• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Sfm dossier 8
 

Sfm dossier 8

on

  • 445 views

 

Statistics

Views

Total Views
445
Views on SlideShare
445
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Sfm dossier 8 Sfm dossier 8 Presentation Transcript

    • Dossier Le virtuanews infranews virtuanews infranews cloudnews cloudnews stockagenews printnews docunews stockagenews printnews docunewsprintnews Numéro 8 - mars 2012L’impression à l’heure de la Les évolutions technologiques qui favorisent la mobilité n’épargnent pas l’impression. Les entre-mobilité prises cherchent à intégrer cette composante sans remettre en cause leurs modèles d’organisation en se concentrant sur les solutions qui offrent le bon équilibre entre coût et sécurité, avec en filigrane une productivité des collaborateurs encadrée par une souplesse d’usage. ServicesStratégie Infrastructures Les MPS tiennent La consumérisation de l’IT Le cloud printing suscite tous désormais compte de pousse les entreprises à les intérêts lorsqu’il faut enri- la mobilité pour être mettre en place une stratégie chir les stratégies d’impression en mesure de contrôler et de d’impression mobile. Mais elles avec une dimension de mobilité. comptabiliser ce qu’impriment sont confrontées à un éventail En tandem avec l’impression les utilisateurs lors de leurs complexe d’offres matérielles, à la demande, il parvient à déplacements et pour assurer logicielles et de services, autant couvrir des besoins de la sécurité des impressions qu’une hétérogénéité des solu- © Konica Minolta plus en plus pointus. indépendamment du lieu d’où tions. elles sont lancées.L’essentiel pour mieux comprendre speedfire mediArchitects
    • L’impression à l’heure de lamobilité ObservatoireL’entreprise face à l’impression mobile L’impression et l’intérêt de la mobilitéUne révolution aux enjeux stratégiques A la question « ressentez-vous le besoin d’intégrer une stratégie d’impression mobile dans vos activités professionnelles » posée par le cabinet Quocirca à 125 entreprises européennesLa prolifération de smartphones et de tablettes dans Un éventail complexe de solutions et américaines, 42 % d’entre elles répondentl’entreprise redistribue les cartes de la mobilité, et partant, Si la sécurité prime, les mesures à mettre en place sont en étroite qu’elles n’en voient pas l’utilité. Elles sont 26 % àélargit le périmètre de la gestion de l’impression. Les solu- relation avec la politique d’impression sur laquelle s’appuie se dire intéressées mais précisent qu’elles n’onttions des experts n’ont pas attendu cette nouvelle donne l’entreprise. Cette politique est souvent définie par un contrat de pas dépassé le stade de projet. En revanche, 19%pour encadrer des besoins irréversibles. La consumérisation gestion d’impression déléguée, autrement dit de MPS. Lequel de ces entreprises ont identifié quelques besoinsde l’IT, qui tend à estomper les frontières entre la technologie à fournit aux responsables IT  des outils indispensables : monito- parmi leurs employés et commencent à chercherusage privé et professionnel, est tout sauf un fantasme. Le BYOD ring des utilisateurs et des usages, gestion des coûts, mutualisa- des solutions. Mais elles ne sont plus que 5% à(Bring Your Own Device) modifie en profondeur le marché de l’in- tion des périphériques, impression à la demande, identification, considérer que la plupart de leurs collaborateursformatique professionnelle. Selon une étude Forrester, près d’un authentification et impression sans fil. Enrichir cette politique bénéficient de l’impression mobile et sont en passequart des appareils utilisés sur le lieu de travail sont des terminaux d’un volet mobilité revient à déterminer quelle flexibilité d’accès à de s’équiper. Enfin, elles sont 5% à avoir déjàmobiles et non des PC, tandis qu’un tiers des cadres utilise au l’impression on souhaite donner aux collaborateurs qui se déployé une solution d’impression mobile.moins trois terminaux pour se connecter au SI de leur entreprise. déplacent. Parmi les mesures les plus en vue, le cloud printingEt d’après le rapport Mobile Workforce d’iPass, les travailleurs peut se révéler très efficace pour un profil donné de salariés, oumobiles sont 91% à utiliser un smartphone pour le travail et à l’inverse inadapté pour des collaborateurs qui auraient plutôt44% d’entre eux possèdent une tablette. Enfin, une étude de besoin d’une petite imprimante portable. [PUBLICITé] Voirl’Economist Intelligence Unit indique que les bureaux devien- ladront encore plus virtuels d’ici 2020, et que la majorité des La diversité des solutions d’impression et des plates-formes vidéoemployés travailleront plus depuis la maison qu’au bureau. mobiles compliquent la mise en œuvre d’une stratégie d’impres- sion mobile en entreprise. De fait, les organisations sont confron-Louella Fernandes, analyste chez Quocirca, voit dans la consu- tées à un éventail complexe d’offres matérielles, et logicielles etmérisation de l’IT une raison pour laquelle les entreprises ont de services. Une hétérogénéité des solutions et un écosystèmeintérêt à mettre en place une stratégie d’impression mobile. d’acteurs particulièrement riche ne facilitent pas la tâche des«  Les organisations qui ignorent l’impact de la consumérisation décideurs. Avec le prestataire qu’ils auront choisi, ils sont néan-sur leur environnement d’impression, courent le risque que leurs moins tenus de trouver le meilleur équilibre possible entre la mobi-employés passent outre les directives des services IT en utilisant lité, la sécurité, les coûts, les exigences des processus métier, lesdes applications alternatives. Ces solutions n’offrent pas toujours besoins des utilisateurs et les modèles de prestation. •un niveau de sécurité suffisant et il deviendrait alors impossiblede contrôler les comportements liés à l’impression au sein de Nicolas Cintré, chef de groupe marketing produit, détaille dans cette vidéol’entreprise ». l’approche de Brother en matière d’impression mobile.Le dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité marchéEntreprise mobile L’écosystème de l’impression mobileLes solutions de multiples acteurs Le cabinet Quocirca a disposé dans cette figure, les principaux acteurs du marché. Ces sociétés n’ont ni le même niveau de prestations ni le même périmètre d’activités. Elles sont cepen-Nul doute que l’adoption de smartphones et de tablettes intègrent eux-mêmes les solutions de ces prestataires lorsqu’ils dant en mesure de couvrir des besoins simplesdynamise le marché de l’impression. Les fabricants doivent assurer la gestion de parcs hétérogènes sur le plan de la comme de répondre aux demandes complexestrouvent dans la poussée de ces terminaux l’opportunité mobilité. dès lors qu’elles établissent avec les entreprisesde capitaliser sur leurs matériels, leurs logiciels et leurs un cadre stratégique qui concilie valeur com-services. À la perspective de vendre plus de périphériques, Il faut noter aussi la présence d’acteurs particuliers comme merciale des projets et prise de risques. Leurs’ajoute la nécessité de répondre à une demande croissante de Google, dont l’offre Cloud Print représente une alternative qui rôle de conseil est donc aussi important quevaleur ajoutée induite par la mobilité. Tous les acteurs ont poten- permet de connecter simplement des imprimantes à Internet en leurs expertises, autant pour relativiser la montéetiellement le moyen de grossir leurs revenus en structurant leurs s’appuyant sur les services de Gmail et de Google Docs. Les en puissance de l’usage de smartphones et deoffres. Pour la plupart, les constructeurs intègrent aujourd’hui la périphériques d’impression, parmi lesquels on compte des tablettes, qui ne fera jamais disparaître les besoinscomposante mobilité dans leur catalogue. Il y a eu cependant modèles Epson, HP ePrint et Kodak, doivent toutefois être d’impression, que pour initier de nouvelles pistesdes précurseurs, identifiés par les observateurs du marché et identifiés avant de pouvoir être utilisé. Apple joue également un d’organisation et de développement centrées surnotamment le cabinet d’études Quocirca. On compte ainsi d’abord rôle intéressant via sa technologie AirPrint, directement intégrée l’entreprise mobile. Les entreprises qui ont déjàCanon, HP, Lexmark, Konica Minolta, Ricoh et Xerox. Océ, dans l’OS des iPhone et des iPad, et qui affiche pour l’heure une recours aux MPS semblent plus avantagées pourdepuis son rachat par Canon, bénéficie de la plate-forme compatibilité avec les matériels Brother, Canon, Epson, HP et intégrer ce volet supplémentaire dédié à la mobilité.Uniflow. Brother et Epson sont également de la partie. Lexmark. Les autres auront à relever un défi global, mais il seCes deux derniers étant avec Canon et Kodak positionnés peut qu’elles aient accès dans un futur proche à laégalement sur l’impression portable. Historiquement, ce sont les Parmi les critères de choix qui départagent tous ces prestataires, fois à des offres plus simples et plus puissantes.constructeurs fortement impliqués dans les services d’impression la souplesse de la solution retenue, permettant aux utilisateurs,déléguée (MPS) qui ont le plus tôt développé une offre liée à la selon le contexte dans lequel ils se trouvent, de lancer leurmobilité. impression au choix par e-mail, via un navigateur ou à partir d’une application spécialisée. Également important, le volet sécuritéDes prestataires spécialisés dans l’hétérogénéité doit fournir les mêmes garanties d’authentification et de contrôleAux côtés de ces fabricants, des prestataires, indépendants délivrées par une impression au bureau. La capacité du presta-des marques, pèsent dans le choix des solutions. EFI, Cortado, taire à pouvoir adresser un parc d’imprimantes et de terminauxDrivve, Pcounter, PrinterOn et Ringdale en sont les représentants mobiles multi plates-formes est un autre point essentiel. Enfin,les plus importants. De l’impression à la demande (pull printing) une ouverture sur le cloud et un prolongement des MPS versà la gestion des collaborateurs itinérants, ces vendeurs ont la la gestion de la mobilité constituent des bases solides pourparticularité de pouvoir prendre en charge des environnements construire une véritable stratégie. •multi constructeurs. C’est pourquoi de plus en plus de fabricantsLe dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité InfrastructuresUsages et stratégies Imprimer en déplacementLes voies du cloud Impression en entreprise. A travers le réseau de l’entreprise ou de ses filiales, depuis un terminal mobile ou une application, via la pièce jointe d’un email vers une imprimante enregistréeLe cloud printing est certainement le scénario qui suscite ne sert qu’à sélectionner le document. Celui-ci est ensuite aiguil- ou à travers un navigateur web. Une approchele plus d’intérêt lorsqu’il faut élargir et consolider les stra- lé dans le cloud vers une application qui se charge à la fois de cloud privé permet de renforcer la sécurité.tégies d’impression avec une composante mobile. Comme permettre de visualiser ce document, d’en créer une description Impression publique. Les points d’accèsdans bien d’autres secteurs, la notion de cloud printing touche de page, de traduire cette description de page dans le langage d’hôtels, d’aéroports ou de centres de conférencetrois types de cloud. D’abord le cloud privé, qui s’appuie sur de l’imprimante sélectionnée puis d’envoyer le job par email vers équipés d’une connectivité Wi-Fi fournissent desles solutions internalisées de sociétés telles que Citrix, VMware l’imprimante. services d’impression. Une authentification estou Microsoft. Ensuite le cloud public, mis à disposition via les requise avant de libérer une impression envoyéeapplications Google Cloud Print, Air Print, Office Live ou encore Autre variante, la description de page du document est assurée par e-mail sur l’imprimante désignée.Salesforce. Enfin le cloud hybride dans lequel les utilisateurs ac- par le terminal mobile. Ce qui permet de recourir à une interface E-mail ou navigateur web. Depuis une infras-cèdent à des applications propriétaires installées et hébergées web mais nécessite une connexion Internet pour accéder à un tructure cloud privé ou public, un job d’impressiondans un cloud privé ou public. Dans ces trois cas de figure un nombre restreint d’imprimantes, puisque celles-ci, là encore, est envoyé à une adresse unique attribuée à uneutilisateur est censé pouvoir imprimer avec plus ou moins de faci- doivent être dotées une adresse e-mail ou déclarées. Cloud Print imprimante. La soumission du job via un navigateurlité selon la complexité de l’environnement. Si le cloud privé ne de Google en est une illustration. AirPrint d’Apple joue sur le permet d’accéder à plus d’options.constitue pas une solution plébiscitée - sa mise en place doit être même registre mais ne requiert pas de connexion Internet. Impression sans fil. Le Direct Printing, qui s’affran-assurée par l’entreprise - il n’en possède pas moins un précieux chit de réseau, ou le Wi-Fi constituent les solutionsatout : il sait transformer un serveur d’impression en un véritable Une troisième voie va plus loin, permettant aux périphériques les plus répandues.système centralisant tous les drivers d’imprimantes requis par les mobiles des plates-formes iOS, Android et BlackBerry de trou- Driver universel et Code QR. Un seul et uniqueutilisateurs distants. Il possède aussi tous les outils de contrôle et ver une imprimante connectée à l’aide d’une liaison Bluetooth ou driver est attribué à tous les périphériques d’impres-d’optimisation nécessaires à l’impression quels que soient le lieu Wi-Fi et, si nécessaire, d’une recherche sur les annuaires LDAP. sion. Certaines imprimantes sont dotées d’un code QRet le périphérique concernés. Le service, souvent gratuit via les markets et autres stores, qu’il faut scanner via le terminal mobile pour lancer référence près de 8000 imprimantes, un nombre en constante une impression.Trois approches pour les cloud publics et hybrides évolution. En règle générale, le terminal mobile dialogue avec leToutefois, en raison de coûts plus abordables, les solutions périphérique d’impression dès lors que celui-ci est présent sur lecloud public et cloud hybride attirent pour l’heure beaucoup plus même réseau sans fil. Une combinaison de ces solutions est envi-d’entreprises. Trois approches distinctes permettent aux sageable. Elle est d’ailleurs souvent exploitée par de nombreuxterminaux mobiles dépourvus de drivers d’imprimer. La première prestataires, qui, outre un rôle important de conseil, se doivent deconsiste à attribuer une adresse mail unique à une imprimante. proposer une grande facilité d’usage, sans perdre de vue que ce © Konica MinoltaCe qui suppose que cette dernière soit cloud-aware, connectée qui fonctionne sur un terminal mobile n’est peut-être pas adaptésur le net et capable de recevoir des emails. Ici, le terminal mobile à d’autres terminaux. •Le dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité TechnologieDéploiement 5 raisons de choisir l’impression Wi-Fi Partage. Grâce au Wi-Fi, plusieurs utilisateursLes clés de l’impression sans fil d’ordinateurs et de terminaux connectés peuvent partager une seule et même solution d’impression, avec une baisse des coûts conséquente. Simplicité. Les fabricants ont optimisé leurs offres.Les systèmes d’impression se plient aux nouvelles câblage. La liberté de déplacement est encore plus grande si l’on Les procédures d’installation sont désormais trèsexigences de la mobilité et n’échappent pas à la défer- choisit un serveur d’impression ou un routeur sans fil qui commu- simples et le paramétrage plus facile que celui d’unlante du sans fil. Les technologies disponibles offrent un nique directement par radio avec le réseau de l’entreprise. Dans réseau Ethernet, notamment pour multiplier les pointsgrand confort d’utilisation, ne demandent pas d’énormes tous les cas, la liaison s’établit selon deux grandes méthodes. d’accès.investissements et s’intègrent sans difficulté dans les En mode WPS (Wi-Fi Protected setup), qui a l’avantage d’éviter Mobilité. La technologie Wi-Fi permet de lancer uneenvironnements existants. Solution la plus répandue, le Wi-Fi de taper une quelconque clef d’identification mais nécessite une impression à distance, jusqu’à près de 100 mètres.a gommé ses problèmes de qualité de services, de débit, de compatibilité du routeur, ou alors en activant un setup depuis Les possibilités de déplacement sont multiples selon lescouverture et de sécurité, grâce à la généralisation des le panneau de contrôle de l’imprimante. Ce dernier mode infrastructures mises en place.normes 802.11x. De fait, de nombreux constructeurs requiert de fournir quelques informations comme le SSID Environnement. Une seule solution pour plusieurs uti-proposent des imprimantes capables de communiquer du réseau et, le cas échéant, la clé WEP ou WAP du lisateurs, le bilan carbone est revu la baisse. Le volumepar cet intermédiaire. Bluetooth est un autre moyen de réseau sans fil. Autre possibilité, une connexion tempo- de déchets est considérablement réduit lorsque l’appareilfaire communiquer les imprimantes avec des terminaux raire entre l’imprimante et le terminal mobile via un câble arrive en fin de vie.mobiles. Cette technologie, développée à l’origine pour USB, qui autorise par la suite l’impression sans fil. Performances. Les qualités et la vitesse d’impression enremplacer un câble et connecter les machines point à point, est Wi-Fi sont identiques à celles d’une impression avec câbleadaptée aux applications à faible bande passante telles que le Des contraintes de sécurité USB, quelle que soit la force du signal du réseau. Sécu-partage d’imprimantes. Dans sa version 4.0, elle pourrait d’ail- Mais même si elle peut facilement être installée et rité et confidentialité sont assurées en limitant l’accès auleurs aujourd’hui presque rivaliser avec les bas débits du Wi-Fi, désinstallée, une imprimante Wi-Fi ne se déplace serveur d’impression.mais c’est surtout sa faible consommation électrique qui en fait pas, c’est le PC portable ou le smartphone quiun dispositif idéal pour les échanges rapprochés entre imprimante gravite autour et qui identifie le réseau à proximité.portable et terminal mobile. Il existe enfin des liaisons infrarouge Malgré des procédures d’installation simplifiées et unequi, elles aussi, fonctionnent très bien dans un périmètre restreint. disponibilité opérationnelle rapide, l’impression sans fil doit se plier à certaines contraintes, elles-mêmes liées aux procéduresUn routeur Wi-Fi et plusieurs modes de connexion de mise en place d’un réseau radio. La sécurisation des accèsQuel que soit le mode de connexion retenu, il nécessite un ser- est le point le plus sensible dans la stratégie du sans fil. L’équilibre veur d’impression sans fil. Lorsqu’il est relié à un routeur entre portée et débit en est un autre, tout comme l’étude des via Ethernet, ce serveur remplit classiquement ses besoins de couverture radio qui devra tenir compte de l’environ- tâches de partage et de passerelle mais commu- nement de distribution (densité des murs, disposition des points nique avec les imprimantes Wi-Fi à distance, ce qui d’accès, etc.), des attentes en termes de performances et de la permet de disposer celles-ci sans se préoccuper de nature des flux qui vont transiter sur le nouveau réseau. •Le dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité SécuritéConfidentialité Terminaux mobiles et sécuritéQuand l’impression se fait à la demande L’utilisation de terminaux mobiles dans le cadre professionnel est de plus en plus courante. Il faut trouver le bon équilibre entre une mobilité synonyme de souplesse pour les collaborateurs etLe pull printing ou impression à la demande se généralise. solution d’impression - délivre plus de souplesse voire de convi- les questions que celle-ci soulève en matière deSon principe est de fournir aux entreprises le moyen de vialité : lorsque un système est occupé par un job d’impression sécurité. Pour le spécialiste Check Point Software,gérer la confidentialité des impressions, dès lors qu’impri- antérieur ou plus volumineux demandé par un collaborateur, l’im- se prémunir contre les menaces qui pèsent sur lamantes et MFP sont mutualisés. L’impression de données pression à la demande permet de libérer les documents sur un sécurité consiste à mettre en place et à faire ap-sensibles représente toujours un risque important lorsqu’elle se autre périphérique. Si la notion de follow me vient enrichir la poli- pliquer les meilleures pratiques, tout en établissantfait sur des imprimantes partagées plutôt que localement. En tique d’impression avec une dimension de mobilité et confidenti- une politique adaptée à « l’entreprise mobile ».s’appuyant sur diverses techniques d’authentification, l’utilisa- alité, elle s’en fait aussi le prolongement en contrôlant l’usage de Ainsi, les entreprises sont fortement invitées àteur concerné par les documents imprimés est en mesure de les la couleur et en imposant le recto verso, en luttant contre l’oubli définir une liste de terminaux mobiles autorisés àrécupérer au moment où il le souhaite et sur le périphérique de de documents sur les MFP et en redirigeant les flux d’impres- accéder à leurs données, la nature des donnéesson choix. Non seulement ces possibilités favorisent la mobilité sions. Les spécialistes insistent aussi sur l’augmentation de la pouvant être stockées sur ces équipements, lesà l’intérieur de l’entreprise, en permettant de choisir le périphé- satisfaction des utilisateurs induite par de telles solutions. Celles- types d’applications mobiles pouvant être téléchar-rique où l’on va s’authentifier puis imprimer, mais elles permettent ci mettent en place une véritable architecture itinérante en créant gées, la procédure à suivre en cas de vol ou ded’économiser des ressources et de diminuer globalement le un système centralisé d’impression sécurisée des documents à perte du terminal, la démarche précise pour mettrevolume d’impression, sachant qu’en moyenne 5% des docu- partir de n’importe quel périphérique d’impression exploité par à jour les patchs correctifs destinés aux systèmesments ne sont pas récupérés sur les bacs de sorties. Le fait de les organisations. Ici, la mobilité bénéficie également des lance- d’exploitation, des mots de passe pour connecter ledevoir se présenter physiquement devant le périphérique pour ments d’impression effectués à partir des smartphones et des mobile, ainsi que les modalités de suppression d’undébloquer une impression évite le gaspillage. Dès que l’utilisa- tablettes. Selon la solution, il suffit d’envoyer ses documents terminal perdu ou volé.teur s’est identifié, ses demandes d’impression apparaissent par email, par soumission depuis une page websur l’écran tactile du multifonction, ce dernier libérant ou non ou en utilisant un pilote qui fonctionne sur toutesl’impression en fonction du choix de l’utilisateur. De la prévisua- les plates-formes. Pour imprimer, les utilisateurslisation des documents aux réglages de dernière minute, toutes n’ont alors pas besoin d’être connectés au ré-les ressources du système d’impression restent disponibles à ce seau local de l’entreprise, même lorsqu’il fautmoment précis. En outre, les demandes non satisfaites au s’identifier. •bout d’un laps de temps déterminé sont automatiquementsupprimées sur le serveur d’impression.Une architecture itinérante pour servir le follow me © Konica MinoltaCe type de dispositif - une application multi plates-formes déve-loppée par un éditeur spécialisé ou conçue par le fabricant deLe dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité SécuritéStratégies de mutualisation Une biométrie supervisée par la CnilDe l’identification à l’authentification Œil, main, doigt, visage, voix, comportement gestuel et désormais lecture de l’ADN, les pistes de l’authentification biométrique sont multiples. S’il s’agit dans tous les cas de reconnaître desPoint de politique d’impression ni de services de mobilité également de coûts, logiquement en étroite relation avec une caractéristiques physiques, des technologiessans système d’authentification efficace. Malgré des inno- politique d’impression qui cherche à optimiser la mutualisation associées à l’authentification des empreintesvations au point mort, le choix de solutions reste large. Le des machines. digitales sont des biométries à traces. Ces tracesSI d’une entreprise se compose de nombreux éléments parmi peuvent être détournées à l’insu des personneslesquels l’individu représente la composante la plus difficile à La méthode la plus courante pour se faire reconnaître est la saisie concernées et être utilisées notamment pour usur-catégoriser et contrôler formellement. On banalise aujourd’hui d’un code numérique ou code PIN, qui permet à l’utilisateur de per leur identité. Selon la Cnil, les risques de dérivele fait de devoir décliner son identité à différents moments de la se servir du matériel. Vulnérable lorsque la combinaison des 4 sont importants et la Commission n’hésite pas àjournée tant les environnements connectés sont devenus fami- chiffres est connue d’une personne malveillante, le système a le faire capoter les projets qui ne respectent pas lesliers. Mettre sous tension son ordinateur et entrer son login est un mérite de ne pas coûter cher. Pour des raisons de sécurité, on lui lois en vigueur. Authentifier ou identifier supposeréflexe commun, qui déclenche pourtant une cascade de proces- a souvent préféré la carte à bande magnétique, et aujourd’hui, la de stocker des données et, pour être mis en place,sus pouvant cacher une certaine complexité. Les périphériques carte à puce intelligente. Celle-ci sert en même temps à accéder ce stockage de données biométriques doit recevoird’impression sont désormais traités comme des PC et plus par- aux locaux, se garer dans le parking ou obtenir son plateau à l’aval de la Cnil. Au-delà de leurs caractéristiquesticulièrement les multifonctions, par définition partageables et la cantine. Mais là encore, un badge volé facilite les intrusions, techniques, ces technologies rencontrent égalementdonc présents sur le réseau pour servir la mobilité. Dans la plu- même si le système permet de combiner plusieurs moyens d’au- des réticences culturelles et psychologiques maispart des scénarios d’impression à la demande, il faut s’identifier, thentification en demandant, par exemple, un code après lecture semblent vouées à se multiplier.puis s’authentifier, avant de pouvoir accéder aux ressources de la de la carte. Autre approche, entrer sur un MFP son login et sonmachine, l’identification permettant de reconnaître une identité et mot de passe via des services d’annuaire LDAP permet de sel’authentification de vérifier et valider cette identité. conforter à la politique de l’entreprise. On assiste évidement de plus en plus au lancement de l’impression via un smart-Sécurité et remontée de compteurs phone, soit par l’intermédiaire de l’email, soit enL’authentification se place donc au-dessus de l’identification. Elle scannant un code-barres associé à l’imprimante.sert réellement à libérer le job d’impression, avec en arrière-plan Il existe également la technologie de commu-un processus de traçabilité qui dialogue avec les infrastructures nication en champ proche (NFC) qui permetde sécurité. L’authentification sert aussi à alimenter les outils de aussi une authentification sans contact, encomptabilité, mais également à envoyer de l’information à l’uti- approchant le smartphone de l’étiquette NFClisateur qui se connecte, à l’aiguiller et lui proposer des menus figurant sur l’imprimante. Enfin, la biométriepersonnalisés selon son profil. Authentifier revient à vérifier qu’une et son cortège de technologies est un autrepersonne possède bien les droits qu’elle prétend avoir. On sésame. Les dispositifs les plus performantsauthentifie pour des raisons de sécurité et de confidentialité mais savent reconnaître le faisceau veineux du doigt. •Le dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité StratégieRationalisation équilibrée La tablette réductrice des besoinsLa mobilité s’invite dans les MPS d’impression Une étude de Morgan Stanley met en perspec- tive les conséquences de la consumérisation de l’IT et notamment de la poussée des tablettes enLes MPS ou managed print services cristallisent ces der- assurer la sécurité des impressions indépendamment du lieu d’où entreprise. Le domaine de l’impression n’échappenières années l’expertise des concepteurs de solutions elles sont lancées. pas à ces changements. Morgan Stanley ad’impression. En confiant à ces fabricants la gestion totale demandé à 215 personnes si elles étaient prêtesde leur parc et en adoptant une stratégie d’impression La tendance qui pousse à consulter les documents sous forme à imprimer moins si elles avaient la possibilité deidéale, les entreprises peuvent espérer réaliser d’impor- numérique et les conserver sur des terminaux mobiles devrait travailler, d’éditer et de visualiser leurs docu-tantes économies. Elles s’en remettent alors à un prestataire entraîner une baisse de l’impression. Dans le même temps appa- ments sur une tablette. 71 % d’entre eux ont étéunique qui encadre les dépenses, fournit un environnement de raissent d’autres façons d’imprimer, inhérentes au déplacement favorables à cette de suggestion. Plus intéressanttravail plus performant aux collaborateurs, améliore les processus de la main d’œuvre et à de nouvelles organisations de travail, alors encore, sur les 48 répondants possédant déjà unemétiers, réduit l’impact sur l’environnement et veille à la confor- que se maintiennent d’impérieux besoins d’impression : dans une tablette, 90 % d’entre eux ont déclaré vouloir impri-mité du patrimoine informationnel. Autant dire que la formule ren- récente enquête Quocirca, 75% des 125 responsables d’entre- mer moins s’ils avaient accès à leurs documentscontre un franc succès. Selon IDC le segment des MPS devrait prise interrogés ont indiqué que l’impression continuait à jouer un sur une tablette.connaître en Europe de l’Ouest un taux de croissance annuel rôle important dans le soutien de leurs activités commerciales àmoyen de 10,1% au cours des prochaines années, passant de l’ère de la mobilité. L’appétit pour l’impression à partir de smart-2,7 milliards de dollars en 2009 à 4,01 milliards en 2014. Le mar- phones est bel et bien là, avec 55 % des répondants indiquantché des MPS se partage entre constructeurs, revendeurs inté- que leurs collaborateurs aimeraient être en mesure d’imprimer àgrateurs, éditeurs de logiciels et consultants. En Europe, seules partir de leurs appareils mobiles, tandis qu’environ 25% sont déjà SI VOUS POUVIEZ CONSULTER ET ÉDITER VOS DOCUMENTS SUR TABLETTE,15% des entreprises bénéficiaient en 2009 de MPS souligne le la recherche de solutions d’impression mobiles. IMPRIMERIEZ-VOUS MOINS ?cabinet Quocirca. Et selon son concurrent Photizo, les managed 0% 20% 40% 60% 80% 100%print services représenteront en 2013 plus de 35% du marché Pour élaborer un cadre stratégique, ces entreprises se tournentde l’impression, et environ 35 % des périphériques seront à ce vers les spécialistes des MPS. Les organisations dont le parcmoment gérés par ces contrats. Photizo crédite également le d’impression est déjà sous contrôle peuvent s’appuyer sur Possesseur non iPad 29% 51% 20%marché hexagonal des MPS d’une croissance annuelle de 29%. l’expérience de leur fournisseur afin de déterminer comment soutenir au mieux l’impression mobile. Pour les entreprises quiMoins imprimer et différemment ne recourent pas aux MPS, la tâche est plus difficile, elles doiventConséquence logique de la multiplication des smartphones et chercher à rationaliser leur flotte existante avant d’exploiter lesdes tablettes en entreprise, ces contrats de gestion déléguée fonctionnalités d’impression mobile. C’est du moins le scénario Possesseur iPad 10% 44% 46%doivent aujourd’hui tenir compte de la mobilité. Non seulement actuel le plus répandu, car les prestataires sachant gérer à par-afin d’être en mesure de contrôler et de comptabiliser ce qu’im- tir de la même plate-forme impression bureautique et impressionpriment les utilisateurs lors de leurs déplacements mais pour mobile sont loin d’être nombreux. • Même quantité d’impression Quantité d’impression inférieure Quantité d’impression très inférieure © Morgan StanleyLe dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité publi-éditorialDe l’impression à la gestion documentaire [PUBLICITé] Une offre de services modulaire pourMPS et mobilité : les bonnes recettes d’Océ l’optimisation des ressources Les services MPS d’Océ s’appuient sur un large éventail d’outils, logiciels et prestations. Dans la gestion de parc, qui permet de faire de la surveillanceLe groupe Océ n’a pas attendu la reconnaissance de ses multiplication des smartphones et tablettes en entreprise un signe et du monitoring, Océ associe Device Monitor pourservices de gestion déléguée de flux d’impression par le qui ne trompe pas : il devient nécessaire de tracer tout ce qui la remontée globale d’alertes et uniFLOW pour la«  Quadrant des Challengers  » de Gartner dans la catégo- s’imprime depuis ces terminaux mobiles de façon à associer les comptabilité par service et utilisateur. À travers desrie Managed Print Services Worldwide pour répondre aux impressions aux utilisateurs et aux services. Toutes ces données rapports générés par ce tandem, l’entreprise est ainsibesoins du marché. Voilà déjà quelques années que le fabri- vont alimenter les outils de collecte d’informations sur lesquels se en mesure de savoir si ses collaborateurs imprimentcant tire parti de son expérience dans l’industrie de l’impression basent les MPS. « Le smartphone sert aussi à libérer des impres- depuis leur PC ou depuis leur mobile ou smartphone.pour proposer une solide infrastructure MPS à ses clients. Océ sions, quelquefois à les supprimer et donc à engendrer des éco- Dans l’illustration présentée ici, les deux briques gestiondispose aujourd’hui d’une offre qui le place sur la même ligne nomies. Sans parler des systèmes d’impression qui manquent de parc et reporting constituent l’offre de base desque ses concurrents, mais aussi d’atouts qui lui permettent de de papier, un problème que l’on peut contourner facilement là services MPS d’Océ. Les autres modules s’ajoutentse distinguer. encore en libérant l’impression sur un autre périphérique. Enfin, si en fonction de la politique d’impression visée. Mais les l’on peut éviter aux services IT la gestion de l’impression mobile, enjeux de la mobilité reposent surtout sur uniFLOWLe constructeur fait valoir une continuité stratégique dans les voilà pour eux autant de temps gagné à se consacrer à leur véri- qui simplifie et automatise les processus documentairessolutions proposées. « Nous constatons que les entreprises ont table cœur de métier », ajoute Bruno Archambeau. courants, renforce la sécurité des informations et contrôleune approche en deux étapes  », explique Bruno Archambeau, les coûts d’impression via une sur la plate-forme logicielleBusiness Developement Manager chez Océ-France. « Elles Pour répondre aux enjeux de la mobilité, Océ mise sur sa capa- unique. Du mode follow me à l’impression via une pas-souhaitent d’abord bénéficier d’une gestion proactive de leur cité à prendre en charge les environnements multi fournisseurs serelle web, de la gestion de l’impression des personnesparc d’impression avec un niveau de service relativement simple, tant au niveau matériel que logiciel. Ouvert sur les standards invitées dans les locaux de l’entreprise à l’impression despuis identifient très vite de réels besoins de rationalisation, par du marché, le fabricant néerlandais place au cœur de son offre données stockées dans le cloud, la solution d’Océ saitexemple en termes de sécurisation et d’impression à la demande. mobilité la plate-forme uniFLOW, laquelle sait gérer à la fois répondre à la plupart des besoins.Désormais, ces entreprises veulent en plus intégrer la dimension l’impression mobile et l’impression traditionnelle, là où les concur- Voirmobilité à leur politique d’impression ». rents s’appuient sur deux plates-formes distinctes, doublant plus quasiment ainsi les charges des projets. Les solutions proposées d’infosUne plate-forme sans équivalent par Océ font preuve de modularité et flexibilité. Qu’il s’agisse deLa mobilité constitue pour Océ le moyen de compléter les ser- MPS traditionnels ou de services plus poussés tenant comptevices de l’offre MPS. La nécessité de maîtriser les coûts, d’optimi- des évolutions de chaque entreprise vers des activités plusser l’exploitation des informations issues du reporting, d’améliorer mobiles, le constructeur néerlandais entend répondre à toutes lesl’efficacité et la productivité des utilisateurs, de soulager la charge demandes. •des services informatiques, sont autant de facteurs qui lient étroi- Pour en savoir plustement MPS et mobilité. Bruno Archambeau voit en effet dans laLe dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité Impression portableBureau autonome [PUBLICITé] Brother s’invite dans la numérisationImprimer sur le terrain portable Si la mobilité redéfinit les enjeux de l’impression portable, elle impose aussi d’autres approches en matière de numérisation. Brother a reconsidéré leLe marché de l’impression mobile s’enrichit de produits légères atteignent les 300 g, marché des scanners portables pour décliner decompacts, légers et dédiés au nomadisme. Du côté des au-delà de 1,5 kg, difficile de © Brother nouvelles offres adaptées à la gestion du document.métiers itinérants comme des utilisateurs éloignés de parler de portabilité. Les dimen- Ses petits périphériques couleur DS-600 et DS-700Dl’entreprise, la demande est en constante progression. sions des périphériques varient ont la particularité de délivrer une grande qualité deComment tout une catégorie de professionnels peut-elle lais- quant à elles en fonction du format numérisation, héritée du savoir-faire du constructeurser une trace de passage ou formaliser  une intervention sur le traité. L’A4 ne pouvant se passer de japonais en matière de technologie CIS. Alimenté par unterrain ? Comment les télétravailleurs et collaborateurs nomades certaines dimensions de l’imprimante, il câble USB, le DS-600 ne pèse que 315 g et numérisepeuvent-ils bénéficier des solutions d’impression fiables et adap- existe des modèles ultra compacts adap- en 600 dpi à la vitesse de 3 ppm en couleur et 5 ppmtées ? L’impression portable fournit une réponse à des besoins tés à ce format traditionnel. Malgré un encom- en N&B. Le DS-700D bénéficie des mêmes caracté-de plus en plus larges. Les profils des collaborateurs concernés brement réduit, ces périphériques constituent toutefois ristiques mais il est un peu plus lourd, près de 600 g,sont multiples. En premier lieu la main-d’œuvre mobile qui a les imprimantes portables les plus volumineuses, les formats A6 car il assure un mode recto verso en une seule passerecours à l’impression d’étiquettes ou de reçus, et perd du temps et A7 restant la chasse gardée de dispositifs plus petits et plus grâce à la présence de deux scanners. Sur le terrain, ceslorsqu’elle doit se déplacer vers une imprimante fixe associée à fins. Autre constat, les meilleures possibilités de miniaturisation modèles font preuve d’une prise en main simplifiée. Lesun poste de travail centralisé. Bien avant l’essor des smartphones offertes par le thermique ont eu raison de l’alternative jet d’encre, logiciels DSmobileSCAN et PageManager automatisent leset tablettes, les PC portables ont favorisé la transformation des trop salissante en cas de problème, plus onéreuse sur le plan opérations de numérisation et de reconnaissance de carac-métiers de la livraison, de la vente et de la maintenance : chaque des consommables et plus fragile si l’on considère la mécanique tères, puis la transformation des documents au format PDFsalarié en déplacement est devenu un prescripteur de produits d’impression. ou Word. Avec cette offre, Brother entend répondre à la foiset de services de son entreprise, à même d’imprimer de simples aux problématiques de gain d’espace en déplacement, etinformations ou des documents contractuels. Bien plus que leurs grandes sœurs vouées à la bureautique, ces aux utilisateurs à la recherche d’un matériel prêt à l’emploi, imprimantes portables s’installent et s’utilisent facilement. Et elles aussi efficace que possible et pouvant s’adapter à diffé-Une croissance annuelle de 14 % communiquent certainement encore mieux et avec tout type rentes tâches de numérisation.La tendance est loin de s’essouffler, autant pour les documents de terminaux, une liaison Wi-Fi ou Bluetooth s’imposant dans © Brother DS-600 : 116 euros HTbureautiques que pour les étiquettes. Selon les analyses de la plupart des scénarios de mobilité. Elles bénéficient également DS-700D : 183 euros HT VoirVenture Development, les ventes d’imprimantes portables ther- d’une autonomie électrique surprenante grâce à des batteries de plusmiques - technologie désormais la plus répandue - devraient plus en plus performantes. Force est de constater que les solu- d’infosconnaître une croissance annuelle de 14 % jusqu’en 2014. Les tions d’impression portable, présentes sur le marché depuis deconcepteurs de solutions mobiles répondent à la demande avec nombreuses années, disposent aujourd’hui des atouts technolo- Pour en savoir plus surune offre de plus en plus élaborée. Parmi les critères essentiels giques qui leur manquaient hier. • l’offre d’impression dequi départagent les modèles, le poids. Si les imprimantes les plus Brother suivez ce lien.Le dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • L’impression à l’heure de lamobilité publi-éditorial © BrotherSolutions nomades [PUBLICITé] L’imprimantes RJ-4000, un concentré de technologie sur le terrainBrother stimule l’impression portable Elle peut chuter d’une hauteur de 1,80 m sans subir de dommages. Elle est légère, 850g, rapide, 127 mm/s, et se porte en bandoulière pour faciliter les déplacements : la série RJ-4000, qui sera disponibleFacilité de prise en main, autonomie, transport, connectivi- ont rebuté plus d’un responsable des achats, ni en mai 2012, illustre la nouvelle offensive de Brotherté, maniabilité sont autant de points essentiels sur lesquels du problème des consommables avec les dégâts en matière d’impression portable. Connectée en modes’est penché Brother en investissant en 2002 le marché provoqués par des fuites. Le thermique a en effet WiFi ou Bluetooth selon les modèles (mais aussi via unde la mobilité. Sa MW100 remporte alors la palme de l’impri- l’avantage de pouvoir se passer d’encre grâce à son câble USB ou série), elle accompagne son utilisateurmante portable la plus petite au monde, tout comme sa MW260 papier spécialement traité. Pour tirer parti de cette techno- partout et imprime sur un ruban d’une largeur de 4en 2006. Le succès est au rendez-vous : Brother décroche le plus logie, Brother s’est appuyé sur une expertise qu’il a développée pouces avec une résolution de 203 dpi. L’énergie estgros contrat européen d’impression mobile auprès de la SNCF, très tôt lors de la mise au point de ses étiqueteuses. fournie par une batterie au lithium rechargeable dontqui permet à 15 000 contrôleurs d’imprimer lors de leurs dépla- l’autonomie assure l’impression d’environ 2 000 éti-cements. En quelques années, le constructeur japonais s’impose Une large frange d’utilisateurs quettes. Plusieurs accessoires, lecteur de carte magné-dans le paysage de la mobilité. Il déploie aujourd’hui une large Le constructeur japonais a su identifier les besoins métiers de tique, support voiture et baie de rechargement de batteriegamme de solutions dédiées au terrain. Ses PJ-600 notam- nombreuses professions. Au même titre que les spécialistes sont également disponibles. Grâce à un kit de dévelop-ment fournissent aux professionnels en déplacement le moyen de la maintenance, les livreurs ou les services d’urgence et de pement fourni avec les machines, les équipes IT n’aurontd’imprimer au format A4, tandis que ses modèles RJ simplifient sécurité, les utilisateurs concernés par ces produits n’ont pas de aucun mal à faire communiquer ces périphériques avecl’impression de tickets et d’étiquettes d’une largeur de 4 pouces. bureau ou n’y viennent que rarement. Ils sont tous également des smartphones ou des tablettes, en particulier sur les tenus de laisser une trace de leur passage chez un client. Autre plates-formes Windows Mobile et Android. Brother a éga-Le thermique revisité cible adressée par Brother, les télétravailleurs, les forces de vente lement positionné la RJ-4000 en terme de prix : 449 euros,Ces périphériques se distinguent autant par leur compacité que de terrain et les visiteurs médicaux, une population qui n’est pas là où la concurrence propose des modèles équivalents pourleur robustesse et exploitent une technologie thermique que totalement sédentaires et dont le point d’attache à l’entreprise environ 750 euros.Brother a su revisiter pour l’adapter aux contraintes de la mobi- n’est pas forcément un bureau. Quel est le besoin pour imprimerlité et plus particulièrement aux températures  extérieurs : «  une en situation de mobilité ? « En répondant à cette question nousimprimante portable se doit d’être opérationnelle dans toutes les sommes en mesure de conseiller nos clients et de trouver avecsituations données  », explique Nicolas Cintré, Chef de groupe eux la meilleure approche », explique Nicolas Cintré. Et pour lesmarketing chez Brother. « Il faut surtout qu’elle soit légère et fiable activités très spécifiques, la personnalisation des périphériquesen toutes circonstances, c’est pourquoi notre choix s’est porté Brother est facilitée par la mise à disposition de SDK. Enfin, sisur la technologie thermique dès le lancement de nos premiers elles ont besoin de communiquer avec les terminaux mobiles, © Brother Voirmodèles ». Le laser et le jet d’encre n’ont jamais été adaptés à ces petites imprimantes sont compatibles avec le langage de plusla miniaturisation, mais on a vu pourtant apparaître des produits base ESC/P, et également avec ZPL II afin de prendre en compte d’infosbasés sur ces technologies. Du matériel qui, évidemment, pesait les applications développées pour un environnement Zebra. • Pour en savoir plus sur l’offrelourd dans la sacoche de leur utilisateur. Sans parler des prix, qui d’impression de Brother suivez ce lien. at your side = à vos côtésLe dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012
    • Dossier Leprintnews Ours Dossier Le Directeurs printnews de la publication Kareen Frascaria Olivier Saint-Léger est publié par Rédaction en chef Frédéric Bergonzoli speedfire Direction artistique Olivier Saint-Léger Réalisation vidéo mediArchitects Olivier Saint-Léger speedfire mediArchitects est une agence de presse spécialisée principalement dans A propos les contenus IT. Elle édite cinq titres dont, virtuanews, cloudnews, stockagenews, speedfire mediArchitects printnews et docunews. 13 chemin du Paradis Par ailleurs speedfire mediArchitects aide les entreprises innovantes du secteur 91430 Igny www.speedfire.com informatique dans la conception et la diffusion de leurs contenus à valeur ajoutée. SARL de Presse 439 667 882 RCS EVRY 2006 B 02099 SIRET : 439 667 882 000 13virtuanews infranewsinfranews cloudnews stockagenews printnews docunews virtuanews infranews cloudnews virtuanews infranews cloudnews stockagenews printnews docunews virtuanews infranews virtuanews cloudnews stockagenews printnews docunews cloudnews stockagenews printnews docunews stockagenews printnews docunews Le dossier printnews speedfire mediArchitects Numéro 8 - mars 2012