Your SlideShare is downloading. ×
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Présentation Etienne de Callatay
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Présentation Etienne de Callatay

629

Published on

Le powerpoint de la conférence d'Etienne de Callalatay pour la conférence de Capital Confiance

Le powerpoint de la conférence d'Etienne de Callalatay pour la conférence de Capital Confiance

Published in: Technology, Health & Medicine
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
629
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La crise de confiance B4C Charleroi, 21 octobre 2009 Etienne de Callataÿ [email_address]
  • 2. Introduction – un petit test
      • Imaginez …
        • Revenu net de EUR 2000 / mois
        • Prime de fin d’année d’un coût de 13.500 EUR pour l’employeur
          • Soit en cash : EUR 4.000 net
          • Soit sous forme d’options
            • Probabilité de 2/3 de valeur = EUR 15.000 net
            • Probabilité de 1/3 de valeur = EUR 0 net
      • Que choisissez-vous ?
  • 3. Introduction – un petit test
      • On recommence mais avec
        • Revenu net de EUR 1000 / mois
        • Prime de fin d’année d’un coût de 13.500 EUR pour l’employeur
          • Soit en cash : EUR 4.000 net
          • Soit sous forme d’options
            • Probabilité de 2/3 de valeur = EUR 15.000 net
            • Probabilité de 1/3 de valeur = EUR 0 net
      • Que choisissez-vous ?
  • 4. Introduction – un petit test
      • On recommence encore mais avec
        • Revenu net de EUR 1000 / mois
        • Seuil de pauvreté EUR 1300 / mois
        • Prime de fin d’année d’un coût de 13.500 EUR pour l’employeur
          • Soit en cash : EUR 4.000 net
          • Soit sous forme d’options
            • Probabilité de 2/3 de valeur = EUR 15.000 net
            • Probabilité de 1/3 de valeur = EUR 0 net
      • Que choisissez-vous ?
  • 5. Mise en perspective de la crise
  • 6. Quelques paradoxes (1/2)
      • La stabilité est bénéfique … mais elle conduit à l’instabilité
      • “ La stabilité rend fou”
      • L’aversion au risque conduit à la prise de risques
      • La concurrence est le benchmark
      • Myopie et hypermétropie conduisent à la même stratégie
      • court-terme : “tout va bien”
      • long-terme : “tout ira bien”
  • 7. Quelques paradoxes (2/2)
      • Crise du crédit … mais le crédit est bénéfique
      • y compris pour les personnes à bas revenus
      • On parle de crise … mais la crise est un état permanent
      • Partager la souffrance de la crise … et accepter la nécessité de la crise
  • 8. La destruction créatrice (1/3)
  • 9. La destruction créatrice (2/3)
      • « Licenciement chez Total malgré un bénéfice de 14 milliards d’euros… »
      • « Personne n’a oublié les bénéfices records de Total, soit près de 14 milliards. La société vient d’annoncer la suppression de 500 voir 600 postes dans les raffineries françaises. Il y a de quoi  demander des explications en cette période de crise. »
  • 10. La destruction créatrice (3/3)
      • Schumpeter : l’économie est en constante mutation
      • Les arbres qui tombent font de la place pour d’autres
      • Il faut abattre des arbres pour fortifier la forêt
      • Il vaut mieux que tous les licenciements n’aient pas lieu au creux de la crise
  • 11. Les évolutions structurelles
      • Pertes d’emploi dans l’agriculture
        • … sans perte correspondante de production
      • Les secteurs nationaux
        • Charbonnage
        • Sidérurgie
        • Verre creux d’emballage
        • Textile
        • Chantiers navals
  • 12. Le rôle central de la confiance
      • Dilemme
        • Ralentir le déclin des activités existantes
      • OU
        • Faciliter l’éclosion de nouvelles activités
      • Qu’est-ce qui dicte le choix ?
        • Les intérêts particuliers
        • La capacité à courir des risques
        • Le niveau de confiance
  • 13. Les causes de la crise
  • 14. La condition humaine – avant la crise
  • 15. La condition humaine Et à quoi ressemble-t-elle après la crise ?
  • 16. La condition humaine – après la crise
  • 17. La nouvelle pas si nouvelle condition humaine
      • Comportement grégaire
        • dans les bulles
        • dans la panique
      • Apreté au gain
      • Mémoire limitée
      • Trop grande confiance en soi
      • Peur du risque (“sous mon parapluie je vivais heureux”)
      • “ Je te tiens, tu me tiens”
  • 18. Les causes
      • Les responsabilités sont multiples
        • Les institutions financières
        • L’homme de la rue
        • Les pouvoirs publics
      • Cela ne signifie pas “tous responsables, donc personne n’est responsable”
  • 19. Les causes – les institutions financières (1/3)
      • Echec du risk management
        • Modèles erronés, mauvaise mesure de certains risques
        • Ignorance des risques extrêmes
        • Utilisation de corrélations historiques
      • Asset – liabilities management
        • Ignorance des risques d’illiquidité
        • Ignorance des risques de financement (wholesale markets)
      • Bulle financière, ici immobilière
      • Inhibition de la prudence
        • Ignorance du problème agent / principal
        • Fixed income = moins risqué que les actions = sûr
        • Les produits structurés étaient lucratifs
  • 20. Les causes – les institutions financières (2/3)
      • Assurance non fiable
        • Credit ratings
        • Credit Default Swaps
      • Comptabilité et chiffres flattés
        • Valorisation sur la base de prix de marché
        • Valorisation sur la base de modèles
        • Titrisation accélère l’enregistrement des bénéfices
      • Benchmarks
        • Aisé de faire mieux qu’un benchmark souverain
      • Incitations perverses
        • Incitation à prendre des risques
      • Ethique
        • Comment servir au mieux les intérêts du clients ?
  • 21. Les causes – les institutions financières (3/3)
      • La titrisation est bénéfique …
        • Si elle répartit les risques (décorrélation)
        • Si les incendies peuvent être éteints
      • Effet de contagion
        • Impossibilité de convaincre de sa propre stabilité
      • Dilemme du prisonnier
        • Pas de récompense pour celui qui fait du désarmement unilatéral
      • Hypocrisie
        • Les agences de rating comme allié objectif
        • Le système parallèle (shadow banks) faisait des heureux
  • 22. Les causes – l’homme de la rue
      • Comme investisseur
        • Naïveté de croire à return (beaucoup) plus élevé pour même risque
        • Trop confiant en lui
        • Appât du gain et comportement grégaire
        • Pour partie, l’offre a répondu à la demande
        • A cédé à une panique qui s’autoalimente
      • Comme emprunteur
        • A trop emprunté
        • A emprunté de manière trop risquée (floating rates, carry trade)
      • Comme électeur – qui a demandé une réforme de la régulation?
  • 23. Les causes – les autorités (1/5)
      • Politiques monétaires et de change
        • Taux d’intérêt “too low for too long”
        • Greenspan’ put / aléa moral
        • Monnaie unique sans coordination autre
        • Politiques de change (Chine)
  • 24. Les causes – les autorités (2/5)
    • Politique budgétaire
      • Politique budgétaire pro-cyclique
      • Déficits publics et déséquilibres macroéconomiques
      • «  twin deficits  »
      • Vieillissement : en parler … sans le préparer pousse les épargnants à prendre des risques
  • 25. Les causes – les autorités (3/5)
    • Politique fiscale
      • Allocation d’actifs et distorsions fiscales
        • Traitement de faveur des plus-values stimule l’investissement à risque
        • Double taxation des dividendes étrangers pénalise la diversification
      • Stimulation de l’endettement
        • Entreprises : déductibilité des charges d’intérêt vs. non-déductibilité de la rémunération des fonds propres
        • Ménages : déductibilité pour emprunt hypothécaire subprime = démocratisation de la dépense fiscale
      • Politique de rémunération et distorsions fiscales
        • Stock options, actions de l’employeur
  • 26. Les causes – les autorités (4/5)
      • Régulation du secteur financier (I/II)
        • Faiblesses opérationnelles :
          • Manque d’expertise (cf. Madoff)
          • Pas de consolidation
          • Complaisance face aux modèles internes de gestiion des risques
          • Complaisance vis-à-vis des grandes institutions (arbitrage régulatoire)
        • Limites intrinsèques de la régulation :
          • Regulatory capture
          • Inhibe la prudence
          • Pousse au contournement
          • Manque de finesse
  • 27. Les causes – les autorités (5/5)
      • Régulation du secteur financier (II/II)
        • Conflits d’objectifs :
          • Trop de crédit ou pas assez ?
          • Trop de règles urbanistiques ou pas assez ?
          • Trop de discriminations positives ou pas assez ?
          • Trop de profits dans le secteur financier ou pas assez ?
          • Trop faible niveau des taux d’intérêt ou pas ?
        • Règles comptables
        • Pro-cyclicité
  • 28. Les causes – l’échec de l’économiste (1/2)
      • Les (mauvaises) excuses
        • S’être trompé sur l’ampleur des conséquences, pas sur la cause première
        • Anticiper est au-delà de ses compétences
        • Les autres (capitaines d’industrie, banquiers centraux, contrôleurs, autorités) n’ont pas fait mieux
        • Taleb (à la suite de Keynes) : “Expect the un-expectable”
  • 29. Les causes – l’échec de l’économiste (2/2)
      • Erreurs
        • A trop fait confiance
        • A ignoré le lien entre périphérie et centre
        • A négligé la panique
        • A vu le plus de l’innovation financière avant les risques
        • A oublié la liquidité
        • A été influencé par la résilience de l’économie
        • A préféré le moyen/long-terme au court-terme
        • A laissé son biais de croissance et d’optimisme l’emporter
  • 30. Les conséquences
  • 31. Les conséquences
      • Perte de capital
      • Impact sur le secteur financier
      • Impact sur l’économie
  • 32. Les conséquences – perte de capital (1/2)
      • Perte de capital privé
      • MAIS pour partie il s’agit d’un transfert en faveur de celui qui investit moins cher
      • Perte de capital public
      • crise des finances publiques
      • MAIS le défi des finances publiques date d’avant 2008
      • . / ..
  • 33. Les conséquences – perte de capital (2/2)
      • Perte de capital social
      • Perte de confiance
            • Envers l’économie de marché
            • Envers la capacité de réguler
            • Envers la prise de risque
            • Envers les intermédiaires financiers
      • + d’aversion au risque = – de croissance
      • (impact via coût du capital, régulation, entrepreneuriat, …)
      • MAIS moins d’arrogance
  • 34. Les conséquences – impact sur le secteur financier (1/4)
      • Nouveau paysage financier
        • mutation des grandes banques
        • nationalisations de longue durée
        • restructurations, cession d’activités et consolidations
        • repli national, voire nationaliste
      • Changement de la gouvernance financière
        • mort de l’autorégulation
        • évolution des instance de la régulation internationale
        • réforme des agences de notation
        • implication de «  l’originator  » en cas de problème
        • secret bancaire et paradis fiscaux en ligne de mire
  • 35. Les conséquences – impact sur le secteur financier (2/4)
      • Modification du profil de risque des institutions financières
        • réintégration d’activités “hors bilan”
        • désendettement (“ deleveraging ””)
        • augmentation des fonds propres
        • exigences en capital mieux différenciées en fonction du profil de risque et du cycle (“ dynamic provisioning ”)
        • rémunérations / bonus
        • codes d’éthique
  • 36. Les conséquences – impact sur le secteur financier (3/4)
      • Les questions en suspens
        • risques qui demeurent
          • défaillances de crédit hors marché hypothécaire
          • effet de l’arrêt du soutien public (garanties, politique monétaire très accommodante)
        • scission banque d’affaires / banque commerciale
        • gestion de l’aléa moral
          • « Too big to fail » … mais encore plus gros
          • Lehman : bonne leçon ou plus jamais cela ?
  • 37. Les conséquences – impact sur le secteur financier (4/4)
      • Impact sur profitabilité ? A priori, en baisse
        • moins de levier
        • fin d’activités très rentables
        • client plus prudent et plus conscient des coûts
        • fiscalité plus lourde ?
        • “ primes” d’assurance ?
        • MAIS
        • pentification de la courbe des taux
        • moins de concurrence
  • 38. Les conséquences – impact sur l’économie (1/3)
    • A court/moyen terme
      • Investissement
        • Incertitude
        • Financement : taux d’intérêt et garanties exigées
        • Taux d’utilisation des capacités installées
      • Consommation
        • Incertitude sur le marché du travail
        • Perte de revenu (chômage, moindre bonus, …)
        • Perte de patrimoine
        • Doutes sur les finances publiques
  • 39. Les conséquences – impact sur l’économie (2/3)
    • A moyen/long terme
        • Croissance récente pour partie non soutenable
        • Moins d’innovation financière
        • Coût du “deleveraging”
        • Coût du risque (prime de risque) plus élevé
        • Coût de la régulation
        • Contrainte budgétaire : plus d’impôts, moins de services publics
        • Moins d’entrepreneuriat
        • MAIS ../...
  • 40. Les conséquences – impact sur l’économie (3/3)
    • A moyen/long terme
        • MAIS
        • Moins de risques microéconomiques ?
        • Moins de déséquilibres macroéconomiques ?
        • Meilleur alignement d’intérêts entre stakeholders ?
        • Réformes structurelles “grâce” à la crise ?
  • 41. Et chez nous ?
  • 42. Et chez nous ? (1/5)
      • Crise plus violente en Belgique
      • A davantage souffert de la crise financière
        • poids du secteur financier était plus important
        • acteurs nationaux ont plus souffert
      • Souffre de la crise de l’assemblage automobile
      • Fragilité en cas de restructurations due à handicap compétitif
      • Pas de nationalisme économique, pas de champions nationaux
  • 43. Et chez nous ? (2/5)
      • MAIS notre Etat-providence a amorti le coup
      • Importance de l’emploi public / non-marchand
      • Rigidité du marché du travail, qui conduit à différer les licenciements
      • Indemnisation du chômage
      • Hausse des salaires (avec indexation décalée)
  • 44. Et chez nous ? (3/5)
      • Perspectives macroéconomiques
      • Dette publique (+ vieillissement) plus problématique
      • Récentes performances non soutenables
        • maintien du pouvoir d’achat (indexation)
        • assouplissement budgétaire
        • légalisation du travail non déclaré
        • baisse du taux d’épargne
  • 45. Et chez nous ? (4/5) Une austérité budgétaire durable
  • 46. Et chez nous ? (5/5)
      • Les perspectives
      • Performances pas radicalement différente de celles des voisins
      • Les rigidités amortissent la crise … et freinent le rebond
      • barrière à la sortie = barrière à l’entrée
      • Crise = nécessité de réformes
        • fiscalité
        • sécurité sociale
        • administration
        • marché du travail
        • or les réformes sont difficiles en Belgique
  • 47. Conclusion
  • 48. Conclusion
      • Cela va moins mal
        • Indicateurs économiques ont (fortement) progressé
        • Les inquiétudes sur le système financier ont significativement reculé
        • Rebond des bourses
      • Tant mieux … mais attention au « business as usual »
  • 49. Conclusion
      • La crise aura des effets durables
        • Aversion au risque
        • Endettement
        • Régulation du système financier
        • Finances publiques
        • Hypothèque d’inflation
        • Croissance économique potentielle
  • 50. Conclusion
      • Le coût de la crise …
      • … et ses effets positifs potentiels
          • Un meilleur système financier
          • Un moindre niveau de risque
          • Une réforme de la fiscalité et des dépenses publiques
      • L’histoire de la crise reste à écrire et dépendra de ce que nous en ferons …
      • … dans un environnement économique qui reste prometteur

×