Le progressiste n° 2133
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le progressiste n° 2133

on

  • 768 views

 

Statistics

Views

Total Views
768
Views on SlideShare
768
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Le progressiste n° 2133 Le progressiste n° 2133 Document Transcript

  • Le Progressiste 1 euro mercredi 2 juin 2010 - N° 2133 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIRE« A FFCE 6, PLUS DE 75% DES VOIX POUR LE CANDIDAT PPM ! VAINCRE L’ABSTENTION AU 2E TOUR LE 6 JUIN » (P.2). Daniel CHOMET « ENTRETIEN AVEC LE NOUVEAU PRÉSIDENT DU PARC RÉGIONAL » Jean-Claude JABOL (PP.3/4)AU SOMMAIRE- SERGE LETCHIMY À BRUXELLES (PP.6/7)- AUTOUR DE L’ABOLITION-II (PP.9/10)- LETTRE OUVERTE SUR LES RETRAITES (P.11)- PRÉPARATION DE LA COLLECTIVITÉ UNIQUE (P.12) « LES MEILLEURS SPÉCIALISTES DES AFFAIRES MARTINIQUAISES SONT LES MARTINIQUAIS EUX-MÊMES » (DR ALIKER)
  • EDITORIAL CANTONALES : TRANSFORMER L’ESSAI ! es urnes ont livré leur verdict dans le cadre desL RESULTATS DU 1ER TOUR DES CANTONALES élections cantonales partielles de ce dimanche 30 mai. Lʼélément manquant est la faible participation, FORT-DE-FRANCE 6 :seuls….des électeurs ce sont déplacés pour accomplirleur devoir et remplacer les conseillers généraux démis- Alain LIMERY (MIM/PALIMA) : 170 v. (12,46%)sionnaires pour cause de cumul de mandat. Jacqueline TAILLY (GRS) : 163v. (11,95%)Une faible participation, traditionnelle dans le cadre desélections partielles amplifiées par la succession des Jean-Claude JABOL (PPM) : 1.031v.(75,59%)élections cette année. Rappelons que ces électeurs sesont rendus aux urnes pour la cinquième fois en sixmois, et pour ceux de Rivière Salée, il sʼagit de la sep- FRANÇOIS 2 :tième convocation en huit mois. Quand on prend en Jean-Pierre KIMPER (MIM) : 365 v. (16,40%)compte le fait que ce premier tour a été fixé le jour de lafête des mères et des communions, on comprend quemoins dʼélecteurs soient allés voter cette fois ! Marie-Frantz TINOT (MPF) :1.114 v.(49,91 %)Malgré tout, le candidat du Parti Progressiste Martini- Samuel TAVERNIER (DVG) : 687 v. (30,78%)quais, Jean-Claude JABOL, choisi démocratiquement,et sa suppléante Marie-Line ARNOLIN ont réalisé un bon Eugène NORDEN (Soc.) : 2,96%score, avec près de 76% de voix exprimés.Un score qui démontre encore le lien fort qui unit le Partiavec le peuple de Volga-Plage, Dillon, Pointe des Car- LORRAIN :rières, TSF, Eaux découpées et tous ces quartiers du Guy ANNONAY (DVD) : 1.688v. (55,62%)-Elu6ème canton. Lucien VICTORIN (DVG) : 1.347v. (44,68%)Cette faible participation ne nous a pas permis de rem-porter la victoire au premier tour, malgré lʼécart très im-portant avec les autres candidats. Il reste une semaine RIVIÈRE-SALÉE :aux militants du Parti pour transformer lʼessai et mobili- Vincent DUVILLE (MIM) : 1.276 v. (40,01%)ser les électeurs et les convaincre de se déplacer le 6juin prochain pour renforcer avec Jean-Claude JABOL Sylvia SAITHSOOTHANE (DVD) : 1.530v. (47,98%)le Groupe des Démocrates et Progressistes au ConseilGénéral. Daniel ROBIN (PPM) : 383 v. (12,01%) Le 1er juin 2010 SCHOELCHER 2 : Didier LAGUERRE Fred DERNE (Vivre à Schoelcher) : 1.022v. (58,5%) Secrétaire général Eric JULTA (DVD) : 477 v. (27,30%) Léonne VAILLANT-BARDURY (MIM) : 248v. (14, 20%) UNE MILITANTE DE RIVE-DROITE EXEMPLAIRE... Qui nʼa pas connu CAROLINE au Siège du P.P.M. ?  Petit bout de femme têtue, sʼoc- cupant énergiquement de ses affaires (le nettoyage du Siège...), répondant à peine à celui-ci ou celle-là, qui la détournait de son travail, mais souriant malicieusement aux plaisanteries de qui lui convenait (Camille Darsières, Ancarnot, Titiss...) . Née le 20 juin 1936, elle a toujours habité, milité à Rive-Droite, où tout le monde la connaissait : Ca- roline DOPPIA, surnommée YAYA, avait 6 enfants... A Rive-Droite, cʼétait une mili- tante « enragée»: Gare à qui disait du mal dʼaimé Césaire, C. Darsières, S.Letchimy, et elle ne manquait pas de «traiter» de la belle manière les opposants. « famʼ doubouttʼ, i pa té ka joué!». Des souvenirs affectueux pour CAROLINE que nous nʼoublierons pas!         J.D. Le Progressiste - Page 2 - mercredi 2 juin 2010
  • ENVIRONNEMENT LE PARC NATUREL REGIONAL DE LA MARTINIQUE (PNRM) (ENTRETIEN AVEC SON NOUVEAU PRÉSIDENT, DANIEL CHOMET) globale de toute la problé- signy en attendant éven- matique environnementale. tuellement le retour de lʼins- titution à Tivoli. Suite aux La mission du Parc est de dernières élections, le pré- préserver et valoriser la sident en est Daniel CHO- Martinique, de mener des MET, la première missions de formation, de vice-présidente Jenny e participer à lʼaménagement DULYS-PETIT, le 2 Yves durable et concerté des ANDRE-JOSEPH, le 3e communes avec les édiles Fred LORDINOT. «  Une à travers un Contrat dʼOb- autre gestion dès lors peut jectifs qui est la « charte » se mettre en place  ; cʼest ʼest un syndicatC du Parc. Cette Charte sera une tâche difficile qui relève mixte constitué de 33 signée cette année avec les dʼun challenge et demande communes avec intéressés en tenant bien un changement radical deslʼEspace Sud et la CCNM entendu compte de leurs méthodes antérieures qui(communes du Nord) qui en observations. Cʼest une doivent devenir un « mana-sont partenaires. Bientôt, la obligation si lʼon veut obte- gement » concerté et aviséCACEM (communes du nir lʼagrément « Parc Régio- avec des partenaires impli-Centre) et Sainte-Marie en nal ». qués et responsables et unferont partie. Le Parc Ré- personnel libéré des appré-gional, ce sont 700.000 hensions qui paralysent sahectares sʼétendant sur pleine adhésion à lʼinstitu-toute lʼîle. Ce sont aussi 70 tion. Lʼabsence de Directeurhommes et femmes répartis général des services ainsisur le domaine de lʼEme- que les questions de ges-raude au Morne-Rouge tion non résolues sont un(aménagement paysager), frein au bon fonctionne-le Château Dubuc, la Ré- ment. Nous prendrons àserve de la Caravelle, celle bras le corps ces questionsdes îlets de Sainte-Anne, qui conditionnent ce fonc-sans parler des équipes tionnement. Avec la nou-dʼintervention, avec des velle équipe, nous sommesmissions essentielles qui ré- dans une perspectivepondent aux enjeux du terri- constructive avec une visiontoire en matière de très claire de développe-développement, avec le ment.souci dʼune appropriation Le siège du Parc est à Mon- Le Progressiste - Page 3 - mercredi 2 juin 2010
  • ENVIRONNEMENT TETE Presquʼîle de la CaravelleNous devons finaliser le vrais outils dʼobservation et personnel. Humbles, nousprojet de réserve de Genipa nous indiquer les pistes à le sommes ; disponibles etainsi que dʼautres projets de explorer. Nous travaillerons ouverts. La «  cause  » deréserves marines et mettre dans une contractualisation lʼenvironnement en Marti-en place les outils dʼinser- des efforts ; nous instaure- nique réclame lʼadhésion detion et de formation autour rons avec les municipalités tous ».des métiers de lʼenvironne- des partenariats construc-ment. Nous engagerons tifs à travers un guichet Entretien conduit pardes concertations avec le commun. Lʼaction du Parc, Serge SOUFFLEURConseil Général et avec ainsi, sʼen trouvera facilitée.notre camarade ArnaudRENE-CORAIL de la muni- FINI RIVÉ Pour terminer, je dirai quecipalité des Trois-Ilets afin Dans le cadre du plan nous sommes dans lade se pencher sur le pro- de relance dʼurgence, Serge construction dʼun véritableblème des «  Floralies  ». LETCHIMY, président duNous devons sanctuariser projet environnemental. Dé-des espaces pour mieux terminés, nous le sommes ; Conseil Régional, a rencontréprotéger les espèces endé- Responsables, nous le le lundi 31 mai successivementmiques, avoir de réels sommes. Nous avons be- les maires de Morne Rouge,échanges et un vrai parte- soin de tous les partenaires, Schoelcher et Saint Joseph.nariat avec lʼUniversité des de tous les Martiniquais. Le mercredi 2 juin, il a rendu vi-Antilles et de la Guyane Nous avons besoin de site aux édiles du Lorrain et depour nous approprier les lʼaide, de la force de travail et de la confiance de notre Grand-Rivière. Le Progressiste - Page 4 - mercredi 2 juin 2010
  • AMENAGEMENT DES CHANTIERS POUR LA VILLE : UNE VOLONTE D’AMENAGER LA ZONE URBAINE… La Mairie de FFce ʼest peu de dire que la Municipalité de Fort-de-C France travaille tout le temps et partout : petit à petit, la Ville Capitale se transforme, sʼembellit,organise lʼespace. FFce rachée et il a fallu des travaux de mise hors dʼeau pour mettre un frein aux dégâts de lʼintérieur du bâtiment (cloisons, planchers, menuiseries, peintures). Des tra- Cʼest ce quʼa montré, exemple parmi dʼautres, la vi- vaux importants ont été nécessaires pour la rénovationsite de chantiers, avec le Maire Raymond SAINT- du site qui, par ailleurs, avait un avis défavorable de laLOUIS-AUGUSTIN, accompagné dʼélus, dont commission de sécurité (étanchéité, amiante …) ; ceJean-Claude JABOL, et surtout pilotée par Dominique qui fut fait au fur et à mesure. Lʼaffaire a été menée deBOURROUET, D.G.A.-stap par intérim. main de maître par la Direction du Patrimoine Bâti de 3 visites, ce jeudi 21 mai, ont retenu lʼat- la Ville, avec Mr. CLEMENTE ; tout a été revu, conforté, tention : mis aux normes, cʼest presque terminé, et gageonsLe jardin « Les harmonies », à Dillon : Non loin du que le bâtiment tout neuf sera prêt pour le Festival dePitt Jean-Marie Serreau et de lʼEspace ZARE, un beau Juillet. – Montant total des travaux réalisés : environsite aménagé en jardin, non loin de lʼavenue Léon Gon- 400.000 euros.tran Damas. Avec des aménagements qui rendentcette agréable Place, immédiatement utilisable par leshabitants de Dillon (adultes, adolescents, enfants) desjeux, une piste cyclable, un terrain de pétanque, le lieuest livré, bordé dʼarbres, avec des allées verdoyanteset des espaces colorés ; Cʼest un parfait exemple dʼunespace convivial au service des familles de Dillon, dansle cadre de la politique de revitalisation des quartiers Volga-Plage LʼAIRE DE JEUX POUR ENFANTS DE VOLGA – PLAGE, située place des Amandiers : La réhabilitation Quartier Dillon du lieu a été élaborée ; clôture, qui avait été vandali- sée, jeux installés pour les enfants, portique balançoire,quʼa voulue le Maire de Fort-de France. sol amortissant sous les jeux, tout a été minutieuse- Le coût total de lʼopération est de ment mis en place pour que cette place, aérée et 120.000 euros et il est livré à la fin de agréable à vivre, soit livrée aux habitants de Volga. ce mois. Volga-Plage, dont lʼhistoire accompagne la volonté mu- nicipale de rénovation urbaine, est de plus en plus soi-Le Centre Culturel André ALIKER à STE-Thérèse : gnée, quant à ses infrastructures innovantes, et sesCe Centre qui fut lʼun des premiers construits par la lieux de vie pour le bien-être de tous…Mais le travailVille, et animé avec bonheur par le Sermac, sous la di- continue.rection du regretté Gérard WATELLO, si talentueux et Jeannie Darsièressi créatif, a connu une dégradation suite au passagede lʼouragan DEAN en août 2007 : sa toiture a été ar- Le Progressiste - Page 5 - mercredi 2 juin 2010
  • EUROPE/ REGIONS ULTRAPERIPHERIQUES « UN MAL-DÉVELOPPEMENT CHRONIQUE ET UN MAL-ÊTRE SOCIAL » Discours du Président du Conseil Régional de la Martinique au Forum de lʼUltrapériphérie – 27,28 mai 2010 dʼune économie moderne. communautaires dans la recherche limitent ces potentialités. Malgré un PIB qui avoisine les 75% de la moyenne communau- -      Au moment où les nouvelles taire et un taux de croissance re- orientations en matière de réduc- lativement élevé, le taux de tion de gaz à effet de serre favori- chômage reste chez nous trois sent lʼémergence de grandes fois supérieur au taux de chô- routes maritimes, la Martinique mage moyen communautaire. Un risque pourtant, faute dʼadaptation taux de chômage qui sʼinscrit des politiques communautaires, de hélas dans un syndrome de mar- rester éloignée des principales Au- ginalisation croissante, dans un toroutes de la Mer. mal développement chronique et un mal être social. -    La mise en œuvre en lʼétat des politiques de transport ne permet Face à ces difficultés, deux en- pas de mettre à disposition les ser- jeux : vices dʼintérêt économique et géné- raux à des conditions de prix et de -    Quel modèle économique dé- qualité comparables à ceux prati- velopper pour créer de la richesse qués sur le marché continental. et de lʼemploi, en nous inscrivant résolument  dans le système in- Ce panorama, non exhaustif, mon- ternational, tout en mettant à pro- tre la nécessité de lʼélaboration fit notre environnement dʼune stratégie intégrée, qui pour- géographique ? rait offrir à la Martinique des oppor- -    Comment renforcer cette dy- tunités de diversificationLa Commission de Bruxelles a or- namique dʼinnovation et de compé- économique, dans le cadreganisé jeudi et vendredi derniers un titivité, sans faire passer en second dʼéchanges régionalisés et mondia-forum quʼelle entend tenir tous les plan les urgences   du bien-être so- lisés. Une stratégie où lʼéquilibredeux ans avec les R.U.P. (Açores, cial de la population ? entre lʼadaptation des politiques gé-Canaries, Guadeloupe, Guyane, nérales de lʼUnion et lʼadoptionMadère, Martinique, Réunion). Car, si dans notre berceau naturel, dʼinstruments spécifiques au béné-Serge LETCHIMY y est intervenu nous pouvons dénombrer des fice de lʼultrapériphérie demeure unen ces termes : sources potentielles de création de enjeu fondamental. Une stratégie richesse et dʼemplois, le cadre com- qui reste suspendue à de nom-Permettez-moi tout dʼabord de munautaire, par ses contraintes in- breuses mises en cohérence préa-saluer lʼinitiative prise par la duites, contrarie souvent le lables au niveau communautaire,Commission quant à lʼorganisa- développement de ces opportuni- comme par exemple :tion de ce forum. Il sʼinscrit dans tés. Je veux prendre quelquesdes principes de réflexions com- exemples : -    la négociation, dans le cadre desmunes, du dialogue permanent, Accords commerciaux internatio-de lʼéchange et du respect mu- -    Ainsi, avec ses 55 000 km2 dʼes- naux, de règles spécifiques per-tuels. pace maritime très faiblement ex- mettant un commerce juste et ploités, la Martinique bénéficie de mutuellement bénéfique avec lesLes nouveaux défis mondiaux tels ressources halieutiques qui peu- pays voisins.que les dysfonctionnements finan- vent encore permettre un dévelop-ciers, les déséquilibres commer- pement raisonné de lʼeffort de -      le maintien dʼun systèmeciaux, le dérèglement pêche. Seulement, cette filière est dʼaides équitable adossé à des le-environnemental, les mutations dé- menacée par les nouvelles règles viers fiscaux et douaniers adap-mographiques, imposent, dans la de la Réforme de la Politique Com- tés, compte tenu de la menacevision dʼensemble, un regard spéci- mune de la Pêche. marginale face aux enjeux com-fique sur des situations spécifiques. merciaux astronomiques euro- -    La grande biodiversité et la ri- péens et internationaux.Le principe de réalité nous conduit chesse des écosystèmes font de laà mettre en évidence les Martinique un « laboratoire » de -    un programme ambitieux decontraintes liées à notre double ap- premier plan pour les probléma- recherche à dimension internatio-partenance à lʼespace européen et tiques de gestion durable de la res- nale associant lʼensemble des paysà nos espaces géographiques res- source, du développement des de la Grande Caraïbe, et favorisantpectifs. Mais ce même principe doit biotechnologies, ou celle de les transferts mutuels de savoir-nous inviter à dépasser ces lʼénergie renouvelable. Mais au- faire et de connaissance.contraintes pour mieux apprécier jourdʼhui, la complexité et la quasi-nos atouts et répondre aux défis inaccessibilité des financements Alors face à de tels enjeux, je ne Le Progressiste - Page 6 - mercredi 2 juin 2010
  • EUROPE/ REGIONS ULTRAPERIPHERIQUES sances aliénantes de la so- Jʼy vois aussi des contraintes ciété de consommation ; comme lʼaccessibilité, lʼétroitesse qui augmente la production du marché, lʼéloignement, les locale ; qui fonde les bases risques naturels permanents qui ré- dʼune culture économique à duisent lʼégalité des chances. partir de nouvelles solidari- tés économiques. Mais jʼy vois aussi des risques re- mettant en cause des décennies de LʼEurope à laquelle je crois progrès si ces régions ne sont pas est faite de réseaux actifs réinscrites comme Actrices du dé- et solidaires qui prolongent veloppement et de la diplomatie dans le monde un espace économique dans leurs zones res- originel commun. pectives dans des domaines aussi (Cʼest cette nouvelle déterminants que les Accords com-peux mʼempêcher de mʼéloigner un conception qui peut nous merciaux internationaux (APE, Ac-peu des habituelles doléances pour permettre de manière pertinente de cord Andin), le changementapporter une réflexion sur les fon- répondre à ce mal développement.) climatique, la propriété génétique etdements de nos rapports à lʼEu- moléculaire, la propriété desrope. Réflexion qui se situe dans le Des réseaux qui se développe- usages.droit fil du Mémorandum signé à las raient de manière autonome dansPalmas le 7 mai dernier, exprimant un respect des différences cultu- Ce sont des laboratoires possiblesles besoins dʼune vision rénovée relles, identitaires, géographiques, pour de nouvelles conceptions cul-de la stratégie européenne vis-à- lequel ne remettrait en cause ni la turelles, économiques et sociales,vis de lʼultrapériphérie. sécurité des droits qui sont acquis, susceptibles de mobiliser des ri- ni la solidarité agissante de lʼen- chesses civilisationnelles qui man-Car jʼai la faiblesse de croire que les semble. quent encore au fonctionnement duhandicaps et les atouts changent monde et bien entendu à lʼidée de Ainsi le principe dérogatoire, ou lʼEurope !de nature, de prégnance ou dʼin- même lʼidée dʼun handicap dû àtensité selon que lʼon interroge de lʼéloignement, céderait la place à Cela met aussi en relief lʼabsur-manière fondamentale ou pas, le une approche positive, différen- dité quʼil y aurait dʼessayer deprincipe même dans lequel sʼinscrit ciée, intelligente, des indispen- penser notre épanouissementla relation des pays dits de la « pé- sables harmonisations. européen en dehors dʼun grandriphérie » ou de « lʼutra-périphérie Notamment dans lʼéquilibre à re- espace relationnel caribéen, qui», avec le centre européen. chercher entre le volet interne et dépasserait la seule dynamique le volet externe des politiques de économique, pour sʼinscrire dansJe crois, par exemple, que nos « lʼUnion. lʼéchange culturel systématique,handicaps » et nos « atouts » chan- dans la valorisation concertée degeront du tout au tout à mesure que notre biodiversité, dans un tourismelʼEurope sʼéloignera du modèle réinventé autour de valeurs nobles,dʼune puissance économique libé- dans lʼéducation partagée ou dansrale pour se réinscrire dans une dy- le dynamisme universitaire mis ennamique de relations humaines, interaction…justes et horizontales avec les di-versités du monde. Ainsi, nous se- Lʼidée de lʼEurope nʼatteindra à sarons nous-mêmes en mesure de pleine noblesse que si elle suscitesurmonter ces handicaps, ou autour dʼelle, et en relation avecmieux, de les vaincre purement et elle, des dynamiques civilisation-simplement. nelles qui sont souvent latentes dans nos zones respectives ; et quiJe parle de puissance économique, sont indéniablement des forcesmais jʼaurais pu à dessein, parler dʼinspiration, de progrès et de dé-dʼempire libéral. En fait, je crains veloppement.toute forme de verticalité. Par leurverticalité, les « puissances » ont Cʼest un appel à une nouvelletoujours suscité des dévitalisations conception de la Territorialisationdans leurs périphéries et de grands Economique qui sʼimpose à nous,vides autour de leur emprise, alors comme un espace nouveau dʼinno-que, je le sais, cʼest lʼambition vation et dʼinvestissement.contraire que, tous ici, nous parta-geons. Cʼest le vœu que je forme à lʼentrée de ce forum : Pensons autrement.Il sʼagit pour nous dʼaller vers un Si je regarde ce que sont nos pays, Pensons positivement.nouveau modèle de développe- je vois des espaces-frontières ! Jement, où la croissance et le progrès vois des vitalités inscrites dans des Serge LETCHIMYriment avec création dʼemplois et parts éloignées et différentes du NDLR: Les passages en gras sont soulignésdʼactivités ; qui réduit les puis- monde !  Ce sont les Atouts. par la Rédaction Le Progressiste - Page 7 - mercredi 2 juin 2010
  • HISTOIRE ET CULTURE BIZARRE, CE TRONCONNAGE DE NOTRE HISTOIRE !... e 21 Mai, au soir, comme les esclaves noirs dans les le dos et la sueur des travailleursL dʼhabitude, la Ville de Fort- de-France et le SERMACont organisé une soirée commé- champs et sauvegarder lʼécono- mie des îles, fondée sur lʼexploi- tation forcenée des travailleurs nègres et indiens la richesse de lʼEurope : cʼest donc une trajec- toire, un Destin, dont les bles-morative et festive pour honorer nègres et indiens, comment ne sures sont enfouies dans nosla Mémoire de nos ancêtres es- pas associer nos ancêtres nè- souvenirs, et cʼet bien et LEGI-claves, qui, courageusement, gres et indiens ? TIME de célébrer en mêmeont œuvré à leur Libération ce NOUS NOUS DEVONS, temps, avec la même ferveur,22 mai 1848. Cʼétait grandiose, nous héritiers de la Nation Marti- notre Humanité Multiple- et dontcʼétait magnifique, et les por- niquaise, de saluer la même mi- nous sommes fiers !teurs de cette idée « MADININ- sère, la même honteuse Et, cʼest pour cela que dansDIA…sur les ailes du vent », ont utilisation de ceux qui aspiraient une esthétique originale, dans leété fort bien inspirés  : un dia- à leur Libération du Colonia- creuset afro- indo- caribéen,logue de cultures, notamment lisme. nous devons commémorer leentre lʼAfrique et lʼInde, sous la Même si, un temps, les colons jour de notre Fête Nationale…houlette, surtout de Suzy MA- ont suscité la concurrence entre Et cʼest louable que lʼévocationNIRI et José EXELIS, chapeau- ces travailleurs, les uns fraîche- musicale, chantée, dansée, réci-tés par Lydie BETIS. ment libérés mais démunis, les tée de « MADININDIA », ce 21 Certains ont cru bon de critiquer autres arrachés eux aussi de mai, au Bord de mer, mêlant lescette évocation de lʼhistoire des leur Pays Indien, il est de notre tambours de Guinée, la kora deIndiens, au moment de lʼAboli- devoir de souligner que la sueur Djeli Moussa Kondé, le Barhatation de lʼEsclavage en 1848, si- et le sang de ces victimes parti- Natyam indien, les tamboursgnalant de façon bizarre que cipent de cette histoire com- Bèlè de nos campagnes, cettelʼÉmigration Indienne nʼavait rien mune, liée à la Déportation, au évocation, dis-je, fût une réus-à voir avec lʼHistoire de lʼEscla- Déracinement, à la Souffrance, site. Et nous en remercions levage ! à lʼAspiration partagée à la Libé- SERMAC ! Bizarre, ce tronçonnage de ration.notre Histoire !! Cʼest cela notre Histoire, et Jeannie DarsièresComment ne pas associer, dans nous nous devons de tisser, re-la souffrance de nos ancêtres tisser ces liens, qui constituent lacommuns, dans cette volonté toile de notre Histoire Com-honteuse des colons de mune.lʼépoque de faire appel à la main Ces terres de canne, de rhum,dʼœuvre indienne pour suppléer de vesou, dʼépices, ont forgé sur Le Progressiste - Page 8 - mercredi 2 juin 2010
  • HISTOIRE AUTOUR DE L’ABOLITION DE L’ESCLAVAGE II/ LE TROISIÈME DIABLE DU POPULISME : LE GROUPE BÉKÉ EDOUARD DE LÉPINE este à dire un mot du constances de lʼabolition à mille et une négresse bonR dernier de nos trois diables : le groupebéké. Tout se passe encore la Martinique nʼont guère contribué à un rapproche- ment entre les anciens maî- teint, encore moins dʼun nègre gros sirop, fût-il à la tête dʼune grosse fortune, etaujourdʼhui, cent cinquante tres et les nouveaux libres. dʼune békée, fut-elle uneans après lʼabolition, békée « griave », cʼest-à-comme si nous étions inca- Mais le racisme du groupe dire dʼune famille de blancspables dʼaborder cette béké est ou a été plus pro- pauvres.question avec sérénité et fond, plus viscéral etdétachement. Ce groupe presque structurel. Un siè- Sʼensuit-il que lʼon doitest en général traité comme cle et demi après Mai 1848, considérer la situationun ensemble homogène, les békés nʼont pas tous re- comme définitivement figéeuniformément riche, raciste noncé à leurs préjugés de et quʼil nʼy a quʼà en prendreet dominateur. Nous couleur même si, par la son parti ? Encore que celasommes souvent partagés force des choses, les rap- paraisse la solution la plusentre le désir de lʼignorer et ports sont aujourdʼhui moins sage, peut-être faut-il éviterla tentation de le diaboliser, tendus quʼil y a un demi-siè- de repousser, dans les brastout en étant conscient que cle. Peut-être même peut- de ceux qui les rejettent,sa puissance économique on observer une sorte de ceux des békés qui parais-et son rôle dans la société régression par rapport à sent décidés à adoptermartiniquaise en font une lʼépoque ou un Clerc ou un dʼautres points de vue queréalité incontournable. Bougenot pouvaient ouver- ceux de leurs ancêtres et tement sʼallier à des qui manifestent concrète- Souquet Basiège nʼa pas Schoelchéristes notoires et ment leur volonté deforcément raison de faire sʼengager personnellement construire la Martinique dedes événements du mois de sous la bannière du schoel- demain avec tous les Marti-mai 1848 un élément es- chérisme. Il est probable niquais.sentiel du mur dʼincompré- quʼun tel comportement au-hension qui sʼest élevé jourdʼhui provoquerait lʼex- « À quand un Mandela mar-entre les colons et les clusion de lʼhérétique. tiniquais ? »hommes de couleur . À laGuadeloupe, en Guyane ou La question du préjugé ra- Mais le changement deà la Réunion, où il nʼy a pas cial est donc loin dʼêtre ré- mentalité ne peut paseu de 22 mai, le comporte- glée dans ce milieu. sʼopérer dʼun seul côté. Il yment des blancs nʼest pas Chacun sait que ce nʼest a quelque temps, sous lefondamentalement différent pas demain la veille dʼune titre : « A quand un Mandelade celui des colons Martini- alliance matrimoniale entre martiniquais ? », les frèresquais. Il reste que les cir- lʼhéritier dʼune grande fa- Hugues et Bernard Petit- Le Progressiste - Page 9 - mercredi 2 juin 2010
  • jean Roget publiaient, dans une année : vous savez pourtant monFrance Antilles, une sorte et de moi-même, mon amour tyrannique/ vousdʼappel à « apprendre à se cœur, ne faites ni un père, savez que ce nʼest pasconnaître après sʼêtre re- ni un frère,/ ni un fils, mais haine des autres races/ queconnu » qui constitue, selon le père, mais le frère, mais je mʼexige bêcheur de cetteeux, le fondement de la le fils/ ni un mari, mais unique race/ que ce que jepensée de Mandela. Nous lʼamant de cet unique peu- veux / cʼest pour la faim uni-pourrions leur répondre ple…/ Mais les faisant, mon verselle/ pour la soif univer-que, notre Mandéla, nous cœur, préservez-moi delʼavons depuis près dʼun toute haine / ne faites point selle/ la sommer libre enfin/demi-siècle. Il sʼappelle de moi cet homme de de produire de son intimitéAimé Césaire, lʼauteur de haine/ pour qui je nai que close/la succulence desces vers que chaque Marti- haine/ car pour me canton- fruits./niquais récite dix fois dans ner en cette unique race/3 « Les événements du mois de mai 1848 avaient élevé entre la race blanche et les races africaines et de sang mêlé uneséparation que les rigueurs de lʼancien régime colonial et une domination de deux siècles nʼauraient pas suffi à amener. »Souquet Basiège , Le préjugé de race o.c. p 75 LE DÉCRET DU 4 MARS 1848 Au nom du peuple français Le gouvernement provisoire de la République, Considérant que nulle terre française ne peut plus porter desclaves, décrète: Une Commission est instituée auprès du Ministre provisoire de la Marine et des Colonies pour préparer, sous le plus bref délai, lacte démancipation immédiate dans toutes les colonies de la République. Le ministre de la Marine pourvoira à lexécution du présent décret. Paris, le 4 mars 1848. Les membres du Gouvernement provisoire, Signé: Dupont (de LEure), Arago, Lamartine, Louis Blanc, Ad. Crémieux, Ledru-Rollin, Garnier-Pagès, Marie, Marrast, Flocon, Albert. Source: ce décret paraît dans le Journal Officiel de la Martinique et dans Le Courrier de la Martinique, le 12 avril 1848. ADM Il faut accompagner le décret du 23 mai 1848 du Gouverneur Rostolan de celui du 4 mars dont ladate de parution à la Martinique (12 avril 1848) mérite dʼêtre aussi connue que celle du décret du 23mai. La nouvelle de la Révolution de Février 1848, connue à la Martinique à la fin du mois de mars avaitprovoqué une première vague dʼagitation dans presque toute lʼIle. Lʼannonce à la mi-avril que nulleterre française ne pouvait plus légalement porter dʼesclave relance lʼagitation dans plusieurs communes,à Saint-Pierre et au Prêcheur durant la semaine sainte (16-23 avril), à Rivière-Pilote (16 avril), sous ladirection du curé de la paroisse lʼabbé Marchési, à Case-Pilote (23 avril) dʼoù la population expulse lemaire 26 avril, au Robert le 16 mai sur lʼhabitation du maire Louveau de la Guigneray Le Progressiste - Page 10 - mercredi 2 juin 2010
  • LUTTES SOCIALES NOUS AVONS REÇU CETTE LETTRE OUVERTE SUR LES RETRAITES ADRESSÉE LE 19 AVRIL 2010 À : L’INDÉPENDANT AU : TRAVAILLEUR CATALAN À : LA SEMAINE DU ROUSSILLON PAR JEAN-PASCAL PUGIBET, ANCIEN ÉLÈVE BOURSIER, ENSEIGNANT RETRAITÉ ANCIEN SECRÉTAIRE ACADÉMIQUE ANTILLES-GUYANE DU SNES » qui sʼemploie à convain- contraindre en raison de lʼinsuffi- cre quʼune seule solution sance des pensions) maintient les est possible : reculer lʼâge jeunes dans le chômage et va à légal du départ à la re- lʼencontre du but recherché. Cette traite et augmenter la politique opposant les générations durée des cotisations. détruit la solidarité intergénération- nelle à la base du système de re- Pourtant les réformes traite par répartition. Elle relève de menées dans cette op- lʼidéologie néo-libérale du chacun tique depuis 1993 pour soi. Cette concurrence effré- conduisent déjà à une née est à la base de la politique de baisse de 20% du mon- casse des services publics et de la tant des pensions et à un solidarité sociale ; elle participe décrochage alarmant des également au développement de la sommes perçues par les violence au travail comme de la dé- femmes par rapport aux linquance, enfermant le gouverne- hommes. Poursuivre dans ment dans une contradiction cette voie ne peut quʼam- insoluble malgré la multiplication plifier la paupérisation des des mesures répressives. retraités et futurs retraités. En conclusion, augmenter les De nombreux écono- ressources pour le financement des mistes, anormalement ex- retraites est aussi possible, et plus clus des medias, juste et plus sûr, en débattant du soutiennent quʼun autre taux des cotisations, en élargissant scénario est possible. La lʼassiette de ces cotisations aux re- France dʼaujourdʼhui est venus du travail et du capital qui nfumage et matraquage ca-E ractérisent le débat sur le fi- nancement des retraitesorganisé par le gouvernement ; bien plus riche quʼen 1945 au len- demain de la guerre. Mais une part des importantes richesses pro- duites a été détournée des salaires échappent à la solidarité, en modu- lant ces taux en fonction de la va- leur ajoutée des entreprises afin de ne pas pénaliser lʼemploi et les sa-communiqués divers, pages en- (et donc des cotisations sociales) laires. … Reste que pour fairetières dʼinformation-propagande pu- au profit du capital. Au cours des échec à la méthodique manipula-bliées dans les journaux (aux frais dernières décennies la masse sala- tion qui nous enveloppe, il est ur-des contribuables) sʼefforcent de riale a chuté de 8 points alors que le gent de renouveler ce qui a réussinous faire croire que le vieillisse- volume des dividendes est passé lors du référendum sur le traité eu-ment de la population est une ca- de 3,2% du P.I.B. en 1982 à 8,5% ropéen en 2005 ; lʼinformation ci-tastrophe. Cʼest la mise en œuvre en 2007. Il est possible de financer toyenne doit sʼorganiser et sede la politique voulue et annoncée lʼaugmentation du volume des re- développer à tous les niveaux :par le MEDEF pour prendre une re- traites. La donnée démographique dans les communes, dans les quar-vanche contre les avancées so- est réelle mais pas fondamentale ; tiers, dans les familles, sur les lieuxciales obtenues dans le contexte de le problème du financement des re- de travail.la Libération en 1945. Remarquons traites est avant tout POLITIQUE.que dans les journaux télévisésnous nʼavons plus, comme autre- Et les récentes projections dufois, des journalistes exerçant leur Conseil dʼOrientation des Retraites,esprit critique comme dans toute in- que le gouvernement essaie de ré-formation digne de ce nom, mais cupérer dans son optique, mettentdes « communicateurs » souvent en évidence le caractère centralsoucieux de devancer les attentes des conditions dʼemploi, des sa-de leur employeur. La dépolitisation laires et de lʼinvestissement pro-dʼune partie importante de la popu- ductif. La diminution du nombre deslation, lʼorientation flageolante du fonctionnaires et de leur pouvoirParti Socialiste et la division syndi- dʼachat contribue aux difficultés ducale créent un terrain favorable à la financement. Inciter les retraités àréception de cette « communication travailler après 60 ans (ou les y Le Progressiste - Page 11 - mercredi 2 juin 2010
  • Préparation de la collectivité uniqueComme suite au accords pris pour engager la Monsieur le Conseiller, Cher Collègue,préparation de la collectivité unique, SergeLetchimy à fait la proposition quʼune commis- Je prends acte de votre décision de ne plus parti-sion mixte composée de sept représentants ciper aux réunions de travail pour la préparation de la Collectivité Unique.de chacune des collectivités soit créée et se Votre argumentaire est encore une nouvelle ma-réunisse autant que de besoin, en adoptant nœuvre pour vous dégager des vos responsabili-une alternance de la présidence tous les deux tés.mois.  A ce titre,Didier Laguerre a été comme Une fois de plus vous confondez opposition etchef de file pour le conseil Régional, et obstruction systématique au bon fonctionnementcomme autres membres pour le groupe « En- de lʼassemblée démocratiquement élue.semble pour une Martinique nouvelle » Le rôle des suppléants est de remplacer les titu-Titulaires laires en cas dʼempêchement. Imposer leur pré-M. Didier Laguerre sence par la pression, voire le chantage,  estM. Daniel ROBIN contraire aux règles démocratiques et révèle parMme Catherine CONCONNE ailleurs, une volonté manifeste de fausser leMme Patricia TELLE débat.Suppléants Pour votre information, la réunion de ce jour sʼestM. Luc CLEMENTE néanmoins tenue en présence des autresM. Fred LORDINOT groupes.Mme Jenny DULYS-PETIT Malgré votre volonté dʼobstruction, je continueraiM. Justin PAMPHILE à faire de la libre expression et du respect des droits de la minorité un des fondements de laSuite à la première réunion de préparation, le nouvelle gouvernance de la collectivité régionale.Groupe des « patriotes et des sympathi-sants » a fait savoir quʼil ne souhaite plus par- Je vous prie dʼagréer, Monsieur, lʼexpression deticiper au processus, au motif quʼil souhaite mes salutations  distinguées.faire sièger en même tempsles titulaires et lessuppléants. Nous publions ici la réponse deSerge Letchimy Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ? 1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf 2. Complétez-le 3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr COMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont tou- jours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, in- Jeannie DARSIERES tellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 Didier LAGUERRE - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Laurence LEBEAU Directeur de la Publication : Daniel COMPERE 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Daniel RENAY Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Serge SOUFFLEUR Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - mercredi 2 juin 2010