Ingenierie francilienne a_lexportation_en_urbanism (1)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Ingenierie francilienne a_lexportation_en_urbanism (1)

on

  • 872 views

 

Statistics

Views

Total Views
872
Views on SlideShare
872
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
14
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Ingenierie francilienne a_lexportation_en_urbanism (1) Ingenierie francilienne a_lexportation_en_urbanism (1) Document Transcript

  • ÉTUDE                     Ingénierie francilienne à l’exportation en urbanisme durable   ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   1  /  24  
  • Ingénierie francilienne à l’exportation en urbanisme durable SOMMAIRE        Résumé/Abstract    .....................................................................................  3    Introduction  …………………………………………………………………………………....…...  4    1  -­‐  Le  marché  de  l’ingénierie  en  urbanisme  durable    .................................  4    2  -­‐  L’offre  francilienne    ..............................................................................  7    3  -­‐  Situation  concurrentielle  sur  le  marché  international    ..........................  10    4  -­‐  Stratégie  d’action   .................................................................................  15    Conclusion  ................................................................................................  21    Annexe  groupe  d’entreprises  et  d’experts  ................................................  22                            ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   2  /  24  
  •              Résumé - Étude ingénierie urbanisme durable à l’exportation    La  note  de  synthèse  ci-­‐après  présente  les  grands  types  de  marché  de  l’ingénierie  en  urbanisme  durable,   la   rénovation   des   tissus   existants,   les   éco-­‐quartiers   et   les   éco-­‐cités,   et   analyse   les  différentes   composantes   de   l’offre   entre   la   conception,   l’expertise   technique,   l’assistance   à  maîtrise  d’ouvrage...    L’ingénierie   francilienne   se   caractérise   par   la   présence   à   la   fois   de   pionniers,   d’ingénieries  techniques  pointues,  d’experts  publics  ou  de  bureaux  d’études  généralistes  à  fort  potentiel.  Par  rapport   à   la   concurrence   sur   les   marchés   internationaux,   avec   la   présence   de   structures  collectives   d’ingénierie   à   l’export   (par   exemple   Simbiocity   pour   la   Suède,   DigiEcocity   pour   la  Finlande...),  les  atouts  et  handicaps  de  l’offre  francilienne  sont  présentés.    Enfin,  à  partir  des  propositions  du  groupe  de  travail  avec  les  acteurs  concernés,  est  suggérée  une  stratégie   d’action   collective   avec   4   grands   axes   pour   concourir   sur   le   marché   concurrentiel  international  de  la  ville  durable  et  contribuer  à  la  transition  écologique  des  villes  mondiales.      Abstract - Export of engineering in sustainable planning    This   note   of   synthesis   presents   the   main   types   of   engineering   international   market   related   to  sustainable  city  planning,  urban  renewal,  eco-­‐neighbourhoods  and  sustainable  cities.  It  analyses  the  various  components  of  the  supply  with  the  design,  the  technical  expertise,  and  assistance  to  contracting  authorities...    The   regional   (Paris-­‐region)   engineering   structure   is   characterized   by   the   presence   at   the   same  time   of   pioneers,   very   specialised   technical   engineering,   public   expertise   and   global   consulting  and  engineering  groups  with  strong  development  potential.  Compared  to  the  competition  on  the  international   markets,   with   the   presence   of   collective   engineering   networks   for   export   (for  example   Symbiocity   in   Sweden,   DigiEcocity   in   Finland),   the   strengths   and   weaknesses   of   the  regional  engineering  supply  are  pointed.      Finally,   based   on   the   proposals   discussed   within   a   working   group   of   the   representative  professionals,  a  strategy  of  joint  actions  plan  has  been  proposed.  Four  main  lines  of  development  (demonstration   projects,   decentralised   co-­‐operation,   expertise   network   and   platform,   eco-­‐industry   assistance   program)   should   reinforce   the   competiveness   of   the   regional   engineering  supply   on   the   international   market   of   sustainable   city,   and   should   contribute   to   the   ecological  transition  of  global  cities.    ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   3  /  24  
  •    Ingénierie francilienne à l’exportation en urbanisme durable    IntroductionA  linitiative  de  lARENE1  a  été  engagée  fin  2010  une  réflexion  à  portée  stratégique  sur  lingénierie  francilienne   de   lurbanisme   durable   et   ses   potentialités   de   développement   à   lexport 2 .   La  Direction   des   Affaires   Internationales   et   lUnité   Développement   du   Conseil   régional,   ainsi   que  lAgence  Régionale  de  Développement  ont  été  associées  à  cette  réflexion.  Un   groupe   dentreprises   franciliennes   et   dexperts   a   été   mobilisé   et   dix-­‐sept   entretiens   ont   été  effectués   avec   des   responsables   dentreprises   et   des   institutionnels 3 .   Parmi   ces   entreprises  plusieurs   sont   membres   des   instances   de   gouvernance   des   principales   structures   concernées,  notamment  le  Pôle  de  compétitivité  Advancity,  le  Club  ADEME  International,  Syntec  Ingénierie,  lAFEX  et  lICEB.  Il  faut  souligner  que  ce  travail,  spécifique  au  volet  ingénierie,  a  été  mené  en  concertation  avec  les  réflexions  portant  plus  globalement  sur  la  ville  durable  à  lexport,  initiées  au  plan  national  par  le  Commissariat  Général  du  Développement  Durable  du  MEDDTL  et  avec  les  instances  en  charge  de  la   stratégie   nationale   du   secteur   des   éco-­‐entreprises,   en   particulier   le   Comité   stratégique   de  filières  éco-­‐industries  (COSEI).      1 – Le marché de lingénierie en urbanisme durableLe   marché   de   lingénierie   en   urbanisme   durable   se   caractérise   par   deux   grands   types   de  demandes  :  la  demande  dadaptation  et  de  réhabilitation  énergétique  et  environnementale  des  tissus   urbains   existants   ("Urban   retrofit")   et   la   demande   de   création   de   nouveaux  développements   urbains   à   différentes   échelles   ("éco-­‐quartiers",   "éco-­‐cités",   etc.).   Si   la   seconde  est  la  plus  médiatisée,  la  première  correspond  aux  besoins  les  plus  importants.                                                                                                                    1  Pilotage   ARENE   Île-­‐de-­‐France   :   Dominique   Sellier,   directeur   prospective,   d.sellier@areneidf.org,   Denis   Dangaix,   d.dangaix@areneidf.org,  chef  de  projet  Solidarité  Nord-­‐Sud.  2  Mission   réalisée   par   Dominique   Drouet   –   RDI   Consultant   (drouet@rdi-­‐consultant.com),   avec   lappui   de   Jean-­‐ Jacques  Thomas,  consultant.  3  Réunis  dans  le  cadre  de  deux  ateliers  et  dun  séminaire  de  discussion  du  projet  de  diagnostic  et  recommandations   qui  a  eu  lieu  fin  novembre  2011.  Voir  en  fin  de  document  la  liste  des  contributeurs.ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   4  /  24  
  •      Côté  offre,  il  faut  distinguer  lingénierie  proprement  dite  (prestations  de  conception,  détude  et  de   matière   grise)   et   les   prestations   associées,   telles   que   la   fourniture   de   technologies   et  déquipements,  la  réalisation  de  travaux  et  les  services  de  gestion  et  dexploitation.  Lingénierie   proprement   dite   recouvre   de   multiples   composantes,   qui   vont   des   tâches   détudes  amont,  dassistance  à  la  maîtrise  douvrage,  de  conception  générale  et  de  planification,  jusquà  la  production  des  spécifications  techniques  détaillées.  La  notion  dingénierie  renvoie  à  la  fois  à  des  prestations   spécialisées   (conception   de   bâtiments,   de   réseaux   et   de   systèmes   techniques,   de  quartiers,   etc.)   et   à   des   prestations   d’ensembliers,   permettant   notamment   de   gérer   les   très  grands  projets  en  intégrant  les  différentes  échelles  et  métiers.  Elle  inclut  la  capacité  à  fournir  des  normes  et  des  référentiels,  des  modèles  économiques,  ainsi  que  des  solutions  organisationnelles,  financières,  juridiques  et  de  gouvernance  des  territoires.     Demande et offre d’ingénierie en urbanisme durable Demande : Adaptation / réhabilitation de Nouveaux développements 2 grands l’existant "Urban – Retrofit" Eco-villes Eco-quartiers volets Etudes amont, expertise, assistance à maîtrise d’ouvrage Conception densemble : concept urbain et architectural, master plan Offre : des Conception sous-ensembles : quartiers, zones composantes Conception équipements, bâtiments, espaces, systèmes, infrastructures... multiples Ingénierie technique associée Ingénierie financière, institutionnelle, business models... Prestations Fourniture Réalisation Gestion associées technologies et travaux Exploitation équipements D. Drouet – RDI Consultant    "L’ingénierie  en  urbanisme  durable"  se  distingue  donc  de  l’ensemble  des  prestations  d’ingénierie  urbaine   par   les   types   de   demandes   auxquels   elle   répond   (réhabilitations   urbaines   durables   et  nouveaux  développements  urbains  durables).  Pour  le  groupe  dentreprises  et  dexperts  réuni  par  lARENE,   ceci   renvoie   principalement   à   deux   dimensions   de   loffre   :   (i)   sa   capacité   à   offrir   des  solutions   à   haute   performance   énergétique   et   environnementale   et   (ii)   la   possibilité   de   satisfaire  des  critères  exigeants  de  qualité  de  vie  et  de  qualité  des  espaces  urbains.      ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   5  /  24  
  • Dimension 1 : performance énergétique et environnementale  Ce   premier   volet   des   prestations   dingénierie   en   urbanisme   durable   se   rapporte   à   loffre   de  concepts  urbains  globaux  ("zéro  carbone",  "éco-­‐territoire",  etc.)  et  à  la  capacité  à  répondre  à  des  critères   defficacité   et   de   sobriété   (énergétique,   hydrique,   ressources...),   de   réduction   des  émissions  (GES,  etc.),  ou  encore  de  préservation  de  la  biodiversité  et  de  qualité  des  milieux.  Ce  volet  intègre  aussi  la  conception  de  solutions  de  type  "éco-­‐mobilité",  "éco-­‐logistique",  "économie  circulaire"...   et   la   recherche   de   durabilité   des   infrastructures   et   équipements   (choix   matériaux,  adaptation   aux   effets   du   changement   climatique,   etc.).   La   dimension   de   concertation   avec   la  population  et  avec  les  acteurs  en  est  une  composante  importante.  À  ces  différents  niveaux,  le  marché  se  réfère  de  plus  en  plus  systématiquement  à  des  systèmes  de  qualification  des  prestataires4  et  de  certification  des  opérations5.      Dimension 2 : qualité de vie et qualité des espaces urbainsDans  cette  deuxième  dimension,  laccent  est  mis  sur  des  réalisations  "humaines"  et  "agréables  à  vivre".   Les   notions-­‐clés   sont   notamment   celles   de   requalification   des   espaces   urbains,   de  réhabilitation   des   territoires   (friches   industrielles,   etc.)   et   daptitude   à   "reconstruire   la   ville   sur   la  ville"  (comment  par  exemple  faire  passer  un  tramway  dans  lurbain  ou  retisser  des  liens  dans  le  cadre   dopérations   de   rénovation   urbaine).   Elle   renvoie   aussi   à   la   qualité   de   vie   dans   les  nouveaux   développements   urbains,   à   la   gestion   du   patrimoine   et   des   espaces   naturels,   à   la  biodiversité  en  ville  et  au  métabolisme  densemble  du  territoire.  Les   outils   et   compétences   mobilisés   sont   ceux   de   lurbanisme   de   projet,   mais   aussi   ceux   de   la  planification   spatiale   (volet   réglementaire   ou   stratégique),   notamment   pour   maîtriser   les  différentes  échelles,  du  micro-­‐urbain  au  macro-­‐territoire.                                                                                                                      4  À   titre   dexemple,   la   nomenclature   de   lOrganisme   de   Qualification   de   lIngénierie   (OPQIBI)   fait   apparaître   différentes   qualifications   directement   associées   au   développement   durable   :   AMO   en   développement   durable,   Programmation   en   développement   durable,   Développement   durable   en   infrastructure,   Développement   durable   en  bâtiment...  5  Au-­‐delà   des   référentiels   bâtiments   (BBC,   HQE,   BREEAM,   LEED,   DGNB...),   des   référentiels   éco-­‐quartiers   avec   procédure   de   certification   commencent   à   être   disponibles,   tels   que   LEED   for   Neighborhood   Development   et   le   référentiel  "éco-­‐quartiers"  piloté  par  le  MEDDTL.  Des  réflexions  portent  aussi  sur  des  référentiels  à  léchelle  de  la   ville.   Par   ailleurs,   la   FIDIC,   Fédération   Internationale   des   Ingénieurs   Conseils,   a   établi   une   liste   dindicateurs-­‐clés   pour   évaluer  la  durabilité  des  projets  (Project  Sustainability  Core  Indicators).ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   6  /  24  
  • 2 – Loffre francilienneUn  échantillon  dacteurs  franciliens  a  été  analysé  dans  le  cadre  de  cette  mission.  Il  comporte  une  cinquantaine   dentreprises   et   opérateurs,   internationalisés   ou   en   voie   dinternationalisation   et  actifs  dans  le  champ  de  lingénierie  en  urbanisme  durable  tel  que  défini  précédemment6.    Les   échanges   au   sein   du   groupe   dentreprises   et   dexperts   réuni   par   lARENE   aboutissent   à   un  classement  distinguant  les  catégories  suivantes7  :   ➙ Les "Pionniers"   :   TPE   et   PME   le   plus   souvent   de   création   récente   dont   le   cœur   de   métier   porte   sur   des   prestations   dingénierie   en   urbanisme   durable   au   sens   de   la   "dimension  1"  introduite  ci-­‐dessus  (performance  énergétique  et  environnementale)  et  qui,   de  plus,  sont  déjà  actives  à  lexport  ou  souhaitent  se  développer  à  linternational.   ➙ Les "Architectes-urbanistes"   :   cabinets   actifs   à   linternational,   dont   lapport   traditionnel   porte   davantage   sur   le   volet   "qualité   de   vie   –   qualité   des   espaces   urbains"   (dimension  2  de  lingénierie  en  urbanisme  durable  évoqué  ci-­‐dessus),  mais  dont  certains   intègrent  des  compétences  relatives  à  la  "performance  énergétique  et  environnementale".   ➙ Les "Experts publics"  :  grandes  agences  durbanisme,  chercheurs  et  autres  experts   mobilisés   à   linternational   en   tant   que   représentant   dorganismes   publics   ou   de   collectivités   territoriales   (élus   et   techniciens,   en   particulier   dans   le   cadre   de   la   coopération  décentralisée).   ➙ Les "Ingénieries techniques pointues"  :  entreprises  dingénierie  technique  dont   les   services   contribuent   à   un   fonctionnement   plus   durable   de   la   ville   et   qui,   de   plus,   témoignent   dun   intérêt   pour   sassocier   à   des   offres   globales   à   lexport   (participation   à   des  Clubs,  groupements,  etc.).   ➙ Les "Forts potentiels – Ingénierie"  :  grandes  sociétés  dingénierie  du  secteur  ville-­‐ équipement-­‐transport   et   du   secteur   environnement,   déjà   actifs   à   linternational   et   présentant   un   potentiel   de   développement   de   prestations   pour   la   ville   durable   et   de   premières  références  dans  ce  domaine.     ➙ Les "Forts potentiels – Métiers connexes"  :  groupes  de  grande  taille,  déjà  très   actifs   à   linternational   sur   des   marchés   connexes   à   lingénierie   ville   durable   (services   urbains   et   services   énergétiques,   construction,   fourniture   déquipements   et   de   technologies)   et   affichant   une   volonté   de   positionnement   sur   les   marchés   de   la   ville   durable.                                                                                                                    6  Les  entreprises  de  léchantillon  ont  été  caractérisées  par  leur  origine,  leur  taille,  les  métiers  exercés  en  urbanisme   durable,   leurs   références   franciliennes   et   internationales   et   leur   appartenance   à   des   clubs   ou   réseaux   dentreprises.    Les  principales  sources  dinformation  utilisées  sont  le  repérage  des  acteurs  impliqués  dans  les  projets  d’éco-­‐quartiers   en   Île-­‐de-­‐France,   le   dépouillements   de   répertoires   (ICEB,   AFEX,   ACAD,   France   GBC,   Syntec   Ingénierie,   Advancity,   Pôles  territoriaux  d’éco-­‐entreprises,  Club  ADEME  International,  association  PEXE...),  lidentification  des  entreprises   franciliennes   qualifiées   par   lOPQIBI   (AMO   en   développement   durable,   programmation   en   développement   durable,   développement   durable   en   infrastructures,   développement   durable   en   bâtiment,   etc.),   ainsi   que   des   informations  ponctuelles  sur  les  entreprises  impliquées  dans  des  projets  d’urbanisme  durable  à  l’international.  7  Il  va  de  soi  que  des  recoupements  peuvent  exister  entre  ces  catégories,  par  exemple  suite  au  rachat  de  "pionniers"   par  des  grandes  ingénieries  ou  de  groupes.ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   7  /  24  
  • Le  tableau  1  ci-­‐après  synthétise  le  profil  de  chacune  de  ces  composantes  de  loffre  francilienne  :   Pionniers Architectes Urbanistes     Cœur de métier urbanisme durable : Cœur de métier urbanisme durable : - AMO éco-quartier, éco-construction, ville - Qualité de vie, qualité des espaces urbains durable, planification - Bioclimatisme - Performance énergétique et environnementale - Etudes (socio-économiques, démographiques, etc). 5 à 150 salariés. Proximité ingénieurs / architectes 2 à 15 % du CA à l’export 10 à 200 salariés. Souvent membres de ICEB. 10 à 60 % du CA à l’export Membres de lAFEX, de lACAD. ADAGE Les EnR ALTO INGENIERIE LE SOMMER Envt AM Environnement PENICAUD (LAVALIN) AREP BLUE HOLDING CAP TERRE (BETOM) PROFILE ARTE CHARPENTIER TESSIER ET ASSOCIES H3C Energies RE-SOURCES Atelier GONTIER EXPERTISE URBAINE TERAO Atelier MADEC INDDIGO TRIBU Experts publics Ingénieries techniques pointues     Spécialités : Mesure, Ecologie urbaine opérationnelle, EnR, Transports, Eau, Déchets, Cœur de métier urbanisme durable : Sols, etc. - Planification urbaine, gouvernance des 10 à 250 salariés : parfois articulés à une offre de territoires, gestion foncière technologies. - Normes, référentiels, expertises amont 10 à 70 % du CA à l’export 1 à 10 % de lactivité à linternational Réseaux : Advancity, Club ADEME International, Réseaux : FNAU, SB Alliance, Advancity réseaux européens spécialisés. BETEN SINOVA (GDF Suez) IAU ADEME CAP ENVIRONNEMENT STAR APIC APUR AFNOR ENVIRONNEMENT SA TECBOIS (BETOM) CSTB AIRPARIF INEXIA (SNCF) TISSEYRE et CNRS AESN MOVIKEN Associés Universités Collectivités PHYTORESTORE Forts potentiels – Ingénierie Forts potentiels – Métiers connexes     Métiers dorigine : Services urbains, environnement Métiers dorigine : ingénierie ville – équipement – et énergie ; Construction ; Technologies urbaines et transports - environnement TIC Intégration architecte / ingénieurs encore limitée 10.000 à 150.000 salariés ; 40 à 80 % du CA à 200 à 2.500 salariés – 30 à 60 % du CA à linternational linternational Membres : Advancity. Membres de : Syntec Ingénierie, Advancity. 2EI (Veolia Environnement) IBM ARTELIA POYRY France BERIM SAUNIER et Associés GDF Suez Orange BURGEAP (BIHSE) SAFEGE (Suez EDF EGIS-IOSIS Environnement) EMBIX (Bouygues – Alstom) GINGER (Grontm.) Partenaires Développement FORCLUM (EIFFAGE) ICADE-ARCOBA (SETEC) SCHNEIDER ELECTRIC INGEROP SYSTRA (RATP, SNCF) VINCI     ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   8  /  24  
  • Léchantillon  dacteurs  analysé  représente  plus  dun  millier  demplois  spécifiques  à  lingénierie  en  urbanisme   durable.   Il   inclut   lessentiel   de   grandes   ingénieries   et   des   grands   groupes   français  concernés   par   ce   marché.   Il   faut   souligner   le   fort   effet   de   levier   de   cette   ingénierie   sur   des  prestations  connexes  (fourniture  de  technologies  et  déquipements,  gestion  de  services,  etc.).  Grâce   à   leur   appartenance   à   différentes   structures   collectives   (ACAD,   AFEX,   ICEB,   France   GBC,  Club   ADEME   International,   Syntec   Ingénierie,   groupes   daction   PEXE,   etc.),   beaucoup   des  entreprises  ont  commencé  à  nouer  des  liens  entre  elles.  De  plus,  la  présence  en  Île-­‐de-­‐France  du  Pôle   Advancity,   seul   pôle   de   compétitivité   positionné   "ville   durable   et   éco-­‐technologies  urbaines",   sappuyant   sur   un   large   éventail   de   capacités   de   recherche,   de   formation   et  dexpertise   publique,   constitue   un   atout   de   premier   ordre   pour   structurer   et   dynamiser   ce  potentiel.  Signe   de   la   dynamique   engagée,   des   évolutions   interviennent   en   continu   au   sein   de   ce   tissu  dentreprises  :  création  de  nouvelles  entreprises,  introduction  en  bourse  (ex.  :  Moviken),  rachat  de   "pionniers"   par   de   grandes   ingénieries   (par   ex.   :   Pénicaud   par   le   canadien   SNC   Lavalin,  SINOVIA   par   GDF   Suez),   fusions   (ex.   :   EGIS   avec   IOSIS,   COTEBA   avec   SOGREAH   pour   créer  ARTELIA),  filialisation  de  lingénierie  urbanisme  durable  de  certains  groupes  (ex.  :  2EI  par  Veolia  Environnement),  création  de  filiales  communes  (ex.  :  EMBIX  par  Bouygues  et  Alstom),  ou  encore  apparition  de  nouveaux  entrants  à  fort  potentiel  (exemples  des  groupes  du  secteur  des  TIC  tels  que  IBM  France  et  Orange).          ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   9  /  24  
  • 3 – Situation concurrentielle sur le marché internationalLa  population  mondiale  est  appelée  à  croître  de  6  milliards  dhabitants  en  2005  à  9  milliards  en  2050,  lessentiel  de  la  croissance  se  produisant  en  zones  urbaines  en  raison  de  lexode  rural.  Sur  la   période   2005-­‐2035,   1   milliard   dhabitants   supplémentaires   sont   attendus   en   Asie   et   500  millions  en  Afrique8.  Le  rythme  annuel  de  la  croissance  urbaine  prévue  est  particulièrement  élevé  dans  les  agglomérations  de  moins  de  1  million  dhabitants,  "qui  constituent  de  ce  fait  une  grande  partie  du  marché  de  demain".     4.19  %   1.98  %   1.56  %   1.37  %   1.16  %   <  1   1  -­‐  2.5   2.5  -­‐  5   5  -­‐  10   >  10   million   millions   millions   millions   millions   Croissance  annuelle  attendue  de  la  population  urbaine  par  taille  dagglomération  2009  –  2025   Source:  Demographic  World  Urban  Areas  &  Population  Projections.    Lampleur   de   cette   croissance   urbaine   ("explosion   urbaine"),   conjuguée   à   la   nécessité   den  maîtriser   les   impacts   environnementaux   (notamment   les   émissions   de   carbone),   démontre  létendue   des   besoins   en   matière   durbanisme   durable   pour   les   prochaines   décennies.   Ces  besoins   se   traduisent   déjà   pour   partie   en   demande   économique9,   comme   en   témoigne   depuis  une   dizaine   dannées   la   multiplication   des   projets   de   requalification   énergétique   et  environnementale   de   zones   urbaines   et   de   territoires,   ainsi   que   les   nombreux   projets   déco-­‐quartiers  et  déco-­‐cités  nouvelles.  Certains   soulignent   cependant   que   les   marchés   dans   les   pays   émergents   sont   parfois   plus  demandeurs   de   technologies   que   de   prestations   intellectuelles.   En   Chine   par   exemple   il   est  difficile   de   vendre   des   prestations   dingénierie   en   développement   urbain   durable   (2,5   %  seulement   du   coût   de   la   construction   est   réservé   à   la   rémunération   de   larchitecte).   Cela   nincite  pas   à   faire   des   villes   intelligentes,   "le   plus   souvent   des   plans   conçus   à   Hong   Kong   sont   reproduits  de  façon  mécanique".                                                                                                                    8  Source  :  Nations  Unies,  Population  Division.  9  Cette   demande   renvoie,   au-­‐delà   des   prestations   dingénierie   proprement   dites,   à   de   multiples   volets   en   matière   déquipements   et   de   technologies   (marchés   dits   "connexes")   :   efficacité   énergétique   des   bâtiments,   énergies   renouvelables,   modernisation   des   réseaux   énergétiques   ("smart   grids"),   transports   urbains   durables,   gestion   de   leau,   des   déchets,   dépollution   des   sols,   qualité   de   lair...   Voir   notamment   DGTPE   "Eco-­‐entreprises   françaises   :   quelles  opportunités  à  linternational  ?",  mai  2009.ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   10  /  24  
  •  La nouvelle organisation de loffre internationaleLa  mobilisation  de  loffre  internationale  est  à  la  hauteur  de  ces  perspectives.  Elle  sélabore  autour  de   stratégies   de   longue   durée   qui,   en   raison   de   lampleur   des   opérations   visées   et   de   la  multiplicité   des   métiers   et   compétences   sollicités,   mettent   laccent   sur   des   approches   collectives  inter-­‐entreprises.  Selon   les   cas,   les   entreprises   leaders   de   ces   dispositifs   collectifs   sont   des   ingénieristes   ou   des  groupes   positionnés   sur   des   métiers   connexes.   Une   autre   caractéristique   de   ces   dispositifs   est  dêtre  à  vocation  pérenne.  Certains  sont  construits  pour  répondre  aux  marchés  de  ladaptation  /  réhabilitation   des   tissus   urbains   existants,   tandis   que   dautres   visent   davantage   les   nouveaux  développements  urbains.     Approches collectives de la concurrence internationale Adaptation / réhabilitation Nouveaux développements tissus urbains existants Eco-villes / Eco-quartiers Leadership Ingénierie Grds ingénieristes EcoCity Symbiocity leaders de Hamburg consortium DigiEcoCity Leadership Living PlanIT connexes Métiers InnovationCity Ruhr D. Drouet – RDI Consultant  Ces   nouvelles   structures   collectives   de   lingénierie   à   lexport   se   différencient   de   la   génération  précédente10  en   raison   dune   focalisation   sur   un   marché   particulier,   celui   de   la   ville   durable,   et  dun   mode   de   promotion   à   partir   dun   territoire   pilote   qui   constitue   une   "vitrine"   à   grande  échelle.  Elles  rassemblent  des  entreprises  et  organismes  issus  dun  même  pays  ou  dune  même  région,  mais  aussi  parfois  de  plusieurs  pays  (voir  illustrations  au  tableau  2).                                                                                                                  10 Dont  un  exemple  type  est  NEDECO,  créé  en  1951  aux  Pays-­‐Bas  pour  permettre  une  approche  coordonnée  inter-­‐ entreprises   des   marchés   de   lingénierie   à   linternational.   NEDECO,   structure   "facilitatrice"   entre   les   bureaux   détudes,   a   instauré   des   règles   de   mise   en   place   de   consortiums   par   projet   et   de   partage   des   bénéfices.   Les   performances   réalisées   par   les   membres,   en   particulier   sur   les   marchés   de   bailleurs   multilatéraux,   sont   impressionnantes.   Les   membres,   qui   à   lorigine   étaient   des   PME,   sont   aujourdhui   de   grandes   sociétés   dingénierie   dont  la  plupart  emploient  plusieurs  milliers  de  salariés  (DHV,  FUGRO,  HASKONING...).  NEDECO  peut  être  considéré   comme  représentatif  dautres  réseaux  structurés  dingénieristes  à  lexport  qui  sont  apparus  dans  les  années  1980   et  1990  notamment  dans  les  pays  scandinaves.ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   11  /  24  
  • Les   "vitrines",   qui   servent   de   références   ont   été   construites   dans   la   durée,   les   plus   anciennes  ayant   plus   de   15   ans.   Elles   visent   à   démontrer   simultanément   la   qualité   des   résultats   et   la  capacité  des  membres  du  groupement  à  travailler  ensemble.  Ces  vitrine,  auxquelles  sont  souvent  associées   des   marques   "commerciales"   (Symbiocity,   InnovationCity,   etc.)   intègrent   lensemble  des   facettes   de   loffre   portée   collectivement,   quil   sagisse   dingénierie   et   de   conceptions,   de  modèles   économiques,   de   systèmes   de   planification,   de   référentiels   et   normes   techniques,   voire  de  procédures  participatives  et,  bien  sûr,  déquipements  et  de  technologies.     Marques   Caractéristiques  principales   Marché  :  Rénovation  énergétique  et  carbone  des  territoires  urbains.   Membres  :  60  entreprises  dont  E.on,  Gelsenwasser,  Hochtief,  Siemens,  etc.  et  des   partenaires  R&D  et  institutionnels  (Effizienz-­‐Agentur  NRW,  Wuppertal  Institut,  etc.).     InnovationCity   Leaders  :  groupes  du  secteur  de  lénergie,  de  leau  et  de  la  construction.   Ruhr   Vitrine  :  Bottrop,  territoire  pilote  de  50  000  habitants  dans  la  Ruhr  (sélectionné  en  2010).   Retombées  attendues  :  accélération  du  développement  des  produits  et  développement  de   solutions  globales  exportables  dans  les  pays  en  émergence.   Marché  :  Eco-­‐villes,  éco-­‐quartiers  nouveaux.   Opérateurs  :  SWECO  et  le  réseau  Symbiocity  (200  entreprises).  La  marque  SymbioCity  a   été  déposée  en  2008.   Symbiocity   Leaders  :  sociétés  dingénierie  et  darchitecture,  offreurs  de  technologies.   Suède   Vitrine  :  Hammarby  –  Stockholm  (25  000  hab.,  35  000  emplois,  lancé  en  1994).   Déclinaisons  :  Front  du  Lac  Toronto,  Caofedian,  Chine  (400  000  hab.)  et  projets  à  Puna   (Inde),  Buffalo-­‐City  (Afrique  du  Sud).   Marché  :  Eco-­‐villes,  éco-­‐quartiers  nouveaux  (entrée  par  le  volet  TIC).   DigiEcoCity   Opérateurs  :  RAMBOLL  (DK),  DigiEcoCity  (FI).   Danemark  –   Finlande   Références  :  Villes  finlandaises,  Gongqing,  Province  de  Jiangwi  (Chine,  lancée  en  2010,  éco-­‐ ville  de  100  000  habitants)  et  projet  à  Danyang  (Province  de  Jiangsu).   Marché  :  Eco-­‐quartiers  tertiaires.   Opérateurs  :  ARUP  (RU),  TecArchitecture  (US),  avec  un  groupement  dentreprises   EcoCity   britanniques,  américaines  et  allemandes.   Hamburg   Leaders  :  sociétés  dingénierie  et  darchitecture.   Vitrine  :  HafenCity  (Hamburg-­‐Harburg  Harbor),  visant  3  certifications  au  niveau  maximum   LEED  +  BREEAM  +  DGNB.   Marché  :  Nouveaux  développements  urbains.   Concept  :  TIC  +  Urban  Operating  System  +  éco-­‐système  d’entreprises  (offre  de  produits  et   services  pour  la  ville  durable).   Living  PlanIT   Opérateurs  :  Living  PlanIT  (US),  CISCO  (US),    Buro  Happold  (RU),  Bovis  (Aus),  avec  un   Etats-­‐Unis   groupement  dentreprises  anglo-­‐saxonnes,  Harvard  Business  School  et  GreenPeace   Royaume  Uni   International...   Leaders  :  groupe  secteur  TIC.   Vitrine  :  Paredes  (Portugal,  150  000  hab.).   Tableau  2  –  Exemples  de  dispositifs  collectifs  à  lexport.    Autre  aspect  à  souligner,  les  acteurs  traditionnels  de  la  ville  (architectes,  ingénieristes,  groupes  de   services   urbains,   du   BTP   ou   fabricants   déquipement),   ne   sont   pas   les   seuls   à   initier   de   tels  ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   12  /  24  
  • dispositifs   collectifs.   Plusieurs   groupes   du   secteur   des   TIC   les   ont   rejoints,   mettant   en   avant   leurs  références   en   cours   (IBM   avec   Toyota   et   Honda   au   Japon,   CISCO   à   Amsterdam,   etc.)   et   les  solutions   quils   développent   sur   la   question   clé   de   la   mobilité   et   de   la   connectivité.   Leur   capacité  à   mobiliser   des   moyens   de   R&D   et   dinvestissements   importants   interpelle   les   acteurs  traditionnels  de  la  ville.  En  résumé,  lémergence  du  marché  de  la  ville  durable  saccompagne  aujourdhui  dune  nouvelle  organisation  de  loffre  internationale  autour  de  dispositifs  inter-­‐entreprises  de  grande  ampleur,  à  vocation  pérenne,  fondés  sur  des  regroupements  dacteurs  à  des  échelles  régionale,  nationale  ou  plurinationale,  mobilisant  des  leaders  mondiaux,  et  ayant  construit  leur  marque  commerciale  sur  un  territoire  de  référence.  Où en est aujourdhui loffre francilienne ?Les   entreprises   de   léchantillon   de   loffre   francilienne   dingénierie   en   urbanisme   durable,   analysé  précédemment,   ont   atteint   des   niveaux   dinternationalisation   variables.   De   façon   schématique,  les  plus  internationalisées  semblent  être  celles  qui  présentent  aujourdhui  un  moindre  degré  de  spécialisation   en   urbanisme   durable   (Voir   schéma   ci-­‐après).   Il   faut   aussi,   en   dépit   des   fusions  récentes,  souligner  le  déficit  de  taille  qui  demeure  entre  les  ingénieristes  français  et  les  grands  leaders  internationaux11.   Les composantes de l’offre francilienne à l’international Cœur de métier Ingénierie urbanisme durable Pionniers Ingénieries techniques pointues Experts Architectes - publics urbanistes Forts Forts potentiels potentiels Métiers connexes - - Ingénierie et Métiers Moindre degré de connexes spécialisation urbanisme durable Faible Forte internationalisation internationalisation D. Drouet – RDI Consultant                                                                                                                     e e Suite   aux   fusions   réalisées,   EGIS   et   ARTELIA   figurent   aux   33   et   81   rangs   du   classement   Engineering   News   11   Record   des   "Top   International   Design   Firms"   publié   en   Juillet   2011,   avec   respectivement   492   et   118   millions   de   dollars  de  chiffre  daffaires  à  linternational.  Par  comparaison,  AECOM  (USA),  Mott  Mac  Donald  (RU)  et  ARUP  (RU),   réalisent   entre   1   et   2,6   milliards   de   dollars   de   chiffre   daffaires   à   linternational.   À   titre   dillustration   pour   le   projet   de   reconstruction,   en   Algérie,   dune   agglomération   de   300.000   habitants,   "aucune   société   dingénierie   française   nétait   à   léchelle".   Des   consortiums   se   sont   constitués   autours   des   Canadiens,   des   Coréens   et   des   Américains.   Cest  finalement  SNC  Lavallin  qui  la  emporté.ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   13  /  24  
  • En   termes   de   mobilisation   collective   à   lexport,   les   acquis   sont   en-­‐deçà   de   ceux   des   principaux  concurrents   internationaux.   Les   approches   collectives   mises   en   place,   comme   par   exemple   la  constitution   de   consortiums   dentreprises   pour   des   offres   globales   dans   le   cadre   des   groupes  daction   du   PEXE12,   ou   encore   les   groupements   en   cours   de   création   dans   le   cadre   des   Clubs  FASEP 13 ,   répondent   à   des   projets   de   moindre   ampleur   et   mobilisent   un   nombre   restreint  dentreprises.    Doù   "un   fort   déficit   de   taille   des   structures   collectives   françaises   par   rapport   aux   attentes   du  marché".  De  plus  ces  consortiums,  à  caractère  temporaire,  ne  sappuient  pas  sur  une  vitrine  ou  une  marque  de  référence  de  notoriété  internationale.  Il   faut   aussi   souligner,   bien   quil   soit   en   train   de   se   résorber,   le   déficit   des   compétences  franciliennes   par   rapport   à   celles   des   leaders   étrangers   sur   le   volet   "performance   énergétique   et  environnementale".   Est   rappelé   à   ce   sujet   "le   retard   qui   demeure"   au   niveau   de   la   formation  dans  les  écoles  darchitectes  en  matière  de  développement  durable.       Atouts • Cabinet  darchitectes  –  urbanistes  compétents  sur  la  dimension  "qualité  de  vie,  qualité  des  espaces  urbains".   • Emergence  dun  secteur  de  PME  ("pionniers")  compétents  sur  la  dimension  "performance  énergétique  et   environnementale".   • Les  grands  acteurs  (BTP,  services  urbains,  industriels...)  commencent  à  sorganiser.   • Début  de  concentration  (fusions  dans  lingénierie,  rachats  de  "pionniers"  par  des  groupes).   • Début  dapproches  collectives  à  lexport  (AFEX,  PEXE,  Club  ADEME  International,  Clubs  FASEP...).   • Des  réalisations  vitrines  visitables  dans  1  ou  3  ans  (NQU,  éco-­‐quartiers,  îlots  énergie  positive...).   • Des  performances  sur  les  marchés  connexes  :  gestion  des  services  urbains,  de  leau,  des  transports  collectifs...   Handicaps • Sauf  exception,  les  "stars"  de  larchitecture  française  à  linternational  ne  brillent  pas  par  leurs  compétences   énergétiques  et  environnementales.   • Les  groupes  de  BTP,  très  internationalisés,  nont  pas  encore  de  références  éco-­‐quartiers  /  ville  durable  à   linternational.   • Les  grands  promoteurs,  nont  à  ce  jour,  que  peu  de  réalisations  performantes  aux  plans  énergétique  et   environnemental  à  linternational.   • Les  grandes  sociétés  dingénierie  ont  une  taille  insuffisante  /  leaders  anglo-­‐saxons.  Elles  présentent  un  retard   dintégration  architecture  /  ingénierie.   • Loffre  en  urbanisme  sur  le  marché  intérieur  est  dominée  par  les  acteurs  publics.  Ceux-­‐ci  interviennent  à   linternational  de  façon  déconnectée  des  entreprises.   • Les  référentiels  français  de  performance  énergétique  et  environnementale  sont  illisibles  à  linternational.                                                                                                                      12  Exemple  de  la  mesure  de  la  qualité  de  lair  à  Pékin  (ARIA  Technologies,  Environnement  SA,  Leosphere...),  couplé   avec  amont  de  coopération  scientifique/coopération  décentralisée  IdF.  13  Le  mécanisme  des  "Clubs  FASEP",  en  aval  des  financements  FASEP,  a  pour  but  de  "drainer  les  sociétés  y  compris   des  petites  sociétés  vers  linternational".ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   14  /  24  
  • 4 – Stratégie dactionLÎle-­‐de-­‐France   dispose   dun   potentiel   doffre   substantiel   pour   contribuer   à   répondre   à   la  demande   des   marchés   mondiaux   de   la   ville   durable.   Compte   tenu   du   contexte   concurrentiel  international  évoqué  précédemment,  le  groupe  réuni  par  lARENE  considère  que  pour  tirer  parti  de  ce  potentiel  plusieurs  défis  doivent  être  surmontés  :   ➙ Regrouper   les   forces   franciliennes   (concentration,   approches   collectives...)   pour   atteindre  la  taille  critique  et  être  crédible  sur  les  grands  projets.   ➙ Donner   une   visibilité   à   loffre   francilienne   et   la   rendre   lisible   par   les   acteurs   internationaux.   ➙ Améliorer   la   cohérence   des   initiatives   et   les   faire   converger   vers   des   objectifs   partagés.   ➙ Etre   capable   de   construire   un   modèle   de   développement   à   l’international   et   une   stratégie  dans  la  durée.  Pour  relever  ces  défis,  la  question  dune  stratégie  daction  francilienne  a  été  abordée  en  insistant  sur   sa   spécificité   par   rapport   aux   dispositifs   nationaux   existants   de   soutien   aux   éco-­‐entreprises   à  lexport.  Ces  dispositifs  ont  notamment  été  recensés  par  la  DGTPE.   Nbre    de  dispositifs   Étapes   Exemples  de  dispositifs  nationaux  existants     recensés   Aide  au  partenariat  technologique  international,  FASEP  Innover   9  dispositifs   Innovation  verte,  etc.   Ubifrance/missions  économiques,  Services  Club  ADEME  Se  préparer  à  exporter   10  dispositifs   International,  Portage  dentreprises,  etc.   Soutien  individualisé  à  lexport  (SIDEX),  VIE,  Green  Pass  Prospecter   16  dispositifs   Ubifrance,  Prêts  exports  OSEO,  etc.  Simplanter   PROPARCO,  Facilités  dinvestissement  BRED,  BEI,  Garanties   11  dispositifs  industriellement   COFACE,  etc.  Étude  et  assistance   5  dispositifs   FASEP  "Études",  FASEP"Formation",  FASEP"RSE",  etc.  technique  Exporter   8  dispositifs   Assurances  COFACE,  Réserve  Pays  Émergents,  FFEM,  etc.  Source  :  daprès  Guide  DGTPE  "Soutiens  au  développement  des  éco-­‐entreprises  françaises  dans  les  pays  émergents",  2009.  Toujours  au  plan  national,  il  faut  aussi  souligner  la  série  de  rapports  stratégiques  publiée  par  le  Comité  dorientation  stratégique  des  éco-­‐industries  (COSEI)  à  la  demande  des  ministres  chargés  de  lIndustrie  et  de  lÉcologie14.  Dans   ce   contexte   densemble,   lanalyse   effectuée   par   le   groupe   ARENE   aboutit   à   proposer   une  stratégie   francilienne   en   cinq   axes.   On   observera   que   ces   axes   recoupent   en   grande   partie   les  domaines  de  compétence  de  la  Région,  tels  que  la  formation,  le  développement  économique  et  lanimation  des  réseaux  dacteurs.                                                                                                                  14 Voir   COSEI   plénier   du   20   Juillet   2011.   Un   volet   export   figure   dans   chacun   des   rapports   par   filière   :   "Bâtiment   à   faible   impact   environnemental",   "Production   dénergies   renouvelables",   "Eau   et   assainissement",   "Smart   grids",   "Valorisation  des  déchets".ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   15  /  24  
  •   Axe 1 : Vision stratégique partagée Marché mondial Axe 2 : Vitrine "Ville Offre francilienne durable" Axe 3 : Coopération décentralisée - Ingénierie Jeu en Axe 4 : Public / privé concurrentie urbanisme l durable Axe 5 : Autres pistes importantes international    Axe 1 : Construire une vision stratégique partagéePrendre   le   temps   dune   réflexion   collective   apparaît   souhaitable,   car   "les   jeux   sont   loin   dêtre  faits"   sur   les   marchés   internationaux.   De   plus,   "il   faut   créer   lappétence"   dans   certains   grands  pays  émergents  dans  le  domaine  de  la  ville  durable  et  cela  prend  du  temps.  Par   ailleurs,   le   savoir-­‐faire   français   est   en   train   de   sélaborer   et   il   est   nécessaire   de   mettre   en  cohérence   les   réflexions   amorcées   dans   différentes   instances   (ICEB,   AFEX,   PEXE,   Syntec  Ingénierie,   Advancity,   Club   ADEME   International,   France   GBC,   PFVT,   instances   territoriales   et  ministérielles,  etc.).  Pour  certains  "le  nombre  dacteurs  impliqués  fait  dailleurs  question".  La   définition,   par   les   entreprises   de   loffre,   dune   stratégie   collective   sur   les   marchés  internationaux  pose  en  particulier  les  questions  suivantes  :   ➙ Quelles  sont  les  vraies  plus-­‐values  franciliennes  ?  Quest-­‐ce  que  les  acteurs  franciliens   "ont  à  vendre  collectivement"  à  linternational  ?  Comment  lexprimer  simplement  aux   interlocuteurs  internationaux  ?  Le  débat  à  ce  sujet  doit  permettre  "daller  vers  la   simplicité  et  la  clarté".   ➙ Comment  se  saisir  de  l’intérêt  que  suscite  la  France  à  l’international  (Grenelle,  Grand   Paris...)  ?   ➙ Comment  avancer  vers  une  démarche  dapproche  globale,  "ingénierie  ville  durable   plus  réalisation  et  exploitation"  ?   ➙ Quelles  articulations  développer  entre  les  "pionniers"  et  les  autres  entreprises  ?   Quelles  articulations  avec  les  acteurs  publics  pour  aboutir  à  un  portage  collectif  de   l’offre  ville  durable  francilienne  ?   ➙ Jusqu’où  le  modèle  de  mise  en  cohérence  des  forces  franciliennes  est-­‐il  pertinent  ?   Quel  est  limpact  des  forces  "centripètes"  (tendance  des  groupes  de  services  ou  de   BTP  à  travailler  avec  des  ingénieries  anglo-­‐saxonnes,  rachat  de  "pionniers"  français  par   des  entreprises  étrangères,  etc.)  ?   ➙ Faire  uniquement  du  franco-­‐français  peut  savérer  "insuffisant  et  illusoire"  :  comment,   par  conséquent,  élargir  à  des  partenariats  avec  des  entreprises  dautres  pays  ?  ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   16  /  24  
  •   ➙ Sinspirer  des  dispositifs  collectifs  mis  en  place  par  les  pays  concurrents15  nécessite  de   mieux  analyser  leur  fonctionnement  :  quelles  sont  les  structurations  de  ces  dispositifs,   leurs  mécanismes  de  pouvoir,  leur  modèle  économique,  etc.  ?   ➙ Quelles  sont  les  conditions  requises  pour  élaborer  un  concept  marketing  vendeur  de   l’offre  francilienne  ?  Sur  quel  type  de  vitrine  appuyer  cette  offre  collective  ?  Quels   sont  les  moyens  et  modes  dorganisation  nécessaires  ?  Pour   mettre   en   œuvre   cette   réflexion,   le   groupe   souligne   la   nécessité   dêtre   attentif   aux  conditions   dimplication   des   "entreprises   émergentes"   dans   le   travail   collectif.   En   effet,   ces  entreprises,   qui   disposent   des   savoirs,   outils   et   références   les   plus   avancés   sur   la   dimension  "performance   énergétique   et   environnementale",   doivent   avoir   toute   leur   place   dans   la  réflexion.    Ces   "pionniers"   apportent   en   particulier   les   compétences   nécessaires   pour   ne   pas   se   focaliser  exagérément  sur  lexportation  dans  les  pays  "traditionnels"  francophones,  mais  au  contraire  "se  mesurer   aux   meilleurs",   notamment   dans   les   mondes   anglo-­‐saxon   et   nordique,   comme   le   font  déjà  dans  leurs  métiers  dorigine  les  majors  du  BTP  et  de  services.    Axe 2 : Créer un "dispositif vitrine" des réalisations franciliennesIl   est   unanimement   souligné   que   la   "question   des   vitrines   est   essentielle".   Cependant   elles   ne  sont   pas   suffisantes   "si   elles   ne   sont   pas   assorties   dune   démonstration   de   leur   capacité  dadaptation   sur   dautres   territoires   dans   un   contexte   environnemental,   économique   et   social  différent".  Une   des   idées   évoquées   est   de   créer   une   base   de   données   sur   les   réalisations   à   visiter   en   Île-­‐de-­‐France,  un  "point  focal"  pour  laccueil  des  délégations  internationales.  Les  points-­‐clés  identifiés  sont  notamment  :     ➙ Recenser  "ce  qui  peut  être  montré  aujourd’hui  en  Île-­‐de-­‐France"  :  bâtiments   performants,  maquettes  d’éco-­‐quartiers  ou  dîlots  à  énergie  positive,  espaces  urbains   aménagés  et  témoignages  de  "qualité  urbaine".   ➙ Prévoir  ce  que  l’on  pourra  faire  visiter  dans  1  à  3  ans,  suite  aux  appels  à  projets  éco-­‐ quartier,  îlots  à  énergie  positive,  nouveaux  quartiers  urbains  dÎle-­‐de-­‐France...)16.  Par  ailleurs,  le  groupe  indique,  compte  tenu  du  caractère  très  complexe  des  référentiels  utilisés  en  France,  quil  est  préférable  de  mettre  en  avant  les  réalisations  concrètes  elles-­‐mêmes  et  non  pas  les  référentiels.  Il  recommande  de  sappuyer  sur  des  indicateurs  de  performance  simples  (par  exemple  en  matière  de  confort,  de  qualité  de  l’air  intérieur,  etc.).                                                                                                                  15  Est  par  exemple  évoquée  lidée  dun  "Simbiocity  à  la  française".  16  Sil   ny   a   aujourdhui   en   matière   déco-­‐quartier   "pas   grand-­‐chose   à   montrer   qui   soit   comparable   aux   meilleurs   exemples  à  linternational",  les  réalisations  déco-­‐quartiers  qui  vont  être  prochainement  livrées,  notamment  en  Île-­‐ de-­‐France,  sont  dune  qualité  tout  à  fait  intéressante  et  "parfois  meilleure  que  les  quartiers  de  référence  que  lon   trouve  actuellement  en  Europe".ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   17  /  24  
  • Autre   point   souligné,   la   construction   du   "dispositif   vitrine"   pourra   sarticuler   à   des   éléments  disponibles,   comme   par   exemple   la   cartographie   Econovista.com   des   projets   de   quartiers  "aménagement  durable"  mise  en  place  par  lAgence  Régionale  de  Développement.    Elle  pourra  aussi  comporter  un  axe  "visibilité  salon"17  vis-­‐à-­‐vis  duquel  la  CCI  77,  mandatée  sur  le  volet  export  du  Plan  filière  Éco-­‐activités  régional,  peut  éventuellement  servir  de  cheville  ouvrière.    La  question-­‐clé  apparaît  être  celle  de  la  démarche  à  mettre  en  place  avec  lensemble  des  acteurs  pour   déboucher   sur   un   dispositif   rendant   compte   de   léventail   des   savoir-­‐faire   franciliens   tout   en  étant  opérationnel  dans  son  fonctionnement.      Axe 3 : Exploiter le potentiel de coopération décentralisée des collectivités territoriales franciliennes.Le  groupe  dentreprises  et  dexperts  considère  quil  existe  "une  forte  marge  de  progression"  pour  impliquer  les  entreprises  dans  les  coopérations  décentralisées,  car  celles-­‐ci  fonctionnent  comme  "un   monde   à   part,   dans   lequel   les   entreprises   essaient   de   se   glisser".   À   titre   dexemple,   les  agences  de  leau  "considèrent  que  le  1  %  de  la  Loi  Oudin  est  leur  propriété"  et  doit  uniquement  servir  à  faire  intervenir  les  personnels  des  agences  à  linternational.  De  leur  côté,  les  ONG  veulent  souvent  "se  mettre  à  faire  de  lingénierie"  mais  sans  en  avoir  les  compétences.    La  faible  implication  des  ingénieries  privées  est  dautant  plus  préjudiciable  que  loffre  dAMO  est  lun  des  outils  nécessaires  à  la  coopération  décentralisée.  Les  actions  clés  à  mettre  en  œuvre  sont  notamment  :   ➙ Mieux  diffuser  auprès  des  entreprises  linformation  sur  l’action  de  la  région  en   matière  de  coopération  décentralisée18.     ➙ Instaurer  un  mécanisme  pour  que  les  experts  publics  détachés  informent  très  en   amont  les  entreprises  sur  les  futurs  projets,  introduire  les  architectes  français  dans  les   jurys  de  concours,  etc.   ➙ "Conditionnaliser"  les  appuis  de  la  Région  à  la  coopération  décentralisée  à   l’implication  des  entreprises  privées,  y  compris  lorsquil  sagit  de  coopérations  déjà   anciennes  (exemple  cité  de  Hanoi).  En  effet,  le  niveau  régional  "est  particulièrement   pertinent  pour  impulser  une  conditionnalité  des  appuis  à  la  coopération   décentralisée"19.                                                                                                                  17 Notamment   en   direction   des   pavillons   France   de   plusieurs   "POLLUTEC"   à   létranger   (Abou   Dhabi,   Casablanca,   Pékin,  ...).  18  La  Région  Île-­‐de-­‐France  est  par  exemple  très  impliquée  dans  plusieurs  réseaux  internationaux  (CGLU,  Metropolis,   Climate   group)   qui   peuvent   être   des   vecteurs   de   promotion   de   loffre   francilienne   privée.   Un   inventaire   des   coopérations  décentralisées  "urbanisme  durable"  a  été  réalisé.  19  Il  y  a  débat  à  ce  sujet,  car  "il  nexiste  pas  de  cadre  juridique"  et  cela  peut  être  "contraire  à  lesprit  de  la  coopération   décentralisée".   On   observera   cependant   que   progresse   le   recours   à   la   conditionnalité,   comme   instrument   de   politique  économique  en  faveur  des  PME/PMI.  Ainsi,  Pacte  PME  International  a  annoncé     que  les  Grands  groupes   français  verraient  lattribution  de  la  garantie  COFACE  sur  leurs  projets  à  létranger  soumise  à  la  vérification  de  la   mobilisation  effective  de  PME/PMI  sur  ces  dits  projets.  ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   18  /  24  
  • ➙ Introduire  une  "fonction  filtre"  pour  distinguer  les  initiatives  les  plus  porteuses  (Hanoï,   Pondichéry,  etc.)  ;  mettre  en  synergie  la  coopération  décentralisée  avec  la   coopération  institutionnelle  nationale,  en  liaison  notamment  avec  lAFD.   ➙ Mieux  utiliser  les  réseaux  de  villes  existantes  :  "un  fort  lobbying  est  à  engager  au   niveau  de  ces  réseaux"20   ➙ S’appuyer  sur  l’implication  de  la  Région  en  coopération  décentralisée  pour  favoriser  la   mobilisation  des  investisseurs  sur  des  projets.  En  résumé,  grâce  à  la  coopération  et  à  ses  experts  publics  et  para-­‐publics,  reconnus  comme  très  compétents,   la   France   a   une   approche   "généreuse   dans   leffort   déchanges   et   de   transferts   de  know  how".  Le  problème  est  "quelle  nen  récolte  pas  les  fruits...  alors  que  le  plus  dur  est  souvent  fait  !".  Doù  nécessité  de  développer  une  vraie  stratégie  public-­‐privé,  dimpliquer  les  entreprises  dans   les   actions   et   sassurer   que   les   entreprises   qui   sont   capables   dexporter   "sont   là   au   bon  moment  prêtes  à  prendre  le  relais".      Axe 4 : Articuler davantage loffre dingénierie privée aux missions publiques.Cette   problématique   concerne   un   large   éventail   des   missions   :   experts   détachés,   chercheurs  intervenant   sur   des   projets   internationaux,   actions   de   formation...   Elle   est   considérée   comme  essentielle,   car   la   France   est   "le   seul   pays   qui   a   autant   dacteurs   publics   qui   se   déplacent   à  linternational".   Les   grandes   agences   durbanisme   publiques   jouent   par   exemple   un   rôle   à  linternational  "qui  apparaît  supérieur  à  celui  de  nimporte  quel  consultant".    Bien   que   la   position   affichée   soit   de   "privilégier   une   complémentarité   entre   experts   de   tous  horizons",  les  Agences  durbanisme,  comme  la  plupart  des  acteurs  publics,  nont  pas  lhabitude  dassocier  les  consultants  privés.  Sauf  exception,  "il  ny  a  aucun  effet  de  levier  pour  lingénierie  privée".   En   ce   qui   concerne   par   exemple   les   actions   de   formation   à   linternational   soutenues   par  la  Région  Île-­‐de-­‐France,  le  constat  est  "quil  y  a  encore  beaucoup  de  travail  à  faire  pour  impliquer  les  entreprises  privées,  la  Région  a  très  peu  dacquis  en  la  matière".    Pour  y  remédier,  plusieurs  pistes  sont  proposées  :   ➙ De  façon  similaire  aux  remarques  sur  la  coopération  décentralisée,  est  soulignée  la   nécessité  pour  les  experts  et  chercheurs  en  mission  à  létranger  de  participer  à  un   dispositif  dalerte  en  temps  réel  des  entreprises  franciliennes,  très  en  amont  des   opportunités  daffaires.   ➙ "Conditionnaliser"  les  appuis  financier  de  la  Région  aux  missions  publiques  à   l’obligation  d’associer  dès  l’origine  des  entreprises.   ➙ Répertorier  le  savoir-­‐faire  francilien  en  matière  de  formation  des  professionnels  de   l’urbanisme  durable  et  constituer  un  réseau  d’experts,  au  sein  des  entreprises  privées,   mobilisables  à  l’international.                                                                                                                  20  Exemples   :   coopération  de  la  Région  Île-­‐de-­‐France  avec  Hanoï,  coopération  décentralisée  lancée  par  lADEME  avec   Pondichéry,   réseau   des   mégapoles   "C40"   (auquel   participe   Paris,   a   obtenu   de   la   Banque   mondiale   le   principe   dun   fonds   "vert"   pour   des   transferts   de   technologies   de   lutte   contre   leffet   de   serre)   ;   réseau   de   "la   convention   des   maires"   (soutenu   par   la   Commission   européenne,   3   000   villes   sengageant   dans   des   programmes   defficacité   énergétique  et  dutilisation  des  EnR)...ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   19  /  24  
  • ➙ Se  saisir  de  la  nouvelle  stratégie  régionale  relative  aux  soutiens  à  la  mobilité   internationale,  en  voie  de  réorganisation  par  "domaines  dexcellence",  pour  valoriser   les  points  forts  de  lexpertise  francilienne  sur  la  ville  durable.  Dans  cette  perspective,  la  formation  constitue  "un  enjeu  très  fort".  Ceci  nécessite  notamment  de  "sortir  des  visions  sectorielles  des  formations",  de  "trouver  un  lieu  permanent  de  formation  où  les  équipes  se  croiseront",  etc.  Il   est   aussi   souligné   que   la   démarche   française   intègre   la   planification   et   la   performance  environnementale  à  long  terme  pour  lensemble  du  tissu  urbain,  tandis  les  opérations  à  lexport  "sont  souvent  caractérisées  par  lurgence  de  bâtir".  Il  faut  donc  mettre  en  relief  limportance  de  cette  "profondeur  de  champ"  et  la  valoriser  par  le  biais  de  think  tanks,  colloques...  à  linitiative  des  pouvoirs  publics  et  académiques.  Doù  la  nécessité  de  programmes  sur  le  long  terme,  impliquant  acteurs  privés  et  publics,  ainsi  que  les  O.N.G.,  dont  le  rôle  peut  être  important  auprès  des  citoyens  pour  faire  évoluer  les  marchés  dans  des  pays  comme  la  Chine  et  lInde  et  pour  intégrer  lingénierie  sociale  aux  démarches  ville  durable.      Axe 5 : Autres pistes importantesAu  regard  des  axes  daction  précédents,  il  apparaît  que  lessentiel  du  travail  à  mener  ne  nécessite  aucun   investissements   lourds   :   il   sagit   surtout   de   "mieux   se   parler",   de   "rendre   visible"   et   de  "travailler  dans  la  cohérence"...  Dans  cette  même  logique,  les  autres  pistes  daction  ci-­‐après  ont  aussi  été  mises  en  avant  par  le  groupe  dentreprises  et  dexperts  réuni  par  lARENE  :   ➙ Inscrire  la  filière  ingénierie  ville  durable  dans  le  Plan  filière  Éco-­‐activités  de  la  Région   Île-­‐de-­‐France.   ➙ Mobiliser  davantage  les  dispositifs  franciliens  existants  d’appui  aux  entreprises  en   faveur  des  entreprises  de  l’ingénierie  urbanisme  durable  :  projets  d’expérimentations   dans  le  cadre  Advancity,  dispositif  PM’UP,  etc.   ➙ Faciliter  l’accès  des  entreprises  franciliennes  de  l’ingénierie  urbanisme  durable  à   différents  dispositifs  nationaux  :  "FASEP  Innovation  Verte",  "Programme   Investissements  d’Avenir",  etc.   ➙ Favoriser  les  groupements  interentreprises  en  encourageant  ladhésion  des   entreprises  franciliennes  aux  Club  et  réseaux  existants  (groupe  daction  du  PEXE,  Clubs   Locaux,  PACTE  PME  International,  Club  ADEME  International,  AFEX,  etc.).          ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   20  /  24  
  • ConclusionLa  présence  sur  son  territoire  de  nombreuses  PME,  de  lessentiel  des  grandes  ingénieries  et  des  sièges   des   grands   groupes   concernés,   ainsi   que   du   Pôle   Advancity   (seul   pôle   de   compétitivité   sur  la   ville   durable),   confère   à   lÎle-­‐de-­‐France   le   premier   potentiel   au   plan   national   en   matière  dingénierie  en  urbanisme  durable.  De  ce  fait,  lÎle-­‐de-­‐France  a  un  rôle-­‐clé  à  jouer  pour  entraîner  à  lexport  lensemble  des  entreprises  françaises  actives  sur  le  marché  de  la  ville  durable21.  La   mobilisation   de   ce   potentiel   passe   par   la   construction   dune   stratégie   partagée   en   direction  des  marchés  internationaux.  Il  sagit  aussi,  en  complément  des  dispositifs  nationaux  déjà  en  place  à  lattention  des  éco-­‐entreprises,  dactionner  plusieurs  leviers  à  léchelle  régionale,  aux  premiers  rangs   desquels   lélaboration   dun   dispositif   vitrine   et   une   véritable   mise   en   synergie   de  lingénierie  privée  avec  la  coopération  décentralisée  et  avec  les  missions  publiques.  Cette   construction   collective   nécessite   un   effort   dans   la   durée,   mobilisant   lensemble   des  structures   concernées,   avec   lappui   de   la   Région.   Elle   ne   va   pas   de   soi,   en   raison   du   problème  récurrent   dindividualisme   des   entreprises   françaises   "qui   reprend   vite   le   dessus   au-­‐delà   des  intentions  affichées  de  collaboration...".  Elle  nécessite  aussi  la  mise  en  cohérence  des  initiatives  "ville   durable   à   lexport"   des   structures   représentant   les   différentes   composantes   de   loffre   et  une  répartition  concertée  des  rôles.    Les   perspectives   au   plan   économique,   comme   à   celui   de   la   contribution   francilienne   au  développement  durable,  justifient  cette  ambition.  Cette  approche  collective  est  indispensable  si  loffre  francilienne  et  française  veut  faire  jeu  égal  avec  ses  principaux  concurrents.  Les  retombées  se   mesureront   non   seulement   en   termes   demploi   et   dactivité   économique   sur   le   territoire  francilien,  mais  aussi  de  contribution  à  la  transition  écologique  des  villes  dans  différentes  régions  du  monde.                                                                                                                      21 Lintérêt dune démarche associant acteurs publics et privés au niveau régional est renforcé par le fait que "lÉtat peut faire peur" aux décisionnaires territoriaux des pays clients.ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   21  /  24  
  • AnnexeGroupe dentreprises et dexperts réuni par lARENE Île-de-FranceParticipants aux ateliers et au séminaire de discussion des conclusions :• Jean-­‐Christophe  AGUAS,  Responsable  R&D,  Le  Sommer  Environnement  • Jean-­‐Claude  ANDREINI,  Vice-­‐président,  Comité  stratégique  de  filière  éco-­‐industries  (COSEI)    • Gilles  ANTIER,  Directeur  Actions  Internationales,  IAU  • Anne-­‐Laure  BARBE,  Responsable  du  pôle  Développement  Durable  des  Territoires,  ARD  • Mathilde  BENDLER,  Responsable  International,  CCI  Versailles  • Stéphanie  BERTHOMEAU,  Directrice  des  Affaires  internationales,  Conseil  Régional  Île-­‐de-­‐France  • Laurent  CAILLEREZ,  Direction  de  lAction  Internationale,  ADEME  • Maggie  CAZAL,  Présidente,  Urbanistes  Sans  Frontières  • Anne  CHARREYRON  –  PERCHET,  Chargée  de  mission,  Commissariat  Général  du  Développement  Durable  -­‐  MEDDTL    • Denis  DANGAIX,  Chef  de  projet  Solidarité,  ARENE  • Pierre-­‐Michel  DELPEUCH,  Directeur  Général,  Atelier  Villes  et  Paysages,  EGIS  • Blaise  DESBORDES,  Direction  Pilotage  Stratégique-­‐Développement  Durable,  CDC  • Manuela  DOBRESCU,  Chargée  de  Mission,  GDF  Suez  • Lorba  DREWRY,  Chargé  de  Mission,  AFD-­‐PFVT  • Dominique  DROUET,  Directeur,  RDI  Consultant  • Patrice  DUNOYER  de  SEGONZAC,  Délégué  général,  ACAD  • André  DURBEC,  Président  du  Directoire,  BIHSE,  Membre  du  Bureau  ADVANCITY  • Julien  GARNOT,  Consultant  Urbaniste  • Clémence  de  GEORGES,  2EI,  Groupe  VEOLIA  Environnement  • Laurence  GHAMLOUCHE-­‐VERDIERE,  CCI  Paris    • Catherine  GOBILLOT,  Architecte,  Atelier  Philippe  Madec  • Romain  GUIBAUD,  Chargé  de  Mission,  ALTO  Ingénierie  • Sanem  GUNURUM,  Conseil  Régional  Ile-­‐de-­‐France    • Madeleine  HOUBART,  Secrétaire  générale,  AFEX  • Florence  JASMIN,  Chargée  de  Mission,  BURGEAP  • Didier  JEAN,  Unité  des  Affaires  internationale  et  européennes,  Région  Ile-­‐de-­‐France  • Eric  LESUEUR,  Président  Directeur  Général,  2EI,  Groupe  VEOLIA  Environnement  • Stéphane  LUTARD,  Chargé  de  mission,  AFEX    • Jean  Robert  MAZAUD,  Président,  BLUE  HOLDING  • François-­‐Xavier  MONACO,  Directeur,  Les  EnR  • Natacha  MONNET,  ADEME  DR  Ile-­‐de-­‐France  • Anne-­‐Céline  MOTHES,  Chargée  dopérations  éco-­‐entreprises,  UBIFrance  • Hubert  PENICAUD,  Directeur  Général,  Pénicaud  Green  Building,  Groupe  SNC  LAVALIN  • Jean-­‐Luc  PERRAMANT,  Consultant  Urbaniste  • Anne-­‐Marie  QUIRKE,  Chargée  de  Mission,  TERAO    • Michel  RAOUST,  Président  Directeur  Général,  TERAO,  Vice  Président  ICEB  • Pierre  RAYNAUD,  Chargé  de  Mission,  ALTO  Ingénierie  • Vincent  RENARD,  Conseiller  de  Direction,  IDDRI  • Irène  SALENSON,  Chargée  de  Mission,  AFD-­‐PFVT  • Thomas  SCHECK,  Directeur,  PROFILE  • Dominique  SELLIER,  Directeur  pôle  Prospective,  ARENE  • Denis  TERSEN,  Directeur  Général,  ARD,  Jean  Jacques  THOMAS,  Consultant  ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   22  /  24  
  •  Ont aussi été consultés :• Olivier  ARQUIE,  Directeur  général  adjoint,  ALTO  Ingénierie  • Christophe  CHEVILLON,  Directeur  Général,  Environnement  SA,  Délégué  des  Entreprises,  Club  ADEME  International  • Thierry  DELARBRE,  Directeur  général,  Advancity    • Bruno  LHOSTE,  Directeur  Général,  INDDIGO  • Bertrand  PORQUET,  Direction  de  laménagement  urbain  durable,  GDF  Suez    • Laetitia  QUILICHINI,  Chargée  de  mission  Mobilité,  Unité  Développement,  Conseil  Région  Île-­‐de-­‐France        ARENE  Île-­‐de-­‐France  -­‐  Étude  Ingénierie  francilienne  à  lexportation  en  urbanisme  durable  -­‐   23  /  24  
  •   L’ARENE Île-de-France      L’ARENE favorise l’intégration du développement durableen Île-de-France    Notre objectif>> Repérer, susciter et diffuser les pratiques de la transition écologique et sociale et dudéveloppement durable auprès des acteurs et des territoires, en particulier sur les questionsliées aux problématiques de l’énergie et du climat, en cohérence avec les priorités politiquesrégionales et les attentes des collectivités franciliennes.>> Impulser et participer à la mise en mouvement des territoires franciliens.    Cinq missions principales Accompagner les collectivités territoriales franciliennes dans le développement de projets de territoires   Animer et participer aux réseaux d’acteurs environnementaux et socio-économiques et favoriser leurs échanges   Repérer, promouvoir et diffuser les actions innovantes sur le territoire francilien   Mettre à disposition et produire les ressources nécessaires   Apporter ressources et expertises à la Région.                                   ARENE Île-de-France – 94 bis av. de Suffren 75015 Paris Tel. 01 53 85 61 75 – www.areneidf.org Date de publication : mars 2012