Briefing de Bruxelles n 31Géographie alimentaire: renouer avec l’origine dans lesystème alimentaire15 mai 2013http://bruxe...
Projet d’Appui à la Mise en Place desIndications Géographiques de l’OAPI(PAMPIG)LE PROCESSUSD’ACCOMPAGNEMENT DUCAFE ZIAMA-...
I. Importance des IG Les pays africains disposent d’un potentiel important debiodiversités agricole et agroalimentaire. C...
II. Initiatives en Afrique sub-saharienne Les initiatives avec la FAOLa FAO a mis en place en 2002, un "Fonds fiduciaire ...
II. Initiatives en Afrique sub-saharienne (suite) Guide pour promouvoir la qualité liée { l’origine et desindications géo...
II. Initiatives en Afrique sub-saharienne (suite) Les initiatives de l’OAPI L’Organisation Africaine de la Propriété Int...
II. Initiatives en Afrique sub-saharienne (suite) L’OAPI dispose d’un cadre de protection spécialement conçu pourles IG c...
III. Pourquoi un projet pilote sur les IG?Constats:1. Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de Bangui de 1977 réviséen 19...
IV. Historique1. 2000- Naissance de l’idée d’un projet pilote /séminaire deConakry/OMPI,INAO,INPI,OAPI2. De 2001 à 2003- c...
IV. Historique (suite)4. Préparation de la réunion ministérielle en marge 25emesession CA/OAPI à Ouagadougou en 2005 Mise...
V. Projet d’Appui à la Mise en Place des IG (PAMPIG)Objectifs généraux du PAMPIG La finalité du PROJET est d’appuyer les ...
VI. Composantes du PAMPIGBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 12Composante ...
VI. Composantes du PAMPIG (suite) COMPOSANTE 21. Assistance technique- recrutement mars - avril 2010- appui au démarrage,...
VI. Composantes du PAMPIG (suite) COMPOSANTE 23. Accompagnement des produits pilotes- identification des acteurs et diagn...
VII. Appui au Café Ziama-Macenta Mission d’appui de l’OAPI et du CIRAD en août 2010 Structuration d’un dispositif nation...
VII. Appui au Café Ziama-Macenta(suite) Choix de lIRAM - Institut de Recherches etdApplications des Méthodes de Développe...
VIII. Résultats Acteurs de la filière café Ziama-Macenta sont identifiés Groupement représentatif de l’IG café Ziama-Mac...
IX. Caractéristiques du produit Demandeur de l’IGADECAM – Association de défense du café Ziama-MacentaAdresse: MacentaPré...
IX. Caractéristique du produit (suite)Le café Ziama-Macenta a des caractéristiques qui le rapprochentbeaucoup plus d’un ar...
X. Aire géographique Communes de l’aire géographique située { proximité immédiatedu périmètre forestier du Massif de Ziam...
X. Aire géographique (suite)Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 21
X. Aire géographique (fin) Potentiel de terre exploitable et cultivable hors mis forêt classéeest de 220 700 ha; Végétat...
XI. Lien à l’origine Toutes les opérations ont lieu dans l’aire géographique(plantation, récolte, tri, séchage, condition...
XII. Réputation du produit L’espèce botanique Coffea Canephora, le Robustaa étédécouverte en Afrique de l’Ouest entre l’O...
XIII. Cahier des chargesENGAGEMENT Opérateurs ayant signé un contrat avec l’Association IGengagement peuvent produire, tr...
XIII. Cahier des charges (suite) Ombrage : Les producteurs dont les parcelles ne satisfontpas à ce critère, disposent de ...
XIII. Cahier des charges (suite) Fertilisation: Fertilisation organique recommandée soit àpartir du recyclage de la végét...
XIII. Cahier des charges (suite) Critères de récolte:Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxel...
XIII. Cahier des charges (suite)Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 29•Au ...
XIII. Cahier des charges (suite) Stockage du café Chez le planteur : En coque ou vert dans une pièce protégéede la pluie...
XIII. Cahier des charges (suite) Transport Transport du café coque jamais associé à aucun autreproduit (chimique, carbur...
XIII. Cahier des charges (suite) Traçabilité Enregistrement : Chaque opérateur de la filière doitconsigner sur un docume...
XIII. Cahier des charges (suite) L’Association examine la déclaration et si elle estincomplète, elle est retournée dans l...
XIII. Cahier des charges (suite) Contrôle relatif au cahier des charges et au contrôledes produitsBriefing "Renouer avec ...
XIII. Cahier des charges (suite) Autocontrôle: Tout opérateur doit réaliser desautocontrôles sur ses activités et conserv...
XIV. Dossier IGLe dossier { soumettre { l’OAPI pour la protection de l’IGcomprend: Demande de protection de l’Association...
XV. Faiblesses du PAMPIG1. Lenteur dans la mise en place des institutions etprocédures (Etats membres);2. Faible implicati...
XVI. Suggestions1. Poursuite des actions de l’OAPI en matière de mise en placedes Institutions et procédures;2. Poursuite ...
XVII. Perspectives stratégiques1. Mise en place ou renforcement dans chaque Etatmembre d’un système contrôle de l’usage de...
MERCI DE VOTREAIMABLE ATTENTIONBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 40
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Marie Antoinette Haba: «Enseignements du processus d’enregistrement d’une IG du café du Mont Ziama en Guinée»

797 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
797
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Marie Antoinette Haba: «Enseignements du processus d’enregistrement d’une IG du café du Mont Ziama en Guinée»

  1. 1. Briefing de Bruxelles n 31Géographie alimentaire: renouer avec l’origine dans lesystème alimentaire15 mai 2013http://bruxellesbriefings.net/Enseignements du processus d’enregistrement d’uneIG du café du Mont Ziama en GuinéeMarie-Antoinette Haba, Ministère de l’Agriculture,Guinée
  2. 2. Projet d’Appui à la Mise en Place desIndications Géographiques de l’OAPI(PAMPIG)LE PROCESSUSD’ACCOMPAGNEMENT DUCAFE ZIAMA-MACENTA ENINDICATION GEOGRAPHIQUEPrésenté par : Mme SANOUSSI Marie Antoinette HABA, point focalIndications géographiquesBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 2
  3. 3. I. Importance des IG Les pays africains disposent d’un potentiel important debiodiversités agricole et agroalimentaire. Ces produits de qualitéétroitement liée à l’origine s’identifient à des noms des terroirsdont ils sont issus. Les économies vulnérables de nos pays sont obligés de nos jours,d’explorer de nouvelles opportunités de valorisation de leursproduits. Et les indications géographiques sont un outil quipermet aux produits typiques de qualité, de bénéficier duneprotection juridique en référence à l’origine géographique. Conscient de tous ces enjeux et du potentiel important de produitsde qualité typiques dont regorgent nos pays , de nombreusesinitiatives ont vu le jour en Afrique dans le cadre de partenariat stechniques avec entre autres, les appuis technique del’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), de laF AO et d’autres partenaires techniques.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 3
  4. 4. II. Initiatives en Afrique sub-saharienne Les initiatives avec la FAOLa FAO a mis en place en 2002, un "Fonds fiduciaire pour la sécuritéalimentaire et la sécurité sanitaire des aliments« et en 2006, laCoopération italienne, à travers sa Direction Générale de Coopérationau Développement (DGCS), a décidé de financer dans le cadre de ceFonds, un certain nombre de projets sur la sécurité alimentaire et lavalorisation des productions agricoles par la transformation et lacommercialisation dans sept pays dAfrique de lOuest: Gambie,Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Sénégal et Sierra Leone.Quelques résultats: Organisation de séminaires régionaux; Elaboration d’outils d’appui; Développement de 23 études de cas dans différentes parties du Monde,et en particulier 5 en Afrique: Thé du Rwanda, Riz de Kovié (Togo),Violet de Galmi (Niger), Echalote du Pays Dogon (Mali), Miel deCasamance (Sénégal).Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 4
  5. 5. II. Initiatives en Afrique sub-saharienne (suite) Guide pour promouvoir la qualité liée { l’origine et desindications géographiques durables « Territoires, produits,acteurs locaux : des liens de qualité » diffusé dans plusieurs payset au sein de formations. De nombreux projets avec le réseau de chercheurs sinerGI et desprojets de coopération technique en Afrique du Nord (Maroc,Tunisie) et en Afrique sub-saharienne (Mali, Sierra Leone,Sénégal, Guinée Bissau, République de Guinée). Un autre projetest en cours au Bénin. En Guinée Bissau, Mali, Sénégal et Sierra Leone et encollaboration avec Slow Food, le projet sous-régional d’appui { lapromotion des produits de terroir pour préserver les traditionsalimentaires et la biodiversité est développé.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 5
  6. 6. II. Initiatives en Afrique sub-saharienne (suite) Les initiatives de l’OAPI L’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI)regroupe à ce jour 16 pays. Pour les Etats membres, l’OAPI est l’office commun de la PropriétéIntellectuelle. Il est régi par l’Accord de Bangui de 1999 qui est la loi commune. La procédure est centralisée: tout dépôt { l’OAPI a valeur de dépôtnational dans chaque Etat membreBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 6•Mali•Burkina Faso•Cameroun•Centrafrique•Congo•Cote d’Ivoire•Gabon•Guinée•Guinée Bissau•Mauritanie•Niger•Sénégal•Thad•Togo
  7. 7. II. Initiatives en Afrique sub-saharienne (suite) L’OAPI dispose d’un cadre de protection spécialement conçu pourles IG ceci à travers son Annexe VI qui définit les IG comme «[...]des indications qui servent à identifier un produit comme étantoriginaire d’un territoire, dune région ou d’une localité de ceterritoire, dans les cas où une qualité, réputation ou autrecaractéristique déterminée du produit peut être attribuéeessentiellement à cette origine géographique». L’OAPI met { la disposition de ces Etats un système sui generis,caractérisé par un enregistrement de la dénomination par lesproducteurs, lequel enregistrement crée un droit exclusif pour cesderniers { utiliser la dénomination { des fins commerciales. L’IGest protégée en tant que telle et ne pourra plus être utilisée par destiers quand bien même l’origine véritable du produit seraitapposée par un contrefacteur, employée dans une autre langue ouencore légèrement déformée par des termes délocalisant.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 7
  8. 8. III. Pourquoi un projet pilote sur les IG?Constats:1. Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de Bangui de 1977 réviséen 1999, l’OAPI n’a reçu aucune demande d’enregistrement deproduits originaires de ses Etats membres, malgré l’existenced’indications géographiques « informelles » africaines quicontribuent grandement à la richesse socio-économique desterritoires où elles sont ancrés;3. La reconnaissance officielle des indications géographiques (IG)contribuerait à la fois de reconnaitre et de protéger leurpatrimoine en la matière et permettrait à de nombreux produitsd’affirmer leurs identités, de structurer des organisationséconomiques et de développer de la valeur ajoutée; C’est dans ce soucis que dès 2000, les Etats membres de l’OAPIont décidé de mettre en place un projet pilote sur les indicationsgéographiques qui sont des outils de développement local .Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 8
  9. 9. IV. Historique1. 2000- Naissance de l’idée d’un projet pilote /séminaire deConakry/OMPI,INAO,INPI,OAPI2. De 2001 à 2003- choix des quatre pays pilote (Burkina Faso, Cameroun, Côted’Ivoire, Guinée);- formation des responsables pays pilotes en France (INAO);- proposition d’implication des Ministères de l’Agriculture.3. Recadrage du Projet/INPI, MAE,MAP,OMPI/ 2003 - 2004- appui { l’OAPI et { ses Etats membres par une initiation { ladémarche basée sur des exemples concrets de produits;- mission Experts INAO et CIRAD auprès des pays pilotes- nomination des points focaux IGBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 9
  10. 10. IV. Historique (suite)4. Préparation de la réunion ministérielle en marge 25emesession CA/OAPI à Ouagadougou en 2005 Mise en situation des points focaux; Poursuite du repérage des produits; Formation des points focaux des pays pilotes;5. Tenue de la réunion ministérielle en marge 25eme sessionCA/OAPI à Ouagadougou en 2005 Adoption d’un plan d’action de 4 ans sur les IG; Adoption de la déclaration de Ouagadougou sur les IG pourmettre en place les Comités nationaux et rechercher lesfinancement nécessaires6. Soumission de requête de financement auprès desbailleurs de fonds en 20067. 2008, Signature convention de financement du PAMPIGentre l’OAPI/AFDBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 10
  11. 11. V. Projet d’Appui à la Mise en Place des IG (PAMPIG)Objectifs généraux du PAMPIG La finalité du PROJET est d’appuyer les Etats membres del’OAPI dans la conquête de marchés de niche grâce auxIndications Géographiques, et ainsi contribuer audéveloppement rural en améliorant et en sécurisant le revenudes producteurs concernés.Le projet vise plus particulièrement à :1. Accompagner les producteurs des Etats membres dans unexercice d’identification et de reconnaissance de produitsnationaux éligibles aux Indications Géographiques ;2. Contribuer au renforcement des capacités de l’OAPI et despartenaires nationaux publics et privés en vue d’assurer lapromotion et la protection des Indications Géographiques.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 11
  12. 12. VI. Composantes du PAMPIGBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 12Composante 1•Maîtrise d’ouvrage•formation enélaboration de cahierdes charges et passationdes marchés;•des cadres de l’OAPIont été formés y comprisle responsable du projet.Composante 2•Assistance technique•Accompagnement desproduits pilotes•Appel proposition denouveaux produits•Séminaires régionauxannuels•Actions régionales
  13. 13. VI. Composantes du PAMPIG (suite) COMPOSANTE 21. Assistance technique- recrutement mars - avril 2010- appui au démarrage, réactualisation du plan d’action,validation et mise en œuvre (mission permanente – 4 mois);- appui à distance (missions ponctuelles à distance , voyage) .2. Accompagnement des produits pilotes- miel blanc d’Oku (Cameroun);- poivre de Penja (Cameroun);- toiles de Korhogo (Côte d’Ivoire);- café Ziama Macenta (Guinée).Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 13
  14. 14. VI. Composantes du PAMPIG (suite) COMPOSANTE 23. Accompagnement des produits pilotes- identification des acteurs et diagnostic de la filière;- sensibilisation des producteurs, renforcement des structures;- appui à la préparation du cahier des charges, à la définition del’air géographique, { l’élaboration des modalités de contrôle, {la stratégie marketing et actions de promotion;- Montage du dossier de l’IG.4. Appel à proposition de nouveaux produits110 produits signalés dont 79 avec des fiches exploitables, unedouzaine (12) de fiches apportent suffisamment d’informationspour justifier éventuellement, une démarche plus importante.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 14
  15. 15. VII. Appui au Café Ziama-Macenta Mission d’appui de l’OAPI et du CIRAD en août 2010 Structuration d’un dispositif national (Comité national IG) Renforcement des capacités des acteurs nationaux, présentation duplan d’action du PAMPIG et du niveau de mise en œuvre) Diagnostic de la filière et identifier les acteurs du café Ziama-Macenta et valider avec eux, un plan d’action pour la reconnaissancede ce produit pilote en IG. Lancement en 2011 par l’OAPI , d’un appel d’offre Caractérisation de la filière et le produit, sensibiliser les acteurs, organisation du groupement représentatif de l’IG, Organisation de missions et travail d’experts internationaux, Mettre en place un plan contrôle et une stratégie marketing , Mettre en place et valider auprès du groupement représentatif del’IG, la démarche, le cahier des charges, la délimitation, le systèmede contrôle et la stratégie marketingBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 201315
  16. 16. VII. Appui au Café Ziama-Macenta(suite) Choix de lIRAM - Institut de Recherches etdApplications des Méthodes de DéveloppementMise en œuvre de l’appui en partenariat avec: MGE- Maison guinéenne de l’entrepreneur lRAG- Institut de recherche agronomique de Guinée ANPROCA- Agence nationale pour la promotion du conseilagricoleBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 16
  17. 17. VIII. Résultats Acteurs de la filière café Ziama-Macenta sont identifiés Groupement représentatif de l’IG café Ziama-Macenta misen place : L’ADECAM est créée le 26 juillet 2012 Formateurs et des producteurs sont formés la conduite d’une caféière et des traitements post-récolte; Aux outils de comptabilité simplifiée, de suivi des stocks, de suivimatière; Les zones de production sont délimitées et caractérisées Un plan de contrôle élaboré et validé par l’Association IG Le cahier des charges du café Ziama-Macenta est élaboré,validé par l’Association IG Une stratégie commerciale de l’Association IG café Ziama-Macenta est élaboré avec cette année un contrat d’exportation de 40tonnes de café avec la maison P. Jobin & CieBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 17
  18. 18. IX. Caractéristiques du produit Demandeur de l’IGADECAM – Association de défense du café Ziama-MacentaAdresse: MacentaPrésident: M. Sidiki CAMARA Nom du produitCafé Ziama-Macenta Nature du produitIl s’agit d’un café Robusta.Les café proviennent de clones ou d’hybrides exclusivement deRobusta; il s’agit { la fois de variétés traditionnelles et de clones(119, 477, 529 et 594)Il s’agit de plantations comportant une strate supérieure assurantun ombrage sur l’ensemble des parcellesBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 18
  19. 19. IX. Caractéristique du produit (suite)Le café Ziama-Macenta a des caractéristiques qui le rapprochentbeaucoup plus d’un arabica: La boisson préparée a une saveur acidulée et peu amère, un arome fort, finet persistant. La densité du grain est déterminée { l’humidité de 12% . Du fait d’unecroissance lentes des baies, les grains sont particulièrement denses. Le café vert est vendu dans des sacs de jute avec inscription sur le sac:« Indication géographique café Ziama-Macenta » et une étiquette avec lenom et le logo de l’Association IG, les numéros de référence desproducteurs et la date d’emballage cousue sur le sac.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 19Etat duproduitForme Taille et densité Couleur OdeurCafé vert Demi-cerclePeufuseléeGradesDensité(massevolumiq.)Jaune, vertet jaune-vert (brun)Odeuraromatisée cafévertG1 700 à 710g/dm30,9 à 1,5 gG2 0,6 à 1 g
  20. 20. X. Aire géographique Communes de l’aire géographique située { proximité immédiatedu périmètre forestier du Massif de Ziama, avec une forteinfluence sur le micro climat par la nébulosité élevée liée auxpluies abondantes, au couvert nuageux et { l’altitude élevée avecdes températures basses; L’aire de l’IG café Ziama-Macenta est située dans la préfecturede Macenta et dans les communes de Daro, Fassankoni,Kouankan, Macenta, N’Zébéla, Orémai, Ségbédou, Sérédou etVassérédou (107 villages). De forme allongée Sud-Nord sur unelongueur de 78 km et 55 km de large de l’Ouest-Est; elle s’étendentre 9° et 10° de longitude Ouest et entre 8° et 9° latitudeNord; Zone de production des cerises se situe dans le périmètred’influence du massif forestier du mont Ziama; Superficie total de la zone est de 360 200 ha y compris la forêtclassée du Ziama;Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 20
  21. 21. X. Aire géographique (suite)Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 21
  22. 22. X. Aire géographique (fin) Potentiel de terre exploitable et cultivable hors mis forêt classéeest de 220 700 ha; Végétation dominée par une forêt dense humide et ou une forêtsecondaire Sols ferralitiques bruns forestiers avec un couvert végétal densereposant sur un substrat granitique avec des intrusions dedolérite Nombre de jours de pluies de 260 à 280 jours repartis sur 9mois, avec un cumul pluviométrique de 2000 à 3000 mm/an; Température moyenne de 25 °c, humidité relative moyenne de80%, altitude = ou> à 450 mètres<.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 22
  23. 23. XI. Lien à l’origine Toutes les opérations ont lieu dans l’aire géographique(plantation, récolte, tri, séchage, conditionnement, stockagedu café »coque », décorticage, vannage, tri du café marchand,calibrage, ensachage du café marchand); Engagement préalable des opérateurs autorisés de la filière àproduire et à commercialiser du café Ziama-Macenta auprèsde l’Association IG et enregistrement auprès de l’AssociationIG et de l’organisme de contrôle; Système de traçabilité pour connaitre les volumes produits etcommercialisés aux différentes étapes de la filière suivant lesfiches de contrôle interne et externes qui doivent êtreconservées pour 2 ans et être consultables à tout moment; Produits mis en sacs de jute de 60 kg, étiquetés par lesopérateurs en aval chargé de l’ensachage;Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 201323
  24. 24. XII. Réputation du produit L’espèce botanique Coffea Canephora, le Robustaa étédécouverte en Afrique de l’Ouest entre l’Ouganda et la Guinée.Certaines variétés furent découvertes en Guinée Forestière et larégion de Macenta a été mise en valeur durant la périodecoloniale. Selon les témoignages des anciens, les collecteurspassaient beaucoup de temps à Macenta pour augmenter laqualité de leur mélange. Le café de Macenta a ainsi acquis unenotoriété auprès des importateurs et des torréfacteurs durantcette période. Aujourd’hui encore, le café de cette zone de Macenta est utilisépour relever la base des cafés provenant d’autres régions dupays et de la Côte d’Ivoire). Les commerçants sénégalais, grandconsommateurs du café Robusta, reconnaissent la qualitésupérieure du café de Macenta qu’ils placent devant la qualité« Cote d’Ivoire » et celle d’autres région de la Guinée Forestière.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 24
  25. 25. XIII. Cahier des chargesENGAGEMENT Opérateurs ayant signé un contrat avec l’Association IGengagement peuvent produire, transformer, commercialiser ducafé de l’IG Ziama-Macenta Parcelles de production sont celles situées dans la zonedélimitée de l’IG Origine: se sont des cafés doivent provenir des clones ouhybrides exclusivement de Robusta et des variétéstraditionnelles (cultivars locaux) et clones introduits : clones119, 477, 529, 588 et 594. Les plantations ne doivent en aucuncas comporter les espèces Excelsa et Liberica. Ombrage : Plantations sont conduites sous un ombrageproduit par des arbres de la strate supérieure d’espèces natives,éventuellement légumineuses, procurant un ombrage continude l’ensemble de la parcelle.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 201325
  26. 26. XIII. Cahier des charges (suite) Ombrage : Les producteurs dont les parcelles ne satisfontpas à ce critère, disposent de 5 années à compter de la dated’engagement pour planter les espèces adaptées de leur choix. Entretien : Caféiers régulièrement taillés (égourmandage,élagage, taille des bois morts) afin d’obtenir des plants aérés,équilibrés et bâtis sur 3 à 4 branches. Désherbage : Parcelles défrichées régulièrement pourobtenir une couverture basse du sol par la végétationspontanée ou par l’introduction de plantes amélioratrices.L’usage des herbicides est interdit, afin de préserver la qualitéet de respecter les principes de la fertilisation organique dusol. Renouvellement: Renouvellement des plantes trop âgéesrecommandé, soit par le recépage, soit par la plantation dejeunes plants.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 201326
  27. 27. XIII. Cahier des charges (suite) Fertilisation: Fertilisation organique recommandée soit àpartir du recyclage de la végétation produite sur la parcelle,soit à partir de matières organiques importées tels quefumiers, déchets végétaux divers, compost, etc… Complémentavec fumure minérale e recommandé sur les plants jeunes Protection des cultures: Usage des insecticides naturelsobligatoire, l’usage des insecticides chimiques est interdit.ADECAM a l’obligation de former et de mettre { disposition desinsecticides naturels. La protection des cultures passe par desmesures préventives (taille phytosanitaire, usage de scies,…),l’utilisation de pièges, de répulsifs et l’utilisation d’insecticidesnaturels tels ceux listés en annexe * du cahier des charges. Date de récolte est fixée en fonction des villages et selon lescritères permettant de définir une maturité optimale.parl’association doit être respectée.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 27
  28. 28. XIII. Cahier des charges (suite) Critères de récolte:Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 201328•Seules les cerises rouges sontcueillies en plusieurs passages.Les cerises noires, vertes ou cellestombées au sol ne doivent enaucun cas être ajoutées à cellescueillies sur l’arbre.•Tri post récolte: - Parimmersion où les baies densestombent au fond de l’eau et lesbaies vides ou incomplètessurnagent et - manuel sur claie,les cerises vertes, fermentées etsur-mûres sont éliminées
  29. 29. XIII. Cahier des charges (suite)Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 29•Au soleil sur claiesdurant 21 jours avec 2 à 3remuages par jour, au furet à mesure des récoltes.•Pour un (1) ha deplantation, une claie de20 m².•Les claies sont mises àl’abri ou couvertes debâches plastiques légères,en cas de pluie ou la nuit.•Installations de séchage
  30. 30. XIII. Cahier des charges (suite) Stockage du café Chez le planteur : En coque ou vert dans une pièce protégéede la pluie, dans des sacs neufs en nylon, sans contact directavec le sol, isolés d’autres produits que le café, de toutcontaminant, et protégés des insectes et rongeurs. Chez le collecteur ou transformateur : En coque ou vertdans une pièce protégée de la pluie et de l’humidité sans contactdirect avec le sol ou les murs afin de permettre une bonneaération. Une aire identifiée « IG Café Ziama Macenta » est réservéedans le local, les sol, mur et plafond régulièrement nettoyés.Des enregistrements de ces nettoyages doivent être émis etconservés. Tenue de l’enregistrement des mouvements, de l’origine et dela destination des lots.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 30
  31. 31. XIII. Cahier des charges (suite) Transport Transport du café coque jamais associé à aucun autreproduit (chimique, carburant, huile, arachide, etc…), assurépar des camions équipés de bâche étanche et jamais detransport avec des voyageurs ou d’autres produits. Nettoyage Avant tout transport le camion doit être soigneusementnettoyé ; son nettoyage doit être enregistré et le résultatconstatant la propreté visuelle et l’absence d’odeurs,consigné Opérations de transformation: Toute transformation(trieur, nettoyeur, calibreur …) du café Ziama Macentautilisant des installations, doit être précédée d’un nettoyagesoigneux, documenté et son résultat constaté.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 201331
  32. 32. XIII. Cahier des charges (suite) Traçabilité Enregistrement : Chaque opérateur de la filière doitconsigner sur un document écrit l’origine du lot, son poids,son destinataire, la quantité fournie au destinataire, la dated’entrée (ou de récolte) et la date de sortie Identification : Tous les lots de café, dès la récolte, doiventêtre identifiés comme « café Ziama Macenta » ; ils doiventporter le numéro de lot défini (voir ci-dessous) Numéro : Tous les lots doivent porter un numéropermettant de retracer l’origine du lot constitué Plan de contrôle Les opérateurs peuvent déposer au niveau de l’AssociationIG, une déclaration d’engagement en leur nom propre, ouen tant que membre d’un groupement.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 32
  33. 33. XIII. Cahier des charges (suite) L’Association examine la déclaration et si elle estincomplète, elle est retournée dans les 15 jours suivantla réception. L’Association transmet ensuite la déclaration d’engagement{ l’organisme de certification externe, qui examine { sontour pour avis. Après vérification , tout refus partiel ou totaldoit être motivé et doit permettre dans un délai de 1 mois,d’apporter des informations complémentaires, aprèssignification { l’opérateur. Après avis favorable de l’organisme de certification externe,toute modification de la déclaration d’engagement entraîneune nouvelle demande. l’opérateur est inscrit sur la liste des opérateurs habilités(consultable auprès de l’Association IG, du certificateurexterne et du Comité IG national).Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 33
  34. 34. XIII. Cahier des charges (suite) Contrôle relatif au cahier des charges et au contrôledes produitsBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 34
  35. 35. XIII. Cahier des charges (suite) Autocontrôle: Tout opérateur doit réaliser desautocontrôles sur ses activités et conserver durant deuxannées les documents liés à ces autocontrôles Contrôle interne : Elle est réalisé par le personnel del’Association IG ou des commissions internes ayant reçuune lettre de mission de l’Association IG. Les fiches decontrôle sont conservés pendant 2 ans et être consultables àtout moment par l’organisme certificateur. Les procès-verbaux dressés sont fait en deux exemplaires, 1 pourl’opérateur, 1 pour ADECAM. Contrôle externe : Est effectué par l’organisme certificateuret de manière aléatoire sur le site, à la demande desimportateurs. Au besoin, des examens organoleptiquessont réalisés, conformément au protocole défini par l’IRAG.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 35
  36. 36. XIV. Dossier IGLe dossier { soumettre { l’OAPI pour la protection de l’IGcomprend: Demande de protection de l’Association IG Cahier des charges de l’IG Plan de délimitation de l’aire de production Plan de contrôle Plan marketing Procès verbal de validation du Comité nationalBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 36
  37. 37. XV. Faiblesses du PAMPIG1. Lenteur dans la mise en place des institutions etprocédures (Etats membres);2. Faible implication des pouvoirs publics dans leprocessus de reconnaissance et de valorisation desproduits;3. Absence service techniques d’accompagnement (contrôle et certification, marketing);4. Un produits en souffrance (Toiles de Korhogo).Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 37
  38. 38. XVI. Suggestions1. Poursuite des actions de l’OAPI en matière de mise en placedes Institutions et procédures;2. Poursuite des actions de sensibilisation des acteurs et desautorités;3. Plus de visibilité des IG dans les activités des SNL;4. Renforcement de la collaboration entre SNL et pointsfocaux dans les activités de promotion des IG au niveaunational;5. Formation de techniciens pour la pérennisation duprocessus IG (structuration des groupements, qualificationdes processus, labellisation, contrôle pour la certification deproduits etc.);6. Recherche de financement pour l’accompagnement desnouveaux produits.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 38
  39. 39. XVII. Perspectives stratégiques1. Mise en place ou renforcement dans chaque Etatmembre d’un système contrôle de l’usage desdénominations géographiques protégées en IG;2. Mise en place au sein de l’OAPI d’un systèmed’examen quant au fond des demandesd’enregistrement des IG;3. Mise en place au sein de l’Organisation d’unmodule bisannuel de formation sur les IG.Briefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 39
  40. 40. MERCI DE VOTREAIMABLE ATTENTIONBriefing "Renouer avec lorigine dans le système alimentaire", Bruxelles 15 mai 2013 40

×