Your SlideShare is downloading. ×
PARÉ à                     INNOVER                        Lettre d’information de l’innovation en bretagne                ...
PARÉ à                                                             Lettre d’information de l’innovation en bretagne      I...
PARÉ à                                                                                                                    ...
PARÉ à                                       Lettre d’information de l’innovation en bretagne       INNOVER               ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Cahier PAI 2001 : mer et technologies

545

Published on

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
545
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Cahier PAI 2001 : mer et technologies"

  1. 1. PARÉ à INNOVER Lettre d’information de l’innovation en bretagne numéro spécial Supplément au N°5 juin - juillet - août 2001 Mer et technologies de l’eau, du sel et un peu plus... Sommaire Sommaire Editorial EditorialOn parle de la Mer mais il y a plusieurs Mers. Selon quelle P.2 La technologie au service du rêve.évoque les vacances, les promenades en bateau ou encoreune source dinspiration pour ceux qui la photographient. • MultiplastIl y aussi ceux qui travaillent la Mer. Dans ce numéro spé-cial, nous voulons vous faire partager les témoignages de • Sitelceux pour qui la mer est un défi, un monde à apprivoiser,une source de bienfaits par ses poissons et ses algues. • Roland JourdainIls travaillent la mer, quils soient vétérinaire, zootechni-cien, biologiste, skipper, électronicien, chimiste ou encorearchitecte. P.3 InterviewLa plus grande richesse de la mer est sans doute de n’avoirdévoilé quune parcelle de tout ce quelle peut nous apporter. Jean-Yves Moigne, Algues et MerLa mer sera encore source de découvertes et dinnovations. Adeline Le Marec Rédactrice en chef P.4 Infos pratiques
  2. 2. PARÉ à Lettre d’information de l’innovation en bretagne INNOVER Technologies Technologies Photo : Plisson - La Trinité MULTIPLAST, le high-tech et la passion au service du rêve. Concevoir, prévoir. En outre, MULTIPLAST associe son savoir-faire de constructeur de haute technicité à un bureau SITEL détudes tout aussi high-tech. Cest en effet, en amont, dans ce bureau de conception que lon imagine, travaille et peaufine à la pointe de les "chefs dœuvre". MULTIPLAST dispose des lélectronique et meilleurs outils informatiques de C.A.O. de linformatique De gauche à droite : Yann Penfornis, Gilles Ollier, Franck Martin (Conception Assistée par Ordinateur), ce qui per- marine. Depuis près de 20 ans, léquipe du chan- met aux architectes navals de faire de la modélisa- Cest en 1988, à la Trinité-sur-Mer, tion en 3 D. tier MULTIPLAST, dirigé par Gilles OLLIER Outre lavantage de voir le bateau se "profiler" et que Philippe Roger et Patrick architecte et constructeur naval, est ani- Hirsch-Gerdolle ont lancé SITEL. de réaliser des fonds de plan, cette technique offre mée par la passion de la course nautique. la possibilité détudier le comportement du Leurs activités sont la vente, lins- Cette entreprise vannetaise a toujours tallation et la maintenance déqui- bateau selon la vitesse et langle du vent, et de pré- été en avance sur son temps dans la voir ainsi sa performance. Cest aussi à ce stade de pements de navigation électrique, conception et la construction des multi- électronique et informatique. la réalisation que lon étudie la fiabilité en terme de coques de course. sécurité afin que les conditions de survie, en cas “Exercer un métier qui "Notre force est probablement de maîtri- daccident, soient optimales. nous passionne” ser toutes les étapes de la conception à la La consécration. Les produits développés par Sitel construction. Avant les autres, nous avons De nombreuses courses ont démontré le savoir- peuvent équipés tous types de su démontrer le bien fondé dadopter de faire unique et lexpérience de MULTIPLAST, mais bateaux : plaisance (voiliers et nouveaux matériaux" (Gilles OLLIER). cest dans la course The Race que MULTIPLAST a vedettes) et pêche. Lutilisation de la fibre de carbone en est remporté tous les succès. Mais avant tout, ce que Philippe un bon exemple : cette fibre organique à Sur le podium des 3 gagnants (Club Med, Roger trouve passionnant, cest la fois résistante et légère associée au nid Innovation Explorer et Team Adventure), 3 catama- linnovation des équipements dabeille a révolutionné lhistoire des rans, 3 monstres à rêve tout droit sortis des chan- électroniques et informatiques bateaux de course. "Dans cet univers de tiers MULTIPLAST. des bateaux de course. “Club Med, compétition, le poids est un facteur Innovation Explorer, Sodebo, Fuji, conséquent, et la fibre de carbone qui a la Groupe Ama, Foncia…se sont résistance de lacier, a un poids cinq fois Contact : quelques-uns des bateaux que moindre". Patrick CISSE, MULTIPLAST nous avons équipés”. Tous les process imaginés par MULTI- Responsable technique et investissements, “Dans la compétition, les équipe- PLAST il y a 20 ans sont devenus des réfé- 02 97 40 20 12 ments sont plus perfectionnés - rences et des règles dor pour la construc- multi@multiplast-yachts.com systèmes GPS de positionnement tion de prototypes de compétition. www.multiplast-yachts.com par satellite, contrôles de naviga- tion, systèmes de communication vidéo… Ce sont des technologies qui évoluent constamment et cest justement ce qui est intéressant : Il Roland Jourdain, skipper sur faut sinformer, participer à des salons, échanger avec des parte- naires internationaux … il faut tou- le banc d’essai de l’innovation jours être à la pointe de la techno- Il est arrivé 3ème au dernier Vendée Globe, après 96 R.J. : “Non. La compétition est un formidable banc logie”. jours, une heure et deux minutes en mer. C’était le d’essai pour les fabricants de la construction nava- premier tour du monde en solitaire, sans escale et le, l’électronique, le matériel de sécurité… Les Un nouveau Cap… sans assistance, de Roland Jourdain. Le Quimpérois, constructeurs ont du retour sur le process de “La force de la société repose sur surnommé Bilou, est aux premières loges pour tes- construction. Nous, skippers; validons les innova- léquipe toute entière grâce à sa ter les applications de technologies de pointe et tions en compétition” . stabilité et ses compétences procéder aux réparations de son monocoque de 60 PAI : “On peut donc dire que vous participez à la acquises au fil des années.” pieds SIL. Entre deux manches sur l’eau, le skipper a mise au point d’innovations…” Forte de cette expérience, SITEL accepté de répondre à nos questions. R.J. : “A chaque skipper sa stratégie. On peut choisir commercialise aujourdhui un de tenter des choses avec des fournisseurs. J’utilise PAI : “Quelles sont les grandes innovations actuelles nouveau produit développé avec dans le secteur de la voile et de la course au large”? parfois du matériel pas encore éprouvé en course.” lENSAM et ESRI France. Il sagit Roland Jourdain : “Nous sommes toujours à la PAI : “Y-a t-il une innovation dont vous rêviez ?” dun système léger et autonome recherche de nouveaux matériaux pour le bateau. R.J. : “Tout est à faire dans le bateau de compéti- qui permet, en se connectant à Actuellement, c’est le monde de la chimie et celui tion. Le bateau idéal n’existe pas, il est conçu pour Internet, de suivre la position de de la technologie qui se rencontrent. On fait des un programme. Ce qui nous arrête, c’est le manque véhicules terrestres, de bateaux coques et des mâts plus légers et plus résistants. On d’argent.” ou de personnes, et cela même travaille aussi sur les tissus servant à fabriquer les dans les zones non couvertes par PAI : “Le côté high-tech des bateaux ne tue pas la voiles. Nous bénéficions des recherches de l’aéro- le réseau GSM. spatiale, de l‘industrie, de l’automobile…” course et le plaisir sur l’eau ?” R.J. : “Non, on navigue mieux, on peut contrôler la Contact : PAI : “Cela veut-il dire que le secteur nautique pro- météo via Internet… Pour utiliser ces nouvelles tech- Philippe ROGER gresse grâce aux autres secteurs, et pas grâce aux nologies, je suis des formations sur le tas. A chaque SITEL courses au large ?” fois, c’est un nouveau challenge” . 02 97 55 88 39 Sitel@wanadoo.fr 2 Paré à Innover • N°Spécial • juin - juillet - août - 2001
  3. 3. PARÉ à INNOVER Interview InterviewAlgues et Mer mise sur la technologie Algue Asparagopsis en culture à Ouessantpour les beaux yeux de l’algue rougeA priori, trouver sur une île à la merci des vents une société qui mise sur les techno-logies relève de la gageure. Et bien pas tout à fait. Sur l’île d’Ouessant, Jean-YvesMoigne et son équipe cultivent des algues et les transforment pour des applicationsessentiellement cosmétiques. Un bel exemple d’association de la mer et des techno-logies de pointe, tout en préservant les ressources naturelles. Rencontre avec Jean- AquastreamYves Moigne, à la tête d’Algues et Mer. révolutionne la piscicultureJean-Yves Moigne est ingénieur agronome de pour lyophiliser a un coût très important". C’est en confrontant leursformation. Il a choisi une vie qui sort des sentiers Concrètement, les composés extraits des algues expériences de spécialiste desbattus et travaille sur l’île d’Ouessant. En 1995, il a sont par exemple utilisés dans le domaine capillaire poissons de haute mer et demonté Algues et Mer, une Société Anonyme qui comme anti-pelliculaire, et aussi dans les vétérinaire que Guirec Dewavrincompte aujourd’hui quatre salariés. “Avant, je produits d’assainissement de la peau, comme des et Laurent Pasco ont eu l’idéetravaillais déjà avec les algues, mais pour des appli- produits anti-acné. de reconstituer un élevage decations alimentaires. C’est un marché qui a toujours Algues et Mer mise aussi sur les Fucanes, des poissons indemne de touteses limites. Pour assurer un développement plus molécules ayant une activité anticoagulante, utili- pathologie. Ils voulaient ainsiimportant, j’ai opté pour des applications cosmé- sées dans le traitement des jambes lourdes ou proposer aux aquaculteurs destiques et pharmaceutiques”. En plus de ces deux encore la prévention du déchaussement des œufs, des larves et des alevinsbranches, l’entrepreneur insulaire tente une nouvel- dents… “Un industriel italien avait mis au point une d’une qualité sanitaire défiantle approche côté alimentaire. “Jusqu’ici, je connais- application des Fucanes pour un problème capillai- toute concurrence.sais l’algue comme un “légume” maintenant j’y , re. Il cherchait un partenaire pour la fabrication de Après 5 ans de travaux, ilsrecherche ses principes actifs, dans l’axe des com- ces molécules. Aujourd’hui, nous sommes le seul sont parvenus à sélectionnerpléments alimentaires. Comme, par exemple, le fabricant au monde de Fucanes dépolymérisés” . les meilleurs spécimens desrenforcement de l’apport en magnésium sur des La dernière direction relève davantage de la pros- 2 espèces de daurades et de bars.produits alimentaires naturels. Mais l’essentiel de pective. “Nous faisons de la recherche de principes En janvier dernier, l’entreprisenos applications sont cosmétiques” . actifs encore non exploités. Actuellement, nos Aquastream a ouvert ses portes à applications concernent le domaine de l’immuno- Ploemeur. “Un lieu dimplantationAlgues et Mer conçoit et fabrique des extraits de stimulation, chez l’homme, mais aussi pour les idéal” explique Guirec Dewavrinprincipes actifs et des extraits de molécules à par- plantes ou la santé animale. Notre objectif est de “cest une région indemne detir d’algues marines cultivées ou récoltées. "Les conclure ces recherches dans deux ans”. certaines maladies, qui seraientalgues proviennent de deux sources. Soit de la fatales pour notre activité.cueillette, et il n’y a pas ici de technique de pointe Ici nous avons aussi trouvé desinon de l’huile de coude", plaisante Jean-Yves Vers un label UNESCO. véritables partenaires pour notreMoigne. "Soit de la culture en pleine mer. Nous cul- Jean-Yves Moigne se réjouit d’être à Ouessant, projet ; ce sont les villes de Lorienttivons l’Asparagopsis Armata, une algue rouge d’ori- même s’il reconnaît que la question des transports et de Quimper”.gine néo-zélandaise ou australienne, introduite par se pose. “Il y a aussi des avantages” précise-t-il. , 95% des clients dAquastream seles Anglais au début du XXe siècle en Europe". Et ce “A commencer par la qualité de l’eau, la matière situent en zone méditerranéennequi fait l’intérêt de cette algue, ce sont les compo- première, sans aucune trace de contaminants”. mais pour pallier cet éloignementsés d’activités antibactériennes et antifongiques Avantage en terme d’image aussi. “Il est plus facile léquipe dAquastream a mis auqu’on a découverts chez elle. de vendre des algues au cœur de la réserve mon- point un caisson pour alevins, diale de biosphères, label attribué par l’Unesco en transportable par avion.Trois axes de développement technolo- 1989, que dans un port”.gique. Contact : Poursuivant son développement, la société est “en Guirec DewavrinL’activité de la société s’appuie sur des technolo- cours de labellisation par l’Unesco, dans le sens de Aquastreamgies avancées pour tirer de ces algues le meilleur. ce qu’on appelle le développement durable : une 02 97 86 02 86Jean-Yves Moigne distingue trois directions suivies bonne gestion de la ressource (les algues récoltées) contact@aquastream.netpar son entreprise. "La première est un long travail et aussi de la culture (précaution par rapport à l’in-délicat et coûteux pour déterminer la nature des troduction de nouvelles espèces pour éviter toutmolécules responsables de ces activités. Nous déséquilibre)…”avons ainsi mis au point une technique d’extractionà froid de ces composés d’activités. Il a ensuite fallu Contact :élaborer des techniques pour présenter le produit, Algues et Mer, Jean-Yves Moignesous forme liquide avant incorporation dans le pro- Tel : 02 98 48 83 40duit, et aussi sous forme lyophilisée. La technologie Fax : 02 98 48 84 24POUR SAVOIR SAVOIR PLUS : POUR EN EN PLUS : - Cosming 2001 : biotechnologies et cosmétique, - "La cosmétique bleue trouve son efficacité", article 140 chercheurs et industriels se sont rencontrés à de la revue Parfums Cosmétiques Actualités, N° 157 linitiative de CBB Développement (16 et 18 mai – Fév. 2001 2001). Compte-rendus disponibles sur demande. Contact : R. Conanec – CBB Développement 02 99 38 33 30 roland.conanec@cbb-developpement.com Paré à Innover • N°Spécial • juin - juillet - août - 2001 3
  4. 4. PARÉ à Lettre d’information de l’innovation en bretagne INNOVER Infos Pratiques Infos pratiques Métiers de la mer La pêche illustrée et formation La France est toujours une grande puissance En France en 1998, 21 000 marins pêcheurs maritime européenne. Les actifs de la filière mer embarqués sur 6 000 navires ont mis en vente et la diversité des métiers en témoignent. environ 600 000 tonnes de produits de la mer, Pour la marine marchande, les formations ne soit plus de 230 espèces différentes dont plus manquent pas. Et les perspectives non plus pour de 150 poissons, représentant un chiffre daf- les postes d’encadrement. faires de lordre de 6 milliards de francs. La pêche bénéficie, elle, de l’engouement relatif des consommateurs pour les produits de la mer Sur ces 600 000 tonnes, 400 000 tonnes (5 mil- (frais ou surgelés, crus ou cuits). Du coup, les liards de francs) correspondaient à de la pêche métiers passent d’un bout du filet à l’autre : fraîche et 200 000 tonnes (1 milliard de francs) mareyage, armement industriel, transformation, ont débarqué sous forme congelée. transport, distribution… On est loin de la logique Sur les 400 000 tonnes de pêche fraîche, poisson pêché/marché. 290 000 tonnes (4 milliards de francs) ont été La recherche océanographique attire beaucoup, vendues sous criée. La moitié de la production même si elle ne représente (en 1999) que 2500 des pêches maritimes est vendue en criée. emplois environ. C’est l’Ifremer qui tient le haut Les quatre criées les plus importantes en valeur du pavé en France. D’autres secteurs suscitent un sont : Boulogne-sur-mer, Concarneau, Le réel intérêt comme l’élevage en aquaculture Guilvinec et Lorient. nouvelle ou la conchyliculture. Fonction publique ou secteur privé, la mer prend (Source OFIMER) de plus en plus le large… Info sur le net : Les Ecoles Nationales de la Marine Marchande : http://perso.wanadoo.fr/enmm.hydros/ Les lycées denseignement maritimes et aquacoles : http://www.formmer.com/ Où trouver de l’info sur le web ? L’OFIMER parie sur La toile mondiale a pris l’eau depuis longtemps. Sur internet, les sites ayant trait à la mer se mul- tiplient comme les bancs de poissons. Voici l’innovation quelques suggestions de visites. • L’incontournable site de la voile : www.sail-online.com L’Office national interprofessionnel des produits • Le site de lInstitut technique de de la mer et de l’aquaculture, OFIMER, soutient Développement des produits de la mer : l’innovation dans la filière des produits de la www.idmer.com pêche et de l’aquaculture. Ses objectifs ? • Le site spécialiste des algues : Valoriser, optimiser la commercialisation et la www.ceva.fr diversification des produits. Le 30 mars 2001, • Le site officiel de l’OFIMER : l’OFIMER a clôturé un appel à projets sur l’inno- www.ofimer.fr vation. Parmi les thèmes suggérés, on trouve la • Un portail sur la mer qualité à bord du bateau de pêche, l’améliora- (plaisance, sports, professionnels de la mer) : tion de la fraîcheur des produits de la pêche et www.amphibios.com de l’aquaculture, la sécurité alimentaire, le déve- loppement de nouveaux outils ou process (tri du • Un annuaire du nautisme : poisson, détection d’arêtes, écaillage, détection www.nautisme.com et élimination de parasites, mesure de la fraî- • Le site de l’hebdomadaire incontournable : cheur…). www.lemarin.fr • Un portail sur la mer au contenu “édifiant” Voici quelques exemples de projets retenus en selon son webmaster : 2000 : www.inautique.comParution prochain numéro - Essai de substitution de la farine de poissonspécial “Ressources humaines” • Du sérieux avec le site du ministère : par des oléoprotéagineux dans des ali- www.agriculture.gouv.frSeptembre 2001 ments de grossissement de silure glane ; • Sur la pêche toujours :Directeur de Publication : - Mesure en ligne de la fraîcheur du poisson, www.peche.orgMichel Kervoas par spectroscopie de fluorescence fronta- • Le site de la Fédération des industries nautiques :Rédaction : équipe de Bretagne Innovation, le ;Béatrice Verstraete et correspondants www.france-nautic.comCréation et réalisation : - Mise au point d’une nouvelle technique • Le site du Centre de culture scientifiqueAgence de création Loïc Bohuon d’obtention d’algues déshydratées à réhy- technique et industrielle :Impression : CWI dratation instantanée – application à l’éla- www.ccstilorient.orgISSN : 1624-8589 • Tirage 4000 ex boration de salades avec sauces d’accom- • Le site de l’Ifremer :Avec le soutien du pagnement. www.ifremer.frConseil Régional de BretagneBretagne Innovation • 18 place de la gareCS 26927 - 35069 Rennes cedex 4 Paré à Innover • N°Spécial • juin - juillet - août - 2001contact@bretagne-innovation.tm.fr

×