Le progressiste n° 2093
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Le progressiste n° 2093

on

  • 791 views

 

Statistics

Views

Total Views
791
Views on SlideShare
791
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Le progressiste n° 2093 Document Transcript

  • 1. Le Progressiste 1 euro Mercredi 8 Juillet 2009 - N° 2093 La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire AU CONSEIL GÉNÉRAL : ES UNE MAJORITÉ SANS AMBITION (PP 12 À 14) GPA16 AU FESTIVAL : DES MOISSONS FÉCONDES ET MULTIFORMES (PP. 15 À 16). sommaire Le Groupe ANATOLIA Discours de S. Letchimy (pp. 5 à 8) Les nouveaux venus à l’autonomie (p. 9) Koutt Zepon (p. 10) DEMANDEZ LE ! Les meilleurs spécialistes des affaires martiniquaises sont les Martiniquais eux-mêmes » (Dr ALIKER)
  • 2. « PA KITE PESONN METE PIES ZAGRIYEN AN TET ZOT » Alfred Marie-Jeanne au Congrès du 18 juin 2009 « FINI EPI BATE DOUCE POLITIK-LA » A.Marie-Jeanne, La Parole au Peuple n° 17 oct. 2003 Après le discours très autonomiste d’Alfred Marie-Jeanne au dernier Congrès des élus régionaux et généraux comme il l’affirme, « mettre la pas plus nombreux en 2009 qu’enE. DELEPINE Martinique sur le chemin de 1999). Il faut donner au peuple à choisir l’Autonomie. entre ces trois courants : Êtes-vous pour la départementa- Cela ne dépend ni du Congrès ni lisation ? pour l’autonomie ? ou pour de Marie-Jeanne mais de ce qu’il appel- l’indépendance ? N le curieusement le troisième maillon… non le moindre, il est vrai. Pour une fois Tout le reste c’est zagryen an il a raison. « Le congrès propose, le tête nèg. Il faut mettre les uns et les ul, bien entendu, ne se peuple dispose ». autres au pied du mur, c’est dire leur réjouirait plus que le PPM permettre de se compter. La question d’entendre le Président du Le peuple c’est donc le premier du statut n’est que très secondairement Conseil Régional défendre avec tant de maillon, le maillon fondamental. Il y a une question juridique. C’est d’abord vigueur l’autonomie qu’il dénonçait hier six ans, Marie-jeanne invitait les élus et et avant tout une question politique avec tant de hargne. Il y avait quelque singulièrement les maires qu’il soup- chose d’émouvant et, nous semble-t-il, çonnait de trahison à « Fini épi bate Pour nous autres autonomistes, de sincère dans l’apologie de douce politik-la ». C’est à lui, à ses l’autonomie c’est le droit et la possibili- l’autonomie par l’un de ses plus viru- alliés, à ses complices et à ses com- té de faire des lois, sur nos affaires lents pourfendeurs de jadis. parses qu’il faut renvoyer cette injonc- locales, dans le cadre et dans le res- tion. pect de la Constitution française. Si la Aussi bien nul ne se féliciterait- constitution actuelle ne le permet pas, il il davantage que nous de voir Alfred Qu’ils continuent de se branler faut amender cette constitution. Nos Marie-Jeanne décerner un brevet de avec des bavardages faussement parlementaires sont élus et payés pour légitimité comme il vient de le faire à ce savants sur le 73 et le 74, sur les cela. La seule chose qu’ils peuvent exi- Congrès qu’il accusait, il y a dix ans, « adaptations » et les « habilitations », ger c’est que leurs électeurs leur don- d’être « antidémocratique en ce sens pour masquer le fait politique le plus nent la force, c’est-à-dire les moyens, qu’il favorise une dérive alimentariste important dans la situation actuelle. de convaincre leurs collègues du puisque c’est le congrès qui jugera C’est à savoir qu’il existe trois courants Parlement français. l’opportunité d’interpeller le gouverne- politiques à la Martinique : les départe- Edouard de Lépine ment sur une possibilité d’évolution sta- mentalistes (à notre avis de moins en tutaire » (déclaration au Monde du 2 moins nombreux), les autonomistes novembre 1999). Tant mieux si ce (probablement beaucoup plus nom- congrès « constitué d’élus possédant breux aujourd’hui qu’il y a un quart de tous la légitimité populaire » peut, siècle) et les indépendantistes peut-être ERRATA Nous devons à nos abonnés et à tous nos lecteurs de plates excuses. 1) Lors du tirage de notre numéro précédent, les premiers exemplaires portaient le N° 2091 alors qu’il s’agissait bien du N° 2092. La preuve ? Celui-ci porte le N° 2093. Ainsi, les collectionneurs s’y retrouveront.2) Plus grave : Une impardonnable erreur de montage nous a fait publier le discours de N. Sarkozy sous l’en-tête de S. Letchimy ! Nous y remédions ici. Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 3. Evolution, oui, nous…EVOLUTION : OUI, NOUS LE assurer plus de justice sociale, nouvelle naissance…en un mot :POUVONS ! OUI, VOUS LE plus d’égalité, plus d’emploi, plus nous nous sommes faitsVOULEZ ! de perspectives de développe- Peuple pour ce peuple et avec ce ment économique, plus de pou- peuple. Dans la volonté duLe Parti Progressiste voir de décision. Ce ne serait pas, construire, il y a place pour tous.Martiniquais fraternellement comme nous l’avons dit, une Pour tous ceux qui veulent que cetend la main à tous les démo- autonomie de nécessité, mais pays ne soit plus une chimèrecrates. Contre vents et marées, la une autonomie constitutionnali- accrochée à l’attente du destinposition du PPM, dans sa cohé- sée. C’est-à-dire, ainsi que le qui se dérobe.rence, a toujours été claire et lim- souligne avec justesse notrepide et le processus d’évolution Secrétaire Général Didier Notre message est on ne peutinstitutionnelle épouse dans ses LAGUERRE, « un statut politique plus clair : une collectivitémoindres détails le déroulement qui doit se construire par étapes, unique, une assemblée uniqueque nous préconisons. conduisant à davantage de qui ne serait pas régie par un conventionnements avec l’Etat, à mode de fonctionnement à la pro-Pour l’heure, ce qui est acté par des négociations avec l’Etat ». portionnelle intégrale, et un statutle président de la République constitutionnalisé dans le temps.française, c’est le principe de la Aujourd’hui, de tous bords poli- Tous les jours, dans la rue, dansconsultation des électeurs marti- tiques, de tous horizons de ce les entreprises, dans tous lesniquais. La question que l’on est pays qui se réveille et se révèle à espaces d’expression publique,en droit de se poser est de savoir lui-même, des voix s’élèvent, des nos militants, patiemment,si cette consultation portera sur volontés se manifestent, des bar- méthodiquement, avec pédago-UNE ou rières s’abolissent. Nombre de gie, expliquent, explicitent lesPLUSIEURS…questions ! ceux qui hier encore nous enjeux de nos décisions futures.Laquelle ou lesquelles ? Le statu vouaient aux gémonies, par Nos balisiers, nos élus, à traversquo, la création d’une collectivité opportunisme assurément, adop- des réunions d’information, desunique ou le statut d’autonomie tent un profil bas et viennent à forums d’échange et de discus-dans l’article 74 ? Quoi qu’il en résipiscence. Mais, au PPM, il sion, rencontrent les Martiniquais,soit, sans prétendre lire dans le nous importe peu d’avoir eu rai- les écoutent, recueillent leursmarc de café présidentiel, c’est la son avant tout le monde ! C’est doléances, enregistrent leursmise en place d’une collectivité dans l’ordre sacré de notre com- desiderata. Nous nous préparonsunique qu’articule une assemblée bat, car le père de la Nation résolument, au PPM L’heure deunique dans un premier temps ; Martiniquaise nous a parés des nous-mêmes a sonné ! L’heurepuis, dans le cadre de négocia- nécess aires attributs de la des retrouvailles fraternelles.tions qui nourriraient, enrichi- clairvoyance et de la perspicacité. Avec le peuple éclairé, responsa-raient, alimenteraient, clarifie- Oh ! Nous n’avons pas eu grand bilisé, déterminé, nous irons plusraient la substance et mérite ! Tout simplement, à la dif- avant dans la construction de ced’expérimentations qui teste- férence des donneurs de leçons pays et de ce peuple. Oui, nous leraient, éprouveraient définitive- englués dans leurs certitudes pouvons, car VOUS le voulez !ment et enfin poseraient ce sta- rancies de prétentions, nous Rejoignez-nous !tut…passer à une vraie autono- avons emboîté humblement lemie. pas conquérant du peuple dans Serge SOUFFLEUR son avancée souveraine, nousIl s’agirait de donner du temps avons entonné avec lui sesau temps, mais surtout de laisser chants de gestes virils, nousau peuple martiniquais souverain avons écouté ses plaintes, nousson libre arbitre pour se détermi- avons épousé ses espoirs, nousner, en conscience, sur la vie qu’il nous sommes fondus danspense la meilleure, devant lui l’alambic de ses désirs pour une Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 4. POLITIQUE : un débat complexe Jean François Lafontaine tique Martiniquaise au pouvoir à qui garantira une inscription identifier le bien commun constitutionnelle de la Martiniquais afin de le défendre Martinique autonome dans le sans le confondre avec des inté- pacte Républicain Français, qui rêts personnels de longévité poli- ne saurait occulter tique. l’attachement des Martiniquais, au maintien de leurs acquis L’actualité de la semaine dernière sociaux, au principe d’égalité à ouvert des interprétations les des doits, et à leur identité col- plus diverses, les plus étroites, les lective.D plus manipulables de la doctrine, de la philosophie de ce « bien Autrement dit, faire de l’autonomie commun Martiniquais ». Il ne un seul but, un seul objectif que s’agit pas d’une cathédrale, seul le pouvoir permettra de régler ans ce débat sur le change- mais d’un patrimoine collectif tous les problèmes, c’est créer les ment de statut, l’expertise qu’il faut partager avec tout le conditions d’une stagnation théo- semble prendre le pas sur monde au seul profit et au seul rique et ouvrir la porte à toutes lesla politique et la vraie question : bénéfice du peuple martini- formes d’autocratisme éclairé.que voulons-nous pour notre quais.pays ? Cet imbroglio juridique L’autonomie n’est pas un gad-risque de faire porter notre choix Tous les observateurs soulignent get institutionnel, c’est une idéenon pas sur l’adhésion a un projet la difficulté pour le commun des essentiellement politique, destinéemais sur la confiance que nous Martiniquais à se retrouver entre à répondre à une préoccupationaurons dans le porteur du projet. les avantages et les inconvénients constante : l’auto institution etJe veux parler ici de la probléma- du 73 et du 74. Nous savons que l’auto transformation de la sociététique du leadership. Va-ton nous le résultat de la consultation dans le sens d’un progrès solidaireobliger à y aller, ou va-ton nous quelque soit la ou les questions et partagé. Cette idée adoptéedonner envie d’y aller ? posées, reflétera cet imbroglio juri- nous impose une réflexion au fond dique, c’est-à-dire un nouvel sur la nature de la synthèse à opé-En effet nous sommes à mon avis échec d’une nouvelle tentative rer entre la gestion d’un pays, sondans la poursuite d’un lent proces- d’évolution institutionnelle. Ors la développement, et son organisa-sus de décolonisation dont les classe politique de gauche semble tion démocratique.diverses formes sont fonction de s’accorder sur le fait qu’il faillel’évolution des mentalités de nos Car l’autonomie, et c’est essen- l’éviter. Comment ?gouvernants Français successifs, tiel, doit être comprise commea pouvoir comprendre que Les suffrages se porteront cer- une direction consciente par lesl’histoire a forgé entre nos peuples tainement sur celui ou celle qui hommes eux-mêmes, de leurune communauté de destin qui inspirera confiance. Les résultats vie, et au-delà une directiondoit s’enraciner dans le respect de de la gestion de telle ou telle col- consciente de leur communautéla diversité. Il s’agit de permettre lectivité en bon père de famille ne de vie, de leur société. C’estdans un cadre républicain, conju- pourront plus être cité en référen- cela qui crée la confiance.guer le droit a l’égalité et le droit a ce. Malheureusement peut être,la différence. Etre différent et vivre les bilans affichés ces dernières Jean François Lafontaineensemble à égalité de droits. semaines vont desservir certains 29 juin 2009 candidats.Le déroulement de ce processusde décolonisation est aussi fonc- La confiance reposera sur celuition la capacité de la classe poli- Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 5. Discours de Serge Letchimyà l’aéroport le 26 juin 2009 en MartiniqueMonsieur le Président de la République, cher docteur aliker ,mr le ministre, madame laministre ,mr le président de la région, mr le président du département, mesdames et mes-sieurs les élus, madame la député c. Taubira, monsieur le maire de pointre à pitre, jacquesbangou, chers amis…. Pourtant, me contredira –– ce que nous c’est dans sommes en train de faire en ce cette famille, moment n’aurait pas plu à celui et c’est dans dont l’anniversaire nous ras- cette obscu- semble aujourd’hui. Aimé re colonie, Césaire ne se contentait pas de ne pas aimer les hommages, il les détestait, et quand cela lui était possible, il s’en écartait résolument. Et donc, s’il est certain que son esprit flotte sur chaque arbre, chaque fleur, chaque grain de terre de ce pays, j’imagine qu’il a dû26 juin 1913. aujourd’hui s’éloigner de ce qu’apparaîtra celui qui allait lieu, et qu’il doit en ce momentÀ Basse Pointe. devenir un des poètes les plus se tenir du côté de la presqu’île déterminants du vingtième de la Caravelle, ou sur lesDans une famille de sept siècle : Aimé Fernand David flancs de la montagne Pelée oùenfants. Césaire. notre ancien député-maire aimait à marcher en silence.Le père est employé aux Une telle émergence demeurecontributions indirectes, la inexplicable. Elle relève de ces C’est pourquoi M. le Président,mère est couturière. miracles qui surgissent du souffrez que nous soyions res- plus profond des déshumani- pectueux de cette humilité quiAutour de cette famille : la sations, et qui donnent, à tous Arnaud René-Corail nous fas- fut la sienne, et quemisère des champs de cannes ceux qui se battent pour un sions en sorte que son esprità sucre, la malnutrition, les monde meilleur, le courage revienne ici, avec nous, parmifièvres, l’exploitation et le d’espérer et la force nous, et qu’il trouve dans cetteracisme... d’entreprendre. cérémonie ce à quoi il avaitTous les maux qui caractéri- toujours aspiré. Non pas la Seulement, tous les martini- louange ou la célébration d’unsent les colonies de cette quais le savent –– et ce n’est homme, mais la louange et laépoque. pas le cher docteur Aliker qui Abonnez-vous au Progressiste Abonnement annuel : 50 euros - Abonnement de soutien : 60 eurosNom : ………………………….………………………………………………………………Prénom : …………………………….…………………………………………………………Adresse : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Libellez vos chèques à l’ordre du PPM et renvoyez V otre coupon à l’adresse suivante : Parti Progressiste Martiniquais. Ancien Réservoir de Trénelle 97200 - Fort-de-France.
  • 6. célébration d’un d’une nouvelle humanité. surtout, et je cite : « comme un combat, d’une coeur en réserve ». Il savait que conscience, et, pour tout Apôtre inégalé de la dignité de ce haut lieu de civilisations et dire, en ce qui nous concerne l’homme noir, Aimé Césaire a de cultures, ce berceau desici en Martinique, d’une exigen- toujours eu la volonté de humanités, cette source de lace. dépasser le présent, de conju- conscience et de la pensée, rer le passé de douleur et de représente une grande part deEn nous battant pour que le haine, et de transformer toute la l’avenir du monde. Et face ànom d’Aimé Césaire devienne ferveur disponible en grand l’aveuglement occidental quicelui de notre aéroport, et donc levain d’une liberté qui serait n’y voyait que désastre, immo-en le plaçant comme étendard offerte à tous. Dès lors, ses bilisme, éjection de l’histoire,de notre pays sur toutes les choix et son combat, ont tou- famines ou corruptions,cartes de navigation du monde, jours été situé dans la perspec- Césaire avait la clairvoyance denous avons choisi de symboli- tive d’un Universel où tous les proclamer que la situationser non seulement un combat, peuples de cette planète, apparente des Afrique était sur-mais de nous imposer à nous- connaîtraient une harmonie tout le signe d’une dominationmêmes le rappel incessant d’un capable de se réunir dans un et d’un écrasement devenuscontrat. Et ce contrat que nous même mouvement de conscien- invisibles aux yeux même deavons passé avec Césaire, avec ce. Mais une harmonie capable ceux qui les mettent en œuvre,son oeuvre, avec son engage- aussi de respecter les identités et qu’il n’y avait donc là aucunement politique, et avec sa propres de chaque peuple, de fatalité, aucune damnationmémoire, est celui d’un plus de chaque être porteur d’une his- ontologique dont serait victimeliberté, d’un plus de dignité, et toire, d’une culture, d’une digni- l’homme africain.en finale, pour tous les dominés té, la dignité humaine.tout autant que pour les domi- Alors, ce port aérien où lesnants, d’un plus C’est cette vision prophétique avions se succèdent, où tant ded’humanisation. D’Aimé Césaire, qui pour nous , consciences se croisent et se s’érige plus que jamais en sour- rencontrent, doit être considéréJe veux ici solennellement ce d’inspiration et en appel au comme un lieu de pollinisation,remercier ceux et celles qui ont dépassement. un lieu de semailles et depermis que cette démarche de fécondations. Il est donc infini-reconnaissance soit aujour- Ainsi, dans cet aéroport, le ment précieux qu’il soit mainte-d’hui une réalité : d’abord le monde viendra vers nous par nant inauguré de telle sortegrand docteur Aliker, les Aimé Césaire, et nous irons qu’il invoque, par la seule vibra-membres du dernier conseil vers lui par Aimé Césaire. tion du nom d’Aimé Césaire, unmunicipal à l’origine de cette monde plus juste, un monde Mais Césaire disposait d’unedemande, les institutions plus équitable, et surtout plus éthique tellement clairvoyantelocales, le peuple martiniquais. complet grâce aux forces insti- que dans ce monde –– qu’il neJe tiens aussi, monsieur le tuées, restituées, honorées, de perdit jamais de vue, même auxPrésident, à vous remercier l’Afrique et des peuples oppri- moments les plus douloureuxpour votre implication person- més du monde… de ses luttes –– il délimitait unnelle – vous étiez à ce moment espace, la Martinique, il distin-Ministre de l’Intérieur -- pour C’était là un des termes du guait un continent, je diraislever les obstacles d’une admi- contrat. même : il désignait une espé-nistration peu consciente de rance majeure : l’Afrique. Césaire disait « j’habite unel’importance de cet hommagedu peuple martiniquais à un blessure sacrée... j’habite une Césaire privilégiait l’Afrique.homme d’exception. soif irrémédiable ». Il a tenu à Il espérait l’Afrique. ce que cette plainte soit inscriteNous avons voulu que ce nom sur sa tombe. Les significationsdevienne le trait d’union entre Il prophétisait l’Afrique. du moindre vers de Césaire nenous et le monde, pour souli- sont jamais simples, jamaisgner à quel point cet immense S’il y avait là une conquête univoques, et l’exégèse peutpoète, chantre de la négritude audacieuse des origines, et demeurer ouverte.peut être source d’inspiration l’affirmation d’une identité dont la source était nègre, il y voyait Seulement, j’ai la faiblesse d’y Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 7. semblances est pré- cieux, mais savoir le faire autour de nos différences est fondamental ! C’est pourquoi Aimé Césaire fut un défenseur acharné de l’Autonomie Une République Unie, riche de peuples et de diversités, est la France nouvelle, la France d’un autre commencement ! Une Martinique, assumant désormais pleinement ses responsabilités dans un cadre républicain où l’autonomie n’est point l’ennemi deentendre ceci : le chantre de nements de février, le peuple l’égalité des droits, est latoutes les libertés humaines, martiniquais en son entier a Martinique d’un autre com-ce fervent promoteur de exprimé son mal-être, son mencement !l’Autonomie, est mort dans malaise, son désir de sortir de C’est cette Martinique nouvel-une terre, sa terre, dans un cette vieille blessure, et de le et responsable qui appellepays, son pays, encore sans pouvoir d’une manière ou cette France nouvelle !responsabilité, encore dénué d’une autre agir son destin.de toute possibilité d’initiative Mais il existe deux opposi-et d’action sur sa propre desti- Ce moment est venu. tions binaires qu’il nous fautnée. Avec ses « armes miracu- dépasser. Face à la crise mondiale, plusleuses » et son engagement rien ne peut être commepolitique, Césaire a été La première est celle d’une avant, vous l’avez dit.l’homme de tous les combats. intégration passive, la deuxiè-Et, inlassablement, dans les Face à la profonde crise que me est celle d’une dissocia-rapports de force toujours connaissent nos sociétés, les tion non solidaire1. La fameu-incertains, toujours défavo- orgueils ont besoin de se accusation de vouloir lerables de sa vie parlementaire, s’apaiser, les excès de vertica- beurre et l’argent du beurre…il n’a cessé de réclamer cette lité doivent être abolis, et — Comme si le prix d’une auto-responsabilité qui nous c’est mon point de vue — la nomie était d’abord une sanc-manque encore, cette autono- Constitution française ne tion égoïste, qui méconnaîtraitmie dont l’absence et la pourra rester longtemps tout le passé de ces généra-nécessité constitue en chacun insensible et immuable face tions de nos ancêtres qui ontde nous une sacrée blessure, aux aspirations légitimes de enrichi et la France etune soif irrémédiable. reconnaissance et de dignité l’Europe, qui méconnaitrait le de nos peuples – sacrifice de milliers d’entreCette blessure est la part la eux pour faire obstacle auplus vive, pour ne pas dire la Aimé Césaire avait compris nazisme- hier la république aplus urgente, du contrat qui que le plus précieux pour réparée une injustice par uns’impose à nous. Je ne suis l’humanisation de l’homme acte de reconnaissancepas le seul à en avoir était de toujours accorder un envers les dissidents, ceuxconscience. Tous –– chaque soin attentif aux différences qui sont encore vivant -! Unemartiniquais, chaque parti et, par là-même, de vivre plei- sanction égoïste qui ignoreraitpolitique, au-delà des diver- nement la diversité — une cette richesse maritime, cettegences de vues et de diversité qui libère les intelli- biodiversité, ces talents litté-méthodes –– tous, exprimons gences, les initiatives, les res- raires, scientifiques, sportifs,la volonté unanime d’effacer ponsabilités. Pouvoir se ras- et ces ferveurs qui participentcette blessure ! Lors des évé- sembler autour de nos res- depuis si longtemps du rayon- Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 8. OUI, nement et filles, lorsqu’elles de la richesse iront s’incliner sur sa nous pouvons agir de la France. tombe dans les années qui viennent, La Martinique auto- !!!!!!!!!!!!!!!!! puissent lire autre- Anome appelle à une ment le poème quiFrance solidaire ! Et s’y trouve. Il estdans le creuset de temps de faire encette solidarité nous sorte que « la blessu-nommons aussi la l’heure où le Président de la République re sacrée », « la soifdignité, le droit au s’en va vers d’autres cieux, c’est un sen- irrémédiable », nedéveloppement local, concerne plus la timent de grande fierté qui m’anime. Lale droit à la différen- Martinique, mais fierté d’être Martiniquaise et de prendre active-ce, notre capacité à qu’elle symbolise les ment part dans l’avenir de mon pays.auto instituer nos autres préoccupa-significations struc- tions de Césaire : son L’heure de nous même a sonné ! Et nous devonsturantes et nos désir d’Afrique, son tous en être conscients ! Oui, nous sommesrègles. exigence d’un monde capable de créer, de produire, de gérer ………… plus juste, sa volonté de réfléchir. Et c’est ensemble que nous devonsNous appelons à une construire, nous construire mais chacun doit être de voir disparaître lenouvelle éthique du conscient de ses forces mais aussi de ses fai- capitalisme de préda-progrès. Une nouvel- blesses. Certes, notre plus grande peur, c’est tions avec toutes sesle éthique du déve- nous mêmes. Mais il faut accepter de se regar- virulences finan-loppement. der dans un miroir et se dire oui « Nous pouvons cières... Tous cesSi dans mon pays maux dont la liste », « Yes, We can ».des divergences serait interminableexistent sur les font, qu’aujourd’hui, Il est fini le temps où l’on pensait que l’autremodalités et la portée nous habitons plus était mieux que nous sous prétexte qu’il avait lade notre évolution, que jamais une bles- peau plus claire. L’autre n’est pas plus capableretenez surtout M. le sure sacrée, un que nous de gérer nos propres affaires.Président, que nous monde en souffrancesommes unanimes où la faim progresse, Le chantier des mois à venir est un chantier dif-sur cette nécessité où la misère augmen- ficile et pénible où chacun doit se persuader qu’ild’un engagement te, où la malnutrition peut agir pour lui et pour son pays. Certes, lesdans un processus fait des ravages, où lendemains seront peut être moins certains maisde responsabilisa- la biodiversité ce seront des lendemains que nous aurons choi-tion, qui n’est ni s’effondre, et où sis pour nous et pour nos enfants. Certains indi-l’indépendance, ni le l’espèce humaine vidus seront peut être inquiets, tristes, angois-statut quo.. active sa propre sés ou encore déçus parce qu’ils seront moins perte. assistés, mais c’est comme cela que l’on gran-Cela appelle de la dit. Il faut prendre des risques et les assumer.part de la France une Il est temps d’œuvrer Malheureusement, l’autre ne sera plus respon-grande et courageu- à l’avènement de cet sable de nos échecs. Nous serons respon-se décision politique. autre monde que sables de nos échecs et de nos victoires. Il faut Césaire devinait ! en être persuadé car il y en aura !Cela appelle de lapart de la Martinique La Martinique auto- nome est prête à y Le chemin sera difficile mais c’est le prix deun effort de dépasse- prendre toute sa notre liberté, celle d’agir, de faire et de penser.ment et de lucidité part ! Et cela n’a pas de prix. La dignité et la fierté desans précédent. l’homme n’ont pas de prix !Il est temps d’effacer Serge LETCHIMYla blessure qui a tantfait souffrir Césaire. Linda ZAIREJ’aimerais que mes Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 9. Karl PAOLO :Les nouveaux venus à l’autonomieJ 1 juillet 2009 e ne sais pas si le MIM mie contre la France et promoteurs de cette loi et les FMP sont deve- contre l’Europe. dont nous assumons et nus autonomistes. Construite à partir du socle revendiquons l’héritageTout le monde peut chan- créé par la loi d’assimilation, que nous sommes fondésger et il n’y a pas que Saint fécondée par les luttes à proposer auxPaul de Tarse qui ait menées inlassablement par Martiniquais une autono-emprunté un jour le des milliers de Martiniquais mie taillée à notre mesure“Chemin de Damas”! Mais tout au long de ces 60 der- et non une autonomieau moins ce dernier a eu nières années, notre autono- “prêt à porter politique”l’honnêteté de proclamer mie veut aller au delà de ce qui ne correspond ni à cequ’il avait eu la révélation. que la départementalisation que nous sommes ni à ce a permis de faire. que nous voulons!J’ignore sur quel chemin lePrésident du MIM et ses Etre pour l’autonomie aujour- Notre autonomie est bâtieamis se sont convertis à d’hui comme hier, ce n’est sur l’égalité des droits et lal’autonomie ni même si cette pas pour nous une manière solidarité nationale contenueconversion est sincère! de corriger une erreur qui dans la départementalisationQuant aux FMP qui, il y a aurait été commise en 1946, et qui a permis à notre payspeu, défendaient le statut ce n’est pas une manière de et à son peuple d’être ce qu’ilquo, que dire de leur conver- réparer une faute! Il n’y a eu est aujourd’hui. Nous vou-sion? ni erreur, ni faute et nous lons conserver ces acquis attendons sereinement ceux tout en ayant les moyens deFaisons leur crédit et nous qui voudraient nous apporter décider de notre futur.verrons à l’usage. la démonstration contraire! La loi d’assimilation de 1946 Leur autonomie a la préten-Mais leur autonomie est-elle tion de réécrire l’histoirevraiment la nôtre, celle que la que Césaire, son rapporteur, saluait comme une grande depuis 1946, de corriger unegauche démocratique a prétendue erreur voire deporté sous les quolibets et victoire de la classe ouvrière dans un télégramme adressé réparer une faute qui n’existeles insultes durant des que dans leur esprit, celle deannées, celle que les nou- à son parti, la Fédération Communiste de la ne pas avoir revendiquéveaux convertis du MIM, l’indépendance comme lesdevenu MAM (Mouvement Martinique, est avant tout une loi résultant d’un mouve- autres pays sous dominationpour l’Autonomie de la coloniale, au risque de nousMartinique) traitaient de nou- ment social qui revendiquait l’égalité des droits, ce dont faire faire un grand bondvelle droite! ……… en arrière!!!!! s’inspirent aujourd’hui ceuxNotre autonomie est conçue qui réclament la mise en C’est là le clivage entrepour apporter un mieux être place d’une véritable conti- leur autonomie et la nôtre!aux Martiniquais, c’est une nuité territoriale.autonomie en union avec la Karl PaoloFrance et donc dans Et c’est parce que nousl’Europe et non une autono- sommes les héritiers des Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 10. KOUTT ZEPON exigeant avec vous. Il rêve d’une relève qui n’arrive pas, il est fatigué et l’âge se fait sentir. Alors, à peine terminé le gratin, pois rouge – coq au vin, au boulot, les gars ! QUAND PAULO GABOURG NOIRCIT LES PAGES DE FRANCE ANTILLES Pauv’ Paulo ! Pauv’ Boug ! Depuis que tu as quitté leAU CLUB ATV : LA COLE- LE MIM PREND DES grand Parti d’Aimé CésaireRE DE MARIE-JEANNE FORCES AVANT …. pour le MIM, cette grande L’INSTANT DE VERITE mystification de la dernièreIl a frôlé la crise cardiaque moitié du 20ème siècle, rienface à Patrice Louis qui ani- Grand banquet à Rivière- ne va plus. Tu nous avaismait en sa présence la der- Pilote dimanche dernier. 31 habitués à mieux à Trénelle.nière du Club ATV. Frôlé, je (!!!) ans d’existence, cela se Tu nous avais habitués à unvous jure. En effet, fête. Et pourquoi pas autour certain sens de la réflexionl’animateur de l’émission lui d’un bon repas. La tâche politique. Depuis, tu t’es,faisait part d’une confidence sera rude pour faire croire au comme eux, drapé du grandde son tout nouveau copain peuple, qui heureusement linceul de la mauvaise foi.Lise. Ce dernier avait annon- n’est pas dupe, que son Un article fielleux, égrillard,cé, tout doucement dans un salut réside dans cette orga- rancunier et de plus men-couloir qu’il « fallait mettre nisation précipitée sur fond songer « pondu » pour leune digue autour du 74 ». d’article 74 récemment courrier des lecteurs deSage précaution que nous adoptée par une majorité France-Antilles narre un trucpartageons tout à fait. ( !!!). Alors, on prend des « tchou pou têt », perlé deL’invité se sentant largué par forces et le chef, tout en ava- hors sujets et de horsson compère n’a pas pris la lant précipitamment deux contextes. Quel désastre !blague et est rentré dans bouchées, avoue à la camé- Quelle horreur ! Mais on seune colère…grave. Eh bien, ra d’ATV sa pré-déception de console très vite à l’idéeChabin, si on avait un voir que la consultation pour- qu’au royaume de la médio-conseil à te donner, il serait : rait se tenir en décembre crité, « qui se ressemble,« prends tes précautions, car prochain. Trop précipité à s’assemble !!!». Pauv’ Paulo,c’est un spécialiste. Ce qu’il son goût ! Pas le temps de Pauv’ Boug ! Bon voyage,dit devant, ce n’est pas ce semer ici et là, fêtes, camarade !qu’il dit derrière et trahir les chèques, mensonges et illu-siens ne lui pose aucun pro- sions. Il lui faut plus deblème ». A bon entendeur, temps. A l’équipe (pas trèssalut ! rajeunie d’ailleurs…), prenez donc des forces, semblait-il leur dire, car le Chef sera Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 11. SOCIAL Par Daniel COMPERE OUI, LA MISERE COMME PAUVRE EN MARTI- ont-elle bien utilisé tous les AUGMENTE NIQUE, déclarait dans leviers permettant la création EN MARTINIQUE ! « France-Antilles » du 3 juillet d’activités et donc de richesse, Georges PARA, directeur de même relatives ? l’INSEE. 2O% de pauvres, cela « Il me semble que la misère signifie une aggravation du LE CONTRAT URBAIN DE serait plus douce au soleil », chômage, une diminution des COHESION SOCIALE de la chantait en substance, il y a revenus, des prestations Ville de Fort-de-France propo- longtemps, le talentueux sociales au ralenti, davantage se en juillet des projections Charles Aznavour ! Cette phra- de travailleurs arrivant tout cinéma en plein air gra- se m’a toujours déplu car juste à (mal) subsister… La tuites selon le calendrier sui- reproduisant le cliché dou- Guadeloupe (18%) et la vant : douiste et colonialiste du Guyane (26.5%) ne sont évi- Jeudi 9 juillet : Plateau sportif « paradis tropical » où il fait demment pas mieux loties que de la Cour Fruit à Pain = bon vivre…sans travailler. nous…et que l’Hexagone « Slumdog Millionnaire » (13%). Samedi 18 juillet : Plateau Une dernière production de Il faut bien pointer du doigt les sportif de Volga Plage = l’INSEE (Institut National de la responsabilités, au premier « Aliker » Statistique et des Etudes rang desquelles celle de l’Etat : Samedi 25 juillet : Ecole Economiques) vient confirmer N’est-il pas en charge des poli- Marcel Placide = Madagascar ce que nous savions confusé- tiques publiques, et particuliè- 2 ment : pauvreté et précarité rement de l’emploi ? Mais nos Jeudi 30 juillet: Place de sont loin d’épargner notre collectivités locales, qui se Langellier Bellevue = “Twilight” pays : UNE PERSONNE SUR « coltinent » tous les jours les CINQ EST CONSIDEREE doléances des Martiniquais, Abonnez-vous au Progressiste Abonnement annuel : 50 euros - Abonnement de soutien : 60 eurosNom : ………………………….………………………………………………………………Prénom : …………………………….…………………………………………………………Adresse : ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Libellez vos chèques à l’ordre du PPM et renvoyez Votre coupon à l’adresse suivante : Parti Progressiste Martiniquais. Ancien Réservoir de Trénelle 97200 - Fort-de-France. Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 12. CONSEIL GENERAL DU 2 JUILLET : NOS PROPOSITIONS. PAR Johnny HAJJARAu milieu, Johnny HAJJAR des 4 dernières années qui ont conduit le Département, 1er financeur public, moteur de l’action publique à la Martinique par son volume financier, dans cette voie sans issue. Ce qui est remis en cause, c’est la politique au coup par coup, pour X ou Y , sans cohérence globale, avec une absence totale de vision sur le moyen et le Les élus PPM se veulent passé de 240 Millions long terme, en utilisant des opposants construc- d’euros à 400 Millions l’aide sociale, dépense obli- tifs qui-contrairement à d’euros soit une augmenta- gatoire du département ce qu’affirment le prési- tion exponentielle de la comme « masque » de dent et sa majorité- ne se dette de près de 160 l’action du Département, content pas de critiquer. Millions d’euros en 4 ans, bouclier de l’exécutif et Ils souhaitent donc ne soit 60 % d’augmentation habillage parfait pour mas- pas être en butte à des sur ces 4 dernières années, quer l’insuffisance de fonds, commentaires ou des ça c’est un fait, une réalité le manque important voire épithètes méprisants et concrète. l’absence d’ idées et de désobligeants, mais être Malgré nos avertissements volonté politique. jugés sur la pertinence et nos propositions, aucune Compte tenu de la de leurs propositions écoute ne nous a été accor- réalité désastreuse et [NDLR]. dée. implacable d’absence de La conséquence marges de manœuvre de la Le budget supplémentaire immédiate a été, au niveau C o l l e c t i v i t é 2009 voté le 2 juillet 2009 financier, une capacité Départementale, il convient est dans la continuité des d’emprunter très faible et de définir des priorités et choix politiques traduits une capacité des urgences. dans le budget principal d’autofinancement quasi Pourquoi ne pas voté en avril 2009. nulle, ce qui a amené « une accepter de réaliser un La situation financière de la coupe sombre » sur de très audit financier du Collectivité Départementale nombreuses autorisations Département pour tout s’est considérablement de programmes mettre à plat avec un dia- détériorée sur les 4 der- d’investissements. gnostic financier précis qui nières années. Au niveau politique, permettrait de connaître par Entre 2005 et 2009, ce qui est remis en cause, le détail les points qui l’encours de la dette est ce sont les choix politiques posent problème et ainsi Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 13. Le Conseil Général en plénière l’INSEE indique 36 400 chômeurs et que les projections sont de 60 000 chômeurs. Je rappelle qu’il y a aujourd’hui 12 000 Très Petites Entreprises (TPE) en difficulté. Je suis très inquiet car il n’y a que la puissance publique et ses élus qui à force de volonté, d’anticipation, de mutualisa-proposer des solutions puis politique majoritaire fait lui- tion et de cohérence pour-établir un plan d’extinction de même partie de la majorité ront réduire les souffrancesla dette sur 20 ou 30 ans par de gestion du Département, des Martiniquais en soutienexemple ? et d’ailleurs avec lequel, il a aux Martiniquais eux-mêmes. Pourquoi ne pas établir pu être organisé 2 congrès Par exemple avec laun projet cohérent avec des en moins de 6 mois : Région Martinique ne serait-ilplans de financements plu- Créer, comme l’ont fait la pas opportun de mettre enriannuels qui permettraient Région et le Département de place un dispositifd’avoir une visibilité à moyen la Guadeloupe un Syndicat d’accompagnement et d’aideterme et qui se traduiraient mixte des routes pour mutua- financière sur 2 ans pour lespar des actions concrètes liser les moyens, faire des TPE Martiniquaises afinproduisant de la richesse et économies et gérer de qu’elles se maintiennent ende la valeur ajoutée, pas seu- manière optimale et cohéren- activité au moins avec leurslement financière ? te les routes dont personne salariés ? Par exemple, pourquoi ne reconnait les frontières et Par exemple, ne serait-ne pas décider de réduire les qui réglerait d’ailleurs en pas- il pas opportun avec ladépenses consacrées à la sant le problème des inter- Région comme partenaire degestion des routes notam- sections, carrefours entre proposer une relance de lament les dépenses liés au routes départementales et commande publique immé-« goudron » car le revête- régionales ? diate ?ment des routes est certes Par exemple, ne serait-important mais là on doit rai- Créer un plan de relance de il pas opportun avec l’Etat etsonner en priorités et en l’activité économique sur au la Région de demander auxurgence, pour pouvoir appor- moins 3 ans à court terme, banques de faciliter l’accèster ce financement vers la compte tenu de la conjonctu- aux crédits pour les TPE ; decréation d’activité qui permet- re de crise mondiale, hexa- créer un pot commun pourtrait de créer de l’emploi, gonale et locale qui s’ajoute à financer la création d’activitésdonc de réduire les dépenses nos difficultés propres, car donc d’emplois dans lesde RMI de la collectivité ? qui dit activité dit emploi dit domaines inscrits dans Pourquoi ne pas, en salaire et donc moins besoin l’Agenda 21 et le SMDE dontconcertation avec la Région de faire appel à des presta- on attend les applications etMartinique, collectivité parte- tions sociales ? retombées ?naire, dont le Mouvement Je rappelle que l’enquête emploi 2008 de P o u r q u o i Le Progressiste - Page 13 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 14. l’Etablissement taire prévoit en tout et pour condamnés à assumer Public foncier tant tout 106 000 euros pour la ensemble les conséquences demandé notamment par cessation d’activité soit 2 de la politique menée par notre groupe et voté par le transporteurs qui quittent la eux. Et pourtant ils refusent laConseil Général au dernier profession alors qu’il faut en main tendue pour travaillertrimestre 2007 donc depuis faire partir près de 200 et qu’il ensemble au redressementprès de 2 ans tarde t-il tant à faut réviser ce dispositif de notre collectivité dansse concrétiser ? compte tenu de nos l’intérêt de la Martinique et contraintes et de nos parte- des Martiniquais parce qu’ilsJe rappelle que cet outil per- naires potentiels. refusent d’entendre la cri-mettra de faire des réserves tique constructive alors qu’ilsde terres pour favoriser la Il n’a que des actions ponc- sont aux manettes et majori-construction de logements. tuelles, au coup par coup taires. Jusqu’à l’année 2000, sans cohérence, ni visibilitéavec la contribution active du globale, ni valeur ajoutée. Si nous intervenons,Conseil Général, il se Fred LORDINOT et moi-construisait 1 500 logements La réalité c’est que les consé- même, c’est parce que noussociaux par an. Aujourd’hui il quences désastreuses et les avons l’espoir un jour d’êtrese construit moins de 200 dettes ne sont pas pour les entendus, ou tout du moinslogements sociaux par an élus qui partiront en retraite que nos idées soient reprisesalors que la demande cumu- dans les 10 prochaines même si elles sont portéeslée est de près de 12 000 années mais pour les géné- par d’autres ; mais en toutdemandes de logements rations de moins de 40 ans, cas nous sommes certainssociaux. élus et citoyens. d’avoir la conscience tran- Alors que la quille de ne pas être desGuadeloupe continue aujour- Il faut absolument et complices silencieux, d’êtred’hui à construire plus de 1 fermement s’engager vers un en paix avec notre conscien-500 logements sociaux par projet viable, la mutualisation ce, de ne pas abdiqueran. des moyens, la cohérence devant nos responsabilités des politiques avec la Région de représentants du peuple, Pourquoi n’arrive t-on Martinique et l’efficacité, c’est d’avoir informé le peuple depas aujourd’hui à mettre en notre seule chance. la réalité et d’avoir tout tentéplace un véritable transport afin de contribuer àpublic de personnes sur toute Mais la stratégie de l’amélioration du quotidienla Martinique ? l’exécutif du Département est des Martiniquais. Je rappelle que le vraiment très intelligente :Département de la maintenir la dépendanceGuadeloupe a mis en place sociale pour tenir l’électeur àun vrai Transport public inter- sa portée, maintenir la Johnny HAJJARurbain de personnes depuis dépendance politique desplus de 2 ans. élus pour tenir ces derniers et Nous n’arrivons même les maitriser.pas à regrouper les transpor-teurs alors que les solutions A ce jeu, aujourd’hui, ilsont là !!! n’y a plus de marge de Le budget supplémen- manœuvre et nous sommes Le Progressiste - Page 14 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 15. CULTURE :2e semaine du Festival de Fort de France Le Progressiste - Page 15 - Mercredi 8 Juillet 2009
  • 16. Le Festival en images…Danse indienne Sur le nouvel espace du Parc A. Césaire Initiation Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates COMITÉ DE RÉDACTION : qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Jeannie DARSIERES Didier LAGUERRE Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Ancien Réservoir de Trénelle Laurence LEBEAU Fort-de-France. Daniel RENAY Directeur de la Publication : Daniel COMPERE Serge SOUFFLEUR 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Victor TISSERAND Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 - Site Internet : www.ppm-martinique.net Email : d.compere@ool.fr N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 16 - Mercredi 1er Juillet 2009