Your SlideShare is downloading. ×
  • Like
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Now you can save presentations on your phone or tablet

Available for both IPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012

  • 2,388 views
Published

 

Published in Health & Medicine
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
No Downloads

Views

Total Views
2,388
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
87
Comments
1
Likes
2

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide
  • Les progrès de la biologie tumorale ont permis d’identifier des mécanismes d’activation spécifiques aux differents types tumoraux, et donc permis le developpement de thérapies ciblées
  • Veritable progrès, avec apparition d’une nouvelle arme thérapeutique efficace, capable d’augmenter le taux de réponse, et la survie des malades
  • Ces Ac bloquent une voie dérégulée ds le CCR, mais cette voie de signalisation existe aussi dans les cellules normales: donc effets secondaires
  • Les effets indésirables de grade = 3 les plus fréquents chez les patients du bras T-DM1 ont été une thrombocytopénie (12,9 % vs 0,2 %), une augmentation de l'AST (4,3 % vs 0,8 %) et des ALT (2,9 % vs 1,4 %). Les patientes du groupe capécitabine / lapatinib ont davantage souffert de diarrhées (20,7 % vs 1,6 %), du syndrome mains-pieds (16,4 % vs 0) et de vomissements (4,5 % vs 0,8 %). La nécessité de réduire les doses de médicaments a été plus fréquente dans le bras traitement standard que dans le bras T-DM1.
  • Phenomene present pour tous les types de tumeurs

Transcript

  • 1. THÉRAPIES CIBLÉES Mythe ou réalité Dr Benjamin HOCH
  • 2. Généralités Prolifération cellulaire: Mécanisme hautement régulé dépend de linteraction de signaux inducteurs et inhibiteurs  nombreux et complexes  émis par son microenvironnement (interactions intercellulaires, facteurs de croissance)  ou par des organes distants (hormones véhiculées via le courant sanguin). A chaque instant une cellule intègre ces signaux et, en fonction  entre en division,  demeure quiescente  voire même est détruite par apoptose (mort cellulaire programmée).
  • 3. Généralités (2) La réception de ces signaux implique la présence de récepteurs à la surface cellulaire
  • 4. Généralités (3) Ces voies de signalisation peuvent être dérégulées et hyperactives et jouer un rôle majeur dans le développement des cancers
  • 5. La cellule cancéreuse: caractéristique s Indépendance vis à vis des signaux stimulant la prolifération Insensibilité aux signaux inhibiteurs Échappement à l’apoptose Capacité proliférative illimitée (immortelle) Capacité de susciter l’angiogenèse Acquisition d’un pouvoir invasif
  • 6. Thérapies ciblées: traitements anticancéreux, ciblant une ou plusieurs voies biologiques déréglée(s), impliquées dans la cancérogenèse. Avec un effet spécifique, épargnant les cellules non tumorales Il s’oppose au terme de « chimiothérapie » dont le mode d’action commun est l’inhibition de la prolifération cellulaire par le blocage de la division cellulaire La chimiothérapie est donc non spécifique de la cellule tumorale  Plus la cellule se divise rapidement, plus elle est sensible à la chimiothérapie
  • 7. Thérapies ciblées : les cibles potentiellesLa cellule tumorale :  récepteurs membranaires et ligands, voie d’avalL’environnement:  sur les substances dont la tumeur a besoin pour fabriquer ses propres vaisseaux sanguinsLescibles diffèrent en fonction des types detumeurs
  • 8.  2 catégories de thérapies ciblées:  Les Anticorps Monoclonaux : mab (voie intra veineuse)  Les petites molécules inhibitrices (voie orale)  Inhibiteurs de tyrosine kinases: inib  Inhibiteurs de mTOR: imus ligand ligand
  • 9. Zoom sur les monoclonauxAcm murins Acm chimériques Acm humanisés Acm intégralement humains 1975 1984 1988-1991 1994-1999 30% murinHybridomes 70% humain 90 % humain 100% humainMuromomab Rituximab, Bevacizumab Panitumumab Infliximab, Trastuzumab… Cetuximab…
  • 10. Zoom sur les monoclonaux mode d’action Actif:  Bloque une voie de signalisation responsable de la cancérogenèse Passif:  La cellule tumorale, recouverte d’Ac, est reconnue et détruite par les cellules de l’immunité
  • 11.  Le cas idéal: UNE voie / UNE cible  une altération oncogénique unique très fortement déterminante pour la promotion tumorale  L’inhibition de cette voie = effet anti tumoral puissant  RARE  Ex GIST et Imatinib (GLIVEC) Cas le plus fréquent: DES voies / DES cibles  Donc ciblage plus difficile  Possibilité d’échappement thérapeutique  Nécessité d’association aux chimiothérapies classiques
  • 12.  Les Anticorps sont spécifiques de leur cible. La plupart des inhibiteurs tyrosine kinase ont une spécificité moins étroite
  • 13. Zarrinkar P P et al. Blood 2009;114:2984-2992
  • 14. Quelques exemples
  • 15. CCRm Cible : EGFR
  • 16. EGFR et Cancer colorectal Mutation présente chez 40 % des patients nécessite une association a une chimiothérapie classique Effets secondaires  Réaction allergique  Peu fréquentes (3-5%)  Pendant ou au decours de la perfusion, le plus souvent la 1 ère cure  Parfois severe: choc anaphylactique  cutanés fréquents  Corrélation toxicité / efficacité
  • 17. ACNEENécessite un traitement préventif ATB type Tolexine Hydratation cutanée / savon surgras
  • 18. Poumon Cible : EGFR comprimés
  • 19. Poumon Cible : EGFR
  • 20. Effets indésirables
  • 21. Cancer du sein Trastuzumab Lapatinib Bevacizumab TDM-1
  • 22. Surexpression HER2 HER2 : facteur de mauvais pronostic (1,2,3,4) Survie réduite Croissance tumorale accélérée Fréquence plus élevée de récidive et d’évolution vers des métastases viscérales 15-20 % des cancers primitifs du sein surexpriment l’oncorécepteur HER2 (1,2)(1) Slamon DJ et al. Science 1987; 235: 177-82. (2) Slamon DJ et al. Science 1989; 244: 707-12. (3) Hynes NE. et al. Biochem Biophys Acta Rev Cancer 1994; 1198: 165-84. (4)Gusterson BA. et al. J Clin Oncol 1992; 10: 1049-56.
  • 23. Les armes anti HER2
  • 24. HERCEPTIN Anticorps humanisé anti-HER2 ® Cible de l’oncoprotéine HER2 Trastuzumab Haute affinité et spécificité Composition: 95% humain / 5% murin Modification Radicale du pronostic: -réduction du risque •De rechute à 4 ans de 50% •De décès à 4 ans de 40% Profil de tolérance : EXCELLENT •Réaction d’hypersensibilité •Toxicité cardiaque quasi exclusive • Écho cardiaque / 3 mois
  • 25. LAPATINIB ( TYVERB) En association avec chimiothérapie ou hormonothérapie  Réduction du risque de décès de 20% Profil de tolérance  Toxicité cardiaque  Diarrhée +++  Toxicité cutanée: acné, sècheresse, SMP, alopécie
  • 26. TDM-1 : Anticorps conjugué HER2 T-DM1 : mécanisme daction T-DM1 Relargage de lemtansine P P Inhibition de la polymérisation P du microtubule Lysosome Internalisation Noyau• Bénéfice supérieur à l’association Xeloda + lapatinib• Profil de tolérance meilleur: • Toxicité biologique (plaquettes, bilan hépatique) ASCO® 2012 - D’après Blackwell K et al., abstr. LBA1 actualisé
  • 27. La vascularisation tumorale: cible VEGF-VEGFR
  • 28. La vascularisation tumorale: cible VEGF-VEGFR
  • 29. AvastinAnticorps monoclonal 93 % humain, 7 % murinNombreuses indications:  Cancer du sein  Cancer colo rectal  Cancer de l’ovaire  Cancer du rein  Cancer du poumon  Presta LG. et al. Cancer Res 1997;57:4593–9
  • 30. Avastin: effets secondaires HTA:  Mesure à domicile et avant chaque injection  Trt anti hypertenseur si besoin Toxicité rénale: Protéinurie  Bandelette urinaire avant injection  Si 3+: protéinurie / 24H +/- avis néphrologue Thromboses / hémorragies Perforation gastro-intestinales Difficultés de cicatrisation  4 semaines d’intervalle / intervention chirurgicale Insuffisance cardiaque
  • 31. Cancer du rein et thérapie ciblée: autre révolution Axitinib
  • 32. Cancer rein: les anti AngiogéniquesHyperkératose circonscrite digitale et plantaire sur zones de pression ou d’appuis Halo inflammatoire Hyperkératose
  • 33. Cancer rein: les anti Angiogéniques
  • 34. Cancer rein: les anti Angiogéniques
  • 35. Conclusion Véritable révolution thérapeutique Intégrée de façon quotidienne Nouveaux effets secondaires Nombreuses molécules en développement L’amélioration des connaissances de biologie tumorale  Amélioration du pronostic  Amélioration de la qualité de vie Cout du traitement  1 perfusion d’anticorps +/- 2000 euros  1mois de tarceva/ iressa / sutent: +/- 4000 euros