Le Progressiste            1 euro                      mercredi 1er juin 2011 - N° 2179       “La chance de la Martinique ...
EDITO                           PRESIDENTIELLE 2012 :                   30 PROPOSITIONS SOCIALISTES POUR L’OUTRE-MER      ...
CONSEIL REGIONAL                      PLAN « AMBITION JEUNES »              UN DISPOSITIF, FORT UTILE, DE LA RÉGION MARTIN...
PORTRAIT DE VILLE             LE LORRAIN : (VOIR « LE PROGRESSISTE » N° 2167 DU 12 MARS 2011)                             ...
PORTRAIT DE VILLE                                                                          et « les Pisciettes » qui doive...
DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE                         CONTRAT DE DESTINATION                        ET CONTRAT D’EXCELLENCECʼe...
DEVELOPPEMENT TOURISTIQUEcifiquement conçus dans une vi-sion touristique* Actions dʼamplification de la vi-sibilité intern...
FORT-DE-FRANCE                                PREVENTION DES RISQUES                           Le premier village de la pr...
EUROPE/CARAIBE              ONZIEME CONSEIL MINISTERIEL DE           L’ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE                ...
EUROPE/CARAIBE         les effets des risques natu-     Ces recommandations seront                     Cette stratégie dev...
PAROLES CITOYENNES                                          interministériel :                       ser vers une espèce d...
L’ACTUALITE EN IMAGESFête des voisins à Morne Calebasse      (Photos de Benny et Wilson)           Annie CHANDEY,         ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Le progressiste n° 2179

615

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
615
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Le progressiste n° 2179

  1. 1. Le Progressiste 1 euro mercredi 1er juin 2011 - N° 2179 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIREJUSTIN PAMPHILE,UN ACTEUR MAJEUR DUNORD-ATLANTIQUE(PP.4-5) www.mairie-lorrain.fr RISQUES MAJEURS À FDEF(P.8) Mme Brunette BELFAN conseillère municipale en charge des risques STRATÉGIE CONJOINTE EUROPE/CARAÏBE (PP.9-10) S. LETCHIMY, à sa gauche, lambassadrice SKERITT « Le Progressiste » est disponible en librairies, grandes surfaces et stations-service. Réclamez-le. Sur Radio EKLA, 102 FM tous les dimanches à midi, Serge LETCHIMY« LES MEILLEURS SPÉCIALISTES DES AFFAIRES MARTINIQUAISES SONT LESMARTINIQUAIS EUX-MÊMES » (DR ALIKER)
  2. 2. EDITO PRESIDENTIELLE 2012 : 30 PROPOSITIONS SOCIALISTES POUR L’OUTRE-MER annuelle sur les prix pour défi- Dans le respect des obli- nir une réduction des prix des gations internationales de la produits de première nécessité France, aligner les capacités Faire voter une loi de dʼaction internationales des Ou- programmation relative au lo- tremers dans leur environne- gement afin de lutter contre la ment régional sur [celles] déjà spéculation foncière et de maî- accordées à la Polynésie et la triser les prix Nouvelle-Calédonie. Asseoir lʼaction publique sur des indicateurs macroéco- Bien évidemment, présentées nomiques et supprimer lʼindice ainsi, ces propositions font pen- national du chômage hors ser à un «  catalogue à la Pré- DOM vert » dans lequel on a essayé Eriger au rang des priori- vaillamment de ne rien oublier. Daniel Compère tés françaises en matière com- Cʼest oublier, justement, quʼil ap- munautaire la reconduction du partient aux responsables poli- lles ont dʼabord été présen- régime dʼOctroi de Mer au- tiques dʼoutre-mer (vu de Paris !)E tées à Paris le 27 avril lors delà de 2014 dʼun Forum des Idées des dʼaffiner, de critiquer, voire de ré- Introduire dans les mar- futer le cas échéant celles quiOutremers et dévoilées publi- chés publics des clauses favora- leur paraîtraient trop superfi-quement le 10 mai, jour du 30e bles à lʼemploi local cielles, trop risquées, voire né-anniversaire de la victoire de Engager des pro- fastes pour notreFrançois MITTERRAND en grammes de réduction des éner- développement.1981, puis adoptées dans le gies fossilescadre du projet socialiste à lʼuna- Abaisser le coût des liai- Rappelons également que plu-nimité le 28 mai. Elles avaient sons avec lʼEurope sieurs de nos parlementairesété préparées par des parle- Encourager les infrastruc- sont membres ou apparentés, àmentaires et délégués socia- tures de transports collectifs lʼAssemblée Nationale et aulistes, dont le président de la Créer un Centre National Sénat, aux groupes socialistes :Région Guadeloupe Victorin des Arts et des Cultures des Ou- les députés Louis-JosephLUREL. Un comparatif basé sur tremers. MANSCOUR (1er secrétaire de Reconnaître et dévelop- la fédération socialiste de Marti-lʼIndice de Développement Hu- per lʼenseignement des nique) et Serge LETCHIMY (quimain (IDH) confirme que lʼoutre- langues régionales et de lʼhis- dispose ainsi dʼun temps de pa-mer cumule un retard de 20 ans toire des Outremers. role et de possibilités dʼinterven-par rapport à lʼHexagone ; la pre- Mettre en œuvre des tions écrites et orales)  ; lesmière secrétaire du PS Martine plans de valorisation des patri- sénateurs Claude LISE et SergeAUBRY entend établir avec nos moines culturels et accroître LARCHER.territoires « un nouveau pacte de les responsabilités locales danscroissance et de solidarité à tra- le domaine culturel Enfin, lorsque sera venu levers un investissement majeur Supprimer dans les DOM temps de la désignation (enprévu pour lʼéducation et la for- tout dispositif sʼapparentant à France) du candidat socialiste àmation  ». Un vote sur ces me- une tutelle a priori dans leurs la présidentielle (à lʼissue de pri-sures était prévu à La Réunion domaines de compétence des maires qui sʼannoncent serrées),le 19 mai. Nous en retenons cer- collectivités territoriales et enga- il nous appartiendra à nous, ici,taines de celles qui concernent ger une nouvelle phase dʼap- élus et forces vives, de peser deplus directement les Antilles. profondissement des notre poids pour mettre en responsabilités locales conformité ces orientations avec Finaliser dès le 2nd se- Introduire un enseigne- celles décidées et votées parmestre 2012 les principes direc- ment consacré aux Outremers nos assemblées locales martini-teurs des plans de croissance dans les Ecoles de formation de quaises.et de solidarité la fonction publique dʼEtat (ENA, Créer une conférence IRA, etc.…) Daniel COMPERE Le Progressiste - Page 2 - mercredi 1er juin 2011
  3. 3. CONSEIL REGIONAL PLAN « AMBITION JEUNES » UN DISPOSITIF, FORT UTILE, DE LA RÉGION MARTINIQUE, POUR LES JEUNES… efficace… gion ? Par une aide régionale, une prise en charge à hauteur Ce contrat « immer- de 40% du coût salarial (sur la sion jeunes  », à base du SMIC), et même temps plein ou à 50% sʼil sʼagit de jeunes, en temps partiel sera situation dʼhandicap ou dʼex- précédé dʼune jour- clusion… Deux partenaires, née dʼinformation « ci- lʼAGEFMA et lʼADEM, met- vique  », ce qui sera tront en œuvre ce dispositif, nécessaire à la pour- tant en ce qui concerne lʼinfor- suite du parcours du mation, les actions de com- jeune ? munication, les rencontres e dispositif régionalC sʼinscrit dans le cadre du «  Plan AmbitionJeunes  »  , cʼest manifeste- Ce dispositif peut concerner 1000 jeunes (entre 16 et 35 ans), jeunes en fin de par- jeunes/ employeurs, que la responsabilité de sʼassurer du respect par les entreprisesment une volonté politique du cours scolaire, ou étudiants, des conditions dʼoctroi degroupe « Ensemble pour une ou demandeurs dʼemplois ins- lʼaide, comme du rembourse-Martinique nouvelle  », afin crits dans le réseau des mis- ment des entreprises (dota-dʼaider les jeunes, en va- sions locales tion versée par le Conseilcances pour la plupart, à sai- Régional).sir la double opportunité des Les partenaires de cette ini- tiative régionale sont : le pôle Il est né-congés et de lʼoccasion de emploi, la CGPME, le cessaire de souligner lʼenga-choisir une activité rémuné- MEDEF, les chambres consu- gement de la Région,rée, dans un circuit profes- laires, le Rectorat, lʼassocia- soucieuse de préparer lʼavenirsionnel, pendant un ou deux tion des étudiants, celle des de la jeunesse martiniquaise,mois (juillet et août)… sans laquelle on ne peut Ainsi, ils découvriront ce rien, en tous les cas de lesquʼest lʼentreprise, ses aider, dès aujourdʼhui, carpossibilités et ses il sʼagit dʼécarter à toutcontraintes, - ce qui leur prix, lʼoisiveté et lʼexclu-sera très utile pour lʼavenir sion.professionnel-, ils situe-ront mieux leur place dansle monde de lʼéconomie,ils seront peut-être en me-sure de jauger leurs ta- Jeannie Darsièreslents ou leurs capacitéspersonnelles, et, pourquoi (à partir des renseigne-pas  ?, cerner mieux lʼem- parents dʼélèves, le centre dé- ments fournis par le dévouébauche de demain. De toutes partemental de la jeunesse… Wilson)les manières, se frotter à lʼex-périence dʼautrui est toujours Comment intervient la Ré- Le Progressiste - Page 3 - mercredi 1er juin 2011
  4. 4. PORTRAIT DE VILLE LE LORRAIN : (VOIR « LE PROGRESSISTE » N° 2167 DU 12 MARS 2011) UNE ÉTUDE DU SOL AVANT palité, qui réduisait de 200.000 TOUTE INITIATIVE euros sa section de fonctionne- ment et clôturait lʼexercice avec « Nous allons soutenir la mairie un résultat global positif. Ce du Lorrain afin que des études compte de gestion a été ap- soient menées pour évaluer lʼim- prouvé par le receveur. portance et la fiabilité des talus qui ont glissé ; la Région va pré- LE BUDGET PRIMITIF ÉQUILI- senter en Commission Perma- BRÉ SANS RECOURIR À nente une proposition dʼaide LʼEMPRUNT dʼurgence qui devra permettre à la commune de faire face à ces Le budget primitif 2011 a été premières études. A ce moment, voté en équilibre pour un mon- il faudra voir comment déblayer, tant de 15.163.837 euros. reconstruire, désenclaver la Grâce à la rigueur de la gestion zone. Là encore, nous apporte- du maire et à la compétence des Justin PAMPHILE rons notre soutien à la ville », de- cadres et des élus, ainsi quʼauUNE RÉELLE VISION DE vait déclarer Serge LETCHIMY travail responsable du person-DÉVELOPPEMENT lors de sa visite. nel, la ville a trouvé des subven- En lʼétat actuel de la situation, tions et des dotations à hauteurSuite aux fortes pluies récentes une extrême prudence est de de plus de 4,2M€.et au glissement de terrain mise et importe de vérifier la sta-consécutif survenu au quartier bilité du sol avant toute interven- LE TAUX DʼIMPOSITION« Moreau », Justin PAMPHILE, tion, devait renchérir Justin BAISSE DE 20%maire et conseiller régional, avec PAMPHILE ; « néanmoins, nous ne restons pas les bras croisés : Une des informations apportéessa majorité municipale, devant dès mercredi, nous tenons une aux Lorrinois a été cette baisse,lʼampleur de lʼévènement, a pris réunion avec les agriculteurs rendue possible grâce à la nou-en élu responsable les mesures pour voir avec eux quelles solu- velle réforme de la fiscalité quiqui sʼimposaient. tions intermédiaires arrêter ». permet aux communes de récu- pérer la part de la Région et duTout dʼabord, il a convié le prési- LA VILLE ASSAINIT SES FI- Département.dent du Conseil Régional à venir NANCES ET DÉGAGE DESse rendre compte sur place des PERSPECTIVES LES TRAVAUX SONT NOM-dégâts : plus de 500 m3 de terre BREUXet plusieurs arbres ont été em- A lʼordre du jour du dernierportés, coupant la route par la- Conseil municipal, le vote du Des travaux sont réalisés grâcequelle de nombreux agriculteurs Compte administratif 2010 et du aux autorisations de programmeaccédaient à leur exploitation. Budget primitif 2011. Le Compte et crédits de paiements ou en-Cette route faisait lʼobjet dʼun a été adopté à lʼunanimité moins core la dotation dʼéquipement dechantier dʼinsertion qui se don- 4 abstentions émanant de lʼop- territoire ruraux : redynamisationnait pour objectif de désenclaver position. Il faut savoir que la du centre-ville, réalisation de voi-le quartier «  Condionneau-Ma- Chambre Régional des Comptes ries, éclairage du stade et decédoine ». Un arrêté municipal avait en 2010 préconisé des re- lʼossuaire, création de parkings,devait être pris afin de régle- commandations après le vote du réhabilitation de lʼéglise, réfec-menter la circulation dans ce budget primitif en déséquilibre et tion de la piscine, du complexesecteur. donnait trois ans à la ville pour sportif, des courts de tennis, de apurer son déficit. la bibliothèque, de la Maison de Reçu cinq sur cinq par la munici- la Culture, des écoles de « Ma- Le Progressiste - Page 4 - mercredi 1er juin 2011
  5. 5. PORTRAIT DE VILLE et « les Pisciettes » qui doivent accueillir des enfants. Des opé- rations logements seront me- nées à Sous-Bois, Vivé, Fond Massacre, Chéneaux-Moravie et Bon Repos. Sʼagissant de la sé- curité des riverains, il a été avancé le souhait dʼinterpeller le Conseil Général. Comme on peut sʼen rendre compte, grâce au travail et à la pugnacité de lʼéquipe en place, la ville est mise sur de bons rails ! Serge SOUFFLEURcédoine », « Carabin » et Isidore tif, renforcement parasismiquePierre-Louis. de lʼécole Léon Cécile à Cara- Une des priorités du maire Jus- bin. tin PAMPHILE, dès son arrivéeDANS LE CADRE DU PLAN à la tête de lʼédilité lorrinoise, aDE RELANCE RÉGIONAL DES PROJETS été le traitement de lʼassainisse- ment collectif et non collectif, afinAménagement du marché, des La ville a projeté la création de dʼassurer et de préserver lagîtes sou bois, désenclavement deux structures de garde de la santé de ses concitoyens. Cʼestde Fond Carabin, réhabilitation petite enfance ; il sʼagit de deux pourquoi, le samedi 28 mai, il ade la clôture du complexe spor- établissements « Biblicalinou » convié le Syndicat intercommu- Le Lorrain-Vue aérienne nal du Nord Atlantique (SCNA) lors de la visite du président du Comité de Bassin Daniel CHO- MET à débattre in situ des pro- blématiques de la station dʼépuration de Sous-Bois. Cette station à ciel ouvert située en zone urbaine avec les inévita- bles nuisances quʼelle génère sera réimplantée à Fond Brûlé, route de Macédoine. Pour un montant de 4,6 M€, ces travaux qui débuteront en 2012 seront terminés en 2013. Ce sera un grand « ouf ! » de soulagement pour les habitants de Sous-Bois. Le Progressiste - Page 5 - mercredi 1er juin 2011
  6. 6. DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE CONTRAT DE DESTINATION ET CONTRAT D’EXCELLENCECʼest le jeudi 26 mai, en lʼHôtel de Région, que le président LETCHIMY a signé avec la Ministrede lʼOutre-mer Marie-Luce PENCHARD et le Secrétaire dʼEtat au tourisme Frédéric LEFEVREun contrat de destination aérienne. LES ZONES DʼATTRACTIVITÉ TOURISTIQUE MAJEURES > Une mise au net générale de lʼensemble de la zone  : ruines monumentales, vestiges, fa- çades et détails architecturaux remarquables > Une démarche dʼimplication de la population et de formation dʼune communauté de projets > La mise en place de pro- grammes dʼaccompagnement des porteurs de projets et dʼen- cadrement par un processus de MM. PREVOST,LEFEVRE,LETCHIMY,MMes PENCHARD, ROY-CAMILLE labellisation et de formation (qualité de service, restauration,OUVERTURE DU « HUB » DE Ce contrat est un des premiers haute qualité environnementale)ROISSY degrés gravi par le président > La protection et la mise en va- LETCHIMY et la présidente du leur des patrimoines intangiblesCette demande formulée entre Comité Martiniquais du Tourisme historiques et mémorielsautres lors de la tenue de la Karine ROY-CAMILLE dans la > Lʼaménagement des lieux, anTable-Ronde sur le tourisme pré- mise en place dʼune véritable cohérence avec les intentionssidée par Nicolas SARKOZY il y politique touristique ; il préfigure culturelles, artistiques, festives,a quatre mois en Martinique toutes les actions qui vont être de façon compatible avec latrouve ici sa pleine résonance. menées autour de lʼouverture de fonction résidentielleCette ouverture se fera à comp- cette ligne en termes dʼattracti- > Les programmes de revitalisa-ter de novembre prochain pour vité et de mise en valeur du tion des lieux et dʼextension descapter les voyageurs européens « produit Martinique ». Il répond plages de prestation et dʼoffre de(Belges, Suisses, Allemands … : à lʼexigence mondiale dʼassurer services« Les touristes étrangers revien- au pays cet attrait international > Les programmes de patrimoni-nent sur les Antilles et plus parti- pour ses patrimoines, ses sation (UNESCO…) et dʼamplifi-culièrement la Martinique  ; ce hommes, sa culture, en sorte cation de la visibilité et dessont plus de 33% de nuitées en quʼils sʼinscrivent dans un cou- échanges à lʼinternationalplus au 1er trimestre ; cela repré- rant dʼéchanges, de rencontressente la moitié des réservations et de création sans lesquels UNE DESTINATION ET DEShôtelières ». aucun développement profond PARCOURS ne peut sʼenvisager. En lʼétat deUne fois par semaine, avec un lʼavant-projet, ces programmes * Actions dʼamélioration de lʼac-départ de Paris le vendredi et un représentent un investissement cessibilité de la destinationretour de Fort-de-France le ven- de lʼordre de 540 à 690 millions * Actions dʼamélioration de ladredi soir, un vol desservira la dʼeuros sur 10 ans. mobilité et de lʼaccès à nos sitesMartinique et la Guadeloupe au et atouts à lʼintérieur du territoiredépart de « Charles-de-Gaulle ». * Actions dʼaménagements spé- Le Progressiste - Page 6 - mercredi 1er juin 2011
  7. 7. DEVELOPPEMENT TOURISTIQUEcifiquement conçus dans une vi-sion touristique* Actions dʼamplification de la vi-sibilité internationaleDES HOMMES ET LEUR SA-VOIR-FAIREProgramme des parcours dehaute connaissance : les grandshommes- Les étapes culturelles-Le parcours de la biodiversité-La route des rhums.- Un terri-toire, cʼest aussi des hommes etde femmes et un savoir-faire. Ceprogramme comporte deux vo- La ministre chez la présidente du Départementlets dʼactions : Le premier, à destination lation et des entreprises. Sʼil y a cʼest un moyen ; il faut aller au-de la population, vise à lʼémer- entreprises, entrepreneurs et sa- delà de ce contrat. Il nʼy aura pasgence dʼune véritable culture lariés, alors on ne peut bâtir quoi de développement économiquedu recevoir et à lʼavènement que ce soit sans sʼassurer dʼun si on ne joue pas la carte du tou-dʼune exigence dʼun tourisme large consensus  ». Le recteur risme. Il faudra y associer ladʼexcellence par le plus grand André SIGANOS, lui, affirmait Martinique et les Martiniquais ».nombre que « les jeunes, dès lʼécole, ap- Le mot de la fin revenait au pré- Le second, en direction prennent et comprennent tous sident de Région  : «  Nousdes professionnels, vise un saut les enjeux du tourisme ». sommes déterminés. Le tou-qualitatif de nos prestations pour risme est une priorité martini-une culture du service : forma- Sʼagissant du contrat dʼexcel- quaise. Nous devons mettre ention continue, accompagnement, lence, la ministre Marie-Luce place une politique attractive etmise en place dʼune formation PENCHARD reconnaissait que susciter une implication collec-dʼexcellence. « les lignes directrices du parte- tive ».A cet égard, le soutien des for- nariat, à travers les esquisses,mations des personnels et des montrent toute la pertinence du Scipionplus jeunes aux métiers du tou-risme ainsi que les aides à la ré- projet. Nous devons tous nousnovation des sites hôteliers, mettre au travail. Les prioritésde même que lʼattention portée sont très importantes à définir ».par lʼEtat à lʼexamen de la situa- Frédéric LEFEVRE, le Secré-tion sociale et fiscale du secteur taire dʼEtat, assurait que « la dé-hôtelier, ont été accueillis avec marche de la Région estun réel soulagement par les ac- constructive et correspond àteurs du tourisme. notre souhait qui est celui dʼun véritable partenariat. Quatre ansLe président LETCHIMY insistait de travail, un objectif majeur,sur le fait quʼil fallait « gagner la une priorité pour la Martinique etbataille du dialogue social », ré- pour lʼEtat. Cʼest un enjeu depondant entre autres au souhait qualité. Cʼest tout sauf un abou-de Baudouin LAFOSSE- tissement, cʼest un départ ».MARIN, président de la CCIM,quand celui-ci avançait : « Cette La ministre devait revenir sur ceaffaire doit être celle de la popu- contrat en précisant : « Un vol, Le Progressiste - Page 7 - mercredi 1er juin 2011
  8. 8. FORT-DE-FRANCE PREVENTION DES RISQUES Le premier village de la prévention du risque sismique, A la ville de Fort-de-France (24 et 25 Mai 2011) nous, le sol se dérobe sous nos pieds, protégé dépend de NOUS, de chacun nous nous terrons pris de frayeur…Il dʼentre nous…Des conseils parfois est donc urgent, impératif que nous or- simples mais très utiles, pour sauver ganisions aujourdʼhui le premier village notre propre vie, celle de notre famille, de la Prévention. Il est organisé par la mais aussi celle de nos voisins… Ville de FF, avec, bien sûr les parte- CʼEST UN DEVOIR, naires de la prévention des risques. CʼEST DE LA RESPONSABILITE DE CHACUN… » Je vous remercie tous de votre mobili- sation, mais avez-vous le choix ?, et, QUELQUES CONSEILS PRA- comme vous, je considère lʼINFORMA- TIQUES  sur «  comment se proté- TION comme lʼacte premier dʼune ger… » : CULTURE de PREVENTION. Il est, en effet, question de sauver notre vie et - Construire selon les règles parasis- celle de tous ceux qui nous sont miques en prenant contact avec les chers… professionnels, Fort-de France, comme lʼensemble de - Identifier à lʼintérieur de votre loge- Simulateur sismique la Martinique, doit faire face à de multi- ment les endroits réputés les plus so- ples risques naturels : les séismes, les lides ou les moins vulnérables : coins glissements de terrain, les cyclones, les des pièces, poutres, murs en béton, ta- out est basé sur la citoyenneté etT la proximité  : Faire prendre conscience aux administréscomme aux élus municipaux quʼil est éruptions volcaniques, etc. Les inonda- tions et cyclones sont prévisibles ; si le volcan fait savoir sa colère, le séisme, par sa soudaineté, rend indispensable bles et mobiliers solides, baignoire, lits … - Signaler ces lieux par un symbole de couleur ou une signalétique autocol-urgent dʼapprendre et de respecter lesconduites à tenir, avant, pendant et la connaissance et le respect dʼun cer- lante pour quʼils soient connus par touteaprès le séisme. tain nombre de comportements de pro- la famille tection et de sauvegarde. CʼEST - Prévoir dans un lieu facilement ac-Des exercices pratiques, des films, des CAPITAL. cessible un kit de survie -débats, des stands dʼinformation, un si- Sceller aux murs et aux cloisons lesmulateur de séisme, des démonstra- Cʼest parce que FF se trouve en zone meubles hauts (armoires, biblio-tions de secourisme ont été prévus, de de sismicité la plus forte (niveau 3), que thèques)façon vivante et efficace, dans les jar- la Collectivité Municipale a fait de la pré- - Enlever les objets lourds du haut desdins de lʼhôtel de ville. vention des risques majeurs UNE DE étagères, SES PRIORITES, tant dans lʼorganisa- - Enfermer les produits dangereux et in-Le Maire R. ST-LOUIS-AUGUSTIN, tion politique (élue  : Madame BEL- flammatoires au niveau du sol - Dis-lʼadjointe au Maire Brunette BELFAN, FAN), quʼadministrative (Direction et cuter en famille des mesures à prendreles chefs de service, tels M.FERNE, ont Service Sécurité civile et Développe- en cas de catastrophe (protection, éva-été mobilisés : le public, les citoyens ment de la Culture des Risques). En cuation, points de ralliement)martiniquais nʼétaient pas très nom- Martinique et à FF aussi, seule la - Sʼinformerbreux, il faut le regretter, dʼautant plus CONSTUCTION PARASISMIQUE per- sur le risque et les consignes de sécu-que, en masse et parfois de façon re- mettra de diminuer le risque. rité - Se formervendicative, ils viendront au sein de aux gestes de premiers secourslʼEdilité, en cas de désastre sismique, Cʼest pour vous entretenir deschercher aide, secours, argent, vivres ( conduites à tenir que la Municipalité avec les services de la Préfecture, du A lʼextérieurce qui est normal), mais lʼéducation et laprévention devraient être aussi un ré- Conseil Général, de la Croix Rouge, de lʼassociation départementale de protec- - Eloignez-vous des constructions, àflexe normal, si la vigilance était inté- tion civile, des secouristes martiniquais défaut, vous abriter sous un porchegrée à leur vie quotidienne… et le Comité caribéen des Assurances, - Eloignez-vous des lignes électriques, Voici de larges extraits du discours organise ce premier village dʼinforma- des ponts, des falaises, du bord de merpédagogique du MAIRE : tion…« 24 Mai 2011 : cʼest là, date de grande Dans un lieu public (cinéma, supermar-importance, puisquʼavec vous, nous te- …Certains documents existent déjà ché …)nons le premier village de la prévention comme le P.P.R. (Plan de Préventiondu risque sismique. Rappelons- nous : des Risques), le Plan communal de - Ne vous précipitez pas vers les issues - 29 novembre 2007 : Sauvegarde, le DICRIM (le document pour ne pas être écrasé ou étoufféMARTINIQUE, cʼest la st Saturnin, dʼinformation communal sur les risques - Pla-séisme… - 12 janvier majeurs), et je vous souhaite de les in- cez-vous près dʼun pilier, dʼun angle de2010  : HAÏTI, cʼest la ste Tatiana, tégrer dans votre quotidien et de les mur (se méfier de tous les objets insta-séisme - 11 mai 2011 : faire connaître. bles et en hauteur)lʼEspagne, tout récemment, séisme. Bien sûr, votre marge de manœuvre,La Terre, notre mère-Terre, tremble au- quant à lʼoccurrence des évènements, Dossier préparé partour de nous, le sol se dérobe autour de est limitée, mais être informé pour être Jeannie DARSIERES Le Progressiste - Page 8 - mercredi 1er juin 2011
  9. 9. EUROPE/CARAIBE ONZIEME CONSEIL MINISTERIEL DE L’ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE sociation pour lʼannée à venir a été confiée à Trinidad et Tobago et la présidence du bureau exécutif au Guatemala. La Martinique occupe une position stratégique au sein des différentes commissions, et particulièrement celle du tourisme dʼautant quʼil est question de mettre en place une as- S. LETCHIMY sociation des destinations des croi- et sières de la Caraïbe dont la mission Mme lAmbassadrice sera de fédérer les acteurs du tou- Shirley SKERITT risme et les opérateurs de croisière. Il est à noter également lʼavancée des travaux de la Commission sur la Mer des Caraïbes, qui a obtenu de lʼONU le classement de cetteLʼAssociation des Etats de la Ca- péennes et Jean CRUSOL, vice- mer en tant que « zone spéciale »raïbe a tenu la réunion du son on- président. œuvrant à la définition dʼune gou-zième Conseil Ministériel du 26 au Le onzième Conseil Ministériel de lʼAssociation des Etats de la Ca- vernance de la mer des caraïbes28 janvier 2011 à Port-of-Spain Tri-nidad et Tobago. raïbe a retenu la candidature de la sur des fondements de durabilité,Cette association qui réunit la Martinique pour les postes sui- de protection et de valorisation.quasi-totalité des pays de la Ca- vants :raïbe, est lʼinstance principale de vice-président de la Commission Enfin, La Martinique a maintenu sacoopération et de dialogue de la des Transports place au sein du Comité sur le fondGrande Caraïbe. vice-président de la Commission spécial. En vertu de sa convention du Tourisme Durable constitutive, lʼAEC a prévu dʼinstau-La Martinique y était représentée rapporteur de la Commission du rer un fonds spécial dédié au finan-par Mme Karine GALY, présidente Fonds Spécial cement de programmes dede la Commission de la Coopéra- coopération technique en lien avection Régionale et des Affaires Euro- Par ailleurs la présidence de lʼAs- les buts de lʼAEC. Le IVème Sommet des Chefs En ce sens, et dans le soutien institutionnel en dʼEtats Union Européenne (UE)- cadre de la Présidence martini- Haïti CARIFORUM (Forum des pays quaise de la Conférence des Ré- ACP Carabe) du 17 mai 2010, a gions Ultrapériphériques (RUP), le Dans son discours dʼouver- adopté les lignes générales dʼune Conseil régional de Martinique a ture, le Président Serge Letchimy Stratégie conjointe de partenariat organisé un Séminaire de consul- a réaffirmé entre autres : UE / Caraïbe, et a décidé la créa- tation sur la Stratégie conjointe de partenariat UE / Caraïbe, qui sʼest -         la priorité de lʼinsertion tion dʼun groupe de travail tech- des  RUP dans leur envi- nique chargé dʼélaborer une tenu les 25 et 26 Mai 2011. ronnement géographique ; stratégie conjointe de partenariat -         lʼimportance dʼaboutir à Au cours de ces deux jour- renforcé. nées de travail, les représentants des actions de coopération des RUP françaises de la Caraïbe, régionales qui aboutissent Cette stratégie vise à la à des réalisations de lʼEtat français et du CARIFO- mise en place dʼun cadre structuré concrètes ; RUM, ont largement débattu au- permettant un dialogue politique tour des cinq thèmes retenus dans -                la nécessité pour élargi et la mise en œuvre dʼune la Stratégie conjointe de partena- les RUP dʼêtre mieux asso- stratégie de partenariat entre lʼUE riat UE /Caraïbe : ciées aux instances régio- et la Caraïbe. nales de coopération ; -         Coopération et insertion -         lʼimportance pour lʼUE de Dans ce contexte, le CARI- régionale faciliter la coordination des FORUM a lancé un processus de -         Changement climatique instruments financiers eu- consultation régionale et a décidé et catastrophes naturelles ropéens pour la coopéra- dʼy inclure les Régions ultrapéri- -         Lutte contre la criminalité tion régionale (FED et phériques (RUP)[1] et les Pays et et lʼinsécurité FEDER) ; Territoires dʼOutre Mer (PTOM)[2] -         Action conjointe dans les -         le besoin dʼune mise en de la Caraïbe sur lʼélaboration de instances internationales commun des moyens et cette stratégie. -         La reconstruction et le des efforts pour atténuer Le Progressiste - Page 9 - mercredi 1er juin 2011
  10. 10. EUROPE/CARAIBE les effets des risques natu- Ces recommandations seront Cette stratégie devrait être rels dans la Région Ca- transmises aux autorités natio- adoptée lors dʼune réunion avec raïbe. des hauts représentants de lʼUE et nales, à lʼUE et au CARIFORUM de la Caraïbe en fin 2011, La restitution des travaux en afin quʼelles soient prise en compte 1[1] Guadeloupe, Guyane, Martinique, ateliers ainsi que la déclaration fi- dans lʼélaboration de la stratégie Saint Martin nale en cours de validation seront conjointe de partenariat UE / Ca- 2[2] Saint Barthelemy, Antilles néerlan- prochainement rendues publiques. raïbe. daises et britanniques PAROLES CITOYENNES ALLONS-NOUS DEMEURER A JAMAIS ISOLES ET EN DEHORS DES AFFAIRES DE NOTRE CONTINENT ?Le 5 juillet 2011 prochain, jour du Coopération de la Sécurité Hémi- de trouver des complémentarités”.200ème anniversaire de lʼindépen- sphérique….!!! » (Déclaration de Salvador de Bahia :dance du Venezuela, 33 chefs 16-17/12/2008)dʼétats des Amériques ont rendez- LʼOEA (Organisation des Etatsvous à Caracas pour créer officiel- Américains) : 2 - “Plan dʼaction : Coopérationlement la CELAC, (sigle espagnol Créée le 30 avril 1948 lors de la entre les mécanismes dʼintégrationpour : Communauté des Etats neuvième conférence panaméri- ; crise financière internationale ;dʼAmérique latine et de la Caraïbe). caine de Bogotá et adoptée par 21 énergie ; infrastructure ; développe- nations des Amériques, lʼOEA ment social et éradication de la sʼétait donnée pour principe de « pauvreté et de la faim ; sécurité ali-La tutelle étasunienne défendre la démocratie et les Droits mentaire et nutritionnelle ; dévelop- de lʼhomme, de renforcer la sécu- pement durable ; désastresDepuis lʼénoncé de la Doctrine de rité du territoire, de lutter contre les naturels ; changement climatique ;Monroe en 1823, lʼAmérique latine trafics de drogue et la corruption, culture”. (Plan dʼAction de Montegoet la Caraïbe ont été considérées ainsi que dʼaider aux échanges bay : 06-11-2009)par les USA comme leur arrière- entre les différents pays de lʼAmé-cour. Washington y a mené grand rique ». 3 - Décision de la création de latrain de vie en y exploitant à ou- Dans les faits, lʼOEA, dont le siège CELAC. Affirmation des trois prin-trance les matières premières dis- se trouve à Washington DC, sʼest cipes fondamentaux : La solidarité,ponibles, en entretenant une révélée être aux mains des USA un lʼinclusion sociale et la complémen-kyrielle de dictateurs plus sangui- outil efficace de lutte contre « lʼex- tarité (Déclaration de Cancun 23-naires les uns que les autres, en pansion du communisme ». Peu 02-2010)faisant élire des dizaines de chefs importaient les méthodes. Lʼexpul-dʼétat fantoches, en liquidant dʼau- sion de Cuba en 1962 en est untres et en ficelant leur relation avec exemple. La fondation de la CELAC, unle sous-continent par le biais dʼor- pas historique.ganismes cachant mal leur vocation Réglons nos affaires entre nous !dʼoutils de domination. Deux exem- 1 - Il existe bien toute une série dʼal-ples : Aujourdʼhui, « la boule a tourné », liances au Sud du Rio Grande. lʼAmérique Latine et la Caraïbe Elles visent toutes lʼintégration ré-LʼEcole des Amériques : sʼémancipent progressivement de gionale et la coopération : ALBA -Créée en 1946, lʼEcole des Amé- la tutelle imposée ou acceptée des UNASUR - MERCOSUR – CARI-riques fut établie en premier lieu USA. Ainsi, si lʼon excepte les es- COM – CARIFORUM - GROUPEdans la zone américaine du Canal carmouches verbales de principe DE RIO - AEC, etc., mais aucunede Panama. « Le centre de forma- qui prévalent entre Washington et nʼenglobe comme la CELAC lʼen-tion militaire le plus important Caracas, les quelques poches rési- semble des pays. Pour la premièredʼAmérique latine a permis aux duelles de lutte armée en Colombie fois en effet depuis 200 ans, touteEtats-Unis dʼentraîner et de former et les demandes réitérées de la Bo- lʼAmérique Latine et la Caraïbe sontidéologiquement plus de 60 000 mi- livie auprès du Chili en vue de la ré- unies dans un même projet.litaires. Parmi ses élèves, quelques trocession de sa province du littoral,noms tristement célèbres : les gé- (son unique accès à la mer perdu 2 - Ce dont il faut se réjouir, cʼestnéraux putschistes argentins Viola, lors de la Guerre du Pacifique précisément que notre Caraïbe soitVidela et Galtieri, des dictateurs  : (1879-1884), lʼAmérique latine est solidairement accrochée à cette lo-Pinochet (Chili), Somoza (Nicara- globalement pacifiée. La CELAC comotive économique, culturelle etgua), Manuel Noriega (Panama), peut ainsi afficher progressivement écologique.Stroessner (Paraguay), Hugo Ban- ses objectifs et ses ambitions. Pré-zer (Bolivie), etc. Transférée à Fort cisons-les : 3 - Ce quʼil faut déplorer, cʼest queBenning (Georgie) en 1984, lʼEcole Porto Rico, la Guadeloupe, la Mar-a été fermée en lʼan 2000 par le 1 - “Disposer dʼun forum de concer- tinique et la Guyane en soient ab-président Clinton qui lʼa rouverte tation politique continental. Mettre sents. Pourquoi ? Parce quʼaucunaussitôt sous une nouvelle appella- lʼaccent sur la nécessité de faire de ces pays nʼest indépendant  ?tion : Institut de Défense pour la converger les accords historiques, Cʼest là une réponse facile ! Le Progressiste - Page 10 - mercredi 1er juin 2011
  11. 11. PAROLES CITOYENNES interministériel : ser vers une espèce dʼententePosons alors une question de fond économique globale avec la Gua-: Allons-nous demeurer à jamais « Qui peut dénier aux collectivités deloupe et la Guyane.isolés et en dehors des affaires de locales une connaissance toutenotre continent ? Notre réponse est particulière de leur environnement Avons-nous par ailleurs jamaissans équivoque : Non ! direct ? Quel diplomate peut aller imaginé la création dʼune al- expliquer aux Polynésiens, aux liance stratégique dʼintérêts Réunionnais, aux Antillais ou aux franco-caribéenne entre les DFAQue faire donc ? Guyanais la manière dont ses voi- et Haïti, ce qui porterait notre sins conçoivent leurs rapports dans zone de chalandise à 12 millions1 - Réfléchir ensemble à la la zone sans même écouter ce quequestion (Présidents des Conseils, les principaux intéressés ont à en dʼhabitants ?général et régional, parlementaires dire ? »et spécialistes en relations interna- Rien de tout cela. Que nous soyonstionales), en discuter avec la Gua- « ….je souhaite donner la possibi- autonomistes, souverainistes, indé-deloupe et la Guyane et créer un lité aux collectivités régionales de pendantistes ou du K5F, nous negroupe de contact ad hoc. participer aux négociations interna- parvenons pas à concevoir notre tionales qui les concernent, et existence en dehors du coût des2 - Solliciter un entretien au- même de représenter la France, transports des yaourts et desprès des autorités du Venezuela, sous mandat, dans les organismes fraises sur la distance nous sépa-principal maître dʼœuvre, afin dʼex- de coopération régionale de leur rant de la France et de lʼEurope.plorer la faisabilité technique, diplo- zone géographique ». Des relations outre-Atlantique quʼilmatique et politique du niveau ne faut en aucun cas négliger, maisdʼinclusion de notre pays dans la qui selon nous, ne suffisent pasCELAC. (M. lʼambassadeur du Ve- Notre conclusion : pour assurer un développementnezuela à Paris pourrait être un ex- économique, culturel, psycholo-cellent interlocuteur. Il a LʼAEC (Association des Etats de la gique et humain équilibré, lisse etcompétence pour nos régions et est Caraïbe) semble marquer le pas, durable de nos pays.bien informé du contexte politique en tout cas, ses possibilités sont li-et institutionnel des DFA). mitées et notre présence nʼy est Il nous parait donc important, au- que symbolique. delà des urgences, dʼoser prendre,3 - En fonction des retours deCaracas, prendre lʼattache du gou- Nous nʼavons pas pu, su, ou voulu non seulement notre autonomievernement français en nous ap- - à notre connaissance –, explorer économique comme nous le sug-puyant sur la déclaration de la piste de lʼALBA et de son exten- gère François Fillon, mais notre au-Fort-de-France du premier minis- sion : Petrocaribe. tonomie de pensée ettre : “Prenez votre autonomie éco- dʼimagination, sous peine de ré-nomique, en relation avec vos Plus simple, en dehors des dis- duire la nouvelle collectivité à venirvoisins !” et plus particulièrement cussions ayant trait à lʼharmoni- à une coquille vide résonnant desur le discours du Président de la sation des taux de TVA sur les mots creux.République du 6 novembre 2009 cigarettes et le champagne, nousprononcé en conclusion du Conseil nʼavons même pas su progres- H.P. QUESTION DʼACTUALITÉ – Serge Letchimy – 31 mai 2011 Dans le monde actuel les inégalités sʼaccroissent dans lʼaccès aux ressources élémentaires : lʼalimentation, le logement, lʼénergie. La situation en France, aussi, est inquiétante : 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, soit 13,4 % de la population. Cʼest une conséquence de choix politiques et économiques marqués par le désen- gagement de lʼEtat, notamment face aux marchés financiers. Au cours des 10 dernières années, le revenu annuel moyen des 10 % les plus modestes sʼest élevé de 970 euros quand celui des 10 % les plus riches sʼaccroit de 11 500 euros. Sachez par ailleurs que 0,01% des plus riches ont gagné 360 000 euros de plus. Où est lʼEtat dans son rôle régulateur ? Les inégalités de revenus se creusent face à des jeunes dont près de 20% sont au chômage, 57% en Outre- mer. Pour nos pays dʼoutre-mer justement, les chiffres parlent aussi dʼeux-mêmes : de 25 à 30% de chômage ; un PIB inférieur de 30% par rapport à lʼhexagone ; des produits de base supérieurs de 35%. Les évènements en Grèce et en Espagne doivent nous interpeller et nous faire prendre conscience dʼun risque de rupture de la solidarité et de la cohésion au sein de nos sociétés. Monsieur le premier ministre : plutôt que dʼaccuser, comme lʼa fait votre ministre des affaires européennes, les populations pauvres de se complaire dans lʼinactivité ; plutôt que de rejeter, comme le fait votre ministre de lʼintérieur, la responsabilité de cette situation sur les im- migrés et les étrangers. Quand accepterez-vous enfin dʼassumer la question éminemment politique qui est celle du partage et de la redistribution des richesses et du travail ? Le Progressiste - Page 11 - mercredi 1er juin 2011
  12. 12. L’ACTUALITE EN IMAGESFête des voisins à Morne Calebasse (Photos de Benny et Wilson) Annie CHANDEY, pdte des CCAS Georges COPPET, conseiller municipalVous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ?1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : imprimé par nos soins - maquette TONIPRINT 0596 57 37 37http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf2. Complétez-le3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-Franceou par Mail à contact@ppm-martinique.frVisitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.frCOMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, Jeannie DARSIERES intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Didier LAGUERRE - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Laurence LEBEAU d.compere@only.fr Serge SOUFFLEUR Téléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Site Internet : www.ppm-martinique.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - mercredi 1er juin 2011

×