Your SlideShare is downloading. ×
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Uia rapport final_chantiers_2008
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Uia rapport final_chantiers_2008

3,433

Published on

VERSAILLES : LE QUARTIER DES CHANTIERS ET SON HISTOIRE. Rapport de recherche du groupe de travail de l’Université Inter-Ages de Versailles (constitué de Jean André, Albert Dubalen, Philippe de …

VERSAILLES : LE QUARTIER DES CHANTIERS ET SON HISTOIRE. Rapport de recherche du groupe de travail de l’Université Inter-Ages de Versailles (constitué de Jean André, Albert Dubalen, Philippe de Logivière, Sylvie Laborde, Laure Merland, Catherine Thiéblin et Jacques Royen, et avec la collaboration de Marie-Odile Hesnard), sous la direction de Catherine Blain (architecte, chercheur au laboratoire LADRHAUS, Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles) et sous la responsabilité de Marie-Thérèse Robert (Directrice de l’UIA). Versailles, EnsaV, juin 2008.

Published in: Education
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,433
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
162
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. VERSAILLES :LE QUARTIER DES CHANTIERSET SON HISTOIRERapport de recherche du groupe de travail de l’UIA (2005-2007)Constitué de Jean André, Albert Dubalen, Sylvie Laborde, Philippe de Logivière, LaureMerland, Catherine Thiéblin et Jacques Royen, et avec la collaboration de Marie-OdileHesnardSous la direction de Catherine Blain, architecte, docteur en aménagement et urbanisme,chercheur au laboratoire LADRHAUS (Ecole nationale supérieure d’architecture deVersailles)Et sous la responsabilité de Marie-Thérèse Robert, Directrice de l’Université Inter-AgesOctobre 2008 Université Inter Ages Laboratoire de Recherche Histoire Architecturale et Urbaine - Sociétés (LADRHHAUS) 6 impasse des Gendarmes Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles 78000 VERSAILLES 5, ave de Sceaux 78000 VERSAILLES
  • 2. Note liminaireLancé à l’automne en 2005, à l’initiative de Marie-Thérèse Robert (directrice de l’UIA), ce séminaireavait pour objectif de constituer un groupe de recherche d’étudiants s’interrogeant sur une questiond’actualité : la transformation du quartier de la gare Versailles-Chantiers, avec la mise en œuvre del’opération de la « ZAC des Chantiers » (Zone d’Aménagement Concerté, prise en compte dans le cadredu PLU- Plan Local d’Urbanisme).Avec ce projet, qui prévoit à la fois la transformation de la gare édifiée en 1932 par André Ventre en« pôle multimodal » et l’urbanisation des terrains limitrophes, Versailles, ville historique relativementfigée autour de son Château, va redéfinir son image.L’enjeu du séminaire était, en prise avec l’actualité de ce projet, de conduire des travaux permettantd’enrichir le savoir sur ce terrain d’étude en approfondissant des questions telles que : les ambitions de ceprojet de ZAC et ses modalités de mise en œuvre (programme, acteurs, projet architectural et urbain,processus de décision/ concertation, etc.) ; les réalités du terrain d’étude et ses enjeux patrimoniaux,envisagés dans leurs dimensions géographique, sociale et bâtie.Les travaux, développés sur une période de deux ans, ont permis d’expérimenter l’approche historienne,ayant comme source principale l’archive (ville de Versailles, Service des Archives et Direction del’Aménagement de la Cité, service du cadastre, Archives départementales des Yvelines, etc.), dont lesinformations furent confrontés aux réalités du terrain et aux enquêtes auprès de différents interlocuteurscompétents. Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la bonne conduite de cesrecherches, et notamment : à la ville de Versailles, Messieurs Mezzadri (maire-adjoint), Larché(ingénieur), Le Grain (directeur général adjoint) et Morlon (service d’urbanisme) ; le personnel desArchives municipales, les directeurs du Centre 8 et du collège Raymond-Poincaré, Les SœursAugustines et Madame Boton (rue de Vergennes).CB, octobre 2008
  • 3. SommaireAvant-propospar Marie-Thérèse Robert ......................................................................................................................... 5Introduction. Versailles, ville territoire,par Catherine Blain et Jean Castex......................................................................................................... 7Chapitre 1. Le renouveau du quartier des Chantierssous la responsabilité d’Albert Dubalen, Philippe de Logivière et Marie-Odile Hesnard ....................................... 13 1.1 Elaboration du projet, 1997-2002............................................................................................................14 1.2 Création de la ZAC des Chantiers, 2003-2004........................................................................................19 1.3 Approfondissements des études, 2005-2007 ...........................................................................................20 1.4 Un premier pas : le franchissement des étangs Gobert............................................................................25Chapitre 2. La constitution d’un quartiersous la responsabilité de Jacques Royen .................................................................................................... 27 2.1 Aux portes de Versailles, Porchefontaine et Montreuil...........................................................................28 2.2 Règles et réalisations d’un nouveau quartier ...........................................................................................35Chapitre 3. Une ville, trois garessous la responsabilité de Philippe de Logivière et Albert Dubalen ................................................................... 43 3.1 Le train, une chance pour Versailles .......................................................................................................43 3.3 Une gare régionale : Versailles-Chantiers ...............................................................................................51Chapitre 4. Trois sites remarquables jouxtant la gare des Chantierssous la responsabilité de Jean André, Philippe de Logivière, Laure Merland et Jacques Royen .............................. 59 4.1 Les Réservoirs Gobert .............................................................................................................................59 4.2 Le domaine des Sœurs Augustines, une maison de retraite.....................................................................63 4.3 Le domaine des Diaconesses de Reuilly, un centre de vie et de soins.....................................................67Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstructionsous la responsabilité de Jacques Royen .............................................................................................. 81 5.1 Pluie de bombes sur le quartier................................................................................................................82 5.2 Repérage des immeubles totalement ou partiellement détruits................................................................84 5.3 La reconstruction en France et à Versailles.............................................................................................88 5.4 Le nouveau visage de Versailles Chantiers .............................................................................................94Chapitre 6. Des logements et des équipementssous la responsabilité de Sylvie Laborde et Catherine Thiéblin ...................................................................... 97 6.1 Des philanthropes à l’Office public d’Habitation à Bon Marché ............................................................97 6.2 Hector Caignart de Mailly, architecte de son époque............................................................................103 6.3 Deux ensembles d’habitations à bon marché (1928-1932)....................................................................104 6.4 L’école primaire de jeunes filles (1934)................................................................................................113Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartiersous la responsabilité Jacques Royen ..................................................................................................... 121 7.1 Grandes propriétés et hôtels particuliers ...............................................................................................121 7.2 Casernes et édifices publics...................................................................................................................132 7.3 Eglises ...................................................................................................................................................143 7.4 Etablissements particuliers ....................................................................................................................146 7.5 Sites urbains ..........................................................................................................................................150 7.6 Avenues, places, impasses et rues .........................................................................................................153Epilogue. Un histoire en devenir, ou l’esprit d’un lieusous la responsabilité de Jacques Royen .................................................................................................. 157Glossaire ...................................................................................................................................... 161Bibliographie et sources ............................................................................................................. 162 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 3
  • 4. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, juin 2008 — p. 4
  • 5. Avant-proposAvant-proposMarie-Thérèse Robert, directrice de l’UIAL’Université inter-âges de Versailles a accueilli en 1993 les VIIe Assises nationales del’Union française des universités tous âges dont le sujet était « Les apports de l’histoiredes provinces et des régions à l’histoire nationale ».Un travail scientifique a été conduit au cours de ces journées d’étude dont le but était demieux connaître notre patrimoine historique. L’histoire, la mémoire, la transmission dessavoirs sont des préoccupations constantes des universités tous âges. Ainsi en 2006 lorsdes XIII° Assises nationales à Amiens tous les travaux présentés avaient pour thème« Mémoire-Tradition(s)- Patrimoine »C’est dans ce registre que s’inscrit ce travail de recherche, engagé en 2005. Commentcomprendre un quartier ? Le quartier des Chantiers de Versailles n’ayant jamais étél’objet de publications ou de travaux de recherche, c’est donc un travail inédit qu’ontréalisé les étudiants de l’Université inter-âges sous la direction scientifique de CatherineBlain, architecte et chercheur en histoire de la ville et de l’architecture.Je remercie très chaleureusement tous ceux qui ont participé à ce travail. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 5
  • 6. A gauche : Croissance de Versailles en 1685, 1746, 1810, 1907, d’après laChalcographie, le plan de l’Abbé de la Grive, la carte des Chasses et le plan deBieuville [extrait de: J. Castex et ali, Versailles, lecture d’une ville, Paris, Ed. duMoniteur, 1979, p. 20]A droite, en haut : Versailles, plan de 1813 dit « cadastre Napoléonien », échelle1:10000 [Archives départementales des Yvelines, cote 3P 2/302/01, section T ]A droite, en bas : Versailles, plan de 1975, échelle 1:5000, avec en encadré le secteurd’étude (quartier des Chantiers) Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 6
  • 7. Introduction. Versailles, ville territoireIntroduction. Versailles, ville territoireJean Castex et Catherine BlainLhistoire du quartier des Chantiers se comprend au regard de celle de la Ville Nouvellede Versailles, élaborée dès 1660 dans le cadre d’un projet idéal comportant le château etson parc. Edifiée en marge de ces fastueux travaux, la ville en tant que telle met plus detrois siècles à advenir. Elle est aujourd’hui constituée de différents quartiers dont letemps, plus que le projet idéal, s’est chargé de préciser les formes urbaines et élémentsconstituants.Le quartier des Chantiers, comme les autres quartiers, témoigne de cette longue duréedu développement, qui confère rapidement à cette ville la dimension d’une ville-territoire. Au tournant des années 2000, ce quartier est concerné par un ambitieux projetde renouvellement urbain qui, prévoyant un complet remodelage des abords de la garedes Chantiers, repose différemment cette question de l’inscription territoriale deVersailles. Car, avec ce projet, qui prévoit à la fois la transformation de la gare édifiéeen 1932 par André Ventre en « pôle multimodal » et l’urbanisation des terrainslimitrophes en lien avec l’avenue de Sceaux, Versailles, ville historique relativementfigée autour de son château, va radicalement transformer sa réalité urbaine.En jetant un coup de projecteur sans précédent sur ce quartier plutôt excentré de la ville,souvent méconnu et curieusement mal aimé, ce projet incite à retracer les fils de sonhistoire particulière. C’est la mission que s’est donnée la présente étude.S’interrogeant d’abord sur les ambitions de ce projet et ses modalités de mise en œuvre(chapitre 1), celle-ci apporte de nombreux éclairages sur l’histoire de ce quartier, enfaisant finement le point sur sa genèse, des origines au 20e siècle (chapitre 2), surl’histoire de la gare des Chantiers, envisagée à la lumière de l’avènement des cheminsde fer à Versailles (chapitre 3), sur l’histoire de trois grandes emprises urbaines jouxtantcette gare, les Réservoirs Gobert, les domaines des Sœurs Augustines et desDiaconesses (chapitre 4), sur l’incidence des bombardements de la seconde guerre sur lequartier et ses modalités de reconstruction (chapitre 5), sur la question des logements etdes équipements, en partant d’une interrogation sur le lycée Raymond Poincaré conçudans les années 30 par Caignart de Mailly (chapitre 6) et, enfin, en proposant unrepérage des sites et rues remarquables du quartier (chapitre 7).Les habitants de Versailles, les responsables municipaux, les amoureux de cette ville etde son château aussi bien que les visiteurs néophytes trouveront dans ces pages unematière d’une grande richesse, fruit de deux ans de travail assidu en archives. Grâce àcette recherche, un large pan de l’histoire du quartier est dévoilé.Pour introduire sa lecture, il est utile de revenir sur la grande histoire de Versailles, desa fondation au 20e siècle, ayant modelé le paysage urbain que l’on se proposeaujourd’hui de redéfinir.Un projet de ville idéaleDès le départ, le projet de Versailles est des plus ambitieux. C’est le lieu de lagéométrie pratique, basée sur le quadrillage des allées ou leur éclatement en étoiles, etsur le tracé de plans simples sur lesquels sexerce la compréhension du territoire.Son périmètre, décrété en 1660, couvre plus de 10 kilomètres sur l’axe est-ouest, deVélizy à Villepreux et 5 entre le plateau de Satory au midi et la forêt de Marly au nord. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 7
  • 8. Introduction. Versailles, ville territoireLa Ville Nouvelle est structurée par une patte doie de trois avenues : au centre, lavenuede Paris (2437 m de long par 93,60 m de large), et de part et d’autre lavenue de Saint-Cloud (1025 m par 78 m) et lavenue de Sceaux (753 m par 70 m). Par les allées darbresqui les bordent, flanquées elles-mêmes de contre-allées, ces avenues diversifient lesusages : carrosses, chevaux, transport de marchandises, promenade. Indifférentes aurelief que continuent de suivre les contre-allées pour la desserte des maisons, les voiessuivent le profil rectiligne basé sur les critères cartésiens de létendue, sachantsurplomber le sol ou être établies en tranchée. Ce projet d’urbanisation fait appel à destechniques dingénieurs agronomes et de forestiers, mais aussi, en parallèle, à celles du« remuement des terres » développées par lart militaire. Lingénieur du sol,lhydraulicien savent niveler les collines, faire transporter la terre et le sable, drainer desmarécages et creuser des lacs. Le paysage de Versailles en est bouleversé : des hauteurssont écrêtées (butte de Montbauron en 1685), les irrégularités nivelées (place d’Armes),les pentes adoucies (avenue de Sceaux), pendant que le château s’étend au prixd’énormes travaux de terrassement.Les règles de fabrication urbaine sont par ailleurs édictées dans La logique de Port-Royal, dAntoine Arnauld et Pierre Nicole (1663), qui organise le passage du simple, lepavillon aristocratique, au composé, les pavillons jointifs formant l’alignement. Ungrand module, correspondant à celui des bosquets du jardin, mesure 110 toises(114,3 m), et admet une division de 50 pieds (soit 16,20 m), sapplique à chaque type debâtiment, ou à deux maisons dartisans. Le grand module associe dans une même unitéles rues, les places, le bâti, les cours et les jardins.Une fois ces voies tracées et cette grammaire urbaine édictée et dotée de dimensions, leplan de la ville sadapte au territoire et à lénoncé simple des règles. Versailles dissocienotamment ses quartiers selon le rang des habitants, passant dune ville noble enpériphérie, offerte à la vue du roi, à une ville bourgeoise en arrière, et à la compositionplus compliquée de la ville artisanale et commerçante, sur le côté le plus éloigné auchâteau.Une ville territoireMais malgré ces règles, la distance saccroît entre le projet de la Ville Nouvelle et sonexécution. L’ordre du projet primitif cède notamment devant la virulence des pratiquesconcrètes des habitants, enrayant le système de répartition sociale. En outre, desconstructions adventices surgissent de partout, dénaturant les figures imposées parlordre monumental. À la cité-jardin aérée succède donc le tissu ordinaire d’une ville oùla rareté des terrains induit d’ailleurs la recherche d’une plus grande densité deconstructions. Il faut alors gérer leur mise en œuvre, ce à quoi semploie le règlement ditde Robert de Cotte dont la première rédaction connue date de janvier 1715.Les transformations initiées à la fin du 18e siècle vont manifester non pas la fin du planidéal, classique, mais son accomplissement dans le concept novateur dune ville-territoire. Un premier plan daménagement du territoire, en 1768, propose trois tracésdirects de Paris à Versailles. LAbbé Terray, directeur général des Bâtiments du roi pourune année (juillet 1773 à juillet 1774) fait pour sa part compléter le plan des avenues deVersailles, en ouvrant les boulevards de la Reine (1773-1778), du Roi, Saint-Antoine.Le 29 juin 1786, son successeur, le comte dAngiviller, propose un plan dextension etdembellissement avant la lettre, créant un boulevard ceinturant la ville et repoussant lesoctrois — qui incorporent à Versailles le Grand et le Petit Montreuil à compter du 1erjanvier 1787. Ces trois plans, dont seul le second a été suivi deffet, poursuivent lemême but. Ils tissent le réseau dallées et davenues commencé par Le Nôtre, dans unbut très clair de baser la prospérité économique sur la facilité du transport. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 8
  • 9. Introduction. Versailles, ville territoireReconnaissant la valeur de Versailles comme place économique, leur ambition est de larelier commodément à la capitale, et de renforcer sa fonction de plaque tournante. Maisplus encore, ils reconnaissent à Versailles un caractère multiple, comprenant le châteauet les édifices gouvernementaux, deux villes complémentaires (Notre-Dame et Saint-Louis), une banlieue où la résidence se dissocie du travail (quartier des Prés), desvillages (Montreuil), des jardins, des forêts et des zones agricoles.Habiter VersaillesAvec la croissance du 18e siècle, Versailles, comme tout autre ville, se pared’immeubles chics mais se voit également débordée par le développement incertain defaubourgs qui échappent à l’octroi jusqu’en 1787. Après une période de relativeanarchie, l’administration de Louis XVI s’attache donc à remettre de l’ordre dansl’urbanisme versaillais. La déclaration du 12 juillet 1779 consacre le permis deconstruire comme outil de contrôle. Rompant avec les critères architecturaux quigouvernaient la ville de Louis XIV, Angiviller s’attache au bien construire d’une villehaute de trois étages, avec une corniche réglée à 8 toises (16 m) et une forme de toitureà la française, en pente de 30 %, réservant les mansardes aux petits bâtiments pouraugmenter leur ampleur. L’amélioration du Versailles de Louis XVI repose sur cecontrôle des Bâtiments. Le nombre des permis de construire déposés de 1779 à 1789prouve l’ampleur du décollage urbain. La provenance des matériaux, dans une ville quine disposait que de sable, explique à la fois les choix : meulière extraite des plateauxenvironnants, zinc importé d’Angleterre et arrivant par bateaux, pierre hissée depuis laSeine provenant des carrières de l’Oise, bois devenu rare, plâtre parisien pour lesrevêtements.La différenciation sociale fait apparaître, plus tôt sans doute qu’à Paris, un type nouveaud’habitation : l’immeuble par appartements (appelé autrefois maison à loyer), quis’impose rapidement et donne aux nouveaux quartiers des pratiques novatrices. Leurarchitecture, peu bavarde, d’aspect néo-classique, procure une grande tenue. Lesressources financières des propriétaires justifient l’accroissement de la taille desparcelles : les façades de la rue des Réservoirs comptent de cinq à six et même neuftravées de fenêtres ; celles de l’Avenue de Saint-Cloud montent souvent à onze et mêmevingt et une baies, à charge pour les architectes de créer des avant et des arrière-corpsqui animent la façade.Avec la croissance démographique du 19e et début 20e siècle, Versailles se refait unejeunesse, gagnant alors ses limites au pied des bois au nord et à lest. Des quartiers devillas et des ‘villages’, de vastes propriétés et des terrains horticoles se prêtent à unprocessus de remplissage pour abriter des ensembles de logements. Lhomogénéité dutissu de Versailles, le lien traditionnel des habitations aux voies publiques, font place àun changement déchelle de la forme qui dissocie des blocs dhabitation ou de longuesbarres des rues ou avenues. A ce développement résidentiel répond la constructiond’édifices publics, dont un chef-lieu de département doit également se doter. Tribunal,marché, abattoirs, prison, temple protestant, préfecture, écoles, mairie, tout doit êtrecréé. A travers plusieurs bâtiments remarquables, qui figurent en bonne place danslhistoire de larchitecture, Versailles prend parti pour la modernité.Penser la villeCe rapide rappel de l’histoire urbaine de Versailles montre combien le caractèremultiple est une donnée intrinsèque de cette ville – le projet idéal d’une cité-jardin aéréeet rigoureusement ordonnancée ayant été rapidement contredit par des pratiquesconstructives, elles-mêmes en constante évolution. N’en déplaise aux tenants de Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 9
  • 10. Introduction. Versailles, ville territoirereprésentations simples, la ville de Versailles n’est donc pas une entité homogène mais,comme d’autres villes, un patchwork de formes différentes élaborées dans le temps.Tout semble donc porter à croire que c’est en tenant compte de cette réalité urbainequ’il faut l’apprécier et réfléchir à son avenir. En n’oubliant pas, par ailleurs, que lavéritable force de cette ville relève de cette ambition, énoncée dès le 18e siècle, d’êtreune plaque tournante dans le territoire. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 10
  • 11. Le secteur d’étude : plan détailléEn haut : Détail du plan de cadastre actuel révélant, en poché, le tissu urbain existant (C.Blain 2005)En bas : Détail du plan précédent, centré sur le secteur d’étude avec, en surimposition, leplan des étangs Gobert (1813) [extrait du plan conservé aux Archives départementales desYvelines, cote 3P 2/302/21, section S] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 11
  • 12. Le secteur de la gare des chantiers : repérage des éléments significatifs du patrimoine architectural, urbainet paysager. Clichés C. Blain, octobre 2005 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 12
  • 13. Chapitre 1. Les Chantiers à l’étudeChapitre 1. Les chantiers à l’étude(Responsables : Philippe de Logivière, Albert Dubalen et Marie-Odile Hesnard)Aujourd’hui, la gare des Chantiers est un véritable nœud ferroviaire, le plus importanten dehors de Paris. S’y croisent en effet chaque jour plus de 50 000 voyageurs, et l’onen attend entre 75 et 80 000 en 2015. Par ailleurs, sur plus de 800 trains qui y circulentchaque jour, 80% concernent le réseau Ile-de-France et TER, 10% les réseaux GrandesLignes, et 10% le fret. Depuis cette gare, on peut en effet atteindre celles de Paris-Montparnasse (desserte de la France de l’ouest et du sud par les TGV), Paris-Invalides(et au-delà, par la ligne C du RER), la Défense, Massy (par la suite la tangentielle Nord-Sud qui reliera Cergy à Massy et ultérieurement Evry et Melun-Sénart, permettra lecontournement de Paris), Rouen et Lyon (et au-delà par le TGV).Conçues en 1932 par l’architecte André Ventre, les installations actuelles de cette garene sont pas adaptées à un tel trafic, avec ses flux croisés d’entrées et sorties sans cessecroissants. Conscients de ces problèmes, la SNCF et le Réseau Ferré de France (RFF),mettent à l’étude, dès 1994, un projet de réaménagement de la gare et de ses abords ;celui-ci prévoit à la fois l’agrandissement la gare (par le biais d’un nouveau bâtimentvoyageurs), la restructuration de ses quais et de leur desserte (par de nouveauxascenseurs et escaliers mécaniques) et le remaniement de ses abords (afin de faciliter lesliaisons avec les réseaux piétonniers et routiers : voitures, autobus) (1).A Versailles, ce projet de réaménagement a rapidement suscité une réflexion plusélargie, portant sur le réaménagement urbain de l’ensemble du site de la gare,comportant une ancienne gare de marchandises, d’une superficie de 3,2 hectares,désaffectée depuis un certain temps et que le RFF serait prêt à céder. Pour la ville deVersailles, cette friche industrielle est une ressource foncière estimable. Car il est utilede rappeler que le terrain y est plutôt rare : le territoire communal, d’une superficieglobale de 2618 hectares, ne relève qu’au tiers de la gestion de la ville (978 hectares)puisque 1640 hectares sont la propriété d’autres institutions (Domaine national duChâteau: 830 hectares; Ministère de la défense : 460 hectares; Office National desForêts: 350 hectares; SNCF; INRA). Ainsi, la mise à disposition de ce vaste terrainoffre à la ville l’opportunité de repenser ce lieu dans sa globalité, pour y créer unnouveau centre de quartier.En raison de ce contexte spécifique, le projet de restructuration de la gare des Chantiersest rapidement envisagé dans le cadre d’un vaste projet urbain qui, « important à la foispour le quartier, pour la ville, et les communes avoisinantes » (2), ambitionne de« réinventer la ville » (3). Ce projet — le plus important à Versailles depuis la fin du 18esiècle — est une occasion unique de désenclaver le quartier et, dans un même temps, dedoter la ville d’équipements et de constructions publics et privés dont elle a besoin (etparticulièrement dans le secteur des Chantiers). C’est, en revanche, une opérationcomplexe puisqu’il associe deux programmes différents, à la fois à l’échelle deVersailles, de la Commune et de la Région : d’une part, la création d’un important pôlemultimodal (la gare) et, d’autre part, un projet d’urbanisation nouvelle (ses abords).D’où la difficulté de concevoir et monter les opérations, liée notamment au nombre1 Dossier de création de la ZAC 2003, page 2; Versailles Magazine, oct. 2007, p. 16-17.2 Entretien avec Monsieur LARCHE, chargé de la coordination du projet auprès de la Mairie, 2005.3 Versailles Magazine, Ville de Versailles, décembre 2006; octobre 2007; janvier 2008. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 13
  • 14. Chapitre 1. Les Chantiers à l’étuded’acteurs en présence, au nombre de schémas et de plans départementaux, régionaux,nationaux et de règlements à respecter et, aussi, aux modalités de mise en œuvre.Différentes étapes ont marqué l’évolution de ce projet depuis 1994. Nous en rappelonsci-après les événements marquants.1.1 Elaboration du projet (1997-2002)En 1997, au projet de la gare, étendue et modernisée, est associée l’idée d’un « pôled’échanges » entre les divers moyens de transports et une zone de développementéconomique. Le projet comporte ainsi deux volets distincts : 1e Volet gare. L’amélioration de l’accès aux quais est prévue grâce à un pont galerie jeté au-dessus des voies ainsi qu’un deuxième pont, plus à l’ouest, réservé aux correspondances, et relié à la gare par une « galerie confortable et attractive ». Un nouveau poste d’aiguillage, très moderne est également prévu. 2e Volet économique. Afin de valoriser les terrains de l’ancienne gare des marchandises désaffectée, une convention VILLE-RFF-SNCF est signée, prévoyant un cahier des charges des réalisations à entreprendre.Dès 1998, une réflexion globale est engagée par la ville de Versailles, le RFF et laSNCF afin de préciser les conditions de faisabilité de la rénovation de la gare et de lacréation du « pôle d’échanges multimodal ». Un plan d’aménagement global du site,sous forme d’une ZAC (Zone d’Aménagement Concerté), est également mis à l’étude.Suite à l’entrée en vigueur de la Loi d’orientation pour l’aménagement et ledéveloppement durable (juin 1999), et prévoyant celle de la Loi SRU (Solidarité etRenouvellement Urbain, décembre 2000) et la nécessité d’élaborer un nouveau Plan deDéveloppement Urbain (PDU), une concertation préalable sur l’aménagement du siteest engagée. A ce stade, le projet met en avant deux objectifs : 1. adapter la gare au volume et à la nature du trafic et l’ouvrir du côté de la rue de la Porte de Buc ; 2. créer, sur les terrains de l’ancienne gare de marchandises (dont le RFF est prêt à se départir), une nouvelle gare routière et un nouveau parc de stationnement et, surtout, une opération d’urbanisation qui, confiée à un aménageur choisi par la ville, constitue un « nouveau quartier », en relation avec l’éventuelle urbanisation du plateau de Satory (« nouvelle frontière» à l’ouest de Versailles »).La mise en œuvre du projet est envisagée dans le cadre d’un montage financierassociant la ville, la SNCF, la Région, le Département et l’Etat. Inscrit au Contrat PlanEtat-Région 2000-2006, son coût estimé est de 76,22 millions d’euros dont 46 millionsd’euros pour le projet de la gare et ses abords. Elle devrait par ailleurs bénéficier definancements complémentaires, accordés au titre de la procédure du Plan de placementsurbains (3,05 millions d’euros) et apportés, en outre, par la SNCF, RFF, le STIF(Syndicat des Transports dIle-de-France), la Région, la Ville et les promoteursimmobiliers. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 14
  • 15. Spécificités du foncier à Versailles [Dossier de création de la ZAc des Chantiers] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 15
  • 16. Les différents quartiers de Versailles et la législation [dossier de création de la ZAc des chantiers] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 16
  • 17. La ZAC des Chantiers: périmètre et hauteur des constructions [dossier de création de la ZAC des chantiers] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 17
  • 18. La ZAC des Chantiers: périmètre et réglementation [dossier de création de la ZAc des chantiers] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 18
  • 19. Chapitre 1. Les Chantiers à l’étude1.2 Création de la ZAC des Chantiers (2003-2004)Le dossier de la « Zone d’aménagement concerté Versailles-Chantiers » est publié en2003. D’une superficie de 14,8 hectares et régie par un Plan d’Aménagement de la Zone(PAZ), cette ZAC se superpose à l’ancienne zone NA du Plan d’Occupation des Sols(POS) et intègre un fragment du secteur sauvegardé : l’extrémité sud de l’avenue deSceaux et les étangs Gobert. Elle comporte trois volets distincts : 1. création d’un « pôle d’échange multimodal » (train-route) ; 2. programme immobilier (sur le site de l’ancienne gare de marchandises); 3. aménagements et infrastructures : construction d’une passerelle pour les piétons entre la gare et la rue de la Porte de Buc, franchissement des réservoirs Gobert par le prolongement de l’avenue de Sceaux jusqu’à la gare afin de désenclaver le site, raccordement aux grandes rocades régionales (RN 286) (4).L’objectif du projet d’aménagement est de donner une nouvelle dynamique au quartieret de relier ce nouveau pôle aux secteurs historiques, notamment au quartier Saint Louisgrâce au franchissement par l’avenue de Sceaux du site des étangs Gobert (propriété del’Etat), affectés au ministère de l’équipement et protégé au titre des MonumentsHistoriques.La mise en œuvre devra ainsi se conformer aux directives énoncées dans le cadre desnouveaux Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) et Plan Locald’Urbanisme (PLU) de la ville et aussi à celles du Plan de Déplacements Urbains enIle-de-France (PDUIF). Il devra également tenir compte des règles édictées dans lecadre du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Secteur Sauvegardé (PSMSS) (5)ainsi que celles des Monuments Historiques concernant la protection des abords de lagare des Chantiers (inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques),qui incitent ensemble à : 1. conserver aux réservoirs Gobert le caractère d’espace public privilégié ; 2. conserver les perspectives de l’Avenue de Sceaux ; 3. respecter certains gabarits et hauteurs pour les constructions.En février 2002, un protocole d’accord est signé entre RFF, SNCF, Ville de Versailleset l’aménageur NEXITY, prévoyant la réalisation d’études conjointes pour la réalisationdu projet d’ensemble. De mars à septembre 2002 se déroulent les réunions publiques deconcertation, à l’issue desquelles se tiennent, au sein du Conseil municipal, des séancesde travail et de discussion sur la création de la ZAC et l’adoption du projet de PADD(septembre 2002).En mars 2003 sont lancées les enquêtes publiques sur le PLU et la ZAC. Les rapportsdes commissions d’enquête seront publiés en avril 2004, le PLU et le projetd’aménagement approuvés par le conseil municipal le 12 juillet 2004.4 Dossier de création de la ZAC 2003, page 25 Quelque 250 hectares de Versailles sont protégés par un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). Approuvé en 1993, il englobe notamment les deux quartiers historiques de Saint-Louis et de Notre-Dame (les premiers protégés, par arrêté ministériel du 6 mars 1973). Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 19
  • 20. Chapitre 1. Les Chantiers à l’étudeDurant cette période, les Associations de Sauvegarde des quartiers suivent de très prèsl’élaboration de ces nouveaux documents d’urbanisme. Ainsi, en ce qui concerne laZAC, lors de la réunion publique organisée le 5 février 2003 par le Député-maireEtienne Pinte, leurs principaux sujets de préoccupation concernent entre autres lesnuisances liées à l’augmentation prévisible de la circulation, le type de logements et decommerces construits, le type d’espaces verts et ludiques créés, et l’éventuelle remiseen eau des réservoirs Gobert, les retombées du projet sur les autres quartiers... Afin detenir compte des observations formulées lors des enquêtes publiques, le projet de laZAC prévoit dimplanter le programme de logements et de résidence de tourisme ducôté place Raymond Poincaré, alors que les bureaux sont situés du côté des voiesferrées. Un projet de voie reliant le site de Satory est par ailleurs arrêté dans sonprincipe, mais non dans son tracé. Les maîtres d’ouvrage appelés à intervenir sur le sitesont par ailleurs confirmés : la SNCF, pour l’aménagement de la gare et son accèsdepuis la rue de la Porte de Buc ; le promoteur NEXITY, pour le nouvel ensembleimmobilier et ses voiries ; la Ville de Versailles pour tous les travaux d’accessibilité.1.3 Approfondissements des études (2005-2007)En 2005-2006, en concertation avec le Ministère de la Culture et des Bâtiments deFrance, la ville élaborent les principes du franchissement des étangs Gobert. Parailleurs, un programme d’urbanisation des terrains de l’ancienne gare de marchandisesse précise. Développé par NEXITY (avec le cabinet d’architecture ARTE-CHARPENTIER), il prévoit environ 54 000 m2 de constructions neuves, comportantdes bureaux (17 300 m2), des logements sociaux (3 700 m2), des résidences pourtourisme et étudiants (6 400 m2), des commerces (17 600 m2), des cinémas (2 000places), une maison de quartier (1 300 m2) et un gymnase (1 200 m2) (6). Il est prévu laréalisation par l’aménageur des espaces publics du nouveau secteur (voirie et place) etleur remise à la ville qui, pour sa part, prend à sa charge : - en maîtrise d’ouvrage, les travaux de franchissement des étangs Gobert (et du prolongement de l’avenue de Sceaux) et d’aménagements viaires et paysagers (place des Francine et Carrefour des Francine, carrefour Raymond Poincaré, rue des Chantiers, rue de l’Abbé Rousseaux, rue de la Porte de Buc, Place du 8 Mai, parvis et rampe d’accès à la gare) ; - en Vente en l’Etat de Futur Achèvement (VEFA), les volumes correspondant au Programme Social de Relogement (PSR), au local à vélos, à la gare routière, au gymnase et à la maison de quartier.Les grands principes du projet de la nouvelle gare (pôle d’échanges multimodal) sont,pour leur part, confirmés dans le 20 avril 2005 par le comité de pilotage et de suivi,placé sous l’égide du STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France). Il prévoit troislots de travaux distincts: 1- restructuration et agrandissement de la gare, construction d’un nouveau bâtiment regroupant tous les services (Place Raymond Poincaré), aménagement des accès depuis la rue de la Porte de Buc ; 2- parking de 1100 places, dont le PSR de 385 places et un garage deux roues de 300 places ;6 NEXITY obtient le 4 mai 2005 un agrément pour la création des bureaux et, le 2 juin 2005, pour la réalisation d’un complexe de cinémas (la validité de cet accord sera prorogée jusqu’au 31 décembre 2007, par avenant en date du 19 janvier 2006). Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 20
  • 21. Chapitre 1. Les Chantiers à l’étude 3- accès au site: Avenue de Sceaux au niveau de la place des Francine (par bus et voiture : seuls les bus auront accès à la place centrale), Place Raymond Poincaré (par voiture), rue de la Porte de Buc (à pied : cette route sera aménagée pour que les autobus puissent stationner pour prendre ou laisser les passagers, soit à la montée, soit à la descente de cette voie), et un rond-point à la hauteur de l’entrée du cimetière des Gonards (à réaliser ultérieurement).Pour la mise en œuvre de ce pôle d’échanges, une convention de financement à hauteurde 53 millions d’euros est signée en septembre 2006 entre l’Etat, la Région, leDépartement, le STIF, la SNCF, le RFF, et la ville. Les travaux sont alors envisagés endeux phases. Durant la première sont prévus : - la rénovation et réaménagement de la gare existante ; - la construction d’un nouvel immeuble à proximité de la place Raymond Poincaré accueillant les services de la SNCF et de Réseau Ferré de France (RFF) ; - la création d’une passerelle piétonne entre l’actuel bâtiment voyageurs SNCF et la rue de la porte de Buc ; - la création d’une nouvelle passerelle d’accès aux quais ; - la création d’une gare routière de 14 quais ; - la création d’un parking de stationnement régional de 385 places (la totalité sera de 1100 places disponibles) et d’un garage pour les deux roues de 300 places; l’aménagement de six quais pour les autobus, rue de la Porte de Buc ; - l’aménagement des voiries nécessaires pour un transport en commun en site propre, entre la place des Francine et la rue de l’Abbé Rousseaux; l’amélioration de l’accessibilité et la réorganisation des circulations routières (place des Francine, place Raymond Poincaré, rue des Chantiers, rue de l’Abbé Rousseaux).La seconde phase, financée ultérieurement, comprendrait : - la création d’une galerie de services aux voyageurs entre les deux halls de la gare ; - la mise en place d’ascenseurs entre la nouvelle passerelle et les quais ; - la reconstitution de l’éclairage zénithal dans le hall de la gare actuelle et le prolongement de la couverture des quais.Est également envisagée, à plus long terme, la création d’un transport en site propre(transport en mode léger sur pneus, sur près de 70 % du trajet), autonome et répondantaux normes Très Haute Qualité de Service. Il partirait du Pont Colbert, emprunterait larue des Chantiers, passerait par la place Raymond Poincaré puis la rue de l’AbbéRousseaux, la gare routière, pour ressortir Avenue de Sceaux et se dirigerait ensuitevers l’hôpital Mignot. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 21
  • 22. La ZAC des Chantiers: évolution des orientations urbaines 2000-2002 [dossier de création de la ZAc des chantiers] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 22
  • 23. La ZAC des Chantiers: une première image du projet [dossier de création de la ZAc des chantiers] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 23
  • 24. Un premier concours pour la traversée des étangs Gobert: le projet lauréat [exposition publique, service d’urbanisme] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 24
  • 25. Chapitre 1. Les Chantiers à l’étude1.4 Un premier pas : le franchissement des étangs Gobert (2006)Le coup d’envoi de cet ambitieux projet a été donné par le lancement, à la fin de l’année2005, d’un concours international afin de sélectionner une équipe de maîtrise d’œuvrepour la traversée des étangs Gobert. Le projet de l’agence d’architecture et de paysageOBRAS a été retenu à l’issue de cette consultation (Conseil Municipal du 30 mars2006).Prévoyant la remise en eau de l’abreuvoir des Francine, ce projet envisage lefranchissement du site par un double système de voies pour les voitures et les piétons :une montante et une descendante, situées dans le prolongement des contre-allées del’avenue de Sceaux et traitées dans l’esprit de l’architecture en pierre, avec, dans chaquesens, une voie réservée pour les bus. Chaque voie comprendrait, en complément destrottoirs et de deux alignements d’arbres, une voie de circulation affectée aux transportsen commun et une autre à la circulation générale. Le fond du réservoir carré, envégétation naturelle, serait en outre rendu accessible par des sentiers.La mise en œuvre de ce projet, qui placera le site de la gare des Chantiers en relationavec le château par l’avenue de Sceaux, transformera radicalement le mode de vie duquartier, demeuré jusqu’alors coupé du reste de la ville. Le programme de logements,bureaux et équipements implanté à proximité de cette gare dotera en outre ce quartierd’un nouveau centre moderne.Aujourd’hui, cette mutation urbaine, qui sera un moment important dans l’histoire deVersailles, en est encore au stade d’étude. Il appartiendra à l’avenir de confirmer saréalisation. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 25
  • 26. Nicolas de Grandmaison, Plan légendé de Versailles, du jardin et des environs (vers 1710)[Huile sur toile, Archives nationales de Pari,] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 26
  • 27. Chapitre 2. La constitution d’un quartierChapitre 2. La constitution d’un quartier(Responsable : Jacques Royen)Actuellement, Versailles compte huit quartiers: Notre-Dame, Saint-Louis, Montreuil,Chantiers, Clagny-Glatigny, Jussieu-Petits Bois-Picardie, Porchefontaine, et Satory.La partie historique de la ville est une création de la royauté française à son apogée. Audébut du 17e siècle, le site de Versailles se limite à une butte étroite portant un châteauféodal transformé en ferme, un village au pied et, alentour, des marécages et des boisgiboyeux. Louis XIII vient souvent chasser en ces lieux. En 1624, il achète un terrainsur la butte et y fait construire un petit pavillon de chasse. En 1631, il acquiert deGondi, archevêque de Paris, la seigneurie de Versailles. Le pavillon de chasse estagrandi et devient un petit château de brique, pierre et ardoise, œuvre de Philibert LeRoy.Louis XIV commence son règne personnel en 1661, à la fin de la régence assurée parAnne dAutriche et Mazarin. Grand chasseur et attaché à Versailles par dagréablessouvenirs de ses séjours denfance, il naura de cesse de métamorphoser le modestechâteau de son père dans le magnifique édifice que nous connaissons aujourdhui, et delui adjoindre une ville digne de sa majesté et destinée à abriter la population de plus enplus nombreuse, titrée ou non, vivant autour de la Cour. Dès 1671, pour faciliter ledéveloppement de la ville, il octroie des terrains à tous ceux qui en font la demande,moyennant un impôt de 5 sous par arpent (3 194 m2), et à condition de respecter dansles constructions les consignes strictes données par le Service des Bâtiments du Roipour assurer lunité architecturale de la ville; le vieux village de Versailles est rasé. Afinque le château se détache de toute sa masse au-dessus de la ville, le toit des immeublesne doit pas excéder le niveau de la Cour de Marbre. Le premier quartier de Versailles àêtre construit est le quartier Notre-Dame, suivi quelques années plus tard par le quartierSaint-Louis (Cf. plan de Versailles vers 1710).A cette époque, la ville est peu étendue puisquelle noccupe quune portion des actuelsquartiers Notre-Dame et Saint-Louis. Montreuil est un village près de Versailles. Ilforme une paroisse totalement distincte et nest donc pas une création royale comme lesdeux quartiers mentionnés. Seule une très petite fraction de lactuelle rue des Etats-Généraux fait partie de la ville de Versailles sous Louis XIV. Le quartier des Chantiersnexiste pas encore, ni dailleurs les autres quartiers que compte la Versailles moderne.Avant la Révolution de 1789, la cité royale ne sétend pas au-delà de la rue de Noaillesoù se trouve la barrière de Versailles, ainsi que le montrent les plans du 18e siècle. Cestle 1er janvier 1787 que les faubourgs de Montreuil et Porchefontaine sont réunis àVersailles. La barrière est alors reculée jusquà la grille du Pont Colbert, à lextrémité dela rue des Chantiers actuelle (1).Entre-temps, le quartier des Chantiers a commencé à se développer, modestement et demanière très hétérogène, sans bénéficier de plans tracés à lavance ni davantagesincitatifs à la construction. Dans sa partie nord-ouest, appelée à cette époque le PetitMontreuil, et le long de la nouvelle rue des Chantiers, mise en service vers 1735,sérigent des hangars, des entrepôts, des baraques, des masures, des cours boueuses oùlogent des bûcherons, des maraîchers, des horticulteurs, des ouvriers de tous les corpsdétat, des valets de chiens, palefreniers, postillons et cochers qui travaillent au Château,1 Sources croisées : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127; Carcy, 1981, p. 43; Chaplot et Dutrou, 1988, p. 67; Coll., 1950, p. 3; Evrard, 1935, p. 23; Houth, 1980, p. 388; Lemoine, 1955, p. 265; Levron, 1981, p. 116; Maroteaux, 2000, p. 34; Villard, 2003, p. 36 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 27
  • 28. Chapitre 2. La constitution d’un quartierdes gardes des bâtiments, des gens de maison, pas mal de marginaux et un certainnombre de malfaiteurs. Vers la fin du 18e siècle, de hauts personnages et des grandsbourgeois se font construire au Petit Montreuil des résidences dété et des maisons deplaisance entourées de grands jardins. Cependant, à lapproche de la Révolution, lequartier des Chantiers est dans son ensemble une partie du Domaine Royal marginale etnégligée, composée essentiellement de vergers, de cultures maraîchères, de fabriquesartisanales et de tanneries. A la limite entre les Chantiers et le quartier Saint-Louis setrouvent nombre de casernes (par exemple, la caserne des Gardes du Corps du Roisituée avenue de Sceaux), décuries de la garnison de Versailles et décuries des princesdu sang (les écuries de la comtesse de Provence se situent rue dAnjou, celles du comtedArtois rue Edouard-Lefebvre, auparavant appelée rue dArtois) (2).Lhistoire du quartier des Chantiers ne peut être dissociée de celle des quartiers deMontreuil et de Porchefontaine, brièvement exposée dans les pages suivantes.2.1 Aux portes de Versailles, Porchefontaine et MontreuilPorchefontaine et Montreuil avant 1748L’origine de Porchefontaine et Montreuil se perd dans la nuit des temps. Le nom deMontreuil vient peut-être du latin "monasteriolum", diminutif de "monasterium",monastère, rappelant lexistence dun lieu de culte fondé sous le vocable de SaintSymphorien dAutun par Saint Germain, évêque de Paris (3). Lorigine du nom dePorchefontaine est quant à elle très controversée (4).Au 14e siècle, la seigneurie de Porchefontaine appartient à la famille de Jean de laMarche, écuyer. A cette époque, le domaine est cédé à Jean Prévost, vendeur depoissons de mer aux Halles de Paris, avant de revenir, en 1364 ou peu après, au RoiCharles V qui en donne, avant 1368, une partie à Jean de Dormans, alors évêque deBeauvais, et une autre partie à Philippe des Essarts. Celui-ci, devenu seul propriétairede Porchefontaine sans doute à la suite dune opération immobilière, revend le domaineà Siquart Raoul, épicier et bourgeois de Paris.En 1373, le domaine passe aux mains de Pierre Bournaseau (Pierre de Bournasel aprèsson anoblissement), qui fait raser lancien manoir pour édifier à sa place un châteaucouvert dardoise, avec neuf tours et fossés à fond de cuve (dont on aurait retrouvé unmur de fondation près de la ferme de Porchefontaine). En 1386, ses héritiers le cèdent àSimon de Cramault (parfois orthographié Cramaud, ou Gramand), évêque de Poitiers etpatriarche dAlexandrie, futur archevêque de Reims et cardinal, qui, la même année,achète également la seigneurie de Montreuil à Guillaume de Viroflay, et dautres terresà lentour. Presque immédiatement, dès 1386, Simon de Cramault vend l’ensemble deses terres à Pierre de Craon, seigneur de la Ferté-Bernard, de Sablé, de Brunnetel et deRosoy, « écuyer dhonneur » du frère du Roi Charles VI, Louis dOrléans.Pierre de Craon est en effet depuis longtemps lun des favoris du duc dOrléans et profitede ses largesses. Mais, reconnu coupable dindélicatesses, il tombe en disgrâce.Persuadé que cette disgrâce est due au Connétable de Clisson, il décide de le faireassassiner. Le soir du 14 juin 1392, avec des hommes à sa solde, il monte un guet-apens2 Sources croisées : Carcy, 1981, p. 38 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 83 Sources : Cafin-Carcy et Villard, 1991, p. 127 ; Houth, 1980, p. 424 Sources: : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 6; Dietschy-Picard, 1990, p. 5, 6; Houth, 1980, p. 46; Le Roi, 1868 T. 1, p. 440; Levron, 1981, p. 22; Mercet, 1929, p. 70, 74, 75 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 28
  • 29. Chapitre 2. La constitution d’un quartieret tente de tuer Clisson à sa sortie de lhôtel Saint-Pol, résidence de Charles VI à Paris.Il ne réussit quà le blesser légèrement; quinze jours plus tard le Connétable est rétabli.Ayant été reconnu au cours de laction, Pierre de Craon est immédiatement banni parCharles VI. Alors qu’il senfuit en Espagne, tous ses biens sont confisqués, sur ordre duRoi : le château de Porchefontaine est rasé, les revenus du domaine donnés au ducdOrléans. Lannée suivante, le Roi et son frère font don aux Célestins de Paris d’unepartie de ces revenus (cent livres parisis de rente, soit environ 1000 euros). En 1395, cesreligieux deviennent les seigneurs de Porchefontaine et des bois qui en dépendent, et leresteront pendant plus de 350 ans (5).Les Célestins de Paris acquièrent ainsi "une maison des champs", et créent à la fois uneexploitation rurale et un lieu de repos. Ils ny résident que peu nombreux à la fois,rarement en hiver, plus volontiers à la belle saison. Les moines administrentsoigneusement leur domaine, quils baillent à ferme. Ils exploitent leurs bois, dont ilsbaillent parfois une partie à cens. Ils logent dans leur domaine un Procureur qui, sur lesbiens de mainmorte, a droit de haute et basse Justice (6).Tout en jouissant des bénéfices de leur exploitation rurale et de leurs bois, les Célestinsentretiennent avec les habitants de Montreuil les meilleurs rapports. En revanche, ils ontsouvent maille à partir avec les Versaillais, qui prétendent avoir le droit dy couper lebois à leur usage et dy mener paître leurs bestiaux. Sans doute, quelque anciennetolérance leur avait-elle été accordée à ce sujet mais les moines entendent être maîtreschez eux. Le 10 juillet 1414, le Prévôt de Châteaufort publie une sentence contre« aucun des habitants de Versailles pour le dommage » causé par lusage abusif desterres et bois de Porchefontaine. La sentence est répétée en 1482. Le petit peupleversaillais nen continue pas moins au cours des siècles à sapprovisionner en bois deconstruction et de chauffage à la sauvette, ne respectant, par superstition, que leschênes (7).La première partie du 18e siècle semble avoir connu en Ile-de-France une période defroid particulièrement rigoureux. Les constats de vol de bois de chauffage dans lesforêts domaniales sont fréquents. Au début de 1740, Porchefontaine voit le pillagesystématique de ses bois par les habitants de Versailles. Les Célestins possèdent milledeux cents arpents de forêt et ont finalement permis, depuis très longtemps, auxhabitants du village de Montreuil dabord, à ceux de Versailles ensuite, daller y fairedes fagots. Au début de janvier de cette année-là règne un froid extrêmement rigoureux.Les pauvres gens ont vite épuisé leur récolte de bois mort, faite sur la propriété desmoines. Et voici quà eux se joignent par bandes de deux à trois cents personnes,encouragées par limpunité apparente, des femmes, des ouvriers sans emploi, des valetsde grands seigneurs. Presque tous les Célestins résident à Paris. Ils nexercent aucunerépression, peut-être par esprit de charité. Les bûcherons improvisés ne sen tiennent paslongtemps aux fagots. On assiste bientôt à un véritable pillage organisé. Tout y passe,jusquaux plus gros chênes. Le 6 février, on compte dans les bois « quatre à cinq millepersonnes de toute condition ».De bons bourgeois organisent labattage des arbres et la vente du bois à des habitants deVersailles, et en tirent de gros bénéfices. Le Bailli de Versailles est disposé à mettre un5 Sources croisées : Caffin-Carcy, 1981, p. 43; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127 ; Carcy, 1981, p. 43; Chaplot et Dutrou, 1998, p. 6-10 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 7-11, 13 ; Houth, 1980, p. 44-48, 338 : Le Roi, 1868, T. 1, p. 440-443 ; Levron, 1981, p. 22-23 ; Maroteaux, 2000, p. 132; Mercet, 1929, p. 70, 74, 75, 94 à 98; Rojat-Lefèvre,Nuit du Patrimoine, 1999; Versailles Magazine, juin 2005 p. 33.6 Sources croisées : Dietschy-Picard, 1990, p. 13 ; Houth, 1980, p. 48-49 ; Le Roi, 1868 T. 1, p. 444 ; Mercet, 1929, p. 707 Sources croisées : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 8 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 13-14 ; Houth, 1980, p. 49 ; Le Roi, 1868 T. 1, p. 443- 444 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 29
  • 30. Chapitre 2. La constitution d’un quartierterme à des déprédations aussi considérables mais il na point dautorité sur la terre dePorchefontaine puisque seuls les Célestins possèdent sur leurs terres un droit de haute etbasse Justice. Il en avertit le Procureur du Roi. Ce nest quau bout de plusieurs joursque le Roi, alors à Marly avec le Maréchal duc de Noailles, Gouverneur de Versailles,donne ordre aux Gardes-françaises de marcher sur Porchefontaine, de cerner la forêt, etdarrêter les perturbateurs. Le même jour est publié à son de trompe la défense auxhabitants de Versailles daller chercher du bois à Porchefontaine. Le lendemain, toutesles barrières de la ville fermées afin que personne nen sorte, les arrestations semultiplient. Des visites domiciliaires ont lieu chez les acheteurs versaillais, considéréscomme receleurs. Ceux-ci, nayant pas le temps de brûler tout leur bois (provoquantainsi plusieurs incendies), se hâtent de sen débarrasser en le jetant par les fenêtres.Toute circulation est impossible dans les rues de Versailles, ainsi encombrées, ledimanche 12 février 1740. On rend aux Célestins le bois récupéré; environ cent arpents(32 hectares) de leur forêt ont été dévastés (8).Montreuil (appelé également Montreuil-hors-Viroflay) était autrefois très étendu etcomposé de deux villages distincts, séparés par lavenue de Paris et visibles sur lescartes du 18ème siècle, notamment la "carte des chasses du Roi" levée et dressée de 1764à 1773 : au nord, le Grand Montreuil (de la rue de Montbauron à la rue des Petits-Bois)et, au sud, le Petit Montreuil (de lactuelle rue de lAssemblée-Nationale jusquaudomaine de la ferme de Porchefontaine) (9). Il nest pas encore fait mention à cetteépoque du quartier des Chantiers.Longtemps, le Grand Montreuil est peu peuplé - 1200 habitants vers 1717 - et pauvre,abritant d’abord des bûcherons puis des blanchisseurs, maraîchers et horticulteurs quifournissent la Cour et la ville de Versailles (en seigle, foin, légumes, un peu de vin),ainsi que des commerçants (boulangers, charcutiers, barbiers) et quelques petits artisans(maçons, charpentiers, maréchaux, voituriers, serruriers, menuisiers, tisserands,tonneliers), des manouvriers et des journaliers, et des marginaux attirés par lanimationde Versailles. En 1727, il garde un aspect rural, avec des vignes sur la côte de Picardie(déjà disparues à la veille de la Révolution de 1789). Pendant la belle saison, lesVersaillais vont le dimanche samuser et sencanailler dans les nombreux cabarets etguinguettes de cette campagne toute proche, où sélèvent déjà quelques maisonsbourgeoises (10).Le village du Petit Montreuil est, lui, constitué de hangars, dentrepôts, de baraques, demasures, de cours boueuses où logent les ouvriers de tous les corps détat, charpentiers,maçons, terrassiers, mais aussi valets de chiens, palefreniers, postillons, cochers quitravaillent au Château, gardes des bâtiments et gens de maison (11).8 Sources croisées : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 17 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 18-19 ; Evrard, 1935, p. 129 ; Helle, 1969 T. 1, p. 148-149 ; Houth, 1980, p. 333 ; Le Roi, 1868 T. 1, p. 444-450; Mercet, 1929, p. 71.9 Lemplacement actuel de la rue Edme-Frémy et de la rue Jean-Mermoz (anciennement rue de la Patte-dOie) était occupé par létang de Porchefontaine. Lestang Pierray (orthographié au 18e siècle ‘Etang Pierré’) faisait partie du territoire de Porchefontaine. Sources : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 5, 12, 13, 16, 18-24,26 ; Coll., 1950, p. 3: Dietschy-Picard, 1990, p. 7 ; Levron, 1981, p. 116 ; Maroteaux, 2000, p. 87 ; Villard, 2003, p. 3610 Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127; Carcy, 1981, p. 43; Evrard, 1935, p. 23-25; Houth, 1980, p. 388; Lemoine, 1955, p. 266; Levron, 1981, p. 116; Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 35-36; Villard, 2003, p. 3611 Sources : Carcy, 1981, p. 38; Rojat-Lefèvre, Nuit du Patrimoine, 1999; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 8 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 30
  • 31. Plan de commodité 1786, prévoyant l’extension de l’avenue de Sceaux par delà les étangs Gobert[archives municipales] Nouveau plan de Versailles, 1787 [archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 31
  • 32. Les villages jouxtant Versailles: Montreuil et Porchefontaine, au début 18e s.En haut: “Le grand Montreuil proche de Versailles« ; au centre et en bas à g.: “L’étang de Porchefontaine et l’avenuede Paris”, gravures in Alain Manesson Mallet, La géométrie pratique (1702) [Bibliothèque municipale de Versailles]En bas, à droite: Vue de l’abreuvoir de Marly (1724), de Pierre-Denis Martin (1663-1972) [détail de la peinture,Musée du château de Versailles] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 32
  • 33. Chapitre 2. La constitution d’un quartierLaccroissement rapide de Versailles au 18ème siècle a pour conséquence de laisser lesagglomérations voisines à moitié vides dhabitants. A cette époque les bourgeois et lesofficiers du Roi hésitent à se fixer dans ces annexes quasi désertes, sans sécurité nicommodités. Il y a peu déclairage, et peu de police: les vagabonds attaquent lespassants dès la tombée de la nuit (12).Annexion de Porchefontaine et Montreuil au Domaine Royal (1748)Porchefontaine et Montreuil sont annexés au Domaine Royal par lettres patentes le 1erjanvier 1748, à la suite dun échange conclu entre Louis XV et les Célestins de Paris le11 novembre 1747. Celui-ci prévoit, en compensation de l’annexion des terres dePorchefontaine, du Grand et du Petit Montreuil, des Metz et de La Boulie, de céder auxreligieux les Grand et Petit Villetain (aujourdhui orthographié Viltain), terres situées ausud du Val de Gallie (orthographié aujourdhui, Gally), ainsi que la seigneurie et terrede Jaillac-Duplessis et autres lieux faisant partie du domaine et comté de Nogent (13).Par cet accord, Porchefontaine et Montreuil deviennent d’abord terre des chassesroyales. Chasseur invétéré, le roi, lorsquil nest pas à Compiègne, Fontainebleau, Saint-Hubert plus tard, porte en effet ses pas dans la zone dite des « grands environs »(jusquaux Alluets, Port-Royal), ou vers Fausses-Reposes et Verrières. Ce besoin denouveaux espaces de chasse explique sans doute en partie quil ait requis lextension duDomaine Royal à lest de Versailles, extension à laquelle Louis XIV avait renoncé après1683. Cette opération permet également de faire la jonction avec le domaine deMeudon, revenu au Roi depuis lavènement de Louis XV, et apporte un revenu nonnégligeable. Enfin en 1787, Louis XVI annexe ces terres à Versailles dont elles formentla troisième paroisse. Montreuil compte alors environ 3000 habitants (14).L’annexion de Montreuil à Versailles avait été envisagée dès 1723, et ce pour deuxautres raisons. D’abord pour conforter la sécurité du Domaine Royal. Car Montreuil sertdepuis longtemps de refuge aux vagabonds, malfaiteurs et gens sans aveu qui, ayant faitun mauvais coup à Versailles, sy réfugient, sûrs déchapper à la justice (15). La seconderaison est d’ordre fiscal. En sincorporant les 3000 habitants de Montreuil, le DomaineRoyal peut compter sur une augmentation des droits féodaux, lots et ventes, gabelles,octrois, etc. Il sagit en outre de « faire cesser les difficultés qui surviennent entre lescommis du Domaine de Versailles et ceux de la Ferme Générale établie à Montreuil, dediminuer les moyens de contrebande qui existent par les entrepôts frauduleux qui sontformés dans la paroisse de Montreuil » (16).12 Damien et Lagny, 1980 p. 1713 Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127; Carcy, 1981, p. 43; Chaplot et Dutrou, 1988, p. 21; Damien et Lagny, 1980, p. 16; Dietschy-Picard, 1990, p. 20; Houth, 1980, p. 42, 388; Maroteaux, 2000, p. 13414 Sources : Caffin-Carcy, 1981, p. 43 ; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127 ; Chaplot et Dutrou, 1998, p. 8-10 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 7, 8, 13 ; Houth, 1980, p. 42-46, 388 ; Le Roi, 1868, T. 1, p. 440-443 ; Levron, 1981, p. 22-23 ; Maroteaux, 2000, p. 132 ; Mercet, 1929, p. 74, 75, 94-98 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, juin 2005, p. 3315 Sources: Damien et Lagny, 1980, p. 16 ; Houth, 1980, p. 388 ; Levron, 1981, p. 116 ; Maroteaux, 2000, p. 13316 Par lédit daoût 1786 qui avait annexé Montreuil à la ville royale, les habitants de ce village furent exonérés de la taille et de la milice mais furent soumis aux mêmes droits daides et dentrées que les Versaillais. On continua bien sûr à percevoir les anciens impôts, et la capitation. Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127; Damien et Lagny, 1980, p. 16; Evrard, 1935, p. 18-19, 355-383; Houth, 1980, p. 388-389; Lemoine, 1955, p. 266; Maroteaux, 2000, p. 133, 219; Rojat-Lefèvre, Nuit du Patrimoine, 1999. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 33
  • 34. Plan de la ville, du château et du parc de Versailles, 1835: plan d’ensemble et détail aux abords du futur quartier deschantiers, comportant un certain nombre de casernes [archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 34
  • 35. Chapitre 2. La constitution d’un quartierAnnexion de Porchefontaine et Montreuil à Versailles (1787)Louis XVI intègre définitivement Montreuil et Porchefontaine au territoire de Versaillespar un édit pris au mois daoût 1786, doublant la superficie de la ville (17). Effectives au1er janvier 1787, ces annexions impliquent la construction de nouvelles barrièresd’octrois - l’un des bureaux d’octrois sera situé au Pont Colbert, à lextrémité del’actuelle rue des Chantiers (18).Ces annexions ont pour incidence quelques travaux d’embellissement. Pour des raisonsde salubrité publique, les cimetières sont supprimés et reportés à la périphérie (19).Montreuil, qui avait déjà mauvais renom au début du 18e siècle, passe encore, à la veillede la Révolution, pour un lieu de débauche populaire. Néanmoins, durant le dernierquart du siècle, de grands personnages sy font construire des résidences dété et desmaisons de plaisance entourées de grands jardins (20).La Révolution de 1789 arrête lextension de la ville vers lest (21). Dès 1795, le DomaineRoyal est mis en vente sous lappellation « Liste civile du Roi » et Porchefontaine, lotien parcelles de petite superficie, est ainsi ouvert à l’urbanisation (22).2.2 Règles et réalisations d’un nouveau quartierAux origines d’un nom : les forêts domanialesAvant le 19e siècle, le bois est la seule ressource pour le chauffage et la cuisine. Ilreprésente pour tous, riches ou pauvres, une lourde charge financière. Le bois decharpente et de menuiserie est, par ailleurs, un matériau de construction essentiel, enforte demande à Versailles. Pour ces deux raisons, Colbert édicte entre 1661 et 1669 desOrdonnances des Forêts du Domaine Royal, visant à mettre en ordre les forêts royales, àréorganiser et réglementer lexploitation sylvicole, et à en assurer la pérennité.Lessentiel de ces Ordonnances est demeuré en vigueur jusquà nos jours, sous la formedu Code forestier (23).Pendant tout le 18e siècle, mis à part les droits daide et dentrée à Versailles, les forêtsconstituent la première des ressources du Domaine Royal. Leur importance relative necesse de croître par rapport aux fermes : de 103 000 livres (730 000 euros de 2005) enmoyenne entre 1723 et 1732, le produit des coupes passe à 422 000 livres (3 000 000euros) pour la dernière décennie de lAncien Régime, soit un revenu à lhectaredenviron 40 livres (280 euros) pour la première période, 75 livres (530 euros) pour laseconde. Cest alors près du triple du revenu brut dun hectare de ferme du Domaine, etbeaucoup plus que pour les autres forêts royales de lIle-de-France.17 Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127 ; Carcy, 1981, p. 43 ; Chaplot et Dutrou, 1988, p. 21 et 67 ; Coll., 1950, p. 3 ; Damien et Lagny, 1980, p. 16 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 20 ; Evrard, 1935, p. 23 ; Houth, 1980, p. 388 ; Lemoine, 1955, p. 265 ; Levron, 1981, p. 116 ; Maroteaux, 2000 p. 134 ; Villard, 2003 p. 36.18 Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127 ; Carcy, 1981, p. 43 ; Chaplot et Dutrou, 1988, p. 67 ; Coll., 1950, p. 3 ; Evrard, 1935, p. 23 ; Houth, 1980, p. 388 ; Lemoine, 1955, p. 265 ; Levron, 1981, p. 116 ; Maroteaux, 2000 p. 34 ; Villard, 2003 p. 36.19 Levron, 1981, p. 11620 Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127; Carcy, 1981, p. 43; Evrard, 1935, 23-25; Houth, 1980, p. 388; Lemoine, 1955, p. 266; Levron, 1981, p. 116; Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 35-36; Villard, 2003, p. 3621 Sources : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 127 ; Damien et Lagny, 1980, p. 16 ; Evrard, 1935 p. 18-19, 355-383 ; Houth, 1980, p. 388, 389 ; Lemoine, 1955 p. 266 ; Maroteaux, 2000, p. 133 et 219 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999.22 Chaplot et Dutrou, 1998, p. 21 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 22 ; Mercet, 1929, p. 7223 Sources croisées : Dietschy-Picard, 1990, p. 15 ; Evrard, 1935, p. 440-447 ; Helle, 1969 T. 1, p. 148 ; Maroteaux, 2000, p. 215 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 35
  • 36. Chapitre 2. La constitution d’un quartierCe haut revenu favorise lémergence à Versailles dun puissant groupe de marchands debois, mettant à profit une demande locale sans cesse accrue. Il reflète aussi lattentionportée par le Domaine, après 1723, à lexploitation des forêts. Elle se manifestenotamment par son souci délargir et despacer les coupes. Lextension de la surface descoupes, que ce soit par acquisition ou par replantation, permet une meilleure protectiondu bois, en même temps quelle facilite le passage des chasses (24).Cet excellent rapport des bois, en même temps que lintérêt des chasses qui pour cettefois va de pair, explique la politique massive de reboisement menée par le Domaine surles terrains les moins productifs. En 1770, on fait valoir au Roi laugmentation du prixdu bois, qui constitue une part essentielle du revenu domanial au moindre coût. Il estdonc de son intérêt de multiplier les plantations, sans toutefois dégrader les corps deferme. Il ne faut négliger aucune partie de terrain susceptible dêtre cultivée ou plantée.Ainsi disparaissent des zones de friches, comme celle des Gonards en 1777 et 1781, oudanciennes carrières, comme celles de lEtang de Satory en 1776, ou celle des trous deJardy en 1778 (25). Malgré laugmentation de la production, les chantiers devaient êtreinsuffisants ou le bois trop coûteux car les constats de vol sont fréquents dans les forêtsdomaniales (26).Le quartier des Chantiers tire son nom de cette activité économique. Le dictionnaire deJean Nicot, Thresor de la Langue Françoyse, de 1606 donne du mot « chantier » ladéfinition suivante : « la boutique ou magazin où les marchans de bois dœuvre, comme poultres, solives, chevrons et autres telles grosses pièces tiennent leur marchandise, et le bois de destail pour brusler, et vient de ce mot Latin Cantherius, qui signifie ores un eschalat à soustenir les maillots de la vigne, et ores le magazin où les marchans de bois tiennent toutes sortes de pieces de bois à vendre, Lignaria apotheca, Asserum tignorumque vanalium conditorium. Il se prend aussi pour lassemblée de bois à brusler, Lignorum strues, coaceruatio, et pour le lieu auquel il est entassé, Lignarium, Le buscher » (27).Au fil des siècles, le terme acquiert des sens différents, comme le montrent notammentle Dictionnaire de lAcadémie Française de 1762 et le Dictionnaire de Jean-FrançoisFéraud (1787-1788), qui en proposent deux (28) : - « Grande place où lon arrange, où lon entasse des piles de gros bois à brûler, ou de charpente, ou de charronnage ». - « Chantier dattelier (note de l’auteur : orthographe du 18e siècle), lieu où lon décharge le bois ou la pierre, pour les travailler, afin quon puisse les employer à un bâtiment ».La plupart des auteurs saccordent en effet à dire que le nom du quartier des Chantiersévoque les chantiers de bois à brûler qui permettaient lentretien des bois à la lisière deVersailles (bois des Gonards et bois du Cerf Volant). Dès 1724, les marchands de bois,très nombreux pour fournir la Cour en bois de chauffage, sont contraints détablir leurschantiers dans le quartier du Parc-aux-Cerfs. Ce quartier sétant peuplé, ils sinstallent auPetit Montreuil. Cest ainsi que naquit le nom de « quartier des Chantiers ». La rue des24 Sources croisées pour ces paragraphes : Evrard, 1935, p. 440-447 ; Maroteaux, 2000, p. 21525 Maroteaux, 2000, p. 21626 Source : Helle, 1969 T. 1, p. 14827 Nicot, 1606, p. 11228 Source : Dictionnaire de lAcadémie, 1762, p. 276 ; Féraud, 1787-1788, p. A409a Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 36
  • 37. Chapitre 2. La constitution d’un quartierChantiers était la rue des fagoteurs, des bûcherons, des marchands de bois et desentreprises de charpente, tout comme la rue au Pain était celle des boulangers (29).Selon d’autres auteurs, le quartier des Chantiers doit plutôt son nom aux lieux dentrepôtquutilisèrent les bâtisseurs du Château et de la ville de Versailles. Ces lieux dentrepôtétaient alloués par le Roi aux entrepreneurs, qui pouvaient y installer leurs ateliers.En fait, comme le montrent les dictionnaires anciens, les deux origines se renforcentmutuellement et il semble bien que la première attribution est la plus vraisemblable. Lalangue française telle qu’elle est parlée au Québec aujourd’hui a gardé des liensprofonds avec la langue parlée en France autrefois. Le Dictionnaire des ExpressionsQuébecoises de Pierre DesRuisseaux (Bibliothèque québécoise 2003, p. 93) et leMultidictionnaire de la Langue Française de Marie-Eva de Villers (Québec Amérique,2007, p. 261) font tous les deux référence, au mot chantier, à une exploitation forestière,outre le sens de travaux de construction. De manière encore plus explicite, leDictionnaire de la Langue Québecquoise de Léandre Bergeron (TYPO Dictionnaire1997, p. 121) donne les deux sens suivants au mot chantier : « 1. Lieu où l’on pratiquela coupe de bois dans une forêt ; 2. Chemin d’accès à la coupe de bois », et il proposecomme exemple : « Faire chantier : faire de la coupe de bois ». L’origine forestière dunom du quartier des Chantiers semble bien la plus plausible.La constitution d’un tissu urbainCf. page suivante : Vue générale du quartier des Chantiers au début du 20e siècleDans le quartier des Chantiers, on a beaucoup bâti, démoli, reconstruit au 18e siècle,grignotant peu à peu les terrains libres. De nobles demeures sont édifiées,principalement entre lactuelle rue des Etats-Généraux et lavenue de Paris: maison deTalleyrand rue de Vergennes, Chenil du Roi, Hôtel des Gendarmes. Cependant, lequartier demeure longtemps une partie marginale et négligée du Domaine Royal,composée essentiellement de vergers, de cultures maraîchères, de fabriques artisanaleset de tanneries. Il ne semble pas que le quartier des Chantiers ait bénéficié de planstracés à lavance ni davantages incitatifs accordés à ceux qui y construisaient (30).La réglementation architecturale de Versailles (1715)A Versailles est codifié en 1715 un règlement, dit de Jules-Robert de Cotte (neveu deMansart, et Premier Architecte du Roi de 1709 à 1735), prescrivant que les toitsdevaient être couverts dardoise, que les façades devaient être de briques et de pierre, etque les constructions devaient respecter « la symétrie réglée par Sa Majesté » (31). Il nesest manifestement appliqué que très rarement dans le quartier des Chantiers.Plus généralement, laspect de lensemble des quartiers de Versailles se modifiesingulièrement au cours du 18e siècle. Dès que la Cour quitte la ville après le décès deLouis XIV (en 1715), les ordonnances relatives à la construction ne sont plusrespectées,29 Sources croisées : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 67 ; Coll., 1950, p. 4; Helle, 1969 T. 1, p. 148 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 398 ; Neuf, oct. 1991, p. 6 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2000, p. 1930 Sources : Versailles Magazine, jan. 1982, p. 3; Versailles Magazine, nov.-déc. 1995, p. 2431 Un rapport harmonieux devait régner entre les parties de lédifice: hauteur des maisons réduite à un rez-de-chaussée et un premier étage, avec des combles brisés "à la Mansart". Outre la couverture des toits, les matériaux des façades et la hauteur des maisons, le règlement codifiait les enseignes, et interdisait aux particuliers de changer les "faces des maisons" sans autorisation. Louis XIV exigeait que, de son Château, la perspective de verdure ne fût rompue par aucune construction visible. [Breillat, 1973, p. 28 ; Castex et al., 1980, p. 88 ; Damien et Lagny, 1980, p. 17 ; Evrard, 1935, p. 150-157 ; Houth, 1980, p. 266-268] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 37
  • 38. Le quartier des chantiers. Vue au début du 20e siècle [archives municipales, 1Fi639] La rue des Chantiers et la rue des Etats-Généraux. Vues du début du 20e siècle: lentrée de la rue des Chantiers sur l’avenue de Paris, descente vers la gare et vue générale [archives municipales, 1Fi597, 1Fi600 et 1Fi601] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 38
  • 39. Chapitre 2. La constitution d’un quartierle désaccord saccentuant de plus en plus entre les plans du fondateur, de lurbaniste du17e siècle et les nécessités vitales des habitants. Cette absence de contraintes engendreune certaine hétérogénéité architecturale. Versailles est envahie - le quartier desChantiers ne fait évidemment pas exception - par toute une série de bâtiments quiprolifèrent sans retenue, notamment par des baraques édifiées en une nuit maisdestinées à subsister des décennies. Les immeubles sélèvent à toutes les hauteurs etsont souvent couverts de tuiles.Le laisser-aller général, caractéristique du règne de Louis XV (1710-1774), nest pasaffecté par le retour de la Cour le 15 juin 1722 juste avant la fin de la régence exercéepar Philippe dOrléans. Ce retour saccompagne dun important développementéconomique. Versailles devient une capitale administrative. Outre la Cour, elle accueilleles ministères, un tribunal, une juridiction propre à la Cour et la Prévôté. De nouvellesadministrations et des casernes sinstallent autour du Château. Autour de cesadministrations se développe une ville des affaires. Les anciennes prescriptions enmatière durbanisme sont moins respectées que jamais. Les maisons bâties après 1744ont presque toujours trois étages et un étage de mansardes. Les parements de briquessont abandonnés ou badigeonnés dun enduit grisâtre sans attrait. Les arbres des alléessont sacrifiés, quand ce nest pas lallée elle-même, comme cest le cas de lallée deMontbauron (32).Entre 1722 et 1750, Versailles connaît une forte augmentation démographique : de24 000, la ville passe à 37 000 habitants (1744) puis à plus 50 000 habitants, ce qui enfait la dixième ville de France. Le passage dune cité royale à une ville bourgeoiseprovoque un amoindrissement de lintérêt porté à lespace public et, au contraire, uneaffirmation des individualités au travers de la construction privée. Le réseau viaire de laville nest plus entretenu. Ce nest pas avant le règne de Louis XVI (1754-1793) questentrepris par un Directeur général des Bâtiments énergique, le comte dAngiviller, unnouvel effort pour réglementer la grande et petite voirie à Versailles (déclaration du 12juillet 1779), malgré létiolement de lautorité royale et lopposition violente duParlement criant à lattentat contre le droit de propriété. Il est ainsi institué une sorte depermis de construire et lon fixe sévèrement lélévation des maisons nouvelles à huittoises (15,60 mètres). Le départ de la famille royale, le 5 octobre 1789, et la Révolutionplongent Versailles dans une époque de désarroi. Quand Bonaparte prend le pouvoir en1800, la ville ne compte plus que 27 000 habitants (33).Structuration et essor du quartier des Chantiers au 19e siècleLisolement du quartier des Chantiers fut accentué par deux circonstances aggravantes.La première est labandon progressif, entre 1700 et 1740, de la large allée deMontbauron, qui prive la ville dune voie de communication directe entre les avenues deSaint-Cloud, de Paris et de Sceaux. La seconde est labandon du projet de boulevard deceinture de Versailles, élaboré en 1786, qui prévoyait explicitement de réunir les Grand32 La partie méridionale de la large allée de Montbauron, allée bordée darbres joignant lavenue de Saint-Cloud, lavenue de Paris et lavenue de Sceaux et marquant la limite de Versailles sous Louis XIV, a été lotie vers 1740 par les soins de Mallet, lun des entrepreneurs du Château de Versailles. [Houth, 1980, p. 340] LHôtel des Menus Plaisirs au sud de lavenue de Paris et les écuries de Madame du Barry (ensuite du comte de Provence), remplacées de nos jours par lhôtel de police au nord de lavenue de Paris, furent construits sur lemprise de lallée de Montbauron, mais pas du même côté de lallée. Ceci explique le déhanchement que lon observe entre lactuelle rue de Montbauron et la rue de lAssemblée Nationale.33 Sources croisées pour les paragraphes précédents et le suivant : Breillat, 1973, p. 15, 28, 31, 57, 63 ; Castex et al., 1980, p. 88, 177, 184 ; Castex, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Damien et Lagny, 1980, p. 17-18 ; Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 21 ; Evrard, 1935, p. 150 à 157 ; Gaxotte, 1974, p. 84 ; Houth, 1980, p. 266-269 ; Lemoine, 1955, p. 266 ; Levron, 1981, p. 89-90 ; Maroteaux, 2000, p. 19, 140, 149, 165 ; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 2, 3 ; Versailles Magazine, nov.-déc. 1995, p. 24 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2000, p. 16 ] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 39
  • 40. Chapitre 2. La constitution d’un quartieret Petit Montreuil à Versailles par une nouvelle enceinte bordée dun boulevard et denouvelles avenues, qui seraient tracées pour la commodité et pour lembellissement desabords de la ville. Il aurait donné à la ville lunité qui lui manquait. Hélas, ledélabrement des finances royales ne permet pas dy donner suite. La seule voie decommunication directe entre le Petit et le Grand Montreuil demeure donc la rue deVergennes (appelée à cette époque rue du Petit-Montreuil). En 1783, elle est décritecomme impraticable par temps de pluie et pendant tout lhiver; elle sera pavée cetteannée-là avec laide financière du Domaine (34).Aussi le développement du quartier s’organise-t-il tant bien que mal, principalement lelong de la rue des Chantiers, créée en 1734 (ou en 1736, selon les sources) et qui mènede Versailles à Sceaux et, au-delà, à Fontainebleau. Le tracé de cette rue emprunte unancien chemin qui existait à lépoque de Louis XIV, appelé chemin ou route deVersailles à Sceaux ou chemin de Fontainebleau, qui menait à des entrepôts et débits debois de chauffage mais ne débouchait pas sur lavenue de Paris. Cette nouvelle rue netarde pas à faire partie des grandes voies de communication du Royaume (35). Dès1773, elle est pavée et éclairée, dabord par des lanternes pendant au centre dune chaînetendue entre deux murailles dans le sens de sa largeur, puis par des réverbères accolésaux maisons et portant ces lanternes au bout dun bras à angle droit (36). Elle sappelledéjà rue des Chantiers avant la Révolution de 1789.Au milieu du 19e siècle, le tissu urbain du quartier des Chantiers est bouleversé par latranchée du réseau de chemin de fer menant à lactuelle gare de Versailles-Rive-Gauche,inaugurée en 1840. Pour franchir cette tranchée, la rue de Vergennes est partiellementsurélevée. Un autre bouleversement est la création de la gare Versailles-Chantiers.Les années 1850 marquent un tournant dans lévolution du quartier. Comme tous lesfaubourgs, il est façonné par la civilisation industrielle. De petits entrepreneurssinstallent dans les discontinuités et les arrière-cours, attirant une population laborieuse.La création du chemin de fer ne transforme pas Versailles en ville industrielle mais elleest à lorigine de lessor du quartier des Chantiers, amplifié après 1860, et encore plusaprès 1875 (37). Le train amène des foules de bourgeois parisiens fortunés et aisés ledimanche au Château et aux hippodromes de Satory et de Porchefontaine (ouverts en1836 et 1864). Des milliers de visiteurs viennent assister aux Grandes Eaux et au feudartifice qui couronne les fêtes (38)A partir de 1850, les pressions politiques se multiplient pour ouvrir la banlieue auxcouches populaires. Concentrées dans les quartiers de lest parisien et près des« barrières », celles-ci ont des conditions de logement souvent insalubres, quisaggravent de plus en plus en raison de la constante densification de la capitale où, parailleurs, les loyers ne cessent daugmenter.34 A cette époque, le pavage était partagé entre le Domaine Royal et les particuliers, doù une source constante de conflits. [Lemoine, 1955, p. 267]. Sources croisées : Maroteaux, 2000, p. 189 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 3 ; Versailles Magazine, nov.-déc. 1995, p. 2435 Sources croisées pour les paragraphes précédents : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 20, 22, 66- 67 ; Helle, 1969 T. 1, p. 147 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 398, 451 ; Neuf, oct. 1991, p. 6 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2000, p. 1936 Helle, 1969 T. 1, p. 147 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 39837 Versailles sétait endormie avec le départ du Roi et la fin de la monarchie. Outre larrivée du chemin de fer, la guerre de 1870 et la Commune de 1871 jouèrent un rôle décisif dans son réveil. Le transfert du Gouvernement et des Assemblées à Versailles - elles y siégèrent jusquen 1879 - redonna à la ville une importance quelle avait perdue. [Castex et al., 1980, p. 190]38 Un Guide de 1821 précise que Versailles attire, dès cette époque, "plus de dix à douze mille personnes tous les jours", et "lorsquon fait jouer les Eaux du Parc, plus de 150 000 viennent à Versailles". [cité par Breillat, 1973, p. 114] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 40
  • 41. Plan de Versailles en 1900, transformée par l’arrivée des réseaux de chemin de fer [archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 41
  • 42. Chapitre 2. La constitution d’un quartierDe 1855 à 1866, la population de Versailles passe de 35 000 habitants à 44 000habitants. Artisans, petits commerçants, ouvriers dont beaucoup venus de Bretagne,sinstallent à proximité de la gare des Chantiers, qui est agrandie en 1880 (39).Dans le quartier, on continue à construire comme on peut, sans ordre ni plan, despavillons, des immeubles modestes, des entrepôts, des hangars. Des équipementspublics sont édifiés dans un esprit charitable pour venir en aide aux populationsdémunies: construction et plus tard agrandissement de léglise Sainte-Elisabeth deHongrie, une école de garçons, une école de filles, et un asile. Après la misère, etlabandon dont il sort peu à peu, le quartier des Chantiers connaît plus que d’autres lestransformations de la vie moderne. Comme il dispose encore de terrains, on y construitce quon ne sait où placer : logements ouvriers, casernes, cimetière, stade, écoleprofessionnelle, hospices, etc.Au début du 20e siècle, le trafic ferroviaire sintensifie. On construit de nouvelles voies,on allonge et multiplie les quais de la gare des Chantiers en 1919. Puis, en 1932, onreconstruit la gare (40).En 1935, la partie de la rue des Chantiers comprise entre lavenue de Paris et lactuelleplace Raymond-Poincaré est débaptisée et renommée rue des Etats-Généraux (ceciprovoque évidemment un changement de numérotation dans la partie subsistante de larue des Chantiers). La nouvelle rue des Etats-Généraux est précisément la seule partiede la longue artère aboutissant au Pont Colbert qui a porté le nom de rue des Chantiersau 18e siècle. Elle allait alors de lavenue de Paris à la croix de Noailles. Elle prenaitensuite le nom de « rue du Chenil-Dauphin » jusqu environ lactuelle place Raymond-Poincaré. En 1793, réunie à cette seconde partie où se trouvaient les bâtiments de lavénerie (41) de Louis XV, elle est rebaptisée « rue du Contrat Social » mais reprend sonancien nom dès 1804. La barrière de Versailles qui se trouvait au droit de la rue deNoailles est reportée au bas de la butte du Pont Colbert lors du rattachement deMontreuil à Versailles le 1er janvier 1787. Cest à cet endroit quavaient lieu lesexécutions capitales après la Révolution (42).39 Sources : Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 21 ; Levron, 1981, p. 154, 157 ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 167 ; Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 38 ; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 3 ; Versailles Magazine, fév.-mars 1998, p. 10 à 1340 Source pour les paragraphes précédents : Versailles Magazine, jan. 1982, p. 341 Autrefois, la vénerie était ladministration des officiers des chasses, et aussi le lieu où on logeait les officiers et léquipage de chasse.42 Sources croisées : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 67 ; Coll., 1950, p. 4 ; Helle, 1969 T. 1, p. 147-148 ; Houth, 1980, p. 388 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 398, 451 ; Neuf, oct. 1991, p. 6 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 42
  • 43. Chapitre 3. Une ville, trois garesChapitre 3. Une ville, trois gares(Responsables: Philippe de Logivière, Albert Dubalen et Jacques Royen)Versailles a toujours été « l’enfant chéri du train ». Dès 1849, alors que la populationétait retombée à 25000 habitants, la ville dispose de trois gares: Versailles-Rive-Droite(1839), Versailles-Rive-Gauche (1840) et, enfin, Versailles-Chantiers (1849). Lacréation de ces trois gares s’inscrit dans l’histoire, plus large, de la construction desréseaux de chemin de fer en France. Chacune de ces gares a ses particularités etnotamment celle des Chantiers, dont nous retracerons ici plus précisément l’historique.3.1 Le train, une chance pour VersaillesLes chemins de fer apparaissent en France dans la région de Saint-Etienne, entre 1821et 1830. En 1855 les grandes lignes étaient bien ébauchées et reliaient Paris auxprincipales villes (Cf. page suivante : Plan des réseaux de chemins de fer en 1851). Jusqu’en1832, seules étaient transportées des marchandises par chemins de fer; puis sont venusles transports de personnes, succédant aux déplacements par diligences. Au début, leschevaux tiraient les wagons; en effet, la conception du train comme nouveau moyen detransport a germé chez les ingénieurs bien avant que des locomotives efficaces aient puêtre mises au point.Les principaux états d’Europe se sont équipés simultanément, ainsi que les Etats-Unis.Le mouvement, assimilé à une révolution pacifique, a été gigantesque. Les travauxnécessités par la mise en place des voies et des gares furent à la mesure de cequ’annonçait la civilisation industrielle en voie de croissance. A titre d’exemple,l’édification de la voie de Saint-Étienne à Lyon a nécessité l’édification des tunnels deTerrenoire, Rive-de-Gier et Lyon. Les industries du bois (wagons), du béton (ponts,tunnels), et de l’acier (rails, locomotives), ont pris un essor vigoureux, compte tenunotamment que les locomotives à vapeur ont commencé à apparaître fin 1829.Avant l’avènement de ces réseaux de chemin de fer, les transports de personnes ou demarchandises se faisaient par la route, donc par petites unités. Le train a généré de vivesréactions, en raison:- des conséquences sur les transports traditionnels et des emplois correspondants;- des expropriations nécessaires;- des conséquences supposées, et non connues en fait, sur la santé des personnes;- des modifications du paysages par la construction des gares, des lignes de chemins defer, des ponts, des tunnels (non éclairés) et de tous les terrassements nécessaires (1).La majeure part de ces aspects a été largement exposée au moment des débats qui ontprécédé les prises de décisions relatives, notamment, à la construction de la premièregare de Versailles-Chantiers et des lignes correspondantes. Dans ce vaste débatVersailles a eu un sort particulier, puisque hors Paris, elle a été ville royale. Sonurbanisme a eu donc un aspect spécifique, qui la marque encore au plus haut point.1 A cette époque, le pavage était partagé entre le domaine et les particuliers, d’où une source constante de conflits (Lemoine, 1955, p. 267). Sources croisées : Maroteaux, 2000, p. 189 ; Rojat-Lefèbvre, Nuits du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, nov.- dec.1995, p. 24. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 43
  • 44. Plan des réseaux de chemins de fer en 1851 [source: internet] JB Richard, Tracé du chemin de fer de Paris-Versailles, 1837 [archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 44
  • 45. Chapitre 3. Une ville, trois garesLa civilisation industrielle, et notamment le chemin de fer ont généré différents aspectsarchitecturaux. Ces nouvelles conceptions n’étaient pas en accord avec ce quereprésentait Versailles et ne manquaient pas de heurter les conceptions des défenseursd’un urbanisme spécifique. Toutefois, le maire Louis Haussmann, qui fut nommé parordonnance royale du 14 octobre 1831, manifesta une forte volonté de résurrection de laville, dont la prospérité, due au seul pouvoir royal, avait disparu avec celui-ci. Lechemin de fer fut donc une des plus importantes préoccupations de ce Maire (2).La mise en place du premier réseau de chemin de fer entre Paris et Versailles futprincipalement motivée par le marasme supposé de la ville après 1830, le manque« délément naturel de prospérité », labsence de ressources industrielles, commercialesou agricoles. Suite à la grande épidémie de choléra de 1832 en France, lhygiène, lapropreté et la salubrité étaient soulignées dans ses arguments de promotion de la ville.On mettait en avant également que Versailles était le siège dun grand département etdun évêché. Enfin, il sy trouvait un collège royal de premier rang assimilé aux collègesde Paris, une école normale, un séminaire diocésain, une bibliothèque publique, unjardin botanique et bientôt un vaste musée national consacré aux gloires de la France.Lintention était claire. Il fallait attirer le plus possible de Parisiens fortunés en quête decalme, de beauté et de bien-être. Il suffisait pour cela de construire un chemin de fer,encore une curiosité à lépoque, qui les conduirait en une demi-heure dans ce jardindEden, à travers les merveilleux paysages jalonnés par Bellevue, Sèvres et Saint-Cloud.Versailles — « un coin de tapis vert le dimanche » — eut donc son chemin de fer.A Paris, la première ligne apparue à l’Ouest est celle de Paris à Le Pecq (Saint-Germain-en-Laye), dont l’exploitation débute en 1837, inaugurant la traction parlocomotive à vapeur en France.A Versailles, après un choix délicat entre divers itinéraires, deux lignes de chemin defer sont simultanément concédées le 24 mai 1837 pour relier deux gares : Versailles-Rive Droite, terminus de la ligne venant de Saint-Lazare, et Versailles-Montparnasse,terminus de celle venant de Paris-Montparnasse (3). Comme celle de Saint-Germain-en-Laye, ces lignes ne concernent initialement que le transport des voyageurs fortunés. Lesgares de Versailles-Rive Droite et de Versailles-Montparnasse sont inaugurées,respectivement, le 2 août 1839 et le 10 septembre 1840. La liaison avec Paris-Montparnasse est ouverte en 1849 ; cette gare sera rebaptisée gare de Versailles-RiveGauche lors de linauguration de la liaison avec la gare des Invalides et la gare dOrsay,en 1902.Plusieurs facteurs contribuent à une telle abondance de lignes : concurrence entre lescompagnies de chemins de fer et entre les conseils municipaux des arrondissementsparisiens, rive gauche contre rive droite, concurrence entre financiers soucieux dedesservir le château devenu musée national en 1837, concurrence à Versailles entre leshabitants des quartiers Notre-Dame et du quartier Saint-Louis. Ainsi Versailles, commeSaint-Germain-en-Laye, est rapidement desservie par les premiers « trains de plaisir »mais aussi par les premiers trains de liaisons rapides, précurseurs des réseaux debanlieue, ce qui contribue à redorer son blason, à raviver le souvenir de son ancienprestige et à relancer l’économie locale (grâce aux dépenses des visiteurs dudimanche) (4).2 Sources croisées pour les paragraphes précédents : Chaplot et Dutrou,1998, pp.20, 22, 66-67 ; Helle,1969, t1, p.147 ; Le Roi, 1968, t2,p.398,451 ; Neuf, oct.1991, p.6 ; Rojat-Lefèbre, Nuit du Patrimoine,1999 ; Versailles-Magazine, jan.fev.2000, p 19.3 Sources croisées : Breillat, 1973, p. 115 ; Breillat, 1986, p. 217.4 Sources croisées : Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 21 ; Durand, 2001, pp. 44-45; Houth, 1980, p. 559 ; Ligne Invalides- Versailles Rive Gauche, site Internet ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 167 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999; Versailles Magazine, fév.-mars 1998, pp. 15-17; Villard, 2003, p. 76. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 45
  • 46. La gare Rive Droite. Vue au début du 20e siècle [archives municipales]Plan, coupe et façade de la gare [RGA] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 46
  • 47. Chapitre 3. Une ville, trois gares3.2 Deux gares terminus : Rive Droite et Rive GaucheVersailles-Rive-DroiteCréée en 1839, la gare Versailles-Rive-Droite est l’œuvre d’Alfred Armand, qui avaitconçu le premier embarcadère du Pont de l’Europe à Paris (gare Saint Lazareaujourd’hui), la même année. Elle dessert le Triangle d’Or, quartier où s’installèrent lesgrands magasins et les banques. Une halte est installée à Montreuil à la fin du 19e siècle,au moment où sont créés, par la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest, deslotissements au parc de Clagny, à Glatigny et le long du Boulevard de Lesseps et celuide la République (5).Au fil du temps, son trafic n’a cessé de s’accroître. Aujourd’hui, la ligne dessertégalement La Défense. Au total, ce sont près de 1000 entreprises (sièges sociaux desplus grandes entreprises françaises et bureaux des grandes entreprises étrangères) et100 000 emplois auxquels donne accès cette ligne. Actuellement, on dénombre par jour,entre 6 heures et 22 heures, quelques 11 000 arrivées et 10 000 départs.Versailles-Rive-GaucheInaugurée le 10 septembre 1840, cette gare est le terminus de la ligne venant de Paris,initialement depuis la gare de Montparnasse, et à partir de 1902, depuis la gare dOrsay.Dès son ouverture le 10 septembre 1840, son trafic est important. Ce qui attire lesfoules, c’est le château et ses jardins, réouverts par Louis-Philippe, pour en faire un lieudédié « à toutes les gloires de la France ». Déjà, deux mois avant l’ouverture desgaleries historiques, en 1837 (c’est à dire trois ans avant l’installation de la gare), oncompte près de 350 000 visiteurs.Le 8 mai 1842, au lieu dit « le Pavé des Gardes », le train emmené par deuxlocomotives vers Paris, déraille. L’incendie provoqué par l’accident cause la mort deprès de deux cents passagers enfermés dans les wagons par mesure de sécurité.Le développement du trafic ne cessera de s’accroître, notamment au moment oùVersailles, entre 1871 et 1879, devient capitale de la France. Versailles a alors environ50 000 habitants. C’est non seulement le train du Château, mais aussi le trainqu’empruntent les parlementaires pour siéger au Congrès.Le développement du chemin de fer au 19e siècle est un véritable témoin de larévolution industrielle et de lurbanisme, ainsi que latteste la construction de gares àlarchitecture nouvelle et audacieuse. La gare de Versailles Rive-Gauche en est unexcellent exemple. En 1840, elle est composée dans sa première version (qui serarénovée et modernisée en 1898) de grandes halles métalliques et de verrières artistiques.A cette époque, la gare sappelle gare de Montparnasse puisque la ligne de chemin defer y aboutit. Elle changera de nom en 1902 lors de linauguration de la liaison avec lagare des Invalides. Initialement propriété de la Compagnie de chemin de fer de Paris àVersailles Rive-Gauche, la gare appartient de 1855 à 1909 à la Compagnie des cheminsde fer de lOuest. Elle devient ensuite la propriété de la Compagnie des chemins de ferde lEtat (6).5 Versailles + n° 12, mai 2008, p. 86 Compagnie des chemins de fer de lOuest, site Internet ; Gare de Versailles Rive-Gauche, site Internet ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 172 ; Breillat, 1973, p.115 ; Breillat, 1986, p. 217; Versailles Magazine, nov. 2007, p. 39. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 47
  • 48. Chapitre 3. Une ville, trois garesAu 19e siècle, la gare de Versailles Rive-Gauche est ornée de nombreux symbolesarchitecturaux évoquant lesprit de lépoque tourné vers la modernité. Car c’est la portedentrée de la ville, qui se doit dêtre belle et darborer certains motifs particuliers,comme celui de larc de triomphe. Ainsi, situés aux deux extrémités de la gare, deuxarcs de triomphe encadrent le fronton central. Les éléments architecturaux présents surce fronton sont particulièrement mis en valeur : la grande horloge notamment, quiévoque la puissance, la rapidité et la ponctualité du chemin de fer, est le symbole mêmede la gare (7).Cette gare est radicalement transformée en 1898, pour prendre son aspect actuel. A cetteépoque, larchitecture ferroviaire métallique atteint son apogée. Les façades sont doncpercées par des arcades vitrées, qui annoncent les grandes halles en fer, en fonte ou enacier. Les arcades vitrées de la façade sont séparées par des colonnes aux chapiteauxcorinthiens. Les deux ensembles latéraux sont surmontés dun fronton très classique. Surces deux ensembles, la pierre de la gare de 1840 a été en partie conservée. Cela fait deVersailles Rive-Gauche une gare unique, faite de verre, de métal et de pierre (8). Lesvoies sont électrifiées en 1937 (9). La gare de Versailles-Porchefontaine avait étéinaugurée le 15 octobre 1931 (10).Aujourdhui, la gare de Versailles-Rive Gauche est celle qui enregistre le plus faible letrafic de voyageurs. Mais en 1939, cétait non seulement, et de loin, la première gare deVersailles mais aussi celle de toute la banlieue ouest, avec un trafic important : 6 800voyageurs en moyenne par jour — soit deux fois plus, à lépoque, que Versailles-RiveDroite et dix fois plus que la gare des Chantiers.Le chiffre des voyageurs de Versailles-Rive Gauche aujourdhui est, curieusement,presque le même, mais il recouvre une réalité toute différente. La vocation touristico-culturelle de la gare sest affirmée et amplifiée. Pendant les mois dété, les pointes defréquentation montent à 9 000 voyageurs par jour dans chaque sens autour du 15 aoûtalors que le trafic autre que touristique est au plus bas. Pour affirmer ce rôle particulier,la gare a pris le nom de Versailles-Rive Gauche-Château de Versailles. Elle estaujourd’hui le terminus ouest de la ligne C du RER qui traverse Paris en passant par lecœur historique de la capitale sur la rive gauche. Cette ligne place physiquementVersailles, et pas uniquement le Château, dans la continuité de Paris, dont la ville esthistoriquement le prolongement (11).7 Gare de Versailles Rive-Gauche, site Internet.8 Compagnie des Chemins de Fer de lOuest, site internet; Gare de Versailles Rive-Gauche, site internet; Mille-Feuilles de la Mémoire 2005, p. 172.9 Compagnie des Chemins de fer de lOuest, site Internet ; Gare de Versailles Rive-Gauche site Internet, Ligne Invalides-Versailles Rive Gauche, site Internet ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 172.10 Sources: Chaplot et Dutrou, 1998, p .33 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 43.11 Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p.172 ; Versailles Magazine, fev.-mars 1998, p. 19-23; Versailles Magazine, nov. 2007, p. 39. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 48
  • 49. La Gare de Versailles Rive-Gauche (anct gare de Montparnasse). Vues sur la rue XXX au début du 20e siècle[archives municipales, 1Fi709] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 49
  • 50. La gare des ChantiersPlan d’implantation, novembre 1889 et vues vers 1900 [archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 50
  • 51. Chapitre 3. Une ville, trois gares3.3 Une gare régionale : Versailles-ChantiersLes deux gares précédentes, qui relient Paris à Versailles, sont des gares terminus. Seposait donc la question d’une gare reliée à une grande ligne, rendant Versaillesaccessible depuis la Province. La nécessité pour la ville de Versailles davoir accès à unaxe ferroviaire desservant louest de la France se faisait pressante. Le maire LouisHaussmann (de 1831 à 1836) et son successeur Ovide Rémilly (de 1837 à 1847)caressent ainsi le projet d’une nouvelle gare, située sur un nouveau réseau de laCompagnie des Chemins de Fer de l’Ouest, reliant la capitale et la région Ouest:Rambouillet, puis Chartres, Rennes. Ainsi, le projet de cette nouvelle gare estpassionnément discuté au sein du conseil municipal : - ses adversaires considérant que le chemin de fer n’avait aucun avenir et que les transports traditionnels par diligence ne devaient pas disparaître ; - ses partisans soutenant que Versailles retrouverait un nouvel éclat avec l’accroissement du nombre de ses visiteurs; ils ajoutaient, que cette nouvelle gare était nécessaire pour le transport des marchandises et des animaux, qui était assuré jusqu’alors uniquement par voies routières (12).Les partisans de la nouvelle gare remportent le débat. Pour autant, le choix del’emplacement de cette nouvelle gare n’est pas arrêté. Les discussions portent sur lesnécessités d’éviter toute emprise sur les grandes avenues, contribuant à la beauté de laville, ainsi que les passages incessants dans les rues de troupeaux d’animaux et demarchandises.Le choix de lemplacement de la gare est également compliqué par la situationgéographique du quartier des Chantiers, enclavé entre la forêt, le quartier Saint-Louis etles Réservoirs de Gobert. On hésitera un temps entre l’extrémité de la rue Royale,l’avenue de Sceaux et la rue des Chantiers. C’est finalement ce dernier emplacement quiest choisi.La première gare de voyageurs (1849) et la gare de marchandisesCette nouvelle gare versaillaise est inaugurée le 5 juillet 1849. A l’époque, ce n’estqu’une gare terminus, reliée à Montparnasse, comportant un bâtiment de fabriquerustique desservant quatre voies doubles. Mais les rares versaillais qui ont le privilèged’assister à son inauguration peuvent toutefois admirer l’entrée en gare du trainprésidentiel, qui y stationne une heure. Ce train a, à son bord, le Prince Président, futurNapoléon III — qui, à cette occasion, réaffirme sa volonté d’équiper la France degrandes lignes de chemins de fer, notamment en direction de l’Ouest.Deux ans plus tard, la ligne de Paris-Montparnasse desservant cette gare est prolongéejusqu’à Chartres, et la gare prend alors le nom de gare de Chartres. Bientôt, cette lignedeviendra la ligne de Bretagne, reliant non seulement Chartres mais aussi Rennes (en1862) puis Brest (en 1882). Servant de transit pour les voyageurs d’un nombregrandissant de lignes de chemins de fer en provenance de Paris-Montparnasse, Paris-Saint-Lazare et Paris-Invalides et à destination de Chartres, Brest et Bordeaux.12 Source : André Damien, Jean Lagny, Versailles, deux siècles de vie municipale, pages 80 et s. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 51
  • 52. Chapitre 3. Une ville, trois garesRapidement, la gare des Chantiers se révèle trop petite. En outre, elle ne répond plus àla demande de la population en forte croissance, dont le mode de vie sétait transformé.Une nouvelle gare digne de ce nom est donc reconstruite en 1867, à l’emplacement dela première ; sa capacité sera doublée en 1880. Malgré cela, la gare des Chantiersconserve sa réputation de bâtiment exigu, inadapté aux besoins.Dès 1897, et surtout à partir de 1910, il est donc envisagé de la reconstruire et de luiadjoindre une seconde gare, réservée aux marchandises, avec silos et entrepôts pouraccueillir tout ce qui transite, désormais, par le rail: céréales, bétail sur pied, matériaux,outillages, produits divers (13).En 1912, la Compagnie des Chemins de fer de lOuest propose des plans, conçus parl’architecte André Ventre.Formé aux Beaux-Arts (diplômé de l’atelier Moyaux et Selmersheim en 1905), AndréVentre se distinguera bientôt par la réalisation de différents monuments (monument dela Tranchée des Baïonnettes, à Douaumont, en 1921, monument de la Reconnaissanceaux Troupes Américaines, exécuté par le sculpteur Bourdelle, à la pointe de Grave, en1923) et de nombreuses restaurations dans le département de la Meuse, notamment lacathédrale de Verdun. A Paris, où il restaurera notamment l’ancien hôtel Mansart et ledôme des Invalides, il se fera remarquer pour deux projets utopiques: l’un prévoyant derelier le Palais Royal à la gare Saint-Lazare par le biais d’une circulation souterraine,l’autre, un « projet d’aménagement d’une grande ville » développé avec Henri Sauvage,exposé au Salon d’Automne de 1928. Parmi ses réalisations emblématiques figureront,notamment: la Porte d’Honneur de l’Exposition des Arts Décoratifs (avec Henri Favieret Edgard Brandt, 1925), le pavillon de Sèvres de Patout (1925) et le Ministère de laMarine Marchande. André Ventre réalisera également à Meudon, en 1935, les plans dela gare de Bellevue (Hauts-de-Seine).Son grand projet pour la nouvelle gare des Chantiers est différé en raison de la guerre1914-18. Mais les travaux d’arasement du secteur, afin de réaliser la gare demarchandises, se sont engagés dès la fin de l’année 1913, engendrant un violentbouleversement du paysage.La seconde gare, d’André VentreDès la fin de la guerre, pour pallier à l’urgence des besoins, différentes améliorationssont apportées à la gare de voyageurs (1919-1921). Mais, en raison de l’augmentationdu trafic et de l’arrivée des trains électriques et surtout, de la mise en service duprolongement de la ligne de chemin de fer, reliant alors Chartres et Le Mans (et qu’il estprévu de prolonger jusqu’à Rennes), il faudra convenir de l’inefficacité de la gare tellequ’elle est. Sa reconstruction est donc envisagée, suivant un nouveau programme. Denouveaux plans de la gare des voyageurs sont ainsi élaborés par André Ventre etprésentés en 1926. Le projet sera modifié à plusieurs reprises, jusquau lancement duchantier de la gare, à la fin de lannée 1930. Celui-ci comprend la création : - d’un nouveau bâtiment de voyageurs, précédé d’une cour d’accès construits l’un et l’autre sur une plate-forme ; André Ventre est en effet partisan du type « gare-pont », c’est-à-dire une gare édifiée au-dessus, ou à côté des rails, mais en hauteur, ceci pour permettre aux usagers et au personnel de rejoindre les voies par un hall situé au- dessus des voies ;13 Sources croisées: Houth, 1980, p. 559 ; Le Roi, 1868 t. 2, p.451; Levron, 1981, p. 154 ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 174 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 4 ; Villard, 2003, p. 81. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 52
  • 53. Chapitre 3. Une ville, trois gares - de quatre quais de 300 à 350 mètres, en partie couverts et d’une passerelle transversale les réunissant au bâtiment précité ; - de huit voies desservies par les quais, dont deux pour la ceinture, et les autres pour les trains de grandes lignes ; - d’un poste central pour la commande des signaux et des aiguilles ; - d’une gare à marchandises et d’une cour de messageries ; - de trois ponts Gavignot (ponts métalliques à poutres latérales) situés l’un à côté de l’autre, à 400 mètres environ de la gare, du côté de Paris, et portant chacun deux voies, pour remplacer les deux ponts existants, qui ne portaient que quatre voies (14).Il est en outre prévu que la nouvelle gare et ses annexes, à l’exception de la ramped’accès, soient réalisées à l’emplacement même de l’ancienne gare, des bâtimentsexistants, ces derniers étant appelés à disparaître au fur et à mesure du chantier (15).Réalisés par la Société des Constructions Edmond Coignet ainsi que vingt-troisentreprises sous-traitantes, les travaux de réalisation de la nouvelle gare des Chantiersdurent vingt mois, du 1er octobre 1930 au mois de mai 1932. L’ensemble est réalisé encinq phases : - Rampe d’accès, cours inférieure et supérieure, quai à messageries, abri et bâtiment messagerie; - Poste de signalisation et abris des quais C et D et première partie de la galerie à voyageurs; - Bâtiment voyageurs; - Hall des voyageurs et abri quai A; - Abri de quai B et galerie à voyageurs raccordant le hall des voyageurs à la galerie construite au-dessus des quais C et D.Inaugurée le 24 juin 1932, la gare est saluée comme la plus moderne, la plus audacieuseet la plus luxueuse des gares de France : le poste daiguillage, notamment, est l’un desplus modernes dEurope. Le rêve des promoteurs du projet est dattirer les riches clientsdu Trianon Palace et des luxueux transatlantiques poursuivant leur voyage en « train-paquebot » (16).Bâtie au sommet dune large rampe daccès artificielle, à six mètres au-dessus de la rueet des quais, parallèle aux voies, la gare se caractérise par une façade convexesinscrivant dans la tradition architecturale classique avec baies contournées par deschambranles, piliers dangle et corniche saillante. Tous ces éléments cherchent àsharmoniser avec la ville ancienne de Versailles. Quelques touches de modernité selisent dans les ailes basses qui flanquent symétriquement le corps de bâtiment central.Les bâtiments situés à larrière - salle des pas perdus, hall des voyageurs et galerie - sonten revanche traités dans le style des années 1930; ces trois volumes sont identifiables delextérieur par des toitures différentes. Ce sont des voûtes remarquables, audacieusespour lépoque, conçues comme une succession darcs en béton qui, à lorigine,encadraient des pavés de verre. Cette structure permettait déclairer de façon intense lessalles, reléguant les fenêtres à un rôle secondaire. Cette couverture en pavés de verredes voûtes des différents halls a malheureusement aujourdhui disparu. La voûte du halldes voyageurs a été remplacée par des plaques de plexiglas translucide et les deuxautres ont été rendues opaques.14 Le Génie civil, 21 Octobre 1932, pp. 438-439.15 L’Architecture d’aujourd’hui, n°6, août-septembre 1932, pp. 6-9.16 L’Architecte 1932, pp 73-76. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 53
  • 54. La nouvelle gare des Chantiers, conçue par André Ventre [archives municipales, 1Fi549]Vue aérienne en 1935 avec, en avant-plan, la nouvelle gare [archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 54
  • 55. Vue aérienne et plan de la gare moderne [L’architecte, 1932] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 55
  • 56. Vues extérieure et intérieure et plan de la gare moderne [L’architecte, 1932] La gare des Chantiers. Vues en 2000 [services d’urbanisme] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 56
  • 57. Chapitre 3. Une ville, trois garesL’architecture de la gare concilie ainsi deux langages: classicisme pour la façade, dontles volumes et proportions s’adressent à la ville; modernité pour les différentes partiesde la gare et, surtout, celles qui jouxtent le trafic ferroviaire, conformes aux besoinsimposés par les très rigoureuses nécessités de l’exploitation (17).Une galerie-passerelle, contiguë au hall des voyageurs, jetée sur les voies commeChenonceau sur le Cher, mène aux escaliers qui desservent les quais. Il a en effet étédécidé que les voyageurs n’auraient pas à utiliser de passages souterrains. Pour cela,une plate-forme, surmontée d’une galerie, part du grand hall et passe au-dessus detoutes les voies, afin de faciliter l’accès du public qui accède aux quais par des escaliers.La gare est donc surélevée par rapport aux rues avoisinantes et les travaux ontcommencé par la construction d’une longue rampe d’accès au hall d’entrée.Parallèlement, la rue des Chantiers, qui forme un angle aigu avec la rampe d’accès, a étéabaissée dans le but de construire des ponts permettant le passage des voies.Une gare de marchandises fut bâtie en contrebas, le long des voies. Elle reste doncinvisible depuis la cour darrivée. Lensemble est en béton armé recouvert, pour lafaçade principale, de plaques de pierre de Ladoix, polies ou adoucies selon les endroits.Une décoration de panneaux de pierre de Corrigny rose gravée scande chaque espace.Les autres façades sont simplement enduites et badigeonnées à la chaux, ce qui faciliteleur entretien. La décoration intérieure du hall d’entrée est particulièrement raffinée. Alintérieur des salles, on peut voir de grands plans en relief gravés sur pierre représentantVersailles, lIle-de-France et les villes desservies par la ligne des Chantiers.Aujourd’hui propriété de l’Etat, cette gare de Versailles-Chantiers, très représentativede lécole architecturale des années 1930, est inscrite à linventaire supplémentaire desmonuments historiques (14 avril 1998). Le grand hall et sa très belle horloge ont étérestaurés en 1999 (18), mais d’autres travaux de mise en valeur seraient nécessaires. Enoutre, son mode de fonctionnement doit impérativement être repensé. Car Versailles-Chantiers, qui est aussi gare routière, est à la fois gare de banlieue et de grandes lignes,la seule située à vingt kilomètres de Paris où sarrêtent les trains rapides et express. Siles premiers trains de banlieue la desservent depuis 1937, elle voit actuellement passerplus de 800 trains par jour. Elle accueille quotidiennement 56 000 personnes (entrantsplus sortants), dont 42 000 durant les heures de pointe. Son remaniement lui permettraitdaccueillir les 6 000 passagers supplémentaires, prévus dans le cadre du projet detangentielle SNCF ouest-sud (Achères-Melun), et d’affirmer sa position de nœudferroviaire majeur de louest parisien (19).17 L’Architecte 1932, pp. 73-76.18 Sources croisées : Base Mérimée ; Blain et al., 2004, pp.6-16; Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 79 ; Houth, 1980, p. 559; Neuf, oct. 1991, p. 11 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Versailles Magazine, janvier 1982, p. 4 , nov.-déc.1999, p. 31- 33, mai-juin 2000, p. 14.19 Voir Dossier de Création de la ZAC, 2003 et Rapport de Présentation du PLU, 2004. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 57
  • 58. Etangs Gobert Domaine des DiaconessesLa « retraite »Domaine desAugustinesEtangs Gobert Domaine des DiaconessesDomaine desAugustinesEtangs Gobert Domaine des DiaconessesDomaine desAugustines Incidences du tracé des voies de chemin de fer sur les propriétés limitrophes Le site en 1813, 1900 et 1990 [archives municipales et services d’urbanisme] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 58
  • 59. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersChapitre 4. Trois sites remarquables jouxtant la garedes ChantiersL’arrivée du réseau de chemin de fer et la construction de la gare des Chantierstransforment radicalement le paysage du quartier. Car, en effet, il faut dégager et araserun terrain d’environ quatre hectares. Ainsi, la butte des Réservoirs Gobert est entailléede moitié, sauvegardant une partie des deux réservoirs d’eau (construits de 1682 à1685), stratégiques pour l’alimentation du parc du château (1) mais supprimant toutefoisdes terrains qui descendaient en pente douce de chaque côté. Larrivée du chemin de feret la construction de la gare ont également un impact important sur le domaine desSœurs Augustines.4.1 Les Réservoirs Gobert(Responsable: Jacques Royen)Sur le plateau surplombant la rue Edouard-Charton sétalent deux bassins de pierre, ditsles Réservoirs Gobert, aussi fréquemment mais improprement appelés « EtangsGobert ». A lorigine, ces réservoirs contenaient ensemble près de 47 000 m3 deau :26 000 m3 dans le Grand Réservoir (ou Réservoir Long), de 173 m de long par 62 m delarge et d’une profondeur de 2,43 m, et 21 500 m3 dans le Petit Réservoir (ou RéservoirCarré), de 103 m de long par 94 m de large et d’une profondeur de 2,12 m.Ces deux réservoirs furent commandés en 1681 par Colbert à Thomas Gobert (1630-1708), architecte et ingénieur, Intendant des Bâtiments du Roi, qui avait fait ses preuvesen édifiant le système dadduction deau de Versailles sur le territoire de La Celle-Saint-Cloud (à partir de 1675). Construits de 1682 à 1685, à même le sol de la butte qui faitoffice de plate-forme de fond, ces réservoirs ont nécessité la création de vastes remblaisen leur pourtour, leur étanchéité étant assurée par un masque dargile. Les Réservoirsculminent à 143 m, laltitude moyenne de Versailles étant de 133 m (2).La réalisation de ces réservoirs s’inscrit dans l’immense projet d’aménagementshydrauliques voulu par Louis XIV pour lalimentation en eau du Château et desfontaines des jardins de Versailles, Trianon et Marly et pour lapprovisionnement en eaupotable de la ville. Une partie du projet est construite sous la direction de ThomasGobert à partir de 1680 : un vaste réseau de collecte et de captage des eaux de pluie etde surface (par une série de rigoles, petits aqueducs et canalisations en siphon), depuisles plateaux de Saclay, Toussus-le-Noble et Villiers-le-Bâcle, et leur stockage auvoisinage du Château (3). Ces travaux, exécutés sur une vingtaine de lieues dedénivellations, sont achevés puis transformés par Vauban qui, dès 1685, décide deremplacer toutes les petites conduites entre le plateau de Saclay et Versailles par lemagnifique aqueduc des Arcades. Celui-ci, de 580 m de long par 24 m de haut (19arcades de 9 m de portée, portant un canal d’un mètre de large et de 1,91 m de haut),dominant la vallée de la Bièvre au tournant de la route de Buc, permet le cheminementaérien et direct sur à peine moins de dix-neuf kilomètres deaux réunies depuis Palaiseau1 Ils sont posés sur le sol et soutenus par des remblais, jusqu’à la hauteur de la surface de l’eau, créant un véritable relief de butte2 Sources:Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 112-115 ; Helle, 1969 T. 2, p. 171-172 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 269 ; Loiseleur des Longchamps, 1986, p. 61-79 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2000, p. 18-19 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2001, p. 7 ; Versailles Magazine, oct. 2004, p. 113 Gobert publiera en 1702 un Traité pour la Pratique des Forces Mouvantes, qui fait connoistre limpossibilité du Mouvement Perpétuel par la nécessité de lEquilibre. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 59
  • 60. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des Chantierset le réservoir du Trou-Salé (la colline de Satory est traversée en souterrain) (4).Au-dessus des Réservoirs, le comte dAngiviller, Surintendant des Bâtiments, sétait vuoctroyer en 1779 la jouissance dun pavillon élevé par larchitecte Trouard, qu’iltransforma en une élégante résidence dété, « La Retraite », dans laquelle il installa sescollections minéralogiques et sa bibliothèque. Il ne reste plus rien de la propriété, lestravaux du chemin de fer ont eu peu à peu raison des bâtiments et du jardin (5).Après 1810, les réservoirs ont aussi alimenté des lavoirs et un abreuvoir. C’est, en effet,à cette date que furent réalisés les travaux demandés par les habitants du quartier Saint-Louis depuis 1791. Ils réclamaient un abreuvoir à chevaux et des lavoirs et avaientsuggéré de les créer sur le terrain vague à l’aplomb de la butte des Réservoirs deGobert. En 1957 l’ensemble sera remplacé par un jardin public. L’abreuvoir a été classéà l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1954.Le site des Réservoirs Gobert, carrefour des principaux réseaux dalimentation duDomaine de Versailles, restera en létat jusquau 19e siècle. Mais au 20e siècle, avec lacréation du nouveau réseau d’alimentation en eau, les Réservoirs perdent peu à peu leurutilité. Lors de la création de la ligne de chemin de fer de Bretagne, à partir de 1850,leur site peut donc être amputé : le Réservoir Carré perd 3 200 m2 (soit une bande deprès de 35 m de large sur 94 m de long, le tiers de sa capacité), et cesse dêtre « carré »;le Réservoir Long perd une surface de 6 000 m2 (une bande de 35 m de large par 173 mde long, le quart de sa capacité). Entre 1914 et 1916, le terrain des deux Réservoirs serade nouveau grignoté. Lors de la construction d’une station de pompage au sud duréservoir long, celui-ci perd quelque 54 m, soit le tiers de sa longueur. Avec la créationde la gare de marchandises aux Chantiers, la butte des Réservoirs Gobert est entaillée demoitié et arasée sur une dizaine de mètres (6).Le Réservoir Long fut partiellement détruit lors des bombardements de la gare desChantiers le 24 juin 1944 (voir chapitre 5) et dut faire lobjet dimportants travaux deréparation. Les Réservoirs furent remaniés dans leur surface et leur technique: la paroiest à présent constituée par un mur en béton prolongé par un ancrage; létanchéité estassurée par un produit imperméable. Des transformations considérables ont aussi étéapportées aux réseaux de canalisations. Les réseaux anciens ont été partiellementsupprimés ou désaffectés ou remplacés et de nouveaux réseaux ont été ajoutés. Il existe,sous le chemin qui va de la station de pompage vers la gare en passant entre les deuxétangs et le domaine de la SNCF, une canalisation de 800 mm de diamètre qui évacueles eaux usées venant de Saint Quentin-en-Yvelines et une canalisation d’eau potable de700 mm. La construction de la ville nouvelle ayant modifié le niveau des étangs deSaint-Quentin-en-Yvelines, les Réservoirs ne sont plus alimentés. Aujourdhui, leRéservoir Long ne reçoit plus que le trop-plein du réservoir du Carré de Trappes et estpartiellement maintenu en eau (60 cm de profondeur environ). En revanche, lessoupapes de vidange du Réservoir Carré étant aujourdhui ouvertes, ou fuyantes, celui-cine conserve quune mince couche deau stagnante ayant permis le développement dunpeuplement arboré à dominante dérables et de saules blancs (7).4 Sources : Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 113 ; Helle, 1969, T. 2 p. 171-172 ; Houth, 1980, p. 146-147 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 269-270 ; Maroteaux, 2000, p. 106 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2000, p. 18, 19 et oct. 2004, p. 11.5 Source : Lagny, 1990, p. 52.6 Sources: Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 113, 115 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2000, p. 19 et, oct. 2004, p. 117 L’ensemble des Réservoirs garde une capacité potentielle de 18 200 m3. Sources croisées : Archives Communales de la Ville de Versailles, Carton H4 No 249: Bombardements aériens de Versailles (4 juin 1944 et 24 juin 1944): Dossier de création de la ZAC, 2003, p. 115 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2001, p. 8. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 60
  • 61. A gauche : La création des étangs Gobert (plan Le Pautre, 1710) [archives départementales des Yvelines], plan d’aménagementde la Place des Francine, par ordre du Roi en 1739, sous les ordre et les plans de Mariaval (abreuvoir et lavoirs), travauxengagés par Pétigny, Maire de Versailles, le 6 février 1810 [archives municipales] et vue de la placede l’abreuvoir des Francineau début 20e siècle [archives municipales, 4Fi1456].A droite : Les étangs Gobert, le réservoir carré et les limites du réservoir long, donnant par un haut mur de pierre sur le hangardésaffecté de la SERNAM [cl. C. Blain 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 61
  • 62. L’incidence du réseau de chemin de fer de l’Ouest sur le tissu urbain du quartier : les expropriations successives du domaine des Sœurs Augustines et la reconstruction de la résidence [archives des sœurs Augustines]Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 62
  • 63. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des Chantiers4.2 Le domaine des Sœurs Augustines, une maison de retraite(Responsables: Philippe de Logivière et Jacques Royen)De nombreuses branches de lordre qui suit la règle de Saint Augustin ont été créées enFrance et dans le monde. Plusieurs de ces branches remontent au Moyen-âge, certainesau Haut Moyen-âge.Les premiers liens entre des Sœurs Augustines et Versailles ont été établis dès le18e siècle. La congrégation de Notre-Dame de lordre des Chanoinesses régulières deSaint Augustin, fondée au début du 17e siècle par Saint Pierre Fourier (1565-1640) enLorraine, était installée depuis 1767 à Compiègne; elles y formaient une congrégationde religieuses enseignantes. La Reine Marie Leszczynska songea, peu avant sa mort,survenue le 24 juin 1768, à les faire venir à Versailles pour y fonder un couvent (leCouvent de la Reine) et soccuper de léducation des filles des officiers attachés à sonservice et des petites gens qui travaillaient pour la Cour. Le Roi Louis XV réalisa sonvœu. Les travaux de construction, confiés à larchitecte Richard Mique (1728-1794) (8),commencèrent en 1767 sur un terrain de onze arpents, situé avenue de Saint-Cloud, prissur lancien domaine de Madame de Montespan à Clagny. Ils sachevèrent parlinauguration du couvent le 20 septembre 1772. Les Augustines sy installèrent le 30septembre. Linstitution devint vite florissante, accueillant jusquà soixante jeunes fillespensionnaires et près de cinq cents externes, et recevant également des personnes âgées,filles ou femmes, désireuses de se retirer chez les religieuses. Gratuit pour les jeunesfilles de la ville de Versailles et des environs, lenseignement nétait payant que pour lespensionnaires. Le prix de la pension y était de 400 livres par an (soit l’équivalentd’environ 3 000 euros aujourd’hui). Le Roi Louis XVI lui attribua en 1785 les biens delabbaye bénédictine de Malnoue en Seine-et-Marne. En raison de linsécuritégrandissante et du départ de la Cour, en octobre 1789, les pensionnaires aisées furentretirées par leurs parents. La congrégation dut quitter Versailles le 1er octobre 1792. LeCouvent de la Reine est à présent le Lycée Hoche (9).Vers 1830, Augustine Chaulmet, en religion Sœur Sainte Agathe, de la communauté desSœurs Augustines dAuxerre, projetait de quitter cette ville, en raison de difficultés avecladministration locale, et de créer ailleurs une communauté religieuse hospitalière,cest-à-dire vouée par son état au service des pauvres, malades, et capable de recevoir,moyennant redevance, des « dames pensionnaires » qui, arrivées au soir de leur vie,désiraient vivre en retraite. Les ressources fournies par ces dames devaient permettredassurer la bonne marche de létablissement et de payer les pensions des pauvres (10).Après prospection à Paris puis à Versailles, le vœu de Sœur Sainte Agathe futfinalement exaucé en 1833 par Monseigneur Blanquart de Bailleul, évêque deVersailles, qui lui confia la mission de créer une nouvelle communauté dans cette ville.Après sêtre installée avec trois autres sœurs successivement dans deux maisons de larue Saint-Louis, Sœur Sainte Agathe acquit en avril 1843, dans le quartier Saint-Louis,une propriété de taille importante sise rue Saint-Martin (appelée aujourdhui rueEdouard-Charton), d’une superficie de 29 450 m2 et comportant des bâtiments d’unesurface utile de 3 800 m2.8 Ce nom est orthographié, incorrectement, Miqué dans certains ouvrages. Issu dune famille dentrepreneurs et darchitectes lorrains, Richard Mique avait débuté à la Cour de Lunéville auprès du Roi de Pologne, Duc de Lorraine Stanislas Leszczynski et était devenu son premier architecte à Nancy.9 Sources croisées : Breillat, 1986, p. 166 ; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 71, 72 ; Carcy, 1981, p. 34 ; Couvent de la Reine, site Internet ; Durand, 2001, p. 13 ; Hachette, 1922, p. 169-181181 et 290-299 ; Helle, 1969 T. 2, p. 103-112 ; Houth, 1980, p. 351- 352 ; Joly, 1989, p. 87-92 ; Lemoine, 1955, p. 272 ; Levron, 1981, p. 103-104 ; Poisson, 1999, p. 846-847 ; Versailles Magazine, nov. 2004, p. 33 ; Villard, 2003, p. 60]10 Lagny, 1991, p. 52 ; Maison de Retraite des Sœurs Augustines, 2003 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 63
  • 64. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersAppartenant d’abord à Jean Loustaunau, chirurgien du Roi et des Enfants de France,cette propriété avait été achetée en 1751 par deux frères, Anne Urbain Gallerand deGrandmaison et Robert Gallerand des Rosiers, capitaines des charrois du Roi et de safamille. Ils en vendirent une partie en 1753, et sur le reste établirent leur entreprise. Devastes bâtiments, allant jusquà lenclos des Réservoirs de Gobert, abritaient des écuries,des remises et les équipages, berlines et gondoles appartenant à la Cour. Les frèresGallerand fournissaient les chevaux et les chariots pour les voyages ainsi que pour leservice de leau et de la glace. Le départ du Roi et de la Cour en 1789 porta à leurentreprise un coup fatal. Sous la Révolution, en 1792, leurs fils créèrent dans les lieuxune manufacture de drap (11) ; en 1794, ils rachetèrent la partie jadis aliénée. LesGallerand débutèrent par la fabrication détoffes de laine, celle qui nécessitait le plus demain-dœuvre, et permettait demployer le plus douvriers pris dans la classe indigente.Quarante-quatre métiers furent montés en peu de temps mais les laines nécessaires nepouvaient être filées sur place faute de fileurs qualifiés assez nombreux. Les Gallerandétaient forcés de sadresser à Louviers, à Saint-Germain, à Paris et à Amiens. Leursouhait était de recruter et de former à Versailles un grand nombre douvriers afin dyregrouper les différentes étapes de la fabrication. Au total, ils occupaient 1 331 ouvriers,dont 764 sur Versailles au 4 mai 1794. Une partie des laines employées étaient filéespar des ouvriers en chambre, ou à Montreuil dans un atelier de quarante élèves. Lesateliers furent prospères jusquen 1797, mais peu à peu ils subirent les pertesoccasionnées par le maximum (cest-à-dire la taxation générale des denrées de premièrenécessité), les réquisitions, les disettes et la dévaluation vertigineuse des assignats dontils ne purent se relever. Pressés par leurs créanciers, Les Gallerand durent vendre leurpropriété en 1800 à un sieur Villaine. Celui-ci en céda la majeure partie en 1801 auxfrères Lehoult, qui y établirent une filature de coton, en forme de L, de quelque 2 075m2, et sagrandirent en 1807 par le rachat à Villaine de ce quil avait gardé. En raison dela crise économique de 1839, Les Lehoult, désireux de retourner à Saint-Quentin dontils étaient originaires, abandonnent cette exploitation (12).Lors de leur installation sur cette propriété, en 1843, les sœurs Augustines firent édifierune chapelle, préliminaire à la transformation du site voué à être un hospice. Malgré lavétusté des bâtiments existants, les premières pensionnaires furent accueillies dès lapremière année (13).En 1850, le domaine des Augustines est bouleversé par le passage de la ligne de cheminde fer de la Compagnie des Chemins de Fer de lOuest reliant Paris à Rambouillet.Coupant en deux le domaine, la ligne de chemin de fer l’ampute de presque le tiers desa superficie. Le tracé des voies, arrêté en 1848, passe près de la chapelle, contournantde peu le bâtiment en L de l’ancienne filature. Ce bâtiment disparaîtra avec les travauxd’arasement, entamés dès 1849. De l’autre côté de la tranchée du chemin de ferdemeure le potager, dont la taille se voit néanmoins réduite, ainsi qu’un bois et unverger, que les sœurs Augustines peuvent rejoindre grâce à la création de deuxpasserelles, dont une couverte.11 Les eaux des étangs de Trappes sont beaucoup plus élevées que celles de Saclay. Les bouches darrivée de ces eaux se trouvent dans le clos des Réservoirs de Gobert, les plus hautes se rendant de là dans les Réservoirs de la Butte de Montbauron, et les plus basses dans ceux de Gobert. Les cousins Gallerand - et non les frères comme il est dit dans plusieurs ouvrages - profitèrent de cette différence de niveau, qui etait de 13 mètres et demi, pour établir une chute où ils purent placer un moulin à foulon et des teintureries. [Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 93 ; Le Roi, 1868, T. 2, p. 270]12 Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 93-94 ; Lagny, 1991, p. 52 ; Le Roi, 1868, T. 2, p. 270 ; Maison de Retraite des Sœurs Augustines, 2003 ; Versailles Magazine, jan.-fév. 2001, p. 813 Madame Récamier (1777-1849) y fit retraite en 1843. Son ami Chateaubriand (1786-1848) vint lui rendre visite. [Breillat, 1973, p. 119] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 64
  • 65. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersLors de cette première expropriation, les Sœurs obtiennent une bonne indemnisation. Al’occasion des travaux de cette tranchée, elles en profitent, en outre, pour vendre à bonprix un tonnage important de gros tuyaux de plomb, vestige du réseau d’irrigation delancien moulin à foulon, mis à jour lors du chantier. Grâce à ces revenus et auxindemnités de lexpropriation, les différents emprunts peuvent être remboursés et unautre terrain acheté. La Sœur Sainte-Agathe agrandit à nouveau la propriété en 1865 parlacquisition de la maison sise au No 19 de la rue Edouard-Charton. En 1868, denouveaux bâtiments sont édifiés le long de cette même rue ainsi que le bâtimenthospice. Un système autonome d’alimentation en eau courante est créé en 1872. Lapremière chapelle, considérablement fragilisée par les trépidations du sol dues auxpassages des trains, est démolie et reconstruite en 1874-75, le plus loin possible de latranchée. Entre-temps, en 1869, létablissement a été reconnu dutilité publique (14).Le domaine est de nouveau exproprié en 1913, avec le projet d’extension etd’agrandissement de la gare des Chantiers et d’élargissement de la tranchée pour la posede nouvelles voies. Cette fois, le tracé d’expropriation mord largement sur le bois et meten cause de nombreux bâtiments.La guerre reportera un temps l’exécution de ce projet, donnant aux sœurs le temps demodifier plusieurs installations. Les travaux d’agrandissement de la gare débutent en1921, et l’élargissement des voies en 1926. Ils engendrent la suppression des deuxpasserelles reliant l’autre côté du terrain des sœurs. Ce chantier a, par ailleurs, une autreincidence pour leur propriété : car la ville de Versailles en profite pour réaliser unréseau d’eau, reliant l’arrivée des eaux de Trappes et de Saclay et leurs réservoirs (lesRéservoirs Gobert), par le biais d’un important pont aqueduc enjambant les voies àl’endroit le moins large possible, c’est à dire au plus près des bâtiments des SœursAugustines. Pour la mise en œuvre de cet aqueduc, les sœurs devront céder 1700 m2 deleur petit bois.A partir de 1928, la propriété a eu son aspect actuel (15). Les terrains restantsreprésentent aujourdhui une surface importante de plus de 16 000 m2. Grâce au savoir-faire des différents jardiniers qui se sont succédés, lancien jardin de curé est devenu unvéritable parc privé en plein cœur de Versailles, but de promenade des résidents et deleurs familles (16).La maison de retraite des Augustines fut endommagée lors du bombardement du 14 juin1944 (voir chapitre 5). Les bâtiments ont subi au cours des ans, et en particulier durantces vingt dernières années, des travaux de construction et de rénovation très importantsqui permettent à présent à la maison de retraite des Sœurs Augustines de répondre auxnormes de confort et de sécurité en vigueur. Létablissement a une capacité de 174chambres. La Communauté des Sœurs Augustines a confié à lAssociation SaintAugustin la direction et la gestion de la maison de retraite en 1975. En 1999, les SœursApostoliques de Saint Jean y ont installé leur Prieuré et assurent, depuis, lanimationspirituelle et religieuse. La chapelle, construite par larchitecte diocésain HippolyteBlondel, est décorée de fresques du peintre Paul Borel (17).14 Lagny, 1991, p. 52, 53 ; Maison de Retraite des Sœurs Augustines, 200315 Maison de Retraite des Sœurs Augustines de Versailles ; conférence faite le 22 Janvier 1985 par M. Michel Bertrand.16 Maison de Retraite des Sœurs Augustines, 200317 Cette chapelle vit célébrer en mai 1871 le mariage dHenri Rochefort, fougueux journaliste et ennemi de lEmpire, encore prisonnier après son implication dans la Commune, qui épousait la mère de ses enfants, blanchisseuse rue Saint-Louis, recueillie très malade par les sœurs. [Lagny, 1991, p. 53] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 65
  • 66. Plaquette d’information sur le sanatorium des ombrages, n.d. [archives des Sœurs Diaconnesses]En haut : Plan du SanotoriumEnsuite (couverture de la plaquette) : Vue extérieure et intérieures de la « villa »En bas : Vue du « château », du parc et de la chapelle Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 66
  • 67. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des Chantiers4.3 Le domaine des Diaconesses de Reuilly, un centre de vie et de soins(Responsables : Jean André et Laure Merland)Le vaste terrain sis 10 à 14 rue de la Porte de Buc, au sud-est de la gare des Chantiers etjouxtant le bois Saint Martin, abrite un important centre social, cultuel et sanitaireprotestant. Il s’est constitué progressivement grâce à l’action d’une particulière, MmeAndré-Walther, relayée et amplifiée par la communauté des Diaconesses de Reuilly.Mme Henriette André-WaltherHenriette Napoléone Joséphine Frédérique Walther naît en 1807 ; elle est la petite filled’un pasteur alsacien, la fille d’un général d’empire et la filleule de Napoléon et deJoséphine. Sa jeunesse est très mondaine : elle est alliée avec les Cuvier par sa tantematernelle et est admise aux réceptions de ces derniers, auxquelles participentnotamment, Ampère, Prony, Arago, Humboldt.Elle se marie le 16 mai 1825 avec Jean André, issu d’une famille protestante qui avaitquitté la France au 17e siècle en raison des persécutions religieuses. M. Jean André, néà Gênes et élevé à Genève, travaille dans la banque familiale ; mais suite à un accidentde cheval ayant compromis sa santé, il est nommé en 1830 Receveur général desFinances d’Indre et Loire à Tours. Le couple partage dès lors sa vie entre cette ville etParis.Au début de son mariage, Mme André continue la vie d’une jeune femme du monde.Mais elle participe bientôt à des œuvres charitables et, notamment, à celles d’unorphelinat situé à Paris, près de l’église des Billettes. Dans les années 1839-1842, elle se« convertit », ainsi que son époux, et devient une fervente chrétienne. Ainsi, Jean Andrécrée à Tours un oratoire, rattaché à l’église consistoriale d’Orléans, avant de mourir le18 août 1850.En 1857, Mme André-Walther achète une propriété sise rue de la Porte de Buc àVersailles pour en faire sa résidence d’été. Située au flanc d’un coteau avec une pentede 7 %, cette propriété est très boisée, d’où le nom « Domaine des Ombrages ». Ellecomprend de nombreux bâtiments, organisés entre eux « comme un petit village ». MmeAndré-Walther y fait d’abord construire une « villa » puis, en lisière du bois, un« château » — grand pavillon destiné à loger sa famille alors que la villa est désormaisréservée aux invités.La communauté des Diaconesses de Reuilly au 19e siècleDeux fortes personnalités sont à l’origine de la Communauté des Diaconesses deReuilly : Caroline Malvesin (1806-1889), jeune Bordelaise qui, à cette époque,secondait sa sœur cadette à la direction dun pensionnat de jeunes filles quelle avaitouvert mais se sentait appelée à servir les plus pauvres en se consacrant à Dieu ; etAntoine Vermeil (1799-1864), pasteur à Bordeaux de 1824 à 1840 jusquà son départpour Paris, qui souhaitait, en accord avec un mouvement protestant de renouveauspirituel et de zèle missionnaire (appelé le Réveil) alors à son apogée, que les Eglises dela Réforme sunifient et répondent aux misères sociales. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 67
  • 68. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersDe leur collaboration naît en 1841 la Communauté des Diaconesses de Reuilly (18). Unediaconie (du grec διακονία, service) est un hospice de pauvres et dinfirmes. Dunemanière plus générale, le terme Diaconesses désigne les communautés de religieusesprotestantes, qui ont émergé en Allemagne et en France à partir du milieu du 19e siècle,époque où les réserves protestantes sur la vie monastique se sont atténuées (19).En 1844, la communauté sinstalle au 95 de la rue de Reuilly, dans le 12earrondissement de Paris, dans un ancien pensionnat pour enfants. Initialement auservice des femmes prostituées et des femmes sortant de prison, son action s’élargitrapidement aux populations laborieuses du faubourg Saint Antoine, victimes denombreuses maladies, aux personnes âgées et aux enfants tuberculeux et handicapés.Le domaine des OmbragesMme André va poursuivre, aux Ombrages, son action religieuse et de bienfaisance, dansun esprit similaire à celui des Diaconesses de Reuilly ; elle participe d’ailleurs à lafondation et à l’extension de la communauté de ces dernières.Tout d’abord, la nouvelle propriétaire, avec l’aide du pasteur Léon Paul, fait dudomaine une œuvre de témoignage et de services chrétiens. Mme André fait mêmevenir d’Angleterre M. Radcliff, un laïc « revivaliste », c’est-à-dire un membre dumouvement protestant le « Réveil », pour organiser des réunions. La résidence devientun lieu de rencontres et de séjour pour de nombreux serviteurs de Dieu : pasteurs,évangélistes, laïcs engagés. La maison et ses dépendances sont toujours ouvertes etpermettent des réunions et des services divins à la chapelle installée dans une ancienneorangerie.Ensuite, devant la misère des habitants du quartier, Mme André acquiert une maison ruedes Chantiers (portant alors le n° 125) afin d’y installer un orphelinat et une infirmerie,dirigés par des Diaconesses. Au sein de son domaine, elle assure en outre l’hébergementde chômeurs et l’aide morale et sociale aux militairesEn 1870, la propriété des Ombrages est réquisitionnée par les Prussiens : le princeRoyal loge au château et sa suite occupe les dépendances. Mme André se réfugie dansla région du Berry ; toutes les activités et, notamment celles de la rue des Chantiers,sont interrompues.A l’armistice, Mme André rentre à Paris puis revient à Versailles en mars 1871, avant ledébut de la Commune ; le château avait peu souffert, contrairement aux autres locauxdu domaine, occupés par les services militaires prussiens. La Commune entraîne unegrande confusion à Versailles où se sont réfugiés les Assemblées, le gouvernement etleurs services. Les Ombrages sont réquisitionnés pour loger des députés, puis lamaison de la rue des Chantiers accueille des réfugiés fuyant les combats de laCommune. Mme André participe à des œuvres de charité et, notamment, à un comité desecours aux orphelins de guerre présidé par Mme Thiers.18 Dans lEglise chrétienne primitive, les diaconesses (féminin de diacre) étaient des veuves et des jeunes filles employées à certains ministères ecclésiastiques. Voir Nouveau Testament, Epître aux Romains, chapitre 16, verset 1. C’est en 1836, à Kaiserswerth près de Düsseldorf, qu’eut lieu la première fondation d’une communauté de Diaconesses à l’initiative du pasteur Theodor Fliedner. La communauté de Reuilly fut la quatrième19 Les griefs justifiant de ces réserves, étaient directement calqués sur ceux de Luther contre l’Eglise catholique, à savoir la distinction entre les commandements qui concernent tous les croyants et les conseils destinés uniquement aux moines et moniales. L’objection de base concernait les vœux monastiques de pauvreté personnelle, d’obéissance et de célibat. L’idée de vœux et celle d’engagement (de la vie des femmes et de leurs biens) paraissaient aux Eglises protestantes de l’époque, contraires à la liberté inconditionnelle de la personne sous le regard de Dieu. En outre, le pasteur Vermeil était accusé d’intentions séparatistes et les opposants trouvaient que l’organisation et les buts de la communauté des Diaconesses « sentaient profondément le catholicisme romain ». Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 68
  • 69. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersAprès la victoire des « Versaillais », les prisonniers de la Commune sont entassés danstout ce que la ville possède comme locaux disponibles : les hommes dans l’Orangerie etles écuries du château, et dans les bâtiments du polygone de Satory ; les femmes et lesenfants dans les entrepôts contigus à la gare des Chantiers. Mme André va visiterquotidiennement ces entrepôts, veille à y faire améliorer l’hygiène et à organiser desclasses pour les enfants, avec le concours de quelques prisonnières, parmi lesquellesLouise Michel.Mme André Walther meurt le 6 août 1886. Son fils, Alfred André hérite de la propriétédes Ombrages et de son annexe de la rue des Chantiers ; l’esprit des Ombrages survécutà sa fondatrice qui avait recommandé, dans son testament d’utiliser le domaine « dansl’esprit chrétien que j’ai su lui attribuer de mon vivant ». L’infirmerie est rouverte en1887 et la maison de la rue des Chantiers est réaménagée en 1907 : elle devient alorsune maison de cure pour femmes et enfants menacés ou atteints de tuberculose, appelée« Maison André ».Le sanatorium des OmbragesAprès la mort d’Alfred André, sa veuve poursuit ses œuvres. Sauver les tuberculeuxétait une des missions urgentes au début du siècle et celle-ci aura à cœur de léguer auxDiaconesses sa propriété à cette intention, à sa mort en 1913.Si l’association des Diaconesses reçoit le domaine en héritage, les formalités d’envoi enpossession sont longues et le transfert de propriété n’est effectif qu’après le début de laguerre de 1914. Durant la guerre, les Diaconesses accueillent dans les bâtiments uneimportante colonie d’enfants belges réfugiés, qui aurait compris jusqu’à 60 enfants demoins de 12 ans. Les sœurs doivent alors instruire ces enfants que l’on ne peutscolariser, en raison du nombre insuffisant d’écoles dans le quartier.Les Diaconesses reprennent la lutte contre la tuberculose avec l’ouverture en 1917 d’unsanatorium réservé aux femmes (20). Ce dernier, aménagé dans la « villa », est inaugurésolennellement en novembre 1917 en présence du préfet de Seine et Oise. Au début, ilne reçoit que des femmes âgées. Mais, dès 1918, il devient urgent d’accueillirégalement de nombreuses femmes et jeunes filles des régions envahies. Le « château »est donc transformé lui aussi en sanatorium, la « villa » étant dès lors réservée auxconvalescentes ou malades non bacillaires, et l’ensemble est ouvert sans conditiond’âge. Plus tard, l’âge d’admission sera limité de 14 à 50 ans ; mais le sanatoriumaccueillera malgré tout des enfants de moins de 12 ans.Au début des années 1930, avec l’extension de la gare des Chantiers, le domaine estamputé d’une partie du terrain, situé au nord ; le sanatorium demeure néanmoins enactivité sans transformations notables.Au début de la seconde guerre, Versailles étant classée zone stratégique, les maladessont déménagées à Richebourg. Elles y resteront jusqu’à l’armistice de juin 1940, date àlaquelle elles réintègreront les Ombrages. Les bombardements de 1944 (voir chapitre 5)épargnent le site où, entre 1940 et 1945, sont accueillies des jeunes filles juives puisl’Armée du Salut interdite par le gouvernement de Vichy en 1943.20 Bibliothèque municipale de Versailles: Bulletin des Diaconesses de Reuilly, 1970, 3e et 4e cahiers (Versailles, carton 112-31) ; Brochure « Les ombrages» datant de 1958 (Versailles, carton 112-31) Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 69
  • 70. Le sanatorium des Ombrages, au début du 20e siècle.A gauche, de haut en bas : La « galerie du carré d’air », le réfectoire et une chambre collective [archives municipales,4Fi1570, 4Fi11574, 4Fi11575].A droite, de haut en bas : La « villa » et le « château », vue avant et arrière [archives municipales, 4Fi1573, 4Fi569 et4Fi11576] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 70
  • 71. En haut: Plan actuel du Domaine des Diaconesses [Mairie de Versailles, service d’urbanisme]En bas, de g. à dr. : le « château » (bâtiment de la communauté), la « villa » (hôtellerie), la « chapelle »(aujourd’huidémolie), le centre de santé « Claire Deumeure » (premier et second bâtiments) et « l’Arbresle » [cl. C. Blain, 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 71
  • 72. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersD’après le Docteur Jean Boukharis, médecin-chef en 1970 (année de la fermeture dusanatorium), 4 458 malades ont été soignés dans ce lieu et un fort pourcentage de cesderniers, venant du Nord et du Pas de Calais, en sont repartis guéris (74 %).L’installation de la Communauté des Diaconesses de Reuilly aux OmbragesAprès la deuxième guerre mondiale et sous le supériorat de sœur Viviane, lacommunauté et ses œuvres connaissent un tournant important à Paris. L’hôpital,désormais ouvert à tous, s’agrandit, ainsi que l’école d’infirmières. L’imbrication étroitede cet ensemble hospitalier et de la Communauté, qui aspire à une vie de silence et deretraite, pose alors problème. Est donc décidé, en 1970, le déménagement de l’essentielde la Communauté à Versailles, dans le domaine des Ombrages, où le sanatorium vientd’être fermé définitivement.La plus grande partie du domaine est occupée par trois organismes autonomes : - la maison de retraite et de santé, « Claire Demeure » ; - l’association des œuvres et institutions des Diaconesses de Reuilly ; - la maison mère de la Communauté des Diaconesses.La partie nord du domaine, qui correspond approximativement aux anciens jardins dusanatorium, est vendue à l’association cultuelle de l’Eglise réformée de Versailles, quiy édifie un « espace protestant d’accueil et de dialogue », le Centre Huit.Les œuvres et institutions des Diaconesses de Reuilly, 14 rue de la Porte deBuc.Il s’agit d’une association de la loi de 1901, reconnue d’utilité publique ; elle assure lagestion des œuvres des Diaconesses, c’est à dire des établissements à caractère social.Elle n’intervient pas dans la vie de la Communauté des Diaconesses. L’association estgérée par un conseil d’administration élu pour six ans, comprenant vingt-quatremembres et composé pour moitié de sœurs Diaconesses, pour moitié de pasteurs etd’amis de la communauté. Le conseil est présidé par un pasteur, la vice-présidence étantconfiée à la prieure de la Communauté.La maison de santé « Claire Demeure », 12 rue de la Porte de BucLa maison de santé « Claire Demeure » (21) est un établissement d’accueil et de soinspour les personnes âgées dépendantes et/ou en fin de vie. Privée et de type associatif,elle participe au service public hospitalier et est agréée par la sécurité sociale et l’aidesociale. Elle comprend actuellement trois entités distinctes : - une unité gériatrique de soins de longue durée pour personnes âgées dépendantes et/ou désorientées, qui comporte 48 lits, dont 16 réservés à la psycho-gériatrie ; - une unité de soins palliatifs de 16 lits, soins devenus une grande spécialité de l’établissement ; - une unité de 8 lits pour malades en état végétatif chronique.84 salariés font fonctionner l’établissement. L’équipe de direction comprend auprès duDirecteur, deux médecins chefs, deux médecins adjoints, une surveillante générale, uneassistante sociale, un économe.21 Source « www oidr org » et interview du Directeur de « Claire Demeure » Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 72
  • 73. La maison de santé « Claire Demeure », 12 rue Porte de Bu, Roland Schweitzer architecteVues extérieure et intérieure, plans de rez-de-chaussée et de l’étage[Techniques et Architecture, n° 324, avril 1979, p. 93] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 73
  • 74. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersLes bâtiments qui abritent l’établissement sont situés en lisière Est de l’ancien domainedes ombrages, le long de la rue de la Porte de Buc. Ils ont été construits en plusieursétapes, de 1968 à 2004, par l’architecte Roland Schweitzer, puis par la société SETAEArchitecture, à Gentilly.Le bâtiment initial, construit par Roland Schweitzer (22), comporte deux corps. Lepremier, orienté nord-sud dans son grand axe, regroupe l’ensemble des services assurantle fonctionnement de l’établissement. Le second, orienté est-ouest abrite sur deux étagesles chambres des malades et les unités de soins. Les deux corps se différencient par lechoix des matériaux : brique pleine et menuiserie de bois pour le premier ; pâte de verreet menuiserie métallique pour les étages d’hébergement.Une première extension confiée à Roland Schweitzer permet d’ajouter, en 1980, deschambres supplémentaires et une salle de réunions au nord-ouest (23). De 1984 à 1986,quatre bureaux pour cinq à dix personnes sont construits par le même architecte ; ilssont situés en bordure du rez-de-chaussée bas du bâtiment initial et sont destinés auxŒuvres et Institutions des Diaconesses de Reuilly.La principale extension a été réalisée par SETAE de 2003 à 2005 (24). Le nouveaubâtiment est érigé en prolongation de celui qui abrite les services, auquel il est relié parune galerie. Il comporte trois niveaux : le rez-de-chaussée est réservé aux locaux deservice ; les deux étages abritent les chambres des malades en soins palliatifs ou en étatvégétatif chronique.La maison mère des Diaconesses, 10 rue de la porte de BucSuite à la fermeture du sanatorium, le 30 juin 1970, les douze premières sœurs prennentpossession des lieux le 24 septembre suivant. Les communs et le chalet, alors vétustes,sont détruits pour ne conserver que le « château », la « villa » et la chapelle.Aujourd’hui, l’organisation du site répond aux nécessités de la vie quotidienne de lacommunauté mère, de la vie de l’Eglise et de sa mission d’accueil. Il comporte : - un lieu de vie permanent pour un groupe communautaire d’environ 25 sœurs (situé dans l’ancien château); - une hôtellerie (dans la villa). - un noviciat pour la formation des nouvelles appelées et pour les travaux artisanaux (l’Arbresle) ; - une chapelle.Le château et l’hôtellerieLe château a été aménagé pour loger les sœurs qui vivent en permanence à la maisonmère. Son rez-de-chaussée réunit le réfectoire, une salle de réunion communautaire, lesbureaux de la Prieure et de l’économe, la bibliothèque. L’hôtellerie permet d’accueillirdes groupes : séminaires, conférences, retraites. Elle permet notamment de réunirl’ensemble de la communauté des Diaconesses. Elle peut recevoir également des hôtesindividuels, pour des retraites spirituelles. Le rez-de-chaussée abrite des sallescommunes ainsi que des pièces de dialogue plus intimes. Les autre niveaux sontréservés aux chambres d’hôtes ; un demi sous-sol abrite sept chambres réservées pourdes retraites plus solitaires (25).22 Permis de construire n° 78.7 ; 20.551 du 17 avril 196823 Permis de construire n° 78.9.861.59 du 9 mai 197924 Permis de construire n°78.646.03.V0017 du 12 février 200325 « Les Diaconesses de Reuilly, un germe fécond » Gerit Messie, Editions du Cerf, 1992 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 74
  • 75. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersL’ArbresleAvant même l’installation de la Communauté à Versailles, un pavillon d’habitationavait été construit en 1968 ; il se composait de pièces de séjour et de service, ainsi quede diverses chambres. Ce pavillon, sis à l’orée du bois Saint Martin, avait subi de trèsimportants dégâts lors de la tempête de 1999. Il a donc été détruit et remplacé par lesbâtiments actuels de l’Arbresle, qui abritent les activités artisanales de la communautéainsi que son noviciat. Cette nouvelle construction, très originale, en a été confiée àMarc Rolinet, 9 rue Pierre Villey, Paris 7e (26). Elle est éclatée en trois bâtiments : l’unest de forme ovoïde, un deuxième est presque cubique alors que le troisième, monté surpilotis est un parallélépipède très allongé. Ce dernier, réservé aux chambres, estconstitué d’une coque en polycarbonate imitant une bible et portée par des pilotis. Leremplissage des murs est constitué de panneaux à ossature de bois.La chapelleLa chapelle construite au 19e siècle par Mme André et utilisée par le sanatorium a étéreprise initialement par les Diaconesses. Mais elle s’est vite avérée insuffisante. Unpremier projet de construction nouvelle avait été prévu par Roland Schweitzer, à l’oréedu bois Saint Martin. Mais le permis de construire avait été refusé le 7 janvier 1978 parla ville en raison de sa « non conform[ité] au plan d’urbanisme de détail » protégeant detoute construction cette « propriété située en zone rurale, zone particulière deprotection des espaces boisés » (27). Pour pallier les inconvénients résultant de ce refus,la Communauté avait opté pour l’installation d’une tente « qui s’est vite révélée auxyeux de tous comme un fort symbole biblique » (28). Cette solution ne pouvait être queprovisoire. Un nouveau projet est donc confié à Marc Rolinet, l’architecte del’Arbresle (29), à l’emplacement même de l’ancienne chapelle, vouée par conséquent àla démolition. La nouvelle chapelle, livrée en 2008, a une superficie de 420 m2 et unecapacité d’accueil de 180 personnes. Elle est constituée par une coque de boisrenversée, autour de laquelle vient se poser une structure de verre sur une basetriangulaire, telle une enveloppe transparente. L’espace ainsi créé entre les deuxstructures permet les circulations et l’accès aux fonctions secondaires. Ces dernièressont réparties entre cinq petits locaux : trois dans la zone basse servent de salle deliturgie et de salle de musique ; les trois autres, en zone haute, sont un parloir, unesacristie et une salle d’archives.26 Permis de construire n°78 64601 V0068 du 9 juillet 2001.27 Permis de construire n°4071197628 Entretien en 2006 avec la sœur Evangéline, prieure de la Communauté.29 Permis de construire n°7864605 V 0046 du 14 septembre 2005. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 75
  • 76. Les deux du haut : L’ancien bâtiment du 10 rue de la porte de Buc (démoli), plan et vue généraleEn bas: Le nouveau bâtiment du 10 rue de porte de Buc, « L’Arbresle », de Marc Rolinet architecte[Mairie de Versailles, permis de construire du 6 avril 2001] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 76
  • 77. Le nouveau bâtiment du 10 rue de porte de Buc, « L’Arbresle », Marc Rolinet architecte.Plan du rez-de-chaussée et élévations[Mairie de Versailles, permis de construire du 6 avril 2001] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 77
  • 78. Plan de la nouvelle chapelle, Marc Rolinet architecte[Mairie de Versailles, permis de construire PC080405] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 78
  • 79. Chapitre 4. Trois sites remarquables à proximité de la gare des ChantiersLe Centre Huit, 8 rue de la Porte de BucCet « espace protestant d’accueil et de dialogue » est géré par une association culturellede la loi de 1901. Il a été ouvert en 1970 par la paroisse protestante de Versailles. Savocation est « l’accueil et la rencontre des gens de tous âges et de tous milieux, laréflexion et la recherche sur des sujets éthiques, politiques, philosophiques etthéologiques, le dialogue et l’action sociale » (30). Ses activités sont nombreuses : - Club de l’âge d’or destiné à rompre la solitude, organise diverses activités artisanales et ludiques, ainsi que des sorties ; - Alphabétisation : cours de français de base et de perfectionnement ; - Contes bibliques, pour les enfants et les adultes ; - Chorale, qui intervient dans des contextes religieux ou non ; - Collectif tiers-monde ; - Conseil juridique - Théâtre pour enfants de 7 à 10 ans.Ce centre a été construit par les architectes E. Bernadac et O.P. Lesné (53 rue Ste Anneà Paris) (31). Le centre comprend trois bâtiments formant un U ouvert vers l’est. Celuidu nord a trois niveaux : le rez-de-chaussée bas, en partie enterré comprend des ateliers,des salles de jeux et de bricolage, les toilettes et la chaufferie. Le rez-de-chaussée haut,bordé par une galerie au sud, est composé de salles de réunion, d’une cuisine, d’unoffice et de bureaux ; enfin, le troisième niveau, prévu dans le permis de construire pourun appartement de pasteur, est, en fait, occupé par le secrétariat de la paroisseprotestante de Versailles. Face à ce premier bâtiment se trouve un immeuble plus petitet sans étage, réservé à l’administration du centre. Enfin, le dernier bâtiment, sans étageest situé à l’ouest perpendiculairement aux deux autres ; il devait accueillir trois salles,suivant le permis de construire. En fait les trois salles ont été réunies en une seulegrande salle de réunion. Cette salle est éventuellement louée à diverses associationsétrangères au centre.30 Site www.centre-huit.org et entretien avec le Directeur du centre huit31 Permis de construire du 17 avril 1968 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 79
  • 80. Plan des impacts de bombes (en rouge), 24 juin 1944 [internet] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 80
  • 81. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstructionChapitre 5. Les bombardements de la seconde guerreet la reconstruction(Responsable: Jacques Royen)Pendant la deuxième guerre mondiale, Versailles eut à subir une douzaine debombardements, en 1942, 1943 et surtout en 1944. Ces bombardements, comme lerelatent différentes sources, ont particulièrement touché le quartier des Chantiers,engendrant des dégâts considérables à la gare et au secteur environnant (1). Il s’agit, ici,de s’interroger sur les incidences de ces bombardements, en tentant d’abord de dresserune liste des bâtiments endommagés pour, ensuite, décrire brièvement les principes quiont guidé la reconstruction du quartier.Pour ce faire, différentes sources ont été croisées (cf. bibliographies et sourcesd’archives, en annexe), avec des enquêtes de terrains (effectuées en 2005-2006).Il est à noter que les statistiques dimmeubles détruits et endommagés données danscertains documents des archives communales [Cartons H4 Séries 249 et 4299] sontincomplètes. Dans une lettre du 11 août 1944 au maire de Versailles, larchitecte de laVille chargé de la défense passive (Monsieur Tronquois) précise que les listes établies àcette date à partir des demandes formulées en vue de létablissement de certificatsattestant la qualité de sinistrés et un certain nombre de visites effectuées sur place sontencore incomplètes, et que des demandes supplémentaires arrivent encorejournellement. [Carton H4 Série 249]. Il semble que le nombre de maisons détruitesmentionné par Norbert (1990, p. 128) est repris de ces statistiques préliminaires. Vatus(1991) fait état, quant à lui, d’un grand nombre d’immeubles touchés par lesbombardements du 24 juin 1944, dont 159 totalement sinistrés, mais sans fournir lasource de ces chiffres.La liste des immeubles endommagés au cours des bombardements à des degrés divers(vitres brisées, toitures dégradées, murs crevassés ou effondrés, etc.), est évidemmentbien plus longue que les listes présentées ci-dessous. La liste des immeubles sinistrésvisités par Monsieur Tronquois afin dy établir des rapports de dommages compte 550adresses. [Carton H4 Série 5766]Il est à remarquer également quil peut exister un certain flou, et par conséquent unélément de subjectivité, dans la définition des immeubles endommagés, dans la mesureoù ils peuvent être habitables, partiellement habitables, ou inhabitables et que ladistinction entre totalement endommagé et partiellement endommagé est parfoisincertaine à partie de photographies. Les listes présentées dans ce chapitre se limitentdonc aux immeubles et maisons les plus endommagés, partiellement ou totalementdétruits.1 Sources croisées : Archives Communales Cartons H4, séries 249, 4299 et 5766 ; Chaplot et Dutrou, 1998, pp. 30-31; Damien et Lagny, 1980, p. 143 ; Levron, 1981, p. 187; Norbert, 1990, pp. 125-130 ; Vatus, 1991, pp. 41-43, 60 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 81
  • 82. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction5.1 Pluie de bombes sur le quartierLe premier bombardement eut lieu le 3 juin 1940. Il alluma sept foyers dincendie,notamment rue de Vergennes, rue des Etats-Généraux, rue de Noailles, avenue deSceaux et avenue de Paris. Versailles et les villes environnantes subirent dautresbombardements le 3 mars 1942 (aucune victime à déplorer à Versailles ce jour-là), le 26mars 1942 (une maison fut détruite rue des Moines) et le 26 novembre 1943 (un certainnombre de monuments funéraires furent endommagés dans le cimetière desGonards) (2).Le rythme des bombardements saccéléra à lapproche du débarquement des troupesalliées en Normandie. Les gares de Versailles étaient visées, surtout celle des Chantierset la gare de triage des Matelots. La position stratégique du département de Seine-et-Oise à proximité de Paris, son réseau de communications ainsi que son tissu industrielen faisaient une cible de première importance pour laviation alliée. Lun des objectifsdes bombardements aériens était disoler le front de Normandie en détruisant les réseauxde transports terrestres qui menaient jusquà lui, afin de ralentir larrivée des renfortsallemands sur le front normand pendant le débarquement (3).Les 5 et 6 février 1944, plusieurs bombes tombèrent dans le voisinage de la gare desChantiers, entre autres au cimetière des Gonards et rue de la Porte de Buc. Le dimanche4 juin à 20 heures, 250 bombes tombèrent sur la gare des Matelots. Six bombesfrappèrent la ville proprement dite, notamment rue Saint-Médéric, rue Sainte-Famille,rue de lOccident et rue Royale. Une des « baraques » des Carrés fut entièrementdétruite. Le Centre National de Recherches Agronomiques fut très gravementendommagé. Ce jour-là, Versailles eut à déplorer quinze morts et trente-et-un blessés,ainsi que des dégâts à 56 immeubles dont 7 totalement sinistrés. Dautresbombardements eurent lieu les 8, 11, 14 et 15 juin 1944. La maison de retraite desAugustines, rue Edouard-Charton, fut endommagée lors du bombardement du 14juin (4).Mais cest le samedi 24 juin 1944, à partir de 8 heures 18 du matin, heure de grandeaffluence à la gare des Chantiers, queut lieu le bombardement le plus meurtrier, faisanttrois cent vingt-quatre victimes, dont cent vingt Versaillais, et plusieurs centaines deblessés. Les sirènes ne sonnèrent pas le début de lalerte. Trois cent soixante et onzepoints de chute de bombes furent relevés à Versailles : « La première bombe tomba entre lHôtel de Ville et les quais de la gare Rive- Gauche, sur un abri, devant le pavillon du chef de gare, faisant voler en éclats la majeure partie des vitres de la mairie sur les façades sud et ouest. Les explosions se suivirent ensuite sans interruption, occasionnant de grands dégâts, coupant les conduites et les canalisations deau, de gaz, délectricité et de téléphone. A la gare des Chantiers, le nombre des victimes était particulièrement élevé en raison de lheure matinale correspondant aux départs et aux arrivées de trains ouvriers. La rampe daccès et la place de la gare étaient jonchées de cadavres recouverts comme de blancs linceuls, dune impalpable poussière. » (5).2 Norbert, 1990, p. 125-1303 Damien et Lagny, 1980, p. 143; Norbert, 1990, p. 125-1304 Sources croisées : Archives Communales Carton H4 n° 249; Damien et Lagny, 1980, p. 143; Levron, 1981, p. 187; Norbert, 1990 p. 125-130; Vatus, 1991, p. 605 La citation est tirée dune notre interne de la mairie, non datée. Sources croisées : Archives Communales Carton H4, série 249; Damien et Lagny, 1980, p. 143; Levron, 1981, p. 187; Norbert, 1990, p. 125-130; Vatus, 1991, p. 60 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 82
  • 83. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstructionLes projectiles se dispersèrent sur une grande partie de la ville et sur un grand nombrede rues, davenues, de places et de boulevards, parmi lesquels la rue Horace-Vernet(incorporée depuis 1961 à la rue de lAbbé-Rousseaux), la place Raymond-Poincaré, larue des Etats-Généraux, la rue des Chantiers, la rue de Vergennes, la rue Benjamin-Franklin, la rue de Noailles, la rue de Limoges, lavenue de Paris, la rue Magenta, la rueAlbert-Joly, la rue Lamartine, la rue Racine, la rue Albert-Sarraut, la rue Ploix, la rue deMontbauron, lavenue de Picardie (appelée maintenant avenue des Etats-Unis), la rue duRefuge, le boulevard de Lesseps, le boulevard de la Reine, la rue Rémilly, la rue duParc-de-Clagny, lavenue du Général-Mangin, la rue de Béthune (appelée maintenantrue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny) et la rue de Montreuil.La dispersion des impacts peut sexpliquer par le fait que les bombes furent larguées àune altitude relativement élevée (3 000 mètres) par des vagues successives debombardiers attaquant sous des angles différents; en outre, le ciel était très couvert. Lesimpacts furent particulièrement denses à certains endroits. Ont été particulièrementtouchés : le cimetière des Gonards, la gare des Chantiers et ses environs —notamment, la rue de lAbbé-Rousseaux ; les ailes nord et ouest du Collège Marie-Curie (actuellement, Collège Raymond-Poincaré) furent détruites (6) et le GrandRéservoir Gobert fut endommagé —, la rue des Chantiers entre la rue Ploix et la rueAlbert Sarraut, la rue Ploix, la rue Racine, la rue Lamartine, la rue Molière, la zone àlest de la rue Jean-Mermoz, la zone à louest de limpasse Saint-Henri et, plus au nord,les rues du Refuge et de Montreuil.Dans lancien département de Seine-et-Oise, Versailles détient le triste record du plusgrand nombre de victimes faites par un seul bombardement. La plupart dentre ellesfurent inhumées au cimetière des Gonards (7).Versailles fut encore bombardée le 11 août 1944. Un obus de DCA détruisit, en partie,une maison rue Georges-Ville (actuelle rue René-Auber) (8) — Cf. plan des impacts debombes (24 juin 1944), vues des destructions au n° 6 de la rue Edouard-Lefebvre, aun° 42 de la rue des Chantiers et au n° 10 de la rue Benjamin-Franklin.6 Dès le 29 mars 1943, lInspecteur dAcadémie en résidence à Versailles avait informé par courrier officiel la Directrice du Collège Moderne Marie-Curie, quen raison de lintensification des attaques aériennes contre les installations ferroviaires, le dépôt de Versailles-Chantiers avait été classé parmi les secteurs "menacés".7 Nota : Le lendemain du bombardement du 24 juin 1944, la mairie a demandé à un photographe professionnel (Monsieur André, rue du Vieux-Versailles) de prendre des photos des dégâts les plus marquants [note conservée dans le Carton H4 Série 249]. Un plan à petite échelle des impacts de bombes du 4 juin 1944 et du 24 juin 1944 a été demandé par le maire de Versailles le 2 août 1944 [ainsi que latteste une note conservée dans le Carton H4 Série 249, note du Secrétaire général de mairie à Monsieur Drouard].; il semble malheureusement avoir été perdu. Un plan similaire, relatif au 24 juin, peut être trouvé dans (Norbert, 1990) ou sur le site Internet http://perso.wanadoo.fr/memoire78/pages/vers1.html. Sources croisées : Archives Communales Cartons H4 Séries 249, 4299 et 5766; Chaplot et Dutrou, 1998, p. 30, 31; Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 115; Damien et Lagny, 1980 p. 143 ; Levron, 1981, p. 187; Norbert, 1990, p. 125-130; Vatus, 1991, p. 608 Norbert, 1990, p. 200 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 83
  • 84. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction5.2 Repérage des immeubles totalement ou partiellement détruitsListe d’immeubles totalement ou partiellement détruits, situés à proximitéde la gare des ChantiersImmeubles pour lesquels il existe des témoignages écrits ou photographiques : plan (9) lieu sources (10) F5 Abbé-Rousseaux (Rue de l)/Horace-Vernet (Rue)/ Ouest (Place de l): - Nos 1, détruit et No 3, partiellement détruit plan Norbert, 1990 ; photo Arch. Com. 5 Fi 69/21 - actuel No 7 de la rue de lAbbé-Rousseaux, plan et photo de la rue Norbert, 1990; photo partiellement détruit Arch. Com. 5 Fi 69/20 F6/F7 Albert-Sarraut (Rue): plan et photo de la rue Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31 - No. 73, partiellement détruit photo Arch. Com. 5 Fi 69/52 - Nos 94, 96, 98, 100, partiellement détruits photo Arch. Com. 5 Fi 69/53 à 55 - No 102 (angle du 99 rue des Chantiers), photo Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31; Arch. détruit Com. Carton H4 Série 4299; photo Arch. Com. 5 Fi 69/56 E5 Benjamin-Franklin (Rue): plan Norbert, 1990 - No 10-12, bâtiment de la gendarmerie, photo Norbert, 1990; photos Arch. Com. 5 Fi partiellement détruit 69/89 et 90 - No 11 bis, partiellement détruit photo Norbert, 1990 - Nos 14, 16 et 18 (angle 51 rue des Etats- photo Arch. Com. 5 Fi 69/21 Généraux), partiellement détruits F6 Boileau (Rue) : No 10, partiellement détruit plan Norbert, 1990, plan et photo Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31-32; photo Arch. Com. 5 Fi 69/62 F5 Chantiers (Gare des) : quelques dégâts mineurs plan et photos Norbert, 1990 ; photo Arch. en façade, quais détruits Com. 5 Fi 69/21 F5/F6 Chantiers (Rue des): plan et photos de la rue Norbert, 1990; photos Arch. Com. 5 Fi 69/37 à 46 - Nos 5, partiellement détruit, et 7, détruit photos Norbert, 1990; photo Arch. Com. 5 Fi 69/30 - Nos 40, 42 et 44, partiellement détruits photos Norbert, 1990; photos Arch. Com. 5 Fi 69/31 et 33 - Nos 43-45-47 (La Providence), partiellement Arch. Com. Carton H4 Série 4299; Vatus, 1991 détruit p. 60 - No 51, partiellement détruit photo Arch. Com. 5 Fi 69/32 - No 54, partiellement détruit photos Norbert, 1990; photo Arch. Com. 5 Fi 69/34 - No 59, partiellement détruit photo Arch. Com. 5 Fi 69/36 - No 63, détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - No 83, partiellement détruit photo Norbert, 1990 - No 99 (angle 102 rue Albert-Sarraut), détruit photo Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31; Arch. Com. Carton H4 Série 4299; photo Arch. Com. 5 Fi 69/56 F5 Edme-Frémy (Rue): plan et photo de la rue Norbert, 1990 - No 24, partiellement détruit photo Arch. Com. 5 Fi 69/91 - No 33, très endommagé photo Arch. Com. 5 Fi 69/91 F4 Edouard-Charton (Rue): Norbert, 1990 p. 2009 Les coordonnées de la première colonne se rapportent au plan actuel de Versailles.10 Les références "photo Arch. Com. 5 Fi 69/…" se rapportent au Catalogue des Collections Photographiques (Sous-série 5 Fi), Versailles, 2005, Archives Communales de la Ville de Versailles. Lorsqu aucune source nest mentionnée pour un immeuble (-), la référence à utiliser est celle mentionnée en face du nom de la rue; ces références ont été croisées avec lexamen des informations indirectes disponibles dans les Archives Communales et des photographies des Pages Jaunes, et complétées par des repérages sur place. En labsence déléments absolument objectifs, un jugement a été porté. Dans Norbert, 1990, ni les photos ni les pages où ces photos sont reproduites ne sont numérotées. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 84
  • 85. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction - Nos 19 à 29 (maison de retraite des Sœurs (-) Augustines), très endommagésE4 Edouard-Lefebvre (Rue): photo Norbert, 1990 - No 6, détruit photos Arch. Com. 5 Fi 69/11 et 12E4/E5 Etats-Généraux (Rue des): plan Norbert, 1990 - Nos 23 et 25, détruits photo Arch. Com. 5 Fi 69/19 - No 28 (lépicerie Courtois, célèbre à lépoque), Norbert, 1990 p. 19 et p. 197 partiellement détruit - No 43, partiellement détruit (-)F6 Lamartine (Rue): plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou 1998 p. 31 - Nos 12, détruit, et 12 bis, partiellement détruit Arch. Com. Carton Série No 4299 - No 14, partiellement détruit (-) - Nos 25 et 25 bis, partiellement détruits (-)E4 Limoges (Rue de): - Nos 9-11 (angle de lavenue de Sceaux), plan et photo Norbert, 1990; Arch. Com. Carton détruits H4 Série 4299 - No 19, détruit photos Norbert, 1990; photos Arch. Com. 5 Fi 69/9 et 10F6 Rue Molière: plans et photos de la rue Norbert, 1990: plan et - maisons endommagées et très endommagées photos Chaplot et Dutrou, 1998 p. 30-31; photos Arch. Com. 5 Fi 69/64 à 79E5 Noailles (Rue de): plan et photos de la rue Norbert, 1990; photo Arch. Com. 5 Fi 69/18 - No 20 bis, caserne dArtois, partiellement (-) détruit - No 23, partiellement détruit photo Arch. Com. 5 Fi 69/13 - No 24, détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299; photo Arch. Com. 5 Fi 69/15 - Nos 27, 27 bis à 35, caserne Hoche occupée photo Norbert, 1990; photo Arch. Com. 5 Fi/17 en 1944 par les Allemands, actuel bâtiment de la DDE, partiellement détruit photos Arch. Com. 5 Fi 69/14 et 16 - No. 29 bis, partiellement détruitE4/E7 Paris (Avenue de): plan et photos Norbert, 1990 - No 42, partiellement détruit (-) - Nos 58 et 60, détruits Arch. Com. Carton H4 Série 4299; photos Arch. Com. 5 Fi 69/81 à 85 - Nos 84 et 84 ter, partiellement détruits (-)F6 Ploix (Rue): plan et photo Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31; photos Arch. Com. 5 Fi 69/57 et 59 - No 2, partiellement détruit (-) - No 12, détruit photo Norbert, 1990 - No 31, partiellement détruit (-)F5/G5 Porte de Buc (Rue de la): plan Norbert, 1990 - Nos 3, 5, 7 partiellement détruits (-) - No 10, partiellement détruit photo Arch. Com. 5 Fi 69/24 - No 15, détruit photos Arch. Com. 5 Fi 69/23 et 25F6 Racine (Rue) : plan et photo de la rue Norbert, 1990, plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31; photos Arch. Com. 5 Fi 69/60, 61 et 63 - No 18, 25 et 38 très endommagés (-)F5 Raymond-Poincaré (Place) : ailes nord et ouest plan Norbert, 1990; Archives Communales du Collège Moderne de jeunes filles Marie- Carton H4 Série 249 Curie totalement détruitesE4/F3 Royale (Rue): Norbert, 1990 - No 48, détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - No 49, partiellement détruit (-) - No 50 et 52, détruits Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - Nos 54, 56 et 58, détruits Norbert, 1990 p. 208; Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - No 60, partiellement détruit Norbert, 1990 p. 208 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 85
  • 86. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction F4 Sainte-Famille (Rue): - Nos 4 et 6, très endommagés Norbert, 1990 p. 199 E5/F5 Vergennes (Rue de): plan et photo de la rue Norbert, 1990; photos - Nos 20 et 22 partiellement détruits Arch. Com. 5 Fi 69/86 à 88 Norbert, 1990, p. 19 et 197Immeubles vraisemblablement endommagés, pour lesquels il nexiste pas de témoignagesécrits ou photographiques explicites : plan lieu sources F3/F4 Anjou (Rue d) : Nos 5 bis, 18 bis, 63, 65 Norbert, 1990 F3/F4 Bourdonnais (Rue des): No 20 Norbert, 1990 F6 Chantiers (Impasse des): No 2 plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31 F5/F6 Chantiers (Rue des): Nos 10, 39, 46, 56, 60, 64, 65, 67, 69, plan Norbert, 1990 76, 87, 89, 91 F5 Edme-Frémy (Rue): No 19 plan Norbert, 1990 F4 Edouard-Charton (Rue): No 17 Norbert, 1990 E4/E5 Etats-Généraux (Rue des): No 40 plan Norbert, 1990 E4/D4 Georges-Clémenceau (Rue): Palais de Justice Norbert, 1990, p. 197 F5/F6 Jean-Mermoz (Rue): No 29 plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31; photo Arch. Com. 5 Fi/80 (No de limmeuble non précisé) F4 Marché-Neuf (Rue du): No 9 Norbert, 1990 F3 Maréchal-Joffre (Rue du): Nos 3, 11, 39 Norbert, 1990 E5 Noailles (Rue de): Nos 6 bis, 13, 16, 21, 22, 25 plan Norbert, 1990 F5 Nungesser-et-Coli (Impasse): Nos 2 et 3 plan Norbert, 1990 F3 Occident (Rue de l): Nos 6 et 12 Norbert, 1990, p. 208 et p. 199 E4/E7 Paris (Avenue de): Nos 15, 18, 39, 56 bis plan Norbert, 1990 F5/G5 Porte de Buc (Rue de la): Nos 8, 11, 13, 61, 88 plan Norbert, 1990 E4/F3 Royale (Rue): Nos 10, 16, 70 et 90 Norbert, 1990, p. 199 et p. 208 F6 Saint-Henri (Impasse): Nos 2, 6, 8, 12, 13 plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31 F3 Saint-Honoré (Rue): Nos 7 et 20 Norbert, 1990, p. 208 F3 Saint-Louis (Passage): No 4 Norbert, 1990 F4 Saint-Médéric (Rue): Nos 15, 18, 19 bis Norbert, 1990, p. 199 E5/F5 Vergennes (Rue de): Nos 12 bis, 37, 39 plan Norbert, 1990 F6 Villars (Rue de): No. 9 plans Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31Autres sites touchés, à proximité de la gare des Chantiers : plan lieu sources F5 Grand Réservoir Gobert Dossier de Création de la ZAC "Versailles Chantiers", 2003 F5/G5 Le Cimetière des Gonards reçut un obus de DCA le 26 photo Norbert, 1990, p. 198; Arch. novembre 1943, dix bombes le 5 février 1944, plus de Com. Carton H4 Série 249; photos trente bombes le 24 juin 1944; plus de 300 sépultures Arch. Com. 5 Fi 69/26 à 29; Vatus, furent endommagées 1991 p. 60 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 86
  • 87. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstructionListe d’immeubles totalement ou partiellement détruits, situés dans des ruesplus éloignées de la gareCette liste est donnée à titre indicatif, afin de mieux appréhender limpact desbombardements sur lurbanisme et larchitecture de Versailles.Immeubles détruits ou partiellement détruits pour lesquels il existe des témoignages écritsou photographiques : plan lieu sources C5/C6 Albert-Joly (Rue): plan Norbert, 1990 - No 42, partiellement détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 G6 Foyer Versaillais (Rue du): plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31 - Nos 11 et 13, partiellement détruits (-) D5/E5 Jacques-Boyceau (Rue): plan Norbert, 1990 - No 13 ter, partiellement détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 B5 Mansart (Rue): plan Norbert, 1990 - No 1, détruit photo Norbert, 1990; photo Arch. Com. 5 Fi 69/102 - No 3, détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - No 15, partiellement détruit (-) -- Matelots (Gare de triage des), presque totalement détruite Norbert, 1990 p. 199 et 200 le 4 juin 1944 et le 8 juin 1944 D6 Montreuil (Rue de): plan et photos de la rue Norbert, 1990; photos Arch. Com. 5 Fi 69/95 à 98 - Nos 12 et 13, partiellement détruits, no 14 détruit (-) - No 16, détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - Nos 18 et 19, partiellement détruits (-) - No 21, détruit Arch. Com. Carton H4 Série 4299 - Nos 23, partiellement détruit (-) - Nos 23 bis, 24 et 25, détruits (-) - Nos 39 et 65, partiellement détruits (-) G6 Pont-Colbert (Rue du) plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998; photos Arch. Com. 5 Fi 69/47 à 51 D6 Refuge (Rue du): plan Norbert, 1990 - No 17, partiellement détruit (-) - No 18 (couvent du Refuge), partiellement détruit (-) - No 19, détruit photos Arch. Com. 5 Fi 69/92 à 94 C5 René-Auber (Rue) (anciennement rue Georges-Ville): plan et photo de la rue Norbert, 1990 Norbert, 1990 p. 200 - No 3, partiellement détruitAutres immeubles vraisemblablement endommagés, pour lesquels il nexiste pas detémoignages écrits ou photographiques explicites : plan lieu sources C5/C6 Albert-Joly (Rue): No 22 plan Norbert, 1990 E4 Edouard-Lefebvre (Rue) : Nos 7, 9, 11 bis, 13, 15, 17 plan Norbert, 1990 G6 Foyer-Versaillais (Rue du): No 8 plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31 E3 Hardy (Rue) : No 5, très endommagé plan Norbert, 1990 G6 Pont-Colbert (Impasse du): Nos 1, 5 plans Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31 E3 La Quintinie (Rue de): No 4 plan Norbert, 1990 B5 Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny (Rue du) (anciennement plan Norbert, 1990 rue de Béthune) : pas de précisions sur les immeubles Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 87
  • 88. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction F7/G7 Moines (Rue des): No 21 plan Norbert, 1990; plan Chaplot et Dutrou, 1998 p. 31; Norbert, 1990 p. 197 D5/E5 Montbauron (Rue de): No 10 plan Norbert, 1990; Norbert, 1990 p. 208 E3 Orangerie (Rue de l): Nos 5, 7, 8, 13, 18, 47, 50, 64) (les plan Norbert, 1990 trois derniers numéros se trouvent à présent rue du Général-Leclerc, Nos 5, 8 et 22) B5/C5 Parc-de-Clagny (Rue du) : No 12 bis plan Norbert, 1990 E8 Prés-aux-Bois (Rue des): No 17 plan Norbert, 1990; Norbert, 1990 p. 208 C3/D5 Reine (Boulevard de la): No 127 plan Norbert, 1990 D3 Réservoirs (Rue des): Nos 9, 11, 12 plan Norbert, 1990; Norbert, 1990 p. 197 D4/D5 Saint-Cloud (Avenue de): No 18 plan Norbert, 1990; Norbert, 1990 p. 208, 209 E3 Satory (Rue de): No 10 plan Norbert, 1990 E3 Vieux-Versailles (Rue du): Nos 5, 8, 27, 31, 34 plan Norbert, 19905.3 La reconstruction en France et à VersaillesComme l’a bien montré Danièle Voldman (1997), la reconstruction de la Francecomporte trois périodes distinctes : 1. D’abord, celle du gouvernement de Vichy, durant laquelle sont élaborés les grands principes de la reconstruction nationale, sont promulguées différentes lois ou mesures, et sont instituées une partie des administrations qui se chargeront de la reconstruction ; la création du Ministère de la Reconstruction et de lUrbanisme (MRU) en novembre 1944 par le Gouvernement provisoire de la République Française se fait dans la continuité de la politique de Vichy; 2. Ensuite, celle de l’urgence et par conséquent du « provisoire » (mai 1945 - novembre 1947), durant laquelle les grands principes de mise en œuvre de la politique sont définitivement fixés et commencent à être mis en œuvre ; 3. Et enfin, celle des « grands chantiers », qui voit la politique de reconstruction se transformer lentement en politique durbanisme et daménagement du territoire.Les grands principes de la reconstruction nationale élaborés par lEtat de Vichy,confirmés et élargis par la loi sur les dommages de guerre du 28 octobre 1946, sontmaintenus dans limmédiat après-guerre. Ces principes, qui sappliquent bienévidemment à la ville de Versailles, prévoient entre autres que laide du Ministère de laReconstruction et de lUrbanisme au titre de lindemnisation pour dommages de guerresoit subordonnée à un certain nombre de conditions, parmi lesquelles (11): - seuls sont indemnisables les biens mobiliers et immobiliers qui correspondent à lutilité publique, - en ce qui concerne les villes et les entreprises: seuls sont aidés les projets inclus dans un plan de reconstruction et daménagement soumis au préalable au Ministère pour accord, - les particuliers sont obligés de sinsérer dans ce plan, et de se regrouper par îlots (association syndicales de reconstruction),11 Sources croisées : Versailles, Archives Communales : Carton H4 Série 5763 ; Voldman, 1997, chapitre 7 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 88
  • 89. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction - les sinistrés doivent compléter une déclaration de sinistre dans les délais fixés (cest-à-dire avant le 31 décembre 1949), - les sinistrés doivent faire établir un devis par un architecte agréé par le Ministère et assermenté, dans les délais fixés (avant le 1er juin ou le 1er juillet 1951, selon la catégorie des immeubles), - le devis doit être établi pour une reconstruction "à lidentique", cest-à-dire la remise des bâtiments dans létat où ils étaient avant louverture des hostilités, avec la même capacité et la même utilité ; tout embellissement, toute modernisation ou amélioration éventuelle se fait aux frais du demandeur, - le recours à un architecte est obligatoire lorsque la dépense prévue pour la reconstruction est supérieure à 800 000 francs (environ 90 000 euros de 2005), - les honoraires régulièrement dus aux architectes par les sinistrés sont pris en charge par lEtat, même dans le cas où le recours à lhomme de lart nest pas nécessaire (dépense prévue inférieure à 800 000 francs).LEtat central décide de presque tout, à lexception du choix des styles architecturaux,tacitement laissé à la discrétion des responsables politiques et administratifs locaux (12).Le plus souvent, le principe de la reconstruction « à lidentique » est appliqué avecsouplesse. En fait, la reconstruction se fait en « similaire » et en « non identique ». Lesimilaire permettait dimportantes transformations. Dès 1945, limitation des stylesarchitecturaux traditionnels est concurrencée, souvent avec succès, par des efforts deréarrangement rationnel des structures urbaines (remembrement des parcelles urbaines,qui favorise les opérations, pratique du zoning, etc.) ayant comme objectif unemeilleure adaptation au développement industriel de la nation. Ces orientations sontencouragées par le puissant et actif Commissariat Général du Plan (13).Quelques grandes conclusions simposeront au fil des années: - Autant les logements et les bâtiments publics sont traités dans le style choisi par larchitecte, autant les monuments du passé historique sont confiés pour restauration aux Monuments Historiques pour reconstruction à lidentique. - Les principes d’un urbanisme fonctionnaliste sont appliqués dans un certain nombre de cas : plusieurs villes rejettent la tradition ancienne et rationalisent leur effort de reconstruction, notamment en différenciant les espaces selon leurs fonctions. - Néanmoins, dans la majorité des cas, la structure urbaine nest pas bouleversée fondamentalement. - Plusieurs villes reconstruites se ressemblent, faisant penser à un « style MRU » : distribution en îlots, disposition sur rue avec quelques étages, encadrements de fenêtres particuliers, et béton grêlé (petits cailloux à lintérieur).La plupart de ces conclusions sappliquent à Versailles, dont la situation étaitparticulière du fait de son caractère de ville historique.12 Voldman, 1997 chapitre 813 Voldman, 1997 chapitres 7, 8, 9 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 89
  • 90. Le 7 rue des Chantiers reconstruit Le 42 rue des Chantiers reconstruit Le 44 rue des Chantiers reconstruit Le 54 rue des Chantiers reconstruit Enquêtes sur la reconstruction [cl. J. Royen 2007] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 90
  • 91. Le 56 rue des Chantiers reconstruit Le 63 rue des Chantiers reconstruit Les 58 et 60 rue de Paris reconstruitEnquêtes sur la reconstruction [cl. J. Royen 2007] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 91
  • 92. Le 14 Rue de Montreuil reconstruit Le 16 Rue de Montreuil reconstruit Le 21 Rue de Montreuil reconstruit Enquêtes sur la reconstruction [cl. J. Royen 2007] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 92
  • 93. Le 24 Rue de Montreuil reconstruit Le 25 Rue de Montreuil reconstruitLe 39 Rue de Montreuil reconstruitEnquêtes sur la reconstruction [cl. J. Royen 2007] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 93
  • 94. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction5.4 Le nouveau visage de Versailles ChantiersA Versailles, la mise en œuvre de la politique de reconstruction des immeublestotalement ou partiellement détruits semble donc sêtre adaptée au caractère desquartiers.Dans les quartiers historiques (en gros, lactuel secteur sauvegardé étendu deVersailles), certains immeubles sont reconstruits à lidentique ou avec des modificationsmineures, en respectant larchitecture ancienne de leur quartier. Mais cette attitude n’estpas générale. Ainsi, des immeubles sont parfois reconstruits avec une quête évidente demodernisation. On peut en observer un exemple aux numéros 58 et 60 de lavenue deParis, où des immeubles contigus sont reconstruits dans des styles différents, lunancien, lautre moderne à langle de lavenue de Sceaux et de la rue de Limoges, où desimmeubles particuliers ont été remplacés par un CES, et sur l’avenue de Paris, où lacaserne Borgnis-Desbordes (détruite lors de lexplosion dun dépôt de munitions en1944) a fait place à la poste centrale de Versailles, à la trésorerie générale des Yvelineset à lavenue de lEurope De même, d’autres immeubles sont reconstruits dans desstyles, des matériaux et avec des hauteurs qui diffèrent des autres immeubles de leurquartier. C’est ce que montre notamment la rue de Montreuil, où les immeubles détruits(numéros 14, 16, 21, 23 bis, 24, 25 et 39) ont été remplacés par des immeubles enbrique ou en pierre dans le style des années 1950-60, parfois de plus grande hauteur queles immeubles avoisinants.Dans les quartiers périphériques, qui connaîtront une expansion non négligeable durantlaprès-guerre, les maisons détruites sont souvent remplacées par des constructions defacture moderne. Ainsi, à proximité des principales avenues, les maisons individuellesont cédé la place à des immeubles élevés, dappartements ou de bureaux. Cestnotamment le cas de la rue des Chantiers aux numéros 7, 42, 54, 63, 64 et 83.Il est possible d’avancer deux explications plausibles pour les différences observées: - les propriétaires ont peut-être souhaité profiter de loccasion pour moderniser leur immeuble et ont choisi de ne pas reconstruire à lidentique, investissant sans doute des capitaux supplémentaires dans la reconstruction. - la reconstruction sest faite tardivement (dans certains cas, la reconstruction ne sest pas faite avant le milieu des années 1960) ; la fonction des bâtiments, les souhaits des propriétaires et les exigences durbanisme avaient vraisemblablement changé.En outre, il est probable que, dans quelques cas, des bâtiments reconstruits aient déjà étémodifiés ou remplacés par de nouveaux immeubles. Les conditions socio-économiquesde la rue ou du quartier — et cest particulièrement le cas de la rue des Chantiers —peuvent avoir changé dans les années 1960. Dès la fin des années 1950, après les annéesde reconstruction, Versailles a en effet connu une nouvelle étape durbanisation, ayantdensifié le tissu urbain par le biais d’opérations (14) : - d’ensembles de logements sociaux et des résidences de standing (par exemple, le Grand Siècle ou la Roseraie), construits sur les derniers terrains libres, en bordure, ou sur les propriétés des horticulteurs (par exemple, une maison de retraite pour vieux ménages a été construite aux numéros 49 à 55 de la rue des Chantiers en 1960, un ensemble dHLM aux numéros 70 à 92, des constructions neuves aux numéros 47 et 47 bis) ;14 Dossier de Création de la ZAC, 2003 p. 23; Rapport de Présentation du PLU, 2004 p. 40 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 94
  • 95. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstruction - de promotion immobilière, souvent menées sur de grandes propriétés ou ayant fait disparaître des ensembles de maisons particulières entourées de jardins, notamment dans les quartiers Notre-Dame et Jeanne dArc.Il est à noter que, près de 10 ans après les bombardements, dans lensemble deVersailles, la reconstruction de quinze immeubles totalement détruits nétait pas encoreengagée (15). Ainsi des ruines ou terrains vagues subsistaient avenue de Paris (numéros58 et 60), avenue de Sceaux (numéro 9-11), rue Albert-Sarraut (numéro 102), rue deNoailles (numéro 24), rue des Chantiers (numéro 63), rue de Montreuil (numéros 16 et21), rue Lamartine (numéro 12), rue Mansart (numéro 3), et rue Royale (numéros 48,50, 52, 54, 56-58). Par ailleurs, au même moment, trois immeubles partiellementdétruits et inhabitables nétaient pas encore en cours de réparation ou de reconstruction,rue Albert-Joly (numéro 42), rue des Chantiers (numéro 43-47 - La Providence), et rueJacques-Boyceau (numéro 13 ter) (16).Une architecture hétérogèneSi le quartier des Chantiers a souffert des bombardements de la deuxième guerremondiale, surtout celui du 24 juin 1944, le tissu urbain na pas été modifié de manièreextensive et laspect architectural na pas été affecté considérablement par lesdestructions et la reconstruction. Dune manière générale, les immeubles ont retrouvéleurs fonctions antérieures, à lexception notable de ceux remplacés par de grandsimmeubles fonctionnels. Cest le cas surtout le long de la rue des Chantiers.Aujourdhui, les activités économiques du quartier des Chantiers — qui, comme tous lesquartiers de Versailles, sest densifié au cours des dernières décennies — sorientent deplus en plus vers le secteur tertiaire ; ceci explique le nombre croissant dimmeubles debureaux.La principale caractéristique du quartier est à présent l’hétérogénéité de son tissuurbain. S’y côtoient en effet d’anciens bâtiments dune hauteur moyenne de 4 étages,des immeubles collectifs plus récents dont les hauteurs sont plus importantes (sur la ruedes Chantiers et dans la partie sud de la rue de Noailles), un grand nombre dimmeublesdune grande qualité architecturale (notamment avenue de Paris, rue de Vergennes, ruede Noailles, rue des Etats-Généraux, rue Edouard-Lefebvre, rue de Limoges et rueMénard).C’est peut-être aux abords immédiats de la gare que s’exprime le mieux l’hétérogénéitéde ce tissu urbain (17) : - Les constructions situées en bordure ouest du secteur considéré, de part et dautre de la rue Edouard-Charton, de 3 à 5 étages. Si certaines constructions dans ce secteur sont situées dans le quartier des Chantiers, elles constituent en réalité le prolongement urbain du quartier Saint-Louis voisin, avec un tissu ancien composé de constructions déchelles modérées. - Les constructions situées en bordure est du secteur considéré, de part et dautre de laxe rue des Chantiers - rue des Etats-Généraux et de la rue de la Porte de Buc : d’un étage, notamment près de la place du 8 mai 1945, jusquà 8 étages en bordure de la rue des Etats-Généraux.15 Versailles, Archives Communales: Carton H4 Série 429916 Versailles, Archives Communales: Carton H4 Série 429917 Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 89 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 95
  • 96. Chapitre 5. Les bombardements de la seconde guerre et la reconstructionLe quartier comporte quelques espaces verts, le plus souvent interdits au public, etquelques grandes propriétés, comme le Domaine de la Solitude et la Maison-mère de laCommunauté des Diaconesses de Reuilly. Dans ce quartier comme ailleurs, chaque rue,chaque édifice, chaque lieu a son histoire particulière. Ainsi, un repérage des sites etrues remarquables est proposé au chapitre 7, alors que la clé d’entrée du chapitresuivant a été le collège Raymond Poincaré, jouxtant la gare, édifié en 1934 parl’architecte Hector Caignart de Mailly. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 96
  • 97. Chapitre 6. Des logements et des équipementsChapitre 6. Des logements et des équipements(Responsables: Sylvie Laborde et Catherine Thiéblin)Au début du 20e siècle, la ville de Versailles n’affiche pas uniquement sa modernité parle biais de ses réseaux de voies publiques ou ferrées mais, tout autant, par lesprogrammes de logements et d’équipements qu’elle met en œuvre.6.1 Des philanthropes à l’Office public d’Habitation à Bon MarchéDans le domaine du logement, dès 1913, la ville se fait notamment le promoteur d’unpremier ensemble de maisons à bon marché, réalisé grâce aux legs de Melle Meynadier.Cet ensemble fait l’objet d’un concours, lancé le 15 août 1913, ouvert à l’ensemble desarchitectes français ayant, à la date du concours, une résidence ou un bureau àVersailles ou dans le département de Seine et Oise et ayant déjà été primés dans desconcours d’habitations à bon marché. Les résultats du concours sont proclamés le 8décembre 1913. Il est remporté par l’architecte versaillais Blanchard. Les autres lauréatssont : Guéritte (2e prix, doté d’une prime de 2000 frs), Tabourier, architecte àVersailles (3e prix, 1500 frs de prime), Tronquois et Macqueron (4e prix, ex-aequo,1000 frs de prime).Le terrain mis à la disposition des concurrents est situé à Versailles, à l’angle de la ruedes Petits Bois et de la rue Bazin. La surface totale est de 6651,23 m2. Le programmeprévoit deux types de pavillons différents : pavillons pour 4 ménages et pavillons pourveufs ou veuves avec enfants. Le nombre total de ces pavillons est laissé àl’appréciation des concurrents. La construction, prévue en matériaux simples, de bonnequalité mais néanmoins économiques, devra offrir de bonnes conditions d’hygiène etd’orientation. Enfin, les concurrents sont tenus de n’utiliser qu’une partie du terrain (auplus 2/3), en vue de réserver le restant destiné ultérieurement à d’autres constructions denature analogue.Cette réalisation est à mettre en perspective avec l’évolution de la politique du logementen France. Jusqu’en 1912, le logement ouvrier est affaire privée. Deux lois, votées en1894 (loi Siegfried) et 1906 (loi Strauss), tentent d’instaurer des mesures favorisant lelogement social. La première (Siegfried, 30 novembre 1894) a pour but d’inciter lacréation, facultative, dans chaque département, de comités chargés d’encourager laconstruction d’HBM (Habitations Bon Marché), par des concours, des enquêtes,conseils, la diffusion de l’information (ces comités étant chapeauté par le conseilsupérieur des HBM, organe consultatif institué auprès du Ministre du commerce) et defaciliter le financement de ce type de constructions). La seconde Loi (Strauss, 12 avril1906) encourage également le logement social en rendant obligatoire la création deComités départementaux de patronage des HBM et de prévoyance sociale, dès lorschargés de donner leur avis sur les statuts des différentes sociétés d’HBM et de veiller àla mise en œuvre d’ensemble d’habitations répondant aux critères hygiénistes. Mais ceslois, qui accordent trop peu de dégrèvements fiscaux aux constructeurs pour attirer lescapitaux, ont peu d’effet. Seules de petites sociétés coopératives et quelques grandesfondations philanthropiques (Lebaudy, Weill, Rothschild) tentaient l’aventure dulogement ouvrier mais avec des résultats dérisoires, au regard des besoins. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 97
  • 98. Concours de l’ensemble de logements de la rue des Petits-Bois (legs meynadier).Projet de Henri Blanchard architecte,1913-1923 [Fonds SADG ].La Cité des Petits-Bois aujourd’hui [[cl. C. Thieblin 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 98
  • 99. Chapitre 6. Des logements et des équipementsEn 1912 entre en vigueur une nouvelle Loi, la Loi Bonnevay (23 décembre 1912), quitente de remédier à la situation, en appelant notamment les communes à « substituer lelogement salubre et économique au taudis cher et surpeuplé, agent de déchéancephysique et morale, générateur d’alcoolisme, de tuberculose et de vice » (1). Améliorantet renforçant les immunités prévues par les lois précédentes, elle définit notamment lesoffices publics d’habitation à bon marché : ce sont, dès lors, des établissements publics,créés par décret en conseil d’Etat, qui ont la faculté de construire, aménager et gérer lesensembles d’HBM (et d’autres, le cas échéant), et ayant accès aux prêts de l’Etat parl’intermédiaire de la Caisse des dépôts, aux dotations des villes et des établissementscharitables.A cette époque, Versailles, comme d’autres communes, connaît une véritable crise dulogement, en raison de « la vétusté et l’insalubrité de plusieurs îlots et immeubles ducentre ville (la Petite Place, la Geôle ou l’impasse Toulouse), se conjuguant à la pousséedémographique et à l’afflux d’une population nouvelle » (2). Ainsi, la nouvelle équipemunicipale élue le 14 novembre 1925 et placée sous l’égide du Maire Yves-Marie-Pierre Le Coz (3), se préoccupe de trouver une solution à cette « crise du logement »(4). C’est en ce sens qu’est décidé, le 26 décembre 1925, la création d’un Office PublicCommunal d’Habitations à Bon Marché qui, conformément aux dispositions de l’article18 de la loi du 5 décembre 1922, est doté de crédits d’une valeur de 500 000 francs, soitmobilière, soit immobilière. Le détail de cette dotation est arrêté le 10 juillet 1926. Pourla dotation mobilière (400 000 francs), il est convenu qu’elle soit prélevée sur les fondsde la ville et versée à l’Office en cinq annuités. Par ailleurs, en ce qui concerne la partieimmobilière (100 000 francs), « tous pouvoirs sont donnés au Maire pour réaliserl’acquisition » d’un terrain (5).Désirant édifier des maisons individuelles pour loger des familles nombreuses, le choixdu Maire se porte sur un terrain situé dans le quartier de Montreuil, bien desservi par lestramways de la ville et le réseau de chemin de fer (par la station de Montreuilrécemment créée sur la ligne Versailles-Rive-Droite) et appartenant à la Société desJardins Ouvriers : « La Société des jardins ouvriers de Versailles, si habilement dirigée par le très dévoué M Philippe possédait rue des Petits Bois, un vaste terrain situé à proximité de la Fondation Meynadier que Versailles possède. Fondation pour les familles nombreuses dont l’ensemble des constructions sont édifiées par l’Office départemental d’habitations à bon marché. C’est la partie en bordure de la rue Saint Nicolas que la Société accepte de céder à l’Office d’habitation de la ville de Versailles » (6).La partie « en bordure » concernée est un terrain d’environ 1980 m2, de 110 mètres defaçade et d’une profondeur de 18 mètres. La transaction sera rapidement conclue, auprix de 45 francs le mètre carré (soit un total de 81 720 de francs).L’Office Public Communal d’HBM est officiellement institué par décret le 17 mars1927 (7). Conformément à l’article 10 de la loi du 5 décembre 1922 (portant1 Les mille feuilles de la mémoire [archives communales].2 Idem.3 Entré au Conseil municipal en 1919, Yves Le Coz s’était distingué par ses compétences indéniables en matière fiscale. C’est, en grande partie, ce qui justifie sa désignation collégiale en qualité de Maire, le 17 mai 1925. Obtenant un second mandat le 17 mai 1929, il occupa ce fauteuil pendant 10 ans. Source : André Damien, Jean Lagny, Versailles, deux siècles de vie municipale, Paris, Ed l’Univers du livre, 1980.4 Les nouvelles de Versailles, 18 Juillet 19285 Extrait de la délibération du conseil municipal du 10 juillet 19266 Les nouvelles de Versailles, 18 Juillet 19287 Courrier du Préfet de Seine et Oise datant du 9 avril 1927 adressé à Monsieur le Maire de Versailles Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 99
  • 100. Chapitre 6. Des logements et des équipementscodification des lois sur les habitations à bon marché), il est administré par un Conseilconstitué de 18 membres : 6 désignés par le Conseil Municipal, 6 désignés par le Préfetet 6 désignés à raison d’un membre pour chacune des institutions suivantes : Comités dePatronage des Habitations à Bon Marché, Sociétés approuvées d’Habitations à BonMarché, Bureaux des Sociétés et unions des Sociétés de Secours Mutuels, ConseilDépartemental d’Hygiène, Conseil des directeurs de la Caisse d’Epargne et Unions deSyndicats. Le 30 avril 1927, le Conseil Municipal désigne les six délégués, qui sontmessieurs Vallat et Euvé (adjoint au Maire), le docteur Galimard, messieurs Louvet,Philippe et Schloessing, conseillers municipaux. Les représentants des institutions sont : - pour le Conseil Départemental d’Hygiène, M. Richaud ; - pour le Comité Départemental de Patronage des HBM, M. Eve ; - pour les Sociétés d’Habitations à bon marché, M. Bertron ; - pour les Sociétés de Secours Mutuels, M. Levasseur ; - pour le Conseil des Directeurs de la Caisse d’Epargne de Versailles, M Marque (8).Dès sa création, l’Office entend bien composer avec les nouvelles orientations de l’Etaten matière de logements sociaux, qui seront entérinés en 1928 par l’entrée en vigueur deloi Loucheur (13 juillet 1928). Celle-ci prévoit en effet des financement dEtat, pouvantaller jusquà 90% du coût — lEtat consentant des avances et des prêts à taux réduit (2 à4%) aux sociétés dHBM et de crédit immobilier — pour la construction de 260 000logements populaires et de 60 000 habitations à loyer modéré. Elle autorise, ainsi, lesoffices publics à réaliser des logements plus grands et donc à loyers plus chers, destinésà une nouvelle population qui nest « plus uniquement populaire » (9).C’est en ce sens que la première action de l’Office public d’HBM consiste à lancer, dès1927, un concours pour un « Groupe de maisons individuelles à bon marché », rue StNicolas. De nombreux architectes y participent, à la surprise d’ailleurs de l’Office. Car« alors que ces concours ne réunissent d’ordinaire que 10 à 20 concurrents, ce ne sontpas moins de 47 projets qui ont été adressés à l’hôtel de ville de Versailles » (10).Ce concours est anonyme : sur les envois, seul doit figurer « une devise ou une marquereproduite sur une enveloppe scellée contenant à l’intérieur le nom du concurrent ». Al’issue des délibérations, quatre de ces enveloppes sont ouvertes « pour connaître lesnoms des 4 victorieux ayant obtenu les prix alloués par l’Office ». Les lauréats sont :Hector Caignart de Mailly (1er prix), Pierre Dutreuil et M. Louvet (2e prix) et VictorBuet (3e prix).8 Sources : Extrait de la séance du 19 novembre 1927, ville de Versailles, Office Communal d’Habitation à Bon Marché9 Le premier objectif de la Loi Loucheur est lencouragement à laccession à la petite propriété et lencouragement à la rénovation, lassainissement et la construction de lhabitat rural. Tout en laissant chaque propriétaire libre de choisir lentrepreneur, le matériau et le plan de sa future maison, lEtat mandate un de ses architectes pour suivre et vérifier la qualité de la construction. Pour permettre une construction au meilleur prix, les constructeurs proposent rapidement des modèles standards dont les variantes tiennent le plus souvent à des détails de décors. Grâce à cette loi novatrice et profondément sociale, de très nombreux pavillons sont édifiés, notamment en banlieue parisienne, donnant loccasion à des familles modestes daccéder à la propriété. Malheureusement, la crise de 1929 entraîne larrêt de la construction. La Loi Loucheur ne sera pas reconduite. La Caisse des Dépôts et Consignations, principale source de crédit pour la construction des logements, voit ses possibilités financières diminuer; en 1933, elle cesse dintervenir dans ce secteur.10 Les nouvelles de Versailles, 18 Juillet 1928, cette citation et les deux suivantes. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 100
  • 101. Les jardins ouvriers : extrait du plan de cadastre 1926, section C n° 87 avec, en rouge, les terrains concernés parl’opération HBM, rue St-Nicolas [archives communales, série Q4 institutions diverses, dossier 1063 : société HBM dela ville de Versailles, acquisition de terrain au domaine des jardins ouvrier, rue des Petits-Bois, 1925-1926]Concours de la rue Saint-Nicolas : acquisition du terrain [Les petites affiches de Seine & Oise, 25 septembre 1926; archivesmunicipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 101
  • 102. Villa sur la butte de Montbauron, H. Caignart de Maillly architecte, 1931-1932 [La Construction moderne, 47e année, n° 6, 8novembre 1931, p. 91 - 95, pl. 23 – 24] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 102
  • 103. Chapitre 6. Des logements et des équipements6.2 Hector Caignart de Mailly, architecte de son époqueHector Caignart de Mailly est né le 10 février 1882 à Chaumussay (département del’Indre et Loire). Son père, Hector Eugène Caignart de Mailly, est juge de paix. Il est néle 8 juillet 1834 à Clichy la Garenne (département de la Seine), fils de père inconnu etde Céleste Louise Caignart de Mailly (décédée à Paris, date inconnue), rentière. Samère, Clémentine-Marie-Geneviève Godbert, veuve de Albert Jean Baptiste Anger, estnée le 22 novembre 1848 à Laval (département de la Mayenne). Propriétaire àChaumussay, elle est la fille de Auguste César Jean Godbert, rentier, et d’AntoinetteGendron, rentière (11).Formé à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris (à l’atelier Esquié), HectorCaignart de Mailly est un étudiant brillant, obtenant de nombreuses récompenses pourles projets, qu’il expose au salon des artistes français (de 1904 à 1907, année où il reçoitune « mention honorable »). Sitôt diplômé des Beaux-Arts, en 1908, il s’inscrit à laSociété des architectes diplômés par le gouvernement (SADG, 13 mars 1908). Il serapproche également des Office d’HBM et s’intéresse, par ailleurs, au mouvement desCités-jardins en France – comme en atteste ce mot qu’il adresse au Président de laSADG en 1918 : « Je viens vous communiquer une note découpée dans les Echos duJournal. Il s’agit de la création dans la banlieue parisienne d’une cité-jardin : beauprogramme et d’une belle ampleur (le terrain ayant plus de 64 hectares). Il seraitdésirable que la réalisation en soit confiée à un architecte de talent ou fasse l’objet d’unconcours, n’y aurait-il pas lieu à une intervention de la SADG dans ce sens ? » (12).En 1922, une première commande d’importance permet à Caignart de Mailly d’explorerla thématique des cités jardins : celle de la cité-jardin d’Argenteuil (1e prix au concours,1922). Par la suite, il sera souvent invité aux concours lancés par les Office publicd’HBM, remportant souvent les premiers prix, aussi bien en province qu’en régionparisienne. Parmi ses projets sont notamment signalés : - En région parisienne, la cité-jardin de Bois Colombes (2e prix au concours, 1924). - A Troyes, un ensemble HBM (1924, 1e prix au concours : 100 logements, boutiques, garderie, lavoir, bain-douches, etc.) et une cité jardin (1926, 2e prix au concours de l’Office public départemental créé en 1922 ; réalisation de la seconde tranche de travaux, 98 logements et équipements) (13).11 Source : Mairie de Chaumussay, actes de naissance n° 3, 8, 9, 12 et 18; actes de décès n° 5 ; Mairie de l’Etang la ville, acte de décès n° 60. Les parents d’Hector Caignart de Mailly se marient le 10 janvier 1881 et ont cinq enfants dont Hector est l’aîné : Eugène-Clément né le 25 août 1883 décédé à Paris le 21 septembre 1968 ; Charles-Clément-Marie, né le 3 décembre 1885 ; Robert-Auguste-Paul-Emile, né le 27 mai 1887, décédé à 13 mois le 6 juin 1888 ; Jeanne-Marie-Clémentine-Eugénie, née le 27 mai 1887, mariée le 13 février 1909 à Marie-Joseph-Gaston de Blanquer de Rouville, à Paris 16e. Hector Caignart de Mailly décède à l’Etang la ville (commune des Yvelines) au 85 rue de St Nom le 30 décembre 1975, veuf de Berthe Louise de Beaumont.12 La note jointe à ce courrier indique que le préfet de la Seine vient d’ouvrir, à Plessis-Robinsson, une enquête administrative pour l’acquisition par l’Office public d’habitation à bon marché du domaine et du château de Plessis-Picquet, de 63 hectares, ainsi que d’une propriété attenante, de plus d’un hectare, afin d’y concevoir une cité-jardin des plus modernes. Source : SADG, notice individuelle, 1.001 1200 513 La première tranche des travaux de cette cité a été réalisée par les architectes Bassompierre, de Rutté et Sirvin, architectes. Joseph Bassompierre-Sewrin (1871-1950) et Paul de Rutté (1871-1943) sont élèves de Ginain et de Scellier à l’E.B.A, et diplômés, le premier en 1901, le second en 1898.Ils s’associent en 1913 pour se présenter au concours d’HBM de la ville de Paris. L’union est consacrée par les primes et commandes obtenues à cette occasion. Quelques années plus tard, ils s’adjoignent Paul Sirvin (1891- 1977), élève d’Héraud à l’E.B.A et diplômé en 1919, qui avait déjà collaboré avec eux ; il sera chargé, au sein de l’équipe, de l’exécution, du détail constructif. L’activité de l’agence est riche et variée : logements sociaux mais aussi immeubles luxueux, édifices publics et nombreux projets de concours. Ceux-ci réaliseront notamment, à partir de 1930, la cité de la Butte Rouge à Châtenay-Malabry. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 103
  • 104. Chapitre 6. Des logements et des équipements - A Tours, la seconde tranche de la cité-jardin des bords de la Loire (1927, 1e prix au concours; 93 logements) et des cités Beaujardin et Jolivet (1930, 2e prix au concours). - A Lorient un ensemble d’HBM (1927, 3e prix au concours) - ainsi que, entre autres, les projets — non datés — des cités-jardin de Saint- Germain-en-Laye, de Montsoult, d’Athis-Mons, de Poissy, de Pontoise, de Gargan- Livry, d’Aulnay, du Blanc-Mesnil, de Ballancourt, de La Ferté Alais, d’Etampes, d’un ensemble d’habitations à loyer modéré (120 logements) à Vanves, des établissements Bellemère à Romilly sur Seine, d’une maison à Saint Cyr l’Ecole et de différents ateliers ou immeubles de rapport à Paris…Dès 1927, Caignart de Mailly se distingue en remportant la Médaille de Vermeil (classépremier) au concours d’habitations familiales du Comité de patronage des HBM dudépartement de la Seine. En 1930, Caignart est en outre salué pour sa participation à laCité des Jardins de Troyes, inaugurée le 11 juillet 1931 par Camille Blaisot, ministre dela santé publique, sous la conduite de M Pargeas, président de l’Office d’habitations àBon Marché (HBM). Son projet, deuxième tranche du lotissement, qui s’étend sur lesrives de la rue Ribot continuée jusqu’à la rue du Clos le Roi (actuelle rue Jean Lacoste),n’est nullement achevé. Sur les 98 logements prévus, dont 46 dans 5 pavillons collectifset 52 dans 26 maisons individuelles jumelées, sont alors livrés 11 habitations totalisant22 logements, un immeuble de 43 appartements et 21 chambres isolées. Mais la cité,dotée de tous les conforts (eau potable, gaz, électricité et chauffage central individuelprévu à terme) et desservie par des rues empierrées pourvues de trottoirs et éclairées,s’érige déjà en modèle de modernité.Par conséquent, ce n’est pas vraiment à un inconnu que l’Office public d’HBM deVersailles confie la commande du « Groupe de maisons individuelles à bon marché »rue St Nicolas. D’ailleurs, Caignart de Mailly a déjà réalisé à Versailles une bien jolievilla sur la butte Montbauron, rue Jacques Boyceau, saluée par La constructionmoderne en 1931 comme une réalisation de qualité.6.3 Deux ensembles d’habitations à bon marché (1928-1932)Le projet de Caignart de Mailly pour la rue Saint-Nicolas consiste en un groupe de 14maisons destinées à des familles ayant au moins quatre enfants de moins de 16 ans.La forme du terrain (de 110 mètres de long par 18 mètres de profondeur) l’incite àaccoler les maisons le long de la rue. Afin d’éviter la monotonie, l’architecte crée desregroupements et des différences d’alignement : les maisons, accolées par deux, sontgroupées, un groupe central en retrait par rapport à deux ailes symétriques, et desintervalles libres séparent le groupe. Cette disposition est quelque peu critiquée par lapresse locale : « Son projet comporte l’établissement d’un long bâtiment central divisé en six tranches verticales, correspondant chacune à un logement. Ce bâtiment est flanqué à droite et à gauche de deux pavillons de chacun deux logements. Il y a donc en tout 14 logements, divisés en cinq bâtiments. Le bâtiment central est ajouré de deux voûtes, au-dessus desquelles se trouvent deux des chambres des logements. Il y a là une disposition qui ne nous semble pas heureuse, car les quatre pièces au dessus des Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 104
  • 105. Chapitre 6. Des logements et des équipements deux voûtes seront terriblement froides, eu égard au courant d’air qui règnera sous le porche… » (14).Ces maisons, orientées Est (côté jardin) / Ouest (côté rue), comprennent : une sallecommune avec cuisine en alcôve, trois chambres destinées respectivement aux parents,aux garçons et aux filles, un cellier pourvu d’un conduit de fumée pour l’installationd’une buanderie, des sanitaires au rez-de-chaussée et divers débarras dont l’un situédans le vestibule afin de ranger une voiture d’enfant. Le soubassement, rez-de-chausséecompris, est en moellons durs de Vigny (localité au nord de Pontoise) traités en opusincertum et jointoyés en creux. Le reste des murs est en briques creuses recouvert d’uncrépi moucheté qu’on a teinté d’ocre jaune. Les appuis et bandeaux sont en briquesapparentes, les linteaux, les auvents et les faux pans sont teintés en blanc et lescharpentes et volets en vert foncé. Les toitures sont couvertes en petites tuilesmécaniques dites du Nord aux couleurs vives.La dépense globale de l’opération est de 910 730 francs, détaillée comme suit : 98 975francs pour l’achat du terrain (y compris frais d’actes), 811 755 francs pour lesconstructions (y compris branchements : eau, gaz, électricité), la clôture et leshonoraires. Ceci fait ressortir à 65 000 francs tout compris, le prix de revient de chaquemaison avec son terrain. Prix qui paraîtra extrêmement bas si l’on tient compte de laqualité de la construction (équivalent de 37 000 euros aujourd’hui) (15).Dans le fil de ce groupe de maisons individuelles rue St Nicolas, Caignart de Maillyconstruit également un ensemble HBM, à l’angle de la rue Bazin et de la rue des PetitsBois, dont le maître d’ouvrage est cette fois le groupe Edmond Euvé. Cet ensemble,inauguré en 1932 sous le mandat d’Yves Le Coz, maire de Versailles (1925-1935), estconstitué de 22 logements, de 2 boutiques avec logement et d’un pavillon de gardien. Ila été réhabilité et inauguré le 21 novembre 2003 par Etienne Pinte et Monique Lehuard.L’autre projet phare de cet architecte à Versailles est l’école primaire de jeunes filles(1934), aujourd’hui collège Raymond Poincaré.14 Les nouvelles de Versailles, 18 Juillet 192815 Sources croisées : La construction moderne, 1931-1932, p. 82-91, pl. 21-22 ; Archives communales, dossier 1T 2767 (plans, coupes, façades HBM cité jardin rue St Nicolas, plans dressés par l’architecte Paris 1928. Demande d’autorisation de bâtir). Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 105
  • 106. Concours de la rue Saint-Nicolas : réponses au concours des architectes Caignart de Mailly et Jean Louvé[archives municipales] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 106
  • 107. Le groupe de Maisons individuelles à bon marché, rue Saint-Nicolas, Caignart de Mailly architecte [La Constructionmoderne, 8 novembre 1931, p. 82-88, pl. 21-22] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 107
  • 108. Le groupe de Maisons individuelles à bon marché, rue Saint-Nicolas, Caignart de Mailly architecte [La Constructionmoderne, 8 novembre 1931, p. 82-88, pl. 21-22] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 108
  • 109. Le groupe de Maisons individuelles à bon marché, rue Saint-Nicolas, Caignart de Mailly architecte [La Constructionmoderne, 8 novembre 1931, p. 82-88, pl. 21-22] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 109
  • 110. La rue St-Nicolas aujourd’hui. L’ensemble de logements a été démoli mais le découpage parcellaire perdure[cadastre 1986, ville deVersailles, service du cadastre], accueillant de nouvelles constructions: immeubles de bureaux de l’Office public communald’habitations à loyer modérés (OPCHLM), Christophe Chaplain et Christophe Kazard architectes, 1988 [cl. C. Thieblin 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 110
  • 111. Ensemble de logements HBM, angle des rues Bazin et des Petits Bois, Caignart De Mailly, 1928-1932 ; auj. groupe EdmondEuvé. [cl. C. Thieblin 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 111
  • 112. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 112
  • 113. Chapitre 6. Des logements et des équipements6.4 L’école primaire de jeunes filles (1934)Durant le 20e siècle, les effets de l’essor démographique renforcés par l’accroissementde la demande d’éducation provoquent une véritable explosion scolaire. En 1923-1925,on voit se créer des écoles primaires supérieures par le biais parfois de la reprise par lesmunicipalités de quelques institutions privées en difficulté, et dans l’entre deux guerresquelques classes dites « d’enseignement complémentaire » s’ouvrent et sont affectéesaux écoles primaires dont la fréquentation ne cesse d’augmenter. Versailles n’échappepas à ce phénomène et c’est dans ce contexte que va être créée une école de jeunes fillesà proximité de la gare des Chantiers.En 1925, l’objectif de la municipalité est double : loger les sections commerciales del’école d’enseignement primaire supérieur et professionnel Jules Ferry, d’abord privépuis établissement communal, et créer une école supérieure pour jeunes filles afin deleur enseigner notamment la dactylographie et les arts ménagers (classes de repassage,de coupe et de couture…)Le 14 novembre 1925, le Conseil Municipal décide donc d’acheter au Ministère de laGuerre un de ses casernements de la rue de Noailles, rendu disponible en raison de labaisse des effectifs de l’Armée à Versailles. Mais le Ministère exprime son refus en1926. Deux ans plus tard, le Conseil Municipal (séance du 31 mars 1928) décide doncde donner tous pouvoirs au Maire à l’effet de faire toutes études relatives à l’acquisitiond’un terrain pour la construction des bâtiments de la future école.Les recherches s’orientent alors vers des terrains privés et la Ville s’adresse à l’agenceimmobilière de MM. Martin, Nicolas et Rohrer, qui propose 23 terrains à lamunicipalité. Celle-ci, après en avoir sélectionné quatre, arrête finalement son choix, ennovembre 1928, sur un terrain dépendant de la succession de M. Armand Truffaut,pépiniériste installé à Versailles où il est décédé en 1924. D’une superficie de 5260 m2,ce terrain est situé en partie sur l’emplacement de l’ancien Chenil du Roi et en partiederrière la maison de M. et Mme Adrien, cohéritiers. Il se trouve près de la gare desChantiers, à hauteur des pavillons destinés aux bureaux de la Petite Vitesse de la garedes marchandises alors en construction.Sur ce terrain s’élevait autrefois un vaste hangar à farine, édifié en 1859 par la ville afinde satisfaire à l’obligation d’avoir un stock de trois mois de farine pour subvenir auxbesoins éventuels de la cité. Cette obligation ayant été abrogée peu de temps après laconstruction, le magasin à farine fut loué à l’administration de la guerre pour y déposerdes denrées. En 1871, l’arrivée massive de prisonniers de la Commune de Paris imposal’utilisation de ce bâtiment comme prison; il prit donc le nom de prison des Chantiers.Celle-ci fut un temps réservée « aux Pétroleuses », dont la plus connue est LouiseMichel, qui évoquera ce lieu dans ses mémoires (La Commune, histoire et souvenirs,1886). Les hommes qui y furent incarcérés ensuite bénéficièrent de l’initiative de l’und’eux, qui y créa une école pour l’instruction élémentaire de ses codétenus. En mai1874, les derniers prisonniers furent évacués en province (Quellern, Landernau etMaréchal de Belle-Isle) et le bail fut renouvelé par la Ville au ministère de la guerre. Leterrain est par la suite occupé par les établissements Truffaut qui seront expropriés en1919 lors de l’agrandissement de la gare des Chantiers. L’entreprise abandonnera le siteen 1921 pour aller s’installer et s’agrandir sur un nouveau terrain de quatre hectares,donnant sur le boulevard de la République (voir chapitre 7).Ce terrain particulier est choisi en raison de sa bonne desserte par différents réseaux detransport : par les voies urbaines, existantes ou projetées, par les lignes de tramway (une Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 113
  • 114. Chapitre 6. Des logements et des équipementsligne ayant ses terminus d’une part à Porchefontaine et d’autre part au Chesnay, reliée àd’autres, desservant les quartiers ou communes environnants) et, surtout, par le cheminde fer — la parcelle donnant sur la Place Raymond Poincaré en forme de quart de cercledepuis laquelle on accède à la gare. En fait, la proximité de la gare des Chantiers est lefacteur déterminant pour le choix de ce terrain : car, d’une part, cette proximité assureraau collège sa dimension régionale et, d’autre part, souligne le Conseil municipal, lequartier dans son ensemble « est en passe de devenir un des plus modernes de Versaillesdu fait du projet de la transformation de cette gare ».Le 19 février 1929, son acquisition est donc convenue et signée en l’étude de MaîtreMonjou (notaire de la ville) et de Maître Huber (notaire des vendeurs), pour un montantde 715 000 francs.Il faudra attendre un an pour que, le 1er février 1930, soit lancé par le Conseil municipalsur ce terrain, dit « Adrien », un concours ouvert à tous les architectes français, portantsur la construction d’un collège de jeunes filles. 85 dossiers de candidature serontdéposés à la Mairie entre le 11 mars et le 29 avril 1930. Les résultats du concours sontconnus le 6 juin 1930 : 1er prix : M. Caignart de Mailly (10 000 francs et réalisation) ; 2e prix : MM. Dupré et Abrial (10 000 francs) ; 3e prix : MM. Blanchart et Louvet (8 000 francs) ; 4e prix : MM. Berthoux, Welsch et Dufresne (16).Dans le règlement du concours aucune règle stricte n’est imposée si ce n’est du point devue financier ; en effet il prévoit une « construction simple et sobrement décorée defaçon à modérer la dépense dans la plus large mesure du possible sans pourtant nuire àla qualité et à l’aspect des bâtiments ». Une grande liberté est laissée aux concurrentspour l’utilisation du terrain, la distribution des bâtiments, leurs formes extérieures et lechoix des matériaux. Enfin, le règlement impose que « tous ces locaux [soient]largement éclairés, bien aérés, suffisamment isolés des bruits du dehors et des vues desbâtiments environnants » (17).Dans son projet, Caignart de Mailly tient compte des caractéristiques du terrain qui,selon lui, avec sa « déclivité accentuée orientée au midi avec vue sur les bois », offre« de bonnes conditions d’isolement du bruit et de la poussière provenant des voiespubliques » et « se prête donc fort bien à la réalisation d’une école saine, bien aérée,bien ensoleillée » (18). Il tient compte, également, de la proximité de l’Ecole militairedes Transmissions et des inconvénients de vue que cela représente en 1930 pour lesjeunes-filles — un « problème » qui, selon lui, « peut être résolu par une dispositionparticulière des cours de récréation » et par l’utilisation, dans les parties basses desfenêtres, de « vitres dépolies ».Les travaux s’engagent au début de l’année 1933. LEcole primaire supérieure ettechnique de jeunes filles ouvre ses portes à la rentrée de 1934.16 Archives municipales, dossier M4, carton 1203.17 Délibération du Conseil municipal, séance du 1er février 1930.18 Rapport de l’architecte, Archives municipales, dossier M4, carton 1639. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 114
  • 115. Chapitre 6. Des logements et des équipementsL’école est constituée de différents corps longitudinaux, qui divisent la grande parcelleen deux patios et sont assemblés orthogonalement. C’est un plan relativement simple,en forme de point dinterrogation dont le pied reçoit lentrée sur la place. L’écoles’organise de la façon suivante : l’entrée comporte un bâtiment avec rez-de-chaussée,un vestibule et la conciergerie, au 1er étage l’appartement de Direction. Depuis levestibule d’entrée, une galerie conduit aux locaux d’enseignement disposés autourd’une cour avec à droite un grand préau, au centre une salle de gymnastique et desateliers, à gauche le réfectoire pour 100 élèves et les cuisines. Dans les deux angles, desescaliers mènent au 1er étage où se trouvent les salles de classes et salles spécialisées.Toutes donnent sur le préau et la cour afin de soustraire aux vues directes de la casernesituée à proximité !L’édifice, avec sa structure en béton armé, ses façades en brique apparente aveclinteaux et appuis en ciment pierre, exprime la modernité de lépoque. Aux briquesrouges répondent les enduits des corniches et du soubassement qui, avec la toitureterrasse, marquent de fortes lignes horizontales.Un des points forts de cette architecture est lentrée de lécole. A cet endroit, le corps estsurélevé dun étage par rapport aux constructions voisines. La grille en fer du halldentrée est travaillée, avec un dessin composé de triangles. Elle est couronnée par unlinteau travaillé en mosaïque or et par un avant-toit peu saillant, qui confère une grandeoriginalité à cette architecture. La marquise sur la Place et les 4 auvents sur les perronsde la cour ont leur sous-face revêtue de mosaïque. Ces éléments ne correspondent pas àl’architecture traditionnelle de Versailles et s’apparentent davantage à l’Art décoratif du20ème siècle.L’intérieur de l’école, clair, simple, est peint ou revêtu de grès cérame. Dans levestibule d’entrée, face à la grande porte, on pouvait voir une fresque symbolique avecrappel des motifs du palais de Versailles. Cette fresque a été exécutée par Mlle deRiencourt, fille du Général qui, en 1935, est venu voir Yves Le Coz, Maire de l’époque,pour lui exposer que sa fille artiste-peintre cherchait à obtenir le moment venu descommandes publiques et qu’elle avait besoin à cet effet de références. C’est ainsiqu’elle obtint de peindre cette fresque de 5 mètres sur 4 mètres à titre gratuit avec M.Bézombes son collaborateur. Les travaux de la fresque s’engagent en mai 1935 et sontachevés et inaugurés trois mois plus tard (le vendredi 26 juillet, à 17h00). Aujourd’hui,cette jolie fresque est malheureusement masquée sous plusieurs couches de peinture.Lors la deuxième guerre mondiale, l’école de jeunes filles abandonne ses locaux auxmains des Allemands (1940). Les classes sont alors transférées dans la caserne d’Artois,rue Edouard-Lefèvre, où elles resteront jusqu’en 1955 — lécole prenant alors le nom deCollège Moderne Marie Curie. Le bombardement de la gare des Chantiers le 24 juin1944 détruit complètement les ailes nord et ouest de lécole de jeunes filles. Les travauxde reconstruction et de modernisation ne seront entrepris qu’à partir de 1953.Envisageant de réintégrer les lieux, le Collège Moderne Marie Curie s’inquiètenéanmoins de l’insuffisance de ces locaux, prévus pour 300 élèves alors que le collègeen accueille déjà 350. En 1959, les sections « modernes » sont donc transférées de la rueEdouard-Lefèvre au Lycée La Bruyère, avenue de Paris. La même année, le Ministèrede l’Education Nationale décide la construction d’un nouvel établissement de jeunesfilles, à vocation technologique, au 70 avenue de Paris : l’actuel Lycée Marie Curie.L’école initiale devient par conséquent un établissement autonome : le Collègetechnique Raymond Poincaré, qui accueille aujourd’hui quelque 450 élèves, répartisentre 19 classes (de la 6e à la 3e). Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 115
  • 116. L’école de jeunes filles, Caignart de Mailly architecte : plans de niveaux [L’Architecture, vol. XLIX, 1936, p. 121-131] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 116
  • 117. Vues extérieures de l’école de jeunes filles [L’Architecture, vol. XLIX, 1936, p. 121-131] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 117
  • 118. Vues intérieures de l’école de jeunes filles [L’Architecture, vol. XLIX, 1936, p. 121-131] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 118
  • 119. A gauche : Vues de l’école de jeunes filles, n. d. [extraits de la plaquette Ecole primaire supérieure et professionnelle MarieCurie, Ed. Studio André, Versailles; archives du lycée]A droite: Vues actuelles [Cl. C. Blain 2006]. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 119
  • 120. La Maison de Providence, 43-47 rue des Chantiers. Vue au début du 20e siècle[archives municipales, 4Fi1025] Le Domaine de La Solitude (68 avenue de Paris). Vue au début du 20e siècle [archives municipales, 1Fi1095] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 120
  • 121. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierChapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartier(Responsable: Jacques Royen)Le quartier des Chantiers est, à tord, considéré comme un secteur relativement pauvredu point de vue de son cadre bâti. S’attachant à relater l’histoire de certaines propriétés,certains édifices ou rues, le repérage ci-après en révèle, au contraire, toute la richesse.A la fin du règne de Louis-Philippe (1830 – 1848) fut édifié un haut mur doctroiséparant le Petit Montreuil de Porchefontaine. Cest cette limite, qui correspond en grosà litinéraire rue Albert-Sarraut - avenue de Porchefontaine, que nous avons assignée àla partie est de la zone géographique couverte par ce chapitre. A louest, nous avonslimité nos investigations à laxe avenue du Général-de-Gaulle - rue Royale. Au nord etau sud, nous avons choisi comme limites lavenue de Paris et lautoroute A86,respectivement. La zone couverte est donc plus étendue que le quartier des Chantiersactuel proprement dit. Ce choix a été déterminé par la distance à la gare des Chantiers.7.1 Grandes propriétés et hôtels particuliersLa Maison de Providence (1844, 1989), 43-47 rue des ChantiersLassociation de la Maison de Providence, appelée initialement Maison de Providencecontre la Mendicité, fut fondée en 1844 pour créer et entretenir un établissement destinéà recevoir les vieillards infirmes et les enfants réduits à la mendicité et domiciliés dansla commune. Situés rue des Chantiers, ses vieux bâtiments délabrés furent démolis dansle courant de lannée 1987 pour être remplacés en 1989 par un immeuble flambantneuf (1).Cette Maison est née sous le règne de Louis-Philippe, de la volonté de quelquesVersaillais animés dun esprit charitable envers les plus démunis et du soutien unanimedu Conseil Municipal. La mendicité, aggravée par le vagabondage, fut en effet une desplaies des 18e et 19e siècles, infiniment plus répandue que celle que nous connaissonsaujourdhui. Le nombre des mendiants, plus ou moins secourus, parfois agressifs,toujours incompris, se multiplia sous la Révolution et lEmpire. Certains nétaient autresque ces chômeurs non secourus dont nous trouvons la permanence dans nos sociétésmodernes. Dautres étaient plutôt des volontaires de la mendicité, cest-à-dire des gensqui érigeaient en marge de la société un monde qui avait ses lois et qui ressemblait à ceque fut au Moyen-âge et jusquau 18e siècle, la Cour des Miracles à Paris. Aussi, cefléau fut-il combattu, dune part par les autorités publiques qui créèrent dans le CodePénal le délit de mendicité, et dautre part par les âmes charitables qui créèrent desdépôts de mendicité destinés à accueillir les pauvres et à les aider à assumer leur sort(2).La Maison de Providence fut placée sous la houlette des religieuses de la Congrégationdes Filles de la Sagesse. En dehors du fait quau milieu du 19e siècle celles-ciconstituaient la deuxième congrégation française par le nombre de leurs sujets et deleurs établissements, elles avaient déjà une maison, 48 rue du Grand Montreuil sur laparoisse de Saint-Symphorien, où elles étaient chargées dune école de filles depuis denombreuses années. La Maison de Providence ayant été fondée sur le territoire de la1 Sources croisées : Coll., 1950, p. 4 ; Houth, 1980, p. 307-308 ; Le Roi, 1868, T. 2, p. 399-401 ; Vatus, 1991, p. 92 Sources : Evrard, 1935, p. 257-263 ; Vatus, 1991, p. 5, 9, 11 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 121
  • 122. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierparoisse Saint-Symphorien (3), il semblait logique de confier la gestion delétablissement aux Sœurs de cette congrégation, appréciée à Versailles. Les Filles de laSagesse soccupèrent de la Maison de Providence jusquà leur départ en 1984 (4).Mais on vit bientôt quà la volonté dextinction de la mendicité voyante, qui fut celle dudébut du 19e siècle, allait se substituer lattention aux invalides et vieillards abandonnés(en labsence de toute institution sociale pouvant les secourir). La Maison deProvidence, de dépôt de mendicité quelle était, devint un hospice. Il est bon de rappelerquen 1844, le quartier du Petit Montreuil dans lequel se trouvait la maison était pourainsi dire à la campagne, au calme et favorisé par un air salubre, à proximité des bois.Le chemin de fer de lOuest nexistait pas encore.Dès 1849 cependant, lEtat acquit deux terrains appartenant à la Maison pour permettrela construction du chemin de fer. Dautres terrains appartenant à la Maison furent acquispar lEtat au profit du chemin de fer en 1878, en 1884 et en 1914, ce qui obligea chaquefois lAssociation à acheter dautres terrains pour compenser les surfaces perdues (5).L’allongement de l’espérance de vie provoqua un nouveau problème social. La Maisonde la Providence sadapta alors à ce nouveau rôle, malgré les difficultés, les destructionset bombardements quelle subit durant la deuxième guerre mondiale.Le quartier des Chantiers fut en effet bombardé le 24 juin 1944. La Maison deProvidence fut ébranlée par les bombes qui tombèrent dans la rue, la cour et le jardin.La cuisine et la buanderie furent écrasées, les portes et fenêtres arrachées, les toituresdétruites, les meubles en partie brisés. Fort heureusement on ne déplora aucune victime.Il faut souligner quaprès le bombardement, la Maison fut pillée par de soi-disantréfugiés qui y avaient été hébergés. La ruine fut donc totale. En butte à de gravesdifficultés financières, la Maison faillit être dissoute à la fin des années 1940. Sareconstruction totale était loin dêtre terminée en 1953 (6).On saperçut peu avant la fin du 20e siècle que linstitution nétait plus à même derépondre aux besoins contemporains et ne correspondait plus au mode de vie de laplupart des gens. Sa reconstruction lui a permis doffrir à la fois une hôtellerie décenteet une médicalisation poussée permettant lhospitalisation de long séjour. Pendant plusdun siècle, la Maison de la Providence ne vécut que de souscriptions, de dons et delegs. Elle est à présent gérée par le Centre Communal dAction Sociale de Versailles quia pris le relais de lAssociation de la Maison de la Providence (7).Le Domaine de La Solitude (1686, ancien Hôtel de Vergennes), 68 avenue deParisLa façade principale actuelle de La Solitude donne sur le parc et non sur lavenue. Lorsde la construction de la ville nouvelle quil voulait créer autour du Château, Louis XIVacheta aux Célestins de Paris et à dautres propriétaires les terres nécessaires au passagede lavenue « face au Château ». Cette avenue, dénommée aussi la grande avenue dumilieu, commencée vers 1660, plantée dormes et de tilleuls, fut terminée en 1664. Lelong de lavenue, des terrains restèrent inutilisés. Peu dhabitations eurent le droit desédifier en bordure afin de sauvegarder la vue. Pourtant, par un brevet du 30 janvier1686, Louis XIV « accorda et fit don au Sieur de La Roche dune pièce de terre, située3 Léglise Sainte-Elisabeth de Hongrie nétait pas encore construite.4 Source : Vatus, 1991, p. 18, 515 Source pour les paragraphes précédents: Vatus, 1991, p. 6, 23-24, 35, 386 Source pour les paragraphes précédents : : Vatus, 1991, p. 6, 23-24, 35, 38, 41-46, 607 Vatus, 1991, p. 6 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 122
  • 123. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierproche de Versailles, sur la face de la grande avenue ». La Roche était un personnageimportant parmi les officiers du Roi. Il était concierge de la Ménagerie Royale etCommandant des Gardes de Plaisirs du Roi, cest-à-dire de ceux qui veillaient sur lachasse réservée au Souverain dans létendue de ses parcs de Versailles. La Roche fitbâtir une maison en bordure de lavenue, fit fouiller le canal qui disparaîtra au début du19e siècle (pour être remplacé par une « rivière »), et fit construire une glacière. Cettemaison, assez éloignée de Versailles, lui servit de maison de campagne pour recevoirses amis. La Roche décéda en 1701 (8).Se succédèrent comme propriétaires des lieux des écuyers, ensuite un lieutenant deschasses de la capitainerie du Louvre, enfin le fils dAlexandre Bontemps, Intendant deschâteaux, parcs et dépendances de Versailles de 1665 à 1701 et premier valet dechambre du Roi; Alexandre Bontemps mourut le 17 juin 1701. Louis Bontemps, quihabitait le plus souvent Paris, était alors gouverneur des Tuileries et en attente de lacharge de gouverneur de Versailles qui, après Louis Blouin, eut dû lui revenir. Ceciexplique la résidence en son hôtel, au début de 1715, de lambassadeur de Perse,Méhémet Riza Bey, dont les deux réceptions daccueil et de congé furent les dernièresmanifestations officielles de Louis XIV. Vingt-sept ans plus tard, le 10 janvier 1742,Saïd Méhémet Pacha, ambassadeur du Grand Turc auprès de Louis XV, fut égalementlhôte de la maison où il passa la nuit avec sa suite. Cette propriété appartint plus tard àMadame de Viviers, femme de Charles Gravier, comte de Vergennes, diplomate etministre des affaires étrangères de Louis XVI, qui lacheta en 1777 « avec cours, basses-cours, divers bâtiments, plusieurs jardins dans lun desquels est un canal deau viveempoissonné, jardins plantés en allées de tilleuls, charmilles, bosquets, arbres fruitiers,potagers, parterres, prés, ruisseaux les traversant ».Cette maison servit aux époux Vergennes de maison de campagne. Charles Gravier deVergennes y mourut le 13 février 1787. Il est probable que Benjamin Franklin, envoyécomme ambassadeur à Versailles, et les plénipotentiaires américains y furent reçussecrètement pour préparer les accords dalliance entre la France et les futurs Etats-Unis.Dans le parc, laménagement de la « rivière anglaise », qui a remplacé le canal, estpostérieur à la Révolution (9).Le ministre Vergennes avait trouvé minable lintérieur de lhôtel, quil avait modifié etdécoré avec luxe dans le goût du jour, sans guère modifier, si ce nest par quelquesenjolivements, dont une garniture complète de balconnets forgés, larchitecture desfaçades presque insignifiante sur lavenue de Paris mais darchaïsme savoureux et quasimonumental du côté des jardins. De ceux-ci, il ne fera quaccentuer le dispositif« naturiste », si étrangement en contraste avec le style à la française de Le Nôtrequavait voulu Bontemps. Mais, tout autant que le « simple et fruste » logement intimedu confident de Louis XIV, les salons de réception du ministre de Louis XVI sont àprésent impossibles à reconstituer, même par limagination, découpés quils ont été, nonpas par la Révolution qui, par miracle, avait laissé limmeuble intact, mais au cours du19e siècle en logement dhabitation bourgeoise. Interviendra enfin, à partir de 1911quand sy installèrent les religieuses de Notre-Dame du Cénacle, une dernière et totaleréorganisation intérieure dordre pratique sacrifiant, cette fois sans en laisser trace, lesvestiges dépoque qui subsistaient encore : escalier dhonneur, lambrissages, cheminéesde marbre, quelques portes décoratives et autres boiseries et ferrures. Subsistent du vieilhôtel, à peu de choses près intacts, les deux façades, le pavillon de lentrée sur la gauche(à ligne 17e siècle très pure) et le ravissant parc où coulait jadis lune des sources dePorchefontaine (désormais murée dans son rocher doù elle est partie se perdre en sous-8 Source : Lions, 1976-1977, p. 103-1129 Sources croisées : Alleau, 1977, p. 67-69 ; Carcy, 1981, p. 45 ; Coll., 1950, p. 4 ; Helle, 1969,T. 2, p. 230-235 ; Houth, 1980, p. 391-392 ; Lemoine, 1955 ; Le Roi, 186, T. 1, p. 430-434 ; Levron, 1981, p. 53-54 ; Lions, 1976-1977, p. 103-112 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 123
  • 124. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartiersol). Ce parc, à compter parmi les plus beaux et les plus vénérables des rarissimesenclos privés légués par le 18e siècle, conserve lun de ses étangs quenjambe un pont depierre vraisemblablement dorigine, une « fabrique » style Trianon et quelques très âgéset magnifiques arbres. Sur lavenue, où le portail principal a été bouché, les appuis desdix-huit fenêtres du bâtiment ancien sont en forgé léger Louis XVI entre deuxmédiocres ailes modernes prolongeant longitudinalement ce corps central à lest et àlouest. La porte carrossière jouxtant le pavillon de gauche, quoique sans écu ni fronton,semble devoir dater du premier constructeur. Les mansardes et la toiture de laimableconciergerie ont été peu modifiées, seulement restaurées. Quant à la façade sur le parc,elle est unique dans Versailles avec une avancée centrale en pans coupés et ses demi-tourelles flanquantes, par paires à droite et à gauche, éclairées de fenêtres ornementaleset couronnées de créneaux style « pré-louis-quartorzien » curieusement influencé deMédicis (10).La propriété fut achetée le 13 janvier 1921 par une religieuse brésilienne de Notre-Dame du Cénacle. Cette Communauté avait été fondée en 1834 par Thérèse Couderc,née en Ardèche. Le noviciat des religieuses de Notre-Dame du Cénacle était installéavant 1901, date à laquelle elles en avaient été chassées et sétaient réfugiéestemporairement en Belgique, au Grand Montreuil, dans un établissement qui deviendraplus tard le Lycée Privé Sainte-Geneviève. La Communauté organise de nombreusesretraites dans cette maison, désormais connue sous le vocable romantique de LaSolitude. Le site est classé depuis le 9 mars 1967. Lobjectif de classement est deconserver le site, tout en maintenant une activité daccueil (11).Dune superficie de 3,5 hectares, le parc aménagé dans le goût anglais renferme unegrande variété dessences exotiques mêlées aux espèces de la région: séquoias, cèdres,tilleuls argentés, hêtres pourpres. Une association gère le parc qui se compose dunepelouse entourée despèces végétales, dune pièce deau, dun joli abri de jardin dans lestyle « Trianon », le tout entouré dun haut mur maçonné, allant en pente douce depuislancien hôtel construit le long de lavenue de Paris (12).LHôtel des Menus Plaisirs (1748), 22 avenue de Paris / 17 rue des Etats-Généraux — auj. Centre de musique baroque de VersaillesLa naissance du Dauphin, fils de Louis XV, fut l’occasion de nombreuses fêtes. Pourrenfermer les boiseries et costumes nécessaires aux réjouissances royales, deuximmeubles furent d’abord loués au Parc aux Cerfs. Ces resserres furent utilisées jusqu’àce que Louis XV fasse édifier en 1748, sur un terrain acheté par le Roi en 1741 et prissur la partie ouest de la large allée de Montbauron (créant ainsi létroite rue Saint-Martin, future rue de lAssemblée-Nationale), un hôtel à deux pas du Château pour yabriter le personnel, le matériel, les magasins et ateliers en rapport avec ce que lonappelait à lépoque les « menus plaisirs du Roi », cest-à-dire les divers jeux et exercicesdu corps, les spectacles, théâtres, et concerts de chambre, les « grands plaisirs du Roi »étant constitués essentiellement par les chasses. On y rangeait donc les accessoires desport (notamment pour le jeu de paume et les raquettes), les décors de théâtre, lesinstruments de musique, etc. On y trouvait également des ateliers pour les maquettes etdécors, les costumes, des bureaux pour les architectes et dessinateurs, les peintres, lessculpteurs, les doreurs, sans oublier les commis. Des artistes renommés sy retrouvaientpour travailler. On y trouvait enfin ladministration de lArgenterie, des Menus, des10 Source : Helle, 1969, T. 2, p. 233-23411 Sources croisées : Durand, 2001, p. 325; Lions, 1976-1977, p. 111 ; Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 20412 Source : Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 204 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 124
  • 125. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierPlaisirs et des Affaires de la Chambre du Roi, qui avait pris une importanceconsidérable au 18e siècle. LArgenterie concernait lorganisation des cérémoniesreligieuses, les Menus celles de la garde robe, des tapisseries et de lachat de bijoux etde portraits, les Plaisirs celles des spectacles, des feux dartifice et des bals ; les Affairesde la Chambre du Roi fournissaient les robes et le linge de la chambre, les meubles etles pendules de cabinet. En 1759, l’hôtel renfermait aussi un « cabinet de physique »installé par l’abbé Nollet pour l’instruction des Enfants de France, à commencer par lefutur Louis XVI ; les instruments de ce cabinet de physique sont conservés aujourdhuiau Lycée Hoche (13).Achevé en 1748, lHôtel des Menus Plaisirs se trouva insuffisant après la création delOpéra du Château. En 1786, pour rassembler les dépôts annexes, on construisit surlespace resté libre du côté de la rue des Chantiers (actuellement, la rue des Etats-Généraux) un vaste hangar où lon remisa notamment les décors de lOpéra et leséchafaudages des machinistes. Quand lassemblée des Notables fut convoquée en 1787,ce hangar fut transformé en salle de séance ; on avait prescrit aux Menus Plaisirs et auGarde-Meuble de pourvoir à sa décoration. LAssemblée des Notables sy réunit pardeux fois, en 1787 et 1788. Après la séparation des Notables, lédifice fut utilisé denouveau comme magasin (14).Les Menus Plaisirs virent les prémisses de la chute de la Monarchie. Lorsque les EtatsGénéraux furent convoqués, le choix dun local simposa de nouveau, difficulté plusgrande que pour les Notables puisque le nombre des Députés (mille trois cent dix-sept)se trouvait bien supérieur et quil fallait loger séparément les trois ordres. Cest donc lasalle primitive qui fut utilisée mais considérablement remaniée et augmentée, surchacun de ses côtés, par une galerie du public (plus de trois cents personnes assistaientaux séances dans ces galeries). En outre, deux autres galeries, perpendiculaires àlavenue de Paris et appelées « les maisons de bois de lAssemblée », étaient destinées àabriter le public attendant louverture des portes de la grande salle des séances ; ellescommuniquaient avec la salle par des vestibules. Lune de ces galeries subsiste, celleplacée du côté de la rue de lAssemblée-Nationale ; lautre a disparu. La salle desséances se situait entre les deux galeries, allongées aux deux extrémités par desconstructions supplémentaires, rejoignant la façade de lHôtel des Menus Plaisirs duncôté et dépassant lespace de la cour haute de lhôtel sur la rue des Chantiers parlédification sur le trottoir dune galerie supplémentaire. On estime que les dimensionsde la nouvelle salle des séances étaient de 50 m de long sur 25 m de large et 10 m dehaut ; elle était entourée de colonnes ioniques.13 Source croisées : Breillat, 1986, p. 145; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 125; Caffin-Carcy, Nuit du Patrimoine, 1999; Carcy, 1981, p. 20; Damien, 1988, p. 35; Evrard, 1935, p. 70-71; Helle, 1969 T.2, p. 119-121; Houth, 1980, p. 342; Le Roi, 1868 T. 1 p. 415; Mairie de Versailles, site Internet; Versailles Magazine, nov. 2005, p. 3514 Source croisées : Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 57; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 125; Carcy, 1981, p. 20; Damien, 1988, p. 19-28, 35; Evrard, 1935, p. 342-244; Helle, 1969 T.2, p. 121-122; Houth, 1980, p. 415-416; Le Roi, 1868 T.1, p. 415-418; Versailles Magazine, nov. 2005, p. 35 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 125
  • 126. LHôtel des Menus Plaisirs, 22 avenue de Paris -17 rue des Etats-Généraux. L’ouverture des Etats-Généraux àVersailles le 5 mai 1789 [archives municipales, 1Fi926] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 126
  • 127. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierLes bâtiments proprement dits de lHôtel des Menus Plaisirs étaient réservés auxbureaux des trois ordres et à quelques salles de réunion. Les députés du Tiers-Etatentraient et sortaient par la porte donnant sur la rue des Chantiers, le Roi, la Reine, lesprinces, les ministres et les députés des ordres privilégiés par la porte donnant surlavenue de Paris. Le corps de garde se tenait dans une baraque construite dans unepetite cour près de la rue des Chantiers.LAssemblée des Etats Généraux se réunit du 5 mai au 15 octobre 1789. Le 10 juin1789, le Tiers-Etat, las de demander en vain le vote par tête et la vérification encommun des pouvoirs, procéda seul à lappel de tous les députés. Le 17, grossi dequelques curés, il se proclama « Assemblée nationale ». Le 19, il entraînait le Clergé,qui décida à une infime majorité de se joindre à lui (15). Le 20 juin, trouvant la salle dedélibération du Tiers fermée sur ordre du Roi, Jean-Sylvain Bailly, Président delAssemblée nationale, rédigea la protestation du Tiers dans les maisons de bois delAssemblée avant de se rendre, à la tête des députés, à la Salle du Jeu de Paume, oùlAssemblée jura de ne point se séparer « jusquà ce que la Constitution du Royaume futétablie et affermie sur des fondements solides ». Cest aux Menus Plaisirs que fut votée,dans la nuit du 4 août 1789, labolition de tous les privilèges des communautés et despersonnes. Cest là également que fut rédigée et votée, le 25 août 1789, la Déclarationdes droits de lhomme et du citoyen, préambule de la première Constitutionfrançaise (16).En 1790, les bâtiments furent utilisés pour toutes les réunions administratives etjudiciaires, notamment pour lélection des membres des assemblées de département etdu district. Lassemblée départementale y tint quelques séances. Robespierre y fut éluprésident du tribunal du district. Le 11 janvier 1792, en ce même lieu furent installés lesjuges au Tribunal criminel en attendant la transformation de lancien Bailliage enMaison de Justice. Puis les bâtiments servirent de magasin de vivres pour larmée, et cebien que de nombreux meubles, des décors et des costumes de théâtre fussent encoreconservés dans les réserves, ce qui attisa la convoitise de directeurs de salles parisiennesqui vinrent régulièrement y prendre des accessoires. Les Menus Plaisirs devinrentensuite une caserne pour les volontaires des corps de gendarmerie, puis un centre dedistribution de pain pour les troupes. La vente de la salle des Etats Généraux le 17 mai1800 fut annulée un an plus tard par le Préfet, mais entre-temps lacheteur, un sieurDubusc, avait fait démolir la majeure partie de lHôtel après quon lui ait refusé dyétablir une industrie. Les Menus Plaisirs devinrent ensuite une caserne. Abandonnédurant plus dun siècle, lhôtel, sauf les façades, a fait lobjet dune inscription àlinventaire des monuments historiques par arrêté du 21 mai 1927 ; les façades restantesont été classées aux monuments historiques le 16 septembre 1929. Après avoir abrité de1942 à 1988 les services techniques municipaux, ce qui reste des Menus Plaisirs a étérestauré par lEtat dans le cadre du bicentenaire de la Révolution. Lemplacement de lasalle des Etats Généraux a été reconstitué par un « jardin minéral », qui reproduit quatrerangées de gradins en pierre et matérialise les colonnades de la salle par des plantationsdarbres, restituant ainsi les proportions de la salle. La cour haute est actuellement encours de réaménagement ; il est prévu, en particulier, dy aménager des places destationnement.15 Quarante-sept gentilshommes conduits par le duc dOrléans se joignirent à lAssemblée nationale, en révolte contre le Roi, le 24 juin, et que finalement Louis XVI, devant le fait accompli, sanctionna le 27 juin la réunion des trois ordres quil avait interdite quatre jours plus tôt. [Voir Breillat, 1973, p. 97 et Gaxotte, 1975, p. 106]16 Source croisées : Breillat, 1973, p. 96, 98; Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 15, 57-58; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 125; Carcy, 1981, p. 20; Damien, 1988, p. 35-50; Evrard, 1935, p. 344-347; Gaxotte, 1975, p. 105; Helle, 1969 T.1, p. 149-150; Helle, 1969 T.2, p. 117-119, 12é-125; Houth, 1980, p. 418-420; Lecomte, Nuit du Patrimoine, 1999; Le Roi, 1868 T.1, p. 399, 418-424; Mairie de Versailles, site Internet; Pageard, 1989 p. 100-101; Versailles Magazine, nov. 2005, p. 35 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 127
  • 128. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierDe nos jours, lHôtel des Menus Plaisirs abrite le Centre de musique baroque deVersailles. Créé en 1987, le CMBV a pour mission de retrouver, restaurer, éditer le pluslargement possible le patrimoine musical français des 17e et 18e siècles, une périodeparticulièrement riche, mais jusquà présent méconnue, de son histoire musicale. Ilréunit pour ce faire des chercheurs, des graveurs, des pédagogues et des musiciensinterprètes, tous spécialistes de ce répertoire qui travaillent ensemble à ce grand chantiermusical et patrimonial (17).Le Domaine de Madame Elisabeth (Château de Montreuil, 1776,1788), 73bis avenue de ParisA strictement parler, le Domaine de Madame Elisabeth — appelé auparavant Châteaude Montreuil — ne fait pas partie du quartier des Chantiers puisquil se trouve sur celuide Montreuil. Mais il est associé à son histoire.A la suite dachats successifs, le prince et la princesse de Guéménée, gouvernante desEnfants de France, sétaient constitué à Montreuil un domaine denviron huit hectares,donnant sur lavenue de Paris et la rue Champ-Lagarde, sur lequel ils avaient édifié, vers1776, leur demeure, dessinée par Alexandre Louis Etable de La Brière, architecte duRoi. Un corps de logis principal à péristyle, de deux étages, était flanqué de deux ailesabritant pour lune les écuries et pour lautre les communs et les dépendances ; ledomaine possédait également une orangerie, une laiterie et une maison de jardinier. A lasuite dembarras de fortune, le prince et la princesse se trouvèrent dans lobligation devendre. Lensemble fut alors acheté en 1783 par Louis XVI pour sa sœur MadameElisabeth. Cette dernière ne changea rien à lagencement de la maison qui étaitentièrement meublée et prit lhabitude de sy rendre régulièrement. Des modificationsimportantes ne furent apportées quen 1788 par larchitecte Jean-Jacques Huvé (1742-1808), Inspecteur des Bâtiments du Roi au Château de Versailles (18), à la demande ducomte dAngiviller, Directeur général des Bâtiments du Roi. Madame Elisabeth était encette maison de Montreuil le 5 octobre 1789 quand elle apprit larrivée de milliers defemmes armées venant de Paris et se dirigeant vers Versailles. Elle regagna le Châteauet le lendemain partit pour Paris avec le Roi et toute sa famille.Le personnel toujours en place espérait son retour mais ne put empêcher lapposition desscellés sur la maison le 12 mars 1792. Le 8 octobre de la même année, les portesextérieures et celles des communs reçurent également des scellés. Le 25 février 1794,les scellés furent levés et il fut procédé à la vente de tout le mobilier. Transformé enhôpital militaire pendant peu de temps, la propriété abrita ensuite une Manufacturedhorlogerie automatique, cest-à-dire de haute précision. La Manufacture ne prit aucunessor et fut abandonnée en 1801. Il sensuivit la vente du domaine comme bien nationalle 16 juillet 1802, en cinq lots, tous achetés par le même acquéreur. Changeant maintesfois de propriétaire au cours du 19e siècle, la maison perdit la splendeur apportée par lesagrandissements de Madame Elisabeth et semble être revenue à des dimensions prochesde celles de lépoque du prince et de la princesse de Guéménée. Les deux pavillons quientourent la partie centrale ancienne, ajoutés sous le Premier Empire, alourdissent laconstruction. Dautres additions malheureuses ont été démolies dès le 19e siècle. Alintérieur, il est presque impossible de retrouver les agencements et les boiseries dutemps de Madame Elisabeth.17 Sources croisées : Berthier de Lioncourt, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Berthier de Lioncourt, Nuit du Patrimoine, 2000 ; Breillat, 1973, p. 75; Caffin-Carcy, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 58; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 126 ; Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 79 ; Le Roi, 1868,Tt. 1, p. 424-426; Mairie de Versailles, site Internet ; Versailles Magazine, nov. 2005, p. 3518 Jean-Jacques Huvé sera maire de Versailles de décembre 1792 à septembre 1793. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 128
  • 129. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierLe domaine a été acheté dans les années 1970 par le Conseil Général des Yvelines.Lintérieur a été habilement restauré ; des meubles de Madame Elisabeth y ont étéreplacés. Le domaine est de nos jours un centre dexpositions et de réceptions deprestige. Les façades et la toiture de lancienne orangerie sont inscrites à linventaire desmonuments historiques depuis octobre 1980. Le domaine lui-même a été classé par unarrêté du 8 juillet 1953. Le parc, dune superficie de huit hectares, fut dessiné parAlexandre Louis Etable de la Brière. Celui-ci sut tirer parti dun espace limité enouvrant devant la demeure une perspective donnant lillusion dune grande profondeur etqui aboutissait à une rivière encerclant une île. La rivière prenait naissance dans unegrotte et se terminait dans une autre située sous la terrasse de lavenue de Paris. Lasinuosité des allées contrastait avec lallée rectiligne bordée de tilleuls de la terrasse. Alorigine de style romantique anglais, le parc fut partiellement transformé en jardinanglo-chinois par Jean-Jacques Huvé. Considérablement réduit après la Révolution, il aété en partie réunifié par deux propriétaires successifs à la fin du 19e siècle. Il possèdedes essences rares et reste dune incomparable beauté. Des plantations dorigine nesubsistent, sans doute, que deux cèdres et un grand séquoia situés au fond du parc. Unecampagne de replantation a été entreprise après la tempête de décembre 1999 (19).La Clinique des Franciscaines, 7 Bis A, rue de la Porte de BucLa Clinique des Franciscaines, missionnaires de Notre-Dame pour la France etlInternational, est installée à Versailles depuis 1882. Les Sœurs déménagèrent en 1887rue de Maurepas (devenue par la suite la rue du Maréchal-Galliéni) pour y créer unemaison pour pensionnaires retraités. Les premières interventions chirurgicalescommencèrent en 1904. Cette activité se développa en 1924 ; une maternité fut créée en1941.Une nouvelle clinique multidisciplinaire beaucoup plus performante fut inaugurée le 28septembre 2002 rue de la Porte de Buc, rééquilibrant ainsi loffre de soins en faveur dela population habitant le sud de Versailles. Elle a été construite sur une partie du terraindes subsistances de larmée de terre où lon trouvait des entrepôts, des hangars et desbureaux. La clinique dispose dun service durgence, 24 heures sur 24, de 128 lits dont33 en maternité, 76 en chirurgie et 19 en chirurgie ambulatoire, de 40 praticiens, de 9blocs opératoires et dun service de consultations et soins externes. La clinique desFranciscaines, clinique privée, a signé en août 2004 une convention de coopération avecla Polyclinique de Versailles afin de développer la meilleure prise en charge despatients, en complémentarité avec le secteur public. Les sœurs Franciscaines ont au seinde la clinique des espaces qui leur sont réservés et une chapelle (20).19 Sources croisées pour cette notice : Breillat, 1986, p. 155 ; Caffin-Carcy et Villard, 1988 p. 95-96 ; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 129-130 ; Chaufour, 2005 ; Fennebresque, 1904, p. 206-212 ; Helle, 1969, T. 1, p. 177 ; Houth, 1980 p. 394-397 ; Lagny, 1972, p. 55-93 ; Le Roi, 186,T. 1 p. 377-382 ; Levron, 1981, p. 116-117 ; Parc du Domaine de Madame Elisabeth, site Internet ; Poisson, 1999, p. 850 ; Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 204; Versailles Magazine, jan.fév. 2001, p. 57; Versailles Magazine, jan. 2006, p. 3320 Clinique des Franciscaines, site Internet ; Versailles Magazine, fév. 2002, p. 19 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 129
  • 130. Vue de la salle dopération de l’ancienne clinique des Franciscaines, au début du 20e siècle[archives municipales, 1Fi739] La nouvelle clinique des franciscaines (à droite), inaugurée le 28 septembre 2002 rue de la Porte de Buc [Cl. C. Blain 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 130
  • 131. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierLHôtel de Limoges et le Camp des Fainéants (1684), au sud de la rue desEtats-Généraux — auj. démolisCertains ouvriers qui travaillaient à la construction du Château logeaient dans descamps de toile ou des baraquements de bois situés sur le chantier comme au Moyen-âge. De telles baraques existaient, entre autres, dans le Parc, près du Grand Canal, et àTrianon (21).Afin de mettre à labri des injures du temps des ouvriers qui sans cela nauraient pastrouvé dans tout Versailles de quoi se loger, des espèces de casernes d’un seul niveaufurent construites en 1684 derrière lHôtel de Conti dans lespace des rues Ménard, duVautrait et de Limoges actuelles. Ces trois rues faisaient partie dun grand enclosfaubourien qui, partagé en deux rues parallèles, composé uniquement de magasins,décuries et de pauvres maisons, servait avant tout à limportante colonie de maçons,goujats, charpentiers et terrassiers originaires du Limousin employés depuis denombreuses années à la construction de Versailles. Ces ouvriers ne rentraient chez euxque pour lhiver, les terrassiers à la Saint Martin (11 novembre), les charpentiers à laSaint André (30 novembre). Par dérision, on donna le nom d « Hôtel de Limoges » àlensemble des garnis misérables et des cours non pavées et malpropres où ils logeaient.Cest également lorigine du nom de lactuelle rue de Limoges. Jusquen 1698, lestombereaux dimmondices de Versailles furent déversés à proximité immédiate delHôtel de Limoges.Lendroit choisi pour la construction de lHôtel de Limoges, le quartier des Sables,faisait partie des « dehors sordides » de Versailles. En effet, à la suite du rehaussementde lavenue de Sceaux, ce quartier, qui sétendait de lHôtel de Conti (actuelemplacement de lHôtel de Ville) jusquau bout de lavenue de Sceaux, sétait trouvé encontrebas et était devenu un vrai cloaque. On y voyait une place, formée par la jonctiondun vaste terrain et de la partie sud de lancienne allée de Montbauron. Cette place, oùse tenaient parfois des revues de troupes mais où se rassemblaient plutôt « goujats etLimousins » qui occupaient lHôtel de Limoges situé à deux pas, gens de maison sansemploi, valets et garçons décurie, fut baptisée « Camp des Fainéants ». Celui-ci étaitcompris entre les actuelles rue Edouard-Lefebvre, de Noailles et lavenue de Sceaux.Louvois avait dû organiser des cantines pour assurer la subsistance des ouvriers. Maisdès 1710, les travaux du Château ne nécessitant plus un aussi grand nombre douvriers,son successeur à la Surintendance des bâtiments, le marquis dAntin, commença àdisposer des habitations construites derrière lHôtel de Conti. Une grande portion deterrain ayant été prise pour construire lHôtel du Vautrait, qui abritait léquipage dechiens courants du Roi spécialement destiné au courre du sanglier, il resta une portionde terrain de 90 m sur 282 m, desservi par une.rue et fermé par des portes à sesextrémités, comportant des baraques. Le recueil des plans dressé par Jacques Dubois en1736 la décrit à lusage décuries et doffices ; on y distingue quatre puits et quatreauges.Versailles connut ensuite une crise du logement. On construisit de plus en plus car lapopulation augmentait vite : de 24 000 en 1722, elle passa à 37 000 habitants en 1744.La spéculation immobilière fut florissante et les terrains, cédés presque gratuitement parLouis XIV, atteignirent des prix prohibitifs. LHôtel de Limoges devint lobjet despéculations. Vers 1745, il était déjà complètement transformé en écuries annexes - lesécuries de Monsieur - de celles de la Place dArmes. Les tapissiers employés à lHôteldes Menus Plaisirs le revendiquèrent. En 1768, le débouché de la large allée de21 Tiberghien, 2002, p. 171 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 131
  • 132. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierMontbauron sur lavenue de Sceaux fut offert en carrière (22) avec le terrain du Campdes Fainéants dont une partie devint dépôt de charpentes. En 1773, on agrandit lesécuries de la comtesse de Provence et du comte dArtois sur lHôtel de Limoges et leCamp des Fainéants au profit du Vautrait. Un certain nombre de maisons furent allouéesaux chiens. Les bicoques de lHôtel de Limoges offraient à cette époque le dernier degréde vétusté et dabandon dans lensemble des dehors de Versailles. Les logementsrestants de la basse domesticité finirent par devenir inhabitables, même pour des gensaussi peu soucieux de propreté et daisances. Ce nest quen 1885, après la constructiondune caserne en 1855-1856 et son utilisation par les dragons de la garnison versaillaise(qui tenaient également leurs quartiers dans la caserne de Croÿ), que lancien enclos seradéfinitivement distribué entre les rues Ménard, du Vautrait et de Limoges. La casernede Limoges fut démolie en 1965 (23).7.2 Casernes et édifices publicsVersailles, ville de garnisonDepuis près de quatre siècles, lArmée de Terre a toujours été profondément ancrée danslhistoire et le quotidien de la ville de Versailles, marquant de son empreinte bonnombre de bâtiments et de rues (sans compter les innombrables plaques). Aujourdhuiencore, avec plus de 7 000 personnels de la défense (3 138 pour lArmée de Terre, 2 146gendarmes et 1 824 civils), la garnison de Versailles reste lune des plus importantes deFrance. Bien que les casernes du centre-ville soient à présent désertées et que lessentieldes organismes de défense soit maintenant concentrés sur le plateau de Satory et auCamp des Matelots, le quartier des Chantiers abrite encore plusieurs établissementsmilitaires (24).La vocation militaire de Versailles remonte à linstallation au Château de Louis XIV quivoulut faire de la ville royale le siège de ses armées. Soucieux dasseoir sa gloire et satoute puissance guerrière, le Roi Soleil semploya à créer sur place une véritable basemilitaire. Forte de 12 000 hommes, son armée rapprochée était alors stationnée en ville,dans les Petites et les Grandes Ecuries, les casernes (des Récollets, Vauban, Anjou,Limoges,…) ou encore des hôtels particuliers spécialement édifiés pour loccasion. Cesont dailleurs ces vastes édifices qui firent de Versailles lune des plus fortes garnisonsde France, particulièrement prisée de la cavalerie. A la Révolution, la ville se vida et lescasernes accueillirent la Garde nationale. Sous lEmpire sinstallèrent à Versailles laGarde impériale mais aussi une compagnie de réserve dinfanterie, des vétérans, cinqrégiments de dragons et les Ecoles des troupes à cheval et de trompettes. En 1832, lemaréchal Soult établit sur le plateau de Satory, extension du Grand Parc du Château, unchamp de manœuvre à lusage des nombreux régiments casernés à Versailles.Napoléon III installa de nouveaux régiments, créa les Manèges, transforma en casernesdes écuries, comme la Petite Ecurie, celles du quartier de Limoges, de la rue dAnjou,dArtois, de Croÿ, de la Reine et bien dautres. Lartillerie et le génie furent, en 1875, lespremiers à implanter leurs installations sur le camp de Satory.22 Sans doute sagissait-il dune carrière de sable.23 Sources croisées pour cette notice : Coll., 1950, p. 4 ; Carcy, 1981, p. 38 ; Castex et al., 1980, p. 185 ; Evrard, 1935, p. 28-29, 55- 56, 63, 69 ; Helle, 1969, T. 1, p. 214-215, 341 ; Houth, 1980, p. 259-260, 268-270, 281, 340-342, 647 ; Latreille, 2004, p. 5, 23; Le Roi, 1868, T. 2, p. 403 ; ; Levron, 1981 p. 67; Neuf, oct. 1991, p. 12 ; Tiberghien, 2002, p. 171-172 ; Versailles Magazine, jan.- fév. 2000, p. 1924 Sources : Latreille, 2004, p. 47; Versailles Magazine, mars 2005, p. 10 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 132
  • 133. La Caserne de Limoges. Vue de l’entrée sur l’avenue de Sceaux au début du 20e siècle [archives municipales, 4Fi1866]LHôtel des Gardes du Corps du Roi (vue sur la rue Royale au début 20e siècle; archives municipales, 4Fi1899]La Caserne dAnjou, 55 Bis rue dAnjou-1 bis rue Saint-Médéric. Vue au début du 20e siècle [archives municipales, 4Fi1868] La Caserne Hoche, 35 rue de Noailles. Vue au début 20e siècle [archives municipales, 4Fi1179] La Caserne dArtois, 30 rue de Noailles/9 ter rue Edouard-Lefebvre. Vue sur la rue Edouard-Lefebvre au début du 20e siècle [archives municipales, 4Fi1457] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 133
  • 134. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierAvec la création toute proche de laéroport militaire de Vélizy-Villacoublay, le site necessera par la suite de se développer, essentiellement autour de la gendarmerie, lesartilleurs et cavaliers ayant cédé la place à la gendarmerie et aux spécialistes du génie(25).LHôtel des Gardes du Corps du Roi (Jean-François Blondel architecte,1753), 5 rue Royale / 30 avenue de Sceaux / 35 rue des TournellesLes Gardes du corps étaient choisis par le Roi lui-même, parmi la noblesse. Cétait descavaliers (chevau-légers), mais ils étaient souvent appelés à servir à pied. On avait élevédes écuries pour leurs chevaux, initialement installés dans les Grandes Ecuries, sur unepartie dun vaste terrain appartenant au Roi Louis XIV le long de lavenue de Sceaux(appelée à cette époque avenue du Parc-aux-Cerfs). En 1704, on y avait creusé un vasteabreuvoir. Mais, tandis que les chevaux étaient ainsi logés, les hommes étaientcontraints dhabiter à lauberge, ou chez des particuliers. Le Gouverneur de Noaillesprojeta, en 1731, la construction dun hôtel. Après une tentative malheureuse, il netrouva dautre moyen que den appeler aux Gardes eux-mêmes pour financer leur proprecasernement. Une retenue mensuelle, proportionnelle aux grades, serait opérée sur lessoldes, jusquau parfait paiement des bâtiments qui, par suite, appartiendraient au Corpsen toute propriété. En fait, rien ne fut fait immédiatement. Cest en décembre 1750 quefurent signés les premiers marchés; les Gardes furent autorisés à emprunter 300 000livres (2 100 000 euros de 2005) pour payer les travaux.LHôtel fut construit par Jean-François Blondel de 1751 à 1753. Le portail situé au No 5de la rue Royale date de 1778. La façade principale, avec ses bossages dangle, sesrefends en rez-de-chaussée et son tympan triangulaire contenant le blason royal, estcaractéristique de par une grande élégance classique. Le portail donne accès par unpassage à une avant-cour circulaire, véritable point dinflexion de lhôtel entre la rueRoyale et lavenue de Sceaux.Aux 19e et 20e siècles, lHôtel des Gardes du Corps du Roi servit de caserne, sous lenom de Quartier de Croÿ. Les Gardes du Corps du Roi furent supprimés par ordonnanceroyale du 1er octobre 1787 (26).La partie en amont de lavenue, contenant la chapelle et la cour du manège, fut démolieau profit de logements modernes. Aujourd’hui ne subsistent que lavant-cour, la cour delabreuvoir et le pavillon carré, logement des Gardes. La façade dentrée sur la rueRoyale, les façades et toitures sur la cour semi-circulaire et la porte monumentale surlavenue de Sceaux ont été classées monuments historiques le 16 septembre 1929. Lacaserne abrite le mess des officiers de la garnison de Versailles, qui est à présent uncercle mixte pour le personnel militaire (27).La Caserne Hoche (1768, 1864), 35 rue de Noailles — auj. DDE des YvelinesSur cet emplacement, on construisit en 1768 la Réserve des Bâtiments et des Menus-Plaisirs du Roi. Ces bâtiments servirent ensuite de halle aux grains de 1789 à 1796. Puison en fit des magasins de fourrages pour le service militaire de la place. Ces magasinsbrûlèrent en 1861, et on construisit à leur place en 1864 une caserne pour le corps des25 Sources : Latreille, 2004, p. 3, 19; Versailles Magazine, mars 2005, p. 11; Villard 2003, p. 84-91, 9326 Sources croisées : Breillat, 1986, p. 151 ; Carcy, 1981 ; Carcy et Lagny, 1987, p. 11 à 30 ; Evrard, 1935, p. 71, 72 ; Houth, 1980, p. 343 ; Latreille, 2004, p. 5 ; Le Roi, 1868, T. 2 p. 242-243 ; Levron, 1981, p. 83, 106 ; Marie, 1972 p. 105 ; Marie, 1976, p. 520 ; Poisson, 1999, p. 84427 Base Mérimée, site Internet ; Latreille, 2004, p. 41 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 134
  • 135. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartiersapeurs du Génie de la Garde impériale. En 1870, dans lurgence de la guerre avec laPrusse, les bâtiments devinrent une annexe de lhôpital militaire. Ils furent appeléscaserne Hoche en 1909.Après la deuxième guerre mondiale, le 10 novembre 1947, la caserne Hoche fut cédéepar lEtat aux services du ministère de la Reconstruction et de lUrbanisme. Lesbâtiments sont actuellement occupés par la Direction Départementale de lEquipement(DDE) des Yvelines (28).La Caserne dArtois (1774), 30 rue de Noailles / 9 ter rue Edouard-LefebvreLes façades sur rues de la caserne dArtois sont classées monuments historiques depuisle 23 mars 1927. La caserne occupe les bâtiments des anciennes écuries du comtedArtois, le plus jeune frère de Louis XVI, futur Charles X (29). Celles-ci furent édifiéesen 1773-1774, daprès un plan de Jean Chalgrin, sur la partie orientale du Camp desFainéants, depuis la rue dArtois (actuelle rue Edouard-Lefebvre), ouverte vers 1773,jusquà la rue Neuve de Noailles, ouverte en 1767, prolongeant la rue de Noailles déjàtracée en 1737. Lemplacement des écuries dArtois fut délimité par Louis XV le 15 août1773. Lentrée et la façade sont tournées vers le nord-ouest. Les vastes bâtiments desécuries pouvaient abriter 300 chevaux et comprenaient un manège couvert, deslogements pour les palefreniers, les cochers, les postillons, les écuyers et les pages, denombreuses remises et ateliers, et une chapelle. Ces divers bâtiments sont séparés par devastes cours. Cest une des plus grandes casernes de la ville: lensemble occupe15 000 m2. Après la Révolution, on en a fait une caserne pouvant loger 333 hommes decavalerie, 530 hommes dinfanterie, et possédant des écuries pour 224 chevaux. A partirde 1804, elle abrita la Garde impériale. Et à partir de 1816, elle servit de casernement àdeux régiments de grenadiers à cheval de la Garde royale de Louis XVIII (30). En 1823,lécole dapplication pour les officiers de cavalerie sy installe avant de laisser la place àla 5e compagnie des gardes du corps, puis à divers régiments dartillerie (31).Entre les deux guerres mondiales du 20e siècle, la caserne dArtois abrita des régimentsdinfanterie et des services ou dépôts tels des centres mobilisateurs du Génie, ou desunités colombophiles, ainsi que létablissement central du matériel de chemin de fer. Ala Libération en 1945, les bâtiments hébergèrent un bureau de recrutement pour lesmembres des Forces Françaises de lIntérieur (FFI) désireux de sengager dans larméerégulière. LEcole Nationale de Tir y tint garnison de 1946 à 1950. Dans les anciennesécuries, lIntendance mit en place une importante menuiserie de 150 ouvriers jusquen1972. Durant la guerre dIndochine y séjourna également le Centre dInstruction desAuxiliaires Féminines de lArmée de Terre pour lExtrême-Orient. La caserne accueillitaussi une « corniche » préparatoire à Saint-Cyr jusquen 1961, le Bureau dactionSociale des Forces Armées jusquen 1964, le Centre de Formation sur le commandementterritorial de 1959 à 1966, puis le Centre Mobilisateur No 21 jusquen 1972.Conséquence de la démolition de la caserne de Limoges en 1965, vinrent à Artois: leBureau de lAviation Légère de lArmée de Terre ainsi que le Centre dInstruction desPréparations Militaires jusquen 1967, le Maître tailleur, le Maître bottier et linfirmeriede garnison jusquen 1971, et le Centre Militaire dInformation et de Documentation sur28 Sources : Helle, 1969, T. 1, p. 209-210 ; Latreille, 2004, p. 25, 39 ; Le Roi, 1868, T. 2, p. 271-27229 Celles-ci ne doivent pas être confondues avec les anciennes écuries du comte dArtois situées au 12 de la rue Carnot. Ancien hôtel donné par Louis XIV au maréchal de Duras en 1686, revendues au maréchal de Montmorency, ces écuries furent remaniées en 1773 pour loger les gardes du comte dArtois. [Voir Helle, 1969, T. 1 p. 123-124 ; Poisson, 1999, p. 840]30 Sources : Base Mérimée, site Internet; Evrard, 1935, p. 30 ; Houth, 1980, p. 342 ; Latreille, 2004, p. 6, 14, 17; Le Roi, 1868, T. 2, p. 26831 Source : Versailles Magazine, juin 2008, p. 39 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 135
  • 136. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierlOutremer et lEtranger (CMIDOME) de 1966 à 2003, actuellement à Rueil-Malmaison (32).En 2004, on dénombrait au quartier dArtois les organismes suivants: -la Délégation Militaire Départementale des Yvelines (33), qui sy implanta en 1993 après avoir occupé des locaux de la 2ème Division Blindée aux Grandes Ecuries de 1983 à 1987, puis ceux de la Direction des Travaux du Génie, rue des Réservoirs, les six années suivantes, -le Bureau du Service National (BSN) de Versailles, depuis 1977, ancien Bureau de Recrutement, -lantenne de la Direction de Protection et de Sécurité Défense (DPSD), -le Bureau de Garnison (BGV), dont les principales missions sont dassurer les relations de service courant entre les unités des armées et les autorités civiles locales, dorganiser lutilisation dinstallations communes, de régler la participation militaire aux cérémonies et dassurer des missions de protection, -le Centre Radio-électrique Militaire de Versailles.Il abrite également le site Internet non officiel des Troupes de Marine (TDM), lex-« Coloniale ». Le Centre dInformation et de Recrutement de lArmée de Terre (CIRAT)de Versailles se trouve non loin, au n° 7 de la rue des Chantiers.La Caserne dAnjou (17e siècle), 55 Bis rue dAnjou / 1 Bis rue Saint-Médéric et La Caserne Benjamin-Franklin (1936), 12 rue Benjamin-FranklinLa façade sur rue de la caserne dAnjou, construite à lépoque de Louis XIV, a étéclassée monument historique le 16 septembre 1929. A partir de 1804, la caserne fututilisée, avec dautres casernes (Gendarmes, Denfert et Artois), comme casernement dela Garde impériale. Avant la deuxième guerre mondiale, le quartier dAnjou a abritélEcole de la Gendarmerie, créée le 31 décembre 1918. LEcole sinstalla dans uneannexe de lEcole des chars de combat. Elle changea plusieurs fois de nom : Ecoledofficiers et aspirants de Gendarmerie (1919), Ecole dofficiers et élèves officiers deGendarmerie (1921), Ecole dapplication des officiers et élèves officiers deGendarmerie (1921), Ecole dapplication de Gendarmerie (1928). LEcole fut fermée le1er septembre 1939 ; les officiers instructeurs rejoignirent leur affectation demobilisation, et les élèves leur région dorigine. LEcole ne revint pas à Versailles aprèsla guerre. La caserne dAnjou abrita jusquen 1978 quelques logements et un atelierautomobile appartenant au groupement de Gendarmerie des Yvelines. Elle est occupéeactuellement par la section de recherche de la Gendarmerie Nationale, créée le 1erseptembre 1976.Subordonné à la Légion de Gendarmerie Départementale de lIle-de-France, leGroupement des Yvelines est implanté à la caserne Benjamin-Franklin depuis 1946dans un bâtiment dont la construction avait débuté en 1936. Ce bâtiment fut gravementendommagé lors du bombardement du 24 juin 1944 (34).32 Source : Latreille, 2004, p. 40-4133 Le Délégué Militaire Départemental des Yvelines est le conseiller du Préfet pour la défense. Il est le représentant permanent du Général Gouverneur Militaire de Paris, commandant la région terre de lIle-de-France. Il est également le commandant darmes délégué de la place de Versailles, la plus importante garnison du département, et à ce titre, le correspondant militaire du maire de Versailles. Il a en outre diverses attributions dans des domaines variés: défense militaire sur le territoire et coopération civilo- militaire, information, communication, relations publiques, recrutement, réserves, infrastructures, liaison territoriale avec les formations militaires du département.34 Sources : Base Mérimée, site Internet ; Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale, site Internet ; Latreille, 2004, p. 39-40 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 136
  • 137. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierLHôtel des Gendarmes (de la Garde du Roi, 1737), 6 avenue de Paris etancien Hôtel des Postes, 8 avenue de Paris / 2 impasse des GendarmesAu 18e siècle, pour toute force armée, le Gouverneur de Versailles ne disposait que desSuisses des patrouilles. Les gardes de la Prévôté, chargés de la police autour de la Cour,sy ajoutaient mais leur position souvent rivale gênait plus la police quelle ne lafacilitait. Survenait-il une période de disette, et lon se trouvait incapable de faire faceaux troubles. Ce fut entre autres le cas en 1740 lorsque la ville royale fut le théâtre deplusieurs scènes de pillages et démeute, notamment le 22 août au marché au pain (35).La « soudure » entre la récolte de 1739 et celle, fort médiocre, de 1740 sannonçaitdifficile. En juillet, les boulangers parisiens vinrent rafler avec leurs charrettesdénormes quantités de farine. Les femmes qui se trouvaient au marché sémurent et, surle refus quon leur opposait de leur vendre un peu de farine au détail, ameutèrent tout lequartier. Les charrettes furent renversées, les sacs jetés à terre et pillés. Il fallut faireappel aux Suisses du Château pour dégager la place et rétablir lordre. Pour parer auretour de tels événements, le nouveau Gouverneur de Versailles, le comte de Noailles(fils du Maréchal duc de Noailles) fit venir un détachement de lHôtel des Invalides quifut placé sous lautorité du commandant des Suisses. Cette compagnie, dont leffectifgrossit au fil du temps, allait pendant un demi-siècle jouer le rôle de garde bourgeoise etfaire la police. Ne recevant du Domaine quune rémunération modique pluslapprovisionnement en pain, ces vétérans eurent bien du mal à se faire respecter. Unrapport de 1751 dit quofficiers et soldats étaient fort mal habillés, « ce qui nuit à lapolice, parce quils sont hués par la populace ». Il fallut, pour quils fussent pris ausérieux, que le Gouverneur leur fît fournir une tenue plus soignée. Logés dabord dansdeux maisons sur Notre-Dame (au Guet du Roy, 3 rue Neuve-Notre-Dame / 4 ruePétigny) et Saint-Louis (au Marché-Neuf), ils furent regroupés en 1786 dans lanciennepension Ripaille (36), située au 28 de lavenue de Paris, emplacement de lactuellemaison darrêt de Versailles, doù ils déménagèrent dès 1788 pour lancien Hôtel desGendarmes de la Garde du Roi, plus spacieux. Le corps des Gendarmes de la Gardeavait été supprimé par ordonnance royale du 1er octobre 1787. Lhôtel lui-même, grevédhypothèques, ne passa pas en vente; remis au Domaine, il permit ainsi de loger lagarde Invalide, qui comptait alors 200 hommes, sans qu’il n’en coûtât rien au Domaine.Lhôtel avait été construit en 1737 pour les Gendarmes de la Garde du Roi par JacquesV. Gabriel, premier architecte du Roi, sur un terrain que le Roi avait acquis en 1732 etqui comprenait les dépendances de lHôtel de Conti et probablement une orangerie (37)(voir la section sur lHôtel de Ville). Lédifice, composé dun rez-de-chaussée, dun étagenoble et de combles mansardés, est dune architecture simple, respectueuse de latradition louis-quatorzienne. Il se compose de deux bâtiments séparés par un murmitoyen et ouvrant sur lavenue de Paris par deux entrées indépendantes : dune partlHôtel des Gendarmes proprement dit, doté dune porte monumentale, et dautre part unbâtiment rectangulaire comportant deux cours successives et qui disposait, semble-t-il,dun accès par lactuelle impasse des Gendarmes. LHôtel des Gendarmes attire le regardpar les panneaux de briques et les encadrements des fenêtres séparés par des chaînages35 Le commerce dalimentation était presque entièrement concentré autour du marché Notre-Dame, où se trouvait notamment le "Poids le Roi" (ou "Poids à la Farine"), vaste bâtiment constituant un des quatre carrés du marché de la Ville Neuve (lactuel marché Notre-Dame) et abritant une salle pour la vérification des poids et mesures. [Houth, 1980 p. 310 ; Lemoine 1955 p. 271 ; Levron, 1981 p. 93]36 Du nom du maître de la pension, Charles Ripaille. [Caffin-Carcy et Villard, 1988 p. 86, 87 ; Evrard, 1935 p. 131]. Le bâtiment, construit en 1750, était initialement un pensionnat, transformé en prison dès 1789. Il deviendra ensuite une maison de réclusion pour femmes publiques gérée par des religieuses. Sous le Second Empire, le bâtiment sera agrandi et dédié à lenfermement de tous types de délinquantes. [Versailles +, oct. 2007, p. 9]37 Ces dépendances et quelques pavillons qui deviendront plus tard des habitations avaient été vendus à des particuliers vers 1720 par le sieur Bosc lors de son opération de dépeçage de lHôtel de Conti. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 137
  • 138. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartieren pierre, dans le style ancien de Versailles, bien quil ait perdu une partie de soncaractère. On remarque surtout la belle et imposante porte, restaurée, de style rocaille,attribuée à Robert de Cotte. Sculptée par Pons, elle présente laspect monumental duncintre surbaissé, avec mascaron central. Elle est encadrée par deux pilastres à refends etdune corniche assez forte. Une guirlande de fleurs, de palmes et de coquilles oùfigurent des casques et des chutes de trophées militaires (cuirasses, casques, lances,flèches, boucliers, faisceaux de combat) enveloppe la partie supérieure du portail etsouligne un œil-de-bœuf lui-même surmonté dune deuxième guirlande présentant enson centre une coquille double. La finesse et la richesse du décor sculpté en font unchef-d’œuvre de lart rocaille. Les panneaux de la porte sont également sculptés,travaillés en plein bois, avec une imposte composée de feuillages et de volutes. Sur lesbandeaux on peut lire linscription « QVO IVSSA IOVIS / QVO IVBET IRATVSIVPITER », qui peut se traduire « parce que ce sont les ordres de Jupiter / parce quecest ce quordonne Jupiter dans sa colère ». Ils font écho au masque de Mars à la clef etau foudre jupitérien situés au tympan de la porte cochère. Celle-ci a été classée auxmonuments historiques en mai 1911. Le portail est malheureusement si dégradé quilnécessite une restauration en profondeur des parements en pierre calcaire comme de laporte en bois. Les travaux devraient commencer bientôt.Il ne reste que la partie noble de lHôtel des Gendarmes. LHôtel sétendait en effet lelong de lavenue de Paris jusquau cul-de-sac des Gendarmes (aujourdhui impasse desGendarmes). Les casernes des gendarmes, qui pouvaient loger 103 hommes, furentdémolies en 1912 pour installer la recette principale des Postes et les locaux centrauxdes télégraphes et téléphones (la poste est à présent installée au No 3 de lavenue deParis ; elle déménagera, dans un avenir proche, au 30 avenue de Saint-Cloud / 20 rueGeorges-Clémenceau dune part et au 51 rue des Etats-Généraux / 18 rue Benjamin-Franklin dautre part). Affecté au Département de la Guerre à sa création, lHôtel desGendarmes revient au début du 20ème siècle au Ministère des Finances, devenant lesiège de ladministration des Domaines et du Timbre. Il abrite aujourdhui la Directiondes services fiscaux du Département des Yvelines. Les lieux sont actuellement en coursde transfert de propriété à la Ville (38).LHôtel de Ville (ancien Hôtel de Conti, ensuite Hôtel du Grand-Maître,1670, 1900), 4 avenue de Paris / 1 avenue du Général-de-Gaulle etMonument aux Morts des Guerres du 20e SiècleA lui seul, lHôtel de Ville de Versailles témoigne de lhistoire de la ville : hôtel dun filsnaturel de Louis XIV, il devint la demeure du Grand-Maître de la Maison de Louis XV,avant dêtre attribué à la municipalité révolutionnaire. Sa reconstruction, en 1900,manifeste la vitalité de la ville pourtant privée de ses rois, tandis que les boiseriesrestaurées de lhôtel du 18e siècle témoignent, à leur manière, de cette histoireprestigieuse.Lemplacement actuel de lHôtel de Ville est situé dans le quartier connu au 17e sièclesous le nom de quartier des Sables en raison de lexploitation dune sablière en ce lieu. Ily fut construit en 1670 un grand hôtel particulier pour le Maréchal de Bellefonds,gouverneur du Chenil et Louveterie du Roi. Lédifice initial, bâti en même temps que38 Sources croisées pour cette notice : Breillat, 1986, p. 144 ; Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 86-87 ; Evrard, 1935, p. 71-72, 129- 132, 406-407 ; Helle, 1969, T. 1, p. 228-229; Helle, 1969, T. 2, p. 207 ; Houth, 1980, p. 306-308, 333, 343 ; Latreille, 2004, p. 6 ; Le Roi, 1868, T. 1, p. 414, 427-428; Le Roi, 1868, T. 2, p. 405; Levron, 1981, p. 93, 106 ; Marie, 1984, p. 305 ; Maroteaux 2000, p. 188-189; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 120- 121 ; Poisson, 1999, p. 842-843 ; Schmitz, Nuit du Patrimoine, 2000; Versailles Magazine, jan. 2008, p. 43. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 138
  • 139. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierlhôtel du Grand Veneur (39) qui lui faisait pendant de lautre côté de lavenue de Paris,était orienté nord-sud et sélevait sur trois étages, surmontés dune balustrade et de vasesornementaux. Cétait une des plus belles demeures de Versailles, avec damples salonsde réception et une chapelle. Lentrée principale était située avenue de Paris, mais savraie façade regardait le Château, comme tous les hôtels de lavenue de Paris à cetteépoque. De cette façade, on avait une vue plongeante et magnifique sur les jardins, quisétendaient de lavenue de Paris à lavenue de Sceaux et jusquà la Place dArmes ; on ydescendait depuis une ample terrasse par un escalier décoré de sculptures de marbreblanc. Les cours qui précédaient lhôtel étaient entourées darbres.Dès 1679, la construction des Petites Ecuries priva le Maréchal de Bellefonds de saperspective sur le Château. Il vendit lhôtel au chevalier de Lorraine qui le revendit àLouis XIV en 1680, pour 100 000 livres (710 000 euros de 2005). Le Roi loffrit aucomte de Vermandois, le fils légitimé quil avait eu de Mademoiselle de La Vallière, enremplacement de lHôtel de Vermandois réquisitionné par le Roi pour y installer sonchenil. La sœur du comte de Vermandois, Marie-Anne de Bourbon, épouse du prince deConti, en hérita à sa mort en 1683 et fit faire dimportants travaux, au nombre desquelsun théâtre. Lhôtel reçut à cette époque le nom dHôtel de Conti. La princesse luiredonna vie et y organisa de fastueuses réceptions, des fêtes, des bals et desreprésentations splendides.Le jour même de la mort de Louis XIV, en 1715, la Cour quitta Versailles. En quelquessemaines, la ville, qui pouvait alors compter de vingt à vingt-cinq mille habitants, vit sapopulation diminuer de moitié. Le Palais fut déserté, les grands hôtels particuliers sevidèrent. A la fin de lannée 1719, la princesse de Conti vendit lHôtel au Sieur Bosc,conseiller du Roi en son conseil, procureur général de la Cour des Aides, 100 000 livresen papier. Le système Law sévissait ; lacheteur navait acquis lHôtel que parspéculation. Il sempressa de vendre le plus possible de dépendances, de parcelles et deterrains à des gens qui voulaient bâtir, ce qui amena la disparition de la belle avenuefaite en point de vue de lhôtel. On traça à sa place, en biais, lactuelle rue des Etats-Généraux, et lImpasse des Gendarmes. Dans lespace ainsi vendu, on allait bientôtconstruire lHôtel des Gendarmes et les casernes des Gendarmes. A lintérieur de lademeure, ce fut bien pis. Bosc vendit tout ce quil put enlever sans démolir laconstruction : mobilier, glaces, si coûteuses à cette époque, boiseries, cheminées,œuvres dart, plombs, fers, tout sen alla. On disait quil avait gagné 250 000 livres (1800 000 euros de 2005) dans ces brillantes opérations.Les restes de lHôtel de Conti furent finalement rachetés au Sieur Bosc, pour 100 000livres, cette fois en beaux louis d’or et beaux écus d’argent, par Louis XV, en décembre1723, pour y loger le duc Louis Henri de Bourbon, son Premier Ministre depuis le 2décembre 1723 jusquà sa disgrâce intervenue le 11 juin 1726. Le duc de Bourbon étaitégalement Grand-Maître de la Maison du Roi (40), charge héréditaire dans la maison deCondé depuis le 17ème siècle. Il fallut donc complètement restaurer lhôtel. Le duc deBourbon confia à Robert de Cotte, premier architecte du Roi, la nouvelle décoration etla mise en place des peintures commandées en 1724 aux plus grands artistes delépoque. Lhôtel fut à nouveau, comme à lépoque de la princesse de Conti, le théâtre deréceptions et de fêtes splendides, dirigées par la marquise de Prie, la maîtresse du duc.En dépit de la somptuosité des restaurations de 1724, le prince de Condé faisait, dansles dernières années du règne de Louis XV (mort le 10 mai 1774), les plus sombres39 Le Grand Veneur commandait à toute la vénerie du Roi; il était donc responsable de lorganisation de toutes les chasses avec des chiens courants, à toutes sortes de bêtes, et principalement aux bêtes fauves.40 Le Grand-Maître de la Maison du Roi avait juridiction sur les sept offices de lHôtel du Roi, et décidait en cas de conteste. Il fut dabord appelé Souverain Maître de lHôtel du Roi (1418). Ses fonctions consistaient surtout à régler la dépense de bouche, et à surveiller le service. A partir du 17ème siècle, cette charge fut héréditaire dans la Maison de Condé. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 139
  • 140. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartiertableaux de lHôtel du Grand-Maître, dont le salon dentrée était inhabitable, « leplafond tombant de toute part », et dont les pièces de létage navaient plus ni portes nifenêtres qui tiennent. La plupart des autres dépendances de lhôtel étaient à lavenant(41). Le prince de Condé vivait presque toute lannée à Chantilly et navait cure de sonhôtel versaillais (42).En 1770, le beau jardin fut ouvert au public et devint une sorte de passage, de raccourcientre lavenue de Sceaux et lavenue de Paris. Les habitants de la ville et de la Cour enfirent une promenade. En 1773, le Grand-Maître se plaignit que de nombreusesdéprédations étaient commises dans le jardin, que de graves désordres sy produisaient,que ses jardiniers étaient molestés, et que des particuliers pénétraient dans son jardin àtoute heure du jour et de la nuit au moyen de fausses clés. En novembre, le jardin futfermé. Mais en 1775, avec lagrément du prince, le comte dAngiviller rouvrit le jardin,pour dédommager le public dêtre exclu des jardins royaux, pendant la replantation duparc ; le Roi Louis XVI ordonna de réaménager le jardin, laissé à labandon. Lesdésordres et les déprédations recommencèrent. Face à cette situation, Madame dePolignac obtint en 1784 que le jardin fût uniquement réservé aux Enfants de France, carla Reine venait promener ses enfants dans le jardin. A la veille de la Révolution, lejardin fut, encore une fois, ouvert à tout le monde. Les saccages ayant aussitôtrecommencé, lentrée fut réservée à des privilégiés et soumise à des contrôles (43).En 1771, Versailles avait reçu le titre de « ville » alors quaucune institution municipaleny avait encore été établie. Le Roi avait délégué son autorité sur la ville à unGouverneur qui exerçait la justice et faisait la police aux côté du Bailli. La ville prenaitde plus en plus dimportance et on élargit la juridiction du Bailli jusquà ce que, le 18novembre 1787, fut constitué un véritable corps municipal. Celui-ci fut créé pour unecause toute fortuite, la convocation de lAssemblée des Notables qui entraîna desélections dans toutes les villes du royaume. LIntendant de Paris se trouvait en effet trèsembarrassé. Il lui fallait constituer lassemblée provinciale de lIle-de-France, alors queVersailles, la capitale, sans corps municipal, se trouvait plus désavantagé que la plushumble paroisse rurale ! Le Roi décida alors, pour cette seule raison politique, de créerune représentation urbaine (44). Etaient électeurs, les habitants âgés de plus de 25 anspayant au moins vingt livres dimposition (ils furent 242), mais nétaient éligibles quetrente-deux représentants - il y avait quatre représentants par quartier - en payant aumoins cent. Le corps municipal proprement dit comprenait un syndic et huit membres,un par quartier, élus par les trente-deux représentants de quartier. Ce mode électoral àdeux degrés nadmettait donc que les privilégiés et lélite de la bourgeoisie et desmarchands. Le corps municipal se réunit pour la première fois le 4 janvier 1788. Sespouvoirs étaient exactement déterminés. Il devait essentiellement dresser les rôles desimpositions royales et voter le budget de la Ville. Le premier syndic fut Marc Antoine41 Dans les dernières années du règne de Louis XV, les finances royales navaient plus de quoi fleurir les parterres du Grand Trianon, pourtant célèbres quelques années auparavant pour leur parure de fleurs. [Maroteaux, 2000, p. 137]. Les rapports des inspecteurs des Bâtiments du Roi reviennent souvent sur la lente dégradation que le temps et linsuffisance dentretien ont fait subir aux constructions faites à lépoque de Louis XIV. A la fin du 18ème siècle, les bâtiments publics à Versailles étaient dans un état lamentable.42 Sources croisées pour les paragraphes qui précèdent : Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 115-116; Carcy, 1981, p. 17; Damien et Lagny, 1980, p. 18; Evrard, 1935, p. 58; Gaxotte, 1974, p. 70, 86, 96; Helle, 1969 T.1, p. 72-74, 223; Helle, 1969 T.2, p. 13; Houth, 1980, p. 256-258; Le Roi, 1868, T.1 p. 385-388; Levron, 1981, p. 77; Marie, 1972, p. 90-99; Marie, 1984, p. 70-77; Mille- Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 36; Poisson, 1999, p. 852; Schmitz, Nuit du Patrimoine, 2000; Versailles Magazine, sep.-oct. 2000, p. 543 Source : Evrard, 1935, p. 40, 176-177; Helle, 1969 T.1, p. 74; Le Roi, 1868 T.1, p. 388; Schmitz, Nuit du Patrimoine, 2000; Versailles Magazine, sep.-oct. 2000, p. 544 Il faut toutefois remarquer que Versailles avait été divisée en huit quartiers dès le 11 mai 1694 (et non en 1787 comme on peut le lire dans certains ouvrages), chacun deux étant sous la surveillance de deux quarteniers, élus par lassemblée des habitants. La première élection eut lieu le 11 juin 1694. Les quarteniers et leur syndic avaient pour mission, chacun dans leur quartier, daider le juge de police à maintenir lordre, de veiller à la sécurité des habitants, particulièrement en cas dincendie, de faire allumer les lanternes, nettoyer les rues, enlever les boues, et de surveiller la propreté des pavés. [Lemoine, 1955, p. 252 ; Lery, 1924, p. 254- 360 ; Levron, 1981, p. 54 ; Villard, 2002, p. 28-29] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 140
  • 141. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierThierry, baron de Ville dAvray. Thierry était en même temps premier valet de chambrede Louis XVI, et commissaire général du garde-meuble de la Couronne. Cétait unhomme bien intentionné, mais hésitant, tiraillé entre ses devoirs municipaux et safonction à la Cour. Il obtint tout de même le titre de maire (45) de Versailles le 23 mai1789, mais démissionna le 3 août. Il fut remplacé par le notaire Ménard.Après la Révolution de 1789, la Cour et le Gouverneur de Versailles mirent tout enœuvre pour entraver le pouvoir de la nouvelle municipalité. Celle-ci navait ni budget nilocal pour se réunir ; provisoirement, les réunions se tenaient dans une des salles duGarde-meuble Royal, rue des Réservoirs. Mais finalement, le 11 janvier 1790, LouisXVI lui concéda quelques salles de lHôtel du Grand-Maître, pour six mois, aprèslémigration du prince de Condé et « lévénement du prix du pain », survenu le 7 janvier,émeute au cours de laquelle les Versaillais en colère menacèrent le Garde-Meuble etson précieux contenu. La municipalité sy installa le 29 janvier. Malgré quelquestentatives faites pour len déloger, elle réussit à sy maintenir. Le ministre de la Maisondu Roi, le comte de Pradel, lui octroya le 8 mai 1823 un bail emphytéotique de 99 ans,moyennant un loyer de 800 francs par an (3 500 euros de 2005). Un certain nombredadjonctions transformèrent lédifice. On construisit un escalier et une grille dentréeface à louest. En effet, louverture de lavenue de Berry (lactuelle avenue du Général-de-Gaulle, après avoir été lavenue Thiers) avait fait disparaître dès 1820 la plus grandepartie des jardins qui étaient de nouveau à labandon. Le reste des jardins fut annexé auxPetites Ecuries ; sur leur emplacement on éleva en 1855 les bâtiments du Manège,démolis en 1988 (à lexception des portails avenue du Général-de-Gaulle et avenue deParis). LHôtel de Ville sorna dun clocheton surmonté dune horloge. Et on éleva ducôté de lavenue de Paris deux pavillons « mesquins et incommodes » pour logernotamment la police. La Ville acquit définitivement lHôtel en 1859. Plusieurs plans derénovation et daménagement furent proposés ; aucun ne put être réalisé, en raison de laguerre de 1870 et des événements liés à la Commune de Paris (46). Dimportants travauxfurent entrepris en 1872 ; ils auraient dû être complétés par la construction dannexesimportantes au bâtiment principal ; cela non plus naboutit pas. Toutefois, lestransformations intérieures respectèrent soigneusement les admirables boiseries et lesœuvres dart qui ornaient lHôtel du Grand-Maître.Jusqu’aux lois du 28 mars 1882 et du 6 avril 1884 fixant les conditions d’élection, ausuffrage universel et au scrutin de liste, des conseils municipaux, les maires descommunes de France étaient nommés par décret, royal, impérial ou gouvernemental.Cest à linitiative dEdouard Lefebvre, premier maire élu depuis la Révolution, que laVille décida, en 1897, de reconstruire lédifice, qui ne répondait plus aux besoins duneagglomération de 50 000 habitants. Il fit voter un crédit de 1 200 000 francs (environ4 100 000 euros d’aujourd’hui). Le nouvel Hôtel de Ville fit lobjet dun concours,auquel sinscrivirent de nombreux architectes. Il était imposé aux candidats de conserverau moins lessentiel de lancien édifice. Le Conseil Municipal préféra non pas le projetgagnant du concours mais le deuxième prix, pour ses mérites artistiques. Larchitectechoisi, Henri Le Grand, modifia lorientation du bâtiment. Jusque-là, la façadeprincipale était tournée vers le Château ; la nouvelle façade, qui reçut un faux air LouisXIII, jouant avec la bichromie de la brique et de la pierre, souvrit sur lavenue de Paris,témoignant de la volonté municipale de regarder non plus le château mais la ville.Percée de trois portes et de cinq fenêtres, elle présente un corps central flanqué au45 Le Roi changea le titre de syndic contre celui de consul municipal le 9 avril 1788. Ce titre fut de nouveau changé par le Conseil dEtat contre celui de maire le 23 mai 1789. [Le Roi, 1868, T. 1, p. 398, 399]46 Malgré les efforts des élus versaillais de lépoque, la ville se dépeupla et passa de 50 000 habitants en 1790 à 28 000 habitants en 1824. Pendant tout le 19ème siècle, elle fit figure de Belle au Bois Dormant. Cétait un lieu de pèlerinage sentimental et nostalgique. La guerre de 1870 et les événements de la Commune la remirent au premier plan de lactualité. Après le départ des troupes allemandes, le gouvernement sy installa et le Parlement siégea au Château. [Mairie de Versailles, site Internet] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 141
  • 142. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierpremier étage de colonnes engagées jumelles ; de part et dautre se trouvent deux avant-corps en légère saillie. Initialement, les armes de la Ville étaient sculptées sur la façade ;lors dun réagencement ultérieur (après 1947), elles furent remplacées par une baievitrée. La modénature de la façade sapproche des constructions éclectiques de la fin du19e siècle ; les consoles sous les balcons ont de beaux mascarons, et des atlantes enretrait gardent la lucarne centrale. Ses imposantes toitures étaient à lépoque les seules àVersailles à dépasser celles du Château; elles étaient en outre surmontées duncampanile, rappel du clocheton érigé sur lHôtel du Grand-Maître et qui sera plus tardsupprimé. La cour dhonneur était ceinte de grilles. Le corps de bâtiment central reçut,au premier étage, la salle des fêtes, la salle de délibérations du Conseil Municipal, et lasalle des mariages. Un superbe escalier dhonneur à double circonvolution souvre sur lehall dentrée et donne accès aux salles du premier étage. Un autre escalier, double,permet de descendre sur une jolie cour ouverte sur un jardin. Pour ces deux escaliers,une partie du riche décor de lancien Hôtel fut réutilisée. Lancien édifice, complètementtransformé, devint laile occidentale. Une aile orientale fut édifiée pour équilibrer lacomposition. Lancienne façade principale était précédée dune terrasse ; celle-cidisparut en 1898 lors des travaux de reconstruction. Le nouvel édifice utilisait lesmêmes matériaux que ceux préconisés par Louis XIV pour les constructions deVersailles : briques apparentes encadrées par des chaînages en pierre et toitures enardoise. Cependant, les proportions gigantesques et lutilisation des modénaturesléloignent du style Mansart (47).Une partie des boiseries et peintures décoratives créées en 1724 pour embellir lesappartements et la galerie de lHôtel du Grand-Maître furent sauvées et remployées dansle nouvel édifice, dans les salons de réception du premier étage ; elles sont aujourdhuiclassées monuments historiques. Malheureusement, larchitecte les intégra dans dessalles dont les proportions navaient nullement été choisies pour elles ; placées au-dessus dun soubassement moderne dun mètre cinquante, elles ont perdu leur élégance.Le sentiment général est que les boiseries individuelles, admirables en elles-mêmes, neforment pas un ensemble harmonieux.LHôtel de Ville, dont le coût final total sétablissait à 1 800 000 francs (environ6 100 000 euros d’aujourd’hui), fut inauguré le 18 novembre 1900. Il suscita dessentiments divers à lépoque (48). Certains jugeaient que le nouvel édifice, dominant parses proportions toutes les autres constructions de la ville, brisait complètement avec lestyle Mansart. Dautres trouvaient quil ne manquait pas dallure dans lensemble et derecherche dans le détail. La plupart saccordaient à trouver lédifice majestueux. Lecampanile disparut en 1947, les grilles de la cour dhonneur en 1968 (49). Lhorlogeflorale fut créée en 1951 (50).La première pierre du Monument aux morts adjacent à la cour dhonneur fut posée le 11novembre 1922. Il a été conçu par larchitecte A. Guilbert, en collaboration avec ErnestDubois, statuaire. Inauguré le 11 novembre 1924, sous la présidence du GénéralGouraud, gouverneur militaire de Paris, et élevé à la mémoire des Versaillais morts47 Sources croisées pour les paragraphes précédents : Breillat, 1973, p. 15; Caffin-Carcy et Villard, 1988, p. 61; Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 11, 116; Carcy, 1981, p. 17; Damien, 1988, p. 55-56; Damien et Lagny, 1980, p. 32, 126-127; Evrard, 1935, p. 320-341, 409; Helle, 1969 T.1, p. 74-79; Houth, 1980, p. 275-277, 416-418; Lemoine, 1955, p. 276-277; Le Roi, 1868 T.1, p. 389-414; Le Roi, T.2, p. 24; Levron, 1981, p. 126, 131-132, 175-176; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 16, 38; Poisson, 1999, p. 852; Schmitz, Nuit du Patrimoine, 2000; Versailles Magazine, sep.-oct.2000, p. 5-648 LHôtel de Ville continue à attirer les jugements tranchés. Dans son ouvrage de 1973, Breillat le qualifie de verrue arrogante au centre de Versailles, ajoutant que les illuminations nocturnes parviennent à corriger les erreurs du passé. [Breillat, 1973, p. 131]49 Sources croisées pour les paragraphes précédents: Caffin-Carcy et Villard, 1991, p. 116-118; Carcy, 1981, p. 17; Damien et Lagny, 1980, p. 127-128; Levron, 1981, p. 176; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 40; Poisson, 1999, p. 852; Versailles Magazine, sep.-oct. 2000, p. 6, 9-1050 Pour des raisons déconomie budgétaire, elle est en partie construite avec danciennes pièces du campanile démonté de la mairie. [Villard, 2002, p. 171] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 142
  • 143. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierpour la France durant la guerre de 1914-1918, il comptait initialement 1 297 noms.Viendront sy ajouter 656 noms de Versaillais morts pour la Patrie au cours de la guerre1939-1945 puis, plus tard, en Indochine et en Afrique du Nord (51).7.3 EglisesL’église Sainte-Elisabeth de Hongrie (1850), 25 rue des Chantiers / 53 rue deVergennesAu début du 19e siècle, le Petit Montreuil ne disposait daucun édifice consacré àlexercice du culte. Ses habitants devaient se rendre à lEglise Saint-Symphorien deMontreuil et y envoyer leurs enfants au catéchisme, ce qui offrait de gravesinconvénients en raison de léloignement. Daprès la tradition, cette situation avait attirélattention de Madame Elisabeth, jeune sœur de Louis XVI, qui aurait émis le vœuquune chapelle soit construite pour desservir les habitants du Petit Montreuil (52).La construction de celle-ci fut en partie permise grâce à un don de l’abbé Rousseaux. Cedernier, qui habitait au 18 rue de Vergennes, légua à sa mort à la Ville de Versailles unesomme de 30 000 francs (130 000 euros d’aujourd’hui) afin d’édifier, lorsque la sommeaugmentée des intérêts accumulés serait suffisante, une chapelle ou une petite église.La Ville décida en 1844 lachat dun terrain à langle de la rue de Vergennes et de la ruedes Chantiers. La première pierre de lédifice fut posée le 5 avril 1848 par MonseigneurGros, évêque de Versailles, sur des plans de larchitecte Paris, architecte de la Ville. Lachapelle fut consacrée le 21 septembre 1850. Elle avait, à sa construction, vingt mètresde long sur neuf de large. Elle comprenait seulement la partie qui constitue actuellementla nef centrale. Elle souvrait sur un péristyle dorique.A lintérieur, le dessous de la tribune formait un second péristyle ; deux petites sacristiesse trouvaient de part et dautre de lautel. Le fond de lhémicycle du chœur avait été peintpar un des meilleurs élèves de lécole de peinture de Versailles daprès le dessin deMonsieur Wachsmuth, directeur de cette école. La fresque représentait lAnnonciationde la Vierge Marie. Les dépenses totales dachat du terrain, de construction etdaménagement sélevaient à 63 417 francs (environ 250 000 euros de 2005) (53).La chapelle était au départ une dépendance de la paroisse Saint-Symphorien. En 1863,Monseigneur Gros changea son statut de chapelle en paroisse. Cette décision allaitentraîner de multiples transformations dans lédifice. En effet, la chapelle devintrapidement trop petite et dut être agrandie. La nef centrale fut dabord prolongée et unnouveau chœur fut élevé à la place dune petite chapelle existant derrière le maître autel.51 Source : Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 13052 Sources : Coll., 1950, p. 5; Duboys de Lavigerie, Nuit du Patrimoine, 199953 Sources pour les paragraphes précédents: Coll., 1950, p. 6-7; Duboys de Lavigerie, Nuit du Patrimoine, 1999; Le Roi, 1868 T 2, p. 454-457; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 114; Neuf, oct. 1991, p. 6; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 4; Villard, 2003, p. 48-50 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 143
  • 144. LEglise Sainte-Elisabeth de HongrieVue au début du 20ème siècle [archives municipales, 1Fi387] et actuelle [Cl. C.Blain 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 144
  • 145. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierA lintérieur, le dessous de la tribune formait un second péristyle; deux petites sacristiesse trouvaient de part et dautre de lautel. Le fond de lhémicycle du chœur avait été peintpar un des meilleurs élèves de lécole de peinture de Versailles daprès le dessin de M.Wachsmuth, directeur de cette école. La fresque représentait lAnnonciation de laVierge Marie. Les dépenses totales dachat du terrain, de construction et daménagementsélevaient à 63 417 francs (environ 250 000 euros de 2005) (54).La chapelle était au départ une dépendance de la paroisse Saint-Symphorien. En 1863,Monseigneur Gros changea son statut de chapelle en paroisse. Cette décision allaitentraîner de multiples transformations dans lédifice. En effet, la chapelle devintrapidement trop petite et dut être agrandie. La nef centrale fut dabord prolongée et unnouveau chœur fut élevé à la place dune petite chapelle existant derrière le maître autel.Léglise agrandie fut dénommée Sainte-Elisabeth-de-Hongrie, peut-être en souvenir deMadame Elisabeth. Sainte Elisabeth était une jeune princesse hongroise du 13e siècle,épouse du roi de Thuringe. Elle passa les vingt-quatre années de sa vie encontemplation et au service des pauvres. Un jour, elle rencontra son mari, qui lui avaitinterdit ses activités charitables, alors quelle apportait à manger à des indigents. Illobligea à ouvrir son manteau sous lequel elle dissimulait la nourriture. Il ny trouvaquune brassée de roses multicolores. Ce "miracle des roses" est évoqué dans unepeinture murale de 1890 de Paul H. Flandrin (1809-1864) qui orne le chœur de léglise.Celle-ci abrite la châsse contenant les reliques de la Sainte.Léglise continua à sagrandir: on ajouta les bas-côtés plus bas, séparés par une série detrois colonnes de chaque côté, qui donnèrent à léglise sa largeur actuelle. On y ajoutaune école de filles, de garçons et un asile pour les enfants du quartier. La nef et le chœurprésentent des fenêtres hautes garnies de douze vitraux géométriques et de motifsfloraux, de la fin du 19ème siècle. Le bas-côté gauche montre des scènes des quatremystères de la vie du Christ, le bas-côté droit est dédié à la Vierge. Le plafond de la nefcentrale est en caissons de bois peint. La tribune qui surmonte lentrée est dotée dungrand orgue construit à Versailles, par le facteur John Abbey fils pour lexpositionuniverselle de Paris de 1900, où il remporta le premier grand prix. Il fut acquis par laparoisse en 1901, et inauguré le 18 mars de la même année. Le buffet est dorigine, enchêne et acajou, de très belle qualité. Lorgue fut restauré en 1922, 1964 et 1970;quelques modifications furent apportées en 1972. En 1988, le facteur Mairet remplaça lasoufflerie en réharmonisant les jeux. Linstrument comporte deux claviers manuels de56 notes et un pédalier de 30 notes. Le tirage des notes est mécanique. Le nombre dejeux est de seize, soit six au grand orgue, huit au récit et deux à la pédale. Le clocher enchêne avait à lorigine une cloche, puis trois. Elles ont été remplacées en 1956 par uncarillon électrique (55).La Chapelle Notre-Dame-des-Armées (1878), 4 impasse des GendarmesConstruite en 1878, cette chapelle fait partie de lœuvre militaire créée à Paris en 1852par les Pères Eudistes, destinée à léducation morale et chrétienne des soldats. Cest en1871 que lévêque de Versailles autorisa les Pères Eudistes, établis à Versailles, à54 Sources pour les paragraphes précédents: Coll., 1950, p. 6-7; Duboys de Lavigerie, Nuit du Patrimoine, 1999; Le Roi, 1868 T 2, p. 454-457; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 114; Neuf, oct. 1991, p. 6; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 4; Villard, 2003, p. 48-5055 Sources croisées pour cette notice : Coll., 1950, p. 9 ; Duboys de Lavigerie, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Le Roi, 1868, t. 2, p. 456- 457 ; Mille-feuilles de la Mémoire, 2005, p. 114-115 ; Neuf, oct. 1991, p. 6-7 ; Vatus, 1987, p. 111, 117 ; Vatus, 1988, p. 121-122 ; Versailles Magazine, jan. 1982, p. 4 ; Villard, 2003, p. 48-50. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, juin 2008 — p. 145
  • 146. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartiersoccuper de lœuvre militaire dans la ville épiscopale et dans tout le diocèse. Les jeunessoldats étaient en effet nombreux à Versailles, ville de garnison.Après un passage par le 2 Bis de la rue des Bourdonnais, les Eudistes achetèrent unvaste immeuble, avec cour et jardin, impasse des Gendarmes. La propriété futtransformée en foyer du soldat, avec salles de réunion, théâtre, bibliothèque, salles dejeux et ouvroir. Une vaste chapelle de style gothique fut bâtie par larchitecte versaillaisFrantz Blondel.La congrégation des Eudistes devenue confrérie fut élevée à la dignité darchiconfrériepar le pape Léon XIII en 1879. Elle prit comme emblème Notre Dame. La chapelle delimpasse des Gendarmes devint la chapelle Notre-Dame-des-Armées. La loi de 1874instituant laumônerie militaire fut abrogée en 1880. Les Eudistes continuèrentnéanmoins à faire fonctionner lœuvre de Notre-Dame-des-Armées. Le général André eninterdit laccès aux militaires en 1903. Le père Le Doré reprit lœuvre en Tunisie. Lefoyer de Versailles fut rouvert en 1914. Lœuvre de Notre-Dame-des-Armées eut un rôleet une influence considérables dans la France entière jusquà la deuxième guerremondiale. Après 1945, la chapelle fut dabord principalement loratoire des Eudistes,puis devint de plus en plus une chapelle de quartier. Les vitraux avaient été détruits lorsdu bombardement de la gare des Chantiers le 24 juin 1944, à lexception de la rosacesituée derrière lorgue.En 1967, lœuvre périclitant, la mairie acquit lensemble des bâtiments. La chapelleéchappa à un projet de transformation qui la menaça un certain temps. Lanciennerésidence des Pères Eudistes est à présent occupée par un bureau daide sociale. Unnouvel orgue fut inauguré en 1982; il est mis à la disposition de la classe dorgue duconservatoire.De nos jours, la chapelle, louée à la mairie, accueille une communauté denviron 2 000fidèles, dans le cadre dune vie quasi paroissiale, sous la responsabilité dun chapelain etde prêtres nommés par lévêque de Versailles. La liturgie qui y est célébrée est laliturgie romaine de 1962, en vertu du motu proprio "Ecclesia Dei Adflicta" du 2 juillet1988 du pape Jean-Paul II, cest-à-dire en latin selon le rite en usage avant le ConcileVatican II (rite tridentin) (56). La chapelle est actuellement desservie par la Fraternitésacerdotale Saint-Pierre, fondée en 1988 (57).7.4 Etablissements particuliersLes Etablissements TruffautDe nombreuses pépinières et établissements horticoles ou maraîchers installés àVersailles depuis le début du 19e siècle ont contribué à la renommée de la ville, bien au-delà des frontières (58). Lapogée de cette industrie se situa vers les années 1960.Charles Truffaut père (1795-1865) établit sa première exploitation horticole àVersailles, rue de Noailles en juin 1824. Sa spécialité était à cette époque la culture deslégumes rares et des fruits frais; il y ajouta bientôt les fleurs. Il fut exproprié en 1838lors des travaux de création de la ligne de chemin de fer de Paris-Montparnasse, et56 Le rite tridentin est la liturgie catholique latine telle que réformée et fixée initialement par le concile de Trente. Il a été promulgué par la pape Pie V, dans la bulle "Quo Primum", le 14 juillet 1570.57 Sources croisées pour cette notice : Chapelle Notre-Dame-des-Armées, site Internet ; Damien, 1983, p. 31-36, 37-46 ; Damien, 1990, p. 107-108, 113-114 ; Durand, 2001, p. 279 ; Latreille, 2004, p. 25 ; Neuf, oct. 1991, p. 8-958 La première pépinière de Porchefontaine date de la fin du 18ème siècle, lorsque létang de Porchefontaine (Etang Pierré) fut asséché en 1785. [Versailles Magazine, oct. 2004, p. 34] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, juin 2008 — p. 146
  • 147. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartier1970, les terrains furent vendus, rachetés par des promoteurs pour des réalisationsimmobilières de grand standing. Létablissement transféré à Voisins-le-Bretonneuxferma définitivement dans les années 1980.Lautre fils dArmand-Albert Truffaut, Georges Truffaut (1872-1948), ingénieuragricole, collabora avec son père jusquen 1897. Il fonda ses « laboratoires » en 1893.Ces longues années de recherches lui permirent de développer sans cesse un domainedactivité complètement nouveau pour lépoque. En 1897, Georges Truffaut fonda au 39de lavenue de Picardie (lactuelle avenue des Etats-Unis), les « Etablissements etlaboratoires Georges Truffaut ». En 1905, ces laboratoires, le siège social, quelquesserres dexpérimentation et des magasins de stockage de graines furent transférés au 90bis avenue de Paris sur un terrain de deux hectares situé en bordure de la ligne dechemin de fer, entre les avenues de Paris et de Porchefontaine (58). Autour de cesbâtiments seront installés à partir de 1919 une roseraie, un jardin à la française avecbassin et pergola, un jardin anglais paysager, et des bassins pour les plantes aquatiquesalimentés en eau par pompage du ru de la patte dOie. Une usine de fabrication dengraisfut construite en 1919, également à Porchefontaine, rue de Viroflay (lactuelle rue Yves-Le Coz). En 1919, il ouvrit un nouvel établissement au Chesnay spécialisé dans laculture de graines sélectionnées. Il créa également au Chesnay, à cette même date, unepépinière darbres fruitiers et dornement.Les Etablissements Truffaut à Porchefontaine ont complètement disparu. En 1965, lesEtablissements vendirent leur propriété avenue de Paris, ainsi que le jardin particulierde Georges Truffaut y attenant ; le laboratoire fut transféré à Vineuil, près de Blois.Lusine de fabrication dengrais fut mise en vente quelques années plus tard (la Ville deVersailles sen porta acquéreur; elle y fit construire le Centre socioculturel dePorchefontaine). Seule demeure au Chesnay une jardinerie Truffaut, dans le centrecommercial de Parly II, implantée sur une partie des terrains de lancienne pépinière. Lasurface ainsi libérée avenue de Paris, agrandie par ladjonction de deux autres terrainsmitoyens, fut achetée par une société immobilière qui y construisit un ensemble de 277appartements, baptisé « La Roseraie » (59).Le Chenil Neuf (ou Chenil-Dauphin, 1737), 38 rue des Etats-GénérauxLe Chenil Neuf, aussi appelé « Chenil-Dauphin », fut construit en 1737 par Louis XV(1710-1774) dans lenfance de son fils (futur père de Louis XVI), sur un terrain de laCouronne presque hors de la ville, pour les jeunes chiens de sa vénerie. Il en avait engrand secret élaboré les plans que dressa Gabriel le fils, lexécution revenant à un autrearchitecte du Roi, LEpée. Louis XV régla directement la dépense, 120 000 livres(850 000 euros d’aujourd’hui). Autour dune grande cour, il y avait à gauche deuxgrands chenils, et à droite, au bout la chapelle, se trouvait un corps de logis pour lesofficiers. Derrière, il y avait un grand nombre de cours pour les chiens, avec partout deleau et de lombrage pour les animaux. A part le plan densemble, il ne resteaujourdhui, au 38 de la rue des Etats-Généraux, que la porte au cintre surbaissé, quesurmonte la tête boisée dun grand cerf, sous une étroite et légère voûte qui repose surdeux consoles allongées en mufle de fin lévrier. Après la Révolution, le Chenil Neufservit de dépôt aux charrois militaires (60).58 La gare de Versailles-Porchefontaine, située en bordure du terrain, sera inaugurée le 15 octobre 1931. [Chaplot et Dutrou 1998, p. 33 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 43]59 Sources de cette notice : Chaplot et Dutrou, 1998, p. 27, 102, 104-109 ; Jardineries Truffaut, site Internet ; Versailles Magazine, oct. 2004, p. 34.60 Sources : Breillat, 1986, p. 144 ; Coll., 1950, p. 4 ; Houth, 1980, p. 342 ; Le Roi, 1868, T. 2 p. 401 ; Marie, 1984, p. 303-304 ; Maroteaux, 2000, p. 231 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 147
  • 148. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierLes Moulins de Versailles (1854, 1930), 18 rue des Chantiers / 8 rue delAbbé-RousseauxLes Moulins de Versailles datent de 1905. Ils ont été créés par la famille Chaudé (61),originaire de Yerres, dans lEssonne. Cette année-là, le minotier Georges Chaudé, né ennovembre 1860, loua un entrepôt au 18 rue des Chantiers pour y installer son moulin àfarine à proximité immédiate de la gare. Ce hangar avait été édifié par larchitecte AndréBlandin en 1854 après la signature, le 31 juillet, dun cahier des charges très précis. Ilstipulait que les travaux devaient être entièrement terminés le 1er novembre suivant. Lamaçonnerie est en meulière, chaux hydraulique et sable. La pierre de taille nest utiliséeque pour les pieds-droits et le bandeau de la porte cochère, alors que les piliers sont enbriques. A lintérieur, la spectaculaire charpente est en chêne sans nœud et sapin rougedu Nord. Seul le plancher du premier étage est également en chêne, le sapin, cloué surles solives, étant utilisé pour les autres niveaux.Georges Chaudé devint propriétaire des lieux dès 1913, puis se rendit acquéreur en1920 dun terrain mis en vente par la Ville qui représentait 27 mètres sur la rue delAbbé-Rousseaux. Cet achat judicieux lui garantit en effet un acheminement direct parle rail du charbon, du blé et de la farine tout en lui permettant dagrandir sa minoterie,de plus en plus prospère; le nouveau bâtiment, adjonction au bâtiment ancien, futconstruit par larchitecte Tabourier en 1930. Les fils de Georges Chaudé, Pierre etMaurice, prirent sa succession dans les années 1920. Jean, le fils de Pierre, leur succéda.Et enfin, depuis plus de vingt-cinq ans maintenant, Jean-Pierre et Patrick portent haut lenom de Chaudé Frères ; Patrick est le premier ingénieur-meunier diplômé de lécolefrançaise de meunerie. Les Moulins de Versailles sont les seuls de la ville. Ilsproduisent plus de 3 000 tonnes de farine par an.Depuis une importante rénovation effectuée en 1986, le mélange des farines, lestockage, lensachage et les chargements en vrac sont entièrement informatisés. Laproduction peut atteindre quatre tonnes en blé par heure, soit 3,2 tonnes en farine.Lautomatisation du moulin, désormais constitué de seize meules, présente égalementlavantage de permettre la vérification de la qualité de la farine à tous les stades de safabrication et une traçabilité optimale.Adhérent du groupement des Meuniers de France, les Moulins de Versailles netravaillent quavec des blés français dûment sélectionnés et riches en protéines (62).61 Coïncidence ou origine dun nom de famille? Dans le passé, le verbe chauder signifiait; (i) mêler de la chaux avec les terres pour les amender, (ii) faire tremper du blé dans de leau de chaux avant de le semer, pour détruire les parasites. Aujourdhui, pour ces opérations, on utilise le verbe chauler.62 Sources de cette notice : Versailles Magazine, déc. 2005, p. 36 ; Villard, Nuit du Patrimoine, 1999 ; Villard, 2003, p. 34 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 148
  • 149. Les moulins de Versailles [rue des Chantiers-xxx rue de xxx]Vue latérale au début du 20e siècle [archives municipales], la même vue en 2006 [cl. Delongivière]Façades actuelles[cl. Delongivière 2006] et détail façade latérale [cl. C.Blain 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 149
  • 150. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartier7.5 Sites urbainsL’abreuvoir des Francine et la Place des Francine (1810), au bout delavenue de SceauxSi les noms de Le Nôtre, Mansart ou La Quintinie sont passés à la postérité, celui deFrancine nest connu que des érudits. Et pourtant, leur dynastie attachée aux rois deFrance dès le 17e siècle a fait chanter les plus belles fontaines des domaines royaux. Ces« créateurs des eaux de Versailles, intendants des eaux et fontaines de France » sontintimement liés à la naissance du Grand Parc. Les Francini, dont le nom fut francisé enFrancine mais se prononçait « Franchine », étaient originaires de Florence. A la fin du16e siècle, Thomas Francini fut envoyé auprès dHenri IV par le Grand duc de Toscane.Le Roi le nomma surintendant des fontaines des Tuileries, de Saint-Germain-en-Laye etde Fontainebleau. Lingénieur florentin fit merveilles dans ses fonctions. A sa mort, sonfils aîné, François, prit sa suite, assisté par son frère Pierre. Les travaux deFontainebleau et de Saint-Germain-en-Laye furent achevés en 1661, ceux de Versaillescommencèrent. Pour Louis XIV, les frères Francine surpassèrent linégalé en matière defontaines, jeux deau et effets hydrauliques, suscitant une grande admiration. Au-delà deVersailles, les Francine étaient consultés sur de multiples projets. Leur renommée étaitimmense. Lorsque François disparut, son fils Pierre-François de Francine prit sasuccession jusquà la fin de la monarchie. En 1791, suite à lassèchement des étangs dePorchefontaine (Etang Pierré), les habitants du quartier Saint-Louis réclamèrent unabreuvoir à chevaux et des lavoirs. Ils suggérèrent de les réaliser sur le terrain vaguesitué à laplomb de la butte des Réservoirs de Gobert, en bordure du « Camp desFainéants ». Le projet fut approuvé en 1808. Il prévoyait quatre grands lavoirs et denombreux étendoirs, et un abreuvoir circulaire en pierres de taille pour baigner unesoixantaine de chevaux, nombreux du fait de la présence de la cavalerie de garnison.Labreuvoir et les lavoirs furent réalisés en 1810. Une inscription latine, gravée sur uneplaque de marbre noir élevée sur le mur du fond, aujourdhui disparue, indiquait que laVille les a fait édifier sous ladministration de Thomas-Guillaume Pétigny, qui fut mairede Versailles de décembre 1794 à novembre 1795, et de juillet 1801 à mars 1813. Troislavoirs publics furent construits derrière le mur ; ils ont aujourdhui disparu. Lendroitfut plus tard baptisé Place des Francine, en hommage aux fontainiers royaux (63).Malheureusement, labreuvoir des Francine (parfois appelé, incorrectement, abreuvoirde Louis XIV) ne résista pas aux outrages du temps. En 1957, en raison de son état dedégradation et de la diminution très nette du nombre de chevaux, il fut remplacé par unpetit jardin public. Labreuvoir et les terrains qui le bordent sont classés à linventairesupplémentaire des monuments historiques depuis 1954 (64).Le Cimetière des Gonards (1879), 19 rue de la Porte de BucLe cimetière des Gonards fut ouvert le 1er novembre 1879 dans une partie du bois desGonards (ancien lieu-dit Cornehart), sur une propriété de 130 000 m2. Cest le plusrécent et plus vaste cimetière de Versailles. Il contient plus de 12 000 tombes. Un jardin63 Sources croisées : Houth, 1980, p. 149-150 : Le Roi, 1868, T. 1, p. 102-104 ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 103 ; Photo- Ciné-Club de Versailles, 1980, p. 41 ; Versailles Magazine, sept 2004, p. 33 ; Versailles Magazine, janv 2006, p. 13-14; Villard, 2002, p. 8864 Source : Archives Communales Série N, Carton 4773 ; Dossier de Création de la ZAC, 2003, p. 7 ; Helle, 1969, T. 2 p. 171 ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 103; Versailles Magazine, oct. 2005, p. 15 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 150
  • 151. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierdu souvenir a été créé pour la dispersion des cendres après incinération en 2000. Parmiles sépultures dignes dintérêt, mentionnons : - Marc Allégret (1900-1973), cinéaste ; - Louis Blériot (1872-1936), premier aviateur à avoir réussi la traversée de la Manche (le 25 juillet 1909) ; - La famille Lambinet, avec lancien maire Jean-François et son fils, le magistrat François-Félicien-Victor Lambinet ; - Louis Lépine (1846-1933), préfet de Seine-et-Oise puis préfet de police, organisateur du Concours Lépine, destiné à récompenser les créations dinventeurs ; - Le capitaine Charles MacKinstry, officier aviateur écossais abattu avenue de Paris le 24 août 1944 ; - Gabriel Monod (1844-1912), historien ; - Le Comte Robert de Montesquiou-Fezensac (1855-1921), poète — dont la grande tombe est surmontée par une statue, l« Ange du Silence », qui se trouvait préalablement dans lallée des Marronniers du Château de Vitry-sur-Seine (à peu de distance du lieu où fut assassiné le châtelain propriétaire de ce château en 1796) et que le comte acheta et fit placer sur le tombeau quil se réservait ; - Armand Renaud (1836-1895), littérateur et poète ; - Georges Truffaut (1872-1948), horticulteur renommé, et son épouse ; - Edith Wharton (1862-1937), romancière américaine (65).On y trouve aussi les tombes des soldats tombés aux champs dhonneur. Les tombes dessoldats sont regroupées par carrés : le carré français 1914-1918, le carré musulman1914-1918, le carré français 1939-1945, le carré du mémorial aux morts dAfrique duNord, le carré britannique et le carré allemand (993 soldats allemands pour les deuxguerres mondiales). Neuf cent seize croix, tombes et stèles sont entretenues avec laidede lassociation du Souvenir Français (66).Plusieurs tombes disséminées dans le cimetière sont signées Hector Guimard, chef defile du « modern style ». On peut notamment y voir la chapelle Devos-Logie et Mirand-Devos conçue par Guimard en 1894 (67).Le cimetière des Gonards souffrit grandement du bombardement du 24 juin 1944 : lesquelques trente bombes endommagèrent plus de 300 sépultures. Avant cela, il avait déjàeu à subir des bombardements le 26 novembre 1943 et les 5 et 6 février 1944 (68).Les Pavillons doctroi (1824), avenue de ParisLes pavillons de lOctroi se trouvent en dehors du quartier des Chantiers. Ils sont décritsici en raison de leur lien avec le mur doctroi, choisi comme limite orientale de notreétude.La Ville de Versailles, nayant aucun revenu, reçut lautorisation de faire payer un droitdentrée. Loctroi taxait depuis 1745, selon leur poids ou leur quantité, tous les biens,matériaux, produits, bétail ou denrées pénétrant dans la ville. Il fut aboli par laConstituante, en raison de son impopularité, puis rétabli progressivement, sous le nomd « octrois municipaux ou de bienfaisance », pour permettre aux communes dentretenir65 Sources : Cimetière des Gonards, site Internet ; Houth 1980, p. 706-709 ; Vechambre, 1990, p. 27-28 ; Versailles Magazine, nov. 2003, p. 3166 Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 10867 Bouchet et Desmelliez, 1983, p. 87 ; Cimetière des Gonards, site Internet68 Archives Communales de la Ville de Versailles, Carton H4 No 249: Bombardements aériens de Versailles (4 juin 1944 et 24 juin 1944): Liste des propriétés communales sinistrées - Description sommaire des dégâts; Rapport de lingénieur-voyer, directeur des travaux communaux de la Ville de Versailles; 30 octobre 1944 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 151
  • 152. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierles établissements hospitaliers à leur charge depuis la loi de 1790. En lan VIII (1800),une barrière en bois fut érigée sur lavenue de Paris à la hauteur de lavenue dePorchefontaine. En 1824, sous ladministration du marquis de la Londe, on lui substituaune grille en fer, et lon bâtit les deux pavillons qui existent toujours. Les deux pavillonsfurent construits de manière identique sur deux niveaux et en pierre de qualité ; létageétait soutenu par des pilastres latéraux et couronné dun fronton conformément auxnormes néo-classiques de lépoque. Le pavillon de gauche en venant de Paris contenaitle bureau de perception, tandis que celui de droite était affecté au logement despréposés. Au milieu, deux portes centrales permettaient à ces derniers de surveiller jouret nuit le transit et de percevoir le montant des taxes applicables (69).Cette installation nétait dailleurs pas la seule à Versailles, loin sen faut, puisque pourêtre sûre de contrôler tous les passages, la Ville avait fait fermer les principales voiesdaccès de la commune par dautres barrières, notamment sur lavenue de Picardie(actuelle avenue des Etats-Unis), la rue des Chantiers et le boulevard de la République.Au milieu du 19ème siècle, dix-neuf grilles, des pavillons et une douzaine de bureaux deloctroi constituaient une véritable frontière aux portes de la ville (70).A la fin du règne de Louis-Philippe fut édifié un haut mur doctroi, terminé en 1849,séparant Porchefontaine du Petit Montreuil. On peut, encore aujourdhui, voir certainstronçons de ce mur servant de séparations mitoyennes, des deux côtés des rue Racine(entre les Nos 24 et 26, 33 et 33 bis), Lamartine (entre les Nos 23 et 25, 30 et 32), etMolière (entre les Nos 9 et 11, 28 et 30), à la résidence « Le Turenne », entre la rue deCondé et le chemin de fer, et de lautre côté de celui-ci le long de la résidence « LaRoseraie » parallèlement à limpasse Saint-Henri (71).Freinant le développement dune économie moderne, et mal accepté par la population,loctroi fut finalement supprimé par arrêté municipal du 8 février 1943 (cinq ans avant ladisparition des derniers octrois de France) et remplacé par le relèvement des taxeslocales sur les ventes au détail et les prestations de services. Les grilles intérieures deloctroi de lavenue de Paris - les dernières à subsister à Versailles - avaient été déposéesdès 1934, parce quelles gênaient la circulation automobile (décision du ConseilMunicipal du 21 avril 1934). Le bureau de loctroi de la rue des Chantiers fut démoli en1957. Les deux pavillons de lavenue de Paris tombèrent dans loubli jusquen août 1959,date à laquelle ils furent inscrits à linventaire des Monuments Historiques ; les grillesextérieures furent déposées dans les années 1960. Les pavillons sont à présent mis à ladisposition de deux associations, à savoir lAssociation Culture et Bibliothèque pourTous (ACBT) et lAssociation Nationale des Femmes de Militaires (ANFEM) (72).69 Sources : Archives Communales de la Ville de Versailles, Série M1 Carton 2484 ; Chaplot et Dutrou, 1998, p. 21 ; Le Roi, 1868, T. 1, p. 434-440 ; Mairie de Versailles, site Internet ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005 p. 68 ; Versailles Magazine, jan. 2005, p. 3170 Mairie de Versailles, site Internet ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 68 ; Versailles Magazine, jan. 2005, p. 3171 Chaplot et Dutrou, 1998, p. 22-23 ; Dietschy-Picard, 1990, p. 2672 Archives Communales de la Ville de Versailles Série M1 Carton 1440 ; Chaplot et Dutrou, 1998, p. 33, 67, 82 ; Mairie de Versailles, site Internet ; Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, p. 108 ; Versailles Magazine, jan. 2005, p. 31 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 152
  • 153. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartier7.6 Avenues, places, impasses et ruesAVENUES :Paris, avenue de. Initialement avenue de Porchefontaine. En 1671, Grande-Avenue.Rebaptisée avenue de Paris en 1682, après la construction du chemin de Paris parSèvres. Jusque-là, cétait lavenue de Saint-Cloud qui était nommée avenue de Paris (73).Sceaux, avenue de. 1665, allée des Bois. 1672, avenue du Costé du Village. 1696,avenue du Parc-aux-Cerfs. 1710, avenue de Sceaux. Rebaptisée avenue des Patriotes en1793. De nouveau avenue de Sceaux en 1804 (74).PLACES :Raymond-Poincaré, place. Créée en 1933 (75).IMPASSES :Nungesser-et-Coli, impasse. Voie privée ouverte en 1929. Nommée en lhonneur desdeux aviateurs qui trouvèrent la mort lors de la première traversée est-ouest delAtlantique (76).Gendarmes, impasse des: Doit son nom à lHôtel des Gendarmes, construit en 1732.Anciennement cul-de-sac des Gendarmes. Rebaptisée en 1793 impasse de la MaisonCommune. De nouveau impasse des Gendarmes en 1813 (77).Saint-Henri, impasse. Cette voie figure sur les cartes depuis 1686, le long de létangPierray ou Pierré. En 1813, désignée sous le nom de « ancienne chaussée dEtang »(létang a été asséché). Transformée en impasse par la construction de la voie ferrée deVersailles à Paris. Lorigine du nom est incertaine ; peut-être a-t-il été donné par unpropriétaire (78).RUES :Abbé-Rousseaux, rue de l : Ouverte en 1849, lors de la construction de la gare desChantiers. En 1850, la station du chemin de fer, bâtiment fort simple, occupait unepartie de la rue. A côté (actuelle Place Raymond-Poincaré) se trouvait le dépôt defarine, qui pouvait contenir lapprovisionnement de toute la ville pendant trois mois (79).Assemblée-Nationale, rue de l. Anciennement rue Saint-Martin. Faisait partie avantcela de la moitié sud de la large allée de Montbauron (80).Benjamin-Franklin, rue (anciennement rue des Tuyaux). Les conduites qui relient lesRéservoirs Gobert et de Montbauron passent dans cette rue. En 1840, elle nétait encorequune longue allée où lherbe poussait sans obstacle, fermée à chaque extrémité par unebarrière. Appelée en 1891 rue des Francine. Les Francine (Francini), hydrauliciens73 Helle, 1969 T. 2, p. 221 à 224 ; Houth, 1980, p. 744 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 371 à 43474 Helle, 1969 T. 2, p. 280 à 282 ; Houth, 1980, p. 757 ; Lagny, 1991, p. 170 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 391, 39275 Houth, 1980, p. 74876 Houth, 1980, p. 74477 Houth, 1980, p. 731 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 40578 Chaplot et Dutrou, 1998, p. 87 ; Houth, 198, p. 75479 Houth, 1980, p. 717 ; Le Roi, 1868, T. 2, p. 451-45280 Houth, 1980, p. 719 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 267 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 153
  • 154. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierdorigine italienne furent à lorigine des effets deau du Parc. Rebaptisée en 1937 rueBenjamin-Franklin (81).Edme-Frémy, rue. Ouverte en 1893, nommée en 1894. Deux chimistes ont porté lenom de Frémy ; on les a souvent confondus : Edme Frémy, pharmacien et chimiste,conseiller municipal de Versailles et conseiller général (1774-1806) et son fils, EdmondFrémy, membre de lAcadémie des Sciences et Directeur du Muséum dHistoirenaturelle (1814-1894) (82).Edouard-Charton, rue. Anciennement rue des Mauvais-Garçons, nom donné àlorigine lors du lotissement du Parc-aux-Cerfs. Cette rue qui date de 1685 nétait alorsque le tronçon, partant de lavenue de Sceaux, dune allée de pourtour limitant la villedepuis lavenue de Saint-Cloud jusquà la grille de la réserve du Parc-aux-Cerfs (grilleSaint-Martin) et ne sen différencia quà la révolution qui scinda en trois cette longuevoie circulaire. La partie qui nous intéresse fut nommée, en 1792, rue Corneille. Denouveau rue des Mauvais-Garçons en 1804. Rue Saint-Martin en 1813. Rue Edouard-Charton depuis 1890. Edouard Charton, mort à Versailles le 27 janvier 1890, avait étéconseiller municipal de 1865 à 1874, préfet de Seine-et-Oise en 1870. Il fondalIllustration (83).Edouard-Lefebvre, rue. Ouverte vers 1773. Anciennement appelée rue dArtois (à nepas confondre avec la rue dArtois actuelle, qui se trouve dans le quartier de Montreuil).Rebaptisée rue Guillaume Tell en 1792. De nouveau rue dArtois en 1804. Rue Saint-Martin en 1813. Rue Edouard-Lefebvre depuis 1919. Edouard Lefebvre, maire deVersailles de 1888 à 1904 (84).Horace-Vernet, rue. Du nom de Horace Vernet, artiste peintre du 19e siècle. Ouverteen 1850 pour faciliter laccès à la gare. Incorporée en 1961 à la rue de lAbbé-Rousseaux (85).Jean-Mermoz, rue. Anciennement rue de la Patte-dOie. Appelée rue Jean-Mermoz en1937. Jean Mermoz, illustre aviateur (1901-1936) (86).Limoges, rue de. En cet endroit se trouvaient des baraquements destinés à lorigine àloger les maçons limousins qui travaillaient au Château (Hôtel de Limoges). Ces« dehors » souvent misérables hébergeaient aussi le petit personnel du Château (87).Ménard, rue. Pas de nom avant 1789. Sous la révolution, rue Ménard. Ménard, notaireà Versailles, fut président provisoire de la première municipalité versaillaise en août1789 jusquà lélection de Georges-Nicolas Clausse, après la démission de Thierry deVille-dAvray. Orthographié incorrectement Menars dans certains ouvrages et surcertains plans (88).Noailles, rue de. Percée en 1737. Anciennement, appelée rue de Noailles entre lavenuede Paris et la rue des Chantiers, rue Neuve de Noailles entre la rue des Chantiers etlavenue de Sceaux. En 1793, la rue de Noailles devint rue du Peuple-Français, et la rueNeuve-de-Noailles devint rue du Quatorze-Juillet. Les deux rues reprirent leurs anciensnoms en 1804. Elles furent confondues en 1813 pour former une seule rue de Noailles.81 Houth, 1980, p. 720 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 45382 Houth, 1980, p. 727-72883 Helle, 1969 T. 1, p. 169-172 ; Houth, 1980, p. 728 ; Lagny, 1990, p. 51 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 26784 Houth, 1980, p. 728 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 43085 Houth, 1980, p. 735 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 452-45386 Houth, 1980, p. 73687 Helle, 1969 T. 1, p. 214-215 ; Houth, 1980, p. 737 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 403-40488 Helle, 1969 T. 1, p. 215 ; Houth, 1980, p. 740 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 401 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 154
  • 155. Chapitre 7. Les sites et rues remarquables du quartierOn pense que le peintre François Boucher résida quelques temps au No 8. Au 12 habitadurant les Etats Généraux le député Pierre Barnave, représentant du Tiers-Etat (89).Pont Colbert, rue du. En 1813, la rue reliant le Pont Colbert à la barrière du PetitMontreuil fut nommée rue de Choisy. Elle fut rebaptisée « rue du Pont Colbert » en1843. Lorigine de ce nom est incertaine (90).Porte de Buc, rue de la. Ainsi nommée en 1806. Nexistait en fin du 18ème siècle quecomme sentier (91).Vautrait, rue du. Petite rue proche de la rue de Limoges où se trouvait léquipage duVautrait ; elle devait faire partie de lHôtel de Limoges. Reçut son nom en 1813 (92).Vergennes, rue de. Anciennement chemin du Petit Montreuil. Les jardins de lHôtel deVergennes (actuellement La Solitude) étaient bordés par cette voie, doù le nom de ruede Vergennes donné en 1781 lors de son élargissement. Rebaptisée en 1793 rue deThionville. De nouveau rue de Vergennes en 1804. Avant la construction du pont sur lechemin de fer, la rue était plane, pavée et sans trottoirs. Le No 4, construit en 1772 parNicolas Hughes Balland, apothicaire du Roi, reçut en 1789 huit députés ; puis ce fut lesCorps de Garde des Invalides qui y logèrent. Talleyrand habitait en 1789 au No 6.Labbé Rousseaux habita au No 18 (actuel No 14) (93).89 Helle, 1969 T. 2, p. 209-210 ; Houth, 1980, p. 743 ; Lemoine, 1955, p. 277 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 27190 Houth, 1980, p. 74791 Helle, 1969 T. 2, p. 254 ; Houth, 1980, p. 74792 Houth, 1980, p. 758 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 402-40393 Coll., 1950, p. 5 ; Helle, 1969 T. 2, p. 284 ; Houth, 1980, p. 758 ; Le Roi, 1868 T. 2, p. 453-454, 457-458 ; Rojat-Lefèbvre, Nuit du Patrimoine, 1999 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 155
  • 156. La rue des Chantiers et la rue des Etats-Généraux, aujourd’hui [Cl. C. Blai n 2006] Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 156
  • 157. Epilogue. Une histoire en devenir : le « charme secret » du quartierEpilogue. Une histoire en devenir, ou l’esprit d’un lieu(Responsable : Jacques Royen)Le projet de la ZAC des Chantiers, qui voit le jour au début du 21e siècle, suscite demultiples interrogations. Car tout remaniement de ce secteur transformera la réalité duquartier. En outre, un tel projet serait peut-être de nature à changer l’image même de laville de Versailles, dont le visiteur ne connaît souvent que le château — comme lesouligne si bien André Damien : « Ville dart universellement connue, il (Versailles) attire un nombre impressionnant de touristes par son château incomparable: cest le monument de France le plus couru. Mais paradoxalement Versailles ne conserve point limmense majorité de ses visiteurs ; ceux-ci, clients de tours organisés, visitent en hâte le palais, jettent un coup dœil sur le parc, et repartent vers dautres horizons pour terminer à Paris, ou ne connaissent de la ville que les courts trajets des gares au Château. Seule une mince frange de visiteurs fréquente les restaurants ou les commerces de la ville, sans pour autant parcourir celle-ci. Il nest que des esthètes, en nombre limité, pour demeurer plusieurs jours à Versailles et en goûter lentement le charme secret... » (1).Le « charme secret » du quartier des Chantiers relève de l’ambiance de ses espacespublics et de la nature de ses immeubles, dont lhistoire et les richesses sont tropsouvent méconnues, et dont nous avons ici relevé quelques traits marquants.Mais l’esprit d’un quartier tient également, tout autant, à la vie sociale qui l’anime.Dans le cadre de cette étude, notre regard s’est volontairement centré sur le bâti, quiconstitue le cadre de vie des habitants. Bien évidemment, pour comprendre l’esprit d’unlieu, l’attention portée à la morphologie urbaine est indissociable de la morphologiesociale. Ainsi, en guide d’épilogue, afin d’ouvrir cette piste de réflexion, nousconclurons par quelques tableaux brossant un rapide état des lieux des conditions de viedu quartier.Démographie et population activeDepuis le début des années 1950, le quartier des Chantiers sest transforméprofondément du point de vue sociologique. Cette évolution sest accélérée depuis 1975,date à laquelle le quartier comptait 9 300 habitants (Versailles 94 400). Ce nombre étaitéquivalent à celui de 1962, mais inférieur à celui de 1968 (11 000 habitants). Le quartiera été particulièrement touché par la décroissance démographique. De 1968 à 1999, lapopulation a baissé de 5,96%, passant de 10 720 à 10 081 habitants; sur la mêmepériode, la population versaillaise a diminué de 90 443 à 85 761 habitants. Sur lapériode 1982-1990, le quartier des Chantiers a perdu 2,16% de sa population enmoyenne par an, Versailles 3,67% (2) : part de la population active dans le 1990: 5 444 habitants 1999: 5 170 habitants quartier taux dactivité du quartier 1990: 51,28 % 1999: 51,76 % chômage 1990: 4,63 % 1999: 5,65 %1 Versailles, deux siècles de vie municipale, page 151.2 Rapport de Présentation du PLU, 2004, p. 79, 81, 95, 96 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 157
  • 158. Epilogue. Une histoire en devenir : le « charme secret » du quartierEn mars 2002, les établissements actifs dans le quartier se répartissaient comme suit (3): bureaux commerces activités total 426 625 182 1 233Létude du Centre dEtudes et dAction Sociale des Yvelines de 1982 constatait que levieillissement de la population était très sensible, et que le quartier des Chantiers seclassait parmi les plus vieux de la ville: 15 % des habitants avaient plus de 65 ans(Versailles 12,5 %). En 1975, la population active était comparable à celle de 1962, soit46 % (supérieure à la moyenne de Versailles, 44 %). On observait, de 1968 à 1975, unepoussée des professions libérales et cadres supérieurs (12,5 % à 19,5 %) ainsi que descadres moyens (15,5 % à 19 %), et une baisse des ouvriers (26 % à 19 %). La catégoriedes employés restait stable autour de 24 % ; cétait la mieux représentée. Cetterépartition correspondait sensiblement à celle de lensemble de la ville. La populationétrangère constituait environ 4 % de la population totale du quartier (moyenneversaillaise: 6 %), lun des taux les plus faibles de la ville. Parmi les étrangers, lesPortugais étaient les plus nombreux (42 %), ensuite les Algériens (24 %) (4).Depuis les années 1980, lhabitant type du quartier est jeune, et il est cadre ou employé.La répartition des catégories socioprofessionnelles est voisine de la moyenneversaillaise, mais la pyramide des âges se différencie de la moyenne versaillaise par uneproportion plus importante de jeunes adultes. La comparaison avec le quartier Saint-Louis est intéressante parce quelle fait apparaître que la proportion des catégoriessocioprofessionnelles élevées (cadres moyens et cadres supérieurs) est plus importanteaux Chantiers (5). Le quartier des Chantiers compte: - des institutions municipales et nationales, telles que lHôtel de Ville de Versailles, le Groupement de Gendarmerie des Yvelines, et la Caisse Primaire dAssurance Maladie des Yvelines; - des institutions religieuses, telles que la Paroisse Sainte-Elisabeth de Hongrie, la Chapelle Notre-Dame des Armées, la Saint Marks Church de Versailles, la Communauté des Diaconesses de Reuilly, et lAssociation des Musulmans de Versailles; - plusieurs écoles maternelles et primaires (école primaire E. Ferry, école maternelle Les Lutins, école maternelle et primaire Sainte-Agnès, école maternelle Comtesse de Ségur, école primaire privée Les Marronniers) et plusieurs établissements scolaires de second degré (collège P. de Nolhac, lycée général technologique Marie-Curie, collège Raymond-Poincaré; le lycée La Bruyère se trouve à proximité immédiate, ainsi que le collège Rameau); - des établissements culturels, tels que le Cercle de Musique Baroque de Versailles et lUniversité Inter-Ages de Versailles; - des équipements sociaux (crèche familiale, mini-crèche, foyers de jeunes travailleurs, résidences-services, maison de retraite, centre de loisirs maternelles et primaires, centre dhébergement spécialisé pour personnes handicapées, centre socio- culturel des Chantiers); - une clinique chirurgicale et polyclinique (clinique des Franciscaines), une maternité (clinique des Franciscaines), et une maison de santé (Claire Demeure) ; - des équipements sportifs et de loisirs (gymnases, stade).3 Rapport de Présentation du PLU,, 2004, p. 59; source: Sirene, établissements actifs au 30 mars 20024 CEAS des Yvelines, 1982, p. 20 et 215 Versailles Magazine, jan. 1982, p. 4, 5 ; Versailles Magazine, nov.-déc. 1995, p. 26 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 158
  • 159. Epilogue. Une histoire en devenir : le « charme secret » du quartierConditions de logementsCe petit quartier (4 760 logements en 1999, soit 11,8 % du parc versaillais) secaractérise par une importante mixité sociale, un niveau de confort moyen et une légèresurreprésentation des logements de petite taille (moins de trois pièces). Les principalescaractéristiques du logement du quartier des Chantiers peuvent se résumer commesuit (6) :-Poids du parc total de logements du quartier dans la ville (INSEE, RGP 1999):11,8 % (évolution par rapport à 1990: - 0,02 %)-Epoque dachèvement du parc de logements (INSEE, RGP 1999) : Avant 1915 1915-1948 1949-1967 1968-1974 1975-1981 1982-1989 1990-1998 26 % 16 % 26 % 11 % 18 % 1% 1%-Taille des logements (INSEE, RGP 1999) : 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces 6 pièces 14 % 21 % 30 % 23 % 9% 4%-Statuts doccupation (INSEE, RGP 1999) : Propriétaires Locataires Logés gratuitement 35,2 % 58,8 % 6,0 %-Répartition individuel/collectif (INSEE, RGP 1999) : Total Individuel Collectif Autres Chantiers 4 760 4,8 % 92,2 % 3.0 % Versailles 40 299 12,5 % 85,3 % 2,9 %-Nombre de logements par catégories (en 2001) (Ville de Versailles, recensement au 1er janvier 2001 selonles dispositions de la loi SRU) : logements aidés (logements sociaux) 1 179, soit 20 % parc H.L.M. 867 parc résidentiel 3 408 part du parc H.L.M. dans le parc résidentiel 25,44 % parc des résidences principales 4 260 part des logements aidés dans le parc des résidences principales 27,68 %Lanalyse des caractéristiques du parc de logements selon les données du recensementgénéral de la population (RGP) de 1999 et du recensement des logements de 2001 pourle quartier des Chantiers permet dobtenir les repères suivants : - Le parc de logements comprenait au total 4 760 logements dont 4 260 résidences principales (89,50 %), 115 résidences secondaires (2,42 %) et 385 logements vacants (8,09 %)6 Ces données sont partiellement rappelées dans le Dossier de Création de la ZAC, 2003, pp. 28-29 et dans le Rapport de Présentation du PLU, 2004, pp. 107-109, 113, 125-127. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 159
  • 160. Epilogue. Une histoire en devenir : le « charme secret » du quartier 26 % des logements du parc existant en 1999 avaient été construits avant 1915, et seulement 1 % après 1990. - Les logements de 2 à 4 pièces étaient les plus représentés avec environ 74 % du parc de résidences principales (30 % des résidences principales comportaient 3 pièces). - Les ménages locataires (hors logés gratuitement) étaient majoritaires puisquils représentaient 58,8 % (51,6 % au niveau de lensemble de Versailles). Les ménages logés gratuitement représentaient environ 6 %. - Environ 36 % des ménages occupant le parc résidentiel étaient locataires dans le parc privé contre 22,8 % de locataires dans le parc social. - Lhabitat collectif était très important (92,2 % contre 85,3 % pour la commune). - La part des logements aidés dans le parc de résidences principales était de 27,68 % (moyenne pour lensemble de Versailles: 16,75 %).Ces chiffres sont à comparer avec les résultats dune étude réalisée par le CentredEtudes et dAction Sociale des Yvelines en 1982, sur la base des recensements de1962, 1968 et 1975. Le nombre de logements avait peu augmenté dans le quartier desChantiers entre 1962 et 1975, seulement de 16 % (Versailles 27 %). La majorité deslogements étaient anciens: 39 % étaient antérieurs à 1915, 15 % postérieurs à 1968.Leur confort les situait dans la moyenne versaillaise (22 % navaient ni bain ni douche).Les logements de 1 à 2 pièces représentaient 38 % (Versailles 34 %). On comptait 37 %de logements occupés « normalement », les logements sous-peuplés étant plusnombreux que les surpeuplés (7).7 CEAS des Yvelines, 1982, p. 20-21 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 160
  • 161. GlossaireGlossaire(Responsable : Albert Dubalen)C.O.S. Coefficient d’Occupation des Sols.C.E.A.S.Y. Centre d’Etude et d’Action Sociale des Yvelines.H.B.M. Habitations Bon Marché.I.N.R.A. Institut National de la Recherche Agronomique.P.A.D.D. Projet d’Aménagement et de Développement Durable.P.A.E. Programme d’Aménagement d’Ensemble.P.A.Z. Plan d’Aménagement de Zone.P.D.U. Plan de Développement Urbain.P.D.U.I.F. Plan de Déplacements Urbains en Ile de France.P.L.U. Plan Local d’Urbanisme.P.O.S. Plan d’Occupation des Sols.P.S.M.S.S. Plan de Sauvegarde et de Mise en valeur du Secteur Sauvegardé.P.S.M.V. Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur.P.S.R. Programme Social de Relogement.R.E.R. Réseau Express Régional.R.F.F. Réseau Ferré de France.R.G.P. Recensement Général de Population.S.R.U. Solidarité et Renouvellement Urbains : loi du 13 décembre 2000.T.G.V. Train Grande Vitesse.V.E.F.A. Vente en l’Etat de Futur Achèvement.Z.A.C. Zone d’Aménagement Concerté. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 161
  • 162. Bibliographie et sourcesBibliographie et sources1- Ouvrages, thèses, rapports de rechercheALLEAU (René), 1977, Guide de Versailles Mystérieux, Paris, Ed. Tchou-Princesse, 286 p.BLAIN (Catherine), GENAILLE (Gaétane), BABIN (Lucie), 2004, Architectures et FormesUrbaines à Versailles - Rapport Intermédiaire de Recherche, rapport de recherche Ladrhaus-EaV, Versailles, 2003BOUCHET (Patrick), DESMELLIEZ (Claude), 1983, Versailles, une ville au quotidien, Paris,Ed. de lEpargne, 95 p.BREILLAT (Pierre, Conservateur en chef de la Bibliothèque de Versailles), 1973, Versailles,Une Ville, Pas Comme les Autres, Paris, Ed. du Temps, 136 p.BREILLAT (Pierre, Conservateur en chef de la Bibliothèque de Versailles), 1986, Versailles.Ville Nouvelle, Capitale Modèle, Versailles, Ed. dArt Lys, 264 p.CAFFIN-CARCY (Odile), VILLARD (Jacques), 1988, Versailles et la Révolution, Versailles,Ed. dArt Lys, 143 p.CAFFIN-CARCY (Odile), VILLARD (Jacques), 1991, Versailles, le Château, la Ville, sesMonuments, Paris, Ed. Picard, 150 p.CARCY (Odile), 1981, Versailles Historique et Touristique, Paris, Ed. Christian, 48 p.CARCY (Odile), LAGNY (Jean), 1987, voir PériodiquesCASTEX (Jean), CELESTE (Patrick), PANERAI (Philippe), 1980, Lecture dune Ville:Versailles, Paris, Editions du Moniteur, 235 p.C.E.A.S. (Centre dEtudes et dAction Sociale des Yvelines), 1982, Evolution de Versailles etses Quartiers Vue à Travers les Recensements: 1962 - 1968 - 1975, Versailles, C.E.A.S., 71 p.CHAPLOT (Pierre), DUTROU (Claude), 1998 (2e éd.), Versailles. Sept Siècles de lHistoire duQuartier de Porchefontaine, Versailles, Imprimerie La Fourmi, 193 p.CHAUFOUR (Sébastien), 2005, Jean-Jacques Huvé (1742-1808), architecte, thèse, LaSorbonne (consultable sur http://theses.enc.sorbonne.fr/document943.html)CHEMETOV (Paul), DUMONT (Marie-Jeanne), MARREY (Bernard), 1989, Paris-Banlieue,1919-1939, Paris, Ed. Dunod, 239 p.CLEMENT (Michel), 2002, Quelques Règles Monastiques Protestantes en France - Reuilly,Pomeyrol, Villeméjane, Université de Montpellier (consultable surhttp://www.er.uqam.ca/nobel/k33440/rp.html)Coll., 1950, Paroisse Sainte-Elisabeth, Quartier des Chantiers: un Siècle dHistoire (1850-1950),Versailles, Imprimerie Hellio, 24 p.DAMIEN (André), 1988, Versailles et la Révolution, 1789-1989, Versailles, Université Inter-Ages de Versailles, 95 p.DAMIEN (André), 1990, Histoires Religieuses du Diocèse de Versailles, Versailles, UniversitéInter-Ages de Versailles, 167 p.DAMIEN (André), LAGNY (Jean), 1980, Versailles. Deux Siècles de Vie Municipale,Versailles, Editions LUnivers du Livre, 163 p.DIETSCHY-PICARD (Claude), 1990, Histoire du Quartier de Porchefontaine, Versailles,Imprimerie La Fourmi, 60 p.DURAND (Romain), 2001, La Politique de lEnseignement au XIXe siècle, LExemple deVersailles, Paris, Ed. Les Belles Lettres, 387 p.EVRARD (Fernand), 1935, Versailles, Ville du Roi (1770-1789), Etude dEconomie Urbaine,Paris, Librairie Ernest Leroux, 637 p. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 162
  • 163. Bibliographie et sourcesGAXOTTE (Pierre), 1974, Le Siècle de Louis XV, Paris, Librairie Arthème Fayard, Ré-éditionpar le Club France Loisirs, Paris, 1997, 447 p.GAXOTTE (Pierre), 1975, La Révolution Française, Paris, Librairie Arthème Fayard, Ré-édition par les Ed. Complexe, Paris, 1988, 458 p.HELLE (Marie-Antoine de), 1969, Le Vieux Versailles. Tome 1: Les origines, La cité royale,Les Monuments et Hôtels de Nos Jours, Versailles, Ed. dArt Henri Lefebvre, 246 p.HELLE (Marie-Antoine de), 1969, Le Vieux Versailles. Tome 2: La Cité Royale, les Monumentsde Louis XV et Louis XVI, les Anciens Hôtels Seigneuriaux et Demeures Particulières deVersailles, Versailles, Ed. dArt Henri Lefebvre, 306 p.HENROT-BROUHON (Thérèse), 1975, Versailles à la Belle Epoque, Bruxelles, S.P.R.L.SODIM, 130 p. (photos)HOUTH (Emile et Madeleine), 1980, Versailles aux Trois Visages. Le Val de Galie, le Châteaudes Rois, la Cité Vivante, Versailles, Ed. Lefebvre, 780 p.JOLY (Agnès), 1989, voir PériodiquesLAGNY (G.), 1958, Le Réveil à Paris et les Origines des Diaconesses de Reuilly, Paris, Ed.Association des Diaconesses, 195 p.LAGNY (Jean), 1990, Versailles, ses Rues - Le Quartier Saint-Louis, Versailles, Ed. dArt Lys,192 p.LATREILLE (Jean-Pierre), 2004, Versailles, Cité Militaire dHier et dAujourdhui, Versailles,Délégation Militaire Départementale des Yvelines (DMD), 62 p.LEMOINE (Henri), 1955, Versailles, Cité Royale, Paris, Librairie Aristide Quillet, 317 p.LE ROI (Joseph-Adrien), 1868, Histoire de Versailles, de Ses rues, Places et Avenues DepuislOrigine de Cette Ville Jusquà Nos Jours (2 tomes), Versailles, Ed. Paul Oswald, Libraire delEvêchéLEVRON (Jacques), 1981, Versailles. Ville Royale, Roanne, Ed. Horvath, 205 p.MARIE (Alfred et Jeanne), 1972, Versailles, Son Histoire. Tome 2: Mansart à Versailles,Volume I, Paris, Ed. Jacques Fréal, 310 p.MARIE (Alfred et Jeanne), 1976, Versailles au Temps de Louis XIV, Troisième Partie: Mansartet Robert de Cotte, Paris, Imprimerie Nationale, 566 p.MARIE (Alfred et Jeanne), 1984, Versailles au Temps de Louis XV, 1715-1745, Paris,Imprimerie Nationale, 617 p.MAROTEAUX (Vincent), 2000, Versailles. Le Roi et son Domaine, Paris, Ed. Picard, 296 p.MICHEL (Louise), 1886, Mémoires de Louise Michel, par elle-même, Paris, Libraire-Editeur F.Roy (consultable sur http://bibliolib.free.fr/article.php3?id_article=104)MESSIE (Gérit), 1992, Les Diaconesses de Reuilly. Un Germe Fécond, Paris, Ed. du Cerf, 174 p.NORBERT (Jean-Paul), 1990, Et Versailles Fut Libéré, texte de l’auteur, 217 p. (1)PAGEARD (Robert), 1989, Mémoires de Versailles - Témoignages, Souvenirs, Evocations,Paris, Ed. Hervas, 191 p.POISSON (Georges et al., 1999, Dictionnaire des Monuments dIle-de-France, Paris, Ed.Hervas, 959 p.TIBERGHIEN (Frédéric), 2002, Versailles. Le Chantier de Louis XIV, 1662-1715, Paris, Ed.Perrin, 378 p.VATUS (Jean), 1991, Histoire de la Maison de Providence (1845-1987), Versailles, Ed. APIL,61 p.1 Cette référence contient un plan de Versailles avec les impacts de bombes du 24 juin 1944; le même plan est disponible sur le site Internet http://perso.wanadoo.fr/memoire78/pages/vers1.html Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 163
  • 164. Bibliographie et sourcesVECHAMBRE (Jean-Michel), 1990, Versailles Pas à Pas. Ses Rues, ses Places, sesMonuments et leur Histoire, Le Coteau, Ed. Horvath, 143 p.VILLARD (Jacques), 2002, Versailles, Histoires et Anecdotes en Ville, Bar-le-Duc, ImprimerieSaint-Paul, 191 p.VILLARD (Jacques), 2003, Versailles à la belle époque, Paris, Les Presses Franciliennes, 142p.VOLDMAN (Danièle), 1997, La reconstruction des villes Françaises de 1940 à 1954. Histoiredune politique, Paris, LHarmattan, 487 p.2- ArticlesCARCY (Odile), LAGNY (Jean), 1987, « LHôtel des Gardes du Corps à Versailles Jusquà laRévolution », Revue de lHistoire de Versailles et des Yvelines, Tome 71, 1987, p. 11-30DAMIEN (André), 1983, « Lœuvre des Soldats et la Chapelle Notre-Dame-des-Armées »,Revue de lHistoire de Versailles et des Yvelines, Tome 67, 1983, p. 31-46FENNEBRESQUE (Juste), 1904, « Dernières Années de Madame Elisabeth à Versailles (1781-1789) », Revue de lHistoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 6e année, février 1904, p. 205-240HACHETTE (Alfred), 1922, « Le Transport dans la Ville de Versailles des Religieuses deNotre-Dame de Compiègne (Septembre 1772) », Revue de lHistoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 24e année, janv-mars 1922, p. 169-181 et p. 290-299JOLY (Agnès), 1989, « Sur le Couvent de la Reine », Revue de lHistoire de Versailles et desYvelines, Tome 73, 1989, p. 87-92LAGNY (Jean), 1972, « La Manufacture dHorlogerie Automatique de Versailles (1795-1801) », Revue de lHistoire de Versailles et de Seine-et-Oise, Tome 60, 1972, p. 55-93LERY (Edmond), 1924, « Lélection du Syndic et des Quarteniers de Versailles en 1694é, Revuede lHistoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 26e année, 1924, p. 354, 360LIONS (Pierre), 1977, « La Solitude, 68 avenue de Paris », Revue de lHistoire de Versailles etdes Yvelines, Tome 62, 1976-1977, p. 103-112LOISELEUR DES LONGCHAMPS (Philippe), 1986, « Thomas Gobert et le SystèmedAdduction dEau de Versailles sur le Territoire de La Celle-Saint-Cloud », Revue de lHistoirede Versailles et des Yvelines, Tome 70, 1986 p. 61-79MERCET (Suzanne), 1929, « Porchefontaine et la Belle Forteresse de Pierre de Craon », Revuede lHistoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 31e année, n° 1, janv-mars 1929, p. 69-101S.I., « Versailles-Le Chesnay-Rocquencourt », Neuf (journal chrétien dinformation locale), n°85, oct. 1991,16 p.VATUS (Jean), 1987, « Une Famille de Facteurs dOrgues Versaillais: les Abbey », Revue delHistoire de Versailles et des Yvelines, Tome 71, 1987, p. 97-127VATUS (Jean), 1988, « Les Orgues Abbey dans les Eglises Versaillaises », Revue de lHistoirede Versailles et des Yvelines, Tome 72, 1988, p. 121-1223- Publications municipales ou localesMaison de Retraite des Sœurs Augustines, Livret dInformation, mise à jour du 14 janvier 2003Versailles Magazine (Bulletin municipal officiel de la Ville de Versailles), dépouillement de larevue, de 1982 à 2008Photo-Ciné-Club de Versailles, 1980, Versailles. Images de la Vie Quotidienne, 1880-1910,Versailles, Les Amis de la Bibliothèque de Versailles, 75 p. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 164
  • 165. Bibliographie et sourcesLes Mille-Feuilles de la Mémoire, 2005, Catalogue de lexposition inaugurale des ArchivesCommunales de Versailles présentée du 27 septembre au 26 novembre 2005, Grandes Ecuriesdu Roi, Versailles, 263 p.Nuit du Patrimoine (Les), Versailles, 18 septembre 1999:- BERTHIER DE LIONCOURT (Vincent), Le Centre de Musique Baroque de Versailles- CAFFIN-CARCY (Odile), Les Menus-Plaisirs- CASTEX (Jean), « LHabitat Ordinaire »- CHAUFFERT-YVARD (Bruno), La Gare des Chantiers- DUBOYS DE LAVIGERIE (Patrick), LEglise Sainte-Elisabeth- LECOMTE (Catherine), Les Etats Généraux- ROJAT-LEFEBVRE (Elisabeth), LHistoire du Quartier Etats-Généraux - Chantiers- VILLARD (Jacques), Le Collège Raymond-Poincaré- VILLARD (Jacques), Le Moulin à Farine de VersaillesNuit du Patrimoine, Versailles, 2000 (16 septembre):- BERTHIER DE LIONCOURT (Vincent), Le Centre de Musique Baroque de Versailles- SCHMITZ (Alain), Histoire de lHôtel de Ville- SCHMITZ (Alain), Histoire de lHôtel des Gendarmes et de lAncienne Poste4- Sites internet*Bases de données sur le patrimoine :http://www.culture.gouv.fr/documentation/merimee/accueil.htmhttp://www.culture.gouv.fr/public/mistral! chastel_ frhttp://www.mairie-versailles.fr*Journées du Patrimoine 2003:http://www.jp.culture.fr/saisie-jep.culture.fr:8080/jep-interro/unecommune.jsp%3Fcom_numinsee=78646.html*Chapelle Notre-Dame-des-Armées : http://notre-damedesarmees-catholique-yvelines.cef.fr*Cimetière des Gonards: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_des_Gonards*Clinique des Franciscaines: http://www.clinique-des-franciscaines.fr/presentation/historique.php*Communauté des Diaconesses de Reuilly: http://www.oidr.org/communaute/lesorigi.htm*Centre huit : www.centre-huit.org*Maison de santé « Claire Demeure » : www.oidr.org*Compagnie des Chemins de Fer de lOuest:http://trains.wikicities.com/wiki/Compagnie_des_chemins_de_fer_de_1%27Ouest*Couvent de la Reine: http://hoche.versailles.free.fr/productions/viscou.htm*Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale: http://www.officier-gendarmerie.net/creationecole.php*Gare de Versailles Rive-Gauche:http://hoche.versailles.free.fr/www2000/amm2000/td/versailles/21/gare*Jardineries Truffaut: http://www.truffaut.com*Ligne Invalides-Versailles Rive Gauche:http://perso.wanadoo.fr/roland.arzul/etat/paris/invalides_versailles.htm*Mairie de Versailles: http://www.mairie-versailles.fr*Musée Virtuel du Protestantisme Français: http://www.museeprotestant.org*Parc du Domaine de Madame Elisabeth:http://www.cg78.fr/environnement/Parc_elisabeth/info.htm*Bombardements :24 juin 1944, un bombardement allié meurtrier sur Versailles : Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 165
  • 166. Bibliographie et sourceshttp://perso.wanadoo.fr/memoire78/pages/vers1.html*Plan de Versailles: Points dimpact des bombes :http://perso.wanadoo.fr/memoire78/images/vers002.jpg5- DictionnairesDictionnaire de lAcadémie Françoise, 1694, Paris, Chez la Veuve de Jean-Baptiste Coignard :http://portail.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/PREMIERE/premiere.fr.html)Dictionnaire de lAcadémie Françoise, 1762, Paris, Chez la Veuve de B. Brunet :http://portail.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/QUATRIEME/quatrieme.fr.html)Dictionnaire de lAcadémie Françoise, 1798, Paris, Chez J.J. Smits et Cie :http://portail.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/CINQUIEME/cinquieme.fr.html)Dictionnaire de lAcadémie Française, 1835, Paris, Imprimerie et Librairie de Firmin DidotFrères :http://portail.atilf.fr/dictionnaires/ACADEMIE/SIXIEME/sixieme.fr.html)Dictionnaire Critique de la Langue Française, de Jean-François Féraud (1787-1788) :http://portail.atilf.fr/dictionnaires/FERAUD/index.htmlThresor de la Langue Françoyse, Tant Ancienne que Moderne, de Jean Nicot (1606) :http://portail.atilf.fr/dictionnaires/TLF-NICOT/index.htm6- Service d’urbanisme de VersaillesMairie de Versailles, 2004, Rapport de Présentation du Plan Local dUrbanisme, 276 p.Mairie de Versailles, 2003 (juin), Dossier de création de la Zone dAménagement Concerté"Versailles Chantiers", 260 p.7- Archives communales de VersaillesRéférences diversesCatalogue des Cartes Postales, Archives Communales de la Ville de Versailles, 2000Catalogue des Collections Photographiques (Sous-série 5 Fi), Archives Communales de laVille de Versailles, 2005Catalogue de la Collection Boissière (Cartes postales de la sous-série 4 Fi), ArchivesCommunales de la Ville de Versailles, 2003Histoire de VersaillesSérie M1, carton 1440: Approbation du plan de suppression des grilles intérieures de loctroi delavenue de Paris, Extrait du Registre des Délibérations du Conseil Municipal, Séance du 21avril 1934Série M1, carton 2484: Construction dune grille en fer et deux pavillons pour la perception deloctroi à la barrière de lavenue de Paris - Adjudication préparatoire le mardi 3 février 1824Série N, carton 4773: Classement à linventaire supplémentaire des Monuments Historiques delAbreuvoir de lavenue de Sceaux, 1954Bombardements et reconstructionSérie H4, carton 249. Bombardements aériens de Versailles (4 juin 1944 et 24 juin 1944):- Première liste des victimes du bombardement aérien du 5 juin 1944 (document non daté).- Bombardement de Versailles le dimanche 4 juin 1944. Brève description et renseignementsstatistiques (document non daté) Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 166
  • 167. Bibliographie et sources- Bombardement de Versailles le samedi 24 juin 1944; Brève description et renseignementsstatistiques (document non daté)- Liste des victimes du bombardement de Versailles le 24 juin 1944 à 8 h 15; Hôtel de Ville deVersailles (document non daté): hommes hospitalisés, femmes hospitalisées, listecomplémentaire (Hôpital de Saint Germain)- Listes des morts du bombardement du 24 juin 1944; Secrétariat de la mairie de Versailles(diverses listes non datées)- Deuxième liste des blessés du bombardement de Versailles décédés à lHôpital depuis le 25juin 1944 à midi; Hospices civils de Versailles (document non daté)- 225 morts, 500 blessés à Versailles odieusement bombardé par les terroristes anglo-américains; Le Matin, 26 juin 1944- La liste des morts du bombardement du 24 juin 1944; LEcho de Versailles, 6 juillet 1944- Secours durgence accordés par le Bureau de Bienfaisance aux sinistrés victimes dubombardement du 24 juin 1944 (listes du 26 juin au 28 juillet 1944)- Note du secrétaire général de la mairie de Versailles à M. Drouard lui demandant de faireparvenir au maire "un plan de la ville à petite échelle sur lequel on aura reporté lesemplacements de chutes de bombes du 4 juin dernier (couleur rouge) et les points de chute du24 juin (couleur bleue); 2 août 1944- Lettre de lArchitecte de la Ville chargé de la défense passive (M. Tronquois) au maire deVersailles concernant le nombre des immeubles atteints par les bombardements; 11 août 1944- Lettre de ladjoint délégué pour le maire de Versailles (M. Cornet) à M. G. Lecannellier,Ministère de lInformation concernant le nombre des immeubles atteints par les bombardements;14 août 1944- Liste des propriétés communales sinistrées: Description sommaire des dégâts; Rapport delingénieur-voyer, directeur des travaux communaux de la Ville de Versailles; 30 octobre 1944Série H4, Carton 2606. Souscription publique en faveur des sinistrés du bombardement du 24juin 1944 : Crédit de 100 000 francs voté par le Conseil municipal (1944-1945) ; Vote par leConseil municipal dun crédit de 100 000 francs; séance du 24 juillet 1944Série H4, Carton 4299. Nombre de logements sinistrés inhabitables ou complètement détruits,non réparés ou reconstruits (1953): Tableau établi par le Service durbanisme de la Ville deVersailles; 1er octobre 1953Série H4, Carton 5763: Indemnités aux sinistrés - Instructions (1942-1945):- Lettre de lingénieur en chef des Ponts et Chaussées, délégué régional du Commissaire à laReconstruction immobilière (Service régional de Seine-et-Oise) au maire de Versaillesconcernant les déclarations de sinistres; 19 novembre 1942- Lettre de lingénieur en chef des Ponts et Chaussées, délégué régional du Commissaire à laReconstruction immobilière (Service régional de Seine-et-Oise) au maire de Versaillesconcernant les déclarations de sinistres; 5 décembre 1942- Communication du Préfet de Seine-et-Oise aux maires du département concernant lesdemandes dindemnités pour dommages de guerre; 16 juillet 1949 (publiée dans le B.O. desmaires du 23 juillet 1949)- Avis aux sinistrés concernant le choix de larchitecte chargé détablir le devis à lidentique de lareconstruction de leur immeuble; 20 mai 1950 (publié dans le B.O. des maires du 20 mai 1950)- Décision du Délégué départemental du Ministère de la Reconstruction et de lUrbanisme(Monsieur Cortade) concernant lévaluation des dommages de guerre immobiliers; 8 novembre1950Série H4, Carton 5766: Dommages de guerre à la suite des bombardements :- Travaux exécutés pour le compte des autorités occupantes- Listes des sinistrés après bombardement (1941-1945):- Liste des immeubles de la Ville de Versailles sinistrés, consécutifs aux bombardements aériensconstatés par Monsieur Tronquois, architecte (document non daté)Domaine des DiaconessesCentre huit : Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 167
  • 168. Bibliographie et sources1T 6511 : permis de construire (1969-1970).Claire Demeure :1 T6510: Permis de construire de la maison de santé.1T 8205: Permis de construire dune salle de réunions (1978-1980).1T 8245: Extension de lhôtellerie (1978-1980).43W432 : Extension des bureaux (1984-1986).Constructions diverses.1T 3804: Construction dun hall et dun solarium (1936). Dossier ne comprenant que deux planspeu lisibles et de peu dintérêt1T 4823 : Aménagement intérieur du pavillon des non bacillaires (1955).1T 6511 : Construction dune maison dhabitation (1968).1T 8012: Construction dun bâtiment provisoire (1976) : permis de construire refusé.76W77: Construction dun entrepôt (1991).Création de loffice des HBMSérie Q4, assistance et prévoyance, dossier 1882 : note sur la législation des HBM. Rapports,lettre du préfet de Seine et Oise au sujet de la création de loffice des HBM. Correspondance.Série Q4, institutions diverses 1063. Société dHBM de la ville de Versailles, acquisition deterrains, domaine des jardins ouvriers rue des Petits Bois, 1925-1932. Les petites affiches deSeine et Oise.Groupe HBM, rue St Nicolas, Caignart de Mailly arch.Dossier 1T 2767.Office public dhabitation à bon marché de la ville de Versailles, groupe HBMrue St Nicolas. Plans, coupes, façades dressés par larchitecte Hector Caignart de Mailly, Paris1928.Ecole supérieure de jeunes filles, Caignart de Mailly arch.Dossier 4 M : Edifices à usage d’établissement d’enseignement, de sciences et d’art :- Carton 1721. Note retraçant l’origine des négociations pour l’acquisition d’un terrain devantservir à la création d’une école supérieure de jeunes filles, 18 octobre 1930- Carton 1203. Concours entre architectes. Règlement du concours. Références des auteurs desprojets primés ou mentionnés, correspondances. 1930. Plans de l’école primaire supérieure dejeunes filles à édifier rue des Chantiers. 1932- Carton 1639. Ecole Primaire Supérieure de Jeunes Filles. Rapport de l’architecte, auteur duprojet. Cahier des charges générales. 1930-1931- Carton 2357. EPSJF. Décoration picturale. Proposition de Mademoiselle de Riencourt deconcourir à titre gracieux. Photo. 1934- Carton 3123. Collège Marie Curie ; Occupation du collège par les Allemands, hébergement àla caserne d’Artois. 1940-1944- Carton 3840 Collège Marie Curie ; Reconstruction de l’aile ouest de l’ancien collège détruitepar les bombardements. Suppression des cours complémentaires existants. Création d’un courscomplémentaire nouveau.1950-1952Thématiques connexesLEONE (Claude), L’école et la Ville, thèse de doctorat, sous la dir. de Marcel Roncayolo, 1983[pour un approfondissement sur la politique éducative]Registre des délibérations du Conseil Municipal, Série D : Administration Générale de laCommune (période 1787-1995)ARCHIVES COMMUNALES DE VERSAILLES, 2005, Les Mille-feuilles de la mémoire, Villede Versailles, 2263 p. Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 168
  • 169. Bibliographie et sources8- Archives de la Bibliothèque municipale de VersaillesLes Diaconesses de ReuillyVersailles. Carton 112-31 :- Brochure « Les Ombrages » : prospectus datant de 1958 et décrivant de manière détaillée lesanatorium à lintention des malades et de leur famille; il contient quelques photos noir et blanc,notamment une partie du château, la villa et la chapelle.- Bulletin des Diaconesses de Reuilly, 1970, 3e et 4e cahiers: périodique de la communauté desDiaconesses; ce numéro, émis lors de la suppression du sanatorium des Ombrages, en relate lepassé.Duhaut H10 :« Madame André Walther » (biographie)9- Autres sourcesSFA(Société française des Architectes), 247 rue St Jacques Paris : fichier SADG, noticeindividuelle Hector Caignart de Mailly, 1.001 12005 Versailles, le quartier des chantiers et son histoire. Rapport de recherche UIA, octobre 2008 / 169

×