Env 6006 pp bekou

392 views
320 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
392
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Env 6006 pp bekou

  1. 1. LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ DES FÔRETS LITTORALES DU SUD-EST DEMADAGASCAR PAR LA COMPAGNIE MINIÈRE RIO-TINTO Koffi Békou
  2. 2. Plan de présentation1 - Problématique2 - Principaux intervenants3 - Différentes phases de la planification4 -Quelques solutions alternatives5 - Conclusion
  3. 3. I- Problématique(a) La Région du Sud-est de Madagascar est l’une des plus riches en Ressources biologiques et minières, mais aussi la plus pauvre. .(b) Pour promouvoir le développement socioéconomique de cette région, le Gouvernement mise sur l’Exploitation minière.(c) Ainsi en 1998, il a conclu un accord d’exploitation d’ilménite avec la compagnie Rio Tinto qui, après plus de 10 ans d’étude de terrain, a démontré son engagement à Respecter la Législation minière du pays.
  4. 4. II- Principaux intervenantsOutre Rio Tinto, plusieurs représentants des Ministèresdes Mines (ONMIS) et de l’Environnement (ONE+DEEF),des Universités (locales+étrangères), des ONG(locales -internationales) ainsi que des Administrateurslocaux, les Populations locales et les Communautésautochtones ont collaboré au projet.
  5. 5. III- Différentes phases de la planification3.1 - Planification conceptuelle3.2 - Tâches préliminaires3.3 - Mise en en œuvre de la planification3.4 - Mise en œuvre du projet3.5 - Suivi et Entretien3.6 - Évaluation et publication des résultats
  6. 6. 3.1 - Planification conceptuelle (1)(A)- Le projet est localisé dans les Forêts littorales de la régiond’Anosy sur 6000 ha et couvre 3 secteurs (Mandena, et Pétriky)comme il est indiqué sur la carte ci- après :
  7. 7. 3.1 - Planification conceptuelle (2)(B)- Les forêts de la zone du projet sont gérées par l’État quiautorise les populations locales à les exploiter pour satisfaireleurs besoins quotidiens :Bois de chauffe et de construction, Charbon de bois, Plantes médicinales, produits forestiers non ligneux (gibier, miel, teinture, etc.) ; produits artisanaux (nattes,chapeaux, balais, paniers, cages à langouste et crevettes, etc.) Pèche (poissons,langoustes, crevettes, etc.)
  8. 8. 3.1 - Panification conceptuelle (3)(C)- Comme nous l’avons dit plus haut, l’importancebiologique de la zone n’est plus à démontrer :• Au niveau de la Flore, 7% des 614 espèces répertoriées dans la région sont endémiques aux 3 secteurs du projet.• La Faune compte plusieurs espèces endémiques dont 1 espèce rare de serpent (Pseudoxyrhopus kely) et 1 espèce de lémure (Eulemur collaris) en voie de disparition.• L’Écosystème aquatique regorge également de plusieurs espèces de poissons et de crustacés.
  9. 9. 3.1 - Planification conceptuelle (4)(D) -Compte tenu du taux endémisme très élevé de la zone,la protection de la biodiversité unique et la promotion dudéveloppement socioéconomique de la région sont lesprincipaux objectifs poursuivis par la Compagnie qui, àterme, entend : Réduire les impacts des activités minières(évitement, minimisation, réhabilitation) et contribuer à laconservation de la biodiversité de la région.
  10. 10. 3.1 - Planification conceptuelle (5)(E)- Pour atteindre ces objectifs, la Compagnie a planifié 4 actions à savoir :(1)- la Conservation de la biodiversité sur les sites du projet avec la participation active des communautés locales ;(2) - l’Appui à la conservation au niveau de la région à travers un plan de gestion environnemental ;(3) la Réhabilitation et la Restauration des sites et des écosystèmes perturbés par les activités minières et(4) le Développement des activités génératrices de revenu dans la région.
  11. 11. 3.1 - Planification conceptuelle (6)(E)- Pour atteindre ces objectifs, la Compagnie a planifié 4 actions à savoir :(1)- la Conservation de la biodiversité sur les sites du projet avec la participation active des communautés locales ;(2) - l’Appui à la conservation au niveau de la région à travers un plan de gestion environnemental ;(3) la Réhabilitation et la Restauration des sites et des écosystèmes perturbés par les activités minières et(4) le Développement des activités génératrices de revenu dans la région.
  12. 12. 3.1 - Planification conceptuelle (7)(E)- Pour atteindre ces objectifs, la Compagnie a planifié 4 actions à savoir :(1)- la Conservation de la biodiversité sur les sites du projet avec la participation active des communautés locales ;(2) - l’Appui à la conservation au niveau de la région à travers un plan de gestion environnemental ;(3) la Réhabilitation et la Restauration des sites et des écosystèmes perturbés par les activités minières et(4) le Développement des activités génératrices de revenu dans la région.
  13. 13. 3.1 - Planification conceptuelle (8)(F) - Les stratégies mises en place par la compagnie pour une protection et une gestion à long terme des activités du projet reposent sur :1) le respect des procédures prescrites par la législation minière de Madagascar et(2) la mise en œuvre des mesures d’atténuation appropriées.
  14. 14. 3.2 - Tâches préliminaires (1)Avant le début des travaux de restauration, la Compagnie aprocédé à la :(1) À la création d’une Unité de conservation environnementale ;(2) À la conduite de nombreuses études préliminaires ;(3) Et à la construction des infrastructures techniques et socioéconomique dans la zone du projet
  15. 15. 3.2 - Tâches préliminaires (2)• Avant le début des travaux de restauration, la Compagnie a procédé :(1) à la Création d’une Unité de conservation environnementale ;(2) à la Conduite des Études préliminaires et(3) à la à la Construction des infrastructures technique et socioéconomique (2006-2008) dans la zone du projet
  16. 16. 3.2 - Tâches préliminaires (3)(1) - En effet, le mandat de l’Unité de conservation environnementale est ;(i) d’Évaluer les risques de l’activité minière sur l’environnement naturel et sur les écosystèmes susceptibles d’être affectés à travers des études d’impact sociales et environnementales et(i) de Mettre en place des mesures de protection et de conservation de la biodiversité, de réhabilitation et de suivi des impacts dans le temps.
  17. 17. 3.2 - Tâches préliminaires (4)(2)- Quant aux études préliminaires, elles visent à mieuxcomprendre les aspects de la biodiversité de la région, lecontexte socioculturel et économique local de la zone duprojet afin d’Obtenir le permis environnemental etl’agrément d’exploitation minière
  18. 18. 3.2 - Tâches préliminaires (5)(3) - Les infrastructures techniques comprennent lecomplexe minier, le centre de recherche écologique, leszones de conservation, les pépinières communautaires etde nombreux Essais de réhabilitation tandis que lesinfrastructures socioéconomiques comptent une Directiondes Relations Communautaires, un Centre d’information, desRoutes, des Écoles et des Centres de santé.
  19. 19. 3.3- Mise en en œuvre de la planification (1)Trois programmes d’activités ont été menés à savoir :(1) la Conservation, le Suivi et la Gestion des Écosystèmes ;(2)- la Réhabilitation et la Restauration Écologique et(3) la Gestion Durable Intégrée.
  20. 20. 3.3- Mise en en œuvre de la planification (2)(1) - Concernant la Conservation, le Suivi et la Gestion des Écosystèmes, les activités portent sur :(i) La Recherche sur la flore et la faune de la région ;(i) La Mise en place de stratégies de conservation des espèces menacées(i) Et le Suivi des écosystèmes aquatiques (fleuves rivières, etc.)
  21. 21. 3.3- Mise en en œuvre de la planification (3)(2) - Quant aux Essais de Réhabilitation et de RestaurationÉcologique dans différents écosystèmes (forêts littorales,mangroves, marécages, sur aunes et Abords routes), ilsvisent à :(i) Identifier les espèces végétales adaptées, lescontraintes et les conditions de succès de la restaurationà grande échelle dans la zone du projet ;(ii) Augmenter les ressources ligneuses de la zone pardes plantations communautaires.
  22. 22. 3.3- Mise en en œuvre de la planification (4)(3)- Les activités relatives à la Gestion Durable Intégrée portent sur :(i) Le Renforcement des capacités des communautés locales engestion et en éducation environnementale ;(ii) Le Développement d’alternatives à l’utilisation des ressourcesnaturelles menacées ;(iii) Le Développement et la promotion d’activités génératrices derevenus(iv) Et enfin La Mise en place de Plans de gestion environnementalesectorielle (PDES) et de développement intégré (PDI) avec lesPopulations;
  23. 23. 3.4 - Mise en œuvre du projet (1)Les activités sont réalisées essentiellement au niveau :(1) du Centre de recherche écologique, (2) des Zones deconservation biologique et (3) des Puits miniers enextraction ;(1)- Au niveau du Centre de recherche écologique, lestravaux consistent à développer des techniques depépinières, de conservation et de restauration deforêts adaptées à l’écologie de la zone du projet ;
  24. 24. 3.4 - Mise en œuvre du projet (2)(2)- Dans les zones de conservation biologique,créées à l’intérieur des sites du projet (620 ha), desespèces menacées, rares et endémiques de la régiond’Anosy y sont conservées ;Des aires protégées (1100 ha) sont également crééesen dehors de la zone du projet en vue de protéger labiodiversité de la forêt littorale de cette partie du pays.
  25. 25. 3.4 - Mise en œuvre du projet (3)(3)- Concernant la réhabilitation des puits miniers, lesprincipales activités ont consisté en :(a) L’Aménagement des puits et le Réglage des pentes ;(b)-La Pose de brise-vents synthétiques ;(c)-La Mise en place de plants ;(d)-Le Relevé de plants morts et leur remplacement ;(e)-Le Contrôle de mauvaises herbes et d’attaques d’insectes(f)-Le Suivi de l’évolution des plants ;(g)-La Collecte et l’analyse de données (croissance, succession floristique, recolonisation faunique)(h)-L’Élaboration des rapports d’étude.
  26. 26. 3.5 - Suivi net EntretienLes activités se résument essentiellement :• Au Remplacement de plants morts ;• Au Contrôle mauvaises herbes, Insectes et maladies• Au Contrôle feux de brousse, déplacement dune, cyclone et vents violents ;• À la Protection contre les intrusions de la population riveraine et des animaux d’élevage (ou domestiques) ;• Et au Suivi de la succession floristique et la recolonisation faunique.
  27. 27. 3.6 - Évaluation et publication des résultats(a)-Les Essais de réhabilitation ont permis une meilleure connaissance sur la capacité d’adaptation des espèces végétales et animales aux différents écosystèmes dégradés de la région ;(b)-Les Campagnes de Reboisement communautaire ont amélioré la qualité écologiques des zones de conservation et renforcer la capacité des communautés en matière de restauration écologique ;(c)- La création de la plus grande pépinière de Madagascar a été possible grâce au Centre de recherche écologique ;(d)- Les multiples études conduites tout au long du projet ont permis d’avoir une base de données très riche.
  28. 28. IV - Quelques solutions alternatives (1)Les activités minières ont eu également des impacts négatifs sur les composantes géologiques, hydrologiques et humaines. Il est donc possible :(1) d’améliorer la qualité du sol en :(a)- Restaurant durablement des sols dégradés ;(b)- Maîtrisant l’érosion des sols ;(c)- Stabilisant des pentes, des dunes et des berges par des couvertures biologiques
  29. 29. IV - Quelques solutions alternatives (2)(2) - d’améliorer la qualité de l’eau en :(a)- Traitant les exhaures de mines (métaux lourds) avec des bactéries chimiolithotrophes ;(b)- Canalisant les eaux de précipitation par des drains ;(c)- Mettant en place des drains autour des décharges de terre de décapage et des zones minières ;(d)- Et si possible en Construisant une station de traitement des eaux résiduaires et des déchets sanitaires.
  30. 30. IV - Quelques solutions alternatives (3)Il est également possible (3) d’améliorer la qualité de l’air et de l’environnement de la population en :Contrôlant les pollutions atmosphériques (minimiser lescomplications respiratoires) et sonores (éviter la perted’audition et les troubles de sommeil).
  31. 31. V - ConclusionMalgré les efforts de restauration par la compagnie dans la région,nous Pensons que le projet fait face à une dette écologique * auregard du suivi à long terme requis ;Étant donné que l’environnement exploité était dans un état dedégradation avancée avant la conception du projet, la principalequestion était de savoir si les mesures de compensation prévuespermettront de retrouver la situation juste antérieure aux impactsen question, ou permettront-elles de restaurer lenvironnement telquil serait en labsence dimpacts significatifs de lHomme surlEnvironnement ?
  32. 32. V – Conclusion (2) Enfin, les nombreuses études dimpacts réalisées avant le démarrage portent essentiellement sur lexistant et non sur le potentiel. En additionnant la non-prise en compte du potentiel, ces études contribuent à empêcher la recons- truction des réseaux écologiques, donc ne permettant au mieux que de conserver une situation éco-paysagère médiocre. Je vous remercie pour votre attention

×