Uploaded on

la metropole

la metropole

More in: Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
201
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
5
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. 3-Les problèmes de la métropole :A –L’immigration :A Londres, le nombre d’habitants nés au nouveau Commonwealth : (Antilles, Afriqueanglophone, Inde, Pakistan), a augmentè de 37% entre 1971 et 1981, ajoutées aurésistants en provenance d’extrème-orient, ils représentent 13.2 de la population dugrand Londres en 1981, l’immigration étrangère semble s’être récemment stabilisée.B –Ségrégation socio spatiale :On a remarqué une décroissance démographique aussi bien dans l’Inner London(depuis 1900 et surtout entre 1950 et 1970) que dans l’Outer London (depuis 1951,mais plus modérément). En plus de 40 ans le centre a perdu près de 2 millionsd’habitants (8.6 millions en 1939 à 6.7 millions en 1981). Le déclin de sa populations’est accentué dans la période 1971/1981 ; (-9.9% contre -6.9% pour 1961/1971) maisl’examen des dernières statistiques montre un léger ralentissement des pertes.Comme certains de ces quartiers n’ont pas encore été réhabilités ou rénovés leurhabitat souvent ancien, s’est dégradé et sert de refuge à une population pauvre, engrande partie immigrée, car c’est la que les logements sont les moins chers.C –Crise de logement :On estimait en 1984 que 640000 logts (25% du parc totale étaient inconfortable et140000 impropres à l’habitation, les logements sons salle de bain ni WC privatifs,concentrés dans les boroughs de Inner London, représentent à cette date plus de 15%du parc, ceci s’ajoute à l’occupation des logements vides par des squatteurs, c’est aLondres que cette pratique est apparue le plus tôt, elle daterait en effet du lendemainmême de la guerre s’est aggravée à partir des années 70.Tant de marque dans le logement que la construction des logements sociaux a du mal asatisfaire.D –Crise des transports :La saturation des réseaux aux heurs de pointe ainsi les embouteillages qui paralysent lacirculation surtout dans le centre, font que les transports londoniens soient en crisecomme c’est cas dans toutes les métropoles.E–Environnement :L’environnement a Londres est menacé par deux formes de pollution ; pollution del’aire et de l’eau et le bruit des avions et des voitures, s’ajoute à ça les difficultés liéesa la gestion des déchets et l’évacuation des eaux usées.F –chômage :Le chaumage a triplé depuis 1978 (420000 demandeurs d’emplois en 1983 dans leGrand Londres) et son taux atteint 2.5% dans certains Boroughs de l’Inner London.Londres a perdu 1.5 millions d’emplois entre 1961 et 1982 et la chute des effectifs (de4.4 à 2.5 millions) s’est beaucoup accentuée depuis 10 ans. La baisse de l’emploiindustrielle est la plus spectaculaire puisque de 1961 à1982 le grand Londres en perd
  • 2. plus de la moitié (de 1.4 ???? à 650000) de plus dynamisme du secteur tertiaire necompense pas celui de l’industrie.G –Misère et délinquance :La misère engendre la délinquance, la drogue et la violence, c’est d’abord la petitedélinquance que touche surtout les jeunes. Elle est le résultat de la misère parce que,face à une société de consommation qui les marque à une publicité envahissante quileur donne envie d’objets qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter ces pauvres et enfantsde pauvres se sentent frustrés. Ils en tirent un sentiment d’injustice. Voler ces objets oul’argent qui leur permettra de les acheter, n’est donc pas à leurs yeux un délit. Ils n’ycherchent pas une justification morale, mais n’en éprouve aucun sentiment deculpabilité. Ce n’est pas seulement le principe des vases communiquant, c’est plusencore une revanche sur cette société qui les marginalise. C’est pourquoi, ilss’organisent en bondes dirigées par un chef.H –La drogue :La drogue entre pour une part croissante dans ce développement dans la délinquance etceci de plusieurs façons ; d’abord, elle constitue une alternative à la misère des jeunesdes taudis londoniens, au même temps une sauce d’argent pour se procurer les biensdont ils ont envie ou pour nourrir leur famille.I –Criminalité :Selon un rapport de Scotland Yard, le nombre de crimes avec usage d’une arme à feu aaugmenté de près de 90% à Londres. Ce rapport du 19 décembre 2001 révèle que lenombre de meurtres a augmenté de 87% durant les 8 premiers mois de l’année 2000par rapport à la même période de l’année précédente. En plus, le nombre d’attaques àmain armée a augmenté de 53%, passant de 445 durant les 8 premiers mois de 2000à667 durant la même période en 2001.Il y a quelques années, le gouvernement Blair a désarmé le peuple anglais, le laissantainsi sans défense. Le risque pour un agresseur de devenir victime lui-même lors deses agissements criminels est tombé pratiquement à zéro. Tout simplement parce quele citoyen honnête ne peut plus obtenir un moyen de défense. Les chiffres de Londresle prouvent, le désarmement du peuple invite les criminels à des attaques toujours plusmeurtrières.Pour les citoyens honnêtes, ce désarmement est une catastrophe.4-La réorganisation de la structure de la ville :La masse de la métropole en cause, son évolution anarchique, séculaire, accéléréedepuis le milieu du 19eme siècle, nous pousse à se poser la question : commentréorganiser la structure de ce monstre urbain et guider éventuellement à l’avenir lesgrandes lignes de son développement ?Deux problèmes de structure ressortent :1-la congestion des centres ;2-la distorsion de plus en plus grande entre le lieu de résidence et le pole d’emploi.a- Les migrations quotidiennes :Pour lutter contre les inconvénients de ces migrations quotidiennes, troissolutions sont possibles :
  • 3. _ installer des résidences plus nombreuses auprès des grands foyers d’emploisactuels (construction en hauteur)._ décentraliser une partie des emplois et des centres d’attraction dans les lieuxde résidences._ améliorer le réseau de transport.b- Monocentrisme ou polycentrisme ? :L’agglomération étudiée a cherché à imaginer des solutions à l’excédent decentralisation. Diverses solutions ont été pu être proposées qui toutes offrent desavantages et des inconvénients, mais toutes également ont pour but de rapprocher larésidence, l’emploi et les services nécessaires à la vie de la population sous formed’une poly nucléarisation des agglomération. On peut citer parmi ces solutions trèsdiverses et malgré les formules officielles, sauvent empiriques que systématiqueadoptée les villes nouvelles, les expanded towns, les sub-centres, la sectorisation del’agglomération, les pôles secondaires.c- Pour une nouvelle politique des transports :Comme on l’a déjà plusieurs fois mentionné, il est nécessaire de pratiquer etspécialement en matière de transports, ces liens permanents entre les déverses partiesde l’agglomération sans lesquels l’ensemble ne serait que juxtaposition- une politiqueglobale.Un programme particulièrement étudié prévoit pour le métro une augmentation de50% des places assises, un accroissement de la fréquence jusqu’à 40 rame/h(actuellement 32). L’extension des lignes surtout vers la banlieue nord-ouest : pour lechemin de fer on comptera 2/3 de places assises et 4/5 en grande banlieue.On remarque également l’importance des mesures prises pour diminuer la circulationdans le centre : non seulement le développement du métro et des autobus permettrad’avoir davantage de transports collectifs mais dans certain cas mesures draconiennessont adoptées : par exemple à Londres depuis 1968, on a entendu la zone de limitationde stationnement de 8 à 40000 miles carrés.
  • 4. Conclusion :A travers les pages précédentes, apparaît absolument la nécessité de ne pas abandonnerles grandes métropoles à elles-mêmes. Dangereuse par les déséquilibres nationaux quepeut créer leur croissance désordonnée. Elles le sont aussi par les problèmeséconomiques et sociaux dont elles sont le siège. Il importe donc de les protéger enquelque sorte contre elles-mêmes et pour cela plusieurs solutions ont été proposées.Pour obtenir de bons résultats, l’improvisation quotidienne est la pire des méthodes ;une conception urbanistique à long terme soigneusement réfléchie même si elle doitêtre progressivement infléchie ou transformée est rigoureusement indispensable. Maisil faut aussi résister au piège de la comptabilité économique étroite et voir à coté descoûts et des revenus calculables.Le rôle incontestable des grandes capitales internationales dans l’évolution du mondemoderne.