Your SlideShare is downloading. ×
Le GPL carburant, quelle place dans le modèle energetique national?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Le GPL carburant, quelle place dans le modèle energetique national?

693
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
693
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
17
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Le GPL Carburant, quelle place dans le modèle national de consommation des carburants routiers ? (Article publié sue le quotidien El-Watan du 25 octobre 2010)Par Salah AZZOUGLa consommation nationale des carburants routiers, qui de moins de 100.000 unités en 1997 à plus 500.000dépasse 10 millions de tonnes par an, représente un unités en 2009.marché de l’ordre de 6 à 7 milliards de dollars US soit C’est d’ailleurs cette forte diésélisation du parc deenviron 15% de la totalité de nos revenus d’exportation véhicules particuliers, dont la consommation de gasoildes hydrocarbures liquides et gazeux. est estimée à 800.0000 tonnes par an, qui explique le recours, en 2009, à l’importation d’environ 500.000L’importance de ce marché, tant en termes physique que tonnes de gasoil pour un coût dépassant 300 millions definancier, pose avec acuité la question fondamentale du dollars US.choix du modèle national de consommation et plusparticulièrement de la place que doivent occuper les Les essences, qui représentaient 33% du mix descarburants gazeux et notamment le GPL Carburant, plus carburants routiers en 2000, ont vu leur part régresseréconomique et plus disponible localement, dans la progressivement pour atteindre 23% en 2009 soit environconsommation globale des carburants routiers. 2.300.000 tonnes. La part des essences dans le mix desCette question de choix de modèle de consommation ne carburant continuera, selon ces données, à baisser dansse pose pas uniquement chez nous , elle a les années à venir.effectivement toujours été au centre des stratégies des Quand à la consommation de GPL Carburant, elle ne nepays industrialisés qui ont d’ailleurs permis récemment représente que 3% du mix carburants et stagne autourle développement de nouveaux carburants de d’environ 300.000 tonnes depuis 2004-2005. En termessubstitution aux carburants routiers classiques dont relatifs, on constate donc une régression du marché dunotamment les biocarburants et l’électricité à usage GPL Carburant puisque la part de ce produit dans laautomobile. Le choix de ces nouveaux carburants, qui consommation globale ne cesse de diminuer depuisont pour particularité d’être fabriqués localement dans les 2004.pays consommateurs à partir de matières premièresautres que le pétrole, n’est pas fortuit et ne répond Enfin, l’utilisation du gaz naturel carburant, sous la formecertainement pas, comme l’avancent certains, au seul de gaz naturel comprimé (GNC), demeure encore ausouci environnemental ; il vise avant tout à réduire la stade d’expérimentation bien que la mise sur le marché,dépendance énergétique de ces pays vis à vis du pétrole à titre d’essai, du premier bus fonctionnant au GNC àqui constitue aujourd’hui, mais guère pour très Alger remonte à la fin des années 1980longtemps, la matière première de plus de 95% de la La structure du marché national des carburantsproduction mondiale des carburants routiers. routiers n’est en adéquation ni avec le schéma deDans notre pays, des mesures similaires gagneraient à production de l’aval pétrolier Algérien ni, encoreêtre prises pour permettre de réorienter le modèle moins, avec la typologie de nos ressourcesnational de consommation des carburants routiers en nationales en hydrocarburesvue d’une plus grande utilisation des carburants les plus Ce bref rappel de la structure du marché national desdisponibles localement et aussi les plus économiques à carburants routiers montre clairement que Lasavoir le GPL Carburant et les autres carburants gazeux. consommation du GPL Carburant demeure relativementAvant de présenter dans cet article certaines très faible malgré tous les avantages technique etpropositions dans ce sens, voyons d’abord quelles sont économique, que nous développerons plus loin, etles caractéristiques principales du marché national des surtout malgré la très grande disponibilité de ce produitcarburants routiers. par rapport aux autres carburants. En effet, la production nationale de GPL, dont la totalité peut être utiliséeLe marché national des carburants routiers est à comme GPL Carburant, dépasse les 10 millions deplus de 75% constitué de gasoil, en partie importé tonnes par an avec un excédent à l’exportation de plusLes carburants routiers distribués sur le marché national de 80%.comprennent 3 types d’essence (essence normale, Par contre, la consommation de gasoil ne cesse deessence super et essence sans plomb), le gasoil et le croître à un rythme très élevé alors que la productionGPL carburant (sirghaz). nationale, de l’ordre de 7.000.000 tonnes/an, ne répondSelon les données publiques disponibles, la plus à la demande qui n’est déjà satisfaite, en partie, queconsommation de gasoil constitue à elle seule plus de grâce à l’importation.75% du mix des carburants routiers soit pour l’année2009 un peu plus de 7.500.000 tonnes. Cette Quant aux essences, la production nationale arrive justeconsommation, qui croit à un taux à deux chiffres, à satisfaire la demande actuelle et toute augmentation deatteindra selon les mêmes données entre 14 et 17 cette demande nécessitera le recours à l’importation.millions de tonnes en 2019. En plus du niveau de la production nationale qui est plusCette véritable explosion de la demande du gasoil élevée pour le GPL Carburant, ce produit présente aussis’explique non seulement par le développement le grand avantage d’être extrait à partir des champs deéconomique du pays dont il faut bien évidemment se gaz dont les réserves, estimées à 50 ans d’exploitation,féliciter mais également en raison de la diésélisation sont nettement plus grandes que les réserves de pétrolerapide du parc des véhicules particuliers qui est passé
  • 2. (17 ans) qui sert de matière première pour la productiondu gasoil et des essences. Il est vrai que la récente taxe sur l’achat de véhicules, qui a introduit une légère différentiation du montant deOn constate donc que le modèle de consommation cette taxe en défaveur des véhicules diesel, tente deactuel, qui privilégie davantage le gasoil et à un degré corriger quelque peu cette situation sans, toutefois, êtremoindre les essences, n’est en adéquation ni avec le suffisamment incitative pour ralentir de façon significativeschéma de production de l’aval pétrolier Algérien ni, la forte tendance actuelle à la diésélisation du parc desencore moins, avec la typologie des ressources véhicules particuliers.nationales en hydrocarbures qui se caractérisent par uneproduction et des réserves beaucoup plus élevés en gaz. Cette forte diésélisation, qui s’opère au détriment de laDans ce modèle, l’importation du gasoil et des essences, carburation au GPL, s’explique aussi par le système desqui ira crescendo dans les prochaines années, ne prix régulés qui, paradoxalement, fixe le prix du gasoil aupourra pas être évitée, comme on pourrait le penser, par même niveau que celui GPL Carburant en termesl’augmentation de la capacité nationale de l’outil de d’énergie équivalent. En effet, si l’on prend en compte lesraffinage. En effet, la réalisation d’une nouvelle raffinerie pouvoirs calorifiques du gasoil et du GPL qui sontne fera que déplacer, voire aggraver, le problème en respectivement de 43 et 46 millions de joules parremplaçant l’importation de produits raffinés par kilogramme, les prix à la pompe du GPL Carburant et dul’importation de pétrole brut qui sera rendu nécessaire vu gasoil sont identiques et tous deux égaux à 0,38 DA/que nos réserves pétrolières, relativement réduites , ne million de joules.peuvent assurer l’approvisionnement de cette nouvelle La généralisation de l’utilisation du GPLC ne peutraffinerie sur le long terme. être assurée que par un allégement fiscal significatifLes mesures actuelles d’allégement fiscal prises La question de l’opportunité de promouvoir l’utilisation dupour promouvoir l’utilisation du GPL Carburant ne GPL Carburant fait consensus au niveau de tous lessont plus opérantes, elles favorisent plutôt la acteurs concernés et notamment du département dediésélisation du parc des véhicules particuliers et l’énergie qui réaffirme, dans toutes les occasions, que ladonc de la consommation de gasoil promotion et la généralisation de l’utilisation du GPLLes mesures d’allégement fiscal mises en place par le Carburant constitue un axe stratégique de la politiquesecteur de l’énergie pour la promotion de l’utilisation du énergétique nationale.GPL carburant durant les années 1980-1990 se sont Force est cependant de constater que les mesuresavérées très efficaces jusqu’au milieu des années 2000 concrètes déjà prises dans ce sens ne permettent plus,qui ont vu la consommation du GPL Carburant atteindre malgré de louables efforts de communication et deplus de 300.000 tonnes. La stagnation de la sensibilisation, d’assurer un véritable décollage de laconsommation de ce carburant, depuis l’année 2005, consommation de ce carburant.montre clairement que ces mesures, essentiellementl’application d’un taux réduit de TVA, ne sont plus Des mesures décisives, plus fortes et plus marquantes,opérantes aujourd’hui. s‘avèrent donc indispensables pour atteindre cet objectif et l’une des solutions qui nous semble la plus appropriéeAu contraire, tant le régime fiscal et notamment le mode serait carrément de :de calcul de la puissance fiscale des véhicules qui sertd’assise à toute la fiscalité automobile, que le système 1) Diminuer la nouvelle taxe à l’achat dedes prix régulés à la pompe favorisent plutôt la véhicules prévue par la loi de finances 2008 d’undiésélisation du parc des véhicules particuliers et par montant égal au coût de la conversion au GPLC,voie de conséquence la promotion de l’utilisation du 30.000 DA en moyenne, de sorte que le prix dugasoil au détriment de celle du GPL Carburant. véhicule neuf converti au GPLC soit tout simplement vendu à un prix égal à celui duLe mode de calcul de la puissance fiscale, déterminant véhicule à essence non converti ;dans la formation du prix des véhicules puisque le tauxdes droits de douanes en dépend directement, est 2) Prévoir, par un dispositif réglementairenettement en faveur des véhicules diesel. En effet, et à approprié, l’obligation des concessionnaires detitre d’exemple, des véhicules très haut de gamme de proposer à la vente au public des véhiculesprestigieuses marques européennes avec une convertis au GPLC, en grand nombre, selon unmotorisation diesel HDI d’une cylindrée de 2 litres sont programme qui tienne compte des possibilitésclassés dans la catégorie 4 chevaux fiscaux au même nationales de conversion.titre que les plus petites des berlines à essences ayantune cylindrée inferieure à 1200 voire 1000 cc. Ces mesures peuvent paraître extrêmes, elles n’ont enCe mode de calcul, qui minimise la puissance fiscale des fait rien d’exceptionnelles et ont été expérimentées àvéhicules diesel et donc le montant des droits de maintes reprises et avec succès sous d’autres cieux.douanes qui y sont applicables, rend le différentiel du Ainsi, et à titre d’exemple des bonus sont consentis dansprix d’achat entre les véhicules diesel et les véhicules à plusieurs pays européens et aux Etats unis pouressence ou à bicarburation essence – GPLC, très faible, encourager l’achat de véhicules peu consommateursvoire nul, comme on peut le constater actuellement pour d’énergie ou utilisant un carburant propre. Ces bonuscertaines ventes promotionnelles avec le fameux slogan peuvent atteindre, comme dans le cas de l’achat ende certains concessionnaires du type « achetez un diesel France de véhicules convertis au GPL Carburant, lapour le prix d’une essence ». C’est cet effet marquant de somme de 2000 euros par véhicule soit un montant septla fiscalité sur les prix qui explique pour beaucoup, à (7) fois plus élevé que l’abattement fiscal préconisé ci-notre sens, l’engouement actuel du public pour les dessus (30.000 DA).véhicules particuliers à motorisation diesel.
  • 3. De même, demander aux concessionnaires de participer carburant qui passerait de moins de 350.000 tonnes/anà l’effort national de conversion des véhicules et aujourd’hui à plus de 1 million de tonnes en 2015.s’inscrire ainsi dans une politique de consommation Ces mesures permettront également, grâce à la mise àd’énergie spécifique ne constitue pas une nouveauté. disposition du public de véhicules convertis au GPL sansAux Etats-Unis, par exemple, la loi dite EPCA (Energy coût additionnel, de rendre plus attractif l’achat desPolicy and Conservation Act) oblige, depuis le début des véhicules à bicarburation essence-GPLC et contribuerannées 1970, tous les constructeurs et importateurs de ainsi au ralentissement de la tendance actuelle à lavéhicules à ne mettre sur le marché américain que des diésélisation du parc des véhicules particuliers. Cet effetvéhicules ne dépassant pas une limite maximale de sur la diésélisation du parc risque cependant d’êtreconsommation de carburants sous peine de sanction limité, pour renverser réellement cette tendance, d’autresfinancière et de poursuites pénales. mesures dont notamment la révision de la formule deLa généralisation de l’utilisation du GPLC passe par calcul de la puissance fiscale, dans le sens d’unela mise en œuvre d’un programme de conversion augmentation significative de l’écart du prix d’achat entreambitieux qui exige la mobilisation de tous les les véhicules à bicarburation GPLC-essence et lesacteurs concernés véhicules diesel, s’avère indispensable. D’autres mesures, telles la suppression de la vignette automobileBien évidemment, pour être réalisable, le programme de pour les véhicules à bi-carburation, l’obligation desconversion devra tenir compte des capacités techniques sociétés de convertir une partie de leur parc au GPL C,nationales et être préparé en concertation avec l’augmentation de l’écart entre le prix à la pompe dul’ensemble des intervenants et notamment des GPLC et celui du gasoil … sont également à envisager.concessionnaires ainsi que des sociétés de conversionqui agiraient en qualité de sous traitants pour le compte Au plan macro-économique, la généralisation dede ces concessionnaires. l’utilisation du GPL Carburant s’autofinance, l’abattement fiscal qui serait consenti sera récupéréDe notre point de vue, et dans le but d’assurer à terme la en moins de 2 ansgénéralisation de l’utilisation du GPL carburant, ceprogramme devrait prévoir la conversion de 25 à 30% Au plan macro-économique, la carburation au GPLCdes véhicules à essences neufs vendus sur le marché permet de dégager un gain financier appréciablenational dès la première année de lancement de ce comparativement à l’utilisation des essences et duprogramme et atteindre, progressivement, 100% du gasoil. Sur la base des cours pétroliers internationauxmarché soit environ 150.000 à 200.000 véhicules par an moyens de l’année 2009 compilés par l’U.S Energydans un délai de 3 ou 4 années. Information Agency (EIA) et compte tenu d’une consommation moyenne de 8,5 litres/100 km pour lesUn tel programme de conversion, en apparence moteurs à essence, de 10,20 litres/100km pour le GPLCambitieux, est cependant parfaitement réalisable non (20% de plus que l’essence) et de 6,5 litres/100 km pourseulement, au vu du vaste réseau d’installateurs agréés le moteur diesel, le coût annuel du carburant pour unriches d’une expertise acquise depuis plus de 20 ans et véhicule utilisant le GPLC, qui est évaluée à 730 US$,dont le nombre dépasse la trentaine aujourd’hui, mais est beaucoup plus bas que ceux des véhicules dieselaussi en tenant compte de l’expérience internationale (870 US$) ou à essences (1090 US$).dans ce domaine. En effet, et à titre indicatif, la Turquie,dès le lancement de son programme de conversion au Le gain sur le coût de la carburation au GPLC parGPLC en 1998, a réussi en 3 années à convertir près rapport aux essences, qui est de 360 US$ par véhicule etde 1 million de véhicules, la Corée du sud en a convertis par an, assurera le remboursement de l’abattement fiscal1 million entre 1999 et 2001 et plus récemment encore, consenti pour assurer la gratuité de la conversion desla Pologne est passée au premier rang mondial en véhicules au GPL C en moins de 2 ans et permettra, partermes de parc GPLC avec la conversion entre 2001 et la suite, d’engranger des économies substantielles de2005 de plus de 1,5 millions de véhicules. devises pour le pays.Ces quelques exemples montrent que la conversion en Cette bonne rentabilité économique de la carburation auAlgérie, dans un délai de 4 ans, de quelques 150.000 - GPL est principalement due au haut pouvoir calorifique200.000 véhicules par an ne devrait pas poser problème de ce produit qui assure un meilleur rendementpour peu que l’ensemble des acteurs concernés énergétique du moteur et par voie de conséquence unemobilisent leurs moyens et conjuguent leurs efforts à cet réduction sensible des quantités de carburanteffet. consommées.La généralisation de la consommation du GPL Ainsi, la consommation en 2009 de 350.000 tonnes deCarburant permettra d’éviter les importations de GPLC, correspondant à une quantité de 430.000 tonnesl’essence et de limiter celles du gasoil d’essence en termes d’équivalent énergie, a permis uneLes mesures d’allégement fiscal et le programme de économie sur la facture énergétique de notre pays deconversion des véhicules telles que préconisées ci- plus de 80 millions de dollars.dessus visent la généralisation de l’utilisation du GPLCarburant dans tous les véhicules à essence neufs ce La carburation au GPL est une technologie maitriséequi permettra de limiter la demande nationale d’essence dans le monde et en Algérieà son niveau actuel et d’éviter toute importation de ce L’utilisation du GPL comme carburant moteur est unecarburant qui ne manquerait pas d’avoir lieu autrement. technologie maitrisée qui a fait ses preuves au niveauL’application de ce programme permettra ainsi mondial depuis plus de 40 ans. Le parc de véhiculesd’augmenter sensiblement la consommation du GPL roulant au GPLC, qui comprenait 7 millions d’unités en
  • 4. 2000, est passé à plus de 15 millions aujourd’hui avec un Tous les essais menés par les laboratoires spécialisésaccroissement annuel de l’ordre de 1,5 million de montrent que le GPL est un carburant beaucoup plusvéhicules. écologique que l’essence et le gasoil.Les équipements de conversion ont connus un Par rapport aux véhicules fonctionnant avec cesdéveloppement technologique considérable qui a abouti carburants, les véhicules utilisant le GPL émettentà la fabrication de kits qui s’adaptent tout aussi bien aux beaucoup moins d’oxydes d’azotes, agents précurseursmoteurs avec carburateur et à injection directe qu’aux de la formation d’ozone très toxiques pour l’homme, etmoteurs les plus modernes équipés de systèmes de de polluants cancérigènes tels le benzène, lesmanagement (EMS) qui contrôlent l’injection en mode formaldéhydes et les aromatiques. Ils n’émettent pas duélectronique avec asservissement aux principaux tout les fameuses particules d’hydrocarburesparamètres de fonctionnement du moteur et à la mesure polycondensés qui sont à l’origine de nombreusesen continu des différents polluants contenus dans les maladies respiratoires graves ou de composés de plombgaz d’échappement. et de soufre également néfastes pour la santé. Les émissions du dioxyde de carbone, qui est le principalLes réservoirs de stockage des véhicules, initialement gaz à effet de serre à l’origine des changementssous forme de cylindres installés dans les coffres à climatiques, mesurées sur la base du bilan carbone dubagages, ont également beaucoup évolué pour prendre « puits à la roue », sont également plus faibles avec ledes formes plus adaptées et moins encombrantes à GPL carburant.l’exemple du réservoir torique qui se monte sous le coffreà l’emplacement de la roue de secours. Ces bonnes performances du GPL en font un carburant relativement propre dont la généralisation ne manqueraEn Algérie, l’introduction sur le marché du GPLC dès le pas de contribuer à l’amélioration significative de ladébut des années 1980 a permis la maitrise de cette qualité de l’air notamment dans nos grands centrestechnologie par nos opérateurs et a notamment urbains où la pollution, qui a atteint un niveaudémontré que ce type de carburation ne posait aucun préoccupant, commence à poser un sérieux problème deproblème de sécurité puisque durant tout cette période santé publique.aucun incident notable n’a été enregistré. « » Il faut enfin noter que la qualité environnementale duLe GPL Carburant assure une motorisation GPL Carburant est telle que, contrairement auxexcellente carburants classiques distribués actuellement en Algérie,Au plan technique, Le GPL est un carburant de bien il peut être utilisé dans les moteurs de dernièremeilleure qualité que les carburants classiques que sont génération répondant aux normes internationales deles essences et le gasoil, il a un indice d’octane et un pollution les plus strictes et les plus récentes. Le GPLpouvoir calorifique plus élevés, une composition Carburant peut, par exemple, être utilisé dans leschimique plus homogène et ne contient pratiquement pas véhicules construits selon les normes EURO 5 alors qued’impuretés tels le soufre, le plomb et autres sédiments l’essence plombée et le gasoil ne peuvent, sous peineorgano-métalliques. d’endommagement du véhicule, être utilisés que dansL’homogénéité du GPL Carburant, son haut pouvoir les véhicules répondant, au plus, aux normes EURO 2-3.calorifique et son indice d’octane élevé, assurent une Conclusioncombustion moteur beaucoup plus complète que dans lecas de l’essence ou du gasoil ce qui se traduit par un Le GPL Carburant, en raison des innombrablesmeilleur rendement énergétique et un fonctionnement avantages technique, écologique et économique qu’ilmoteur plus souple, sans détonation, et moins bruyant. présente, constitue le carburant idéal pour le parc des véhicules particuliers et devrait, à ce titre, occuper uneL’absence d’impuretés dans le GPLC réduit place de choix dans le modèle national de consommationsensiblement l’encrassement du moteur qui se produit des carburants routiers.dans le cas de la carburation essence ou gasoil en La généralisation de son utilisation se justifie égalementraison du dépôt de calamine au niveau des injecteurs et par les changements majeurs intervenus sur la scènedans la chambre de combustion. énergétique mondiale dont notamment la raréfactionEnfin, La nature gazeuse du GPLC évite la dilution des prévisible du pétrole, qu’il faudrait donc préserver en luilubrifiants au niveau des parois des cylindres assurant substituant les carburants gazeux, et l’apparition sur leainsi une meilleure lubrification qui permet de réduire marché international d’importantes quantités de gaz nonsensiblement lusure du moteur et notamment celle des conventionnels qui se traduit par une baisse structurellechemises, des cylindres, des pistons et des segments. des prix du gaz qu’il serait ainsi plus profitable d’utiliserA ce propos, il faut noter que le problème de l’usure des localement.soupapes constatée auparavant sur certains vieux Enfin, le gaz naturel carburant, qui est un autre carburantmodèles de véhicules fonctionnant au GPL, a été gazeux présentant des caractéristiques technique etdéfinitivement réglé par l’utilisation de matériaux plus économique similaires à elles du GPL Carburant, mériteadaptés dans les moteurs modernes. également de bénéficier d’un programme spécial àLe GPL est un carburant propre et écologique, il peut même d’en promouvoir l’utilisation notamment pourêtre utilisé dans les moteurs de technologie récente certaines flottes captives tels les moyens de transportsconstruits selon les normes internationales de urbains et universitaires ainsi que certains véhiculespollution les plus sévères lourds comme les bennes à ordures.

×