Your SlideShare is downloading. ×
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Le progressiste n° 2115
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Le progressiste n° 2115

346

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
346
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 1 euro Le Progressiste Mercredi 20 janvier 2010 - N° 2115 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIREPOUR HAITI, UNE SOLIDARITE DURABLE POURCONSTRUIRE LE PAYS ! LE 24 JANVIER, PARTI PROGRESSISTE MARTINIQUAIS DE DUCOS À OUI POUR PLUS D’EFFICACITÉ DANS LA GESTION DE NOTRE PAYS ST JOSEPH, VOTONS DE F-DE-F AUX LA GESTION DE NOTRE PAYS OUI ANSES D’ARLET… SERA PLUS SIMPLE AVEC UNE SEULE COLLECTIVITE OUI TRANSFORMONS MAP DIT OUI imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 - papier PEFC - gestion forestière durable imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 - papier PEFC - gestion forestière durable LE 24 JANVIER 2010 L’ESSAI… LE 24 JANVIERAU SOMMAIRE- HAITI/SOLIDARITE (pp.5 et 6)- LES BALISIERS VOTENT OUI (p.9)- SITUATION DE LA SARA (S. Letchimy à l’Assemblée) (pp.10-11)VOTONS OUI LE 24 JANVIER À LA COLLECTIVITÉ UNIQUE !
  • 2. EDITORIAL LE PPM EN RADIO ET TV Catherine CONCONNE Didier LAGUERRETrès chers compatriotes, Dimanche 24 janvier prochain, il sʼagira de commencer à bâtir lʼave-Nos premiers mots seront pour vous dire du fond du cœur, MERCI !! nir en votant OUI à la collectivité unique dans le cadre de lʼarticle 73 de la Constitution, donc dans le cadre de lʼidentité législa-Merci à ces nombreux martiniquais qui ont dit NON, le 10 janvier àlʼaventure inacceptable proposée par lʼarticle 74 tel que rédigé. tive.Merci de la confiance que vous avez été nombreux à accorder à Il ne faut pas se tromper sur lʼenjeu de cette consultation. La réformeceux qui en appelaient solennellement à votre devoir de précautionet de lucidité. qui nous est proposée sʼinscrit clairement, sans ambigüité dans le cadre de lʼidentité législative. Autrement dit, les lois votées par leLe dimanche 24 janvier prochain, nous devons retourner aux urnes. Parlement français sʼappliqueront comme aujourdʼhui de pleinEh oui, chers compatriotes, la tâche nʼest pas achevée et votre mo- droit dans notre pays.bilisation et votre détermination doivent absolument être de miseune fois de plus. Certains vous disent que cela nous ferait sortir du droit commun,En effet, le dimanche 24 janvier, soyez nombreux à aller dire OUI à sans vous dire que nous nʼy sommes déjà pas puisquʼil nʼexiste pasune question, somme toute très simple certes, mais ô combien dé- en France de régions monodépartementales, sans vous dire que lesterminante. régions et départements de France nʼont pas les possibilités dʼadap-Il vous sera demandé au travers de votre vote de contribuer forte- ter les lois comme cʼest déjà le cas chez nous. Voter la collectivitément à lʼamélioration de la gestion de votre quotidien par une orga- unique ne changera pas cela !nisation plus efficace de la collectivité martiniquaise.Dimanche 24, il vous est demandé de mettre fin à lʼexistence sur un Vous savez lʼattachement du Parti Progressiste Martiniquais à lʼéga-seul territoire de deux lieux de pouvoir et de décisions, créant au lité des droits, fruit du combat de nos ainés, et cʼest le régime de lʼar-quotidien inefficacité, doublons, et même parfois, compétition stu-pide. ticle 73 qui nous garantit cette égalité des droits, pas le type de collectivité. En deux mots, ce nʼest pas le département la garantie,Non, la Martinique ne peut plus continuer de voir ses pêcheurs faire cʼest le régime juridique de la Constitution.des va et vient entre le Conseil Général et le Conseil Régional pourobtenir, dʼun côté, des abris, un silo à glace, de lʼautre des DCP oula subvention pour lʼachat de leur canot. Voter la collectivité unique, cʼest consacrer 27 ans de lutte des Mar- tiniquais pour une vision globale et non parcellaire de la Martinique.Non, notre pays ne peut plus continuer de voir des routes dont lesronds-points continuent de tarder à venir car deux voies se croisentgérées par deux collectivités différentes. Attendre la réforme Balladur, cʼest choisir lʼimmobilisme car on ne sait ni quand ni comment elle sera appliquée. Attendre cʼest ignorerNotre pays ne peut pas non plus voir ses agriculteurs passer dʼunecollectivité à lʼautre pour leur subvention dʼaide à lʼinstallation dʼun que cette réforme dans sa proposition 20 recommande lʼins-côté, et lʼaide à la balance pour la canne de lʼautre. tauration dʼune collectivité unique avec une assemblée unique unifiant les collectivités départementale et régionale, leursUn monde du sport, lui aussi tiraillé et obligé de doubler ses de-mandes et ses démarches pour réaliser ses projets et ses pro- compétences, leurs administrations et leurs budgets.grammes. Voter la collectivité unique cʼest voter pour le bon le bon sens et leAu milieu de tout cela, deux administrations lourdes dédoublant ré-gulièrement leurs démarches avec les coûts exorbitants de fonc- développement rationnel du pays.tionnement que lʼon peut imaginer. Voter OUI le 24 janvier, cʼest dire OUI à la logique, au bon sens. LaIl convient aussi de souligner que ces deux autorités sont gérées collectivité unique répond à la nécessité dʼefficacité adminis-par un nombre important dʼélus, 86, certains réalisant même laprouesse dʼêtre élus dans les 2 collectivités. Ces élus obligés de trative et de rationalisation budgétaire. Il sera, alors, possible detenir 2 plénières, 2 commissions permanentes, des commissions tirer tout le profit des possibilités de lʼarticle 73.thématiques dans lesquelles on parle souvent de la même chose.Depuis quelques temps, il a même été trouvé judicieux dʼorganiserdes réunions communes des commissions du même thème. OUI A LA COLLECTIVITE UNIQUE pour sortir de lʼincohérence institutionnelleAlors, que nous resterait t-il à vous dire pour vous convaincre quecela ne peut plus durer et que cette exception qui consiste dans les4 DOM à avoir, contrairement aux régions de France hexagonale, OUI A LA COLLECTIVITE UNIQUE pour faire face aux défis de1 région et 1 département sur le même territoire, doit cesser ? ce siècleMais dites, Didier Laguerre on entend depuis quelques temps desinquiétudes et des doutes sur cette réforme tant souhaitable pour la Martiniquaises et Martiniquais, plus que jamais soyez déter-Martinique. minés et mobilisés pour faire avancer notre pays, le 24 janvier votez massivement O U I ! Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 3. POLITIQUE REPRENDRE L’OUVRAGE de 80%, il a dit NON ! à lʼarro- tout en gardant intact lʼespoir gance et au mépris, aux éructa- dʼune autonomie effective, tions injurieuses, à lʼincertitude, conforme à nos besoins et à bien sûr, mais surtout NON à la nos aspirations dʼégalité et de haine nauséeuse, à la hargne responsabilité. Mais nous sa- baveuse. NON à lʼombre su- vons que les grandes joies, les brepticement avancée par ces grandes émotions résultant de petits tyranneaux en herbe at- grandes victoires sont toujours tendant au coin du bois. éphémères et sʼémoussent très vite, ne laissant que lʼécume de Les tenants du « 74 », loin de la vague qui vient inéluctable- Victor TISSERAND tirer enseignements du verdict ment mourir sur la plage des e peuple martiniquais vient sans appel, du désaveu cinglantL songes, des insensés réveils, de remporter une grande du peuple, cherchent vainement des espoirs déçus, des illusions victoire ; elle nʼa pas été à expliquer leur débâcle par « la perdues.seulement celle des plus nom- stratégie de la peur », « le sa-breux, nous avons tous la laire de la peur ». Et cʼest vraiconviction quʼelle fut celle des quʼil a eu peur, le peuple martini-meilleurs ! Et lʼhistoire dira que quais,, non pas de lʼarticle 74 en Voilà pourquoi, sans triompha-ce 10 janvier 2010 ni le chan- soi, non pas de lʼautonomie, de lisme dérisoire mais lucides, ob-tage, ni les promesses falla- la responsabilisation de ses jectifs et bien déterminés, nouscieuses et manœuvres élus, mais de ceux qui ont pro- faisons appel au RASSEMBLE-démagogiques, ni les men- posé cette alternative : leur com- MENT de tous les Martiniquaissonges et les calomnies, ni le portement portait en germes la sans distinction dʼopinion poursoutien affiché et actif de cer- menace dʼun pouvoir aux que, dès le lendemain du 24 jan-tains békés, ni le clientélisme confins de lʼautoritarisme, de vier, la collectivité unique etabject et corrupteur, ni les petits lʼautocratie. lʼassemblée unique souhaitéescaractériels trépignant de colère par les uns et les autres seautant que les crises paroxys- « Il y a deux manières de se construisent dans la sérénité, latiques dʼhystérie… nʼont pu frei- perdre –nous dit CESAIRE- : par responsabilité et, surtout, le res-ner lʼélan dʼun peuple majeur ségrégation murée dans le parti- pect du peuple.vers le droit, le progrès et la res- culier [celle des indépendan-ponsabilité, sʼopposant aux tistes qui ne sont pas forcémentcoups bas, aux coups foireux, à de doux rêveurs vagabondant Alors ? « Alors ! Il nous faudralʼarnaque et surtout au recul so- dans les régions éthérées dʼun avoir la patience de reprendrecial, à lʼabandon des droits nirvana chimérique] ou par dilu- lʼouvrage, la force de refaire ceconquis de haute lutte. tion dans un universel dé- qui a été défait, la force dʼinven- charné » (Lettre à MauriceCe NON à la nébuleuse que ter, au lieu de suivre, la force Thorez) [celle des assimilation-constitue lʼarticle 74 de la Consti- dʼinventer notre route et de la nistes fixistes, immobilistes].tution censé conférer « un pou- débarrasser des formes toutesvoir sans croûte ni mie, une faites, des formes pétrifiées quirognure, une raclure de pou- lʼobstruent » (Aimé CESAIRE,voir » (Aimé CESAIRE, La Tra- Le PPM quant à lui –qui grâce à Lettre à Maurice Thorez).gédie du Roi Christophe)- une campagne pédagogique,dʼautant plus obscur quʼil serait sereine, proposant une troi-consacré par une Loi organique sième voie, a joué un rôle pré- Victor TISSERANDvotée par les parlementaires pondérant et déterminant dansfrançais- a été massivement ex- cette victoire- pourrait sʼen enor-primé par la majorité écrasante gueillir, sʼen glorifier, bomber le Le 20 janvier 2010du peuple martiniquais. A près torse et se dire quʼil a permis dʼécarter la dérive autocratique Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 4. POLITIQUE MÉPRIS OU MÉPRISE coups de colère, peur et vraiment que certains pensent que le peuple peur dʼun « marche ou crève » ! est facilement malléable quʼils ne Quand on dit « celui qui paie dé- prennent pas le temps de bien ex- cide » pliquer. Le jour où lʼon va respecter Quand on soumet lʼaide au choix lʼintelligence de ce peuple, on aura des bénéficiaires et de leur couleur pour lui plus de respect. Cʼest peut- politique être parce que lʼon pense que le Quand on fait ramper pour une sub- peuple est pyoupèpè quʼon essaie vention de faire passer des choses impor- J-C. Duverger Quand on demande que des noms tantes en catimini. ancien conseiller général ne figurent pas pour accorder uneCe peuple est souvent malmené aide à un projetpar ses propres enfants. On peut Je demande au peuple (peut-êtrene pas se rendre compte dʼavoir un Quand les sous-fifres jouent aux poltron) dont je fais partie, dʼouvrircomportement relevant du mépris, maîtres de la terre (« toutan man la les oreilles pour entendre lʼamourune fois, mais pas toutes les fois et ou pé ké ni an sou ! ») Alors là,à tout point de vue. cʼest de la politique révolutionnaire de la veille se transformer en haine. démocratique qui doit mettre en Avant les élections, on caresse leVoilà un peuple qui a connu mille confiance et éliminer toute peur…souffrances, qui sʼest relevé de dos ; après le vote, on méprise :mille blessures et aujourdʼhui doit Quand le verdict des urnes est réel, « peuple pourri, poltron, lâche, colo-supporter des coups qui viennent le peuple est tyoupèpè, sans per- sonnalité, tenu par le ventre. Il vous nisé, sous-merde, étron (gwo-de lʼintérieur. « Dan ri kô »,, se mo-quer de soi-même. faut revoir la copie. Ce peuple a kaka) ». montré sa lucidité et son engage-Après avoir traité le peuple dʼ « as- ment lorsque la démarche est « Que mon peuple salue lʼodeur desisté », on le traite de sécuritaire. Et claire : à Chalvet en 1974, en dé-pourquoi pas si la peur prend nais- marée de lʼavenir ». cembre 1959 ou encore le 5 févriersance à partir de certains compor- 2009.tements affichés quotidiennement :peur de lʼautocratie, peur de lʼauto- Retour de manivelle ou kôd yanmritarisme, peur de la haine, peur des maré yanm, cʼest sûrement parce Jean-Claude DUVERGER COMMUNIQUÉ rage. Leur cou- nant tout son sens. Il ouvrira la voie rage car ils ont à une Martinique nouvelle sʼassu- su ignorer les in- mant pleinement dans une collecti- vectives, les ca- vité unique, fière de son identité, et lomnies, les sʼinscrivant sans complexe dans le attaques person- monde. nelles des pro- moteurs du 74.Par un vote massif les Martini-quaises et les Martiniquais ont ex- Le MAP appelle à voter OUI massi-primé leur refus de lʼarticle 74 de la vement le 24 janvier pour la collec- Une étape a été franchie, il faut tout tivité uniqueConstitution tel quʼil était conçu et de suite, sʼatteler à la tâche de lʼin-présenté. formation et de la mobilisation pour le 24 janvier. Il faudra un OUI aussiLe Mouvement des Autonomistes et significatif. Cʼest le OUI du 24 qui Le Présidentdes Progressistes (MAP) les félicite validera le refus du 74 en lui don-pour leur clairvoyance et leur cou- Jean Claude WILLIAM Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 5. HAITI/SOLIDARITE HAÏTI DE TOUS LES MALHEURS Devant cette tragé- die quʼils traversent, Fort-de-France a décidé de mettre la « Maison pour Tous » de Sainte- Thérèse à leur dis- position ; un grand local avec des ordi- nateurs et des connexions Internet, une cellule dʼaide psychologique. Ils peuvent sʼy retrou- ver, échanger, éva- cuer, avoir des nouvelles de leur pays, reprendre courage et espoir. Leur local dʼassocia- tion est pour lʼheure quelque peu dé- laissé. La Ville a déjà pris un certainLʼIle, sous le poids des malheurs monde par leur verve singulière- ou nombre deaccumulés, a cédé ! Elle sʼest af- sa musique endiablée dont le « com- mesures : une collecte dʼarticles defaissée. Un séisme de magnitude 7 pas » est le pic incandescent- Haïti première nécessité sʼest organisée :lʼa plongée dans le chaos et la dés- est un appendice dédaigné des légumes secs, sucre, huile, pâtes,olation. Cette fatalité coloniale, dieux. sel, savon, couches… Le hall de lʼHô-historiquement organisée et entre- tel de Ville et le Stade Aliker de Dillontenue depuis 1804, a toujours Dès lors, il est aisé de parler de ma- sont les points de collecte. (Lʼaccueilmaintenu cette première Répu- lédiction. Mais quelque improbable téléphonique en Mairie est aublique Noire sous le joug de la dé- faute originelle que les esprits cré- 05.96.59.60.00). Les fonds (espècespendance économique des dules alimentent à longueur dʼexis- et chèques) sont à adresser à lʼordregrandes puissances. Etranglée, du Trésor Public/ Solidarité Haïti. Ils tence après avoir subi la fureur desHaïti nʼest plus quʼun jouet déri- peuvent être déposés en mairie ou « trois éléments » de la Nature, il estsoire entre les mains dʼappétits expédiés par la Poste. On peut aussi à penser quʼHaïti est enfin rendue auscélérats. sʼinscrire sur le site www.fortde- bout du cycle infernal. france.fr.50 millions or de lʼépoque et lʼassas- 50.000, 100.000, 200.000 morts ?sina programmé du grand Toussaint Des milliers de blessés et de sans-LOUVERTURE au Fort de Joux en abris ; des chiffres qui donnent le ver- Le mardi 19 janvier, un Conseil Mu-France ont été la rançon versée aux nicipal extraordinaire « spécial Haïti » tige ; une situation dantesque ; leFrançais pour la déroute des troupes sʼest tenu. Les mesures arrêtées chaos. Alors le monde, pour se don-napoléoniennes infligée par DESSA- vous seront révélées dans notre pro- ner bonne conscience, semblant sou-LINES. Depuis, inexorablement, bal- chain N°. dain découvrir, se manifeste, réagit,lottés entre la cupidité destyranneaux locaux et le désintérêt gé- agit. Lʼaide se met en place, la Marti- .Haïti de pleurs, de malheurs… Haïtinéral, Haïti et les Haïtiens ont été nique nʼest pas en reste. Une dizaine sœur.transformés en assistés chroniques, de milliers dʼHaïtiens résident ici ; ilsen assistés permanents. Quitte à se font partie du paysage foyalais ; ilsrépéter, Haïti nʼintéresse pas grand sʼy sont intégrés naturellement aprèsmonde. Hormis un semblant de prise y avoir été accueillis. Ils forment une Serge SOUFFLEURen considération de sa culture, dont communauté qui vit et sʼépanouitJacques ROUMAIN, Jacques Ste- dans la dignité et le respect. Dans lephen ALEXIS, Jean METELLUS, travail surtout. Dans la Ville, ils ontRené DEPESTRE, Dany LAFER- leurs espaces culturels, leurs lieuxRIERE et tant dʼautres ont enrichi le cultuels. Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 6. HAITI/SOLIDARITE HAÏTI : UNE INITIATIVE PRAGMATIQUE DE LA CACEM par le déferlement médiatique, a succédé le défi de la reconstruc- tion post-urgence et celle du dé- veloppement durable. Pierre SAMOT, président de la CACEM déclare refuser toute « spontanéité dʼune assistance humanitaire qui génère des situa- tions de dépendance écono-« La CACEM se mobilise pour ap- mique, (…) la communauté des La communauté dʼagglomérationporter son aide au peuple haïtien » bailleurs internationaux ayant du centre de la Martinique, dans jusquʼalors manifesté trop peu dʼen- le cadre de ses compétences en“Face à lʼélan de générosité et de eau, assainissement et énergie,solidarité exprimé par le peuple gagement en faveur de la Répu- blique dʼHaïti » lancera une mission exploratoiremartiniquais en réponse à la catas- avant dʼenvoyer, avec le soutientrophe sans précédent qui frappe le du Ministère despeuple haïtien, la Com- A f f a i r e smunauté dʼAggloméra- Etrangères (MAE),tion du Centre de la une équipe deMartinique (CACEM) a techniciens et duchoisi de se positionner matériel pour la re-dʼores et déjà dans la construction desphase de reconstruction. infrastructures dʼeau et de fourni-La CACEM tire ainsi le ture dʼénergie.bilan de plusieurs criseshumanitaires où, à la dy- La CACEM rappellenamique des organisa- quʼen de telles situa-tions humanitaires, aux tions dʼurgence « lepromesses de finance- déficit en personnelment public, alimentées et lʼimprovisation dans les opérations nous ont enseigné quʼil ne fallait pas se précipiter mais travailler, en étroite coordination avec les collec- tivités et intercommunalités, à la re- construction quʼHaïti attend depuis déjà trop longtemps ». Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 7. PAROLES CITOYENNES10 JANVIER = WOULO BRAVO POUR LE PEUPLE !OUI ! Le peuple martiniquais mérite dʼArlet et Rivière-Pilote, le NON a re- peuple martiniquais, pas aventureuxdʼêtre félicité pour sa forte mobilisa- cueilli plus de 68% dans tout le reste mais fier et déterminé. Il nʼaccepteration et pour sa réponse si nette : 80% du pays). pas de voter un projet ambigu ou dedes Martiniquais ont dit NON ! répondre à une question mal formu- Madame la Ministre Marie-LuceCe nʼest pas du tout le NON de la PENCHARD, ne croyez pas que le lée. Ainsi, concernant la consultationpeur, de lʼignorance, de lʼhésitation peuple ait dit Non à lʼautonomie ! Le du 24 janvier, il eût été plus limpideou que sais-je ? Bien au contraire, il « 74 » que vous nous avez proposé de parler dene sʼest pas laissé tromper par la nʼest pas de lʼautonomie mais uneforme, il a tranché sur le fond ! A la perte dʼidentité législative et des ga- « Assemblée Territoriale Unifiéequestion de fond « Voulez-vous quit- ranties, déjà si faibles, dʼégalité danster lʼidentité législative de lʼarticle 73 les textes de loi ! Le peuple martini- Département-Région Martinique »pour passer à la spécialité législative quais souhaite développer son pou-de lʼarticle 74 ? », le peuple a dit Non. voir local, ses aspirations Afin que lʼon y retrouve le socle deMalgré les promoteurs du « 74 », in- naturelles en tant que peuple, la lʼidentité législative.dépendantistes de surcroît, qui ont prise en compte de ses spécifici-tout fait pour être rassurants, parlant tés et surtout acquérir les compé- Par contre, je suggère dʼy prévoir unede « petit 74 », vénérant la Constitu- tences de la gouvernance de Commission Permanente chargée detion Française et le Président de la lʼessentiel de ses activités. En retour, lʼélaboration dʼun projet de loi dʼAu-République, le peuple a bien compris il a acquis des droits de haute lutte et tonomie, en concertation avec toutesque « 74 »= spécialité législative et ne veut pas les perdre en route. les forces vives intellectuelles, poli-tous ses tracas, notamment le risque tiques et associatives, loi qui seraitdʼévoluer dʼun « petit 74 » à un Il ne veut pas être considéré comme« PTOM » sans jamais être consulté un peuple mendiant car il sait com- présentée à la volonté populaireà nouveau. bien il apporte à la République et avant le terme de la première manda- même au-delà ! ture de cette Assemblée Territoriale.Manifestement, nous somme un peu-ple mûr politiquement (à part Anses Voilà donc où réside la complexité du Alain PHILIPBERT GRAND RASSEMBLEMENT DUCOSSAIS PLAN DE CAMPAGNE Consultation du 24 janvier 2010 Du mercredi 20 janvier 2010 au samedi 23 janvier 2010Mercredi 20 janvier 2010 Samedi 23 janvier 2010Circuit: Cité la Marie - PTE Rochelle - Cité lazaret - 10h à 13h : Prises de parole :Syndic Circuit : Relai de la yole, cc la source, cc casino, Fond pa- nier, Bac, Morne Carette, Morne vert, Bois neuf, Beauville, Fond brulé, Grande savane, Durivage, Baringthon, Vau- drancourt, Lourdes, Cité la marie.Jeudi 21 janvier 2010 17h à 20h Prise de parole : Lot cécillon et la Boby, Duri-Circuit: - Fonds savane - La Saint Pierre - Saint-Roch - vage, Baringthon.Beauville - Fond Brulé NB : Rendez-vous au relais de la yole tous les jours à partir de 17h pour les prises de parole et distribution deVendredi 22 janvier 2010 tractsCircuit: Grande savane -La homand - La chéneaux - Camarades, soyons mobilisés et très nombreux pourMorne la valeur convaincre les électeurs, distribuer les tracts, coller les af- fiches, participer aux prises de parole et aux conférences,19h- Grand Meeting organisé par le PPM, le MAP, le représenter le GRD et le PPM dans tous les bureaux, afinGRD sur la Place de la Fête au Bourg de Ducos (entrée dʼassurer une éclatante victoire du OUI à la collectivitédu bourg à coté du relais de la YOLE) unique dans le cadre de lʼarticle 73 BONNE CAMPAGNE A TOUS!!! Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 8. CONSULTATIONLe Progressiste - Page 8 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 9. LES BALISIERS VOTENT OUI POUR UNE MARTINIQUE RESPONSABLE ET EFFICACE COLLECTIVITE UNIQUE SITUATION ACTUELLE Rationalisation-Cohérence-Simplification Chevauchement et Superposition des compétences1) Une collectivité unique dotée dʼune seule assemblée pour 1) Région mono départementale : 2 collectivités dotées chacunetoute la Martinique. de son assemblée pour un même territoire.2) Moins dʼélus : entre 50 et 60 élus par un scrutin mixte : Pro- 2) 86 élus au total (45 conseillers généraux + 41 conseillers ré-portionnelle et Uninominal/Parité. gionaux).3) Les compétences sont rassemblées (par fusion des collecti- 3) Les 2 assemblées ont certaines compétences qui sont iden-vités). tiques.4) Un seul budget additionnant les financements de chacune 4) 2 budgets séparés votés selon la volonté et les orientationsdes collectivités. politiques de chacune des deux assemblées.5) La Responsabilité est donc identifiée. 5) La Responsabilité est donc diluée dans les deux assemblées.6) Séparation de lʼexécutif et de lʼassemblée délibérante. Lʼas- 6) Les présidents sont à la fois exécutifs et présidents dʼassem-semblée vote et contrôle lʼexécution du budget. Lʼexécutif exé- blée. Ils se contrôlent eux-mêmes. Ils sont « juge et partie ».cute le budget. 7) Les financements des projets sont croisés. Ce qui crée des7) Les financements des projets sont simplifiés. blocages.8) Une Agence des Routes. 8) Problèmes dans la gestion des carrefours.9) Une Gestion unique des lycées et collèges. 9) Doublons dans la gestion du personnel, des bâtiments, des subventions.10) Une politique globale et cohérente en matière de logement. 10) Pas de réserve foncière globale. Pas dʼEtablissement Public11) Une autorité unique qui contractualise avec les partenaires. Foncier.12) Pêche. Une seule assemblée compétente sur Mer et sur 11) Trop dʼautorités organisatrices de transport. Transport mari-Terre. time à organiser.13) Agriculture. Un seul dossier. Un dossier unique pour capter 12) Conseil général : compétence au sol et Conseil régional :les subventions. compétence sur mer.14) Création dʼune représentation de lʼassemblée unique à 13) Agriculture 2 dossiers de subventions. Pertes de Fonds eu-Bruxelles. ropéens (FEGOA)15) Une seule commission pour la Coopération Régionale. 14) Relations avec lʼEurope : Pas de représentation des deux assemblées.16) Un Fonds unique dʼaide aux communes. 15) Coopération régionale : 2 commissions, une au Départe-17) Un dossier unique pour les aides sociales. ment, une à la Région.18) Un versement unique pour les bas salaires. 16) Aide aux communes : doublon.19) Entreprise. Une instruction unique pour un financement plus 17) Aides Sociales : Département et Région les accordent.rapide avec des délais plus courts : plus dʼefficacité. 18) Aides aux bas salaires : Département et Région.20) Développement cohérent des filières et métiers. Politiqueglobale de formation. 19) Aides aux entreprises : 2 commissions,2 instructions, 2 dé- cisions, 2 délais = Perte de temps, dʼargent, de foi.21) Fiscalité plus cohérente et plus juste sur la consommation etsur le Patrimoine. 20) Développement de filières et métiers. Absence de cohé- rence des politiques et compétences des 2 assemblées.22) Possibilité dʼemprunt pour investir et créer des activités 21) Fiscalité. Absence de cohérence sur les différents impôts avec un vote de taux différents entre région et département. 22) Emprunt : Conseil Général : dettes = 400millions dʼeuros Conseil Régional = 0 Euro dʼemprunt. Projets communaux et privés bloqués. AVEC LE PPM VOTEZ OUI LE 24 JANVIER 2010 BALISIERS EN MARCHE Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 10. ECONOMIE INTERVENTION DE SERGE LETCHIMY À L’ASSEMBLÉE NATIONALE QUESTION AU GOUVERNEMENT DU 13 JANVIER 2010 : SITUATION DE LA SARAMr le Président Dans quel état dʼesprit abordez vous lement de conditions de travail mais la question du prix du carburant aux de politique énergétique nouvelle etJe souhaite tout dabord manifes- Antilles et quel sort réservez-vous à de choix stratégiques pour que le prixter ma plus grande solidarité, ma la seule unité industrielle de raffinerie du carburant soit économiquementvive émotion et appuyer toute ini- des pays dʼoutre mer, la Sara ? viable et socialement acceptable.tiative du Gouvernement en faveurdʼHAITI qui vient de connaître une Allez vous sacrifier cet outil industriel Lʼessentiel cʼest de réindustrialisercatastrophe naturelle sans précé- et les 500 salariés concernés au nom ces pays et non les désindustrialiser.dent. dʼun système, où lʼopacité et le profit Notre responsabilité cʼest de nous priment ? inscrire dans une perspective de mu-Ma question sʼadresse à Mme la mi- tation énergétique et écologique, etnistre de lʼoutre mer Tiendrez-vous compte du rapport de la mission parlementaire conduite par sortir des schémas imposés par lesMme la ministre, le président de la commission écono- multinationales. Et ceci sans com- mique Patrick OLLIER, qui recom- plexe. Total a fait 6,5 milliards dʼeu-Dans le contexte de crise que nous mande de conforter cet outil ros de bénéfice au cours des 9connaissons tous, tant dans lhexa- industriel, de sauver les emplois, tout premiers mois de lʼannée 2009.gone quen outre-mer, vous savez en ouvrant des perspectives nou-que chaque emploi perdu, chaque Mme la ministre, lʼénergie est une velles de gouvernance ?entreprise fermée, cʼest une errance cause publique, elle est de ce fait né-sociale de plus dans un monde où le Vous demandez à lʼagence nationale cessairement une cause humaine.profit devient la règle de vie. des conditions de travail (LʼANACT) Que comptez vous faire de la Sara, de trancher cette question. Cʼest un cet outil économique majeur et deAlors Mme la ministre choix surprenant. Il ne sʼagit pas seu- ses 500 salariés ? Vous les attendiez !Les Actes du Colloque international, des 24 et 25 octobre 2007 organisé par le C. C. E. R. à Fort-de-France sous letitre générique : Lettre à Maurice Thorez un pavé dans la mare : Du Nègre Fondamental au Leader Fondamental, vont enfin paraître !De format 16 x 21 et de 352 pages, la parution de cet ouvrage est prévue en fin janvier 2010. Mais, par sa qualité, l’importancequ’il revêt sur le plan de l’analyse et scientifique, nous vous proposons d’en faire l’acquisition au prix préférentiel de 21 euros,dès à présent, sachant qu’il sera vendu nettement plus cher dans le commerce.BON DE SOUSCRIPTIONNom…………………………...............Prénom……..................………………………Adresse………………………………………………………………………………………….…………………………………………………………………………………………………..…………………………………………………………………………………………………..…………………………………………………………………………………………………..Email…………………………………...………Tél………………......…………………………..Code postal.............…………………………….....................................…………………………………………………...Au titre de la participation à la souscription, en règlement d’un exemplaire des Actes du Colloque international : Lettre àMaurice Thorez un pavé dans la mare : Du Nègre Fondamental au Leader Fondamental, je joins un chèque de 21euros au nom du Centre Césairien d’Etudes et de Recherches. Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 11. LITTERATURE POLITIQUE AIME CESAIRE : LETTRE A MAURICE THOREZ, LA RUPTURE24 octobre 1956, 24 octobre 2006, Lettre constitue tout à la fois, le socle portant à plus dʼun titre, car il joua un«Lettre à Maurice Thorez » eut 50 dur et solide sur lequel se repose rôle déterminant dans lʼentrepriseans. 23 mars 1958, 23 mars 2008, le cette vision politique ; le fondement dʼ dʼexploration et dʼanalyse de cetteParti Progressiste Martiniquais 50 une pensée et dʼune démarche bien œuvre, il permit dʼen faire lʼexégèseans aussi. A cette double occasion, conçues ; un véritable Manifeste qui et partant, de sʼen faire une idée plusdeux manifestations importantes fu- ne va pas sans rappeler celui de juste et plus précise de sa substanti-rent organisées : la première, un 1848 du Parti communiste ; un pavé fique moelle, dʼen cerner lesdébat public à Fort-de-France, intitulé dans la mare ; une voix qui dit « non contours, et dʼen apprécier toute la: « Lettre à Maurice Thorez : impact à lʼombre » et qui fait parfaitement richesse. De fait, cet ouvrage est as-local, national et international» ; la écho avec celle des poètes de Gloria surément un ouvrage documenté, sé-deuxième, un colloque aux Trois- victis 1956 - Budapest : Cummings, rieux, que jʼespère être de qualité.Ilets, sur lʼhistoire du parti à lʼinitiative Kateb, Okara, comme le montra très Plus encore, un outil nécessaire,respective du Centre Césairien justement Bernadette Cailler ; lʼun voire indispensable pour mieux entrerdʼEtudes et de Recherches et de des détonateurs puissants des natio- dans les arcanes de la pensée césai-ce parti lui-même. nalismes des peuples coloniaux ; lʼin- rienne, un document précieux que terface entre le double engagement chacun devrait acquérir et auquel il« Lettre à Maurice Thorez » est in- devrait se référer. littéraire et politique dʼAimé Césaire,contestablement un cri nationaliste entre lʼœuvre du penseur et celle depoussé avec force en 1956 par Aimé C.LCésaire, annonciateur deux ans plus lʼhomme dʼaction, entre son actiontôt de la naissance du P. P. M. ; une poétique et son action politique ; lecritique acerbe à lʼégard du P. C. F. ; signe distinctif dʼun homme qui toute C. Lapoussinière lʼorganisateur de ce col-la marque dʼune rupture. Cette rup- sa vie demeura fidèle à lui-même, à loque international est Docteur ès lettres,ture elle-même cʼest lʼannonce claire son engagement et à sa mission. ( en littérature française, générale et com-de la vision politique dʼun homme, de Bref, la boussole dʼun homme profon- parée ), professeur de Lettres, chercheur,son engagement au sens plein du dément dʼenracinement, mais aussi spécialiste de lʼœuvre dʼAimé Césaire, Pré-terme, sa conception objective du dʼouverture, dont lʼaction, celle du sident du Centre Césairien dʼEtudes et demarxisme et du communisme, sa vo- Nègre Fondamental et du Leader Recherches, membre du Comité directeurlonté farouche de les mettre « au ser- Fondamental est tout compte fait, de la Fondation Aimé Césaire en cours device des peuples noirs, et non les celle dʼun humaniste par excellence. création, auteur dʼune étude comparée : «peuples noirs au service du Au bout du petit matin », de Nox à Lux « Lettre à Maurice Thorez » est lʼune :Lʼépopée dʼAimé Césaire et de Victormarxisme et du communisme », de des plus célèbres œuvres politiques Hugo, Ed. Panafrica, Paris 2007 et de nom-faire de telle sorte que « la doctrine et dʼAimé Césaire. Pourtant, jusquʼau breuses autres études publiées dans desle mouvement soient faits pour leshommes, non les hommes pour la jour où le C. C. E. R. prit lʼinitiative revues spécialisées et scientifiques ou endoctrine ou pour le mouvement. » dʼorganiser le colloque international cours de publication, membre du Parti Pro- en octobre 2007, duquel est tiré le gressiste Martiniquais, ancien Vice-Prési-Si lʼon en juge par sa teneur, les présent ouvrage, à ma connaissance, dent du Conseil Régional de la Martiniquethèmes que lʼauteur y aborde, ses ar- aucun autre ne lui avait été jusque-là de 1986 à 1992, ayant siégé aux côtéscanes, sa portée et son impact, la consacré. Ce colloque est donc im- dʼAimé Césaire. Calendrier des réunions de Serge Letchimy Consultation du 24 Janvier DATE HEURE COMMUNE LIEU Lundi 18 19h00 Robert Place du Courbaril Mardi 19 19h00 Anses dʼArlet Place de lʼégliseMercredi 20 19h00 Saint Joseph Place des Fêtes Jeudi 21 19h00 Sainte Anne Place du 22 MaiVendredi 22 19h00 Ducos Place des fêtes (près du relais de la yole) Samedi 23 19h00 François (meeting de clôture) Place des fumiers (face à lʼécole maternelle) Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 20 janvier 2010
  • 12. DÉCLARATION SERGE LETCHIMY POUR LASSEMBLÉE UNIQUE Mes très antagoniste ou pire : concurrentielle ! … tut de Région ultrapériphérique, et chers(ères) RIEN à ce que lʼon appelle plus large- compatriotes La recherche dʼune mise en cohérence et ment le droit commun républicain. Cʼest dʼune meilleure efficacité de nos institutions est une vérité incontestable ! Le 24 janvier, nous une urgence capitale ! Cʼest pour cela quʼil faut sommes de nou- dire Oui. Je sais que certains dʼentre vous se pose la veau appelés aux question suivante : Pourquoi ne pas attendre urnes pour que la Certains d’entre vous s’interrogent sur le la réforme Balladur ? En toute conscience, je Martinique se pro- détail de cette nouvelle collectivité, sur ses leur réponds quʼun tel choix constituerait un re- nonce sur la créa- moyens, ses compétences, son mode grettable recul. La situation dans lʼHexagone tion dʼune collectivité d’élection et sa place exacte dans la en terme de découpage territorial nʼest pas launique dans le cadre de lʼarticle 73 de la Constitution… Il faut tout d’abord souli- même que la nôtre (4 ou 5 Départementsconstitution. gner que son inscription dans l’article 73 dans une Région, alors quʼici, en Martinique, nous place dans le cadre de l’identité légis- cʼest un Département dans une Région). CʼestQuels quʼaient été nos votes respectifs le 10 lative, ce qui nous garantit la pleine et to- pour cela que le rapport Balladur ne traite lʼOu-janvier dernier, nous devons tous dire OUI à tale égalité des droits. tremer quʼà la marge. En lʼétat actuel du textecette nouvelle collectivité. présenté au Sénat sur la réforme territoriale, Les moyens financiers, fiscaux et budgétaires le refus de cette opportunité de dire Oui à laOui pour les raisons suivantes : de cette nouvelle collectivité sont les moyens collectivité unique reviendrait à laisser le gou-La plus évidente est que cela permettra une additionnés de la Région, du Département, de vernement, ou un membre de son administra-bienfaisante simplification institutionnelle. Sur lʼEtat, de lʼEurope. Ses compétences sont sim- tion, décider seul, par ordonnance de notrele territoire martiniquais, se cumulent deux col- plement celles rassemblées et rationalisées organisation institutionnelle et, en consé-lectivités, la Région et le Département. Les du Département et de la Région. Des possibi- quence, de lʼessentiel de notre avenir.conséquences dʼun tel empilement institution- lités dʼhabilitation et dʼexpérimentation législa-nel sont multiples : entremêlement de compé- tives, comme cʼest déjà le cas aujourdʼhui, Cela est inacceptable !tences, télescopage permanent des décisions, dans des domaines économiques, sociaux ousurenchères politiciennes, ralentissement et culturels importants, lui permettront de mettre Sans compter quʼen lʼétat actuel de la consti-incohérence des politiques publiques, perte en oeuvre, dans le cadre de la Constitution, tution, lʼapplication de la réforme Balladur dansdʼénergies à tous les niveaux, mauvaise utili- des espaces de responsabilité directe, ce qui les départements et régions dʼOutre mer né-sation des deniers publics, gouvernance lo- nous autorisera plus dʼinitiatives locales et des cessiterait, a priori, une nouvelle consultationcale émiettée. interventions éclairées et plus efficaces. de la population.Un tel « migannaj » provoque des ralentisse- Pour une représentation plus juste et démo- Ce serait le comble.ments généralisés quand il faudrait agir vite, cratique, je souhaite que le mode dʼélectionagir bien et affronter les urgences quoti- soit à la fois territorial (pour que la Martinique Voter Oui le dimanche 24 est donc undiennes du mal-développement, du chômage, soit représentée dans sa diversité géogra- acte fondamental !de la précarité grandissante, des drames de phique) et à la proportionnelle (pour que touslʼhabitat… les courants politiques, toutes les minorités Alors, mes chers(ères) compatriotes, je soient pris en compte). Cʼest lʼexpression dé- vous demande dʼaller voter, de faire voter, et de voter en toute confiance OUI.Dans des domaines comme ceux du trans- mocratique la plus achevée et partagée quiport, de lʼagriculture, de lʼénergie, de lʼenviron- doit être retenue ! Un Oui de résolution, un OUI de dignité,nement, de la culture, du sport… des bouts de un OUI de responsabilité sans faille !compétences se tricotent entre la Région, le Vous connaissez mon engagement sans failleDépartement, lʼEtat et, finalement, se paraly- pour que lʼégalité des droits soit compatible DIMANCHE 24 JANVIERsent dans des marigots administratifs. Dès avec le droit à lʼinitiative dans cette nécessaire VOTEZ OUIlors, ce qui devait être traité sous lʼéclairage responsabilité à domicilier localement. Je suisdʼune vision dʼensemble, dʼune intention glo- donc très à lʼaise pour soutenir que cette nou-bale, se retrouve « makayé » de manière par- velle collectivité ne changera RIEN, je dis biencellaire et, souvent même, de manière : RIEN, à lʼégalité des Droits, RIEN à notre sta- Serge Letchimy Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ? 1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf 2. Complétez-le 3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui COMITÉ DE RÉDACTION : ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’en- voyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Jeannie DARSIERES - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Didier LAGUERRE Directeur de la Publication : Daniel COMPERE imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 Laurence LEBEAU 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Daniel RENAY Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Serge SOUFFLEUR Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 20 janvier 2010

×