Your SlideShare is downloading. ×
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Le progressiste n° 2087

756

Published on

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
756
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Le Progressiste 1 euro Mercredi 27 Mai 2009 - N° 2087 - La Chance de la Martiniquec’est le Travail des Martiniquais. Hebdomadaire du Parti Progressiste Martiniquais - Fondateur: Aimé Césaire 21-22 MAI : De la libération à la conquête dautres libertés. Jacques BNGOU et Serge LETCHIMY SOMMAIRE : S. Letchimy en mission : rumeurs (pp. 7/8)- (pp.7/8). - Le PPM soutient les socialistes Patrice THYROLIEN et Catherine NERIS (pp.13/14) Les jours fØriØs de l’abolition ont eu raison de notre parution. Nous offrons donc nos lecteurs ce 16-p ages et nous excusons de ce retard DEMANDEZ LE ! Les meilleurs spØcialistes des affaires Mariniquaises sont les Martiniquais eux mŒmes
  • 2. Editorial : Se maintenir à tout prix au pouvoir Le monde senfonce !), 12 ans pour lautre avec un bilan catastrophique en matière lentement mais sûre- de développement économique, de logement, de transport, (le ment dans la crise, mal insoluble martiniquais selon eux !) de protection des ter- chaque jour, une litanie res agricoles… Voilà que ces messieurs et leurs acolytes refu- de licenciements qui se sent de se soumettre au verdict populaire. chiffre par milliers. Chez nous, les choses Voilà quils cherchent à changer les règles du jeu en cours de sont beaucoup moins partie, belle leçon de démocratie !médiatisées, il faut aller fouiller pour avoir une idée précise de En réalité, ils veulent voler au premier parti de gauche aux der-la question, mais chacun sait, chacun sent que la Martinique nières élections, le P.P.M., sa victoire aux régionales. Ils veu-senfonce dans la crise, la récession, le chômage. lent priver Serge Letchimy de cette victoire pour, ils lespèrent,Dans le BTP, les choses commencent à apparaître (2.000 coti- entrer eux, dans lhistoire, mais par la petite porte, celle dessants de moins à la Caisse de Congés Payés depuis octobre manœuvres bassement politiciennes qui nont jamais dévelop-2008, ce qui, rapporté à la France hexagonale, correspondrait pé aucun pays.à 300.000 emplois perdus ! ) et chacun sait lincidence de ce Ils veulent voler durablement cette victoire, je vous le dis, carsecteur dactivité sur léconomie générale. Le mouvement qui peut soutenir sérieusement que mettre en place unesocial de Février na certes pas arrangé les choses. Assemblée unique à la Martinique, issue de la fusion desAlors que tous les Etats de la planète travaillent sans relâche à conseils Général et Régional Martiniquais, prendra un an !chercher des solutions pour enrayer le phénomène ou pour le Qui peut soutenir sérieusement quen un an, ils vont fusionnermoins limiter les dégâts, nos présidents de collectivités marti- les administrations pléthoriques du Département et de laniquaises, eux, que font-ils ? Ils mobilisent les moyens de leur Région !collectivité pour bâtir un plan de relance ? Ils se réunissent pour Il a fallut quatre ans pour créer le CMT issu de la fusion demutualiser moyens humains et financiers, pour harmoniser lODTM et ARDTM !leurs plans et tâcher de venir en aide aux Martiniquais, autre- Pire encore !! Un an pour mettre en place lAssemblée uniquement quen distribuant inlassablement des aides durgence ? lorsque vous aviez confié à lAutre la plume pour quil écriveIls appliquent leur plan daction quen politiques dexpérience, votre statut et quil le vote ! Et quil vous dise comment etresponsables et visionnaires, ils ont élaboré depuis juillet 2008 quand lappliquer !(début de la crise ?). Soyons des autonomistes sérieux et non de circonstance parIls vont voir le " petit père Niko " pour lui demander (faute de opportunisme et calcul politicien. Souvenez-vous du cas delavoir fait eux-mêmes) de mesurer lurgence pour permettre Saint Martin et de Saint Bath si souvent cités en exemple : plu-aux Martiniquais de passer la crise. sieurs années de délai entre le referendum et lapplication de laNon, rien de tout cela, ils sont obsédés par lévolution institu- loi organique.tionnelle dont ils peinent à définir le contenu. Les choses sont claires ! Ils veulent simplement se maintenirRien de tout cela, ils sont hantés par la seule chose qui les pré- au pouvoir pour quatre ans de plus, peu importe la méthode !occupe chaque matin au réveil, chaque soir au coucher, " com-ment se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible ? ". La Martinique et les martiniquais ne méritent pas cela !Alors lidée a jailli, repousser les élections régionales jusquà la Didier LAGUERREmise en place de lAssemblée unique !! Secrétaire Général du PPMAprès 20 ans de pouvoir pour lun (revoyez vos dates ! 1989 2 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 3. 22 MAI :LE SALUTFRATERNELDU MAIRE reconnu comme inapte mais vis à vis duquel nos peu-GUADELOUPEEN JACQUES BANGOU ples encore déchirés nont pas voulu à ce jour séloi-Monsieur le député maire de Fort de France, gner. Tant il est vrai que loin du discours grandilo-Docteur Pierre Aliker quent sur la souveraineté, le chemin de la responsabi-Madame Darsière, lité effraie encore nos peuples.Mesdames messieurs les élus, chers collèguesPeuple Martiniquais, Jai choisi très modestement de vous dire com-Merci de me faire lhonneur, non seulement de partager bien malgré nos différences vos combats trouventavec vous ce temps de mémoire, de reconstitution de échos auprès de nous et combien lhistoire continue desoi même, fortifié que nous sommes, mêler nos destins.lespace dune commémoration, par Je navais pas dix ans quandles racines historiques dun peuple, le Armand Nicolas publia en 1960 levotre, à lécoute des premiers bâtis- premier récit historique de la révolteseurs et des histoires tragiques long- des esclaves du 22 mai 1848 à latemps non révélées, Martinique. Le récit lui même ne me Mais plus encore de me fut pas révélé à cette date, mais la viedemander de prononcer quelques et le combat de ce militant et diri-mots, moi, issu dun autre peuple, geant communiste Martiniquais mé-celui de la Guadeloupe, voisin certes taient déjà familiers, ma famille par-mais à lécoute de sa propre histoire. tageant avec lui et ses camarades des Comment vous dire simplement ma Dr Jacques BANGOU engagements communs et un militantis-quête partagée avec Serge Letchimy et ses me étudiant identique qui les avaientcamarades, à la recherche dans ces évènements histo- conduits chacun de leur côté à travailler en pionniersriques, chez vous comme chez nous, du fil conducteur de lhistoire de nos deux peuples revisitée à la lueur dequi donne du sens à la quotidienneté de notre engage- leur formation marxiste.ment dhommes politiques et délus de terrain. Et cenest rien de le dire au moment même où daucuns veu- Singulièrement, cest en 1978 que plusieurslent remettre en question la légitimité des élus. communes en Martinique, Fort-de-France, le François, Comment vous dire lespoir fou qui est le notre le Lamentin, Macouba, Morne Rouge, Rivière Pilote,de faire du pragmatisme du bâtisseur, le marteau et le Trinité décident de commémorer à cette date cette pagepiolet capables de briser des chaines aujourdhui enco- de lhistoire Martiniquaise en faisant sur leur territoirere . et pour leur personnel une journée chômée.Celles dune culture tantôt ignorée, tantôt étouffée, tan- La même année sachevait à Pointe-à-Pitre latôt récupérée,mais jamais révélée à elle même hors les construction sur la place des martyrs de la liberté dupolitiques initiées ici par Aimée Césaire, là par Henri tertre de lanneau brisé, monument symbolique rappe-Bangou et reprises ensuite par les générations suivan- lant au monde le sacrifice de Delgrès, Ignace ettes. Solitude, le 28 mai 1802. Et dès cette année la ville deCelles économiques rappelées ces derniers mois à la Pointe-à-Pitre devait faire de cette date une journéeconscience de la nation colonisatrice, elle même, chômée pour son personnel et consacrée à un dépôt decomme frappée détonnement devant la révélation gerbe. Tradition que nous maintenons vivace après 31dune emprise coloniale encore aussi fortement organi- ans même si le choix du 27 mai fût finalement décidésée dans une république toujours sourde à ses diversi- par le gouvernement comme date commémorativetés. pour la Guadeloupe. suite en page 4Celles politiques dun cadre statutaire unanimement Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net 3
  • 4. ... suite de la page 3 toire connue et assumée. Nous avons soif davancer vers lave- nir et de nouveaux destins enrichis dun passé dont nous pou-(Sans revenir sur la pertinence du choix du 27 a contrario de vons être fiers.celui du 28 mai, lhistoire riche des batailles pour la liberté de Mais si le combat de ceux qui ont sorti ce passé de1802 en Guadeloupe remplissant léphéméride de tous les jours lombre, celui des Armand Nicolas, dAimée Césaire ici, dede cette période de lannée, nous navons pas manqué de voir Rémy Naissouta, dHenri Bangou en Guadeloupe, et celui làdans cette décision du gouvernement français en 1983 une bas comme ici, mené par tous les mouvements engagés pour lapierre jetée dans le jardin de la seule action commémorative reconnaissance de nos histoires, est maintenant accompli, leinstitutionnalisée par des Guadeloupéens de leur propre chef combat daujourdhui est celui du devenir de nos commémora-depuis 15 ans). tions. En choisissant dhonorer la révolte de 1848 ici en La tentation est grande den faire le jardin de nos seu-Martinique, comme nous en Guadeloupe nous fêtons la les visions politiques.mémoire des batailles de 1802 et ses martyrs/ batailles tenues Il ne sera pas évident de toujours pouvoir en maintenirà Baimbridge par Ignace et ses compagnons, celles tenues de le caractère fédérateur et fondateur pour nos peuples. Les nou-Baie-Mahault à Gourbeyre pour porter le combat de Pointe-à- velles générations seront en effet tentées de les recevoirPitre à Basse-Terre, la fin tragique de Delgrés dans le fortin de comme une journée de vacances de plus pour un grand-pontSaint Claude/, les peuples de Martinique et de Guadeloupe festif.entendent rappeler au monde que leur destin ils lont façonné Et il est fascinant, à mes yeux tout au moins, de voireux même. combien la puissance colonisatrice a vite expurgée sa cons- Nos peuples nont pas été spectateur et victimes cience en renvoyant à notre mémoire, et non à la sienne, nosconsentantes de leur histoire. histoires tourmentées. Cest un enseignement clair que nous nous rappelonsà nous même et aux générations montantes. Alors,cela signifie que le combat continue. Il nous Battez vous! Ne subissez pas! Dressez la tête! Voilà ce appartient de continuer dêtre acteur de notre histoire et commeque nous disent à deux siècles presque dintervalle nos ancêt- le dit (je crois) Édouard Glissant, avoir " une vision prophétiqueres. du passé ". Et ils peuvent être fiers, je le crois, ce soir en voyant A ce titre, au peuple Martiniquais debout pour slamer,dans toute la Martinique les marques de reconnaissance. Ils battre le tambour, sonner la corne, filmer, chanter, danser, écri-peuvent être fiers aussi en voyant ça et là les fruits du combat re les vérités daujourdhui dans les espaces daujourdhui, je discontinu mené au nom de ce peuple: bravo. -Respect ainsi au nom de ces ancêtres pour lœuvre Et Bravo également à vous monsieur le député maire, à tousdAimée Césaire ici dans cette ville capitale de Fort-de-France. vos collègues, tous vos camarades et tous vos collaborateurs. -Respect pour le docteur Pierre Aliker dont on se sou- JevousapportelasolidaritédesmienslesGuadeloupéens,celleviendra entre autre le cri jeté à la face de grands de ce monde de la ville dont jai la charge,Pointe-à-Pitre, celle du parti où je milite, ledans le stade qui porte son nom, je cite: " le meilleur spécialis- PPDG .te de la Martinique est le Martiniquais ". -Respect à celles et ceux qui continuent de bâtir et dof- Respect pour ceux qui, ici en mai 1848, ont brisé leurs chaînes,frir au peuple Martiniquais cet espace de liberté où nous nous Respect chez moi pour les héros des batailles de 1802.trouvons aujourdhui. Jacques BANGOU Quoiquil en soit, les évènements récents montrent Maire de Pointe-à-Pitrecombien nous avons tous soif didentité enracinée dans une his- 4 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 5. 22 MAIUNE COMMEMORATION DANS LATRADITION ET LAPENSEE CESAIRIENNE. Cette année encore, 161 ans ments principaux des rituels des esclaves Yorubas de plus tard, rappel historique Cuba dont seuls les joueurs consacrés peuvent en jouer. de ce 22 mai 1848 en présen- Le GWO KA guadeloupéen crépite dans son flamboie- ce de linvité dhonneur du ment incandescent, passant la torche et le message au Parti Progressiste Jacques TANBOU DI BASS et au TANBOU BELE martini- BANGOU, Maire de Pointe- quais pour une sérénade éblouissante qui ira jusquau à-Pitre, la commémoration, bout de la nuit. Rires, chants, danses sinstallèrent sur dans sa sobriété et son la nuit apaisée sous les regards des témoins de cette dépouillement, nen fut pas histoire que sont Alexandre, Arago, Bouliqui, Romain, moins riche de sens et de pro- Rostoland, Schoelcher entre autres.fondeur. Belle elle fut. Belle, simple et émouvante.Une fois encore, pari gagné. Vendredi 22 mai.- Après une messe en léglise Des Terres Sainville par le Père Limousin, le cortègeJeudi 21 mai : le Malecon, ce Front de mer réussi dans emmené par S. Letchimy, président du PPM, entouréson aménagement grâce à la volonté têtue de la de ses élus et de nombreux militants, sébranlait enMunicipalité foyalaise. A 20h30, des lumières-torches direction de la place du 22 mai à Trénelle, réalisationportées par des embarcations, esquifs irréels, semblent majeure de la Municipalité en ce quelle offre auxsortir du ventre du Fort St Louis, trouent la nuit opaque Trénelliens un espace fonctionnel remarquablementsur des flots renversés, souquent ferme vers la Pointe intégré dans lespace de la Cité. Sur une estrade, lesSimon et la liberté. Cette liberté déclamée par Elie chorales " Symphonie " de Citron et " Cœurs en portéePENNONT pouvait prendre place, ce soir, dans la cha- " des Terres Sainville interprétaient une œuvre depelle des mémoires. La célébration de labolition de Germain KANUTY. Puis Serge Letchimy, au mieux delesclavage initiée par La Ville, par le biais du SER- sa forme, en une veine limpide et inspirée, plus duneMAC, était lancée, ce qui faisait dire à Mme Danielle heure durant, tint son auditoire sous le charme de saMARCELINE, présidente de ce Service Culturel, que verve. En préambule, il salua la présence du Maire de" cette commémoration qui est un acte fondateur est Pointe-à-Pitre et de son épouse ; Jacques BANGOUaussi un combat quont mené Camille DARSIERES, déclara : " Avec Serge Letchimy, nous partageonsPierre ALIKER, Aimé CESAIRE pour la reconnais- beaucoup de choses. Il y a une vraie communion desance du 22 ami dans sa symbolique mémorielle ". pensée entre nous dans plusieurs domaines. Nos deux partis [PPM et PPDG] ont une même vision de lauto-Mêlé à la foule nombreuse et dense, le député-maire nomie. Par ailleurs, nous partageons les mêmes expé-Serge LETCHIMY, avec ses invités et ses élus, pour riences en termes de gestion administrative et nousqui " cette célébration-libération est un moment de sommes confrontés aux mêmes types de difficultés. Ilrecueillement qui permet de transcender le présent faut savoir que nos deux villes comptent plus de 70%pour avancer sur les chemins d la mémoire ", sest lais- dhabitat social. En somme, nous partageons aussi deuxsé couler dans la parcours didactique en quatre héritages qui représentent la gestion de Fort-de-Francetableaux pédagogiques. Et puis cest le tambour par Aimé CESAIRE et celle de Pointe-à-Pitre parRADA, PETWO, KONGO, RARA, qui éructe. Lappel Henri BANGOU ".vient dHaïti ; lui répondent les BATA cubains, instru- Lire la suite page 6 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net 5
  • 6. 22 MAILe Président du PPM félicitait léquipe ayantorganisé les festivités, en premier lieu BrunetteBELFAN. Dès lors, dans un discours structuré,brillant et limpide, qui de lavis de beaucoupdobservateurs jalonnera le débat politique deces prochaines élections, le président fit uninventaire complet et sans complaisance de laréalité de notre pays.Tout y passa : " Le PPM a une doctrine et unephilosophie ; notre mot dordre, plus que jamais,est dactualité : Lautonomie pour la Nation mar- Brunette BELFAN, organisatricetiniquaise. Nous avons des exigences de respectet de reconnaissance. Nous sommes contre la mise sous tutelle sociale de notre peuple. Schoelcheret lAbbé Grégoire sont à tout jamais accrochés au panthéon de notre mémoire, abolitionnistesconvaincus quils furent, pour le rôle quils ont joué dans le combat pour notre émancipation.Césaire, le " Discours ", condamnation sans concession dun système. Cette crise politique majeure,sociale et sociétale dans une société marquée par les travers dune économie de comptoir. Le devoirde lutter contre loubli et de renforcer notre conscience dêtre ; sortir de la dépendance morale etintellectuelle ".Le gros de son intervention porta sur lévolution institutionnelle ; là encore, un exercice de stylearticulé autour dune pédagogie convaincante et réaliste : " (…) Cette jeunesse qui minquiète et meséduit (…) Nous devons faire lapprentissage du dépassement dans la souffrance… ". Puis ce fut ledépôt de gerbe par le Secrétaire Général du PPM Didier LAGUERRE au pied de la statue créée parKhokho RENE-CORAIL, cette femme que frappe le malheur dans sa chair, mais qui se projette cou- rageusement dans le combat pour dautres victoires. Lespoir en quelque sorte… La chorale entonna " Van lévé ". Le 22-mai sest voulu unique ! Serge SOUFFLEUR NDLR : Nous publierons prochainement de très larges extraits de limportant discours de Serge LETCHIMY. DØpot de gerbe la st atut de Khokho par Didier LAGUERRE 6 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 7. POLITIQUE-FICTION :S. LETCHIMY FUTUR MINISTRE ?SERGE LETCHIMY AACCEPTE UNE MISSION DU GOUVERNEMENT. UN ACTE DE RES-PONSABILITE.Dans le microcosme politique agité par les Etats Généraux et la deuxième phase du congrès, lannonce quele député-maire de Fort de France avait accepté une mission gouvernementale a fait naître la rumeur. Cest,a-t-on dit, le premier signe dun rapprochement avec le Pouvoir, précédant lentrée au gouvernement deSerge LETCHIMY à loccasion du remaniement ministériel qui interviendra après les Européennes.Balivernes.Rappelons à ceux qui lauraient oublié que SARKOZY et son gouvernement existent. La rencontre est,donc, indispensable. La participation aux Etats- Généraux de ceux qui exercent des responsabilités poli-tiques effectives le montre bien de même que la récente visite des deux Présidents dAssemblées auPrésident de la République.En ce qui concerne la mission, il ny a point de mystère et, comme toujours, la démarche du député-mairese fait dans la transparence. Elle est, de plus, inspirée par son sens aigu des responsabilités quil a vis-à- visde notre peuple. De quoi sagit-il ?" Animer une réflexion destinée à relancer la lutte contre toutes les formes dhabitat insalubre ou indignesur des bases adaptées au contexte institutionnel et social des Outre-Mer ". Fallait-il par " pureté idéolo-gique " refuser la proposition pour marquer notre différence ? Un tel choix aurait été déraisonnable.Notons que cette commande est la traduction dune Résolution prise lors de la Conférence Nationale duLogement Social Outre-Mer tenue en février 2007. Deux ans après cette importante réunion, le maire deFort-de-France est sollicité pour faire des propositions propres à concrétiser les conclusions de laConférence. La lettre de mission précise expressément quil est sollicité en sa qualité de " maire dune com-mune fortement exposée aux situations dhabitat insalubre " mais aussi en raison de son expérience pro-fessionnelle et daménageur. Compte tenu de la nature de la mission qui concerne un secteur dans lequel ilsest depuis longtemps impliqué en obtenant des résultats incontestables, il aurait été irresponsable de refu-ser.Observons aussi que la dimension technique de la mission ressort du fait quelle nest pas confiée par lePrésident de la République mais par quatre Ministres : Mesdames Alliot-Marie, Bachelot, Boutin et M.Jego.Bien entendu, les ministres réserveront le sort quils voudront au rapport du Député-Maire. Reste quil auraadministré la preuve que lopposition peut être constructive. Au moment où lévolution statutaire occupe ledevant de la scène politique, la discussion avec le gouvernement français est inévitable. Dans la transpa-rence et sur des positions claires. Cest ainsi quil faut comprendre la responsabilité. Jean-Claude WILLIAM Professeur des Universités Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net 7
  • 8. Lettre de mission de Ser ge LETCHYIMY8 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 9. ENVIRONNEMENT ET AMENAGEMENTContribution de S. LETCHIMYGrenelle de la mer : atelier n°4 : Pour une gouvernance rénovée de lespace maritime outremer, habitats et des espèces marines.La France des trois océans, 2ND ESPACE Il est clair que si la mer représente lenjeu géo-MARITIME FRANÇAIS…GRACE A LOUTRE- stratégique du 21ème siècle, cest également etMER : avant tout un enjeu et atout majeur de dévelop-Le Droit de la mer et plus particulièrement la pement économique pour loutremer.convention de Montego Bay, signée en 1982, ontdonné à la France, avec plus de 10 millions de De nouveaux modes de régulation et de gouver-km², le statut de 2ème puissance mondiale pour nance sur les questions de la pêche, le tourisme,létendue de sa Zone Economique Exclusive le transport maritime, lexploitation des ressour-(ZEE) et de ses plateaux continentaux. ces marines, les énergies renouvelables marines,Cependant, seule une part infime (2,6 %) de ces la recherche, la formation, la défense et les acti-espaces maritimes borde lhexagone, lessentiel vités maritimes sont au cœur du développementétant situé autour des départements et territoires économique de ces territoires ultramarins.doutre-mer, dont près de la moitié baigne laseule Polynésie française. Au-delà de la relation Hexagone -territoire dout-Ainsi, Saint-Pierre et Miquelon, Martinique, re mer, un axe fondamental de réflexion résideGuadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, dans louverture des territoires doutre mer versGuyane, la Réunion, Mayotte, Wallis et Futuna, leurs voisins les plus proches afin dorganiserîles Eparses, Terres australes et antarctiques, ensemble les moyens dun développement régio-Polynésie, Nouvelle Calédonie, Clipperton... Les nal commun.collectivités doutre-mer donnent à la France ledeuxième espace maritime mondial et lui assure Plus que jamais, il est important de donner à cesune présence sur toutes les mers de la planète et territoires le degré dautonomie nécessaire endes points dappuis stratégiques primordiaux. matière de gouvernance et de coopération régio-Le grenelle de la mer doit donc être loccasion nale afin de faciliter leur insertion dans leurde définir une nouveau mode de gouvernance espace régional et den faire de véritables relaismondiale de la mer en lien étroit avec les collec- de la politique française à linternational.tivités doutre mer dans une perspective de ges-tion raisonnable et pacifiée des ressources mari- A suivre : Lintégralité des propositions et syn-nes et dune protection des écosystèmes, des thèses KOUTT ZEPON : crétion au prosélytisme aveugle et grossier et continue son tra- LE MIM A LAIR DE PAN- vail au fond, avec ses militants. IQUER ET ENVAHIT LATE- De notre côté, cent fois sur le LIER GOUVERNANCE DES métier nous nous remettons et ETATS GENERAUX poursuivons donc notre devoir La mayonnaise 74 na pas lair dapprofondissement, sans préju- de prendre et lEtat-Major MIM gés, sans fierté, en toute humili- semble donner dans la panique. té, tant nous sommes convain- Désormais, ils sont très nomb- cus quun simple article de la reux à participer à latelier Constitution ne sera pas de natu- Gouvernance co-présidé par re à combler notre vrai besoin Daniel Marie-Sainte et notre de libertés. camarade Catherine Conconne. Alors, avec une telle majorité le Ils sont en effet plusieurs dizai- 18 décembre dernier, pourquoi nes à se rendre dans les commu- une si brutale panique, pourquoi nes que nous sillonnons chaque un tel affolement ? jeudi pour dire et redire…. Vive Ah oui, cest vrai, javais oublié le 74 !!! : le Peuple doit voter !!! Aïe, Notre Parti, lui, a préféré la dis- aïe, aïe !! Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net 9
  • 10. CONGRES DES ELUS LE 18 JUIN : ci dessous le relevéCi dessous la reproduction du relevé de décision de la commisssion Had - Hoc du congrès des élus. 10 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 11. SOCIALSERGE LETCHIMY A LASSEMBLEEQuestion orale sans débatjeudi 7 mai 2009 :Fonctionnement des régimes deprotection sociale des employeurs et travailleurs indépendants doutre-merMme la présidente : La parole est à M. Serge Letchimy, pour exposer sa question, n°687, relative au fonction-nement des régimes de protection sociale des employeurs et travailleurs indépendants doutre-mer.M. Serge Letchimy : Madame la secrétaire dÉtat chargée de la famille, vous savez limportance des TPE dansles départements doutre-mer. Elles représentent en effet, quelque 90 % des entreprises et 60 % dentre elles nontpas de salariés - et nemploient donc que des travailleurs indépendants. Je rappelle en outre quon compte 25 à 30% de chômeurs dans ces départements.Il sagit pour nous de savoir comment restaurer la confiance et linitiative face à une vraie injustice. On peut eneffet déplorer un véritable dysfonctionnement en matière de cotisations sociales et de régime fiscal.Ainsi, en matière de cotisations à lassurance maladie, les taux ne sont pas uniformes. Le taux des cotisations quirelèvent de la CGSS est de 0,75 % pour un salarié et de 6,45 % pour un travailleur indépendant. Les indemnitésjournalières, ne seront perçues quà partir du 90e jour, pour 35 à 40 euros en moyenne. Pour les allocations fami-liales, les travailleurs indépendants ne les perçoivent pas suivant les régimes. En ce qui concerne les cotisationsde formation professionnelle, ces travailleurs indépendants les paient mais ne voient pas de programme qui lui soitdédié. Pour ce qui est des cotisations retraite, les versements sont réalisés à des caisses nationales en métropole.Ainsi, les travailleurs indépendants en question ne peuvent profiter de leur maison de retraite.Et puis, ces travailleurs ne bénéficient pas des œuvres sociales liées aux cotisations : prêts sociaux, établissementsde cures, centres de soins.Comment le Gouvernement compte-t-il remédier à cette situation, sachant quen Martinique, par exemple, il exis-te 10 000 entreprises sans salarié de ce type ? Si lon octroyait un régime correct à ces travailleurs indépendants,50 % de ces entreprises individuelles pourraient recruter un salarié, ce qui représenterait 5 000 emplois créés.Comprenez limportance de ce sujet pour nous, et mon souhait dobtenir une réponse concrète de votre part.Mme la présidente. La parole est à Mme Nadine Morano, secrétaire dÉtat chargée de la famille.Mme Nadine Morano, secrétaire dÉtat chargée de la famille. Monsieur le député, le Gouvernement attachebeaucoup dimportance à légalité de traitement entre les travailleurs indépendants doutre-mer et ceux résidant enmétropole.Lharmonisation des prestations familiales entre loutre-mer et la métropole a été mise en œuvre dès les annéessoixante-dix. Cet effort sest accentué à compter de 1990 et sest achevé en 2006. Les montants des prestationsfamiliales servies dans les DOM sont désormais identiques à ceux applicables en métropole.Toutefois, certaines prestations font lobjet de conditions dattribution ou de versement spécifiques. Ces spécifici-tés sexpliquent par le contexte économique et social particulier de loutre-mer. La recherche de la parité absolueavec la métropole ne manquerait pas de remettre en cause certaines dispositions, actuellement plus favorables auxallocataires doutre-mer.Les travailleurs indépendants doutre-mer sont effectivement soumis à lobligation de produire un justificatif depaiement des cotisations sociales échues, afin de bénéficier du versement de leurs prestations familiales. Cetteobligation sexplique par le taux de recouvrement des cotisations en outre-mer qui se révèle bien inférieur à celuiobservé en métropole. 11 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 12. SOCIALCette obligation sexplique par le taux de recouvrement des cotisations en outre-mer qui se révèle bieninférieur à celui observé en métropole. Cette obligation a été introduite en 1986 parallèlement à lexten-sion des prestations familiales. Elle a été imposée par le législateur afin de sassurer que les travailleursindépendants doutre-mer contribuaient au financement de la protection sociale.Précisons que pour un travailleur indépendant qui a convenu dun plan dapurement de ses dettes socialeset qui le respecte, la condition dêtre à jour de ses cotisations est considérée comme acquise et ouvre dèslors le bénéfice des prestations familiales.Vous évoquez aussi la situation dinégalité dont seraient victimes les travailleurs indépendants doutre-mer, en ce qui concerne les séjours en maison de convalescence ou de retraite. Pourtant, le taux de béné-ficiaires de lallocation personnalisée dautonomie parmi les personnes de soixante-quinze ans et plus estbeaucoup plus élevé outre-mer quen métropole : il est quasiment double en Guadeloupe, et quasiment tri-ple à la Réunion.En ce qui concerne loffre médico-sociale, je vous rappelle que des plans de rattrapage ont été conclus enmars dernier en Guadeloupe et en Martinique, afin de créer 2 250 places daccueil de personnes âgées sup-plémentaires dici à 2013.Jappelle enfin votre attention sur les récentes dispositions relatives aux tarifs plafonds applicables auxétablissements hébergeant des personnes âgées. Aux termes de ces dispositions inscrites dans larrêté du26 février 2009, les tarifs se trouvent désormais majorés de 20 % en outre-mer.Dans ces conditions, la situation des travailleurs indépendants doutre-mer est comparable à celle de leurshomologues de métropole.Mme la présidente. La parole est à M. Serge Letchimy.M. Serge Letchimy. Permettez-moi, madame la secrétaire dÉtat, de vous exprimer mon désaccord. Ledécret n° 92-1434 du 30 décembre 1992 auquel vous avez fait allusion est un décret injuste qui ne respec-te pas le cadre de lapplication de la loi en métropole et en outre-mer, et qui est considérablement péna-lisant. Cest injuste dobliger les travailleurs indépendants doutre-mer à produire des documents qui nesont pas demandés aux entreprises individuelles de métropole. À cet égard, votre réponse ne me convientpas.Deuxièmement, les travailleurs indépendants dont je parle possèdent une entreprise dont ils sont eux-mêmes salariés. Comment se fait-il quon leur applique un taux de cotisation à lassurance maladie de6,40 %, alors que le taux appliqué à un salarié normal se situe à 1,25 % ? Comment expliquer quils nebénéficient des indemnités journalières quà partir du quatre-vingt-dixième jour darrêt ?Madame la secrétaire dÉtat, je vous propose donc dapprofondir le sujet dans le cadre dune mission dé-tude ou parlementaire - à votre gré - afin de faire un point général sur la situation. Cela nous permettraitdéchanger et de trouver des solutions durables à une situation de discrimination. 12 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net Le Progressiste - Mercredi 08 Septembre 2004
  • 13. ELECTIONS EUROPEENNESDECLARATION DU PPM CONCERNANT LES ECLECTIONSES EUROPEENNES DU 6 juin 2009Le Parti Progressiste Martiniquais apprécie à sa juste mesure, limportance du partenariat qui lielOutremer A lUnion Européenne, et dans cette perspective sest toujours engagé de manière résoluedans les élections européennes.Il considère que lappartenance à lUnion Européenne, ensemble de dimension mondiale, comporte desapports importants pour lOutremer en matière économique, social, technologique et de sécurité. Il rap-pelle aussi que loutre narrive pas les mains vides. Il assure à lUE des potentialités de ressources sous-marines incomparables au moment où les ressources terrestres sont menacées dépuisement, un posi-tionnement géostratégique exceptionnel au moment où la crise mondiale rend incontournable la néces-sité de la coopération internationale, un apport inestimable en matière de biodiversité face à la crisemondiale de lenvironnement et au risque de changement climatique.Il regrette quaprès des décennies de lutte pour une représentation équitable des outremers au sein duParlement Européen, les modalités électorales réservées aux Outremer pour ces élections européennes,en dépit de certaines modifications récentes, demeure encore profondément injuste pour ne pas direignominieux!Il entend continuer à se battre afin que pour les prochaines élections européennes, ce mode de scrutinsoit remplacé par un système basé sur la reconnaissance dun principe politique fondamental: fondernotre unité républicaine sur le respect et la valorisation politique de la diversité de nos territoires et lereconnaissance de nos identités respectives.Après discussion avec les responsables du Parti Socialiste, il a décidé dapporter son soutien à la listeprésentée par ce parti dans la circonscription de loutremer et qui sengage à défendre les positions sui-vantes :1) La réforme du scrutin des élections européennes dans la circonscription de lOutremer. Cetteréforme ne devra pas viser au simple rééquilibrage des modalités électorales, mais devra se baser sur leprincipe politique fondamental suivant : fonder notre unité républicaine sur le respect et la valorisationpolitique de la diversité de nos territoires et la reconnaissance de nos identités respectives. Ce qui signi-fie la création de trois circonscriptions dans lOutremer et lattribution à chacune dentre elles dun nom-bre suffisant de sièges pour pouvoir y organiser un scrutin proportionnel et refléter ainsi lapport excep-tionnel de nos territoires à lUnion Européenne.2) La réforme de loctroi de mer . Loctroi de mer est actuellement engagé dans un processus deréforme visant sa réduction puis, à terme, sa suppression. A cet égard, la date de 2014, date à laquelle ledispositif mis en place en 2004 fera lobjet dune évaluation, constitue une échéance extrêmementimportante. Les représentants de loutremer au Parlement Européen devront exercer la plus grande vigi-lance et travailler en étroite collaboration avec les régions doutremer, pour faire en sorte que le rôleindispensable de protection de la production locale et de soutien financier aux collectivités locales quejoue cette taxe, ne soit pas perdu.3) Les outremers ont vocation à être des laboratoires de lécologie où seront élaborées lesconnaissances scientifiques et les nouvelles solutions technologiques, dans une perspective dedéveloppement durable. Ces connaissances scientifiques et innovations technologiques, non seulementrépondraient aux problèmes qui se posent en matière denvironnement, de changement climatique et depréservation de la biodiversité dans les Outremers, mais auraient aussi vocation à être exportées versdautres régions du monde. Il est souhaitable que les représentants des Outremers fassent de la mise enplace de mesures et de moyens susceptibles de valoriser cette vocation, une priorité de leur action, auParlement Européen. 13 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 14. ELECTIONS EUROPEENNESSuite de la page 134) Les océans représentent un enjeu géopolitique, économique, scientifique et technolo-gique essentiel pour le monde. La localisation des Outremers dans les trois océans -Atlantique-Caraïbe, Océan Indien et Pacifique- donne une légitimité particulière à la présence de lUnionEuropéenne dans ces espaces. Les représentants des outremers au Parlement Européen doiventfaire en sorte que les outremers puissent jouer un rôle actif dans la gestion durable des ressourceshalieutiques et alimentaires, la sécurité maritime, la protection de lenvironnement marin, la pré-vention des catastrophes et la coopération régionale.5) La défense de nos économies face à la libéralisation du commerce mondial. En dépitdes recommandations du Conseil Européen, appelant à la préservation des intérêts desDépartements Français dAmérique dans le cadre des négociations entre la Commission desCommunautés Européenne et le CARIFORUM, lAccord de Partenariat Economique signé fin2008 entre les deux parties, accroit lasymétrie des relations commerciales au détriment de cesdépartements et, de ce fait, lèse assez sensiblement leurs intérêts. Les représentants de lOutremerdevront sévertuer à corriger ces déséquilibres autant que faire se peut, et veiller à ce que, dansles négociations en cours actuellement entre lUnion Européenne et les pays dAmérique, en parti-culier, celles concernant le Marché Commun Centroaméricain (MCCA), le MERCOSUR et laCommunauté Andine (CAN), les intérêts des DFA soient préservés. Dans cette perspective, ilsdevront porter une attention toute particulière aux dangers que font peser les économies Latino-Américaines à bas salaires sur nos productions bananières, sucrières et nos industries dimport-substitution.6) LAccord de Partenariat Economique entre lUnion Européenne et le CARIFORUM acréé plusieurs institutions destinées à en assurer la bonne exécution :- Le Conseil Commun CARIFORUM-Union Européenne- Le Comité CARIFORUM-Union Européennes pour le Commerce et le Développement- Le Comité Parlementaire CARIFORUM-Union Européenne- Le Comité Consultatif CARIFORUM-Union EuropéenneLes représentants de loutremer au Parlement Européen devront veiller à ce que partout où celasera possible, nos intérêts soient représentés et défendus au sein de ces instances.7) La maîtrise de limmigration et linsertion dans lenvironnement géographique. Lesoutremers sont situés à proximité de grands pays du sud à forte population et à fort taux démigra-tion. Compte tenu de leur faible taille et de leur niveau de vie relativement, ils fortement mena-cés par limmigration clandestine. Ils sont touché en même temps par le narco trafique et linsécu-rité. Les représentants de loutremer au Parlement Européen devront promouvoir des mesuresvisant à adapter étroitement les politiques migratoires aux caractéristiques spécifiques et à laconjoncture de chaque territoire ultramarin, car des politiques définies au niveau européen,concernant des pays continentaux et sappliquant à une population de plusieurs centaines demillions dhabitants ne pourraient sappliquer à nos économies insulaires exigües et fragilesquaux prix dénormes dégâts. Les représentants de loutremer au Parlement Européen devrontmiliter pour que, dans les outremers, les politiques migratoires demeurent sous lautorité des Etatsmembres et des collectivités locales. 14 Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net
  • 15. CultureXAVIER ORVILLE : Retour à Case Pilote….. Pour lassistance damis connus et de curieux anonymes, qui sétait rassemblée, le Samedi 16 mai, dans la salle des Délibérations de la Mairie de Case Pilote, le constat simposait : huit ans après sa mort, lenchantement dure encore, Xavier Orville a peut-être disparu, mais aucun de ses lecteurs ou de ses contemporains ny croit tant il est mort juste au moment où nous navions plus besoin de ses yeux étranges pour voir et sentir ce pays quil a chanté. Comme si son absence même semblait avoir démultiplié sa présence parmi nous. " Je survivrai ", avait-il assuré. Lécriture, ses livres, instruments de sa survie, sont désormais le nouvel horizon, le nouveau ciel, la Joseph JOS nouvelle demeure où nous sommes assurés de le retrouver, en com-plicité et en amitié. Lécriture nest-elle pas un acte dordre germinatif, elle qui plonge dans les pro-fondeurs les plus intimes ou mythiques de lhomme pour se faire la voix décorative de sa chairinconnue ou secrète ? Le roman nest-il pas un acte de sociabilité qui instaure une solidarité, uneconnivence entre une terre, une société et un homme ? Lécrivain. Orville survit et revit dans ses livres ! A nous de ly retrouver ! Après un an de silence et de deuil, lAssociation de ses Amis, fondée et animée jusquà laveille même de sa mort par son premier Président Camille Darsières, est revenue vérifier labsorp-tion fusionnelle de son pays natal et de lhomme. " La preuve dun écrivain, rappelait Joseph Jos,doit être strictement différée jusquà ce que son pays lait aussi amoureusement absorbé quil la, lui,lécrivain, amoureusement absorbé " Un grand concours de Pilotins, rehaussé et renforcé par la présence amie de Jeannie Darsièreset du Maire Adjoint de Fort de France, a revécu, en images, en témoignages, et par la voix mêmedOrville, les heures brillantes de son passage lumineux parmi nous. Joseph Jos le rappelait en ouverture de propos, commentant le dialogue apparemment surréa-liste qui réunit Orville et son " maître en écriture ", au fronton du Parc Culturel Aimé Césaire : "Même le crayon de Dieu nest pas sans gomme ", avertit Césaire, précisant que le crayon dessinateurdu monde et créateur de destins pouvait dun coup de gomme, assigner à lobscurité, à loubli. A quoile disciple répond avec assurance : " Le temps tourna la page des jours, soleil après soleil ".Le soleilsurvit à la fuite des jours, et nous dit Paul Valéry : " Il est des regards de peuples morts qui pourtoujours éclairent ". Ressourcer la connaissance de lécrivain, en évoquant sa relation étroite et amoureuse avec saville, ses rues, ses plages et ses bois, séjour de nombre de ses héros, scène de tant de leurs aventu-res, tel était le projet de la soirée. " Orville et Case Pilote, une histoire damour entre Micolo,Grands Fonds, Gros vent, la Batterie et Maniba "! Une exposition de dix tableaux, comme les " Soleils " de la " Tapisserie du temps Présent ",faisait revivre la trajectoire de lécrivain devenu international par ses rencontres avec Senghor, lePape Jean-Paul II ou Jorge Amado. Lhistorien ami Edouard DeLépine, dernier témoin dune jeunesse étudiante à Toulouse, évo-quait le lien et lintérêt dOrville pour lhistoire de cette région et de son pays.Un industrieux diaporama rétrospectif nous a fait entendre la voix même dOrville commentant leslieux de prédilection de son enfance turbulente dadolescent fiévreux du contact avec sa terre. " Jesuis dorigine terrienne, tellurique, même "Le Président et les membres du ‘Cercle Abbé Grégoire” ont le plaisir de vous inviter à lamanifestation de lancement de leur association : Le Samedi 18 Novembre 2006 à 16 Heures Le Progressiste - Mercredi 27 Mai 2009 - http:www.ppm-martinique.net 15
  • 16. Culture Lhistorien ami Edouard DeLépine, der- nier témoin dune jeunesse étudiante à Toulouse, évoquait le lien et lintérêt dOrville pour lhistoire de cette région et de son pays. Un industrieux diaporama rétrospectif nous a fait entendre la voix même dOrville com- mentant les lieux de prédilection de son enfance turbulente dadolescent fiévreux du contact avec sa terre. " Je suis dorigine ter- rienne, tellurique, même " Puis de grands témoins pilotins sont venus parfaire cette redécouverte en rappelant le Case Pilote du temps des Orville : Roger Lise, Aristide Varsier, anciens maires et fami- liers de la famille ; ainsi quun neveu dOrville, Max Orville, rapporteur de scènes épiques de friction quand le thème abordait le sujet de la politique, car il y avait une " orthodoxie philosophique et politique dinspi- ration progressiste " chez les Orville. Le débat ne pouvait être quabondant et riche : amis, contemporains, camarades… A quoi Jeanny Darsières rapporta les anecdotes de la complicité fraternelle qui unit Camille Darsières et Orville depuis le Lycée Schoelcher ; et Saint-Louis Augustin évoqua les relations et les points de convergence du maître et de son émule préféré : tolérance, culte de la terre natale et de sa culture, même sans écrire en créo- le. Lostracisme infligé par le mouvement de la créolité à ce rebelle qui prétendait être écrivain créole, marti- niquais, sans se plier aux oukases littéraires du mouvement illustré par Confiant et Chamoiseau. En souvenir et en fidélité, Jeanny Darsières et le Maire-Adjoint de Fort de France témoignaient de lestime sincère que lui vouait Aimé Césaire en donnant son nom à la rue qui longe le Parc Culturel. … Orville de retour chez lui après son permanent séjour dans la mémoire de pierre des Foyalais. Le public, attentif et parfois ému devant ce visage de vivant et devant cette voix aux accents légers parfois toulousains, bruissait de commentaires feutrés qui nosaient affronter le micro… Une soirée dune haute tenue littéraire et historique, dans le crépuscule rose de Case Pilote! Xavier Orville y avait retrouvé une nouvelle preuve ! Joseph JosCOMITE DE REDACTION Appel du “Progressiste” aux militants, aux sympathisants, à tous les démocrates qui lui ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE “Le Progressiste” organe du Parti Progressiste Martinquais, a besoin de l’aide Jeannie DARSIERES matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympatisants. Didier LAGUERRE Laurence LEBEAU Nous les remercions d’envoyer leurs don (à l’ordre du PPM) leurs articles et Daniel RENAY suggestions au siège du PPM : Ancien réservoir de Trénelle Fort de France. Directeur de publication : Daniel COMPERE Serge SOUFFLEUR 18 Allée des Perruches-Rte de l’union - 97200 Fort de France Victor TISSERAND Téléphone du siège du PPM : 0596718801 site internet : www.ppm-martinique.net Email : d.compere@ool.fr N° CPPAP : 0511 P 11495

×