Doc 83
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

 

Statistics

Views

Total Views
556
Views on SlideShare
556
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Doc 83 Doc 83 Document Transcript

  • www.cadredesante.comManagement La dynamique des groupesPour une application dans le travail en équipe.Descriptif : Cet article dresse un état des lieux de la notion de dynamique des groupeset propose une approche vécue en service de soins.Je a n M ich e l M ot t a , 2 3 j u in 2 0 0 3Etymologie, définitions« Le terme de groupe vient de lallemand « krop » qui signifie cordage, rouage, lien.Ce lien représente lattache du groupe et prédominera ensuite dans la définition. Cemot, « krop », a donné le mot italien « gruppo » qui correspondait à un exercicedarchitecture où le sculpteur faisait naître de la pierre, des personnages unis par unsocle. Le groupe se bâtit sur un socle qui est un code com m un : lidéologie du groupe.La notion de lien est très importante : lorsquun groupe est soumis à une pression(peur…), il se crée des liens très forts. Dès que la pression se relâche, le groupe sedésunit, apparaît alors une dépression : cest le syndrome de Stockholm. Une desdéfinitions du groupe est : un ensemble dindividus liés par un objet ou un projetcommun et ayant entre eux des relations sociales de dépendance explicites etréciproques. Le groupe est régit par des règles du jeu. Pour Jacques LACAN, legroupe est « le plus un », il nest jamais la somme des individus qui le composent. Legroupe est lensemble des individus, plus un. » [1] .Dans son ouvrage sur la dynamique des groupes, Roger MUCCHIELLI donne dugroupe une autre définition : « Un agrégat de personnes nest groupe que si des liensde face à face se nouent entre les personnes, m ettant de lunité dans leur « être làensemble ». Le groupe est une réalité dans la mesure où il y a interaction entre lespersonnes, une vie affective commune, et une participation de tous, même si cetteexistence groupale nest pas consciente et même si aucune organisation officielle nelexprim e » [2] Le sociologue am éricain C.H. COOLEY ajoute : « Le moyen le plussim ple de décrire cet ensem ble est peut être de dire que cest un « nous ». Il contientcette sorte de sym pathie et didentification m utuelles pour lesquelles « nous » estlexpression naturelle » [3] .Dynamique des groupesLa dynamique des groupes est une expression officiellement consacrée par KurtLEWIN en 1944. On parle de groupe primaire quand ses membres entrent en relationde face à face. Roger MUCCHIELLI nous indique que tout groupe possède 7caractéristiques psychologiques fondamentales [4] : 1. Les interactions ; 2. Lexistence de buts collectifs communs ; 3. Lémergence de normes ou règles de conduite ; 4. Lémergence dune structure informelle de lordre de laffectivité avec répartitionde la sympathie et de lantipathie, elle est dite informelle car non officielle et souvent "Toute reproduction partielle ou totale de la présente publication est interdite sans lautorisation de lauteur et de son éditeur" Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992
  • www.cadredesante.comnon consciente ; 5. Lexistence démotions et de sentiments collectifs communs (« comme-uns » :formule de J acques LACAN [5] ) ; 6. Lexistence dun inconscient collectif ; 7. Létablissement dun équilibre interne et dun système de relations stables aveclenvironnement.Dans un groupe naissent des règles informelles et des pressions de conformité [6] .Plus le groupe est solidaire, plus les pressions de conformité sont grandes. Lesmembres déterminent entre-eux des règles informelles. Ces règles sont puissantes etobligent chaque membre à sy conformer au risque dêtre exclu ou de devenir le« souffre-douleur » sur lequel le groupe peut déverser une foule de sentiments aussinégatifs que farfelus. Roger MUCCHIELLI parle de « sanctions groupales (mépris,raillerie, m ise en quarantaine…), qui punissent les « infractions » aux standards, enréférence à une sorte de règlement informel parfois en contradiction avec lerèglement officiel. [7] »Il en est ainsi à larrivée dun nouvel agent dans un service. Ce nouveau venu dans ungroupe devra souvent subir une sorte dexamen de passage ou de mise à lépreuve afindêtre intégré.Roger MUCCHIELLI décrit larrivée dun nouvel agent. « Le nouveau estdécontenancé ; […] il est en état « dexpectation » […] tâtonnant pour faire sonexpérience des standards du groupe. Non seulement il perçoit le groupe comme unorganisme unique, dans la mesure où il se sent étranger, mais il est ultrasensible auxréactions du groupe. […] Les réactions du groupe sont déterminées par les conditionsdarrivée du nouveau, par les rumeurs le concernant […], les réactions ultérieuressont déterminées par la personne même du nouveau et ses réponses à sa mise directeà lépreuve par des procédés discrets et quelquefois sournois. La réaction finaleaboutit à son intronisation ou son rejet. […] Le rejet prend la forme de réactionscollectives dhostilité ; le rejeté est le bouc ém issaire ou le souffre-douleur dugroupe [8]. »Expérience groupaleDans notre service de soins, nous avons vécu cette situation où un nouvel infirmieravait été « parachuté » par la hiérarchie. Son caractère « bien trempé » et la remiseen cause dès son arrivée des normes de fonctionnement du groupe navaient pastardé à faire de lui le « bouc-émissaire » idéal. Le service, déjà en souffrance, avec desclivages entre les catégories professionnelles bien marqués, avait vu lambiancegénérale saméliorer alors quauparavant, les tensions étaient presque quotidiennes.Les soignants avaient trouvé pendant un temps, beaucoup plus dentraide spontanéeet une unité dans les comportements qui consistaient à exclure celui qui étaitconsidéré com m e « lintrus ». A ce propos, W.R. BION dans ses travaux surlinconscient des groupes, nous révèle que « Le bouc-émissaire est alors bien pratiquepour cimenter le groupe sans quil ait besoin de sexaminer en profondeur […], (cebouc-émissaire) peut être un membre du groupe […] présenté comme le problème dugroupe alors quil nen est souvent que le signe. […] Un membre est identifié comme "Toute reproduction partielle ou totale de la présente publication est interdite sans lautorisation de lauteur et de son éditeur" Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992
  • www.cadredesante.com« le cas », celui qui fait constamment des erreurs ou plus précisément, celui qui est lacause des erreurs du groupe. […] Cest dailleurs pourquoi on conserve le bouc-émissaire : que se passerait-il si les erreurs continuaient après son départ ? […]Lattitude envers le bouc-émissaire est en conséquence ambivalente. On laccable detous les m aux, m ais en mêm e tem ps « on laime bien », on le protège [9]. » Ce bouc-émissaire est en fait un construit du groupe qui lui permet de maintenir sa cohésion,en montrant du doigt, « le » responsable dun groupe qui ne sait pas souvrir auxautres, accepter les différences. Cet « élu » malheureux est en fait un des symptômesdu malaise ambiant, tout comme la douleur est un signal dalarme dans une maladie.La « maladie » du service a vite réapparu et en six mois, de nombreux infirmiersavaient demandé leur mutation. Nombreux sont ceux qui ont pensé que le« coupable » était ce « mauvais agent ». En fait, le groupe avait cristallisé ses tensionssur ce soignant et le trouble général restait sous-jacent. Il navait été que « la gouttedeau qui avait fait déborder le vase » dans une équipe en déperdition.Une équipe dans un service de soins répond donc aux caractéristiques des groupesprimaires mais elle est autre chose quun groupe, Roger MUCCHIELLI nous indiqueque « Dans la catégorie des groupes primaires, léquipe est une variété originale quiajoute à la cohésion socio-affective et aux relations interpersonnelles de face à face,une caractéristique supplémentaire : celle de la convergence des efforts pourlexécution dune tâche qui sera lœuvre commune. [10 ] » .Cette convergence des efforts pour réaliser une œuvre com m une est une descaractéristiques de ce groupe que nous étudierons dans une prochaine publication :léquipe.[1] DE MARTINO J., Psychosociologue, cours de licence Administration Economique et Sociale,Faculté des Sciences Economiques, Marseille, 2002-2003.[2] MUCCHIELLI R., La dynamique des groupes, ESF Editions, Paris, 14ème édition, 1995, p 104.[3] COOLEY C.H. in ANZIEU D. MARTIN J .Y., La dynam ique des groupes restreints, PUF, Paris, 1997,p 39.[4] MUCCHIELLI R., La dynam ique des groupes, Op. Cit. pp 14-15.[5] DE MARTINO J., Psychosociologue, cours de licence Administration Economique et Sociale,Faculté des Sciences Economiques, Marseille, 2002-2003.[6] MUCCHIELLI R., La dynam ique des groupes, Op. Cit., pp 27-28.[7] MUCCHIELLI R., La dynamique des groupes, Op. Cit., p 26.[8] Ibid., p 30.[9] BION W.R. in CAUVIN P., La cohésion des équipes, Op. Cit., p 65.[10 ] Le travail en équipe, Op. Cit., p 9.Jean Michel Motta Etudiant Cadre de santé. Marseille - Montpellier. "Toute reproduction partielle ou totale de la présente publication est interdite sans lautorisation de lauteur et de son éditeur" Code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992