Les animations en bibliothèques Pourquoi Comment
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Les animations en bibliothèques Pourquoi Comment

on

  • 15,725 views

 

Statistics

Views

Total Views
15,725
Views on SlideShare
11,849
Embed Views
3,876

Actions

Likes
5
Downloads
99
Comments
0

9 Embeds 3,876

http://www.scoop.it 3695
http://biblio.gironde.fr 165
http://www.pearltrees.com 10
http://webcache.googleusercontent.com 1
https://www.google.fr 1
https://twitter.com 1
http://www.google.be 1
http://www.google.fr 1
http://macimomarco.tumblr.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Les animations en bibliothèques Pourquoi Comment  Les animations en bibliothèques Pourquoi Comment Presentation Transcript

  • Eric Durel - Bibliothécaire - Formation - Réseau Bibliothèques des Comores - 0ct Nov 2011 Les animations en bibliothèques ? Pourquoi ? Comment ? Mardi 1 et 2 novembre 2011
  • Les animations en bibliothèques ? Pourquoi ? Comment ?
    • Pourquoi des animations en bibliothèques ?
    • Des animations comme vecteur de nouveaux publics
    • Des animations comme possibilité d'une autre représentation des bibliothèques
    • Des animations au service d'une politique culturelle ou éducative des tutelles
    • Des animations en partenariats
    • Présentation des différentes animations possibles (par public et par type d'actions)
    • Calendrier des animations
    • Budget, communication et évaluation
  • Pourquoi des animations en bibliothèques ? Depuis une vingtaine d'années un changement d’orientation dans la politique des bibliothèques place le public au coeur de leurs missions. La bibliothèque est donc dans le même temps qu'elle passait au statut de médiathèque (multi-supports) ets bien devenu un lieu pluri-actif (multi activités) En France (études CREDOC) presque la moitié des fréquentants viennent y faire autre chose que du prêt d'ouvrages  : exposition, conférences, rencontres, écoute musicale, films, lecture, ateliers multimédia,
  • Pourquoi des animations en bibliothèques ?
    • Ainsi, l’action culturelle a été développée par les bibliothécaires pour :
    • mettre en valeur leurs collections
    • toucher de nouveaux publics peu sensibilisés à la lecture, se faire l’écho de l’actualité
    • proposer des pistes de lecture de l’information
    • former des lecteurs-citoyens
    • Cet ensemble portera le nom de politique culturelle
  • Vers une politique culturelle ... Élaborer un programme d’action culturelle (nos animations en bibliothèques ) nécessitera des choix, des modes d’action dont la particularité sera TOUJOURS de faire référence aux documents présents dans la bibliothèque : théâtre, lecture, musique, art multimédia… Ces choix définissent une politique culturelle et engagent la bibliothèque pour une lisibilité de son action dans son territoire (commune)
  • Vers une politique culturelle … de nos bibliothèques ! Partie intégrante du métier de bibliothécaire, la mise en place d’une politique culturelle nous mobilise donc au titre de notre mission de lecture publique au même titre que nos autres activités ! Cette mise en place répond à un certain nombre d’exigences afin que la politique culturelle de l’ établissement s’harmonise avec celle de nos tutelles et aussi toutes les étapes de la chaîne du livre
  • Vers une politique culturelle … de nos bibliothèques ! Plusieurs phases seront à détailler : 􀂃􀀃 dimensionnement des actions, importance et budget 􀂃􀀃 inscription dans le contexte culturel local 􀂃􀀃 harmonisation avec le fonds 􀂃􀀃 pérennisation des événements 􀂃􀀃 évolution des équipements 􀂃􀀃 partenariats, économie d’échelle, réseau
  • Dimensionnement des actions 1.1. Les locaux Le choix du type d’action se définit de préférence à partir de la nature des équipements disponibles. Une salle équipée de cimaises valorise mieux les oeuvres, les expositions étant plus précises et complètes qu’un accrochage uniquement dans les lieux de prêt. Pour l’accueil de conteurs, d’auteurs une salle suffisamment vaste est nécessaire. Une salle multimédia ou un lieu de projection permettent la présentation d’art vidéo, une participation à la fête de l’Internet, la création en réseau… Cependant il y a souvent la possibilité d’adapter un événement aux contraintes des locaux : un café littéraire peut se faire au centre de la médiathèque... Un atelier poésie sur une place … etc
  • Dimensionnement des actions 1.2. Le budget Du point de vue comptable, l’action culturelle est sur une ligne budgétaire différente de celle des acquisitions. Un projet annuel d’événements culturels, quel que soit son importance instaure et valorise un budget spécifique. C’est également une étape indispensable pour demander des subventions . La lisibilité de ce budget est donc essentielle. Définir un budget pour un an ou pour un événement implique de prévoir chaque poste à financer pour chaque événement. Un dépassement de budget est toujours désagréable. Le choix de partenaires privés — enseignes commerciales, fondations, entreprises — peut avoir des conséquences sur l’image de l’événement elle est donc à choisir avec discernement, car il est important de travailler avec le réseau commerçant local.
  • Dimensionnement des actions 1.3. Les spécificités selon la nature des actions : Différentes actions exigent des dispositions particulières qui influeront sur le budget, sur le fonctionnement ou sur les équipements du lieu. Les expositions nécessitent un transport, une assurance, une surface linéaire, des conditions d’accrochage de qualité. Le conte, les lectures, les conférences obligent à l’équipement d’un lieu (micro, sons, …) , aux paiements éventuels des intervenants ou artistes selon différentes modalités. Les ateliers exigent des installations favorisant la création des participants, le matériel adapté à la thématique de l’atelier, Le multimédia , des machines adaptées, un réseau informatique Les projections , une salle et du matériel à même de valoriser les oeuvres. Conseil : chaque intervention d’une personne extérieure pour ces actions nécessite de conventionner cette collaboration même si elle est gratuite.
  • Inscription dans le contexte culturel 2.1. Le contexte local Un projet culturel n’est pas seulement la mobilisation d’un savoir-faire technique. Il est aussi, dans sa conception, le reflet d’une réflexion. Il s’agit de créer les bonnes conditions pour présenter une oeuvre que l’on veut faire partager, que ce soit un texte, une peinture, un dessin, un film…Si des actions comme l’heure du conte peuvent se réduire à la venue d’un conteur pendant une heure, l’exigence souhaitée, la préparation du lieu, la synthèse des contes programmés sur l’année relèvent de la politique de l’établissement. Créons des événements auxquels on a envie de participer ; que l’on a du plaisir à concevoir !
  • Inscription dans le contexte culturel 2.2. Le contexte communal La connaissance des autres événements culturels de la commune est indispensable pour être plus précis dans sa programmation, éviter des redites, pour créer une synergie entre les différents événements et les partenaires. La collaboration entre les différentes structures : lieux de spectacles ou lieux privés, associations, OG, ONG, écoles, collèges, universités, ministères ou institutions, représentations diplomatique (Francophonie, UE), artistes ou regroupement d'artistes, écrivains, libraires, …) est toujours un atout !
  • Inscription dans le contexte culturel 2. 3. Harmonisation avec le fonds L’effet peut être double >> >> Une action peut émaner des caractéristiques du fonds — fonds thématique, richesses spécifiques…, >> elle peut également l’enrichir avec une politique d’acquisition qui découlera de la programmation culturelle du lieu : ex fonds cinéma Les événements seront ainsi prolongés par extension du fonds : ex Fonds philo pour les jeunes suite à des Goûters Philos ; Fonds Poésie océan Indien suite aux Printemps de poètes ; Fonds BD Afrique suite à une animation autour de la BD ; Ouvrages d'un auteur suite à sa venue, etc ...
  • Équipement 3.1. Le matériel en interne Le matériel disponible — vitrines d’exposition, cimaises, éclairage, sonos, vidéo projecteur, équipement informatique — finit d’orienter le choix et les possibles des événements envisagés. 3.2. Achat et économie d’échelle Une politique d’acquisition de matériels destinés aux actions culturels du lieu sera d’autant plus pertinente qu’elle est destinée à des actions qui vont se pérenniser. Acheter des cadres pour une exposition est d’autant plus intéressant que celle-ci ne restera pas occasionnelle. Des investissements peuvent être faits pour équiper un lieu et être amortis sur plusieurs années par tutelles
  • Équipement 3.1. Le matériel en externe Connaître le matériel (les locaux aussi!) disponible chez d'autres partenaires — vitrines d’exposition, cimaises, éclairage, sonos, vidéo projecteur, équipement informatique — permet de prévoir des événements non possible sur ses propres ressources : Hôtels restaurants, lieux de spectacles ou lieux privés, associations, OG, ONG, écoles, collèges et lycées (publics ou privés) , universités, ministères Comoriens ou institutions, représentations diplomatique (Francophonie, UE), artistes ou regroupement d'artistes, écrivains, libraires, …) et les grandes entreprises du secteur Conseil : chaque partenariat nécessite une convention
  • La gestion administrative Il Il faut au préalable cibler la forme d’activité pour laquelle l’écrivain/l’artiste est sollicité : r encontre, lecture, débat, atelier d’écriture, résidence de création, petit spectacle. Une fois l’activité déterminée, prendre contact avec l’écrivain/l’artiste le plus en amont possible du projet ; en particulier p our un projet pédagogique ou une résidence. L’objet du contact est de se mettre d’accord sur le contenu, les termes et les modalités pratiques et financières du projet : type d’activité, publics, durée, dates, lieux, rémunération.
  • La gestion administrative Il Confirmer par contrat, à l’intervenant les termes de son intervention : lieu, date, type d’activité, montant de la rémunération ou gratuité, prise en charge des frais de déplacement ou non, d’hébergement et de restauration, nom de l’employeur. L’ensemble de ces démarches garantit pour l’employeur (la bibliothèque organisatrice) la légalité de son mode de rémunération , pour l’écrivain/l’artiste la rétribution et la couverture sociale auxquelles il a droit au titre de ses activités en tant qu’auteur/artiste.
  • Présentation des différentes animations possibles (par public et par type d'actions Il Attention, ce travail est une sélection et non une liste définitive Pour l'action culturelle comme pour toute activités il faut savoir répondre à des questions essentielles : QUOI ?, POUR QUI ?, OU ?, POURQUOI ?, COMMENT ?, AVEC QUI ?, COMBIEN ? QUAND ?
  • POUR QUI ? 15CSP QUOI ? 18TAP = 270 AP Petite enfance Jeune Adolescent Adultes Tout public Seniors Scolaires Collégiens Étudiant Apprenant FLE Enseignants Universitaires Chercheurs Professionnel d'un secteur Publics spécifiques Contes / Comptines /chansons nourrice Lecture publique / Moment lecture Ateliers (+de 10 sortes) Jeux (dans les murs et en ligne) Concours (local ou national) Livres aux trésors Goûter Philo Animations avec un livre Expositions Conférences / Table ronde Colloque / journée pro Moment de conversation Café citoyen / Café Philo Café nouveautés / découverte collections Invitation d'auteurs / résidence Spectacles (théâtre, musique, …) Folklore national ou pratique locale Projection cinéma (animation, doc, fiction) Informatique et multimédia
  • ET VOUS ? FAITES VOUS DEJA DES ANIMATIONS PRESENTES DANS LA LISTE ? … .............. … .............. … .............. … .............. … .............. … .............. … ..............
  • Des animations c'est aussi un calendrier ! Calendrier annuel possible de l'action culturelle : les entrées au-delà des récurrences de vos bibliothèques Les journées Mondiales (cf liste) Les journées Nationales (liste à faire) La semaine de la Francophonie – Mars Le Printemps des poètes La Fête de l'Europe La Fête de la Musique La fête de la science A vous de lire (Ancien Lire en Fête) Les fêtes nationales (Comores et nationalité représentative des communautés présentes) Les grands événements sportif planétaire (Mondial, JO, CAN, etc ...)
  • Annexe : les banques d'images pour illustrer votre communication La Banque d'images (BI) L'ADAGP a ouvert son site Banque d'Images (http://bi.adagp.fr) en octobre 2001. Elle est constamment enrichie et compte actuellement plus de 11 000 images. La Banque d’images de la Bibliothèque Nationale de France La BnF met en ligne sur son site Internet, la Banque d’images du service reproduction, accessible sur www.images. bnf . fr .
  • Des questions ? Eric Durel - Bibliothécaire - edurel @cg34. fr Conseil Général de l’Hérault Médiathèque départementale Responsable de la médiathèque PierresVives