Le guide du militant progressiste
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Le guide du militant progressiste

on

  • 3,788 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,788
Views on SlideShare
3,788
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Le guide du militant progressiste Presentation Transcript

  • 1. Mise à jour avril 2010 Parti Progressiste Martiniquais "Autonomie pour la Nation Martiniquaise" LE GUIDE DU MILITANT
  • 2.
    • Cher(e) nouvel adhérent, Cher(e)  camarade ,   Bienvenue au Parti Progressiste Martiniquais !
    • Vous avez pris une décision importante , non seulement pour  vous, mais aussi pour nous, car votre présence , votre adhésion viennent renforcer une équipe, une dynamique. Je souhaite que vos réflexions, vos idées et votre force de travail permettent de servir le Parti selon l’éthique, la fidélité et le courage que demande tout engagement politique.
    • Le choix de contribuer à conduire la Martinique vers une Autonomie , se traduit d’abord par une attitude individuelle de responsabilité et de prise de conscience d’un chemin difficile à parcourir, mais le seul qui puisse faire de nous des hommes et des femmes fiers de nous même, refusant d’être  « le jouet sombre au carnaval des autres… ».
    • Avant vous, des aînés ont travaillé, souvent au prix de terribles  sacrifices, afin que nos valeurs soient comprises et reconnues : là, le PPM a gagné, car ses valeurs ont été souvent reprises par d’autres …mais c’est aussi là notre fierté !
    • Aujourd’hui vous avez choisi à votre tour de continuer , avec nous, l’œuvre du père fondateur Aimé CESAIRE. Merci d’être parmi nous, d’avoir choisi d’être acteurs de votre histoire et ayons «…la force de regarder demain… »    Bon travail.     Serge LETCHIMY
    Le Mot du Président
  • 3.
    • L’histoire du Parti en quelques dates……………………….. 4
    • Le mot d’ordre du Parti…………………………………......... 8
    • Les Droits et devoirs du militant…………………………….. 9
    • Les instances du PPM………………………………...…….. 10
    • Le mode de désignation des instances………………......... 11
    • Le Bureau Politique (sa composition)………………………. 12
    • Les autres membres du Comité National…………………... 13
    • L’organisation des commissions…………………………….. 14
    • La commission communication……………………………… 15
    • La commission organisation interne et développement….. 16
    • Vos contacts…………………………………………………………….17
    • Bibliographie…………………………………………………… 18
    Sommaire
  • 4.
    • Quelques dates essentielles :
    • 24 octobre 1956 : Lettre d’Aimé Césaire à Maurice Thorez : il quitte le Parti Communiste Français. On peut dire que le PPM est en conception.
    • Fin octobre 1956 : Constitution d’un Comité Provisoire « Aimé Césaire » présidé par Pierre Aliker, qui organise la riposte aux attaques des adversaires communistes.
    • 22 novembre 1956 : Discours de la maison du sport . Césaire, devant le peuple rassemblé, argumente sa démission et répond aux accusations de trahison à la Classe Ouvrière.
    • 10 février 1957 : Aimé Césaire, qui a démissionné de son mandat de Maire de Fort de France, est réélu triomphalement.
    • 21-22-23 mars 1958 : Congrès constitutif du PPM . : Césaire présente son rapport « pour la transformation de la Martinique en Région dans le cadre d’une union française fédérée ». Secrétaire Général : Ernest Louis-Joseph-Dogué.
    • 05 avril 1958 : Parution du premier numéro du journal « Le Progressiste ».
    • Avril 1958 : Césaire et Aliker sont élus conseillers généraux de Fort de France.
    • Septembre 1958 : A l’Hôtel de Ville de Fort-de-France, Césaire accueille A. Malraux, Ministre de l’Information du gouvernement de De Gaulle. Il vient présenter le projet de Constitution de la Ve République. Césaire réclame des franchises locales. Devant les assurances du Ministre, homme de confiance du Général, Césaire recommandera le vote « OUI » au projet de Constitution.
    • 20-21-22 Décembre 1959 : Emeutes à Fort de France. Couvre feu. Le Conseil Général, réuni extraordinairement, vote, le 24, une motion demandant au gouvernement d’entamer des pourparlers « pour modifier le statut de la Martinique en vue d’obtenir une plus grande participation à la gestion des affaires Martiniquaises ». Césaire est rentré à la Martinique et a contribué à ce vote et à cette position.
    • 24 mars 1961 : lors d’une grève au Lamentin, 3 jeunes travailleurs sont tués par les forces de l’ordre.
    • 25 mars 1961 : Césaire écrit dans « Le Monde », « Crise dans les départements d’outre-mer ou crise de la départementalisation ? » Il conclut à la nécessité d’une révision urgente du statut. Cet article sert de prétexte à la division du pays en départementalistes-intégristes et en autonomistes-indépendantistes.
    • Juin 1961 : Camille Darsières est élu au Conseil Général.
    • Février 1963 : Arrestations de jeunes de l’Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste Martiniquaise (O.J.A.M). Le PPM. prend position pour les 17 traduits devant les Tribunaux. Césaire témoigne au procès. Celui-ci se terminera le 25 Avril 1964 devant la Cour d’appel de Paris : Armongon, Désiré, Florent, Lamote, Lessort seront condamnés à des peines de prison avec sursis.
    L’histoire du Parti en quelques dates
  • 5.
    • 27 février 1967 : 2ème congrès – restructuration du PPM. Pierre Blanchard est désigné secrétaire général.
    • 12 et 13 août 1967 : 3ème congrès du PPM. Suite à son Rapport politique démontrant l’existence d’une Nation Martiniquaise, Rodolphe Désiré est élu secrétaire général et le PPM adopte le mot d’ordre « Autonomie pour la nation martiniquaise ». .
    • Mai 1967 à mars 1968 : affaire du GONG, réplique, en Guadeloupe, de l’O.J.A.M. Le PCG refuse de soutenir les jeunes guadeloupéens; ils le sont, en Guadeloupe, par le Groupe « La Vérité », et à la Martinique par le PPM qui participe à la défense des frères guadeloupéens par des meetings en Guadeloupe et par la défense au procès. Césaire témoigne..
    • 23 mars 1968 : Le PPM. a dix ans : manifestation au Siège du parti.
    • Avril 1969 : Le PPM. dit non au référendum sur le projet de régionalisation de De Gaulle, et prône la Grande Région Antilles-Guyane.
    • Mai 1969 : En France, la gauche est désunie, le PPM. s’abstient de participer aux élections présidentielles.
    • Mars 1970 : Election au Conseil général, de Arthur Régis et Henri Fidat succédant à Césaire et Aliker qui ont fait choix de ne pas se représenter.
    • Septembre 1970 : 4ème Congrès : Camille Darsières est élu secrétaire général. Le Comité National décide de promouvoir l’Histoire de la Martinique.
    • Avril 1971 , le PPM. prend l’initiative de commémorer la libération des esclaves le 22 mai, dont il préconise d’œuvrer à en faire un jour férié .
    • Août 1971 : Convention du Morne Rouge à l’initiative du PPM – mot d’ordre d’autonomie pour les 4 départements d’outre mer.
    • Janvier 1972 : manifeste de Trénelle dont le PPM veut faire la déclaration commune de toutes les formations anti-colonialistes y compris les indépendantistes.
    • Mars 1973 : campagne des législatives; le PPM la fait sur le mot d’ordre de « La parole au peuple », avec, dans le Sud, une alliance avec Marie-Jeanne, candidat titulaire à la députation, Désiré étant suppléant. C’est un échec cuisant. Le PPM fait publiquement son auto critique.
    • Juillet 1973 : 5ème congrès : Camille Darsières est réélu secrétaire général. Le mot d’ordre sur le plan économique : « Martiniquais sauvons notre sucre ».
    L’histoire du Parti en quelques dates
  • 6.
    • 22 mars 1964 : CESAIRE reçoit De GAULLE à la Mairie et développe l’émancipation du Peuple Martiniquais.
    • Mai 1974 : Le PPM soutient le candidat unique de la gauche aux élections présidentielles.
    • Novembre 1974 : Le PPM accueille François MITTERAND à Fort de France.
    • Mai 1975 : création de la fête du PPM.
    • Juillet 1976 : 6ème congrès : bilan de l’action – renvoi des travaux à juillet 1977.
    • Juillet 1977 : 7ème congrès : Camille DARSIERES est réélu secrétaire général. Maintien du mot d’ordre d’autonomie et d’une direction collégiale.
    • Octobre 1977 : le PPM lance un appel pour un sursaut national.
    • Février 1978 : Michel RENARD se présente à la députation contre CESAIRE. Il investit la place de la Savane avec des sbires. Un « gros bras » du « service d’ordre » de RENARD, JALTA, est tué.
    • Mai 1978 : le Parti Socialiste Martiniquais de Claude LISE intègre le PPM.
    • Décembre 1978 : le PPM ne participe pas au colloque gouvernemental confidentiel initié par M. DIJOUD.
    • Février 1979 : le secrétaire général appelle à la vigilance sur la question du « génocide par substitution ». Camille DARSIERES est brillamment réélu aux cantonales.
    • janvier 1980 : Démission d’Arthur REGIS du Conseil Général. Il critique la frilosité du Parti à aller à l’Indépendance. Aux élections partielles ouvertes alors, Claude LISE est le nouveau conseiller PPM.
    • Juillet 1980 : 8ème congrès : Camille DARSIERES est réélu pour la quatrième fois – mot d’ordre « Autonomie pour la Nation Martiniquaise, étape de l’histoire du peuple martiniquais en lutte depuis 3 siècles pour son émancipation définitive ». Projet de société autogestionnaire et reconnaissance du droit de tendances.
    • Mars 1981 : Le comité national soutient le candidat socialiste F. MITTERAND.
    • 10 Mai 1981 : GISCARD est majoritairement choisi par les Martiniquais. MITTERAND a, de justesse, la majorité à Fort-de-France
    • 11 mai 1981 : le comité national prend acte du vote de la peur du peuple Martiniquais à qui l’on a fait croire que Mitterrand c’est l’aventure et décide de donner la « priorité au plan de survie économique ».
    • 29 mai 1981 : discours de Césaire qui présente la décision du comité national comme un « moratoire » .
    • Juin 1981 : Réélection de A. Césaire aux législatives.
    • 27 juillet 1981 : Césaire, dans le débat sur la décentralisation, fait part aux amis socialistes de ses regrets qu’ils n’aient pas réservé à l’outre-mer un « statut particulier » qui tienne compte de ses « spécificités ».
    • Février 1982 : 9ème congrès, à une écrasante majorité, le congrès approuve les positions adoptées par le Comité National. Réélection de Camille DARSIERES.
    • Mars 1982 : Elections cantonales : le PPM s’affirme le 1er parti de la Gauche Martiniquaise.
    • … .
    L’histoire du Parti en quelques dates
  • 7.
    • 1 er -2 Mai 1982 : à Paris, avec les forces de Gauche de la Convention du Morne Rouge, le PPM va proposer au gouvernement (MEDETOM, Ministère de l’Intérieur, Conseiller de l’Elysée pour l’outre-mer) que Département et Etablissement public régional devenu , de par les lois de décentralisation, une collectivité régionale, fusionnent en une collectivité unique et une assemblée unique.
    • 29 septembre 1982 : Césaire est Rapporteur du projet de Loi sur l’assemblée unique, qui est votée par le Parlement, mais déférée par la Droite au Conseil Constitutionnel.
    • 2 décembre 1982 : le Conseil Constitutionnel déclare la Loi sur l’Assemblée unique contraire à la constitution.
    • 31 décembre 1982 : loi créant les Conseils Régionaux d’outre-mer
    • Mars 1983 : premières élections des collectivités régionales d’outre-mer. Le PPM, Césaire tête de liste, obtient 12 sièges, la Fédération socialiste 5 sièges, le PC 4 sièges. Césaire est élu Président du Conseil Régional.
    • Septembre 1986 : Rodolphe Désiré est élu Sénateur.
    • 1988 : la Gauche au Conseil Général, à une voix près, est majoritaire. Claude Lise est élu premier Vice-Président.
    • 1992 : Au Conseil Régional, la Gauche arrive à égalité de voix avec la Droite. Darsières, Président sortant étant moins âgé que le candidat de la Droite, Pierre Petit, s’efface au profit du communiste Emile Capgras, ce qui assure la poursuite de la Présidence de Gauche de cette Assemblée.
    • 1992 : les élections cantonales confortent la majorité de Gauche du Conseil Général. Claude Lise est élu Président.
    • 1993 : Césaire renonce à se présenter à la députation. Darsières est élu député.
    • 1995 : Claude Lise est élu Sénateur. Rodolphe Désiré est réélu.
    • Mars 1999 : Darsières quitte le Secrétariat Général du Parti. Le PPM compte alors trois parlementaires, détient la Présidence du Conseil Général, est à la tête des municipalités, outre de Fort-de-France, du Marin, de Sainte-Luce, du Carbet, de Bellefontaine.
    • 2001 : Césaire ne se présente pas aux municipales. La liste conduite par Serge Letchimy, en tête au premier tour, obtient, au second 17.618 voix distançant ainsi celle conduite par Marie-Jeanne (12.209) de 5.409 voix….
    • Le XVIIe Congrès (Juin-Octobre 2005) fait de Aimé Césaire et Pierre Aliker les Président s honoraires.
    • 2008 : 17 avril 2008 Décès d’Aimé Césaire, fondateur du Parti Progressiste Martiniquais.
    • 26 juin 2008 Commémoration de la date d’anniversaire d’Aimé Césaire.
    • 2010 : Elections - janvier 2010 - victoire de la position du PPM : les martiniquais approuvent la mise en place de la collectivité unique et rejettent l’article 74 de la constitution
    • Mars 2010 – Régionales : Serge Letchimy est élu président de la Région Martinique le 26 mars 2010
    • Pour des renseignements sur la participation active du PPM aux luttes anticolonialistes et à la résistance à la répression coloniale, lire l’opuscule « VINGT ANS DE NUIT COLONIALE AVEC LE PPM », publié en 1999.
    L’histoire du Parti en quelques dates
  • 8.
    • « Autonomie pour la Nation Martiniquaise »
    • Notre projet politique et de développement se nourrit
    • du socle des valeurs qui fondent notre Parti :
    • Nationalisme, Socialisme, Démocratie, Humanisme.
    • Ce projet a comme ambition majeure « l’émancipation et l’épanouissement de l’homme
    • et du peuple martiniquais » pour cela, il nous faut des pouvoirs et des compétences reconnues au sein d’une collectivité unique gérée par une assemblée unique élue démocratiquement, représentant toutes les tendances du Peuple Martiniquais, par le biais d’un scrutin à la fois territorial et proportionnel.
    • La gestion par nous mêmes des affaires qui nous sont propres :
    • Telle est l’autonomie, seule voie capable d’assurer notre développement
    • en vue de garantir notre cohésion sociale.
  • 9.
    • Chaque citoyen, par son acte d’adhésion au Parti Progressiste Martiniquais,
    • devient un militant actif et s’engage à :
    • Adhérer et défendre le projet et la ligne politique du Parti.
    • Respecter et promouvoir les valeurs qui fondent notre Parti.
    • Participer et contribuer activement et régulièrement à la vie du Parti.
    • Connaître et respecter les statuts et le règlement intérieur.
    • …………………… .
    • Chaque citoyen, par son acte d’adhésion au Parti Progressiste Martiniquais,
    • devient un militant actif, ce qui lui donne droit à :
    • Être informé régulièrement et en toute transparence sur la marche générale du Parti.
    • Pouvoir donner son avis et faire des propositions.
    • Bénéficier de la formation et de l’information nécessaire à son engagement et à son action politique.
    • ……………………… .
  • 10. Bureau Politique 9 secrétaires issus de la liste Liste élue Par le Congrès Représentants des Comités Territoriaux Elus Exécutif Le Comité National Comité d’éthique Commissions 1 fois par an – Assemblée de tous les élus PPM Consultatif Président
  • 11.
    • Le Comité National est composé de 4 collèges :
      • Le collège des Présidents composé :
      • du Président fondateur Honoraire « Aimé Césaire » et du Vice-Président honoraire fondateur « Pierre Aliker »,
      • du Président du Parti, Serge Letchimy, élu au scrutin uninominal par vote des 19 balisiers présents.
      • Les membres élus au scrutin de liste à la proportionnelle (24 membres).
      • Les représentants des comités territoriaux, Présidents issus des Balisiers.
      • Les Elus membres de droit :
        • Les chefs d’exécutif des assemblées locales ( Exécutif du Conseil Général, Maires)
        • Les chefs de groupe PPM au sein des assemblées (C.G. et C.R.).
    • Le Bureau Politique comprend Le Président et 9 secrétaires issus de la répartition à la proportionnelle des listes présentées au Congrès. Didier Laguerre est Premier Secrétaire..
    • Les commissions sont déterminées par le Comité National qui désigne les différents présidents chargés d’animer les travaux (tout militant PPM peut s’inscrire et participer aux travaux des commissions).
  • 12. Le Bureau Politique Le Bureau Politique est composé du Président et de 9 secrétaires issus du Comité National . Président 2nd Secrétaire 3ème Secrétaire 4ème Secrétaire 5ème Secrétaire 6ème Secrétaire 7ème Secrétaire 8ème Secrétaire 9ème Secrétaire 1er Secrétaire
  • 13.
    • Roger FOUSSE
    • Yvon PACQUIT
    • Catherine CONCONNE
    • José LOUTOBY
    • Claude FORMONT,
    • Brunette BELFAN,
    • Jean-Pierre DONVAL
    • Thierry COLER
    • Charles-Henri MICHAUX
    • Emma LEBEAU (Trésorière)
    • Joseph BALTIDE
    • Jean-Claude JABOL,
    • Chantal BEAUCELIN
    • Alex CYPRIA,
    • Elisabeth POURTOUT
    • Patrick FLERIAG,
    • Louis CRUSOL (Maire de Sainte Luce)
    • Éric VALERE
    • Georges COPPET
    • Dany BLAMEBLE
    • Gerty COUCHY
    • Patrick HONORE,
    • Rodolphe DESIRE (Maire du Marin )
    • Christian EDMOND-MARIETTE (Président du groupe PPM au Conseil Général)
    • Jean ECANVIL (Maire du Carbet)
    • Félix ISMAIN (Maire de Bellefontaine )
    Les autres Membres du Comité National
  • 14. L’organisation des Commissions PRESIDENT S. LETCHIMY Politique Y. PACQUIT Relations externes C. CONCONNE Développement Economique D. ROBIN Observatoire du Développement Maison de la Gauche Santé Culture Environnement A. JEANVILLE Education C. BAUCELIN Coordination des élus J. HAJJAR Premier Secrétaire D. LAGUERRE Suivi - Refondation Communication A. ALFRED Organisation interne Développement D. CHOMET Voir détail page 16 Voir détail page 15 Comité d’éthique J.C. DUVERGER
  • 15. Revue Semestrielle Radio Balisier La boutique PPM Internet Télévision (Porte Parole Ou toute Personne Désignée) Journal Communication
  • 16. La Commission Organisation et Développement Interne du Parti
  • 17.
    • Permanence du Siège du P.P.M. tous les jours de 9 heures à 12 heures :
      • Tel : 05-96-71-88-01
    • Responsable de la commission accueil et intégration des militants (Daniel CHOMET– 06-96-29-69-40).
    • Votre Président de balisier (Notez son numéro de téléphone ici : ………………….).
    • Le Président de la commission dans laquelle vous vous êtes inscrit (notez son numéro de téléphone : …………………….).
    Vos Contacts
  • 18.
    • Il s’agit ici d’une énumération « non exhaustive » que nous proposons aux militants du PPM de lire pour leur propre culture et une meilleure connaissance de la raison d’être du PPM.
    • Documents politiques :
    • Rapport à la Constituante du 12 mars 1946 sur la Départementalisation.
    • Discours sur le colonialisme de 1955.
    • Lettre à Maurice Thorez du 26 octobre 1956. Explicitant la Lettre : le discours de la Maison du Sport, du 22 novembre 1956. Ce sont les cris nationalistes desquels devait sortir le PPM.
    • Rapport politique au Congrès constitutif du PPM le 23 mars 1958.
    • Discours des trois voies et des cinq libertés du 24 février 1978. Césaire y développe les compétences et attributions nécessaires à une Collectivité pour qu’elle puisse se considérer autonome.
    • Discours à l’assemblée nationale du 27 juillet 1981. Un mois après le moratoire, Césaire fait connaître aux amis socialistes, lors du vote des lois de décentralisation, qu’ils n’ont pas tenu compte des spécificités des DOM et que, tôt ou tard, il faudra prévoir pour eux un statut spécial .
    • Ecrits Politiques (Camille Darsières)
    • « Vingt ans de nuit coloniale avec le PPM », opuscule publié en 1999.
    • Discours sur l’Autonomie (S. Letchimy) – Ibis Rouge éditions
    • Conventions et contributions (S. Letchimy).
    • Ouvrages littéraires :
    • Cahier d’un retour au Pays Natal.
    • Toussaint Louverture.
    • La Tragédie du Roi Christophe.
    • Et les chiens se taisaient.
    Bibliographie
  • 19.
    • Conseillers généraux :
    • - Christian Edmond-Mariette
    • Johnny Hajjar
    • Raphael Seminor
    • Fred Lordinot
    • Patrick Flériag
    • Jean-Michel Jean-Baptiste
    • Conseillers régionaux :
    • Didier Laguerre - José Maurice
    • Catherine Conconne
    • Daniel Robin
    • Fred Lordinot
    • Daniel Chomet
    • Camille Chauvet
    • Manuela Mondesir
    • Jean Crusol
    • Thierry Fondelot
    • Serge Letchimy
    • Avril 2010
    Les conseillers régionaux et généraux progressistes