• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
INTI13 - Philippe Patrice Mougel : Cinq attitudes de résilience par rapport aux problèmes de mobilité territoriale
 

INTI13 - Philippe Patrice Mougel : Cinq attitudes de résilience par rapport aux problèmes de mobilité territoriale

on

  • 1,022 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,022
Views on SlideShare
450
Embed Views
572

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 572

http://www.territorial-intelligence.eu 572

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    INTI13 - Philippe Patrice Mougel : Cinq attitudes de résilience par rapport aux problèmes de mobilité territoriale INTI13 - Philippe Patrice Mougel : Cinq attitudes de résilience par rapport aux problèmes de mobilité territoriale Presentation Transcript

    • Cinq attitudes de résilience parrapport aux problèmes de mobilitéterritorialeINTI Conference 2013● par Philippe Patrice Mougel,Sociologue - Chargé de Mission
    • Face à la criseenvironnementale- Diagnostic : Les habitudes liées à la suprématie de lauto-mobilité,développées au cours du XX°siècle, sont aujourdhui remises en cause, pourdifférentes raisons :● Les émissions considérables de dioxyde de carbone, gaz à effet de serrecontribuant au réchauffement climatique.● laugmentation du prix de lessence et lépuisement des énergies fossiles,● les pollutions diverses, les nuisances,● la mortalité routière et les coûts pour la société des accidents...
    • Changer nos comportementspar rapport à la mobilité- Pour répondre à lurgence climatique et contribuer à veiller sur la qualité devie, nous disposons dalternatives au  «tout automobile» avec :● des véhicules moins émetteurs de gaz à effet de serre,● des modes de transports variés : co-voiturage, pédibus, tramway, trains...,● des vélos, des rollers, la marche à pied...- Pour diminuer le nombre de tonnes de carbone par an et par habitant , celaimplique des changements dhabitude et de modes de vie de nosconcitoyens.
    • Avons-nous envie de changer ?
    • Comment changer nos attitudes et notre comportementpour répondre aux enjeux de réduction deconsommation énergétique et du développementsoutenable ?
    • Attitudes vis-à-visdu changement enmobilitéNous distinguons 7 attitudes prises par leshabitants :● . Les dissonnances cognitives,● . Les attitudes conservatrices.5 Attitudes de résilience● 1. Les attitudes innovantes pro-actives,● 2. Les attitudes opportuniste,● 3. Les militances,● 4. Le sentiment defficacité personnelle,● 5. Le sentiment defficacité territoriale.
    • La résilience et lesattitudes de « coping »par rapport à lamobilité territoriale● Le concept de « résilience »permet d interroger globalement lafaçon de penser les systèmes dedéplacement et de transport àtravers leurs perturbations, lesaccidents, les coûts, leurs durées,leurs nuisances...● Suite à un traumatisme ou à unesérie de traumatismes, unepersonne « résiliente » peuttrouver des ressources en elle etdans son milieu pour pallier à savulnérabilité et poursuivre sonexistence sans en être tropaffectée.● « Le coping » (to cope = se débrouiller,sen sortir...) contribue au processusde « résilience ».● Confrontée à un stress, une personnepeut développer une démarche de «coping » à travers ses attitudes et sescomportements.● Ainsi peut-elle prendre conscience dustress, sortir dun positionnement devictime et développer une stratégie afindéviter le stress, de sadapter à celui-ci, et/ou à transformer la situation.
    • Les dissonnancescognitives● On définit  «la dissonance cognitive»comme un état de tension désagréable dûà la présence simultanée de deuxcognitions contradictoires (idées, opinions,comportement).● Mon automobile à essence me coûtecher à lachat, à la pompe, avec lesfrais de parkings, les réparations,lassurance, les contraventions... Jesuis stressé quand je conduis... je suissouvent seul en voiture...● Mais je nai pas lhabitude des autresmoyens de transport. Je nose pasproposer du co-voiturage. Je ne saispas sil y a des initiatives localesconcernant lalter-mobilité. Tout celame semble compliqué et je ne trouvepas le temps pour men occuper...
    • Les attitudesconservatrices● Le conservatisme caractérise une personne, qui a tendance à éviter lechangement et à préférer les routines (comportement zombie),● Il manifeste un manque de réactivité aux transformations du monde etdes sociétés,● Progrès et tradition sont relatifs à une époque. Ceux qui sopposaient auxvoitures à moteurs et préferaient les diligences tirées par des chevauxfurent traités à leur époque de conservateurs, voire de “réactionnaires”,● Les mutations techniques pour un développement soutenable font despartisans du « tout automobile » des conservateurs : des rétro-mobiles,● Les «hyper-modernes» ne supportent pas les limitations de vitesse, ils seprennent pour des « dieux » sur la route.● Les «ultra-conservateurs» sont pris dans un paradoxe : pour revenir à unmonde passé idéalisé, ils sont prêts à faire des révolutions violentes(révolutions conservatrices), entraînant des changements radicaux.
    • 1. Les attitudes innovantesproactives● La créativité et linnovation permettent dimaginer et de construire des solutionsoriginales à un problème.● La proactivité permet de saisir des occasions pour renverser une situationdésavantageuse.● L’éco-conception , léco-design, le design écologique, le design durable ou le designresponsable sont des termes désignant la volonté de concevoir des produitsrespectant les principes du développement durable et de lenvironnement.
    • 2.Les attitudesopportunistes● Lopportunisme consiste à modifierson comportement et à agir selon lescirconstances du moment.● L opportunisme peut devenir uneméthode : elle procéde alors avecprudence, progressivité etpragmatisme.● Il sinscrit dans une stratégiedadaptation à un environnementchangeant● Il fait intervenir un certainconformisme, des attitudesmimétiques, mais aussi une granderéceptivité aux changements de modede vie.
    • 3. Les militances● La militance  caractérise lattitude de celui ou celle qui lutte pour faire triompherses idées, ses opinions, qui défend activement une cause.● Les nouvelles formes de militances consistent à intervenir dans la vie de lacité, à se sentir concerné par tout ce qui s’y passe. Cest une façon de seposer en tant quacteur (consom-acteur), en refusant dêtre un spectateurpassif.● Il nest plus nécessaire de renoncer à une pensée autonome, dans unmouvement collectif, parce que «  chaque parole peut être écoutée ».● Les militances sont inscrites dans des projets beaucoup plus courts que par lepassé, autour dévenements suscitant des mobilisations, à partir des réseauxsociaux.
    • 4.Le sentiment defficacitépersonnelle● Le sentiment defficacité personnelle est un concept, développé par lepsychologue Albert Bandura, qui désigne les croyances dune personnesur sa capacité dagir, de façon à atteindre certains buts.● la perception quelle a de ses capacités à exécuter une activitéinfluence, détermine son mode de penser, son niveau de motivation etson comportement.● Elle fait preuve de débrouillardise, de ruse, dacquisition decompétences personnelles..., en fonction de son projet et des difficultésrencontrées.
    • 5. Le sentimentdefficacitéterritoriale● Lintelligence collective désigne les capacités cognitives dune collectivité sesmembres, résultant des interactions multiples entre ses membres.● Lintelligence territoriale suppose une connaissance des institutions locales,des responsables en poste et des réseaux dinfluence (de pouvoir et decontre-pouvoir). Elle nécessite une approche systémique dun territoire par lamise en réseau de ses acteurs pour son développement durable.● Le sentiment defficacité territoriale permet aux citoyens de trouver lesinterlocuteurs territoriaux pour résoudre les problèmes, qui se posent à eux,avec le souci de la défense des intérêts collectifs et de la préservation de leurenvironnement. Il suppose «empowerment» et responsabilisation.
    • Quelles stratégies daccompagnement territorial ?- Comment susciter et/ou accompagner deschangements pro-actifs dattitudes et decomportements chez les citoyens-clients-usagers ?● . Les stratégies de changementparadigmatique :- vis-à-vis dattitudes rigides, conservatricesdune auto-mobilité exclusive et indifférenteaux impacts environnementaux, celasuppose un changement «radical», une«conversion».● . Les stratégies dinfluence sub-consciente :- Elle est la voie privilégiée despublicitaires. Elle est une incitation à agir.Son efficacité est souvent faible pour leschangements de comportements, doùlintérêt pour la communicationengageante.● . Le jeu :- Il fait intervenir limagination, lemimétisme, limprovisation, la thérapie...● . Les stratégies de conscientisationde responsabilisation et denégociation- Elle se développe par la sensibilisation,la formation, la recherche-action, ladiscussion, le débat, la résolutioncollective de problèmes...
    • ● Auto-stop,● Co-voiturage,● Location,● Mutualisation,● Taxi-bus,● Transport en commun,● Intermodalité,● Synergie de territoire...
    • Les « nudges », descoups de pouce pourpasser au vert...● Nous sommes 93% àconsidérer le changementclimatique comme unproblème sérieux ou trèssérieux... mais seulement untiers à utiliser un moyen detransport quotidien à faibleémission de CO2,● Les Français auraient-ilsbesoin d’un «nudge» pourpasser des idées aux actes ?● Accompagner «  la premièrefois », montrer que ce nestpas si compliqué (parrainage,PDE, challenge à vélo...).● Récolter des données sur saconsommation ou le rejet de CO2,permet de tester sa conduite éco-citoyenne et de se comparer àd’autres conducteurs● Sensibiliser sur les avantagescomparés (coûts, sécurité, confort,convivialité, mobilité utile,praticité...).● Ce mode dincitation, développé ensciences comportementales,commencent à être adopté enécologie, afin de motiver lepassage des idées aux actes, sansfaire culpabiliser, ni punir.
    • Innovations sociales & techniques● En ce qui concerne :- lénergie utilisée dans lesinstruments de mobilité,- leurs approvisionnements (ex.les smart grids...)- les matériaux, la mécanique,lélectronique...- les services fournis...Les compétences à acquérirpour sen servir.
    • favoriser la pluri-mobilité● La synchronicité (temps de travail, ouverture desservices, temps scolaire,temps de la ville...),● La praticité (flexibilité des horaires, cadencement,ticket transport unique...)● la modicité des coûts de transport et des servicesafférents,● la connectivité des services (inter-modalité,parking relais & commerces, conciergerie...),● la personnalisation (trajet sur-mesure, leasing surmesure, GPS inter-modal, mobilité réduite...),● La fiabilité, (ponctualité, sécurité, santé...),● La coopération (co-voiturage, co-location,pédibus, vélobus...),● lInformativité sur les transports etlinteractivité,● la qualité de confort (dans les transports encommun, les abris...),● la cyclo-cité (facilité de circuler en vélo, de letransporter, de le parquer...),● lapaisement de la circulation (zone trente,éco-cité...),● la convivialité et la civilité (dans les transportsen commun,dans la rue entre automobilistes,cyclistes, piétons...).
    • Passons aux actes !● Il  sagit donc de parvenir à associer, aussi souvent que possible,des citoyens, des clients, des usagers, des employés, desactionnaires... aux processus de décisions qui concernent leursexistences,● car on ne peut répondre aux défis environnementaux sans laparticipation des parties prenantes.● Jouons davantage ! Les jeux de rôles permettent d impliquer despersonnes dans lexploration dun problème, lexpérimentation et larecherche de solutions.
    • ● Bibliographie- Association Négawatt, «Manifeste Négawatt,Réussir la transition énergétique», Actes sud,Domaines du possible, 2012.- Allemand (Sylvain), «Apprendre la mobilité, lesateliers mobilité, une expérience originale», LeCavalier Bleu, 2008.- Bandura (Albert), «Auto-efficacité. Le sentimentdefficacité personnelle», Bruxelles, Editions DeBoeck Université, 2007.- Brundtland (Gro harlem), «Notre avenir à tous - Lerapport Brundtland de la Commission mondiale surl’environnement et le développement de l’ONU»,version française originale, avril 1987.- Girandola (Fabien), «Psychologie de la persuasionet de lengagement», Besançon, PressesUniversitaires de Franche-Comté, 2003.- Le Breton (Eric), «Domicile-travail, les salariés àbout de souffle», Les Carnets de lInfo, 2008.- Manier (Bénédicte), «Un million de révolutionstranquilles, travail / argent/ habitat /santé /environnement..., Comment les citoyens changent lemonde», LLL Les Liens Qui Libèrent, 2012.
    • - Orfeuil (Jean-Pierre), «Mobilités urbaines, lâgedes possibles. Roulez plus, polluer moins... etdépensez moins», Paris, Les Carnets de lInfo,2008.- Rifkin (Jeremy), «La troisième révolutionindustrielle, comment le pouvoir latéral vatransformer lénergie, léconomie et le monde»,LLL Les Liens Qui Libèrent, 2011- Thaler (Richard), Sunstein (Cass), «Nudge. Laméthode douce pour inspirer la bonne décision»,Paris, Vuibert, 2010.- Veisseire (Maud), Varax (Aurélie de), «Roulezet bougez écolo !», Groupe Eyrolles, 2010.- Weiss (Karine), Girandola (Fabien),«Psychologie sociale de lenvironnement», InPress Editions, 2010.- Weiss (karine), Marchand (Dorothée),« Psychologie sociale de lenvironnement»,Rennes, Presses universitaires de Rennes,2006- Waal (Frans de), «Lâge de lempathie, leçonsde la nature pour une société solidaire», LLL,Les Liens Qui Libèrent, 2009.
    • ● En avant !