• Save
INTI13 - Woloszyn : model resilience
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

INTI13 - Woloszyn : model resilience

on

  • 996 views

 

Statistics

Views

Total Views
996
Views on SlideShare
431
Embed Views
565

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 565

http://www.territorial-intelligence.eu 565

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

INTI13 - Woloszyn : model resilience INTI13 - Woloszyn : model resilience Presentation Transcript

  • Evolu&on  du  modèle  induc&f  de  la  résilience:  intégra&on  des  variables  réac&ves  et  proac&ves  dans  un  modèle  dinférence  de  la  dynamique  de  résilience        Philippe  Woloszyn      ESO  -­‐  UMR  6590  CNRS/Université  Rennes2,  Laboratoire  Espaces  et  Sociétés  Rennes      
  • Resilience  •  Long-­‐term  capacity  of  a  system  to  deal  with  change.    •  Amount  of  structural  or  func&onal  change  or  disturbance  that  a  system  can  undergo  through  short-­‐term  episodic  shocks  or  perturba&ons  without  chang-­‐  ing  state  or  its  essen&al  func&ons  •  Long-­‐term  ability  of  a  system  to  recover  from,  to  con&nue  to  develop,  or  to  resist  be-­‐  ing  affected  by  such  change.    •  Reflects  the  capacity  of  a  system  to  stay  or  return  in  its  original  steady  state  •  Connected  to  knowledge-­‐building  and  the  building  of  learning  capabili&es  in  ins&tu&ons  and  organisa&ons    
  • Nébuleuse  conceptuelle  de  la  résilience  complexifie d’autant la compréhension et la portée car chacune de ces notions connexesinfléchit le sens de la résilience (Djament-Tran et al., 2012).Figure 1. La nébuleuse autour de l’emploi du terme de résilience et des concepts afférentsSource : Lhome et al., 2010. SéminaireAu sein du discours académique contemporain dans les sciences humaines et sociales(SHS), les tentatives de définition et d’élargissement de la vulnérabilité (Pelling, 2003), axéessur la capacité de réponse des sociétés face à des événements préjudiciables, ont contribué àSource  :  Lhome  et  al.,  2010.  Les  défini&ons  de  la  résilience  dans  les  SHS  procèdent  par   analogie   et   sont   donc   fonc&on   du   modèle  épistémologique  de  référence  et  du  contexte.  
  • Socioecological            Vulnerability  
  • The  Inductance  Model  
  • Socioeconomical            Vulnerability  RESOURCE  NEEDS  TERRITORIAL    DEVELOPMENT  Social  Conductance  Social  Capacitance  Social  Inductance  Economical  Conductance  Economical  Capacitance  Economical  Inductance  Ecological  Conductance  Ecological  Capacitance  Ecological  Inductance  Inputs   Outputs  Resilience  E  -­‐  model   S  -­‐  model  O  -­‐  model  
  • The  resilience  temporality  factors    
  • tdsptd_helix_256x256.gif  The  resilience  temporality  factors  World-­‐Line  approach:  conductance  (Red)  vs  Inductance  (blue)  
  • Le  modèle  induc&f  de  la  résilience  
  • Résilience,  échelles  et  bifurca&ons:  un  système  complexe  ?  •  Limites  de  solu&ons  qui  valoriseraient  naïvement  les  capacités  locales  de  ges&on  (  boKom-­‐up  =  direc&ves  municipales  de  la  ges&on  du  peuplement)  •  =  Volonté  de  limiter  le  plus  possible  les  interven&ons  de  la  puissance  publique    ?  (pra&ques  d’inspira&on  anglo-­‐saxonne)  •  =>  différences  d’échelle  comme  d’acteurs  impliqués  dans  la  préven&on  des  catastrophes  :  la  résilience  et  la  catastrophe,  pour  qui  ?  par  rapport  à  quels  critères  ?  à  quelles  échelles  ?  •  =>  la  catastrophe,  associée  à  un  événement  rare  et  de  forte  intensité  conduit  à  une  bifurca&on,  c’est-­‐à-­‐dire  à  une  transforma&on  de  la  structure  fondamentale  du  système.    •  La  bifurca&on  peut  matérialiser  la  volonté  de  défendre  la  résilience  du  système  de  ges&on  des  risques  locaux,  par  rapport  à  léchelle  globale  du  coût  de  ces  risques    •  Comment  les  théories  de  la  complexité,  notamment  celle  de  l’auto-­‐organisa&on  cri&que,  permebent-­‐t-­‐elles  de  mieux  comprendre  les  rela&ons  apparemment  incompa&bles  entre  risques,  catastrophes  résilience  et  développement  durable  ?  
  • Co-­‐évolu&on  urbaine  et  clima&que  
  • Cycle  adapta+f  et  Panarchie  des  systèmes  complexes    Brian  et  Walker,  2004  La   «   Panarchie   »   perturbe   les   cycles   qui  affectent   les   sous-­‐systèmes.   Le   degré   de  résilience   est   dépendant   des   couplages  d’échelles   spa&ales   et   de   rythmes   temporels.  De   mul&ples   connec&ons   peuvent   alors  poten&ellement   intervenir,   notamment   la  connexion  «  révolte  »,  événements  rapides  à  une   échelle   inférieure   bouleversant   des  processus  lents  à  une  échelle  supérieure  tandis  que   la   connexion   «   mémoire   »   révèle  comment   le   renouvellement   du   cycle,   qui  s’appuie   sur   l’héritage   est   organisé   par   la  phase  K  du  niveau  supérieur      Au  cours  des  différentes  phases  du  cycle  adapta&f,  la  résilience   commencerait   par   décroître   pour  augmenter  ensuite)  :  Les  phases  de  croissance,  puis  de   conserva&on   sont   marquées   par   une   évolu&on  lente  suivies  d’une  phase  chao&que  de  changement  brutal,   qui   très   vite   conduit   à   une   phase   de  réorganisa&on,  quand  des  innova&ons  transforment  le  système.  
  • Résilience  et  stabilité  systémique  La  Panarchie  souligne  comment  les  trois  abributs  sont  influencés  par  les  états  et  les  dynamiques  des  (sous-­‐)systèmes  situés  à  des  échelles  supérieures  ou  inférieures  à  l’échelle  considérée  (Pa)  en  impactant  le  système  soit  directement  (depuis  la  plus  pe&te  échelle)  ou  en  changeant  la  stabilité  du  système  (depuis  l’échelle  supérieure)    
  • Cycle  adapta&f  et  Panarchie  des  systèmes  complexes    -­‐  Importance  du  cycle  adapta&f,  et  en  par&culier  de  la  phase  α  (réorganisa&on),  comme  moteur  de  variété  et  comme  générateur  de  nouvelles  expériences  au  sein  de  chaque  niveau    -­‐  Transforma&on  des  hiérarchies  en  structures  dynamiques    Quatre  possibilités  pour  augmenter  la  résilience  d’un  système,  :  -­‐        augmenter  la  la&tude  -­‐  diminuer  la  précarité  -­‐  accroitre  la  résistance    -­‐  améliorer  le  management  des  interac&ons  entre  les  échelles  du  système    
  • Les  travaux  de  la  Résilience  Alliance  ont  permis  de  mebre  en  évidence  les  trois  dimensions  de  la  résilience  des  systèmes  socio-­‐écologiques  complexes  qui  expriment  sa  double  nature  «  réac&ve  »  pour  les  deux  premières  ou  «  proac&ve  »  pour  la  dernière    Figure 4. La double dimension de la résilienceSource : Quenault et al. (2011)Les deux premiers attributs spécifiques (capacité d’absorption et d’auto-organisation)renvoient à la « résilience réactive » (Dovers et Handmer, 1992 et 1996) qui rend possible,1. Capacité d’absorption du système face à une perturbation tout en restantdans le même état ou domaine d’attraction⇒ capacité de résistance⇒ i.e. aptitude à résister aux impacts sans subir de dégâts2. Capacité d’auto-organisation du système face au choc« Résilience réactive ») = « capacité à faire face » = adaptation autonome/spontanée (i.e. ex post)« Résilience proactive » = « capacité de réponse » = adaptation planifiée/anticipatrice (i.e. ex ante).3. Aptitude du système à construire et à accroître sa capacité adaptative et sacapacité d’apprentissage⇒ i.e. aptitude à se remettre des dommages subis par transformation,réorganisation ou renouvellement des structures et fonctions d’unsystèmeLa  triple  dimension  de  la  résilience    Source  :  Quenault  et  al.  (2011)  
  • simulaNon  de  modèles  mentaux  •  Mécanismes  dans  le  cadre  des  réflexions  de  Peirce    sur  le  syllogisme,  sur  trois  modes  dinférence  :  la  déduc&on  (analy&que),  linduc&on  et  labduc&on  (synthé&ques).    processus qui y est à lœuvre et qui retient dordinaire lattention desexégètes de Peirce: le mécanisme dinférence.Les trois modes dinférencePeirce sest beaucoup intéressé aux mécanismes dinférence dansle cadre notamment de ses réflexions sur le syllogisme. Il distinguaittrois sortes dinférence: la déduction, linduction et labduction.Sinspirant de la terminologie kantienne, Peirce nous dit de la pre-mière quelle est analytique tandis que les deux autres sont synthé-tiques et il représente ces relations de la façon suivante1:InférenceDéductive ou analytiquesynthétiqueinduction hypothèse[abduction]
  • Les  trois  modes  dinférence    •  La  déducNon  consiste  à  &rer  une  conclusion  (un  “résultat”)  à  par&r  de  lapplica&on  dun  principe  général  (une  “règle”)  à  un  cas  par&culier.    •  Linduc&on  sabache  à  inférer  une  règle  à  par&r  de  lobserva&on  dun  cas  par&culier  et  dun  résultat.    •  Labduc&on  apporte  des  connaissances  de  nature  différente  :  elle  consiste  à  inférer  un  cas  à  par&r  dune  règle  et  dun  résultat:  la  rela&on  établie  est  alors  de  nature  hypothé&que  et  conjecturale:  hypothèse  explica&ve  =    mode  d’inférence  «  créa&ve  ».  =>  sauts  cogni&fs  producteurs  de  connaissances  nouvelles  
  • L’intégra&on  mul&scalaire  des  Rdimensions    Dans  le  système  résiliaire  complexe  de  réponse  à  la  vulnérabilité,  les  3  modes  dinférence  :  déduc&on  (construc&on  diagramma&que)  /  abduc&on  (émission  dhypothèses)  /  induc&on  (formula&on  de  règles)  (Verhaegen)  sont  formalisés  par  une  double  structure  dhélicoïdes  (traduisant  les  processus  induc&fs  mul&scalaires)    
  • LOCAL  Climate  Event  GLOBAL  Social  Crash  WHAT  Resilient  Response  ?  Governance  Skills  Popula&on  Coopera&on  
  • Induced  effects  Temporal  Phase  Transi&on  «  Normal  »    prize  fluctua&on    (seasonal  period)  «  Induced  »    prize  fluctua&on    (Daily  period)  Climate  Event  NEEDS    RESOURCES  =>  =>  E-­‐O  System  Entropy  UNPREDICTIBLE  =>  =>  PREDICTIBLE  
  • Within  those  analogical  models,  if  capacitance  exceeds  inductance,  a  leading  power  factor  will  result  which  could  result  in  over  voltage  (uncontrolled  economic/social  flows)  and  harmonic  problems  (equilibrium  disrup&on  causing  an  overflow  of  the  dissipa&ve  system  =  crisis).    Matrice  de  cri+cité  :  décrit  une  situa+on  qui  présente  à  la  fois  un  «  risque  poten+el  »  et  une  «  vulnérabilité  environnementale    »  Once  the  economic/social/ecologic  values  coefficients  are  determined,  they  may  be  translated  into  the  needs  and    resource  coefficients  to  solve  the  cri&city  matrix  Solving  for  the  Xk  terms  of  the  Yj,  we  get,  say,  [bkj]  [Yj  ]  =  [Xk]  .  The  transiAon  paradigm:  criAcal  condiAons  
  • Lois  de  puissance:  distribu&on  occurrence  /  importance    Loi  de  Farmer  :  décrit  le  rapport  inverse  entre  fréquences  et  intensités.  Elle  s’appuie  sur  les  retours  d’expérience  et  les  séries  sta&s&ques  que  permebent  d’établir  les  dommages  passés.    Loi  de  Zipf  /  Pareto,  dite  rang-­‐taille,  sur  la  distribu&on  des  mots  dans  le  langage  parlé,  ou  la  distribu&on  des  villes.  
  • L’adapta&on  d’impédance  informa&onnelle  Entropie  
  • Donc…  •  La  résilience  proac&ve  des  popula&ons  urbaines  se  construit  à  par&r  de  l’abachement  au  territoire  (psychologie  environnementale),  de  la  reconnaissance  du  rôle  posi&f  de  l’individu  dans  la  préven&on  et  de  son  pouvoir  de  contrôle  (psychologie  sociale  et  vision  posi&ve  de  l’aménagement  du  territoire).  •  Confronté  à  laléa  naturel  ou  clima&que,  la  construc&on  proac&ve  du  système  résiliaire  peut  alors  abou&r  au  développement  d’une  vision  globale  du  futur  de  son  territoire,  qui  peut  non  seulement  amener  à  inves&r  dans  une  préven&on  intelligente,  mais  aussi  et  surtout  à  développer  une  capacité  dadapta&on  au  territoire  sur  le  temps  long  •  Le  recours  à  l’approche  systémique  et  panarchique  du  concept  de  résilience  pour  analyser  les  trajectoires  urbaines  en  lien  avec  l’aléa  permet  d’opérer  un  déplacement  épistémologique  en  permebant  de  rompre  avec  la  vision  tradi&onnelle  de  la  catastrophe,  perçue  comme  un  événement  excep&onnel  •  La  durabilité  renvoie  à  la  capacité  de  créer,  de  tester  et  de  maintenir  des  capacités  adapta&ves  tandis  que  le  développement  est  le  processus  de  créa&on,  d’expérimenta&on  et  de  main&en  des  opportunités  du  système:  l’associa&on  des  deux  termes  de  développement  et  de  durabilité  cons&tue  ainsi  le  fondement  du  système  dynamique  de  la  résilience.