Your SlideShare is downloading. ×
0
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Les réseaux sociaux en ligne : Un espace de sociabilité étudiante

9,757

Published on

Présentation d’Antonio A. Casilli (Centre Edgar-Morin, IIAC, CNRS/EHESS) à la conférence L’Etudiant / Educpros « Réseaux sociaux : pourquoi et comment les investir ? », 12 mai 2011, Paris).

Présentation d’Antonio A. Casilli (Centre Edgar-Morin, IIAC, CNRS/EHESS) à la conférence L’Etudiant / Educpros « Réseaux sociaux : pourquoi et comment les investir ? », 12 mai 2011, Paris).

Published in: Education, Technology, Business
0 Comments
10 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
9,757
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
14
Actions
Shares
0
Downloads
58
Comments
0
Likes
10
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. EducPros/L’Etudiant Paris, 12 mai 2011 <ul><li>Les réseaux sociaux en ligne </li></ul><ul><li>Un espace de sociabilité étudiante </li></ul><ul><ul><ul><ul><ul><li>Antonio A. CASILLI, Centre Edgar-Morin, IIAC, CNRS/EHESS </li></ul></ul></ul></ul></ul>
  • 2. A Sigman (2009) Well Connected?: The Biological Implications of ‘Social Networking’. The Biologist, 56 (1): 14-20. <ul><li>TIC : Un fait social inscrit dans un processus historique </li></ul><ul><li>Depuis plusieurs décennies jeunes générations confrontées à un ensemble d’usages technologiques </li></ul><ul><li>La question est de savoir comment ces derniers conditionnent leurs sociabilités </li></ul>
  • 3. <ul><li>L’expression «digital natives » introduite par Marc Prensky en 2001 </li></ul><ul><li>Mythe qui remonte à l’année 1982 – et n’a pas pris une ride ! </li></ul>1982: Computer Kids 1999 : Internet Children 2006: Digital natives
  • 4. <ul><li>En finir avec les « digital natives » ? </li></ul><ul><ul><li>Pas d’évidence empirique </li></ul></ul><ul><ul><li>Fortes inégalités dans les compétences informatiques de jeunes de la même cohorte d’âge </li></ul></ul><ul><ul><li>La situation change rapidement </li></ul></ul>Bennett et al. (2008) “The &apos;digital natives&apos; debate: A critical review of the evidence.” British Journal of Educational Technology 39 (5): 775-786.   Hargittai (2010). Digital Na(t)ives? Variation in Internet Skills and Uses among Members of the “Net Generation”. Sociological Inquiry . 80(1) :92-113.
  • 5. <ul><li>Le mythe de la désocialisation </li></ul><ul><li>Vision “hydraulique” de la sociabilité </li></ul><ul><li>Vases communicants vies sociales en ligne / hors ligne </li></ul><ul><li>Mais les usages TIC épousent la forme des sociabilités qui leur préexistant </li></ul>R Kraut et al. (1998) Internet Paradox: A Social Technology That Reduces. Social Involvement and Psychological Well-Being?, American Psychologist, 53(9): 1017-1031.
  • 6. <ul><li>Analyser la sociabilité étudiante l’aune de la temporalité des usages </li></ul><ul><li>Moment de la journée où le Web est effectivement utilisé </li></ul><ul><li>Etude : plus de 4 millions d’étudiants membres de Facebook observés pendant 26 mois </li></ul><ul><li>362 millions de messages échangés, la majorité pendant les cours universitaires ou le soir en semaine </li></ul>S Golder et al. (2007) Rhythms of Social Interaction: Messaging within a Massive Online Network, in Proceedings of Third International Conference on Communities and Technologies, Londres, Springer: 41-66.
  • 7. <ul><li>Coincidence temporelle : moment de socialisation étudiante intense et usages </li></ul><ul><li>Activité socialisante qui suit les rythmes des rencontres en face à face et ne le remplace pas (v. diminution pendant le weekend) </li></ul><ul><li>Les médias sociaux n’annulent pas la sociabilité des étudiants : ils la reconfigurent </li></ul>
  • 8. <ul><li>« Vraie » amitié ? </li></ul><ul><li>Simple métaphore ? </li></ul><ul><li>Les statistiques ne nous aident pas : pas forcément de corrélation entre nombre d’amis en ligne et hors ligne </li></ul>
  • 9. <ul><li>Friending = lien entre deux profils d’usagers, un type de « liaison numérique » spécifique aux environnements sociaux du web </li></ul><ul><li>Si notre quotidien ressemblait à Facebook… </li></ul>
  • 10. <ul><li>L’amitié relève de la sphère privée </li></ul><ul><li>(Aristote, Ethique à Nicomaque ) </li></ul><ul><li>Le friending est un lien qui s’affiche publiquement </li></ul>
  • 11. <ul><li>L’amitié est désintéressée </li></ul><ul><li>(Sénèque, Lettres à Lucilius ) </li></ul><ul><li>Le friending est l’autorisation à accéder à des contenus </li></ul>
  • 12. <ul><li>L’amitié est réciproque </li></ul><ul><li>(Cicéron, De Amicitia) </li></ul><ul><li>Le lien entre deux membres de réseaux sociaux en ligne peut être unidirectionnel ou bidirectionnel </li></ul><ul><li>Le friending est transitif (« amitier » quelqu’un) </li></ul>
  • 13. <ul><li>L’amitié est basée sur la sincérité des sentiments </li></ul><ul><li>(Matteo Ricci, Dell’Amicizia ) </li></ul><ul><li>Le friending est une espèce de « toilettage » social ( grooming ) </li></ul>
  • 14. « Petites boîtes » ou… individualisme en réseau ? Liens forts ou… liens faibles ? Quelles structures sociales à l’heure du Web ?
  • 15. <ul><li>Coexistence de liens faibles et de liens forts </li></ul><ul><li>Les liens forts servent pour créer du bonding (cohésion sociale, solidarité, entraide) </li></ul><ul><li>Les liens faibles servent pour créer du bridging (connectivité sociale, passerelles entre milieux éloignés) </li></ul><ul><li>Objectif : Augmenter le capital social </li></ul>D Williams (2006) On and off the &apos;net: Scales for social capital in an online era, Journal of Computer-Mediated Communication, 11(2): art. 11. Bonding Bridge
  • 16. <ul><li>Création d’un effet de petit monde </li></ul><ul><li>Phénomène illustré par Stanley Milgram dans les années 1960 </li></ul><ul><li>Combien d’intermédiaires pour faire passer un message de A à B? </li></ul><ul><li>Etant donné deux individus quelconque, il y aura au maximum entre eux “six degrés de séparation” </li></ul>J Travers et S Milgram (1969) An Experimental Study of the Small World Problem, Sociometry, 32(4): 425- 443.
  • 17. <ul><li>Dans les médias sociaux : à peine 4 degrés de séparation! </li></ul><ul><li>Transitivité 40 fois plus élevée que dans les réseaux hors-ligne </li></ul><ul><li>Raccourcis relationnels </li></ul><ul><li>Les phénomènes de bridging sont facilités, sans pour autant empêchant les dynamiques de bonding </li></ul>L Adamic, O Buyukkokten et Eadar (2003) A Social Network Caught in the Web, First Monday, 8(6).
  • 18. <ul><li>Usage intensif concerne tout particulièrement jeunes gens à plus faible revenu, mais dont les parents ont des emplois qualifiés et un bon niveau socio-économique </li></ul><ul><li>Décalage position sociale des parents et perspectives sombres pour le futur professionnel de leurs enfants </li></ul><ul><li>Médias sociaux : vécus comme moyens pour contrer le risque d’une descente dans l’échelle économique </li></ul>C Fuchs (2009) Social Networking Sites and the Surveillance Society. A Critical Case Study of the Usage of StudiVZ, Facebook, and MySpace by Students in Salzburg in the Context of Electronic Sur- veillance, Salzbourg/Vienne, Research Group UTI.
  • 19. <ul><li>Jouets de riches ou symptôme d’une nouvelle “misère en milieu étudiant” ? </li></ul><ul><li>Leur succès actuel : compensations au manque d’espaces d’expression personnelle ou collective </li></ul><ul><li>Constitution de réseaux de solidarité et de coopération alternatifs aux services publics  </li></ul><ul><li>Contrecarrer la précarité ambiante et la concurrence accrue autour de prestations publiques (soins de santé, assistance, retraite, éducation) </li></ul>V Goby, (2003) Physical Space and Cyberspace: How do they Interrelate? A Study of Offline and Online Social Interaction Choice in Singapore, CyberPsychology and Behavior, 6 (6): 639-644.
  • 20. Merci Email : antonio [dot] casilli [at] ehess [dot] fr Blog de recherche : http://www.bodyspacesociety.eu Veille Twitter : http://www.twitter.com/bodyspacesoc

×