Echo 20130404 008

  • 147 views
Uploaded on

GEneration Y impose de nouveaux équilibres dans l'entreprise

GEneration Y impose de nouveaux équilibres dans l'entreprise

More in: Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
147
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
2
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. 8 L’ECHO JEUDI 4 AVRIL 2013FocusPME - Pub & Marketing - Management - Immo - TechnoLa «génération Y» imposerade nouveaux équilibres dans l’entrepriseLes 18-30 ans ont leur propre ma- ne les encourage-t-elle pas à revoir un maximum d’argent. Le «collec- répétés d’éteindre la lumière du bu-nière de voir le monde du travail leurs ambitions à la baisse? tionneur de timbres» va, lui, vouloir reau au moment de partir le soir.et leur intégration au sein d’une Beaucoup de jeunes préfèrent en- travailler dans une grande entre- Durant cette phase d’intégration quientreprise. Benjamin Chami- core attendre le bon poste plutôt prise quitte à laver le sol afin de pou- dure environ 90 jours, le managernade propose quelques pistes que de prendre le premier boulot voir mettre le nom de la firme sur doit régulièrement rencontrer sonpour s’adapter à la génération Y. qu’on leur propose. Les allocations son CV. Il changera ensuite d’emploi nouvel employé et il est aussi sou- chômage leur permettent de survi- après deux ou trois ans pour trouver vent judicieux de nommer un colla-FRÉDÉRIC THERIN vre et il ne faut pas non plus oublier un nouveau groupe prestigieux et il borateur qui ne fait pas partie de sa que beaucoup de diplômés proches continuera à faire sa carrière de cette hiérarchie directe afin de l’aider etLa génération Y intrigue et de la trentaine continuent de vivre de répondre à ses questions.inquiète. Ces «jeunes» âgés de 18 à chez leurs parents. Ils n’ont donc pas30 ans représentent un défi de taille besoin de beaucoup d’argent pour Une fois cette phase bouclée, quepour les entreprises qui souhaitent se débrouiller. reste-t-il à faire?les recruter. Individualistes et Avant, le management était surtoutexcessivement centrés sur eux- Comment le recruteur doit-il se «Ces jeunes ont considéré comme une valeur assezmêmes, ils semblent prendre à la comporter devant un postulant de besoin de connaître administrative liée à l’autorité dulégère certains de leurs devoirs tout moins de 30 ans? chef qui donnait des ordres à sesen se montrant exigeants envers Il se doit de rester ouvert et de ne pas clairement les règles subalternes. On tend aujourd’huileurs employeurs. Difficiles à cer- faire de jugements de valeur hâtifs. du jeu. Il faut à tout vers un modèle beaucoup plus par-ner et à comprendre, ils posent un Le recruteur doit expliquer dans le prix éviter les non- ticipatif où les salariés collaborentvéritable problème aux directeurs détail les valeurs de l’entreprise pour dits.» davantage entre eux. Les jeunes de lades ressources humaines (DHR) laquelle il travaille et le comporte- génération Y ne sont pas forcémentqui ont du mal à les juger lors de ment qu’il attend des salariés. Il ne BENJAMIN CHAMINADE très différents de leurs aïeux. Ils par-leurs entretiens d’évaluation. Une faut pas hésiter à citer les contraintes CO-AUTEUR DU BLOG tagent souvent les mêmes rêves quefois embauché, leur management à respecter, comme les horaires par GÉNÉRATION Y 2.0 leurs parents avaient à leur âge. Maisn’est pas non plus une chose aisée. exemple. De telles précautions évi- eux ont le courage de les exprimerInterrogé par L’Echo, Benjamin tent bien des surprises. Ces jeunes ouvertement et de ne pas les rangerChaminade, le co-auteur du blog ont en effet besoin de connaître clai- dans une boîte pour toujours. Il estGénération Y 2.0, donne aux rement les règles du jeu. Il faut à tout donc primordial d’écouter leursemployeurs quelques pistes à sui- prix éviter les non-dits. souhaits et de tenter d’assouvir leursvre pour éviter de s’égarer sur la manière. D’autres jeunes sont beau- ambitions. Pour cela, il ne faut pasroute en forme de «Y». Cela ne revient-il pas à pratiquer coup plus «Carpe Diem». Ce sont des hésiter à les faire changer assez fré- une sorte de paternalisme qui passionnés qui ne cherchent pas un quemment de poste pour qu’ils es-Quel est le comportement des risque d’être mal perçu? gros salaire mais plutôt un projet et sayent de nouveaux métiers. Avec lajeunes issus de la génération Y lors Je parlerai plutôt de maternalisme. une équipe pour lequel ils ont envie génération Y, il faut privilégier lede l’entretien d’embauche? Mais cette attitude est nécessaire. de s’impliquer à fond. management individuel.Il arrive encore que des recruteurs L’éducation des enfants a beaucoupsoient étonnés, voire choqués, par changé ces dernières années. Les Une fois recrutés, comment gérer Les entreprises doivent donc mo-les questions posées lors du premier gens avaient dans le passé l’habitude ces jeunes salariés? difier radicalement leurs mé-entretien par ces jeunes candidats. de respecter les anciens. Ce n’est plus Avant même de penser à leur mana- thodes de management pourIls n’hésitent pas en effet à deman- vraiment le cas aujourd’hui. Dès gement, il faut déjà s’assurer de très s’adapter à cette génération…der immédiatement quel sera leur l’école, les enfants ne prennent plus bien gérer leur intégration dans l’en- La génération Y ne doit pas être re-salaire, quel est le régime des ho- les enseignements de leurs ensei- treprise. Cette phase, souvent négli- crutée ou managée différemmentraires, quels sont les avantages dont gnants pour parole d’évangile et ils gée, est extrêmement importante des autres salariés. Elle permet sim-il pourra bénéficier… Cela ne signi- vont surfer sur la Toile ou sur les ré- car elle va faire comprendre au sala- plement à la société d’évoluer avecfie pas que ces jeunes ne pensent seaux sociaux pour vérifier la véra- rié qu’il devra obéir à ses supérieurs son temps. Je demande fréquem-qu’à leurs loisirs et qu’ils ne vont pas cité de ce qu’ils entendent ou pour ce qui n’est pas une évidence avec la ment aux chefs d’entreprise quel ests’investir dans leur travail, mais ils trouver des infos qu’ils recherchent. génération Y. Dès l’arrivée du nouvel le siècle précédent au nôtre et la plu-sont directs et posent immédiate- Il faut en conséquence beaucoup employé, il est très important de lui part me répondent le… XIXe siècle.ment les questions qu’ils estiment plus tester les candidats qui retien- présenter l’entreprise pour laquelle De nombreux patrons n’ont doncimportantes. Ils sont également nent votre attention. Quand vous il va travailler en lui expliquant ses pas encore réalisé que nous avonspleinement conscients de leur va- avez trouvé les trois meilleurs postu- activités et ses valeurs. Il est égale- changé de siècle il y a treize ans deleur sur le marché du travail. Ils sa- lants, demandez leur par exemple ment nécessaire de lui faire rencon- cela. C’est ce fossé qui explique l’in-vent si leur savoir-faire est demandé de vous envoyer un courriel pour trer l’équipe avec laquelle il va colla- compréhension entre les cadres di-et ceci est valable autant pour un di- leur demander ce qui les a surpris borer et le patron de la société, sur- rigeants et les jeunes de 18 à 30 ans.plômé d’une grande école que pour dans votre société. Le moins sérieux tout s’il s’agit d’une PME, doitle titulaire d’un diplôme de plombe- ne se donnera même pas la peine de prendre le temps de parler avec son Quel est le risque si l’entreprise nerie. Il faut en conséquence que les re- vous répondre et le meilleur vous nouveau collaborateur. Son supé- répond pas à leurs attentes?cruteurs soient préparés à des entre- enverra un message intéressant. rieur direct doit également tout de Le risque est, en premier lieu, unetiens très directs avec les jeunes can- suite lui dicter quelques règles en lui démobilisation et une démotivationdidats. Existe-t-il des «profils-type» de can- disant par exemple immédiatement des salariés. Et si leur travail ne leur didats? les cinq ou dix choses qu’il ne sup- convient vraiment pas, ces jeunesLa peur du chômage, qui touche On en trouve principalement trois. porte pas comme les retards de dix n’hésiteront pas à quitter leur entre-tout particulièrement les jeunes, Le stratège cherche surtout à gagner minutes chaque matin ou les oublis Benjamin Chaminade, fin observateur de la génération Y. © DOC prise du jour au lendemain. EN PRATIQUE JAN DENYS expert du marché du travail chez Randstad Le marché du travail n’est pas un jeu à somme nulle L es chances de nos jeunes s’ame- pour certains. Si de nouveaux groupes ar- d’une quantité de travail immuable, com- vail pour laisser leur place aux hommes est surtout utilisée afin de réduire l’emploi nuisent-elles parce que les tra- rivent sur le marché du travail (jeunes, im- ment expliquer qu’il y ait dans un pays qui revenaient du front. En 2013, ceux qui sans pour autant mettre en danger la paix vailleurs doivent travailler plus migrés, femmes dans les années’60), cela beaucoup plus de personnes au travail oseraient encore proclamer une telle idée sociale. Et non pour remplacer les plus de longtemps qu’avant? Les 50 génère automatiquement du chômage que dans un autre? Dans les pays scandi- sont peu nombreux. Néanmoins, les cinquante ans par des jeunes. Dans de + occupent-ils des postes qui chez les autres groupes (autochtones mas- naves, plus de 70% des personnes en âge «vieux» ne sont pas encore tirés d’affaire. nombreux cas, il est également technique- auraient été attribués à des jeunes dans le culins). Quelqu’un qui continue de tra- de travailler sont au travail. En Belgique, C’est la raison pour laquelle, dans les an- ment impossible de remplacer un quin- cas contraire? Beaucoup de personnes en vailler après l’âge de la pension ou preste cette tranche de la population représente nées’70, la Belgique a créé la désormais cé- quagénaire par une personne de vingt sont convaincues. Cela correspond plutôt des heures supplémentaires, prend une seulement 62%. Ceux qui travaillent ga- lèbre «prépension». Il est quand même bi- ans. Comment un jeune pourrait-il dispo- à une intuition fausse. Les 50 + ne piquent part du travail d’un demandeur d’emploi. gnent un revenu et le dépensent en biens zarre de se dire que, même en 2013, il y a ser de l’expérience d’un «quinqua»? Le dé- pas les jobs des jeunes, tout comme les Le marché du travail est un jeu à somme et services. Ceux-ci sont proposés par d’au- encore des personnes qui pensent que part anticipé des 50 + conduirait surtout à femmes n’en privent pas les hommes et les nulle. Le gain de l’un signifie la perte pour tres personnes. Ceux qui travaillent ne cette mesure a aidé les jeunes à intégrer le l’augmentation des fonctions en pénurie. allochtones ne s’emparent pas des em- un autre. Ces réflexions sont fortement prennent donc pas le travail d’une autre marché du travail dans cette période. La Enfin, il suffit de consulter les statistiques plois des autochtones. Le chômage des ancrées dans l’opinion publique et dans personne, mais en créent. vérité est décevante. L’impact d’une telle du marché du travail pour remarquer que jeunes augmente en ce moment à cause certains groupes de pression. Mais voilà, Le sophisme d’une masse de travail fixe mesure sur le chômage des jeunes fut très les pays qui montrent le taux de 50 + au de l’absence de croissance économique ce n’est pas correct. est un mythe problématique qui se mani- minime. Historiquement, la prépension travail le plus élevé, sont également ceux provoquant davantage de destruction que Tout repose sur l’hypothèse fondamen- feste principalement lorsque le marché du qui ont davantage de jeunes au travail. A de création d’emplois. tale qu’il y a une quantité immuable de travail tousse. La création de nouveaux contrario, peu de quinquagénaires au tra- De nombreux mythes gravitent autour travail, ce qui n’est pas vrai. Le marché du jobs est insuffisante à cause d’une crois- vail signifie aussi peu de jeunes travail- du marché du travail. L’un des mythes les travail n’est pas statique, mais dynamique. sance économique déficiente. Ce pro- leurs. plus solidement ancrés est le «lump of la- Des jobs sont constamment créés et dé- blème touche en premier lieu les nou- Les jeunes ne sont donc aidés en au- bour fallacy» (le sophisme d’une masse de truits, et ces deux processus sont rarement veaux venus sur le marché du travail (en cune manière par les 50 + qui prennent travail fixe). Ce mythe sous-entend qu’il y en équilibre. Analysée sur une longue pé- majorité les jeunes). A un tel moment sur- Les pays qui montrent le une retraite anticipée. Au contraire, cela a une quantité fixe invariable de travail ré- riode, la quantité de travail a même évo- git vite l’idée que les «vieux» peuvent peut- taux de 50 + au travail le ne fait qu’augmenter la charge du vieillis- munéré dans le monde. Et les consé- lué de manière positive. Entre 2000 et être faire de l’ombre à la jeune garde. plus élevé, sont également sement. Afin de vraiment aider les jeunes, quences que cela comporte. Si la producti- 2008, le nombre de travailleurs en Flandre Après la Seconde Guerre mondiale, nom- il faut miser sur la croissance économique ceux qui ont davantage de vité par travailleur augmente, cela conduit a augmenté de 1,9 à 2,1 millions. Ce n’est breux étaient ceux qui pensaient que les et la création d’emplois, de nombreux em- irrémédiablement à des pertes d’emploi pas tout. S’il était réellement question femmes devaient quitter le marché du tra- jeunes au travail. plois.