La gastronomie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
307
On Slideshare
219
From Embeds
88
Number of Embeds
2

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 88

http://www.scoop.it 53
http://mahara.warwicklanguage.org.uk 35

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Page
1
of
4

 Fiche
de
réflexion

I.
Rapport
___________________________________________________________________________

a.
Le
contexte1


23/11/2012, 19h. On était dans un restaurant français (Le Bistrot Pierre àLeamington Spa) pour fêter l’anniversaire d’Anthony.
b.
Les
intervenants2

 1) Moi-même, Anglais, 22 ans. 2) Anthony est moitié Français moitié Américain, 22 ans. Il est étudiant en échange ici à Warwick et il est mon professeur de français avec la société World@Warwick. 3) Sophie est moitié Anglaise moitié Camerounaise, 21 ans. Elle étudie le français et l’année dernière elle était une étudiante en échange en Martinique. 4) Holly est Irlandaise, 22 ans. Elle a habité en France pendant 2 ans quand elle avait 10 ans, donc elle parle couramment le français. Holly et Sophie sont mes colocataires.
c.
Que
s’est‐il
passé
?

Le sujet de cette expérience interculturelle est la cuisine et la gastronomie. J’aicommandé (naïvement) un steak avec un vin blanc, et en faisant cela j’ai déclenchéune conversation sur les habitudes alimentaires des Anglais, et les différences enFrance.Puisqu’il vient de Bordeaux Anthony pense qu’il est connaisseur en vin et il m’aréprimandé en disant qu’il faut boire du vin rouge avec un steak. De plus, j’ai choisiun vin anglais (un sacrilège dans un restaurant français apparemment) et il a dit,presque offensé, que ce n’est pas du bon vin – c’est un « jus de chaussette ». On adiscuté un peu l’importance de la qualité du vin en France et puis on a débattu lesdifférences respectives entre les culture gastronomique dans les deux pays.Il n’y avait presque rien à manger pour Holly qui est végétarienne et Anthony aexpliqué qu’en France c’est toujours plus difficile qu’en Angleterre de trouver unegrande variété d’options végétariennes.
d.
Réaction3

Moi j’étais surpris, Sophie aussi, pour la plupart parce qu’en Angleterre personne n’ajamais fait des commentaires sur mon choix du vin. Je ne savais pas que lacombinaison de la viande rouge avec un vin blanc pourrait provoquer une réaction


























































 
 
1 

Par
exemple
:
date,
heure,
lieu
2 
Pour
chaque
intervenant,
notez
autant
de
détails
que
possible
comme
le
sexe,
l’âge
(
plus
âgé
que
vous,
du
même
âge,
 plus
jeune),
la
nationalité,
les
liens
avec
cette
personne.
3 
Décrivez
vos
émotions
et
leur
intensité
(par
exemple
:
extrêmement
vexé,
très
heureux,
légèrement
agacé)




  • 2. Page
2
of
4

d’une telle force. J’étais content aussi parce que c’est génial pour moi de rencontrerun mec du même âge qui est passionné par la gastronomie. Ça c’est très rare enAngleterre, à mon avis. La réaction d’Anthony vers le vin était donc assezrafraichissante pour moi. Holly a compris la réaction d’Anthony parce qu’elle connaîtbien l’importance de la qualité du vin et de la nourriture en France.La conversation sur le végétarisme m’a surpris aussi parce qu’en Angleterre et enAllemagne un régime végétarien est très facile. Chaque restaurant propose des platsvégétariens aujourd’hui.II.
Réflexion
__________________________________________________________________________________


 a. 
Votre
explication4

Tout simplement je crois qu’on a réagi ainsi parce qu’on a différentes priorités enmatière de la cuisine. Je veux dire par là que la qualité de la nourriture et du vin estbeaucoup plus importante en France. Anthony a réagi ainsi parce que c’est normalet acceptable dans sa culture de prendre au sérieux la cuisine. La longue histoire dela viticulture en France explique nos attitudes différentes. Le rôle que la nourriturejoue dans la vie d’un Anglais est beaucoup plus petit je pense. Nous n’avons jamaiseu cette culture de gastronomie ou de la haute cuisine, et c’est pour ça que nousavons découvert une différence culturelle ce jour-là.
 b. 
Votre
réflexion5

Les Français accordent de l’importance et une certaine valeur à la cuisine, ce qu’onne fait pas en Angleterre. La gastronomie française fait partie de la culture nationaleet l’identité française, mais ça ce n’est pas le cas dans mon pays. La bonnenourriture est donc plus importante pour un Français et je crois que le manque degastronomie anglaise peut influence mes réactions. En France un repas est plutôt unrituel, ce qui est un comportement étrange pour nous : ils apprécient les goûts,tandis qu’en Angleterre un repas est une opportunité de satisfaire la faim. Chez moion ne mange jamais ensemble ; on mange quand on a faim bien qu’il faille mangerseul. C’est étonnant pour Anthony qui mange chaque repas avec sa famille.De plus moi j’ai grandi en Angleterre où on boit de l’alcool pour l’effet. En France onboit du vin, et en Allemagne on boit de la bière, pour le goût. Le « binge drinking »est une idée étrange pour la plupart des Européens, mais chez nous c’estacceptable, au moins pour ma génération. C’est normal pour nous d’aller ausupermarché pour acheter le vin le moins cher, quoi que ce soit. Typiquement c’estun vin en boîte (blasphématoire, selon Anthony) ce qu’on descend aussi vite quepossible pour se bourrer rapidement. Anthony était étonné quand il a vu pour la


























































 
 
4 
Expliquez
pourquoi
vous
avez
réagi
ainsi.
5 
Quelles
sortes
de
comportements
(comportements
acceptés
dans
votre
culture)
et/ou

hypothèses,
valeurs
ou
croyances
 ont
pu
influencer
vos
réactions?


  • 3. Page
3
of
4

première fois les habitudes de consommation d’alcool de la jeunesse en Angleterre,parce qu’en France on apprécie la boisson.Dans ce contexte, mon choix du vin blanc est insignifiant pour moi, mais c’est plusimportant pour le Français. En Angleterre je n’étais jamais exposé à une cultured’appréciation alimentaire, tandis que Anthony en a été exposé dès le plus jeuneâge.
 c. 
Autre
réflexion6

La longue histoire de l’appréciation de la nourriture en France a pu influencer lescommentaires d’Anthony. Il a expliqué qu’en France ils ont deux heures pour lapause déjeuner aux écoles et donc depuis leur plus jeune âge les Français sontentraînés à apprécier le rituel d’un repas.Holly a dit (et Anthony a confirmé) que les plats végétariens aux écoles en Francesont rarissimes. J’ai dit qu’il me semble que la France est en retard sur son temps.Mais on dirait bien que les temps sont en train de changer. En fait, Anthony croit quela France a déjà changé. De plus en plus en France on mange chez les fast-foods.L’influence américaine est très présente : McDo est toujours très populaire de nosjours. Ils sont de plus en plus nombreux les cafés américains qui servent les bagels,le yaourt glacé, le cheesecake.De plus, si on va au supermarché on voit que les plats surgelés sont de plus en pluspopulaires parmi les Français. Je croyais que la qualité de la nourriture étaitsuprême pour eux, mais ce n’est pas tout à fait correct. Une nation des palaiscultivés ? Non. C’est un stéréotype, peut-être.Anthony a ajouté qu’il trouve bizarre que les Anglais mangent en marchant :normalement en France on s’assoit pour un repas, il a dit. Il croit que nousmangeons en route. La culture traditionnelle du bistrot à la française est sans pareil.Les Français prennent le temps de manger, c’est un événement ; oui on fait ça enAngleterre, mais ça ne fait pas partie de la culture anglaise. Mais au cours desdernières années, selon Anthony, les tendances alimentaires des Français ontchangé. Les jeunes grignotent plus qu’avant, par exemple. Et même en France lesplats prêts à manger sont devenus de plus en plus populaires. Au supermarché onvoit des rayons avec les plats préparés et sandwiches emballés.On dirait donc que la France a changé du point de vue des habitudes alimentairestraditionnelles. Ça c’était la conclusion de notre discussion.III.
Ré‐évaluation
après
discussion
avec
votre
partenaire
__________________________________________________________________________________

 a. Réflexion
de
mon
partenaire
sur
mon
expérience7



























































 
 
6 
Quelles
conventions
du
comportement
et/ou

hypothèses,
valeurs
ou
croyances
ont
pu
influencer
le
comportement
de
 l’autre
personne
?


  • 4. Page
4
of
4


J’en ai parlé avec Yousef. Puisqu’il était étudiant au lycée français à Madrid il peutcomparer les cultures françaises et espagnoles avec celle d’Angleterre. Il a confirméqu’il y a une grande différence entre les pays. Il pense qu’on pourrait expliquer cephénomène par l’histoire de la nourriture dans les pays.En France il y a bon nombre de choses (le pain, le fromage, le vin, les pâtisseries)qui sont très connus à travers le monde. Ils sont typiquement français.Quand j’ai vécu en Allemagne j’ai rencontré beaucoup de gens qui se connaissent labière parce que c’est une partie de leur culture. Chaque ville a sa propre brasserie etsa propre bière.Mais en Angleterre on n’a pas cette histoire alimentaire, donc on n’accorde pas del’importance à la nourriture.

 b. Ré‐interpretation
et
ré‐évaluation
personnelles8

Je crois que cette expérience m’a ouvert les yeux à la culture française et elle m’aaidé à mieux comprendre les Français. C’est aussi une bonne expérience pour moidu point de vue d’une amélioration de mon régime et mon appréciation de lanourriture. En même temps je pense que cette longue histoire de la gastronomie enFrance a développé une certaine supériorité en ce qui concerne les habitudesalimentaires d’autres pays, en particulier l’Angleterre. A mon avis une gastronomiene peut pas être « meilleure » : juste différente. Mais Anthony pense honnêtementqu’on a une gastronomie inférieure en Angeleterre.






















































































































































































 
 
 
 
 
 
 
7 
Discutez
votre
expérience
avec
votre
partenaire,
Demandez‐lui
de
donner
son
opinion
et
d’avancer
des
explications
possibles
sur
les
différences
culturelles

de
comportement,
de
valeurs
et

de
croyances
du/des
intervenant(s).

Notez

ensuite
les
réflexions
de
votre
partenaire
sur
votre
expérience.

8 
Expliquez
à
présent,
comment
vous
interprétez
et
évaluez
cette
expérience.
Il
est
possible
que
votre

interprétation
évolue
et
change
au
fil
du
temps.
Une
fois
que
vos
connaissances
interculturelles
se
seront
approfondies,
vous
éprouverez
peut‐être
le
besoin
de
revisiter
vos
expériences
vécues
en
début
d’année
et
d’affiner
vos
réflexions.