I PAPT1E                                                                             CHAPITITK. XXT                       ...
3g6               S U I T E DE       LHISTOIRE DE LA       LITURGIE INSTITUTIONS     prétendant appartenir toujours à lÉgl...
DURANT LA PREMIERE MOITIÉ DU DIX-HUITIEME SIECLE                            3g7                                           ...
3g8                     AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII INSTITUTIONS    aux saints Apôtres ( i ) . Le B. Victo...
AFFAIRÉ DE LA LÉGENDE DE SAINT GREGOIRE VII                  S99                                                          ...
400                   AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII INSTITUTIONS            Hugues de Flavigny, dans sa préc...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE Vil                              401Enfin, on peut voir sur cet article la discuss...
402                      AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VIT       I N S T I T U T I O N S               « prêtres...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE S A I N T GREGOIRE VU                       403Frédéric I I : Boniface VIII contre Philippe le Be...
404                 AEEAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII       I N S T I T U T I O N S       LITURGIQUES           ...
AFFAIRE DE LA LÉGENDE DE SAINT GREGOIRE VII                          4o5annos, sacris amictum et fere integrum         rep...
406   AKKAIRE DE LA LKGENDE DE S A I N T GRÉGOIRE             VII    INSTITUTIONS                 m-ic, etc. Lignorance de...
AFFAIRE    DE L A LKGENDE      DE S A I N T   GRÉGOIRE V I I   407   Sous le pontificat du même Clément VIII, Baronius fit...
408                   AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII     INSTITUTIONS                o   u     d   u       m ...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII                                 409de 1682, ouvrage dont le grave et impartial...
4»o                               AITAIRI; DE LA LÉGENDE DE SAINT GREGOÏRE                                                ...
AFFAIRE DE EA LEGKNDE DE SAINT GREGOIRE VIT                                                       41 I                    ...
412   AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VUINSTITUTIONS   btée du pape, avait été la condition nécessaire de linsti-L...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII                        41bment XI, nétaient ni plus ni moins coupables que Gré...
4^4        AFFAIRE        DE T.A   LEGENDE    DE S A I N T   GREGOIRE    VII INSTITUTIONS     ff     t a r n c n   scgment...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VU          4 I0                                                                  ...
416        AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII       INSTITUTIONS                «   tatem : propterca       tnori...
AFFAIRE DE EA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII          417 ble-t-il que la couronne de France, pays où la légende a         ...
418                     AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII INSTITUTIONS          dant son insertion en sa place d...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VU                      419                                                       ...
420               AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII  I N S T I T U T I O N S   de Caylus, évêque dAuxerre, qui v...
AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE Vil                           421                                                 ...
422       AFFAIRE DE EA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII INSTITUTIONS           exposés aux derniers malheurs, si les maximes...
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Institutions liturgiques (tome_2)__2

2,052

Published on

Published in: Travel, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,052
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
14
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Institutions liturgiques (tome_2)__2

  1. 1. I PAPT1E CHAPITITK. XXT C H A P I T R E XXISUITE DE LHISTOIRE DE LA LITURGIE, DURANT LA PREMIKRE MOITIÉ DU DIX-HUITIÈME SIECLE. — AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII. Nous plaçons ici un épisode liturgique du plus haut Laffaire de la leg e deintérêt p o u r lhistoire que nous écrivons. Laffaire de la sain tlégende de saint Grégoire V I I est tout aussi ignorée au- c x ? ^ ^ ^ ^ ^jourdhui que la plupart des faits quon a lus dans les ^esTunTitprécédents chapitres, et nous ne donnerions au lecteur / u ^ x v m ^ s i e c i equune connaissance imparfaite du siècle que nous avons àfaire connaître sous le r a p p o r t liturgique, si nous passionssous silence un fait dune si haute portée. Cet épisodeétant dune dimension considérable, nous lavons entiè-rement détaché du récit principal, quil eût entravé dunemanière gênante ; nous ne doutons pas cependant que lagrande scène que nous allons dérouler nintéresse ceuxqui auront eu le courage de nous suivre jusquici. U n des noms les plus glorieux de lhistoire est sans Saint fcontredit aujourdhui le n o m du grand pontife saint Gré- un^dès^piusgoire V I L U n e justice tardive, mais éclatante, a été ren* ^ e t ^ e s ^ p U i s 6 5 d S Sdue à ce héros de lÉglise et de lhumanité, et lon peut %™ î nom e c s rèmême dire que sa gloire croît encore tous les jours. P o u r 5 1 T 01t J}??& ï " dans I histoire,aider à mettre dans toute son évidence ce phénomène pro- wç™} enfin de 1 A nos jours unevidentiel, nous avons voulu, dans le présent chapitre, justice r r , . éclatante.raconter une faible partie des outrages que ce grandh o m m e , que cet admirable saint a essuyés, non de la partdes protestants et des philosophes du dernier siècle (ceciserait moins instructif), mais de la part de plusieurs qui,
  2. 2. 3g6 S U I T E DE LHISTOIRE DE LA LITURGIE INSTITUTIONS prétendant appartenir toujours à lÉglise romaine, nont 1 LITURGIQUES * * ° pas craint de récuser, comme intéressé, lauguste jugement par lequel elle inscrivait au rang des saints et proposait à la vénération universelle, ce pontife véritablement apos- tolique. Il est bon que certains faits caractéristiques dune époque, et propres à montrer en action certains principes, soient impartialement enregistrés et publiés, dans la crainte que ces mêmes faits, venant à se perdre, les leçons importantes quon en peut tirer ne soient en même temps perdues. Que si quelque défaveur devait, de nos jours encore, poursuivre celui qui ose plaider unc pareille cause, nous lacceptons doffice, tout indigne que nous cn sommes, et nous nous levons sans crainte pour venger er celui qui,avec son auguste prédécesseur saint Grégoire I , est ct demeurera le plus grand des Papes que lordre bé- nédictin ait fournis à lÉglise ( i ) . Son histoire Nous ne donnerons point ici lhistoire de saint Gré- maintenant . T r T T _„ , . , . . . .connue de tous, goire VII. Lue est ccnte partout ; dans ses admirables lettres conservées en si grand nombre par les soins dune Providence toute particulière ; dans ses œuvres généreuses qui ont sauvé lÉglise, et sur lesquelles elle sappuie en- core aujourdhui ; dans les récits pleins dadmiration et, (i) Nous oserons dire ici quelque chose des motifs personnels qui nous obligent à défendre et u honorer la mémoire dc saint Grégoire VIL Si nos lecteurs sc souviennent que ce grand Pontife, moine de Saint- Picrre-de-Cluny, est une des gloires de la France bénédictine, quavant de monter sur la Chaire de saint Pierre, il occupa le siège abbatial de linsigne monastère de Saint-Paul extra moenia Urbis, ils comprendront la nature des sentiments que nous dûmes éprouver lors- quon i8?7, appelé, malgré notre indignité, par le souverain Pontife Grégoire XVI, successeur de Grégoire VII ct enfant de saint Benoît, à recueillir la succession des abbés de Cluny, nous émettions notre profession solennelle entre les mains de labbé de Saint-Paul, succes- seur, lui aussi, de lhéroïque Hildebrand. Puisse le glorieux Pontife, devenu si particulièrement notre père, allumer dans notre faible cœur quelques étincelles de son ardent amour pour lEglise de Jésus-Christ, ct nous donner quelque part à cette complète abnégation avec laquelle il la servit toujours!
  3. 3. DURANT LA PREMIERE MOITIÉ DU DIX-HUITIEME SIECLE 3g7 1certes, aussi de désintéressement que lui consacrent au- 1 PARTIE CHAPITRE XXIjourdhui tant décrivains non suspects. T o u t le monde lasait aujourdhui cette histoire. Nous nous proposons doncseulement ici de traiter la question liturgique de saintGrégoire V I I , cest-à-dire, le culte décerné par lÉglise àcet illustre pontife, et les divers incidents qui se sontrencontrés dans son établissement et dans son progrès. Lidée de la haute sainteté de Grégoire VII était déjà Ses plus j . - , fougueuxrépandue en son vivant, et ne fit que s accroître après sa ennemis ne T-, , . . . r , réussissent pasmort, L n vain les schismatiques fauteurs de 1 empereur â ternir saHenri I V , ayant à leur tête le fougueux Bennon, archi- ^ o n ^ i v a n t , 0prêtre cardinal de lantipape Guibert, sefforcèrent de p ^ o d ^ e u s e sflétrir sa mémoire : en vain, pour expliquer la supériorité calomnies, de son génie, ils laccusèrent davoir commerce avecSatan, au point, disaient-ils, que lorsquil agitait sesmanches, des étincelles de feu tombaient avec abondance ;en vain, ils le traitèrent de faux prophète et laccusèrentde navoir point assez ménagé lempereur; le silencequils gardent sur ses m œ u r s nen atteste que plus énergi-quement, suivant la remarque de F l e u r y - l u i - m ê m e ( i ) ,lintégrité morale du saint pape et la haute estime quonfaisait de sa vertu. Du reste, le témoignage des h o m m e s pieux qui Pavaient T o u s les saints . , r — . d e son tempsconnu ne m a n q u a point a sa défense. Le courageux saint attestentAnselme de Lucques, son ami fidèle, vengea sa mémoire dcV^éîogesj quidans le livre quil a dirigé contre Fanti pape Guibert ( 2 ) . a^vanc^îesSaint P i e r r e Damien, qui lavait connu durant de longues blasphèmes 1 * ° proteres plusannées, le qualifie un homme très-pur et très-saint dans tard contre x 1 . s a , mémoire.ses conseils (3). Saint Alphane, archevêque de Salerne,dansHist. ecclês., remplie XXIV. plus mâle poésie, le compare (1) une Ode livre 63. de la [•1) Roccaberti. Bibliotheca Pontificia, t o m . IV. — Margarin de laBignc. Bibliotheca maxima Patrum, t o m . XVIII. (3) Sanctissimi ac purissimi consilii v i r u m . 6 Pétri Damian. Epist. VII,lib. 1.
  4. 4. 3g8 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII INSTITUTIONS aux saints Apôtres ( i ) . Le B. Victor III qui, après avoir LITURGIQUES p f £ r o e s s lui la règle de saint Benoît, fut son suc- c o m r n e cesseur sur la Chaire de saint Pierre, atteste quiV illustra lEglise du Christ autant par ses exemples que par ses vertus (2). Saint Anselme, archevêque de Cantorbéry ; saint Gébehard, archevêque de Salzbourg, et un autre saint Gébehard, évêque de Constance, tous personnages contemporains, sunissent à ceux que nous venons dc nommer avec un accord admirable ; en sorte que Ton trouverait difficilement un saint dont la sainteté soit attestée par un si grand nombre dc saints contemporains (3). Il semble que la sagesse divine, prévoyant les outrages dont il devait être lobjet, se soit plu à entourer son nom des plus augustes témoignages, préparant ainsi à lavance lu meilleure dc toutes les réponses aux blasphèmes qui de- vaient plus tard être proférés.Témoignages Consultons maintenant les historiens contemporains dcdes historiens , . - n i • i ncontemporains. Grégoire VII, et recueillons les expressions par lesquelles ils terminent le récit de ses travaux et de ses tribulations.Paul, chanoine L premier que nous citerons est Paul, chanoine de c k de Bcrnricd. * , • Bemncd, qui écrivit, vers u 3 i , la vie du saint pape. « Ainsi, dit-il, rempli de la grâce septiforme, lesprit du « septième Grégoire qui avait repris Je monde et ses « princes sur le péché, linjustice et le jugement, fortifie « de la nourriture divine quil venait de recevoir, sélan- « çant dans la voie céleste, ct porté, comme Élie, sur le « char de feu à cause de son zèle pour les intérêts divins, « dans le jour même consacré à la mémoire dUrbain, « son prédécesseur, augmenta dune manière excellente « lallégresse de ce saint pontife et celle de tous les Bien- ( i ) N o u s donnons à la fin du présent chapitre ( n o t e A ) cette pièce peu connue, ct remarquable comme toutes les poésies dc saint Alphane, par une élégance ct une richesse dc style surprenantes. (a) Verbis simul et exemplis illustrasse. Mabillon, Acta SS. Ord. S. Benedicti saec. vi, part. IL 3) Vid. Papebrock, Acta SS. Maii, die XXV.
  5. 5. AFFAIRÉ DE LA LÉGENDE DE SAINT GREGOIRE VII S99 1« heureux qui, avec le Christ, se réjouissent dans la gloire PARTIE CHAPITRE XXI« du ciel ; en même temps quil laissait abîmée, dans une« douleur profonde, lÉglise qui poursuit sur la terre« son pèlerinage (i), » « A la mort de Grégoire, dit Bertold, également con- Le chroniqueur« temporain, dans sa chronique, les fidèles des deux« sexes furent dans le deuil, mais principalement les« pauvres ; car il était le très-zélé docteur de la religion« catholique, et le défenseur le plus intrépide de la liberté« ecclésiastique. Il ne voulut pas que Tordre du clergé« restât avili aux mains des laïques, mais quil occupât,« au contraire, le premier rang, par la sainteté des moeurs« comme par sa dignité sacrée (2). » « Cependant, dit le poète Domnizone, témoin dc 1* P ? è t e 7 * . * Domnizone.« lévénement, des cris de douleur se font entendre ; ils « sont causés par le trépas du pontife Grégoire, que le« Seigneur Christ vient d*enlever aux cieux, sept jours« avant la fin de mai. Les moines le pleurent, parce quil« était moine lui-même ; les clercs sont dans les larmes,tf et plongés dans le deuil sont aussi les laïques dont la« foi est pure de tout contact avec les schismatiques (3). » (1) Itaque septitbrmi gratia plenus septimi Gregorii spiritus, qui mundum et principes ejus arguebat de peccato et de injustitia et de judicio, in fortitudîne cœlestis cibi nuper nccepti cœlestem viam arri- piens, meritoque divinî zeli, velut îgneo curru, instar Elise subvectus, Urbani prœdecessoris sui, cujus ca die festivitas exstitit, omniumquebeatorum laetitiam in cœlesti gloria cum Christo gaudentium excel-lenter ampliavit ; in terris vero peregrinantem ecclesiam discessu suonon parvo moerore consterna vit. (Pauli Bernrieden S. Gregorii VIIvita, cap. xn, 102.) (2) De cujus obitu omnes rcligiosi utriusque sexus, et maxime pau-percs, doluerunt : erat enim Catholicae religionis ferventissimus insti-lutor, et Ecclesiasticae libertatis strenuissimus defensor. Noluit saneut Ecclesiasticus ordo manibus laïcorum subjaceret, sed eisdem elmorum sanctitate, et ordinîs dignitatc praeemineret. ( Bertholdi CAro-111c. ad annum io85.) (3) Interea planctus de prœsule nascitur altus Gregorio, gestat Dominus quem Christus ad tethra,
  6. 6. 400 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII INSTITUTIONS Hugues de Flavigny, dans sa précieuse .Chronique, ter- LITURGIQUES . . . . mine ainsi 1 histoire de notre grand pontne, qui lavait r dc^avigny. honoré de son amitié : « Ainsi, mart} r et confesseur, « Tan dc lIncarnation du Seigneur mil quatre-vingt-cinq, « il rendit son àmc au Créateur ( i ) . » La vénération Tel apparaît le jugement des contemporains de Grégoire 1 } rpublique devait *. ? . . , »nécessairement dans les diverses relations qu ils nous ont laissées dc sa lui décerner . , . . » . . , , un cuite. vie et de ses actes. II est clair, d après cela, que la vénéra- tion publique ne devait pas tarder à se manifester envers lui,et à préparer les bases de ce culte immémorial que plus tard le Siège apostolique devait reconnaître et sanctionner. Miracles Au reste, les prodiges qui, plus dune fois pendant sa S saînt pontifc vie, avaient rehaussé la grandeur dé ses actions, éclataient«pressa mort, £ ç n c o r c tombeau. Paul de Bernried les rapporte avec s o n toute lautorité et aussi la simplicité dun témoin ocu- laire (2). Lambert dc Schafnabourg, qui ne conduit sa chronique que jusquà la quatrième année de Grégoire, atteste lexistence dc faits miraculeux qui servaient, dit-il, puissamment à confondre les ennemis du saint pontife (3). Orderic Vital, dans son Histoire ecclésiastique, parle, comme dun fait avéré, de la guérison de plusieurs lépreux au moyen de leau qui avait touché le corps de Grégoire(4). A m e dies sepicm Madii quam finis adesset. Hune Monachi defleni, Monachus quia noscitur esse, Hune clerici fichant, valdc laïciquc dolcbant, Pura lides quorum procul est a schismaticorum. DOUIWZON. Vita Mathildis. (i; Sic spirilum Crcatorî tradens, anno ab Incarnatione Domini MLXXXV obïit, martyr et confessor. (Chronicon Virduncnse Hugonis Flavmiaccmis, in ftiblfath. nova Mss. Labbei, tom. I.) (2) Vita Gregorii VII, cap. i. 2 . 3. i 3 . (3) Signa etiam ct prodigin, quae per orationes Papoe frequentius fichant, ct zelus ejus ferventissimus pro Oeo ct pro ccclcsiasticis legi- bus, satis cum contra venenatas detractorum ïinguas communiebant (Ad anmtm 1 0 7 7 , Scriptores rentm Germanicarum, tom. L) (j) Lcprosi de aqua, unde corpus ejus ablulum tuerai, pclierunt, qua consecuia tideliler loti sunt, ct opilukmlc Dco, prolinus mundati sunt. (Part. II, lib. VIII, pag. 6 7 7 . 1
  7. 7. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE Vil 401Enfin, on peut voir sur cet article la discussion assez i PARTIE, . . . . . — „ -«rTTr • 1 CHAPITRE XXIbrève, mais lumineuse, de Benoit X I V , en son traite dela Canonisation des Saints (i). Mais croirait-on que des écrivains catholiques aient pu Légèreté avecse rencontrer, dans ce siècle m ê m e , qui ont tiré scandale ^la^hoUques 115des épreuves par lesquelles la divine justice purifia lâme SC andaiedesde son serviteur, et dont la foi vacillante na pas vu toute épreuves, r auxquellesla portée de ces adversités précieuses qui, en sauvant la Grégoire a été / . , » . . soumissainte cause de la liberté de lEglise, assuraient au pon- pour assurer le . . . , , . t r i o m p h e de tue expirant la recompense et la mémoire des m a r t y r s . l-Égiise. Jai aimé la justice et jai haï Viniquité ; cest pourquoije meurs dans lexil ! disait Grégoire sur son lit de mort. Mais le Sauveur lui-même, qui avait passé en faisant le bien, et guérissant toute langueur et toute infirmité, ne sest-il pas senti abandonné de son Père, au point quil criait : Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi mave^-vous délaissé ? Cependant ses ennemis, témoins de son agonie, disaient en branlant la tête : Sil estle Fils de Dieu, quil descende de la Croix. Ils croyaient peut-être que le salut du m o n d e pouvait sopérer sans limmolation de la Vic- time. Ceux dont nous parlons ne savaient pas non plus apparemment que la liberté ecclésiastique ne pouvait être sauvée sans quil en coûtât la vie et lhonneur de son défenseur. Grégoire devait succomber pour lc salut de plusieurs ; son n o m devait donc être maudit ; car le dis- ciple nest point au-dessus du maître ( 2 ) . Q u o n ne nous dise donc plus : La cause de Gré- Baronîus goire V I I nétait pas celle de D i e u ; car ses entreprises rcP p" vres u d LCS hardies ne reçurent point la consécration du succès. N o u s , S en énumérant nous répondrons par ces paroles du grand Baronius, qui ^u^sainT terminent le récit de la m o r t sublime de notre héros : Grcgoircvii a rendus« Ainsi, cest par des persécutions sans fin, des angoisses à lKgiisc.« (1) Lib. I, cap. de tout genre, % X, 1 6 . souvent même par le meurtre de ses XLI, (•.>) Matih., x, 2 4 . T . II. . 26
  8. 8. 402 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VIT I N S T I T U T I O N S « prêtres, que lEglise reçoit une heureuse paix, que la A 1 A L I T U R G I Q U E S * . « liberté ecclésiastique sacquiert et se consolide, que le « salut des ÂMES est opéré. Ainsi, le Christ A instruit ses « pontifes à combattre et à vaincre, lui dont les souf- « franecs et les infirmités font la force et le COURAGE des « fidèles, lui dont la mort est leur vie. Je me trompe, OU « lexpérience des siècles A démontré jusquau temps pré- « sent que cest aux travaux de Grégoire quil fautrappor- « ter et les investitures des églises arrachées aux mains « des Princes, et la libre élection des pontifes romains « restituée, et la discipline ecclésiastique relevée de ses « ruines, et tant dautres avantages innombrables assurés « à lEglise (r). » Grégoire, Oui, certes, Grégoire A été vaincu suivant la chair; m o u r a n t dans . , P T T ., , ,lexil, remporte comme le ils de 1 H o m m e , il s est vu n ayant pas ou i a CC v1ctoîrc reposer sa téte ; il sest éteint dans lhumiliation, tellement5 de^Égi?"e et C 1S ^ u * c e s Vont réputé frappé de la main de l o m m c sdonne ^exemple Dieu ( 2 ) : mais POURLUI aussi,la mort,dabord victorieuse, v 1 1 a tous les - 1 0défenseurs de la est demeurée ensevelie dans son triomphe. Son nom, sa sainte cause, . . , . . , , . ,, r p o u r laquelle gloire, scs mentes ont inspire,ont soutenu dans la défense 1 1 d S avic h c laborieuse des libertés ecclésiastiques, non-seulement Tin- comparable T h o m a s dc Cantorbéry, dans sa lutte contre un roi dAngleterre, mais tant dillustres papes qui ont su se poser comme un rempart pour la maison dIsraël ; Pascal II contre lempereur Henri V ; Innocent IV contre (1) Ita plane persecutionibus indesinentibus, diversi generis œrumnis atque sajpe cœdibus sacerdotum m u l t o felicius p a r i t u r Eeclesiie pax, libertas acquiritur atque confirmatur ecclesiastica, et salus quscritur a n i m a r u m . Sic sacerdotes suos pugnare ct vincere Christus docuit, cujus passionibus et inrirmitatibus robur ac fortitudo, ac morte denique vita est fidelibus comparata. Menliar nisi ista jam experimento r e r u m proe- senlium monstrari possint, per Gregorium nempe vindicatas e manibus principum Ecclesiarum investi tu ras, liberam electionem R o m a n o r u m pontilicum post liminio restitutam, disciplinam ecclesiasticam collap- sam penilus reparatam, et alia i m m u n e r a bona parta. (Ad annum io85, n° i3.) (•1) Isaias, L U I .
  9. 9. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE S A I N T GREGOIRE VU 403Frédéric I I : Boniface VIII contre Philippe le Bel ; Gré- *A*TIK X R 7 C H A P I T R E XXIgoire X I I I , Sixte-Quint, Grégoire XIV et Clémdnt VIII,contre Henri de Bourbon; InnocentXI contre LouisXIV;Clément XIII contre les cours de Madrid, de Lisbonne,de Naples, de Parme ; Pie VII contre Napoléon ; Gré-goire XVI contre Frédéric-Guillaume. Nous venons dentendre le témoignage des histo- Lopinion des . . . . i . / • contemporainsriens contemporains, sur r opinion de sainteté qui en- sur-lasainteté c G V !vironnait Grégoire VII durant sa vie, et après s a « p S w à t r a v e r s es à e smort ; suivons maintenant à travers les siècles l e s * sdifférentes manifestations de cette persuasion qui, plustard, devaient motiver le jugement infaillible du Saint-Siège. Soixante-dix ans sétaient à peine écoulés depuis le jour Témoignagesoù le glorieux athlète de lEglise expirait dans lexil, que du xm« siècle,déjà un de ses successeurs qui a laissé une mémoire véné-rable, Anastase IV, plaçait son image parmi celles desSaints, sur la mosaïque de la chapelle de Saint-Nicolas,au palais patriarcal de Latran (i). Le corps de Grégoireavait été enseveli par les soins de Robert Guiscart, ou deRoger, son fils ( 2 ) , dans un tombeau de marbre, et placédans la cathédrale de Salerne, déjà célèbre comme possé-dant les reliques de lapôtre et évangéliste saint Matthieu. cOrderic Vital, historien du xi siècle, que nous avonscité plus haut, parle de laffluence des pèlerins au tom- beau du saint pape, et des grâces de santé que lon y rece-vait (3). Une chronique, rédigée par ordre de Cencius Savelli, camérier apostolique, qui fut pape en 12 iG, sous lc nom dHonorius III, atteste pour son temps la conti- nuation du culte de saint Grégoire VII et des prodiges (0 Papebrock. ActaSS. Maii, tom. VI. Conatus. Histof. de Rom. Pont,part I. Appendix, pag. 2 0 8 . Bened. XIV, de Canonisât, lib. I, cap. 4 1 . (a) Papebrock. Ibidem. (3) Mentis ejus, fidei petentium miraculorum copia divinittis ostensaest. (Hist. ecclesiast., part. II, lib. VIII, ibid.)
  10. 10. 404 AEEAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII I N S T I T U T I O N S LITURGIQUES opérés par son intercession . . (t) : ct lorsque, vers la fin du même siècle, Jean de Procida dota et fit décorer avec ma- gnificence la chapelle dite de Saint-Michel, dans la cathédrale de Salerne, il est naturel de penser, avec Papcbrock, quil avait en vue de manifester sa dévotion envers le pontife qui reposait dans cette même chapelle, où il était lobjet du culte des peuples attirés par le bruit des merveilles qui sy opéraient ( 2 ) . Ouverture Le corps de saint Grégoire V I I continuait toujours du t o m b e a u . , , ,de Grégoire vu d être 1 objet de la vénération des habitants de Salerne, par lc cardinal , , , , 1 A . Coionna, sans pourtant que cette vénération se répandit beaucoup d C a u J r C Sai£nu£ dehors dc la province du royaume de Naples où est en 1 5 7 4 . située cette ville, lorsquen 1 5 7 4 , le cardinal Marc-Antoine Marsile Coionna monta sur le siège quavait occupé saint Alphane, lami de notre saint pontife. La Providence avait dessein dc se servir de lui pour accroître encore le culte jusque-là décerné au serviteur de Dieu, et pour cn préparer les développements. Le prélat fit louverture du tombeau, ct il y trouva les précieux restes du saint pon- tife conservés presque en entier, avec les ornements pon- tificaux dont on lavait revêtu lors de sa sépulture. Cest ce quil atteste par une inscription qui se lit encore dans la cathédrale de Salerne, et qui est conçue en ces termes : inscription Gregorio VII Soanensi P. O. M. Ecclesiasticœ liber-qui perpétue la . . 7 . . . , , m é m o i r e dc tatis vinctici acemmo, assertort conslanttssimo : quiL U dans ia e C n L dum Rom. Pontijicis auctorilaiem, adversus Henrici t a sâlcrne! d ° perjidiam si venue luetur, Salerni sanct e decubuit, anno Domini M LXXXV, VIIIKaL Junii. MaraisAnionius Columna Marsilius, Bononiensis, Archiepiscopus Saler- ni t anus, cum illius corpus, posl quingentos circiter ( t ) Ad cujus utique corpus, in B. Matlhoei Basilica honorificc tumu- (Ex libro Mss, latum, mirabilis Deus miracula operari dignatus est. censuali Centii Camcrar. in Gregorium VII, ad (•x) Papcbrock. Ibidem.
  11. 11. AFFAIRE DE LA LÉGENDE DE SAINT GREGOIRE VII 4o5annos, sacris amictum et fere integrum reperisset, ne 1 *A*TIE / <J JT CHAPITRE XXItanti Pontificis sepulchrum memoria diutius careret.Gregorio XIII Bononiensc sedenie. Anno DominiM D LXXVIIL Pridie Kalendas Quintilis (i). Le pieux cardinal mourut en 1 5 8 2 , et neut pas la con- Grégoire xm r , * , / ¥ canonise saintsolation de voir consommée lœuvre de la canonisation du Grégoire vusaint pontife. Elle eut lieu deux ans après, par 1 autorité linsertion dede Grégoire XIII, qui inséra le nom de Grégoire VII au au Martyrologe lomainMartyrologe romain, avec cet éloge : Salerni, Depositio »B. Gregorii Papce septimi qui Alexandro secundo succé-dais, ecclesiasticam Libertatem a superbia principumsuo tempore vindicaint, et viriliter Pontificia auctoritatedéfendit. Cette sorte de canonisation, sans procès préalable, est Cettedistincte de la canonisation appelée formelle, ct est dési- équîpoiientegnée sous le nom àéquipollente. Elle a lieu lorsque le v a l c i i r ^ u M a c a nsouverain Pontife décerne le culte public à un personnage jS3°déjà en possession dhonneurs religieux que lui rend lapiété des fidèles, en même temps que lhéroïsme de sesvertus et la vérité de ses œuvres miraculeuses sont certi-fiés par le témoignage dhistoriens dignes de foi. Cette Le culte du plus . . . . , . . . jgrand nombrecanonisation a la même autorité que la canonisation for- dessaintsrepose umette, et outre que le culte de presque tous les saints qui un^ugement ^ 11 d e c c t t e m U u r cont vécu dans lÉglise avant linstitution des procédures aujourdhui en usage, ne repose que sur un jugement dumême genre, il est un grand nombre de saints parmi ceuxqui ont fleuri dans rÉglise,depuis que le Siège apostoliquesest réservé les causes de canonisation, qui nont cepen-dant été inscrits au catalogue des saints que de cette ma-nière équipollente; tels sont, par exemple,saint Romuald,saint Norbert, saint Bruno, saint Pierre Nolasque, saintRaymond Nonnat, saint Ferdinand III, saint Jean deMatha, sainte Marguerite dEcosse, saint Etienne de Hon- (i) Ciacconi. Vita? et res gestœ Pontificum liomaitorum, tom. I,page 853.
  12. 12. 406 AKKAIRE DE LA LKGENDE DE S A I N T GRÉGOIRE VII INSTITUTIONS m-ic, etc. Lignorance des règles de r Église romaine a * donc pu seule faire dire à certains auteurs jansénistes et non jansénistes, que saint Grégoire VII était honoré par lÉglise, sans avoir été canonisé, puisque Ton en devrait dire autant des illustres saints que nous venons de nommer : conséquence à laquelle, sans doute, ces auteurs sc refuseraient. Cette Quant à ce que Ton a prétendu, queGrégoire XIII avait d Cc a n o n safnt° n voulu dirigei lclfet de cette canonisation contre Henri Grégoire vn ^ Bourbon,qui poursuivait alors la couronne de France, n a pas ete un t i r acte dhostilité recommandant ainsi la mémoire dun pontife qui avait L 1 contre Henri t t dc Bourbon, foulé sous ses pieds un autre Henri, aussi quatrième du alors héritier . présomptif nom, il semble qu il n est pas besoin de recourir a cette du trône . T . . , . . — , dc France explication. La translation du corps de saint Grégoire VII,îe rof HenriIrv! par larchevêque de Salerne, dans un moment où Gré- goire XIII soccupait dc lédition du martyrologe, était suffisante, avec la possession du culte antérieur, pour engager ce dernier pape à définir enfin la sainteté du glo- rieux confesseur de Salerne. Sixte-c»uint Sixte-Quint, successeur de Grégoire XIII, fit quelqueformule déioge changement à la formule consacrée par son prédécesseur G r é ^ i r e ^ n i à notre saint pape:, dans le martyrologe ; il adopta cettele martyrologe, phrase qui est restée dans lédition dc Benoît XIV, ct les suivantes : Salemi, Déposition. Gregorii Papœ septimi, ecclesiasticce libertatis propugnatoris ac defensoris acerrimi. Translation Bientôt après, sous Clément VIII, en 1 5 9 5 , lc corps C c l u saînt de saint Grégoire VII fut tire du sépulcre que lui avait G ? , < r en i3fî-0 consacré le cardinal Coionna, ct placé sous un autel, 11 toujours dans la même chapelle de Saint-Michel. Il pa- raît même que ce fut alors, Mario Bolognini étant archevêque, que le chef fut séparé du reste du corps pour être Papcbrock. Ibidem. un reliquaire spécial ( i (i) renfermé dans
  13. 13. AFFAIRE DE L A LKGENDE DE S A I N T GRÉGOIRE V I I 407 Sous le pontificat du même Clément VIII, Baronius fit I PARTIE C H A P I T R E XXIparaître le onzième tome de ses Annales, où il célébra etvengea tout à la fois, avec son éloquente érudition, lamé- Baronius et Bellarminmoire de saint Grégoire VIL U n peu avant lui, Bellarmin, vengent le saint Pontifedans ses controverses, et spécialement au livre quatrième, des accusations lancées contrede Romano Pontifice, avait eu pareillement loccasion de lui.faire cette grande justice. Ainsi, les deux plus illustresécrivains du catholicisme, à cette époque de géants, semontraient préoccupés de la gloire du saint pontife :mais jusque-là les hérétiques seuls sétaient levés pour laflétrir. Du moment où le nom de saint Grégoire VII fut inséré Lc chapitre dc Salerne autoriséau martyrologe, le chapitre de la cathédrale de Salerne, •à célébrer la fête de saintque le saint pape avait autrefois comblé de privilèges, Grégoire V I I ,accordant à ses membres la chape rouge et la mitre, fut avec des leçons propres quiautorisé à célébrer solennellement son office. Mais dabord sont approuvées en 1 7 2 S .il ne fut récité que suivant le rite commun des confesseurspontifes, jusquà ce quen 1 6 0 9 , à la prière du mêmechapitre et de larchevêque Jean Beltramini, Paul V, parun bref qui commence ainsi : Domini Jesn Christi,accorda un office propre dont les Leçons se retrouvent engrande partie dans celles qui furent publiées, en 1 7 2 8 ,par Benoît X I I I , et dont nous allons bientôt parler. Larchevêque Beltramini fit, vers le même temps, éri- Piété des archevêquesger une statue remarquable du saint pape dans la cathé- Beltramini et du cardinaldrale de Salerne, et, ayant été transféré à un autre siège, San Severino il eut pour successeur le cardinal Lucius San Severino, envers saint Grégoire V I Inon moins zélé que lui pour la garde du saint dépôtconfié à son Église. Il en donna une preuve solennelle en I ( H 4 , faisant construire un nouvel autel à saint Gré-goire VII, et y plaçant solennellement son corps ; ce quelon doit compter pour la troisième translation dc cesprécieuses reliques (1). Ce fut peut-être à cette occasion, (1) La première par le cardinal Ma r si le Coionna; la seconde par MarioBolognini ; enfin, celle dont nous parlons ici, accomplie par le cardinal
  14. 14. 408 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII INSTITUTIONS o u d u m o i n s peu auparavant (i), quun bras du saint r 1 LITURGIQUES Troisième pape fut distrait pour être donné à la ville de Soana, cn translation dc Toscane, patrie de saint Grégoire VII, laquelle avait scs> l e h q u t s . j^py^ j b a s s a d e u r s vers lc chapitre dc la c c u x am cathédrale de Salerne, avec les lettres de recommanda- tion du Grand-Duc, qui joignait ses instances à celles de la ville. Le jésuite Vers la même époque, le savant jésuite Jacques Gretser, Gretser public , , . . , ., uneadmîrabic dont les immenses travaux ne sont point assez appréciesa 8°égoTrci7. aujourdhui, publia unc docte apologie des actions ct dc nt la personne de saint Grégoire VII. Dans cette importante discussion, il nallègue pas moins de cinquante écrivains à lappui des éloges quil donne au Pontifc,et le venge dune manière victorieuse des imputations quavaient lancées c contre lui ct les schismatiques du xi siècle, et les héré- tiques du xvi°. 0 Au xvn» siècle. Vers le milieu du xvn siècle, Alexandre VIIintroduit loffice établit loffice de saint Grégoire VII dans les basiliques 1 Grégofr^vii de Rome, sans cependant linsérer encore au Bréviaire de basUîques lÉglise romaine ( 2 ) . Mais ce siècle devait être fameux par de Rome. i attaques portées au saint pontife, non plus seulement e s dc la part des protestants, mais de la part des juristes, ct surtout des théologiens ct canonistes gallicans. N o u s nous contenterons de rappeler lc trop fameux Edmond Richcr, dans son livre de Ecclcsiasiica et politica poteslate; Ellics Dupin, dans son Traité de la puissance ecclésias- tique, et Bossuet, dans sa Défense de la déclaration San Severino, laquelle est attestée par unc inscription conçue cn ces termes, quil fit placer dans la cathédrale dc Salerne : Ego Lucius Sanseverinus, Archiepiscopus Salernitamts, altare hoc in honorent B. Gregorii Papa* VII consecravi; ejusque sacrum corpus in co inctusi) prœsentibtts, aniuim inutm, anniversaria deinceps consé- crations die, ipsum pie visitantibus, quadraginta dies vero* indulgentia? de Ecclesiœ more, coiicessi. A. D. MDCXIV, die IV mensis Maii. ( 1 ) Papebrock. Ibidem. (•») Grctscri, Opéra, loin. VI.
  15. 15. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII 409de 1682, ouvrage dont le grave et impartial Benoît XIV ^ J ^ J ™a dit : « Il serait impossible de trouver un livre qui soit •—« plus opposé )à la doctrine reçue en tous lieux, excepté en« France, sur linfaillibilité du Souverain Pontife, défi-< nissant ex Cathedra, * sur sa supériorité à regard de« tout concile oecuménique, sur le domaine indirect« quil a sur les droits temporels des souverains,« quand lavantage de la Religion et de lÉglise lea demande (i). » Cependant, de tous les auteurs gallicans du d i x - N o ë l Alexandre .1 , . , . . ry f * r T T insulte saintseptième siècle qui écrivirent contre saint Grégoire VII, Grégoire vucelui dont la hardiesse fit le plus déclat à raison du chà- ^MSTOIRÈtiment qui lui fut infligé par le Saint-Siège, est le P. Noël wî^iïne e t m èAlexandre. Il avait publié les dix premiers siècles de ^ ™ ™ j d a t r eson Histoire ecclésiastique, et mérité jusque-là les éloges vénérable 2 / 1 o Innocent XLdu pape Innocent XI,qui occupait alors la Chaire de saintPierre, et qui avait daigné lui faire parvenir le témoignagele plus flatteur de^sa satisfaction pour lérudition et lortho-doxie qui, jusqualors, avait présidé à cette œuvre (2).Arrivé aux événements du xi° siècle, Noël Alexandreconsacra deux dissertations à faire ressortir les tortsquavait eus, selon lui, un pontife déjà placé sur les autels.Innocent X I , celui qui navait pas fléchi devant le grandroi, crut devoir manifester énergiquement lindignationque lui inspirait une semblable conduite de la part dunreligieux. Il rendit un décret, en date du i 3 juillet 1 6 8 4 ,par lequel il condamnait le volume qui renfermait ces (1) Difficile profecto est aliud opus reperîre quod œque adverseturdoctrinae extra Galliam ubique receptœ de summi Pontifias ex Cathe-dra definientis infallibilitate,de ejus excellentia supra quodcumque Con-cilium œcumcnicum, de ejus jure indirecto, si potissimum Religionis ctEcclesiœ commoduni id exigat, super juribus temporalîbus principumsupremorum. (Epist. pro Card. H. Norisio apologet. ad suprem. Ilispan.Inquisitorem. Inter opusc. Bened. XIV, pag. 1 1 7 . ) (2) Touron. Hist. des Hommes illustres de lOrdre de Saint-Domi-nique, tome V, pag. 8 1 4 .
  16. 16. 4»o AITAIRI; DE LA LÉGENDE DE SAINT GREGOÏRE vir I N S T I T U T I O N S dissertations, cl. afin de témoigner plus éncrgi- 7 LITURG1QUES O r O~ quement encore le déplaisir que le Saint-Siège avait res- senti, tous les écrits du même auteur furent proscrits, avec défense de les lire, retenir, ou imprimer, s o u s peine dexcommunication ( i ) . Ce fut ainsi quun Pontife, déclaré Vénérable par la congrégation des Rites, à cause de ses grandes vertus, se montra jaloux dc lhonneur de son saint prédécesseur, dont la mémoire allait bientôt être en butte à dc nouveaux outrages, cn attendant les honneurs e q u e lui réservait le xrx siècle.Nocl Alexandre Au reste, Noël Alexandre nattendit pas longtemps la réfuté . . . par François réfutation de ses thèses gallicanes ; un religieux, domini- domlmcain cain comme lui, François dEnghiel, publia peu après un c o m m e lui. |j v très-solide, au jugement de Benoît X I V ( 2 ) , et inti- r c t u l é : Aucloritas Sedis Aposiolicœpro Gregorio Papa]II rindicata, adversus Natalem Alexandrum Ordinis Piw- dicatorum Doctorem Theologum. Dom Mabillon Dom Mabillon, dans la publication des Acta sanctorumpublic la vie tic . . . . saint Ordinis sancti Bencdictt, eut aussi à produire la vie Grégoire VII . , . r T d a n s ses Acta et les actes de notre saint pape. Le deuxième tome c oriïnteValïcti du vi siècle bénédictin parut en 1 7 0 r ; mais lillustre Beuedtctt. £ji franchir ce pas devenu difficile, s a n s man- t c u r S l l t quer ni à la prudence ni à la fidélité de lhistorien catho- lique.Loffice DE saim Cependant Clément X I , à la prière du cardinal Gabrielli, œncédé P RA dont la conduite avait été si ferme dans laffaire de la Clément XI à T , , , 1 * , , , . .., lordre DE Hcgale, accorda, en r y o D , a t o r d r e de Liteaux le privilège c c a rcEIMIUTA^rortlre f * loffice de saint Grégoire V I I , ct cinq ans après, c m ENTIETé^NDU é m c pontife concéda la même grâce à lordre de Saint- c n C ) 1 s u r c s n s t a n c c s Beno^xfii-i ^ ^ i du procureur général de la lÉglise congrégation du Mont-Cassin. Ces différentes concessions universelle. *" (1) T o u r o n . Ibidem. Benoît XIV. De Canonisât. Sanctorum, lib. I, CAP. X L I . Papcbrock. Ad diem XXV Maii. (2) Bcned. XIV. Ibidem.
  17. 17. AFFAIRE DE EA LEGKNDE DE SAINT GREGOIRE VIT 41 I 1 pdoffice ne firent aucun bruit : mais lorsque, par un décret 1 ^n K . CHAPITRE XXIdu 2 5 septembre 1 7 2 8 , Benoit XIII eut ordonné dinsérerla fète de saint Grégoire VII au missel et au bréviaire, etenjoint à toutes les églises du monde de la célébrer, ungrand orage séleva dans plusieurs États dc lEurope, etparticulièrement en France. E n U est évident, sans doute, que dans rétablissement de glorifiant ^ . saintcette fête et la promulgation universelle de la Légende si Grégoire vu, 11 • j • i- j va* T> Benoît XIIIremarquable qui devait se lire dans lofrice, Rome se pro- jetait le défi àposait un but ; nous navons garde den disconvenir. Mais préjugés de sonnous dirons, en premier lieu, que cest un assez beau t devançait le cspectacle pour nous, hommes de ce siècle, de voir, au ] i c t w c e d e v a i t ll S 0 nmoment où dabsurdes préjugés commençaient à éclipser £„ "°j <JJr d o Stoute vérité historique sur le moyen âge, où une philoso-phicmenteuse etsansintelligence foulait aux pieds lesplussalutaires enseignements du passé ; de voir, disons-nous, Rome arracher par un acte courageux à ce naufrage uni-versel, le nom vénérable dun héros de lhumanité, en quile siècle suivant devait saluer, avec enthousiasme, le ven-geur de la civilisation et le conservateur des libertéspubliques, aussi bien que des libertés ecclésiastiques.Cétait là, certes, un progrès, et dautaut plus méritoireque le Pontife qui sen portait lauteur ne pouvait ignorerque lautorité du Saint-Siège, déjà si affaiblie, allaitencore devenir à cette occasion même lobjet de nouvellesattaques. Nous dirons en second lieu, et sans détour, que Rome P*r cet acte . , . i • • . . , courageux,avait bien, par cet acte, quelque intention de pourvoir a Rome opposait . , , . - ^, , . . un obstacle auxson honneur outrage dans la fameuse Déclaration de envahissementslAssemblée du Clergé de 1 6 8 2 , et dans tout ce qui sen q u ! ! s e c o n d é d l Cïétait suivi en France, de la part des deux autorités. Le roi jansénisme,Louis XIV avait, il est vrai, promis de révoquer son édit u ï ? n p î i » j e p 8 p l depour renseignement des quatre Articles, et, tant quil ^ J?^s e ouravait vécu, on avait tenu à lexécution de cet engagement, P "ccroîtrc . . . I , , , , , * ? 7. démesurémentqui, oint a la lettre de réparation des eveques de lassem- celui de r E t a t .
  18. 18. 412 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VUINSTITUTIONS btée du pape, avait été la condition nécessaire de linsti-LITURGIQUES R R 7 tution canonique des prélats nommes depuis plus de dix ans aux sièges vacants. Mais déjà les promesses nétaient plus exécutées; les universités faisaient chaque jour sou- tenir dans leur sein des thèses dans lesquellcslcs doctrines romaines étaient attaquées, lautorité apostolique circons- crite dans des bornes arbitraires, la conduite des plus saints papes taxée dc violence aveugle, et signalée comme contraire au droit naturel et divin. Il était temps que la grande voix du Siège apostolique se fît entendre, et quelle protestât du moins contre laudace sans cesse croissante de ces docteurs toujours prêts à restreindre les limites du pouvoir spirituel, en même temps quils enseignaient avec tant de complaisance linamissibilité du pouvoir royal. Heureusement, lÉglise a eu de tout temps, dans sa Litur- gie, un moyen de répression contre les entreprises témé- raires quon a osées sur sa doctrine ou contre son hon- neur. Ce quelle confesse dans la prière universelle, devient règle pour ses enfants, et comme nous lavons fait voir dans cette histoire, si quelques-uns ont cherché à sisoler des formules quelle consacre, cest quils sentaient avec quelle irréfragable autorité elle impose, dans ce bréviaire, dans ce missel si odieux, ses jugements sur les doctrines, sur les personnes et sur les institutions. Benoît XIII eut donc intention, en étendant à lÉglise universelle loffice de saint Grégoire VII, dc faire un contrepoids aux enva- hissements du gallicanisme qui, de jour en jour, augmen- taient de danger ct dimportance, à raison surtout des efforts dune secte puissante ct opiniâtre qui menaçait de plus en plus lexistence de la foi catholique au sein du royaume dc France. Si Rome laissait flétrir plus long- temps la mémoire des plus saints pontifes des siècles passés, elle donnait gain de cause à ces hommes auda- cieux qui criaient sur les toits quelle avait renouvelé ses prévarications, ct quInnocent X , Alexandre VII, Clé-
  19. 19. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII 41bment XI, nétaient ni plus ni moins coupables que Gré- I PARTIE C H A P I T R E XXIgoire VII, Innocent III et tant dautres. Écoutez plutôtun des fidèles organes de la secte : « Au premier coup dœil, on saisit la connexité de doc- Sentiment de labbé Grégoire« trine entre les brefs dInnocent XI et dAlexandre VIII, à ce sujet.« contre lassemblée de 1 6 8 2 ; la Proposition quatre-vingt-« onze, concernant lexcommunication, censurée par la« Bulle Unigenit us, et cette légende contraire aux vérités« révélées qui enjoignent aux papes comme aux autres« individus de la société, la soumission à lautorité« civile (1). » Mais il est temps de révéler au lecteur cette monstrueuse La légende de saintlégende qui mettait ainsi en péril les vérités révélées. Les Grégoire VII moinspages que lon va lire sont belles sans doute, pleines énergique dans reloge dude noblesse et dune éloquente simplicité : elles sont glorieux pontife que certainespourtant moins énergiques dans les éloges quelles don- pages desnent au pontife, que certaines pages quon peut lire historiens protestants.tous les jours dans les écrits dc plusieurs historiens,ou publicistes protestants. Voici la légende cn sonentier. IN F E S T O S. G R E G O R I I VII. PAP^ ET CONFESSORIS. IN SECUNDO NOGTUHXO. LEOTIO IV. « Gregorius Papa septimus antea Hildcbrandus,Soanae Légende de saint« in Etruria natus, doctrina, sanctitate omnique virtutum Grégoire VII •ÉEC au Bréviaire« génère cum primis nobilis, mirifice universam Dei & romain.a illustravit Ecclesiam. Cum parvulus ad fabri ligna edo-« lantis pedes, jam litterarum inscius, luderet, ex rejectis (1) Grégoire. Essai historique sur les Libertés de lÉglise gallicane,page 98.
  20. 20. 4^4 AFFAIRE DE T.A LEGENDE DE S A I N T GREGOIRE VII INSTITUTIONS ff t a r n c n scgmentis illa Davidici elementa oraculi : Domi- « nabîtur a mari usque ad mare, casu formasse narratur, Légende de . __ . saint « manum puen ductante Numme, quo signincaretur Grégoire VII . . . au Bréviaire K d u s fore amphssimam in mundo auctontatem. Romaniromain (suite), « deinde profectus, sub protectione sancti Pétri educatus « est. Juvenis Ecclesiam libertatem a laïcis oppressam ac « depravatos Ecclesiasticorum mores vehementius dolens, « in Cluniacensi Monasterio, ubi sub Régula sancti Bene- « dicti austerioris vitaî observantia eo tempore maxime « vigebat, Monachi habituai induens,tanto pietatis ardore « divimu Majestati deserviebar, ut a sanctis cjusdem « Gœnobii Patribus Prior sit electus. Sed divina Provi- « dentia majora de eo disponente in salutemplurimorum, « Cluniaco eductus HiJdebrandus, Abbas primum Monas- « terii sancti Pauli extra muros Urbis electus,ac postmo- « dum Romanas Ecclesiœ Cardînalis creatus, sub summis « Pontificibus, Leone nono, Victore secundo, Stephano « nono,Nicolao secundo, ctAlexandro secundo, prœcipuis « muncribus, ct legationibus perfunctus est, sanctissimi, « ei purissimi consilii vir a Beato Petro Damiani nuncu- « patus. A Victore Papa secundo Legatus a latere in « Galliam missus, Lugduni Episcopum simoniaca kibe « infectum ad sui criminis confessionem miraculo adegit. « Bcrcngarium in concilio Turonensi ad iteratam haercsis K adjurationcm compulit. Cadolai quoque schisma sua « virtutc compressit. » LECTIO v. « Mortuo Alcxandro secundo, invitus, ct mœrens una- « nimi omnium consensu, decimo Kalendas Maii, anno
  21. 21. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VU 4 I0 I PARTIE« Christi millesimoseptuagesimo tertio, summus Pontifex C H A P I T R E XXI« electus, sicut soi effulsit in Domo Dei •, nam potens . . . . . . 1 Légende de« opère et sermone, Ecclesiasticœ disciplinai reparandœ, saint r Grégoire VII« fidei propasandœ, libertati Ecclesiœ rcstituendïe,extirpan- au Bréviaire r r a romain (suite).« dis erroribus et corruptelis, tanto studio incubuit, ut exa apostolorum aetate nullus Pontificum fuisse tradatur qui« majores pro Ecclesia Dei labores, molestiasque pcrtule-« rit, aut qui pro ejus libertate acrius pugnaverit. Aliquot« Provincias asimoniaca labe expurgavit. Contra Hcnrici« Impcratorisimpios conatus fortis per omnia athletaimpa-« vidus permansit, seque pro muro domui Israël ponerc« non timuit,ac eumdcm Henricum in profundum malo-« rum prolapsum, fidelium communione, regnoque pri-« vavit, atque subditos populos fide ei data liberavit. » LECTIO V I . « Dum Missarum solcmnia peragerct, visa est viris piis« columba e cœlo delapsa, humero ejus dextro insidens,« alis extensiscaput ejus velare,quo significatum est,Spi-« ritus Sancti afflatu, non humante prudentire rationibus« ipsum duci in Ecclesiœ regiminc. C u m a b iniqui Hcn-« rici exercitu Romse gravi obsidione premerctur, excita-« tum ab hostibus incendium signo crucis extinxit. Dc« ejus manu tandem a Roberto Guiscardo Duce Nor-« thamno ereptus, Casinum se contulit ; atque inde Saler-« num ad dedicandam Ecclesiam sancti Matthœi Apostoli« contendit. Cum aliquando in ea civitate sermonem« habuisset ad populum, œrumnis confectus, in mofbumu inciditquosc interiturumpraescivit. Postrema morientis« Gregorii verba fuere ; Dilexijustitiam, et odivi iniqui*
  22. 22. 416 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII INSTITUTIONS « tatem : propterca tnorior in exilio. Innumcrabilia sunt « qui.u vel fortitcr sustinuit, vel multis coactis in Urbc « Synodis sapicnter constituit vir vere sanctus, criminum « vindex, et accrrimus Ecclesiœ defensor. Exactis itaquc « in Pontificatu annis duodecim, migravit in cœlum, « anno salutis millesimo octogesimo quinto, pluribus in « vita, ct post mortcm miraculis clarus, ejusque sacrum « corpus in Cathcdrali Basilica Salernitana est honorificc « conditum. »Oraison de saim Loraison qui complète et résume loffice de saint Gré- Grégoire vu . . , . . . . au Missel goire vil, au missel et au bréviaire, est ainsi conçue : romain. Deus in te sperantium fortiiudo, qui Beat uni Grego- riunx Confessorem tuum atque Pontificem, pro tuenda Ecclesiœ libertate piriute constantice roborasli ; da nobis, ejus exemplo ei intercessione, omnia adversantia fort i 1er super are. Réflexions s u r Maintenant que nous avons mis sous les yeux du lecteur l a 00 c c t t e mTnfetc pièce si fameuse, avant dentrer dans le récit des pontifical. événements qui suivirent sa promulgation, nous nous permettrons quelques réflexions sur la portée dc ce mani- feste pontifical. La légende de Q u e suit-il du récit que nous venons de lire des actes et Grégoire vu des vertus dun pape du x i ° siècle? Cela veut-il dire que* P coinme ia R o m e se prépare à fondre, comme laigle, sur les Etats P répété européens, a disposer arbitrairement de la couronne des V X10 S^ciaratïon princes qui les gouvernent, en un mot, à ébranler le inc de guerre aux monde entier du bruit de ses foudres? N o u s qui vivons 1 souverains t de lEurope, u n siècle après lapparition de cctte redoutable légende,mais le b o u c h e r . ° sous lequel trouvons-nous beaucoup d exemples depuis lors dc cetteRome mettait à . . v couvert son omnipotence temporelle des pontifes du moyen age,com^romis^par exercée par Benoit X I I I , ou ses successeurs? Nous sem-
  23. 23. AFFAIRE DE EA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII 417 ble-t-il que la couronne de France, pays où la légende a 1 PARTIE C H A P I T R E XXI été proscrite, ait été lobjet de moins dattaques que celle des souverains dans les Etats desquels elle a été admise les déclamntioiib par le clergé? Et si par hasard, chez nous, depuis cette outrageantes pour époque, les rois ont souffert la mort, lexil, ou lhumilia- ses pontifes, et spécialement tion, est-ce Rome qui sest montrée envers eux si impi- pour saint Grégoire VII, toyable ? N e perdons pas ce point de vue dans les diverses l*un desparties du récit qui va commencer. Beaucoup de gens plus illustres vont jeter les hauts cris, comme si la puissance royale étaitau moment dexpirer dans lunivers entier, par le seulfait de la légende. La .haine de Rome les aveugle : et Dieu les a donnés en spectacle à notre siècle, qui sait enfin que Rome nen veut pas à la puissance des monarques ; quisemble même comprendre que si, dans les âges catho-liques, elle exerça effectivement une influence temporellesur la société, elle fut alors Tunique sauvegarde de laliberté des peuples, comme lc plus solide appui dc lauto-rité dont elle réprimait les excès. La légende est donc toutsimplement le bouclier sous lequel Rome met à couvertson honneur compromis par tant dc sophismes et dedéclamations. Par ce manifeste solennel, elle neutralise lcmouvement aveugle qui entraîne certaines écoles sur lespas de ces auteurs hétérodoxes qui nont souci de lhon-neur des pontifes romains, mais ont, au contraire, tout àgagner, sils les peuvent faire considérer comme des viola-teurs des lois divines et de lordre naturel de la société. Loffice de saint Grégoire VII parvint en France, peu La légende de saintaprès sa publication à Rome, comme il arrive encore Grégoire VII,aujourdhui, quand le souverain Pontife impose de nou- imprimée et mise en venteveaux offices; seulement à cette époque où lusage de à Paris, est aussitôtla Liturgie romaine était encore presque universel en dénoncée par léditeurFrance, les décrets de ce genre devaient occuper davan- cfes Nouvelles ecclésiastiques.tage et les ecclésiastiques et les fidèles quil narrive main-tenant. Comme aujourdhui, loffice était imprimé sur uncfeuille volante destinée à être jointe au bréviaire, enatten- r. 11 27
  24. 24. 418 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GRÉGOIRE VII INSTITUTIONS dant son insertion en sa place dans la prochaine édition :— • de celui-ci.Les Nouvelles ecclésiastiques, )OUXÏQ du Jansé- nisme, signalent la librairie Coignard fils, à renseigne du Livre dor, comme ayant eu laudace de tenir cn vente, ii P a r i s , lc feuillet in-8° qui recelait la légende.H o r r e u r quelle « Dès que parut cette légende, dit le républicain Gré- C( aux gaUkans. goire, elle excita IHORREUR de tous les h o m m e s attachés « aux libertés gallicanes ( i ) . » Le parlement A peine le parlement de P a r i s , juge souverain en ma-^o^uule™"^^ tières liturgiques, eut-il connaissance de cette séditieuse u n U I ,^*^] manifestation des prétentions romaines, quil se réunit la feuille pour rendre, le 2 0 juillet 1 7 2 0 , sur les conclusions de 1 1 contenant / / . . ?loffice de saint lavocat général Gilbert de Voisins, le m ê m e qui devait, 1 Grégoire VII, avec défense sept ans plus tard, prendre sous sa protection le Bréviaireden faire aucun . . . ^ usage public, parisien de vigier et Mésenguy, un arrêt portant suppres- dc°saisiodu sion de la feuille contenant loffice de saint Grégoire VII, tcmpoiu. défense den faire aucun usage public, sous peine de a v e c saisie du temporel. N o u s citerons seulement quelques phrases du réquisitoire; elles suffiront pour constater les- prit de la première magistrature du r o y a u m e , dans cctte circonstance mémorable. Lavocat général, déguisant mal la haine dont lui ct son corps étaient animés contre R o m e , veut faire croire q u e , par le seul fait de la publi- cation de loffice de saint Grégoire V I I , la nation fran- çaise esta la veille de secouer le joug de ses anciens rois. Il est vrai que ceci est arrivé avant même la fin du siècle dans lequel parlait lhonorable magistrat ; mais il est fort douteux que la légende y ait été p o u r quelque chose. Réquisitoire « On savait assez, dit lavocat général, que Grégoire VII de lavocat . 1 M . . ,général Gilbert « si célèbre-par ses diflérends avec lempereur Henri, est de Voisins. . . . . , . . , , . « celui qu on a vu porter le plus loin ses prétentions ambi- v tieuses, inouïes dans les premiers siècles de lÉglise, qui ( t ) Essai sur les libertés de VEglise gallicane, page oy.
  25. 25. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VU 419 !« causèrent de si longs troubles, et allumèrent des guerres D 7 Q PARTIE CHAPITRE XXI« si cruelles de son temps. « Mais, quil soit permis de le dire, ajoute-t-il, on« navait pas lieu de sattendre de voir entrer dans son« éloge, ei célébrer dans un office ecclésiastique, lexcèsu où lc conduisirent enfin des principes si dangereux.* Est-ce donc le chef-dœuvre de son zèle, davoir entre-« pris de priver un Roi de sa couronne et de délier ses« sujets du serment de fidélité ? Et pouvons-nous voir« sans douleur, quon appuie sur un fait si digne dêtre" enseveli dans loubli, les titres quon lui donne de« défenseur de lÉglise, de restaurateur de sa liberté, de« rempart de la Maison d"Israël? a Pourquoi faut-il que les vestiges dune entreprise, A la faveur de« dont le temps semblait affaiblir la mémoire, reparais- supplément du« sent aujourdhui jusque sous nos yeux, quils viennent r o m a i n ^« encore exciter notre devoir et notre zèle ? Souffririons- ^ e ï s ^ u r 8« nous quà la faveur de ce prétendu supplément du Bré- lautorité royale 1 1 r . serait ébranle.« viaire romain, on mît dans les mains des fidèles, dans la« bouche des ministres dc la religion, jusquau milieu« de nos saints temples et de la solennité du culte divin,« ce qui tend à ébranler les principes inviolables et sacrés« de lattachement des sujets à leur souverain (i) ? » Le 2 4 du même mois de juillet, Daniel-Charles-Gabriel Cavius, évêque ^ dAuxerre, publie un 0111 Nous avons puisé une partie des pièces que nous devons citer en (1) "^olurcce chapitre, dans un recueil publié en 1 7 4 3 sur toute cette affaire. Il est la légende,intitulé : LAvocat du Diable, ou Mémoires historiques et critiques surla vie et sur la légende du Pape Grégoire VII, avec des Mémoires dumême goût sur la bulle de canonisation de Vincent de Paul, instituteurdes Pères de la Mission ct des Filles de la charité (trois volumes i n - 1 2 ) .Lauteur est Adam, curé dc Saint-Barthélemi dc Paris, appelant fameux.Il est remarquable que les jansénistes poursuivaient dc la même hainesaint Vincent de Paul et saint Grégoire VII3 comme pour faire mieuxcomprendre aux gens distraits que la même Eglise romaine, qui pro-duit des Vincent de Paul pour le soulagement des misères corporellesde lhumanité, est aussi celle qui produit, suivant le besoin, des Gré-goire VU pour remettre la société chrétienne sur ses véritables bases.
  26. 26. 420 AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII I N S T I T U T I O N S de Caylus, évêque dAuxerre, qui venait de donner, en L I T U R G I Q U E S , , . . , — i7*2(), le nouveau bréviaire dont nous avons parle, fidèle ii limpulsion de la magistrature, signala son zèle contre la légende, dans un mandement épiscopal adressé au clergé et aux fidèles de son diocèse. Appelant de la consti- tution Unigenitus, il sétait déjà essayé dans la résistance au Saint-Siège : il saisit donc avec empressement locca- sion doutrager cette R o m e , dont il ne portait le joug quen frémissant. Du reste, aussi zélé p o u r le pouvoir absolu et inamissible du prince temporel, que haineux envers lautorité Apostolique, il donna, c o m m e tous ceux de ses confrères dont nous citerons ci-dessous des extraits de mandement, le plus solennel démenti à certains écri- vains de notre temps, qui sobstinent à voir dans la secte de Port-Royal la première manifestation des idées soi- disant libérales.Le* entreprises « Ce nest quavec peine, dit le Prélat, que nous rappe-dc Grégoire VII, . . . . ^ . J r* TT-TT TI dit Caylus, ne « Ions ici le souvenir des entreprises de Grégoire VII. Ilqu^déshono^rer « serait à souhaiter que ses successeurs eussent fait leur a u t e u r . ^ connaître, par leur conduite, quils étaient très-éloignés « dc les approuver, et encore plus de les renouveler c Nous serions dispensés par là de prendre e de nouvelles « précautions pour nous y opposer et en démontrer lin- « justice. N o u s les regarderions comme une tache effacée, « et nous naurions garde daller rechercher dans lhistoire « ecclésiastique des faits quine sont propres quà désho- « norcr leurs auteurs, ct que la sainte Eglise désavouera « toujours (i). Son devoir < Maisnousnc pouvons nous taire, continueM. dAuxerre; c 1 7 7loblige a parler. - « ce que nous devons à lÉglise universelle, au roi très- « chrétien, à lÉtat, aux fidèles de notre diocèse et à n o u s - « même, nous force de parler à loccasion de loffice de « Grégoire V I I . (ij Admirez cette profonde intelligence de Fhistoire des institutions du moyen âge !
  27. 27. AFFAIRE DE LA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE Vil 421 1 « Ne nous arrêtons pas à remarquer ici que la sainteté M * ™ , „ . . -rr-ri » . • . i TI Y~I * CHAPITRE XXI« rfe Grégoire VII nestpoint reconnue dans lEghse; —« quil ne paraît pas quon ait fait pour lui, à Rome, ce qui de a r l g o ^ v n 1 1« sobserve dans la canonisation des saints, et que lhistoire " l ? ! ^ e 1 * reconnue dans« de son pontificat est difficile à accorder avec lidée dune relise.« sainteté formée sur lesprit et sur les règles de lÉvangile,a et digne de la vénération et du culte public des fidèles. « Tenons-nous donc, poursuit le Prélat, inviolablement n faut sen« attachés à la doctrine delà sainte antiquité, qui apprend à la doctrine de« aux sujets que personne ne peut les dispenser de la lindépendance« fidélité quils doivent à leurs légitimes souverains, et ^ tempTreî!* d« quil ny a ni crainte, ni menace qui doive les empêcher« de remplir ce devoir, que la loi de Dieu leur impose ; « et aux papes comme aux évêques, quils nont pas le« pouvoir de donner ni dôterles royaumes, et que, quant« au temporel, les rois ne leur sont point soumis et ne« dépendent pas deux, mais de Dieu seul. » Assurément, cest un grand avantage pour les souve- Cette doctrinerains de ne dépendre ni du pape ni des évêques; mais c o n m l r e à i aquand lévêque dAuxerre leur garantit quils ne dépendent " d e ^ c h o s e s ? 6ici-bas que de Dieu, il exprime son désir, sans doute,mais non ce qui existe réellement; car il nest pointdhomme ici-bas qui ne se soit rencontré, et souvent même,face à face avec son supérieur. Si les rois daujourdhuinont plus à craindre la puissance du pape (et cependantvoyez comme plusieurs la redoutent encore, cette Romedésarmée), ils ont, en revanche, dc dures querelles ctcontestations à vider avec les peuples, qui à coup sûr sontmoins justes et plus intéressés dans Jaffaire que ne lcseraient les pontifes romains. Quoi quil en soit, M. dAuxerre termine son mande- Caylus • , . défendantment en déclarant que, pour remplir toute justice, en Fusapderofljcedonnant au roi de nouvelles preuves de sa fidélité et de Grégoire VIIson-{éle pour la sûreté de sa personne sacrée, et pour la fîoc&ic?tranquillité de son royaume, qui pourraient être encore
  28. 28. 422 AFFAIRE DE EA LEGENDE DE SAINT GREGOIRE VII INSTITUTIONS exposés aux derniers malheurs, si les maximes autorisées - par loffice du pape Grégoire VIItrouvaient créance dans les esprits, il défend à toutes les communautés et personnes séculières et régulières de lun ct de lautre sexe dc son diocèse, se disant exemptes ou non exemptes, qui se ser- vent du Bréviaire romain, ou qui reçoivent les offices des nouveaux saints quon insère dans ce bréviaire, de réciter soit en public, soit en particulier, loffice imprimé, etc.Cette résistance Ainsi, le Pape enjoint à toute lEglise de réciter lofficea u x ^ i o n â i o n a de saint Grégoire VII, et il se trouve un évêque qui défend contraire à la à ses diocésains de se soumettre à cctte injonction. Évi-notion du droit. demment, lun des deux est dans son tort ; car autrement que deviendrait une société qui renfermerait dans son sein des pouvoirs contradictoires, ct néanmoins toujours légitimes, dans tous les cas ?Colbert, évoque Le mandement de Tévêque dAuxerre fut incontinent de Montpellier, . . r r , . „ . ... , T janséniste suivi d un autre, publie le Ï i juillet, par Lharlcs-Joachimcondamneàson Colbert, évêque de Montpellier, si fameux par le caté- f piu*durcs chisme auquel il a donné son nom, et par son obstination S a n s c s i^officedVnei?nt ^ * Principes des appelants. On sc rappelle, sans Grégoire vil. deutte, son zèle àfaire adopter dans son diocèse le nouveau Bréviaire dc Paris, et la courageuse opposition du cha- pitre à cette mesure. Nous ne fatiguerons point le lecteur de toutes les déclamations que ce mandement renferme contre les prétentions romaines; nous extrairons seule- ment les qualifications quil applique à un acte du souve- rain Pontife. La Légende de saint Grégoire VII est condamnée comme « renfermant une doctrine séditieuse, « contraire à la parole de Dieu, tendante aù schisme, « dérogeante à Vautorité souveraine des rois, et capable « dempêcher la conversion des princes infidèles et héré- « tiques (i). » Il cn défend lusage, sous les peines de (i) Rien nest beau comme ce zèle dun évêque hérétique pour ln pro- pagation dc la foi chez les infidèles ct les hérétiques. U est évident que le Pape et sa Propagande ny entendent rien.

×