Your SlideShare is downloading. ×
0
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
La croissance urbaine
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

La croissance urbaine

1,852

Published on

3 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total Views
1,852
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
178
Comments
3
Likes
3
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LA CROISSANCE URBAINEJean castax et Philippe panerai
  • 2. 1.Définition de la croissanceurbaine-La notion de croissance comprend l’analyse desphénomènes d’extension et de densification desagglomération .-l’observation des agglomération passe par plusieursstades successifs pour atteindre leur état actuelle.C’est objectifs :1-la compréhension de la structure urbaine et sonfonctionnement .2-permet d’avoir une vision globale sur la ville.
  • 3. Modes de croissance:1-Croissance linéaire:a) Croissance multidirectionnelle:c) Combinaison et conflit:
  • 4. 1-Croissance linéaire:• La croissance de l’ensemble s’effectue selon unedirection déterminée (axe de croissance).• Définition de la ligne de croissance:C’est le support d’une croissance qui s’effectue selonune seule direction.Ligne de croissance
  • 5. Vue aérienne dAnversLa cathédrale Notre-damedAnvers est lune des plusgrandes églises de stylegothique de Belgique
  • 6. Types de lignes de croissance:La ligneeffectuer selon une seul directionla route le longde laquelle croitl’agglomérationrivièrecanal,voieferrée,autoroutevallée
  • 7. • Types de lignes de croissance:– a)Lignes de croissance naturelles:• Elle sont inscrites dans le site avant que la croissance nes’effectue.• Exemple :• Le rôle des anciens chemins dans la forme ultérieure desagglomérations.– b)Lignes de croissance artificielles:• Elle sont projetées et réalisées au début d’une phased’extension.
  • 8. – b)La croissance multidirectionnelle(polaire ):-La croissance s’effectue à partir d’un pôle.• C’est l’origine ,le 1er groupement à partir duquel vas’opérer le développement de l’agglomération ,et le pointde référence du développement .en général le centred’une ville est un pôle ,il peut être un monument ou uncarrefour .
  • 9. Son rôle :Ordonner la constitution du tissu
  • 10. c) Combinaison et conflit:• Dans la réalité ces deux modes peuvent s’appliquer au mêmeterritoire:• 1-à des niveaux différents (combinaison)• Parmi les multiples directions possibles, certaines sont déterminéeset ordonnent le tout( croissance radioconcentrique), la croissancede l’ensemble est diffuse mais chaque partie est réglée par unecroissance linéaire.• Sur un axe général de croissance les sous-ensembles sedéveloppent dans toutes les directions.• La croissance de l’ensemble est linéaire et saccadée (urbanisationen grappe).• 2-au même niveau (conflit)• Il y a concurrence locales deux modes de croissance.
  • 11. Les limites de la croissance:- Barrières de croissance.- Barrières de croissance. Bornes deBornes decroissance.croissance.BarrièregéographiqueBarrièreartificielleBarrièreadministrativeSeuils deSeuils decroissancecroissance
  • 12. Barrières de croissance• Une barrière est un obstacle à une croissanceorganique ou à une somme de croissance linéaires,elle s’oppose à la propagation du tissu. Elle peutêtre constituée par:• un obstacle naturel (ligne de relief, cours d’eau, lac,forêt, etc.)• un obstacle artificiel (enceinte fossé, route, voieferrée, ligne HT, conduite forcée, etc.)• un obstacle administratif et juridique (changementde commune ou de département, grand domaine,zone protégée, zone non aedificandie, périmètreZAD,etc.).• une autre agglomération.
  • 13. Exemple de: barrière géographiquela mer.Exemple de: barrièreadministrativesCarte de B.E.O limite administrative Exemple de barrièregéographique: « Oued ElHamiz »Carte de Bordj El Kiffan.ECH:1:7000
  • 14. Une borne• est un obstacle à une croissance linéaire;de façongénérale, un accident sur un axe de croissance joue lerôle de borne pendant une période donnée.• Elle peut être constituée par:• Un accident naturel (gué, rupture de pente) ou créé(détour, carrefour, édifice,etc.) c’est souvent le point defranchissement de la barrière (porte de ville, pont,etc.).• Le pôle de croissance opposée (hameau, gare,etc.).borne
  • 15. 2.a.Le seuil de croissance:• Chaque type d’agglomération est compris dans unefourchette de population à l’intérieur de laquellel’équilibre entre les distances, les équipements, lasituation démographique s’établit harmonieusement.Une structure propre à chaque type permet cet équilibre.La borne supérieure de l’intervalle correspond à un seuilau-delà duquel l’agglomération change de nature etmodifie sa structure.
  • 16. Franchissement de l’obstacle:• C’est le passage d’une coupure ville / compagneà ville/ faubourg.• Ce passage est du à la saturation du tissuancien à l’intérieur,ou toutes possibilités decroissance interne sont bloquées ,par contrel’extérieur est un tissu nouveau encore lâche.• Éclatement au-delà de la borne d’unecroissance linéaire et ordonnée.• Bourgeonnement sur la borne.
  • 17. • Transformation d’unecroissance organiqueinterne en unecroissance linéaireexterne.•Bourgeonnement sur laborne.
  • 18. Suppression de la barrière:1-La barrière est supprimée après la création duquartier extérieur sans un aménagement spécifique,la coupure persiste.2-Après la création du quartier extérieur, la barrière estremplacée par un élément structurant qui ordonnel’espace urbain et relie les quartiers de part etd’autre (enceinte remplacée par boulevard, canal ouvoie ferrée recouverte,etc.)3La barrière est supprimée avant la création duquartier extérieur et remplacée par un élémentstructurant qui ordonne la nouvelle croissance .
  • 19. • a)changement de structure :– le passage d’une structure à pôle unique à unestructure à plusieurs pôles et du à la transformationde borne en un pôle .
  • 20. Les modes de croissance :Croissance continue:• Elle se caractérise par le fait qu’à chaque stade dudéveloppement, lesextensions se font en prolongement directe desparties déjà construites.• La forme de l’agglomération reste unique,déterminée par une limite identifiable.• L’extension se fait dans une direction principale oudans de multiples directions
  • 21. Croissance discontinue:• Elle se présente comme uneorganisation plus globale du territoire,ménageant des coupures (végétales/agricoles) entre les parties anciennes etles extensions, et par l’éclatement de laville dans l’urbain.
  • 22. Changement de structure et modificationde la barrière:• a)changement de structure :– le passage d’une structure à pôle unique à unestructure à plusieurs pôles et du à la transformationde borne en un pôle .• b)Modification de la barrière:– Les différents cas lors du franchissement de labarrière:– 1) l’extension de l’agglomération s’effectue sansmodification ,la barrière subsiste et introduit unecoupure dans le tissu,la parti la plus récentes’organise de façon autonome à partir des tracésantérieurs.
  • 23. Application de la méthode
  • 24. Bab el oued Bab el BahrBab Djezira Bab AzzounBab Djedide
  • 25. • BAB EL OUED : LE FAHS (AVANT1830) :• Avant 1830, B.E.O n’était qu’un territoire extra-muros, le Fahs détient son nom de la porte NordOuest de la Médina. A partir de laquelle partaitdeux routes ; l’ancien chemin romain, qui est laroute de Cherchell (actuel Avenue commandantMira), et la route de la Bouzareah, (actuelleAvenue colonel Lotfi). A cette époque le fahsétait constitué de vastes terrains agricoles, laseule construction fut la maison du Dey,entourée par ses jardins, sur l’emplacementactuel de l’hôpital Maillot.
  • 26. RempartFort NeufFort des 24hCimetière JuifEmbouchuredu OuedJardin du DeyFort des AnglaisAmirauté et phare
  • 27. Jardin du deyFort neufDar el baroudFort des 24 h
  • 28. Ancienne résidence du Dey d’Alger Porte
  • 29. Durant cette période, l’unique centre urbain était la Médina,l’actuel Casbah, ceinturée par des murailles. Bab ElOued n’était qu’un territoire extra-muros, le Fahsconstitué de vastes terrains non urbanisés quicommuniquaient avec médina par sa porte. La seuleconstruction importante étant la maison de campagne duDey, entourée de ces Jardins.
  • 30. • -Du coté défensif, présence de deux forts : Fortdes 24 h, Fort des Ordures ainsi que desBatteries de défenses.• -L ‘existence de deux axes : Chemin front demer, Chemin
  • 31. • Bâb El Oued dont le nom nous vient de “Oued M’Ghessel” étaitconsidéré comme la campagne a vocation agricole .Cependant ony trouve la demeure secondaire du Dey avec l’hôpital, et toutes lesactivités commerciales nuisibles pour la ville ainsi qu’un ensemblesde cimetières juif, chrétien et musulman• On notera la présence d’une préstructure qui conditionnera lafuture structure de Bâb el oued• La route de Cherchell « act : Avenue Commandant Mira » ancienchemin romain qui longe le front de mer pour relier la médina al’ouest du pays• La route de Bouzarèha « act : avenue colonel Lotfi » reliant lamédina au hauteur de Bouzarèha• On relevra la présence de deux forts• le fort des 24h « Bordj Boulila »• le fort des Ordures et le fort des Anglais• Se qui confère a Bâb El Oued un rôle défensif et périphérique
  • 32. • 1-2-2 BAB EL OUED LE FAUBOURG(1830 – 1890)• Après l’occupation d’Alger en 1830 unnouveau régime avec un nouveau modeurbain et architectural s’imposa en Algérie
  • 33. • 1834 nominations du gouverneur d’Alger confirmé en1841• 1839 la décision est prise d’étendre les limites de la ville• 1841 la nouvelle enceinte la porte d’Isly à 1km du cotésud jusqu’a la nouvelle porte de Bâb El Oued a 500m ducoté nord• 1843 recouvrement de oued M’Ghessel et édification dulycée impérial « act lycée Emir Abdel Kader » ainsi quela plantation du jardin des Condamnés (marengo)• 1845 destructions du mur du fort des 24h remplacé parL’Arsenal1848 l’édification de la cité Bugeaud le 24 mai1848 date a la qu’elle le ministre donna son Approbationdu plan Guiochin avec le développement de Bâb Azoun–Bâb El Oued- Isly• 1849 l’édification de l’hôpital militaire• 1871 inaugurations du chemin de fer pour relier Alger àOran et pour désenclaver Bâb El Oued
  • 34. BAB EL OUED 1950-2003Après la seconde guerre mondiale, la crise de logements s’intensifie, la solution futde construire sur des terrains peu coûteux et accidentés, ceux des hauteurs.1950 : Construction de la piscine d’El KettelerCréation du plateau Ferhani1954 : Construction de la Cité Eucalyptus1980 : Construction de l’hôtel El Kettani1998 : Aménagement d’une promenade front de mer2001 : Bab El Oued a connu l’une des plus grandes catastrophes naturelles duesaux intempéries. Ses pluies diluviennes ont emporté des centaines de morts versla mer. Nous commérons désormais cette fatidique date pour rendre hommageaux morts.2002 : Les destructions provoquées car ses inondations se trouventessentiellement au niveau de la Cité Bugeaud, le plus ancien tissu du quartier, oupassait l’Oued M’ghassel recouvert depuis 1873.Ses poches vides au niveau du quartier, ont été remplacés par des places qui setrouvent toute limitées à ouest par l’avenue colonel Lotfi :la place du Triolet, laplace des trois horloges ainsi qu’une autre place se trouvant à mis chemin de cesdernières.2003 : Stade Ferhani, projet en cours par le BEREP

×