Pays : Secteur/créneau/marché porteur : USAIT / Développement d’un nouveau modèle d’affaires<br />Développement / explicat...
Loss leader : vous offrez le logiciel open source et vous vous positionnez sur le marché en tant qu’alternative au produit...
Widget Frosting : Dans ce modèle, une société de matériel informatique (pour lequel le logiciel est un complément nécessai...
Accesorizing : vente d’accessoires - livres, le matériel compatible, le système complet avec les logiciels libres préinsta...
Etats Unis Open sources.docx -  AWEX, Agence wallonne à l ...
Etats Unis Open sources.docx -  AWEX, Agence wallonne à l ...
Etats Unis Open sources.docx -  AWEX, Agence wallonne à l ...
Etats Unis Open sources.docx -  AWEX, Agence wallonne à l ...
Etats Unis Open sources.docx -  AWEX, Agence wallonne à l ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Etats Unis Open sources.docx - AWEX, Agence wallonne à l ...

679
-1

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
679
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Etats Unis Open sources.docx - AWEX, Agence wallonne à l ...

  1. 1. Pays : Secteur/créneau/marché porteur : USAIT / Développement d’un nouveau modèle d’affaires<br />Développement / explications du secteur choisi<br />L’Open Source<br />Définition<br />Tout programme/logiciel dont le code source est mis à la disposition de n’importe quel utilisateur ou développeur pour utilisation, modification ou redistribution. La base d’un logiciel open source est de pouvoir créer un logiciel plus pratique et sans bug à la disposition de tout le monde.<br />Les rôles de l’open source dans l’économie<br />Les applications open source occupent les 1er, 2ème et 3ème rangs en terme de part de marché sur plusieurs marchés, ceux-ci comprennent les serveurs web, les systèmes d’exploitation de serveurs, les systèmes d’exploitation de bureau, les moteurs de recherche, les bases de données, les e-mails et autres systèmes d’infrastructure de technologies de l’information et de la communication. Les parts de marché des applications open source sont plus grandes pour l’Europe que pour les Etats-Unis dans le domaine des systèmes d’exploitation et des PCs. Ces parts de marché ont considérablement augmenté ces cinq dernières années. <br />Les applications open source ont une forte pénétration sur le marché – une grande part des organisations publiques et privées ont reporté l’utilisation de programmes open source dans la plupart des domaines d’application. Dans le secteur public, l’Europe a une très grande pénétration. Dans le secteur privé, ce sont les moyennes et grandes entreprises qui adoptent le plus les programmes open source <br />Utilisation de programmes Open Source par industrie<br />Pratiquement les deux tiers des logiciels open source sont écrits par des individuels ; les entreprises contribuent pour environ 15% et d’autres institutions pour 20 %. <br />L’Europe est la première région en ce qui concerne la collaboration au niveau mondial des développeurs de logiciels open source et mène en termes de global project leaders, suivis de près par l’Amérique du Nord.<br />Alors que les Etats-Unis sont les premiers en ce qui concerne les grandes entreprises spécialisées dans l’open source, une meilleure contribution individuelle de l’Europe a mené à l’augmentation du nombre de succès au niveau mondial de petites et moyennes entreprises européennes spécialisées dans l’open source. <br />L’impact direct de l’open source sur l’économie<br />La base qui existe déjà d’applications open source de qualité avec un contrôle de qualité raisonnable et sa distribution coûteraient pratiquement 12 milliards aux entreprises pour la produire en interne. Ce code de base a doublé tous les 18-24 mois ces huit dernières années, et on prévoit que cette croissance continuera encore plusieurs années. <br />La base de logiciels open source qui existe représente les efforts d’au moins 131 000 personnes – années qui ont été dévoués exclusivement par des programmeurs. Vu que ce sont pour la plupart des individuels qui ne sont pas directement payés pour le développement, cela représente un trou significatif au niveau des comptes de productivité nationaux. Annualisé et ajusté pour la croissance, cela représente au moins 800 millions en contribution volontaire de programmeurs seulement chaque année, de laquelle presque la moitié est basée en Europe. <br />Les entreprises ont investi environ 1.2 milliard dans le développement de logiciels open source qui sont mis à disposition gratuitement. De telles entreprises représentent au total au moins 565 000 emplois et 263 milliards d’euros de revenus annuels. Les entreprises qui contribuent proviennent de plusieurs secteurs non spécialisés dans les technologies de l’information (mais qui utilisent souvent les technologies de l’information et de la communication de façon intensive), et qui ont tendance à avoir des revenus supérieurs par rapport aux entreprises qui ne contribuent pas. <br />Définis de façon générale, les services qui se rapportent à l’open source pourraient atteindre 32% des parts de tous les services de technologie de l’information d’ici 2010, et les parts se rapportant à l’open source dans l’économie pourraient atteindre 4% du PNB de l’Europe d’ici 2010. L’open source supporte 29% des parts de logiciels développés en Europe (43% aux Etats-Unis), et fournit un modèle pour le développement de logiciels pour le secteur des logiciels secondaires. Le marché mondial devrait représenter 6.4 milliards de dollars en 2010 et 8.1 milliards de dollars en 2013.<br />Les entreprises de logiciels propriétaires comptent pour moins de 10% d’emploi de développeurs de logiciels aux Etats-Unis, et les entreprises qui utilisent des technologies de l’information comptent plus de 70% des emplois de développeurs de logiciels avec le même niveau de salaire (et les mêmes compétences). Cela suggère qu’il existe une très faible probabilité que l’open source cannibalise les emplois au niveau du logiciel propriétaire mais plutôt que les emplois de développeur de logiciel se tournent de plus en plus vers l’open source. <br />En fournissant un environnement de développement de compétences encouragé par les employeurs et en retenant une meilleure plus-value, l’open source peut encourager la création de PMEs et d’emplois. Etant donné la faible capacité dont l’Europe a fait preuve pour créer de nouvelles entreprises de logiciel comparé aux Etats-Unis, à cause de restrictions au niveau du capital risque et de la tolérance au risque, la grande part de développeurs européens de l’open source fournit une opportunité unique de créer de nouvelles entreprises et d’atteindre les buts de Lisbonne de faire de l’Europe l’économie du savoir la plus compétitive d’ici 2010.<br />L’impact indirect de l’open source sur l’économie : innovation et croissance<br />L’open source permet aux entreprises d’épargner plus de 36% en investissement en R&D de logiciels. Cela peut avoir pour résultat une augmentation des profits ou un autre investissement dans l’innovation.<br />L’open source augmente la valeur des infrastructures des technologies de l’information et de la communication, en supportant ce système étendu d’information. <br />Une augmentation de l’utilisation de l’open source pourrait fournir à l’Europe un moyen de compenser une faible part de PNB investie dans le secteur des technologies de l’information et de la communication par rapport aux Etats-Unis. Un modèle de simulation de croissance et d’innovation montre que le fait d’augmenter l’investissement dans les logiciels dans les parts d’open source de 20% à 40% mènerait à une augmentation de 0,1% dans la croissance du PNB en Europe, sans compter les bénéfices dans l’industrie des technologies de l’information et de la communication – environ 10 milliards d’euros par an. <br />Les modèles économiques construits autour de l’open source<br />Une entreprise spécialisée dans l’open source ne génère aucun revenu direct de ses produits du fait qu’elle les distribue gratuitement ou pour un moindre coût. En réalité, sur le marché de la technologie du web du 21ème siècle, ce sont les entreprises qui font de l’open source qui ont la meilleure stratégie à long terme. Cela peut être démontré grâce à des entreprises telles que LINUX, Apache ou Netscape.<br />Le business de l’open source consiste dans le fait de ne pas retirer la valeur commerciale du produit lui-même mais de tout ce qui tourne autour comme services, tels que l’intégration des systèmes, le support, tutoriels, documentations,… La valeur du logiciel repose dans la valeur qu’on lui ajoute grâce à tous ces services. <br />Le business de l’open source réduit aussi considérablement tous le frais de recherche et développement tout en rendant plus rapide la délivrance de nouveaux produits. Cela vient du fait qu’à l’intérieur d’un projet open source, les membres de la communauté fournissent de la recherche et développement gratuitement en proposant de nouvelles solutions, idées,… L’entreprise qui se trouve au centre de n’importe quel projet open source à succès se verra récolter tous les lauriers d’un travail de milliers de développeurs très compétents sans avoir dû les payer un centime. <br />Une autre force du modèle économique de l’open source repose dans la capacité du marché en lui-même. Vu que les produits open source sont donnés gratuitement, les entreprises d’open source qui peuvent produire des produits de qualité et se créer une bonne réputation peuvent presque immédiatement prendre d’énormes parts sur n’importe quel marché basé sur les réseaux mondiaux complexes générés par les utilisateurs. <br />L’avantage compétitif de l’open source est qu’il permet de sortir des produits de qualité supérieure à partir desquels il sera alors possible d e générer des revenus stables. <br />Dans le but de créer une entreprise spécialisée dans l’open source, on a pu distinguer quatre stratégies différentes : <br /><ul><li>Vendeur de support : Dans ce modèle, on offre le logiciel et on vend la distribution, la marque et le service après-vente (ex : Red Hat).
  2. 2. Loss leader : vous offrez le logiciel open source et vous vous positionnez sur le marché en tant qu’alternative au produit monopole des logiciels « fermés » (ex : Netscape).
  3. 3. Widget Frosting : Dans ce modèle, une société de matériel informatique (pour lequel le logiciel est un complément nécessaire mais strictement un coût plutôt que centre de profit) est open source afin d'obtenir de meilleurs conducteurs et des outils d'interface moins chers (ex : Silicon Graphics soutient Samba).
  4. 4. Accesorizing : vente d’accessoires - livres, le matériel compatible, le système complet avec les logiciels libres préinstallés. Il est facile de tout banaliser (open-source de T-shirts, tasses à café, des poupées pingouin Linux), mais au moins les livres et le matériel ont permis certaines réussites claires comme O'Reilly Associates, CSD, et VA Research. </li></ul>On remarquera que la plupart des grosses entreprises qui font de l’open source sont sponsorisées par des entreprises telles que IBM, Sun ou encore HP. Leur but n’étant pas de générer des revenus directs, mais plutôt, sur un point stratégique, de changer la tendance et de réduire l’influence de Microsoft sur le marché.<br />L’exemple d’IBM<br />IBM est la plus grande entreprise du monde sur le marché des technologies de l’information et cela va faire 80 ans qu’elle détient le leadership en ce qui concerne l’aide aux entreprises pour l’innovation. <br />La tactique d’IBM depuis quelques années pour augmenter ses parts de marché et combattre ses concurrents a été d’investir et de supporter le secteur de l’open source. Sa stratégie étant de mettre des logiciels dont il détient la propriété en projets open source, les mettant ainsi à disposition de développeurs pour les améliorer. Cela permet en effet d’accélérer le développement de ces logiciels et de rester compétitif par rapport aux autres entreprises. <br />IBM est un des sponsors leader en ce qui concerne les projets open-source comme par exemple pour le serveur Web d’Apache ou encore le système d’exploitation de Linux. <br />Aujourd’hui IBM a plus de 600 développeurs qui travaillent avec les différentes communautés sur environ 100 projets de logiciels open source. <br />La licence « open source »<br />La licence open source est une licence copyright pour les logiciels informatiques qui rend un code source disponible, lui permettant d’être modifié et redistribué sans avoir à payer l’auteur original. Ces licences peuvent inclure quelques restrictions comme de devoir préserver le nom des auteurs et le ‘copyright statement’ se trouvant dans le code. Une licence très utilisée (et parfois considérée comme une norme) est celle délivrée par l’ « Open Source Initiative » qui se base sur leur définition de l’open source. <br />Certaines licences sont basées sur le principe du « copyleft », un principe de réciprocité. Une œuvre dérivée d’un logiciel doit à son tour être libre (ex : la licence « GNU GPL »). <br />17145048260Logo Copyleft<br />Succès de l’open source, exemples : Linux, Red Hat et Apache<br />Linux, qui a créé le fameux noyau pour système d’exploitation est l’exemple même de la réussite d’un projet open source. Aujourd’hui, Linux continue d’évoluer grâce aux investissements provenant d’entreprises telles qu’IBM, HP ou Intel, qui contribuent au projet en amenant leur technologie, des forces marketing et des milliers de programmeurs professionnels ainsi que grâce à la communauté Linux qui s’est formée autour de lui. <br />De nos jours, les logiciels développés par Linux sont utilisés pour les téléphones cellulaires de Motorola, les robots de Mitsubishi, eBay, … et cela va jusqu’aux superordinateurs de la NASA. Linux est considéré comme un des plus grands concurrents de Microsoft. En ce qui concerne les serveurs, Linux détient 33% des parts de marché par rapport à 59% pour Microsoft. Pour ce qui est des desktops, Linux est passé de 3 à 6% de 2005 à 2007. <br />Autour de Linux se sont créées d’autres entreprises qui se chargent de la distribution du noyau Linux emballé avec un package de logiciels libres, de manuels d’utilisation, de mises à jour et de services clientèle. Ces entreprises chargent alors leurs clients avec une souscription annuelle pour tous ces services, c’est notamment le cas pour des sociétés comme Red Hat ou Novell, Inc. <br />Red Hat est une entreprise multinationale d’origine américaine qui édite des distributions Linux. Elle constitue le premier distributeur du système d’exploitation Linux. Son produit phare est le « Red Hat Enterprise Linux » qui est un système d’exploitation destiné aux entreprises. Red Hat fournit des plates-formes logicielles (système d’exploitation, middleware, applications et solutions de gestion) ainsi que des services d’assistance, de formation et de conseil. <br />Red Hat vend des abonnements d’assistance, de formation et de services d’intégration qui aident les clients à utiliser des logiciels open source. En 2006, son chiffre d’affaires était de 278,3 millions de dollars. <br />Apache est aujourd’hui le serveur Web numéro 1 sur le marché. Voici un graphique montrant l’évolution des parts de marché d’octobre 1995 à avril 2007 : <br />Les différents secteurs de l’open source<br />L’évolution de l’open source a un impact considérable sur le secteur de l’information qui représente un énorme marché. En effet, en prenant en compte les fournitures d’infrastructure et de services pour la création, l’échange et le traitement d’information et de services de communication, ainsi que les ventes de l’information, ce marché représente aujourd’hui environ 10% du PNB dans la plupart des pays développés et compte pour plus de la moitié de la croissance de leur économie. <br />Voici une liste non exhaustive des différents secteurs dans lesquels des logiciels open source ont été développés :<br />SecteurLogicielsFinanceBulmaGes , Compiere, ERP5, GnuCash, Grisbi, JCash, JFin, JGnash, JMoney, KmyMoney, LX-Office, Marketcetera, Mifos – Microfinance, Money Manager Ex, Opentick, osFinancials, PayThyme, phpOrganisation, QuantLib, Quasar Accounting, QuickFIX, Quotes Viewer, SQL Ledger, Time Trex, TurboCASH, LAMP AccountsMathématiquesBc programming language, Dc (Unix), Euler, Experix, Freemat, GNU Octave, GoldenGem, Hoc, IT++, Integrated Microcomputer Processing System, Maxima, Metamath, Orpie, Qalculate, Rlab, Units, XNUMBERS, XcasModélisation et simulation PDQ, SimPyScienceABINIT, Analysis of Functional NeuroImage, Antiword, Bioconductor, CERN Program Library, Cclib, ChemTool, Chemistry Development Kit, Citcom, Cn3D, EMBOSS, EMovie, EXCITING, Elmer FEM Solver, Endrov, Euler, Experix, Fityk, GTKWave, Geant4, GenMAPP, Gravit, GumTree, ImageJ, InVesalius, JOELib, Java Learning Machine Library, Jmol, Kalzium, LAMMPS, Lumi, Marble, Molekel, NASA Wold Wind, NumPy, OELib, Octopus, OpenBabel, OpenOpt, PDBREPORT, PWscf, Physics Analysis Workstation, Praat, Ptolemy Project, Pwpaw, PyMOL, QuteMol, RapidMiner, RasMol, SciPy, ScientificPython, Sirius visualization software, Spatiotemporal Epidemiological Modeler, VTK, What If Software, Weka, XdrawChemSystème d’information géographiqueGeoServer, GRASS GIS, gvSIG, ILWIS, JTS Topology Suite, MapGuide Open Source, MapServer, MapNik, OpenEV, OpenMap, Quantum GIS, TerraLib, uDigGraphiqueGraph, Archim, Descartes, EpsTk, Gnuplot, Grace, GraphCalc, HippoDraw, JFreeChart, KChart, Kst, LabPlot, Matplotlib, MayaVi, OpenPlaG, PGPLOT, PLplot, Ploticus, QtiPlot, SciDAVisMicroscopie par sonde à balayageGwyddion, GxsmTraitement de l’image par microscopeCellProfiler, ImageJ, EndrovStatistiquesAida, CSPro, Emacs Speaks Statistics, Epi Info, GGobi, Gretl, IDAMS, IDIS, Java Analysis studio, OpenEpi, R, ROOT, Windig, X-12-ARIMA, XlispStatSpeechText2Speech, Emacspeak, Festival Speech Synthesis System, CMU Sphinx, Modular Audio Recognition Framework, Technologie d’assistanceDasher, Gnopernicus, PowerTalk, pVoice, Virtual Magnifying Glass Stockage et gestion de donnéesWeka, YALE, Scriptella ETL, Adavanced Maryland Automatic Network Disk Archiver, Ark, Backup PC, Bacula, Cobian Backup, Cpio, Dump, GrSync, Rsync, Tar, KneobaseEdition de documentsOpenOffice.org, KOffice, GNOME Office, NeoOffice, Siag Office, AbiWord, EZ Word, JWPce, KWord, LyX, GNU TexMacs, Ted, Compendium. FreeMind, Jarnal, Tomboy, WikidPad, Xournal, IText, Multivalent, PDF Clown, PDFCreator, PDFEdit, PdfteX, Pstoedit, ReportLab, Scribus, AMSrefs, AUCTeX, ArabTeX, Asymptote, Beamer, CWEB, ConTeXt, Dvipng, Dvips, FarsiTeX, GELLMU, GNU Texinfo, LaTeX, LaTeX – Editor, LaTeX2HTML, LaTeX2RTF, METAFONT, METATYPE1, MacTeX, MakeIndex, MeWa, MetaPost, MikTeX, PSTricks, PSFrag, REVTeX, TIPA, TeTeX, TeX, TeX Directory Structure, TeX Live, TeXCAD, Texvc, XeTeX, Xindy, YAP, ACE, Notepad++, Bluefish, Aptana, … EducationTuX Paint, Childsplay, GCompris, Docebo LMS, IUP Portfolio, Moodle, FortLatin, Kiten, KTouch, KGeography, Focus/SIS Gestion de dossiers7-Zip, Krusader, PCMan File Manager, ROX- Filer, Dolphin, …JeuxAbuse, Battle for Westnoth, Lincity, Nexuiz,…Interface graphiqueFresco, FrameBuffer UI, FreeGEM, Metisse, Rio, SEAL GUI, Twin, VirtualGL, X Window System, X Org Server, XFree86, XGGI, Ambient Desktop, Calmira, IDesk, KDE, LXDE, Mezzo, AlterStep, HaZe, Sawfish,… GroupwareBongo, phpBB, Mindquarry, Exchange4Linux, Alfresco, Apache, PodWiki, S4J, Logiciels de soin de santéCAISI, OpenMed, FreeMed, 3DSlicer, OpenClinica, Mirth, BioLinux, HAPI, Chiapas, …Média (images, radio, télévision, …)Ardour, Audacity, CD-DA X-Tractor, Linux Multimedia Studio, OpenSebJ, Pencil – les Stooges, Mpeg2SchnittTravail en réseau et Internet (e-mail, téléphonie, transfert de dossiers, moteurs de recherche,…)Getmail, GNU Mailman, Gnuzilla, Windows Live Mail, Mozilla Thunderbird, IMVU, CSpace, Jabber XCP, Akregator, Astrerisk, YATE, Filezilla, Lftp, Azureus, BitTornado, BitTorrent Client, GenControl, Mozilla Firefox, ABrowse, Dorgem, Fwink,cURL, Apache Cocoon, Jakarta Tomcat, JBoss, …Systèmes d’exploitationInferno, Linux, OpenBSD, OpenSolaris, Plan 9 From Dell Labs, BKUNIX, GNU, OZONE, UnixLite,…Gestion des mots de passeKeePAss, Password Safe,…Gestion d’informations personnellesKNotes, Rachota TimeTracker, Treeline,…Support programmation du langageRefal, Rexx, Sharpforge, CodeWorker, Redet,…EditionPassePartout, OpenBerg, Fonds d’écranElectric Sheep, Flurry, XScreenSaverSécuritéClamAV, Gateway Anti-Virus, NeoCrypt, Windows Privacy Tray, FWBuilder<br /> Dernière « ouverture » open source<br />Google a lancé son nouveau projet, le « gPhone ». Son but : transformer les téléphones portables en nouveaux puissants ordinateurs mobiles. Pour cela, Google va placer son projet sur une plate-forme open source (appelée « Androïd ») qui sera mise à disposition de tout développeur qui veut contribuer au projet. L’idée est de créer une nouvelle vague d’innovation autour de cette plateforme (construite à base du noyau Linux) qui comprend déjà des éléments tels que le système d’exploitation et l’interface. <br />La plate-forme Androïd a pu être mise sur le marché grâce à la collaboration de 34 développeurs, opérateurs de réseaux sans fil, fabricants d’appareils qui se font appeler l’ « Open Handset Alliance ».<br />Pour plus d’informations : http://www.openhandsetalliance.com/<br />Sources<br />Study on the: Economic impact of open source software on innovation and the competitiveness of the Information and Communication Technologies (ICT) sector in the EU, étude menée par UNU – MERIT, Pays-bas, Novembre 2006 , http://ec.europa.eu/enterprise/ict/policy/doc/2006-11-20-flossimpact.pdf<br />Open Source Intiative, http://www.opensource.org/<br />Open Source at IBM, http://www-03.ibm.com/linux/opensource/<br />

×