Livreblanc internet 2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Livreblanc internet 2012

on

  • 2,869 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,869
Views on SlideShare
2,857
Embed Views
12

Actions

Likes
3
Downloads
98
Comments
0

3 Embeds 12

http://blog.proximity.fr 10
http://www.slideshare.net 1
http://paper.li 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Livreblanc internet 2012 Livreblanc internet 2012 Document Transcript

  • INTER NET LIVRE BLANC PARTI - CIPATIF Juin 2010 EN2012 ?
  • SOMMAIRE LE MOT DES FONDATEURS 1 PHILOSOPHIE & ADHÉSION 2 BUREAU 3 CRÉATION ARTISTIQUE 4 INTERNET EN 2012 ? 6 ALAIN GARNIER – JAMESPOT 7 ANDREW BUCKMAN – WEBLOYALTY 8 CARLOS DIAZ – BLUE-KIWI SOFTWARE 9 CHARLES NOUYRIT - MYID.IS 10 DANIEL BRECHIGNAC - BRECHIGNAC ASSOCIATES 11 DIDIER GOTTARDINI – L’ARGUS DES MONTRES 12 EMMANUEL GAMBART DE LIGNIERES - 3DFORDECO 13 EMMANUEL RACCA - NOUVEAU SENS / SPEEDNAMING.COM 14 EMMANUEL VIVIER - VANKSEN & CULTUREBUZZ 15 ERIC BLOT - AWAK’IT 16 FABRICE ROBERT 17 FRANÇOIS VERRON - SQLI AGENCY 18 FRÉDÉRIC CANEVET – SAGE 19 GÉRARD SPATAFORA – MILLESIMA 20 GODEFROY JORDAN - SPIR COMMUNICATION 21 HERVÉ BLOCH – DIGILINX 22 HERVÉ KABLA - BLOGANGELS + GOLFWORLD 23 JEAN-MICHEL MAURER – NEOVICOM 24 JEAN-FRANÇOIS RUIZ – POWERON 25 LAURENT CHIOZZOTTO - SUN MICROSYSTEMS 26 LAURENT VERMOT-GAUCHY – VENIU 27 LEILA KHALLAF - MANUFACTUR-E 28 MARC COHEN - ATOS ORIGIN 29 MARC THOUVENIN – REGIONEO 30 OLIVIER CHOURAKI – MOBILUCK 31 OLIVIER LUET - PLASTIC OMNIUM 32 OLIVIER MEINVIELLE – MEDIACLOSING 33 PASCAL RAWSIN – SYSTAR 34 SAM GONZALES – KROOGA 35 SANDRINE SZABO – NETINFLUENCE 36 SANJA ZJALIC – FRENCH LIFESTYLE 37 REMERCIEMENTS 38
  • LE MOT DES FONDATEURS Hervé Bloch & Jean-Michel Maurer Co-fondateurs de l’Internet Managers Club L’Internet Managers Club regroupe près de 300 dirigeants de l’Internet en France, Suisse et Belgique. Nos dîners mensuels réunissent une trentaine de membres et les enjeux liés à Internet sont au cœur de nos débats. Nous organisons également des évènements spéciaux autour du mobile, des annonceurs, des investisseurs… l’idée étant de couvrir toutes les facettes du digital à travers l’écosystème des acteurs du net. L’un des enjeux de notre communauté réside dans la sélection de ses membres. Outre le fait d’être dirigeant du web, il faut en effet obtenir 3 parrainages pour entrer dans le club. Avec autant de membres spécialistes du web, du mobile, des nouvelles technologies, il nous a semblé intéressant de recueillir leur vision de l’Internet en 2012. Tout allant très vite dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, nous nous sommes projetés à deux ans afin d’avoir des projections utopistes mais potentiellement réalistes. Nous avons sélectionné la vision de 30 dirigeants du web, qu’ils soient annonceurs, prestataires, éditeurs, start-up ou grands groupes… Nous vous souhaitons une très bonne lecture. www.internetmanagersclub.com
  • PHILOSOPHIE DU CLUB L’Internet Managers Club est fondé sur le partage et l'échange entre les membres. Le club poursuit 3 objectifs majeurs : • réunir régulièrement les managers et dirigeants d'Internet pour des dîners informels • organiser des partages d'expérience entre les acteurs emblématiques du web • promouvoir l'Internet Le club, qui compte plus de 300 membres, est composé de directeurs internet de grands groupes, de managers de start-up internet, de prestataires spécialisés dans le web et de dirigeants de sociétés digitales. Chaque mois, 30 membres se réunissent autour d’un dîner avec un dénominateur commun : Internet. L’Internet Managers Club a été fondé en décembre 2008 par Hervé Bloch & Jean-Michel Maurer. ADHESION AU CLUB d'adhésion es t Le processus if afin de cons erver t sélect volontairemen d’échange. de contact et un haut niveau sur llement fondé Il est essentie tion. coopta un système de nt les suivants : Les critères so eant d'Internet • Être un dirig membres rrainage par 3 • Obtenir un pa collégiale par décision • Être validé z le site indre, consulte Pour nous rejo agersclub.co m internetman internet www. nter net LinkedIn de l’I ou le groupe b Managers Clu
  • Hervé Jean-Michel Barbara Sanja Bloch Maurer Sohier Zjalic Président co-fondateur Vice-Président co-fondateur Trésorière Secrétaire Générale Hervé, 34 ans, travaille Jean-Michel, 33 ans, Après une maitrise Sanja Zjalic, 43 ans, depuis 10 ans dans le domaine a débuté sa carrière dans d'Économie Appliquée a commencé sa carrière du web. Il a débuté sa carrière le conseil en 2002, comme à Paris IX Dauphine, Barbara, dans le marketing et la vente chez IBM dans la division consultant en marketing 31 ans a débuté sa carrière dans l’art, la mode et le design NetGen dédiée aux pure et e-business. dans le Web en 2002 en tant intérieur. En 2005, après player Internet où il traitait que Responsable Marketing En 2005, il rejoint Greenwich un MBA en Marketing avec les acteurs de renom France chez Pixmania.com. de l'époque comme Aquarelle, Consulting, cabinet de conseil En 2005, elle intègre l'ESSEC International, elle se découvre Allociné, Aucland, Ibazar... spécialisé en stratégie et pour un dernier cycle en une passion pour Internet Hervé Bloch a ensuite participé management des Télécoms Mastère Marketing et les nouvelles technologies à la création d'une “Internet” Media, au poste de Management puis rejoint et commence à développer start-up Internet en tant Senior Consultant. Coursengo.com, ses compétences dans que Directeur Commercial & Fort de cette expérience, le supermarché en ligne ce domaine. Marketing associé, avant de il rentre en 2007 au sein de Franprix Leader Price rejoindre Emailvision en tant de la web agency Business Lab en 2006 au poste En 2007, elle devient que Directeur des Ventes en tant que Directeur Conseil de Responsable Marketing Responsable Marketing et France, puis Directeur en charge de la mise en place Internet. Commercial International Général Suisse et Directeur et du pilotage de l'activité d’une publication en ligne de la Region Central & East de conseil en stratégie et destinée aux professionnels Europe. Après 18 mois marketing Internet. du design. Sanja travaille à l'international, Hervé a En 2008,il devient entrepreneur actuellement sur des projets souhaité revenir en France et en étant co-fondateur & de business development a réalisé une mission VP marketing du portail d'entreprises à l'international de six mois auprès de la société de shopping local Brozengo. LE et sur un projet de création Come & Stay. Hervé est d’un nouveau site e-commerce. aujourd'hui fondateur En 2009, il crée Neovicom, de la société Digilinx qui cabinet de conseil en conseille les annonceurs sur stratégie et marketing des problématiques digitales. Internet & Mobile. Jean-Michel est par ailleurs Hervé est aussi un “power un blogger du web, networker” et anime BU - il interviewe chaque mois une communauté de plus de des serials entrepreneurs 2 000 professionnels dans le de la toile sur son blog marketing, la communication www.jeanmichelmaurer.com. et l’Internet sur les différentes plates-formes de social networking. Il est également un spécialiste des réseaux sociaux. REAU L’Internet Managers Club est une association loi 1901
  • Emmanuel Lecugy Directeur Artistique 39 ans, travaille depuis plus de 15 ans en tant que Directeur de Création (DC/DA). Diplômé de Charpentier où il est aujourd’hui juré d’examen. Emmanuel a successivement exercé chez S2l santé (DA), dans l’univers du médical puis chez Evidence (DC), agence spécialisée RH. Depuis 9 ans, il travaille chez Peter Pen, agence conseil LE COIN DUDA en communication, dont l’expertise prévaut en matière de communication corporate, RSE et développement durable, tant en communication externe qu’interne. GDF SUEZ, Rhodia, Cartier, BRS, l’Autorité de la Concurrence, Accor font partie des quelques références de l’agence pour lesquelles Emmanuel Lecugy conçoit des identités graphiques web et print, des chartes d’édition, des campagnes, des brochures, des rapports d’activité, etc. Emmanuel est aussi un “power networker“ et anime une communauté de plus de 1000 professionnels Directeurs de création, free lances, photographes, illustrateurs sur différentes plates-formes.
  • L’INTERNET Selon le calendrier Maya, l’année 2012 marquerait un moment de changement pour notre planète et cela est appuyé par les scientifiques qui prévoient aussi des événements exceptionnels… EN 2012 ? En France, 2012 sera aussi l’année des élections pour un nouveau Président de la République. Sans en arriver à des extrêmes, 2012 sera une année riche en émotions mais qu’en sera-t-il de la toile ? Google et Facebook continueront-ils leur ascension ? Microsoft aura-t-il réussi à absorber Yahoo ? Existera-t-il encore des TV et des ordinateurs non connectés au réseau des réseaux ? Deux ans, cela semble court mais dans le secteur Internet, tout va beaucoup plus vite et on peut s’attendre à de nouvelles révolutions. 30 dirigeants du web, membres de l’Internet Managers Club ont décidé de se pencher sur la question et vous livrent leur vision de l’internet 2012 dans ce livre blanc participatif.
  • Alain Garnier Co-founder & CEO Internet en 2012 ? 2012. Il paraît que c’est la fin du monde annoncé par les Maya… Alors Internet aura-t-il survécu malgré tout ? Que peut-il bien se passer en 14 ans humains (une année Internet correspondant à une année Chien et va donc sept fois plus vite) ? Que se passe-t-il en moins de deux ans, ce qui implique déjà exister dans les cartons de la R&D mais qui accepte une évolution d’usage très fort ? Ce n’est donc pas de la science fiction mais bien des problématiques accessibles dont l’usage n’est pas encore devenu massif. Trois grandes composantes d’usage me paraissent centrales. La mobilité, la socialisa- tion globale du Web et enfin l’irruption du numérique dans le réel. Commençons par la mobilité. Aujourd’hui, l’essentiel des accès au Net se font depuis un ordinateur fixe ou quasi fixe (portable). Demain, la tendance va s’inverser pour laisser la place à des objets communicants s’appropriant une part de l’accès au Net. C’est bien sûr le téléphone mobile, permettant de naviguer, mais aussi d’acheter, de consulter en temps réel les informations, bref il est devenu le compagnon permanent “d’une seule chose : En fait, je suis sur de notre vie numérique. Mais c’est aussi de nouveaux “devices” mobiles, connectés à Internet et qui auront on ne va pas s’ennuyer !” des tâches dévolues. Les tablettes actuelles en sont la préfiguration et permettront de manière très simple d’être connecté à Internet pour des usages précis : tablette dans la cuisine pour les recettes, tablette sur le réfrigérateur pour les courses, grand écran connecté à Internet dans la chambre ou le salon pour regarder des films. Bref, depuis un accès Internet fixe, on pourra s’y connecter de partout, c’est ce que j’appelle la mobilité. Ensuite, la socialisation du Web, déjà bien entamée par ce que nous montre Facebook, va s’étendre à l’ensemble des fonctions du Web. Que ce soit pour l’achat (en temps réel, je vais pouvoir chatter avec les amis et les amis de mes amis pour avoir leurs avis sur un achat, un service), ou pour lire (en temps réel ce que je lis est mis en relation avec les lectures et avis de ceux avec qui je veux partager), ou pour organiser un voyage, un événement, etc... C’est ce que j’appelle la socialisation globale du Web. Aucune information n’existera plus sans le lien avec des personnes qui en donneront le sens et la valeur. Pour moi, l’évolution la plus importante concerne l’irruption du numérique dans le monde réel et son interaction. Il s’agit pour être concret de remplacer ou d’ajouter des éléments numériques dans le monde réel de manière contextuelle pour celui qui le regarde. On peut découvrir un aperçu lors d’une des conférences TEDX portée par une entreprise appelée 6e Sens. On y voit quelqu’un regarder une étiquette dans un magasin et sur laquelle apparaît des informations relatives aux questions qu’il se pose, et pouvoir interagir en cliquant sur cette étiquette pour acheter le produit. Bref, on ne va plus sur Internet. Le monde contient Internet et Internet contient les informations du monde. Au-delà de ces trois grandes évolutions, on va voir aussi la domination du SaaS sur le logiciel, l’apparition d’un géant qui fera trembler Google, le problème de privacy qui va aller croissant, le bazar des nouveaux TLDs, un grand désastre de cloud computing ou des millions de personnes vont perdre des données, l’apparition d’un Internet à plusieurs vitesses, une monnaie Internet qui va apparaître, et, enfin, un grand black out du Net qui va montrer combien nous en sommes tous devenus 7 très dépendants. www.internetmanagersclub.com
  • Andrew Buckman Managing Director Self-cial service L’internet en 2012 sous le signe du “self-cial service” : le self service social - com- ment auto-diagnoser ta vie avec l’aide de ton réseau avant de faire appel aux bons professionnels. “du device géré àtapartir ...tout est dans poche Ta santé, tes finances, ta carrière, ta famille, ta voiture… tout est géré à partir du device dans ta poche et toutes tes décisions sont guidées par les expériences de et toutes tes décisions tes amis grâce au suivi live de ta life sur internet. sont guidées par 5h52. Le réveil sonne pour interrompre ton cycle de sommeil au moment optimum les expériences de tes et met à jour ton dossier en ligne avec la qualité et la durée de ton sommeil, ta amis grâce au suivi live puce NFC transmet ta pression sanguine, ton pouls, ton taux de cholestérol et ton de ta life sur internet.” niveau de sucre à ton serveur et les résultats sont publiés sur ton profil. Le dîner IMC de la veille a fini tard et tu as légèrement abusé des petits fours… une alarme sonne ; Jean-Michel a vu ton état et t’envoie un bloody mary virtuel… Tu te pèses et tu notes que, malgré la soirée, ton IMC a baissé – tu te félicites jusqu’à ce que tu vois que tu es toujours dans la moyenne haute de ton entourage. Tu décides de monter un créneau avec ton appli “Sport-@-homme” ce matin. 8h00. Tu quittes la maison à la bourre, c’est le premier du mois et tu n’as pas re- nouvelé ta Carte Orange alors tu le fais à partir de l’Application sur ton téléphone, 2 clics et c’est fait – juste à temps pour mettre à jour ta puce NFC et passer le tour- niquet. Tu trouves une place assise et t’es bien content car tu te sens vidé, ce n’est pas juste dû à la soirée, ça fait un moment que tu te sens comme ça alors du métro, tu te connectes à ton forum santé préféré et tu parles de tes symptômes, tu reçois pas mal de conseils et tu décides d’aller faire un test d’effort mais tu ne sais pas encore où. Tu lances la question vite fait car c’est ton arrêt. 8h43. Tu arrives à ton bureau un peu en avance pour finir ton étude de cas sur la monétisation : un homme approchant la quarantaine qui se sert de pas mal des applis de ta boite, tu connais ses habitudes sportives, son état général de santé, même l’heure à laquelle il se réveille et s’il a bien dormi. Tu sais qu’il se pose les questions typiques de sa génération, mais en plus tu sais qu’il se les pose là, main- tenant, ce matin même. Tu lui envoies une mise à jour gratuite de ses applications avec un lien vers des nouvelles applis payantes, tu cibles de la publicité pour les clubs de sport à côté de son travail et dans son quartier, tu vends ses coordonnées à un coach santé et tu boucles ta présentation pour ton chef. www.internetmanagersclub.com 8
  • Carlos Diaz Co-founder & CEO B2B, B2C ? En 2012, cette distinction n'existera plus : 400 millions d'utilisateurs de Facebook, 75 millions sur twitter, des millions de blogs...Le problème est évident : l'entreprise doit aujourd'hui gérer le “Crowd” (la foule) et les opinions, visibles de tous. Des responsables de marques aux directeurs marketing et innovation, en passant par les nouveaux community managers (ou community conversationalists), tout le monde s’efforce de capter les messages en provenance des communautés sur le Web. L'époque du site web "vitrine et mur de verre" est définitivement révolue, il convient désormais de créer des ponts entre la marque et ses clients. Effet de mode ? Si l'on se réfère à une étude Nielsen datée de mars 2009, il ressort que blogs et réseaux sociaux sont devenus le 4e usage le plus populaire sur internet (66,8%) devant l'email (65,1%). Plus intéressant encore, ce taux de croissance est “ilQuant à Facebook, a dépassé le stade le double de celui des autres usages. Quant à Facebook, il a dépassé le stade de phénomène de mode pour jeunes adolescents puisqu'un tiers des utilisateurs a de phénomène de mode entre 35 et 49 ans et un tiers plus de 50 ans. pour jeunes adolescents Pourtant, force est de constater que ces nouveaux medias sociaux ont été exclu- puisqu'un tiers sivement conçus pour des usages individuels et grand public. A défaut de lieux d'échanges proposés par les entreprises et les marques elles- des utilisateurs a mêmes, ces nouveaux espaces d'oxygène s'imposeront de plus en plus dans entre 35 et 49 ans les années qui viennent comme les espaces d'échanges privilégiés voire uniques. Aujourd'hui, ouvrir une Facebook Fan Page ou créer un compte Twitter est un bon et un tiers plus début, mais ne constitue qu'une réponse partielle et court termiste. de 50 ans.” En effet, les débats présents ne sont pas ceux de l'entreprise mais restent encore ceux de la plate-forme qui les accueille. Je suis certain que d'ici 2012, les entreprises capitaliseront sur ces nouveaux outils d’une façon plus contrôlée et créeront des espaces conversationnels privées plus adaptées à leur logique business. Au-delà de la simple conversation, elles mettront en place des stratégies et des processus capables de collecter sur le net les meil- leures idées et conversations et de les rapatrier en interne pour les mettre au service des bons interlocuteurs et de les traduire en actions business. Une sorte de co- conversation temps réel, de focus-groupes permanents qui inversent le modèle B2C traditionnel pour introduire une dimension nouvelle C2B. In fine, plus que l'information recueillie, c'est sa transformation en valeur et la valorisation des individus impliqués qui compteront. Capter et faire transiter en interne les bonnes conversations et construire avec les parties prenantes des relations fortes et authentiques pour transformer le tout en business quantifiable constitue déjà le challenge de l'entreprise 2.0. www.internetmanagersclub.com 9
  • Charles Nouyrit Founder & CEO Défi de l’identité numérique et de la confiance en ligne La prochaine problématique que doit résoudre Internet, liée au fait que nous sommes environ deux milliards d’internautes publiant tout type de contenus, com- mentaires, opinions, etc… est de savoir à qui faire confiance sur Internet et donc de fournir un outil permettant aux internautes d’accéder à un système de confiance distribué et transversal. Comme le Web est aujourd’hui centré sur l’utilisateur, sur l’individu derrière la machine, les utilisateurs utilisent de plus en plus les réseaux sociaux et les systèmes de notation des utilisateurs pour identifier à qui ils peuvent faire confiance et les aider dans leur prise de décisions quotidiennes. Lorsque nous avons besoin d'aide à la prise de décision, nous obtenons des recommandations de gens de confiance, cette confiance repose sur une combinaison d'expérience et de réputation. Notre réputation est l'un de nos plus grands atouts en terme de confiance. Mais la réputation est contextuelle, elle est liée intrinsèquement à qui vous êtes, ce que vous êtes et qui vous entoure, je peux faire confiance à mon chauffeur de taxi pour m’orienter dans une ville mais certainement pas pour des conseils en investissements boursiers. Contrairement à la vraie vie où notre réseau social est limité par le temps, la distance, et le nombre de rencontres que nous pouvons faire lors de notre vie, sur Internet, les rencontres/interactions sont dématérialisées, simplifiées, démulti- pliées, et des milliers de kilomètres peuvent séparer les individus. “de la confiance en La labellisation Mais la réputation implique une condition préalable et sine qua non, la nécessité ligne est l’un d'une identité persistante et vérifiable, la nécessité de prouver que vous êtes qui vous prétendez être. Je pense que la solution réside dans un label de confiance et des principaux des systèmes de réseaux de réputations distribués. défis de la prochaine Nous avons besoin d’un outil permettant de faire un lien entre notre identité numé- décennie.” rique d’où découle votre réputation et notre identité dans la vraie vie, “certifiée” par les gouvernements via diverses pièces d’identité. Un outil qui combine deux fonctions, primo qui nous permet de labéliser vos différentes “présence” en ligne prouvant que c’est bien vous et deuxio d’une plate-forme sous la forme d’une banque d’identité garantissant la légitimité des identités certifiées et dépositaires de ces informations. Un tel service va permettre de fluidifier et faciliter tout type d’interaction entre des individus dématérialisés et des services numériques, que ce soit l’accès au e-gouvernement, au e-commerce en B2C ou C2C, e-gambling, aux sites de rencontre, aux réseaux sociaux ludiques et professionnels, aux blogs, aux commen- taires/recommandations, etc. www.internetmanagersclub.com 10
  • Daniel Bréchignac Founder & Managing Partner Internet 2012 France 1- Google régresse en pénétration et en revenus, le marché confirme qu’il doit par- tager le marché du search avec un challenger tel que Microsoft-Yahoo et les grands réseaux d’agrégation des inventaires publicitaires en liens contextuels. L’effritement de son revenu sur le search tente d’être compensé par des services facturés à la demande sur les professionnels notamment et/ou des applications verticales (search sur intranets et autres google docs sécurisés). 2- La concentration des régies digitales se poursuit avec une contre-attaque du groupe Orange qui se retrouve face à Lagardère et MSN-Yahoo. Les premiers modèles de places de marché font leur apparition avec une extension du modèle “le nombre d’acteurs .... La crise a nettoyé économique des liens sponsorisés (enchères sur pricing model variable : cpm, cpc, cpa). L’achat de la publicité en “display” peut désormais se faire directe- et des groupes ment sur des plates-formes électroniques de “bid and ask” comme sur une place d’enseignes e-commerce de marché financière. commencent à 3- Les plates-formes d’affiliation ne progressent plus et les premières concentrations structurer le marché..” s’opèrent. Elles sont violemment challengées par les “advertising exchanges” des grands réseaux publicitaires. Elles doivent revoir leurs rémunérations à la baisse. 4- Les agences media confirment leur main mise sur une approche “mass-media” du canal internet et sur les campagnes de branding. Elles confirment l’utilisation sommaire du media notamment sur la remontée de datas qu’elles continuent de négliger. 5- Le ciblage comportemental confirme qu’il ne permet pas aux régies de défendre leurs marges et de faire remonter le niveau des prix nets. Aucun case study pro- bant ne sort pour démontrer que le modèle est plus puissant qu’un media plan- ning sommaire mais performant économiquement. 6- En e-commerce, la restructuration en cours avec la débâcle des VPCistes his- toriques se confirme. De nouveaux indépendants émergent sur les ruines des ventes catalogues avec un canal papier qui devient une source de trafic comme une autre et un facteur de légitimité pour des pur players e-commerce. La vente en ligne confirme sa fonction de transfert de business model pour les VPCistes historiques, mais devant la réforme impossible de leurs structures in- ternes, leur rentabilité s’écroule et ils sont obligés de laisser la place à de nou- veaux acteurs libérés de la culture du catalogue. 7- Les pur players e-commerce se concentrent majoritairement sur leur croissance hors frontières. Le secteur bricolage-décoration a commencé à décoller. La crise a nettoyé le nombre d’acteurs et des groupes d’enseignes e-commerce commencent à structurer le marché. www.internetmanagersclub.com 11
  • Didier Gottardini Founder & CEO Ma vision de l’internet en 2012 Personnellement, l’avenir de l’internet à deux ans je le vois comme le nouvel espace de développement économique, d’expression et d’acquisition des connaissances pour tous. Tout d’abord, le e-commerce va considérablement changer les habitudes de consommation et de travail. L’achat en ligne et le télétravail va modifier profondé- ment notre société, nous allons de plus en plus travailler à domicile et consommer “attentiontout, dérives !!! ” Malgré aux chez soi, le tertiaire va prendre un nouveau visage. Quant à l’expression des internautes et son pouvoir démocratique, ils vont amoin- drir le rôle et la suprématie des médias classiques (cf. le phénomène TWITTER ou FACEBOOK). L’internaute vivra et commentera l’événement en temps réel et aura toujours une longueur d’avance sur les journalistes, et le monde entier recevra l’in- formation en quelques minutes… Aussi, l’acquisition de la connaissance pour tous via le net va bouleverser l’éduca- tion et la culture. En effet, de plus en plus de personnes auront accès à une somme de connaissances et d’informations via le net et pourrons progresser à leur rythme. Enfin de nouvelles technologies et applications verront le jour dans le domaine de l’internet mobile grâce à la 3D et à la réalité augmentée, ces nouvelles formes de représentation vont bouleverser totalement notre rapport au numérique : la réalité et le virtuel vont se mélanger, l’histoire et le présent vont se confondre et nous irons vers le meilleur des mondes ? Malgré tout, attention aux dérives !!! Des dérives devront êtres évitées telles que : • L’indigence des contenus non structurés et contrôlés sur internet • Les atteintes aux droits privés de l’individu. On devra pouvoir avoir un droit d’accès permanent aux informations liées à son intimité (habitude de consommation, préférence sexuelle, religion etc.) et un “droit à l’oubli” de ces informations personnelles • Un e-commerce globalisé est détenu par quelques multinationales. La micro économie engendrée par les PME doit avoir absolument sa place sur le web car c’est elle qui crée la vraie valeur ajoutée, qui crée la liberté individuelle et les vraies innovations. Il faudra des lois appropriées afin de préserver les vertus du net tout en structurant les contenus et certifiant leur véracité. Bref, mettre un peu d’ordre dans cette jungle d’informations qui peut nuire au final à la liberté individuelle. “Le libre accès à internet oui mais sans le regard de BIG BROTHER”. L’internet de 2012 sera donc un nouvel espace de citoyenneté, de culture, d’échanges économiques et de démocratie réelle. www.internetmanagersclub.com 12
  • Emmanuel Gambart de Lignières Co-founder Du consom'acteur aux services à la personne 1 • Du Contenant au Contenu Internet vit sa période d’adulescence. Le Web est devenu le second média d’information (derrière la TV qu’il ne dépassera pas parce qu’il l’absorbera). Après avoir servi de grand réceptacle pour partager nos êtres et nos patri- “pseudo-accords que Quels que soient les moines culturo-pratiquo-intello-débilo-commun, la valeur d’Internet réside les providers peuvent moins dans la multiplicité des contenus que dans leurs qualités. Après l’essor des fonctionnalités majeures du Web pour s’y retrouver dans ce grand fourre- imaginer, nous avons tout (les moteurs de recherche et les portails, mégaliens des hyperliens), place déjà intégré qu’Internet à la différenciation. Le sujet de la qualité amène également celui de la gratuité est payant (forfait ou plutôt de la nongratuité. Quels que soient les pseudo-accords que les pro- viders peuvent imaginer, nous avons déjà intégré qu’Internet est payant (forfait d’accès a minima).” d’accès a minima). De même que le marché de la télévision s’est monétarisé en 50 ans avec des contenus segmentés, Internet (Fixe & Mobile) va voir s’ac- célérer le développement du paiement de ses services à contenu qualitatif et interactif, tout en maintenant le stockage gratuit (les informations stockées qua- lifiant son propriétaire et donc qualifiant son appétence d’internaute en tant que consomateur). 2 • Du virtuel au Réel Le futur du réel était le virtuel. Le futur du virtuel sera le … réel. Internet a donné accès à tout, à tout le monde, même et surtout à l’inaccessible. Au-delà du rêve nécessaire à tout un chacun, l’internaute souhaite retrouver de la proximité dans sa relation au Web. Son parcours ou plutôt son “expérience” client est multi-accès. Il s’informe en ligne, se renseigne par téléphone, se rassure dans son réseau social et achète dans le magasin avant de lui-même devenir un prescripteur auprès d’un autre client. C’est la fin du cloisonnement des canaux de distribution mais le maintien du lien dans son acte de transformation rendu possible par la maturité de la technologie mobile (couponing numérique, code barre 3D). Créer un site internet signifie désormais créer un parcours virtuel/réel intégrant personnalisation et géolocalisation. 3 • Du consom’acteur aux services à la personne Le consommateur devient consom’acteur. L’internaute se prend en main et de- vient acteur et produit de sa propre consommation. L’internaute n’est plus une multiplicité de user mais un avatar, fruit de la convergence des identités virtuelles. C’est l’avénement du VRM, je ne subis plus une offre normalisée mais je bénéficie d’une réponse sur mesure et multi-fournisseurs. Le Person-to-Person explose sur la toile. Continuité de l’auto-entreprenariat, je deviens service à la personne et je propose mes services à des Tiers (Juniors comme Seniors). Retour 13 aux premières pratiques du commerce, un service à la demande, sur mesure et en proximité dont le succès alimente ma e-réputation. www.internetmanagersclub.com
  • Emmanuel Racca CEO & Founder Une nouvelle ère… Les deux années précédentes ont été incontestablement l’avènement des réseaux sociaux avec, d’un coté, Facebook et Twitter pour une cible grand public, puis Linkedin et Viadeo se partageant la cible pro et entreprises. Les prochaines années seront à mon sens celles d’un recentrage sur la technologie. Alors qu’elle fut délaissée et moribonde après les années “bulle” celle-ci va revenir au galop sur un marché mature et démocratisé de l’Internet, avec notamment l’Internet mobile en toile de fond, voir fondu ouvrant ainsi une nouvelle ère… Cette nouvelle ère c’est Apple qui fut le premier à la toucher, à la déceler en lançant l’iPhone puis l’iPhone 3GS…Désormais, nous pouvons surfer sur Internet à grande “le clavier va peu à peu ...Concrètement vitesse, prendre des photos et des films les envoyer sur Youtube, changer les statuts laisser place au doigt de son réseau social préféré…Publier un article sur son blog le tout en effleurant son iPhone…Oui, cela existe aujourd’hui et cela ne va pas s’arrêter. et à l’œil…” Il y a peu, Apple, encore lui, a lancé son dernier “screen touch product” l’Ipad. Nous y voyons même s’il ne fait pas l’unanimité ce que sera l’Internet dans deux ans… Nous pouvons envisager que dans deux ans nous serons plus tactiles qu’aujourd’hui, les réseaux sociaux auront permis de structurer, canaliser, fédérer des groupes, des affinités qui se rencontreront physiquement plus facilement et plus rapidement qu’au- jourd’hui. …On peut imaginer des lieux dédiés un peu partout destinés à accueillir ces rencontres dans des endroits confortables, agrémentés ou non de collations, de drinks, suivant des cibles et des thématiques définies, le virtuel et le réel ne faisant plus qu’un… Sur le plan technologique, nous serons également plus tactile, nous aurons au moins une tablette de type Ipad sur nous, plus souple physiquement, plus complète permettant via Skype par exemple, de faire une Visio conférence nomade de chez soi, du bureau, du TVG, sans problème de coupure de réseau…D’appeler ses amis, de créer des improvisations, des shows, des évents musicales privées à regarder avachie dans son canapé…Les screen touch auront envahi l’industrie automobile, il sera possible pour nos chères têtes blondes de passer le doigt sur une icône pour écouter de la musique, regarder un film, surfer sur Internet alors qu’il y a peu ils se contentaient de lire un DVD dans le même appuie-tête…Le tout contrôlé par papa- maman qui pourront également, s’ils le souhaitent, écouter via Bluetooth la musique de leur progéniture… Concrètement, le clavier va peu à peu laisser place au doigt et à l’œil…Avec la réalité augmentée il sera facile de consulter sur son GPS, au fur et à mesure que le véhicule défilera, les restaurants, les stations services en 3D, ou l’intérieur d’une boutique de mode avec en temps réel la visualisation de la dernière collection printemps été… Bref, tout ce qui était à l’étude il y a dix ans sera prêt et bien en place… De nouveaux services verront le jour, il faudra plus d’écoute, plus d’assistance, à la fois pour les très jeunes et les seniors… A noter que le mobile et les opérateurs actuels auront un effort à faire au niveau du rapport prix/services. Peu à peu, de nouveaux acteurs vont entrer en piste, cassant peut-être les offres actuels à l’instar de Free pour Internet… Nous allons nous diriger vers une démocratisation de l’offre mobile qui est encore beaucoup trop élevée… Le tout associé à un Internet nomade. Tout laisse à penser que mobile et Internet seront l’enjeu des deux années à venir, 14 nous nous dirigeons vers ce que nous voulions il y a 10 ans : un Internet accessible partout, donc nomade, au meilleur prix… www.internetmanagersclub.com
  • Emmanuel Vivier Co-founder & Chief Strategy Officer 2012 ou l’année du “web Punk” contre le “web Jukebox” Depuis 10 ans, Internet s’est développé avec un formidable essor… 1.0 , puis web ““web playskool” oùun 2.0, synonyme de toujours plus de choix, de contenus, d’outils, de liberté et de ...Bienvenue dans perspectives avec les nouvelles possibilités du mobile (merci l’iPhone). Pourtant, 2012 sera l’année d’une véritable bataille entre deux conceptions du web diamé- tralement opposées, entre le “web Punk” et le “web Jukebox”. certes les copyrights Le web 2.0 a démocratisé les outils pour créer, et distribuer l’information, et le sont respectés, contenu,… Avec lui, les marques et les media ont perdu leur quasi monopole sur la communication de masse. N’importe quel ado peut créer et partager une vidéo les auteurs rémunérés, avec le monde entier, n’importe quelle fan de cuisine lancer son magazine, blog,… mais un web prémaché, concurrençant peu à peu l’élite médiatique et du divertissement. Certes, la qualité est variable, mais tels des fourmis, les internautes 2.0 sont tellement nombreux, prêt à consommer, et leur production tellement prolifique, leurs outils en constante amélioration… que entièrement contrôlé… ” leur impact est impossible à négliger. Bienvenue dans le “web punk”, où 400M de personnes publient sur un blog, 94M tweetent, podcastent,… avec passion et li- berté. Menacés, media, labels et studios ont pris le web de haut, puis essayé de résister (la bataille contre le P2P,..) en regrettant la bonne époque du Minitel et du paiement au temps passé. Après 10 ans d’errance, un nouveau prophète semble enfin leur proposer une planche de salut : Steve Jobs. Avec son écosystème innovant et astu- cieux, mixant terminal sécurisé (100M d’iphone + ipod + iPad) pour consommer audio, vidéo et applications, plate-forme de paiement et de distribution (iTunes), ergonomie et design, Apple a réalisé un vrai coup de maître suivi par Microsoft avec Xbox, Sony & Playstation, Google et YouTube. Bienvenue dans le camp du “web Jukebox”. Un web propre, au contenu validé par Apple. Adieu porno, chaos… et liberté. Bonjour monétisation. Bye bye téléchargement illégal, CPM de misère… Bienvenue dans un “web playskool” où certes les copyrights sont respectés, les auteurs rémunérés, mais un web prémaché, prêt à consommer, et entièrement contrôlé… 2012 sera donc une année capitale dans l’avenir du web…. si les créateurs de contenus doivent et peuvent enfin espérer être rémunérés, le temps dira s’ils ne fuient pas la liberté extrême du web 2.0 pour se mettre sous la protection d’Apple and co, futurs Wallmart de demain qui auront droit de vie ou de mort (digitale) sur chaque contenu, sur son prix, son format… www.internetmanagersclub.com 15
  • Eric Blot Founder & CEO Tout est dans tout, partout, tout le temps… mais va falloir apprendre le chinois ! Depuis sa “création” le Web 2.0, ne cesse de se transformer sous l’impulsion de ses utilisateurs. Blog, twitters, foursquare, liés à facebook… les prochaines années du Web devraient être temps réel. Les internautes communiquent “vite” et sans cesse avec leur commu- nauté. Les annonceurs devraient les suivre et médiatiser leur marque en temps réel. Cette pratique existe déjà mais elle devrait s’étendre sur l’ensemble des réseaux et se généraliser. La moitié des français seront équipés de PDA à la fin de l’année 2010,... Autant dire que tout le monde sera connecté tout le temps. On fait ses courses sur smartphones, on “avec Chine, millions ...La ses 400 joue en réseau, on prend un cours de langue, on twitte, on tchatte : une occupation qui ne peut que se développer car elle se déroule en “temps masqué”, occupant les longues d’internautes et ses minutes jusque-là perdues dans les transports en commun, les files d’attentes. 50 millions d’accro Evidemment, cette connexion mobile et permanente va permettre de développer des au Web 2.0, détient applications très utiles. Une société innovante travaille, par exemple, sur des systèmes nomades d’analyse de sang pour détecter les maladies, des assureurs réfléchissent à déjà la plus grosse des alertes en cas de pandémie vers des personnes à risques, les compagnies de trans- blogosphère, ports avancent aussi dans ce sens,… plus importante que Et, avec la mobilité vient la géolocalisation. Il existe déjà des applications ludiques, par celles des Etats-Unis exemple pouvoir signaler sa présence dans un restaurant, un bar,… et repérer ses amis à proximité. A chaque instant, les “mobinautes” sauront où se trouvent les autres mem- et de l’Europe bres de leur tribu et, pourquoi pas, pourront alors les rejoindre dans la vraie vie. Occidentale réunies. ” L’évolution des technologies permet par ailleurs d’envisager le développement d’appli- cation autour de la création de réseaux de communication provisoire : la voiture connec- tée à internet pourrait ainsi dialoguer avec le réseau de l’autoroute qui lui annoncerait les ralentissements, les accidents, les déviations… Les mobinautes connaîtront tout de l’espace, de la vie, des activités de leur commu- nauté, créant ainsi un nouveau sentiment que les sociologues désignent sous l’appel- lation de ubiquitus computing. La “vraie” vie devenant un entrelacement du réel et du virtuel, où l’on peut tout tester et tout savoir à tout moment. Une sensation renforcée par la technologie qui sera à la mode dans les prochaines années : la réalité augmen- tée. Une autre mutation pourrait bien toucher le Web 2012, et dont l’avenir pourrait se jouer en Asie. La Chine, avec ses 400 millions d’internautes et ses 50 millions d’accro au Web 2.0, détient déjà la plus grosse blogosphère, plus importante que celles des Etats- 16 Unis et de l’Europe Occidentale réunies. Notre alphabet et l’anglais risquent bien de de- venir minoritaires sur le Web 2012. www.internetmanagersclub.com
  • Fabrice Robert Co-founder & CEO Quelles évolutions du e-recrutement en 2012 ? Il est peu probable que nous assistions sur les deux prochaines années à une ré- volution des modes de recrutement grâce au net ou au mobile mais plutôt à une confirmation de nouvelles tendances de fonds. Pour les non initiés, il peut être surprenant de constater que le recrutement sur in- ternet n’a que peu évolué depuis 10 ans. “les sitescoté De leur emploi Monster reste le leader mondial du secteur depuis les années 2000, son modèle n’ayant pas varié : publication d’offres d’emploi et mise à disposition d’une base doivent évoluer.” de CV. Paiement au forfait ou à la publication. La recherche de la pertinence Le candidat veut accéder rapidement, et simplement à une offre d’emploi qui ré- pond à ses critères (métier, salaire, lieu,…) sans être polluer par des liste de résultat sans fin. Le recruteur, de son coté, souhaite uniquement des candidatures ciblées et cor- respondant au profil recherché sans être pollué par des candidatures fantaisistes ou parasites. L’émergence des réseaux sociaux généralistes ou spécialisés montrent qu’ils peu- vent répondre en partie à cette problématique de pertinence. Malheureusement, la recherche du bon candidat et la mise en relation est très consommatrice de temps pour les recruteurs et de nombreuses structures ne peuvent se payer une personne dédiée à cette activité. Leur utilisation restera essentiellement dédiée à certains profils de candidats recherchés par des utilisateurs expérimentés ou professionnels. De leur coté, les sites emploi doivent évoluer. Exit la navigation par mots clé. Le candidat devra de plus en plus se définir en choisissant des critères métiers de plus en plus fins afin d’accéder uniquement aux annonces qui correspondent à sa recherche. La mise en place de formulaires et de questionnaires aura concomitamment ten- dance à s’accroître dans le but pour les recruteurs de sur-qualifier les candidatures et d’éliminer les candidatures en rafale permises par internet. La notion de filtre de candidature va s’étendre de plus en plus ce qui sera paradoxalement l’occasion de rendre les candidatures plus anonymes et promouvoir la diversité des recrutements. Exit le paiement au forfait. Le paiement au résultat, commun sur web, et modèle des chasseurs de tête, n’a que peu pénétrer le domaine du e-recrutement. Ce paiement à la performance devrait de plus en plus se développer grâce au dé- ploiement d’outils de tracking de candidatures qui permettent aux recruteurs de suivre les candidatures de leur origine sur le net jusqu’au recrutement final Des modèles de paiements aux CV reçus, aux candidats sélectionnés, voire comme certains sites américains, à l’embauche, devraient donc s’étendre progressivement sur le net. www.internetmanagersclub.com 17
  • François Verron Strategic Planner Vers un Internet "context friendly" ubimédia “de centralisation Mais avec les logiques 2012 marque l’entrée dans l’internet ubiquitaire, un internet everywhere et perma- de l’internet, des frais nent, bref un internet baignant le réel ; ce fameux nuage ou “cloud” qu’on évoque aujourd’hui comme un agrégat de DATA s’organise demain en suites logicielles et de péages difficilement servicielles ambiantes, c'est-à-dire contextualisées et “on demand”, augmentant contournables les possibilités d’action et d’interaction in situ pour interagir sur les contextes im- noircissent l’horizon ” médiats ou lointains. Ce qui change la donne du point de vue de l’utilisateur final. Cet internet là, en effet, suppose une approche ubimédia de l’interactivité qui se traduit par “l’empower- ment” de l’utilisateur final dans son rapport au réel. Il aura le pouvoir de personna- liser son nuage, de le partager socialement avec des filtres d’intimité plus poussés, d’y appeler des services à sa mesure, au bon endroit, au bon moment, sur telle durée, en fonction de ses trajectoires, de ses lieux (indoor et outdoor) et moments de vie. Et ce, quel que soit le device de connexion et les modalités d’interaction à sa dis- position in situ. L’interactivité est protéiforme et disséminée partout. Ce qui change la donne pour les marques et les collectivités, dès lors que le nuage devient un terrain d’offre de services contextualisés. De fait, elles vont devoir investir et revendiquer un ou plusieurs contextes et les enrichir de services ad hoc, inves- tissant dans l’innovation sur les usages comme jamais. La force du digital n’est alors pas simplement communiquer, promouvoir, vendre, réseauter : en 2012, le digital augmente le produit et la marque d’un service ou d’une expérience indoor/outdoor à valeur ajoutée. Les sources de revenus proviendront des contextes (leur écosystème local) à la condition d’y faire naitre une longue traine de services, masse critique d’utilisateurs oblige, sur laquelle atteler une forme de régie publicitaire géolocalisée et granulaire. Mais avec les logiques de centralisation de l’internet, des frais de péages difficile- ment contournables noircissent l’horizon : droit de passage aux tuyaux, d’autant qu’on passe au Très Haut Débit ; péage via la gamme de devices fermés estampil- lés Apple, sésame obligé à une offre de services logicielles sans équivalent. Ainsi 2012 serait la fin du rêve de l’Internet libre sans contrôle : on entre dans la “minitélisation” d’internet et le marché des données personnelles en contre-partie d’une liberté d’usages décuplée in the Real Life. A moins, et il faut l’espérer, que le politique vienne à la rescousse ! www.internetmanagersclub.com 18
  • Frederic Canevet Product Manager Le Web de 2012, vers plus de professionnalisme et d'analyse ! Voici quelques pronostics pour le Web de 2012. - Vers la fin des les blogueurs Solos : Après un dernier baroud d'honneur, les der- niers blogueurs historiques ont perdu la guerre… Ils ne pouvaient plus tenir le rythme infernal imposé par les regroupements de blogueurs et la montée en puis- sance des Medias. Désormais, ce sont des petites équipes éditoriales qui gèrent les blogs les plus influents. - Vers moins d'amateurisme dans l'eMarketing : la concentration du marché et une meilleure compétence des clients permettent de diminuer le nombre de ces pres- tataires qui s'autoproclament "Référenceur", "Community Manager"… du jour au lendemain sans aucune expérience… La création de postes d'eMarketeur dans les entreprises permet de professionnaliser le secteur. - Vers la nécessité d'analyser la conversion et le ROI : les budgets devenant plus conséquents, les agences vont proposer à leurs clients de nouvelles prestations pour optimiser la rentabilité des campagnes marketing. Les outils d'eye tracking, d'optimisation des landing pages... seront enfin exploités et permettront qu'aug- “d'eMarketeur de postes ...La création dans menter de 30% le ROI des campagnes actuelles. les entreprises permet - Vers l'intégration du CRM dans l'eMarketing : l'analyse des clients, la mise en place de chaînes de prospection et de fidélisation… est un réflexe. Les sites intè- de professionnaliser grent désormais des fonctionnalités pour exploiter efficacement une base clients le secteur.” et développer le CA. - Vers l'intégration systématique des médias sociaux dans les plans marketing : chaque lancement de produit comprend systématiquement un relai social (Face- book, Twitter, affiliation…). Mais avec l'intensification de leur usage, ils deviennent bien moins efficaces, et seules les marques qui apportent un plus produit (image, design…), une valeur ajoutée (ebook, vidéo…)… arrivent à tirer leur épingle du jeu. - Vers la disparition de Twitter tel que nous le connaissons: en 2012, Twitter devra être plus facile a utiliser (client web ergonomique) et plus fonctionnel, sinon il dis- paraîtra au profit de Facebook. Celui-ci va au contraire croître et devenir une véri- table alternative de navigation et de promotion. En 2012, 60% des internautes auront un Profil Facebook. - Vers l'an 1 de la mobilité : la Mobilité devient une véritable réalité commerciale et non plus un gadget. Chaque site peut être consulté dans de bonnes conditions sur un PDA, avec des comparateurs de prix qui permettent de chasser la bonne affaire dans son quartier ou sur le Web selon la priorité au prix ou à l'urgence d'achat. www.internetmanagersclub.com 19
  • Gerard Spatafora e-commerce Manager 2012 : un grand cru ! Étant spécialisé dans le domaine du vin, je vous livre ma vision de l’Internet en 2012 à travers cette industrie qui est déjà bien présente sur Internet en b2b, b2c, etc. “se développer ces va La technologie qui Réseaux sociaux, blog vidéo, webzines, presse… Dans le vin, la recherche d’information sur Internet est en constante progression, prochaines années les internautes débutants et/ou amateurs cherchent à découvrir, apprendre et sera le searchandising échanger sur un sujet très vaste selon leurs centres d’intérêts. On voit se développer des réseaux sociaux verticaux qui permettent de satisfaire grâce à ses fonctions la curiosité des internautes et qui offrent des opportunités marketing efficaces pour de personnalisations les producteurs ainsi que pour les vendeurs de vins. Il y a aussi de plus en plus et de ciblages ” de blogs vidéo dédiés aux vins qui sont édités par des amateurs ou des profes- sionnels. Bref, le web 2.0 offre la possibilité à tout le monde de s’exprimer et les internautes font de plus en plus confiance aux conseils de leurs pairs. E-Commerce Je pense que la technologie qui va se développer ces prochaines années sera le searchandising, grâce à ses fonctions de personnalisations et de ciblages comportementaux. Son impact se retrouvera sur les sites Internet mais aussi dans le CRM. Les analyses comportementales des internautes sur leurs façons de naviguer, sur les résultats des campagnes emailing, nous permettrons d’ajuster nos pages d’atterrissages et nos offres emailing aux souhaits des internautes. Enfin, les synergies offertes par les stratégies multi-canal vont aussi sûrement chan- ger le secteur de la vente à distance. Déjà, des initiatives aux USA et en Angleterre montrent le succès de la fonction “pick up at store”. Ce qui aura aussi pour inci- dence un rapprochement vers des points relais locaux proches des clients. M-Commerce Comment ne pas évoquer le potentiel du mobile commerce ? Il suffit de se pencher sur les best practices des Japonais pour découvrir de quoi sera fait le Mobile Com- merce dans le futur. Web app et/ou applications affolent les opérateurs de télépho- nie qui ont l’impression d’avoir loupé la “killer app”. Aujourd’hui, on peut obtenir des informations et des services sur mobile ; en 2012, on pourra pratiquement tout acheter ou réserver sur son smart phone. En conclusion, je crois qu’en 2012, l’évidence des synergies entre les différents ca- naux de vente pourrait favoriser la consolidation des acteurs par secteur d’activité. www.internetmanagersclub.com 20
  • Godefroy Jordan Deputy General Manager Internet Activities 2012 : l'Internet mobile devient mature Le scenario que je privilégie pour les trente prochains mois est celui d’une seconde révolution Internet portée par les téléphones mobiles. Le fait qu’Apple ait annoncé 250 milions de dollars de revenus de commercialisation des applications iPhone sur iTunes en décembre 2009, ou encore que Gartner prévoit 22 milliards de dollars “sera le téléphone Google Le Nexus Two de dont de revenus en 2013 pour l’Apple AppStore, témoigne que nous entrons dans une ère nouvelle de l’Internet où les contenus se monétisent. Les éditeurs et détenteurs tout le monde parle : de contenus premium profiteront des nouveaux écosystèmes intégrés (harware + son moteur de recherche software, + CRM), qui favorisent la concentration des usages sur un nombre limitée d’images Goggles, d’applications, au détriment des sites web mobiles. parfaitement au point, La très forte intensité d’usage des mobinautes, connectés en temps réel et partout à l’Internet grâce à leur téléphone, ne se démentira pas. Ce scenario laisse à penser changera la vie quoti- que chacun des leaders positionnés aujourd’hui développera un business de plu- dienne de ses utilisateurs sieurs milliards de dollars. Ainsi, Apple pourrait avoir vendu 200 M d’iPhones en et démocratisera cumul à fin 2012. L’iPhone restera un téléphone haut-de-gamme, générant plu- sieurs milliards de téléchargements d’applications et quelques milliards de dollars définitivement la réalité de publicité via le réseau iAd. Microsoft pourrait connaître un grand succès avec la augmentée.” nouvelle évolution de son Kin, qui rivalisera avec Nokia et Google sur le marché gi- gantesque des smartphones moyens de gamme. Le Nexus Two de Google sera le téléphone dont tout le monde parle : son moteur de recherche d’images Goggles, parfaitement au point, changera la vie quotidienne de ses utilisateurs et démocratisera définitivement la réalité augmentée. La majorité des quotidiens et de nombreux magazines seront diffusés exclusive- ment en version digitale, le Web leur servant uniquement de support de conquête et de relations clients, le mobile de support de consommation de l’information. Enfin, la publicité vivra une mutation très forte, le géociblage s’imposant de manière systématique du fait de la masse critique de contacts potentiels. Les annonceurs se détourneront un peu plus de la publicité audiovisuelle au profit de campagnes mobiles associant créations multimédia et ciblage spatio-temporel personnalisé. Et l’ensemble du dispositif législatif de protection des données personnelles sera en cours de révision au Parlement européen. Le monde de 2012 ne sera guère différent de celui d’aujourd’hui : nos usages In- ternet mobiles ressembleront forts à ceux que nous connaissons. Il y aura simple- ment beaucoup plus d’utilisateurs, un usage plus systématique et quelques nouveaux services malins. www.internetmanagersclub.com 21
  • Hervé Bloch Founder & CEO Génération Ipad ! Certains illuminés pensent qu’en 2012, des astéroïdes cachés pour l’instant dans l’orbite de la Terre vont venir frapper notre planète. Et si tout simplement Internet continuait sa folle ascension dans le monde et initiait de nouveaux horizons… Une chose est certaine, le mobile sera incontestablement le point d’entrée de la toile le plus courant. Qui aurait cru que l’Ipod, Myspace ou Yahoo allaient un jour se ringardiser ? Cela veut-il dire que l’Ipad sera en 2012 une vulgaire tablette de première généra- “et elle disposera Ma fille aura 3 ans tion, Facebook un média social obsolète et Google, un moteur de recherche inef- ficace ? Il est donc difficile d’imaginer l’Internet en 2012 quand tout va si vite. probablement d’un écran Il sera évidemment de plus en plus présent, sous toutes ses formes, avec ses tra- vers honteux et ses gisements d’opportunités. tactile relié à la toile pour Je vais essayer d’évoquer la question par génération. échanger avec ses copines les dernières iconographies La génération X commencera à s’intéresser à la révolution digitale. Ils n’auront pas le choix. Le clivage va être de plus en plus fort, et il est impensable aujourd’hui d’Hello Kitty...” de ne pas pénétrer cet univers quand on pense que Facebook est le 4e pays le plus peuplé du monde. Il faudrait activer le tourisme digital ! La génération Y commencera à arriver sur le marché du travail, cette génération qui passe plus de temps sur internet que devant la tv. La carrière passera incon- testablement par l’utilisation des réseaux sociaux professionnels. La tribu sociale passera incontestablement par les médias sociaux et Facebook sera probablement encore là. De nouveaux médias sociaux de niches feront probablement leur appa- rition. L’internet social sera probablement le meilleur moyen de combler le vide laissé par l’éclatement de la cellule familiale. La génération Z fera la loi sur la toile et il faudra trouver les moyens de protéger cette communauté digitale née avec une souris dans le berceau. Ma fille aura 3 ans et elle disposera probablement d’un écran tactile relié à la toile pour échanger avec ses copines les dernières iconographies d’Hello Kitty. Mais il ne faudrait pas que des pédophiles s’invitent dans ces sites infantiles. En tant que père, je suis terrorisé par cette dérive. L’Internet du futur devra lutter contre ces cybercriminels. Barack Obama est le premier candidat présidentiel américain, si ce n’est le premier homme politique au monde, à avoir réussi une campagne à 360° avec un fort in- vestissement sur la toile. L’année 2012 sera en France une année de cyber politique et je m’en réjouis d’avance. Alors prêt à voter pour son candidat via iPad ??? www.internetmanagersclub.com 22
  • Hervé Kabla Founder & CEO Spacebook 2012 Nous sommes le 22 octobre 2012. Il est 22 heures à Paris. Steve Jobs vient d’ache- ver sa Keynote. Une fois encore, c’est un succès, avec l’annonce de l’iSpace, la première tablette tactile dotée d’une interface 3D (port de lunettes 3D requis). Le résultat est éblouissant. Doté de son iGlove, l’utilisateur de l’iSpace peut plonger sa main au travers de l’écran, pour saisir les applications qu’il veut lancer, jouer, feuilleter les pages d’un livre. Plus de 2 500 000 fans de la marque ont préacheté leur iSpace sur la boutique Apple, ce qui en fait le produit ayant connu le plus grand succès avant sa sortie. On prévoit qu’il dépassera les ventes de l’iPhone et l’iPad (respectivement 1.4 Md “c’est aussi SpaceBook, L’iSpace et et 250 M d’unités) réunis en moins de 2 ans. Mais le succès de l’iSpace, c’est aussi le fruit de la collaboration entre Apple et une nouvelle forme Facebook. Les deux sociétés se sont rapprochées, depuis que Google a racheté de communication, Adobe, et que Microsoft, après une nouvelle tentative de rachat de Yahoo, se soit en diffusant le flux vidéo rabattu sur Squitter, le réseau social-mobile-temps réel lancé en février 2009, suite au rachat de Foursquare par Twitter. 3D en temps réel. ” Cette collaboration Apple / Facebook a donné naissance à SpaceBook, le premier réseau social universel 3D. SpaceBook, c’est l’interface 3D de Facebook : une expérience utilisateur saisissante, que Jobs a su communiquer à la salle. Doté de 2 caméras latéralement opposées (vision stéréo), l’iSpace filme en 3D et rediffuse un flux vidéo 3D. Grâce à cette combinaison, on peut filmer son cheval en 3D, uploader la vidéo 3D obtenue sur Spacebook, puis proposer à ses amis de caresser l’animal avec un iGlove. Bien entendu, d’autres usages sont envisagés. Dassault Systèmes s’annonce in- téressé par les fonctionnalités collaboratives 3D offertes par l’iSpace et SpaceBook. Endemol s’est dit prêt à rediffuser des versions 3Disées des contenus de l’INA, dans le cadre de son émission “les enfants de la 3D”. L’iSpace et SpaceBook, c’est aussi une nouvelle forme de communication, en diffusant le flux vidéo 3D en temps réel. Envie de tater le ballon du fiston avant le coup d’envoi de son match de minimes ? Rien de plus simple, il suffit d’enfiler l’iGlove et de “pénétrer” à l’intérieur de l’iSpace en train de filmer le ballon. Seule ombre au tableau, les volumes de données produits par ces applications 3D temps réel : Orange a d’ores et déjà annoncé une hausse de 30% sur les tarifs Origami iSpace. Quant à Free Mobile, il attend la version d’Androi3d, annoncée pour début 2013 par Google. www.internetmanagersclub.com 23
  • Jean-Michel Maurer Founder & CEO I have a dream ! En 2012, année de l’élection présidentielle, toute la campagne se passera en ligne et principalement sur les réseaux sociaux : meeting en ligne, affichage en ligne, distribution de tracts en ligne, manifestations en ligne. En 2012, Android aura autant de parts de marché que l’iPhone et jouera ainsi à armes égales. Apple n’aura pas d’autres choix que d’ouvrir son modèle pour rester dans la course. Les opérateurs mobiles auront repris le pouvoir avec chacun son propre Android Market, sélectif. Mais cela ne sera pas un problème puisque Apple aura lancé entre temps la iTV, télévision multimedia 3D, connectée et tactile, as- sortie de sa console de jeux iGame avec son catalogue de films, de jeux vidéos. Il “de personnes,enInternet Pour de plus plus s’attaquera à Nintendo, Playstation et… encore une fois Microsoft sur le terrain des consoles de jeux. c’est Facebook, En 2012, Google fera l’objet d’un procès pour abus de position dominante comme ils ne connaissent Microsoft en son temps. A vouloir être partout et sur tout, Google en a oublié sa pas d’autres sites, devise “don’t be evil”. Il aura trop poussé son navigateur Chrome au détriment des autres navigateurs, comme Microsoft avec internet explorer. Mais c’est la fin de tout est disponible l’ère Google et Microsoft. sur Facebook (email, Pour de plus en plus de personnes, Internet c’est Facebook, ils ne connaissent pas jeux, amis, info, etc) ” d’autres sites, tout est disponible sur Facebook (email, jeux, amis, info, etc) donc pourquoi en sortir ? On a l’impression de revenir au temps d’AOL et de son portail propriétaire d’où l’on ne pouvait pas sortir. En 2012, Facebook prendra la décision de devenir fournisseur d’accès internet, de lancer ses propres ordinateurs et ses mobiles. En 2012, les particuliers n’auront pas succombé au charme de l’iPad, mais c’est grâce au B2B que l’iPad aura trouvé sa voie. Dans mon restaurant favori, le menu se consultera sur la tablette d’Apple avec vidéo live des cuisines et prise de com- mande automatique. Dans les métiers de la vente, les commerciaux seront tous équipés d’iPad pour faire des démonstrations, consulter les stocks, passer les commandes. Les caddys des grandes surfaces seront équipés d’iPad pour trouver plus facilement les produits… et les marques pour afficher des publicités au consommateur. En 2012, tout ceci n’aura été qu’un rêve et rien n’aura changé ; Ou tout ceci n’aura été qu’un dixième de ce qui nous attend en 2012. www.internetmanagersclub.com 24
  • Jean-François Ruiz Co-founder En 2012... En 2012, nous verrons la libération des usages Internet en mobilité. Internet sera omniprésent dans le système d’information des internautes lambda. Nous serons dans un monde où la majorité des internautes seront connectés la majeure partie du temps à Internet. L’arrivée de Free sur le marché Internet mobile avec la 4e licence 3G va dynamiser le marché. Free va fortement encourager les usages mobiles Internet grâce à des prix de plus en plus abordables. En 2012, le marché des services Internet (surtout mobile) pour les seniors sera beaucoup plus développé. Surtout les usages exploitant la NFC. Nous évoluerons dans un monde de flux. La majeure partie des contenus audio et vidéo seront streamés. Nous pourrons même facilement diffuser de la vidéo. En 2012, la transparence imposée par les réseaux sociaux grand public et par Goo- gle auront amené à une prise de conscience globale du lien étroit qui existe entre sa présence en ligne et hors ligne. Les problématiques liées à sa gestion de pré- sence en ligne et son accessibilité vont exploser dans les deux prochaines années. Facebook sera toujours là et se sera implanté durablement dans le système d’in- formation personnelle des internautes. En 2012, les annonceurs ne se contenteront plus de se positionner où les gens les cherchent (référencement Google) mais ils iront également chercher des prospects dans les réseaux sociaux grands publics en surveillant les informations partagées par les internautes au sein de leurs ré- seaux. C’est déjà possible aujourd’hui mais en 2012, ça sera devenu beaucoup “les 2012, ne se En annonceurs plus systématique. En 2012, l'accès à Internet sera un droit. Les moins favorisés d'entre nous auront accès. contenteront plus de En 2012, Internet jouera un rôle décisif dans la campagne présidentielle française. se positionner où En 2012, nous serons passés d’une économie de la visibilité à une économie de les gens les cherchent l’attention. Les mesures publicitaires prendront de plus en plus en compte des cri- tères d’engagement et de temps d’exposition réel de la publicité. (référencement Google) mais ils iront également chercher des prospects dans les réseaux sociaux grands publics... ” www.internetmanagersclub.com 25
  • Laurent Chiozzotto Startup Essentials Program Manager La virtualisation généralisée des infrastructures Même si elle a été introduite dans l'informatique il y a 40 ans par IBM sur ses mainframes, ce n'est que depuis le milieu des années 2000 que la virtualisation connaît une croissance fulgurante sous la houlette de la société VMWare qui a véritablement démocratisé cette technologie en la rendant accessible sur les plates-formes les plus répandues du marché. La virtualisation s'est d'abord attaquée aux serveurs afin de faire cohabiter “il...suffira sans doute En 2012, plusieurs environnements d'exécution d'applications sur une même machine d'un smartphone physique, pour toucher désormais les systèmes de stockage, le réseau, les postes de travail et, bien sûr, le logiciel. pour créer son site Les résultats obtenus grâce à la virtualisation des ressources sont une réduction en quelque minutes ...” globale du nombre de systèmes, une meilleure utilisation des capacités offertes et une plus grande souplesse de gestion et d'évolution des infrastructures avec, à la clé, des réductions de coût pour les opérateurs de datacenters et les utilisateurs. C'est grâce à la virtualisation que les offres du type SaaS (Software as a Service) ou PaaS (Platform as a Service) et finalement le Cloud Computing ont pu se développer. Il n'y a qu'à voir le succès rencontré par l'offre EC2 d'Amazon pour comprendre que ce nouveau modèle d'utilisation de l'informatique correspond à un vrai besoin et que la virtualisation va rapidement se généraliser à l'ensemble des infrastructures, qu'elles soient publiques ou privées. De fait, pour mettre en place un système d'information dans une entreprise ou lancer une activité sur Internet aujourd'hui, il n'est plus nécessaire de posséder sa propre infrastructure ou d'acheter des logiciels. On ouvre un compte sur Google ou SalesForce et on ne paie, éventuellement, que ce que l'on consomme. On peut même s'épargner l'installation d'outils de développement sur son portable puisque des environnements complets de génération d'applications sont aujourd'hui utilisables directement sur le cloud. Ainsi, en 2010, une startup du web peut être totalement «fabless» et mixer des services disponibles auprès d'opérateurs ou de fournisseurs différents pour bâtir son offre et la personnaliser. En 2012, il suffira sans doute d'un smartphone pour créer son site en quelque minutes et rassembler une communauté de plusieurs dizaines de milliers de fans en quelques heures ! www.internetmanagersclub.com 26
  • Laurent Vermot-Gauchy Founder & CEO 2012. Dans le web, tout va très vite. Si certains, attentifs à la Net Neutrality, craignent que 2012 soit l’année de l’extinc- tion de l’Internet tel que nous le connaissons, alors ces quelques lignes n’auront plus guère de sens dans deux ans. Les plus pessimistes prévoient une transfor- mation qui conduirait l’Internet à ressembler à la télévision d’aujourd’hui. Des chaînes et des contenus que vous ne visiterez plus librement mais des bouquets pour lesquels vous devrez payer un abonnement mensuel. C’est une vision qui, si elle n’est pas dénuée de fondement au regard des diffé- rentes tentatives gouvernementales de plusieurs pays de réguler les contenus et la façon de les utiliser, me semble néanmoins alarmiste. L’Internet est devenu mobile. Réellement mobile. Difficile à réguler. D’ici 2012, ce “sans que nous Et pas une journée qui est aujourd’hui une tendance deviendra une norme. Téléphone mobiles, netbooks mais également tablettes relègueront l’Internet fixe au rang de ce qu’est la télé- laissions la trace phonie fixe aujourd’hui : une survivance archaïque. de notre passage D’ici 2012, l’Internet fixe sera sans doute conçu comme un “call to action” vers ici ou là...” des sites et des services mobiles. Que ferons-nous sur l’Internet mobile ? Nous continuerons à lire nos emails, nous y répondrons, certes, mais pas une jour- née sans que nous ne cherchions le cinéma, restaurant, boutique de l’endroit où nous nous trouvons, consultions les avis de nos amis ou de ceux, inconnus, qui les ont utilisés. Et pas une journée sans que nous laissions la trace de notre pas- sage ici ou là, dans ce mauvais restaurant ou cette étonnante boutique. Nos amis, relations professionnelles, famille, informés en temps réels de l’endroit où nous sommes, si et quand nous le souhaitons. Ainsi que les marques que nous utilisons. Non seulement l’Internet mobile changera la façon dont utilisons Internet, mais il changera aussi la façon dont les marques seront amenées à communiquer avec vous, nous. L’utilisateur géolocalisé trouve des réponses, partage des informations, échange avec ses proches, en temps réel, et élargit son réseau social virtuel tout en laissant une trace de son passage “pour la postérité”. Pour paraphraser Andy Warhol, si en 2010, beaucoup sont encore à la recherche de leur 1/4h de célébrité, d’ici 2012, chacun aura droit à son 1/4h d’anonymat en se déconnectant de l’Internet mobile géolocalisé qui en fait à la fois le centre de sa communauté et le membre de celles qu’il choisit. www.internetmanagersclub.com 27
  • Leila Khallaf Founder & CEO L'intermobinaute en temps réel Si l’on fait abstraction des thèses catastrophistes prédites pour 2012 - celles de la fin du monde le 21 décembre et la mort annoncée de l’Internet - voici ma vision de l’Internet en 2012. Une élection présidentielle 2.0 Internet jouera un rôle crucial dans la course à la Présidence française. Le vain- queur sera le communicant qui aura su habilement allier une présence terrain si- gnificative, une orchestration adéquate des médias traditionnels et une “assurémentidéal sera Le terminal nomade, omniprésence pertinente sur Internet —“fixe” et mobile— en misant principalement sur les réseaux sociaux et la vidéo. multitâches L’apogée de la vidéo et le plus intégré La vidéo, devenue le vecteur privilégié de diffusion des messages sur le Web, achè- possible.” vera son avènement avec la conquête du Mobile. À condition que les fabricants de terminaux s’accordent sur des standards et que les opérateurs ouvrent “leur” Web, le mobile deviendra probablement le terminal de prédilection pour la consommation vidéo des “intermobinautes”. Accélération du temps réel Phénomène émergent dans la communication, favorisé par les réseaux sociaux, le temps réel s’imposera comme la principale unité de temps. Dorénavant, on reçoit et diffuse ou rediffuse l’information dans une forme d’immédiateté en constante surenchère. Une nouvelle problématique apparaîtra : comment prendre le temps de recul nécessaire à la prise en compte, à la digestion et à la vérification de l’in- formation ? Cela poussera a priori certaines professions, notamment les journalistes et agences de presse, à muter et à se réinventer. Convergence et nouveaux terminaux Longtemps annoncée et d’ores et déjà amorcée, la convergence du Web et de l’In- ternet Mobile sera probablement une réalité en 2012, donnant ainsi naissance à un usager hybride : “l’intermobinaute”. En matière d’usage, le mobile,propice à l’immédiateté, deviendra l’outil de com- munication prépondérant. L’Internet, depuis un PC, sera réservé à un mode de na- vigation distinct, plus détendu. Selon moi, Internet sera le média de “fond” nécessaire au recul, à la lecture et à l’analyse. Celui-ci sera complémentaire au média de l’immédiateté, le Mobile. Enfin, l’apparition de la tablette d’Apple amorce la mise sur le marché d’une faran- dole de nouveaux terminaux qui répondront aux besoins, en mutation incessante, de communication. www.internetmanagersclub.com 28
  • Marc Cohen eCommerce Business Unit Director Multi-convergence & dépendance Internet est comparable à la révolution industrielle du XIXe siècle. Nous sommes tous témoins et acteurs de cette mutation économique, sociale, politique et envi- ronnementale qui touche toutes les strates de notre société. Catalysé par l’appa- rition de produits technologiques tels que l’iPhone ou de sites tels que Facebook, Internet se métamorphose à très grande vitesse. A tour de rôle, chaque élément émergent hisse Internet vers une nouvelle étape de la révolution digitale. Chacun “de l’ordinateur et du La banalisation depuis son clavier ou son mobile, pilote subrepticement et inéluctablement la pro- chaine mue d’Internet à horizon 2012. téléphone portable, avec La banalisation de l’ordinateur et du téléphone portable, avec des réseaux toujours des réseaux toujours plus plus rapides et à bas prix, a permis d’évangéliser Internet pour générer un avatar rapides et à bas prix multimédia de notre monde rétro. a permis d’évangéliser Avec le développement du web social, chacun peut s’exprimer, agir et influencer Internet pour générer en un temps record. Chaque site se fait potentiellement le relais de l’opinion d’un un avatar multimédia individu ou d’un groupe, induisant une addiction à Internet. La prise de pouvoir des internautes s’opère grâce au développement des moyens d’accès à Internet via de notre monde rétro” l’ordinateur, le mobile, les consoles de jeux etc. Le nombre d’adhérents augmentera de seconde en seconde de manière inopinée ou forcée et rendra les canaux de ral- liement à Internet, en 2012, totalement convergents et omniprésents. L’urgence et la prise de conscience mondiale à traiter la question du développe- ment durable engendrée, a trouvé en Internet la parfaite solution. Dopé par le be- soin de rationalisation des coûts et par l’enjeu de la collecte des informations prospects et clients des sociétés, Internet et ses services ne cessent de se déve- lopper. C’est selon cette logique que la dématérialisation des documents papier s’inscrit et deviendra incontournable en 2012. Relevés de comptes, contrats, fac- tures, titres de transports et autres, seront exclusivement électroniques et unique- ment accessibles via Internet. Internet apporte de multiples bienfaits tout en créant notre dépendance absolue. 2012 sera l’année de la convergence Internet multi-canal et de notre dépendance au “tout digital” engendrées par la convergence elle-même. Parallèlement, les don- nées personnelles des internautes octroieront aux sites une capacité à cibler très finement pour offrir des services 100% géolocalisés et personnalisés, avec comme rançon le fait d’être de plus en plus visible sur le Net. Mais “n’est-ce pas ce à quoi l’homme aspire ?” www.internetmanagersclub.com 29
  • Marc Thouvenin Founder & CEO 2012... en 5 mots Recherche L'information ne viendra toujours pas à l'internaute mais les outils de recherche vont se perfectionner. Google sera toujours fort mais pour rester leader, il sera obligé d'améliorer sa pertinence et donc de gagner moins avec les publicités cli- quées par les internautes insatisfaits des résultats. Apple se jettera dans la com- pétition du Search avec une force redoutable dans la musique, la vidéo, les livres, les applications (pour mac/iphone, mais aussi pour les autres plateformes). La guerre du search marquera le retour au contenu qualitatif. Des labels de qualité et de crédibilité des contenus émergeront. “sera plus services L’offre de concentrée Mobilité Il y aura 2 types de téléphones mobiles qui se partageront 90% des terminaux mo- et il n’y aura que 2 ou 3 biles : Apple / Android. Nokia aura choisi un camp, probablement Android. Plus aucun forfait ne sera commercialisé sans internet illimité, qui sera dopé par Free, alternatives pour avec des tarifs très agressifs. Les ordinateurs auront la connectivité 3G intégrée les fonctions comme le Wifi. Les abonnements quadruple play : ADSL, Tel, TV, 3G permettront essentielles un usage pervasif de l'internet. Nous serons connectés partout ou presque en uti- lisant à chaque fois le meilleur canal. Même sans 3G/Edge ni Wifi, vous pourrez (mail, messagerie toujours chatter via le réseau GSM (Push ou SMS). Le Wifi sera dans toutes les instantanée, photos, rames TGV. vidéos, musique). ” Usage L’offre de services sera plus concentrée et il n’y aura que deux ou trois alternatives pour les fonctions essentielles (Mail, Messagerie instantanée, Photos, Vidéos, Musique). Vos contenus seront automatiquement synchronisés sur chacun de vos terminaux. On pourra commencer un mail sur son iphone et, arrivé au bureau, le terminer sur son Mac ou son iPad. Les internautes imposeront l'interopérabilité aux opérateurs de ces services. Les services professionnels hébergés deviendront la norme, en concurrence avec les grands acteurs historiques comme Lotus et Microsoft. Publicité et marques Les internautes seront en relation de plus en plus privilégiée avec les fabricants mais de moins en moins perméables aux publicités par affichage classique (filtrage logiciel et mental). La part de l'attention des citoyens sur internet continuera d'aug- menter, par la pyramide des âges mais aussi par la simplification de l'accès et des services. La part des budgets de communication sur internet augmentera encore plus vite que le nombre d'’internautes. Enjeu Le constructeur qui réussira à vendre le terminal (Apple, Google) gagnera sur toute la durée de vie de celui-ci, donc il devra en fidéliser et doper l'usage. www.internetmanagersclub.com 30
  • Olivier Chouraki Founder & CEO Le décollage de l’Internet mobile • L’Internet mobile pour tous. L’Internet mobile accélère sa pénétration qui dépas- sera 50% en 2012 à l’échelle mondiale. Sa croissance est accélérée par la révo- lution iPhone et le développement du segment des smartphones, ainsi que “va trouver sa voie dans Le m-commerce l’amélioration des réseaux, la généralisation de la 3G et la baisse des tarifs data. Avec quatre téléphones portables pour un micro-ordinateur, l’Internet mobile se les pays industrialisés prépare à dépasser l’Internet fixe, poussé par la demande dans les pays émer- (Entertainment, gents et la modernisation des réseaux grâce à la technologie LTE. transports, …) • La grande ouverture des services mobiles. Face à la demande des utilisateurs en et se substituer au accès Internet mobile ouvert et illimité, les opérateurs mobiles doivent renoncer à leurs “walled gardens”. Les portails des opérateurs perdent leur audience peu e-commerce dans à peu, comme en leur temps ceux des premiers “FAI” de l’Internet fixe (AOL, les pays émergents Compuserve…), au profit du “off portal” : services communautaires, moteurs de tandis que les moyens recherche, médias, jeux. Les services mobiles poursuivent leur transition du mo- dèle payant créé par les opérateurs vers un modèle Internet ouvert, en grande de paiement sur mobile partie gratuit et financé par la publicité. rentreront dans • Le décollage de la publicité mobile. Le mobile est devenu un support incontour- la norme.” nable non seulement pour les fournisseurs de services et contenus mobiles (jeux, applications, musique, …) mais aussi pour les marques. Porté par la croissance de l’audience et les débuts du m-commerce, le marché a atteint une masse cri- tique qui permet d’affiner le ciblage des campagnes (personnalisation, recom- mandations, localisation…) améliorant ainsi l’acceptation par les utilisateurs et les performances. De nouveaux formats adaptés au mobile vont s’imposer (click-to-call…). La maturité du marché va se traduire par la structuration de la chaine de valeur et une phase de consolidation succèdera à la multiplication des acteurs (régies, agences, agrégateurs). Les écarts de prix, de 1 à 1000 aujourd’hui, vont se réduire et les tarifs se stabiliser à des niveaux cohérents avec les autres médias et les ROI. • Un nouveau départ progressif pour le paiement sur mobile et le m-commerce. Le m-commerce va trouver sa voie dans les pays industrialisés (Entertainment, transports…) et se substituer au e-commerce dans les pays émergents tandis que les moyens de paiement sur mobile rentreront dans la norme. Les opérateurs confrontés à la généralisation du paiement par carte bancaire sur mobile et à de nombreuses offres de micro-paiement seront contraints de proposer des revenus sharing et des délais de paiement raisonnables. www.internetmanagersclub.com 31
  • Olivier Luet e-business manager Minority Report ça vous dit quelque chose ? …et bien précipitez-vous pour le voir car il y a des chances qu’en 2012 Terminons avec une belle définition internet ressemble bientôt à ça : un internet quotidien, modulaire, commu- de ce que pourra être internet nautaire, un brin totalitaire (?) et multidimensionnel et pendant que vous en 2012 (Web3.0) y êtes, feuilletez la saga “Hypérion” de Dan Simmons pour vous projeter encore plus loin. Divagations me direz-vous ? et bien je vous renvoie à la présentation Web1.0 de Pattie Maes à TED (février 2009-longbeach Californie) qui parle du • Moi “sixième sens”, ce sens qui nous donnera accès quotidiennement à une • Lire masse colossale d’informations venant d’internet et qui nous aidera à pren- • Connecter des idées dre des décisions aussi triviales que “quelle livre choisir ?” ou “Ce produit • Rechercher a-t-il un indice carbone faible ?”. Le prototype de ce 6e sens existe déjà ! • Trouver l’info Cette présentation nous montre qu’internet s’affranchit rapidement du sup- port ordinateur, pour essaimer vers d’autres supports tels les “Smart- phones”, les télévisions, dernièrement les tablettes, les voitures...et techniquement rien n’est impossible. Web2.0 • Toi et moi Verra-t-on prochainement des abris bus intelligents donnants des infos sur • Lire et écrire le trafic, véritables interfaces connectées et où l’on pourra se connecter ? • Connecter des idées & des gens • Recommander socialement Cette présentation nous montre également qu’Internet “augmentera” notre • Partager l’info réalité. Promenez-vous en ville et vous saurez (via Smartphone aujourd’hui, autre support demain) où sont les restos les plus proches, quels avis ont été déposés dessus, et votre Smart-truc vous y guidera. La “réalité aug- mentée” fera partie de notre quotidien : elle vous présentera le plat du jour Web3.0 devant un resto inconnu, elle vous procurera du contenu devant un monu- • Nous ensemble ment historique, ou devant un individu en vous présentant les réseaux so- • Vivre ciaux sur lesquels il est présent. • Partager le savoir • Partager ses intérêts Internet en 2012 sera communautaire et installera le “social commerce” à • Renseigner, enrichir l’info la place du e ou du m-commerce. Aujourd’hui déjà, ce n’est plus la marque qui contrôle son image. En 2012, plus de 80% du contenu sur Internet sera généré par les internautes et non par les marques (aujourd’hui, 25% du contenu relatif aux 20 plus grandes marques internationales est généré par les internautes). www.internetmanagersclub.com 32
  • Olivier Meinvielle Co-founder & Director 2012 : ATAWAD 3.0 Lorsqu'en 1450, Johannes Gutenberg imprima Fragmente vom Weltgericht en quelques exemplaires, il ne se doutait pas qu'il entrait dans l'histoire en tant qu'in- venteur de la diffusion des textes et du savoir. “nos décisionstoutes Il influencera car Dans quelques années, à la question : “Qui a inventé la diffusion des textes, des sons, des images et du savoir ?”, nos jeunes enfants répondront en cœur : il sera devenu l'unique “Internet !!!”. Et ils auront d'une certaine manière raison... Rien de plus banal en effet source centralisée que de pouvoir émettre et recevoir ce que l'on veut, n'importe quand et n'importe où. Pourtant, l'expression “AnyTime, AnyWhere, AnyDevice”, n'en est qu'à ses d'information, balbutiements. La convergence entre le virtuel et le réel et la fusion des web- d'analyse et technologies et nanotechnologies vont dessiner un monde nouveau. Un monde définitivement Mobile, compact dans sa forme mais infini dans ses fonctions, ses de recommandations. .” services et ses évolutions technologiques. Hologrammes, écrans interactifs, inter- faces innovantes, géolocalisation et réalité augmentée bouleverseront notre rapport à l'information, à l'image et au son. Un monde en 3D interconnecté via des réseaux sociaux et des APIs dont on n'imagine pas encore la puissance et le pouvoir d'in- fluence social, économique et politique. En matière de consommation, Internet sera le facteur d'expertise, de choix et d'achat incontournable, tant sur les canaux de distribution on-line, qu'off-line. Il influencera toutes nos décisions car il sera devenu l'unique source centralisée d'information, d'analyse et de recommandations. ATAWAD 3.0 gommera les frontières entre le vrai et le faux, le virtuel et le réel, le concret et l'abstrait, le temps présent et le temps d'après, l'humain et la machine (l'intelligence artificielle). Il sera alors plus que jamais de notre responsabilité de veiller à bien éteindre les mobiles de nos enfants lorsque le marchand de sable sera passé... www.internetmanagersclub.com 33
  • Pascal Rawsin Marketing Manager Internet 2012 : Mutations accélérées des usages, révolution douce dans l'entreprise ? L’internet est depuis 2005 le média ayant le plus impacté les nouveaux usages “usages, auront de notre quotidien. Son accès est devenu la troisième énergie de notre domicile, Tous ces nouveaux après l’eau et l’électricité. Ne pas encore l’avoir est un problème surprenant. Il va continuer d’irriguer intensément des mobiles toujours plus tactiles, des tablettes multimédia, mais aussi des objets devenus intelligents partout dans la maison où notifier, informer, divertir ou acheter en ligne est possible. un impact encore Chacun d’entre nous est un adepte régulier de nouvelles pratiques, que nous plus décisif dans n’aurions pas envisagé, il y a encore deux ans (Twitter, Facebook, Linkedin ou notre environnement les Google Apps…). Nous sommes désormais connectés en direct à des commu- professionnel. nautés pour partager des actualités, des événements, des connaissances, des fragments de notre vie sociale qui changent notre comportement et ouvrent un nouveau rapport à l’action, à l’initiative, car le champ du possible est plus direct avec Internet. En 2012, nous aurons près de 80% de nos services effectués en ligne : nos impôts sont déclarés en ligne, nos consommations d’énergie sont e-facturées, on gère ses comptes, on commande son e-caddie, on classera les derniers papiers, mais on gèrera ses e-dossiers administratifs (via un service en ligne payant et sécurisé…). Et bien sûr, on gardera des temps précieux afin d’aller chez son boucher ou son boulanger pour choisir de bons aliments et on conservera du temps pour vaquer à ses loisirs favoris (une sortie en VTT, un atelier cuisine en famille, un concert avec des amis…) avec le bonheur d’une réalité partagée et vécue. Tous ces nouveaux usages auront un impact encore plus décisif dans notre environnement professionnel. 2012 risque fort de célébrer aussi les Jeux Olympiques du 2.0 dans nos entreprises. Habitués à des applications efficaces sur nos iPhones, à une grande réactivité des services en ligne, aux bénéfices de la communauté, nous aspirerons à un véritable univers collaboratif pour nos projets au travail. On travaillera exclusivement par Projet, avec une visibilité dans le temps, dans le cadre d’échanges directs, sans contraintes hiérarchiques… L’organisation, la production, les règles et la culture de l’entreprise aspirent à une vraie fluidité. L’ère des usages grand public passe les portes de l’entreprise, de façon irréversible, une génération de “native-connected” est aux commandes pour placer la web-en- 34 treprise sur le bon nuage Internet ! www.internetmanagersclub.com
  • Sam Gonzales Founder & CEO Email marketing : 3 tendances à suivre pour 2012 ! “de l’iPhonel’utilisation Vous l’entendez à longueur de journée, à en croire votre entourage, plus personne En un an, ne lit des emails commerciaux. Vos taux d’ouverture s’écroulent, vos taux de clics aussi. Est-ce la fin d’un eldorado qui apporta aux ‘marketeurs’ les campagnes les pour plus performantes et rentables en ligne ? Bien optimisées, scénarisées intelligemment, les campagnes email restent la consultation un vecteur considérable d’apport de lead et de fidélisation clients ; encore faut-il de mails a augmenté appliquer les bonnes stratégies ! de 130 % ” Voici trois pistes simples à suivre pour optimiser vos campagnes emailing et anticiper 2012 : Mobilité et smartphones : les enjeux de demain L’arrivée des smartphones et notamment l’iPhone, a bouleversé le processus de délivrabilité. En un an, l’utilisation de l’iPhone pour la consultation de mails a aug- menté de 130 %*. Une réelle opportunité pour toucher des consommateurs en mo- bilité, avec néanmoins quelques contraintes : l’harmonisation des visuels emails en versions desktop/mobile ainsi que la création de landing pages smartphone friendly. Humaniser ses visuels emails L’utilisation de techniques de personnalisation et la mise en place de scénarios comportementaux sont devenues aujourd’hui une quasi-obligation pour des cam- pagnes performantes. L’arrivée des réseaux sociaux dans les mœurs favorise l’ha- bitude d’un discours moins corporate et plus familier des marques auprès des internautes. La clé de la différenciation pour les messages de demain ? Des cam- pagnes sur un ton familier, des emails avec une réelle personnalité, si ce n’est de réelles interactions humaines avec de vrais interlocuteurs. Vidéo email, un levier de transformation Très médiatisée il y a plusieurs années, l’intégration de vidéo au format ‘Flash’ dans des emails a beaucoup fait parler. Problème de compatibilité technique, ce procédé a vite été oublié et remplacé par des emails faisant illusion avec un player vidéo renvoyant vers une version web. Le développement du très haut débit a fait naître une nouvelle approche, l’intégration de vidéos au format GIFs. Résultat : une délivrabilité multi client quasi parfaite avec des taux de clics considérablement augmentés. * Campaign Monitor (http://aussi.fr/2b) www.internetmanagersclub.com 35
  • Sandrine Szabo Co-founder & CEO i comme... Relancé par une période de crise et dopé par la confiance dans ces nouveaux médias et les résultats, l’innovation ira bon train ces deux prochaines années. Des métiers et des hommes Complexe, tactique, le web se professionnalise. De nouveaux métiers sont nés. Les filières de formation vont se spécialiser en intégrant de nouvelles disciplines. On va passer d’un marché de “geeks” formés sur le tas, à un marché de “pros”. “S” generation Tandis que les jeunes démocratisent l’utilisation des réseaux "S"ociaux en entre- prise, c’est aux seniors et aux mobiles qu’on devra la démocratisation d'internet. L'interaction smartphone-GPS-RFID-WIFI avec une nouvelle génération d'applica- tions de plus en plus riches, vont ouvrir de nouveaux horizons à la fois en matière d'éducation et de service à la personne. Et l'iPad ne sera pas étranger à ce succès. SEO-mantique Les moteurs de recherche vont faire évoluer leurs algorythmes. A ceux qui pensaient s’en sortir simplement avec des mots clefs et des url en clair, ils vont déchanter. La proximité, la fraîcheur et la “socialnessitude” seront de nouveaux critères à prendre en compte dans le placement des moteurs de recherche. C’est ni plus ni moins l’arrivée du web sémantique. A terme, on vous proposera des résultats en fonction de vous “GPS-RFID-WIFI avec L'interaction smartphone et non plus en fonction de tout le monde. Cela aura une influence considérable sur les modèles publicitaires qui devront être repensés. une nouvelle génération Ubiquité d'applications de plus Sur votre kindle, iPad, smartphone ou dans la rue ou les magasins via la réalité en plus riches, vont ouvrir augmentée, sur votre téléviseur, internet sera partout et dans tout : omniprésent et de nouveaux horizons «intelligent». La télévision vous suggérera un programme choisi par vos amis, votre mobile vous donnera un coupon dans une rue commerçante ou le rayon d'un su- à la fois en matière d'édu- permarché. Les systèmes de recommandation, d’affiliation évolueront ainsi que le cation et de service à la eCommerce, pour la plus grande joie des entreprises logistiques - dont les modèles personne. de distribution chanageront aussi. Il va falloir légiférer mais aussi protéger les utilisateurs rendus de plus en plus Et l'iPad ne sera pas vulnérables par l’utilisation “intelligente” de leurs comportements online; étranger à ce succès.” les professions juridiques et “sécurité” vont connaitre un boom. Me-hubs Le vrai progrès viendra de la possibilité pour les gens de créer leur propre “me-socialmedia”. Ceci ne se fera pas rapidement mais je pense que les sites de réseaux sociaux vont petit à petit perdre le droit de conserver nos données (pour des raisons juridiques). Ce sera donc les utilisateurs qui deviendront le média et les réseaux se virtualiseront encore plus. Mais cela n’est pas pour 2012 ;-) www.internetmanagersclub.com 36
  • Sanja Zjalic Sales & marketing manager 2012 : mobilité, proximité, pro activité… Un de mes amis italiens disait il y a longtemps : “il mondo è un villaggio”. Oui, il avait raison, le monde est un village et il le deviendra encore plus avec le développement aussi rapide de l’internet et de nouvelles technologies. 1. Le téléphone mobile deviendra encore plus performant avec des interfaces plus riches, plus communautaires et il prendra la place de l’ordinateur. Cela ouvrira de nouveaux types de communication via les réseaux sociaux, la “proximité” et permettra une proactivité plus grande. Le payement par mobile sera une pratique courante pour le plus grand nombre. Les tablettes tactiles, comme iPad vont se développer, mais également les livres électroniques. En plus, le livre électronique pourra peut-être rentrer dans les écoles, ce qui changera radicalement la manière d’apprendre de nos enfants. 2. Le rôle des réseaux sociaux sera primordial, non seulement dans le domaine des échanges d’idées et d’informations, mais ils deviendront un outil marketing incontournable. Les tribus sur internet se développeront encore plus autour des affinités et d’intérêts communs. Les actions marketing, l’innovation, le développement, les lancements de produits se feront en échange et à l’écoute permanente de leur communauté. 3. La réalité augmentée deviendra une pratique obligée pour le marketing de nouveaux produits, les campagnes publicitaires et sera un outil de vente très performant pour les acteurs de e-commerce, surtout dans le domaine de la décoration, de la mode ou de l’art. 4. Dans nos maisons, il pourra y avoir une vraie révolution. Les sociétés comme Philipps ou Whirlpool ont déjà des projets sur la maison du futur, mais cela reste assez cher. Grâce aux start-ups innovantes, des solutions efficaces et moins onéreuses vont apparaître. Depuis notre mobile, nous allons facilement gérer notre consommation d’énergie, augmenter le chauffage chez nous avant de quitter le bureau ou programmer la cuisson du dîner qu’on a préparé le matin avant de rentrer… Le gain de temps pour les femmes qui travaillent ! “pourra peut-être rentrer Le livre électronique dans les écoles, 5. Aujourd’hui, la plupart de nos médecins ne sont pas encore équipés de lecteur Carte Vitale. A l’avenir, on pourrait envisager une plaquette tactile style iPad ce qui changera qui leur permettra en un clic/touche, d’avoir l’historique de leur patient, faire radicalement une ordonnance et la transmettre directement aux pharmacies, encaisser leurs la manière d’apprendre honoraires et envoyer la feuille des soins à la CPAM. Grâce à cet outil, il pourra faire une vidéo consultation avec son patient ou envoyer les données impor- de nos enfants. .” tantes à un autre hôpital n’importe où dans le monde où se trouve son patient. www.internetmanagersclub.com 37
  • REMERCIEMENTS Merci à toutes les personnes qui ont contribué à ce livre blanc : dirigeants, managers, entrepreneurs, experts de la sphère digitale. Se projeter dans deux ans n’est pas un exercice facile dans un univers aussi évolutif et imprévisible que l’internet, le mobile, les nouvelles technologies. Merci à Emmanuel Lecugy pour son aide et son implication permanente dans la direction artistique du club. Merci aux membres du bureau qui organisent et accompagnent le développement du club. Merci à l’ensemble des membres qui participent aux dîners régulièrement et qui partagent leur passion du web au cours de nos dîners informels. Le club, c’est vous ! Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent. Merci à Tim Berners-Lee et aux autres chercheurs et universitaires qui ont posé les bases de la technologie internet. C’est grâce à eux que nous vivons aujourd’hui l’une des plus belles révolutions que le monde ait connues. Avec le soutien de :
  • Vous souhaitez proposer un partenariat ou un sponsoring. Vous êtes journaliste et souhaitez être mis en contact avec certains membres sur un sujet spécifique. Contactez-nous www.internetmanagersclub.com contact : fondateurs@internetmanagersclub.com