Banque palatine synthèse 2011 2012 vf

  • 530 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
530
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4

Actions

Shares
Downloads
4
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Observatoire de la performancedes PME-ETISynthèse 2011-2012OpinionWay – Banque PALATINEPour i>TELE – Challenges
  • 2. Méthodologie Mode d’interrogation : • Étude quantitative réalisée par téléphone. Echantillon: • Près de 3 000 dirigeants d’ETI ou de PME (PDG, DG, DAF, …) dont le chiffre d’affaires est compris entre 15 et 500 millions d’euros, entre septembre 2011 et juin 2012… à raison d’environ 300 dirigeants par vague sur 10 vagues d’interrogation. • La représentativité de l’échantillon a été assurée par un redressement en termes de secteurs d’activité et de chiffre d’affaires. Référence à ce document • Toute publication totale ou partielle doit impérativement rappeler la méthodologie et utiliser la mention complète suivante : « Observatoire de la performance des PME/ETI – OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges ». OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 2
  • 3. Synthèse des résultats1. Les PME/ETI face à la crise2. Perspectives des PME/ETI
  • 4. 1. Les PME/ETI face à la crise Des PME/ETI confiantes en leur avenir malgré la crise — La crise a plus affecté la confiance des dirigeants en l’économie nationale et mondiale qu’en leur propre activité. — Cette tendance à un optimisme plus marqué pour sa propre activité n’est pas spécifique aux dirigeants de PME/ETI, puisque les écarts se retrouvent également auprès des entreprises en croissance (Baromètre des Entreprises de Croissance; Croissance Plus/Astorg1) et auprès des TPE (baromètre trimestriel de conjoncture des TPE2 ). — En revanche, pour le niveau de confiance, les dirigeants de PME/ETI sont plus proches des entreprises les plus performantes (79%) que des TPE (51%). Les PME/ETI ont un « matelas » financier plus conséquent qui leur permet d’être plus sereins en cette période troublée. — La confiance envers le contexte économique, s’est largement dégradée depuis l’été 2011 (57% pour l’économie française en juin 2011 vs. 30% en juin 2012) malgré une légère amélioration sur le premier trimestre 2012, due à une croissance du PIB en France plus élevée que prévue. Les affres de la crise monétaires ont balayé ces espoirs dès le mois de mars.  Des perspectives de stabilité du chiffre d’affaires devenues prépondérantes parmi les PME/ETI (47% en juin 2012). — Les perspectives de croissance, de moins en moins nombreuses (-18 pts / juin 2011), n’ont pas pour autant laissé place à davantage de perspectives de baisse du CA (+ 3 pts / juin 2011). (1) : étude Opinionway réalisée en ligne et par téléphone, du 1er décembre 2011 au 13 janvier 2012, auprès de 236 entreprises ayant réalisé plus de 2 millions d’euros de CA en 2010 et au moins 10% de croissance de 2008 à 2010. (2) : baromètre trimestriel de conjoncture des TPE, réalisé par l’Ifop par téléphone, du 10 au 21 avril 2012, auprès de 1005 dirigeants de TPE (entreprises de 0 à 19 salariés (hors AE)). OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 4
  • 5. 1. Les PME/ETI face à la crise  Les PME/ETI appréhendent les impacts de la crise sur leurs clients et fournisseurs — La demande (48%) et l’approvisionnement (37%) sont les préoccupations majeures des PME/ETI face à la crise. Une grande partie de leurs clients sont des entreprises et les études conjoncturelles de l’INSEE montrent un certain tassement de la consommation des Français, qui était le principal moteur de la croissance en France depuis plusieurs année. — Les conditions de financement (conditions de crédit, taux d’intérêt, etc.) sont des préoccupations plus secondaires pour ce type d’entreprises. Préoccupations qui sont plus prégnantes chez les TPE. (baromètre trimestriel de conjoncture des TPE2 )  Des relations avec les banques peu affectées par la crise — Dans l’ensemble, les relations des PME/ETI avec leurs banques n’ont pas été affectées par la crise — Seule une minorité (29%) des PME/ETI a connu un durcissement de ses conditions de crédit — En majorité, les PME/ETI se sentent soutenues par leurs banques (72%), notamment en matière de trésorerie (80%) et d’investissements (69%). (2) : baromètre trimestriel de conjoncture des TPE, réalisé par l’Ifop par téléphone, du 10 au 21 avril 2012, auprès de 1005 dirigeants de TPE (entreprises de 0 à 19 salariés (hors AE)). OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 5
  • 6. 2. Perspectives des PME/ETI  Après une hausse continue du chômage depuis 12 mois en France, les PME/ETI qui ont eu un solde positif en 2011 et début 2012 ont des perspectives de créations d’emploi en baisse (- 16 pts / juin 2011), notamment pour les postes cadres (- 13 pts / juin 2011). — Alors que le nombre d’entreprises prévoyant une réduction du nombre de leurs salariés est resté stable, la part d’entreprises prévoyant une augmentation de leurs employés a fortement chuté. — Les entreprises qui envisagent de réduire le nombre de salariés sont à présent aussi nombreuses que celles qui envisagent une croissance de leurs effectifs. Ainsi le solde net d’emploi chez les PME/ETI est sur le point de virer au rouge.  L’enjeu n 1 pour les dirigeants d’ETI est la stratégie commerciale (82%) — Après la stratégie commerciale, vient une série de leviers à des niveaux d’importance comparables : productivité, organisation et investissements sur des nouveaux marchés et dans de nouveaux produits. Les patrons sont dans une gestion « court terme » de leur stratégie du fait de la crise. — Le développement à l’international (36%) et le recrutement de potentiels (40%) ne sont prioritaires que pour une minorité de dirigeants. — L’innovation n’apparai pas comme un axe de développement plus prioritaire que d’autres. L’innovation reste pour 57% des entrepreneurs un élément fondamental de leur stratégie, mais nous constatons que cet item diminue sensiblement auprès des PME/ETI dès qu’une crise survient. OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 6
  • 7. Reprise/transmission et sous-traitance  Un grand groupe français repreneur « idéal » pour 1 dirigeant de PME/ETI sur 4 — S’ils pouvaient choisir le « repreneur idéal » en cas de cession de leur entreprise, le quart des dirigeants de PME-ETI opteraient pour un grand groupe français avec lequel ils travaillent déjà et 20% pour un de leurs concurrents, bien avant le marché boursier ou les fonds financiers (à respectivement 2% et 3%).  Près d’une PME/ETI sous-traitante soumises à de fortes pressions — Près de trois PME-ETI françaises sur 10 réalisent de la sous-traitance pour le compte d’autres entreprises (29%). Pour la plupart de ces entreprises sous-traitantes, cela ne représente qu’une part peu importante de leur activité (pour 22% des entreprises sous-traitantes, cela représente moins d’1/5ème de leur activité). — Seules 39% des PME-ETI sous-traitantes travaillent pour des entreprises étrangères (soit 11% des PME-ETI françaises). — Les PME-ETI sous-traitantes estiment majoritairement subir des pressions importantes de la part de leurs donneurs d’ordres. — Les sous-traitants déclarent subir de fortes pressions principalement sur les prix (80%), avant des exigences fortes sur la qualité et les délais (à respectivement 60% et 54%). OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 7
  • 8. Les PME/ETI face à la crise
  • 9. Le baromètre 2011 des PME/ETI  Les perspectives des PME/ETI françaises, un enjeu économique et politique fort • Un potentiel pour la croissance économique • Un enjeu pour la création d’emploi • Un enjeu de compétitivité européenne et internationale  Suivies pendant une année mouvementée sur les plans économiques et politiques Crise européenne Campagne électorale Perte du AAA Perte du AAA américain français Eléctions 2011 2012 janvier février mars avril mai juin juillet aout septembre octobre novembre décembre janvier février mars avril mai juin OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 9
  • 10. Des PME/ETI confiantes en leur avenir malgré la crise Question barométrique Concernant les perspectives des 6 prochains mois, diriez-vous que vous êtes très confiant, assez confiant, assez inquiet, très inquiet, pour… ? (Total confiant) Votre entreprise L’économie mondiale L’économie française 80% 77% 77% 78% 81% 75% 72% 72% 69% 70% 69% 57% 51% 39% 38% 35% 34% 32% 37% 30% 27% 25% 22% 30% 30% 21% 28% 25% 25% 22% 23% 20%Début de la crise européenne 17% Présidentielles juin septembre octobre novembre décembre janvier février mars avril mai juin 2011 2012 • La crise a plus affecté la confiance des dirigeants en l’économie nationale et mondiale qu’en leur propre activité. • La confiance envers le contexte économique, n’a pas retrouvé son niveau d’avant l’été 2011 malgré une amélioration pendant la campagne électorale. OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 10
  • 11. Les PME/ETI appréhendent les impacts de la crise sur leurs clients et fournisseurs septembre 2011 Parmi les éléments suivants liés à la crise, lesquels craigniez-vous le plus ? La baisse de la consommation 48% Les cours des matières premières 37% Des faillites bancaires ou d’entreprises 24% Un durcissement des conditions de crédit par les 19% banques La hausse des taux dintérêts 18% La dégradation de la note financière de la France 16% Le cours de leuro 14% • La demande et l’approvisionnement sont les préoccupations majeures des PME/ETI face à la La dégradation de la note financière dautres pays 12% crise. européens • Les conditions de financement sont des 11% préoccupations plus secondaires. La chute des cours de bourse Base : 300 OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 11
  • 12. Des relations avec les banques peu affectées par la crise novembre 2011 Au cours des 3 derniers mois, diriez-vous que vos relations avec la (ou les) banque(s) dont vous êtes client(e) … Se sont améliorées 4% Sont restées stables 92% Se sont détériorées 4% Diriez-vous que la crise économique actuelle a des impacts négatifs sur vos conditions d’accès aux crédits auprès de votre (vos) banque(s) ? Non, pas d’impacts négatifs Oui, des impacts négatifs 69% 29% *n sp 2% Aujourd’hui pendant la crise actuelle, vous sentez-vous accompagné(s) et soutenu(s) par les (vos) banques ? Oui Non De manière globale 72% 27% *n sp 1% Concernant votre trésorerie 80% 18% *n sp 2% Au niveau des investissements 69% 24% *n sp 7% Base: 305 • Dans l’ensemble, les relations des PME/ETI avec leurs banques n’ont pas été affectées par la crise. • Seule une minorité des PME/ETI a connu un durcissement de ses conditions de crédit. • En majorité, les PME/ETI se sentent soutenues par leurs banques, notamment en matière de trésorerie et d’investissements. OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 12
  • 13. Perspectives des PME/ETI
  • 14. Des perspectives de stabilité du chiffre d’affaires devenues prépondérantes Question barométrique Au cours des 6 prochains mois, quelle est lévolution de chiffre daffaires, que vous prévoyez de réaliser en pourcentage ? 58% Stabilité Croissance Décroissance 52% 51% 51% 49% 46% 43% 44% 44% 47% 47% 42% 37% 34% 39% 40% 33% 33% 35% 33% 29% 29% 30% 28% 21% 17% 17% 14% 14% 17% 14% 14% 12% 12% 12% 12% Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin 2011 2012 • Les perspectives de croissance, de moins en moins nombreuses, n’ont pas laissé place à davantage de perspectives négatives. OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 14
  • 15. Des perspectives de créations d’emploi en baisse Question barométrique Au cours des 6 prochains mois, votre entreprise envisage-t-elle de … ? 25% Évolution de l’emploi salarié prévue pour les 6 prochains mois Entreprises envisageant daugmenter le 16% 16% nombre de 14% 13% 13% 13% salariés 12% 16% 12% 10% Entreprises 13% envisageant 11% 11% réduire le nombre 10% 9% 9% de salariés 7% 7% 6% en septembre en octobre en novembre en décembre en janvier en février en mars en avril en mai en juin 2011 2012 16% Évolution de l’emploi cadre prévue pour les 6 prochains mois Entreprises 12% envisageant daugmenter le 8% 8% 8% 8% nombre de cadres 7% 6% 9% 5% Entreprises 7% 3% 6% 6% 6% envisageant 5% réduire le nombre 3% 3% 3% de cadres 2% en septembre en octobre en novembre en décembre en janvier en février en mars en avril en mai en juin 2011 2012 Base : 301 • Si les perspectives de créations d’emplois baissent (courbes vertes), les perspectives de réduction du nombre de salariés restent plutôt stables (courbes rouges). • Les entreprises qui envisagent de réduire le nombre de salariés sont à présent aussi nombreuses que celles qui envisagent une croissance des effectifs. OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 15
  • 16. L’enjeu n 1 pour les dirigeants d’ETI reste la stratégie commerciale Question barométrique Quels sont vos objectifs stratégiques prioritaires pour votre entreprise ? 90%90% 88% 88% 88% 87% 87% 86% 82%80% La stratégie commerciale 74% 73% 72% 71% 70%70% Les process de production, votre productivité70% 69% 69% 68% 67% 65% 67% 65% 64% Le positionnement sur de nouveaux marchés 64% 66% 63% 63% 62% 60% 60% 62% 59%60% 61% 61% Lorganisation interne ou réorganisation 57% 57% 58% 58% 57% 57% 56% Linnovation sur les produits ou les services50% en septembre en novembre en décembre en janvier en février en mars en avril en mai 2011 2012 • L’innovation, qui était alors le second axe prioritaire de développement, a atteint son plus haut niveau au mois de mars, mais est depuis en baisse. Cet enjeu n’apparait pas plus que d’autres comme des objectifs prioritaires pour les dirigeants de PME/ETI. OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 16
  • 17. L’enjeu n 1 pour les dirigeants d’ETI est la stratégie commerciale Question barométrique – Mai 2012 Quels sont vos objectifs stratégiques prioritaires pour votre entreprise ? La stratégie commerciale 82% Les process de production, votre productivité 65% Le positionnement sur de nouveaux marchés 59% Lorganisation interne ou réorganisation 58% Linnovation sur les produits ou les services 57% Le niveau des investissements 56% Les nouvelles technologies 45% Le recrutement de compétences / le management 40% Le développement à linternational 36% Les acquisitions dentreprises, fusions 15% • Après la stratégie commerciale vient une série de leviers : productivité, organisation et investissements sur des nouveaux marchés et dans de nouveaux produits • Le développement à l’international et le recrutement de potentiels ne sont prioritaires que pour une minorité de dirigeants OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 17
  • 18. Un grand groupe français repreneur « idéal » pour 1 dirigeant de PME/ETI sur 4 Si vous deviez, un jour, céder vote entreprise ou si vos actionnaires principaux devaient céder leurs parts, le repreneur idéal serait… Un grand groupe français avec qui vous travaillez 25% Un concurrent 20% Un ou plusieurs actionnaires familiaux 15% Le management /l’équipe dirigeante 12% Un grand groupe étranger 11% Une autre ETI 9% Un ou plusieurs fonds financiers 3% Le marché boursier 2% Autres 3% • S’ils pouvaient choisir le « repreneur idéal » en cas de cession de leur entreprise, le quart des dirigeants de PME-ETI opteraient pour un grand groupe français avec lequel ils travaillent déjà et 20% pour un de leurs concurrents, bien avant le marché boursier ou les fonds financiers (à respectivement 2% et 3%). OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 18
  • 19. Près d’une PME/ETI sur 3 réalise de la sous-traitance pour d’autes entreprises Est-ce qu’une part de l’activité de votre entreprise est réalisée en sous-traitance pour le compte d’autres entreprises ? Très importante (plus de 50%) : Plutôt 3% importante 4%(de 20 à50%) Aucune activité de L’entreprise est sous- sous-traitante traitance : 22% 71% 29% Peu importante Est-ce pour le compte d’entreprises étrangères ? (moins de 20%) 11% Oui Base : 301 39% 61% • Près de trois PME-ETI françaises sur 10 réalisent de la sous-traitance pour le (soit 11% 28% des PME-ETI) compte d’autres entreprises (29%). Pour la plupart de ces entreprises sous-traitantes, cela ne représente qu’une part peu importante de leur activité (pour 22% des entreprises sous-traitantes, cela représente moins d’1/5ème de leur activité). • La majeure partie de ces entreprises travaille pour le compte d’autres entreprises Oui, principalement Oui, en partie françaises (61%) ; seules 39% des PME-ETI sous-traitantes travaillent pour des Non, uniquement pour les entreprises françaises entreprises étrangères (soit 11% des PME-ETI françaises). Base : 91 OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 19
  • 20. Des fortes pressions sur les entreprises sous-traitantes, essentiellement sur les prixSi l’entreprise est sous-traitante D’une manière générale, avez-vous le sentiment de subir des fortes pressions de la part de vos donneurs d’ordres ? 8% 49% 25% 18% • Les PME-ETI sous-traitantes estiment majoritairement subir des pressions importantes de la 57% Subissent de part de leurs donneurs fortes pressions d’ordres, mais ce chiffre est moins important qu’il y a un an (57% vs. 67% en mai 2011). Parmi les critères suivants quels sont ceux sur lesquels vous subissez des fortes pressions ? Prix 80% Qualité 60% • Les trois premières sources de pressions sont les mêmes qu’en Délais 54% mai 2011. Les sous-traitants déclarent subir de fortes pressions principalement sur les Délais de paiement 38% prix (80%), avant des exigences fortes sur la qualité et les délais Ristournes "supplémentaires" 23% (à respectivement 60% et 54%). Base : 91 OpinionWay/Banque PALATINE pour i>TELE-Challenges – Observatoire de la performance des PME/ETI – Synthèse 2011-2012 page 20