Le progressiste n° 2130 final
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le progressiste n° 2130 final

on

  • 593 views

 

Statistics

Views

Total Views
593
Views on SlideShare
593
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Le progressiste n° 2130 final Le progressiste n° 2130 final Document Transcript

    • 1 euro Le Progressiste mercredi 12 mai 2010 - N° 2130 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIRE AMENDEMENT LETCHIMY SUR LES 50 PAS : UNE AVANCÉE SIGNIFICATIVE ! (P.3)AU SOMMAIRE- CARTON ROUGE : KAROL AN BOUCH PA CHAJ ! (P.4)- DOSSIER : CAMILLE ET LE 22 MAI (PP. 5 À 8)- SOCIAL : RETRAITES : LE RECUL ? (PP.9-10)-«ITWMEILLEURS SPÉCIALISTES DES AFFAIRES MARTINIQUAISES SONT LES LES de JosephMARTINIQUAIS EUX-MÊMES » (DR ALIKER)
    • EDITORIAL PARENTS ET ENSEIGNANTS CLAMENT TOUT HAUT : ASSEZ ! a section académique du SNES/FSU (Syndicat National des Enseignements de SecondL degré/ Fédération Syndicale Unitaire) nous a rendus destinataires dʼun communiqué de presse à première vue surprenant.Non que les medias martiniquais ne soient pas habitués à recevoir lʼexpression du méconten-tement des usagers (et non des clients !) du SERVICE PUBLIC DʼEDUCATION face à ce quʼilfaut bien qualifier de démantèlement de lʼEcole ; les attaques incessantes et programmées delʼEtat contre ses propres administrations ne datent pas dʼhier et ne peuvent être contenues,voire repoussées, que grâce à la ténacité et à la vigilance des organisations syndicales et deparents dʼélèves.Mais là aussi, le plus souvent, les récriminations viennent du « centre », de la conurbation La-mentin-Fort-de-France ; ou, exprimé autrement, des directions départementales et/ou acadé-miques des centrales syndicales concernées.Cette fois, le 18 mai, est déposé un préavis de grève parti de la base concernant lʼensemble descollèges et lycées du bassin Nord-Atlantique : Basse-Pointe, Lorrain (lycée et collège), Marigot,Morne des Esses, Sainte-Marie (lycée + collèges Saldès et Lagrosillière), Gros-Morne, Trinitéʻcollèges de Beauséjour et Rose-St Just + lycée général.Cʼest que les promoteurs de ce mouvement que tous souhaitent ample et déterminant ontconscience que cette partie de lʼîle pâtit dʼun mal-développement et quʼelle est « condamnéejusquʼà présent à végéter. Nous considérons que lʼéducation doit être –sans artifice ou feu depaille- le moyen de sortir cette région de ses difficultés économiques et sociales », écrit la Se-crétaire académique du SNES, Françoise PARACLET.Jugeons-en : «  Le bassin Nord Atlantique, déjà fragilisé par son enclavement et une situationsocio-économique plus que délicate, voit les quelques menus moyens mis à sa disposition pourlʼéducation menacés par les réformes engagées et les restrictions budgétaires ».En effet, la prochaine rentrée de septembre sʼannonce encore plus dure à tenir, sans faire decatastrophisme : 17 classes supprimées de Basse-Pointe à Trinité, ce qui entraînera automa-tiquement des augmentations dʼeffectifs/classe (jusquʼà 29 élèves, alors quʼon se situe là enZone dʼEducation Prioritaire). Dʼoù une fragilisation accrue des équipes pédagogiques déjàmises en difficulté par la multiplication de contrats précaires chez les personnels de Vie Sco-laire.Si lʼEtat est ainsi montré du doigt pour dénoncer la contradiction entre ses discours lénifiantset les réalités du terrain, la Région et le Département sont également interpellés par les per-sonnels et les parents : la situation du bâti dans les collèges et lycées ne laisse pas dʼinquié-ter. Daniel COMPERE Le Progressiste - Page 2 - mercredi 12 mai 2010
    • POLITIQUE UN AMENDEMENT POUR LES 50 PAS - COMMUNIQUE DE PRESSE - e Député Serge Letchimy par- leurs compétences en matière dʼaménagement, ce qui assureraL vient à faire adopter un amen- dement important lors delʼexamen en seconde lecture, de la dʼaménagement. 2- Afin de débloquer la question de lʼaménagement corollaire à la ces- une continuité de lʼaction de régu- larisation des occupants sans titre dans la zone des 50 pas géomé-loi portant  engagement national triques.pour lʼenvironnement ce jeudi 6 mai sion, cet amendement  prévoit un2010. délai de dépôt des demandes de 5- Les mesures dʼaccompagne- cession pour 2013, pour une mise ment des familles à faibles revenusRepris par le gouvernement et en œuvre dans un délai non défini. acquis par la loi de 1996 sont main-adopté à lʼunanimité par lʼAssem- tenues, pour les résidences princi- 3- Désormais, sur la zone, les opé- pales et les propriétaires-bailleurs.blée nationale, cet amendement rations de résorption de lʼhabitat in-permet plusieurs avancées fonda- salubre (RHI) pourront être Pour les autres familles, il est ins-mentales dans les départements engagées, y compris par les tauré une participation au finance-régions dʼoutre-mer. Elles devraient agences (ce qui nʼétait pas le cas). ment des dispositifsen effet faciliter la résolution des Les ressources des cessions et des dʼaménagement selon les revenus.problèmes récurrents associés à la participations pourront être affec-zone dite « des 50 pas géomé- tées à lʼagence tandis que les fa- Enfin, Serge Letchimy a insisté au-triques ». milles pourront par ailleurs près du gouvernement pour que les bénéficier des mesures de finance- décrets dʼapplication, ou les me-1- Cet amendement a pour objectif ment de lʼamélioration de lʼhabitat. sures législatures nécessaires spé-dʼaccélérer les processus de régu- cifiques soient arrêtés de toutelarisation dans la zone en question. 4- Les agences peuvent être trans- urgence afin dʼinstaurer les servi-A ce titre, les agences des 50 pas formées en établissement public tudes dʼaccès et de passage le longgéométriques pourront étendre avec des compétences en matière du littoral. B R E V E S*** B R E V E S *** B R E V E S *** de D.CS. LETCHIMY AUX CANARIES 2010), les dissidents de lʼUMP emme- tonnes de sucre produites, le plus bas nés par Mme Chantal MAIGNAN et M. résultat depuis environ un siècle. LesLes 6 et 7 mai derniers, le président du Christian RAPHA ont créé le 6 mai leConseil Régional était à Las Palmas en Parti Régionaliste Martiniquais avec – autorités – qui ont entériné la démis-compagnie de Jean CRUSOL, prési- disent-ils- une soixantaine de mem- sion du ministre de lʼéconomie su-dent de la Commission des Affaires bres, venus pour lʼessentiel du parti crière- ont accusé de ce mauvaisEconomiques, dans le cadre dʼune ren- sarkozyste UMP. Il se veut «  résolu- rendement les installations obsolètescontre ministérielle des RUP (Régions ment identitaire et progressiste tout enUltra Périphériques). Trois Etats euro- assumant son appartenance à la Ré- des « ingenios » (usines à sucre) et lepéens (Espagne, France, Portugal) et publique française ». Chantal Maignan manque dʼimplication des personnels.sept RUP (Açores, Canaries, Guade- en est la présidente, Frédéric Valère le À TRINIDAD, RETOUR AUX URNES.-loupe, Guyane, Madère, Martinique, trésorier.Réunion) devaient signer un memo- Moins de trois ans après le dernierrandum RUP. Un précédent, intitulé DANS NOS AMERIQUES scrutin, Le Premier Ministre Patrick«  Les RUP à lʼhorizon 2020  », avait MANNING avait dissous le Parlementdéjà été signé le 14 octobre 2009 et vi- A CUBA, GRIPPE A H1N1 : Une qua-sait une stratégie communautaire ré- trième semaine consécutive de vacci- en mars 2010, les mécontentements senovée de lʼEurope envers ses Régions nation contre le virus pandémique A multipliant et lʼopposition sʼapprêtant àéloignées. Celles-ci entendent en effet H1N1 sʼest achevée le 27 avril, princi- déposer une motion de censure. Dessʼappuyer sur leurs indéniables atouts palement dans et autour de La Ha-(positionnement géopolitique, grande vane, où dans la seule semaine élections générales ont donc étédiversité de ressources naturelles) pour précédente ont été répertoriés 87 cas. convoquées le 24 mai prochain. Lesimpulser elles-mêmes leur propre dé- Le nombre de personnes vaccinées deux principaux partis dʼopposition ( leveloppement et favoriser leur intégra- avant cette dernière date atteignait United National Congress et letion dans leur environnement 854.758 sur un total prévu degéographique, tout en étant parties 1.124.000. La recrudescence observée Congress of the People) ont fait cetteprenantes pleines et entières aux poli- vient –disent les laboratoires natio- fois alliance dans les 41 circonscrip-tiques publiques européennes. naux- de personnes qui se sont mani- tions du pays pour éviter la déconve- festées trop tardivement aprèsNAISSANCE DʼUN NOUVEAU lʼapparition de symptômes précur- nue des précédentes élections quiPARTI : LE P.R.M. seurs.- À CUBA, MAUVAISE avaient vu la victoire de Patrick Man- « ZAFRA ».- Les agences de presse ning avec 26 sièges contre 15.Comme nous le laissions entendre internationales se sont précipitées surdans notre article « LʼUMP sabordée » le mauvais chiffre annoncé avant(in Le Progressiste n° 2129 du 5 mai même la fin de la récolte : 1,5 million de Le Progressiste - Page 3 - mercredi 12 mai 2010
    • CARTON ROUGE TETE CAROLE EN BOUCHE PA CHAJ e revoilà , Francis Carole, lʼex et émaillé lʼexistence à venir de cet Eta- 2009. Et oui, Serge Letchimy avaitL éphémère Conseiller Général de Fort-de-France, longtempsprivé de toute tribune politique et qui, blissement Public. Très sensibilisé à ce problème, Serge commis un crime  : déclarer lʼur- gence pour une urgence reconnue depuis une décennie.histoire de se rattraper, déverse avec Letchimy devenu entre temps maireforce mauvaise foi, une diatribe dans de la Capitale et Président de la Le code franco-français de la règlele France-Antilles du 4 mai dernier. Cacem se battait un peu seul pour de convocation pour lequel nous remettre ce dossier au centre de nos nʼavions plus aucun respect surgis-Lʼobjet du délit : la mise en place à la préoccupations collectives. sait brutalement de leurs mains in-Région (enfin) dʼune démarche et nocentes de patriotes pour nousdʼune méthode pour aboutir (re-enfin) La Cacem qui adopte entre autres rappeler que nous comptions des mi-à lʼEtablissement Public Foncier compétences, celle du logement, dé- nutes dʼavance et quʼil en fallait en-Local (EPFL). cide de lancer très légitimement core quelques unes pour être dans la lʼétude du Plan Local de lʼHabitat, règle franco-française de lʼurgence.Voilà des années quʼon en parle, des étape importante pour la mise en Franchement, Carole  !!! Quelleannées, oui des années que nous af- place entre autres, dʼun Etablisse- honte !!! Mauvais procès !firmons, élus toutes tendances ment Public Foncier. Mon dieu… quelconfondues, quʼil y a urgence pour sacrilège  !! Cette simple décision Sachez, Monsieur lʼex et éphémèredoter la Martinique dʼun outil lui per- avait eu pour effet de déclencher les Conseiller Général que nous ironsmettant une meilleure maîtrise des foudres du Conseil Général qui avait jusquʼau bout de notre démarche, sa-terrains remis à disposition, par à lʼépoque crû à un véritable rapt chez le ! Nʼen déplaise à certains quiexemple des bailleurs sociaux pour larvé de SES compétences. Devant ont choisi de jouer la montre, fautetenter de repartir dans une produc- un tel assaut, et pour éviter un dʼidées, faute dʼinitiatives. Oui, noustion de logements un peu plus à la énième « cancan », la Cacem la met- irons jusquʼau bout car cet outil esthauteur des demandes. tait en sourdine et … nʼavait plus quʼà utile à notre pays et que pour nous il déplorer tous les jours cette absence nʼa que trop tardé. Oui, vaille queCar lʼurgence nʼest plus à prouver ! dʼinitiatives. vaille, coûte que coûte, nous feronsDes milliers de martiniquais espèrent tout pour quʼau plus tôt, nous puis-tous les jours de meilleures condi- Une fois arrivé à la Région et comme sions ne plus avoir honte dʼune formetions pour se loger et attendent dés- annoncé dans son programme, dʼimmobilisme sclérosante que leespérément dans les files dʼattente Serge Letchimy reparle pour de vrai pays ne peut plus supporter. Oui, lades sociétés de HLM, que des condi- de lʼEPFL. Le Conseil Général entre nouvelle majorité installée à la Ré-tions de logement décentes leur soit temps avait fait le premier pas et pro- gion pèsera de tout son poidsproposées. Des milliers, oui des mil- duit une étude de faisabilité soumise pour que sorte enfin des tiroirs,liers. à la Région dès le 29 JUILLET 2009. une vraie détermination et une Mais à Plateau Roy, pas lʼombre dʼun vraie dynamique au service du lo-La Martinique, dans les années 90 débat, pas un mot, ni en CP, ni en gement social.excellait en matière de production de Plénière. PAS UNE INITIATIVE PA- Pas seulement dans de beaux dis-logements neufs  : plus dʼun millier TRIOTE !!!! Et pour cause, le débat cours, Monsieur Carole. Maisdʼappartements étaient chaque sur lʼévolution institutionnelle pointait aussi dans les actes !année livrés à nos compatriotes. Le le nez. Il fallait absolument faire laConseil Général à lʼinitiative dʼun de preuve de lʼENKAYAGE total en ma- Moin di zot an lè yo ké lasse, moinses élus, Serge Letchimy, en avait tière de maîtrise du foncier pour di zot !!!fait à lʼépoque, non pas une simple justifier un changement ha-déclaration dʼintention mais une vraie sardeux et incohérent delogique de développement, très opé- statut. Hors du 74, pointrationnel. Il existait à cette époque, de salut  ! Absolu-une vraie Commission Logement ment !!!! Et pour cela, Fonmi Woujayant à son actif de mémorables ac- il fallait maintenir àtions inscrites dans une dynamique tout prix ce dossierdont la Martinique peut aujourdʼhui sous le coude.sʼenorgueillir. Alors, fraichementDès cette époque, il avait été débattu sorti de sa retraiteet jugé utile quʼun organisme public tranquille et tranquilli-(à définir) devait être inventé de sante pour tout letoutes pièces pour servir dʼinterface monde, le sieur Ca-pour acquérir les terrains aux meil- role dans un déliriumleures conditions pour les mettre en- incompréhensible sesuite à disposition des bailleurs lance dans un procèssociaux. à charge contre lʼur-Oui, mais il faut bien commencer un gence déclarée par lejour et ce jour a mis une bonne dé- Président de sortir cecennie … à voir le jour. dossier des tiroirs dansDes débats interminables, des décla- lesquels on lʼavait en-rations non suivies dʼeffets ont fermé depuis le 29 juillet Le Progressiste - Page 4 - mercredi 12 mai 2010
    • DOSSIER CAMILLE DARSIÈRES ET LE 22 MAI Le 19 mai, jour de la Saint Yves, patron des avocats, est la date de naissance de notre regretté Camille DARSIERES. A quelques jours de la commémoration du 22 mai, nous publions sur deux numéros des extraits du livre que lui a consacré son condisciple et ami, lhistorien Edoaurd DELEPINE Chaque année, depuis près nous passionnaient alors. QSHA la Guadeloupe exceptée.dʼun demi-siècle, depuis 1965 est une réponse à son livre Des ori-exactement, date des premiers gines de la nation martiniquaise2, La mort brutale de Camille lecontacts suivis entre communistes paru chez le même éditeur, en 14 décembre 2006, a interrompuet progressistes après la guerre de 1974, dans la Collection Thèses et un dialogue commencé 41 ans plussept ans (1956-1963) qui avait Textes. tôt et qui nous a profondémentlaissé tant de plaies mal cicatrisées marqué lʼun et lʼautre. Cʼest peut-entre les deux partis, à lʼapproche Nous nous sommes souvent être pourquoi, chaque année de-du 27 avril et du 22 mai, à la de la accrochés, parfois durement, sans puis 2007, autour du 19 mai,commémoration de lʼabolition de que jamais nos divergences aient si lʼanniversaire de sa naissance, jelʼesclavage nous avions pris lʼhabi- peu que ce soit altéré notre amitié. refais le vieux débat du début destude dʼen débattre. Même quand Au contraire. Après mon adhésion années 1970. Je relis et je revis lesnous étions mis dʼaccord au sein du au PPM en 1982, nous avons pour- échanges que nous avons eus surFDLP (Front de Défense des Liber- suivi, de façon beaucoup plus régu- ce sujet à propos des positionstés Publiques) sur lʼorganisation lière et sans doute plus apaisée, prises par les uns et par les autres,matérielle de la manifestation du pendant près dʼun quart de siècle par nos amis autant que par nos27 avril qui était alors la seule ma- (1982-2006) cette confrontation adversaires. Je les ai développés,nifestation commune, nous pour- permanente de nos points de vue Dix semaines qui ébranlèrent lasuivions Camille et moi la sur un sujet qui nʼa pas cessé de Martinique3, à lʼoccasion du 150ediscussion, pendant des jours, par- nous interroger et qui nous rame- anniversaire de lʼabolition. Je les ré-fois, sans toujours parvenir à un nait presque toujours à la question sume dans un chapitre de lʼou-accord total sur lʼabolition. On trou- des rapports entre luttes de classes vrage que je lui ai consacré,vera dans Questions sur lʼhistoire et lutte de libération nationale dans Hommage à un grand Martiniquais,antillaise1, paru chez Désormeaux un petit pays de la Caraïbe qui ne Camille Darsières4.en 1978, lʼessentiel des débats qui ressemble à aucun de ses voisins, Le Progressiste - Page 5 - mercredi 12 mai 2010
    • DOSSIER vera dans Questions sur lʼhistoire Il nous a semblé quʼà lʼoccasion du antillaise , paru chez Désormeaux 78e anniversaire de sa naissance, en 1978, lʼessentiel des débats qui ce pourrait être une manière de nous passionnaient alors. QSHA continuer à lʼassocier à la célébra- est une réponse à son livre Des ori- tion dʼune date quʼil a, plus quʼau- gines de la nation martiniquaise , cun autre, contribué à populariser. paru chez le même éditeur, en Voici donc quelques extraits de ce 1974, dans la Collection Thèses et chapitre : Textes. 1 - Un défi aux Schœlchéristes ? Edouard DELÉPINE Nous nous sommes souvent ac- Quand il mʼa annoncé, au hasard Il nous a semblé quʼà lʼocca- crochés, parfois durement, sans dʼune banale conversation entre co-sion du 78e anniversaire de sa nais- que jamais nos divergences aient si pains, quʼil allait ou quʼil avait pro-sance, ce pourrait être une manière peu que ce soit altéré notre amitié. posé au Président du Cercle Victorde continuer à lʼassocier à la célé- Au contraire. Après mon adhésion Schœlcher, Louis Adrassé, debration dʼune date quʼil a, plus au PPM en 1982, nous avons pour- substituer la date du 22 mai à cellequʼaucun autre, contribué à popula- suivi, de façon beaucoup plus régu- du 27 avril pour commémorerriser. Voici donc quelques extraits lière et sans doute plus apaisée, lʼabolition de lʼesclavage à la Marti-de ce chapitre : pendant près dʼun quart de siècle nique, je mʼen suis dʼabord amusé. (1982-2006) cette confrontation Ah bon ! Chiche !I / CAMILLE DARSIÈRES ET LE permanente de nos points de vue22 MAI Césaire, y compris après sa démis- sur un sujet qui nʼa pas cessé de sion du PCF, continuait à honorer la nous interroger et qui nous rame- mémoire de Schœlcher avec une…Je commence par le plus inat- nait presque toujours à la question telle ferveur quʼil me semblait im-tendu, peut-être, pour un jeune des rapports entre luttes de classes probable quʼil pût accepter un telcommuniste5. Sais-tu quʼau début et lutte de libération nationale dans changement, lui qui avait tant faitdes années 1970, Camille avait sur un petit pays de la Caraïbe qui ne pour faire connaître Schœlcher et lale 22 mai des positions plus ressemble à aucun de ses voisins, signification du 27 avril. Il y avait, àproches de celles dʼArmand Nico- la Guadeloupe exceptée. première vue, quelque chose dʼico-las que des miennes ? noclaste dans cette proposition. Jʼai mis du temps à comprendre quʼil La mort brutale de Camille le 14 dé- nʼy avait chez Camille ni volonté deChaque année, depuis près dʼun cembre 2006, a interrompu un dia- renier Schœlcher, ni volonté dedemi-siècle, depuis 1965 exacte- logue commencé 41 ans plus tôt et faire du 22 mai la seule date com-ment, date des premiers contacts qui nous a profondément marqué mémorable de lʼhistoire de lʼAboli-suivis entre communistes et pro- tion. Je te joins, en fichier attaché, lʼun et lʼautre. Cʼest peut-être pour-gressistes après la guerre de sept sa lettre 6, comme secrétaire géné- quoi, chaque année depuis 2007,ans (1956-1963) qui avait laissé ral du PPM, à Louis Adrassé. autour du 19 mai, lʼanniversaire detant de plaies mal cicatrisées entre sa naissance, je refais le vieux Pour bien comprendre lʼimportanceles deux partis, à lʼapproche du 27 débat du début des années 1970. de la proposition de Camille quiavril et du 22 mai, à la de la com-mémoration de lʼabolition de lʼes- Je relis et je revis les échanges que constitue, dʼune certaine manière,clavage nous avions pris lʼhabitude nous avons eus sur ce sujet à pro- une rupture avec la tradition de ladʼen débattre. Même quand nous pos des positions prises par les uns gauche démocratique, le PPM com-étions mis dʼaccord au sein du et par les autres, par nos amis au- pris, il faut se rappeler les circons-FDLP (Front de Défense des Liber- tant que par nos adversaires. Je tances de lʼadoption de la date dutés Publiques) sur lʼorganisation les ai développés, Dix semaines qui 27 avril pour célébrer lʼAbolition.matérielle de la manifestation du ébranlèrent la Martinique , à lʼocca- Malgré lʼincontestable apport du se-27 avril qui était alors la seule ma- sion du 150e anniversaire de lʼabo- crétaire général du PCM, Armandnifestation commune, nous pour- lition. Je les résume dans un Nicolas, à une nouvelle approchesuivions Camille et moi la chapitre de lʼouvrage que je lui ai du 22 mai, nous avions continué dediscussion, pendant des jours, par- consacré, Hommage à un grand participer à toutes les manifesta-fois, sans toujours parvenir à un Martiniquais, Camille Darsières . tions du 27 avril (moi, en tout cas,accord total sur lʼabolition. On trou- en tant que secrétaire général de la Jeunesse Communiste ou comme Le Progressiste - Page 6 - mercredi 12 mai 2010
    • DOSSIERsecrétaire du CC, jusquʼà mon ex- lʼépoque, une petite part de provo- Depuis deux décennies, peut-êtreclusion de la direction, en décem- cation dans la proposition de Ca- un peu plus, en fait depuis un quartbre 1968).. mille au Président du Cercle Victor de siècle (1983) que la loi française Schœlcher, Louis Adrassé. Adrassé nous permet de jouir sans entravesJe ne crois pas que la proposition était depuis plus de vingt ans un de notre 22 mai au grand jour, lesde Camille était une provocation des plus authentiques schœlché- derniers, les vrais et les seuls abo-délibérée à lʼégard des Schœlché- ristes de sa génération. lisseurs de lʼesclavage, je veux direristes. Cʼétait un pari ou, mieux, un Cʼest principalement lui, avec lʼap- les nègres marrons germano-pra-défi. Un défi à lui-même et à son pui de Césaire et la complicité ac- tins et leurs cousins germains depropre parti. Cʼest dʼailleurs ainsi tive de Victor Lamon, alors Rivière Pilote, font des gorgesque je lʼai ressenti et lui aussi, sans secrétaire Fédéral de lʼUD-CGT chaudes de la moindre référencedoute. (Union Départementale de la au 27 avril et encore plus, bien en-Il connaissait bien mes positions tendu, au 21 juillet. Kimafouti Chel- Confédération Générale des Tra-sur la question. Cela ne lʼa pas chè ésa ? O là i té yé lè 22 mé ? vailleurs), qui a fait adopter le 27empêché de mʼinviter à présen- avril comme date de la commémo- Jʼai même entendu dire que cʼestter le 22 mai 1971 au siège du ration de lʼabolition. Il sʼagissait pour protester contre le culte dePPM, ce que le PCM considéra dʼune réelle avancée par rapport Schoelcher que le PC et lʼUD-CGTcomme une agression. aux positions initiales du Cercle Vic- avaient voulu en quelque sorte dé-Pour le premier nouveau 22 mai du tor Schœlcher. personnaliser la célébration dePPM, il y a donc eu deux interven- lʼabolition, en associant ou, même,tions : celle de Césaire7 au monu- en substituant le 27 avril au 21 juil-ment de Joseph René-Corail (plus 27 avril ou 21 juillet ? let.connu sous le nom de Coco) à Tré- À la Martinique, dans le climat Il me semble que, dans lʼesprit denelle et la mienne, le même soir, au hyper patriotique (assimilationniste) Césaire au moins, le choix du 27siège. des derniers mois de la seconde avril, nʼexcluait pas le 21 juillet. As-…Son invitation à un ancien militant tu noté que son premier grand dis-communiste qui venait dʼêtre exclu cours politique date du 21 juilletdu PCM pour présenter le 22 mai 1945, un mois et demi après sonau siège du PPM, nʼavait évidem- élection à la Mairie de Fort dement rien dʼune agression contre le France et quʼil sʼagit dʼun hommagePC. Elle indiquait une nouvelle à Schœlcher ?façon dʼaborder une question quʼon Que son premier article sur cettetenait pour importante avec des question dans le journal de sonpoints de vue différents voire diver- guerre mondiale, les fondateurs du Parti, Le Progressiste, est du 19gents. En tout cas, je nʼai pas Cercle Victor Schœlcher (novembre Juillet 1958, 4 mois après la créa-changé dʼun iota mon discours sur 1944) avaient décidé dʼorganiser tion du PPM et de son journal ?le 22 Mai que les militants commeles dirigeants du PPM semblent chaque année, le 21 juillet, date Que dans son discours du 17 dé-avoir apprécié. Je te joins, en fichier anniversaire de la naissance du cé- cembre 1982, à lʼAssemblée Natio-attaché, lʼarticle du Progressiste 8 lèbre abolitionniste, une grande nale, qui demande auparu quelques jours plus tard. manifestation en lʼhonneur de gouvernement de fixer au 22 mai la Schœlcher et dʼun autre illustre commémoration officielle de lʼaboli- abolitionniste, lʼabbé Grégoire, « tion à la Martinique, contient un re-II/ CAMILLE DARSIÈRES ET LE avec tout lʼéclat désirable  ». marquable hommage à22 MAI Trente ans plus tôt, à la veille de la Schœlcher ?Edouard de Lépine première guerre mondiale, dans un Tout au plus peut-on noter que le climat tout aussi patriotique, les choix du 27 avril impliquait une ré- Guadeloupéens avaient donné férence plus évidente au caractère lʼexemple. Ils avaient officiellement révolutionnaire de lʼAbolition. Tous2 - Aux origines de la revendication obtenu du gouverneur Merwart lui les textes de Césaire, y comprisdu 27 avril même (juin 1914), la célébration de celui du 22 mai 1971 sur cette la « fête de Schœlcher » à la Saint question, insistent sur lʼidée que Victor, avec fermeture de toutes lesEn revanche, il y avait peut-être, du lʼintervention de Schœlcher avait administrations et services publics.moins cʼest ce quʼil me semblait à été sans doute essentielle mais Le Progressiste - Page 7 - mercredi 12 mai 2010
    • DOSSIERquʼelle nʼavait pu aboutir que dans mai nous avait fait tout oublier, rékote. Toute lisine ka tounen.le contexte de lʼaction révolution- comme si en particulier ceux qui ont Sa ka entérésé 40-45 mil ouvrié. Cénaire victorieuse des masses pari- été à lʼorigine du choix du 27 avril pou sa nou pran 27 avril pito pousiennes insurgées en février 1848. pour commémorer lʼabolition, en fété Chèlchè epi lʼabolisyon enPlus récemment, malgré lʼénorme éprouvaient quelque gêne et peut- mem tan.pression-politico médiatique contre être même quelque honte. Neg la pi malen ki yo. Yo té létout ce qui peut rappeler les mérites Le PC a été le principal auteur in- kouyonnen-nou. sé nou ki kouyo-de Victor Schoelcher, Camille a tellectuel de la célébration du 27 nen-yo9 »tenu à sʼassocier à la manifestation avril, ce qui nous semble tout à sonque jʼai organisée, avec une poi- honneur, et pas seulement du 27gnée dʼincorrigibles Schœlché- avril dʼailleurs mais aussi du 21 juil- A la fin des années 1950, cʼétait en-ristes, à la Bibliothèque Schœlcher let, date anniversaire de la nais- core aussi simple que cela. Je te si-le 27 avril 2006. sance de Schœlcher. Le PC avait gnale que la revendication du 27Nous avions conçu ce rappel de lui aussi souhaité faire du 21 juillet avril chômé et payé, est restéelʼimportance historique du 27 avril, une journée chômée et payée. Les jusquʼà novembre 1973 et mêmeen 2006, pas au nom dʼun pré- syndicats ouvriers sʼaperçurent jusquʼau début des grandes grèvestendu devoir de mémoire, mais assez vite des limites pratiques de février 1974, lʼune des revendi-pour affirmer que la mémoire nʼa de dʼune revendication alors purement cations les plus constantes desvaleur éducative et mobilisatrice de affective. grandes luttes ouvrières à la Marti-lʼénergie nationale quʼà la condition nique. Elle nʼa été abandonnée Cʼest Victor Lamon, alors secrétairede respecter, aussi rigoureusement quʼen février 1974, à la veille de général de lʼUD-CGT, qui mʼa infligéque possible, la vérité historique. Chalvet. La revendication du « 22 une leçon de réalisme et de prag- mai chômé et payé  » était alors. Au fait, sais-tu quʼà Gorée, au Sé- matisme, en mʼexpliquant au cours principalement portée par lesnégal, lʼun des plus célèbres dʼune des nombreuses sorties que groupes de lʼextrême gauche, trots-hauts lieux de la traite, le maire je faisais avec lui, comment le syn- kistes (GRS, JAG, CO), maoïstes,de la ville continue de célébrer le dicat avait opté pour le 27 avril, plu- (GAP, marronneurs, décembristes,27 avril, comme la date de lʼabo- tôt que pour 21 juillet, pour célébrer UCAEM, septembristes). Assezlition de lʼesclavage ? lʼAbolition. Cʼest tout juste sʼil ne fai- peu, me semble-t-il, par le PC et la sait pas passer le choix du 21 juillet JC qui accusaient les «  gau- pour une manœuvre patronale. chistes » de leur avoir « volé » leurLes vraies raisons du choix du « Yo téka pran nou pou dé kouyon. 22 mai. Ce qui nʼétait pas entière-27 avril par notre mouvement ou- Yo te ka kouè nou te kay soté en lè ment faux.vrier 21 juilet kon sé kanmarades Gwa-Le choix dʼune date pour commé- deloup la.morer un événement est parfois (suite le 19 mai) Mé lè 21 juillet, la rékote fini dépimoins idéologique que ne le croient lontan. lisine fèmen.les historiens. Depuis quelques an-nées, tout se passe comme si le 22 Lè 27 avril o kontrè, nou en mitan la Le Progressiste - Page 8 - mercredi 12 mai 2010
    • SOCIAL FRANCE REFORME DES RETRAITES : VA-T-ON ACCEPTER LE RECUL ? établies en 2007 : il faudra trou- ver 115 milliards dʼeuros en 2050 pour sauver le système par répartition auquel toute la so- ciété française (gouvernants, voire patrons en tête) se dit atta- chée. Car la France, selon des projections somme toute assez basses, comptera alors 23 mil- lions de retraités contre 15 en 2008. Quelles solutions proposées ? 1/ Passage à 41 ans de cotisa- tions dès 2012 et 41,5 en 2020. Cʼétait déjà contenu dans la ré- forme de 2003 qui porte le nom de…François FILLON. Et cela suppose-sans le dire clairement- que lʼon fasse sauter le verrou jusquʼici intangible du départ LEGAL à la retraite à lʼâge de 60 ans. Il nʼy a pas quʼun attache- ment symbolique et affectif à ce maintien du seuil de 60 ans ! Ré-«  En France, il est une règle  : ou à la disparition pure et simple. pétons-le  : il sʼagit dʼun verrousans initiative spectaculaire, Mutatis mutandis, on peut LEGAL auquel tout travailleur,sans coup émotionnel hors conjecturer, à partir des pre- public ou privé, peut se référernormes, pas de visibilité média- mières déclarations des grandes pour calculer ses droits à pen-tique et donc pas de négociation centrales syndicales, que les tra- sion, même si, dans la pratique,(…) La vie dans lesntreprises et vailleurs français (et antillais) qui de plus en plus rares sont ceuxles services est systématique- tirent déjà le diable par la queue, qui peuvent effectivement partirment ignorée par les grands ne se laisseront pas tondre sans à 60 ans  ! Il faudrait pour celamoyens dʼinformation jusquʼau réagir… quʼils aient commencé à travail-jour où une allumette menace de ler à 20, voire 19 ans, avec untout faire sauter (…) » Cʼest que le gouvernement Sar- CDI (Contrat à Durée Inétermi- kozy/Fillon, pour réaliser son née) ou un poste de titulaire.Cet avertissement, contenu grand œuvre, sʼappuie sur un Alors que la multiplication expo-dans un article de lʼhebdoma- dernier rapport du C.O.R. nentielle des « petits boulots »,daire « Marianne » (du 10 au 16 (Conseil dʼOrientation des Re- Contrats dʼAvenir, CDD, inté-avril 2010) ne concerne pas di- traites)- présenté le 14 avril- dont rims… Contrats de Mission ( !)rectement la future réforme (iné- les solutions envisagées pour ré- est une somme très imaginativeluctable  ?) des retraites à la duire les déficits des régimes so- de moyens détournés dʼempê-française, mais il illustre la dés- ciaux ne font pas dans la cher les salariés de cotiser deespérance des salariés dʼentre- dentelle. En 97 pages, il actua- façon régulière et in interrompueprises vouées à la délocalisation lise des projections financières pour avoir un jour une retraite Le Progressiste - Page 9 - mercredi 12 mai 2010
    • SOCIAL ment «  compensé  » par lʼexplosion du nombre de pauvres, sans-abri et laissés pour compte ; le SAMU social et les associations de quartier ne pourraient évidemment y faire face. Il va de soi que le gouvernement Sarkozy-Fillon, qui clame quʼil nʼen- tend pas augmen- ter les prélèvements so- ciaux, nʼagira pas sur un seul de ces paramètres mais tentera un « mix » des différentes options. Le rapport 2009 du Sénat sur les comptes de la Sécurité Sociale relève que le départ à 62 ans rapporterait 6,6 milliards dʼeuros en 2020. Mais –curieusement  ?- il ne semble nulle part envisager de faire participer au sauvetage du système ni les revenus du patri- moine, ni les fortunes exces- sives, ni les exilés fiscaux, nidécente, à lʼheure où dans 3/ Augmenter les taux de coti- les banques… Bizarre ?lʼHexagone 8 millions de per- sations de 5,2% (quelle préci-sonnes vivent en dessous du sion  !), soit à terme, en 2050,seuil de pauvreté !!! près de 10%. Voilà une idée qui, si elle était adoptée par ce gou- Daniel COMPERE2/ Reporter de 4 ans lʼâge de vernement ou les suivants –départ effectif. même partiellement- réussirait laCela ne ferait que paupériser da- quadrature du cercle  : rappro-vantage une population de tra- cher pour un même combat pa-vailleurs déjà fortement tronat et syndicats, le MEDEF defragilisée. Cʼest une solution Mme PARISOT ayant déjà clai-déjà retenue dans certains pays ronné quʼil nʼen était pas ques-européens, telle lʼAllemagne, qui tion. "Légoïsmea relevé lʼâge de la retraite et la haine seuls ontà…67 ans  ! Autant dire que le 4/ Baisser la pension une patrie;seul choix est entre « se tuer à moyenne nette de 22%. la fraternité nen a pas"la tâche  » (au sens littéral de On nʼose croire à un tel coup (Lamartine)lʼexpression) ou tirer sa révé- bas. Car ce que «  gagnerait  »rence à peine parti. lʼEtat en abaissant le coût des pensions de retraite serait large- Le Progressiste - Page 10 - mercredi 12 mai 2010
    • POLITIQUE LA REFORME TERRITORIALE, UNE AFFAIRE SUSPECTE… (Quelques renseignements glanés par J. Darsières dans un journal syndical)Que cache le Gouvernement ? limiter les financements non justi- Gouvernement, pressé par la Loi Le projet de loi de « Réformes fiés, préciser les compétences…. du Marché, nʼentend rien de leursdes Collectivités Territoriales  »,adopté par le Sénat le 5 février Les manœuvres du Gouverne- protestations : elles voient une re-2010, doit venir en débat à lʼAs- ment, et le rôle de lʼEtat : mise en cause de leur Autonomie etsemblée Nationale très bientôt. Il sʼagit pour le Gouvernement dʼinscrire cette Réforme dans la dé- de leur liberté. Le 26 mars, les Ré-Un peu dʼhistoire : marche de la Révision Générale gions de gauche ont demandé que Cʼest avec les lois de dépar- des Politiques Publiques (RGPP),tementalisation de 1982-83 que dé- dans le seul but de faire des éco- le Gouvernement sʼengage «réso-partements et régions deviennent nomies à tout prix, y compris au dé- lument dans une nouvelle étape dedes Collectivités de plein exercice. triment de lʼintérêt général et de laLʼEtat leur transfère alors des Démocratie. la Décentralisation, et leur donne«  blocs de compétences  » qui En octobre 2007, F.Fillon ne dit-il les moyens institutionnels et finan-étaient les siens jusquʼalors : Lʼac- pas : « La Réforme de lʼEtat suppo-tion sociale, les constructions, ré- sera que chacun dʼentre nous ac- ciers de leur développement  ».novations et fonctionnement des cepte quʼil y ait moins de service, Sinon, les Collectivités locales se-collèges (Département), Aménage- moins de personnels, moins dʼEtatment du territoire, développement sur son territoire  ». Lʼaveu est de ront placées dans la position incon-économique, constructions, réno- taille ! fortable suivante  : Augmenter lesvations et fonctionnement des ly- Alors, lʼEtat réduit ses recettes : lacées (Région). TVA restauration, le paquet fiscal, Impôts, avoir recours à des finan-Et, en même temps, ces nouvelles ce qui favorise les nantis, mais, sur- cements privés, sʼendetter davan-Collectivités ont en charge cer- tout, il réduit ses dépenses  : nontaines compétences jusque là ré- remplacement dʼ1 fonctionnaire sur tage, ou renoncer à certainesservées aux Communes : Agir, au 2, perte de pouvoir dʼachat des sa- missions de progrès. La Réformeniveau du fonctionnement et des in- lariés, menaces sur les retraites, ré-vestissements, pour des missions duction des prises en charge fiscale est donc capitale, le désen-particulières, en dehors de leurs at- sociales. Et, cerise sur le gâteau, il gagement de lʼEtat doit sʼarrêter, ettributs institutionnels ; ce qui consti- transfère nombre de ses missionstue des charges nouvelles aux collectivités locales, en les ac- lʼEgalité des chances pour tous doiténormes, et cʼest la loi du 13 Août cusant cyniquement dʼêtre trop dé- hanter lʼesprit de tous les Déci-2004 qui étend ces transferts dans pensières, et de créer tropplusieurs domaines. dʼemplois publics, feignant dʼigno- deurs. rer que la crise et le chômage Au moment où Notre PEUPLELa Commission BALLADUR : créent des besoins nouveaux. Dans Le projet de cette Commission le même temps, lʼEtat se réorga- a choisi lʼASSEMBLEE UNIQUE,part dʼun constat indéniable, mais nise, livrant aux Préfets des pou- nous devons tous être très vigi-largement instrumentalisé, pour fa- voirs de contrôle accrus.voriser lʼEtat au détriment des Col- Bien sûr, à court et moyen lants pour sa mise en œuvre, carlectivités  : La hiérarchie des terme, qui est visé ? Ce sont, non notre partenaire obligé est cetcollectivités est mal définie, lʼen- les financiers, les banques, le groschevêtrement des compétences Capital, qui alignent des profits fa- ETAT dont nous venons de fusti-trouble le citoyen et même les élus, ramineux, mais les Services pu- ger les pratiques inquiétantes.les financements croisés se multi- blics, la Fonction Publique, lesplient et génèrent des gaspillages, statuts des fonctionnaires, les petitset plus grave, des dérapages finan- agriculteurs, et les ouvriers….La (Mis en forme par Jeannie DAR-ciers ; et tout cela, à nʼen pas dou- Solidarité nationale est constam-ter, ne fait pas la joie du ment pointée du doigt.. SIERES)contribuable local, qui demeure Les Collectivités locales ont beausans voix face à certain abus…Il protester, conscientes que ce qui sefaut donc supprimer les doublons, profile ne présage rien de bon, le Le Progressiste - Page 11 - mercredi 12 mai 2010
    • FESTIVALVous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ?1. Téléchargez le bulletin d’adhésion :http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf2. Complétez-le3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-Franceou par Mail à contact@ppm-martinique.frVisitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.frCOMITÉ DE RÉDACTION : Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui ont tou- jours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, in- Jeannie DARSIERES tellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 Didier LAGUERRE - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Laurence LEBEAU Directeur de la Publication : Daniel COMPERE 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Daniel RENAY Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Serge SOUFFLEUR Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - mercredi 12 mai 2010