au goutte-à-goutte a démarré à Ndem. Le goutte-à-goutte permet une économie d'eau de près de 40% par rapport à l'irrigation aux arrosoirs. A cette époque, 35 personnes de Ndem et des villages environnants, en majorité des femmes, ont été formées aux techniques du maraîchage biologique et de l'arrosage au goutte-à-goutte de façon à économiser de l'eau. Pendant ce temps, le forage de Ngaga Serer, à trois kilomètres de Ndem, était en cours de construction. Un périmètre 66
  • 67. maraîcher d'un hectare a aussi été mis en place dans ce village: le but était que les villageois formés sur le périmètre de Ndem puissent par après pratiquer le maraîchage biologique au goutte-à-goutte à Ngaga Serer, ce qui est toujours le cas actuellement. Le maraîchage biologique à Ngaga se déroule assez bien et est bien organisé: des personnes d'une dizaine de villages ont une parcelle sur le périmètre, chaque parcelle a son propre compteur d'eau et les responsables d'une parcelle payent l'eau avec une partie des bénéfices issus de la vente de leurs légumes dans les environs. A Ndem, il y a eu en 2008 six parcelles exploitées, quatre en 2009, puis neuf en 2010. Cette année-là, les villageois ont de nouveau pu avoir une parcelle au maraîchage, cependant cela n'a pas été le cas de toutes les familles comme en 1997 mais de quelques unes seulement. Les principales cultures étaient le piment, l'aubergine, le gombo (plante d'Afrique dont le fruit est utilisé comme légume et condiment), la salade et la tomate. Des légumes de très bonne qualité ont été vendus par les villageois et certaines femmes du daara jusqu'à Bambey, mais il y avait finalement peu de bénéfices, la plupart de l'argent partant dans le paiement de l'eau. Le prix de l'eau pour le maraîchage est de 200 CFA le m3 , soit la moitié du prix que paient les particuliers; ceci est dû à une loi fédérale encourageant le maraîchage. Depuis le relancement du maraîchage en 2006, l'esprit du périmètre maraîcher de Ndem demeure un esprit expérimental et éducatif. En 2010, entre 20 et 25 jeunes en classe de 3e 8 au village se sont occupés de deux parcelles. L'année scolaire 2011-2012, une parcelle a été confiée à la classe de seconde (1ère année de lycée) composée de huit jeunes du daara (il s'agit d'une première classe expérimentale de lycée à Ndem). Les jeunes sont introduits à l'agro-écologie sur le terrain avec Berta, l'une des deux responsables actuels du maraîchage. L'idée du maraîchage est de former de plus en plus de personnes aux techniques biologiques et du goutte- à-goutte afin que celles-ci puissent se répandre dans la région, menant progressivement la population rurale vers l'autonomie alimentaire. 8 Equivalent de la 9e année en Suisse. 67 Système d'irrigation au goutte-à-goutte Formation des jeunes de la classe de seconde; ici dans les pépinières
  • 68. 3.2.2 Situation actuelle au maraîchage Depuis l'installation des panneaux solaires au forage, le maraîchage en saison sèche a pu reprendre mais il n'est pas possible d'exploiter beaucoup de parcelles à cause du faible débit de l'eau. Durant mon séjour, il y a eu beaucoup de changements au maraîchage. De quatre parcelles exploitées au départ, il n'y en avait plus que deux à la fin, dont celle entretenue par les élèves de la classe de seconde. Les deux parcelles qui ont été éliminées ne se portaient pas très bien, beaucoup de plantes étaient mortes à cause d'un sol malade et moins fertile, tandis que les deux autres parcelles sont situées dans un endroit du périmètre maraîcher où des tas de fumier ont été entreposés pendant longtemps; de ce fait le sol et les parcelles se portent mieux et sont plus fertiles. Même s'il est moins exploité que certaines années en arrière, le maraîchage est la structure de Ndem qui consomme actuellement le plus d'eau. Le goutte-à-goutte est ouvert durant environ une heure et demi (la durée varie en fonction de la météo et de la chaleur) matin et soir, et le relevé du compteur a indiqué, ainsi qu'on l'a vu dans le tableau 4 et la figure 2, qu'au mois de janvier 2012, 247 m3 d'eau ont été utilisés au maraîchage, soit environ 8 m3 par jour. Il s'agit d'un chiffre très important, et il semble que ce ne soit pas le cas chaque mois; rappelons que durant ce mois du moins, près du quart de l'eau du forage a été utilisée pour le maraîchage. Il est intéressant de noter à ce titre qu'au niveau mondial, l'agriculture est l'activité humaine utilisant le plus d'eau, représentant environ 70% des prélèvements d'eau douce, voire autour de 90% dans certains pays en voie de développement (Rapport de l'UNESCO L'eau dans un monde qui change, 2009). La quantité d'eau importante nécessitée au maraîchage de Ndem n'est donc pas surprenante en regard de ce fait. Avec deux parcelles en moins, cette consommation va diminuer, et avec moins de tuyaux de goutte-à-goutte, la pression dans les tuyaux restants sera plus élevée. De plus, durant ce mois de janvier, il y avait beaucoup de pépinières (une fois qu'ils ont un peu grandi, les plants des pépinières sont repiqués dans les parcelles), arrosées matin et soir aux arrosoirs, ce qui n'était plus le cas deux mois après. L'une des deux parcelles restantes est construite par un système de buttes: dans chaque rangée de la parcelle, une butte de sable est centrale, où sont plantées des graines, et au pied de la butte de chaque côté d'autres graines sont plantées et arrosées par le goutte-à-goutte. Les plantes sur les buttes sont parfois arrosées à l'arrosoir, mais généralement elles bénéficient de l'humidité du goutte-à-goutte, permettant d'autres économies d'eau. La fonction principale de ces buttes est de créer un coupe-vent pour le sol de la parcelle. Planter plus de plantes grâce aux buttes permet aussi d'avoir un couvert végétal plus important, et plus le couvert végétal est important, mieux l'humidité sera maintenue, ce qui est très important dans cette région aride. 68 Système de buttes entre les lignes de goutte-à-goutte à ses débuts
  • 69. Bien que le système de goutte-à-goutte permette de faire des économies d'eau, le maraîchage nécessite encore beaucoup d'eau; le sable du sol de Ndem ne la retient pas, le sol de Ngaga Serer par exemple la retient mieux, car il contient plus d'argile. Des cuvettes sont creusées autour des plantes arrosées aux arrosoirs (c'est aussi le cas des plantes du daara) afin de mieux retenir l'eau. Le paillage autour des plantes permet également la rétention d'eau et protège le sol du vent et de la poussière. Trop d'eau est aussi utilisée à cause de problèmes de fuites du goutte-à-goutte; celles-ci sont souvent provoquées par des écureuils qui croquent également dans les tuyaux afin de s'abreuver, mais aussi par l'usure des tuyaux. La grande quantité de calcaire présent dans l'eau bouche les tuyaux, et le calcaire s'amasse dans les trous où l'eau sort, les bouchant également. Berta, l'une des responsables du maraîchage, a l'impression que le calcaire est également négatif pour les cultures, freinant leur croissance. En plus d'être un champ-école, actuellement le maraîchage est un terrain d'expérimentation: différents types de plantes sont testées pour voir ce qui peut être cultivé avec succès dans ce sol et ce qui n'y pousse pas. Les espèces principales qui sont plantées sont quatre ou cinq espèces de tomate, de l'aubergine et de l'aubergine amère, du chou, du piment. Il y a également au maraîchage du gombo, de l'oignon, de la pastèque, de la salade, du maïs, de la courge, de la pomme de terre et du ricin. Des citronniers sont plantés depuis longtemps dans le périmètre. Ces espèces évoluent bien dans le sol de Ndem, et ce sont les choux et deux espèces de tomate qui rencontrent le plus de succès. Par contre, les essais avec de la carotte, du poireau, du concombre, de la courgette et du melon ont été un échec. Actuellement, un maximum de graines sont récupérées, car pour tendre vers l'autonomie alimentaire, il est important d'avoir ses propres semences. Concernant les techniques biologiques, un traitement biologique préventif est fabriqué à base de feuilles de nim (margousier), arbre très bien acclimaté à la région et réputé notamment pour ses vertus insecticides. De l'ail, de l'oignon, un peu de piment et du sucre sont ajoutés au traitement, ainsi que parfois de l'aloe vera qui fait un très bon purin, ou des micro-organismes effectifs en liquide que Berta a amenés à Ndem. Au maraîchage, il y a quelques problèmes avec des insectes suceurs piqueurs, des termites ou des nématodes, qui vivent dans le sol. Bien que le traitement préventif soit utile, on mise aussi au maraîchage sur la diversification des cultures sur chaque parcelle. Du compost est aussi fait en grandes quantités avec toute la matière organique possible: foin, mauvaises herbes, plants des pépinières n'ayant rien donné, salades montées en graines, fumier de cheval et de vache, etc. Les boulets consumés du bioterre, le combustible alternatif de Ndem, sont également utiles pour le compost et peuvent se réduire en poudre. Le compost est fabriqué avec plusieurs couches différentes de matière organique, et chaque nouvelle couche est arrosée. Le compost est régulièrement retourné, arrosé et recouvert d'une bâche jusqu'à ce qu'il soit prêt à être utilisé dans les parcelles, notamment lorsque des semences sont plantées: un trou dans le sable est creusé, du compost est mis dans le trou, et la graine est directement plantée dans le compost. Il est important, au vu des sols peu fertiles de Ndem, de récupérer toute la matière organique disponible pour faire du compost. Berta répète régulièrement à ses élèves d'amener au maraîchage les feuilles mortes balayées dans le daara, et avant mon départ une poubelle à compost a été installée dans la cuisine du daara, afin de récolter des déchets de cuisine, comme les épluchures, qui ne sont pas donnés à manger aux animaux. Durant mon séjour, le maraîchage était en situation de maintenance; de manière générale, l'accent est mis sur les tests et sur la formation des jeunes, et actuellement aucun légume du maraîchage n'est vendu comme c'était le cas avant, lorsque la production était plus importante. Les villageois ne sont pour l'instant plus impliqués dans le projet. Les légumes sont uniquement 69
  • 70. consommés au daara. 3.2.3 Problèmes d'eau et de ressources humaines A l'heure actuelle, il existe deux problèmes majeurs au maraîchage de Ndem, empêchant un développement plus important de ce dernier et la ré-implication des villageois: l'eau et le manque de ressources humaines. Le problème de l'eau provient en grande partie de l'installation solaire déficiente: avec un débit d'eau faible et une faible pression, l'irrigation maraîchère est difficile. De plus, le fait qu'il n'y ait pas d'eau dans le réseau d'adduction avant la matinée peut être très problématique pour le maraîchage: l'eau n'est souvent pas disponible avant 9 heures, voire plus tard, et à cette heure-là le soleil est déjà chaud sur le sol. Arroser des plantes alors que la chaleur du soleil les atteint n'est pas bon pour les cultures et peut risquer de les brûler. L'utilisation de l'eau au maraîchage est aussi un problème pour Ndem en général: il est fréquent lorsque le goutte-à-goutte du maraîchage est allumé qu'il n'y ait plus d'eau disponible à d'autres robinets tant au daara que dans le reste du village. Le maraîchage consomme énormément d'eau pour une récolte qui n'est actuellement pas très importante, mais en même temps l'eau manque au maraîchage pour le développer et faire en sorte que les récoltes soient plus importantes. Le manque de ressources humaines est également une cause d'un moindre développement du maraîchage. Berta et Khadim, un Gore Yalla, sont chargés du maraîchage; les élèves de la classe de seconde viennent y travailler la semaine en fin de journée, et d'autres personnes viennent donner un coup de main par-ci par-là, surtout lorsqu'il y a un gros travail à effectuer. Toutefois, Berta donne aussi un cours de Sciences de la vie et de la terre aux élèves de seconde une fois par semaine, et doit le préparer, tandis que Khadim travaille presque seul à la boulangerie, devant préparer et cuire le pain le soir puis le vendre le lendemain matin. Berta et Khadim ne peuvent donc consacrer tout leur temps au maraîchage, et constatent d'eux-mêmes le manque de ressources humaines dans ce dernier. « Normalement, on doit bêcher tous les quatre jours, traiter tous les cinq jours ou bien même tous les trois jours en cas d'urgence, refaire du compost toutes les semaines, et on est deux. Et moi j'enseigne, lui il est à la boulangerie, il est très fatigué ces temps-ci, moi je lui disais même de prendre des petites vacances. [...] Je pense qu'ici il y a tellement de projets, les capacités humaines sont quand même limitées, et les gens qui étaient sur le maraîchage avant, là il y en a qui sont partis, il y en a qui sont sur autre chose maintenant. » (Berta) « Déjà nous au niveau du daara, en réalité on est peu nombreux à être disponibles vraiment pour le maraîchage. Il y a beaucoup de gens qui sont là mais qui travaillent déjà aux ateliers, par-ci par-là. Donc si tu comptes les gens vraiment disponibles pour les introduire sur de nouvelles activités il y a 70 Compost prêt à l'emploi Tas de foin et boulets consumés de bioterre qui serviront pour le compost
  • 71. vraiment une petite poignée de personnes. [...] Le problème qu'on a c'est qu'il n'y a pas vraiment un leader qui a émergé, quelqu'un dont c'est la passion. [...] Il n'y a pas quelqu'un qui a vraiment accroché depuis le départ qui est resté jusqu'à présent, comme un formateur. Khadim pour l'instant c'est le plus ancien. » (Sokhna Aïssa) Sokhna Aïssa ajoute aussi que le travail de la terre est difficile, et qu'il faut un certain engouement ainsi qu'un amour des plantes pour venir travailler au maraîchage. Il y a donc beaucoup de travail à faire au maraîchage par rapport aux capacités humaines derrière celui-ci pour l'instant, et du nouveau travail s'y ajoute même: par exemple, une grosse partie de la pépinière d'aloe vera du daara a été transplantée au maraîchage car il y avait besoin d'espace pour construire un enclos pour un début d'élevage de dromadaires, mais personne ne vient les arroser et Berta et Khadim ne trouvent pas le temps de le faire. Selon Berta, il manque une certaine dynamique dans ce maraîchage, et il manque aussi une certaine organisation. Toutefois, si la situation de l'eau s'améliore, il est très probable que Serigne Babacar affecte plus de gens au travail du maraîchage. 3.2.4 Le futur du maraîchage Même si le maraîchage de Ndem ne vit pas sa meilleure période actuellement, son but reste la formation en agro-écologie pour les autres villages, m'affirme Sokhna Aïssa. Il est aussi prévu, lorsque le maraîchage ne sera plus en situation de maintenance, d'impliquer à nouveau les villageois de Ndem dans le projet. Il existe à Ndem un projet de marché hebdomadaire; les installations, à l'extérieur du village, sont en train d'être finalisées et les habitants de la zone auront l'opportunité d'y avoir un espace de vente, que ce soit pour des légumes ou d'autres types de produits. Les légumes de Ngaga Serer pourraient être vendus à cet endroit, par exemple. Ce marché pourrait dans l'avenir être couplé avec la vente de légumes du maraîchage de Ndem. Un développement du début de projet d'élevage bovin et de volaille au daara est aussi souhaité par Sokhna Aïssa et Serigne Babacar, ce qui permettrait d'avoir plus de matière organique pour le compost et générerait des revenus. Pour l'instant, il manque un apport de fonds pour aider à lancer ce projet. Cet examen en profondeur des enjeux et problèmes du maraîchage de Ndem était nécessaire car l'on peut voir que les deux volets du projet du LATEU seraient particulièrement utiles pour le projet de maraîchage. L'irrigation avec les eaux grises traitées permettrait de diminuer les problèmes liés à l'eau au maraîchage, et cet apport d'eau pourrait peut-être permettre une augmentation de la production ainsi que la possibilité de former d'autres habitants de la région aux techniques du maraîchage biologique au goutte-à-goutte. Quant à la création de biogaz avec les eaux vannes, le compost directement utilisable en résultant serait très utile pour les sols du maraîchage et pour les champs, et il n'y aurait plus besoin de faire le compost sur le site du maraîchage. En plus des eaux vannes, toute la matière organique récoltée à Ndem pourrait être mise dans le digesteur, ce qui fournirait encore plus de compost. Nous examinerons les attitudes de la population par rapport à ce projet dans le chapitre 4. 71
  • 72. 3.2.5 Attentes des villageois par rapport au maraîchage Afin de voir dans quelle mesure le projet du LATEU serait compatible avec les besoins de la population, je me suis intéressée aux attentes de la population du village et du daara vis-à-vis du maraîchage. De manière générale, la population souhaite que le maraîchage se développe de manière plus importante et souhaite pouvoir cultiver ses propres légumes, et en vendre. La consommation de légume est considérée comme quelque chose d'important. Les légumes sont valorisés compte tenu du fait que dans la région, l'alimentation n'est pas très variée; la population mange du riz et du mil, n'a pas facilement accès au poisson frais comme sur la côte, et la consommation de viande est très occasionnelle. Les légumes cultivés par les habitants sont encore plus valorisés, car pour varier son alimentation, donc acheter notamment plus de légumes et de poisson, il faut de l'argent: « Les légumes on a besoin de ça parce qu'ici il n'y a rien! On ne voit pas le poisson, et le poisson séché, les légumes c'est cher. C'est mieux qu'on fasse pousser beaucoup de légumes ici. Parce que c'est des vitamines, si tu ne manges pas les poissons et les viandes, c'est mieux que tu manges les légumes. » (femme du daara) Actuellement, des légumes peuvent être achetés sur la place du village; nous avons vu que plusieurs femmes en vendaient. Tous les villageois en achètent, certains plus rarement que d'autres faute de moyens financiers. Ces légumes proviennent notamment de la ville de Bambey ou du maraîchage de Ngaga Serer. La population, autant les femmes que les hommes, préférerait pouvoir consommer voire vendre des légumes du maraîchage de Ndem. Cela serait notamment utile car s'il y a une rupture de légumes au village, il faut aller jusqu'à Bambey pour en acheter. Pour la population, il serait plus rentable et bénéfique d'avoir des légumes au maraîchage, pour simplement les acheter ou pour les cultiver, en consommer une partie et en vendre; cela serait plus simple que d'aller les chercher ailleurs, de payer le transport pour chercher les légumes et venir les revendre à Ndem. L'argument financier revient souvent dans les propos des villageois: le maraîchage est perçu comme une bonne source de revenus et comme un moyen de consommer des légumes à moindre coût. L'accessibilité est aussi mise en avant: des légumes cultivés au maraîchage seraient plus accessibles, pour tous. Selon l'avis de la population, ces légumes seraient aussi meilleurs pour la santé, et plus abondants: les gens pourraient consommer plus de légumes qu'à l'heure actuelle. L'aspect d'autosuffisance alimentaire est également abordé par les habitants de Ndem. Plusieurs personnes me disent préférer produire leurs propres légumes plutôt que d'en acheter; n'oublions pas qu'il s'agit d'une population essentiellement agricultrice, durant l'hivernage, habituée à produire ce qu'elle consomme. Pour une femme, le fait de produire sur place ses propres légumes dans un esprit d'autosuffisance est un rêve. Elle prie pour que le maraîchage de Ndem soit à nouveau comme en 2010, lorsqu'elle y avait une parcelle à cultiver, consommait et vendait des légumes. C'était pour elle quelque chose de formidable et d'avantageux. Comme elle, plusieurs villageoises et villageois évoquent la période où ils avaient une parcelle au maraîchage; tous en gardent un bon souvenir et souhaiteraient un retour de cette situation. Pour une femme, c'était le bien-être du village, car acheter des légumes sur la place du village coûte cher. Un couple me dit qu'ils pouvaient même envoyer des légumes à des parents habitant plus loin, tout en vendant et en consommant plus de légumes qu'à l'heure actuelle. Aucun villageois interrogé ne s'est déclaré contre l'idée de cultiver ses propres légumes en saison sèche. Une majorité de villageois et villageoises sont favorables à l'idée de cultiver une parcelle dans le maraîchage de Ndem, si le projet était relancé. Pour un couple, une telle activité dans le village serait un complément de revenu parfait et pourrait être d'une grande aide lorsque les temps sont difficiles aux ateliers. Idéalement, une majorité aimerait avoir un petit jardin maraîcher dans la concession directement, mais préférerait tout de même avoir une parcelle au maraîchage car 72
  • 73. il représente plus de sécurité par rapport aux animaux: le périmètre du maraîchage est fermé alors que dans les concessions, s'ils parviennent à s'échapper, les moutons et les chèvres peuvent plus aisément manger les cultures. Une femme préférerait avoir une parcelle au grand maraîchage pour travailler avec toute la communauté. Une femme vivant au daara fonde de grands espoirs par rapport au maraîchage: « Je sais que cette terre là n'est pas comme d'autres terres. Moi je suis certaine que tout ce qu'on met dans cette terre-là, s'il y a un suivi, ça va sortir. [...] Si on le suit sans arrêt, comme on suit une personne. Si on le fait, ça va marcher. Vraiment. Il faut s'en occuper avec nos propres mains, le cœur ouvert. » Pour elle, si de bonnes volontés et une bonne collaboration existent, un beau maraîchage qui sera bénéfique pour Ndem peut voir le jour. Un aspect communautaire du maraîchage est donc évoqué parfois par la population, tant au daara que dans le reste du village. Pour un Gore Yalla du daara, l'union est la base de toute chose, et d'une bonne rentabilité: « C'est l'union qui fait la force, et avec le temps beaucoup de gens ici ont pris connaissance de cela. Regarde à Ngaga la manière dont ils travaillent, c'est un travail collectif. [...] Et quand je te vois travailler, tu me donnes aussi l'envie et la volonté de travailler. » La communauté de Ndem serait donc partante pour travailler à nouveau au maraîchage; la consommation de légumes est perçue comme un besoin, et leur vente comme un complément de revenu bienvenu. De plus, l'autosuffisance alimentaire est ancrée chez cette population agricole et perçue comme quelque chose d'important. Toutefois, notons qu'au vu de son caractère plutôt expérimental depuis sa mise en place et des différents essais ponctuels de distribution de parcelles aux villageois, le maraîchage ne semble pas avoir intégré le continuum socio-économique de ceux- ci d'une façon aussi claire que le centre des métiers, par exemple. Afin que les villageois soient réellement impliqués au maraîchage et se l'approprient, une intégration de celui-ci dans leur espace social étendu semble primordiale. Ce dernier point peut se remarquer dans les propos de certains de mes interlocuteurs qui m'ont signifié que les villageois ne suivent pas l'exemple du maraîchage donné par Serigne Babacar; pour un taalibe de Serigne Babacar, les villageois de Ndem et d'autres villages attendent toujours sur Serigne Babacar et se reposent sur lui pour qu'un projet soit réalisé, ne prenant pas beaucoup d'initiatives. En dehors de l'exemple de Ngaga Serer, plusieurs personnes auraient été formées aux techniques du maraîchage biologique mais ne les mettraient pas en œuvre. Un autre point soulevé par quelques uns de mes interlocuteurs est que lorsqu'on parle de développer le maraîchage, les gens sont motivés, mais lorsqu'il s'agit de passer à la pratique, personne ne répond présent. Les villageois, quant à eux, affirment plutôt que c'est le manque d'eau et son coût qui les empêchent de faire du maraîchage, du moins dans leur maison. 73
  • 74. 3.3 Les combustibles de cuisine à Ndem La question des combustibles utilisés pour la cuisine est complexe à Ndem. Ainsi qu'on l'a souligné, la déforestation est un problème majeur dans la région, due en grande partie à la coupe des arbres pour en faire du bois de chauffe. Afin de remédier à ce problème, rappelons qu'un combustible alternatif à base d'argile et de coques d'arachides, le bioterre, a été mis en place à Ndem il y a quelques années. Il s'agira dans ce chapitre de rendre compte de quels combustibles sont réellement utilisés à Ndem et dans quelles circonstances; ces combustibles sont au nombre de quatre: le bois, le gaz, le bioterre et le ndef, la crotte de vache. L'accent sera mis sur les habitudes de cuisine, les avantages et inconvénients de chaque combustible, l'approvisionnement en combustible(s) ainsi que les préférences des utilisatrices. Un bilan de l'utilisation du bioterre sera aussi effectué. Ce chapitre nous permettra par la suite d'évaluer dans quelle mesure le biogaz peut être envisagé ou non comme un autre combustible alternatif à Ndem, et de quelle façon. 3.3.1 Description des combustibles et de leur mode d'approvisionnement Le bois Le bois peut être acquis de deux façons: ou bien les femmes vont le chercher dans la brousse, ou bien il peut être acheté. L'approvisionnement en bois par les femmes prend plusieurs heures par jour, en matinée ou en fin de journée. Il est fréquent de voir dans la brousse des petits tas de bois: les femmes font des stocks qu'elles viennent chercher en plusieurs fois. Il est également important de faire des stocks à la maison, pour avoir du bois à l'abri pendant l'hivernage, où l'humidité pose des problèmes pour l'utilisation du bois. Beaucoup de femmes cherchent à faire leur stock en même temps, elles doivent donc se dépêcher avant qu'il n'y ait plus de bois. La coupe de branches sèches et mortes des arbres est privilégiée, mais lorsqu'il n'y a pas le choix pour obtenir du bois de chauffe, des arbres vivants sont coupés. Ce ne sont pas tous les types d'arbre qui peuvent faire du bon bois de chauffe: le bois du baobab, par exemple, est trop spongieux. Le kad et le soub sont les deux types d'arbre utilisés. La coupe d'arbres est interdite par la Direction des Eaux et Forêts du Sénégal, et amendable. Il arrive que des agents de sécurité patrouillent, mais peu de gens se font prendre. Les Eaux et Forêts n'ont pas les moyens de véritablement contrôler la situation. Une source importante d'approvisionnement en bois provient des Peuls, les éleveurs nomades. Lors de la saison sèche, entre octobre et juillet, lorsqu'il devient difficile de trouver du foin pour nourrir le bétail, les Peuls de passage coupent les arbres pour donner à leurs bêtes des feuilles fraîches et des branchages à manger. Les femmes viennent alors ramasser le bois de ces arbres laissé par les Peuls, parfois déjà coupé; néanmoins, il est de moins en moins facile de trouver du bois. 74 Stocks de bois derrière une concession Stock de bois dans la brousse
  • 75. Le bois peut également être acheté. Il existe quelques vendeurs de bois à Ndem. L'un d'eux vit dans une concession que j'ai visitée, j'en ai rencontré d'autres aux abords du village. Le vendeur qui vit au village est Guinéen, et traditionnellement dans sa famille tous sont des vendeurs de bois. Puisqu'il n'y a plus beaucoup de bois dans la brousse, couper du bois n'est plus son activité principale (il vend des omelettes, notamment), contrairement aux premières années qui ont suivi son installation à Ndem. Il m'explique qu'il est uniquement possible de couper des arbres secs et morts qui sont sur le champ d'un particulier, qui fait appel à lui pour s'en débarrasser. Toutefois, vu qu'il est illégal de couper des arbres, il faut que le propriétaire du champ obtienne une autorisation des Eaux et Forêts, en spécifiant la raison pour laquelle il veut couper l'arbre en question. Les vendeurs rencontrés aux abords de Ndem me disent aussi que c'est la seule façon qu'ils ont de se fournir en bois. Une fois que le propriétaire a reçu l'autorisation, le bûcheron vient couper l'arbre et ils se le partagent: le propriétaire du champ garde la moitié de l'arbre pour son propre usage, coupé en morceaux par le bûcheron qui est payé pour ce faire, et le bûcheron va vendre l'autre moitié. Le vendeur vivant à Ndem me dit ne pas avoir beaucoup de clients, peu de gens vont demander ces autorisations, et lui n'a pas les moyens de se déplacer plus loin pour aller chercher des arbres secs, contrairement à certains membres de sa famille qui vivent dans les environs. Les vendeurs croisés à l'extérieur du village ont beaucoup de clients: ils me disent aller couper du bois tous les jours, le matin de bonne heure jusqu'à midi, et qu'il s'agit d'un travail difficile et fatigant. Couper en morceaux un très gros arbre peut prendre plusieurs jours voire une semaine. Si peu de propriétaires d'arbres demandent des autorisations, il est étonnant que ces vendeurs aillent couper du bois tous les jours; je ne suis pas parvenue à une compréhension claire de toute la situation, mais il semble que beaucoup d'arbres morts voire vivants soient coupés et vendus de manière illégale. Plusieurs personnes dans le village et dans le daara m'ont affirmé passer des commandes de bois. En plus des vendeurs rencontrés, deux jeunes d'un village voisin viennent régulièrement à Ndem avec une charrette de bois. Le bois vendu à Ndem coûte 600 CFA pour un tas de cinq ou six grosses bûches. Si le bois est acheté à crédit, le tas coûte 1'000 CFA. Pour une concession de dix personnes ou moins, un tas peut durer jusqu'à deux jours s'il est utilisé pour cuisiner le repas de midi et celui du soir, alors qu'il durera dans le même cas plutôt une journée voire moins dans une plus grande concession. Certaines familles vont plutôt acheter le bois lorsque leurs stocks sont finis ou lorsque l'hivernage arrive et qu'elles n'ont pas réussi à stocker assez de bois. D'autres familles ne vont jamais ou très rarement chercher du bois et préfèrent l'acheter. A côté du bois, le charbon de bois est également utilisé à Ndem, mais pas pour la cuisine (dans tous les cas, cela ne m'a pas été signalé ou n'a pas été observé). Le charbon sert à repasser le linge: un boulet de charbon est placé dans le fer à repasser. Il sert aussi à faire chauffer le tchouraï, l'encens, ainsi qu'à chauffer la chambre lors des périodes où il fait plus frais. Un kilo de charbon coûte 250 CFA. Lorsqu'un repas cuit sur le bois, quelques braises sont parfois récupérées pour faire chauffer le thé. 75 Tas de bois en vente; chacun de ces tas vaut 600 CFA
  • 76. Le gaz Aujourd'hui au Sénégal, l'approvisionnement en gaz pose problème: il y a de plus en plus souvent des ruptures de gaz, notamment à cause de dettes envers les fournisseurs, et son prix ne cesse d'augmenter. Au début de l'année 2012, la bonbonne de gaz coûte 4'500 CFA, alors qu'elle coûtait 2'200 CFA deux ans auparavant. A Ndem, si le gaz est utilisé comme combustible exclusif, il dure en moyenne cinq à sept jours, selon la taille de la famille. Il dure en moyenne deux semaines s'il est utilisé pour le petit-déjeuner et l'un des deux autres repas, et un mois lorsqu'il est utilisé uniquement pour le petit-déjeuner (essentiellement pour faire chauffer le café). Il y a quelques années à Ndem, lorsqu'il y avait plus de commandes et de travail aux ateliers et que le gaz coûtait moins cher, une grande partie de la population cuisinait exclusivement au gaz. Le bioterre Le bioterre est né d'une technologie belge; des partenaires belges de l'ONG de Ndem ont aidé à sa mise en place au travers de tests empiriques pour adapter la technologie, initialement basée sur un mélange de farine de riz et d'argile, à la production majeure de la région de Ndem, l'arachide. Le combustible se présente sous forme de boulets mélangeant donc coques d'arachides et argile. L'argile provient des fonds des marigots de la région. Durant mon séjour, une partie des coques d'arachides provenait de la récolte de Ndem, l'autre partie devait être achetée à Bambey. Pour fabriquer les boulets, 18 kilos de coques et 12 kilos d'argile sont mélangés avec un peu d'eau dans une machine spéciale créée par les partenaires belges. Le bioterre a un rendement calorifique 1,5 fois supérieur à celui du bois. Des grands et petits fourneaux adaptés à ce combustible ont été fabriqués à l'atelier métal du centre des métiers de Ndem. Le bioterre coûte actuellement 65 CFA/kg. Pour la cuisson de trois kilos de riz, (ce qui est cuisiné le midi dans la majorité des concessions de Ndem), deux à trois kilos de bioterre sont nécessaires. Les objectifs et bénéfices visés par la mise en place du bioterre sont multiples: création d'emplois, alternative au bois de chauffe donc diminution de la déforestation, et réduction de la pauvreté en donnant accès à une énergie moins chère (ONG Ndem, 2010). Une campagne de marketing social a été menée il y a quelques années à Ndem, dans une quinzaine de villages environnants ainsi qu'à Bambey. Les femmes ont été formées à l'utilisation du bioterre et de son fourneau, qui était subventionné à 50%. C'est une femme de Ndem qui était chargée de cette campagne de formation. Au début, les résultats étaient plutôt positifs, les gens 76 Des femmes ont été chercher du bois dans la brousse
  • 77. achetaient plusieurs sacs. Néanmoins, certains problèmes provenant en grande partie d'un manque de fonds de roulement empêchent un véritable développement du projet. La machine pour créer les boulets n'est pas assez puissante pour répondre à toute la demande, et durant l'hivernage les boulets ne peuvent pas sécher à cause de l'humidité, ce qui ralentit fortement la production. Ce dernier problème est contreproductif lorsque des efforts de commercialisation et de promotion sont faits, aux dires de plusieurs personnes impliquées dans le projet. Il manque donc encore de financement pour acquérir une nouvelle machine plus performante et un gros container pour stocker et faire sécher les boulets durant la saison des pluies. Des fonds sont aussi nécessaires pour faire une campagne de marketing social plus importante autour de ce combustible. De plus, lorsque les subventions belges ont cessé, la production a diminué car il n'y avait plus les moyens de payer les ouvriers de l'atelier bioterre; celui-ci a donc passé de sept à trois ouvriers, ces trois derniers étant des Gore Yalla vivant au daara. Le bioterre est aujourd'hui en situation de maintenance assurée par ces ouvriers. Actuellement à Ndem, le bioterre est utilisé de manière exclusive dans les ateliers de teinture, la cantine scolaire et la boulangerie, et est également toujours utilisé pour la cuisine lors des grandes fêtes et cérémonies villageoises; à cet effet, un grand fourneau peut être loué pour 500 CFA. Des bûchettes de bioterre ont été créées spécialement pour la boulangerie, afin d'adapter le combustible à son four en argile. Nous verrons dans la prochaine partie ce qu'il en est de l'utilisation quotidienne par les familles. La demande pour le bioterre est assez importante, surtout dans les villes au vu des pénuries de gaz et de la difficulté de cuisiner au charbon dans des appartements à cause de la grosse fumée dégagée. A Ndem, des tests sont effectués afin de faire entrer les boulets de bioterre dans un processus de carbonisation pour qu'ils ne dégagent plus de fumée à l'allumage comme c'est le cas actuellement et soient ainsi adaptés au contexte urbain. Le ndef Le ndef est la bouse de vache. Dans ce climat de sécheresse, celle-ci sèche assez rapidement et se révèle être un combustible très efficace, parfois utilisé seul ou bien ajouté au bois, mais qui dégage beaucoup de fumée. Les femmes ou parfois les enfants vont ramasser le ndef dans la brousse, mais il n'est pas disponible à toutes les périodes: c'est le cas lorsque les Peuls passent dans les environs avec leurs troupeaux. Il faut alors rapidement ramasser le ndef avant qu'il n'y en ait plus. Lorsque les Peuls sont partis des environs, on n'en trouve plus, sauf au daara, qui possède une petite unité d'élevage bovin. Les femmes viennent se servir de ndef, mais les quantités sont plus limitées que lorsque les Peuls sont présents. Le ndef récupéré au daara pose d'ailleurs problème car il y a de ce fait moins de fumier disponible pour le compost du maraîchage. 77 Boulets de bioterre en phase de séchage
  • 78. 3.3.2 Utilisation des combustibles au village Au village, pas une seule famille rencontrée utilise un seul combustible exclusivement; la cuisine à Ndem fonctionne par une combinaison de combustibles. L'organisation de la cuisine s'y déroulant de manière différente, la question de l'utilisation des combustibles au daara sera exposée dans une partie spécifique. Les différentes combinaisons de combustibles La combinaison la plus courante rencontrée dans le village est l'utilisation du gaz pour le petit-déjeuner, donc pour faire chauffer le café, l'utilisation du bois pour cuisiner les repas de midi et du soir, l'utilisation du bioterre pour les grandes cérémonies familiales (baptêmes, décès, etc), et celle du ndef en dernier recours, assez rarement. Le gaz est aussi utilisé pour faire chauffer ou réchauffer quelque chose rapidement. Le bois est donc utilisé comme combustible principal. D'autres familles utilisant principalement le bois l'achètent en majorité, vont chercher du bois ou du ndef lorsqu'elles n'ont plus de quoi payer le bois, et utilisent aussi le gaz pour faire réchauffer quelque chose rapidement. Une variante de cette combinaison est l'utilisation du bois comme combustible principal, l'utilisation du gaz et du bioterre assez rarement, si une personne (un membre de la famille venant rendre visite, par exemple) leur en fait cadeau, et l'utilisation du ndef en tout dernier recours, lorsqu'il n'y a pas d'autre solution. Une jeune femme utilise le gaz pour le petit- déjeuner et le bioterre pour les autres repas, mais si elle ne peut pas en avoir elle va chercher du bois, et sa maman lui donne du ndef parfois. Les quatre combustibles peuvent donc être utilisés par une même famille. Dans une concession, une femme me résume ainsi l'organisation de sa famille au niveau des combustibles, ce qui correspond à plusieurs cas rencontrés: le bois est le plus facile et le plus accessible pour eux, ils en font des stocks et vont en acheter uniquement au moment de l'hivernage; le ndef (lorsqu'ils en trouvent) peut être utilisé avec le bois pour le renforcer ou comme réserve; le gaz est à disposition pour les urgences, il est utilisé assez rarement; finalement, le bioterre est utilisé pour les cérémonies familiales ou occasionnellement durant l'hivernage si le bois est mouillé ou manque, quand leur fils vient leur rendre visite et peut en acheter. Certaines concessions utilisent deux, voire trois combustibles. Le bois reste le combustible le plus utilisé, certaines femmes me disent l'acheter uniquement, d'autres vont le chercher dans la brousse uniquement, d'autres encore vont en majorité le chercher mais sont parfois contraintes de l'acheter si elles n'en trouvent pas. Le gaz est toujours utilisé occasionnellement et pour le petit- 78 Réserve de ndef derrière une concession Combustion du ndef
  • 79. déjeuner. Il y a plus de variations au niveau du bioterre et du ndef. Certaines familles n'utilisent jamais le ndef, d'autres très rarement. Quant au bioterre, dans plusieurs concessions il était utilisé il y a longtemps, mais plus maintenant; une femme m'explique par exemple qu'elle l'utilisait avant quand la situation du centre des métiers était meilleure, mais que maintenant elle ne peut plus l'utiliser de manière quotidienne et s'en sert lors des cérémonies, car pour cuisiner durant celles-ci c'est ce qui est le plus pratique et le moins cher. Quelques concessions utilisent majoritairement le gaz. Dans l'une d'entre elles, la famille utilise le gaz pour le petit-déjeuner et le repas de midi (ce qui nécessite deux bonbonnes de gaz par mois) et achète aussi du bois pour le repas du soir. Si leur situation est critique, ils vont chercher du bois dans la brousse, et les enfants vont chercher du ndef en tout dernier recours. Dans une autre concession utilisant surtout le gaz, si la bonbonne est vide et qu'ils n'ont pas d'argent pour la remplir, la famille va chercher ou acheter du bois, et achetait du bioterre avant que leur fourneau à bioterre ne soit abîmé. Dans une petite concession, le gaz n'est pas utilisé pour la vie quotidienne mais uniquement le bois et le ndef, que la femme va chercher dans la brousse; elle prépare des stocks importants pour l'hivernage. Le tableau 5 résume l'utilisation des combustibles au quotidien (sans inclure les cérémonies familiales) dans les 18 concessions visitées. Concession Combustibles utilisés au quotidien Nombre de personnes vivant dans la concession Nombre de ménages 1 Bois, gaz, bioterre, ndef Env. 5, pas d'enfant 1 2 Bois, gaz 6-7 dont un bébé 1 3 Bois (chercher) 7-8, beaucoup d'enfants 1 4 Bois (chercher + acheter), gaz 5-6 1 5 Bois (surtout chercher) 20-25 Plusieurs 6 Bois, gaz, ndef 6-7 1 7 Bois (chercher + acheter), gaz Env. 15, beaucoup d'enfants 1 8 Bois ( surtout chercher), gaz, ndef en dernier recours Env. 15 2 9 Bois (chercher + acheter), gaz très rarement Env. 15 Plusieurs 10 Bois (surtout chercher), gaz + bioterre si cadeau, ndef en dernier recours 15-20, beaucoup d'enfants 2 11 Bois (surtout acheter), ndef des fois, bioterre rarement 6-7 1 12 Bois (chercher), ndef 6-7 1 13 Bois + ndef surtout, rarement gaz + bioterre 15-20 ? 14 Bois (surtout acheter), ndef, gaz rarement Env. 20 2 15 Bois (acheter), gaz Env. 15 Plusieurs 16 Bois (chercher, rarement acheter), gaz, ndef très rarement 15-20 Plusieurs 17 Bois (surtout chercher), ndef quand il y en a, gaz + bioterre occasionnellement Env. 15 ? 18 Bois (surtout chercher), gaz + bioterre + ndef rarement Env. 45 3 Tableau 5: Synthèse des combustibles utilisés dans les concessions visitées 79
  • 80. Critères influençant le choix des combustibles Maintenant que les différentes combinaisons de combustibles de cuisson ont été exposées, il s'agit de mieux les comprendre. Des facteurs économiques, socio-culturels, générationnels, temporels et physiques influencent la manière dont les combustibles sont choisis et combinés, et le fait que ceux-ci soient combinés. La question des moyens financiers à disposition est l'un des critères principaux cités par la population pour le choix de l'utilisation de tel combustible pour tel usage. Contrairement aux périodes où la situation des ateliers était meilleure, actuellement le gaz n'est pas utilisé comme combustible de cuisine exclusif car il coûte trop cher et la bonbonne devrait être remplacée en une semaine, voire moins. Dans les concessions, la cuisine est généralement faite pour toute la grande famille réunie; les femmes de la concession cuisinent chacune à tour de rôle. Un repas est donc cuisiné pour 12-15 personnes en moyenne. Le repas de midi nécessite en moyenne trois kilos de riz, et celui du soir trois kilos de mil. De manière générale, le bois, qu'il soit cherché dans la brousse ou acheté, est considéré comme un combustible plus économique pour cuisiner les grands repas quotidiens. Pour la population, il est également plus économique d'utiliser le bois que le bioterre: beaucoup me disent l'utiliser très peu voire jamais par manque d'argent. Dans une concession, une femme m'explique que même si sa famille a de l'argent à disposition, il y a certaines choses à payer en priorité avant d'acheter du gaz ou du bioterre si le bois est à disposition. Certains habitants de Ndem considèrent le bioterre comme cher pour la cuisine quotidienne, mais plus économique pour les grandes cérémonies. De plus, lors de ces cérémonies, la famille élargie est présente et beaucoup de ses membres contribuent financièrement pour payer le combustible. D'autres habitants ne trouvent pas forcément le bioterre cher, mais il demeure tout de même difficilement abordable pour eux du fait de la situation difficile du travail. Dans une concession, une femme considère que le bioterre est plus cher que le bois qu'elle achète. Cette femme m'explique payer 10'000 CFA pour deux semaines de bois utilisé pour cuisiner les deux gros repas de la journée; à chaque repas, sa marmite contient cinq kilos de riz ou de mil. Elle me dit que pour cette quantité, sur deux semaines, le bioterre lui coûterait plus cher. Pourtant, lorsque l'on fait le calcul, puisque le kilo de bioterre est à 65 CFA et que cette femme cuisine cinq 80 Femme occupée à piler le mil devant sa cuisine dans une concession
  • 81. kilos le midi et cinq kilos le soir, donc dix kilos, et qu'il lui faut donc un maximum de dix kilos de bioterre par jour (puisqu'il faut environ un kilo de bioterre pour cuire un kilo de riz ou de mil), cela lui coûterait en moyenne 650 CFA par jour donc 9'750 CFA pour quinze jours, ce qui est même moins cher que ses dépenses en bois. Une autre famille achète trois fois le gaz (4'500 CFA * 3 donc 13'500 CFA) et dépense en plus 10'000 CFA en bois en un mois - donc 23'500 CFA en tout - et ont des dettes. En calculant de façon large avec 650 CFA par jour de bioterre à la place de ce gaz et de ce bois, on arrive pour un mois à 19'500 CFA, ce qui est moins cher que les 23'5000 actuels. Ainsi qu'on l'a vu, un tas de bois coûte 600 CFA et 1'000 CFA s'il est acheté par crédit, peut durer moins d'un jour dans une grande concession, et jusqu'à deux jours dans une petite. Quatre kilos de riz et de mil par jour suffisent dans une petite concession; en faisant les mêmes calculs, l'on arrive à 7'800 CFA de bioterre par mois dans ce cas contre 9'000 CFA de bois par mois si le tas dure deux jours. Notons encore que les coûts du bois varient en fonction de la capacité de la femme qui cuisine à cuisiner de manière économe avec le bois, en utilisant le moins de bois possible. Dans le village, on m'explique qu'une femme sachant bien cuisiner et s'organiser, de manière économe, utilisera en moyenne un tas de bois par jour, alors qu'une femme ne sachant pas bien économiser le bois devra prendre une ou deux bûches sur un autre tas de bois. Néanmoins, ces quelques calculs mettent en avant la question de la perception du coût du combustible et de son coût réel qui ne sont pas forcément similaires, dimension que relevait Atanassov (2010) dans son étude sur les dimensions socio-culturelles du choix du combustible à Catembe au Mozambique. L'argument financier mis presque systématiquement en avant en premier lieu dans les concessions visitées ne semble donc pas suffisant pour comprendre le choix des combustibles de cuisine à Ndem. Le critère des habitudes de cuisine entre en compte pour les villageois de Ndem, surtout lorsqu'il s'agit de comparer le bioterre aux trois autres combustibles disponibles. Une assertion récurrente concernant le bioterre, autant faite par des hommes que des femmes, au village comme au daara, est qu'il est trop rapide par rapport aux habitudes des femmes; il est perçu comme plus rapide que le bois et le gaz. On m'explique à plusieurs reprises que tout ce qui va cuire doit être prêt avant que la cuisson ne débute, et la puissance de cuisson du bioterre implique que la femme soit vigilante; le bioterre impliquerait donc une organisation différente dans la cuisine. Avec le bois, par exemple, le combustible sera allumé, puis en attendant que la chaleur nécessaire à la cuisson ne vienne, une femme en profitera pour préparer son assaisonnement. Ou encore, une femme peut avoir le temps de préparer la suite du repas lorsque le poisson cuit en quinze minutes avec le bois, mais ne peut pas s'il cuit en moins de cinq minutes avec le bioterre. Une seule femme m'a affirmé qu'il était possible de cuisiner lentement avec le bioterre, ce qui serait une question d'expérience, et une autre m'a dit que le bois était plus rapide que le bioterre. De nombreuses femmes affirment que le bioterre est trop rapide. Il est souvent considéré comme un combustible efficace, mais qui demande une dynamique et doit être utilisé par une femme rapide pour qu'un bon usage en soit fait. Alors qu'il est considéré comme trop puissant pour les « petites cuisines », son efficacité et son aspect pratique sont préconisés pour les cérémonies où la cuisine est faite en grandes quantités; dans ce cadre, il est nécessaire et utile de cuisiner rapidement, ce qui n'est pas forcément le cas concernant la cuisine quotidienne dans les concessions. J'ai par ailleurs pu observer que les villageoises qui cuisinent ne restent pas en permanence auprès de leurs fourneaux: elles vont par exemple discuter avec d'autres membres de la famille, ou encore s'occuper des enfants. Dans les grandes concessions, une femme cuisine rarement seule: une femme pourra quitter le fourneau un moment, puis quelques minutes après une autre prendra le relais. La rapidité du bioterre, bien que n'étant pas la raison principale de la mise en place de ce combustible alternatif, semble donc être un critère qui ne correspond pas aux habitudes de cuisine des femmes dans leur vie quotidienne et qui n'est pas recherché; néanmoins, le critère de la rapidité sera recherché dans le contexte des cérémonies familiales. 81
  • 82. En continuité avec les habitudes de cuisine, un critère de choix du combustible est celui de l'usage final du combustible. Ceci vaut notamment pour l'aliment qui doit être cuisiné. Le couscous de mil, quotidiennement cuisiné, a besoin de cuire lentement, sur une longue durée. De ce fait, il n'est pas cuit avec le bioterre qui est rapide. La cuisson du gaz est plus contrôlable que celle du bioterre, mais pour cuire le mil c'est toutefois le bois qui est préféré et considéré comme le plus adapté à la cuisson de cet aliment. Pour cuire lentement un plat, on laisse venir les braises, que l'on peut attiser plus tard. Le bioterre est préféré pour cuisiner certaines sauces, ou la viande. La viande est consommée lors d'occasions spéciales où un mouton est tué; c'est le cas notamment lors des cérémonies familiales. Le bioterre serait donc préféré pour les cérémonies non seulement à cause de son efficacité mais aussi par rapport à l'aliment qui est cuisiné. De plus, comme l'explique Sokhna Aïssa, la cuisson de la viande nécessite moins d'étapes que la cuisine quotidienne: « Sur les cérémonies souvent c'est des plats avec de la viande. Donc toute la viande est distribuée en même temps et il suffit simplement d'allumer ton bioterre une fois que la viande est prête. Tu allumes plus tard et c'est fini plus tôt. Et souvent pour les cérémonies en général c'est toujours avec la viande. Tu n'as pas de légumes, tu n'as pas 36 choses à cuisiner. Donc c'est plus facile aussi pour gérer l'ensemble de la préparation. » Le rôle du temps pris par ce qui va être cuit ou chauffé est aussi perceptible par rapport au petit-déjeuner lorsque le café est chauffé ou à la confection du thé. Le gaz est souvent préféré (mais de petites brindilles peuvent aussi être utilisées) pour ce faire, car il est contraignant dans ce cas d'utiliser un combustible prenant plus de temps à démarrer et à chauffer une fois allumé uniquement pour faire chauffer de l'eau. Finalement, pour certains usages spécifiques dépassant la cuisine, certains combustibles seront utilisables et d'autres non. C'est notamment le cas du repassage qui, on l'a vu, se fait au charbon de bois. Plusieurs habitants de Ndem m'ont dit que le bioterre ne fonctionnait pas dans le fer à repasser, puisqu'il ne fonctionne que dans son propre fourneau. Un boulet de bioterre ne peut être mis dans le fer. Toutefois, un employé de l'atelier du bioterre m'a expliqué qu'en déposant le fer au-dessus du fourneau bioterre pour le chauffer, le fer pouvait alors être utilisé pour repasser. Mais actuellement, toutes les femmes repassent en mettant un boulet de charbon dans leur fer. Dans le même sens, l'encens ne peut pas être préparé avec du gaz, du bois ou du bioterre, mais uniquement avec du charbon de bois ou du ndef. Un autre critère influençant le choix du combustible est celui du matériel de cuisine, en particulier celui du fourneau servant à la cuisson. Pour cuisiner au bois, au gaz ou au ndef, un même fourneau est nécessaire. Le bioterre, ainsi qu'on l'a vu, requiert un fourneau spécifique adapté aux boulets. En plus de la nécessité pour les familles d'acquérir un fourneau différent de leur fourneau habituel, un problème est que les grands fourneaux utilisés dans les structures de Ndem et lors des cérémonies ont deux trous sur le côté permettant le réapprovisionnement en combustible au cours de la cuisson, ce qui n'est pas le cas des petits fourneaux domestiques. Pour réapprovisionner ces derniers, il faut en cours de cuisson soulever la marmite posée sur le fourneau et y remettre des boulets. Pour Sokhna Aïssa, il s'agit d'un élément acommercial pour le bioterre, mais il est difficile à l'heure actuelle pour des raisons de manque de fonds de fabriquer de petits fourneaux plus adaptés: 82 Petit fourneau à bioterre
  • 83. « Beaucoup de femmes elles cuisinent au gaz quand elles ont l'argent pour l'acheter. Tu n'as plus à réapprovisionner ton foyer en énergie. Et sur les petits fourneaux de bioterre c'est le cas, donc c'est un effort supplémentaire à faire, il y a l'insécurité aussi de lever une marmite pleine d'eau bouillante, alors que tu appuies sur un bouton pour le gaz. » Quelques villageois ont évoqué la question des fourneaux ou du matériel de cuisine lors des entretiens. Pour une famille, le fourneau n'est pas très bien conçu pour leur marmite. La marmite d'une autre famille a été trouée à cause de la puissance du bioterre. Une femme me dit avoir acheté le fourneau mais considère ne pas avoir reçu de formation et ne sait pas comment l'utiliser. Une autre famille encore utilisait régulièrement le bioterre qu'elle considérait comme moins cher que le bois avant que leur fourneau ne se casse. Du fait qu'elle ne puisse pas utiliser son ancien fourneau avec le bioterre, la famille est retournée au bois. Au niveau du choix du combustible à Ndem, des habitudes quant au matériel de cuisine sont donc également à prendre en compte. Les habitudes d'approvisionnement et d'utilisation d'un combustible sont aussi source d'influence dans le choix du combustible. Un premier point à ce niveau est qu'en milieu rural, la population n'a pas l'habitude de payer pour obtenir du combustible de cuisine, l'habitude étant d'aller le chercher dans la brousse, qu'il s'agisse du bois ou du ndef. Le fait que payer pour du combustible ne soit pas dans les habitudes socio-culturelles de la population peut expliquer que certaines familles dépenseront rarement de l'argent pour obtenir du combustible, que son prix soit élevé ou non. De plus, comme on l'a déjà relevé, dépenser de l'argent pour un combustible n'est souvent pas la priorité financière lorsque la famille a de l'argent. Celui-ci sera priorisé pour acheter du riz ou d'autres aliments, par exemple. Plusieurs villageoises affirment qu'il est plus facile pour elles en ce moment d'aller chercher le bois dans la brousse. Le fait d'aller chercher le bois et de cuisiner avec celui-ci est une habitude pour les femmes, ainsi qu'on peut le voir dans cette traduction faite par mon accompagnant dans une concession visitée: « Elle dit que le mat [le bois] elles ont l'habitude, depuis son enfance c'est comme ça, en ce moment elle dit que c'est même quand elles ne vont pas le chercher qu'elles sont fatiguées. Parce qu'elles se demandent comment elles vont faire pour cuisiner: elles n'ont pas d'argent pour chercher le gaz, ni le bioterre qui n'est pas accessible pour elles donc vraiment le mat ça les arrange en ce moment. Et elles s'y connaissent elles ont l'habitude à tel point qu'elles savent éviter la fumée, etc, pour vraiment faire une cuisine vite faite, sans même le sentir. Elle dit qu'elle va aller chercher ça dans la forêt après, elle se fatigue mais elle ne sent même pas cette fatigue parce que c'est quelque chose de naturel. » Les explications de cette femme offrent une bonne synthèse non seulement d'une certaine habitude par rapport à l'approvisionnement en combustible mais également de l'habitude d'utiliser un combustible que l'on sait comment manier. Selon un disciple du daara, les femmes de la région ont depuis toujours l'habitude de partir le matin pour chercher du bois, sinon elles ont l'impression de ne rien faire: « Elles ont l'habitude, une femme qui n'entre pas dans la brousse pour elle elle n'a pas passé une bonne journée. [...] C'est une occupation pour elles. [...] Ca se voit! [...] Ca se voit le matin quand elles se lèvent vers 9h-10h, tu vois que dans la brousse il y a pleins de femmes. Même quand le soleil commence à descendre tu les vois dans la brousse ramasser par-ci par-là de quoi préparer le repas de demain. » Toutefois, bien que plusieurs femmes mettent en avant cette question de l'habitude d'aller ramasser du bois ou du ndef, et que c'est actuellement ce qui est le plus simple pour elles au vu de leur situation économique, toutes me disent préférer cuisiner avec le gaz et plusieurs femmes 83
  • 84. soulignent des contraintes posées par le bois. La première contrainte est qu'il devient difficile de le chercher, aller chercher le bois est très long et peut prendre jusqu'à 2h30 ou 3 heures par jour. Une femme me dit que « tu marches beaucoup, tu es fatiguée, quand tu rentres tu veux juste dormir ». Plusieurs femmes évoquent aussi les blessures occasionnées par la cueillette du bois: des épines qui coupent les mains et des blessures avec la machette servant à couper les branches. Au niveau du bois en général, qu'il soit cherché dans la brousse ou acheté, un problème récurrent soulevé est que la fumée dégagée n'est pas bonne pour les yeux, contrainte qui n'existe pas avec le gaz. C'est aussi le cas du ndef, qui dégage encore plus de fumée que le bois, l'une des raisons pour lesquelles lorsqu'il est utilisé, il est souvent mélangé au bois. Dans les concessions, les cuisines sont des espaces mi-fermés pour que le bois ne se consume pas trop vite, mais mi-ouverts pour que la fumée puisse sortir; cela n'empêche tout de même pas la fumée d'être une gêne pour certaines femmes. On m'explique aussi qu'il y a parfois une cuisine ou une maison qui prend feu à cause du bois. Les enfants peuvent également se brûler à cause de celui-ci, danger aussi cité par rapport au gaz. Le fait que l'habitude d'aller chercher du combustible dans la brousse soit ancienne n'implique pas que les femmes vont automatiquement poursuivre cette habitude; preuve en est la période plus faste du travail au centre des métiers où tous les habitants de Ndem cuisinaient au gaz, qui était aussi plus accessible à cette époque. Actuellement, la situation à Ndem est complexe, et l'utilisation majoritaire du bois est influencée, du moins pour les familles qui vont le chercher dans la brousse, tant par des questions d'habitudes (d'approvisionnement, d'utilisation, d'organisation de la cuisine, etc) que de contraintes, essentiellement financières. Le bois apparaît comme le combustible le plus accessible à plusieurs niveaux. Un autre critère conditionnant de manière importante le choix du combustible est celui de la disponibilité du combustible. Outre l'usage qui doit être fait du combustible et les moyens financiers à disposition, il s'agit du critère permettant le mieux de comprendre l'usage de multiples combustibles parmi la population de Ndem. Ce critère dépend de la situation physique et géographique du lieu. Nous avons vu que le bois voire le ndef étaient souvent stockés avant l'hivernage; lorsque les stocks sont terminés et que le bois dans la brousse est trop humide, des familles se débrouillent (et parfois s'endettent) pour acheter un peu de bioterre ou de gaz. Nous avons également vu que la disponibilité du bois et du ndef augmente lorsque les Peuls sont présents dans la région. Le type d'approvisionnement peut aussi varier selon la situation du milieu physique: quand le bois manque dans la brousse, certaines familles vont acheter du bois ou emprunter de l'argent pour l'acheter. Un autre point où le milieu physique influence le choix du combustible est le fait que le gaz soit fréquemment utilisé pour faire chauffer le café du matin: outre le fait que le café soit chauffé rapidement et que le gaz soit par conséquent plus approprié pour cela, un villageois m'a aussi expliqué que le matin le bois est humide à cause de la rosée; le gaz est donc aussi préféré le matin pour cette raison. Serigne Babacar confirme que ces configurations du milieu physique impliquent une variation dans le combustible de cuisine utilisé: « Pour les gens c'est plus économique d'aller chercher du bois ou des bouses de vache dans la brousse mais c'est aléatoire, et de toute façon à certains moments ce n'est pas possible, comme pendant l'hivernage, quand il commence à pleuvoir les conditions changent, les gens reviennent plus à bioterre. » Aucun des quatre combustibles ne peut être considéré comme une source d'approvisionnement sûre et disponible en permanence: le gaz connaît de plus en plus de ruptures dans le pays, le ndef dépend de la présence de bétail, le bois est de moins en moins présent dans la brousse et est trop humide durant la saison des pluies, et la production de bioterre est pour l'instant grandement diminuée lors de l'hivernage car il ne peut bien sécher que lorsqu'il y a du soleil. 84
  • 85. Un dernier aspect influençant à Ndem le choix du combustible de cuisine est l'aspect générationnel et temporel. Dans une concession, une femme âgée m'a dit que les jeunes femmes ne voulaient pas cuisiner au ndef, que le ndef « était de leur temps », remarque qui a donné lieu à une discussion avec cette femme et mon accompagnant: « C'est l'ancienne pratique. Avant le mat [bois] c'est le ndef qui était utilisé. [...] La génération des mamans, elles sont venues avec le mat, donc leurs mamans, les grands-mamans, c'était le ndef qu'elles connaissaient. Donc les mamans, le mat, et maintenant les jeunes filles ce sont elles qui ont commencé à prendre le gaz, le bioterre, qui n'aiment même pas le mat. [...] Donc celles qui n'aiment pas le mat, qu'est-ce qu'elles diraient du ndef. [...] Il fut des temps c'était le ndef carrément qui était utilisé, parce que l'agriculture était bonne, l'élevage était bon aussi, c'était une matière première gratuite et en quantité. [...] Il n'y avait pas cette pression du temps aussi comme en ce moment. Parce que le ndef prend beaucoup plus de temps pour cuisiner. [...] La famille allait aux champs jusqu'à quatre heures, une personne restait dans la maison cuisinait tranquillement avec le ndef, donc le repas finissait à l'heure où tout le monde descendait. Après le temps est venu à des activités plus modernes: c'est le mat, c'est le feu, ça va plus vite, il faut que ça finisse avant une heure. [...] Les jeunes filles, mat comme ndef, elles n'aiment pas. Le gaz, c'est moderne, c'est classe, tu fais ta toilette, tu es clean et tu cuisines. Les mamans elles vont cuisiner avec la fumée du mat, suer dans la cuisine, et les filles quand elles vont cuisiner au gaz elles ne vont pas suer. » Remarqué vers la fin de mon séjour, cet aspect générationnel et temporel n'a malheureusement pu être suffisamment exploré. Bien qu'il semble influencer le choix des combustibles, il n'existe toutefois pas dans les concessions visitées de correspondance stricte entre les femmes d'un groupe d'âge et l'utilisation exclusif d'un combustible. Les combustibles préférés Indépendamment des questions d'accessibilité d'un combustible et de son utilisation fréquente ou rare, j'ai demandé aux femmes dans les concessions visitées avec quel combustible elles préféraient cuisiner, et pour quelle(s) raison(s). Cela n'a pu se faire que dans les concessions où j'ai pu m'entretenir avec une ou plusieurs femmes. Une très grosse majorité de femmes interrogées préfèrent cuisiner au gaz. Une seule femme interrogée préfère cuisiner au bioterre, qu'elle trouve plus sécuritaire que le gaz par rapport aux enfants. Les raisons avancées de la préférence du gaz sont multiples. La principale raison est qu'il est plus simple et plus pratique. Le gaz est aussi plus rapide: il est possible d'aller travailler aux ateliers et de revenir préparer le repas de midi, le gaz prenant moins de temps que le bois pour cuisiner le repas. D'autres aspects très appréciés du gaz sont qu'il est aisément contrôlable, car on peut augmenter ou diminuer le débit à sa guise avec un bouton, et qu'il peut être utilisé à n'importe quel moment facilement, puisqu'il s'allume immédiatement. Le gaz nécessite moins d'efforts que les trois autres combustibles, qui peuvent s'éteindre en cours de cuisson. Le gaz est aussi préféré, que ce soit par des femmes de vingt ou de quarante ans, car « ça fait classe », « c'est plus cool » - comme on a pu le constater en abordant l'aspect générationnel et temporel relatif au choix du combustible. Le gaz est plus « classe » car il ne dégage pas de fumée et ne salit pas les vêtements, permettant aux femmes de rester propres: « Si tu utilises le gaz, tu fais ta toilette, tu es bien habillée, et tu fais la cuisine! Et tu ne te déranges pas, tu n'as pas ni la fumée ni le feu qui t'embêtent, et si tu utilises le mat ou bien le ndef, là tu portes les plus mauvais habits parce que tu sais que ça va sentir, tu vas te doucher après, ce n'est pas pratique, le gaz est plus pratique. » (traduction des propos d'une femme dans une concession par mon accompagnant) 85
  • 86. Le bioterre ne permettrait pas non plus à la femme de rester propre et de mettre ses beaux habits, car bien qu'il n'en dégage plus par la suite, il dégage beaucoup de fumée au début de sa combustion. Cette préférence majoritaire du gaz, plus simple d'utilisation, peut expliquer pourquoi il est souvent acheté plutôt que le bioterre lorsque la décision est prise de dépenser de l'argent pour du combustible, même s'il coûte assez cher. Les femmes préférant majoritairement cuisiner au gaz, il est également compréhensible que l'usage du gaz ait été très répandu lorsque la situation économique était meilleure. Il semble donc que les combustibles - ou du moins certains de ceux-ci - soient interchangeables dans une certaine mesure, mais que des préférences dues aux différents critères évoqués dans le point précédent demeurent malgré tout. 3.3.3 Utilisation des combustibles au daara Cuisine communautaire A la cuisine communautaire du daara, les repas sont préparés avec le bioterre et avec le bois. Ce sont les femmes mariées qui se chargent des repas. Six femmes font les repas, à tour de rôle: deux jours d'affilés, deux femmes se chargent ensemble des repas, puis les deux jours suivants, ce sont deux autres femmes, et ainsi de suite. Toutes les femmes s'entraident: si l'une d'elles est malade ou doit s'absenter, la suivante prend le relais. Ce sont les femmes (avec l'aide de leur mari) qui payent pour le combustible. Les légumes accompagnant quelquefois le repas de midi proviennent du maraîchage de Ndem, le mil, les haricots et l'arachide, utilisée pour les sauces, sont issus des récoltes du daara. Quant au riz, il est la plupart du temps fourni par Sokhna Aïssa et Serigne Babacar. Pour la communauté, 20 kilos de riz et 10 à 13 kilos de mil sont nécessaires chaque jour. Les femmes commencent à travailler à la cuisine vers 8h ou 9h. La cuisine nécessite beaucoup d'opérations, nous avons pu le voir avec tous les aliments qui doivent être nettoyés. Au daara, les repas du midi et du soir sont préparés simultanément: les femmes finissent de travailler dans l'après-midi plutôt que de passer toute la journée à la cuisine. Le bois est utilisé pour faire cuire le mil et sa sauce, le bioterre pour le riz et sa sauce. Le bois est allumé avant le bioterre. De l'eau pour la sauce chauffe dans une grosse marmite, puis ses ingrédients sont ajoutés petit à petit une fois qu'ils sont lavés, les tomates pétries et les arêtes des poissons séchés ôtées. Pendant que la sauce cuit, le mil est déposé dans un grand bol troué au-dessus de la marmite: il s'agit en premier lieu de le faire chauffer à la vapeur pour qu'il ramollisse. En même temps, les ingrédients pour la sauce du repas de midi ont été préparés: les poissons écaillés et leurs arêtes enlevées, les légumes nettoyés et coupés, l'ail, les oignons, le piment et l'huile pilés ensemble. S'il y a par exemple des choux du maraîchage, les grosses feuilles externes du chou sont gardées pour faire la sauce du tchere (le couscous de mil du soir) et le chou lui-même accompagnera le riz du midi. Le bioterre, dans l'un des grands fourneaux réapprovisionnables par le côté, est allumé, et les femmes commencent par faire cuire les ingrédients de la sauce du riz et le poisson. Plus tard, les légumes du maraîchage, coupés grossièrement car ils seront disposés au milieu des grands plats, sont ajoutés à la sauce qui cuit. Une bassine pleine de bioterre est à côté du fourneau, l'une des femmes rajoute régulièrement des boulets dans celui-ci. 86 Fourneau alimenté en bois
  • 87. Une fois que le mil est chaud, il se présente sous forme de gros blocs et il est pilé pour être séparé. Après le pilon, il est brassé à la main pour que les grains se séparent mieux, tout en étant passés au tamis: les grains fins sont tamisés dans un autre grand bol. Puis le mil est mélangé à la main avec du lal, extrait un peu visqueux d'un arbre qui rend le mil moins amer lors de sa consommation. Le mil ainsi prêt ne sera cuit que le soir venu sur le bois. Une fois cuite le midi, la sauce l'accompagnant sera réchauffée le soir. Quant au riz pour le dîner, les femmes s'en occupent en dernier. Une fois lavé, il est ajouté à la sauce qui cuit déjà. Avant cela, les légumes et poissons qui cuisaient sont retirés et mis de côté. Généralement, le repas est prêt autour de 14 heures. Cette description se base sur une matinée entière passée à la cuisine avec les femmes. Le processus pour le tchere est toujours identique, mais il existe plusieurs plats de riz différents; la préparation du repas de midi décrite ici peut donc varier quelque peu en fonction des plats. Néanmoins, la cuisine, et particulièrement la préparation du mil, nécessite dans tous les cas de nombreuses étapes et est très longue. Elle l'est encore plus durant l'hivernage à cause du bois mouillé et du bioterre humide. Une femme m'explique que la cuisine durant la saison des pluies est plus dure. Contrairement à ce qui a été dit dans les concessions, et même au daara, j'ai pu observer dans la cuisine que le fourneau à bioterre était allumé pendant très longtemps. De plus, tout ce qui devait cuire n'a pas été préparé avant que le fourneau ne soit allumé. Les aliments ont été ajoutés en plusieurs étapes. Je n'ai pas eu l'occasion d'observer la cuisine faite avec un petit fourneau de bioterre; l'organisation est peut-être quelque peu différente entre le grand et le petit fourneau. Pour les 20 kilos de riz, environ 15 kilos de bioterre sont nécessaires chaque jour en moyenne, mais cela dépend du plat. Si le repas de midi est le maffe, plat traditionnel pour lequel la sauce d'arachide et le riz sont cuits séparément et ne sont pas mélangés, il faut plutôt 20 kilos de 87 Préparation du mil Grand fourneau à bioterre et réapprovisionnement en cours de cuisson
  • 88. bioterre. Les femmes obtiennent un crédit pour le bioterre jusqu'à la fin du mois. Les dépenses en bioterre se situent donc autour de 1'000 CFA par jour en moyenne. Des gros sacs de 30 kilos de bioterre sont achetés pour la cuisine, ils durent deux jours. Chaque femme cuisinant environ dix jours par mois, et payant le combustible un jour sur deux seulement, une femme dépense en moyenne 5'000 CFA par mois en bioterre. Le coût total du bioterre sur un mois est d'environ 30'000 CFA. Quant au bois pour la cuisine communautaire, il est acheté le plus souvent. Tout comme dans les concessions, il est acheté et stocké en prévision de l'hivernage. L'une des femmes chargées de la cuisine me dit commander du bois aux deux jeunes vendeurs de bois venant souvent à Ndem. Elle me dit qu'ils lui livrent toujours du bois mort. Elle commande une grosse charrette de bois lui coûtant 8'000 CFA: cette charrette lui permet d'assurer la cuisine pour tout le mois, donc pour dix jours où ce sera à son tour de travailler. Pour un mois, si le bois est toujours acheté, son coût total est donc d'environ 24'000 CFA. Mais selon la femme en charge de la cuisine, le bois peut aussi être cherché dans la brousse, c'est le cas d'une femme en particulier, qui a des difficultés financières en ce moment. Jusqu'à une période récente, cette même femme utilisait également le bois pour le repas de midi. Plusieurs femmes s'occupant de la cuisine du daara me disent utiliser le bois et le bioterre et non pas uniquement le bioterre car si elles ne cuisinaient qu'avec ce combustible pour les deux repas, cela leur reviendrait trop cher. Sans pour autant affirmer qu'il s'agisse d'une raison pour ne pas cuisiner le tchere au bioterre, une femme me dit que cuit avec le bois, son goût est meilleur et plus pur; cuisiné au bioterre, le goût sera différent. Selon Sokhna Aïssa, les femmes pourraient faire des économies d'argent en faisant la sauce pour le soir sur le fourneau bioterre directement après le repas de midi: « Il y en a quelquefois qui mettaient la sauce du tchere après le repas de midi. Parce qu'en réalité c'est comme ça que tu ferais une économie, tu sors ta marmite et tu remets un peu de bioterre. [...] Mais en réalité elles veulent faire des économies de temps en mettant deux marmites, pour mettre à la fois le tchere et leur repas de midi comme ça à midi elles font la vaisselle et elles ont fini. » Le fourneau étant déjà chaud et du bioterre déjà en combustion, la cuisson de la sauce du tchere ne nécessiterait pas forcément l'apport de nombreux kilos de bioterre en plus. A la cuisine du daara, où les repas sont préparés pour près de cent personnes, les économies de temps semblent valorisées dans le choix du combustible. Que les femmes fassent réellement ou non des économies d'argent, la situation financière et éventuellement le goût de l'aliment sont également des facteurs influençant ce choix. Petite cuisine Environ un soir sur deux un repas différent est cuisiné pour les invités de passage lorsque ceux-ci sont nombreux, notamment pour soulager les femmes qui travaillent à la cuisine communautaire à qui cela donnait trop de travail. Une autre femme est chargée de cette cuisine, qui est faite au gaz, dans une petite cuisine attenante à la maison de Sokhna Aïssa et Serigne Babacar. En dehors de ces repas ainsi que des repas de midi et du soir pris en charge à la cuisine communautaire, les habitants du daara utilisent des combustibles essentiellement pour le café du petit-déjeuner, la préparation du thé l'après-midi, le café durant la journée et d'autre petite cuisine de ce genre. Le bioterre est utilisé pour faire chauffer le café touba (café sénégalais) du matin destiné aux invités et aux jeunes, les autres habitants du daara prenant le petit-déjeuner dans leur propre maison. Quatre Gore Yalla sont chargés de préparer ce grand café, chacun le préparant durant une semaine. Le bioterre est efficace et préféré pour ce faire car il s'agit d'une grosse quantité de café. 88
  • 89. Un Gore Yalla me dit que dans ce cas, le bioterre est plus rapide et pratique, mais qu'il n'est pas pratique pour faire chauffer un petit café; nous retrouvons ici les mêmes arguments que dans le reste du village. Le bioterre est uniquement utilisé pour ce café du matin, autrement, dans les familles, le gaz ou bien du petit bois et brindilles sont utilisés pour la petite cuisine, en fonction des moyens financiers disponibles. Une femme utilise principalement le ndef. Tout au long de la journée, le café touba consommé ici et là est généralement préparé avec des petites brindilles. L'ataya (le thé traditionnel), préparé par un Gore Yalla pour les habitants du daara présents l'après-midi, est toujours fait au gaz, de même que certaines boissons parfois préparées le soir. 3.3.4 Bilan synthétique du bioterre Le bioterre étant le combustible alternatif mis en place dans le cadre du projet de développement de Ndem, il s'agit de faire un bref bilan de son utilisation et de sa perception dans le village, bilan qui pourra être utile pour les développements futurs relatifs au bioterre prévus par l'ONG ainsi que pour nous aiguiller lorsque la potentielle mise en place du biogaz sera étudiée. Aspects positifs du bioterre relevés dans les concessions visitées:  Il est plus pratique, rapide et économique que les autres combustibles pour les grandes cérémonies  C'est un combustible pratique et rapide de manière générale, il suffit de rajouter quelques boulets en cours de cuisson  Il est plus sécuritaire que le gaz  C'est un combustible stable  Plusieurs femmes apprécient cuisiner avec le bioterre et savent bien comment l'utiliser Aspects problématiques du bioterre relevés dans les concessions visitées:  Il est trop rapide: il faut avoir préparé tout ce qui va être cuit avant de l'allumer, et il faut constamment surveiller la cuisson  Certaines femmes apprécient le bioterre mais ne le maîtrisent pas  Il coûte de l'argent et plusieurs familles n'ont pas l'argent nécessaire pour l'acheter: c'est le seul inconvénient perçu du bioterre, qu'elles apprécient autrement  Il est trop complexe à utiliser par rapport au bois ou au gaz  Certaines femmes ne savent pas comment cuisiner avec, une femme estime ne pas avoir reçu de formation pour l'utiliser  Le bioterre nécessite un fourneau spécial et une technique spéciale pour l'utiliser  Lorsque le fourneau est cassé, il n'y a pas toujours l'argent nécessaire pour le remplacer  Il y a trop de manipulations à faire avec le bioterre, il faut soulever la marmite pour remettre du combustible car le petit fourneau ne permet pas un ravitaillement par le côté  Certaines pratiques ne sont pas compatibles avec le bioterre, comme l'utilisation du fer à repasser  Comme pour le bois et le ndef, il n'est pas possible porter des habits propres lorsque le bioterre est utilisé, à cause de la fumée dégagée au début de sa combustion, voire tout le long de celle-ci durant l'hivernage car les boulets sont un peu humides Le bioterre est donc actuellement très peu utilisé pour la cuisine de tous les jours dans le village, mais son usage est par contre devenu la norme lors des grandes cérémonies familiales. Au- delà des arguments entendus dans les concessions, nous avons pu voir qu'une multitude de facteurs influencent le choix d'un combustible à tel moment pour telle finalité. Actuellement, la demande en 89
  • 90. bioterre est surtout forte dans le contexte urbain et péri-urbain: « C'est beaucoup plus demandé à l'extérieur qu'ici. Dans les villes. [...] Parce qu'à la campagne ils ont la forêt donc ils peuvent y aller. [...] Les gens qui sont dans les villes à l'heure actuelle ils ont beaucoup de problèmes de charbon ils n'en trouvent pas, le gaz ça devient de plus en plus cher. [...] Ca les intéresse plus que les villageois. » (ouvrier de l'atelier bioterre) L'un de mes informateurs qui a longtemps travaillé sur le projet bioterre estime que ce combustible serait plus adapté en contexte péri-urbain. Pour lui, le fait que le bioterre nécessite un fourneau amélioré rend plus complexe son adoption, du moins en milieu rural. Il suggère également, mais il ne s'agit que d'une hypothèse, que la moindre utilisation du bioterre au village de manière quotidienne, par rapport au moment où le combustible a été lancé et a suscité un certain engouement, peut en partie être liée au fait qu'il n'y a plus de villageois qui travaillent à l'atelier bioterre. Rappelons que l'atelier est aujourd'hui en situation de maintenance, maintenu par des habitants du daara, alors qu'au début des villageois y travaillaient et étaient rémunérés. La non- utilisation du bioterre par les villageois de Ndem et au-delà est par ailleurs perçue de façon spécifique au daara, notamment comme un manque de sensibilisation: « Ca les [les habitants des villes] intéresse plus que les villageois. Les villageois, eux, ils ne sont pas encore conscients qu'il faut préserver les forêts. A l'heure actuelle. On les laisse faire, et un jour viendra où ils en seront vraiment conscients. » (homme du daara) « Serigne Babacar il met toute son énergie, toutes les dépenses que ça concerne, toutes les réflexions que ça concerne, pour pouvoir mettre en place une usine de bioterre. Et c'est malheureux les gens ne l'utilisent pas. [...] Ils disent que les 500 francs que je pourrais mettre pour acheter le bioterre, je vais couper le bois pour en faire du feu et les 500 francs vont me servir à autre chose. Et c'est fou! [...] Des fois il n'y a pas d'arbre à couper, qu'est-ce qu'ils font, ils vont l'acheter! Des fois ils achètent le bois. [...] Ils vont acheter du bioterre pour tout simplement le baptême. Donc ils savent l'intérêt du bioterre! [...] Donc après tu te poses la question, est-ce que la population rurale connaît ses intérêts? Est-ce qu'ils savent exactement ce qu'est leur intérêt? [...] Donc toujours on revient à sensibiliser, continuer à sensibiliser, toujours les sensibiliser, ne pas se décourager et avoir la foi de bien faire. » (un informateur privilégié) Une autre représentation du peu d'utilisation du bioterre au village est que les villageois ne souhaitent pas dépenser d'argent: « Dans les maisons du village, pour les petites marmites elles n'achètent pas. Pour eux c'est cher quoi. C'est-à-dire, ils veulent du bois à la place du bioterre. Aller ramasser des morceaux de bois, c'est plus facile et puis c'est moins cher pour eux, c'est ça. Ils ne sont pas habitués, et même s'ils sont habitués ils ne veulent pas acheter. » (femme du daara) « C'est toujours, toujours le même problème ils veulent toujours quelque chose qui n'est pas cher. [...] S'ils voient que c'est un peu cher ils vont le laisser. [...] Parce que les villageois tout ce qui n'est pas cher c'est mieux pour eux. Parce qu'ils n'ont pas beaucoup d'argent pour acheter tout ça. » (homme du daara) Finalement, un homme m'explique qu'à son sens, si les villageois n'utilisent pas vraiment le bioterre, ce n'est pas pour une question d'argent mais à cause d'un changement d'habitudes qui est difficile à se faire. Cet argument est aussi avancé par l'homme qui a travaillé longtemps sur le projet bioterre: pour lui, la femme sénégalaise a en général du mal à faire évoluer ses habitudes de cuisine. 90
  • 91. 3.3.5 Synthèse du chapitre Nous avons pu voir au long de ce chapitre que de multiples facteurs influencent le choix, l'utilisation et la combinaison des combustibles de cuisine à Ndem. La combinaison des combustibles à Ndem est déterminée par des aspects financiers, par les caractéristiques et la disponibilité de chaque combustible, par le contexte de leur utilisation finale ainsi que par divers aspects socio-culturels. Les critères plus précisément relevés lors de cette étude à Ndem sont les habitudes de cuisine, l'usage final du combustible, le matériel de cuisine, les habitudes d'approvisionnement et d'utilisation du combustible, la disponibilité du combustible ainsi qu'un critère générationnel et temporel. D'autres critères comme le goût, la vitesse de cuisson ou encore la chaleur dégagée sont aussi perceptibles dans les propos de la population. Le choix du combustible de cuisine est un processus de décision actif et complexe à Ndem impliquant une pluralité de critères, qu'ils soient d'ordre socio-culturel, économique ou bien géographique, qui interagissent entre eux dans un contexte socio-économique en pleine évolution. Notons aussi que certains combustibles peuvent se montrer interchangeables à Ndem. Des combustibles différents semblent parfois pouvoir répondre à un même besoin. Ce chapitre a également permis de souligner que le bioterre est finalement peu utilisé en dehors des grandes cérémonies. Il semble que la cause majeure soit une inadéquation – du moins en partie - entre ce combustible et les pratiques des habitants, ce qui est valorisé par les femmes dans la cuisine ainsi que surtout l'organisation de la cuisine. Le bioterre a été réapproprié par les habitants pour l'usage pour lequel il s'est montré le plus compatible avec les besoins et pratiques de ceux-ci. Cet exemple du bioterre montre bien que la mise en place d'un combustible alternatif est un long processus et qu'il ne doit pas être acquis d'avance que le combustible sera adopté par une population spécifique. L'organisation autour du ou des combustible(s) déjà utilisé(s), l'organisation de la cuisine, ce qui est valorisé en cuisine ainsi que tous les autres critères que nous avons évoqués ci- dessus doivent être étudiés préalablement à la mise en place d'un combustible alternatif afin de travailler dans le sens d'une compatibilité de celui-ci avec les réalités de la population en question. Le tableau 6 synthétise quelques informations pratiques sur les quatre combustibles, basées sur les utilisations moyennes constatées parmi les concessions villageoises et au daara. Prix Durée Disponibilité Daara Bois Gratuit si cherché dans la brousse ou 600 CFA/tas 1 tas de 5-6 bûches = une journée environ pour les repas de midi et du soir Aléatoire, liée notamment au passage des éleveurs peuls / problème du bois humide pendant l'hivernage Petites choses à chauffer + cuisine communautaire: environ 8'000 CFA pour 10 jours Gaz 4'500 CFA/bonbonne: le prix a doublé en quelques années 5-7 jours en utilisation exclusive, 15 jours pour le petit-déjeuner et un gros repas, 1 mois s'il n'est utilisé que pour des petites choses (petit-déjeuner, café, ...) Ruptures parfois dans le pays Petites choses à chauffer Bioterre 65 CFA/kg 1 kg de bioterre pour 1 kg de riz. Si on se débrouille bien, 15 kg de bioterre pour 20 kg de riz (daara) Problème pour le séchage des boulets pendant l'hivernage et pour les stocker au sec Gros café du petit- déjeuner + cuisine communautaire: 1'000 CFA/jour Ndef Gratuit ? Aléatoire, surtout quand les éleveurs peuls sont présents dans la région Utilisé par une femme chez elle Tableau 6: Informations pratiques sur les quatre combustibles utilisés à Ndem 91
  • 92. 3.4 Considérations environnementales de la population et gestion des déchets Jusqu'à présent nous n'avons pas abordé la manière dont la population de Ndem se représente l'environnement et si elle perçoit un impact de ses pratiques sur celui-ci, notamment par rapport à l'utilisation du bois. Il ne s'agit pas de faire une étude approfondie des représentations de l'environnement à Ndem mais de mettre brièvement en rapport considérations environnementales et certaines pratiques de la population. La gestion des déchets sera survolée auparavant. Le projet du LATEU se situant dans une optique de valorisation des déchets, il est intéressant de voir si une certaine valorisation des déchets est déjà mise en pratique parmi la population de Ndem. Notons aussi qu'en lien avec cette thématique, diverses analyses de sol effectuées par Hans-Rudolf Pfeifer sont présentes en annexe 2. 3.4.1 Gestion des déchets Des incinérateurs simples ont été construits à Ndem aux quatre coins du village il y a quelques années par l'ONG et le comité de salubrité relié au poste de santé de Ndem. Auparavant, il n'y avait aucun point de récolte des déchets ménagers, qui sont problématiques à plusieurs niveaux: « Pendant la saison sèche le problème c'est que le vent emmène les poubelles et surtout les plastiques dans les champs. Mais en hivernage le problème c'est que si tu ne brûles pas les déchets dès que c'est sec après une pluie, si tu ne brûles pas très souvent, ça s'accumule et avec l'humidité ça devient vraiment autre chose. Et c'est là où tu as vraiment une situation d'insalubrité terrible. L'odeur et tout. » (Sokhna Aïssa) Les villageois ont été sensibilisés à la problématique des déchets et introduits aux incinérateurs. Ce sont les habitants qui devaient prendre en charge les déchets. Plusieurs villageois étaient chargés de récupérer les matières récupérables comme le métal pour l'atelier de travail du métal au centre des métiers puis de brûler le reste, mais il y a rapidement eu un problème de suivi au niveau des incinérateurs et du tri des déchets. Les familles y jettent tous leurs déchets ensemble, et surtout beaucoup de sable provenant du balayage des concessions termine dans l'incinérateur. De ce fait, il est rapidement plein et déborde. Le suivi au niveau de l'incinération des ordures ne se fait pas, ceux qui en étaient chargés se sont découragés et manquaient également de temps pour s'occuper des déchets puisqu'ils travaillent à côté. Des discussions sont en cours pour une réorganisation de la gestion des déchets au village autour d'unités dont le travail serait uniquement de gérer le tri des déchets et les incinérateurs, ce qui créerait des emplois. Sokhna Aïssa insiste sur le fait que seule la constance dans l'entretien des poubelles peut mener à une bonne gestion. La gestion des déchets et la présence de poubelles n'est pas dans les habitudes des habitants de Ndem. Serigne Babacar m'explique que lorsqu'ils ont envisagé de mettre en place des poubelles à l'école, il y a eu beaucoup de résistance durant longtemps. Au village, l'habitude de jeter les déchets par terre est plus présente qu'au daara, où la sensibilisation à ce sujet est quotidienne. Il n'y a d'ailleurs pas de poubelle sur la place du village, contrairement au daara. Néanmoins, les jeunes du 92 Incinérateur plein et débordant
  • 93. village s'occupent tous les dimanches du nettoyage du village, en balayant, ramassant et brûlant les déchets sur la place du village et autres lieux de passage. Toutefois, durant mon séjour, ces nettoyages n'étaient momentanément plus à l'ordre du jour: « C'est un peu comme tout, et c'est un peu comme la vie, il y a des vagues donc il y a des moments où les gens le font avec beaucoup de constance, il y a des moments où ça redégringole un peu, bref aujourd'hui faut relancer le truc. [...] Et c'est vrai qu'ici ce n'est pas dans les priorités, les gens ont des priorités qui sont ici au niveau alimentaire. [...] C'est tellement au jour le jour. » (Sokhna Aïssa) L'un de mes informateurs privilégiés appuie cette question importante des priorités des habitants de Ndem: « Les gens du village des fois ils se lèvent avec des problèmes, ils vont s'en foutre des plastiques qui sont là-bas. Ils ont déjà de la difficulté à se battre pour avoir un kilo de riz. » Malgré cela, un effort vers la gestion des déchets existe à Ndem, se mettant en place petit à petit et risquant de grandir dans le futur. Les déchets au daara Au sein du daara, plusieurs poubelles sont déposées dans les lieux centraux. Un taalibe est chargé d'aller les vider tous les matins dans un grand trou creusé contre l'enceinte en béton du maraîchage. Il met le feu aux ordures tous les deux ou trois jours. Lorsque le trou est trop plein de cendres, un autre trou est creusé. Le problème du trop plein de sable dans les poubelles est le même qu'au village, de ce fait le trou se remplit encore plus vite. Une fois que le feu est allumé, cet homme passe le râteau et récupère certaines choses, essentiellement tout ce qui est métallique, pour les ferrailleurs. A la cuisine, certaines épluchures de légumes sont données aux moutons et tout le reste est mis à la poubelle. La poubelle de compost mise en place avant mon départ permettra peut-être la récupération de plus de matière organique, demandée par Berta pour le maraîchage. Une partie des restes de repas, généralement mis de côté pour plus tard dans la journée, permet de nourrir certains animaux (poules, canards, paons, pigeons, chiens, dromadaires). 93 Déchets aux abords du village Déchets débordant de l'incinérateur
  • 94. Le tri sélectif initié au daara par Sokhna Aïssa et Serigne Babacar ne fonctionne pas vraiment pour l'instant. Peu de déchets sont valorisés, la plupart sont brûlés. Les piles, déchets toxiques, posent problème: soit elles sont brûlées, soit elles finissent dans la nature. Il y a néanmoins un réflexe grandissant parmi la communauté de mettre les déchets à la poubelle; j'ai pu observer à plusieurs reprises des habitants de la communauté ramasser des déchets par terre pour les mettre dans une poubelle. Au niveau des déchets organiques, la plupart sont mis à la poubelle. Berta déplore que si elle dit aux gens de ne pas brûler les déchets organiques, on vient lui déposer tout le tas d'ordures directement dans le maraîchage, déchets organiques mélangés avec déchets en plastique. Actuellement, la pratique au niveau des déchets organiques est surtout de valoriser ce qui peut être donné aux animaux pour les nourrir, et les déjections animales qui serviront à fertiliser les sols. Les autres déchets organiques ne sont pas réellement valorisés pour du compost, même si j'ai pu observer qu'un processus était enclenché à ce niveau chez certaines personnes ainsi qu'à la cuisine. Valoriser les déchets organiques implique des gestes en plus lors du balayage, car il faut séparer ces déchets des autres. A Ndem, durant le Nganalé, une grande fête religieuse, les nombreux déchets de la cuisine (une trentaine de grosses marmites) ont tous été enterrés dans des grands trous, qu'il s'agisse de déchets organiques ou de plastique; Berta a regretté que les nombreux déchets organiques n'aient pas été valorisés à ce moment. De même, des petites branches d'arbres sont parfois coupées pour divers usages: bâton pour maîtriser le cheval, au daara tige pour soutenir des fleurs, piquets pour protéger certaines plantes des animaux, etc. Ces branches sont coupées dans le nim, arbre dont les tiges repoussent très vite. Néanmoins, si les feuilles de ces branches coupées sont parfois données à manger aux animaux, j'ai aussi souvent observé qu'elles finissaient dans une poubelle, puis brûlées, autre exemple de la non valorisation systématique de toutes les matières organiques. Il s'agit dans ce cas d'une question de gestes et de déplacements supplémentaires à fournir; si des poubelles à matières organiques étaient disponibles à côté des autres poubelles, peut-être que ces feuilles y seraient déposées. Il serait intéressant dans ce sens d'évaluer après les quelques mois qui se sont écoulés depuis la mise en place d'une poubelle de compost à la cuisine l'utilisation de celle-ci et si un plus grand nombre de matière organique est récupérée. Les déchets au village Actuellement, au village, les déchets sont divisés en trois catégories, de façon similaire au daara: les déchets des animaux de la concession, donc leurs déjections, les épluchures de cuisine et le reste des déchets. Les déchets d'animaux sont mis en tas dans un coin de la concession, et lorsque le tas est assez gros, il est amené sur les champs de la famille pour fertiliser les sols. Les épluchures de cuisine sont données à manger aux animaux, surtout aux moutons et aux vaches, sauf les épluchures d'oignon et celles de manioc, ces dernières étant toxiques et tuant les animaux. Le reste des déchets, constitué essentiellement de plastique, est géré différemment selon les concessions. La majorité des familles vont les amener à l'incinérateur, même s'il est plein. La plupart des familles rencontrées trouvent que le système des incinérateurs est une bonne initiative mais qu'il ne fonctionne pas, suggérant notamment de venir chercher les déchets directement dans les maisons et 94 Déchets (dont déchets organiques) brûlant contre l'enceinte du maraîchage
  • 95. les trier à la source. Quatre familles me disent déposer leurs déchets dans la brousse à côté de l'incinérateur lorsque celui-ci est plein. Quatre autres familles brûlent directement leurs déchets en plastique derrière la maison. Deux d'entre elles le font depuis que l'incinérateur le plus proche de chez elles a été enlevé. Une de ces familles brûle les déchets lorsqu'ils sont nombreux, et ne veut pas « les jeter n'importe où comme certains ». Quant à l'autre famille, j'ai pu observer que les déchets s'entassent dans un trou derrière la concession et ne doivent donc pas être régulièrement brûlés. Une autre famille brûle ses déchets, me signifiant qu'autrement les sacs en plastique s'envolent, sont mangés par le bétail et polluent. Une autre femme me dit amener ses déchets à l'incinérateur, et qu'elle s'organise avec certaines femmes du village pour engager un homme qui va brûler leur tas de déchets; par la suite, elle amène ses cendres sur son champ en plus des déchets d'animaux pour fertiliser le sol. Cette même femme sépare les sacs en plastique du reste des déchets amenés à l'incinérateur et les brûle chez elle, car elle a beaucoup d'animaux et sait que ce n'est pas bon pour eux s'ils mangent le plastique. De nombreux habitants de Ndem ont perdu des animaux après que ceux-ci ont avalé du plastique, ce qui a été découvert lorsque Serigne Babacar et d'autres personnes ont ouvert des animaux pour savoir de quoi ils étaient morts, découvrant beaucoup de plastique dans leur estomac. Durant la saison sèche, lorsqu'il n'y a plus beaucoup de nourriture pour les animaux, ceux-ci peuvent manger des sacs en plastique. Par rapport aux déchets organiques, une pratique fréquente avant l'hivernage consiste à préparer les champs en brûlant tout ce qui se trouve dessus pour les dégager: vieux foins, déchets en plastique, etc. L'un de mes informateurs privilégiés m'a parlé de cette pratique, que j'ai pu observer, en déplorant que la matière organique ne soit pas mise de côté dans un coin du champ, avec les déchets d'animaux; lorsque la pluie arrive, le processus de compost serait accéléré sur ce tas qui pourrait être utilisé dans le champ. « Le jawriñ du daara lui je ne l'ai jamais vu brûler quoi que ce soit sur les terres. Toujours dans un coin dans sa maison, regroupé quelquefois. Chaque matin il vient les arroser. Tu viens il y a du compost fini: 'Tu veux planter quelque chose? Va prendre ça là-bas c'est du compost'. C'est ce qu'il balaye dans sa maison chaque jour. Quelque part les plus vieux ont plus de sagesse. » (informateur privilégié) 95 Déchets s'entassant dans un trou derrière une concession
  • 96. Certains déchets sont donc valorisés à Ndem et tout déchet n'est pas considéré comme quelque chose d'inutile; sont valorisés principalement les déchets d'animaux pour les champs (aussi valorisés comme combustible dans le cas des vaches) et certains déchets de cuisine, ainsi que les déchets métalliques au daara. Les déchets ne sont pas la priorité des habitants, même s'il existe des préoccupations à leur sujet. Nous avons aussi vu auparavant que certaines eaux usées étaient valorisées et que ce ne sont pas toutes les eaux usées qui sont considérées comme un déchet inutilisable. Bien qu'il ne soit pas optimal par rapport à tout ce qui pourrait être valorisé, notamment pour le compost, un processus de valorisation des déchets semble en cours à Ndem. 3.4.2 Considérations environnementales et déchets Lorsqu'on interroge les habitants de Ndem sur l'environnement, les changements et problèmes éventuels perçus, trois thématiques sont récurrentes: les changements au niveau des pluies, la déforestation et la présence du plastique. Notons que la population a été par le passé sensibilisée à certaines questions environnementales, au travers notamment des projets de l'ONG. La population du daara semble aussi plus informée que celle du village sur ces questions, côtoyant quotidiennement Serigne Babacar et Sokhna Aïssa, qui portent une grande attention à l'environnement. Changement climatique et déforestation Les habitants plus âgés ont remarqué que le climat changeait car l'hivernage est différent, les pluies sont moins bonnes que durant leur jeunesse. La sécheresse est plus grande et les champs sont délaissés à cause de l'exode rural. Les récoltes sont moins bonnes qu'avant, la saison sèche est aussi plus sèche qu'avant, car il y a moins de foin disponible pour les animaux durant l'entier de la saison. Toutefois, plusieurs personnes affirment que ces dernières années, la situation a tendance à revenir un peu comme avant, avec un hivernage meilleur par rapport aux sécheresses connues précédemment. Par contre, en 2011, les récoltes de mil, haricot et surtout d'arachide étaient moins bonnes que celles de l'année précédente, car il y a eu trop de pluie, et elle s'est arrêtée trop vite: une différence remarquée est que maintenant, lorsqu'il pleut, il pleut beaucoup trop, et après il peut ne pas pleuvoir pendant plusieurs semaines, ce qui est mauvais pour les récoltes. Lorsqu'à l'inverse il pleut trop au moment de la récolte, ce n'est pas bon non plus. Le problème actuel est plutôt une inégalité dans la répartition des pluies par rapport à quelques décennies en arrière. 96 Tas de vieux foins et de déchets sur un champ prêts à être brûlés
  • 97. Un jeune du daara attribue la diminution des pluies à la volonté de Dieu et à l'approche de la fin du monde, mais la plupart des personnes interrogées l'attribuent à la déforestation. Couper les arbres n'est pas une bonne chose, a des effets sur l'environnement, l'agriculture et l'élevage. Une femme âgée affirme que tous les gros arbres qui attirent l'eau ont été coupés. Une autre explique que les arbres sont sacrifiés pour le bois de chauffe alors qu'ils sont utiles pour les champs et pour amener l'eau; pour elle, l'utilisation du bois a une grande influence sur l'environnement. Un homme s'inquiète du manque d'arbres et de pluie, ce qui se répercute sur le coût de la vie, et s'en remet à Dieu pour qu'il amène la pluie. Une relation importante entre les arbres et l'eau transparaît dans ces propos. Il semble exister parmi la population de Ndem une représentation d'un cycle symbolique entre l'eau, les arbres qui l'attirent et la terre (ainsi que les cultures dans les champs) à qui elle est destinée; tous ces éléments seraient interreliés et feraient partie d'un même cycle. Rappelons que l'eau de pluie est grandement louée à Ndem et semble détenir un caractère plus sacré que les autres types d'eau du fait que c'est elle qui fait revivre la terre après les mois de sécheresse. Le fait que la terre revive permet de « faire revivre la population », grâce aux récoltes. L'hypothèse serait donc que la déforestation brise un cycle sacré faisant renaître la vie chaque année lors de la saison des pluies. Tout comme pour les pluies, les habitants plus âgés remarquent plus la désertification et affirment que la forêt était plus verte dans leur jeunesse. De nombreuses familles visitées se rendent compte qu'ils constituent leur propre danger en coupant les arbres qui amènent l'eau, ont conscience qu'il serait de leur utilité de ne plus les couper, certains ajoutant qu'ils ont été sensibilisés à ce sujet, mais qu'ils n'ont pas les moyens pour acheter du combustible. Le discours dominant est qu'à cause des contraintes financières actuelles, il n'y a pas le choix que de couper les arbres et qu'il faudrait une autre possibilité pour régler cette situation. Une femme me dit que les gens savent que là où il n'y a plus d'arbres, il n'y a plus d'eau, et que s'ils avaient une autre possibilité, ils ne couperaient jamais les arbres. Une autre femme a conscience du problème posé par la coupe du bois mais dit qu'il faut bien qu'elle vive et qu'elle cuisine: quelque chose qui la soulagerait de ces pratiques serait bienvenu pour elle. S'il y avait moyen de cuisiner quotidiennement autrement qu'avec le bois, des arbres pourraient être plantés, « pour que nos enfants et petits-enfants voient à nouveau un espace vert ici ». Quelques personnes encore au village et au daara considèrent comme du gâchis de couper les arbres mais mettent en avant que ce sont les Peuls qui posent problème en coupant les arbres vivants pour nourrir leur bétail. Généralement, parmi la population de Ndem, les arbres sont quelque chose d'apprécié: « les arbres font l'épanouissement de notre pays », me dira une femme. Une autre aime en voir à côté de sa concession et aimerait en avoir plus chez elle. Une minorité de personnes interrogées au village ne perçoit pas de problème dans le fait de couper les arbres. Une femme fait un lien avec la déforestation, la situation économique et les projets mis en place à Ndem, ce qui constitue une bonne synthèse de la situation présente à Ndem: « Elle dit que Serigne Babacar a vraiment tout fait pour les faire arrêter d'utiliser le mat. Avec le bioterre, vraiment, Serigne Babacar ce n'est que pour le combat écologique qu'il le fait. Elle dit que vraiment la situation des ateliers ces temps-ci est difficile, c'était une des principales ressources qui les aidaient et les temps sont durs, pour le Sénégal aussi, c'est dur. [...] Elles ont tout vu [le développement à Ndem depuis 25 ans] donc elles ne perdront jamais jamais espoir, elles savent que ce sont les temps qui sont durs en général. [...] Elle dit qu'elle a honte des fois quand elle va chercher du bois et qu'elle rencontre Serigne Bi. Il lui dit 'ahhh... donc vous n'avez pas de possibilité avec le bioterre?' Elle dit qu'elle a honte, mais elle est obligée de lui dire 'vraiment Serigne Bi c'est l'argent qui manque.' Elle dit qu'elle a honte quand même que Serigne Bi la voit aller chercher du bois. Alors qu'il y a le bioterre qui est là. [...] Il ne les juge pas il connaît les réalités. » (propos traduits par mon accompagnant) 97
  • 98. Les déchets en plastique Ainsi que nous l'avons évoqué, le plastique est perçu par une partie des habitants de Ndem comme un danger par rapport aux animaux qui peuvent le manger. Ce sont avant tout les sachets en plastique donnés lors de tout achat qui posent problème. Beaucoup de familles ont perdu des moutons à cause du plastique. Le plastique est aussi perçu comme quelque chose qui pollue la terre. Le plastique présent sur les champs est mauvais: là où il y a du plastique rien ne pousse, certaines familles ayant beaucoup de plastique sur leur champ expliquent que celui-ci freine le passage de l'eau de pluie et que les cultures grandissent difficilement. Il semble donc que malgré la préparation des champs avant l'hivernage en brûlant tout ce qui s'y trouve, il reste du plastique lorsque les pluies arrivent. Pour une jeune du daara, le plastique n'appartient pas à la terre, au vu du temps qu'il met pour s'y décomposer; il n'est pas en harmonie avec la terre car c'est une matière qui a subi une transformation. « Le plastique les étonne. Parce qu'elle dit 'ça nous sert, un bon porte-bagages, on nous en donne à la boutique, mais vraiment, après, c'est difficile à maîtriser'. Elle dit que là où il se met dans le sable, tu n'auras aucune graine qui pourra pousser là-bas. Et quand les animaux le mangent, ça les tue. Donc elle dit que si on pouvait avoir quelque chose d'autre de mieux que le plastique pour paquetage, ça serait mieux, mais le plastique ça ne va pas du tout. » (propos d'une villageoise traduits par mon accompagnant) Pour une autre femme, le plastique est un fléau qui les dépassent et la population aimerait disposer de solutions. Serigne Babacar ramasse souvent les sacs en plastique avec la population, mais c'est un gros problème « parce que là on y peut rien, on nous donne des sachets à n'en plus finir, c'est grave et pas bien du tout », ainsi que le soutient une villageoise. Il y a quelques générations encore, la calebasse en terre cuite avait de multiples usages, et servait notamment pour faire les achats. Depuis quelques décennies, comme partout ailleurs dans le monde, le plastique s'est imposé dans les objets de la vie quotidienne. Apparemment, au Sénégal, des campagnes pour sensibiliser à la réutilisation de la calebasse commencent à être mises sur pied. « Maintenant il y a des bols de plastique, il y a des tasses de plastique, tout est en plastique! [...] C'est quelque chose qu'on doit vraiment sensibiliser les gens de diminuer. Quand je vais acheter mon pain j'ai mon sac avec moi. [...] Tu n'utilises plus tu jettes! On n'utilise plus tu jettes tu jettes tu jettes. » (homme du daara qui notamment fabrique des calebasses) En plus des problèmes pour l'environnement et les animaux causés par le plastique, il est intéressant de constater que le sac en plastique revêt un aspect de discrimination sociale qui n'existait pas avec la calebasse: « Avant ce que tu achetais c'était un secret. Parce que si par exemple moi je donne à ma femme 5'000 francs pour aller au marché, et un autre donne à sa femme 1'000 francs, on ne sait pas ce que j'ai donné comme argent. Parce que j'achète et je mets en haut dans la calebasse. Personne ne le voit. Et maintenant tu mets deux poissons trois trucs dans un sachet en plastique et l'autre met plus ou moins, tout le monde le voit. Ils disent que 'ohh elle a acheté beaucoup de trucs', et pour l'autre 'c'est tout petit'. » (homme du daara qui notamment fabrique des calebasses) Depuis leur arrivée à Ndem il y a trente ans, Serigne Babacar et Sokhna Aïssa ont assisté à une grosse dégradation environnementale due au plastique. Pour Serigne Babacar, les habitudes par rapport à son utilisation seront toutefois difficiles à changer, car même si la population est affectée par le plastique au niveau des champs ou des animaux, c'est tout de même une matière qui leur facilite la vie: 98
  • 99. « C'est le côté pratique, tu vas à la boutique, tu achètes du vinaigre on te donne du plastique c'est bien. C'est commode. Comme ça tu n'as pas eu à te préoccuper de ça tu vas à la boutique et tu as eu et, le vinaigre, et, le récipient. Or avant, tu avais besoin d'une bouteille. Pour que ça soit rempli, tu prends ta bouteille de vinaigre tu reviens avec. Tu vois c'est une contrainte. Là c'est plus facile. Le plastique, c'est comme ça. C'est facile, partout où tu vas, tu n'as plus besoin de panier, etc etc, donc n'importe qui peut passer n'importe où acheter n'importe quoi, tout de suite c'est emballé dans le plastique. C'est facile pour les gens. » Il pourrait être intéressant à Ndem de lancer un projet-test de distribution à la population de grands sacs en tissu réutilisables (moins encombrants qu'un panier) et dans le même temps de ne plus distribuer dans les deux boutiques du village de petits sacs en plastique pour emballer la totalité des achats. Représentation de l'environnement A Ndem, la représentation majeure de l'environnement a trait à son lien avec l'agriculture et l'élevage, ce qui n'est pas étonnant de la part d'une population essentiellement agricultrice. Tous les problèmes environnementaux soulevés par celle-ci sont représentés comme problématiques pour l'agriculture et pour le bétail. L'environnement ne peut être dissocié des activités agricoles pour cette population, donc ne peut par conséquent être dissocié de la production de nourriture ainsi que des moyens de subsistance. L'environnement, ou la nature plus précisément, est aussi perçue comme une création divine importante pour tout un chacun qu'il s'agit de respecter et qui forme un tout unique avec l'être humain: « Moi je respecte tout ce qui est dans cette nature. Parce que tout ça fait partie des créations de l'unique le bon Dieu. C'est pour cela que moi je respecte tout, tout tout. [...] C'est lui qui m'a créée et c'est lui qui a créé ça. » (femme du daara) « On ne peut pas dire que la nature est en dehors de nous, ou que la nature est en nous. Mais nous sommes la nature. [...] Donc on détruit la nature, on se détruit nous. On vient en aide à la nature on vient en aide à nous-mêmes. » (jeune du daara) D'après la population, les plus gros problèmes liés à l'environnement à Ndem sur lesquels il faudrait agir et trouver des solutions sont le problème du manque d'eau, la question de l'utilisation du bois et de la déforestation, ainsi que le problème des déchets en plastique disséminés dans les champs. Il faudrait notamment agir au niveau des Peuls qui coupent les arbres. Dans une moindre mesure, il semble aussi important pour la population de renforcer le compost biologique afin de faire revivre les sols et le sable, ainsi que d'arrêter l'engrais chimique utilisé par une très petite minorité de la population de Ndem (qui a les moyens d'en acheter) dans leurs champs. Finalement, notons que pour Serigne Babacar une action en faveur de l'environnement ne peut se faire sans une dimension d'amour de celui-ci et notamment des arbres. 99 Sacs en plastique sur un champ
  • 100. 3.5 Conclusion – Une dynamique villageoise évoluant autour de l'eau Pour conclure après cette exploration des pratiques et représentations relatives à l'eau, à l'eau usée, aux combustibles de cuisine et aux déchets, nous pouvons prendre quelque distance par rapport aux données présentées afin de formuler quelques constats. L'on peut avant tout constater la multiplicité des enjeux à Ndem et la pluralité de facteurs d'influence derrière les pratiques et représentations de la population. Celles-ci, essentiellement reliées à des tâches de la vie quotidienne, sont révélatrices du contexte de survie dans lequel se situent les familles de Ndem. Beaucoup de pratiques observées sont guidées par des contraintes économiques et écologiques, et dans un contexte de survie il n'est pas aisé de percevoir certains enjeux sur le long terme, notamment par rapport à l'utilisation du bois. Les priorités sont des enjeux à court terme relatifs aux besoins vitaux: se nourrir, s'abreuver, etc. Cette situation de survie freine donc aussi le développement de certaines activités et de certains projets. Comme le souligne Andres (2009), dans un contexte de pénurie d'une ressource, en l'occurrence de l'eau, ce sont « le vécu de l’individu et son expérience de la rareté de la ressource qui vont être dominants. Nous sommes donc face à un discours beaucoup plus pragmatique, reflétant des intérêts immédiats situés dans une perspective locale » (p. 6). La dynamique socio-économique de toute la communauté de Ndem est fortement liée à l'eau. Nous avons pu voir tout au long de ce chapitre l'importance de l'eau ou les problèmes relatifs à son absence dans toutes les sphères de la vie à Ndem. Sans eau, le projet de développement global de Ndem n'aurait pas pu voir le jour: « Depuis le puits donc les conditions ont considérablement changé. C'est l'eau qui a permis de développer tous ces pôles à caractère social. Parce que s'il n'y avait pas d'eau, on n'aurait pas pu faire tout ça. Imagine l'école, avant le forage, à tour de rôle les femmes du village amenaient de l'eau à l'école avec leur tête, c'était des bassines. [...] C'était très très compliqué pour les femmes de suivre, avec des charrettes, pour l'école, pour le poste de santé, la maternité, tout ça ce sont des structures très très publiques. [...] Donc c'était très difficile, c'est une période où il était nécessaire d'avoir un forage. Pour avoir une quantité d'eau suffisante, de bonne qualité, et pouvoir abreuver toutes ces structures. » (Serigne Babacar) L'arrivée de l'eau au village permet un développement économique et social de celui-ci au travers du centre des métiers et des autres structures, une amélioration de la santé de la population, une meilleure nutrition grâce au développement possible d'un maraîchage en saison sèche, ou encore un accès amélioré à l'éducation grâce à la possibilité d'accueillir plus d'élèves à l'école. A Ndem, l'eau constitue la clé au frein en cours de l'exode rural. Le développement du village dû à l'eau redéfinit les liens familiaux avec un exode enrayé. L'eau constitue tant une condition de survie qu'une condition d'amélioration de l'existence de la population. L'on peut aussi voir que la dynamique de la communauté de Ndem dépend fortement de l'eau au travers de sa pénurie. Lorsque l'eau manque, comme lors des huit mois de panne du forage, l'organisation du village est modifiée de façon importante, d'autant plus que la norme actuelle à Ndem est de disposer d'un forage et donc d'une abondance en eau relative pour le fonctionnement du village, par rapport à des villages n'ayant accès à l'eau que par puisage manuel et disposant de moins d'eau qu'à Ndem. Lorsque l'eau manque, les différentes structures de Ndem ne peuvent plus fonctionner correctement, en particulier le poste de santé. La recherche de l'eau au puits ou dans un autre forage de la région demande aussi plus de temps. Cette panne a marqué les esprits de la population, qui m'en a parlé à plusieurs reprises. Actuellement, la faiblesse de l'installation solaire du forage paralyse en particulier le maraîchage qui ne peut pas être autant développé qu'il y a quelques années et ne constitue plus pour l'instant une source stable de revenus et de nourriture pour 100
  • 101. les villageois. Le manque d'eau les empêche aussi de faire un jardin dans leur concession. Les problèmes de l'installation solaire empêchent l'accès permanent de l'eau au robinet, tout comme l'ouverture du goutte-à-goutte au maraîchage; cet accès parfois impossible rend quelquefois difficile pour certains villageois la satisfaction même de leurs besoins vitaux. De même, la sécheresse grandissante et la diminution des pluies fragilisent les populations agricoles de la région et sont responsables en grande partie de l'exode rural. L'eau est indispensable pour la survie économique et sociale dans la région, et la dynamique socio-économique de Ndem va varier en fonction de la disponibilité de cette ressource. L'eau est également présente dans les considérations et représentations environnementales de la population, qui déplore des changements dans la fréquence ainsi que dans la répartition des pluies, et elle est aussi reliée à la problématique des combustibles de cuisine: dans l'esprit de plusieurs habitants interrogés, ce sont les arbres qui amènent l'eau, mais ceux-ci sont coupés pour faire du bois de chauffe; c'est pour cette raison que des changements dans les pluies surviennent, ce qui affecte la production de nourriture et les moyens de subsistance de la population de Ndem – production également affectée au niveau du maraîchage qui souffre notamment d'un manque d'eau. Au travers des propos et représentations des habitants interrogés, nous pouvons voir que des questions relatives à l'eau sont sous-jacentes à toutes les thématiques que nous avons abordées. 101 Vue sur le village de Ndem depuis le sommet du château d'eau
  • 102. 4. Adoption et mise en place du projet du LATEU Dans cette dernière partie du travail, il va s'agir essentiellement de mettre en perspective les données récoltées avec le projet du LATEU, et de voir dans quelle mesure celui-ci serait applicable dans le contexte de Ndem et acceptable par la population. Des considérations sur ce qui peut influencer la mise en place d'un projet à Ndem seront aussi brièvement soulevées. 4.1 Réutilisation des eaux usées à Ndem envisagée par le LATEU Nous avons pu voir dans le chapitre précédent que certaines eaux usées étaient déjà réutilisées à Ndem et qu'elles n'étaient pas intégralement considérées comme un déchet. Il s'agira ici de voir quels sont les avis et suggestions de la population par rapport aux réutilisations de l'eau usée envisagées dans le projet du LATEU, pour l'irrigation et pour la fabrication de biogaz. 4.1.1 Avis de la population sur la réutilisation des eaux grises En expliquant que les eaux usées sales et/ou contenant du savon peuvent être récoltées par un réseau d'assainissement et traitées dans une petite station d'épuration naturelle, j'ai demandé aux habitants de Ndem s'ils seraient prêts ou non à utiliser une telle eau. Personne n'a exprimé de gros désaccord à ce sujet. La population semble à première vue d'accord de réutiliser cette eau, en autant qu'elle ne contienne pas de microbes, plus de substances nuisibles et soit sans danger pour la santé. Il ne faut pas non plus que cette eau renferme encore de « saletés de savon » ou de poussières des vêtements nettoyés qui peuvent être nuisibles aux hommes, aux animaux et aux arbres. Certaines personnes sont d'accord de réutiliser cette eau si on leur montre comment le faire et que la technique est bien étudiée. Généralement, la population accueille favorablement ce projet, qui est considéré comme une bonne initiative permettant d'économiser de l'eau. De l'eau usée traitée, aux dires des habitants de Ndem, serait vraiment utile et économique. Il serait mieux selon eux de réutiliser cette eau plutôt que de la jeter, mais à l'heure actuelle ce n'est pas facilement praticable. Au niveau de l'objet de l'utilisation de cette eau, la population a émis diverses suggestions. Au village comme au daara, l'irrigation est la plus souvent citée, principalement l'arrosage des arbres, pour reboiser et rendre le village plus vert. Pour plusieurs habitants de Ndem cette eau pourrait servir à irriguer un petit jardin dans la concession, pour d'autres elle serait utile au périmètre maraîcher de Ndem, voire pour irriguer dans les champs. Plusieurs familles du village affirment que l'eau usée traitée serait utile uniquement pour arroser car elle ne serait pas potable pour les animaux, les hommes et pas bonne pour la cuisine ni pour se laver. Dans un seul cas, une femme affirme que cette eau pourrait servir à abreuver les animaux. Pour d'autres familles, cette eau pourrait servir à tout sauf pour la boisson, doutant que l'eau usée puisse redevenir potable et être traitée pour correspondre parfaitement à son état antérieur avant d'être salie, donc à son état naturel. Finalement, il est suggéré par certaines familles que l'eau usée traitée serve pour des tâches domestiques, principalement pour la lessive. Un villageois explique que cette eau peut servir pour la lessive ou pour la vaisselle, en fonction de son degré d'assainissement. Un autre n'évoque que la lessive, doutant que l'eau soit suffisamment potable pour d'autres tâches. Pour une villageoise, l'eau usée traitée peut servir pour la lessive si elle est bien testée. Finalement, cette eau serait utile selon une autre villageoise pour faire du « gaz », un mélange d'eau et de savon râpé servant à coiffer les cheveux, notamment lors des cérémonies. L'on peut donc voir que les suggestions relatives à la réutilisation de l'eau usée sont variées et se situent majoritairement dans la sphère domestique, mais que la suggestion principale reste l'irrigation, ce qui correspond à ce que la population souhaiterait développer s'il y avait plus d'eau à disposition, ainsi qu'on l'a vu au chapitre précédent. 102
  • 103. Nous avons pu voir que le développement maraîcher était un désir existant au sein de la population de Ndem. Il était de ce fait important de savoir si celle-ci était disposée à consommer des légumes qui auraient été irrigués avec de l'eau usée traitée. Là encore, aucun répondant ne s'est montré ouvertement défavorable à cette idée. La population de Ndem ne semble a priori pas voir d'inconvénient à manger des légumes irrigués d'une telle façon. Certains répondants sont favorables en autant qu'il n'y ait aucun problème sanitaire induit par une telle irrigation, et si tous les microbes et saletés contenus dans les eaux ont été enlevés. Un villageois a déjà vu des légumes irrigués avec de l'eau usée traitée, et a constaté que ceux-ci ne comportaient pas de danger et qu'une grande quantité d'eau était ainsi économisée pour l'arrosage. Un autre affirme que si l'eau usée est bien traitée, les composants qui seront encore présents dans l'eau après le traitement seront utiles pour que les légumes poussent bien. Quelques habitants de Ndem évoquent l'importance pour eux d'être assurés par les gens qui amènent ce projet que les légumes soient consommables, et qu'ils garantissent à la population que la consommation de légumes irrigués avec de l'eau usée traitée soit sans danger. Il est important pour eux que des tests aient été effectués auparavant pour démontrer ceci. Un argument ressortant dans plusieurs familles du village et du daara a trait à l'utilisation de l'eau de javel: les légumes sont de toute manière nettoyés avec un peu d'eau de javel pour plus de sécurité, consommer des légumes irrigués avec l'eau usée traitée ne poserait donc pas de problème puisqu'ils seraient nettoyés avec de la javel, comme les autres. Finalement, un argument ressorti dans deux cas au village est que c'est plutôt le fait d'avoir des légumes qui est important plutôt que la manière dont ceux-ci sont arrosés: « quand on les achète on ne sait de toute façon pas comment c'est arrosé et on les consomme », m'affirmera une villageoise. Le volet du projet du LATEU ayant trait à la réutilisation des eaux usées grises pour l'irrigation maraîchère et le reboisement semble donc correspondre aux désirs et besoins de la population de Ndem. Il ne paraît pas y avoir de réticences majeures par rapport à ce projet, du moment qu'il est démontré à la population qu'il ne présente aucun danger pour leur santé. Que pouvons-nous analyser des propos ci-dessus? Il est en premier lieu intéressant de constater dans les dires de plusieurs habitants la question de « faire redevenir l'eau potable », ou « faire revenir l'eau à son état naturel », ce que l'on peut mettre en lien avec une idée de transformation et de changement d'état de l'eau, qui pourrait être la clé de l'acceptabilité de la réutilisation par la population de l'eau usée grise traitée. Bien que les villageois interrogés doutent que l'eau usée traitée puisse se métamorphoser jusqu'à correspondre totalement à son état naturel, une représentation de l'eau comme pouvant être transformée est très perceptible dans les propos des habitants de Ndem. L'on peut penser dans ce sens à une idée d'un cycle symbolique de l'eau passant par la terre afin d'être nettoyée, et l'on peut poursuivre l'hypothèse en suggérant qu'une installation telle une station d'épuration naturelle (avec notamment des pierres et différents végétaux) pourrait participer de ce cycle permettant une transformation de l'eau. L'eau ne serait qu'un vecteur de la saleté et cette dernière pourrait en être retirée. L'acceptabilité de l'utilisation de l'eau usée recyclée pour l'irrigation voire pour d'autres usages pourrait donc passer par un cycle permettant la transformation de l'eau usée en une eau qui ne serait plus sale aux yeux des habitants de Ndem, ainsi qu'en complémentarité par la démonstration faite à ceux-ci qu'une transformation a bien eu lieu, le besoin de preuve que cette eau ne présente aucun danger pour la santé ayant été soulevé par la population. En plus de la question de la saleté, il serait important de clarifier la question de la pureté de l'eau usée grise traitée: en effet, l'on a vu qu'à Ndem une eau pure est une eau qui présente son état originel, naturel. Dans ce sens, l'eau usée grise traitée ne serait pas pure; toutefois, nous avons vu que le fait que certaines eaux grises soient déjà réutilisées, essentiellement pour l'arrosage de 103
  • 104. plantes lorsqu'elles contiennent peu de savon ou d'eau de javel, semble aller dans le sens qu'une eau impure peut avoir certains usages. Néanmoins, l'on peut se demander si une transformation de l'eau grise, en plus de rendre cette eau propre, la rendrait également pure aux yeux de la population; l'eau serait transformable, mais jusqu'à quel degré de pureté? Le fait que certains habitants évoquent un doute par rapport au fait que lors de son traitement l'eau grise puisse totalement « revenir à son état naturel » pourrait avoir trait à cette question de la pureté, et l'on peut émettre dans ce sens l'hypothèse qu'un cycle permettant la transformation des eaux grises pourrait rendre l'eau propre et utilisable pour certains usages aux yeux des habitants mais pas forcément pure et utilisable pour tous les usages, notamment la boisson. Toutes ces hypothèses demanderaient une plus ample exploration sur le terrain. Signalons encore le point important du lavage des légumes, qui a été évoqué par certains répondants. Au vu de nos données, la réutilisation de l'eau usée pour l'irrigation serait acceptable par les habitants car le légume sera dans tous les cas lavé, avec de l'eau ainsi que de l'eau de javel. Dans ce sens, qu'il soit irrigué ou non avec de l'eau usée traitée, le légume, comme tout aliment, sera de toute manière considéré comme une source d'impureté et un vecteur de maladie potentielle qu'il est important de nettoyer et purifier avant la cuisine et l'ingestion dans le corps. Une autre clé d'acceptabilité de la réutilisation de l'eau usée grise, en ce qui concerne spécifiquement l'irrigation maraîchère, serait donc cette existence d'un nettoyage ultérieur de l'aliment, avec un autre type d'eau (du forage, par exemple) mélangée à de l'eau de javel, ce qui remet en avant la fonction purificatrice de l'eau (du moins de certains types d'eau). 4.1.2 Avis de la population sur la réutilisation des eaux vannes pour le biogaz L'idée du LATEU concernant le biogaz à Ndem serait de mettre en place des digesteurs centralisés pour quatre ou cinq concessions. Le contenu des fosses de ces concessions serait prélevé par une personne chargée de leur vidange à l'aide d'un vacutug, machine mobile permettant une vidange adéquate des fosses, puis le gaz serait redistribué dans celles-ci. Pour mener à bien le projet, des fosses septiques devraient être construites dans les concessions n'en possédant pas encore. Il serait important de prioriser les familles ne possédant pas encore d'installations sanitaires et qui en réclament. Des tests seront effectués par rapport au rendement du gaz en fonction des matières organiques ajoutées dans le digesteur, car le contenu des fosses constituerait une base à laquelle d'autres déchets organiques pourraient être ajoutés. Cette phase pourrait s'effectuer au daara avec un digesteur de test, car certains habitants occidentaux du daara envisagent depuis longtemps de mettre en place du biogaz chez eux et pourraient ainsi participer aux tests. Ce digesteur de test pourrait aussi servir pour des démonstrations à toute la population de Ndem par rapport au biogaz. L'idée d'utiliser les eaux vannes donc le contenu des fosses septiques pour faire du biogaz a généralement été accueillie favorablement par les habitants de Ndem après présentation de celui-ci. L'un des questionnements autour de ce projet était la possible réticence des habitants de Ndem du fait de motifs religieux. Les données récoltées montrent qu'il n'y aurait à première vue pas de réticence au niveau religieux à l'utilisation du biogaz de la part de la population. Une grande partie des habitants rencontrés considèrent que le biogaz est quelque chose de bien et de bienvenu. Pour eux, le biogaz serait avantageux et constituerait un grand soulagement, facilitant leur vie, en autant que son prix soit léger. Un villageois avait déjà entendu parler du biogaz, et un autre, dont le travail était auparavant de déboucher des fosses septiques, avait remarqué qu'un gaz puissant en sortait. Les habitants de Ndem sont prêts à utiliser le biogaz dans le cas où celui-ci ne présente pas de danger pour la santé, ne contient pas de microbes, n'a pas d'odeur désagréable, est sûr et sécurisé. 104
  • 105. Comme pour la réutilisation des eaux grises, il est important pour la population de Ndem qu'une démonstration du biogaz leur soit faite, qu'ils le voient et que celui-ci soit bien étudié. Par rapport à la provenance du biogaz, des réactions d'étonnement ont parfois été relevées parmi la population, mais dans la plupart des cas cette provenance ne pose a priori pas de problème. Un homme explique que sa famille vide bien le contenu de la fosse sur leur champ, alors si ça peut resservir pour faire du gaz, « pourquoi pas ». Une villageoise est un peu gênée par le fait que le gaz provienne des toilettes, mais pour elle cette gêne serait compensée s'il s'agissait de quelque chose qui a été bien étudié, a des résultats concrets, est sûr et peu cher. Elle a confiance en la science, et cite également le fait que des gens vident le contenu de leur fosse sur leurs champs, ce qu'elle explique être une méthode traditionnelle. « Ils disent tous que vraiment, ce genre de projet-là serait le bienvenu et serait accueilli avec de grandes mains. Parce qu'elle dit que si ça vient et que c'est parfait avec des résultats et toute la sécurité qu'il faut dedans, ils ne voient pas pourquoi ils ne pourraient pas s'en servir. Parce que comme a dit la dame, vraiment surtout pour elles les femmes, ça serait un grand soulagement. Parce qu'elles disent que souvent même en période d'hivernage tous ces combustibles que tu vois, bois comme gaz comme bioterre et tout ça, c'est difficile. Le gaz manque. C'est inaccessible. Le bois en période d'hivernage c'est mouillé, tu ne cuisines pas avec. Le bioterre souvent est pris par l'humidité. Il y a tout ça quoi. Donc ils disent que ce projet-là qui pourrait être similaire au gaz, qui proviendrait de nos maisons comme matière première vraiment ce serait un grand soulagement. » (propos de plusieurs membres d'une famille traduits par mon accompagnant) L'argent du biogaz servirait pour la maintenance du ou des digesteur(s) ainsi que pour payer la personne qui serait chargée de la vidange des fosses. Les habitants de Ndem seraient prêts à mettre de l'argent pour le biogaz à condition que celui-ci soit moins cher que les autres combustibles, ou s'il est en partie subventionné. Le prix du biogaz est clairement très important pour la perspective que la population adopte ou non ce produit. Il ne doit pas être cher, doit être meilleur et plus pratique que les autres combustibles. Plusieurs villageoises mettent l'accent sur ces deux points: le biogaz doit être moins cher que le gaz et le bioterre et doit être plus pratique que le fait d'aller ramasser du bois dans la brousse. Dans les entretiens, les habitants de Ndem affirment souvent que le plus facile pour eux en ce moment est d'aller chercher du bois. Selon l'un de mes informateurs privilégiés, pour que le biogaz soit adopté à la place du bois, il faut que celui-ci représente un plus gros effort que le fait de dépenser une petite somme pour le biogaz: « C'est là où vient l'impact du prix. Parce que présentement dans le cas du bois l'effort physique devient une facilité. Donc cette somme d'argent-là, pour payer pour du combustible, elle est vraiment inaccessible pour eux en ce moment. Leurs moyens ne le couvrent pas. Parce qu'avoir cette somme d'argent et pouvoir acheter une bonbonne de gaz c'est plus facile, ça représente moins d'effort. » (informateur privilégié) Parmi les habitants de Ndem interrogés, une seule personne est ouvertement défavorable à la valorisation du contenu des fosses septiques pour faire du biogaz. Il s'agit d'un jeune du daara, qui m'explique que toute chose a un objectif déterminé et une fonction: « Le contenu des fosses septiques, je dirais plutôt que c'est quelque chose qui est destiné à la terre. La terre qui va en faire une transformation pour en faire autre chose. [...] Je dirais que le contenu des fosses septiques n'est pas destiné à la réutilisation. Qu'on peut oxygéner ou pour faire chauffer. [...] Chaque chose a sa place. On peut utiliser le contenu des fosses pour quelque chose qui va retourner à la terre. Mais on ne va pas l'utiliser d'une autre manière. » 105
  • 106. Ce jeune évoque la question de la terre comme agent de transformation, en l'occurrence du contenu des fosses septiques. Cela serait peut-être la raison pour laquelle quelques familles épandent sur leur champ le contenu de leur fosse: le passage dans la terre permet une transformation de ce contenu en quelque chose qui sera utile à cette dernière, et par conséquent à la population, grâce à l'agriculture qui dépend du sol. L'on peut se demander si une transformation du contenu des fosses, dans le but d'en faire du biogaz, ne pourrait selon la population que symboliquement avoir lieu et être acceptable au travers d'un passage dans la terre ou bien si la transformation en soi d'une autre façon (au travers d'un biodigesteur) permettrait également de rendre acceptable une réutilisation du contenu des fosses septiques par les habitants de Ndem. Bien que la population semble a priori ouverte au projet, il serait utile de creuser cette question plus amplement. De plus, l'eau vanne est une eau impure, du fait de la présence de selles. La transformation de l'eau vanne impure peut-elle permettre de la rendre utilisable pour certaines choses aux yeux de la population? Néanmoins, cette question doit être nuancée par le fait qu'il ne s'agit pas, contrairement à l'eau grise, de transformer l'eau vanne en une eau traitée, mais de la transformer en gaz ainsi qu'en compost. L'on peut donc émettre l'hypothèse, qui va dans le sens de l'absence de réticence majeure de la part de la population que nous avons pu observer par rapport au projet de biogaz, qu'une telle eau impure destinée à être transformée en une autre substance pourra lors de sa transformation être dissociée symboliquement de son origine impure par la population. De nouveau, l'eau ne pourrait être qu'un vecteur de la saleté et de l'impureté. La question de l'impureté semble également être plus fortement liée au corps et aux aliments, et le biogaz n'aurait pas trait au corps et ne serait pas en contact direct avec les aliments (qui, de nouveau, sont de toute manière nettoyés et purifiés); une autre hypothèse par conséquent est que le biogaz basé sur une réutilisation des eaux vannes serait acceptable à Ndem du fait qu'il ne risque pas de compromettre la pureté du corps et de l'esprit. Nous l'avons vu, l'usage des combustibles de cuisine à Ndem fonctionne selon une combinaison de combustibles. De ce fait, le but n'est pas forcément de généraliser l'usage du biogaz à Ndem pour tous les usages, sachant que les qualités d'un combustible, ce qui est valorisé en cuisine et ce qui est cuisiné jouent un rôle dans la variation des combustibles employés, et que chaque combustible peut être relié à une certaine fonction. Toutefois, nous avons aussi vu qu'une certaine interchangeabilité des combustibles ou du moins de certains d'entre eux semblait exister à Ndem, ce qui pourrait favoriser l'implantation du biogaz. Il serait intéressant que le biogaz se substitue au bois, du moins pour le repas de midi qui est le plus gourmand en combustible, et qu'il remplace le gaz trop cher et sujet aux ruptures pour le petit-déjeuner et les petites choses à réchauffer. Quant au bioterre, il est important de souligner qu'il ne s'agit pas de le concurrencer ou de l'éliminer, mais de continuer à le développer et à renforcer son usage actuel pour les grandes cérémonies et autres grandes cuisines pour lesquelles son usage correspond le mieux. En dehors du fait que ce combustible doit être moins cher que les autres, les habitants de Ndem interrogés se disent prêts à remplacer le bois par le biogaz s'il s'agit d'un combustible sûr, pratique et suffisamment abondant. Pour une jeune femme, si le prix du biogaz est léger, il pourrait permettre d'enrayer la coupe du bois pour faire du bois de chauffe qu'elle qualifie de catastrophe pour l'environnement. Par contre, une villageoise affirme que si les moyens financiers ne permettent pas à sa famille de toujours se procurer du biogaz, ils vont peut-être jongler entre le biogaz et le bois. Dans tous les cas, la perspective du biogaz, ainsi que nous l'avons souligné, semble accueillie favorablement par les habitants. Plusieurs habitants du village rêvent d'avoir un combustible disponible à la maison, sans avoir à chercher du bois. Rappelons que le combustible avec lequel les femmes préfèrent cuisiner est le gaz, et que lorsque la situation économique était meilleure et le gaz accessible, la population utilisait ce dernier combustible et avait délaissé le bois de chauffe. Il serait donc intéressant à Ndem de demeurer dans un modèle de multiples combustibles notamment en développant le bioterre et le biogaz en complémentarité, le bioterre pour les 106
  • 107. grandes cuisines auxquelles il est plus adapté et déjà adopté par la population, et le biogaz pour l'usage domestique. Dans un contexte où la population jongle entre de multiples combustibles du fait de tous les facteurs évoqués au chapitre précédent, proposer un seul et unique combustible ne serait pas adapté à leurs besoins et habitudes et celui-ci risquerait d'être rejeté. S'il peut déjà dans un premier temps remplacer le bois (et le gaz conventionnel) pour certains usages, la déforestation en serait diminuée. 4.1.3 Réutilisation des eaux usées et sensibilisation L'assainissement à Ndem est perçu comme un besoin par les instigateurs du projet de développement de Ndem: « Ndem va grandir c'est évident, ça va devenir un gros village. Et c'est important qu'on puisse intégrer cette dimension-là dès le départ sinon on va se retrouver dans la même problématique que toutes les villes du Sénégal, qui manquent vraiment d'hygiène et d'assainissement. » (Sokhna Aïssa) Dans le cadre de l'assainissement, la réutilisation des eaux usées a selon eux des intérêts multiples: « L'intérêt de retraiter les eaux usées c'est non seulement pour moi un intérêt environnemental du point de vue de l'hygiène mais ça peut être vraiment intéressant du point de vue de l'activité économique à mettre en place. Parce que le maraîchage c'est vraiment important: les gens dans cette région où il ne pleut pas pendant neuf mois, tu ne peux pas mettre tout le monde à l'artisanat c'est impossible. Tu ne peux que travailler la terre avec l'élevage. Et quelque part ton périmètre maraîcher pourrait aussi t'aider à nourrir tes animaux, avec des cultures fourragères. » (Sokhna Aïssa) Toutefois, Serigne Babacar émet quelques réticences par rapport à l'utilisation des eaux vannes pour faire du biogaz: « Il y a un problème éthique. Parce que le biogaz, c'est quelque chose qui vient des toilettes. C'est la matière fécale. Quand tu expliques aux gens que ce gaz vient des toilettes, il y aura beaucoup beaucoup de réticences, et beaucoup de rejets. [...] Et même beaucoup d'humour, mais d'humour dans le sens de ne pas comprendre d'abord, et quand ils comprennent, il y en a beaucoup qui ne vont pas adhérer à ça. A cause du caractère culturel, de la vision qu'ils ont de ça. » (SB) Cette réflexion nous ramène aux questionnements ci-dessus concernant la transformation de l'eau usée et démontre l'importance d'une vérification ultérieure dans le cadre de la mise en place du projet du LATEU des différentes hypothèses soulevées jusqu'à présent dans le chapitre 4 à propos de l'acceptabilité de la réutilisation des eaux usées grises et vannes. Dans ce sens, Russel et Hampton (2006) indiquent que le fait que la réutilisation de l'eau usée soit théoriquement acceptée par une population ne signifie pas qu'elle le sera en pratique. Il faut garder à l'esprit qu'il est possible que les dires de la population de Ndem recueillis dans un premier temps par les entretiens et les analyses que nous avons pu faire concernant l'acceptabilité de la réutilisation de l'eau usée diffèrent de la mise en pratique effective de ce projet. Pour d'autres habitants du daara installés depuis longtemps à Ndem, si une bonne sensibilisation est effectuée, avec de nombreuses explications et démonstrations à la population, la réutilisation des eaux usées grises ou vannes serait acceptée et adoptée, et qu'il s'agit d'un projet qui va les arranger. Un de ces habitants considère le projet du LATEU comme s'inscrivant dans la lutte contre la pauvreté; même s'il provient des fosses septiques, le biogaz serait accepté, car pour la 107
  • 108. population c'est en premier lieu l'aspect financier qui comptera. Le responsable du pôle éducation de Ndem m'explique que les Sénégalais n'aiment pas ce qu'ils ne voient pas et en ont peur, et que c'est pour cette raison que des démonstrations ainsi qu'une bonne communication seront nécessaires si le projet se met en place. Pour synthétiser, relevons que les principaux facteurs auxquels la population de Ndem s'avère explicitement attentive en regard du projet du LATEU sont le gain financier, la sûreté des produits (biogaz et eau usée grise traitée) ainsi que la protection de la santé. 4.2 Facteurs influençant la mise en place d'un projet à Ndem Après avoir relaté les avis de la population de Ndem par rapport au projet du LATEU et la perception de celui-ci, il s'agit de relever brièvement certains facteurs pouvant influencer la mise en place d'un projet (quel qu'il soit) à Ndem dont il faudrait éventuellement tenir compte. En premier lieu, les relations entre le daara et le reste du village pourraient avoir une influence sur la mise en place d'un projet et son appropriation par la communauté. Selon Sokhna Aïssa, les relations entre le daara et le reste du village sont bonnes, et les quelques tensions pouvant parfois exister sont rapidement arrangées: « Ca se passe bien, parce que Serigne Babacar et derrière lui toute cette communauté, on a une attitude de grande tolérance. Et une attitude aussi de solidarité. Parce que toutes les actions qui sont faites ici, c'est pour toutes les populations. [...] Ces qualités sont importantes parce que si on n'avait pas nous-mêmes quand on est arrivés ici à Ndem senti quelque chose de fort sur le plan du cœur quant à l'accueil, si on n'avait pas été chaleureusement accueillis, on ne se serait probablement jamais installés ici. [...] Donc il y a des relations de service réciproque et d'entraide réciproque. Après il y a aussi des difficultés qui sont dues quelquefois à des manques de vision. Et forcément ce sont des populations analphabètes, qui ne sont jamais sorties de leur village et qui ont une vision assez étroite des choses. Donc il y a forcément des incompréhensions quelquefois. » Cette différence de vision existant parfois entre habitants du village et ceux du daara proviendrait du fait que ces derniers sont en grande partie issus d'un milieu urbain, et certains ont eu accès à une éducation plus longue, et à plus de sensibilisation sur des questions environnementales et sanitaires notamment. De plus, les villageois, comme nous l'avons vu, se situent dans une perspective à court terme de survie, ce qui complique la pérennisation de certains projets devant être envisagés sur un plus long terme. L'aspect de solidarité souligné par Sokhna Aïssa est aussi évoqué par un jeune taalibe du daara; pour lui, la convivialité et la cohabitation entre tous les habitants est valorisée à Ndem, et tous les projets appelant à une union entre les habitants sont acceptés et mis en œuvre par ceux-ci. Toutefois, notons que d'après Sokhna Aïssa, du fait de certaines difficultés et préoccupations actuelles de l'ONG, son contact avec le village devient de plus en plus réduit par manque de temps; ceci pourrait constituer un facteur pouvant rendre plus difficile l'appropriation par les villageois d'un projet mis en place par l'intermédiaire de l'ONG. Une différence dans l'adoption et la mise en œuvre communautaires d'un projet pourrait également exister entre les concessions villageoises et le daara, différence qui proviendrait de la dimension spirituelle très importante à Ndem. Les habitants du daara vont en effet se référer à Serigne Babacar (mais aussi à Sokhna Aïssa), leur marabout, et le suivre, processus qui ne sera pas similaire au village: 108
  • 109. « Ce qui est essentiel c'est le marabout, son opinion. [...] S'il [Serigne Babacar] est d'accord [pour le biogaz], moi je suis d'accord parce que lui il sait ce que ça pourra être. [...] Si il est d'accord, moi il n'y a pas de problème. [...] Quelque part moi je le suis et je le suivrai jusqu'à mon dernier souffle. De ma vie. [...] Ce qui est l'essentiel c'est le marabout. Et Sokhna Aïssa. Ce sont les concernants. Tout le reste, en commençant par moi et les autres, tout ce qu'on te dit c'est faux. Il faut écouter leurs conseils. S'ils te disent 'oui fais', il faut faire ce qu'il t'a dit. S'il te dit non c'est non. » (femme du daara) Cette même femme va aussi me dire que l'opinion de Serigne Babacar ne sera pas autant suivie au village qu'au sein du daara. Dans celui-ci, en effet, un nouveau projet mis en place sera considéré comme un ndigël du marabout vers lequel il faut tendre. Un ndigël est un « ordre », un conseil ou une recommandation que le marabout donne au taalibe par rapport à un travail ou acte à accomplir ou à cesser, et constitue pour les Baye Fall un moyen privilégié d'élévation spirituelle. Selon un homme du daara de Ndem, le ndigël « sort petit mais est perçu très grand, le marabout ne le donne pas comme un ordre mais le taalibe s'y applique ». Le ndigël pourrait être un facteur d'influence dans le développement d'un projet à Ndem, dépendant comment le disciple comprend le ndigël, tend vers celui-ci, attend un ndigël explicite du marabout pour effectuer un certain travail ou le fait spontanément. Pour un taalibe de Serigne Babacar interrogé, le ndigël est une recommandation: chacun est face à son libre arbitre et son ego, et va plus ou moins suivre ce qui est recommandé par le marabout en fonction de son cheminement personnel. Le ndigël n'est pas quelque chose de contraignant selon lui, car si c'était le cas, ce qui est demandé ne serait pas effectué de bonne volonté. Cette question du ndigël, qu'il serait intéressant de creuser plus profondément, pourrait avoir une influence dans le développement d'un projet, non seulement au niveau d'une adoption potentiellement différenciée entre daara et reste du village, mais encore au niveau du travail à fournir sur un projet. Finalement, l'organisation genrée semble être un autre facteur influençant l'adoption et l'implémentation d'un projet à Ndem, facteur qu'il vaudrait la peine d'étudier davantage à Ndem, les quelques informations sur le sujet ayant été principalement mises en avant par des hommes du daara. Avec l'exode rural, l'organisation familiale de la famille wolof a quelque peu changé et le rôle des femmes a évolué, notamment au niveau de la gestion monétaire. Toutefois, le chef de famille demeure le mari, et les décisions familiales lui appartiennent en dernier recours. Ainsi que le souligne l'un de mes interlocuteurs, « les hommes ont le dernier mot ». Ceci vaudrait pour le choix du combustible de cuisine. L'utilisation du biogaz devrait donc passer par le mari, qu'il s'agisse du combustible avec lequel la femme souhaite ou non cuisiner. Pour ce même interlocuteur, si le mari décide que sa femme cuisinera avec le biogaz, elle cuisinera avec le biogaz. « Ce sont les hommes ce ne sont pas les femmes qui décident. Quand tu vas dans une maison la femme te dit 'oui oui oui oui', bien sûr, elles sont sincères, elles voudraient bien le biogaz. [...] Elles font la cuisine, c'est tentant d'avoir du gaz, etc. Elles voient tout de suite le gaz elles ne comprennent pas certains mécanismes même comment l'installer, comment ça va se passer, est-ce qu'il faut faire ceci faire cela, l'essentiel c'est l'objectif, c'est que ça va leur faciliter la vie. Mais ce sont les hommes qui vont devoir s'engager. Et ensuite il faut maintenir l'engagement. En payant régulièrement. » (Serigne Babacar) Le facteur genre jouerait aussi un rôle dans le degré d'engagement dans un projet, ainsi que le souligne Serigne Babacar: « Ce sont les femmes qui sont ici dans la région, les hommes ne sont pas là. Les femmes sont beaucoup plus faciles, beaucoup plus accessibles, beaucoup plus attentives. Parce qu'elles sont là elles vivent les réalités du milieu. Les hommes sont beaucoup plus détachés et beaucoup moins 109
  • 110. engagés. [...] C'est avec les femmes qu'on a créé cette association [avant l'ONG], avec qui on travaille depuis le début c'est avec elles qu'on a mis toutes ces structures en place, tout. Le centre des métiers, la banque, tout tout c'est avec les femmes. » 4.3 Recommandations pour le projet du LATEU Au terme de cette enquête menée à Ndem, nous pouvons pour conclure formuler certaines recommandations pour la mise en place et l'adoption du projet du LATEU à Ndem: 1 Effectuer quelques analyses socio-anthropologiques supplémentaires afin d'étayer l'acceptabilité de la réutilisation des eaux usées qui est ressortie durant cette première étude auprès de la population cible, et de vérifier certaines hypothèses qui ont été soulevées dans ce dernier chapitre. 2 Favoriser la réutilisation des eaux grises traitées pour l'irrigation maraîchère et le reboisement: notre étude a montré que la population de Ndem semble ouverte à cette réutilisation de l'eau usée proposée par le LATEU, à consommer des légumes irrigués avec de l'eau usée traitée, et que le développement maraîcher ainsi que le reboisement correspondent à un besoin. 3 Introduire le biogaz en complémentarité avec le bioterre dans le but de diminuer l'utilisation du bois et par conséquent la déforestation: favoriser le premier pour des usages domestiques et le second pour des grandes quantités à cuisiner. Le biogaz ne doit pas être introduit en concurrence avec le bioterre. 4 Adapter le combustible aux besoins et habitudes de la population plutôt que d'adapter les habitudes de la population au combustible: le biogaz ne permettra pas de répondre à toutes les pratiques nécessitant du combustible (comme le fer à repasser), mais pourra se substituer au bois de chauffe ou au gaz conventionnel dans certains cas. 5 Assurer une constance du combustible: si le biogaz est présent en trop petites quantités ou n'est pas constant, une réduction de la déforestation ne sera pas assurée. En plus des eaux vannes, d'autres matières organiques pourraient permettre d'assurer une quantité suffisante de biogaz, tout en fournissant par après un compost prêt à l'emploi. Une unité de compostage de grande ampleur qui pourrait également bénéficier aux champs pourrait être mise en place. 6 S'assurer que les marmites actuelles utilisées par les familles soient adaptées aux installations du biogaz; nous avons vu que ce point était l'une des raisons pour lesquelles le bioterre n'a été que peu adopté pour les usages domestiques. 7 Impliquer dès le départ toute la population de Ndem, au daara comme dans le reste du village, dans le projet afin qu'elle puisse se l'approprier. 8 Impliquer autant les hommes que les femmes, notamment par rapport au biogaz: ce sont les femmes qui utilisent le combustible, mais les hommes auraient un pouvoir de décision plus important. 110
  • 111. 9 Faire plusieurs présentations et démonstrations de l'irrigation avec les eaux usées traitées et de l'utilisation du biogaz afin que la population soit assurée de la sûreté de ces pratiques, besoin fréquemment ressorti dans cette étude. 10 Garder en tête qu'une acceptation théorique du projet ne se traduit pas automatiquement par une mise en pratique de celui-ci par la population: le projet doit toujours correspondre aux besoins de celle-ci et non l'inverse. 11 Si possible inclure le coût des installations du réseau d'assainissement dans le financement du projet: si l'on demande aux familles du village une participation pour l'installation du réseau chez elles, au vu de la situation économique actuelle à Ndem et du fait que certaines familles ne peuvent déjà pas faire installer un robinet dans leur concession, peu de familles risquent de participer. 12 Si cela était envisageable dans le temps et au niveau des fonds, effectuer en même temps les travaux de réaménagement du réseau hydraulique et l'installation du réseau d'assainissement, qui vont de pair. Il ne serait en effet pas très pratique d'effectuer le même genre de travaux deux fois à quelques mois ou années d'intervalle. 13 Le prix du biogaz, qui contribuerait à la maintenance des installations et au salaire de la personne chargée de la collecte des eaux vannes, ne devrait pas dépasser à l'heure actuelle 100 CFA par jour par famille, autrement il risque de ne pas être utilisé par les familles. 14 Assurer la présence de personnes pour la mise en place et l'organisation du projet: l'une des préoccupations de Serigne Babacar est que l'ONG a actuellement beaucoup de problèmes à régler et de projets en cours. Il manque de ressources humaines pour gérer ce projet, qui devrait donc se faire en collaboration avec l'ONG mais par l'intermédiaire d'autres personnes, assurées par le LATEU. 15 Dans un premier temps, une unité pilote de biogaz de test au daara, en collaboration avec ses habitants qui avaient déjà songé au biogaz pour leur maison, serait une bonne façon de démarrer le projet. 16 Assurer le suivi, l'expertise et la maintenance des nouvelles installations: ceci pourrait être assuré par une formation au centre professionnel naissant à Ndem, où il est notamment projeté de mettre en place des formations dans les énergies renouvelables. 111
  • 112. 5. Conclusion Ce travail de terrain à Ndem nous a permis de voir que tout ce qui a trait à l'eau, à l'eau usée, aux combustibles de cuisine ainsi qu'aux déchets est complexe et ne saurait se réduire à des aspects techniques et pratiques. Notre étude a pu dégager de nombreuses pratiques et représentations relatives à ces thématiques nous ayant permis de formuler certaines recommandations pour le projet du LATEU qui envisage la valorisation à Ndem des eaux grises traitées à des fins d'irrigation et la valorisation des eaux vannes pour faire du biogaz. Un système symbolique va aller de pair avec la réception des propositions d'un projet, et il est de ce fait important qu'une description du contexte local et communautaire accompagne l'action socio-technique. Dans le cas de la population de Ndem, l'on a pu en ce sens mettre en avant que l'eau n'est pas quelque chose de figé et peut se transformer, l'on a donc avancé l'hypothèse que l'état de saleté ou de souillure accordé à l'eau usée par les habitants était également transformable, pouvant rendre de ce fait acceptable la réutilisation de l'eau usée qui a par ailleurs été à première vue accueillie favorablement par ceux-ci. Ce travail nous a également permis de souligner l'importance de l'adaptation aux modèles socio-culturels existants; dans le cas de la cuisine, l'on a pu voir que plusieurs combustibles étaient utilisés et combinés en fonction des contextes de cuisine, un combustible pouvant revêtir des caractéristiques valorisées dans un contexte qu'un autre n'aura pas, et ce dernier pouvant s'avérer plus adéquat aux besoins de la population dans un autre contexte de cuisine. De ce fait, il semble important de ne pas mettre en place le biogaz à Ndem, par ailleurs a priori accueilli positivement (et rappelons que le combustible préféré des femmes est le gaz), dans une optique de son utilisation unique pour tous les contextes de cuisine, afin qu'il puisse être approprié par la population pour les contextes où il conviendra le mieux. S'adapter aux modèles existants (tout en gardant en tête qu'un contexte socio-culturel n'est jamais figé et que ces modèles peuvent évoluer) va permettre une adoption plus probable de la technique par la population et, dans le cas de Ndem, conférer plus de chances à la diminution de l'usage du bois et par conséquent de la déforestation. S'agissant des combustibles, il est également important de promouvoir l'usage du biogaz en complémentarité avec celui du bioterre, combustible alternatif prometteur de Ndem surtout adapté à l'heure actuelle aux grandes cuisines et cérémonies. Ce travail a permis de dégager une vue d'ensemble de la situation de l'eau, de l'eau usée, des combustibles, du maraîchage ainsi que des déchets à Ndem, en soulevant certaines hypothèses qu'il serait intéressant de creuser plus finement à l'avenir. Notons que depuis le moment où les données de ce travail ont été récoltées, certaines choses ont pu changer à Ndem, plus spécifiquement au niveau de l'approvisionnement en eau et aux quantités d'eau utilisée du fait de la mise en route récente d'un nouveau forage. Ndem est un carrefour dynamique entremêlant des valeurs religieuses et socio-culturelles traditionnelles avec de nouvelles valeurs apportées par le développement, notamment par la sensibilisation sanitaire et environnementale; l'association par la population de ces nouvelles valeurs avec les valeurs socio-culturelles en place va engendrer des valeurs particulières et une évolution socio-culturelle spécifique à ce village. Autant il importe de prendre en compte le contexte local lorsqu'un projet est envisagé, autant il est important de ne pas considérer ce contexte comme figé. Notons aussi dans cette conclusion que Ndem a déjà amorcé un processus de valorisation de certains déchets pouvant s'avérer utiles, qu'il s'agisse de certaines eaux usées, des déchets d'animaux ou encore du métal; une partie de ce processus était déjà présente de façon traditionnelle, une autre a été amenée par Serigne Babacar et Sokhna Aïssa. De manière générale, le contexte de Ndem est véritablement unique et l'analyse fournie ici ne pourrait peut-être pas convenir à d'autres contextes. De plus, du fait du court temps de séjour sur le terrain et d'une intégration plus importante dans le 112
  • 113. daara de Ndem, rappelons que ce travail constitue plutôt une exploration des thématiques nous ayant intéressées dans le contexte de Ndem; l'on a pu saisir certaines tendances qu'il s'agirait d'étudier plus en détails. Certains points plus techniques mériteraient également d'être analysés, telle l'incidence de l'importante utilisation de l'eau de javel sur l'eau et le sol. La communauté de Ndem constitue un véritable exemple de développement local visant l'autosuffisance à plusieurs niveaux. Le but recherché à Ndem est une pérennisation des projets qui ont été mis en place et ceux à venir, afin que le grand projet de développement de Ndem et de sa région puisse survivre dans un avenir où ses deux instigateurs ne seront plus présents. Il est notamment envisagé de mettre en place des formations tant aux différents métiers de l'artisanat représentés au centre des métiers de Ndem que des formations en plomberie, électricité ou des formations au niveau des énergies renouvelables, notamment en énergie solaire, et dans lesquelles pourrait s'intégrer une formation relative au biogaz. Il est essentiel dans cette conclusion de souligner l'importance d'une initiative comme celle- ci dans l'optique d'un véritable bien-être socio-économique ainsi que dans la lutte contre les changements climatiques et autres atteintes à l'environnement et à la biodiversité. L'exemple de Ndem représente une forme d'exemple à suivre au niveau international: ce sont des initiatives concrètes et locales comme celle-ci qui peuvent amorcer une véritable transition vers des modes de vie plus durables. A l'heure où les multinationales dirigent le monde, le changement ne peut s'opérer qu'à travers une réappropriation de toutes les sphères de l'existence dont la gestion a été accaparée par ces mêmes multinationales. Relevons par exemple l'importance de l'autosuffisance alimentaire dans une période où les multinationales de l'agro-alimentaire s'approprient la gestion des semences et imposent des variétés hybrides ou génétiquement modifiées, portant atteinte à la biodiversité alimentaire et rendant les populations, particulièrement les plus pauvres, dépendantes de ses produits (dont des pesticides, fongicides, fertilisants et autres produits chimiques détruisant les sols et leur capacité naturelle à faire pousser des cultures). Il existe à travers le monde de plus en plus d'initiatives locales comme celle de Ndem qui toutes contribuent d'une façon très localisée mais concrète et pratique à ce changement vers un mode de vie plus harmonieux avec la nature et tous ses êtres. De plus, les valeurs d'amour et de paix prônées à Ndem sont essentielles à ce changement. 113 Fillettes préparant l'ataya, thé traditionnel
  • 114. Références Les références suivantes sont celles qui ont été utilisées dans mon travail de mémoire, sur lequel est basé ce rapport. Bien que de nombreuses références n'apparaissent pas dans le présent rapport, leur lecture a été très utile pour l'élaboration de ce travail. Abderrahman, W. A. (2003). La gestion de la demande en eau en Arabie saoudite. In N. I. Faruqui, A. K. Biswas, & M. J. Bino (Dir.), La gestion de l'eau selon l'Islam (pp. 107-118). Paris: CRDI – Karthala. Akinbami, J-F. K., & al. (2001). Biogas energy use in Nigeria: current status, future prospects and policy implications. Renewable and Sustainable Energy Reviews, 5, 97-112. Al-Jayyousi, O. (2003). La gestion de l'eau selon l'Islam et la Déclaration de Dublin. In N. I. Faruqui, A. K. Biswas, & M. J. Bino (Dir.), La gestion de l'eau selon l'Islam (pp. 63-70). Paris: CRDI – Karthala. Al Khateeb, N. (2003). L'acceptabilité socioculturelle de la réutilisation des eaux usées en Palestine. In N. I. Faruqui, A. K. Biswas, & M. J. Bino (Dir.), La gestion de l'eau selon l'Islam (pp. 119-126). Paris: CRDI – Karthala. Allély, D., & al. (2002). Eau, genre et développement durable. Expériences de la coopération française en Afrique subsaharienne. Paris: Editions du Gret. Amery, H. A. (2003). L'Islam et l'environnement. In N. I. Faruqui, A. K. Biswas, & M. J. Bino (Dir.), La gestion de l'eau selon l'Islam (pp. 71-82). Paris: CRDI – Karthala. Andres, N. (2009). Analyse socio-anthropologique de la gestion de l’eau à Nouakchott (Mauritanie), vers une restructuration des rapports entre espaces privés et publics? In Le « développement durable »: mythe et/ou réalités? Approche comparative dans les recherches sur le Maghreb, les Proche et Moyen-Orients , dans le cadre de la Journées Jeunes chercheurs sur le Développement durable, 21-23 avril 2009, Le Caire. Atanassov, B. (2010). Socio-cultural dimensions in household cooking energy choice. Implications for energy transition in Catembe, Mozambique. Master thesis in geography, Stockholm University. Audrain, X. (2002). Baay-Fall du temps mondial: Individus modernes du Sénégal. Mémoire de DEA d'études africaines, Université de Paris I – La Sorbonne. Ba, M., & Sall, M. (2004). Les changements d’occupation / utilisation du sol et leurs incidences sur la diversité biologique: études de cas sur les paysages agraires, pastoraux et forestiers du bassin arachidier du Sénégal. In La biodiversité agricole en Afrique de l'Ouest: Situation actuelle, expériences et perspectives, (chapitre 10), FAO. Baron, C. (2007). De l'eau sacrée à l'eau marchandise. Représentations de l' eau en Afrique. In H. Aubry (Coord.), Imaginaires de l'eau, imaginaire du monde (pp. 109-140). Paris: La Dispute. Biagi, M., & Ferro, M. (2011). Ecological citizenship and social representation of water : Case study in two Argentine cities. SAGE Open, 1, 1-8. Bouguerra, M. L. (2006). Symbolique et culture de l'eau. Institut Veolia Environnement, rapport n°5. Bouguerra, M. L. (2007). Préface. In H. Aubry (Coord.), Imaginaires de l'eau, imaginaire du monde (pp. 9- 32). Paris: La Dispute. 114
  • 115. Brown, N. (1987). Biogas systems in development. Appropriate Technology, 14(3), 5–7 (d'après Mwakaje, 2008). Buxton, D., & Reed, B. (2001). Disposal of latrine waste: Is biogas the answer? A review of literature. EWB-UK National Research Conference ‘From Small Steps to Giant Leaps...putting research into practice’, The Royal Academy of Engineering, 19th February 2010. Copans, J. (1980). Les marabouts de l'arachide. La confrérie mouride et les paysans du Sénégal . Paris: Le Sycomore. Copans, J. (2011). L'enquête ethnologique de terrain, 3e édition. Paris: Armand Colin. De Sardan, J-P. O. (2003). L'enquête socio-anthropologique de terrain: synthèse méthodologique et recommandations à usage des étudiants. Etudes et Travaux nº 13. Laboratoire d'études et recherches sur les dynamiques sociales et le développement local – LASDEL. Delorme, V. (2005). Perception des villageois de N’Dem de leur projet de développement (Sénégal). Genève: École supérieure de travail social – ESTS, Institut d’études sociales. Diop, A-B. (1995). La famille wolof. Paris: Karthala. Diouf, M. (1994). Sénégal: Les ethnies et la nation. Paris: L'Harmattan. Dos Santos, S. (2007). Usages et risques de la ressource en eau: Point de vue de la population à Ouagadougou (Burkina Faso). Actes des JSIRAUF, Hanoi, 6-9 novembre 2007, 1-6. Douglas, M. (1971[1966]). De la souillure: essai sur les notions de pollution et de tabou . [Trad. Purity and danger:. London: Routledge & Kegan Paul Ltd.]. Paris: Maspéro. Douglas, M. (1992[1966]). De la souillure. Etudes sur la notion de pollution et de tabou . [Trad. Purity and danger. London: Routledge & Kegan Paul Ltd.). Paris: Maspéro (d'après Lioré, 1998). Duncker, L. C., & al. (2007). The social / cultural acceptability of using human excreta (faeces and urine) for food production in rural settlements in South Africa. Pretoria: Water Research Commission Report No TT 310/07. EDEN. (2006). Digesteur de demonstration, fiche technique 8. EDEN, Intelligent Energy Europe, Bioprofarm. Elain, C. (2009). Un petit coin pour soulager la planète. Toilettes sèches et histoires d'eau . Laval: Eauphilane. Faechem, R., & Cairncross, S. (1978). Small excreta disposal systems. London: The ROSS Institute of Tropical Hygiene (d'après Buxton & Reed, 2001). Faruqui, N. I. (2003). Introduction. In N. I. Faruqui, A. K. Biswas, & M. J. Bino (Dir.), La gestion de l'eau selon l'Islam (pp. 13-20). Paris: CRDI – Karthala. Friedler, E., & al. (2006). Study of urban population attitudes towards various wastewater reuse options: Israel as a case study. Journal of Environmental Management, 81, 360-370. Gaye, M. (Ed.) (2011). Guide pratique pour la mise en place de systèmes sociaux alternatifs d’assainissement condominium en milieu urbain et périurbain. Dakar: Enda Rup. 115
  • 116. Hurlimann, A., & McKay, J. (2007). Urban Australians using recycled water for domestic non-potable use - an evaluation of the attributes price, colour and odour using conjoint analysis. Journal of Environmental Management, 83, 93–104 (d'après Menegaki & al., 2007). Malhotra, P., & al. (2004). A Participatory process for designing cooking energy programmes with women. Biomass and Bioenergy, 26, 147-169 (d'après Atanassov, 2010). Masera, O., Saatkamp, B., & Kammen, D. (2000). From linear fuel switching to multiple cooking strategies: A critique and alternative to the energy ladder model. World Development, 28(12), 2083-2103 (d'après Atanassov, 2010). Mbow, P. (2001). L'Islam et la femme sénégalaise. Ethiopiques - Revue négro-africaine de littérature et de philosophie, 66-67, 203-224. Menegaki, A. N., & al. (2007). The social acceptability and valuation of recycled water in Crete: A study of consumers' and farmers' attitudes. Ecological Economics, 62, 7-18. Molle, F., & al. (2008). Water, Politics and Development: Introducing Water Alternatives. Water Alternatives, 1(1), 1-6. Mwakaje, A. G. (2008). Dairy farming and biogas use in Rungwe district, South-west Tanzania: A study of opportunities and constraints. Renewable and Sustainable Energy Reviews, 12, 2240–2252. Mwirigi, J. W., & al. (2009). Socio-economic constraints to adoption and sustainability of biogas technology by farmers in Nakuru Districts, Kenya. Energy for Sustainable Development, 13, 106–115. Myles, R. (2001). Implementation of household biogas plant by NGO's in India. VODO International Conference on Globalisation and Sustainable Development. Antwerp: Belgian Government (d'après Buxton & Reed, 2001). Ndiaye, M. L., & al. (2010). Impacts de l’utilisation des eaux polluées en agriculture urbaine sur la qualité de la nappe de Dakar (Sénégal). VertigO – La revue en sciences de l'environnement, 10(2), 1-14. ONG des Villageois de Ndem (2010). Présentation des projets. Ndem, Bambey, Sénégal. ONG des Villageois de Ndem (2011). Memorandum. Ndem, Bambey, Sénégal. Orlove, B., & Caton, S. C. (2010). Water sustainability: Anthropological approaches and prospects. Annual Review of Anthropology, 39: 401-415. Pedneault, H. (1999). La symbolique de l'eau: Coalition Eau Secours! L'Agora: le Magazine, 5 p. (d'après Sarr, 2003). Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Rapport sur le développement humain (2006). Au-delà de la pénurie: pouvoir, pauvreté et crise mondiale de l'eau. Rapport sur l'état de l'environnement au Sénégal (2005). Ministre de l'environnement et de la protection de la nature, Centre de suivi écologique. Revue annuelle conjointe du Programme d'eau potable et d'assainissement du millénaire (PEPAM), Rapport de synthèse des travaux (2010). République du Sénégal. Riss, M-D. (1989). Femmes africaines en milieu rural. Paris: L'Harmattan. Russel, S., & Hampton, G. (2006). Challenges in understanding public responses and providing effective public consultation on water reuse. Desalination, 187, 215-227. 116
  • 117. Sarr, M. (2003). Approches didactiques de la problématique de l'eau en milieu formel et non formel au Sahel. VertigO – La revue en sciences de l'environnement, 4(3), 1-12. Sow, F. (1998). Les logiques de travail chez les Mourides. Mémoire de DEA d'études africaines, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne. Talkeu-Tounouga, C. (2000). La fonction symbolique de l'eau en Afrique noire. Une approche culturelle de l'eau. Présence africaine, 161-162, 33-47. Tarot, C. (2007). Existe-t-il une symbolique universelle de l'eau? In H. Aubry (Coord.), Imaginaires de l'eau, imaginaire du monde (pp. 55-82). Paris: La Dispute. Thiam, I. (2010). Les aspects du mouridisme au Sénégal. Thèse de doctorat en sciences politiques, Faculté des sciences sociales, Département des sciences politiques, Université de Siegen. UNESCO, Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau (WWDR). (2009). L'eau dans un monde qui change (WWDR3). Programme mondial pour l'évaluation des ressources en eau (WWAP). Walekhwa, P. N., & al. (2009). Biogas energy from family-sized digesters in Uganda: Critical factors and policy implications. Energy Policy, 37, 2754–2762. Wilson, Z., & Pfaf, B. (2007). Religious, philosophical and environmentalist perspectives on potable wastewater reuse in Durban, South Africa. Desalination, 228, 1-9. Zenati, M. (2011). Pureté rituelle. Paris: Série « Les sciences islamiques simplifiées », Bayane Editions. 117
  • 118. Annexes Annexe 1 – Objectifs et résultats attendus du projet du LATEU Les objectifs et résultats attendus sont cités tels quels de la version du mois de novembre 2011 de la note conceptuelle présentant le projet de Traitement et valorisation des eaux usées en zone rurale, semi-aride pour minimiser les impacts du climat dans le village de Ndem, Bambey, Sénégal de Seydou Niang, hydrobiologiste au Laboratoire de Traitement des Eaux Usées de l'Université de Dakar. Objectif global Le projet a pour objectif général de promouvoir à Ndem, en milieu rural sahélien, la gestion intégrée des ressources en eau par une optimisation de l’utilisation de la ressource à travers un programme de traitement et valorisation agronomique et énergétique des eaux usées pour minimiser l’impact des changements climatiques sur la santé des populations et sur l’environnement. Objectifs spécifiques 1. Evaluer la qualité de l'eau consommée par les populations de Ndem. 2. Amener des éléments d'analyse socio-anthropologique au projet afin que les réalisations envisagées par celui-ci soient mises en place dans un esprit de partenariat avec la population locale dans des conditions optimales de réussite. 3. Augmenter la quantité d'eau disponible par le développement d’un système de traitement des eaux usées domestiques approprié en zone rurale et semi-aride, adapté à une faible consommation en eau, en vue d’une réutilisation saine / d'une valorisation de qualité. 4. Développer un système de traitement des eaux usées d’une unité industrielle de teinturerie locale pour la protection des nappes. 5. Développer un programme d’information, éducation et communication dans le village de Ndem pour une gestion intégrée des ressources en eau. 6. Développer un programme de sensibilisation des populations de Ndem sur les voies de contamination et les barrières pour les maladies liées à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. 7. Former la main d’œuvre locale à la construction de systèmes d’assainissement adaptés. 8. Evaluer l’impact à court et moyen terme des actions menées sur la santé et le développement économique de la communauté et sur la gestion de l’environnement. 118
  • 119. Résultats attendus  Les populations locales disposent d’une eau de bonne qualité pour la consommation.  Les autorités du pays et les partenaires au développement œuvrant dans le domaine de la gestion des eaux en milieu rural sahélien disposent d’un outil sociologique d’aide à la décision pour un partenariat efficace avec la population locale.  Les populations locales disposent d’une plus grande quantité d’eau pour assurer leurs besoins de base grâce à la libération de la demande en eau pour le maraîchage et le jardin d’aloe vera à partir des forages.  Les populations disposent avec le biogaz d’une source supplémentaire de production d’énergie qui les aide à mieux préserver les reliques de végétation qui survivent tant bien que mal au changement climatique et à la pression anthropique.  Les ressources en eau de la zone sont protégées de la pollution résultant du déversement des eaux usées non traitées issues de la teinturerie.  Les populations produisent plus de produits maraîchers sans affecter la quantité d’eau disponible pour l’alimentation humaine.  Les populations locales et les pouvoirs publics sont informés et formés sur les pratiques de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE).  Les populations sont informées sur les mesures et pratiques pour minimiser les risques liés aux maladies véhiculées par l’eau, le manque d’hygiène et le mauvais assainissement.  Les populations de Ndem bénéficient d’ouvrages d’assainissement adéquats et adaptés.  Une main d’œuvre qualifiée dans l’assainissement est formée et disponible à Ndem.  Formation des étudiants de l’Ecole doctorale EDEQUE (Eaux, Qualité et Usages de l’Eau) de l’Université C.A. Diop de Dakar et d’autres universités qui présenteront des mémoires. 119
  • 120. Annexe 2 – Analyses de sol Les deux annexes suivantes font état des analyses et de leur interprétation effectuées par Hans-Rudolf Pfeifer sur la base d'échantillons de sol et d'eau prélevés à Ndem. 2.1 Composition générale (« éléments majeurs ») Résumé des éléments majeurs présents en % dans les échantillons de sol à Ndem limite fixée à 10 ppm (0,001%) Matériaux LOI Na2O MgO AL2O3 SiO2 MnO Fe2O3 P2O5 K2O CaO TiO2 S Cl w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% w-% Sol riche en cendres - incinérateur 6.39 1.47 1.61 80.49 0.01 0.95 1.40 1.96 4.42 0.20 0.50 0.43 Sol violet atelier teinture 6.86 23.97 0.67 1.94 46.34 - 1.13 0.19 0.29 6.62 0.19 10.99 0.70 Sol de surface atelier teinture 3.10 12.05 0.97 2.33 71.51 - 1.52 0.22 0.36 1.57 0.24 5.58 0.39 Bioterre boulet brut 58.17 0.88 9.65 26.42 0.01 2.62 0.26 0.88 0.56 0.32 0.07 0.06 Bioterre boulet brûlé 2.08 1.98 1.70 18.62 61.40 0.04 7.49 0.48 1.98 1.65 0.90 1.29 0.04 LOI = loss on ignition (perte au feu): éléments volatiles (H2O, CO2) w-% = pourcentage du poids total ("weight precent") Na2O = Sodium MgO = Oxyde de magnésium AlO3 = Aluminium SiO2 = Silice ou silicium MnO = Oxyde de manganèse Fe2O3 = Fer P2O5 = Phosphore K2O = Potassium CaO = Oxyde de calcium TiO2 = Dioxyde de titane S = Soufre Cl = Chlorure Ces résultats ont été obtenus en brûlant les cinq échantillons à 1050°C dans un four. Lors de l'opération, l'eau et le gaz carbonique qui se forme lorsqu'on brûle la matière organique (restes de plantes, humus) s'échappent, il s'agit du pourcentage du poids total de l'échantillon indiqué dans la colonne LOI. L'on peut voir que le boulet de bioterre brut contient beaucoup de matière organique végétale, 58% de son poids – il s'agit sans aucun doute de l'arachide présente dans les boulets. 120
  • 121.  Na2O (sodium) et Cl (chlorure): sont contenus dans le sel de cuisine ou d'autres sels. Les deux échantillons de sol violet de l'atelier de teinture, pris en surface et plus en profondeur, contiennent beaucoup de Na et de soufre, il semble de s'agir de sulfate de sodium.  Al2O3 (aluminium): donne une indication de la teneur en argile. La teneur est importante, évidemment, dans les deux échantillons de bioterre).  SiO2 (silice ou silicium): donne une indication sur la teneur en sable de quartz, mais aussi de fibre de plantes (max. 4%).  Fe2O3 (fer): cet élément donne la couleur rouge-brun à un sol.  P2O5 (phosphore): il s'agit d'un fertilisant.  K2O (potassium): il s'agit d'un élément très présent typiquement dans les cendres.  S (soufre): ce sont les deux échantillons provenant de l’atelier de teinture sorr qui ont des teneurs exceptionnellement élevées (cf. commentaire pour le Na2O et Cl). 2.2 Eléments traces métalliques Résumé des traces métalliques présentes dans les échantillons de sol à Ndem en ppm (parts par million) Matériaux Nb Zr Y Sr U Rb Th Pb Ga Zn Cu Ni Co Cr V Ce Nd Ba La Hf Sc As Sol riche en cendres - incinérateur 8 106 8 111 <2< 14 4 <2< 5 81 8 4 27 29 23 21 8 173 8 7 4 <3< Sol violet atelier teinture 8 67 9 118 <2< 5 7 <2< 6 38 <2< 5 24 54 27 24 <4< 93 8 5 10 <3< Sol de surface atelier teinture 8 73 9 127 <2< 6 6 <2< 6 50 <2< 4 33 53 31 21 <4< 103 10 4 7 <3< Bioterre boulet brut 9 177 11 74 <2< 26 7 <2< 14 35 4 23 21 213 148 124 50 298 94 <1< 20 <3< Bioterre boulet brûlé 21 278 40 204 6 71 9 14 23 63 26 55 74 185 144 105 48 405 60 8 26 <3< Nb = Niobium Zr = Zirconium Y = Yttrium Sr = Strontium U = Uranium Rb = Rubidium Th = Thorium Pb = Plomb Ga = Gallium Zn = Zinc Cu = Cuivre Ni = Nickel Co = Cobalt Cr = Chrome V = Vanadium Ce = Cérium Nd = Néodyme Ba = Baryum La = Lanthane Hf = Hafnium Sc = Scandium As = Arsenic 121
  • 122. On peut comparer ces analyses aux teneurs naturelles dans des sols typiques en Suisse, ainsi que le montre ce tableau de Tuchschmid9 , teneurs aussi comparables à ce que l’on trouve au Sénégal10 : Alors que l'on pouvait s'attendre à des teneurs élevées en chrome, cuivre, zinc et plomb pour les échantillons de sol de l'atelier de teinture, ces analyses montrent qu'il n'y en a pas plus que dans les autres échantillons d'une part, et que les teneurs semblent être proches des teneurs naturelles d'autre part. Ces analyses mettent en avant que les boulets de bioterre sont riches en métaux, ce qui est à première vue assez étonnant. Hans-Rudolf Pfeifer, qui a effectué ces analyses, pense que ces métaux sont naturellement contenus dans l'argile qui a été utilisée pour fabriquer les boulets, voire qu'ils sont éventuellement présents dans les coques d'arachide. En effet, les engrais phosphatés naturels du Sénégal, peut-être utilisés pour faire pousser les arachides, contiennent des métaux en quantité élevée; l'on peut dès lors se demander si les métaux présents dans ces engrais ne se sont pas transmis dans les arachides. Dans tous les cas, ces analyses ne mettent pas en avant une contamination inquiétante par des métaux des sols de Ndem échantillonnés. 9 Tuchschmid, M. (1995). Quantifizierung und Regionalisierung von Schwermetall-und Fluorgehalten bodenbildender Gesteine der Schweiz. Office Fédéral de l’Environnement, Série Umweltmat 32, 130p. 10 Gueye, A. (2010). Evaluation des pratiques d'irrigation, de fertilisation et d'application de pesticides dans l'agriculture périurbaine de Dakar, Sénégal. Thèse de doctorat, Université de Lausanne, Suisse. 122
  • 123. Annexe 3 – Analyses d'eau 3.1 Analyses de l’eau du puits de forage et de la fosse des toilettes de l’école Ces analyses ont été effectuées par le Laboratoire d'analyse environnementale de l'Université de Lausanne. La conductivité est une mesure indirecte de la teneur en matière minérale dissoute et le pH est inversement proportionel à l’acidité. L’eau du forage est une eau moyennement chargée en matière minérale. Son pH indique qu'elle est légèrement alcaline. La teneur en fluor est peu élevée, mais elle contient des quantités considérables de chlorure et de sulphate. Elle ne contient toutefois pas de carbone organique, ce qui est un signe de qualité. Ainsi que l'on pouvait s’y attendre, l’eau usée d'une fosse septique, en l'occurrence d'une fosse d'une des toilettes de l'école, est riche en matière dissoute et particulièrement en carbone organique (matière fécale dissoute). 3.2 Analyse de l'eau de teinture sorr Ces analyses ont été effectuées par le Laboratoire d’analyse de l’entreprise de tri de déchets CRIDEC, Eclépens, Suisse. Trois échantillons (voir les trois pages suivantes) ont été analysés par une méthode adaptée à la détection de métaux en concentrations élevées (ICP-AES: spectroscopie de plasma à coulage inductif à émission atomique). Le premier échantillon est un échantillon de l'eau de teinture avant usage sur le tissu, les deux autres sont des échantillons de l'eau usée de teinture avant qu'elle ne soit versée dans le puisard. Les trois échantillons sont extrêmement alcalins (pH entre 12.7 et 12.9), suggérant que l'eau de teinture ne devrait pas être mise en contact direct avec les mains. Tous les échantillons contiennent des teneurs élevées de baryum (Ba), d’aluminium (Al) et de phosphore, mais c’est l’échantillon d'eau usée ND-10 qui contient en plus des quantités très importantes de chrome (Cr) et de cuivre (Cu), ce qui justifie clairement un dispositif de rétention de l'eau usée de teinture. Le fait que les analyses de sol n'aient pas décelé cette contamination démontre que le sol (essentiellement du sable) ne retient pas ces métaux, mais les laisse passer avec le danger à long terme d'atteindre la nappe phréatique. 123
  • 124. 124
  • 125. 125
  • 126. 126
  • 127. Annexe 4 – Check-list pour la mise en place d'un nouveau combustible Cette check-list a été proposée par Atanassov (2010) comme guide de questions relatives à la cuisine et aux combustibles à se poser lorsqu'un projet de mise en place d'un nouveau combustible est envisagé auprès d'une population donnée. Cette liste nous a semblé complète et intéressante à partager.  Avec quoi les familles cuisinent-elles présentement?  Quelles caractéristiques d'un combustible/d'un fourneau sont les plus valorisées par les utilisateurs?  Où l'utilisateur cuisine présentement? Est-ce qu'un nouveau fourneau pourrait être placé là?  Le nouveau combustible / fourneau conviendrait-il pour la famille moyenne dans la communauté?  Le design du fourneau est-il adapté à l'environnement immédiat?  Le fourneau convient-il à l'utilisation des ustensiles de cuisine présentement disponibles au sein des ménages?  La cuisine traditionnelle peut-elle être préparée avec ce nouveau fourneau / combustible?  Le combustible peut-il être vendu dans les quantités désirées par les ménages?  Le fourneau/combustible répond-il aux exigences de sécurité des utilisateurs?  Le fourneau/combustible répond-il aux besoins spécifiques des femmes?  Les hommes comme les femmes comprennent-ils les bénéfices du fourneau / combustible?  Le fourneau / combustible peut-il mettre en oeuvre les mêmes fonctions que ce qui est utilisé actuellement dans les ménages?  Y a-t-il un attachement culturel aux combustibles actuellement utilisés?  Les ménages collectent-ils leur propre combustible? 127

×