Your SlideShare is downloading. ×
0
1
LSMF2007
Gestion du changement
Analyse, Mobilisation, Mise en oeuvre
Année académique 2012-2013
Professeur Alain Vas
Le ...
2
Rappel séances précédentes
Débriefing Cas Robin des Bois
Le définition de l’objectif est très importante
Attention au pr...
3
Diversité
Degré d’homogénéité ou d’hétérogénéité de l’organisation
Compétences
Compétences personnelles
Niveau individue...
4
Systems
Style
Staff
Skills
Strategy
Structure
Shared
values
Le modèle des 7S: schéma
Hard 3S
Soft 4S
Le modèle des 7S: l...
5
Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite)
2. La structure
La structure divise le travail en tâches et permet de coordo...
6
Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite)
4. Le style de management-Style
Manière dont les dirigeants se comportent et...
7
Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite)
6. Savoir-Faire/Skills
Quelles sont les aptitudes clés de l’organisation? Le...
8
Le modèle des 7S: objectifs
Le modèle des 7S met en lumière les besoins de synchronisation entre les
différents leviers ...
9
Le modèle des 7S: exemples de questions à se poser (suite)
Ressources Humaines
Les procédures de formation, d'évaluation...
10
Le modèle des 7S: références bibliographiques
H. Waterman, J.R. Thomas, J. Peters, R. Philips, Structure is not organiz...
11
Le paradigme organisationnel et le web culturel
Le paradigme organisationnel et le Web Culturel
Comprendre et analyser ...
12
Valeurs, attitudes et croyances
Style de leadership & comportement
Culture & normes de comportement
Pouvoir & conflits
...
13
Le Web Culturel: les ROUTINES et RITES
1. Les routines et les rites
Les routines: représentent la façon dont les person...
14
Le Web Culturel: les HISTOIRES
2. Les histoires
Les histoires sont racontées par les membres de l’organisation entre eu...
15
Le Web Culturel: les SYMBOLES
3. Les symboles
Les symboles sont des représentations raccourcies de la nature de l’organ...
16
Le Web Culturel: les STRUCTURES de POUVOIR
4. Les structures de pouvoir
Les structures de pouvoir sont les assomptions ...
17
Le Web Culturel: les SYSTEMES de CONTROLE
5. Les systèmes de contrôle
Les systèmes de contrôle, de mesure ou de récompe...
18
Le Web Culturel: la structure organisationnelle
6. La structure organisationnelle
La structure organisationnelle reflèt...
19
Le Web Culturel: le paradigme organisationnel
Questions finales à se poser après l’analyse du web culturel
Quelle est l...
20
Le Web Culturel: tissu culturel futur d’une coll.locale
Fréry F., 2002, 642
Le Web Culturel:Tissu culturel actuel de Ha...
21
Le Web Culturel:Tissu culturel futur de Hay Management Consulting
Après
Le cas Belgacom
Pour le cours prochain, lire le...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Loic sarton seance 4

411

Published on

loic sarton cours en ressources humaines et strategie

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
411
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Loic sarton seance 4"

  1. 1. 1 LSMF2007 Gestion du changement Analyse, Mobilisation, Mise en oeuvre Année académique 2012-2013 Professeur Alain Vas Le changement organisationnel B. Les analyses du contexte interne 1. Le kaléidoscope du changement de Balogun et Hailey 2. Le modèle des 7S de Waterman et al.(McKinsey) 3. Le paradigme organisationnel et le Web culturel de Johnson et al. 4. Le modèle du champ de force de Kurt Lewin 5. La cartographie des détenteurs d’influence (DI)
  2. 2. 2 Rappel séances précédentes Débriefing Cas Robin des Bois Le définition de l’objectif est très importante Attention au problème de l’ancrage cognitif Le diagnostic permet de justifier la nécessité de changer Effets Marianne L’approche contextualiste Contexte: POURQUOI Contenu: QUOI Processus: COMMENT Les outils de diagnostic interne 1. Le kaléidoscope du changement de Balogun et Hailey Huit facteurs contextuels afin d’établir un diagnostic étoffé du contexte interne Volonté (prédisposition à change) Conscience Engagement Pouvoir Jeux de pouvoir internes Indépendance organisation qt à son environnement Durée : TEMPS Changement rapide Changement incrémental Ampleur: ETENDUE Profondeur du changement Transformation Réalignement Ampleur physique du changement Préservation: PRESERVATION Actifs tangibles Actifs intangibles 2. Le kaléidoscope du changement (Balogun et al.)
  3. 3. 3 Diversité Degré d’homogénéité ou d’hétérogénéité de l’organisation Compétences Compétences personnelles Niveau individuel Niveau managérial Compétence organisationnelle Moyens : ressources Quelles sont les ressources que l’organisation est-elle prête à mobiliser ? Staff Temps Argent 2. Le kaléidoscope du changement (Balogun et al.) 2. Le modèle des 7S de Waterman et al. (McKinsey) Modèle développé par Waterman R., Peters Th. et Phillips J. (1980)-(Repris ensuite par McKinsey). Article fondateur « Structure is not organization » (article téléchargeable sur Icampus). Trop souvent les problèmes d'organisation sont approchés uniquement en terme de structure. Les changements de structure sont privilégiés pour améliorer l’efficacité organisationnelle. Or, il existe d’autres variables organisationnelles tout aussi importantes à prendre en compte. Le modèle des 7S met en évidence la diversité des leviers qui déterminent l'efficacité d'une organisation et la nécessaire harmonie qui doit exister entre eux. Les leviers identifiés sont au nombre de sept : la stratégie (strategy) la structure (structure) les systèmes (systems) le style de management (style) les ressources humaines (staff) les savoir-faire (skills) les finalités et valeurs partagées (shared values)
  4. 4. 4 Systems Style Staff Skills Strategy Structure Shared values Le modèle des 7S: schéma Hard 3S Soft 4S Le modèle des 7S: les 7 composantes 1. La stratégie Toutes les actions et les choix qu’une organisation va prendre en anticipation ou en réponse aux changements dans son environnement externe, vers ses clients ou ses concurrents. L’objectif est de créer de la valeur et d’être concurrentiel. « How we will create unique value ». La stratégie définit la structure organisationnelle et pas l’inverse. « Structure follows strategy and not the other way around! » Waterman et al., 1980
  5. 5. 5 Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite) 2. La structure La structure divise le travail en tâches et permet de coordonner les différentes activités au sein de l’organisation. La structure permet l’intégration et la spécialisation des tâches. La structure divise les tâches au mieux afin de rendre l’organisation efficace. Elle permet de coordonner l’action des acteurs organisationnels, des départements, des fonctions etc. Elle est conditionnée par la stratégie. Elle peut être centralisée, décentralisée, fonctionnelle, divisionnelle, matricielle, virtuelle, ... (cfr Livre Stratégique, p.479). Waterman et al., 1980 Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite) 3. Les systèmes Ensemble de procédures, formelles et informelles, qui permettent le fonctionnement de l'organisation au jour le jour : budgets, contrôle de gestion, comptabilité analytique, systèmes d'information, logistique, réunions de travail, etc. Exemple: Management talks about the need to become more market oriented. Yet, astonishingly little time is spent in planning meetings on customers, marketing, market share, or other issues having to do with market orientation. One of the key systems, in other words, remain very internally oriented. Without a change in this key system, the market orientation goal will remain unattainable no matter how much change takes place in structure and strategy.” Systèmes ont un impact sur l’efficacité organisationnelle Waterman et al., 1980
  6. 6. 6 Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite) 4. Le style de management-Style Manière dont les dirigeants se comportent et insufflent les valeurs au sein de l’organisation. A quoi les top managers passent-ils leur temps? A quoi accordent-ils beaucoup/peu d’importance? Sont-il plutôt dirigistes ou ouverts? Sont-ils davantage orientés exploration ou exploitation? Quelles sont les valeurs organisationnelles, la culture de l’entreprise qu’ils incarnent? Waterman et al., 1980 Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite) 5. Ressources Humaines-Staff Comment les personnes dans l’organisation sont-elles gérées (RH) ? Le "hard" : modes de recrutement, programmes de formation, systèmes d'évaluation et de rémunération, développement et opportunités de carrière. Le "soft" : valeurs, attitudes, motivation et comportements. Ex. Comment l’organisation oriente-t-elle l’accueil des nouvelles recrues? Quelles sont les premières valeurs qu’on leur apprend? Question clés dans les organisations actuelles : comment attirer les meilleurs recrues et comment les garder dans l’entreprise ? Waterman et al., 1980
  7. 7. 7 Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite) 6. Savoir-Faire/Skills Quelles sont les aptitudes clés de l’organisation? Les « core competences ». Quelles sont ses forces fondamentales par rapport aux concurrents? Ex. Marketing skills, prodigious customer’s service, R&D power, product management, innovation management, quality, people management skills etc. Waterman et al., 1980 Le modèle des 7S: les 7 composantes (suite) 7. Valeurs partagées/Super-ordinate goals Ce que l’organisation représente et ce en quoi elle croit. Principales convictions et attitudes (paradigme organisationnel)-Les « guiding concepts”. A set of values and aspirations, often unwritten, that goes beyond the conventional formal statement of corporate objectives. Valeurs fondamentales autour desquelles s’organise l’entreprise. The way in which the team wants to express itself, to leave its own mark. Ex. 3M = innovative products. Pour les étudier en profondeur, mobilisation du web culturel (tissu culturel). Waterman et al., 1980
  8. 8. 8 Le modèle des 7S: objectifs Le modèle des 7S met en lumière les besoins de synchronisation entre les différents leviers au sein d'une organisation pour initier un changement. Il poursuit plusieurs objectifs: Mettre en évidence la multiplicité des leviers dont dépend l'efficacité d'une organisation. Il force à porter son attention sur l'ensemble des variables et non pas seulement sur certaines d'entre elles, notamment la structure ou la stratégie. Il pousse à prendre en compte les liens entre les variables, notamment dans les opérations de changement. Le progrès sur un facteur est difficile sans des avancés comparables sur les autres. Montrer la complémentarité entre les variables, notamment entre les variables « hard » et les variables « soft ». JMS Consultants, Méthode de conseil en management. Le modèle des 7S : exemples de questions à se poser Stratégie Les priorités stratégiques sont-elles clairement définies ? Structure Les responsabilités respectives entre les différentes dimensions de la matrice (les lignes et les colonnes) sont-elles clairement explicitées ? Systèmes Les différents systèmes (planification, gestion, information etc.) permettent-ils une exécution efficace de la stratégie, l'identification des problèmes, l'intégration des décisions et la coordination au sein de l’organisation ? Style de Management Les profils des managers allient-ils rigueur de gestion d'une part, avec souplesse, ouverture, aptitudes à partager, à communiquer et à négocier? JMS Consultants, Méthode de conseil en management.
  9. 9. 9 Le modèle des 7S: exemples de questions à se poser (suite) Ressources Humaines Les procédures de formation, d'évaluation, d'appréciation etc. sont-elles adaptées et opérationnelles ? Savoir-faire Quels sont les savoir-faire clés, en quoi sont-ils des forces, sont-ils encore adaptés par rapport au changement projeté? Finalités et valeurs partagées Les valeurs fondamentales sur lesquelles l’entreprise peut se fonder et coordonner ses différentes parties sont-elles présentes? Deuxièmement, sont- elles en ligne ac le changement? JMS Consultants, Méthode de conseil en management. Méthode d'approche pour un diagnostic d'organisation par les 7S 1. Bâtir un questionnement autour des sept leviers. 2. Conduire des entretiens aux différents niveaux de la matrice. 3. Apprécier les points forts / points faibles sur chacun des leviers. 4. Vérifier la cohérence et s'assurer des renforcements mutuels entre leviers. 5. Proposer des voies de progrès pour améliorer la position sur chacun des leviers et/ou la cohérence de l'ensemble. JMS Consultants, Méthode de conseil en management.
  10. 10. 10 Le modèle des 7S: références bibliographiques H. Waterman, J.R. Thomas, J. Peters, R. Philips, Structure is not organization, Mc Kinsey Quarterly, Summer 1980 (article téléchargeable sur Icampus). R.T. Pascale, R.G. Athos, Le management est-il un art japonais ?, Editions d'organisation,1984. T. Peters et H. Waterman - Le prix de l'excellence, InterEditions, 1983. JMS Consultants, Méthode de conseil en management, Paris. 3. Le paradigme organisationnel et le web culturel Un paradigme est un ensemble d’idées et de croyances qui agissent comme un filtre, influençant la façon dont les membres de l’organisation perçoivent et donnent du sens à leurs actions. Un paradigme est l’ensemble des convictions partagées et implicites dans une organisation. Il synthétise la manière dont l’organisation se voit et se vit, sa représentation du monde et d’elle-même. Johnson et al., 2005
  11. 11. 11 Le paradigme organisationnel et le web culturel Le paradigme organisationnel et le Web Culturel Comprendre et analyser la culture organisationnelle n’est pas évident. On est dans l’informel (il ne suffit pas d’aller lire la mission et les valeurs déclarées, écrites sur le site de l’entreprise). Il faut observer et comprendre comment les acteurs de l’organisation se comportent et réagissent au quotidien. Les gens ont du mal à évoquer le paradigme org. d’eux-mêmes, c’est qqchose d’impalpable, d’intériorisé, d’inconscient. “To understand the taken-for-grantedness may mean being very sensitive to what is signified by the physical manifestations of culture evident in an organisation”. Web culturel = un outil d’analyse de ces assomptions considérées comme acquises ainsi que des manifestations physiques de la culture organisationnelle. Web culturel: outil pour décortiquer le paradigme organisationnel. Aller à la découverte de la partie immergée de l’iceberg afin de comprendre le paradigme organisationnel sur lequel se fonde l’organisation. Johnson et al., 2005
  12. 12. 12 Valeurs, attitudes et croyances Style de leadership & comportement Culture & normes de comportement Pouvoir & conflits Réseau informel Objectifs Stratégie Structure Systèmes & procédures Produits & services Ressources financières Management Réseau informel Valeurs, attitudes & croyances Style de leadership et Comportement Culture & normes de comportement Pouvoir & conflit L’organisation formelle L’organisation informelle Les composants sont observables, rationnels, cognitifs et centrés sur des considérations structurelles Les composants sont cachés, affectifs et centrés sur des considérations sociales, psychologiques et comportementales. Le paradigme organisationnel et le Web Culturel-L’iceberg organisationnel Rites et Routines Histoires Symboles Structures de pouvoir Structures organisationnelles Systèmes de contrôle Paradigme organisationnel Le paradigme organisationnel et le Web Culturel Le WEB CULTUREL-La MARGUERITE ORGANISATIONNELLE Johnson et al., 2005
  13. 13. 13 Le Web Culturel: les ROUTINES et RITES 1. Les routines et les rites Les routines: représentent la façon dont les personnes se comportent entre elles au sein de l’organisation. “The way we do things around here”. Les rites: les façons de faire au sein de l’organisation qui mettent en avant ce qui est perçu comme important/légitime. Elles renforcent le “way we do things around here”. Les rites peuvent être formels et/ou informels. Ex. Les programmes de formations, les procédures d’assessment ou de promotion, l’affichage public des résultats des commerciaux, aller au pub ac l’équipe une fois/mois, ne pas partir avant 20h, bizutage des nouveaux etc. Johnson et al., 2005 Le Web Culturel: les ROUTINES et RITES-Questions à se poser Identification des rites et routines-Questions à se poser: Quelles sont les routines mises en avant au sein de l’organisation? Qu’est-ce qui paraitrait bizarre à changer? Quels sont les comportements encouragés par les routines? Quels sont les rites essentiels? Quelles croyances reflètent-ils? Que mettent en avant les programmes de formation? Les rites et routines seraient-ils faciles à modifier? Johnson et al., 2005
  14. 14. 14 Le Web Culturel: les HISTOIRES 2. Les histoires Les histoires sont racontées par les membres de l’organisation entre eux, aux nouvelles recrues mais aussi à l’extérieur. Ancrent l’organisation dans son passé. Mettent en avant les évènements/personnalités important(e)s. Succès, échecs, héros, vilains, mavericks (ceux qui dévient de la norme). Elles distillent l’essence de l’organisation, légitiment et bannissent certains types de comportements, mettent en valeur ce qui est considéré comme important au sein de l’organisation. Ex. Cas KBL: affaire KBL, histoires sur les 24h vélo et ses drames; histoires racontées aux nouveaux étudiants avant les blocus etc. Johnson et al., 2005 Le Web Culturel: les HISTOIRES: questions à se poser Identification des histoires-Questions à se poser: Quelles sont les croyances essentielles véhiculées par les histoires? Ces histoires sont-elles largement répandues et connues dans l’organisation? Les histoires parlent-elles: Des forces ou des faiblesses? Des succès ou des échecs? Mettent-elles en valeur la conformisme ou l’anti-conformisme? Qui sont les héros et les méchants dans les histoires? De quelles normes les Mavericks dévient-ils? Johnson et al., 2005
  15. 15. 15 Le Web Culturel: les SYMBOLES 3. Les symboles Les symboles sont des représentations raccourcies de la nature de l’organisation. Logos, agencement des bureaux, voitures, places de parking, titres, type de langage utilisé, expressions utilisées, etc. Révèlent les assomptions sous-jacentes présentes au sein de l’organisation. Ex. Dans un hôpital, les patients étaient désignés sous le terme “clinical material”. Ex. Cas KBL: Sapin de Noël Ex. Vie étudiante: blocus, cercle, kot, calotte, tablier etc. La plupart des autres éléments du web culturel possèdent également une fonction symbolique. Johnson et al., 2005 Le Web Culturel: les SYMBOLES: questions à se poser Identification des symboles-Questions à se poser: Quel est le langage et le jargon utilisés au sein de l’organisation? Les symboles sont-ils fort/peu visibles de l’extérieur? Quels aspects de la stratégie de l’organisation sont mis en avant dans les campagnes de communication de l’organisation (externe/interne)? Quels sont les symboles de statut et de pouvoir? Y a-t-il des symboles particuliers, spécifiques à l’organisation? Johnson et al., 2005
  16. 16. 16 Le Web Culturel: les STRUCTURES de POUVOIR 4. Les structures de pouvoir Les structures de pouvoir sont les assomptions de base et les croyances quant à ce qui fait le succès de l’organisation. Ceux qui sont valorisés dans l’organisation: quels sont les individus ou les groupes d’individus considérés comme les plus « valuables » dans l’organisation? Ex. Firme High-tech: ingénieurs Ex. Hôpitaux: médecins Ex. Agence de pub: créatifs Le Web Culturel: les STRUCTURES de POUVOIR: questions à se poser Identification des structures de pouvoir-Questions à se poser: Quelles sont les croyances de base sur lesquelles se fondent les dirigeants? Ces croyances sont-elles fortement ancrées (idéalisme/pragmatisme)? Comment le pouvoir est-il réparti dans l’organisation? (certains départements ou fonctions ont-ils plus de pouvoir/moyens et pourquoi?) Quelle est l’influence des parties prenantes externes?
  17. 17. 17 Le Web Culturel: les SYSTEMES de CONTROLE 5. Les systèmes de contrôle Les systèmes de contrôle, de mesure ou de récompense mettent l’accent sur ce qui est considéré comme important à surveiller au sein de l’organisation. Ex. Système de bonus basé sur le volume de production individuel=difficile de promouvoir l’esprit d’équipe et la qualité. Johnson et al., 2005 Le Web Culturel: les SYSTEMES de CONTROLE: questions à se poser Identification des systèmes de contrôle-Questions à se poser: Qu’est-ce qui est le plus contrôlé ou surveillé au sein de l’organisation? L’emphase est-elle davantage mise sur la récompense ou la punition? Quels sont les comportements fortement récompensés ou au contraire punis? Y a-t-il beaucoup ou peu de procédures de contrôle? Johnson et al., 2005
  18. 18. 18 Le Web Culturel: la structure organisationnelle 6. La structure organisationnelle La structure organisationnelle reflète en général les structures de pouvoir. Délimite ce qui est valorisé dans l’organisation. Ex. Une structure formelle, hiérarchique et mécaniste peut signifier que la stratégie est la chasse gardée du top management et que les employés sont là pour exécuter. Johnson et al., 2005 Le Web Culturel: la structure organisationnelle: questions à se poser Identification de la structure organisationnelle-Questions à se poser: La structures org. est-elle davantage mécaniste ou organique? La structure org. est-elle plutôt plate ou hiérarchique? La structure org. est-elle plutôt formelle ou informelle? La structure org. encourage-t-elle plutôt la collaboration ou la compétition? Quel type de structure de pouvoir est porté par la structure organisationnelle? Johnson et al., 2005
  19. 19. 19 Le Web Culturel: le paradigme organisationnel Questions finales à se poser après l’analyse du web culturel Quelle est la culture dominante? La culture est-elle en adéquation avec le changement? Cette culture doit-elle être modifiée? La culture est-elle facile à changer? Réaliser un web culturel avant le changement et réaliser ensuite celui auquel la culture devrait ressembler pour mettre en œuvre le changement (afin de voir quelle est l’ampleur du changement) Où sommes-nous culturellement et où voulons-nous aller? Johnson et al., 2005 Le Web Culturel:Tissu culturel actuel d’une collectivité locale Fréry F., 2002, 642
  20. 20. 20 Le Web Culturel: tissu culturel futur d’une coll.locale Fréry F., 2002, 642 Le Web Culturel:Tissu culturel actuel de Hay Management Consulting Avant
  21. 21. 21 Le Web Culturel:Tissu culturel futur de Hay Management Consulting Après Le cas Belgacom Pour le cours prochain, lire le cas Belgacom (téléchargeable sur ICampus) et recourir aux deux premiers outils de diagnostic interne (kaléidoscope du changement ou modèle des 7S), afin d’établir un premier diagnostic du contexte interne.
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×