0
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedSession JUI...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

These

2,652

Published on

0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
2,652
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
151
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "These"

  1. 1. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedSession JUIN 2003PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUEREPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIREFaculté des sciences de l’ingénieurUNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOUMinistère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifiqueDEPARTEMENT D’ARCHITECTUREPROJET DE FIN D’ETUDEOPTION : HYPOTHESE POUR UN PLAN PROJETTHEME : PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUE
  2. 2. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUEREMERCIEMENTS ET DEDICACESSession JUIN 2003Nos sincères remerciements et une profonde reconnaissance a nospromoteurs MrBETROUNI .O , MrLABRECHE . L et MrSADOK . S qui nousont suivi et orienté tout le long de l’année.Nous remercions également MelleSABIHA , la directrice du musée deTipasa pour ces orientations .Nous remercions les responsables de la bibliothèque , les archives et la salleinformatique, du département d’architecture de Tizi-ouzou ( MOUSSA, ALI , amiSAID et Nadia ). Nous tenons encore à remercier vivement notre ami DJAMEL LOUTIS pour sonaide inestimable . A tous les étudiants qui nous ont aidé de prêt ou de loin pour l’élaboration de cemodeste travail . Enfin, il nous est agréable, d’exprimer nos sentiments envers les membres dejury qui ont bien voulu nous honore et assister à la soutenance , et évaluer nosefforts .
  3. 3. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUEPLAN DE TRAVAILSession JUIN 2003 La première partie :Sera consacrée au corpus théorique et se divise en trois chapitres : Le premier chapitre : il sera consacré à l’histoire de la villeLe deuxième chapitre : sera consacré à la présentation de l’approched’ALBERT LEVY. Le troisième chapitre : Ce chapitre sera réservé à la présentation dela démarche de notre atelier qui découle de l’approche d’ALBERTLEVY .Deuxième partie :Cette partie est une succession logique de la première. Elle consiste àappliquer l’approche de notre atelier sur un cas d’étude concret(Tipasa).Le résultat de cette étude sera :1 Elaboration d’un projet de contrôle de la morphologie urbaine.Elaboration d’un projet de contrôle de la forme urbaine.Troisième partie :Elaboration d’un projet d’architecture.Une conclusion générale clôt notre travail.
  4. 4. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003INTRODUCTION :Comprendre la vile « lieu des pratiques sociales, économiques etculturelles »s avère être une réalité urbaine qui nécessite une étuderétrospective de sont phénomène urbain.La genèse de la ville est le résultat d ’un long processus évolutif, marquépar la révolution agraire du néolithique et la révolution urbaine de l âgede bronze.l avènement de la révolution industrielle engendre une rupturebrusque dans son évolution: c ’est la crise de la ville.Problématique: quelle sera l ’alternative permettant d ’apporter desréponses spatiales pour une continuité historique a ces centres?.PREAMBULE :Les centre historiques, après avoir été longtemps marginalisés par lesdifférentes politiques urbaines, principalement celles inspirées par lacharte d Athènes, ont connues un regain d intérêt a partir des années60. il constitue pour les théoriciens et praticiens un axe de travailimportant.placé dans une perspective de rénovation, la continuitéhistorique est avancé comme un moyen de conservation.Les centres historiques qui constituent un potentiel référentiels sontconçus pour contenir un vécu et remplir une fonction de construction.Parallèlement l état des villes contemporaines, les bons lieux(lieus denuls part),la standardisation, et notamment la perte et le déclin desespaces public-collectifs révèlent un aspect de désordre.
  5. 5. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Proposé P. C . C . PPlan de conservation / conformationDe l ’existant P . C . C . EInstrument d ’urbanismeDe conservation De transformationS . Urb = S . P S . C S . E .P . C S .FDegré d’urbanitéStructure de l ’urbainProjet urbainS . Urb = S . P + S . C + S . E .P . C + S .FStructure de permanence Structure fonctionnelleStructure des E.P.CStructure de conformationCaractères de l ’urbainContenu urbainFigurativisationConformationDistributionExpression urbaineNiveau visuel ou visuEtude de la forme urbaineAnalyse diachroniqueProcessus de formation et de transformationAnalyse synchroniqueRègles d ’interventionsFaire la ville dans la ville Faire la ville depuis la villeInstrument de contrôleLa ville comme structureIndissociabilité del’architecture et de la villeE.P.C comme composantefondamentale de la villeDébat sur la villeLes discours théorique normatifs Les discours théorique cognitifsCourantprogressisteSur le plan de laforme urbaineSur le plan ducontenu urbainCourantculturalisteL’APPROCHE D’ALBERT LEVY DANS LE CADRE COGNITIF
  6. 6. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Contenu urbainAspect philosophiqueExpression urbaineModénature Plastique urbainArchitectureTexture FigurativisationDistribution typologiqueDistribution urbaineCahier des charges comme règlement pour l élaboration du projet urbainDe la forme urbaine à la forme architecturaleCahier des charges comme règlement pour l élaboration du projet architectureProjet d ’architecture Contrôle de la morphologie architectureEchelle locale Echelle plus localeEchelle globaleL ’ensemble des élément (axes et points )de construction de ce projet d ’architectureContrôle de la forme architecturaleAspect pratiqueExpression architecturaleDistribution architecturaleExpression architecturaleL ’aspectualisation de l ’espaceProgramme fonctionnelL’APPROCHE D’ALBERT LEVY DANS LE CADRE NORMATIFAnalyse historiqueCaractères de l ’urbainProcessus de formation et de transformationS . Urb = s - p + s - c + s - e - p - c + s - fStructure de conformationStructure de l ’urbainProblématique individu de chaque élémentProblématique individuéeStructure de l ’E . P . CStructure de permanenceProjet urbainContrôle de la morphologie urbaineContrôle de la forme urbaineEtude de la forme urbaineL ’ ensemble des alternatives aux différentesproblématiques déjà posés en plus des tracésde conformation proposés par ces dernières
  7. 7. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003•TIPASA, chef-lieu de wilaya, se situe à 70 km environ,à l ’ouest d ’Alger. Elle occupe les trois premierspromontoires du littoral oriental du CHENOUA.Le site de Tipasa présente de grandes potentialités quipeuvent avantager le développement de la ville .•La mer : atout de base de la ville•le relief : caractérise par des courbes de niveaux parallèleà la mer , ce qui favorise l ’ouverture vers celles ciLA CONFIGURATION NATURELLE :Le relief terrestre est matérialisé par des courbes deniveaux parallèle à la mer , ce qui ordonna uneorientation perpendiculaire à la mer et une directionaxiale Est -Ouest .•TIPASA, site du patrimoine mondial depuis 1983,classé dans l ’inventaire des monuments universels,vu l ’originalité des structures antiques toujoursapparentes et lisibles.SITUTION A L ’ECHELLE :TIPASA est le pointd ’articulation entre trois pôlesd ’attraction :•Alger et l arrière pays centre-est( une partie de la MITIDJA et ELHAMA ) .•CHERCHELL et l arrière paysouest ( la vallée du CHLEF etHAMMA RIGHA).•MITIDJA et l arrière payscentre .LE CHOIX DU SITE :
  8. 8. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003ETUDE DIACHRONIQUE : FAITS HISTORIQUES :•Découverts du site.•Arrivée des phéniciens.“ Passage ”, c’est ce que le nom de “ TIPASA ”signifie en punique.Devant l’absence des données archéologiques etlittéraires concernant l’époque préhistorique, laquestion reste toujours posée :Existe-il une bourgade autochtone avantl’arrivée des phéniciens ?FAITS URBAINS :1 Fait urbain : Phase dedécouverte, observation et choixdu site.2 Fait urbain : Phase de préinstallation , caractérisée par laconstruction du port primitif auniveau des deux îlots.3 Fait urbain : Phased’installation , établissementd’un petit comptoir d’échange,conséquence de premier acte.4 Fait urbain : Phased’occupation , caractérisée parun comptoir plus pratique etplus important, attesté par laprésence des nécropoles Est etOuest.Pourquoi les phéniciens ont-ils occupé les cotes Nord-Africaines ?Le désir de découvrir é tait une raison de récupération maisle bute commercial était la raison fondamentale1) EPOQUE LYBICO-PUNIQUE :
  9. 9. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003EPOQUE DES ROYAUMES INDEPENDANTS :Apres la chute de Carthage, Tipaza a été investi par des berbère. Leur passage ne semble pas, avoirlaisser de traces. Jusqu’à présent, les fouilles effectuées à Tipasa n’ont pas permis de déterminer lesdifférentes étapes que les royaumes maures ont connues.2) EPOQUE ROMAINE :1erfait urbain : ville primitive 46 APRES JC.• Tipaza romaine s’est implanté sur le promontoirecentral avec un tracé qui épouse celui de la villepréexistante.• Edification d’une enceinte structurée par deuxaxes CARDO-DECUMANUS percée par deuxportes.• L’intersection des deux axes détermine le forum,autours s’articulent les édifices publics a savoir : labasilique judiciaire ,le curie, le capitole, le temple.
  10. 10. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20032emefait urbain : ville civile 145-147 après J C :• Attribution du doit latin ( statut municipal) et extension dela ville.• Franchissement des limites , et l’édification de nouveaucartier.• Le changement du tracé ( CARDO-DECUMANUS )selon les données topographiques.• L’édification des constructions publiques a la partie bassede la ville.3emefait urbain : ville chrétienne :• L’avènement du christianisme au milieu du 3éme siècle, et latransformation des édifices pains(paganisme),(capitole,temple….).• Construction de nouveaux édifices religieux(basiliques…).Spécificité de la ville romaine a Tipasa :-l’excentricité du forum-au lieu du Cardo c’est le Decumanus qui est orienté ver le nord.-L’orientation du théâtre par apport au Decumanus.
  11. 11. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20033) EPOQUE VANDALE :La structure de la ville romaine futgardée , les transformationsimportantes sont :•La destruction du mur de rempartpour des raisons religieuse.•L’embellissement de la basiliqueSAINTE-SALSA.Quelle était l’attitude des byzantine envers la villepréexistante ?La rivalité entre catholiques donatistes finit entraînerla destruction de la ville antique vers la fin de VIemesiècle .(il a été remarqué l’existence de quelque structuresbyzantine au niveau du temple anonyme)La ruine définitive de Tipaza est incombéeaux Fatimides ,ce que lui valut le nomde“ TEFESSED ” , “ LA RUINEE ”.4) EPOQUE BYZANTINE :5) EPOQUE MUSULMANE :
  12. 12. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20036) EPOQUE COLONIAL :FAITS HISTORIQUES :- l’administration française redonne un nouveau souffleà la ville.- la constitution de la commune de tipasa.PERMANENCES :-récupération de tracé déjà existant ( romain :parcours et mesures ).- édification du village colonial sur la partiecentrale de la ville intra-muros.- barrière, limites et bornes de croissances ( parcs,mer et portes ).TRANSFORMATIONS :- le siège de l’APC à la place de l’église.- franchissement de limites.- prolongement des cheminsd’exploitations en chef lieu de lacommune.Légende :Légende :Tracée de DEMALGALAIVEPlan de récupération DEMALGALAIVEAxe de structuration delà conformationCardo-DecumanusLe noyau colonialMonument s romainAxe de structuration et de conformationCrado-DecumanusRécupération de l’actus romain
  13. 13. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Construction de lîlot industrielleLégende :Construction de la mairieLes chemins agricoles1erFAIT URBAIN :- le plan de colonisation illustre parfaitement leposte libéral et avait le caractère évangélique,matérialisé par la mise en évidence de l’égliseet les éléments de permanences historiques enprennent les édifices comme monuments fortset les axes importants comme axes structurants.2emeFAIT URBAIN :Naissance de village agricole 1854 – 1861 :- projet DEMONCHY : 1861-l’édification de village de colonisation à moitié réalisé à causedes idées conservatrices- l’apparition du tracé agricole comme un système hiérarchiséavec une direction dominante, celle de l’axe nord-sud-l’emplacement privilégie prévu pour l’église, traduit lesvaleurs politiques de cette période (le pouvoir de clergé).Légende :Tracée agricole de DEMONCHYPartie propose par DEMALGALAIVE
  14. 14. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20034emeFAIT URBAIN :- de seconde lancement de la ville 1887 -1958 :- construction d’une mairie sur l’emplacementde l’église qui était décalée pour venir sepositionner à coté de celle-ci (le passage depouvoir évangélique au pouvoir laïc ) .- croissance par densification des îlots et leparcours du littoral se confirment comme axe etsupport de croissance pour la ville avec lacréation des îlots à l’est3emeFAIT URBAIN :La construction de l’îlot industriel 1861-1887 :- le village colonial à connu une premièreextension de l’îlot chai-traîneaux etl’aménagement du port.- des îlots conduiront à se densifier.Les nouvelles constructionsLes nouvelles constructionsLégende :Légende :
  15. 15. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20035emeFAIT URBAIN :- Tipasa passe du monde decroissance continue, au modede croissance discontinue.- le franchissement des limitesmarqué par la construction d’unvillage de regroupement “ ouedmerzoug ”.- tracé régulier, se développantle long de parcours territorial(vers kolea) ou convergentl’ensemble des autres voies.- l’entité à oued merzoug estreliée au noyau colonial par desvoies ou des cheminsd’exploitationagricole devenus voies dedistribution.Les nouvellesconstructionsLégende :
  16. 16. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20037) EPOQUE POST COLONIAL :FAITS HISTORIQUE :les parcs archéologiques furent classés aupatrimoine universel des monumentshistorique en 1983 .FAITS URBAINS :1erfait : la ville en fragments 1962 - 1984 :une croissance discontinue est accentuéepar la construction d ’un village socialiste(agricole ) .•Edification d ’une grande mosquée sur laplace des martyrs .•La ville se développait en fragment quis ’étend sur le territoire actuel .2emefait : de la ville en fragments à la villeéclatée , l ’état des lieux•En 1985 ,la ville de Tipasa a connu lepassage au statut de chef lieu de wilaya .•La ville a connu une extension rapide ,plusieurs construction viennent remplir lesterrains vacants de la périphérie .PERMANENCES :le tracée colonial ainsi queles sites archéologiqueTRANSFORMATIONS :•La mosquée édifiée sur la place des martyrs( substitue à l ’église ).•Extension de la ville vers l ’ouest (périphériemoderne ).•Franchissement des barrières , bornes et limites decroissance de la ville .Les nouvelles constructionsLégende :
  17. 17. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003•Historique :L’histoire de TIPASA commence avec ces téméraires navigateurs et marchands phéniciens,qui sillonnèrent la Méditerranée afin d’y fonder à des distances plus au moins régulières descomptoirs de 30 à 40km.- Un port primitif fût crée au niveau des deux îlots, l’existence de celui ci a été démontré par ladécouverte archéologique, obtenue par une équipe Britannique en 1968.- Un comptoir d’échange et de commerce, a été créé au niveau du promontoire Est.- Un deuxième comptoir commercial plus important, a été réalisé au niveau du promontoirecentral.- Un deuxième port a été aménagé à proximité de ce comptoir.Le port a gardé sa vocation, à savoir d’échange et de commercedurant la période romaine et byzantine, jusqu’à l’arrivée descolons, qui décidèrent de faire une débouchée maritimepermettant l’acheminement des produits agricoles de la MITIDJA.1) LES ESPACES LIBRES :ANALYSE DES CARACTÈRES :• Le port :
  18. 18. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003- Historique :La place du port servait d’escale entre IOL et ICOSIUM àl’époque phénicienne, devenue support d’échangecommercial et d’attraction touristique à l’époque française.- Historique :Issue du premier tracé colonial de 1854, elle a une forme trapézoïdale, située à lalimite de la cité romaine.Elle articule entre la partie basse et la partie haute de la ville.• La place des martyrs :• La place du port :
  19. 19. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20032) LES AXES :- Historique :C’est un axe antique qui date de l’époquephénicienne, il servait de liaison entre IOL etICOSIUM.- Historique :Elle date de l’époque coloniale, reliant deux pôles decroissance :le port et la place desmartyrs (une percée visuelle ).La rue du port est perpendiculaire à l’axe territorial quirelie IOL à ICOSIUM.• La RN 11 :• La rue du port :
  20. 20. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003- Historique :Datant de l’époque coloniale, elle assure une liaison entreles deux parcs archéologiques Est et ouest. Cet actedétermine le souci de mise en valeur des monuments de lacité romaine de la ville de TIPASA.- Historique :Issue du premier tracé colonial de 1854,c’est une limite qui consolide levillage colonial et la partie extra –muros, constituant aujourd’hui lapériphérie moderne.• La rue du musée :•La rue des écoles :
  21. 21. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003- Historique :Issue du premier tracé colonial de1864, c’est une limite duvillage colonial d’une part, et du parc Ouest d’autre part .Lieu d’échange social intense, elle est le prolongement de la ruedu musée marquant ainsi, le passage de la rue mécanique à larue piétonne.Aujourd’hui, elle est un axe de promenade touristique.- Historique :La rue de la mairie est issue du premier trace colonial de1854,elle est support de plusieursactivités administratives, culturelles et économiques.• La rue de la mairie :• La rue piétonne :
  22. 22. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 20033) LES ELEMENTS SINGULIERS :• La mairie (APC) :- Historique :La commune de TIPASA a été constituée le27 mars 1886,cechangement de statut fut matérialisé par la constitution d’unemairie sur l’emplacement prévu pour l’église.Cela est du à la confirmation du pouvoir laïque, qui coïncide avecla troisième république en France.Elle fut construite en 1933.- Historique :Selon le plan de colonisation de DEMALGALAIVE, le caractèreévangélique est matérialisé par la mise en évidence de l’église. Elledevait être implantée sur l’emplacement de l’actuelle mairie, cechangement est du à la confirmation du pouvoir laïc qui coïncideavec la troisième république en France.• L’église :
  23. 23. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003- Historique :Située sur la rue de la mairie, elle fut édifiée à l’époquecoloniale. Elle était initialement une école des sœurs blanchesd’une grande valeur symbolique pour l’époque.Après l’indépendance, elle fut reconvertie en Académie.- Historique :Située à l’intersection de la rue du port et de la RN11, ellefut construite à l’époque coloniale.• La Poste (PTT) :• La maison des sœurs (académie):
  24. 24. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003- Historique :Lieu d’échange socioculturel construit en 1962, rassemblantdes objets antiques retrouvés dansles deux parcs archéologiques et le centre historique.- Historique :Située à proximité du parc, construite à l’époquecoloniale pour des nobles, actuellementelle est fermée.• La villa Angelvy :• Le musée :
  25. 25. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003- Historique :Hôtel de rivage à l’époque coloniale, c’était un lieu d’attraction touristique.Après l’indépendance, il fut reconverti en centre maghrébin.- Historique :En 1861, TIPASA connut la première extension vers le nordmatérialisé par la construction de l’îlot industriel chai-Trémeaux.Après l’indépendance, Il devient centre artisanal et parfois undépôt pour la douane et le port .• Chai - Trémeaux - unité de fabrication :• Centre maghrébin :
  26. 26. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003STRUCTURE DE PERMANENCELégende :élément a haut degré de permanenceélément a faible degré de permanenceLimite de croissanceFait urbain majeurFait urbain majeur altèreFait urbain mineurFait urbain mineur altèreBorne de croissanceRelation de parentéRelation d’interdépendanceRelation dialectiqueRelation de causerie
  27. 27. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003STRUCTURE DE CONFORMATIONAxe de symétrie parallèleAxe de symétrie parallèleAxe de symétrie perpendiculaireAxe de limiteCentre de masse d’élémentCentre de gravité d’élémentElément ordonnateurElément inducteurElément induitConformation par intérêtConformation par ordonnanceConformation d’usageConformation par fonctionConformation par obéissanceConformation visuelleConformation par constructionConformation par connexionConformation par récupérationConformation par consolidationConformation par strateLégende : Tour de retour de l’enceinte romaineTour de contrôle de l’enceinte romainePoint fictif au niveau du portAxe structurant ordonnateur de la conformationSystème de distribution parcellaire du noyau colonialeRécupération des dimensions de la basiliqueNIVEAU LOCAL NIVEAU GLOBAL
  28. 28. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003STRUCTURE DES E.P.CLégende :Relation de proximitéRelation de complémentaritéRelation d’intérêtRelation d’annexionRelation de dépendanceRelation de d’interdépendanceRelation de libérationRelation de juxtapositionRelation de fermetureLinéaireGlobaleLocalePolaireStructuration formelleStructuration morphologiqueStructuration socio-culturelleStructuration socio-politiqueStructuration socio-économiqueStructuration active (globale )Structuration passive (globale )Structuration active (locale )Structuration passive (globale )
  29. 29. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Entité archéologiqueEntité portuaireEntité des quatre îlotsEntité administrativeEntité périphérie moderneLégende :LES CINQ STRUCTURES FONDAMENTALES DELA VILLE DE TIPSA
  30. 30. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003
  31. 31. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003
  32. 32. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003LECTURE DE LA FORME URBAINE EXISTANTE :CONTENU URBAINDistribution typologiqueNIVEAU GLOBALLe noyau deTipasa souffred’un manqueflagrant enmatièred’infrastructureculturelles etéconomique.Aire touristico-culturelleAire portuaireAire résidentielleAire administrativeAire culturelleConstat :• La relation entre ces différentesaires se manifeste par unehiérarchisation de la voiriepermettant ainsi les interrelations etles communications entre elles.A.P.C Espace privé collectif Espace privé individuelCommerce Habitation jardin
  33. 33. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003CONTENU URBAINDistribution typologiqueNIVEAU LOCALElle ne possède pas de coursintérieur et le passage public-collectif à l’espace privé individuelest faiblement exprimé du cote de larue des écoles.Voué exclusivement à l’industrie, une nouvellehiérarchie qui repose sur l’effacement des différences(bordure au cœur de l’îlot ).Cette pratique désorientéede l’îlot a engendré unedistribution ambiguë sansarticulation claire entrel’extérieur et l’intérieur.Bâti important lelong de la voie RN 11 .Traitement d’angleaccentuant le rôle des deux voies(RN 11 , la rue du port ).A.P.CEspaceprivécollectifEspace privéindividuelEspace de transition habitationRue des écoles•La reprise de l’alignement• la façade donnant sur la rue est mieux élaboré que celledonnant sur l’intérieur .
  34. 34. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Figurativisation UrbaineNIVEAU GLOBAL• La reprisedel’alignement.• La façadedonnant surla rue estmieuxélaborée quecelle donnantversl’intérieur .• Le sky-line obtenu parl’assemblage desconstructions estrelativement homogène.• Les gabarits desdifférentesconstructions sont :- 05m pour leshabitations- 08m à 10m pourles édifices public.Façade de la rue du musée
  35. 35. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003EXPRESSION URBAINNIVEAU GLOBALLa mairie :L’église :La mosquée :Surette urbaine :L’académie :
  36. 36. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003EXPRESSION URBAINNIVEAU GLOBALVilla angelvy :Les maisons : La centre maghrébin :L’U. N. J. A : La KASMA :Siége des PTT :
  37. 37. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURAL :de la forme urbaine à la forme architecturaleCONTRÔLE MORPHOLOGIQUE ET FORMELDU PROJET URBAINPROJET ARCHITECTURALAspect philosophiquePlan de contenu Plan de l ’expression• distribution architecturale1 - Programme spatiale- Qualité- Quantité.2 - Distribution typologique (acteurs - activité).3 - Aspectualisation spatiale .A - Disposition paradigmatique .B - Disposition syntagmatique .4 - Conformation architecturale .A - Système de dimensionnement .B - Mode de composition .C -conformation urbaine et architecturale .5 - Iconisation architecturale .1 - Capacité plastique2 - Système tectonologique3 - Manifestation architecturale et sa textualisation
  38. 38. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 01
  39. 39. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 02
  40. 40. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 03
  41. 41. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 04
  42. 42. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 05
  43. 43. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique 1/500PHASE 01 PHASE 02
  44. 44. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique 1/500PHASE 03 PHASE 04
  45. 45. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200PHASE 05 PHASE 06
  46. 46. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200PHASE 07 PHASE 08
  47. 47. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique de la façadeFaçade NORD Echelle : 1/200
  48. 48. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELContrôle morphologique de la façadeFaçade EST Echelle : 1/200
  49. 49. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELDistribution syntagmatique
  50. 50. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELPlan masse Echelle : 1/200 Plan du RDC Echelle : 1/200
  51. 51. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELPlan du 2 emeétage Echelle : 1/200Plan du 1erétage Echelle : 1/200
  52. 52. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELPlan du 3emeétage Echelle : 1/200 Plan de structure Echelle : 1/200
  53. 53. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELFaçade NORD Echelle : 1/200Facade EST Echelle : 1/200
  54. 54. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : FORUM CULTURELFORUM CULTURELCoupe A.A Echelle : 1/200
  55. 55. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 01
  56. 56. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 02
  57. 57. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 03
  58. 58. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU GLOBAL 1/1000 PHASE 04
  59. 59. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200 PHASE 01
  60. 60. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200 PHASE 02
  61. 61. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200 PHASE 03
  62. 62. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200 PHASE 04
  63. 63. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200 PHASE 05
  64. 64. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique NIVEAU LOCAL 1/200 PHASE 06LA STRUCTURE
  65. 65. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique plus local 1/200PLAN DE SOUS-SOL
  66. 66. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique plus local 1/200PLAN DU RDC
  67. 67. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique plus local 1/200PLAN DU 1erETAGE
  68. 68. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique de la façade NORD
  69. 69. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEContrôle morphologique de la façade OUEST
  70. 70. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEPLAN DU SOUS-SOL Echelle : 1/200
  71. 71. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEPLAN DU RDC Echelle : 1/200
  72. 72. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEPLAN DU 1erétage Echelle : 1/200
  73. 73. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEPLAN DU 2emeétage Echelle : 1/200
  74. 74. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUEFACADES
  75. 75. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003PROJET ARCHITECTURALE : MEDIATHEQUEMEDIATHEQUECOUPE A.A
  76. 76. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Conclusion :On s’accorde à reconnaître que le problème de l’urbanisme ne consisteplus à formuler des projets de développement, mais plutôt à reconsidérer leterritoire déjà occupé, à diriger les interventions selon des objectifs mieuxappropriés aux exigences nouvelles . Créer des nouvelles situations de qualité urbaine nouvelle dans la villeexistante, suppose de nouvelles formes de conception du projet, qui doiventsatisfaire certaines conditions .1. l’étude du projet, même limitée à un seul édifice, doit tenir comptede ses rapports avec les structure urbaines et territoriales préexistantes.2. le projet à l’échelle de l’urbain doit naître également d’uneexpérimentation de l’étude du projet et de recherches approfondies àl’échelle architecturale.  Du point de vue de contrôle architectural et morphologique destransformations, trois niveaux de structure sont indiqués, dont la présenceest considérée comme nécessaire pour que naissent les conditions de( ville ).structure de permanence, du collectif et de conformation.
  77. 77. Etudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedEtudiants :Aloui . LBelkacem . RFermous . MedT I P A S E N S I SEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . MedEnseignants :Mr . Betroni . OMr .Labreche . Med PLAIDOIRIE POUR UNE CONTINUITE HISTORIQUESession JUIN 2003Un plan de contrôle morphologique ou un projet architectural présentantune qualité urbaine peuvent introduire à leurs échelles respectives desnœuds de codification repris aux constantes d’expression du texte urbainou territorial avec le quel ils se mesurent.Le code de par sa nature synthétique est susceptible d’une réinterprétation selon les matériaux et les technologies de construction denotre époque. D’une ré élaboration dans la composition, si l’on continue larecherche du mouvement moderne et si on la ramène a un rapport fort avecl’histoire.En effet, l’apport de ALBERT LEVY, dans le cadre normatif, au niveau desinstruments de contrôle de la morphologie et de la forme urbaine constitueen réalité l’aboutissement de notre logique d’intervention, et le projetd’architecture après le projet urbain explique mieux l’apport de cetteméthodologie .Enfin nous espérons qu’avec ce travail, nous avons pu apporter notrecontribution aussi modeste, soit elle pour l’élaboration d’un projet auxéchelles urbaine et architecturale..
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×